4 bannière

 

29. Ergonomie

Éditeurs de chapitre :  Wolfgang Laurig et Joachim Vedder

 


 

Table des matières 

Tableaux et figures

Vue d’ensemble
Wolfgang Laurig et Joachim Vedder

Objectifs, principes et méthodes

La nature et les objectifs de l'ergonomie
William T.Singleton

Analyse des activités, des tâches et des systèmes de travail
Véronique De Keyser

Ergonomie et standardisation
Friedhelm Nachreiner

Listes de contrôle
Pranab Kumar Nag

Aspects physiques et physiologiques

Anthropométrie
Melchiorre Masali

Travail musculaire
Juhani Smolander et Veikko Louhevaara

Postures au travail
Ilkka Kuorinka

Biomécanique
Franck Darby

Fatigue générale
Étienne Grandjean

Fatigue et récupération
Rolf Helbig et Walter Rohmert

Aspects psychologiques

Charge de travail mentale
Winfried Hacker

Vigilance
Herbert Heuer

Fatigue mentale
Pierre Richter

Aspects organisationnels du travail

Organisation du travail
Eberhard Ulich et Gudela Grote

Privation de sommeil
Kazutaka Kogi

Conception de systèmes de travail

Stations de travail
Roland Kadefors

Outils
TM Fraser

Commandes, indicateurs et panneaux
Karl HE Kroemer

Traitement de l'information et conception
Andries F. Sanders

Concevoir pour tout le monde

Concevoir pour des groupes spécifiques
Blague H. Grady-van den Nieuwboer

     Étude de cas : La classification internationale des limitations fonctionnelles chez les personnes

Les différences culturelles
Houshang Shahnavaz

Travailleurs âgés
Antoine Laville et Serge Volkoff

Travailleurs ayant des besoins spéciaux
Blague H. Grady-van den Nieuwboer

Diversité et importance de l'ergonomie - Deux exemples

Conception de systèmes dans la fabrication de diamants
Issacar Guilad

Ne pas tenir compte des principes de conception ergonomique : Tchernobyl
Vladimir M. Munipov 

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Liste de base anthropométrique de base

2. Fatigue et récupération en fonction des niveaux d'activité

3. Règles de combinaison des effets de deux facteurs de stress sur la déformation

4. Faire la différence entre plusieurs conséquences négatives de la tension mentale

5. Principes axés sur le travail pour la structuration de la production

6. Participation au contexte organisationnel

7. Participation des utilisateurs au processus technologique

8. Horaires de travail irréguliers et privation de sommeil

9. Aspects des sommeils avancés, ancrés et retardés

10. Contrôler les mouvements et les effets attendus

11. Relations contrôle-effet des commandes manuelles courantes

12. Règles de disposition des commandes

13. Lignes directrices pour les étiquettes

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

ERG040T1ERG040F1ERG040F2ERG040F3ERG040T2ERG040F5ERG070F1ERG070F2ERG070F3ERG060F2ERG060F1ERG060F3ERG080F1ERG080F4ERG090F1ERG090F2ERG090F3ERG090F4ERG225F1ERG225F2ERG150F1ERG150F2ERG150F4ERG150F5ERG150F6ERG120F1ERG130F1ERG290F1ERG160T1ERG160F1ERG185F1ERG185F2ERG185F3ERG185F4ERG190F1ERG190F2ERG190F3ERG210F1ERG210F2ERG210F3ERG210F4ERG210T4ERG210T5ERG210T6ERG220F1ERG240F1ERG240F2ERG240F3ERG240F4ERG260F1ERG300F1ERG255F1

Définition et portée

Ergonomie signifie littéralement l'étude ou la mesure du travail. Dans ce contexte, le terme travail signifie une fonction humaine déterminée ; elle dépasse la conception plus restreinte du travail en tant que travail à but lucratif pour englober toutes les activités par lesquelles un opérateur humain rationnel poursuit systématiquement un objectif. Ainsi, il comprend les sports et autres activités de loisirs, le travail domestique tel que la garde d'enfants et l'entretien du domicile, l'éducation et la formation, la santé et les services sociaux, et soit le contrôle de systèmes techniques, soit l'adaptation à ceux-ci, par exemple en tant que passager dans un véhicule.

L'opérateur humain, objet d'étude, peut être un professionnel qualifié manœuvrant une machine complexe dans un environnement artificiel, un client qui a acheté par hasard un nouvel équipement pour son usage personnel, un enfant assis dans une salle de classe ou une personne handicapée dans un fauteuil roulant. L'être humain est hautement adaptable mais pas infiniment. Il existe des gammes de conditions optimales pour toute activité. L'une des tâches de l'ergonomie est de définir quelles sont ces plages et d'explorer les effets indésirables qui se produisent si les limites sont transgressées, par exemple si une personne est censée travailler dans des conditions de chaleur, de bruit ou de vibrations excessives, ou si les ou la charge mentale est trop élevée ou trop faible.

L'ergonomie examine non seulement la situation ambiante passive, mais aussi les avantages uniques de l'opérateur humain et les contributions qui peuvent être apportées si une situation de travail est conçue pour permettre et encourager la personne à utiliser au mieux ses capacités. Les capacités humaines peuvent être caractérisées non seulement en référence à l'opérateur humain générique, mais aussi en ce qui concerne les capacités plus particulières qui sont sollicitées dans des situations spécifiques où des performances élevées sont essentielles. Par exemple, un constructeur automobile tiendra compte de la gamme de taille physique et de la force de la population de conducteurs qui sont censés utiliser un modèle particulier pour s'assurer que les sièges sont confortables, que les commandes sont facilement identifiables et à portée de main, qu'il est clair visibilité vers l'avant et vers l'arrière et que les instruments internes sont faciles à lire. La facilité d'entrée et de sortie sera également prise en compte. En revanche, le concepteur d'une voiture de course partira du principe que le pilote est athlétique, de sorte que la facilité d'accès et de sortie, par exemple, n'est pas importante et, en fait, les caractéristiques de conception dans leur ensemble en ce qui concerne le conducteur peuvent très bien être adaptés aux dimensions et aux préférences d'un conducteur particulier pour s'assurer qu'il ou elle peut exercer son plein potentiel et ses compétences en tant que conducteur.

Dans toutes les situations, activités et tâches, l'accent est mis sur la personne ou les personnes impliquées. Il est supposé que la structure, l'ingénierie et toute autre technologie sont là pour servir l'opérateur, et non l'inverse.

Historique et statut

Il y a environ un siècle, il était reconnu que les heures et les conditions de travail dans certaines mines et usines n'étaient pas tolérables en termes de sécurité et de santé, et la nécessité était évidente d'adopter des lois pour fixer des limites autorisées à ces égards. La détermination et l'énoncé de ces limites peuvent être considérés comme le début de l'ergonomie. Elles ont d'ailleurs été à l'origine de toutes les activités qui s'expriment aujourd'hui à travers les travaux de l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

La recherche, le développement et l'application ont progressé lentement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Cela a déclenché un développement considérablement accéléré de machines et d'instruments tels que des véhicules, des avions, des chars, des canons et des dispositifs de détection et de navigation considérablement améliorés. Au fur et à mesure que la technologie progressait, une plus grande flexibilité était disponible pour permettre l'adaptation à l'opérateur, une adaptation qui devenait d'autant plus nécessaire que les performances humaines limitaient les performances du système. Si un véhicule à moteur peut se déplacer à une vitesse de quelques kilomètres à l'heure seulement, il n'y a pas lieu de s'inquiéter des performances du conducteur, mais lorsque la vitesse maximale du véhicule est augmentée d'un facteur dix ou cent, alors le conducteur a réagir plus rapidement et il n'y a pas le temps de corriger les erreurs pour éviter le désastre. De même, à mesure que la technologie s'améliore, il est moins nécessaire de s'inquiéter des pannes mécaniques ou électriques (par exemple) et l'attention est libérée pour réfléchir aux besoins du conducteur.

Ainsi, l'ergonomie, dans le sens d'adapter la technologie de l'ingénierie aux besoins de l'opérateur, devient à la fois plus nécessaire et plus réalisable à mesure que l'ingénierie progresse.

Le terme ergonomie est entré en usage vers 1950 lorsque les priorités de l'industrie en développement ont pris le pas sur les priorités de l'armée. Le développement de la recherche et de l'application au cours des trente années suivantes est décrit en détail dans Singleton (1982). Les agences des Nations Unies, en particulier l'OIT et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sont devenues actives dans ce domaine dans les années 1960.

Dans l'industrie de l'immédiat après-guerre, l'objectif primordial, partagé par l'ergonomie, était une plus grande productivité. C'était un objectif réalisable pour l'ergonomie car une grande partie de la productivité industrielle était déterminée directement par l'effort physique des travailleurs impliqués - la vitesse d'assemblage et la vitesse de levage et de mouvement déterminaient l'étendue de la production. Peu à peu, la puissance mécanique a remplacé la puissance musculaire humaine. Plus de puissance, cependant, conduit à plus d'accidents sur le principe simple qu'un accident est la conséquence de la puissance au mauvais endroit au mauvais moment. Lorsque les choses vont plus vite, le potentiel d'accidents est encore accru. Ainsi, la préoccupation de l'industrie et l'objectif de l'ergonomie se sont progressivement déplacés de la productivité vers la sécurité. Cela s'est produit dans les années 1960 et au début des années 1970. À peu près et après cette époque, une grande partie de l'industrie manufacturière est passée de la production par lots à la production en continu et par processus. Le rôle de l'opérateur est passé en conséquence de la participation directe à la surveillance et à l'inspection. Il en résultait une moindre fréquence des accidents car l'opérateur était plus éloigné du lieu de l'action mais parfois une plus grande gravité des accidents en raison de la vitesse et de la puissance inhérentes au procédé.

Lorsque le rendement est déterminé par la vitesse à laquelle les machines fonctionnent, la productivité devient une question de maintien du fonctionnement du système : en d'autres termes, la fiabilité est l'objectif. Ainsi, l'opérateur devient un moniteur, un dépanneur et un mainteneur plutôt qu'un manipulateur direct.

Cette esquisse historique des mutations de l'industrie manufacturière d'après-guerre pourrait suggérer que l'ergonome a régulièrement abandonné une problématique pour en aborder une autre mais ce n'est pas le cas pour plusieurs raisons. Comme expliqué précédemment, les préoccupations de l'ergonomie sont beaucoup plus larges que celles de l'industrie manufacturière. A l'ergonomie de production s'ajoute l'ergonomie produit ou conception, c'est-à-dire l'adaptation de la machine ou du produit à l'utilisateur. Dans l'industrie automobile, par exemple, l'ergonomie est importante non seulement pour la fabrication des composants et les chaînes de production, mais aussi pour le conducteur, le passager et le personnel d'entretien. Il est maintenant courant dans la commercialisation des voitures et dans leur évaluation critique par d'autres d'examiner la qualité de l'ergonomie, en tenant compte de la conduite, du confort des sièges, de la maniabilité, des niveaux de bruit et de vibrations, de la facilité d'utilisation des commandes, de la visibilité à l'intérieur et à l'extérieur, etc. au.

Il a été suggéré ci-dessus que la performance humaine est généralement optimisée dans une plage de tolérance d'une variable pertinente. Une grande partie des premières ergonomies tentaient de réduire à la fois la production de puissance musculaire et l'étendue et la variété des mouvements en veillant à ce que ces tolérances ne soient pas dépassées. Le plus grand changement dans la situation de travail, l'avènement des ordinateurs, a créé le problème inverse. A moins d'être bien conçu ergonomiquement, un espace de travail informatique peut induire une posture trop figée, trop peu de mouvements corporels et trop de répétitions de combinaisons particulières de mouvements articulaires.

Ce bref aperçu historique vise à indiquer que, bien qu'il y ait eu un développement continu de l'ergonomie, il a pris la forme d'ajouter de plus en plus de problèmes plutôt que de changer les problèmes. Cependant, le corpus de connaissances s'étoffe et devient plus fiable et valide, les normes de dépense énergétique ne dépendent pas de comment ni pourquoi l'énergie est dépensée, les problèmes posturaux sont les mêmes dans les sièges d'avion et devant les écrans d'ordinateur, une grande partie de l'activité humaine consiste désormais à utiliser écrans vidéo et il existe des principes bien établis basés sur un mélange de preuves en laboratoire et d'études sur le terrain.

Ergonomie et disciplines connexes

Le développement d'une application scientifique intermédiaire entre les technologies bien établies de l'ingénierie et de la médecine chevauche inévitablement de nombreuses disciplines connexes. Sur le plan scientifique, une grande partie des connaissances ergonomiques dérive des sciences humaines : anatomie, physiologie et psychologie. Les sciences physiques contribuent également, par exemple, à résoudre les problèmes d'éclairage, de chauffage, de bruit et de vibration.

La plupart des pionniers européens de l'ergonomie étaient des travailleurs parmi les sciences humaines et c'est pour cette raison que l'ergonomie est bien équilibrée entre la physiologie et la psychologie. Une orientation physiologique est nécessaire en arrière-plan pour des problèmes tels que la dépense énergétique, la posture et l'application des forces, y compris le levage. Une orientation psychologique est nécessaire pour étudier des problèmes tels que la présentation de l'information et la satisfaction au travail. Il existe bien sûr de nombreux problèmes qui nécessitent une approche mixte des sciences humaines comme le stress, la fatigue et le travail posté.

La plupart des pionniers américains dans ce domaine étaient impliqués dans la psychologie expérimentale ou l'ingénierie et c'est pour cette raison que leurs titres professionnels typiques -ingénierie humaine et de les facteurs humains— reflètent une différence d'accent (mais pas d'intérêts fondamentaux) par rapport à l'ergonomie européenne. Cela explique aussi pourquoi l'hygiène du travail, de par son lien étroit avec la médecine, notamment la médecine du travail, est considérée aux États-Unis comme assez différente des facteurs humains ou de l'ergonomie. La différence dans d'autres parties du monde est moins marquée. L'ergonomie se concentre sur l'opérateur humain en action, l'hygiène du travail se concentre sur les risques pour l'opérateur humain présents dans l'environnement ambiant. Ainsi, l'intérêt central de l'hygiéniste du travail porte sur les risques toxiques, qui sortent du cadre de l'ergonome. L'hygiéniste du travail se préoccupe des effets sur la santé, à long terme ou à court terme; l'ergonome est bien sûr soucieux de sa santé mais il est aussi soucieux d'autres conséquences comme la productivité, l'aménagement du travail et l'aménagement de l'espace de travail. La sécurité et la santé sont les questions génériques qui traversent l'ergonomie, l'hygiène du travail, la santé au travail et la médecine du travail. Il n'est donc pas surprenant de constater que dans une grande institution de type recherche, conception ou production, ces sujets sont souvent regroupés. Cela rend possible une approche basée sur une équipe d'experts dans ces domaines distincts, chacun apportant une contribution spécialisée au problème général de santé, non seulement des travailleurs de l'établissement mais aussi de ceux concernés par ses activités et ses produits. En revanche, dans les institutions concernées par la conception ou la prestation de services, l'ergonome peut être plus proche des ingénieurs et autres technologues.

Il ressortira clairement de cette discussion que l'ergonomie étant interdisciplinaire et encore assez nouvelle, il y a un problème important de savoir comment l'intégrer au mieux dans une organisation existante. Il chevauche tant d'autres domaines car il concerne les personnes et les personnes sont la ressource fondamentale et omniprésente de toute organisation. Il existe de nombreuses façons de l'intégrer, en fonction de l'histoire et des objectifs de l'organisation particulière. Les principaux critères sont que les objectifs ergonomiques sont compris et appréciés et que des mécanismes de mise en œuvre des recommandations sont intégrés à l'organisation.

Objectifs de l'ergonomie

Il sera déjà clair que les avantages de l'ergonomie peuvent apparaître sous de nombreuses formes différentes, en termes de productivité et de qualité, de sécurité et de santé, de fiabilité, de satisfaction au travail et de développement personnel.

La raison de cette étendue de portée est que son objectif fondamental est l'efficacité dans une activité intentionnelle - l'efficacité au sens le plus large d'atteindre le résultat souhaité sans gaspillage, sans erreur et sans dommage pour la personne impliquée ou pour les autres. Il n'est pas efficace de dépenser de l'énergie ou du temps inutilement parce qu'une réflexion insuffisante a été accordée à la conception du travail, de l'espace de travail, de l'environnement de travail et des conditions de travail. Il n'est pas efficace d'atteindre le résultat souhaité malgré la conception de la situation plutôt qu'avec le soutien de celle-ci.

L'ergonomie a pour but d'assurer que la situation de travail est en harmonie avec les activités du travailleur. Cet objectif est évidemment valable mais l'atteindre est loin d'être facile pour diverses raisons. L'opérateur humain est flexible et adaptable et il y a un apprentissage continu, mais il existe des différences individuelles assez importantes. Certaines différences, telles que la taille physique et la force, sont évidentes, mais d'autres, telles que les différences culturelles et les différences de style et de niveau de compétence, sont moins faciles à identifier.

Compte tenu de ces complexités, il pourrait sembler que la solution consiste à fournir une situation flexible où l'opérateur humain peut optimiser une manière spécifiquement appropriée de faire les choses. Malheureusement, une telle approche est parfois impraticable car la manière la plus efficace n'est souvent pas évidente, avec pour résultat qu'un travailleur peut continuer à faire quelque chose dans le mauvais sens ou dans de mauvaises conditions pendant des années.

Il est donc nécessaire d'adopter une approche systématique : partir d'une théorie solide, fixer des objectifs mesurables et vérifier le succès par rapport à ces objectifs. Les différents objectifs possibles sont examinés ci-dessous.

Sécurité et santé

Il ne peut y avoir de désaccord quant à l'opportunité d'objectifs de sécurité et de santé. La difficulté vient du fait qu'aucun n'est directement mesurable : leur réussite s'apprécie par leur absence plutôt que par leur présence. Les données en question concernent toujours les écarts à la sécurité et à la santé.

Dans le cas de la santé, la plupart des preuves sont à long terme car elles sont basées sur des populations plutôt que sur des individus. Il est donc nécessaire de conserver des archives minutieuses sur de longues périodes et d'adopter une approche épidémiologique permettant d'identifier et de mesurer les facteurs de risque. Par exemple, quel devrait être le nombre maximum d'heures par jour ou par an requis d'un travailleur à un poste de travail informatique ? Cela dépend de la conception du poste de travail, du type de travail et du type de personne (âge, vision, capacités, etc.). Les effets sur la santé peuvent être divers, allant des problèmes de poignet à l'apathie mentale, il est donc nécessaire de mener des études approfondies couvrant des populations assez importantes tout en gardant une trace des différences au sein des populations.

La sécurité est plus directement mesurable dans un sens négatif en termes de types et de fréquences d'accidents et de dommages. Il est difficile de définir les différents types d'accidents et d'identifier les facteurs de causalité souvent multiples et il existe souvent une relation lointaine entre le type d'accident et le degré de préjudice, de l'absence de décès au décès.

Néanmoins, un énorme corpus de preuves concernant la sécurité et la santé a été accumulé au cours des cinquante dernières années et des cohérences ont été découvertes qui peuvent être liées à la théorie, aux lois et normes et aux principes applicables dans des types particuliers de situations.

Productivité et efficacité

La productivité est généralement définie en termes de production par unité de temps, tandis que l'efficacité intègre d'autres variables, en particulier le rapport de la production à l'entrée. L'efficacité intègre le coût de ce qui est fait par rapport à la réalisation, et en termes humains, cela nécessite la prise en compte des pénalités pour l'opérateur humain.

Dans les situations industrielles, la productivité est relativement facile à mesurer : la quantité produite peut être comptée et le temps mis pour la produire est simple à enregistrer. Les données de productivité sont souvent utilisées dans les comparaisons avant/après des méthodes, situations ou conditions de travail. Elle implique des hypothèses sur l'équivalence des efforts et d'autres coûts car elle est basée sur le principe que l'opérateur humain fonctionnera aussi bien que possible dans les circonstances. Si la productivité est plus élevée, les circonstances doivent être meilleures. Il y a beaucoup à recommander cette approche simple à condition qu'elle soit utilisée en tenant dûment compte des nombreux facteurs de complication possibles qui peuvent déguiser ce qui se passe réellement. Le meilleur garde-fou est d'essayer de s'assurer que rien n'a changé entre les situations avant et après sauf les aspects étudiés.

L'efficacité est une mesure plus complète mais toujours plus difficile. Il doit généralement être spécifiquement défini pour une situation particulière et lors de l'évaluation des résultats de toute étude, la définition doit être vérifiée pour sa pertinence et sa validité en termes de conclusions tirées. Par exemple, le vélo est-il plus efficace que la marche ? Le vélo est beaucoup plus productif en termes de distance pouvant être parcourue sur une route en un temps donné, et il est plus efficace en termes de dépense énergétique par unité de distance ou, pour l'exercice en salle, car l'appareil nécessaire est moins cher et plus simple . D'autre part, le but de l'exercice peut être une dépense d'énergie pour des raisons de santé ou pour gravir une montagne sur un terrain difficile ; dans ces circonstances la marche sera plus efficace. Ainsi, une mesure d'efficacité n'a de sens que dans un contexte bien défini.

Fiabilité et qualité

Comme expliqué ci-dessus, la fiabilité plutôt que la productivité devient la mesure clé dans les systèmes de haute technologie (par exemple, les avions de transport, le raffinage du pétrole et la production d'électricité). Les contrôleurs de ces systèmes surveillent les performances et apportent leur contribution à la productivité et à la sécurité en effectuant des réglages de réglage pour s'assurer que les machines automatiques restent en ligne et fonctionnent dans les limites. Tous ces systèmes sont dans leur état le plus sûr, soit lorsqu'ils sont au repos, soit lorsqu'ils fonctionnent régulièrement dans l'enveloppe de performances conçue. Ils deviennent plus dangereux lorsqu'ils se déplacent ou sont déplacés entre des états d'équilibre, par exemple, lorsqu'un avion décolle ou qu'un système de traitement est arrêté. Une fiabilité élevée est la caractéristique clé, non seulement pour des raisons de sécurité, mais aussi parce qu'un arrêt ou un arrêt non planifié est extrêmement coûteux. La fiabilité est simple à mesurer après les performances mais est extrêmement difficile à prédire, sauf en référence aux performances passées de systèmes similaires. Quand ou si quelque chose ne va pas, l'erreur humaine est invariablement une cause contributive, mais ce n'est pas nécessairement une erreur de la part du contrôleur : les erreurs humaines peuvent provenir de la phase de conception et pendant la configuration et la maintenance. Il est désormais admis que de tels systèmes complexes de haute technologie nécessitent un apport ergonomique considérable et continu depuis la conception jusqu'à l'évaluation des défaillances éventuelles.

La qualité est liée à la fiabilité mais est très difficile voire impossible à mesurer. Traditionnellement, dans les systèmes de production par lots et en flux, la qualité était contrôlée par inspection après la sortie, mais le principe établi actuellement est de combiner la production et le maintien de la qualité. Ainsi, chaque opérateur a une responsabilité parallèle en tant qu'inspecteur. Cela s'avère généralement plus efficace, mais cela peut signifier l'abandon des incitations au travail basées simplement sur le taux de production. En termes ergonomiques, il est logique de traiter l'opérateur comme une personne responsable plutôt que comme une sorte de robot programmé pour des performances répétitives.

Satisfaction au travail et développement personnel

Du principe selon lequel le travailleur ou l'opérateur humain doit être reconnu comme une personne et non comme un robot, il s'ensuit qu'il convient de tenir compte des responsabilités, des attitudes, des croyances et des valeurs. Ce n'est pas facile car il existe de nombreuses variables, pour la plupart détectables mais non quantifiables, et il existe de grandes différences individuelles et culturelles. Néanmoins, beaucoup d'efforts sont maintenant consacrés à la conception et à la gestion des travaux dans le but de s'assurer que la situation est aussi satisfaisante que raisonnablement possible du point de vue de l'exploitant. Certaines mesures sont possibles en utilisant des techniques d'enquête et certains principes sont disponibles sur la base de caractéristiques de travail telles que l'autonomie et l'autonomisation.

Même en acceptant que ces efforts prennent du temps et coûtent de l'argent, il peut toujours y avoir des dividendes considérables à écouter les suggestions, les opinions et les attitudes des personnes qui font réellement le travail. Leur approche peut ne pas être la même que celle du concepteur des travaux externes et ne pas être la même que les hypothèses émises par le concepteur ou le gestionnaire des travaux. Ces différences de points de vue sont importantes et peuvent fournir un changement de stratégie rafraîchissant de la part de toutes les personnes impliquées.

Il est bien établi que l'être humain est un apprenant continu ou peut l'être, dans des conditions appropriées. La condition essentielle est de fournir des informations sur les performances passées et présentes qui peuvent être utilisées pour améliorer les performances futures. De plus, ce feedback lui-même agit comme une incitation à la performance. Ainsi tout le monde y gagne, l'interprète et les responsables au sens large de la performance. Il s'ensuit qu'il y a beaucoup à gagner de l'amélioration des performances, y compris l'auto-développement. Le principe selon lequel le développement personnel devrait être un aspect de l'application de l'ergonomie nécessite de plus grandes compétences de concepteur et de gestionnaire mais, s'il peut être appliqué avec succès, peut améliorer tous les aspects de la performance humaine discutés ci-dessus.

L'application réussie de l'ergonomie découle souvent du simple développement de l'attitude ou du point de vue approprié. Les personnes impliquées sont inévitablement le facteur central de tout effort humain et la prise en compte systématique de leurs avantages, limites, besoins et aspirations est intrinsèquement importante.

Conclusion

L'ergonomie est l'étude systématique des personnes au travail dans le but d'améliorer la situation de travail, les conditions de travail et les tâches effectuées. L'accent est mis sur l'acquisition de preuves pertinentes et fiables sur lesquelles fonder la recommandation de changements dans des situations spécifiques et sur le développement de théories, de concepts, de lignes directrices et de procédures plus générales qui contribueront à l'expertise en constante évolution de l'ergonomie.

 

Noir

Il est difficile de parler d'analyse du travail sans le replacer dans la perspective des mutations récentes du monde industriel, car la nature des activités et les conditions dans lesquelles elles s'exercent ont beaucoup évolué ces dernières années. Les facteurs à l'origine de ces changements ont été nombreux, mais il en est deux dont l'impact s'est révélé crucial. D'une part, le progrès technologique avec son rythme toujours plus rapide et les bouleversements induits par les technologies de l'information ont révolutionné les métiers (De Keyser 1986). D'autre part, l'incertitude du marché économique a exigé plus de flexibilité dans la gestion du personnel et l'organisation du travail. Si les ouvriers ont acquis une vision plus large du processus de production, moins routinière et sans doute plus systématique, ils ont en même temps perdu des liens exclusifs avec un environnement, une équipe, un outil de production. Il est difficile d'envisager sereinement ces changements, mais force est de constater qu'un nouveau paysage industriel s'est créé, parfois plus enrichissant pour les travailleurs qui peuvent y trouver leur place, mais aussi semé d'embûches et d'inquiétudes pour ceux qui sont marginalisés ou exclus. Cependant, une idée est reprise dans les entreprises et a été confirmée par des expériences pilotes dans de nombreux pays : il devrait être possible d'orienter les changements et d'en atténuer les effets néfastes en s'appuyant sur des analyses pertinentes et en utilisant toutes les ressources de négociation entre les différents acteurs du travail. acteurs. C'est dans ce contexte qu'il faut situer aujourd'hui les analyses du travail, comme outils permettant de mieux décrire les tâches et les activités afin d'orienter les interventions de différentes natures, telles que la formation, la mise en place de nouveaux modes d'organisation ou la conception d'outils et de processus de travail. systèmes. On parle d'analyses, et pas d'une seule analyse, puisqu'il en existe un grand nombre, selon les contextes théoriques et culturels dans lesquels elles sont élaborées, les buts particuliers qu'elles poursuivent, les preuves qu'elles recueillent, ou le souci de l'analyseur soit spécificité ou généralité. Dans cet article, nous nous limiterons à présenter quelques caractéristiques des analyses du travail et à souligner l'importance du travail collectif. Nos conclusions mettront en évidence d'autres voies que les limites de ce texte nous empêchent d'approfondir.

Quelques caractéristiques des analyses de travail

Le contexte

Si l'objectif principal de toute analyse du travail est de décrire ce que l'opérateur ou devrait faire, la replacer plus précisément dans son contexte a souvent semblé indispensable aux chercheurs. Ils mentionnent, selon leur point de vue, mais d'une manière assez similaire, les concepts de contexte, situation, sûr, heureux et sain, domaine de travail, monde du travail or l'environnement de travail. Le problème réside moins dans les nuances entre ces termes que dans le choix des variables qu'il convient de décrire pour leur donner un sens utile. En effet, le monde est vaste et l'industrie est complexe, et les caractéristiques auxquelles on pourrait faire référence sont innombrables. Deux tendances peuvent être notées parmi les auteurs du domaine. La première voit dans la description du contexte un moyen de capter l'intérêt du lecteur et de lui fournir un cadre sémantique adéquat. La seconde a une perspective théorique différente : elle tente d'embrasser à la fois le contexte et l'activité, décrivant uniquement les éléments du contexte qui sont capables d'influencer le comportement des opérateurs.

Le cadre sémantique

Le contexte a un pouvoir évocateur. Il suffit, pour un lecteur averti, de lire l'histoire d'un opérateur dans une salle de contrôle engagé dans un processus continu pour se représenter un travail par commande et surveillance à distance, où prédominent les tâches de détection, de diagnostic et de régulation. Quelles variables faut-il décrire pour créer un contexte suffisamment significatif ? Tout dépend du lecteur. Néanmoins, il existe un consensus dans la littérature sur quelques variables clés. Le nature du secteur économique, le type de production ou de service, la taille et la situation géographique du site sont utiles.

Les processus de production, les outils ou machines et leur niveau d'automatisation laisser deviner certaines contraintes et certaines qualifications nécessaires. Le composition du personnel, ainsi que l'âge et le niveau de qualification et d'expérience sont des données cruciales dès lors que l'analyse porte sur des aspects de formation ou de flexibilité organisationnelle. Le organisation du travail établie dépend plus de la philosophie de l'entreprise que de la technologie. Sa description comprend notamment les horaires de travail, le degré de centralisation des décisions et les types de contrôle exercés sur les travailleurs. D'autres éléments peuvent être ajoutés dans différents cas. Ils sont liés à l'histoire et à la culture de l'entreprise, à sa situation économique, à ses conditions de travail, à d'éventuelles restructurations, fusions et investissements. Il existe au moins autant de systèmes de classification que d'auteurs et de nombreuses listes descriptives circulent. En France, un effort particulier a été fait pour généraliser des méthodes descriptives simples, permettant notamment de hiérarchiser certains facteurs selon qu'ils sont satisfaisants ou non pour l'exploitant (RNUR 1976 ; Guelaud et al. 1977).

La description des facteurs pertinents concernant l'activité

La taxonomie des systèmes complexes décrite par Rasmussen, Pejtersen et Schmidts (1990) représente l'une des tentatives les plus ambitieuses pour couvrir à la fois le contexte et son influence sur l'opérateur. Son idée principale est d'intégrer, de façon systématique, les différents éléments qui le composent et de faire ressortir les degrés de liberté et les contraintes à l'intérieur desquelles des stratégies individuelles peuvent être développées. Son objectif exhaustif le rend difficile à manipuler, mais l'utilisation de multiples modes de représentation, y compris les graphes, pour illustrer les contraintes a une valeur heuristique qui ne manquera pas d'intéresser de nombreux lecteurs. D'autres approches sont plus ciblées. Ce que les auteurs recherchent, c'est la sélection des facteurs qui peuvent influencer une activité précise. Ainsi, s'intéressant au contrôle des processus dans un environnement changeant, Brehmer (1990) propose une série de caractéristiques temporelles du contexte qui affectent le contrôle et l'anticipation de l'opérateur (voir figure 1). La typologie de cet auteur a été élaborée à partir de « micro-mondes », simulations informatiques de situations dynamiques, mais l'auteur lui-même, comme bien d'autres depuis, l'a utilisée pour l'industrie à processus continu (Van Daele 1992). Pour certaines activités, l'influence de l'environnement est bien connue et la sélection des facteurs n'est pas trop difficile. Ainsi, si l'on s'intéresse à la fréquence cardiaque en milieu de travail, on se limite souvent à décrire les températures de l'air, les contraintes physiques de la tâche ou l'âge et l'entraînement du sujet - même si l'on sait qu'en faisant cela on laisse peut-être éléments pertinents. Pour d'autres, le choix est plus difficile. Les études sur l'erreur humaine, par exemple, montrent que les facteurs capables de les produire sont nombreux (Reason 1989). Parfois, lorsque les connaissances théoriques sont insuffisantes, seul un traitement statistique, combinant analyse du contexte et de l'activité, permet de faire émerger les facteurs contextuels pertinents (Fadier 1990).

Figure 1. Les critères et sous-critères de la taxonomie des micro-mondes proposée par Brehmer (1990)

ERG040T1

La tâche ou l'activité ?

La tâche

La tâche est définie par ses objectifs, ses contraintes et les moyens qu'elle nécessite pour sa réalisation. Une fonction au sein de l'entreprise est généralement caractérisée par un ensemble de tâches. La tâche réalisée diffère de la tâche prescrite planifiée par l'entreprise pour un grand nombre de raisons : les stratégies des opérateurs varient au sein et entre les individus, l'environnement fluctue et les aléas nécessitent des réponses qui sortent souvent du cadre prescrit. Finalement, le tâche n'est pas toujours ordonnancée avec la bonne connaissance de ses conditions d'exécution, d'où la nécessité d'adaptations en temps réel. Mais même si la tâche est mise à jour au cours de l'activité, parfois au point de se transformer, elle n'en reste pas moins la référence centrale.

Les questionnaires, inventaires et taxonomies de tâches sont nombreux, notamment dans la littérature anglo-saxonne — le lecteur trouvera d'excellentes recensions dans Fleishman et Quaintance (1984) et dans Greuter et Algera (1989). Certains de ces instruments ne sont que des listes d'éléments — par exemple, les verbes d'action pour illustrer des tâches — qui sont cochés selon la fonction étudiée. D'autres ont adopté un principe hiérarchique, caractérisant une tâche comme des éléments imbriqués, ordonnés du global au particulier. Ces méthodes sont standardisées et peuvent s'appliquer à un grand nombre de fonctions ; ils sont simples à utiliser et la phase d'analyse est beaucoup plus courte. Mais lorsqu'il s'agit de définir un travail spécifique, elles sont trop statiques et trop générales pour être utiles.

Ensuite, il y a les instruments qui demandent plus d'habileté de la part du chercheur ; les éléments d'analyse n'étant pas prédéfinis, il appartient au chercheur de les caractériser. La technique déjà dépassée de l'incident critique de Flanagan (1954), où l'observateur décrit une fonction par référence à ses difficultés et identifie les incidents auxquels l'individu devra faire face, appartient à ce groupe.

C'est aussi la voie empruntée par l'analyse des tâches cognitives (Roth et Woods 1988). Cette technique vise à mettre en lumière les exigences cognitives d'un travail. Une façon d'y parvenir est de décomposer le travail en objectifs, contraintes et moyens. La figure 2 montre comment la tâche d'un anesthésiste, caractérisée d'abord par un objectif très global de survie du patient, peut être décomposée en une série de sous-objectifs, eux-mêmes classables en actions et moyens à mettre en œuvre. Plus de 100 heures d'observation au bloc opératoire et d'entretiens ultérieurs avec des anesthésistes ont été nécessaires pour obtenir cette « photographie » synoptique des exigences de la fonction. Cette technique, bien qu'assez laborieuse, est néanmoins utile en ergonomie pour déterminer si tous les buts d'une tâche sont pourvus des moyens de les atteindre. Elle permet également de comprendre la complexité d'une tâche (ses difficultés particulières et ses objectifs contradictoires, par exemple) et facilite l'interprétation de certaines erreurs humaines. Mais elle souffre, comme d'autres méthodes, de l'absence d'un langage descriptif (Grant et Mayes 1991). De plus, elle ne permet pas de formuler des hypothèses sur la nature des processus cognitifs mis en jeu pour atteindre les buts en question.

Figure 2. Analyse cognitive de la tâche : anesthésie générale

ERG040F1

D'autres approches ont analysé les processus cognitifs associés à des tâches données en élaborant des hypothèses sur le traitement de l'information nécessaire à leur accomplissement. Un modèle cognitif de ce type fréquemment employé est celui de Rasmussen (1986) qui prévoit, selon la nature de la tâche et sa familiarité pour le sujet, trois niveaux d'activité possibles basés soit sur des habitudes et des réflexes basés sur des compétences, soit sur des règles acquises basées sur les procédures ou sur les procédures basées sur les connaissances. Mais d'autres modèles ou théories qui ont atteint leur apogée dans les années 1970 restent en usage. Ainsi, la théorie du contrôle optimal, qui considère l'homme comme un contrôleur des écarts entre buts assignés et buts observés, est parfois encore appliquée aux processus cognitifs. Et la modélisation au moyen de réseaux de tâches interconnectées et d'organigrammes continue d'inspirer les auteurs de l'analyse cognitive des tâches ; la figure 3 propose une description simplifiée des séquences comportementales dans une tâche de contrôle de l'énergie, en construisant une hypothèse sur certaines opérations mentales. Toutes ces tentatives traduisent le souci des chercheurs de réunir dans une même description non seulement des éléments de contexte mais aussi la tâche elle-même et les processus cognitifs qui la sous-tendent – ​​et de refléter aussi le caractère dynamique du travail.

Figure 3. Description simplifiée des déterminants d'une séquence de comportement dans des tâches de maîtrise de l'énergie : un cas de consommation d'énergie inacceptable

ERG040F2

Depuis l'avènement de l'organisation scientifique du travail, le concept de tâche prescrite a fait l'objet de critiques négatives car il était considéré comme impliquant l'imposition aux travailleurs de tâches non seulement conçues sans consulter leurs besoins, mais souvent accompagnées d'un temps d'exécution spécifique. , une restriction mal accueillie par de nombreux travailleurs. Même si l'aspect d'imposition s'est plutôt assoupli aujourd'hui et même si les travailleurs contribuent plus souvent à la conception des tâches, un temps assigné aux tâches demeure nécessaire à la planification des horaires et demeure une composante essentielle de l'organisation du travail. La quantification du temps ne doit pas toujours être perçue de manière négative. Il constitue un indicateur précieux de la charge de travail. Une méthode simple mais courante de mesure de la pression temporelle exercée sur un travailleur consiste à déterminer le quotient du temps nécessaire à l'exécution d'une tâche divisé par le temps disponible. Plus ce quotient est proche de l'unité, plus la pression est forte (Wickens 1992). De plus, la quantification peut être utilisée dans une gestion du personnel souple mais appropriée. Prenons le cas des infirmières où la technique d'analyse prédictive des tâches a été généralisée, par exemple, dans la réglementation canadienne Planification des soins infirmiers requis (PRN 80) (Kepenne 1984) ou une de ses variantes européennes. Grâce à de telles listes de tâches, accompagnées de leurs délais d'exécution, on peut, chaque matin, compte tenu du nombre de patients et de leurs conditions médicales, établir un planning de soins et une répartition du personnel. Loin d'être une contrainte, le PRN 80 a, dans un certain nombre d'hôpitaux, démontré qu'il existait une pénurie de personnel soignant, puisque la technique permet d'établir un écart (voir figure 4) entre le souhaité et le constaté, c'est-à-dire entre le nombre de personnel nécessaire et le nombre disponible, et même entre les tâches prévues et les tâches réalisées. Les délais calculés ne sont que des moyennes et les fluctuations de la situation ne les rendent pas toujours applicables, mais cet aspect négatif est minimisé par une organisation souple qui accepte les ajustements et permet au personnel de participer à leur réalisation.

Figure 4. Écarts entre les effectifs présents et nécessaires sur la base du PRN80

ERG040F3

L'activité, les preuves et la performance

Une activité est définie comme l'ensemble des comportements et des ressources utilisées par l'opérateur pour que se produise un travail, c'est-à-dire la transformation ou la production d'un bien ou la prestation d'un service. Cette activité peut être appréhendée par l'observation de différentes manières. Faverge (1972) a décrit quatre formes d'analyse. La première est une analyse en termes de gestes et de postures, où l'observateur repère, au sein de l'activité visible de l'opérateur, des classes de comportements reconnaissables et répétés au cours du travail. Ces activités sont souvent couplées à une réponse précise : par exemple, la fréquence cardiaque, qui permet d'évaluer la charge physique associée à chaque activité. La deuxième forme d'analyse est en termes de prise d'informations. Ce qui est découvert, par observation directe - ou à l'aide de caméras ou d'enregistreurs de mouvements oculaires -, c'est l'ensemble des signaux captés par l'opérateur dans le champ d'information qui l'entoure. Cette analyse est particulièrement utile en ergonomie cognitive pour tenter de mieux comprendre le traitement de l'information effectué par l'opérateur. Le troisième type d'analyse est en termes de réglementation. L'idée est d'identifier les ajustements d'activité opérés par l'opérateur pour faire face soit aux fluctuations de l'environnement, soit à l'évolution de sa propre condition. On y retrouve l'intervention directe du contexte dans l'analyse. L'un des projets de recherche les plus fréquemment cités dans ce domaine est celui de Sperandio (1972). Cet auteur a étudié l'activité des contrôleurs aériens et identifié d'importants changements de stratégie lors d'une augmentation du trafic aérien. Il les a interprétés comme une tentative de simplifier l'activité en visant à maintenir un niveau de charge acceptable, tout en continuant à répondre aux exigences de la tâche. La quatrième est une analyse en termes de processus de pensée. Ce type d'analyse a été largement utilisé dans l'ergonomie des postes fortement automatisés. En effet, la conception d'aides informatiques et notamment d'aides intelligentes à l'opérateur nécessite une compréhension approfondie de la manière dont l'opérateur raisonne pour résoudre certains problèmes. Le raisonnement impliqué dans la planification, l'anticipation et le diagnostic a fait l'objet d'analyses, dont un exemple peut être trouvé dans la figure 5. Cependant, la preuve de l'activité mentale ne peut être qu'inférée. Hormis certains aspects observables du comportement, tels que les mouvements oculaires et le temps de résolution de problèmes, la plupart de ces analyses recourent à la réponse verbale. Un accent particulier a été mis, ces dernières années, sur les connaissances nécessaires à l'accomplissement de certaines activités, les chercheurs essayant de ne pas les postuler au départ mais de les faire apparaître à travers l'analyse elle-même.

Figure 5. Analyse de l'activité mentale. Stratégies de contrôle des procédés à temps de réponse longs : le besoin d'un support informatisé au diagnostic

ERG040T2

Ces efforts ont mis en évidence le fait que des performances quasiment identiques peuvent être obtenues avec des niveaux de connaissance très différents, à condition que les opérateurs soient conscients de leurs limites et appliquent des stratégies adaptées à leurs capacités. Ainsi, dans notre étude du démarrage d'une centrale thermoélectrique (De Keyser et Housiaux 1989), les démarrages ont été effectués à la fois par des ingénieurs et des opérateurs. Les connaissances théoriques et procédurales que possédaient ces deux groupes, qui avaient été obtenues au moyen d'entretiens et de questionnaires, étaient très différentes. Les opérateurs notamment avaient parfois une compréhension erronée des variables dans les liens fonctionnels du processus. Malgré cela, les performances des deux groupes étaient très proches. Mais les opérateurs ont pris en compte plus de variables pour vérifier la maîtrise du démarrage et ont procédé à des vérifications plus fréquentes. De tels résultats ont également été obtenus par Amalberti (1991), qui mentionne l'existence de métaconnaissances permettant aux experts de gérer leurs propres ressources.

Quoi preuve d'activité convient-il d'élucider ? Sa nature, on l'a vu, dépend étroitement de la forme d'analyse envisagée. Sa forme varie selon le degré de soin méthodologique exercé par l'observateur. Provoqué la preuve se distingue de spontané preuves et concomitant De ultérieur preuve. De manière générale, lorsque la nature du travail le permet, les témoignages concomitants et spontanés sont à privilégier. Ils sont exempts de divers inconvénients tels que le manque de fiabilité de la mémoire, l'interférence de l'observateur, l'effet de rationalisation de la reconstruction de la part du sujet, etc. Pour illustrer ces distinctions, nous prendrons l'exemple des verbalisations. Les verbalisations spontanées sont des échanges verbaux, ou des monologues exprimés spontanément sans être sollicités par l'observateur ; les verbalisations provoquées sont celles faites à la demande spécifique de l'observateur, comme la demande faite au sujet de « penser à haute voix », bien connue dans la littérature cognitive. Les deux types peuvent être effectués en temps réel, pendant le travail, et sont donc concomitants.

Elles peuvent aussi être postérieures, comme dans les entretiens, ou les verbalisations des sujets lorsqu'ils visionnent des bandes vidéo de leur travail. Quant à la validité des verbalisations, le lecteur ne doit pas ignorer le doute soulevé à cet égard par la controverse entre Nisbett et De Camp Wilson (1977) et White (1988) et les précautions suggérées par de nombreux auteurs conscients de leur importance dans l'étude. de l'activité mentale compte tenu des difficultés méthodologiques rencontrées (Ericson et Simon 1984 ; Savoyant et Leplat 1983 ; Caverni 1988 ; Bainbridge 1986).

L'organisation de ces preuves, leur traitement et leur formalisation nécessitent des langages descriptifs et parfois des analyses qui vont au-delà de l'observation de terrain. Les activités mentales qui sont déduites de la preuve, par exemple, restent hypothétiques. Aujourd'hui, ils sont souvent décrits à l'aide de langages issus de l'intelligence artificielle, faisant appel à des représentations en termes de schémas, de règles de production et de réseaux de connexion. Par ailleurs, l'utilisation de simulations informatiques - de micro-mondes - pour repérer certaines activités mentales s'est généralisée, même si la validité des résultats obtenus à partir de telles simulations informatiques, compte tenu de la complexité du monde industriel, est sujette à débat. Enfin, il faut mentionner les modélisations cognitives de certaines activités mentales extraites du terrain. Parmi les plus connus figure le diagnostic de l'exploitant d'une centrale nucléaire, réalisé à ISPRA (Decortis et Cacciabue 1990), et la planification du pilote de combat mise au point à Centre d'études et de recherches de médecine aérospatiale (CERMA) (Amalberti et al. 1989).

La mesure des écarts entre les performances de ces modèles et celles d'opérateurs réels et vivants est un champ fécond d'analyse d'activité. Performance est le résultat de l'activité, la réponse finale donnée par le sujet aux exigences de la tâche. Elle s'exprime au niveau de la production : productivité, qualité, erreur, incident, accident – ​​voire, à un niveau plus global, absentéisme ou turnover. Mais elle doit aussi être identifiée au niveau individuel : l'expression subjective de la satisfaction, du stress, de la fatigue ou de la charge de travail, et de nombreuses réponses physiologiques sont aussi des indicateurs de performance. Seul l'ensemble des données permet d'interpréter l'activité, c'est-à-dire de juger si elle sert ou non les buts recherchés tout en restant dans les limites humaines. Il existe un ensemble de normes qui, jusqu'à un certain point, guident l'observateur. Mais ces normes ne sont pas situé— ils ne tiennent pas compte du contexte, de ses fluctuations et de la condition du travailleur. C'est pourquoi en ergonomie de conception, même lorsqu'il existe des règles, des normes et des modèles, il est conseillé aux concepteurs de tester le produit à l'aide de prototypes le plus tôt possible et d'évaluer l'activité et les performances des utilisateurs.

Travail Individuel ou Collectif ?

Alors que dans la grande majorité des cas, le travail est un acte collectif, la plupart des analyses du travail portent sur des tâches ou des activités individuelles. Pourtant, force est de constater que l'évolution technologique, tout comme l'organisation du travail, privilégie aujourd'hui le travail distribué, que ce soit entre ouvriers et machines ou simplement au sein d'un groupe. Quelles pistes ont été explorées par les auteurs pour prendre en compte cette distribution (Rasmussen, Pejtersen et Schmidts 1990) ? Ils portent sur trois aspects : la structure, la nature des échanges et la labilité structurelle.

Structure

Que l'on considère la structure comme des éléments d'analyse des personnes, ou des services, voire des différentes branches d'une entreprise travaillant en réseau, la description des liens qui les unissent reste un problème. Nous connaissons très bien les organigrammes au sein des entreprises qui indiquent la structure d'autorité et dont les différentes formes reflètent la philosophie organisationnelle de l'entreprise, très hiérarchisées pour une structure de type Taylor, ou aplaties en râteau, voire matricielles, pour une structuration plus souple. D'autres descriptions d'activités distribuées sont possibles : un exemple est donné dans la figure 6. Plus récemment, la nécessité pour les entreprises de représenter leurs échanges d'informations au niveau mondial a conduit à repenser les systèmes d'information. Grâce à certains langages descriptifs, par exemple les schémas de conception ou les matrices entité-relations-attributs, la structure des relations au niveau collectif peut aujourd'hui être décrite de manière très abstraite et peut servir de tremplin à la création de systèmes de gestion informatisés. .

Figure 6. Conception intégrée du cycle de vie

ERG040F5

La nature des échanges

La simple description des liens unissant les entités en dit peu sur le contenu même des échanges ; bien sûr, la nature de la relation peut être précisée — déplacement d'un lieu à un autre, transferts d'information, dépendance hiérarchique, etc. — mais c'est souvent tout à fait insuffisant. L'analyse des communications au sein des équipes est devenue un moyen privilégié pour saisir la nature même du travail collectif, englobant les sujets évoqués, la création d'un langage commun dans une équipe, la modification des communications lorsque les circonstances sont critiques, etc. (Tardieu, Nanci et Pascot 1985 ; Rolland 1986 ; Navarro 1990 ; Van Daele 1992 ; Lacoste 1983 ; Moray, Sanderson et Vincente 1989). La connaissance de ces interactions est particulièrement utile pour la création d'outils informatiques, notamment d'aide à la décision pour comprendre les erreurs. Les différentes étapes et les difficultés méthodologiques liées à l'utilisation de ces preuves ont été bien décrites par Falzon (1991).

Labilité structurelle

C'est le travail sur les activités plutôt que sur les tâches qui a ouvert le champ de la labilité structurelle, c'est-à-dire des reconfigurations constantes du travail collectif sous l'influence de facteurs contextuels. Des études comme celles de Rogalski (1991), qui ont analysé sur une longue période les activités collectives face aux incendies de forêt en France, ou de Bourdon et Weill Fassina (1994), qui ont étudié la structure organisationnelle mise en place pour faire face aux accidents ferroviaires, sont à la fois très instructif. Ils montrent bien comment le contexte façonne la structure des échanges, le nombre et le type d'acteurs impliqués, la nature des communications et le nombre de paramètres essentiels au travail. Plus ce contexte fluctue, plus les descriptions figées de la tâche s'éloignent de la réalité. La connaissance de cette labilité et une meilleure compréhension des phénomènes qui s'y déroulent sont indispensables pour anticiper l'imprévisible et mieux former les acteurs du travail collectif en situation de crise.

Conclusions

Les différentes phases de l'analyse du travail qui ont été décrites sont une partie itérative de tout cycle de conception des facteurs humains (voir figure 6). Dans cette conception de tout objet technique, qu'il s'agisse d'un outil, d'un poste de travail ou d'une usine, où les facteurs humains sont pris en compte, certaines informations sont nécessaires dans le temps. En général, le début du cycle de conception est caractérisé par un besoin de données portant sur les contraintes environnementales, les types de travaux à réaliser et les différentes caractéristiques des utilisateurs. Ces premières informations permettent d'établir le cahier des charges de l'objet afin de tenir compte des impératifs de travail. Mais ce n'est, en quelque sorte, qu'un modèle grossier par rapport à la situation de travail réelle. C'est pourquoi il faut des modèles et des prototypes qui, dès leur création, permettent d'évaluer non pas les emplois eux-mêmes, mais les activités des futurs utilisateurs. Par conséquent, si la conception des images sur un moniteur dans une salle de contrôle peut être basée sur une analyse cognitive approfondie du travail à effectuer, seule une analyse basée sur les données de l'activité permettra de déterminer avec précision si le prototype sera réellement être utile dans la situation de travail réelle (Van Daele 1988). Une fois l'objet technique fini mis en service, l'accent est davantage mis sur la performance des utilisateurs et sur les situations de dysfonctionnement, comme les accidents ou les erreurs humaines. La collecte de ce type d'informations permet d'apporter les corrections finales qui augmenteront la fiabilité et la convivialité de l'objet terminé. L'industrie nucléaire comme l'industrie aéronautique en sont un exemple : le retour d'expérience consiste à signaler chaque incident survenu. De cette façon, la boucle de conception est bouclée.

 

Noir

Lundi, Mars 07 2011 19: 01

Ergonomie et standardisation

Origins

La normalisation dans le domaine de l'ergonomie a une histoire relativement courte. Elle a commencé au début des années 1970 lorsque les premiers comités ont été fondés au niveau national (par exemple, en Allemagne au sein de l'institut de normalisation DIN), et elle s'est poursuivie au niveau international après la fondation de l'ISO (Organisation internationale de normalisation) TC (Comité technique) 159 « Ergonomie », en 1975. Entre-temps, la normalisation de l'ergonomie a également lieu au niveau régional, par exemple au niveau européen au sein du CEN (Commission européenne de normalisation), qui a créé son TC 122 "Ergonomie" en 1987. L'existence de ce dernier comité souligne le fait que l'une des raisons importantes de la création de comités de normalisation des connaissances et des principes en ergonomie se trouve dans l'ordre juridique (et quasi-juridique) réglementations, notamment en matière de sécurité et de santé, qui exigent l'application des principes et des connaissances ergonomiques dans la conception des produits et des systèmes de travail. Les lois nationales exigeant l'application de connaissances ergonomiques bien établies ont été à l'origine de la création du comité allemand de l'ergonomie en 1970, et les directives européennes, en particulier la directive Machines (relative aux normes de sécurité), ont été chargées de créer un comité ergonomique sur le marché européen. niveau. Étant donné que les réglementations légales ne sont généralement pas, ne peuvent et ne doivent pas être très spécifiques, la tâche de spécifier quels principes et conclusions ergonomiques doivent être appliqués a été confiée ou reprise par des comités de normalisation ergonomique. Surtout au niveau européen, on peut reconnaître que la normalisation ergonomique peut contribuer à fournir des conditions générales et comparables de sécurité des machines, supprimant ainsi les obstacles au libre-échange des machines sur le continent lui-même.

Perspectives

La normalisation de l'ergonomie a donc commencé par une forte protecteur, bien que préventive, avec des normes ergonomiques élaborées dans le but de protéger les travailleurs contre les effets néfastes à différents niveaux de protection de la santé. Des normes ergonomiques ont ainsi été élaborées avec les intentions suivantes en vue :

  • s'assurer que les tâches assignées ne dépassent pas les limites des capacités de performance du travailleur
  • pour prévenir les blessures ou tout effet préjudiciable à la santé du travailleur, qu'il soit permanent ou transitoire, à court ou à long terme, même si les tâches en question peuvent être exécutées, ne serait-ce que pour une courte période, sans effets négatifs
  • prévoir que les tâches et les conditions de travail ne conduisent pas à des déficiences, même si la récupération est possible avec le temps.

 

La normalisation internationale, qui n'était pas si étroitement couplée à la législation, en revanche, a toujours aussi tenté d'ouvrir une perspective dans le sens d'une production de normes allant au-delà de la prévention et de la protection contre les effets néfastes (par exemple, en spécifiant des normes minimales/maximales valeurs) et à la place proactive prévoir des conditions de travail optimales pour favoriser le bien-être et le développement personnel du travailleur, ainsi que l'efficacité, l'efficience, la fiabilité et la productivité du système de travail.

C'est un point où il devient évident que l'ergonomie, et en particulier la normalisation de l'ergonomie, a des dimensions sociales et politiques très distinctes. Alors que l'approche protectrice en matière de sécurité et de santé est généralement acceptée et convenue entre les parties concernées (employeurs, syndicats, administration et experts en ergonomie) pour tous les niveaux de normalisation, l'approche proactive n'est pas également acceptée par toutes les parties de la même manière . Cela pourrait être dû au fait que, en particulier lorsque la législation exige l'application de principes ergonomiques (et donc explicitement ou implicitement l'application de normes ergonomiques), certaines parties estiment que ces normes pourraient limiter leur liberté d'action ou de négociation. Étant donné que les normes internationales sont moins contraignantes (leur transfert dans le corps des normes nationales est à la discrétion des comités nationaux de normalisation), l'approche proactive a été développée le plus au niveau international de la normalisation ergonomique.

Le fait que certaines réglementations restreignent effectivement la marge d'appréciation de ceux auxquels elles s'appliquent a eu pour effet de décourager la normalisation dans certains domaines, par exemple en lien avec les directives européennes de l'article 118a de l'Acte unique européen, relatives à la sécurité et à la santé dans l'utilisation et la fonctionnement des machines sur le lieu de travail, et dans la conception des systèmes de travail et la conception du lieu de travail. D'autre part, en vertu des directives émises en vertu de l'article 100a, relatives à la sécurité et à la santé dans la conception des machines en ce qui concerne le libre échange de ces machines au sein de l'Union européenne (UE), la normalisation ergonomique européenne est mandatée par la Commission européenne.

D'un point de vue ergonomique, cependant, il est difficile de comprendre pourquoi l'ergonomie dans la conception des machines devrait être différente de celle dans l'utilisation et le fonctionnement des machines dans un système de travail. Il faut donc espérer que la distinction sera abandonnée à l'avenir, car elle semble être plus préjudiciable que bénéfique au développement d'un corps cohérent de normes ergonomiques.

Types de normes ergonomiques

La première norme internationale d'ergonomie à avoir été développée (basée sur une norme nationale allemande DIN) est la norme ISO 6385, "Principes ergonomiques dans la conception des systèmes de travail", publiée en 1981. C'est la norme de base de la série de normes ergonomiques et elle fixe les étape pour les normes qui ont suivi en définissant les concepts de base et en énonçant les principes généraux de la conception ergonomique des systèmes de travail, y compris les tâches, les outils, les machines, les postes de travail, l'espace de travail, l'environnement de travail et l'organisation du travail. Cette norme internationale, actuellement en cours de révision, est une norme de référence, et en tant que tel fournit des directives à suivre. Cependant, il ne fournit pas de spécifications techniques ou physiques qui doivent être respectées. Ceux-ci peuvent être trouvés dans un autre type de normes, c'est-à-dire normes de spécification, par exemple celles sur l'anthropométrie ou les conditions thermiques. Les deux types de normes remplissent des fonctions différentes. Alors que les normes d'orientation ont l'intention de montrer à leurs utilisateurs "ce qu'il faut faire et comment le faire" et d'indiquer les principes qui doivent ou doivent être respectés, par exemple, en ce qui concerne la charge de travail mental, les normes de spécification fournissent aux utilisateurs des informations détaillées sur les distances de sécurité ou les procédures de mesure, par exemple par exemple, qui doivent être respectées et où le respect de ces prescriptions peut être testé par des procédures spécifiées. Cela n'est pas toujours possible avec les normes de lignes directrices, même si malgré leur manque relatif de spécificité, il peut généralement être démontré quand et où les lignes directrices ont été violées. Un sous-ensemble de normes de spécification sont des normes de « base de données », qui fournissent à l'utilisateur des données ergonomiques pertinentes, par exemple, les dimensions du corps.

Les normes CEN sont classées en normes de type A, B et C, en fonction de leur portée et de leur domaine d'application. Les normes de type A sont des normes générales de base qui s'appliquent à toutes sortes d'applications, les normes de type B sont spécifiques à un domaine d'application (ce qui signifie que la plupart des normes ergonomiques au sein du CEN seront de ce type), et C- les normes de type sont spécifiques à un certain type de machines, par exemple les perceuses à main.

Comités de normalisation

Les normes ergonomiques, comme les autres normes, sont produites dans les comités techniques (TC) appropriés, leurs sous-comités (SC) ou groupes de travail (WG). Pour l'ISO, il s'agit du TC 159, pour le CEN, du TC 122 et, au niveau national, des comités nationaux respectifs. Outre les comités d'ergonomie, l'ergonomie est également traitée dans les TC travaillant sur la sécurité des machines (par exemple, CEN TC 114 et ISO TC 199) avec lesquels une liaison et une coopération étroite sont maintenues. Des liaisons sont également établies avec d'autres comités pour lesquels l'ergonomie pourrait être pertinente. La responsabilité des normes ergonomiques est toutefois réservée aux comités d'ergonomie eux-mêmes.

Un certain nombre d'autres organisations sont engagées dans la production de normes ergonomiques, telles que la CEI (Commission électrotechnique internationale); CENELEC, ou les comités nationaux respectifs dans le domaine électrotechnique ; CCITT (Comité consultatif international des organisations téléphoniques et télégraphiques) ou ETSI (Institut européen des normes de télécommunication) dans le domaine des télécommunications ; ECMA (European Computer Manufacturers Association) dans le domaine des systèmes informatiques ; et CAMAC (Computer Assisted Measurement and Control Association) dans le domaine des nouvelles technologies en fabrication, pour n'en nommer que quelques-unes. Avec certains d'entre eux, les comités d'ergonomie ont des liaisons afin d'éviter la duplication du travail ou des spécifications incohérentes ; avec certaines organisations (par exemple, la CEI), même des comités techniques mixtes sont établis pour la coopération dans des domaines d'intérêt mutuel. Avec d'autres comités, cependant, il n'y a aucune coordination ou coopération. L'objectif principal de ces comités est de produire des normes (d'ergonomie) spécifiques à leur domaine d'activité. Comme le nombre de telles organisations aux différents niveaux est assez important, il devient assez compliqué (voire impossible) de faire un tour d'horizon complet de la normalisation ergonomique. La présente revue se limitera donc à la normalisation ergonomique dans les comités d'ergonomie internationaux et européens.

Structure des comités de normalisation

Les comités de normalisation de l'ergonomie ont une structure assez similaire. Habituellement, un TC au sein d'une organisation de normalisation est responsable de l'ergonomie. Ce comité (par exemple, ISO TC 159) a principalement à voir avec les décisions sur ce qui doit être normalisé (par exemple, les éléments de travail) et comment organiser et coordonner la normalisation au sein du comité, mais généralement aucune norme n'est préparée à ce niveau. Au-dessous du niveau TC se trouvent d'autres comités. Par exemple, l'ISO a des sous-comités (SC), qui sont responsables d'un domaine de normalisation défini : SC 1 pour les principes directeurs ergonomiques généraux, SC 3 pour l'anthropométrie et la biomécanique, SC 4 pour l'interaction homme-système et SC 5 pour le travail physique. environnement. Le CEN TC 122 a des groupes de travail (WG) sous le niveau TC qui sont constitués de manière à traiter des domaines spécifiés dans le cadre de la normalisation ergonomique. Les SC au sein de l'ISO TC 159 fonctionnent comme des comités directeurs pour leur domaine de responsabilité et procèdent au premier vote, mais généralement ils ne préparent pas également les normes. Cela se fait dans leurs groupes de travail, qui sont composés d'experts nommés par leurs comités nationaux, tandis que les réunions du SC et du TC sont suivies par des délégations nationales représentant les points de vue nationaux. Au sein du CEN, les tâches ne sont pas nettement distinguées au niveau du groupe de travail ; Les groupes de travail fonctionnent à la fois comme comités de pilotage et de production, bien qu'une grande partie du travail soit accomplie dans des groupes ad hoc, qui sont composés de membres du groupe de travail (nommés par leurs comités nationaux) et établis pour préparer les projets de norme. Les groupes de travail au sein d'un SC ISO sont créés pour effectuer le travail pratique de normalisation, c'est-à-dire préparer des projets, travailler sur des commentaires, identifier les besoins de normalisation et préparer des propositions au SC et au TC, qui prendront ensuite les décisions ou actions appropriées.

Préparation des normes ergonomiques

La préparation des normes ergonomiques a changé de manière assez marquée au cours des dernières années compte tenu de l'accent mis désormais davantage sur les développements européens et internationaux. Au début, les normes nationales, qui avaient été préparées par des experts d'un pays au sein de leur comité national et approuvées par les parties intéressées parmi le grand public de ce pays dans le cadre d'une procédure de vote spécifiée, ont été transférées en tant que contribution au SC et au GT responsables. de l'ISO TC 159, après qu'un vote formel ait été pris au niveau du TC pour qu'une telle norme internationale soit préparée. Le groupe de travail, composé d'experts en ergonomie (et d'experts des parties politiquement intéressées) de tous les organismes membres participants (c'est-à-dire les organisations nationales de normalisation) du TC 159 qui étaient disposés à coopérer à ce projet de travail, travaillerait ensuite sur toutes les contributions et préparerait un projet de travail (WD). Une fois ce projet de proposition approuvé par le groupe de travail, il devient un projet de comité (CD), qui est distribué aux comités membres du SC pour approbation et commentaires. Si le projet reçoit un soutien substantiel de la part des comités membres du SC (c'est-à-dire si au moins les deux tiers votent en faveur) et après que les commentaires des comités nationaux ont été incorporés par le groupe de travail dans la version améliorée, un projet de norme internationale (DIS) est soumise au vote de tous les membres du TC 159. Si un soutien substantiel, à cette étape de la part des comités membres du TC, est obtenu (et peut-être après avoir incorporé des modifications éditoriales), cette version sera alors publiée en tant que Norme internationale (IS) par l'ISO. Le vote des comités membres au niveau TC et SC est basé sur le vote au niveau national, et les commentaires peuvent être fournis par les comités membres par des experts ou des parties intéressées dans chaque pays. La procédure est à peu près équivalente dans le CEN TC 122, à l'exception qu'il n'y a pas de SC en dessous du niveau TC et que le vote a lieu avec des votes pondérés (selon la taille du pays) alors qu'au sein de l'ISO la règle est un pays, un voter. Si un projet échoue à n'importe quelle étape, et à moins que le groupe de travail décide qu'une révision acceptable ne peut pas être réalisée, il doit être révisé et doit ensuite repasser par la procédure de vote.

Les normes internationales sont ensuite transférées en normes nationales si les comités nationaux votent en conséquence. En revanche, les normes européennes (EN) doivent être transférées dans des normes nationales par les membres du CEN et les normes nationales en conflit doivent être supprimées. Cela signifie que les EN harmonisées seront effectives dans tous les pays CEN (et, en raison de leur influence sur le commerce, seront pertinentes pour les fabricants de tous les autres pays qui ont l'intention de vendre des biens à un client dans un pays CEN).

Coopération ISO-CEN

Afin d'éviter les normes contradictoires et la duplication des travaux et de permettre aux non-membres du CEN de participer aux développements au sein du CEN, un accord de coopération entre l'ISO et le CEN a été conclu (ce que l'on appelle Accord de Vienne) qui réglemente les formalités et prévoit une procédure dite de vote parallèle, qui permet de voter parallèlement sur les mêmes projets au CEN et à l'ISO, si les commissions compétentes en conviennent. Parmi les comités d'ergonomie, la tendance est assez claire : éviter la duplication du travail (les ressources humaines et financières sont trop limitées), éviter les spécifications contradictoires et essayer de parvenir à un ensemble cohérent de normes ergonomiques basées sur une division du travail. Alors que le CEN TC 122 est lié par les décisions de l'administration de l'UE et obtient des éléments de travail mandatés pour stipuler les spécifications des directives européennes, l'ISO TC 159 est libre de normaliser tout ce qu'il juge nécessaire ou approprié dans le domaine de l'ergonomie. Cela a conduit à des changements d'orientation des deux comités, le CEN se concentrant sur les machines et les sujets liés à la sécurité et l'ISO se concentrant sur les domaines où les intérêts du marché plus larges que l'Europe sont concernés (par exemple, le travail avec les écrans de visualisation et la conception de la salle de contrôle pour les processus et industries connexes); sur les domaines où le fonctionnement des machines est concerné, comme dans la conception du système de travail; et sur des domaines tels que l'environnement de travail et l'organisation du travail. L'intention, cependant, est de transférer les résultats des travaux du CEN vers l'ISO, et vice versa, afin de constituer un ensemble de normes ergonomiques cohérentes qui soient en fait efficaces dans le monde entier.

La procédure formelle d'élaboration des normes est toujours la même aujourd'hui. Mais comme l'accent s'est de plus en plus déplacé vers le niveau international ou européen, de plus en plus d'activités sont transférées à ces comités. Les projets sont désormais généralement élaborés directement dans ces comités et ne sont plus basés sur les normes nationales existantes. Une fois que la décision a été prise d'élaborer une norme, le travail commence directement à l'un de ces niveaux supranationaux, sur la base de tout apport disponible, parfois en partant de zéro. Cela modifie radicalement le rôle des comités nationaux d'ergonomie. Alors qu'ils développaient formellement leurs propres normes nationales selon leurs règles nationales, ils ont maintenant pour tâche d'observer et d'influencer la normalisation aux niveaux supranationaux - via les experts qui élaborent les normes ou via les commentaires formulés aux différentes étapes du vote (au sein de CEN, un projet national de normalisation sera arrêté si un projet comparable est en cours d'élaboration au niveau CEN). Cela rend la tâche encore plus compliquée, étant donné que cette influence ne peut s'exercer qu'indirectement et que l'élaboration de normes ergonomiques n'est pas seulement une question de science pure, mais une question de marchandage, de consensus et d'accord (notamment en raison des implications politiques que norme pourrait avoir). C'est bien sûr l'une des raisons pour lesquelles le processus d'élaboration d'une norme ergonomique internationale ou européenne prend généralement plusieurs années et pourquoi les normes ergonomiques ne peuvent pas refléter l'état de l'art le plus récent en matière d'ergonomie. Les normes ergonomiques internationales doivent donc être examinées tous les cinq ans et, si nécessaire, être révisées.

Domaines de normalisation en ergonomie

La normalisation internationale de l'ergonomie a commencé par des lignes directrices sur les principes généraux de l'ergonomie dans la conception des systèmes de travail; ils ont été définis dans l'ISO 6385, qui est actuellement en cours de révision afin d'intégrer de nouveaux développements. Le CEN a produit une norme de base similaire (EN 614, partie 1, 1994) - qui est davantage orientée vers les machines et la sécurité - et prépare une norme avec des lignes directrices sur la conception des tâches comme deuxième partie de cette norme de base. Le CEN souligne ainsi l'importance des tâches de l'opérateur dans la conception des machines ou des systèmes de travail, pour lesquels des outils ou des machines appropriés doivent être conçus.

Un autre domaine dans lequel des concepts et des lignes directrices ont été définis dans des normes est celui de la charge de travail mental. La partie 10075 de l'ISO 1 définit des termes et des concepts (par exemple, fatigue, monotonie, vigilance réduite) et la partie 2 (au stade d'un DIS dans la seconde moitié des années 1990) fournit des lignes directrices pour la conception de systèmes de travail en ce qui concerne charge mentale afin d'éviter les déficiences.

Le SC 3 de l'ISO TC 159 et le WG 1 du CEN TC 122 produisent des normes sur l'anthropométrie et la biomécanique, couvrant, entre autres sujets, les méthodes de mesures anthropométriques, les dimensions corporelles, les distances de sécurité et les dimensions d'accès, l'évaluation des postures de travail et la conception des postes de travail. en ce qui concerne les machines, les limites recommandées de résistance physique et les problèmes de manutention manuelle.

Le SC 4 de l'ISO 159 montre comment les changements technologiques et sociaux affectent la normalisation de l'ergonomie et le programme d'un tel sous-comité. SC 4 a commencé comme "Signaux et commandes" en normalisant les principes d'affichage des informations et en concevant des actionneurs de commande, l'un de ses éléments de travail étant l'unité d'affichage visuel (VDU), utilisée pour les tâches de bureau. Mais il est vite apparu qu'une standardisation de l'ergonomie des écrans ne suffirait pas et qu'une standardisation « autour » de ce poste de travail - au sens d'un système de travail— était nécessaire, couvrant des domaines tels que le matériel (par exemple, l'écran de visualisation lui-même, y compris les écrans, les claviers, les périphériques d'entrée sans clavier, les postes de travail), l'environnement de travail (par exemple, l'éclairage), l'organisation du travail (par exemple, les exigences des tâches) et les logiciels ( ex., principes de dialogue, menus et dialogues de manipulation directe). Cela a conduit à une norme en plusieurs parties (ISO 9241) couvrant les "exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec des écrans de visualisation" avec pour le moment 17 parties, dont 3 ont déjà atteint le statut d'un SI. Cette norme sera transférée au CEN (en tant que EN 29241) qui spécifiera les exigences de la directive VDU (90/270 CEE) de l'UE, bien qu'il s'agisse d'une directive en vertu de l'article 118a de l'Acte unique européen. Cette série de normes fournit des lignes directrices ainsi que des spécifications, selon le sujet de la partie donnée de la norme, et introduit un nouveau concept de normalisation, l'approche de la performance de l'utilisateur, qui pourrait aider à résoudre certains des problèmes de normalisation ergonomique. Il est décrit plus en détail dans le chapitre Unités d'affichage visuel .

L'approche de la performance de l'utilisateur repose sur l'idée que l'objectif de la normalisation est de prévenir les déficiences et de fournir des conditions de travail optimales pour l'opérateur, mais pas d'établir une spécification technique en soi. La spécification n'est donc considérée que comme un moyen d'obtenir des performances optimales et sans entrave pour l'utilisateur. L'important est d'obtenir cette performance intacte de l'opérateur, qu'une certaine spécification physique soit respectée ou non. Cela nécessite que les performances de l'opérateur non altérées qui doivent être atteintes, par exemple, les performances de lecture sur un écran de visualisation, soient spécifiées en premier lieu, et en second lieu, que des spécifications techniques soient développées qui permettront d'atteindre les performances souhaitées, sur la base de les preuves disponibles. Le fabricant est alors libre de suivre ces spécifications techniques qui assureront la conformité du produit aux exigences ergonomiques. Soit il peut démontrer, par comparaison avec un produit dont on sait qu'il satisfait aux exigences (soit par la conformité aux spécifications techniques de la norme, soit par des performances éprouvées), qu'avec le nouveau produit les exigences de performances sont également ou mieux satisfaites qu'avec le produit de référence, avec ou sans conformité aux spécifications techniques de la norme. Une procédure d'essai qui doit être suivie pour démontrer la conformité aux exigences de performance de l'utilisateur de la norme est spécifiée dans la norme.

Cette approche permet de surmonter deux problèmes. Les normes, en vertu de leurs spécifications, qui sont basées sur l'état de l'art (et de la technologie) au moment de la préparation de la norme, peuvent limiter les nouveaux développements. Les spécifications basées sur une certaine technologie (par exemple, les tubes à rayons cathodiques) peuvent être inappropriées pour d'autres technologies. Indépendamment de la technologie, cependant, l'utilisateur d'un dispositif d'affichage (par exemple) devrait être capable de lire et de comprendre les informations affichées de manière efficace et efficiente sans aucune altération, quelle que soit la technique utilisée. Dans ce cas, les performances ne doivent cependant pas se limiter à la puissance pure (mesurée en termes de vitesse ou de précision), mais doivent également tenir compte du confort et de l'effort.

Le deuxième problème qui peut être traité par cette approche est le problème des interactions entre les conditions. La spécification physique est généralement unidimensionnelle, laissant les autres conditions hors de considération. Dans le cas d'effets interactifs, cependant, cela peut être trompeur ou même faux. En spécifiant des exigences de performance, d'autre part, et en laissant les moyens de les atteindre au fabricant, toute solution qui satisfait à ces exigences de performance sera acceptable. Traiter la spécification comme un moyen vers une fin représente ainsi une véritable perspective ergonomique.

Une autre norme avec une approche de système de travail est en cours de préparation dans SC 4, qui concerne la conception de salles de contrôle, par exemple, pour les industries de transformation ou les centrales électriques. Une norme en plusieurs parties (ISO 11064) devrait être préparée en conséquence, les différentes parties traitant d'aspects de la conception de la salle de contrôle tels que l'aménagement, la conception du poste de travail de l'opérateur et la conception des écrans et des dispositifs d'entrée pour le contrôle des processus. Parce que ces éléments de travail et l'approche adoptée dépassent clairement les problèmes de conception des « affichages et commandes », SC 4 a été renommé « Interaction Homme-Système ».

Les problèmes d'environnement, notamment ceux liés aux conditions thermiques et à la communication en milieu bruyant, sont traités dans le SC 5, où des normes ont été ou sont en cours d'élaboration sur les méthodes de mesure, les méthodes d'estimation du stress thermique, les conditions de confort thermique, la production de chaleur métabolique , et sur les signaux de danger auditifs et visuels, le niveau d'interférence de la parole et l'évaluation de la communication vocale.

Le CEN TC 122 couvre à peu près les mêmes domaines de la normalisation ergonomique, bien qu'avec un accent différent et une structure différente de ses groupes de travail. Il est prévu, cependant, que par une division du travail entre les comités d'ergonomie et l'acceptation mutuelle des résultats du travail, un ensemble général et utilisable de normes ergonomiques sera développé.

 

Noir

Lundi, Mars 07 2011 19: 04

Listes de contrôle

Les systèmes de travail englobent des variables organisationnelles de niveau macro telles que le sous-système du personnel, le sous-système technologique et l'environnement externe. L'analyse des systèmes de travail est donc essentiellement un effort pour comprendre la répartition des fonctions entre l'ouvrier et l'équipe technique et la division du travail entre les personnes dans un environnement sociotechnique. Une telle analyse peut aider à prendre des décisions éclairées pour améliorer la sécurité des systèmes, l'efficacité du travail, le développement technologique et le bien-être mental et physique des travailleurs.

Les chercheurs examinent les systèmes de travail selon des approches divergentes (mécaniste, biologique, perceptuelle/motrice, motivationnelle) avec des résultats individuels et organisationnels correspondants (Campion et Thayer 1985). Le choix des méthodes d'analyse des systèmes de travail est dicté par les approches spécifiques adoptées et l'objectif particulier visé, le contexte organisationnel, les caractéristiques professionnelles et humaines et la complexité technologique du système étudié (Drury 1987). Les listes de contrôle et les questionnaires sont les moyens courants d'assembler des bases de données pour les planificateurs organisationnels afin de hiérarchiser les plans d'action dans les domaines de la sélection et du placement du personnel, de l'évaluation des performances, de la gestion de la sécurité et de la santé, de la conception travailleur-machine et de la conception ou reconception du travail. Les méthodes d'inventaire des listes de contrôle, par exemple le Position Analysis Questionnaire, ou PAQ (McCormick 1979), le Job Components Inventory (Banks et Miller 1984), le Job Diagnostic Survey (Hackman et Oldham 1975) et le Multi-method Job Design Questionnaire ( Campion 1988) sont les instruments les plus populaires et visent une variété d'objectifs.

Le PAQ comprend six grandes sections, comprenant 189 items comportementaux requis pour l'évaluation du rendement au travail et sept items supplémentaires liés à la rémunération monétaire :

  • saisie d'informations (où et comment obtient-on des informations sur les travaux à effectuer) (35 items)
  • processus mental (traitement de l'information et prise de décision dans l'exécution du travail) (14 items)
  • rendement du travail (travail physique effectué, outils et appareils utilisés) (50 éléments)
  • relations interpersonnelles (36 articles)
  • situation de travail et contexte de travail (contextes physiques/sociaux) (18 items)
  • autres caractéristiques de l'emploi (horaires de travail, exigences de l'emploi) (36 items).

 

L'inventaire des composants du travail Mark II contient sept sections. La section d'introduction traite des détails de l'organisation, des descriptions de poste et des détails biographiques du titulaire du poste. Les autres rubriques sont les suivantes :

  • outils et équipement — utilisations de plus de 200 outils et équipement (26 articles)
  • exigences physiques et perceptuelles — force, coordination, attention sélective (23 éléments)
  • exigences mathématiques — utilisation des nombres, trigonométrie, applications pratiques, p. ex. travailler avec des plans et des dessins (127 items)
  • exigences en matière de communication — préparation de lettres, utilisation de systèmes de codage, entrevues (19 éléments)
  • prise de décision et responsabilité - décisions concernant les méthodes, l'ordre du travail, les normes et les questions connexes (10 éléments)
  • les conditions de travail et les caractéristiques perçues de l'emploi.

 

Les méthodes de profil ont des éléments communs, c'est-à-dire (1) un ensemble complet de facteurs d'emploi utilisés pour sélectionner la gamme de travail, (2) une échelle de notation qui permet l'évaluation des exigences de l'emploi et (3) la pondération des caractéristiques de l'emploi en fonction de la structure organisationnelle et des exigences sociotechniques. Les profils des postes, un autre instrument de profil de tâche, développé dans l'Organisation Renault (RNUR 1976), contient un tableau d'entrées de variables représentatives des conditions de travail, et fournit aux répondants une échelle en cinq points sur laquelle ils peuvent sélectionner la valeur d'une variable qui va de très satisfaisant à très médiocre en enregistrant les réponses standardisées. Les variables couvrent (1) la conception du poste de travail, (2) l'environnement physique, (3) les facteurs de charge physique, (4) la tension nerveuse, (5) l'autonomie au travail, (6) les relations, (7) la répétitivité et ( 8) contenu du travail.

L'AET (Ergonomic Job Analysis) (Rohmert et Landau 1985), a été développé sur la base du concept de contrainte-déformation. Chacun des 216 items de l'AET est codé : un code définit les facteurs de stress, indiquant si un élément de travail est ou non qualifié de facteur de stress ; d'autres codes définissent le degré de stress associé à un travail ; et d'autres encore décrivent la durée et la fréquence du stress pendant le quart de travail.

L'AET se compose de trois parties :

  • Partie A. Le système de l'homme au travail (143 éléments) comprend les objets de travail, les outils et équipements, et l'environnement de travail constituant les conditions physiques, organisationnelles, sociales et économiques du travail.
  • Partie B. L'analyse des tâches (31 éléments) classées selon les différents types d'objets de travail, tels que les objets matériels et abstraits, et les tâches liées aux travailleurs.
  • Partie C. L'analyse de la demande de travail (42 items) comprend les éléments de perception, de décision et de réponse/activité. (Le supplément AET, H-AET, couvre les postures et les mouvements du corps dans les activités d'assemblage industriel).

 

De manière générale, les listes de contrôle adoptent l'une des deux approches, (1) l'approche axée sur l'emploi (par exemple, l'AET, Les profils des postes) et (2) l'approche axée sur les travailleurs (p. ex., le PAQ). Les inventaires et profils de tâches offrent une comparaison subtile des tâches complexes et des profils professionnels des emplois et déterminent les aspects du travail considérés a priori comme des facteurs incontournables d'amélioration des conditions de travail. Le PAQ met l'accent sur la classification des familles ou groupes d'emplois (Fleishman et Quaintence 1984 ; Mossholder et Arvey 1984 ; Carter et Biersner 1987), en inférant la validité des composantes de l'emploi et le stress au travail (Jeanneret 1980 ; Shaw et Riskind 1983). Du point de vue médical, tant la méthode AET que la méthode des profils permettent de comparer contraintes et aptitudes lorsque cela est nécessaire (Wagner 1985). Le questionnaire nordique est une présentation illustrative de l'analyse ergonomique du lieu de travail (Ahonen, Launis et Kuorinka 1989), qui couvre les aspects suivants :

  • espace de travail
  • activité physique générale
  • activité de levage
  • postures et mouvements de travail
  • risque d'accident
  • contenu du travail
  • restrictivité de l'emploi
  • la communication et les contacts personnels du travailleur
  • la prise de décision
  • répétitivité du travail
  • attention
  • conditions d'éclairage
  • environnement thermique
  • bruit.

 

Parmi les lacunes du format de liste de contrôle à usage général utilisé dans l'analyse ergonomique des tâches figurent les suivantes :

  • À quelques exceptions près (par exemple, l'AET et le questionnaire nordique), il y a un manque général de normes ergonomiques et de protocoles d'évaluation en ce qui concerne les différents aspects du travail et de l'environnement.
  • Il existe des dissemblances dans la construction globale des listes de contrôle en ce qui concerne les moyens de déterminer les caractéristiques des conditions de travail, le formulaire de devis, les critères et les méthodes de test.
  • L'évaluation de la charge physique, des postures de travail et des méthodes de travail est limitée en raison du manque de précision dans l'analyse des opérations de travail, par référence à l'échelle des niveaux relatifs de stress.
  • Les principaux critères d'évaluation de la charge mentale du travailleur sont le degré de complexité de la tâche, l'attention requise par la tâche et l'exécution des habiletés mentales. Les listes de contrôle existantes font moins référence à la sous-utilisation des mécanismes de pensée abstraits qu'à la surutilisation des mécanismes de pensée concrets.
  • Dans la plupart des listes de contrôle, les méthodes d'analyse accordent une importance majeure au travail en tant que poste par opposition à l'analyse du travail, à la compatibilité travailleur-machine, etc. Les déterminants psycho-sociologiques, fondamentalement subjectifs et contingents, sont moins mis en avant dans les check-lists ergonomiques.

 

Une check-list construite systématiquement nous oblige à investiguer les facteurs des conditions de travail qui sont visibles ou faciles à modifier, et nous permet d'engager un dialogue social entre les employeurs, les titulaires d'emplois et les autres personnes concernées. Il faut faire preuve d'une certaine prudence vis-à-vis de l'illusion de simplicité et d'efficacité des listes de contrôle, ainsi que vis-à-vis de leurs approches quantitatives et techniques. La polyvalence d'une liste de contrôle ou d'un questionnaire peut être obtenue en incluant des modules spécifiques pour répondre à des objectifs spécifiques. Par conséquent, le choix des variables est très lié à l'objectif pour lequel les systèmes de travail doivent être analysés et cela détermine l'approche générale pour la construction d'une liste de contrôle conviviale.

La « liste de contrôle ergonomique » suggérée peut être adoptée pour diverses applications. La collecte des données et le traitement informatisé des données de la liste de contrôle sont relativement simples, en répondant aux énoncés primaires et secondaires (qv).

 


LISTE DE CONTRÔLE ERGONOMIQUE

Une ligne directrice générale pour une liste de contrôle des systèmes de travail à structure modulaire est suggérée ici, couvrant cinq aspects majeurs (mécaniste, biologique, perceptif/moteur, technique et psychosocial). La pondération des modules varie en fonction de la nature du ou des emplois à analyser, des spécificités du pays ou de la population étudiée, des priorités organisationnelles et de l'utilisation prévue des résultats de l'analyse. Les répondants marquent la « déclaration principale » comme Oui/Non. Les réponses « oui » indiquent l'absence apparente de problème, même si l'opportunité d'un examen plus approfondi ne doit pas être exclue. Les réponses « non » indiquent un besoin d'évaluation et d'amélioration de l'ergonomie. Les réponses aux « affirmations secondaires » sont indiquées par un seul chiffre sur l'échelle de sévérité de l'accord/désaccord illustrée ci-dessous.

0 Ne sais pas ou sans objet

1 Pas du tout d'accord

2 Pas d'accord

3 Ni d'accord ni en désaccord

4 D'accord

5 Tout à fait d'accord

A. Organisation, intervenant et tâche Vos réponses/notes

Le concepteur de la liste de contrôle peut fournir un exemple de dessin/photographie du travail et
lieu de travail à l'étude.

1. Description de l'organisation et des fonctions.

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

2. Caractéristiques des travailleurs : Un bref compte rendu du groupe de travail.

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

3. Description de la tâche : Dressez la liste des activités et du matériel en cours d'utilisation. Donnez quelques indications sur 
les aléas du travail.

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

B. Aspect mécanique Vos réponses/notes

I. Spécialisation professionnelle

4.Les tâches/modèles de travail sont simples et simples. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

4.1 L'affectation des tâches est propre à l'opérateur.        

4.2 Les outils et les méthodes de travail sont adaptés à l'objectif du travail.  

4.3 Volume de production et qualité du travail.  

4.4 Le titulaire du poste exécute plusieurs tâches.   

II. Compétence requise

5. Le travail nécessite un acte moteur simple. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

5.1 Le travail exige des connaissances et des capacités habiles.    

5.2 Le travail exige une formation pour l'acquisition de compétences.     

5.3 Le travailleur fait fréquemment des erreurs au travail.    

5.4 Le travail exige une rotation fréquente, selon les directives.   

5.5 Les opérations de travail sont rythmées par la machine/assistées par l'automatisation.   

Remarques et suggestions d'amélioration. Articles 4 à 5.5 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

q Note de l'analyste Note de l'ouvrier q

C. Aspect biologique Vos réponses/notes

III. Activité physique générale

6. L'activité physique est entièrement déterminée et
réglementé par le travailleur. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

6.1 Le travailleur maintient un rythme axé sur les objectifs.   

6.2 Le travail implique des mouvements fréquemment répétés.   

6.3 Exigences cardiorespiratoires du travail :   

sédentaire/léger/modéré/lourd/extrêmement lourd. 

(Quels sont les éléments de travail lourds ?):

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

(Entrez 0-5)

6.4 Le travail exige un effort de force musculaire élevé.   

6.5 Le travail (actionnement de la poignée, du volant, de la pédale de frein) est principalement un travail statique.   

6.6. Le travail nécessite une position de travail fixe (assis ou debout).   

 

IV. Manutention manuelle des matériaux (MMH)

Nature des objets manipulés : animés/inanimés, taille et forme.

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

7. Le travail nécessite une activité MMH minimale. Oui Non

If Non, précisez le travail :

7.1 Mode de travail : (encercler)

tirer/pousser/tourner/soulever/abaisser/porter

(Préciser le cycle de répétition):

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________


7.2 Poids de la charge (kg) : (encercler)

5-10, 10-20, 20-30, 30-40, >>40.

7.3 Distance horizontale entre le sujet et la charge (cm) : (encercler)

<25, 25-40, 40-55, 55-70, >70.

7.4 Hauteur de charge : (encercler)

sol, genoux, taille, poitrine, niveau des épaules.

(Entrez 0-5)

7.5 Les vêtements limitent les tâches MMH.   

8. La situation de travail est exempte de risque de blessure corporelle. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)        

8.1 La tâche peut être modifiée pour réduire la charge à manipuler.   

8.2 Les matériaux peuvent être emballés dans des tailles standard.   

8.3 La taille/position des poignées sur les objets peut être améliorée.   

8.4 Les travailleurs n'adoptent pas de méthodes plus sûres de manutention des charges.   

8.5 Les aides mécaniques peuvent réduire les efforts corporels.
Dressez la liste de chaque article si des palans ou d'autres aides à la manutention sont disponibles.   

Suggestions d'amélioration, Items 6 à 8.5 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

V. Conception du lieu de travail/de l'espace de travail

Le lieu de travail peut être illustré schématiquement, montrant la portée humaine et
autorisation:

9. Le lieu de travail est compatible avec les dimensions humaines. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

9.1 La distance de travail est éloignée de la portée normale dans le plan horizontal ou vertical (> 60 cm).   

9.2 La hauteur du bureau/de l'équipement est fixe ou réglable au minimum.   

9.3 Pas d'espace pour les opérations annexes (ex. inspection et entretien).   

9.4 Les postes de travail comportent des obstacles, des parties saillantes ou des arêtes vives.   

9.5 Les sols des surfaces de travail sont glissants, inégaux, encombrés ou instables.   

10. La disposition des sièges est adéquate (p. ex. chaise confortable,
bon maintien postural). Oui Non

If Non, les causes sont : (Entrez 0-5)

10.1 Les dimensions du siège (par exemple, la hauteur du siège, le dossier) ne correspondent pas aux dimensions humaines.   

10.2 Ajustabilité minimale du siège.   

10.3 Le siège de travail n'offre aucun maintien/soutien (par exemple, au moyen de bords verticaux/d'un revêtement extra rigide) pour travailler avec la machinerie.   

10.4 Absence de mécanisme d'amortissement des vibrations dans le siège de travail.   

11. Un support auxiliaire suffisant est disponible pour la sécurité
sur le lieu de travail. Oui Non

If Non, mentionnez ce qui suit : (Entrez 0-5)

11.1 Non-disponibilité d'espace de rangement pour outils, objets personnels.   

11.2 Les portes, les voies d'entrée/sortie ou les couloirs sont limités.  

11.3 Inadéquation de la conception des poignées, échelles, escaliers, mains courantes.   

11.4 Les poignées et les appuis pour les pieds exigent une position inconfortable des membres.   

11.5 Les supports sont méconnaissables par leur emplacement, leur forme ou leur construction.   

11.6 Utilisation limitée de gants/chaussures pour travailler et faire fonctionner les commandes de l'équipement.   

Suggestions d'amélioration, Items 9 à 11.6 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

VI. Position de travail

12. Le travail permet une posture de travail détendue. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

12.1 Travailler avec les bras au-dessus des épaules et/ou éloignés du corps.   

12.2 Hyperextension du poignet et demande de force élevée.   

12.3 Le cou/l'épaule ne sont pas maintenus à un angle d'environ 15°.   

12.4 Dos courbé et tordu.   

12.5 Les hanches et les jambes ne sont pas bien soutenues en position assise.   

12.6 Mouvement unilatéral et asymétrique du corps.   

12.7 Mentionnez les raisons de la posture forcée :
(1) emplacement de la machine
(2) conception du siège,
(3) la manutention du matériel,
(4) lieu de travail/espace de travail

12.8 Spécifiez le code OWAS. (Pour une description détaillée de l'OWAS
méthode se référer à Karhu et al. 1981.)

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

Suggestions d'amélioration, Items 12 à 12.7 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

VII. Environnement de travail

(Donnez des mesures si possible)

BRUIT

[Identifier les sources de bruit, le type et la durée d'exposition ; se référer au code OIT 1984].

13. Le niveau de bruit est inférieur au maximum Oui/Non
niveau sonore recommandé. (Utilisez le tableau suivant.)

Note

Travail ne nécessitant aucune communication verbale

Travail nécessitant une communication verbale

Travail demandant de la concentration

1

moins de 60 dBA

moins de 50 dBA

moins de 45 dBA

2

60-70 dBA

50-60 dBA

45-55 dBA

3

70-80 dBA

60-70 dBA

55-65 dBA

4

80-90 dBA

70-80 dBA

65-75 dBA

5

plus de 90 dBA

plus de 80 dBA

plus de 75 dBA

Source : Ahonen et al. 1989.

Donnez votre score d'accord/désaccord (0-5)  

14. Les bruits nuisibles sont supprimés à la source. Oui Non

Si non, évaluez les contre-mesures : (Entrez 0-5)

14.1 Absence d'isolation acoustique efficace.   

14.2 Aucune mesure d'urgence contre le bruit n'est prise (par exemple, restriction du temps de travail, utilisation de protecteurs auditifs personnels).   

15. CHANGEMENT

Précisez les conditions climatiques.

Température ____

Humidité ____

Température radiante ____

Brouillons ____

16. Le climat est confortable. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

16.1 Sensation de température (entourez une réponse) :

frais/un peu frais/neutre/chaud/très chaud

16.2 Les dispositifs de ventilation (par exemple, ventilateurs, fenêtres, climatiseurs) ne sont pas adéquats.   

16.3 Non-exécution des mesures réglementaires sur les limites d'exposition (si disponibles, veuillez préciser).   

16.4 Les travailleurs ne portent pas de vêtements de protection contre la chaleur/d'assistance.   

16.5 Les fontaines d'eau fraîche ne sont pas disponibles à proximité.   

17. LIGHTING

Le lieu de travail/les machines sont suffisamment éclairés à tout moment. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

17.1 L'éclairage est suffisamment intense.   

17.2 L'éclairage de la zone de travail est suffisamment uniforme.   

17.3 Les phénomènes de scintillement sont minimes ou absents.   

17.4 La formation d'ombres n'est pas problématique.   

17.5 Les reflets gênants réfléchis sont minimes ou absents.   

17.6 La dynamique des couleurs (accentuation visuelle, chaleur des couleurs) est adéquate.   

18. POUSSIÈRE, FUMÉE, TOXICANTS

L'environnement est exempt de poussière excessive, 
vapeurs et substances toxiques. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

18.1 Systèmes de ventilation et d'évacuation inefficaces pour évacuer les émanations, la fumée et la saleté.   

18.2 Manque de mesures de protection contre la libération d'urgence et le contact avec des substances dangereuses/toxiques.   

Énumérez les toxiques chimiques :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

18.3 La surveillance du lieu de travail pour les substances chimiques toxiques n'est pas régulière.   

18.4 Non-disponibilité des mesures de protection individuelle (par exemple, gants, chaussures, masque, tablier).   

19. RAYONNEMENT

Les travailleurs sont efficacement protégés contre l'exposition aux rayonnements. Oui Non

Si non, mentionnez les expositions 
(voir liste de contrôle ISSA, Ergonomie): (Entrez 0-5)

19.1 Rayonnement UV (200 nm – 400 nm).   

19.2 Rayonnement IR (780 nm – 100 μm).   

19.3 Radioactivité/rayonnement X (<200 nm).   

19.4 Micro-ondes (1 mm – 1 m).   

19.5 Lasers (300 nm – 1.4 μm).   

19.6 Autres (mentionner):

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________


20. VIBRATIONS

La machine peut être utilisée sans transmission de vibrations
au corps de l'opérateur. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

20.1 Les vibrations sont transmises à tout le corps via les pieds.   

20.2 La transmission des vibrations se produit à travers le siège (par exemple, les machines mobiles qui sont conduites avec l'opérateur assis).   

20.3 Les vibrations sont transmises par le système main-bras (p. ex. outils à main électriques, machines entraînées lorsque l'opérateur marche).   

20.4 Exposition prolongée à une source continue/répétitive de vibrations.   

20.5 Les sources de vibrations ne peuvent pas être isolées ou éliminées.   

20.6 Identifier les sources de vibrations.

Commentaires et suggestions, points 13 à 20 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

VIII. Horaire de travail

Indiquez le temps de travail : heures de travail/jour/semaine/année, y compris le travail saisonnier et le système de travail posté.

21. La pression du temps de travail est minimale. Oui Non

If Non, notez ce qui suit : (Entrez 0-5)

21.1 Le travail nécessite du travail de nuit.   

21.2 Le travail implique des heures supplémentaires/du temps de travail supplémentaire.   

Spécifiez la durée moyenne :

_______________________________________________________________

21.3 Les tâches lourdes sont inégalement réparties tout au long du quart de travail.   

21.4 Les personnes travaillent à un rythme/temps limite prédéterminé.   

21.5 Les allocations de fatigue/les schémas travail-repos ne sont pas suffisamment intégrés (utiliser des critères cardio-respiratoires sur la sévérité du travail).   

Commentaires et suggestions, points 21 à 21.5 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

 

   Note de l'analyste Note de l'ouvrier   

 

D. Aspect perceptif/moteur Vos réponses/évaluations

IX. Affiche

22. Affichages visuels (jauges, compteurs, signaux d'avertissement) 
sont faciles à lire. Oui Non

Si Non, évaluez les difficultés : (Entrez 0-5)

22.1 Éclairage insuffisant (se référer au point n° 17).   

22.2 Positionnement maladroit de la tête/des yeux pour la ligne visuelle.   

22.3 Le style d'affichage des chiffres/de la progression numérique crée de la confusion et provoque des erreurs de lecture.   

22.4 Les affichages numériques ne sont pas disponibles pour une lecture précise.   

22.5 Grande distance visuelle pour une lecture précise.   

22.6 Les informations affichées ne sont pas faciles à comprendre.   

23. Les signaux/impulsions d'urgence sont facilement reconnaissables. Oui Non

Si non, évaluez les raisons :

23.1 Les signaux (visuels/auditifs) ne sont pas conformes au processus de travail.   

23.2 Les clignotants sont hors du champ visuel.   

23.3 Les signaux d'affichage sonores ne sont pas audibles.   

24. Les regroupements des fonctions d'affichage sont logiques. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants :

24.1 Les affichages ne se distinguent pas par la forme, la position, la couleur ou le ton.   

24.2 Les écrans fréquemment utilisés et critiques sont retirés de la ligne de vision centrale.   

X. Commandes

25. Les commandes (p. ex. interrupteurs, boutons, grues, roues motrices, pédales) sont faciles à manipuler. Oui Non

Si Non, les causes sont : (Entrez 0-5)

25.1 Les positions des commandes main/pied sont inconfortables.   

25.2 La latéralité des commandes/outils est incorrecte.   

25.3 Les dimensions des commandes ne correspondent pas à la partie du corps de commande.   

25.4 Les commandes nécessitent une force d'actionnement élevée.   

25.5 Les commandes nécessitent une précision et une rapidité élevées.   

25.6 Les commandes n'ont pas de code de forme pour une bonne prise en main.   

25.7 Les commandes ne sont pas codées par couleur/symbole pour l'identification.   

25.8 Les commandes provoquent une sensation désagréable (chaleur, froid, vibration).   

26. Les affichages et les commandes (combinés) sont compatibles avec des réactions humaines simples et confortables. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

26.1 Les emplacements ne sont pas suffisamment proches les uns des autres.   

26.2 L'affichage/les commandes ne sont pas disposés séquentiellement pour les fonctions/la fréquence d'utilisation.   

26.3 Les opérations d'affichage/de contrôle sont successives, sans durée suffisante pour terminer l'opération (cela crée une surcharge sensorielle).   

26.4 Désharmonie dans le sens du mouvement de l'affichage/de la commande (par exemple, le mouvement de la commande vers la gauche ne donne pas le mouvement de l'unité vers la gauche).   

Commentaires et suggestions, points 22 à 26.4 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

 

   Note de l'analyste Note de l'ouvrier   

E. Aspect technique Vos réponses/notes

XI. Machinerie

27. Machine (par exemple, chariot transporteur, chariot élévateur, machine-outil) 
est facile à conduire et à travailler. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

27.1 La machine est instable en fonctionnement.   

27.2 Mauvais entretien des machines.   

27.3 La vitesse de conduite de la machine ne peut pas être réglée.   

27.4 Les volants/poignées sont actionnés depuis la position debout.   

27.5 Les mécanismes de commande gênent les mouvements du corps dans l'espace de travail.   

27.6 Risque de blessure dû à l'absence de protection de la machine.   

27.7 La machinerie n'est pas équipée de signaux d'avertissement.   

27.8 La machine est mal équipée pour l'amortissement des vibrations.   

27.9 Les niveaux de bruit des machines sont supérieurs aux limites légales (se référer aux articles n° 13 et 14)   

27.10 Mauvaise visibilité des pièces de la machine et de la zone adjacente (se référer aux articles n° 17 et 22).   

XII. Petits outils/instruments

28. Les outils/équipements fournis aux opérateurs sont 
confortable pour travailler avec. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

28.1 L'outil/outil n'a pas de sangle de transport/cadre arrière.   

28.2 L'outil ne peut pas être utilisé avec des mains alternées.   

28.3 Le poids élevé de l'outil provoque une hyperextension du poignet.   

28.4 La forme et la position de la poignée ne sont pas conçues pour une prise en main pratique.   

28.5 L'outil électrique n'est pas conçu pour être utilisé à deux mains.   

28.6 Les arêtes vives/arêtes de l'outil/équipement peuvent causer des blessures.      

28.7 Les harnais (gants, etc.) ne sont pas régulièrement utilisés pour faire fonctionner l'outil vibrant.   

28.8 Les niveaux de bruit des outils électriques sont supérieurs aux limites acceptables 
(se référer au point n° 13).   

Suggestions d'amélioration, items 27 à 28.8 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

XIII. La sécurité du travail

29. Les mesures de sécurité de la machine sont adéquates pour 
accidents et risques pour la santé. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

29.1 Les accessoires de la machine ne peuvent pas être fixés et retirés facilement.   

29.2 Les points dangereux, les pièces mobiles et les installations électriques ne sont pas suffisamment protégés.   

29.3 Le contact direct/indirect des parties du corps avec les machines peut entraîner des dangers.   

29.4 Difficulté d'inspection et d'entretien de la machine.   

29.5 Aucune instruction claire n'est disponible pour le fonctionnement, l'entretien et la sécurité de la machine.   

Suggestions d'amélioration, points 29 à 29. 5 :

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

 

   Note de l'analyste Note de l'ouvrier   

F. Aspect psychosocial Vos réponses/notations

XIV. Autonomie de travail

30. Le travail permet l'autonomie (par exemple, la liberté concernant la méthode de travail, 
conditions d'exécution, calendrier, contrôle qualité). Oui Non

Si Non, les causes possibles sont : (Entrez 0-5)

30.1 Aucune discrétion sur les heures de début/fin du travail.   

30.2 Absence de soutien organisationnel en ce qui concerne l'appel à l'aide au travail.   

30.3 Nombre de personnes insuffisant pour la tâche (travail d'équipe).   

30.4 Rigidité dans les méthodes et conditions de travail.   

XV. Rétroaction sur le travail (intrinsèque et extrinsèque)

31. Le travail permet une rétroaction directe des informations sur la qualité 
et la quantité de ses performances. Oui Non

Si Non, les raisons sont : (Entrez 0-5)

31.1 Aucun rôle participatif dans l'information sur les tâches et la prise de décision.   

31.2 Contraintes de contact social dues aux barrières physiques.   

31.3 Difficulté de communication due au niveau de bruit élevé.   

31.4 Augmentation de la demande attentionnelle dans la stimulation de la machine.   

31.5 D'autres personnes (directeurs, collègues) informent le travailleur de l'efficacité de son travail.   

XVI. Variété/Clarté des tâches

32. Job a des tâches variées et demande de la spontanéité de la part du travailleur. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

32.1 Les rôles et les objectifs du poste sont ambigus.   

32.2 La restriction du travail est imposée par une machine, un processus ou un groupe de travail.   

32.3 La relation ouvrier-machine suscite un conflit quant au comportement à adopter par l'opérateur.   

32.4 Niveau de stimulation restreint (p. ex., environnement visuel et auditif inchangé).   

32.5 Niveau élevé d'ennui au travail.   

32.6 Possibilité limitée d'élargissement des emplois.   

XVII. Identité/importance de la tâche

33. Le travailleur reçoit un lot de tâches Oui/Non
et organise son propre horaire pour terminer le travail
(par exemple, on planifie et exécute le travail et on inspecte et
gère les produits).

Donnez votre score d'accord/désaccord (0-5)   

34. Le travail est important dans l'organisation. Oui Non
Il fournit la reconnaissance et la reconnaissance des autres.

(Donnez votre score d'accord/désaccord)

XVIII. Surcharge/sous-charge mentale

35. Le travail consiste en des tâches pour lesquelles une communication claire et 
des systèmes d'aide à l'information sans ambiguïté sont disponibles. Oui Non

Si non, évaluez les éléments suivants : (Entrez 0-5)

35.1 Les informations fournies en rapport avec le travail sont nombreuses.   

35.2 Le traitement de l'information sous pression est nécessaire (par exemple, manœuvre d'urgence dans le contrôle de processus).   

35.3 Charge de travail élevée en matière de traitement de l'information (p. ex., tâche de positionnement difficile — aucune motivation particulière requise).   

35.4 Une attention occasionnelle est portée sur des informations autres que celles nécessaires à la tâche proprement dite.   

35.5 La tâche consiste en un acte moteur simple répétitif nécessitant une attention superficielle.   

35.6 Les outils/équipements ne sont pas prépositionnés pour éviter un retard mental.   

35.7 Des choix multiples sont nécessaires dans la prise de décision et l'évaluation des risques.   

(Commentaires et suggestions, points 30 à 35.7)

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

_______________________________________________________________

XIX. Formation et promotion

36. Le poste offre des opportunités de croissance associée des compétences 
et l'accomplissement des tâches. Oui Non

Si Non, les causes possibles sont : (Entrez 0-5)

36.1 Aucune possibilité d'avancement à des niveaux supérieurs.   

36.2 Pas de formation périodique des opérateurs, spécifique aux métiers.   

36.3 Les programmes/outils de formation ne sont pas faciles à apprendre et à utiliser.   

36.4 Pas de système de rémunération incitative.   

XX. L'engagement organisationnel

37. Engagement défini envers l'organisation Oui/Non
l'efficacité et le bien-être physique, mental et social.

Évaluez le degré auquel les éléments suivants sont mis à disposition : (Entrez 0-5)

37.1 Rôle organisationnel dans les conflits et ambiguïtés de rôle individuel.   

37.2 Services médico-administratifs d'intervention préventive en cas de risques professionnels.   

37.3 Mesures promotionnelles pour contrôler l'absentéisme dans le groupe de travail.   

37.4 Règles de sécurité efficaces.   

37.5 Inspection du travail et contrôle des meilleures pratiques de travail.   

37.6 Action de suivi pour la gestion des accidents/blessures.   

 


 

 

 

La fiche d'évaluation sommaire peut être utilisée pour le profilage et le regroupement d'un groupe sélectionné d'éléments, qui peuvent constituer la base des décisions sur les systèmes de travail. Le processus d'analyse est souvent chronophage et les utilisateurs de ces instruments doivent avoir une solide formation en ergonomie tant théorique que pratique, dans l'évaluation des systèmes de travail.

 


 

FICHE SOMMAIRE D'EVALUATION

A. Brève description de l'organisation, caractéristiques des travailleurs et description des tâches

.................................................. .................................................. .................................................. .................................................. ...................

.................................................. .................................................. .................................................. .................................................. ...................

     

Accord de gravité

   

Modules

sections

Nombre de
Évalué
Articles



0



1



2



3



4



5

Relatif
Gravité
(%)

Numéro(s) d'article(s).
pour Immédiat
Intervention

B. Mécaniste

I. Spécialisation professionnelle

II. Compétence requise

4

5

               

C. Biologique

III. Activité physique générale

IV. Manutention manuelle des matériaux

V. Lieu de travail/Conception du lieu de travail

VI. Position de travail

VII. Environnement de travail

VIII. Horaire de travail

5

6

15

6

28

5

               

D. Perceptif/moteur

IX. Affiche

X. Commandes

12

10

               

E. Technique

XI. Machinerie

XII. Petits outils/instruments

XIII. La sécurité du travail

10

8

5

               

F. Psychosocial

XIV. Autonomie de travail

XV. Commentaires sur l'emploi

XVI. Variété/Clarté des tâches

XVII. Identité/importance de la tâche

XVIII. Surcharge/sous-charge mentale

XIX. Formation et promotion

XX. L'engagement organisationnel

5

5

6

2

7

4

6

               

Évaluation globale

Accord de sévérité des modules

Remarques

A

 

B

 

C

 

D

 

E

 

F

 
 

Analyste travaux :

 

 

 

Noir

Mardi 08 Mars 2011 20: 55

Anthropométrie

 

Cet article est adapté de la 3e édition de l'Encyclopaedia of Occupational Health and Safety.

L'anthropométrie est une branche fondamentale de l'anthropologie physique. Il représente l'aspect quantitatif. Un vaste système de théories et de pratiques est consacré à la définition de méthodes et de variables pour relier les objectifs dans les différents domaines d'application. Dans les domaines de la santé, de la sécurité et de l'ergonomie au travail, les systèmes anthropométriques concernent principalement la corpulence, la composition et la constitution du corps, ainsi que les dimensions de l'interrelation du corps humain avec les dimensions du lieu de travail, les machines, l'environnement industriel et les vêtements.

Variables anthropométriques

Une variable anthropométrique est une caractéristique mesurable du corps qui peut être définie, normalisée et rapportée à une unité de mesure. Les variables linéaires sont généralement définies par des points de repère qui peuvent être tracés avec précision jusqu'au corps. Les repères sont généralement de deux types : squelettiques-anatomiques, qui peuvent être trouvés et tracés en sentant des proéminences osseuses à travers la peau, et des repères virtuels qui sont simplement trouvés en tant que distances maximales ou minimales à l'aide des branches d'un pied à coulisse.

Les variables anthropométriques ont à la fois des composantes génétiques et environnementales et peuvent être utilisées pour définir la variabilité individuelle et de population. Le choix des variables doit être lié à l'objectif spécifique de la recherche et standardisé avec d'autres recherches dans le même domaine, car le nombre de variables décrites dans la littérature est extrêmement important, jusqu'à 2,200 XNUMX ayant été décrites pour le corps humain.

Les variables anthropométriques sont principalement linéaire mesures, telles que les hauteurs, les distances par rapport aux points de repère avec le sujet debout ou assis dans une posture standard ; diamètres, telles que les distances entre les points de repère bilatéraux ; longueurs, comme les distances entre deux points de repère différents ; mesures courbes, à savoir les arcs, tels que les distances sur la surface du corps entre deux points de repère ; et sangles, telles que des mesures circulaires fermées sur des surfaces corporelles, généralement positionnées à au moins un point de repère ou à une hauteur définie.

D'autres variables peuvent nécessiter des méthodes et des instruments spéciaux. Par exemple, l'épaisseur du pli cutané est mesurée au moyen d'un pied à coulisse spécial à pression constante. Les volumes sont mesurés par calcul ou par immersion dans l'eau. Pour obtenir des informations complètes sur les caractéristiques de la surface corporelle, une matrice informatique de points de surface peut être tracée à l'aide de techniques biostéréométriques.

Instruments

Bien que des instruments anthropométriques sophistiqués aient été décrits et utilisés en vue de la collecte automatisée de données, les instruments anthropométriques de base sont assez simples et faciles à utiliser. Il faut faire très attention pour éviter les erreurs courantes résultant d'une mauvaise interprétation des points de repère et des postures incorrectes des sujets.

L'instrument anthropométrique standard est l'anthropomètre - une tige rigide de 2 mètres de long, avec deux échelles de contre-lecture, avec laquelle les dimensions verticales du corps, telles que les hauteurs des points de repère depuis le sol ou le siège, et les dimensions transversales, telles que les diamètres, peuvent être prises.

Généralement, la tige peut être divisée en 3 ou 4 sections qui s'emboîtent les unes dans les autres. Une branche coulissante à griffe droite ou courbée permet de mesurer les distances au sol pour les hauteurs, ou à partir d'une branche fixe pour les diamètres. Les anthropomètres plus élaborés ont une échelle unique pour les hauteurs et les diamètres afin d'éviter les erreurs d'échelle, ou sont équipés de dispositifs de lecture numériques mécaniques ou électroniques (figure 1).

Figure 1. Un anthropomètre

ERG070F1

Un stadiomètre est un anthropomètre fixe, généralement utilisé uniquement pour la stature et fréquemment associé à une balance à poids.

Pour les diamètres transversaux, une série de pieds à coulisse peut être utilisée : le pelvimètre pour les mesures jusqu'à 600 mm et le céphalomètre jusqu'à 300 mm. Ce dernier est particulièrement adapté aux mesures de tête lorsqu'il est utilisé avec un compas à glissière (figure 2).

Figure 2. Un céphalomètre avec un compas à glissement

ERG070F2

Le pied de lit est utilisé pour mesurer les pieds et la tête de lit fournit les coordonnées cartésiennes de la tête lorsqu'elle est orientée dans le "plan de Francfort" (un plan horizontal passant par portion et de orbital points de repère de la tête). La main peut être mesurée avec un pied à coulisse ou avec un appareil spécial composé de cinq règles coulissantes.

L'épaisseur du pli cutané est mesurée avec un pied à coulisse à pression constante généralement avec une pression de 9.81 x 104 Pa (la pression imposée par un poids de 10 g sur une surface de 1 mm2).

Pour les arcs et les sangles, un ruban d'acier étroit et flexible à section plate est utilisé. Les bandes d'acier auto-dressantes doivent être évitées.

Systèmes de variables

Un système de variables anthropométriques est un ensemble cohérent de mesures corporelles permettant de résoudre certains problèmes spécifiques.

Dans le domaine de l'ergonomie et de la sécurité, le principal problème est l'adaptation des équipements et de l'espace de travail à l'homme et l'adaptation des vêtements à la bonne taille.

L'équipement et l'espace de travail nécessitent principalement des mesures linéaires des membres et des segments du corps qui peuvent être facilement calculées à partir des hauteurs et des diamètres de repère, tandis que les tailles sur mesure sont principalement basées sur les arcs, les circonférences et les longueurs de ruban flexibles. Les deux systèmes peuvent être combinés selon les besoins.

Dans tous les cas, il est absolument nécessaire d'avoir une référence spatiale précise pour chaque mesure. Les amers doivent donc être liés par des hauteurs et des diamètres et chaque arc ou circonférence doit avoir une référence d'amer définie. Les hauteurs et les pentes doivent être indiquées.

Dans une enquête particulière, le nombre de variables doit être limité au minimum afin d'éviter un stress excessif sur le sujet et l'opérateur.

Un ensemble de base de variables pour l'espace de travail a été réduit à 33 variables mesurées (figure 3) plus 20 dérivées par un calcul simple. Pour une enquête militaire à usage général, Hertzberg et ses collègues utilisent 146 variables. Pour les vêtements et à des fins biologiques générales, le Conseil italien de la mode (Ente Italiano della Moda) utilise un ensemble de 32 variables à usage général et 28 variables techniques. La norme allemande (DIN 61 516) des dimensions corporelles de contrôle pour les vêtements comprend 12 variables. La recommandation de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) pour l'anthropométrie comprend une liste de base de 36 variables (voir tableau 1). Les tables International Data on Anthropometry publiées par l'OIT répertorient 19 dimensions corporelles pour les populations de 20 régions différentes du monde (Jürgens, Aune et Pieper 1990).

Figure 3. Ensemble de base de variables anthropométriques

ERG070F3


Tableau 1. Liste de base anthropométrique de base

 

1.1 Atteindre vers l'avant (pour saisir la main avec le sujet debout contre un mur)

1.2 Stature (distance verticale du sol au sommet de la tête)

1.3 Hauteur des yeux (du sol au coin interne de l'œil)

1.4 Hauteur des épaules (du sol à l'acromion)

1.5 Hauteur du coude (du sol à la dépression radiale du coude)

1.6 Hauteur d'entrejambe (du sol à l'os pubien)

1.7 Hauteur du bout des doigts (du sol à l'axe de préhension du poing)

1.8 Largeur d'épaule (diamètre biacromial)

1.9 Largeur des hanches, debout (la distance maximale entre les hanches)

2.1 Hauteur d'assise (du siège au sommet de la tête)

2.2 Hauteur des yeux, assis (du siège au coin interne de l'œil)

2.3 Hauteur des épaules, assise (du siège à l'acromion)

2.4 Hauteur du coude, assis (du siège au point le plus bas du coude plié)

2.5 Hauteur du genou (du repose-pied à la surface supérieure de la cuisse)

2.6 Longueur du bas de la jambe (hauteur de la surface d'assise)

2.7 Longueur avant-bras-main (de l'arrière du coude plié à l'axe de préhension)

2.8 Profondeur du corps, assis (profondeur du siège)

2.9 Longueur fesse-genou (de la rotule au point le plus en arrière de la fesse)

2.10 Largeur coude à coude (distance entre les surfaces latérales des coudes)

2.11 Largeur aux hanches, assis (largeur d'assise)

3.1 Largeur de l'index, proximal (à l'articulation entre les phalanges médiale et proximale)

3.2 Largeur de l'index, distal (à l'articulation entre les phalanges distale et médiale)

3.3 Longueur de l'index

3.4 Longueur de la main (du bout du majeur à la styloïde)

3.5 Largeur de la main (aux métacarpiens)

3.6 Circonférence du poignet

4.1 Largeur du pied

4.2 Longueur du pied

5.1 Circonférence de la chaleur (au niveau de la glabelle)

5.2 Arc sagittal (de la glabelle à l'inion)

5.3 Longueur de la tête (de la glabelle à l'opisthocranion)

5.4 Largeur de tête (maximum au-dessus de l'oreille)

5.5 Arc Bitragion (au-dessus de la tête entre les oreilles)

6.1 Tour de taille (au niveau du nombril)

6.2 Hauteur tibiale (du sol au point le plus haut du bord antéro-médial de la glène du tibia)

6.3 Hauteur cervicale assise (jusqu'à la pointe de l'apophyse épineuse de la 7ème vertèbre cervicale).

Source : Adapté de ISO/DP 7250 1980).


 

 Précision et erreurs

La précision des dimensions du corps vivant doit être considérée de manière stochastique car le corps humain est hautement imprévisible, tant en tant que structure statique que dynamique.

Un seul individu peut croître ou changer de musculature et de graisse ; subir des modifications squelettiques en raison du vieillissement, d'une maladie ou d'accidents ; ou modifier le comportement ou la posture. Différents sujets diffèrent par des proportions, pas seulement par des dimensions générales. Les sujets de grande stature ne sont pas de simples agrandissements de sujets de petite taille ; les types constitutionnels et les somatotypes varient probablement plus que les dimensions générales.

L'utilisation de mannequins, en particulier ceux représentant les 5e, 50e et 95e centiles standard pour les essais d'ajustement, peut être très trompeuse si les variations corporelles dans les proportions corporelles ne sont pas prises en compte.

Les erreurs résultent d'une mauvaise interprétation des repères et d'une utilisation incorrecte des instruments (erreur personnelle), d'instruments imprécis ou inexacts (erreur instrumentale) ou de changements dans la posture du sujet (erreur du sujet - cette dernière peut être due à des difficultés de communication si le contexte culturel ou linguistique de le sujet diffère de celui de l'opérateur).

Traitement statistique

Les données anthropométriques doivent être traitées par des procédures statistiques, principalement dans le domaine des méthodes d'inférence appliquant des méthodes univariées (moyenne, mode, centiles, histogrammes, analyse de variance, etc.), bivariées (corrélation, régression) et multivariées (corrélation et régression multiples, analyse factorielle , etc.) méthodes. Diverses méthodes graphiques basées sur des applications statistiques ont été conçues pour classer les types humains (anthropométrogrammes, morphosomatogrammes).

Échantillonnage et enquête

Les données anthropométriques ne pouvant être collectées pour l'ensemble de la population (sauf dans le cas rare d'une population particulièrement réduite), un échantillonnage est généralement nécessaire. Un échantillon essentiellement aléatoire devrait être le point de départ de toute enquête anthropométrique. Pour maintenir le nombre de sujets mesurés à un niveau raisonnable, il est généralement nécessaire de recourir à un échantillonnage stratifié à plusieurs degrés. Cela permet la subdivision la plus homogène de la population en plusieurs classes ou strates.

La population peut être subdivisée selon le sexe, le groupe d'âge, la zone géographique, les variables sociales, l'activité physique, etc.

Les formulaires d'enquête doivent être conçus en tenant compte à la fois de la procédure de mesure et du traitement des données. Une étude ergonomique précise de la procédure de mesure doit être réalisée afin de réduire la fatigue de l'opérateur et les erreurs éventuelles. Pour cette raison, les variables doivent être regroupées en fonction de l'instrument utilisé et ordonnées en séquence afin de réduire le nombre de flexions du corps que l'opérateur doit effectuer.

Pour réduire l'effet de l'erreur personnelle, l'enquête doit être effectuée par un seul opérateur. Si plus d'un opérateur doit être utilisé, une formation est nécessaire pour assurer la reproductibilité des mesures.

Anthropométrie des populations

Au-delà de la notion très critiquée de « race », les populations humaines sont néanmoins très variables en taille des individus et en distribution par taille. Généralement, les populations humaines ne sont pas strictement mendéliennes ; ils sont généralement le résultat d'un mélange. Parfois, deux ou plusieurs populations, d'origines et d'adaptations différentes, cohabitent dans la même zone sans se croiser. Cela complique la distribution théorique des traits. Du point de vue anthropométrique, les sexes sont des populations différentes. Les populations d'employés peuvent ne pas correspondre exactement à la population biologique de la même zone en raison d'une éventuelle sélection aptitudinal ou auto-sélection due au choix de l'emploi.

Les populations de différentes zones peuvent différer en raison de conditions d'adaptation ou de structures biologiques et génétiques différentes.

Lorsqu'un ajustement serré est important, une enquête sur un échantillon aléatoire est nécessaire.

Essais de montage et régulation

L'adaptation de l'espace de travail ou de l'équipement à l'utilisateur peut dépendre non seulement des dimensions corporelles, mais aussi de variables telles que la tolérance à l'inconfort et la nature des activités, les vêtements, les outils et les conditions environnementales. Une combinaison d'une liste de contrôle des facteurs pertinents, d'un simulateur et d'une série d'essais d'ajustement utilisant un échantillon de sujets choisis pour représenter la gamme de tailles corporelles de la population d'utilisateurs prévue peut être utilisée.

L'objectif est de trouver des plages de tolérance pour tous les sujets. Si les plages se chevauchent, il est possible de sélectionner une plage finale plus étroite qui n'est pas en dehors des limites de tolérance de n'importe quel sujet. S'il n'y a pas de chevauchement, il sera nécessaire de rendre la structure réglable ou de la fournir en différentes tailles. Si plus de deux dimensions sont ajustables, un sujet peut ne pas être en mesure de décider lequel des ajustements possibles lui conviendra le mieux.

L'ajustement peut être une question compliquée, en particulier lorsque des postures inconfortables entraînent de la fatigue. Des indications précises doivent donc être données à l'utilisateur qui connaît souvent peu ou pas ses propres caractéristiques anthropométriques. En général, une conception précise devrait réduire le besoin d'ajustement au minimum. Dans tous les cas, il faut constamment garder à l'esprit qu'il s'agit d'anthropométrie, pas seulement d'ingénierie.

Anthropométrique dynamique

L'anthropométrie statique peut donner de larges informations sur le mouvement si un ensemble adéquat de variables a été choisi. Néanmoins, lorsque les mouvements sont compliqués et qu'une adéquation étroite avec l'environnement industriel est souhaitée, comme dans la plupart des interfaces utilisateur-machine et homme-véhicule, un relevé précis des postures et des mouvements est nécessaire. Cela peut être fait avec des maquettes appropriées qui permettent de tracer des lignes de portée ou par photographie. Dans ce cas, une caméra munie d'un téléobjectif et d'une tige anthropométrique, placée dans le plan sagittal du sujet, permet des prises de vue standardisées avec peu de déformation de l'image. De petites étiquettes sur les articulations des sujets permettent le traçage exact des mouvements.

Une autre manière d'étudier les mouvements consiste à formaliser les changements posturaux selon une série de plans horizontaux et verticaux passant par les articulations. Encore une fois, l'utilisation de modèles humains informatisés avec des systèmes de conception assistée par ordinateur (CAO) est un moyen réalisable d'inclure l'anthropométrie dynamique dans la conception ergonomique du lieu de travail.

 

Noir

Mardi 08 Mars 2011 21: 01

Travail musculaire

Travail musculaire dans les activités professionnelles

Dans les pays industrialisés, environ 20 % des travailleurs occupent encore des emplois exigeant un effort musculaire (Rutenfranz et al. 1990). Le nombre de travaux physiques lourds conventionnels a diminué, mais, en revanche, de nombreux travaux sont devenus plus statiques, asymétriques et stationnaires. Dans les pays en voie de développement, le travail musculaire sous toutes ses formes est encore très courant.

Le travail musculaire dans les activités professionnelles peut être grossièrement divisé en quatre groupes : le travail musculaire dynamique lourd, la manutention manuelle de matériaux, le travail statique et le travail répétitif. Les tâches lourdes et dynamiques se retrouvent par exemple dans la sylviculture, l'agriculture et l'industrie de la construction. La manutention des matériaux est courante, par exemple, dans les soins infirmiers, le transport et l'entreposage, tandis que les charges statiques existent dans le travail de bureau, l'industrie électronique et les tâches de réparation et d'entretien. Les tâches répétitives se retrouvent par exemple dans les industries agro-alimentaires et de transformation du bois.

Il est important de noter que la manutention manuelle de matériaux et le travail répétitif sont essentiellement des travaux musculaires dynamiques ou statiques, ou une combinaison des deux.

Physiologie du travail musculaire

Travail musculaire dynamique

Dans un travail dynamique, les muscles squelettiques actifs se contractent et se détendent en rythme. Le flux sanguin vers les muscles est augmenté pour répondre aux besoins métaboliques. L'augmentation du flux sanguin est obtenue grâce à un pompage accru du cœur (débit cardiaque), à ​​une diminution du flux sanguin vers les zones inactives, telles que les reins et le foie, et à une augmentation du nombre de vaisseaux sanguins ouverts dans la musculature active. La fréquence cardiaque, la pression artérielle et l'extraction d'oxygène dans les muscles augmentent de manière linéaire en fonction de l'intensité du travail. De plus, la ventilation pulmonaire est accrue en raison d'une respiration plus profonde et d'une fréquence respiratoire accrue. Le but de l'activation de l'ensemble du système cardio-respiratoire est d'améliorer l'apport d'oxygène aux muscles actifs. Le niveau de consommation d'oxygène mesuré lors d'un travail musculaire dynamique intense indique l'intensité du travail. La consommation maximale d'oxygène (VO2max) indique la capacité maximale de la personne pour le travail aérobie. Les valeurs de consommation d'oxygène peuvent être traduites en dépense énergétique (1 litre de consommation d'oxygène par minute correspond à environ 5 kcal/min ou 21 kJ/min).

Dans le cas d'un travail dynamique, lorsque la masse musculaire active est plus petite (comme dans les bras), la capacité de travail maximale et la consommation maximale d'oxygène sont plus faibles que dans le travail dynamique avec de gros muscles. A même rendement de travail externe, le travail dynamique avec de petits muscles induit des réponses cardio-respiratoires (par exemple, fréquence cardiaque, tension artérielle) plus élevées que le travail avec de gros muscles (figure 1).

Figure 1. Travail statique versus travail dynamique    

ERG060F2

Travail musculaire statique

Dans le travail statique, la contraction musculaire ne produit pas de mouvement visible, comme par exemple dans un membre. Le travail statique augmente la pression à l'intérieur du muscle, ce qui, associé à la compression mécanique, obstrue partiellement ou totalement la circulation sanguine. L'apport de nutriments et d'oxygène au muscle et l'élimination des produits métaboliques finaux du muscle sont entravés. Ainsi, dans un travail statique, les muscles se fatiguent plus facilement que dans un travail dynamique.

La caractéristique circulatoire la plus importante du travail statique est une augmentation de la pression artérielle. La fréquence cardiaque et le débit cardiaque ne changent pas beaucoup. Au-delà d'une certaine intensité d'effort, la tension artérielle augmente en relation directe avec l'intensité et la durée de l'effort. De plus, à la même intensité relative d'effort, le travail statique avec de grands groupes musculaires produit une réponse tensionnelle plus importante que le travail avec des muscles plus petits. (Voir figure 2)

Figure 2. Le modèle de contrainte-déformation étendu modifié de Rohmert (1984)

ERG060F1

En principe, la régulation de la ventilation et de la circulation dans le travail statique est similaire à celle du travail dynamique, mais les signaux métaboliques des muscles sont plus forts et induisent un schéma de réponse différent.

Conséquences de la surcharge musculaire dans les activités professionnelles

Le degré d'effort physique subi par un travailleur dans le cadre d'un travail musculaire dépend de la taille de la masse musculaire au travail, du type de contractions musculaires (statiques, dynamiques), de l'intensité des contractions et des caractéristiques individuelles.

Lorsque la charge de travail musculaire ne dépasse pas les capacités physiques du travailleur, le corps s'adapte à la charge et la récupération est rapide à l'arrêt du travail. Si la charge musculaire est trop élevée, la fatigue s'ensuit, la capacité de travail est réduite et la récupération ralentie. Des charges de pointe ou une surcharge prolongée peuvent entraîner des lésions organiques (sous la forme de maladies professionnelles ou liées au travail). D'autre part, un travail musculaire d'une certaine intensité, fréquence et durée peut également entraîner des effets d'entraînement, car, d'autre part, des demandes musculaires excessivement faibles peuvent provoquer des effets de désentraînement. Ces relations sont représentées par ce que l'on appelle concept de contrainte-déformation étendu développé par Rohmert (1984) (figure 3).

Figure 3. Analyse des charges de travail acceptables

ERG060F3

En général, il existe peu de preuves épidémiologiques que la surcharge musculaire soit un facteur de risque de maladies. Cependant, la mauvaise santé, le handicap et la surcharge subjective au travail convergent dans les emplois physiquement exigeants, en particulier chez les travailleurs âgés. De plus, de nombreux facteurs de risque de maladies musculo-squelettiques liées au travail sont liés à différents aspects de la charge de travail musculaire, tels que l'effort de force, les mauvaises postures de travail, le levage et les charges de pointe soudaines.

L'un des objectifs de l'ergonomie a été de déterminer des limites acceptables pour les charges musculaires qui pourraient être appliquées pour la prévention de la fatigue et des troubles. Alors que la prévention des effets chroniques est au centre de l'épidémiologie, la physiologie du travail traite surtout des effets à court terme, c'est-à-dire la fatigue dans les tâches de travail ou au cours d'une journée de travail.

Charge de travail acceptable dans le travail musculaire dynamique lourd

L'évaluation de la charge de travail acceptable dans les tâches de travail dynamiques est traditionnellement basée sur des mesures de la consommation d'oxygène (ou, de manière correspondante, de la dépense énergétique). La consommation d'oxygène peut être mesurée avec une relative facilité sur le terrain avec des appareils portables (par exemple, sac Douglas, respiromètre Max Planck, Oxylog, Cosmed), ou elle peut être estimée à partir d'enregistrements de fréquence cardiaque, qui peuvent être effectués de manière fiable sur le lieu de travail, par exemple. , avec l'appareil SportTester. L'utilisation de la fréquence cardiaque dans l'estimation de la consommation d'oxygène nécessite qu'elle soit calibrée individuellement par rapport à la consommation d'oxygène mesurée dans un mode de travail standard en laboratoire, c'est-à-dire que l'investigateur doit connaître la consommation d'oxygène du sujet individuel à une fréquence cardiaque donnée. Les enregistrements de fréquence cardiaque doivent être traités avec prudence car ils sont également affectés par des facteurs tels que la condition physique, la température ambiante, les facteurs psychologiques et la taille de la masse musculaire active. Ainsi, les mesures de la fréquence cardiaque peuvent conduire à des surestimations de la consommation d'oxygène de la même manière que les valeurs de consommation d'oxygène peuvent donner lieu à des sous-estimations de la contrainte physiologique globale en ne reflétant que les besoins énergétiques.

Effort aérobie relatif (RAS) est défini comme la fraction (exprimée en pourcentage) de la consommation d'oxygène d'un travailleur mesurée au travail par rapport à sa VO2max mesuré en laboratoire. Si seules des mesures de fréquence cardiaque sont disponibles, une approximation proche de RAS peut être faite en calculant une valeur pour la plage de fréquence cardiaque en pourcentage (plage de FC en %) avec la formule dite de Karvonen comme dans la figure 3.

VO2max est généralement mesuré sur un vélo ergomètre ou un tapis roulant, dont le rendement mécanique est élevé (20-25%). Lorsque la masse musculaire active est plus petite ou que la composante statique est plus élevée, VO2max et l'efficacité mécanique sera plus faible que dans le cas d'un exercice avec de grands groupes musculaires. Par exemple, il a été constaté que lors du tri des colis postaux, le VO2max des travailleurs n'était que de 65 % du maximum mesuré sur un vélo ergomètre, et l'efficacité mécanique de la tâche était inférieure à 1 %. Lorsque les directives sont basées sur la consommation d'oxygène, le mode de test dans le test maximal doit être aussi proche que possible de la tâche réelle. Cet objectif est cependant difficile à atteindre.

Selon l'étude classique d'Åstrand (1960), le RAS ne devrait pas dépasser 50 % au cours d'une journée de travail de huit heures. Dans ses expériences, à une charge de travail de 50 %, le poids corporel a diminué, la fréquence cardiaque n'a pas atteint un état stable et l'inconfort subjectif a augmenté pendant la journée. Elle a recommandé une limite RAS de 50% pour les hommes et les femmes. Plus tard, elle a découvert que les travailleurs de la construction choisissaient spontanément un niveau moyen de RAS de 40 % (fourchette de 25 à 55 %) au cours d'une journée de travail. Plusieurs études plus récentes ont indiqué que le RAS acceptable est inférieur à 50 %. La plupart des auteurs recommandent 30 à 35 % comme niveau RAS acceptable pour toute la journée de travail.

À l'origine, les niveaux RAS acceptables ont été développés pour le travail musculaire dynamique pur, ce qui se produit rarement dans la vie professionnelle réelle. Il peut arriver que les niveaux RAS acceptables ne soient pas dépassés, par exemple lors d'une tâche de levage, mais la charge locale sur le dos peut largement dépasser les niveaux acceptables. Malgré ses limites, la détermination RAS a été largement utilisée dans l'évaluation de la contrainte physique dans différents emplois.

En plus de la mesure ou de l'estimation de la consommation d'oxygène, d'autres méthodes de terrain physiologiques utiles sont également disponibles pour la quantification du stress ou de la contrainte physique dans les travaux dynamiques lourds. Des techniques d'observation peuvent être utilisées dans l'estimation de la dépense énergétique (par exemple, à l'aide de la Échelle d'Edholm) (Edholm 1966). Évaluation de l'effort perçu (RPE) indique l'accumulation subjective de la fatigue. De nouveaux systèmes ambulatoires de surveillance de la pression artérielle permettent des analyses plus détaillées des réponses circulatoires.

Charge de travail acceptable dans la manutention manuelle des matériaux

La manutention manuelle des matériaux comprend des tâches telles que le levage, le transport, la poussée et la traction de diverses charges externes. La plupart des recherches dans ce domaine se sont concentrées sur les problèmes de lombalgie dans les tâches de levage, en particulier du point de vue biomécanique.

Un niveau RAS de 20 à 35 % a été recommandé pour les tâches de levage, lorsque la tâche est comparée à une consommation maximale d'oxygène individuelle obtenue à partir d'un test de bicyclette ergométrique.

Les recommandations pour une fréquence cardiaque maximale autorisée sont soit absolues, soit liées à la fréquence cardiaque au repos. Les valeurs absolues pour les hommes et les femmes sont de 90 à 112 battements par minute dans la manutention manuelle continue des matériaux. Ces valeurs sont à peu près les mêmes que les valeurs recommandées pour l'augmentation de la fréquence cardiaque au-dessus des niveaux de repos, c'est-à-dire 30 à 35 battements par minute. Ces recommandations sont également valables pour le travail musculaire dynamique lourd pour les hommes et les femmes jeunes et en bonne santé. Cependant, comme mentionné précédemment, les données de fréquence cardiaque doivent être traitées avec prudence, car elles sont également affectées par d'autres facteurs que le travail musculaire.

Les lignes directrices sur la charge de travail acceptable pour la manutention manuelle de matériaux basées sur des analyses biomécaniques comprennent plusieurs facteurs, tels que le poids de la charge, la fréquence de manutention, la hauteur de levage, la distance de la charge par rapport au corps et les caractéristiques physiques de la personne.

Dans une étude de terrain à grande échelle (Louhevaara, Hakola et Ollila 1990), il a été constaté que des travailleurs masculins en bonne santé pouvaient manipuler des colis postaux pesant de 4 à 5 kilogrammes pendant un quart de travail sans aucun signe de fatigue objective ou subjective. La plupart des manutentions se sont déroulées sous le niveau des épaules, la fréquence moyenne de manutention était inférieure à 8 colis par minute et le nombre total de colis était inférieur à 1,500 101 par quart de travail. La fréquence cardiaque moyenne des travailleurs était de 1.0 battements par minute et leur consommation moyenne d'oxygène de 31 l/min, ce qui correspondait à XNUMX % de RAS par rapport au maximum du vélo.

Les observations des postures de travail et de l'utilisation de la force effectuées par exemple selon la méthode OWAS (Karhu, Kansi et Kuorinka 1977), les évaluations de l'effort perçu et les enregistrements ambulatoires de la pression artérielle sont également des méthodes appropriées pour l'évaluation du stress et de la fatigue dans la manutention manuelle des matériaux. L'électromyographie peut être utilisée pour évaluer les réponses aux contraintes locales, par exemple dans les muscles des bras et du dos.

Charge de travail acceptable pour le travail musculaire statique

Le travail musculaire statique est demandé principalement dans le maintien des postures de travail. Le temps d'endurance de la contraction statique dépend de manière exponentielle de la force relative de contraction. Cela signifie, par exemple, que lorsque la contraction statique nécessite 20 % de la force maximale, le temps d'endurance est de 5 à 7 minutes, et lorsque la force relative est de 50 %, le temps d'endurance est d'environ 1 minute.

Des études plus anciennes ont indiqué qu'aucune fatigue ne se développera lorsque la force relative est inférieure à 15 % de la force maximale. Cependant, des études plus récentes ont indiqué que la force relative acceptable est spécifique au muscle ou au groupe de muscles et est de 2 à 5 % de la force statique maximale. Ces limites d'efforts sont cependant difficilement utilisables dans des situations pratiques de travail car elles nécessitent des enregistrements électromyographiques.

Pour le praticien, moins de méthodes de terrain sont disponibles pour la quantification de la contrainte dans le travail statique. Certaines méthodes d'observation (par exemple, la méthode OWAS) existent pour analyser la proportion de mauvaises postures de travail, c'est-à-dire les postures s'écartant des positions médianes normales des articulations principales. Les mesures de la tension artérielle et les évaluations de l'effort perçu peuvent être utiles, alors que la fréquence cardiaque n'est pas aussi applicable.

Charge de travail acceptable dans le travail répétitif

Le travail répétitif avec de petits groupes musculaires ressemble au travail musculaire statique du point de vue des réponses circulatoires et métaboliques. En règle générale, lors d'un travail répétitif, les muscles se contractent plus de 30 fois par minute. Lorsque la force relative de contraction dépasse 10 % de la force maximale, le temps d'endurance et la force musculaire commencent à diminuer. Cependant, il existe de grandes variations individuelles dans les temps d'endurance. Par exemple, le temps d'endurance varie entre deux et cinquante minutes lorsque le muscle se contracte de 90 à 110 fois par minute à un niveau de force relative de 10 à 20 % (Laurig 1974).

Il est très difficile d'établir des critères définitifs pour le travail répétitif, car même des niveaux de travail très légers (comme avec l'utilisation d'une souris de micro-ordinateur) peuvent provoquer des augmentations de la pression intramusculaire, ce qui peut parfois entraîner un gonflement des fibres musculaires, des douleurs et une réduction dans la force musculaire.

Le travail musculaire répétitif et statique entraînera de la fatigue et une capacité de travail réduite à des niveaux de force relative très faibles. Par conséquent, les interventions ergonomiques doivent viser à minimiser autant que possible le nombre de mouvements répétitifs et de contractions statiques. Très peu de méthodes de terrain sont disponibles pour l'évaluation des contraintes dans le travail répétitif.

Prévention de la surcharge musculaire

Il existe relativement peu de preuves épidémiologiques démontrant que la charge musculaire est nocive pour la santé. Cependant, des études physiologiques et ergonomiques du travail indiquent que la surcharge musculaire entraîne de la fatigue (c'est-à-dire une diminution de la capacité de travail) et peut réduire la productivité et la qualité du travail.

La prévention de la surcharge musculaire peut viser le contenu du travail, l'environnement de travail et le travailleur. La charge peut être ajustée par des moyens techniques, qui portent sur l'environnement de travail, les outils et/ou les méthodes de travail. Le moyen le plus rapide de réguler la charge musculaire est d'augmenter la flexibilité du temps de travail sur une base individuelle. Cela signifie concevoir des régimes travail-repos qui tiennent compte de la charge de travail ainsi que des besoins et des capacités de chaque travailleur.

Le travail musculaire statique et répétitif doit être réduit au minimum. Des phases ponctuelles de travail dynamique lourd peuvent être utiles pour le maintien d'une forme physique de type endurance. La forme d'activité physique la plus utile pouvant être intégrée à une journée de travail est probablement la marche rapide ou la montée d'escaliers.

Cependant, la prévention de la surcharge musculaire est très difficile si la forme physique ou les compétences professionnelles d'un travailleur sont médiocres. Une formation appropriée améliorera les compétences de travail et peut réduire les charges musculaires au travail. Aussi, l'exercice physique régulier pendant le travail ou les loisirs augmentera les capacités musculaires et cardio-respiratoires du travailleur.

 

Noir

Mardi 08 Mars 2011 21: 13

Postures au travail

La posture d'une personne au travail, c'est-à-dire l'organisation mutuelle du tronc, de la tête et des extrémités, peut être analysée et comprise de plusieurs points de vue. Les postures visent à faire avancer le travail ; ainsi, ils ont une finalité qui influence leur nature, leur rapport au temps et leur coût (physiologique ou non) pour la personne en question. Il existe une interaction étroite entre les capacités et caractéristiques physiologiques de l'organisme et l'exigence du travail.

La charge musculo-squelettique est un élément nécessaire aux fonctions de l'organisme et indispensable au bien-être. Du point de vue de la conception de l'œuvre, la question est de trouver l'équilibre optimal entre le nécessaire et l'excessif.

Les postures ont intéressé les chercheurs et les praticiens pour au moins les raisons suivantes :

    1. Une posture est à l'origine d'une charge musculo-squelettique. À l'exception de la position debout, assise et allongée détendue, les muscles doivent créer des forces pour équilibrer la posture et/ou contrôler les mouvements. Dans les tâches lourdes classiques, par exemple dans l'industrie de la construction ou dans la manutention manuelle de matériaux lourds, des forces externes, dynamiques et statiques, s'ajoutent aux forces internes au corps, créant parfois des charges élevées qui peuvent dépasser la capacité des tissus. (Voir figure 1) Même dans des postures détendues, lorsque le travail musculaire approche de zéro, les tendons et les articulations peuvent être sollicités et montrer des signes de fatigue. Un travail à faible charge apparente, par exemple celui d'un microscopiste, peut devenir fastidieux et ardu lorsqu'il est effectué sur une longue période.
    2. La posture est étroitement liée à l'équilibre et à la stabilité. En fait, la posture est contrôlée par plusieurs réflexes neuronaux où l'apport de sensations tactiles et les repères visuels de l'environnement jouent un rôle important. Certaines postures, comme atteindre des objets à distance, sont intrinsèquement instables. La perte d'équilibre est une cause immédiate fréquente d'accidents du travail. Certaines tâches de travail sont effectuées dans un environnement où la stabilité ne peut pas toujours être garantie, par exemple dans l'industrie de la construction.
    3. La posture est la base des mouvements habiles et de l'observation visuelle. De nombreuses tâches nécessitent des mouvements de main fins et habiles et une observation attentive de l'objet du travail. Dans de tels cas, la posture devient la plate-forme de ces actions. L'attention est dirigée vers la tâche, et les éléments posturaux sont mobilisés pour soutenir les tâches : la posture devient immobile, la charge musculaire augmente et devient plus statique. Un groupe de recherche français a montré dans son étude classique que l'immobilité et la charge musculo-squelettique augmentaient lorsque le rythme de travail augmentait (Teiger, Laville et Duraffourg 1974).
    4. La posture est une source d'information sur les événements qui se déroulent au travail. L'observation de la posture peut être intentionnelle ou inconsciente. Les superviseurs et les travailleurs habiles sont connus pour utiliser les observations posturales comme indicateurs du processus de travail. Souvent, l'observation des informations posturales n'est pas consciente. Par exemple, sur un derrick de forage pétrolier, des repères posturaux ont été utilisés pour communiquer des messages entre les membres de l'équipe au cours des différentes phases d'une tâche. Cela se produit dans des conditions où d'autres moyens de communication ne sont pas possibles.

     

    Figure 1. Des positions des mains trop hautes ou une flexion vers l'avant sont parmi les moyens les plus courants de créer une charge « statique »

    ERG080F1

          Sécurité, santé et postures de travail

          Du point de vue de la sécurité et de la santé, tous les aspects de la posture décrits ci-dessus peuvent être importants. Cependant, les postures en tant que source de maladies musculo-squelettiques telles que les maladies du bas du dos ont attiré le plus d'attention. Les problèmes musculo-squelettiques liés au travail répétitif sont également liés aux postures.

          Douleur dans le bas du dos (LBP) est un terme générique pour diverses maladies du bas du dos. Il a de nombreuses causes et la posture est un élément causal possible. Des études épidémiologiques ont montré qu'un travail physiquement pénible est propice aux lombalgies et que les postures sont un élément de ce processus. Il existe plusieurs mécanismes possibles qui expliquent pourquoi certaines postures peuvent provoquer des lombalgies. Les postures de flexion vers l'avant augmentent la charge sur la colonne vertébrale et les ligaments, qui sont particulièrement vulnérables aux charges dans une posture tordue. Les charges externes, en particulier les charges dynamiques, telles que celles imposées par les secousses et les glissades, peuvent augmenter considérablement les charges sur le dos.

          Du point de vue de la sécurité et de la santé, il est important d'identifier les mauvaises postures et autres éléments posturaux dans le cadre de l'analyse de la sécurité et de la santé du travail en général.

          Enregistrement et mesure des postures de travail

          Les postures peuvent être enregistrées et mesurées objectivement par l'utilisation de l'observation visuelle ou de techniques de mesure plus ou moins sophistiquées. Ils peuvent également être enregistrés en utilisant des schémas d'auto-évaluation. La plupart des méthodes considèrent la posture comme l'un des éléments dans un contexte plus large, par exemple, dans le cadre du contenu du travail, comme le font l'AET et l'étude de Renault. Les profils des postes (Landau et Rohmert 1981; RNUR 1976) - ou comme point de départ pour des calculs biomécaniques prenant également en compte d'autres composants.

          Malgré les progrès de la technologie de mesure, l'observation visuelle reste, dans des conditions de terrain, le seul moyen pratique d'enregistrer systématiquement les postures. Cependant, la précision de telles mesures reste faible. Malgré cela, les observations posturales peuvent être une riche source d'informations sur le travail en général.

          La courte liste suivante de méthodes et de techniques de mesure présente des exemples sélectionnés :

            1. Questionnaires et journaux d'auto-déclaration. Les questionnaires d'auto-déclaration et les journaux sont un moyen économique de collecter des informations posturales. L'auto-déclaration est basée sur la perception du sujet et s'écarte généralement beaucoup des postures observées «objectivement», mais peut tout de même véhiculer des informations importantes sur la pénibilité du travail.
            2. Observation des postures. L'observation des postures comprend l'enregistrement purement visuel des postures et de leurs composantes ainsi que des méthodes dans lesquelles un entretien complète l'information. Un support informatique est généralement disponible pour ces méthodes. De nombreuses méthodes sont disponibles pour les observations visuelles. La méthode peut simplement contenir un catalogue d'actions, y compris les postures du tronc et des membres (par exemple, Keyserling 1986 ; Van der Beek, Van Gaalen et Frings-Dresen 1992). La méthode OWAS propose un schéma structuré pour l'analyse, la cotation et l'évaluation de postures du tronc et des membres conçues pour les conditions de terrain (Karhu, Kansi et Kuorinka 1977). La méthode d'enregistrement et d'analyse peut contenir des schémas de notation, certains d'entre eux assez détaillés (comme avec la méthode de ciblage de la posture, par Corlett et Bishop 1976), et ils peuvent fournir une notation pour la position de nombreux éléments anatomiques pour chaque élément de la tâche ( Drry 1987).
            3. Analyses posturales assistées par ordinateur. Les ordinateurs ont facilité les analyses posturales de plusieurs façons. Des ordinateurs portables et des programmes spéciaux permettent un enregistrement facile et une analyse rapide des postures. Persson et Kilbom (1983) ont développé le programme VIRA pour l'étude des membres supérieurs ; Kerguelen (1986) a produit un package complet d'enregistrement et d'analyse des tâches de travail ; Kivi et Mattila (1991) ont conçu une version informatisée d'OWAS pour l'enregistrement et l'analyse.

                 

                La vidéo fait généralement partie intégrante du processus d'enregistrement et d'analyse. Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) des États-Unis a présenté des lignes directrices pour l'utilisation de méthodes vidéo dans l'analyse des risques (NIOSH 1990).

                Les programmes informatiques biomécaniques et anthropométriques offrent des outils spécialisés pour l'analyse de certains éléments posturaux dans l'activité de travail et en laboratoire (ex. Chaffin 1969).

                Facteurs affectant les postures de travail

                Les postures de travail servent un but, une finalité hors d'elles-mêmes. C'est pourquoi ils sont liés aux conditions de travail externes. L'analyse posturale qui ne tient pas compte de l'environnement de travail et de la tâche elle-même présente un intérêt limité pour les ergonomes.

                Les caractéristiques dimensionnelles du poste de travail définissent en grande partie les postures (comme dans le cas d'une tâche assise), même pour des tâches dynamiques (par exemple, la manipulation de matériel dans un espace confiné). Les charges à manipuler obligent le corps à adopter une certaine posture, tout comme le poids et la nature de l'outil de travail. Certaines tâches nécessitent que le poids du corps soit utilisé pour soutenir un outil ou pour appliquer une force sur l'objet du travail, comme illustré, par exemple, à la figure 2.

                Figure 2. Aspects ergonomiques de la station debout

                ERG080F4

                Les différences individuelles, l'âge et le sexe influencent les postures. En fait, il a été constaté qu'une posture « typique » ou « meilleure », par exemple dans la manutention manuelle, est en grande partie une fiction. Pour chaque individu et chaque situation de travail, il existe un certain nombre de « meilleures » postures alternatives selon différents critères.

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                Outils de travail et supports pour les postures de travail

                Les ceintures, les supports lombaires et les orthèses ont été recommandés pour les tâches à risque de lombalgie ou de lésions musculo-squelettiques des membres supérieurs. On a supposé que ces dispositifs apportaient un soutien aux muscles, par exemple en contrôlant la pression intra-abdominale ou les mouvements de la main. On s'attend également à ce qu'ils limitent l'amplitude des mouvements du coude, du poignet ou des doigts. Il n'y a aucune preuve que la modification des éléments posturaux avec ces appareils aiderait à éviter les problèmes musculo-squelettiques.

                Les supports posturaux sur le lieu de travail et sur les machines, tels que les poignées, les coussins de soutien pour s'agenouiller et les aides à s'asseoir, peuvent être utiles pour soulager les charges posturales et la douleur.

                Règlements de sécurité et de santé concernant les éléments posturaux

                Les postures ou les éléments posturaux n'ont pas fait l'objet d'activités réglementaires per se. Cependant, plusieurs documents contiennent soit des mentions portant sur les postures, soit incluent la question des postures comme partie intégrante d'une réglementation. Une image complète du matériel réglementaire existant n'est pas disponible. Les références suivantes sont présentées à titre d'exemples.

                  1. L'Organisation internationale du travail a publié une recommandation en 1967 sur les charges maximales à manutentionner. Bien que la recommandation ne réglemente pas les éléments posturaux en tant que tels, elle a une incidence importante sur la contrainte posturale. La recommandation est maintenant obsolète, mais elle a joué un rôle important en attirant l'attention sur les problèmes de manutention manuelle des matériaux.
                  2. Les directives de levage du NIOSH (NIOSH 1981), en tant que telles, ne sont pas non plus des réglementations, mais elles ont atteint ce statut. Les directives dérivent des limites de poids pour les charges en utilisant l'emplacement de la charge - un élément postural - comme base.
                  3. Au sein de l'Organisation internationale de normalisation ainsi que dans la Communauté européenne, il existe des normes et des directives ergonomiques qui contiennent des éléments relatifs aux éléments posturaux (CEN 1990 et 1991).

                   

                  Noir

                  Mardi 08 Mars 2011 21: 20

                  Biomécanique

                  Objectifs et principes

                  La biomécanique est une discipline qui aborde l'étude du corps comme s'il s'agissait uniquement d'un système mécanique : toutes les parties du corps sont assimilées à des structures mécaniques et sont étudiées comme telles. Les analogies suivantes peuvent, par exemple, être faites :

                  • os : leviers, éléments structuraux
                  • chair : volumes et masses
                  • articulations : surfaces d'appui et articulations
                  • garnitures de joints : lubrifiants
                  • muscles : moteurs, ressorts
                  • nerfs : mécanismes de contrôle par rétroaction
                  • organes : alimentations
                  • tendons : cordes
                  • tissu: ressorts
                  • cavités corporelles : ballons.

                   

                  L'objectif principal de la biomécanique est d'étudier la façon dont le corps produit de la force et génère du mouvement. La discipline s'appuie principalement sur l'anatomie, les mathématiques et la physique; les disciplines connexes sont l'anthropométrie (l'étude des mesures du corps humain), la physiologie du travail et la kinésiologie (l'étude des principes de la mécanique et de l'anatomie en relation avec le mouvement humain).

                  En considérant la santé au travail du travailleur, la biomécanique aide à comprendre pourquoi certaines tâches causent des blessures et des problèmes de santé. Certains types d'effets néfastes sur la santé sont les tensions musculaires, les problèmes articulaires, les problèmes de dos et la fatigue.

                  Les foulures et les entorses dorsales et les problèmes plus graves impliquant les disques intervertébraux sont des exemples courants de blessures au travail qui peuvent être évitées. Ceux-ci surviennent souvent à cause d'une surcharge particulière soudaine, mais peuvent également refléter l'exercice de forces excessives par le corps pendant de nombreuses années : les problèmes peuvent survenir soudainement ou mettre du temps à se développer. Un exemple de problème qui se développe avec le temps est le « doigt de la couturière ». Une description récente décrit les mains d'une femme qui, après 28 ans de travail dans une usine de vêtements, en plus de coudre pendant son temps libre, a développé une peau épaissie et durcie et une incapacité à fléchir ses doigts (Poole 1993). (Plus précisément, elle souffrait d'une déformation en flexion de l'index droit, de nœuds de Heberden proéminents sur l'index et le pouce de la main droite, et d'une callosité proéminente sur le majeur droit en raison du frottement constant des ciseaux.) les films de ses mains ont montré de graves changements dégénératifs dans les articulations les plus externes de son index droit et de son majeur, avec une perte d'espace articulaire, une sclérose articulaire (durcissement des tissus), des ostéophytes (excroissances osseuses au niveau de l'articulation) et des kystes osseux.

                  L'inspection sur le lieu de travail a montré que ces problèmes étaient dus à une hyperextension répétée (flexion vers le haut) de l'articulation du doigt la plus externe. La surcharge mécanique et la restriction du flux sanguin (visibles comme un blanchiment du doigt) seraient maximales dans ces articulations. Ces problèmes se sont développés en réponse à des efforts musculaires répétés dans un site autre que le muscle.

                  La biomécanique aide à suggérer des façons de concevoir des tâches pour éviter ces types de blessures ou d'améliorer des tâches mal conçues. Les remèdes à ces problèmes particuliers consistent à reconcevoir les ciseaux et à modifier les tâches de couture pour supprimer la nécessité des actions effectuées.

                  Deux principes importants de la biomécanique sont :

                    1. Les muscles viennent par paires. Les muscles ne peuvent que se contracter, donc pour toute articulation, il doit y avoir un muscle (ou groupe de muscles) pour la déplacer dans un sens et un muscle (ou groupe de muscles) correspondant pour la déplacer dans la direction opposée. La figure 1 illustre le point pour l'articulation du coude.
                    2. Les muscles se contractent plus efficacement lorsque la paire de muscles est en équilibre détendu. Le muscle agit plus efficacement lorsqu'il se trouve au milieu de l'articulation qu'il fléchit. Il en est ainsi pour deux raisons : premièrement, si le muscle essaie de se contracter lorsqu'il est raccourci, il tirera contre le muscle opposé allongé. Parce que ce dernier est étiré, il va appliquer une contre-force élastique que le muscle qui se contracte doit vaincre. La figure 2 montre la façon dont la force musculaire varie avec la longueur du muscle.

                       

                      Figure 1. Les muscles squelettiques se produisent par paires afin d'initier ou d'inverser un mouvement

                       ERG090F1

                      Figure 2. La tension musculaire varie avec la longueur du muscle

                      ERG090F2

                      Deuxièmement, si le muscle essaie de se contracter ailleurs qu'au milieu du mouvement de l'articulation, il fonctionnera avec un désavantage mécanique. La figure 3 illustre l'évolution de l'avantage mécanique du coude dans trois positions différentes.

                      Figure 3. Positions optimales pour le mouvement articulaire

                      ERG090F3

                      Un critère important pour la conception du travail découle de ces principes : le travail doit être organisé de manière à ce qu'il se produise avec les muscles opposés de chaque articulation en équilibre détendu. Pour la plupart des articulations, cela signifie que l'articulation doit être à peu près au milieu de son mouvement.

                      Cette règle signifie également que la tension musculaire sera au minimum pendant l'exécution d'une tâche. Un exemple d'infraction à la règle est le syndrome de surutilisation (RSI ou microtraumatismes répétés) qui affecte les muscles du haut de l'avant-bras chez les opérateurs au clavier qui opèrent habituellement avec le poignet fléchi vers le haut. Cette habitude est souvent imposée à l'opérateur par la conception du clavier et du poste de travail.

                      Applications

                      Voici quelques exemples illustrant l'application de la biomécanique.

                      Le diamètre optimal des manches d'outils

                      Le diamètre d'un manche affecte la force que les muscles de la main peuvent appliquer à un outil. Des recherches ont montré que le diamètre optimal du manche dépend de l'usage auquel l'outil est destiné. Pour exercer une poussée le long de la ligne de la poignée, le meilleur diamètre est celui qui permet aux doigts et au pouce d'assumer une prise légèrement superposée. C'est environ 40 millimètres. Pour exercer un couple, un diamètre d'environ 50-65 mm est optimal. (Malheureusement, dans les deux cas, la plupart des poignées sont plus petites que ces valeurs.)

                      L'utilisation de pinces

                      En tant que cas particulier d'une poignée, la capacité d'exercer une force avec une pince dépend de la séparation de la poignée, comme le montre la figure 4.

                      Figure 4. Force de préhension des mâchoires de pince exercée par les utilisateurs masculins et féminins en fonction de la séparation des poignées

                       ERG090F4

                      Posture assise

                      L'électromyographie est une technique qui peut être utilisée pour mesurer la tension musculaire. Dans une étude de la tension dans le spinaux muscles (du dos) de sujets assis, il a été constaté que se pencher en arrière (avec le dossier incliné) réduisait la tension de ces muscles. L'effet peut s'expliquer par le fait que le dossier supporte davantage le poids du haut du corps.

                      Des études aux rayons X de sujets dans diverses postures ont montré que la position d'équilibre détendu des muscles qui ouvrent et ferment l'articulation de la hanche correspond à un angle de la hanche d'environ 135º. Celle-ci est proche de la position (128º) qu'adopte naturellement cette articulation en apesanteur (dans l'espace). En position assise, avec un angle de 90º au niveau de la hanche, les muscles ischio-jambiers qui s'étendent sur les articulations du genou et de la hanche ont tendance à tirer le sacrum (la partie de la colonne vertébrale qui se connecte au bassin) en position verticale. L'effet est de supprimer la lordose naturelle (courbure) de la colonne lombaire ; les chaises doivent avoir des dossiers appropriés pour corriger cet effort.

                      Vissage

                      Pourquoi les vis sont-elles insérées dans le sens des aiguilles d'une montre ? La pratique est probablement née de la reconnaissance inconsciente que les muscles qui font tourner le bras droit dans le sens des aiguilles d'une montre (la plupart des gens sont droitiers) sont plus gros (et donc plus puissants) que les muscles qui le font tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

                      Notez que les gauchers seront désavantagés lors de l'insertion des vis à la main. Environ 9 % de la population est gauchère et nécessitera donc des outils spéciaux dans certaines situations : ciseaux et ouvre-boîtes en sont deux exemples.

                      Une étude de personnes utilisant des tournevis dans une tâche d'assemblage a révélé une relation plus subtile entre un mouvement particulier et un problème de santé particulier. Il a été constaté que plus l'angle du coude était grand (plus le bras était droit), plus les gens avaient une inflammation au coude. La raison de cet effet est que le muscle qui fait tourner l'avant-bras (le biceps) tire également la tête du radius (os du bras inférieur) sur le capitule (tête arrondie) de l'humérus (os du bras). L'augmentation de la force à l'angle supérieur du coude a provoqué une plus grande force de friction au niveau du coude, avec un échauffement conséquent de l'articulation, entraînant l'inflammation. À l'angle le plus élevé, le muscle devait également tirer avec une plus grande force pour effectuer l'action de vissage, de sorte qu'une force plus grande était appliquée que celle qui aurait été nécessaire avec le coude à environ 90º. La solution consistait à rapprocher la tâche des opérateurs pour réduire l'angle du coude à environ 90º.

                      Les cas ci-dessus démontrent qu'une bonne compréhension de l'anatomie est nécessaire pour l'application de la biomécanique en milieu de travail. Les concepteurs de tâches peuvent avoir besoin de consulter des experts en anatomie fonctionnelle pour anticiper les types de problèmes abordés. (L'ergonome de poche (Brown et Mitchell 1986) basé sur la recherche électromyographique, suggère de nombreuses façons de réduire l'inconfort physique au travail.)

                      Manutention manuelle des matériaux

                      Le terme manipulation manuelle comprend soulever, abaisser, pousser, tirer, porter, déplacer, tenir et retenir, et englobe une grande partie des activités de la vie professionnelle.

                      La biomécanique a un lien direct évident avec le travail de manutention manuelle, puisque les muscles doivent bouger pour effectuer des tâches. La question est : combien de travail physique peut-on raisonnablement s'attendre à ce que les gens fassent ? La réponse dépend des circonstances; il y a vraiment trois questions qui doivent être posées. Chacun a une réponse basée sur des critères scientifiquement recherchés :

                        1. Quelle quantité peut être manipulée sans dommage pour le corps (sous la forme, par exemple, d'une fatigue musculaire, d'une blessure au disque ou de problèmes articulaires) ? C'est ce qu'on appelle le critère biomécanique.
                        2. Quelle quantité peut être manipulée sans surmener les poumons (respiration difficile au point de haleter) ? C'est ce qu'on appelle le critère physiologique.
                        3. Combien les gens se sentent-ils capables de gérer confortablement ? C'est ce qu'on appelle le critère psychophysique.

                             

                            Il est nécessaire d'avoir ces trois critères différents parce qu'il y a trois réactions très différentes qui peuvent survenir aux tâches de levage : si le travail dure toute la journée, la préoccupation sera de savoir comment la personne sent sur la tâche — le critère psychophysique ; si la force à appliquer est importante, le souci serait que les muscles et les articulations sont pas surchargé jusqu'à l'endommagement - le critère biomécanique ; et si le taux de travail est trop grande, alors elle peut bien dépasser le critère physiologique, ou la capacité aérobie de la personne.

                            De nombreux facteurs déterminent l'étendue de la charge exercée sur le corps par une tâche de manutention manuelle. Tous suggèrent des opportunités de contrôle.

                            Postures et mouvements

                            Si la tâche exige qu'une personne se torde ou se penche vers l'avant avec une charge, le risque de blessure est plus grand. Le poste de travail peut souvent être repensé pour empêcher ces actions. Plus de blessures au dos surviennent lorsque le levage commence au niveau du sol par rapport au niveau de la mi-cuisse, ce qui suggère des mesures de contrôle simples. (Cela s'applique également au levage élevé.)

                            La charge.

                            La charge elle-même peut influencer la manutention en raison de son poids et de son emplacement. D'autres facteurs, tels que sa forme, sa stabilité, sa taille et sa glissance peuvent tous affecter la facilité d'une tâche de manutention.

                            Organisation et environnement.

                            La façon dont le travail est organisé, à la fois physiquement et dans le temps (temporellement), influence également la manipulation. Il est préférable de répartir la charge du déchargement d'un camion dans un quai de livraison sur plusieurs personnes pendant une heure plutôt que de demander à un travailleur de passer toute la journée sur la tâche. L'environnement influence la manipulation - un éclairage insuffisant, des sols encombrés ou inégaux et un mauvais entretien ménager peuvent tous faire trébucher une personne.

                            Facteurs personnels.

                            Les compétences personnelles en manipulation, l'âge de la personne et les vêtements portés peuvent également influer sur les exigences de manipulation. L'éducation pour la formation et le levage est nécessaire à la fois pour fournir les informations nécessaires et pour laisser le temps au développement des compétences physiques de manutention. Les jeunes sont plus à risque; d'autre part, les personnes âgées ont moins de force et moins de capacité physiologique. Les vêtements serrés peuvent augmenter la force musculaire requise dans une tâche lorsque les gens s'efforcent contre le tissu serré; des exemples classiques sont l'uniforme smocké de l'infirmière et la salopette serrée lorsque les gens travaillent au-dessus de leur tête.

                            Limites de poids recommandées

                            Les points mentionnés ci-dessus indiquent qu'il est impossible d'énoncer un poids qui sera "sûr" en toutes circonstances. (Les limites de poids ont eu tendance à varier d'un pays à l'autre de manière arbitraire. Les dockers indiens, par exemple, étaient autrefois "autorisés" à soulever 110 kg, tandis que leurs homologues de l'ancienne République démocratique populaire d'Allemagne étaient "limités" à 32 kg. .) Les limites de poids ont également tendance à être trop élevées. Les 55 kg suggérés dans de nombreux pays sont maintenant considérés comme beaucoup trop élevés sur la base de preuves scientifiques récentes. Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) aux États-Unis a adopté 23 kg comme limite de charge en 1991 (Waters et al. 1993).

                            Chaque tâche de levage doit être évaluée selon ses propres mérites. Une approche utile pour déterminer une limite de poids pour une tâche de levage est l'équation développée par le NIOSH :

                            RWL = LC x HM x VM x DM x AM x CM x FM

                            RWL = limite de poids recommandée pour la tâche en question

                            HM = la distance horizontale du centre de gravité de la charge au point médian entre les chevilles (minimum 15 cm, maximum 80 cm)

                            VM = la distance verticale entre le centre de gravité de la charge et le sol au début de l'ascenseur (maximum 175 cm)

                            DM = la course verticale de l'élévateur (minimum 25 cm, maximum 200 cm)

                            AM = facteur d'asymétrie - l'angle dont la tâche s'écarte directement devant le corps

                            CM = multiplicateur de couplage - la capacité à bien saisir l'élément à soulever, qui se trouve dans un tableau de référence

                            FM = multiplicateurs de fréquence–la fréquence du levage.

                            Toutes les variables de longueur dans l'équation sont exprimées en unités de centimètres. Il convient de noter que 23 kg est le poids maximum recommandé par le NIOSH pour le levage. Cela a été réduit de 40 kg après que l'observation de nombreuses personnes effectuant de nombreuses tâches de levage a révélé que la distance moyenne du corps au début de l'ascenseur est de 25 cm, et non les 15 cm supposés dans une version antérieure de l'équation (NIOSH 1981 ).

                            Indice de levage.

                            En comparant le poids à soulever dans la tâche et le RWL, un indice de levage (LI) peut être obtenu selon la relation :

                            LI=(poids à manipuler)/RWL.

                            Par conséquent, une utilisation particulièrement précieuse de l'équation NIOSH est le classement des tâches de levage par ordre de gravité, en utilisant l'indice de levage pour définir les priorités d'action. (L'équation a cependant un certain nombre de limitations qui doivent être comprises pour son application la plus efficace. Voir Waters et al. 1993).

                            Estimation de la compression vertébrale imposée par la tâche

                            Un logiciel informatique est disponible pour estimer la compression vertébrale produite par une tâche de manipulation manuelle. Les programmes de prédiction de la force statique 2D et 3D de l'Université du Michigan (« Backsoft ») estiment la compression vertébrale. Les entrées nécessaires au programme sont :

                            • la posture dans laquelle s'effectue l'activité de manutention
                            • la force exercée
                            • la direction de l'effort exercé
                            • le nombre de mains exerçant la force
                            • le centile de la population étudiée.

                             

                            Les programmes 2D et 3D se distinguent par le fait que le logiciel 3D permet des calculs s'appliquant à des postures en trois dimensions. Le résultat du programme donne des données sur la compression vertébrale et répertorie le pourcentage de la population sélectionnée qui serait capable d'effectuer la tâche particulière sans dépasser les limites suggérées pour six articulations : cheville, genou, hanche, premier disque-sacrum lombaire, épaule et coude. Cette méthode comporte également un certain nombre de limites qui doivent être bien comprises afin de tirer le maximum de valeur du programme.

                             

                            Noir

                            Mardi 08 Mars 2011 21: 29

                            Fatigue générale

                            Cet article est adapté de la 3e édition de l'Encyclopaedia of Occupational Health and Safety.

                            Les deux concepts de fatigue et de repos sont familiers à tous par expérience personnelle. Le mot « fatigue » est utilisé pour désigner des conditions très différentes, qui entraînent toutes une réduction de la capacité de travail et de la résistance. L'utilisation très variée du concept de fatigue a entraîné une confusion presque chaotique et une clarification des idées actuelles est nécessaire. Pendant longtemps, la physiologie a distingué la fatigue musculaire de la fatigue générale. Le premier est un phénomène douloureux aigu localisé dans les muscles : la fatigue générale se caractérise par un sentiment de diminution de la volonté de travailler. Cet article ne traite que de la fatigue générale, que l'on peut aussi appeler « fatigue psychique » ou « fatigue nerveuse » et du repos qu'elle nécessite.

                            La fatigue générale peut être due à des causes assez différentes, dont les plus importantes sont présentées dans la figure 1. L'effet est comme si, au cours de la journée, tous les différents stress subis s'accumulaient dans l'organisme, produisant progressivement une sensation de fatigue croissante. fatigue. Ce sentiment incite à la décision d'arrêter de travailler ; son effet est celui d'un prélude physiologique au sommeil.

                            Figure 1. Présentation schématique de l'effet cumulatif des causes quotidiennes de la fatigue

                            ERG225F1

                            La fatigue est une sensation salutaire si l'on peut s'allonger et se reposer. Cependant, si l'on ne tient pas compte de ce sentiment et que l'on se force à continuer à travailler, le sentiment de fatigue augmente jusqu'à devenir angoissant et finalement écrasant. Cette expérience quotidienne démontre bien la signification biologique de la fatigue qui joue un rôle dans le maintien de la vie, semblable à celui joué par d'autres sensations comme, par exemple, la soif, la faim, la peur, etc.

                            Le repos est représenté sur la figure 1 comme la vidange d'un tonneau. Le phénomène de repos peut se dérouler normalement si l'organisme reste intact ou si au moins une partie essentielle du corps n'est pas soumise à des contraintes. C'est ce qui explique le rôle déterminant que jouent les journées de travail toutes les pauses de travail, de la courte pause pendant le travail au sommeil nocturne. La comparaison du tonneau illustre combien il est nécessaire pour une vie normale d'atteindre un certain équilibre entre la charge totale supportée par l'organisme et la somme des possibilités de repos.

                            Interprétation neurophysiologique de la fatigue

                            Les progrès de la neurophysiologie au cours des dernières décennies ont largement contribué à une meilleure compréhension des phénomènes déclenchés par la fatigue dans le système nerveux central.

                            Le physiologiste Hess a été le premier à observer que la stimulation électrique de certaines des structures diencéphaliques, et plus particulièrement de certaines des structures du noyau médial du thalamus, produisait progressivement un effet inhibiteur qui se traduisait par une altération de la capacité de réaction. et dans une tendance à dormir. Si la stimulation était poursuivie pendant un certain temps, la relaxation générale était suivie de somnolence et enfin de sommeil. Il a été prouvé plus tard qu'à partir de ces structures, une inhibition active peut s'étendre jusqu'au cortex cérébral où se concentrent tous les phénomènes conscients. Cela se reflète non seulement dans le comportement, mais aussi dans l'activité électrique du cortex cérébral. D'autres expériences ont également réussi à initier des inhibitions à partir d'autres régions sous-corticales.

                            La conclusion que l'on peut tirer de toutes ces études est qu'il existe des structures situées dans le diencéphale et le mésencéphale qui représentent un système inhibiteur efficace et qui déclenchent la fatigue avec tous les phénomènes qui l'accompagnent.

                            Inhibition et activation

                            De nombreuses expériences réalisées sur des animaux et des humains ont montré que leur disposition générale à réagir dépend non seulement de ce système d'inhibition mais aussi essentiellement d'un système fonctionnant de manière antagoniste, appelé système d'activation ascendant réticulaire. Nous savons par expériences que la formation réticulaire contient des structures qui contrôlent le degré d'éveil, et par conséquent les dispositions générales à une réaction. Des liens nerveux existent entre ces structures et le cortex cérébral où s'exercent les influences activatrices sur la conscience. De plus, le système d'activation reçoit une stimulation des organes sensoriels. D'autres connexions nerveuses transmettent des impulsions du cortex cérébral - la zone de perception et de pensée - au système d'activation. Sur la base de ces concepts neurophysiologiques, on peut établir que des stimuli externes, ainsi que des influences provenant des aires de la conscience, peuvent, en passant par le système activateur, stimuler une disposition à une réaction.

                            De plus, de nombreuses autres investigations permettent de conclure que la stimulation du système activateur se propage fréquemment aussi à partir des centres végétatifs, et amène l'organisme à s'orienter vers la dépense d'énergie, vers le travail, la lutte, la fuite, etc. (conversion ergotrope de les organes internes). A l'inverse, il apparaît que la stimulation du système inhibiteur au sein de la sphère du système nerveux végétatif fait tendre l'organisme vers le repos, reconstitution de ses réserves d'énergie, phénomènes d'assimilation (conversion trophotrope).

                            Par synthèse de toutes ces découvertes neurophysiologiques, on peut établir la conception suivante de la fatigue : l'état et la sensation de fatigue sont conditionnés par la réaction fonctionnelle de la conscience dans le cortex cérébral, qui est, à son tour, régi par deux systèmes mutuellement antagonistes : le système d'inhibition et le système d'activation. Ainsi, la disposition de l'homme au travail dépend à chaque instant du degré d'activation des deux systèmes : si le système inhibiteur est dominant, l'organisme sera en état de fatigue ; lorsque le système d'activation est dominant, il présentera une disposition accrue au travail.

                            Cette conception psychophysiologique de la fatigue permet de comprendre certains de ses symptômes parfois difficiles à expliquer. Ainsi, par exemple, une sensation de fatigue peut disparaître brutalement lorsqu'un événement extérieur inattendu survient ou lorsque la tension émotionnelle se développe. Il est clair dans ces deux cas que le système activateur a été stimulé. A l'inverse, si l'environnement est monotone ou que le travail semble ennuyeux, le fonctionnement du système activateur est diminué et le système inhibiteur devient dominant. Ceci explique pourquoi la fatigue apparaît dans une situation monotone sans que l'organisme ne soit soumis à une quelconque charge de travail.

                            La figure 2 décrit schématiquement la notion de systèmes mutuellement antagonistes d'inhibition et d'activation.

                            Figure 2. Présentation schématique du contrôle de la disposition au travail au moyen de systèmes d'inhibition et d'activation

                            ERG225F2

                            Fatigue clinique

                            Il est de notoriété publique qu'une fatigue prononcée survenant jour après jour produira progressivement un état de fatigue chronique. La sensation de fatigue s'intensifie alors et survient non seulement le soir après le travail mais déjà dans la journée, parfois même avant le début du travail. Un sentiment de malaise, souvent de nature émotive, accompagne cet état. Les symptômes suivants sont souvent observés chez les personnes souffrant de fatigue : émotivité psychique accrue (comportement antisocial, incompatibilité), tendance à la dépression (anxiété non motivée) et manque d'énergie avec perte d'initiative. Ces effets psychiques s'accompagnent souvent d'un malaise non spécifique et se manifestent par des symptômes psychosomatiques : maux de tête, vertiges, troubles fonctionnels cardiaques et respiratoires, perte d'appétit, troubles digestifs, insomnie, etc.

                            Compte tenu de la tendance aux symptômes morbides qui accompagnent la fatigue chronique, on peut à juste titre parler de fatigue clinique. Il y a une tendance à l'augmentation de l'absentéisme, et en particulier à plus d'absences pour de courtes périodes. Cela semble être causé à la fois par le besoin de repos et par une morbidité accrue. L'état de fatigue chronique survient particulièrement chez les personnes exposées à des conflits ou difficultés psychiques. Il est parfois très difficile de distinguer les causes externes et internes. En fait, il est presque impossible de distinguer la cause et l'effet de la fatigue clinique : une attitude négative envers le travail, les supérieurs ou le lieu de travail peut tout aussi bien être la cause de la fatigue clinique que le résultat.

                            Des recherches ont montré que les standardistes et le personnel d'encadrement employés dans les services de télécommunications présentaient une augmentation significative des symptômes physiologiques de fatigue après leur travail (temps de réaction visuelle, fréquence de fusion des scintillements, tests de dextérité). Les investigations médicales ont révélé que dans ces deux groupes de travailleurs, il y avait une augmentation significative des états névrotiques, de l'irritabilité, des troubles du sommeil et de la sensation chronique de lassitude, par rapport à un groupe similaire de femmes employées dans les branches techniques de la poste, du téléphone et les services télégraphiques. L'accumulation de symptômes n'était pas toujours due à une attitude négative de la part des femmes affectées à leur emploi ou à leurs conditions de travail.

                            Mesures préventives

                            Il n'y a pas de panacée contre la fatigue, mais on peut faire beaucoup pour atténuer le problème en prêtant attention aux conditions générales de travail et à l'environnement physique sur le lieu de travail. Par exemple, on peut faire beaucoup en organisant correctement les heures de travail, en prévoyant des périodes de repos adéquates et des cantines et des toilettes appropriées ; des congés payés adéquats devraient également être accordés aux travailleurs. L'étude ergonomique du lieu de travail peut également aider à réduire la fatigue en s'assurant que les sièges, les tables et les établis sont de dimensions appropriées et que le flux de travail est correctement organisé. De plus, le contrôle du bruit, la climatisation, le chauffage, la ventilation et l'éclairage peuvent tous avoir un effet bénéfique sur le retardement de l'apparition de la fatigue chez les travailleurs.

                            La monotonie et la tension peuvent également être atténuées par une utilisation contrôlée de la couleur et de la décoration dans l'environnement, des intervalles de musique et parfois des pauses pour des exercices physiques pour les travailleurs sédentaires. La formation des travailleurs et en particulier du personnel d'encadrement et de direction joue également un rôle important.

                             

                            Noir

                            Mardi 08 Mars 2011 21: 40

                            Fatigue et récupération

                            La fatigue et la récupération sont des processus périodiques dans tout organisme vivant. La fatigue peut être décrite comme un état qui se caractérise par une sensation de fatigue associée à une réduction ou une variation non désirée de la performance de l'activité (Rohmert 1973).

                            Toutes les fonctions de l'organisme humain ne se fatiguent pas à cause de l'utilisation. Même en dormant, par exemple, nous respirons et notre cœur bat sans arrêt. De toute évidence, les fonctions de base de la respiration et de l'activité cardiaque sont possibles tout au long de la vie sans fatigue et sans pauses pour la récupération.

                            Par contre, on constate après un gros travail assez prolongé qu'il y a une réduction de capacité - ce que l'on appelle sensation de fatigue. Cela ne s'applique pas à la seule activité musculaire. Les organes sensoriels ou les centres nerveux se fatiguent également. C'est pourtant le but de chaque cellule d'équilibrer la capacité perdue par son activité, un processus que nous appelons récupération.

                            Stress, effort, fatigue et récupération

                            Les concepts de fatigue et de récupération au travail humain sont étroitement liés aux concepts ergonomiques de stress et d'effort (Rohmert 1984) (figure 1).

                            Figure 1. Stress, déformation et fatigue

                            ERG150F1

                            Le stress désigne la somme de tous les paramètres de travail dans le système de travail qui influencent les personnes au travail, qui sont perçus ou ressentis principalement par le système récepteur ou qui sollicitent le système effecteur. Les paramètres de stress résultent de la tâche de travail (travail musculaire, travail non musculaire - dimensions et facteurs liés à la tâche) et des conditions physiques, chimiques et sociales dans lesquelles le travail doit être effectué (bruit, climat, éclairement, vibrations , travail posté, etc.—dimensions et facteurs liés à la situation).

                            L'intensité/difficulté, la durée et la composition (c'est-à-dire la répartition simultanée et successive de ces demandes spécifiques) des facteurs de stress se traduisent par un stress combiné, qu'exercent tous les effets exogènes d'un système de travail sur le travailleur. Ce stress combiné peut être géré activement ou supporté passivement, en fonction notamment du comportement de la personne qui travaille. Le cas actif impliquera des activités orientées vers l'efficacité du système de travail, tandis que le cas passif induira des réactions (volontaires ou involontaires), qui visent principalement à minimiser le stress. La relation entre le stress et l'activité est influencée de manière décisive par les caractéristiques individuelles et les besoins de la personne qui travaille. Les principaux facteurs d'influence sont ceux qui déterminent la performance et sont liés à la motivation et à la concentration et ceux liés à la disposition, que l'on peut appeler capacités et compétences.

                            Les contraintes liées au comportement, qui se manifestent dans certaines activités, provoquent des contraintes individuellement différentes. Les souches peuvent être indiquées par la réaction d'indicateurs physiologiques ou biochimiques (par exemple, l'augmentation de la fréquence cardiaque) ou elles peuvent être perçues. Ainsi, les souches sont sensibles à la "mise à l'échelle psycho-physique", qui estime la souche telle qu'elle est ressentie par la personne qui travaille. Dans une approche comportementale, l'existence d'une contrainte peut également être déduite d'une analyse d'activité. L'intensité avec laquelle les indicateurs de stress (physiologiques-biochimiques, comportementaux ou psycho-physiques) réagissent dépend de l'intensité, de la durée et de la combinaison des facteurs de stress ainsi que des caractéristiques individuelles, des capacités, des compétences et des besoins de la personne qui travaille.

                            Malgré des contraintes constantes, les indicateurs issus des domaines d'activité, de performance et de pénibilité peuvent varier dans le temps (effet temporel). De telles variations temporelles doivent être interprétées comme des processus d'adaptation des systèmes organiques. Les effets positifs entraînent une réduction de la tension/amélioration de l'activité ou de la performance (par exemple, grâce à l'entraînement). Dans le cas négatif, cependant, ils entraîneront une augmentation de l'effort/une réduction de l'activité ou des performances (par exemple, fatigue, monotonie).

                            Les effets positifs peuvent entrer en action si les capacités et les compétences disponibles sont améliorées dans le processus de travail lui-même, par exemple, lorsque le seuil de stimulation de l'entraînement est légèrement dépassé. Les effets négatifs sont susceptibles d'apparaître si les soi-disant limites d'endurance (Rohmert 1984) sont dépassées au cours du processus de travail. Cette fatigue entraîne une diminution des fonctions physiologiques et psychologiques, qui peut être compensée par la récupération.

                            Pour restaurer les performances d'origine, des indemnités de repos ou au moins des périodes avec moins de stress sont nécessaires (Luczak 1993).

                            Lorsque le processus d'adaptation est porté au-delà de seuils définis, le système organique employé peut être endommagé au point de provoquer une déficience partielle ou totale de ses fonctions. Une réduction irréversible des fonctions peut apparaître lorsque le stress est beaucoup trop élevé (dommage aigu) ou lorsque la récupération est impossible pendant une durée plus longue (dommage chronique). Un exemple typique de tels dommages est la perte auditive induite par le bruit.

                            Modèles de fatigue

                            La fatigue peut être multiforme, selon la forme et la combinaison de la contrainte, et une définition générale de celle-ci n'est pas encore possible. Les suites biologiques de la fatigue ne sont en général pas mesurables de manière directe, de sorte que les définitions sont principalement orientées vers les symptômes de la fatigue. Ces symptômes de fatigue peuvent être divisés, par exemple, dans les trois catégories suivantes.

                              1. Symptômes physiologiques: la fatigue est interprétée comme une diminution des fonctions des organes ou de tout l'organisme. Il en résulte des réactions physiologiques, par exemple une augmentation de la fréquence cardiaque ou de l'activité musculaire électrique (Laurig 1970).
                              2. Symptômes comportementaux: la fatigue est interprétée principalement comme une diminution des paramètres de performance. Les exemples sont des erreurs croissantes lors de la résolution de certaines tâches, ou une variabilité croissante des performances.
                              3. Symptômes psycho-physiques: la fatigue est interprétée comme une augmentation de la sensation d'effort et une détérioration de la sensation, en fonction de l'intensité, de la durée et de la composition des facteurs de stress.

                                   

                                  Dans le processus de fatigue, ces trois symptômes peuvent jouer un rôle, mais ils peuvent apparaître à différents moments.

                                  Les réactions physiologiques dans les systèmes organiques, en particulier ceux impliqués dans le travail, peuvent apparaître en premier. Plus tard, les sensations d'effort peuvent être affectées. Les changements de performance se manifestent généralement par une régularité décroissante du travail ou par une quantité croissante d'erreurs, bien que la moyenne des performances ne soit pas encore affectée. Au contraire, avec une motivation appropriée, la personne qui travaille peut même essayer de maintenir ses performances grâce à sa volonté. La prochaine étape peut être une nette réduction des performances se terminant par une dégradation des performances. Les symptômes physiologiques peuvent conduire à une dégradation de l'organisme, y compris des modifications de la structure de la personnalité et à l'épuisement. Le processus de fatigue est expliqué dans la théorie des déstabilisations successives (Luczak 1983).

                                  La tendance principale de la fatigue et de la récupération est illustrée à la figure 2.

                                  Figure 2. Tendance principale de la fatigue et de la récupération

                                  ERG150F2

                                  Pronostic de la fatigue et de la récupération

                                  Dans le domaine de l'ergonomie, il existe un intérêt particulier à prédire la fatigue en fonction de l'intensité, de la durée et de la composition des facteurs de stress et à déterminer le temps de récupération nécessaire. Le tableau 1 montre ces différents niveaux d'activité et périodes de réflexion ainsi que les raisons possibles de la fatigue et les différentes possibilités de récupération.

                                  Tableau 1. Fatigue et récupération en fonction des niveaux d'activité

                                  Niveau d'activité

                                  Période

                                  Fatigue de

                                  Récupération par

                                  La vie de travail

                                  Décennies

                                  Surmenage pour
                                  décennies

                                  Retraite

                                  Phases de la vie professionnelle

                                  Années

                                  Surmenage pour
                                  années

                                  Vacances

                                  Séquences de
                                  quarts de travail

                                  Mois/semaines

                                  Changement défavorable
                                  régimes

                                  Week-end, gratuit
                                  jours

                                  Un quart de travail

                                  Un jour

                                  Stress au-dessus
                                  limites d'endurance

                                  Temps libre, repos
                                  périodes

                                  Tâches

                                  HORAIRES

                                  Stress au-dessus
                                  limites d'endurance

                                  Période de repos

                                  Partie d'une tâche

                                  Minutes

                                  Stress au-dessus
                                  limites d'endurance

                                  Changement de tension
                                  facteurs

                                   

                                  Dans l'analyse ergonomique du stress et de la fatigue pour déterminer le temps de récupération nécessaire, la prise en compte de la durée d'une journée de travail est la plus importante. Les méthodes de telles analyses commencent par la détermination des différents facteurs de stress en fonction du temps (Laurig 1992) (figure 3).

                                  Figure 3. Stress en fonction du temps

                                  ERG150F4

                                  Les facteurs de stress sont déterminés à partir du contenu spécifique du travail et des conditions de travail. Le contenu du travail pourrait être la production de force (par exemple, lors de la manipulation de charges), la coordination des fonctions motrices et sensorielles (par exemple, lors de l'assemblage ou de l'utilisation d'une grue), la conversion d'informations en réaction (par exemple, lors du contrôle), les transformations pour produire des informations (par exemple, lors de la programmation, de la traduction) et la production d'informations (par exemple, lors de la conception, de la résolution de problèmes). Les conditions de travail comprennent des aspects physiques (par exemple, bruit, vibrations, chaleur), chimiques (agents chimiques) et sociaux (par exemple, collègues, travail posté).

                                  Dans le cas le plus simple, il y aura un seul facteur de stress important tandis que les autres peuvent être négligés. Dans ces cas, notamment lorsque les facteurs de stress résultent d'un travail musculaire, il est souvent possible de calculer les indemnités de repos nécessaires, car les notions de base sont connues.

                                  Par exemple, l'allocation de repos suffisante dans le travail musculaire statique dépend de la force et de la durée de la contraction musculaire comme dans une fonction exponentielle liée par multiplication selon la formule :

                                  comprenant

                                  RA = Allocation de repos en pourcentage de t

                                  t = durée de contraction (période de travail) en minutes

                                  T = durée maximale possible de contraction en minutes

                                  f = la force nécessaire pour la force statique et

                                  F = force maximale.

                                  Le lien entre la force, le temps de maintien et les allocations de repos est illustré à la figure 4.

                                  Figure 4. Allocations de repos en pourcentage pour diverses combinaisons de forces de maintien et de temps

                                  ERG150F5

                                  Des lois similaires existent pour un travail musculaire dynamique lourd (Rohmert 1962), un travail musculaire léger actif (Laurig 1974) ou différents travaux musculaires industriels (Schmidtke 1971). Plus rarement, vous trouverez des lois comparables pour le travail non physique, par exemple pour l'informatique (Schmidtke 1965). Laurig (1981) et Luczak (1982) donnent un aperçu des méthodes existantes de détermination des indemnités de repos pour les travaux musculaires et non musculaires principalement isolés.

                                   

                                   

                                   

                                   

                                   

                                  Plus difficile est la situation où il existe une combinaison de différents facteurs de stress, comme le montre la figure 5, qui affectent simultanément la personne active (Laurig 1992).

                                  Figure 5. La combinaison de deux facteurs de stress    

                                  ERG150F6

                                  La combinaison de deux facteurs de stress, par exemple, peut conduire à des réactions de déformation différentes selon les lois de combinaison. L'effet combiné de différents facteurs de stress peut être indifférent, compensatoire ou cumulatif.

                                  Dans le cas de lois de combinaison indifférentes, les différents facteurs de stress ont un effet sur différents sous-systèmes de l'organisme. Chacun de ces sous-systèmes peut compenser la contrainte sans que la contrainte soit introduite dans un sous-système commun. La déformation globale dépend du facteur de contrainte le plus élevé, et donc les lois de superposition ne sont pas nécessaires.

                                  Un effet compensatoire est donné lorsque la combinaison de différents facteurs de stress conduit à une déformation inférieure à celle de chaque facteur de stress seul. La combinaison du travail musculaire et des basses températures peut réduire l'effort global, car les basses températures permettent au corps de perdre la chaleur produite par le travail musculaire.

                                  Un effet cumulatif se produit si plusieurs facteurs de stress se superposent, c'est-à-dire qu'ils doivent passer par un « goulot d'étranglement » physiologique. Un exemple est la combinaison du travail musculaire et du stress thermique. Les deux facteurs de stress affectent le système circulatoire en tant que goulot d'étranglement commun avec une contrainte cumulative résultante.

                                  Les effets de combinaison possibles entre le travail musculaire et les conditions physiques sont décrits dans Bruder (1993) (voir tableau 2).

                                  Tableau 2. Règles de combinaison des effets de deux facteurs de stress sur la déformation

                                   

                                  Du froid

                                  Vibration

                                  uniforme

                                  Bruit

                                  Travail dynamique lourd

                                  -

                                  +

                                  0

                                  0

                                  Travail musculaire léger actif

                                  +

                                  +

                                  0

                                  0

                                  Travail musculaire statique

                                  +

                                  +

                                  0

                                  0

                                  0 effet indifférent ; + effet cumulatif ; – effet compensateur.

                                  Source : Adapté de Bruder 1993.

                                  Pour le cas de la combinaison de plus de deux facteurs de stress, qui est la situation normale en pratique, seules des connaissances scientifiques limitées sont disponibles. Il en va de même pour la combinaison successive de facteurs de stress (c'est-à-dire l'effet de contrainte de différents facteurs de stress qui affectent successivement le travailleur). Dans de tels cas, en pratique, le temps de récupération nécessaire est déterminé en mesurant des paramètres physiologiques ou psychologiques et en les utilisant comme valeurs d'intégration.

                                   

                                  Noir

                                  Page 1 de 2

                                  " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                  Table des matières