9 bannière


61. Utilisation, stockage et transport de produits chimiques

Éditeurs de chapitre: Jeanne Mager Stellman et Debra Osinsky


 

Table des matières

Tableaux et figures

Manipulation et utilisation sûres des produits chimiques

     Étude de cas : Communication des dangers : la fiche de données de sécurité chimique ou la fiche de données de sécurité (MSDS)

Systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques
Konstantin K. Sidorov et Igor V. Sanotsky

     Étude de cas : Systèmes de classification

Manipulation et stockage sûrs des produits chimiques
AE Quinn

Gaz comprimés : manutention, stockage et transport
A. Türkdogan et KR Mathisen

Hygiène de laboratoire
Frank Miller

Méthodes de contrôle localisé des contaminants atmosphériques
Louis Di Bernardinis

Le Système d'Information Chimique GESTIS : une étude de cas
Karlheinz Meffert et Roger Stamm

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

  1. Gaz souvent présents sous forme comprimée
  2. Système de code GESTIS standardisé

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

CHE045F2CHE045F3CHE045F4CHE045F5CHE045F6CHE045F7CHE045F8CHE70F2ACHE70F3A

Le Recueil de directives pratiques du BIT

La plupart des informations et des extraits de ce chapitre sont tirés du Code de pratique « Sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail » de l'Organisation internationale du travail (OIT 1993). Le Code de l'OIT fournit des directives pratiques sur la mise en œuvre des dispositions de la Convention sur les produits chimiques, 1990 (n° 170) et de la Recommandation, 1990 (n° 177). L'objet du Code est de fournir des orientations à ceux qui peuvent être engagés dans l'élaboration de dispositions relatives à l'utilisation de produits chimiques au travail, tels que les autorités compétentes, la direction des entreprises où des produits chimiques sont fournis ou utilisés, et les services d'urgence, qui devrait également proposer des lignes directrices aux organisations de fournisseurs, d'employeurs et de travailleurs. Le Code prévoit des normes minimales et n'a pas pour but de décourager les autorités compétentes d'adopter des normes plus élevées. Pour des informations plus détaillées sur les produits chimiques individuels et les familles chimiques, voir le « Guide des produits chimiques » dans le Volume IV de cette « Encyclopédie ».

L'objectif (section 1.1.1) du Recueil de directives pratiques du BIT Sécurité dans l'utilisation de produits chimiques au travail est de protéger les travailleurs contre les dangers des produits chimiques, de prévenir ou de réduire l'incidence des maladies et blessures d'origine chimique résultant de l'utilisation de produits chimiques au travail et, par conséquent, d'améliorer la protection du grand public et de l'environnement en fournissant des lignes directrices pour:

  • veiller à ce que tous les produits chimiques utilisés au travail, y compris les impuretés, les sous-produits et les intermédiaires, ainsi que les déchets susceptibles de se former, soient évalués pour déterminer leurs dangers
  • veiller à ce que les employeurs disposent d'un mécanisme leur permettant d'obtenir de leurs fournisseurs des informations sur les produits chimiques utilisés au travail afin de leur permettre de mettre en œuvre des programmes efficaces de protection des travailleurs contre les risques chimiques
  • fournir aux travailleurs des informations sur les produits chimiques présents sur leur lieu de travail et sur les mesures préventives appropriées pour leur permettre de participer efficacement aux programmes de sécurité
  • établir des principes pour ces programmes afin de garantir que les produits chimiques sont utilisés en toute sécurité
  • prévoir des dispositions particulières pour protéger les informations confidentielles dont la divulgation à un concurrent serait susceptible de porter préjudice à l'activité d'un employeur, pour autant que la sécurité et la santé des travailleurs n'en soient pas compromises.

 

La section 2 du Recueil de directives pratiques du BIT énonce les obligations, responsabilités et devoirs généraux de l'autorité compétente, de l'employeur et du travailleur. La section détaille également les responsabilités générales des fournisseurs et les droits des travailleurs, et propose des lignes directrices concernant les dispositions spéciales concernant la divulgation par l'employeur d'informations confidentielles. Les recommandations finales traitent de la nécessité d'une coopération entre les employeurs, les travailleurs et leurs représentants.

Obligations générales, responsabilités et devoirs

Il incombe à l'organisme gouvernemental compétent de suivre les mesures et pratiques nationales existantes, en consultation avec les organisations les plus représentatives d'employeurs et de travailleurs concernées, afin d'assurer la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail. Les pratiques et lois nationales doivent être considérées dans le contexte des réglementations, normes et systèmes internationaux, et avec les mesures et pratiques recommandées par le Recueil de directives pratiques de l'OIT et la Convention n° 170 et la Recommandation n° 177 de l'OIT.

L'objectif principal de ces mesures qui assurent la sécurité des travailleurs sont, en particulier:

  • la production et la manipulation de produits chimiques dangereux
  • le stockage de produits chimiques dangereux
  • le transport de produits chimiques dangereux, conformément aux réglementations nationales ou internationales en matière de transport
  • l'élimination et le traitement des produits chimiques dangereux et des déchets dangereux, conformément aux réglementations nationales ou internationales.

 

Il existe différents moyens par lesquels l'autorité compétente peut atteindre cet objectif. Il peut édicter des lois et règlements nationaux; adopter, approuver ou reconnaître les normes, codes ou directives existants ; et, lorsque ces normes, codes ou lignes directrices n'existent pas, une autorité peut encourager leur adoption par une autre autorité, qui peut alors être reconnue. L'agence gouvernementale peut également exiger que les employeurs justifient les critères selon lesquels ils travaillent.

Selon le code de bonnes pratiques (section 2.3.1), il incombe aux employeurs de définir par écrit leur politique et leurs dispositions en matière de sécurité dans l'utilisation des produits chimiques, dans le cadre de leur politique générale et de leurs dispositions en matière de la sécurité et la santé au travail, et les diverses responsabilités exercées en vertu de ces dispositions, conformément aux objectifs et principes de la convention (n° 1981) sur la sécurité et la santé au travail, 155, et de la recommandation, 1981 (n° 164). Ces informations doivent être portées à la connaissance de leurs travailleurs dans une langue que ces derniers comprennent aisément.

Les travailleurs, à leur tour, devraient veiller à leur propre santé et sécurité, ainsi qu'à celles des autres personnes susceptibles d'être affectées par leurs actes ou omissions au travail, dans la mesure du possible et conformément à leur formation et aux instructions données par leur employeur ( rubrique 2.3.2).

Les fournisseurs de produits chimiques, qu'ils soient fabricants, importateurs ou distributeurs, devraient s'assurer que, conformément aux directives énoncées dans les paragraphes pertinents du code et en application des prescriptions de la convention n° 170 et de la recommandation n° 177 :

  • ces produits chimiques ont été classés ou leurs propriétés ont été évaluées
  • ces produits chimiques sont marqués
  • les produits chimiques dangereux sont étiquetés
  • des fiches de données de sécurité pour les produits chimiques dangereux sont préparées et fournies aux employeurs.

 

Mesures de contrôle opérationnel

Certains principes généraux existent pour le contrôle de fonctionnement des produits chimiques au travail. Celles-ci sont traitées dans la section 6 du Recueil de directives pratiques de l'OIT, qui stipule qu'après avoir examiné les produits chimiques utilisés au travail, obtenu des informations sur leurs dangers et procédé à une évaluation des risques potentiels encourus, les employeurs doivent prendre des mesures pour limiter l'exposition des travailleurs aux produits chimiques dangereux (sur la base des mesures décrites dans les sections 6.4 à 6.9 du Code), afin de protéger les travailleurs contre les risques liés à l'utilisation de produits chimiques au travail. Les mesures prises doivent éliminer ou minimiser les risques, de préférence en substitution de produits chimiques non dangereux ou moins dangereux, ou par le choix de meilleurs sans souci. Lorsque ni la substitution ni le contrôle technique ne sont réalisables, d'autres mesures, telles que des systèmes et des pratiques de travail sûrs, des équipements de protection individuelle (EPI) et la fourniture d'informations et de formations réduiront davantage les risques et peuvent devoir être invoquées pour certaines activités impliquant l'utilisation de produits chimiques.

Lorsque les travailleurs sont potentiellement exposés à des produits chimiques dangereux pour la santé, ils doivent être protégés contre le risque de blessure ou de maladie dû à ces produits chimiques. Aucune exposition ne devrait dépasser les limites d'exposition ou d'autres critères d'exposition pour l'évaluation et le contrôle de l'environnement de travail établis par l'autorité compétente, ou par un organisme agréé ou reconnu par l'autorité compétente conformément aux normes nationales ou internationales.

Les mesures de contrôle visant à assurer la protection des travailleurs pourraient être n'importe quelle combinaison des éléments suivants :

1. bonnes pratiques de conception et d'installation :

  • systèmes de traitement et de manutention totalement fermés
  • séparation du processus dangereux des opérateurs ou des autres processus

 

2. processus ou systèmes de travail des usines qui minimisent la génération de, ou suppriment ou contiennent, des poussières, fumées, etc. dangereuses, et qui limitent la zone de contamination en cas de déversements et de fuites :

  • enceinte partielle, avec ventilation locale par aspiration (LEV)
  • LEV
  • ventilation générale suffisante

 

3. systèmes et pratiques de travail :

  • réduction du nombre de travailleurs exposés et exclusion des accès non essentiels
  • réduction de la durée d'exposition des travailleurs
  • nettoyage régulier des murs, surfaces, etc. contaminés.
  • utilisation et maintenance appropriée des mesures de contrôle technique
  • mise à disposition de moyens pour le stockage et l'élimination en toute sécurité des produits chimiques dangereux pour la santé

 

4. protection individuelle (lorsque les mesures ci-dessus ne suffisent pas, un EPI approprié doit être fourni jusqu'à ce que le risque soit éliminé ou minimisé à un niveau qui ne constituerait pas une menace pour la santé)

5. interdiction de manger, mâcher, boire et fumer dans les zones contaminées

6. mise à disposition d'installations adéquates pour le lavage, le changement et le stockage des vêtements, y compris des dispositions pour laver les vêtements contaminés

7. utilisation de panneaux et d'avis

8. dispositions adéquates en cas d'urgence.

Les produits chimiques connus pour avoir des effets cancérigènes, mutagènes ou tératogènes sur la santé doivent être soumis à un contrôle strict.

Tenue de dossiers

La tenue de registres est un élément essentiel des pratiques de travail qui garantissent une utilisation sûre des produits chimiques. Les employeurs devraient conserver des dossiers sur les mesures des produits chimiques dangereux en suspension dans l'air. Ces registres doivent être clairement indiqués par date, zone de travail et emplacement de l'usine. Voici quelques éléments de la section 12.4 du Recueil de directives pratiques du BIT, qui traite des exigences en matière de tenue de registres.

  • Les mesures d'échantillonnage personnel, y compris les expositions calculées, doivent être enregistrées.
  • Les travailleurs et leurs représentants, ainsi que l'autorité compétente, devraient avoir accès à ces registres.

 

Outre les résultats numériques des mesures, les données de surveillance doivent inclure, par exemple :

  • le marquage du produit chimique dangereux
  • l'emplacement, la nature, les dimensions et autres caractéristiques distinctives du lieu de travail où les mesures statiques ont été effectuées ; l'endroit exact où les mesures de surveillance personnelle ont été effectuées, ainsi que les noms et titres de poste des travailleurs concernés
  • la source ou les sources d'émissions atmosphériques, leur emplacement et le type de travaux et d'opérations effectués pendant l'échantillonnage
  • informations pertinentes sur le fonctionnement du procédé, les contrôles techniques, la ventilation et les conditions météorologiques en ce qui concerne les émissions
  • l'instrument de prélèvement utilisé, ses accessoires et la méthode d'analyse
  • la date et l'heure exacte du prélèvement
  • la durée d'exposition des travailleurs, l'utilisation ou la non-utilisation d'une protection respiratoire et d'autres commentaires relatifs à l'évaluation de l'exposition
  • les noms des personnes responsables de l'échantillonnage et des déterminations analytiques.

 

Les registres doivent être conservés pendant une période déterminée déterminée par l'autorité compétente. Lorsque cela n'a pas été prescrit, il est recommandé à l'employeur de conserver les registres, ou un résumé approprié, pour :

  1. au moins 30 ans lorsque le dossier est représentatif des expositions personnelles d'employés identifiables
  2. au moins 5 ans dans tous les autres cas.

 

Information et formation

Des instructions correctes et une formation de qualité sont des éléments essentiels d'un programme réussi de communication des dangers. Le Recueil de directives pratiques du BIT Sécurité dans l'utilisation de produits chimiques au travail fournit les principes généraux de la formation (sections 10.1 et 10.2). Il s'agit notamment des éléments suivants :

  • Les travailleurs doivent être informés des risques associés aux produits chimiques utilisés sur leur lieu de travail.
  • Les travailleurs doivent être informés de la manière d'obtenir et d'utiliser les informations fournies sur les étiquettes et les fiches de données de sécurité des produits chimiques.
  • Les travailleurs devraient être formés à l'utilisation correcte et efficace des mesures de contrôle, en particulier les mesures techniques de contrôle et les mesures de protection individuelle fournies, et devraient être sensibilisés à leur importance.
  • Les employeurs devraient utiliser des fiches de données de sécurité chimiques, ainsi que des informations spécifiques au lieu de travail, comme base pour la préparation des instructions aux travailleurs, qui devraient être écrites si nécessaire.
  • Les travailleurs devraient être formés de manière continue aux systèmes et pratiques de travail à suivre et à leur importance pour la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail, ainsi qu'à la manière de faire face aux urgences.

 

Examen des besoins de formation

L'étendue de la formation et de l'instruction reçues et requises doit être examinée et mise à jour simultanément avec l'examen des systèmes et pratiques de travail mentionné à la section 8.2 (Examen des systèmes de travail).

L'examen devrait inclure l'examen de :

  • si les travailleurs comprennent quand un équipement de protection est requis et ses limites
  • si les travailleurs comprennent l'utilisation la plus efficace des mesures techniques de contrôle fournies
  • si les travailleurs connaissent les procédures en cas d'urgence impliquant un produit chimique dangereux
  • procédures d'échange d'informations entre travailleurs postés.

 

Noir

 

 

Les systèmes de classification et d'étiquetage des dangers sont inclus dans la législation couvrant la production, le transport, l'utilisation et l'élimination en toute sécurité des produits chimiques. Ces classifications sont conçues pour fournir un transfert systématique et compréhensible d'informations sur la santé. Seul un petit nombre de systèmes de classification et d'étiquetage significatifs existent aux niveaux national, régional et international. Les critères de classification et leurs définitions utilisés dans ces systèmes varient selon le nombre et le degré d'échelles de danger, la terminologie spécifique et les méthodes d'essai, et la méthodologie de classification des mélanges de produits chimiques. La mise en place d'une structure internationale pour harmoniser les systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques aurait un impact bénéfique sur le commerce des produits chimiques, sur l'échange d'informations relatives aux produits chimiques, sur le coût de l'évaluation des risques et de la gestion des produits chimiques et, en définitive, sur la protection des travailleurs. , le grand public et l'environnement.

La principale base de classification des produits chimiques est l'évaluation des niveaux d'exposition et de l'impact environnemental (eau, air et sol). Environ la moitié des systèmes internationaux contiennent des critères liés au volume de production d'un produit chimique ou aux effets des émissions de polluants. Les critères les plus répandus utilisés dans la classification chimique sont les valeurs de dose létale médiane (LD50) et la concentration létale médiane (LC50). Ces valeurs sont évaluées chez des animaux de laboratoire via trois voies principales - orale, cutanée et par inhalation - avec une exposition unique. Valeurs de LD50 et LC50 sont évalués dans la même espèce animale et avec les mêmes voies d'exposition. La République de Corée considère LD50 également par voie intraveineuse et intracutanée. En Suisse et en Yougoslavie, la législation sur la gestion des produits chimiques exige des critères quantitatifs pour la DL50 par voie orale et ajoute une disposition qui précise la possibilité de différentes classifications des dangers en fonction de la voie d'exposition.

De plus, il existe des différences dans les définitions des niveaux de danger comparables. Alors que le système de la Communauté européenne (CE) utilise une échelle de toxicité aiguë à trois niveaux ("très toxique", "toxique" et "nocif"), la norme de communication des risques de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) des États-Unis applique deux niveaux de toxicité aiguë ( « hautement toxique » et « toxique »). La plupart des classifications appliquent soit trois catégories (Nations Unies (ONU), Banque mondiale, Organisation maritime internationale (OMI), CE et autres) soit quatre (l'ancien Conseil d'assistance économique mutuelle (CAEM), la Fédération de Russie, la Chine, le Mexique et la Yougoslavie ).

Systèmes internationaux

La discussion suivante des systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques existants se concentre principalement sur les principaux systèmes ayant une longue expérience d'application. Les évaluations des risques des pesticides ne sont pas couvertes par les classifications chimiques générales, mais sont incluses dans la classification de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture/Organisation mondiale de la santé (FAO/OMS) ainsi que dans diverses législations nationales (par exemple, Bangladesh, Bulgarie, Chine, République de Corée, Pologne, Fédération de Russie, Sri Lanka, Venezuela et Zimbabwe).

Classements orientés transport

Les classifications de transport, qui sont largement appliquées, servent de base aux réglementations régissant l'étiquetage, l'emballage et le transport des cargaisons dangereuses. Parmi ces classifications figurent les Recommandations des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses (UNRTDG), le Code maritime international des marchandises dangereuses développé au sein de l'OMI, la classification établie par le Groupe d'experts sur les aspects scientifiques de la pollution marine (GESAMP) pour les produits chimiques dangereux transportés par bateau, ainsi que les classifications nationales de transport. Les classifications nationales sont en règle générale conformes aux classifications de l'ONU, de l'OMI et d'autres accords internationaux sur le transport de marchandises dangereuses par air, rail, route et navigation intérieure, harmonisées avec le système des Nations Unies.

Les Recommandations des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses et les autorités modales de transport connexes

L'UNRTDG crée un système mondial largement accepté qui fournit un cadre pour la réglementation des transports intermodaux, internationaux et régionaux. Ces Recommandations sont de plus en plus adoptées comme base des réglementations nationales pour le transport intérieur. L'UNRTDG est plutôt générale sur des questions telles que la notification, l'identification et la communication des dangers. Le champ d'application a été limité au transport de substances dangereuses sous forme emballée; les Recommandations ne s'appliquent pas aux produits chimiques dangereux exposés ni au transport en vrac. À l'origine, l'objectif était d'empêcher que des marchandises dangereuses ne causent des blessures aiguës aux travailleurs ou au grand public, ou des dommages à d'autres marchandises ou aux moyens de transport utilisés (aéronef, navire, wagon ou véhicule routier). Le système a maintenant été étendu pour inclure l'amiante et les substances dangereuses pour l'environnement.

L'UNRTDG se concentre principalement sur la communication des dangers basée sur des étiquettes qui comprennent une combinaison de symboles graphiques, de couleurs, de mots d'avertissement et de codes de classification. Ils fournissent également des données clés aux équipes d'intervention d'urgence. Les UNRTDG sont pertinentes pour la protection des travailleurs des transports tels que le personnel navigant, les marins et les équipages des trains et des véhicules routiers. Dans de nombreux pays, les recommandations ont été incorporées dans la législation pour la protection des dockers. Certaines parties du système, telles que les recommandations sur les explosifs, ont été adaptées aux réglementations régionales et nationales sur le lieu de travail, y compris généralement la fabrication et le stockage. D'autres organisations des Nations Unies concernées par les transports ont adopté l'UNRTDG. Les systèmes de classification du transport des marchandises dangereuses de l'Australie, du Canada, de l'Inde, de la Jordanie, du Koweït, de la Malaisie et du Royaume-Uni sont fondamentalement conformes aux grands principes de ces Recommandations, par exemple.

La classification des Nations Unies subdivise les produits chimiques en neuf classes de dangers :

    • 1re classe — substances explosives
    • 2e classe - gaz comprimés, liquéfiés, dissous sous pression ou fortement condensés
    • 3e classe — liquides facilement inflammables
    • 4e classe — substances solides facilement inflammables
    • 5ème classe—substances comburantes, peroxydes organiques
    • 6e classe - substances toxiques (toxiques) et infectieuses
    • 7e classe — substances radioactives
    • 8e classe — agents corrosifs
    • 9e classe — autres substances dangereuses.

                     

                    L'emballage des marchandises aux fins de transport, un domaine spécifié par l'UNRTDG, n'est pas couvert de manière aussi complète par d'autres systèmes. À l'appui des recommandations, des organisations telles que l'OMI et l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) mènent des programmes très importants visant à former les dockers et le personnel des aéroports à la reconnaissance des informations sur les étiquettes et des normes d'emballage.

                    L'Organisation maritime internationale

                    L'OMI, mandatée par la Conférence de 1960 sur la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS 1960), a élaboré le Code maritime international des marchandises dangereuses (IMDG). Ce code complète les exigences obligatoires du chapitre VII (Transport de marchandises dangereuses) de SOLAS 74 et celles de l'annexe III de la convention sur la pollution maritime (MARPOL 73/78). Le Code IMDG a été élaboré et mis à jour pendant plus de 30 ans en étroite collaboration avec le Comité d'experts des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses (CETG) et a été mis en œuvre par 50 membres de l'OMI représentant 85 % du tonnage marchand mondial.

                    L'harmonisation du Code IMDG avec l'UNRTDG assure la compatibilité avec les règles nationales et internationales applicables au transport de marchandises dangereuses par d'autres modes, dans la mesure où ces autres règles modales s'appuient également sur les recommandations de l'UNCETG, c'est-à-dire les règles techniques de l'OACI. Instructions pour la sécurité du transport aérien des marchandises dangereuses et le Règlement européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR) et par chemin de fer (RID).

                    En 1991, la 17e Assemblée de l'OMI a adopté une résolution sur la coordination des travaux sur les questions relatives aux marchandises et substances dangereuses, exhortant, entre autres, les organes des Nations Unies et les gouvernements à coordonner leurs travaux afin d'assurer la compatibilité de toute législation sur les produits chimiques, les marchandises dangereuses et les substances dangereuses avec les règles établies en matière de transport international.

                    Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, 1989

                    Les annexes de la Convention définissent 47 catégories de déchets, dont les déchets domestiques. Bien que la classification des dangers soit parallèle à celle de l'UNRTDG, une différence significative comprend l'ajout de trois catégories reflétant plus spécifiquement la nature des déchets toxiques : la toxicité chronique, la libération de gaz toxiques par l'interaction des déchets avec l'air ou l'eau, et la capacité des déchets à produire matière toxique secondaire après élimination.

                    Pesticides

                    Les systèmes nationaux de classification liés à l'évaluation des dangers des pesticides ont tendance à être assez complets en raison de la large utilisation de ces produits chimiques et des dommages potentiels à long terme pour l'environnement. Ces systèmes peuvent identifier de deux à cinq classifications de danger. Les critères sont basés sur des doses létales médianes avec différentes voies d'exposition. Alors que le Venezuela et la Pologne ne reconnaissent qu'une seule voie d'exposition, l'ingestion, l'OMS et divers autres pays identifient à la fois l'ingestion et l'application cutanée.

                    Les critères d'évaluation des dangers des pesticides dans les pays d'Europe de l'Est, à Chypre, au Zimbabwe, en Chine et dans d'autres pays sont basés sur des doses létales médianes par inhalation. Les critères de la Bulgarie comprennent toutefois l'irritation cutanée et oculaire, la sensibilisation, la capacité d'accumulation, la persistance dans les milieux environnementaux, les effets blastogènes et tératogènes, l'embryotoxicité, la toxicité aiguë et le traitement médical. De nombreuses classifications de pesticides incluent également des critères distincts basés sur des doses létales médianes avec différents états d'agrégation. Par exemple, les critères pour les pesticides liquides sont généralement plus sévères que ceux pour les solides.

                    Classification recommandée par l'OMS des pesticides par danger

                    Cette classification a été publiée pour la première fois en 1975 par l'OMS et mise à jour régulièrement par le Programme des Nations Unies pour l'environnement, l'OIT et le Programme international sur la sécurité chimique (IPCS) de l'OIT et de l'OMS (PNUE/OIT/OMS) avec la contribution du Département de l'alimentation et de l'alimentation. Organisation de l'agriculture (FAO). Il se compose d'une catégorie de danger ou d'un critère de classification, la toxicité aiguë, divisé en quatre niveaux de classification basés sur la DL50 (valeurs rat, orale et cutanée pour les formes liquides et solides) et allant d'extrêmement à légèrement dangereux. En dehors de considérations générales, aucune règle d'étiquetage spécifique n'est prévue. La mise à jour de 1996-97 contient un guide de classification qui comprend une liste de pesticides classés et des procédures de sécurité complètes. (Voir le chapitre Minéraux et produits chimiques agricoles.)

                    Code de conduite international de la FAO pour la distribution et l'utilisation des pesticides

                    La classification de l'OMS est étayée par un autre document, le Code de conduite international de la FAO pour la distribution et l'utilisation des pesticides. Bien qu'il ne s'agisse que d'une recommandation, cette classification est appliquée le plus largement dans les pays en développement, où elle est souvent incluse dans la législation nationale pertinente. En matière d'étiquetage, la FAO a publié Lignes directrices sur les bonnes pratiques d'étiquetage des pesticides en tant qu'addendum aux présentes lignes directrices.

                    Systèmes régionaux (CE, AELE, CAEM)

                    La directive 67/548/CEE du Conseil de la CE est appliquée depuis plus de deux décennies et a harmonisé la législation pertinente de 12 pays. Il a évolué en un système complet qui comprend un inventaire des produits chimiques existants, une procédure de notification pour les nouveaux produits chimiques avant leur mise sur le marché, un ensemble de catégories de danger, des critères de classification pour chaque catégorie, des méthodes d'essai et un système de communication des dangers comprenant un étiquetage avec des risques codifiés. et les phrases de sécurité et les symboles de danger. Les préparations chimiques (mélanges de produits chimiques) sont régies par la directive 88/379/CEE du Conseil. La définition des éléments de données de la fiche de données de sécurité chimique est pratiquement identique à celle définie dans la recommandation n° 177 de l'OIT, comme indiqué précédemment dans ce chapitre. Un ensemble de critères de classification et une étiquette pour les produits chimiques dangereux pour l'environnement ont été élaborés. Les directives réglementent les produits chimiques mis sur le marché, dans le but de protéger la santé humaine et l'environnement. Quatorze catégories sont réparties en deux groupes liés respectivement aux propriétés physico-chimiques (explosives, comburantes, extrêmement inflammables, facilement inflammables, inflammables) et toxicologiques (très toxiques, toxiques, nocives, corrosives, irritantes, cancérigènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction, propriétés dangereuses pour la santé ou l'environnement).

                    La Commission des Communautés européennes (CCE) a une extension du système spécifiquement adressée au lieu de travail. En outre, ces mesures sur les produits chimiques doivent être considérées dans le cadre général de la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs prévu par la directive 89/391/CEE et ses directives particulières.

                    À l'exception de la Suisse, les pays de l'AELE suivent dans une large mesure le système communautaire.

                    Ancien Conseil d'assistance économique mutuelle (CMEA)

                    Ce système a été élaboré sous l'égide de la Commission permanente de coopération en santé publique du CAEM, qui comprenait la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie, l'ex-URSS, la Mongolie, Cuba, la Roumanie, le Vietnam et la Tchécoslovaquie. La Chine utilise toujours un système dont le concept est similaire. Il se compose de deux catégories de classification, à savoir la toxicité et le danger, en utilisant une échelle de classement à quatre niveaux. Un autre élément du système CMEA est son exigence d'élaboration d'un « passeport toxicologique des nouveaux composés chimiques susceptibles d'être introduits dans l'économie et la vie domestique ». Des critères d'irritation, d'effets allergiques, de sensibilisation, de cancérogénicité, de mutagénicité, de tératogénicité, d'antifertilité et de risques écologiques sont définis. Cependant, la base scientifique et la méthodologie de test liées aux critères de classification sont très différentes de celles utilisées par les autres systèmes.

                    Les dispositions relatives à l'étiquetage du lieu de travail et aux symboles de danger sont également différentes. Le système UNRTDG est utilisé pour l'étiquetage des marchandises destinées au transport, mais il ne semble pas y avoir de lien entre les deux systèmes. Il n'y a pas de recommandations spécifiques pour les fiches de données de sécurité chimiques. Le système est décrit en détail dans l'Enquête internationale sur les systèmes de classification du Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC) du PNUE. Bien que le système CMEA contienne la plupart des éléments de base des autres systèmes de classification, il diffère considérablement dans le domaine de la méthodologie d'évaluation des dangers et utilise des normes d'exposition comme l'un des critères de classification des dangers.

                    Exemples de systèmes nationaux

                    Australie

                    L'Australie a promulgué une législation pour la notification et l'évaluation des produits chimiques industriels, la loi de 1989 sur la notification et l'évaluation des produits chimiques industriels, et une législation similaire promulguée en 1992 pour les produits chimiques agricoles et vétérinaires. Le système australien est similaire à celui de la CE. Les différences sont principalement dues à son utilisation de la classification UNRTDG (c'est-à-dire l'inclusion des catégories gaz comprimé, radioactif et divers).

                    Canada

                    Le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) a été mis en place en 1988 par une combinaison de lois fédérales et provinciales conçues pour imposer le transfert d'information sur les matières dangereuses des producteurs, fournisseurs et importateurs aux employeurs puis aux travailleurs. Elle s'applique à toutes les industries et à tous les lieux de travail au Canada. Le SIMDUT est un système de communication destiné principalement aux produits chimiques industriels et composé de trois éléments de communication des dangers interdépendants : étiquettes, fiches de données de sécurité sur les produits chimiques et programmes de formation des travailleurs. Un soutien précieux à ce système a été la création et la distribution commerciale dans le monde entier d'une base de données informatisée, maintenant disponible sur disque compact, contenant plus de 70,000 XNUMX fiches signalétiques sur la sécurité des produits chimiques soumises volontairement au Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail par les fabricants et les fournisseurs.

                    Japon

                    Au Japon, le contrôle des produits chimiques est couvert principalement par deux lois. Premièrement, la loi sur le contrôle des substances chimiques, telle que modifiée en 1987, vise à prévenir la contamination de l'environnement par des substances chimiques peu biodégradables et nocives pour la santé humaine. La loi définit une procédure de notification avant commercialisation et trois classes de « danger » :

                      • Classe 1 — substances chimiques spécifiées (faible biodégradation, forte bioaccumulation, risque pour la santé humaine)
                      • Classe 2 — substances chimiques spécifiées (faible biodégradation et bioaccumulation, risque pour la santé humaine et de contamination de l'environnement dans de vastes zones)
                      • Classe 3 — substances désignées (faible biodégradation et bioaccumulation, suspicion de risque pour la santé humaine)

                           

                          Des mesures de contrôle sont définies et une liste des produits chimiques existants est fournie.

                          Le deuxième règlement, la loi sur la sécurité et la santé au travail, est un système parallèle avec sa propre liste de « substances chimiques spécifiées » qui nécessitent un étiquetage. Les produits chimiques sont classés en quatre groupes (plomb, plomb tétraalkyle, solvants organiques, substances chimiques spécifiées). Les critères de classification sont (1) la survenue possible d'une atteinte grave à la santé, (2) la survenue fréquente possible d'une atteinte à la santé et (3) une atteinte réelle à la santé. D'autres lois traitant du contrôle des produits chimiques dangereux comprennent la loi sur le contrôle des explosifs; la loi sur le contrôle des gaz à haute pression ; la loi sur la prévention des incendies ; la loi sur l'hygiène alimentaire ; et la Loi sur les médicaments, les cosmétiques et les instruments médicaux.

                          États-Unis

                          La norme de communication des risques (HCS), une norme obligatoire promulguée par l'OSHA, est une réglementation contraignante axée sur le lieu de travail qui fait référence à d'autres lois existantes. Son objectif est de s'assurer que tous les produits chimiques produits ou importés sont évalués et que les informations relatives à leurs dangers sont transmises aux employeurs et aux travailleurs par le biais d'un programme complet de communication des dangers. Le programme comprend l'étiquetage et d'autres formes d'avertissement, des fiches de données de sécurité sur les produits chimiques et une formation. Le contenu minimal des étiquettes et des fiches techniques est défini, mais l'utilisation de symboles de danger n'est pas obligatoire.

                          En vertu de la Loi sur le contrôle des substances toxiques (TSCA), administrée par l'Environmental Protection Agency (EPA), un inventaire répertoriant environ 70,000 XNUMX produits chimiques existants est maintenu. L'EPA est en train d'élaborer des réglementations pour compléter l'OSHA HCS qui auraient des exigences similaires en matière d'évaluation des risques et de communication des travailleurs pour les risques environnementaux des produits chimiques figurant dans l'inventaire. En vertu de la TSCA, avant la fabrication ou l'importation de produits chimiques qui ne figurent pas dans l'inventaire, le fabricant doit soumettre un avis de préfabrication. L'EPA peut imposer des tests ou d'autres exigences sur la base de l'examen de l'avis de préfabrication. Au fur et à mesure que de nouveaux produits chimiques sont introduits dans le commerce, ils sont ajoutés à l'inventaire.

                          Étiquetage

                          Les étiquettes sur les conteneurs de produits chimiques dangereux fournissent la première alerte qu'un produit chimique est dangereux et doivent fournir des informations de base sur les procédures de manipulation sûres, les mesures de protection, les premiers soins d'urgence et les dangers du produit chimique. L'étiquette doit également inclure l'identité du ou des produits chimiques dangereux ainsi que le nom et l'adresse du fabricant du produit chimique.

                          L'étiquetage se compose de phrases ainsi que de symboles graphiques et de couleur appliqués directement sur le produit, l'emballage, l'étiquette ou l'étiquette. Le marquage doit être clair, facilement compréhensible et capable de résister à des conditions climatiques défavorables. L'étiquetage doit être placé sur un fond qui contraste avec les données d'accompagnement du produit ou la couleur de l'emballage. La fiche signalétique fournit des informations plus détaillées sur la nature des dangers du produit chimique et les consignes de sécurité appropriées.

                          Bien qu'il n'y ait pas actuellement d'exigences d'étiquetage harmonisées à l'échelle mondiale, il existe des réglementations internationales, nationales et régionales établies pour l'étiquetage des substances dangereuses. Les exigences d'étiquetage sont incorporées dans la loi sur les produits chimiques (Finlande), la loi sur les produits dangereux (Canada) et la directive CE N 67/548. Les exigences relatives au contenu minimal des étiquettes des systèmes de l'Union européenne, des États-Unis et du Canada sont relativement similaires.

                          Plusieurs organisations internationales ont établi des exigences de contenu d'étiquetage pour la manipulation de produits chimiques sur le lieu de travail et pendant le transport. Les étiquettes, les symboles de danger, les phrases de risque et de sécurité et les codes d'urgence de l'Organisation internationale de normalisation (ISO), de l'UNRTDG, de l'OIT et de l'UE sont décrits ci-dessous.

                          La section sur l'étiquetage du guide ISO/CEI 51, Lignes directrices pour l'inclusion des aspects de sécurité dans les normes, comprend des pictogrammes communément reconnus (dessin, couleur, signe). De plus, des phrases d'avertissement courtes et claires alertent l'utilisateur des dangers potentiels et fournissent des informations sur les mesures préventives de sécurité et de santé.

                          Les lignes directrices recommandent l'utilisation des mots « signal » suivants pour alerter l'utilisateur :

                            • DANGER—danger élevé
                            • MANIPULER AVEC SOIN—danger intermédiaire
                            • ATTENTION — danger potentiel.

                                 

                                L'UNRTDG établit cinq pictogrammes principaux pour faciliter la reconnaissance visible des marchandises dangereuses et l'identification des dangers importants :

                                  • bombe — explosif
                                  • flamme—inflammable
                                  • crâne et os croisés - toxique
                                  • trèfle—radioactif
                                  • liquide qui s'écoule de deux éprouvettes sur une main et un morceau de métal — corrosif.

                                   

                                  Ces symboles sont complétés par d'autres représentations telles que :

                                    • substances oxydantes - flamme au-dessus d'un cercle
                                    • gaz ininflammables - une bouteille de gaz
                                    • matières infectieuses - trois signes de croissant superposés sur un cercle
                                    • substances nocives qui doivent être rangées—St. Croix d'André posée sur un épi de blé.

                                           

                                          La convention (n° 1990) et la recommandation (n° 170) sur les produits chimiques, 1990, ont été adoptées lors de la 177e session de la Conférence internationale du Travail (CIT). Ils établissent des exigences pour l'étiquetage des produits chimiques afin d'assurer la communication des informations de base sur les dangers. La Convention stipule que les informations sur l'étiquette doivent être facilement compréhensibles et doivent indiquer les risques potentiels et les mesures de précaution appropriées à l'utilisateur. En ce qui concerne le transport de marchandises dangereuses, la Convention renvoie à l'UNRTDG.

                                          La recommandation décrit les exigences d'étiquetage conformément aux systèmes nationaux et internationaux existants et établit des critères de classification des produits chimiques, y compris les propriétés chimiques et physiques; toxicité; propriétés nécrotiques et irritantes; et effets allergiques, tératogènes, mutagènes et reproductifs.

                                          La directive du Conseil CE N 67/548 stipule la forme des informations sur l'étiquette : symboles de danger graphiques et pictogrammes comprenant des phrases de risque et de sécurité. Les dangers sont codés par la lettre latine R accompagnée de combinaisons de chiffres arabes de 1 à 59. Par exemple, R10 correspond à « inflammable », R23 à « toxique par inhalation ». Le code de danger est donné avec un code de sécurité composé de la lettre latine S et de combinaisons de chiffres de 1 à 60. Par exemple, S39 signifie « Porter une protection oculaire/faciale ». Les exigences d'étiquetage de la CE servent de référence aux entreprises chimiques et pharmaceutiques du monde entier.

                                          Malgré des efforts importants dans l'acquisition, l'évaluation et l'organisation des données sur les risques chimiques par différentes organisations internationales et régionales, il y a encore un manque de coordination de ces efforts, en particulier dans la normalisation des protocoles et des méthodes d'évaluation et l'interprétation des données. L'OIT, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'IPCS et d'autres organismes concernés ont lancé un certain nombre d'activités internationales visant à établir une harmonisation mondiale des systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques. La mise en place d'une structure internationale pour surveiller les activités d'évaluation des risques chimiques serait très bénéfique pour les travailleurs, le grand public et l'environnement. Un processus d'harmonisation idéal concilierait le transport, la commercialisation et la classification et l'étiquetage des substances dangereuses sur le lieu de travail, et répondrait aux préoccupations des consommateurs, des travailleurs et de l'environnement.

                                           

                                          Noir

                                          Adapté de la 3e édition, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety

                                          Avant qu'une nouvelle substance dangereuse ne soit reçue pour stockage, des informations concernant sa manipulation correcte doivent être fournies à tous les utilisateurs. La planification et l'entretien des zones de stockage sont nécessaires pour éviter les pertes matérielles, les accidents et les catastrophes. Un bon entretien est essentiel et une attention particulière doit être accordée aux substances incompatibles, à l'emplacement approprié des produits et aux conditions climatiques.

                                          Des instructions écrites sur les pratiques de stockage doivent être fournies et les fiches de données de sécurité (FDS) des produits chimiques doivent être disponibles dans les zones de stockage. Les emplacements des différentes classes de produits chimiques doivent être illustrés sur une carte de stockage et dans un registre des produits chimiques. Le registre doit contenir la quantité maximale autorisée de tous les produits chimiques et la quantité maximale autorisée de tous les produits chimiques par classe. Toutes les substances doivent être réceptionnées à un emplacement central pour être distribuées dans les entrepôts, les entrepôts et les laboratoires. Une zone de réception centrale est également utile pour surveiller les substances qui pourraient éventuellement entrer dans le système d'élimination des déchets. Un inventaire des substances contenues dans les magasins et entrepôts donnera une indication de la quantité et de la nature des substances ciblées pour une élimination future.

                                          Les produits chimiques stockés doivent être examinés périodiquement, au moins une fois par an. Les produits chimiques dont la durée de conservation a expiré et les contenants détériorés ou qui fuient doivent être éliminés en toute sécurité. Un système de gestion des stocks « premier entré, premier sorti » doit être utilisé.

                                          Le stockage des substances dangereuses doit être supervisé par une personne compétente et formée. Tous les travailleurs tenus d'entrer dans les zones de stockage doivent être pleinement formés aux pratiques de travail sûres appropriées, et une inspection périodique de toutes les zones de stockage doit être effectuée par un responsable de la sécurité. Une alarme incendie doit être située à l'intérieur ou à proximité de l'extérieur des locaux de stockage. Il est déconseillé aux personnes de travailler seules dans une zone de stockage contenant des substances toxiques. Les zones de stockage des produits chimiques doivent être situées à l'écart des zones de traitement, des bâtiments occupés et des autres zones de stockage. De plus, ils ne doivent pas se trouver à proximité de sources fixes d'inflammation.

                                          Exigences en matière d'étiquetage et de réétiquetage

                                          L'étiquette est la clé de l'organisation des produits chimiques pour le stockage. Les citernes et conteneurs doivent être identifiés par des panneaux indiquant le nom du produit chimique. Aucun contenant ou bouteille de gaz comprimé ne doit être accepté sans les étiquettes d'identification suivantes :

                                          • identification du contenu
                                          • description du danger principal (p. ex. liquide inflammable)
                                          • précautions pour minimiser les risques et prévenir les accidents
                                          • corriger les gestes de premiers secours
                                          • procédures correctes pour nettoyer les déversements
                                          • instructions spéciales au personnel médical en cas d'accident.

                                           

                                          L'étiquette peut également offrir des précautions pour un stockage correct, telles que « Conserver dans un endroit frais » ou « Conserver le récipient au sec ». Lorsque certains produits dangereux sont livrés dans des citernes, des barils ou des sacs et reconditionnés sur le lieu de travail, chaque nouveau conteneur doit être réétiqueté afin que l'utilisateur puisse identifier le produit chimique et reconnaître immédiatement les risques.

                                          Substances explosives

                                          Les substances explosives comprennent tous les produits chimiques, pyrotechniques et allumettes qui sont des explosifs per se mais aussi les substances telles que les sels métalliques sensibles qui, seules ou dans certains mélanges ou lorsqu'elles sont soumises à certaines conditions de température, de choc, de frottement ou d'action chimique, peuvent se transformer et subir une réaction explosive. Dans le cas des explosifs, la plupart des pays ont des réglementations strictes concernant les exigences de stockage en toute sécurité et les précautions à prendre afin de prévenir le vol à des fins criminelles.

                                          Les lieux de stockage doivent être situés loin des autres bâtiments et structures afin de minimiser les dommages en cas d'explosion. Les fabricants d'explosifs donnent des instructions quant au type de stockage le plus approprié. Les magasins doivent être de construction solide et bien verrouillés lorsqu'ils ne sont pas utilisés. Aucun magasin ne doit se trouver à proximité d'un bâtiment contenant de l'huile, de la graisse, des déchets de matériaux combustibles ou inflammables, du feu ouvert ou des flammes.

                                          Dans certains pays, il existe une exigence légale selon laquelle les magasins doivent être situés à au moins 60 m de toute centrale électrique, tunnel, puits de mine, barrage, autoroute ou bâtiment. Il convient de tirer parti de toute protection offerte par des caractéristiques naturelles telles que des collines, des creux, des bois denses ou des forêts. Des barrières artificielles de murs en terre ou en pierre sont parfois placées autour de ces lieux de stockage.

                                          Le lieu de stockage doit être bien aéré et exempt d'humidité. Un éclairage naturel ou des lampes électriques portatives doivent être utilisés, ou un éclairage fourni de l'extérieur de l'entrepôt. Les planchers doivent être construits en bois ou en un autre matériau ne produisant pas d'étincelles. La zone entourant le lieu de stockage doit être exempte d'herbe sèche, de détritus ou de tout autre matériau susceptible de brûler. La poudre noire et les explosifs doivent être stockés dans des entrepôts séparés, et aucun détonateur, outil ou autre matériel ne doit être conservé dans un entrepôt d'explosifs. Des outils non ferreux doivent être utilisés pour ouvrir les caisses d'explosifs.

                                          Substances comburantes

                                          Les substances oxydantes fournissent des sources d'oxygène et sont donc capables d'entretenir la combustion et d'intensifier la violence de tout incendie. Certains de ces fournisseurs d'oxygène dégagent de l'oxygène à la température de la chambre de stockage, mais d'autres nécessitent l'application de chaleur. Si les conteneurs de matériaux oxydants sont endommagés, le contenu peut se mélanger avec d'autres matériaux combustibles et déclencher un incendie. Ce risque peut être évité en stockant les matières oxydantes dans un lieu de stockage séparé. Cependant, cette pratique n'est pas toujours disponible, comme par exemple dans les entrepôts à quai pour les marchandises en transit.

                                          Il est dangereux de stocker des substances oxydantes puissantes à proximité de liquides ayant même un point d'éclair bas ou même de matières légèrement inflammables. Il est plus sûr de garder tous les matériaux inflammables à l'écart d'un endroit où des substances oxydantes sont entreposées. La zone de stockage doit être fraîche, bien aérée et de construction résistante au feu.

                                          Substances inflammables

                                          Un gaz est dit inflammable s'il brûle en présence d'air ou d'oxygène. L'hydrogène, le propane, le butane, l'éthylène, l'acétylène, le sulfure d'hydrogène et le gaz de houille sont parmi les gaz inflammables les plus courants. Certains gaz comme le cyanure d'hydrogène et le cyanogène sont à la fois inflammables et toxiques. Les matériaux inflammables doivent être entreposés dans des endroits suffisamment frais pour éviter une inflammation accidentelle si les vapeurs se mélangent à l'air.

                                          Les vapeurs de solvants inflammables peuvent être plus lourdes que l'air et peuvent se déplacer le long du sol vers une source d'inflammation éloignée. Des vapeurs inflammables provenant de déversements de produits chimiques sont connues pour descendre dans les cages d'escalier et les cages d'ascenseur et s'enflammer à un étage inférieur. Il est donc essentiel d'interdire de fumer et d'utiliser des flammes nues là où ces solvants sont manipulés ou stockés.

                                          Les bidons de sécurité portables et approuvés sont les récipients les plus sûrs pour le stockage des produits inflammables. Les quantités de liquides inflammables supérieures à 1 litre doivent être stockées dans des conteneurs métalliques. Les fûts de deux cents litres sont couramment utilisés pour expédier des produits inflammables, mais ne sont pas destinés à être des conteneurs de stockage à long terme. Le bouchon doit être retiré avec précaution et remplacé par un évent de décompression approuvé pour éviter une augmentation de la pression interne due à la chaleur, au feu ou à l'exposition au soleil. Lors du transfert de produits inflammables à partir d'un équipement métallique, le travailleur doit utiliser un système de transfert fermé ou disposer d'une ventilation par aspiration adéquate.

                                          La zone de stockage doit être située à l'écart de toute source de chaleur ou de risque d'incendie. Les substances hautement inflammables doivent être tenues à l'écart des agents oxydants puissants ou des matériaux susceptibles de s'enflammer spontanément. Lorsque des liquides hautement volatils sont entreposés, tous les luminaires ou appareils électriques doivent être de construction antidéflagrante certifiée et aucune flamme nue ne doit être autorisée dans ou à proximité du lieu de stockage. Des extincteurs et des matériaux inertes absorbants, tels que du sable sec et de la terre, doivent être disponibles pour les situations d'urgence.

                                          Les murs, les plafonds et les sols du local de stockage doivent être constitués de matériaux ayant une résistance au feu d'au moins 2 heures. La pièce doit être équipée de portes coupe-feu à fermeture automatique. Les installations des locaux de stockage devraient être mises à la terre et inspectées périodiquement, ou équipées de dispositifs automatiques de détection de fumée ou d'incendie. Les vannes de régulation des réservoirs de stockage contenant des liquides inflammables doivent être clairement étiquetées et les canalisations doivent être peintes avec des couleurs de sécurité distinctives pour indiquer le type de liquide et le sens de l'écoulement. Les réservoirs contenant des substances inflammables doivent être situés sur un terrain en pente à l'écart des bâtiments principaux et des installations de l'usine. S'ils sont sur un terrain plat, la protection contre la propagation du feu peut être obtenue par un espacement adéquat et la mise en place de digues. La capacité de la digue doit être de préférence 1.5 fois celle du réservoir de stockage, car un liquide inflammable peut être susceptible de déborder. Des dispositions devraient être prises pour des installations de ventilation et des pare-flammes sur ces réservoirs de stockage. Des extincteurs adéquats, automatiques ou manuels, doivent être disponibles. Ne pas fumer devrait être autorisé.

                                          Substances toxiques

                                          Les produits chimiques toxiques doivent être entreposés dans des endroits frais et bien aérés, hors de contact avec la chaleur, les acides, l'humidité et les substances oxydantes. Les composés volatils doivent être stockés dans des congélateurs sans étincelles (–20 °C) pour éviter l'évaporation. Étant donné que les conteneurs peuvent présenter des fuites, les entrepôts doivent être équipés de hottes aspirantes ou de dispositifs de ventilation locaux équivalents. Les conteneurs ouverts doivent être fermés avec du ruban adhésif ou un autre scellant avant d'être remis à la réserve. Les substances qui peuvent réagir chimiquement entre elles doivent être conservées dans des entrepôts séparés.

                                          Substances corrosives

                                          Les substances corrosives comprennent les acides forts, les alcalis et d'autres substances qui provoquent des brûlures ou des irritations de la peau, des muqueuses ou des yeux, ou qui endommagent la plupart des matériaux. Des exemples typiques de ces substances comprennent l'acide fluorhydrique, l'acide chlorhydrique, l'acide sulfurique, l'acide nitrique, l'acide formique et l'acide perchlorique. De tels matériaux peuvent endommager leurs conteneurs et s'infiltrer dans l'atmosphère de la zone de stockage ; certains sont volatils et d'autres réagissent violemment avec l'humidité, les matières organiques ou d'autres produits chimiques. Les brouillards ou vapeurs acides peuvent corroder les matériaux de structure et les équipements et avoir une action toxique sur le personnel. Ces matériaux doivent être conservés au frais mais bien au-dessus de leur point de congélation, car une substance telle que l'acide acétique peut geler à une température relativement élevée, rompre son contenant puis s'échapper lorsque la température remonte au-dessus de son point de congélation.

                                          Certaines substances corrosives ont également d'autres propriétés dangereuses ; par exemple, l'acide perchlorique, en plus d'être très corrosif, est aussi un puissant agent oxydant qui peut provoquer des incendies et des explosions. eau régale a trois propriétés dangereuses : (1) il affiche les propriétés corrosives de ses deux composants, l'acide chlorhydrique et l'acide nitrique ; (2) c'est un oxydant très puissant ; et (3) l'application d'une petite quantité de chaleur seulement entraînera la formation de chlorure de nitrosyle, un gaz hautement toxique.

                                          Les zones de stockage des substances corrosives doivent être isolées du reste de l'usine ou des entrepôts par des murs et un sol étanches, avec des dispositions pour l'élimination en toute sécurité des déversements. Les planchers doivent être faits de parpaings, de béton traité pour réduire sa solubilité ou d'un autre matériau résistant. La zone de stockage doit être bien aérée. Aucun magasin ne doit être utilisé pour le stockage simultané de mélanges d'acide nitrique et de mélanges d'acide sulfurique. Parfois, il est nécessaire de stocker des liquides corrosifs et toxiques dans des types spéciaux de conteneurs; par exemple, l'acide fluorhydrique doit être conservé dans des bouteilles de plomb, de gutta percha ou de cérésine. L'acide fluorhydrique interagissant avec le verre, il ne doit pas être stocké à proximité de bonbonnes en verre ou en terre cuite contenant d'autres acides.

                                          Les bonbonnes contenant des acides corrosifs doivent être remplies de kieselguhr (terre d'infusoires) ou d'un autre matériau isolant inorganique efficace. Tout équipement de premiers secours nécessaire, tel que des douches d'urgence et des bouteilles de rinçage oculaire, doit être fourni dans ou à proximité immédiate du lieu de stockage.

                                          Produits chimiques hydroréactifs

                                          Certains produits chimiques, tels que les métaux sodium et potassium, réagissent avec l'eau pour produire de la chaleur et des gaz inflammables ou explosifs. Certains catalyseurs de polymérisation, tels que les composés d'alkylaluminium, réagissent et brûlent violemment au contact de l'eau. Les installations de stockage des produits chimiques réactifs à l'eau ne doivent pas contenir d'eau dans la zone de stockage. Des systèmes de gicleurs automatiques sans eau doivent être utilisés.

                                          Législation

                                          Une législation détaillée a été élaborée dans de nombreux pays pour réglementer la manière dont diverses substances dangereuses peuvent être entreposées; cette législation comprend les spécifications suivantes :

                                          • le type de bâtiment, son emplacement, les quantités maximales de diverses substances pouvant être stockées au même endroit
                                          • type de ventilation requis
                                          • précautions à prendre contre les incendies, les explosions et la libération de substances dangereuses
                                          • type d'éclairage (p. ex. équipement électrique et luminaires antidéflagrants lorsque des matières explosives ou inflammables sont entreposées)
                                          • nombre et emplacement des issues de secours
                                          • mesures de sécurité contre l'entrée de personnes non autorisées et contre le vol
                                          • étiquetage et marquage des réservoirs de stockage et des pipelines
                                          • des avis d'avertissement aux travailleurs quant aux précautions à observer.

                                           

                                          Dans de nombreux pays, il n'y a pas d'autorité centrale chargée du contrôle des précautions de sécurité pour le stockage de toutes les substances dangereuses, mais il existe un certain nombre d'autorités distinctes. Les exemples incluent les inspections des mines et des usines, les autorités portuaires, les autorités de transport, la police, les services d'incendie, les conseils nationaux et les autorités locales, qui traitent chacun d'une gamme limitée de substances dangereuses en vertu de divers pouvoirs législatifs. Il est généralement nécessaire d'obtenir une licence ou un permis de l'une de ces autorités pour le stockage de certains types de substances dangereuses telles que le pétrole, les explosifs, la cellulose et les solutions cellulosiques. Les procédures d'autorisation exigent que les installations de stockage soient conformes aux normes de sécurité spécifiées.

                                           

                                          Noir

                                          Adapté de la 3e édition, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety

                                          Les gaz à l'état comprimé, et en particulier l'air comprimé, sont presque indispensables à l'industrie moderne et sont également largement utilisés à des fins médicales, pour la fabrication d'eaux minérales, pour la plongée sous-marine et en relation avec les véhicules à moteur.

                                          Aux fins du présent article, les gaz comprimés et l'air sont définis comme étant ceux dont la pression manométrique dépasse 1.47 bar ou comme les liquides dont la pression de vapeur dépasse 2.94 bar. Ainsi, on ne tient pas compte de cas tels que la distribution de gaz naturel, qui est traité ailleurs dans ce Encyclopédie.

                                          Le tableau 1 montre les gaz couramment rencontrés dans les bouteilles comprimées.

                                          Tableau 1. Gaz souvent présents sous forme comprimée

                                          Acétylène*
                                          Ammoniac*
                                          Butane*
                                          Gaz carbonique
                                          Monoxyde de carbone*
                                          Chlore
                                          Chlorodifluorométhane
                                          Chloroéthane*
                                          Chlorométhane*
                                          Chlorotétrafluoroéthane
                                          Cyclopropane*
                                          Dichlorodifluorométhane
                                          Éthane*
                                          Éthylène*
                                          Hélium
                                          Hydrogène*
                                          Chlorure d'hydrogène
                                          Cyanure d'hydrogène*
                                          Méthane*
                                          Méthylamine*
                                          Neon
                                          Azote
                                          Dioxyde d'azote
                                          Protoxyde d'azote
                                          Oxygène
                                          Phosgène
                                          Propane*
                                          Propylène*
                                          le dioxyde de soufre

                                          *Ces gaz sont inflammables.

                                          Tous les gaz ci-dessus présentent un danger respiratoire irritant, asphyxiant ou hautement toxique et peuvent également être inflammables et explosifs lorsqu'ils sont comprimés. La plupart des pays prévoient un système de codage couleur standard dans lequel différentes bandes ou étiquettes de couleur sont appliquées sur les bouteilles de gaz pour indiquer le type de danger auquel on peut s'attendre. Les gaz particulièrement toxiques, tels que le cyanure d'hydrogène, reçoivent également des marquages ​​spéciaux.

                                          Tous les conteneurs de gaz comprimé sont construits de manière à être sûrs pour les fins auxquelles ils sont destinés lors de leur première mise en service. Cependant, des accidents graves peuvent résulter de leur mauvaise utilisation, abus ou mauvaise manipulation, et le plus grand soin doit être apporté à la manipulation, au transport, au stockage et même à l'élimination de ces bouteilles ou conteneurs.

                                          Caractéristiques et fabrication

                                          Selon les caractéristiques du gaz, celui-ci peut être introduit dans le récipient ou la bouteille sous forme liquide ou simplement sous forme de gaz sous haute pression. Pour liquéfier un gaz, il est nécessaire de le refroidir en dessous de sa température critique et de le soumettre à une pression appropriée. Plus la température est réduite en dessous de la température critique, moins la pression requise est importante.

                                          Certains des gaz listés dans le tableau 1 ont des propriétés contre lesquelles des précautions doivent être prises. Par exemple, l'acétylène peut réagir dangereusement avec le cuivre et ne doit pas être en contact avec des alliages contenant plus de 66 % de ce métal. Il est généralement livré dans des conteneurs en acier à environ 14.7 à 16.8 bar. Un autre gaz qui a une action très corrosive sur le cuivre est l'ammoniac, qui doit également être maintenu hors de contact avec ce métal, en utilisant des bouteilles en acier et des alliages autorisés. Dans le cas du chlore, aucune réaction n'a lieu avec le cuivre ou l'acier, sauf en présence d'eau, et pour cette raison, tous les récipients de stockage ou autres récipients doivent être maintenus à l'abri de tout contact avec l'humidité à tout moment. Le fluor gazeux, d'autre part, bien qu'il réagisse facilement avec la plupart des métaux, aura tendance à former un revêtement protecteur, comme, par exemple, dans le cas du cuivre, où une couche de fluorure de cuivre sur le métal le protège d'une nouvelle attaque par le gaz.

                                          Parmi les gaz répertoriés, le dioxyde de carbone est l'un des plus facilement liquéfiables, ceci à une température de 15 °C et une pression d'environ 14.7 bar. Il a de nombreuses applications commerciales et peut être conservé dans des cylindres en acier.

                                          Les gaz d'hydrocarbures, dont le gaz de pétrole liquéfié (GPL) est un mélange formé principalement de butane (environ 62 %) et de propane (environ 36 %), ne sont pas corrosifs et sont généralement livrés dans des bouteilles en acier ou d'autres récipients à des pressions allant jusqu'à 14.7 à 19.6 bars. Le méthane est un autre gaz hautement inflammable qui est également généralement livré dans des bouteilles en acier à une pression de 14.7 à 19.6 bars.

                                          Dangers

                                          Stockage et transport

                                          Lors de la sélection d'un dépôt de remplissage, de stockage et d'expédition, il faut tenir compte de la sécurité du site et de l'environnement. Les salles des pompes, les machines de remplissage, etc. doivent être situées dans des bâtiments résistants au feu avec des toits de construction légère. Les portes et autres fermetures doivent s'ouvrir vers l'extérieur du bâtiment. Les locaux doivent être suffisamment ventilés et un système d'éclairage avec des interrupteurs électriques antidéflagrants doit être installé. Des mesures devraient être prises pour assurer la libre circulation dans les locaux à des fins de remplissage, de contrôle et d'expédition, et des issues de sécurité devraient être prévues.

                                          Les gaz comprimés ne peuvent être stockés à l'air libre que s'ils sont correctement protégés des intempéries et de la lumière directe du soleil. Les aires de stockage doivent être situées à une distance de sécurité des locaux occupés et des habitations voisines.

                                          Lors du transport et de la distribution des conteneurs, il faut veiller à ce que les vannes et les raccords ne soient pas endommagés. Des précautions adéquates doivent être prises pour empêcher les bouteilles de tomber du véhicule et d'être soumises à une utilisation brutale, à des chocs excessifs ou à des contraintes locales, et pour empêcher un mouvement excessif des liquides dans les grands réservoirs. Chaque véhicule doit être équipé d'un extincteur et d'une bande électriquement conductrice pour la mise à la terre de l'électricité statique, et doit être clairement marqué "Liquides inflammables". Les tuyaux d'échappement doivent être munis d'un dispositif de contrôle de la flamme et les moteurs doivent être arrêtés pendant le chargement et le déchargement. La vitesse maximale de ces véhicules devrait être rigoureusement limitée.

                                          Utilisez

                                          Les principaux dangers liés à l'utilisation des gaz comprimés proviennent de leur pression et de leurs propriétés toxiques et/ou inflammables. Les principales précautions consistent à s'assurer que l'équipement n'est utilisé qu'avec les gaz pour lesquels il a été conçu et qu'aucun gaz comprimé n'est utilisé à d'autres fins que celles pour lesquelles son utilisation a été autorisée.

                                          Tous les tuyaux et autres équipements doivent être de bonne qualité et doivent être examinés fréquemment. L'utilisation de clapets anti-retour doit être renforcée partout où cela est nécessaire. Tous les raccords de tuyaux doivent être en bon état et aucun joint ne doit être réalisé en forçant ensemble des filetages qui ne correspondent pas exactement. Dans le cas de l'acétylène et des gaz combustibles, un tuyau rouge doit être utilisé ; pour l'oxygène, le tuyau doit être noir. Il est recommandé que pour tous les gaz inflammables, le filetage de la vis de connexion soit à gauche, et pour tous les autres gaz, il soit à droite. Les flexibles ne doivent jamais être intervertis.

                                          L'oxygène et certains gaz anesthésiques sont souvent transportés dans de grandes bouteilles. Le transfert de ces gaz comprimés dans de petites bouteilles est une opération dangereuse, qui doit être effectuée sous une surveillance compétente, en utilisant le bon équipement dans une installation correcte.

                                          L'air comprimé est largement utilisé dans de nombreuses branches de l'industrie et il convient d'être prudent lors de l'installation des canalisations et de leur protection contre les dommages. Les tuyaux et les raccords doivent être maintenus en bon état et soumis à des examens réguliers. L'application d'un tuyau ou d'un jet d'air comprimé sur une coupure ou une plaie ouverte à travers laquelle l'air peut pénétrer dans les tissus ou la circulation sanguine est particulièrement dangereuse ; des précautions doivent également être prises contre toute forme de comportement irresponsable qui pourrait entraîner le contact d'un jet d'air comprimé avec des ouvertures du corps (dont l'issue peut être fatale). Un autre danger existe lorsque des jets d'air comprimé sont utilisés pour nettoyer des composants usinés ou des lieux de travail : les particules volantes sont connues pour causer des blessures ou la cécité, et des précautions contre de tels dangers doivent être appliquées.


                                          Étiquetage et marquage

                                          4.1.1. L'autorité compétente, ou un organisme agréé ou reconnu par l'autorité compétente, devrait établir des exigences pour le marquage et l'étiquetage des produits chimiques afin de permettre aux personnes manipulant ou utilisant des produits chimiques de les reconnaître et de les distinguer, tant lors de leur réception que lors de leur utilisation, de sorte qu'ils peut être utilisé en toute sécurité (voir paragraphe 2.1.8 (critères et exigences)). Les critères existants de marquage et d'étiquetage établis par d'autres autorités compétentes peuvent être suivis s'ils sont compatibles avec les dispositions du présent paragraphe et sont encouragés lorsque cela peut favoriser l'uniformité de l'approche. 

                                          4.1.2. Les fournisseurs de produits chimiques devraient s'assurer que les produits chimiques sont marqués et que les produits chimiques dangereux sont étiquetés, et que des étiquettes révisées sont préparées et fournies aux employeurs chaque fois que de nouvelles informations pertinentes sur la sécurité et la santé deviennent disponibles (voir les paragraphes 2.4.1 (responsabilités des fournisseurs) et 2.4.2 ( classification)). 

                                          4.1.3. Les employeurs qui reçoivent des produits chimiques qui n'ont pas été étiquetés ou marqués ne doivent pas les utiliser tant que les informations pertinentes n'ont pas été obtenues auprès du fournisseur ou d'autres sources raisonnablement disponibles. Les informations doivent être obtenues principalement auprès du fournisseur, mais peuvent être obtenues auprès d'autres sources énumérées au paragraphe 3.3.1 (sources d'information), en vue du marquage et de l'étiquetage conformément aux exigences de l'autorité nationale compétente, avant utilisation. ...

                                          4.3.2. L'étiquette a pour but de donner des informations essentielles sur :

                                          1. (a) la classification du produit chimique;
                                          2. (b) ses dangers;
                                          3. c) les précautions à observer.

                                          Les informations doivent faire référence aux risques d'exposition aiguë et chronique.

                                          4.3.3. Les prescriptions en matière d'étiquetage, qui devraient être conformes aux prescriptions nationales, devraient couvrir:

                                          a) les informations à porter sur l'étiquette, y compris, le cas échéant:

                                          1. appellations commerciales;
                                          2. identité du produit chimique;
                                          3. nom, adresse et numéro de téléphone du fournisseur ;
                                          4. symboles de danger;
                                          5. nature des risques particuliers associés à l'utilisation du produit chimique;
                                          6. précautions de sécurité;
                                          7. identification du lot ;
                                          8. la mention qu'une fiche de données de sécurité chimique donnant des informations complémentaires est disponible auprès de l'employeur ;
                                          9. la classification attribuée selon le système établi par l'autorité compétente ;

                                          (b) la lisibilité, la durabilité et la taille de l'étiquette;

                                          c) l'uniformité des étiquettes et des symboles, y compris les couleurs.

                                          Source : OIT 1993, chapitre 4.


                                          L'étiquetage et le marquage doivent être conformes à la pratique courante dans le pays ou la région en question. L'utilisation par erreur d'un gaz pour un autre, ou le remplissage d'un récipient avec un gaz différent de celui qu'il contenait auparavant, sans les procédures de nettoyage et de décontamination nécessaires, peut provoquer des accidents graves. Le marquage de couleur est la meilleure méthode pour éviter de telles erreurs, en peignant des zones spécifiques des conteneurs ou des systèmes de tuyauterie conformément au code de couleur stipulé dans les normes nationales ou recommandé par l'organisme national de sécurité.

                                          Les bouteilles de gaz

                                          Pour faciliter la manipulation, le transport et le stockage, les gaz sont généralement comprimés dans des bouteilles de gaz métalliques à des pressions allant de quelques atmosphères de surpression à 200 bars ou même plus. L'acier allié est le matériau le plus couramment utilisé pour les cylindres, mais l'aluminium est également largement utilisé à de nombreuses fins, par exemple pour les extincteurs.

                                          Les dangers rencontrés lors de la manipulation et de l'utilisation des gaz comprimés sont :

                                            • risques normaux liés à la manipulation d'objets lourds
                                            • dangers liés à la pression (c'est-à-dire la quantité d'énergie stockée dans les gaz)
                                            • dangers dus aux propriétés particulières du gaz contenu, qui peut être inflammable, toxique, oxydant, etc.

                                                 

                                                Fabrication de cylindres. Les cylindres en acier peuvent être sans soudure ou soudés. Les cylindres sans soudure sont fabriqués à partir d'aciers alliés de haute qualité et soigneusement traités thermiquement afin d'obtenir la combinaison souhaitée de résistance et de ténacité pour un service à haute pression. Ils peuvent être forgés et étirés à chaud à partir de billettes d'acier ou formés à chaud à partir de tubes sans soudure. Les cylindres soudés sont fabriqués à partir de tôle. Les parties supérieure et inférieure pressées sont soudées à une section de tube cylindrique sans soudure ou soudée et traitées thermiquement pour soulager les contraintes du matériau. Les bouteilles soudées sont largement utilisées en service basse pression pour les gaz liquéfiables et pour les gaz dissous tels que l'acétylène.

                                                Les cylindres en aluminium sont extrudés dans de grandes presses à partir d'alliages spéciaux qui sont traités thermiquement pour donner la résistance souhaitée.

                                                Les bouteilles de gaz doivent être conçues, produites et testées selon des normes ou standards stricts. Chaque lot de bouteilles doit être contrôlé pour la qualité des matériaux et le traitement thermique, et un certain nombre de bouteilles testées pour la résistance mécanique. L'inspection est souvent facilitée par des instruments sophistiqués, mais dans tous les cas, les bouteilles doivent être inspectées et testées hydrauliquement à une pression d'essai donnée par un inspecteur agréé. Les données d'identification et la marque de l'inspecteur doivent être estampées de manière permanente sur le col de la bouteille ou à un autre endroit approprié.

                                                Inspection périodique. Les bouteilles de gaz utilisées peuvent être affectées par un traitement brutal, la corrosion de l'intérieur et de l'extérieur, le feu, etc. Les codes nationaux ou internationaux exigent donc qu'ils ne soient remplis que s'ils sont inspectés et testés à certains intervalles, qui varient généralement entre deux et dix ans, selon le service. Une inspection visuelle interne et externe ainsi qu'un test de pression hydraulique constituent la base de l'homologation de la bouteille pour une nouvelle période dans un service donné. La date du test (mois et année) est estampillée sur la bouteille.

                                                Disposition. Un grand nombre de bouteilles sont mises au rebut chaque année pour diverses raisons. Il est également important que ces bouteilles soient éliminées de manière à ce qu'elles ne soient pas réutilisées par des canaux incontrôlés. Les cylindres doivent donc être rendus complètement inutilisables par découpage, écrasement ou une procédure de sécurité similaire.

                                                Vannes. La soupape et tout accessoire de sécurité doivent être considérés comme faisant partie de la bouteille, qui doit être maintenue en bon état de fonctionnement. Les filetages du col et de la sortie doivent être intacts et la vanne doit se fermer hermétiquement sans utiliser de force excessive. Les vannes d'arrêt sont souvent équipées d'un dispositif de décompression. Cela peut prendre la forme d'une soupape de sécurité à réarmement, d'un disque de rupture, d'un bouchon fusible (bouchon de fusion) ou d'une combinaison de disque de rupture et de bouchon fusible. La pratique varie d'un pays à l'autre, mais les bouteilles de gaz liquéfiés à basse pression sont toujours équipées de soupapes de sécurité reliées à la phase gazeuse.

                                                Dangers

                                                Différents codes de transport classent les gaz comme comprimés, liquéfiés ou dissous sous pression. Aux fins du présent article, il est utile d'utiliser le type de danger comme classification.

                                                Haute pression. Si les bouteilles ou l'équipement éclatent, des dommages et des blessures peuvent être causés par des débris volants ou par la pression du gaz. Plus un gaz est comprimé, plus l'énergie stockée est élevée. Ce danger est toujours présent avec les gaz comprimés et augmentera avec la température si les bouteilles sont chauffées. D'où:

                                                  • Les dommages mécaniques au cylindre (bosses, coupures, etc.) doivent être évités.
                                                  • Les bouteilles doivent être stockées à l'abri de la chaleur et non en plein soleil.
                                                  • Les bouteilles doivent être retirées des feux.
                                                  • Les bouteilles ne doivent être connectées qu'à des équipements adaptés à l'utilisation prévue.
                                                  • Le robinet de la bouteille doit être protégé par le capuchon pendant le transport.
                                                  • Les bouteilles doivent être sécurisées en cours d'utilisation pour éviter qu'elles ne tombent, ce qui pourrait faire tomber la valve.
                                                  • La manipulation des dispositifs de sécurité doit être évitée.
                                                  • Les bouteilles doivent être manipulées avec soin pour éviter les chocs mécaniques dans les climats très froids, car l'acier peut devenir cassant à basse température.
                                                  • La corrosion, qui réduit la résistance de la coque, doit être évitée.

                                                                   

                                                                  Basse température. La plupart des gaz liquéfiés s'évaporent rapidement sous la pression atmosphérique et peuvent atteindre des températures très basses. Une personne dont la peau est exposée à un tel liquide peut subir des blessures sous la forme de « brûlures par le froid ». (CO liquide2 forme des particules de neige lorsqu'il est expansé.) Un équipement de protection approprié (par exemple, des gants, des lunettes) doit donc être utilisé.

                                                                  Oxydation. Le risque d'oxydation est le plus évident avec l'oxygène, qui est l'un des gaz comprimés les plus importants. L'oxygène ne brûle pas tout seul, mais il est nécessaire à la combustion. L'air normal contient 21% d'oxygène en volume.

                                                                  Tous les matériaux combustibles s'enflamment plus facilement et brûlent plus vigoureusement lorsque la concentration en oxygène est augmentée. Ceci est perceptible même avec une légère augmentation de la concentration en oxygène, et le plus grand soin doit être pris pour éviter l'enrichissement en oxygène dans l'atmosphère de travail. Dans les espaces confinés, de petites fuites d'oxygène peuvent entraîner un enrichissement dangereux.

                                                                  Le danger avec l'oxygène augmente avec l'augmentation de la pression au point où de nombreux métaux brûlent vigoureusement. Les matériaux finement divisés peuvent brûler dans l'oxygène avec une force explosive. Les vêtements saturés d'oxygène brûlent très rapidement et sont difficiles à éteindre.

                                                                  L'huile et la graisse ont toujours été considérées comme dangereuses en combinaison avec l'oxygène. La raison en est qu'ils réagissent facilement avec l'oxygène, leur existence est courante, la température d'inflammation est basse et la chaleur développée peut déclencher un incendie dans le métal sous-jacent. Dans les équipements à oxygène à haute pression, la température d'inflammation nécessaire peut être facilement atteinte par le choc de compression qui peut résulter d'une ouverture rapide de la vanne (compression adiabatique).

                                                                  Donc:

                                                                    • Les vannes doivent être actionnées lentement.
                                                                    • Tous les équipements d'oxygène doivent être maintenus propres et exempts d'huile et de saleté.
                                                                    • Seuls les matériaux qui se sont avérés sûrs avec l'oxygène doivent être utilisés.
                                                                    • Les travailleurs doivent s'abstenir de lubrifier l'équipement à oxygène.
                                                                    • Il faut éviter de pénétrer dans des espaces confinés où l'oxygène peut exister en concentration plus élevée.
                                                                    • L'atmosphère doit être contrôlée et l'utilisation d'oxygène au lieu d'air comprimé ou d'un autre gaz doit être strictement évitée.

                                                                               

                                                                              Inflammabilité. Les gaz inflammables ont des points d'éclair inférieurs à la température ambiante et formeront des mélanges explosifs avec l'air (ou l'oxygène) dans certaines limites appelées limites inférieure et supérieure d'explosivité.

                                                                              Le gaz qui s'échappe (également des soupapes de sécurité) peut s'enflammer et brûler avec une flamme plus courte ou plus longue selon la pression et la quantité de gaz. Les flammes peuvent à nouveau chauffer les équipements à proximité, qui peuvent brûler, fondre ou exploser. L'hydrogène brûle avec une flamme presque invisible.

                                                                              Même de petites fuites peuvent provoquer des mélanges explosifs dans des espaces confinés. Certains gaz, tels que les gaz de pétrole liquéfiés, principalement le propane et le butane, sont plus lourds que l'air et sont difficiles à évacuer, car ils se concentrent dans les parties inférieures des bâtiments et «flottent» à travers les canaux d'une pièce à l'autre. Tôt ou tard, le gaz peut atteindre une source d'inflammation et exploser.

                                                                              L'inflammation peut être causée par des sources chaudes, mais aussi par des étincelles électriques, même très petites.

                                                                              L'acétylène occupe une place particulière parmi les gaz combustibles en raison de ses propriétés et de sa large utilisation. S'il est chauffé, le gaz peut commencer à se décomposer avec le développement de chaleur même sans la présence d'air. Si on le laisse continuer, cela peut entraîner une explosion de la bouteille.

                                                                              Les bouteilles d'acétylène sont, pour des raisons de sécurité, remplies d'une masse très poreuse qui contient également un solvant du gaz. L'échauffement extérieur par un feu ou une torche de soudage, ou dans certains cas une inflammation interne par de forts retours de flamme provenant d'un équipement de soudage, peut déclencher une décomposition à l'intérieur du cylindre. Dans ces cas:

                                                                                • La vanne doit être fermée (en utilisant des gants de protection si nécessaire) et la bouteille doit être retirée du feu.
                                                                                • Si une partie du cylindre devient plus chaude, elle doit être placée dans une rivière, un canal ou similaire pour se refroidir ou refroidie avec des jets d'eau.
                                                                                • Si le cylindre est trop chaud pour être manipulé, il doit être aspergé d'eau à une distance de sécurité.
                                                                                • Le refroidissement doit continuer jusqu'à ce que le cylindre reste froid par lui-même.
                                                                                • La vanne doit être maintenue fermée, car le débit de gaz accélérera la décomposition.

                                                                                         

                                                                                        Les bouteilles d'acétylène de plusieurs pays sont équipées de bouchons fusibles (fusibles). Ceux-ci libèrent la pression du gaz lorsqu'ils fondent (généralement à environ 100 ° C) et empêchent l'explosion de la bouteille. En même temps, il existe un risque que le gaz libéré puisse s'enflammer et exploser.

                                                                                        Les précautions courantes à observer vis-à-vis des gaz combustibles sont les suivantes :

                                                                                          • Les bouteilles doivent être entreposées séparément des autres gaz dans un endroit bien aéré au-dessus du niveau du sol.
                                                                                          • Les bouteilles ou équipements qui fuient ne doivent pas être utilisés.
                                                                                          • Les bouteilles de gaz liquide doivent être stockées et utilisées en position verticale. De plus grandes quantités de gaz sortiront si du liquide est expulsé par les soupapes de sécurité au lieu de gaz. La pression sera réduite plus lentement. Une très longue flamme se produira si le gaz s'enflamme.
                                                                                          • En cas de fuites, toute source d'inflammation possible doit être évitée.
                                                                                          • Il devrait être interdit de fumer là où des gaz inflammables sont stockés ou utilisés.
                                                                                          • Le moyen le plus sûr d'éteindre un incendie est généralement d'arrêter l'alimentation en gaz. Le simple fait d'éteindre la flamme peut provoquer la formation d'un nuage explosif, qui peut se rallumer au contact d'un objet chaud.

                                                                                                     

                                                                                                    Toxicité. Certains gaz, s'ils ne sont pas les plus courants, peuvent être toxiques. En même temps, ils peuvent être irritants ou corrosifs pour la peau ou les yeux.

                                                                                                    Les personnes qui manipulent ces gaz doivent être bien formées et conscientes du danger encouru et des précautions nécessaires. Les bouteilles doivent être entreposées dans un endroit bien aéré. Aucune fuite ne doit être tolérée. Un équipement de protection approprié (masques à gaz ou appareil respiratoire) doit être utilisé.

                                                                                                    Des gaz inertes. Des gaz tels que l'argon, le dioxyde de carbone, l'hélium et l'azote sont largement utilisés comme atmosphères protectrices pour empêcher les réactions indésirables dans les soudures, les usines chimiques, les aciéries, etc. Ces gaz ne sont pas étiquetés comme étant dangereux et des accidents graves peuvent survenir car seul l'oxygène peut soutenir la vie.

                                                                                                    Lorsqu'un gaz ou un mélange de gaz déplace l'air de sorte que l'atmosphère respirable devient déficiente en oxygène, il existe un risque d'asphyxie. L'inconscience ou la mort peut survenir très rapidement lorsqu'il y a peu ou pas d'oxygène et qu'il n'y a pas d'effet d'avertissement.

                                                                                                    Les espaces confinés où l'atmosphère respiratoire est pauvre en oxygène doivent être ventilés avant d'y pénétrer. Lorsqu'un appareil respiratoire est utilisé, la personne qui entre doit être surveillée. L'équipement respiratoire doit être utilisé même dans les opérations de sauvetage. Les masques à gaz normaux n'offrent aucune protection contre le manque d'oxygène. La même précaution doit être observée avec les grandes installations permanentes de lutte contre l'incendie, qui sont souvent automatiques, et les personnes pouvant se trouver dans ces zones doivent être averties du danger.

                                                                                                    Remplissage de cylindre. Le remplissage des bouteilles implique le fonctionnement de compresseurs à haute pression ou de pompes à liquide. Les pompes peuvent fonctionner avec des liquides cryogéniques (très basse température). Les stations-service peuvent également incorporer de grands réservoirs de stockage de gaz liquides dans un état sous pression et/ou profondément réfrigéré.

                                                                                                    Le remplisseur de gaz doit vérifier que les bouteilles sont dans un état acceptable pour le remplissage et doit remplir le bon gaz en ne dépassant pas la quantité ou la pression approuvée. L'équipement de remplissage doit être conçu et testé pour la pression et le type de gaz donnés, et protégé par des soupapes de sécurité. Les exigences en matière de propreté et de matériel pour le service d'oxygène doivent être strictement respectées. Lors du remplissage de gaz inflammables ou toxiques, une attention particulière doit être accordée à la sécurité des opérateurs. La principale exigence est une bonne ventilation associée à un équipement et une technique appropriés.

                                                                                                    Les bouteilles contaminées par d'autres gaz ou liquides par les clients constituent un danger particulier. Les bouteilles sans pression résiduelle peuvent être purgées ou évacuées avant le remplissage. Des précautions particulières doivent être prises pour s'assurer que les bouteilles de gaz médicaux sont exemptes de toute matière nocive.

                                                                                                    Transport. Le transport local a tendance à se mécaniser davantage grâce à l'utilisation de chariots élévateurs à fourche, etc. Les bouteilles ne doivent être transportées qu'avec les bouchons en place et sécurisées contre les chutes des véhicules. Les bouteilles ne doivent pas tomber des camions directement sur le sol. Pour le levage avec des grues, des berceaux de levage appropriés doivent être utilisés. Les dispositifs de levage magnétiques ou les capuchons avec des filetages incertains ne doivent pas être utilisés pour soulever les vérins.

                                                                                                    Lorsque les bouteilles sont regroupées dans des emballages plus grands, il faut faire très attention pour éviter toute contrainte sur les connexions. Tout danger sera accru en raison de la plus grande quantité de gaz impliquée. Il est recommandé de diviser les grandes unités en sections et de placer les vannes d'arrêt là où elles peuvent être actionnées en cas d'urgence.

                                                                                                    Les accidents les plus fréquents lors de la manutention et du transport des bouteilles sont les blessures causées par les bouteilles dures, lourdes et difficiles à manipuler. Des chaussures de sécurité doivent être portées. Des chariots doivent être fournis pour le transport plus long de bouteilles individuelles.

                                                                                                    Dans les codes de transport internationaux, les gaz comprimés sont classés comme marchandises dangereuses. Ces codes donnent des détails sur les gaz pouvant être transportés, les exigences relatives aux bouteilles, la pression autorisée, le marquage, etc.

                                                                                                    Identification du contenu. L'exigence la plus importante pour une manipulation sûre des gaz comprimés est l'identification correcte de la teneur en gaz. L'estampage, l'étiquetage, le pochoir et le marquage de couleur sont les moyens utilisés à cette fin. Certaines exigences de marquage sont couvertes par les normes de l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Le marquage couleur des bouteilles de gaz médicaux suit les normes ISO dans la plupart des pays. Des couleurs normalisées sont également utilisées dans de nombreux pays pour d'autres gaz, mais ce n'est pas une identification suffisante. En fin de compte, seul le mot écrit peut être considéré comme une preuve du contenu du cylindre.

                                                                                                    Sorties de vanne normalisées. L'utilisation d'une sortie de vanne standardisée pour un certain gaz ou groupe de gaz réduit fortement les chances de connecter des bouteilles et des équipements conçus pour différents gaz. Les adaptateurs ne doivent donc pas être utilisés, car cela annule les mesures de sécurité. Seuls des outils normaux et aucune force excessive ne doivent être utilisés lors des connexions.

                                                                                                    Pratique sécuritaire pour les utilisateurs

                                                                                                    L'utilisation sûre des gaz comprimés implique l'application des principes de sécurité décrits dans ce chapitre et le Recueil de directives pratiques de l'OIT Sécurité dans l'utilisation de produits chimiques au travail (OIT 1993). Cela n'est pas possible à moins que l'utilisateur ait une connaissance de base du gaz et de l'équipement qu'il manipule. De plus, l'utilisateur doit prendre les précautions suivantes :

                                                                                                      • Les bouteilles de gaz ne doivent être utilisées que dans le but pour lequel elles sont destinées et non comme rouleaux ou supports de travail.
                                                                                                      • Les bouteilles doivent être stockées et manipulées de manière à ce que leur résistance mécanique ne soit pas réduite (par exemple, par une corrosion sévère, des bosselures aiguës, des coupures, etc.).
                                                                                                      • Les cylindres doivent être éloignés des feux ou de la chaleur excessive.
                                                                                                      • Seul le nombre nécessaire de bouteilles de gaz doit être conservé dans les zones de travail ou les bâtiments occupés. Il est préférable de les conserver près des portes et non dans les issues de secours ou les zones difficiles d'accès.
                                                                                                      • Toutes les bouteilles qui ont été exposées à des incendies doivent être clairement identifiées et retournées au remplisseur (propriétaire), car les bouteilles peuvent être devenues cassantes ou avoir perdu leur résistance.
                                                                                                      • Les bouteilles doivent être stockées dans un endroit bien ventilé, à l'abri de la pluie ou de la neige et de tout stockage combustible.
                                                                                                      • Les bouteilles en cours d'utilisation doivent être sécurisées contre les chutes.
                                                                                                      • La teneur en gaz doit être identifiée positivement avant utilisation.
                                                                                                      • Les étiquettes et les instructions doivent être lues attentivement.
                                                                                                      • Les bouteilles ne doivent être connectées qu'à des équipements destinés à un service particulier.
                                                                                                      • Les connexions doivent être maintenues propres et en bon état ; leur état doit être vérifié à intervalles réguliers.
                                                                                                      • De bons outils (par exemple, longueur normale, clés fixes) doivent être utilisés.
                                                                                                      • Les clés de valve desserrées doivent être laissées en place lorsque la bouteille est utilisée.
                                                                                                      • Les vannes doivent rester fermées lorsque les bouteilles ne sont pas utilisées.
                                                                                                      • Les bouteilles ou les équipements connectés doivent être retirés des espaces confinés lorsqu'ils ne sont pas utilisés (même pendant de courtes pauses).
                                                                                                      • L'atmosphère doit être vérifiée pour la teneur en oxygène et, si possible, pour les gaz inflammables avant d'entrer dans des espaces confinés et pendant les périodes de travail prolongées.
                                                                                                      • Il convient de garder à l'esprit que les gaz lourds peuvent se concentrer dans les zones inférieures et qu'ils peuvent être difficiles à éliminer par ventilation.
                                                                                                      • Les bouteilles doivent être protégées contre la contamination par les équipements sous pression, car le reflux d'autres gaz peut entraîner des accidents graves. Des clapets anti-retour appropriés, des dispositifs de blocage et de purge et autres doivent être utilisés.
                                                                                                      • Les bouteilles vides doivent être renvoyées à la remplisseuse avec les vannes fermées et les bouchons en place. Une petite pression résiduelle doit toujours être laissée dans la bouteille pour éviter toute contamination par l'air et l'humidité.
                                                                                                      • Le remplisseur doit être informé de toute bouteille défectueuse.
                                                                                                      • L'acétylène ne doit être utilisé qu'à une pression correctement réduite.
                                                                                                      • Les pare-flammes ne doivent être utilisés que dans les conduites d'acétylène où l'acétylène est utilisé avec de l'air comprimé ou de l'oxygène.
                                                                                                      • Des extincteurs et des gants de protection contre la chaleur doivent être disponibles avec l'équipement de soudage au gaz.
                                                                                                      • Les bouteilles de gaz liquide doivent être stockées et utilisées en position verticale.
                                                                                                      • Les gaz toxiques et irritants, tels que le chlore, ne doivent être manipulés que par des opérateurs bien informés et équipés d'un équipement de sécurité personnel.
                                                                                                      • Les bouteilles non identifiées ne doivent pas être conservées en stock. Les installations fixes, avec les bouteilles de gaz connectées dans des centrales à gaz séparées, sont plus sûres là où les gaz sont utilisés régulièrement.

                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                        Noir

                                                                                                                                                        Samedi, Février 19 2011 01: 50

                                                                                                                                                        Hygiène de laboratoire


                                                                                                                                                        Exposition professionnelle aux produits chimiques dangereux dans les laboratoires 1990 OSHA Laboratory Standard 29 CFR 1910.1450

                                                                                                                                                        La description suivante d'un plan d'hygiène chimique de laboratoire correspond à la section (e:1-4), Plan d'hygiène chimique général, de la norme de laboratoire OSHA de 1990. Ce plan devrait être mis à la disposition des salariés et des représentants des salariés.Le plan d'hygiène chimique doit comprendre chacun des éléments suivants et doit indiquer les mesures spécifiques que l'employeur prendra pour assurer la protection des employés du laboratoire :

                                                                                                                                                        1. Définir les procédures d'exploitation relatives aux considérations de sécurité et de santé à suivre lorsque le travail de laboratoire implique l'utilisation de produits chimiques dangereux ;
                                                                                                                                                        2. Critères que l'employeur utilisera pour déterminer et mettre en œuvre des mesures de contrôle visant à réduire l'exposition des employés aux produits chimiques dangereux, y compris les contrôles techniques, l'utilisation d'équipements de protection individuelle et les pratiques d'hygiène ; une attention particulière doit être accordée au choix des mesures de contrôle pour les produits chimiques connus pour être extrêmement dangereux ;
                                                                                                                                                        3. Une exigence que les hottes et autres équipements de protection fonctionnent correctement, et des mesures spécifiques qui doivent être prises pour assurer un fonctionnement correct et adéquat de ces équipements ;
                                                                                                                                                        4. Dispositions pour l'information et la formation des employés comme prescrit [ailleurs dans ce plan] ;
                                                                                                                                                        5. Les circonstances dans lesquelles une opération, une procédure ou une activité particulière de laboratoire nécessite l'approbation préalable de l'employeur ou de la personne désignée par l'employeur avant sa mise en œuvre ;
                                                                                                                                                        6. Dispositions relatives aux consultations médicales et aux examens médicaux... ;
                                                                                                                                                        7. Désignation du personnel responsable de la mise en œuvre du plan d'hygiène chimique, y compris l'affectation d'un responsable de l'hygiène chimique et, le cas échéant, la création d'un comité d'hygiène chimique ; et
                                                                                                                                                        8. Disposition pour une protection supplémentaire des employés pour le travail avec des substances particulièrement dangereuses. Il s'agit notamment de « cancérigènes sélectionnés », de substances toxiques pour la reproduction et de substances présentant un degré élevé de toxicité aiguë. Une attention particulière doit être accordée aux dispositions suivantes, qui doivent être incluses le cas échéant :

                                                                                                                                                         a) établissement d'une zone désignée;

                                                                                                                                                         (b) utilisation de dispositifs de confinement tels que des hottes ou des boîtes à gants;

                                                                                                                                                         (c) les procédures d'élimination en toute sécurité des déchets contaminés ; et

                                                                                                                                                         d) procédures de décontamination. 

                                                                                                                                                        L'employeur doit examiner et évaluer l'efficacité du plan d'hygiène chimique au moins une fois par an et le mettre à jour si nécessaire.


                                                                                                                                                        Mise en place d'un laboratoire sûr et sain

                                                                                                                                                        Un laboratoire ne peut être sûr et hygiénique que si les pratiques et procédures de travail qui y sont suivies sont sûres et hygiéniques. De telles pratiques sont encouragées en donnant d'abord la responsabilité et l'autorité de la sécurité du laboratoire et de l'hygiène chimique à un responsable de la sécurité du laboratoire qui, avec un comité de sécurité du personnel du laboratoire, décide des tâches à accomplir et attribue la responsabilité de l'exécution de chacune d'elles.

                                                                                                                                                        Les tâches spécifiques du comité de sécurité comprennent la réalisation d'inspections périodiques du laboratoire et la synthèse des résultats dans un rapport remis au responsable de la sécurité du laboratoire. Ces inspections sont correctement effectuées avec une liste de contrôle. Un autre aspect important de la gestion de la sécurité est l'inspection périodique de l'équipement de sécurité pour s'assurer que tout l'équipement est en bon état de fonctionnement et dans les endroits désignés. Avant cela, un inventaire annuel de tous les équipements de sécurité doit être réalisé ; cela inclut une brève description, y compris la taille ou la capacité et le fabricant. Non moins important est un inventaire semestriel de tous les produits chimiques de laboratoire, y compris les produits brevetés. Ceux-ci doivent être classés en groupes de substances chimiquement similaires et également classés en fonction de leur risque d'incendie. Une autre classification de sécurité essentielle dépend du degré de danger associé à une substance, puisque le traitement qu'une substance reçoit est directement lié aux dommages qu'elle peut causer et à la facilité avec laquelle les dommages se déclenchent. Chaque produit chimique est placé dans l'une des trois classes de danger choisies sur la base d'un groupement selon l'ordre de grandeur du risque en cause ; elles sont:

                                                                                                                                                        1. substances dangereuses ordinaires
                                                                                                                                                        2. substances à haut risque
                                                                                                                                                        3. matières extrêmement dangereuses.

                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                        Les substances dangereuses ordinaires sont celles qui sont relativement faciles à contrôler, qui sont familières au personnel de laboratoire et qui ne présentent aucun risque inhabituel. Cette classe va des substances inoffensives telles que le bicarbonate de sodium et le saccharose à l'acide sulfurique concentré, l'éthylène glycol et le pentane.

                                                                                                                                                        Les substances à haut risque présentent des dangers beaucoup plus importants que les dangers ordinaires. Ils nécessitent une manipulation spéciale ou, parfois, une surveillance, et présentent des risques élevés d'incendie ou d'explosion ou de graves risques pour la santé. Ce groupe comprend des produits chimiques qui forment des composés explosifs instables au repos (par exemple, des hydroperoxydes formés par des éthers) ou des substances qui ont des toxicités aiguës élevées (par exemple, le fluorure de sodium, qui a une toxicité orale de 57 mg/kg chez la souris), ou qui ont toxicités chroniques telles que cancérigènes, mutagènes ou tératogènes. Les substances de ce groupe présentent souvent le même type de danger que celles du groupe suivant. La différence est de degré - ceux du groupe 3, les matières extrêmement dangereuses, ont soit une plus grande intensité de danger, soit leur ordre de grandeur est beaucoup plus grand, soit les effets désastreux peuvent être libérés beaucoup plus facilement.

                                                                                                                                                        Les matériaux extrêmement dangereux, lorsqu'ils ne sont pas manipulés correctement, peuvent très facilement provoquer un accident grave entraînant des blessures graves, la mort ou des dommages matériels importants. Une extrême prudence doit être exercée dans le traitement de ces substances. Des exemples de cette classe sont le nickel tétracarbonyle (un liquide volatil extrêmement toxique, dont les vapeurs ont été mortelles à des concentrations aussi faibles que 1 ppm) et le triéthylaluminium (un liquide qui s'enflamme spontanément lorsqu'il est exposé à l'air et réagit de manière explosive avec l'eau).

                                                                                                                                                        L'une des tâches les plus importantes du comité de sécurité est de rédiger un document complet pour le laboratoire, un plan de sécurité et d'hygiène chimique du laboratoire, qui décrit entièrement sa politique de sécurité et les procédures standard pour effectuer les opérations du laboratoire et remplir les obligations réglementaires ; celles-ci comprennent des directives pour travailler avec des substances pouvant appartenir à l'une des trois catégories de danger, inspecter l'équipement de sécurité, répondre à un déversement de produits chimiques, la politique sur les déchets chimiques, les normes de qualité de l'air en laboratoire et toute tenue de registres requise par les normes réglementaires. Le plan de sécurité et d'hygiène chimique du laboratoire doit être conservé dans le laboratoire ou doit être autrement facilement accessible à ses travailleurs. D'autres sources d'informations imprimées comprennent : des fiches d'information sur les produits chimiques (également appelées fiches signalétiques, MSDS), un manuel de sécurité en laboratoire, des informations toxicologiques et des informations sur les risques d'incendie. L'inventaire des produits chimiques de laboratoire et les trois listes dérivées associées (classification des produits chimiques selon la classe chimique, la classe de sécurité incendie et les trois degrés de danger) doivent également être conservés avec ces données.

                                                                                                                                                        Un système de fichiers pour les enregistrements des activités liées à la sécurité est également requis. Il n'est pas nécessaire que ce dossier se trouve dans le laboratoire ou soit immédiatement accessible aux travailleurs du laboratoire. Les dossiers sont principalement destinés à l'usage du personnel de laboratoire qui supervise la sécurité et l'hygiène chimique du laboratoire et à la consultation des inspecteurs des organismes de réglementation. Il doit donc être facilement disponible et tenu à jour. Il est conseillé de conserver le dossier à l'extérieur du laboratoire afin de réduire les risques de destruction en cas d'incendie. Les documents au dossier doivent inclure : les registres des inspections de laboratoire par le comité de sécurité, les registres des inspections par les organismes de réglementation locaux, y compris les services d'incendie et les agences d'État et fédérales, les registres traitant de l'élimination des déchets dangereux, les registres des taxes prélevées sur diverses catégories de déchets dangereux , le cas échéant, une deuxième copie de l'inventaire des produits chimiques de laboratoire et des copies d'autres documents pertinents traitant de l'installation et de son personnel (par exemple, registres de présence du personnel aux séances annuelles sur la sécurité en laboratoire).

                                                                                                                                                        Causes de maladies et de blessures en laboratoire

                                                                                                                                                        Les mesures de prévention des blessures, des maladies et de l'anxiété font partie intégrante des plans de fonctionnement quotidien d'un laboratoire bien géré. Les personnes affectées par des conditions dangereuses et insalubres dans un laboratoire comprennent non seulement ceux qui travaillent dans ce laboratoire, mais aussi le personnel voisin et ceux qui fournissent des services mécaniques et de garde. Étant donné que les blessures corporelles dans les laboratoires résultent en grande partie d'un contact inapproprié entre les produits chimiques et les personnes, d'un mélange inapproprié de produits chimiques ou d'un apport inapproprié d'énergie aux produits chimiques, la protection de la santé implique la prévention de ces interactions indésirables. Ceci, à son tour, signifie confiner convenablement les produits chimiques, les combiner correctement et réguler étroitement l'énergie qui leur est fournie. Les principaux types de dommages corporels au laboratoire sont les empoisonnements, les brûlures chimiques et les blessures résultant d'incendies ou d'explosions. Les incendies et les explosions sont une source de brûlures thermiques, de lacérations, de commotions cérébrales et d'autres lésions corporelles graves.

                                                                                                                                                        Attaque chimique sur le corps. L'attaque chimique se produit lorsque des poisons sont absorbés dans le corps et interfèrent avec son fonctionnement normal en perturbant le métabolisme ou d'autres mécanismes. Les brûlures chimiques, ou la destruction grossière des tissus, se produisent généralement par contact avec des acides forts ou des alcalis forts. Les matières toxiques qui ont pénétré dans l'organisme par absorption à travers la peau, les yeux ou les muqueuses, par ingestion ou par inhalation, peuvent provoquer une intoxication systémique, généralement en se propageant via le système circulatoire.

                                                                                                                                                        L'empoisonnement est de deux types généraux - aigu et chronique. L'intoxication aiguë est caractérisée par des effets néfastes apparaissant pendant ou directement après une exposition unique à une substance toxique. L'empoisonnement chronique ne devient évident qu'après le passage du temps, qui peut prendre des semaines, des mois, des années ou même des décennies. On dit que l'empoisonnement chronique se produit lorsque chacune de ces conditions est remplie : la victime doit avoir été soumise à de multiples expositions sur de longues périodes et à des quantités métaboliquement significatives d'un poison chronique.

                                                                                                                                                        Les brûlures chimiques, généralement rencontrées lorsque des liquides corrosifs sont renversés ou éclaboussés sur la peau ou dans les yeux, se produisent également lorsque ces tissus entrent en contact avec des solides corrosifs, dont la taille va des poussières pulvérulentes à des cristaux assez gros, ou avec des liquides corrosifs dispersés dans le l'air sous forme de brouillards ou avec des gaz corrosifs comme le chlorure d'hydrogène. Les bronches, les poumons, la langue, la gorge et l'épiglotte peuvent également être attaqués par des produits chimiques corrosifs à l'état gazeux, liquide ou solide. Bien entendu, des produits chimiques toxiques peuvent également être introduits dans le corps dans l'un de ces trois états physiques, ou sous forme de poussières ou de brouillards.

                                                                                                                                                        Blessures causées par des incendies ou des explosions. Les incendies et les explosions peuvent produire des brûlures thermiques. Certaines des blessures causées par les explosions leur sont cependant particulièrement caractéristiques; ce sont des blessures engendrées soit par la force de commotion de la détonation elle-même, soit par ses effets tels que des éclats de verre projetés dans l'air, provoquant la perte de doigts ou de membres dans le premier cas, ou des lacérations cutanées ou une perte de vision, dans le second.

                                                                                                                                                        Blessures de laboratoire provenant d'autres sources. Une troisième classe de lésions peut n'être causée ni par une attaque chimique ni par une combustion. Ils sont plutôt produits par un mélange de toutes les autres sources - mécaniques, électriques, sources lumineuses à haute énergie (ultraviolets et lasers), brûlures thermiques de surfaces chaudes, éclatement explosif soudain de récipients chimiques en verre à bouchon vissé à cause de l'accumulation inattendue de des pressions de gaz internes élevées et des lacérations causées par les bords tranchants et dentelés des tubes de verre nouvellement brisés. Parmi les sources les plus graves de blessures d'origine mécanique figurent les bouteilles de gaz à haute pression de grande taille qui basculent et tombent au sol. De tels épisodes peuvent blesser les jambes et les pieds ; de plus, en cas de rupture de la tige de la bouteille lors de la chute, la bouteille de gaz, propulsée par l'échappement rapide, massif et incontrôlé du gaz, devient un missile mortel et non dirigé, source potentielle de dommages plus importants et plus étendus.

                                                                                                                                                        Prévention des blessures

                                                                                                                                                        Sessions de sécurité et diffusion d'informations. La prévention des blessures, qui dépend de l'exécution des opérations de laboratoire d'une manière sûre et prudente, dépend, à son tour, de la formation des travailleurs de laboratoire à une méthodologie de laboratoire correcte. Bien qu'ils aient reçu une partie de cette formation au cours de leurs études de premier cycle et de cycles supérieurs, celle-ci doit être complétée et renforcée par des séances périodiques sur la sécurité en laboratoire. De telles sessions, qui devraient mettre l'accent sur la compréhension des bases physiques et biologiques d'une pratique de laboratoire sûre, permettront aux travailleurs de laboratoire de rejeter facilement les procédures douteuses et de sélectionner systématiquement des méthodes techniquement valables. Les sessions devraient également familiariser le personnel de laboratoire avec les types de données nécessaires pour concevoir des procédures sûres et avec les sources de ces informations.

                                                                                                                                                        Les travailleurs doivent également pouvoir accéder facilement, depuis leur poste de travail, aux informations techniques et de sécurité pertinentes. Ces documents devraient inclure des manuels de sécurité en laboratoire, des fiches d'information sur les produits chimiques et des informations toxicologiques et sur les risques d'incendie.

                                                                                                                                                        Prévention des intoxications et des brûlures chimiques. L'empoisonnement et les brûlures chimiques ont une caractéristique commune - les quatre mêmes sites d'entrée ou d'attaque : (1) la peau, (2) les yeux, (3) la bouche à l'estomac aux intestins et (4) le nez aux bronches aux poumons. La prévention consiste à rendre ces sites inaccessibles aux substances vénéneuses ou corrosives. Cela se fait en plaçant une ou plusieurs barrières physiques entre la personne à protéger et la substance dangereuse ou en s'assurant que l'air ambiant du laboratoire n'est pas contaminé. Les procédures qui utilisent ces méthodes comprennent le travail derrière un écran de sécurité ou l'utilisation d'une hotte aspirante, ou l'utilisation des deux méthodes. L'utilisation d'une boîte à gants offre bien entendu à elle seule une double protection. La minimisation des blessures, en cas de contamination des tissus, est obtenue en éliminant le contaminant toxique ou corrosif aussi rapidement et complètement que possible.

                                                                                                                                                        Prévention des intoxications aiguës et des brûlures chimiques par opposition à la prévention des intoxications chroniques. Bien que l'approche de base consistant à isoler la substance dangereuse de la personne à protéger soit la même pour prévenir les intoxications aiguës, les brûlures chimiques et les intoxications chroniques, son application doit être quelque peu différente pour prévenir les intoxications chroniques. Alors que l'empoisonnement aigu et les brûlures chimiques peuvent être assimilés à des agressions massives en temps de guerre, l'empoisonnement chronique a l'aspect d'un siège. Habituellement produits à des concentrations beaucoup plus faibles, exerçant leur influence par de multiples expositions sur de longues périodes, ses effets se font sentir progressivement et insidieusement par une action soutenue et subtile. Les mesures correctives consistent soit à détecter d'abord un produit chimique capable de provoquer une intoxication chronique avant l'apparition de tout symptôme physique, soit à reconnaître un ou plusieurs aspects de l'inconfort d'un travailleur de laboratoire comme pouvant être des symptômes physiques liés à une intoxication chronique. Si une intoxication chronique est suspectée, une attention médicale doit être recherchée rapidement. Lorsqu'un poison chronique est trouvé à une concentration dépassant le niveau autorisé, voire s'en approchant, des mesures doivent être prises pour éliminer cette substance ou, à tout le moins, pour réduire sa concentration à un niveau sûr. La protection contre les intoxications chroniques nécessite souvent l'utilisation d'un équipement de protection pendant toute ou une grande partie de la journée de travail ; cependant, pour des raisons de confort, l'utilisation d'une boîte à gants ou d'un appareil respiratoire autonome (ARA) n'est pas toujours envisageable.

                                                                                                                                                        Protection contre les empoisonnements ou les brûlures chimiques. La meilleure protection contre la contamination de la peau par un liquide corrosif éclaboussé particulier ou un solide toxique en suspension dans l'air est assurée par l'utilisation de gants de sécurité et d'un tablier de laboratoire en caoutchouc ou polymère naturel ou synthétique approprié. Le terme approprié ici est pris pour signifier un matériau qui n'est ni dissous, ni gonflé ni attaqué d'aucune autre manière par la substance contre laquelle il doit fournir une protection, ni qui ne doit être perméable à la substance. L'utilisation d'un écran de sécurité sur la paillasse de laboratoire interposé entre les appareils dans lesquels des produits chimiques sont chauffés, mis à réagir ou distillés et l'expérimentateur est une protection supplémentaire contre les brûlures chimiques et l'empoisonnement par contamination cutanée. Étant donné que la vitesse à laquelle un corrosif ou un poison est éliminé de la peau est un facteur critique pour prévenir ou minimiser les dommages que ces substances peuvent infliger, une douche de sécurité, idéalement située dans le laboratoire, est un équipement de sécurité indispensable.

                                                                                                                                                        Les yeux sont mieux protégés des éclaboussures de liquides par des lunettes de sécurité ou des écrans faciaux. Les contaminants en suspension dans l'air, en plus des gaz et des vapeurs, comprennent les solides et les liquides lorsqu'ils sont présents à l'état finement subdivisé sous forme de poussières ou de brouillards. Ceux-ci sont le plus efficacement gardés hors des yeux en effectuant des opérations dans une hotte ou une boîte à gants, bien que les lunettes offrent une certaine protection contre eux. Pour offrir une protection supplémentaire pendant l'utilisation de la cagoule, des lunettes de protection peuvent être portées. La présence de douches oculaires facilement accessibles dans le laboratoire éliminera souvent, et réduira certainement, au moins, les lésions oculaires dues à la contamination par des éclaboussures de produits corrosifs ou de poisons.

                                                                                                                                                        La voie de la bouche à l'estomac et aux intestins est généralement liée à un empoisonnement plutôt qu'à une attaque par des substances corrosives. Lorsque des matières toxiques sont ingérées, cela se produit généralement involontairement par la contamination chimique d'aliments ou de cosmétiques. Les sources d'une telle contamination sont les aliments stockés dans des réfrigérateurs avec des produits chimiques, les aliments et les boissons consommés en laboratoire, ou le rouge à lèvres conservé ou appliqué en laboratoire. La prévention de ce type d'empoisonnement se fait en évitant les pratiques connues pour en être la cause; cela n'est possible que lorsque des réfrigérateurs à utiliser exclusivement pour la nourriture et un espace de restauration à l'extérieur du laboratoire sont mis à disposition.

                                                                                                                                                        La voie du nez aux bronches aux poumons, ou voie respiratoire, des intoxications et des brûlures chimiques traite exclusivement des substances en suspension dans l'air, qu'il s'agisse de gaz, de vapeurs, de poussières ou de brouillards. Ces matériaux en suspension dans l'air peuvent être tenus à l'écart des systèmes respiratoires des personnes à l'intérieur et à l'extérieur du laboratoire par les pratiques simultanées consistant à : (1) confiner les opérations qui les utilisent ou les produisent dans la hotte (2) régler l'alimentation en air du laboratoire de sorte que le l'air est renouvelé 10 à 12 fois par heure et (3) maintenir la pression d'air du laboratoire négative par rapport à celle des couloirs et des pièces qui l'entourent. Les opérations produisant des fumées ou des poussières qui impliquent des appareils ou des récipients très volumineux de la taille d'un fût de 218 litres, qui sont trop grands pour être enfermés dans une hotte ordinaire, doivent être effectuées dans une hotte de plain-pied. En général, les respirateurs ou les SCBA ne doivent pas être utilisés pour des opérations de laboratoire autres que celles de nature urgente.

                                                                                                                                                        L'empoisonnement chronique au mercure, produit par l'inhalation de vapeurs de mercure, est parfois constaté dans les laboratoires. On le rencontre lorsqu'une flaque de mercure qui s'est accumulée dans un endroit caché - sous le plancher, dans des tiroirs ou un placard - a émis des vapeurs pendant une période suffisamment longue pour affecter la santé du personnel de laboratoire. Un bon entretien du laboratoire évitera ce problème. Si une source cachée de mercure est suspectée, l'air du laboratoire doit être vérifié pour le mercure soit à l'aide d'un détecteur spécial conçu à cet effet, soit en envoyant un échantillon d'air pour analyse.

                                                                                                                                                        Prévenir les incendies et les explosions et éteindre les incendies. La cause principale des incendies de laboratoire est l'inflammation accidentelle de liquides inflammables. Un liquide inflammable est défini, au sens de la sécurité incendie, comme étant un liquide ayant un point d'éclair inférieur à 36.7 °C. Les sources d'inflammation connues pour avoir causé ce type d'incendie de laboratoire comprennent les flammes nues, les surfaces chaudes, les étincelles électriques provenant des interrupteurs et des moteurs trouvés dans des équipements tels que les agitateurs, les réfrigérateurs de type domestique et les ventilateurs électriques, ainsi que les étincelles produites par l'électricité statique. Lorsque l'inflammation d'un liquide inflammable se produit, elle a lieu, non pas dans le liquide lui-même, mais au-dessus de lui, dans le mélange de ses vapeurs avec l'air (lorsque la concentration de vapeur tombe entre certaines limites supérieure et inférieure).

                                                                                                                                                        La prévention des incendies de laboratoire est accomplie en confinant complètement les vapeurs de produits inflammables dans les récipients dans lesquels les liquides sont conservés ou dans l'appareil dans lequel ils sont utilisés. S'il n'est pas possible de contenir complètement ces vapeurs, leur vitesse d'échappement doit être rendue aussi faible que possible et un flux d'air vigoureux continu doit être fourni pour les balayer, de manière à maintenir leur concentration à tout moment bien en dessous de la limite inférieure de concentration critique. Cela se fait à la fois lorsque des réactions impliquant un liquide inflammable sont exécutées dans une hotte et lorsque des fûts de produits inflammables sont stockés dans des armoires à solvant de sécurité ventilées vers un échappement.

                                                                                                                                                        Une pratique particulièrement dangereuse est le stockage de produits inflammables tels que l'éthanol dans un réfrigérateur de type domestique. Ces réfrigérateurs ne garderont pas les vapeurs de liquides inflammables stockés des étincelles de ses interrupteurs, moteurs et relais. Aucun contenant de produits inflammables ne doit jamais être placé dans ce type de réfrigérateur. Cela est particulièrement vrai pour les récipients ouverts et les plateaux contenant des liquides inflammables. Cependant, même des produits inflammables dans des bouteilles à bouchon vissé, conservées dans ce type de réfrigérateur, ont provoqué des explosions, vraisemblablement par des vapeurs s'échappant d'un joint défectueux ou par la rupture des bouteilles. Les liquides inflammables nécessitant une réfrigération doivent être conservés uniquement dans des réfrigérateurs antidéflagrants.

                                                                                                                                                        Une source importante d'incendies qui se produisent lorsque de grandes quantités de produits inflammables sont déversées ou siphonnées d'un fût à un autre sont les étincelles produites par l'accumulation de charge électrique produite par un fluide en mouvement. La génération d'étincelles de ce type peut être évitée en mettant à la terre électriquement les deux tambours.

                                                                                                                                                        La plupart des incendies de produits chimiques et de solvants qui se produisent dans le laboratoire et sont de taille gérable peuvent être éteints avec un extincteur à dioxyde de carbone ou à poudre chimique. Un ou plusieurs extincteurs de 4.5 kg de chaque type doivent être fournis à un laboratoire, selon sa taille. Certains types particuliers d'incendies nécessitent d'autres types d'agents extincteurs. De nombreux incendies de métaux sont éteints avec du sable ou du graphite. La combustion d'hydrures métalliques nécessite du graphite ou du calcaire en poudre.

                                                                                                                                                        Lorsque des vêtements sont incendiés en laboratoire, les flammes doivent être éteintes rapidement pour minimiser les blessures causées par les brûlures thermiques. Une couverture anti-feu enveloppante fixée au mur éteint efficacement ces incendies. Il peut être utilisé pour étouffer les flammes sans aide par la personne dont les vêtements sont en feu. Des douches de sécurité peuvent également être utilisées pour éteindre ces incendies.

                                                                                                                                                        Il existe des limites aux volumes totaux de liquides inflammables qui peuvent être conservés en toute sécurité dans un laboratoire particulier. Ces limites, généralement inscrites dans les codes d'incendie locaux, varient et dépendent des matériaux de construction du laboratoire et du fait qu'il est équipé ou non d'un système d'extinction automatique. Ils varient généralement d'environ 55 à 135 litres.

                                                                                                                                                        Le gaz naturel est souvent disponible à partir d'un certain nombre de vannes situées dans un laboratoire typique. Ce sont les sources les plus courantes de fuites de gaz, ainsi que les tubes en caoutchouc et les brûleurs qui en découlent. Ces fuites, lorsqu'elles ne sont pas détectées peu de temps après leur apparition, ont entraîné de graves explosions. Des détecteurs de gaz, conçus pour indiquer le niveau de concentration de gaz dans l'air, peuvent être utilisés pour localiser rapidement la source d'une telle fuite.

                                                                                                                                                        Prévention des blessures provenant de sources diverses. Les dommages causés par la chute de grandes bouteilles de gaz à haute pression, parmi les plus connus dans ce groupe d'accidents, sont facilement évités en attachant ou enchaînant solidement ces bouteilles à un mur ou à une paillasse de laboratoire et en mettant des bouchons de bouteille sur toutes les bouteilles inutilisées et vides.

                                                                                                                                                        La plupart des blessures causées par les bords dentelés des tubes de verre brisés sont dues à la rupture pendant que le tube est placé dans des bouchons en liège ou en caoutchouc. Ils sont évités en lubrifiant le tube avec du glycérol et en protégeant les mains avec des gants de travail en cuir.


                                                                                                                                                        Annexe A à 1910.1450—Recommandations du Conseil national de recherches concernant l'hygiène chimique dans les laboratoires (non obligatoires)

                                                                                                                                                        Les directives suivantes concernant la ventilation adéquate du laboratoire correspondent aux informations fournies dans la section C. L'installation du laboratoire ; 4. Ventilation - (a) Ventilation générale du laboratoire, annexe A de la norme de laboratoire OSHA de 1990, 29 CFR 1910.1450.

                                                                                                                                                        Arivée d'air

                                                                                                                                                        (a) Ventilation générale du laboratoire. Ce système doit : Fournir une source d'air pour la respiration et pour l'alimentation des dispositifs de ventilation locaux ; il ne faut pas s'y fier pour se protéger des substances toxiques rejetées dans le laboratoire ; s'assurer que l'air du laboratoire est continuellement remplacé, empêchant l'augmentation des concentrations de substances toxiques dans l'air pendant la journée de travail ; diriger le flux d'air vers le laboratoire depuis les zones hors laboratoire et vers l'extérieur du bâtiment.

                                                                                                                                                        (b) Cagoules. Une hotte de laboratoire avec 2.5 pieds linéaires (76 cm) d'espace de hotte par personne doit être fournie pour 2 travailleurs s'ils passent la majeure partie de leur temps à travailler avec des produits chimiques ; chaque hotte doit être équipée d'un dispositif de surveillance continue pour permettre une confirmation pratique des performances adéquates de la hotte avant utilisation. Si cela n'est pas possible, il faut éviter de travailler avec des substances de toxicité inconnue ou prévoir d'autres types de dispositifs de ventilation locaux.

                                                                                                                                                        (c) Autres dispositifs de ventilation locaux. Des armoires de rangement ventilées, des hottes à baldaquin, des tubas, etc. doivent être fournis au besoin. Chaque hotte à baldaquin et chaque tuba doivent avoir un conduit d'évacuation séparé.

                                                                                                                                                        d) Zones de ventilation spéciales. L'air d'échappement des boîtes à gants et des chambres d'isolement doit passer par des épurateurs ou un autre traitement avant d'être rejeté dans le système d'échappement régulier. Les chambres froides et les chambres chaudes doivent disposer de dispositifs d'évacuation rapide et d'évacuation en cas de panne électrique.

                                                                                                                                                        (e) Modifications. Toute modification du système de ventilation ne doit être effectuée que si des tests approfondis indiquent que la protection des travailleurs contre les substances toxiques en suspension dans l'air continuera d'être adéquate.

                                                                                                                                                        (f) Performances. Taux : 4 à 12 changements d'air ambiant/heure constituent normalement une ventilation générale adéquate si des systèmes d'évacuation locaux tels que des hottes sont utilisés comme principale méthode de contrôle.

                                                                                                                                                        (g) Qualité. Le flux d'air général ne doit pas être turbulent et doit être relativement uniforme dans tout le laboratoire, sans zones à haute vitesse ou statiques ; le flux d'air dans et à l'intérieur de la hotte ne doit pas être excessivement turbulent ; la vitesse frontale de la hotte doit être adéquate (typiquement 60-100 lf/min) (152-254 cm/min).

                                                                                                                                                        (h) Évaluation. La qualité et la quantité de la ventilation doivent être évaluées lors de l'installation, contrôlées régulièrement (au moins tous les 3 mois) et réévaluées à chaque modification de la ventilation locale.


                                                                                                                                                        Matériaux incompatibles

                                                                                                                                                        Les matières incompatibles sont une paire de substances qui, au contact ou au mélange, produisent un effet nocif ou potentiellement nocif. Les deux membres d'une paire incompatible peuvent être soit une paire de produits chimiques, soit un produit chimique et un matériau de construction tel que le bois ou l'acier. Le mélange ou le contact de deux matériaux incompatibles conduit soit à une réaction chimique, soit à une interaction physique qui génère une grande quantité d'énergie. Les effets nocifs ou potentiellement nocifs spécifiques de ces combinaisons, qui peuvent finalement entraîner des blessures graves ou des dommages pour la santé, comprennent la libération de grandes quantités de chaleur, des incendies, des explosions, la production d'un gaz inflammable ou la génération d'un gaz toxique. Étant donné qu'une variété assez étendue de substances se trouve généralement dans les laboratoires, la présence de substances incompatibles dans celles-ci est assez courante et présente une menace pour la vie et la santé si elles ne sont pas manipulées correctement.

                                                                                                                                                        Les matériaux incompatibles sont rarement mélangés intentionnellement. Le plus souvent, leur mélange est le résultat d'une rupture accidentelle simultanée de deux conteneurs adjacents. Parfois, c'est l'effet d'une fuite ou d'un égouttement, ou résulte du mélange de gaz ou de vapeurs provenant de bouteilles à proximité. Bien que dans de nombreux cas où une paire d'incompatibles est mélangée, l'effet nocif est facilement observé, dans au moins un cas, un poison chronique difficilement détectable se forme. Cela se produit à la suite de la réaction du formaldéhyde gazeux à partir de formol à 37% avec du chlorure d'hydrogène qui s'est échappé de l'acide chlorhydrique concentré pour former le puissant bis(chlorométhyl)éther cancérigène. D'autres exemples d'effets non immédiatement détectables sont la génération de gaz inodores et inflammables.

                                                                                                                                                        Empêcher les matières incompatibles de se mélanger en cassant simultanément des conteneurs adjacents ou en évacuant les vapeurs des bouteilles voisines est simple : les conteneurs sont éloignés les uns des autres. La paire incompatible, cependant, doit d'abord être identifiée; toutes ces identifications ne sont pas simples ou évidentes. Pour minimiser la possibilité d'oublier une paire incompatible, un recueil d'incompatibles doit être consulté et scanné occasionnellement pour se familiariser avec des exemples moins familiers. Empêcher un produit chimique d'entrer en contact avec un matériau de rayonnage incompatible, par égouttement ou par rupture de bouteille, se fait en conservant la bouteille dans un plateau en verre d'une capacité suffisante pour contenir tout son contenu.

                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                        Noir

                                                                                                                                                        Les professionnels de la santé au travail se sont généralement appuyés sur la hiérarchie suivante des techniques de contrôle pour éliminer ou minimiser les expositions des travailleurs : substitution, isolement, ventilation, pratiques de travail, vêtements et équipements de protection individuelle. Habituellement, une combinaison de deux ou plusieurs de ces techniques est appliquée. Bien que cet article se concentre principalement sur l'application des techniques de ventilation, les autres approches sont brièvement discutées. Ils ne doivent pas être ignorés lors d'une tentative de contrôle de l'exposition aux produits chimiques par ventilation.

                                                                                                                                                        Le professionnel de la santé au travail doit toujours penser à la notion de source-voie-récepteur. L'accent principal doit être mis sur le contrôle à la source, le contrôle du chemin étant le deuxième objectif. Le contrôle au niveau du récepteur doit être considéré comme le dernier choix. Que ce soit lors des phases de démarrage ou de conception d'un procédé ou lors de l'évaluation d'un procédé existant, la procédure de contrôle de l'exposition aux contaminants de l'air doit commencer à la source et progresser jusqu'au récepteur. Il est probable que la totalité ou la plupart de ces stratégies de contrôle devront être utilisées.

                                                                                                                                                        Substitution

                                                                                                                                                        Le principe de substitution est d'éliminer ou de réduire le danger en substituant des matériaux non toxiques ou moins toxiques ou en reconcevant le processus pour éliminer la fuite de contaminants sur le lieu de travail. Idéalement, les produits chimiques de substitution seraient non toxiques ou la refonte du processus éliminerait complètement l'exposition. Cependant, comme cela n'est pas toujours possible, les contrôles suivants dans la hiérarchie de contrôles ci-dessus sont tentés.

                                                                                                                                                        Notez que des précautions extrêmes doivent être prises pour s'assurer que la substitution n'entraîne pas une condition plus dangereuse. Bien que l'accent soit mis sur le risque de toxicité, la réactivité inflammable et chimique des substituts doit également être prise en compte lors de l'évaluation de ce risque.

                                                                                                                                                        Isolement

                                                                                                                                                        Le principe de l'isolement est d'éliminer ou de réduire le danger en séparant le processus émettant le contaminant du travailleur. Ceci est accompli en enfermant complètement le processus ou en le plaçant à une distance de sécurité des personnes. Cependant, pour ce faire, le procédé peut devoir être actionné et/ou contrôlé à distance. L'isolement est particulièrement utile pour les travaux nécessitant peu de travailleurs et lorsque le contrôle par d'autres méthodes est difficile. Une autre approche consiste à effectuer des opérations dangereuses en dehors des quarts de travail où moins de travailleurs peuvent être exposés. Parfois, l'utilisation de cette technique n'élimine pas l'exposition mais réduit le nombre de personnes exposées.

                                                                                                                                                        Ventilation

                                                                                                                                                        Deux types de ventilation par aspiration sont couramment utilisés pour minimiser les niveaux d'exposition aux contaminants en suspension dans l'air. La première est appelée ventilation générale ou par dilution. Le second est appelé contrôle à la source ou ventilation par aspiration locale (LEV) et est discuté plus en détail plus loin dans cet article.

                                                                                                                                                        Ces deux types de ventilation par aspiration ne doivent pas être confondus avec la ventilation de confort, dont le but principal est de fournir des quantités mesurées d'air extérieur pour la respiration et de maintenir la température et l'humidité de conception. Divers types de ventilation sont abordés ailleurs dans ce Encyclopédie.

                                                                                                                                                        Pratiques de travail

                                                                                                                                                        Le contrôle des pratiques de travail englobe les méthodes employées par les travailleurs pour effectuer les opérations et la mesure dans laquelle ils suivent les procédures correctes. Des exemples de cette procédure de contrôle sont donnés tout au long de ce Encyclopédie chaque fois que des processus généraux ou spécifiques sont discutés. Les concepts généraux tels que l'éducation et la formation, les principes de gestion et les systèmes de soutien social incluent des discussions sur l'importance des pratiques de travail dans le contrôle des expositions.

                                                                                                                                                        Équipement de protection individuelle (EPI) et produits de sécurité au travail

                                                                                                                                                        L'équipement de protection individuelle (EPI) est considéré comme la dernière ligne de défense pour le contrôle de l'exposition des travailleurs. Elle englobe l'utilisation d'une protection respiratoire et de vêtements de protection. Il est fréquemment utilisé en conjonction avec d'autres pratiques de contrôle, en particulier pour minimiser les effets de rejets imprévus ou d'accidents. Ces questions sont traitées plus en détail dans le chapitre Protection personnelle.

                                                                                                                                                        Ventilation par aspiration locale

                                                                                                                                                        La forme la plus efficace et la plus rentable de contrôle des contaminants est la LEV. Cela implique la capture du contaminant chimique à sa source de génération. Il existe trois types de systèmes LEV :

                                                                                                                                                        1. enceintes
                                                                                                                                                        2. hottes extérieures
                                                                                                                                                        3. hottes de réception.

                                                                                                                                                        Les enceintes sont le type de hotte préférable. Les enceintes sont principalement conçues pour contenir les matériaux générés à l'intérieur de l'enceinte. Plus l'enceinte est complète, plus le contaminant sera entièrement contenu. Les enceintes complètes sont celles qui n'ont pas d'ouvertures. Des exemples d'enceintes complètes comprennent les boîtes à gants, les cabines de sablage et les armoires de stockage de gaz toxiques (voir figure 1, figure 2 et figure 3). Les enceintes partielles ont un ou plusieurs côtés ouverts mais la source est toujours à l'intérieur de l'enceinte. Des exemples d'enceintes partielles sont une cabine de peinture au pistolet (voir figure 4) et une hotte de laboratoire. Souvent, il peut sembler que la conception des enceintes relève davantage de l'art que de la science. Le principe de base est de concevoir une hotte avec la plus petite ouverture possible. Le volume d'air requis est généralement basé sur la surface de toutes les ouvertures et sur le maintien d'une vitesse d'écoulement d'air dans l'ouverture de 0.25 à 1.0 m/s. La vitesse de contrôle choisie dépendra des caractéristiques de l'opération, y compris la température et le degré auquel le contaminant est propulsé ou généré. Pour les enceintes complexes, une extrême prudence doit être prise pour s'assurer que le flux d'échappement est uniformément réparti dans toute l'enceinte, en particulier si les ouvertures sont réparties. De nombreux modèles d'enceintes sont évalués expérimentalement et, s'ils s'avèrent efficaces, sont inclus sous forme de plaques de conception dans le manuel de ventilation industrielle de l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH 1992).

                                                                                                                                                        Figure 1. Enceinte complète : Boîte à gants

                                                                                                                                                        CHE045F2

                                                                                                                                                        Louis Di Bernardinis

                                                                                                                                                        Figure 2. Enceinte complète : Armoire de stockage des gaz toxiques

                                                                                                                                                        CHE045F3

                                                                                                                                                        Louis Di Bernardinis

                                                                                                                                                        Figure 3. Enceinte complète : cabine de sablage

                                                                                                                                                        CHE045F4

                                                                                                                                                        Michel McCann

                                                                                                                                                        Figure 4. Enceinte partielle : Cabine de peinture au pistolet

                                                                                                                                                        CHE045F5

                                                                                                                                                        Louis Di Bernardinis

                                                                                                                                                        Souvent, l'enceinte totale de la source n'est pas possible, ou n'est pas nécessaire. Dans ces cas, une autre forme d'évacuation locale, une hotte extérieure ou de captage, peut être utilisée. Une hotte extérieure empêche la libération de matières toxiques sur le lieu de travail en les capturant ou en les entraînant au niveau ou à proximité de la source de production, généralement un poste de travail ou une opération de traitement. Un volume d'air considérablement inférieur est généralement requis par rapport à l'enceinte partielle. Cependant, étant donné que le contaminant est généré à l'extérieur de la hotte, celle-ci doit être conçue et utilisée correctement afin d'être aussi efficace qu'une enceinte partielle. Le contrôle le plus efficace est une enceinte complète.

                                                                                                                                                        Pour fonctionner efficacement, l'entrée d'air d'une hotte extérieure doit être de conception géométrique appropriée et placée près du point de rejet chimique. La distance dépendra de la taille et de la forme de la hotte et de la vitesse de l'air nécessaire à la source de génération pour capturer le contaminant et l'amener dans la hotte. Généralement, plus la source de production est proche, mieux c'est. Les vitesses de conception de face ou de fente sont généralement comprises entre 0.25 et 1.0 et entre 5.0 et 10.0 m/s, respectivement. De nombreuses directives de conception existent pour cette classe de hottes aspirantes dans le chapitre 3 du manuel de l'ACGIH (ACGIH 1992) ou dans Burgess, Ellenbecker et Treitman (1989). Deux types de hottes extérieures qui trouvent une application fréquente sont les hottes « à auvent » et les hottes « à fente ».

                                                                                                                                                        Les hottes à auvent sont principalement utilisées pour la capture des gaz, des vapeurs et des aérosols libérés dans une direction avec une vitesse qui peut être utilisée pour faciliter la capture. Celles-ci sont parfois appelées hottes «réceptrices». Ce type de hotte est généralement utilisé lorsque le procédé à contrôler est à des températures élevées, pour profiter du courant ascendant thermique, ou lorsque les émissions sont dirigées vers le haut par le procédé. Des exemples d'opérations qui peuvent être contrôlées de cette manière comprennent des fours de séchage, des fours de fusion et des autoclaves. De nombreux fabricants d'équipements recommandent des configurations de hottes de capture spécifiques adaptées à leurs unités. Ils doivent être consultés pour obtenir des conseils. Des directives de conception sont également fournies dans le manuel de l'ACGIH, chapitre 3 (ACGIH 1992). Par exemple, pour un autoclave ou un four où la distance entre la hotte et la source chaude ne dépasse pas environ le diamètre de la source ou 1 m, selon la valeur la plus petite, la hotte peut être considérée comme une hotte à baldaquin bas. Dans de telles conditions, le diamètre ou la section de la colonne d'air chaud sera approximativement le même que celui de la source. Le diamètre ou les dimensions latérales de la hotte ne doivent donc être que de 0.3 m plus grands que la source.

                                                                                                                                                        Le débit total pour une hotte circulaire à auvent bas est

                                                                                                                                                        Qt= 4.7 (Df)2.33 (Dt)0.42

                                                                                                                                                        où:

                                                                                                                                                        Qt = débit d'air total de la hotte en pieds cubes par minute, pi3/ Min

                                                                                                                                                        Df = diamètre de la hotte, pi

                                                                                                                                                        Dt = différence entre la température de la source de la hotte et la température ambiante, °F.

                                                                                                                                                        Des relations similaires existent pour les hottes rectangulaires et les hottes à auvent élevé. Un exemple de hotte à auvent peut être vu dans la figure 5.

                                                                                                                                                        Figure 5. Hotte à auvent : Échappement du four

                                                                                                                                                        CHE045F6

                                                                                                                                                        Louis Di Bernardinis

                                                                                                                                                        Les hottes à fentes sont utilisées pour le contrôle des opérations qui ne peuvent pas être effectuées à l'intérieur d'une hotte de confinement ou sous une hotte à auvent. Les opérations typiques comprennent le remplissage de fûts, la galvanoplastie, le soudage et le dégraissage. Des exemples sont présentés dans la figure 6 et la figure 7.

                                                                                                                                                        Figure 6. Capot extérieur : soudure

                                                                                                                                                        CHE045F7

                                                                                                                                                        Michel McCann

                                                                                                                                                        Figure 7. Hotte extérieure : Remplissage du baril

                                                                                                                                                        CHE045F8

                                                                                                                                                        Louis Di Bernardinis

                                                                                                                                                        Le débit requis peut être calculé à partir d'une série d'équations déterminées empiriquement par la taille et la forme de la hotte et la distance de la hotte à la source. Par exemple, pour une hotte à fente à bride, le débit est déterminé par

                                                                                                                                                        Q = 0.0743LVX

                                                                                                                                                        où:

                                                                                                                                                        Q = débit d'air total de la hotte, m3/ Min

                                                                                                                                                        L = la longueur de la fente, m

                                                                                                                                                        V = la vitesse nécessaire à la source pour la capter, m/min

                                                                                                                                                        X = distance de la source à la fente, m.

                                                                                                                                                        La vitesse nécessaire à la source est parfois appelée « vitesse de capture » et se situe généralement entre 0.25 et 2.5 m/s. Des directives pour sélectionner une vitesse de capture appropriée sont fournies dans le manuel de l'ACGIH. Pour les zones avec des courants d'air croisés excessifs ou pour les matériaux à haute toxicité, l'extrémité supérieure de la plage doit être sélectionnée. Pour les particules, des vitesses de capture plus élevées seront nécessaires.

                                                                                                                                                        Certaines hottes peuvent être une combinaison de hottes d'enceinte, extérieures et de réception. Par exemple, la cabine de peinture au pistolet représentée sur la figure 4 est une enceinte partielle qui est également une hotte de réception. Il est conçu pour fournir une capture efficace des particules générées en utilisant la quantité de mouvement des particules créée par la meule rotative dans la direction du capot.

                                                                                                                                                        Il faut faire preuve de prudence lors de la sélection et de la conception des systèmes d'évacuation locaux. Les considérations doivent inclure (1) la capacité d'enfermer l'opération, (2) les caractéristiques de la source (c. 3) toxicité et inflammabilité des contaminants.

                                                                                                                                                        Une fois la hotte installée, un programme de surveillance et d'entretien de routine des systèmes doit être mis en œuvre pour assurer son efficacité dans la prévention de l'exposition des travailleurs (OSHA 1993). La surveillance de la hotte chimique de laboratoire standard s'est normalisée depuis les années 1970. Cependant, il n'existe pas de procédure normalisée de ce type pour d'autres formes d'évacuation locale ; par conséquent, l'utilisateur doit concevoir sa propre procédure. Le plus efficace serait un contrôleur de débit continu. Cela pourrait être aussi simple qu'un manomètre magnétique ou à eau mesurant la pression statique au niveau de la hotte (ANSI/AIHA 1993). La pression statique requise de la hotte (cm d'eau) sera connue à partir des calculs de conception, et des mesures de débit peuvent être effectuées au moment de l'installation pour les vérifier. Qu'un moniteur de débit continu soit présent ou non, il devrait y avoir une évaluation périodique des performances de la hotte. Cela peut être fait avec de la fumée au niveau de la hotte pour visualiser la capture et en mesurant le débit total dans le système et en le comparant au débit de conception. Pour les enceintes, il est généralement avantageux de mesurer la vitesse frontale à travers les ouvertures.

                                                                                                                                                        Le personnel doit également être formé à l'utilisation correcte de ces types de hottes, en particulier lorsque la distance entre la source et la hotte peut être facilement modifiée par l'utilisateur.

                                                                                                                                                        Si les systèmes d'évacuation locale sont conçus, installés et utilisés correctement, ils peuvent être un moyen efficace et économique de contrôler les expositions toxiques.

                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                        Noir

                                                                                                                                                        GESTIS, le système d'information sur les substances dangereuses de la association commerciale (BG, assureurs accidents légaux) en Allemagne, est présenté ici comme une étude de cas d'un système d'information intégré pour la prévention des risques liés aux substances et produits chimiques sur le lieu de travail.

                                                                                                                                                        Avec la promulgation et l'application de la réglementation sur les substances dangereuses en Allemagne au milieu des années 1980, la demande de données et d'informations sur les substances dangereuses a considérablement augmenté. Cette demande devait être satisfaite directement par le BG dans le cadre de ses activités de conseil industriel et de contrôle.

                                                                                                                                                        Les spécialistes, y compris les personnes travaillant avec les services d'inspection technique du BG, les ingénieurs de la sécurité au travail, les médecins du travail et ceux coopérant avec des groupes d'experts, ont besoin de données de santé spécifiques. Cependant, les informations concernant les risques chimiques et les mesures de sécurité nécessaires ne sont pas moins importantes pour le profane travaillant avec des produits dangereux. Dans l'usine, c'est l'efficacité des règles de protection du travail qui compte finalement ; il est donc essentiel que les informations pertinentes soient facilement accessibles au propriétaire de l'usine, au personnel de sécurité, aux travailleurs et, le cas échéant, aux comités de travail.

                                                                                                                                                        C'est dans ce contexte que GESTIS a été créé en 1987. Les institutions individuelles de BG avaient maintenu des bases de données pour la plupart pendant plus de 20 ans. Dans le cadre de GESTIS, ces bases de données ont été regroupées et complétées par de nouveaux éléments, dont une base de données « factuelles » sur les substances et produits, et des systèmes d'information spécifiques à des branches d'activité particulières. GESTIS est organisé sur une base centrale et périphérique, avec des données complètes pour et sur l'industrie en Allemagne. Il est organisé et classé selon les branches d'activité.

                                                                                                                                                        GESTIS se compose de quatre bases de données centrales situées au centre de l'Association Berufsgenossenschaften et de son Institut pour la sécurité au travail (BIA), ainsi que de systèmes d'information et de documentation périphériques spécifiques à la branche sur la surveillance de la médecine du travail et d'interfaces avec des bases de données externes.

                                                                                                                                                        Les groupes cibles des informations sur les substances dangereuses, tels que les ingénieurs de sécurité et les médecins du travail, ont besoin de différents formulaires et de données spécifiques pour leur travail. La forme des informations destinées aux employés doit être compréhensible et liée à la manipulation spécifique des substances. Les inspecteurs techniques peuvent exiger d'autres informations. Enfin, le grand public a un droit et un intérêt à l'information sur la santé au travail, y compris l'identification et le statut de risques particuliers et l'incidence des maladies professionnelles.

                                                                                                                                                        GESTIS doit être en mesure de répondre aux besoins d'information des différents groupes cibles en fournissant une information précise centrée sur la pratique.

                                                                                                                                                        Quelles données et informations sont nécessaires ?

                                                                                                                                                        Informations de base sur les substances et les produits

                                                                                                                                                        Les faits concrets doivent être le fondement principal. Il s'agit essentiellement de faits concernant des substances chimiques pures, basés sur des connaissances scientifiques et des exigences légales. L'étendue des sujets et des informations des fiches de données de sécurité, telle que définie par exemple par l'Union européenne dans la directive UE 91/155/CEE, correspond aux exigences de la protection du travail en usine et fournit un cadre approprié.

                                                                                                                                                        Ces données se trouvent dans la base de données centrale GESTIS sur les substances et les produits (ZeSP), une base de données en ligne établie depuis 1987, avec un accent sur les substances et en coopération avec les services gouvernementaux d'inspection du travail (c'est-à-dire les bases de données sur les substances dangereuses des États). Les faits correspondants sur les produits (mélanges) sont établis uniquement sur la base de données valides sur les substances. Dans la pratique, un gros problème existe parce que les producteurs de fiches de données de sécurité n'identifient souvent pas les substances pertinentes dans les préparations. La directive européenne susmentionnée prévoit des améliorations dans les fiches de données de sécurité et exige des données plus précises sur la liste des composants (en fonction des niveaux de concentration).

                                                                                                                                                        La constitution de fiches de données de sécurité au sein de GESTIS est indispensable pour croiser les données producteurs avec des données substances indépendantes des producteurs. Ce résultat se traduit à la fois par les activités d'enregistrement spécifiques à la branche du BG et par un projet en coopération avec les producteurs, qui veillent à ce que les fiches de données de sécurité soient disponibles, à jour et en grande partie sous forme informatique (voir figure 1) dans la base de données ISI (Fiches de données de sécurité du système d'information).

                                                                                                                                                        Figure 1.Centre de collecte et d'information pour les fiches de données de sécurité - structure de base

                                                                                                                                                        CHE70F2A

                                                                                                                                                        Étant donné que les fiches de données de sécurité ne tiennent souvent pas suffisamment compte de l'utilisation spéciale d'un produit, les spécialistes des branches industrielles compilent des informations sur les groupes de produits (par exemple, les lubrifiants réfrigérants pour la protection du travail pratique en usine) à partir des informations des fabricants et des données sur les substances. Les groupes de produits sont définis en fonction de leur utilisation et de leur potentiel de risque chimique. Les informations mises à disposition sur les groupes de produits sont indépendantes des données fournies par les producteurs sur la composition des produits individuels car elles sont basées sur des formules générales de composition. Ainsi, l'utilisateur a accès à une source d'information indépendante complémentaire à la fiche de données de sécurité.

                                                                                                                                                        Une caractéristique de ZeSP est la fourniture d'informations sur la manipulation en toute sécurité des substances dangereuses sur le lieu de travail, y compris les mesures d'urgence et de prévention spécifiques. En outre, ZeSP contient des informations complètes sur la médecine du travail sous une forme détaillée, compréhensible et liée à la pratique (Engelhard et al. 1994).

                                                                                                                                                        En plus des informations axées sur la pratique décrites ci-dessus, d'autres données sont nécessaires en rapport avec groupes d'experts nationaux et internationaux afin d'entreprendre des évaluations des risques pour les substances chimiques (par exemple, le règlement de l'UE sur les produits chimiques existants).

                                                                                                                                                        Pour l'évaluation des risques, des données sont requises pour la manipulation des substances dangereuses, y compris (1) la catégorie d'utilisation des substances ou des produits ; (2) les quantités utilisées dans la production et la manutention, et le nombre de personnes travaillant avec ou exposées à la substance ou au produit dangereux; et (3) les données d'exposition. Ces données peuvent être obtenues à partir des registres des substances dangereuses au niveau de l'usine, qui sont obligatoires en vertu de la législation européenne sur les substances dangereuses, pour être regroupées à un niveau supérieur pour former des registres sectoriels ou généraux du commerce. Ces registres deviennent de plus en plus indispensables pour fournir le bagage nécessaire aux décideurs politiques.

                                                                                                                                                        Données d'exposition

                                                                                                                                                        Les données d'exposition (c'est-à-dire les valeurs de mesure des concentrations de substances dangereuses) sont obtenues par l'intermédiaire du BG dans le cadre du système de mesure BG pour les substances dangereuses (BGMG 1993), pour effectuer des mesures de conformité au regard des valeurs seuils sur le lieu de travail. Leur documentation est nécessaire pour tenir compte du niveau technologique lors de l'établissement des valeurs seuils et pour les analyses de risques (par exemple, en lien avec la détermination des risques dans les substances existantes), pour les études épidémiologiques et pour l'évaluation des maladies professionnelles.

                                                                                                                                                        Les valeurs de mesure déterminées dans le cadre de la surveillance du poste de travail sont donc documentées dans la documentation des données de mesure sur les substances dangereuses sur le lieu de travail (DOK-MEGA). Depuis 1972, plus de 800,000 30,000 valeurs de mesure sont devenues disponibles auprès de plus de 60,000 2 entreprises. À l'heure actuelle, environ XNUMX XNUMX de ces valeurs sont ajoutées chaque année. Les caractéristiques particulières du BGMG comprennent un système d'assurance qualité, des composantes d'éducation et de formation, des procédures normalisées d'échantillonnage et d'analyse, une stratégie de mesure harmonisée sur une base légale et des outils soutenus par le traitement des données pour la collecte d'informations, l'assurance qualité et l'évaluation (figure XNUMX).

                                                                                                                                                        Figure 2. Système de mesure du BG pour les substances dangereuses (BGMG) — coopération entre le BIA et le BG.

                                                                                                                                                        CHE70F3A

                                                                                                                                                        Les valeurs de mesure de l'exposition doivent être représentatives, reproductibles et compatibles. Les données d'exposition issues de la surveillance du lieu de travail au sein du BGMG sont considérées strictement comme « représentatives » de la situation de chaque usine, car la sélection des sites de mesure est effectuée selon des critères techniques dans des cas individuels, et non selon des critères statistiques. La question de la représentativité se pose toutefois lorsqu'il s'agit de regrouper statistiquement des valeurs de mesure pour le même poste de travail ou un poste de travail similaire, voire pour des branches entières de l'industrie. Les données de mesure déterminées dans le cadre de l'activité de surveillance donnent généralement des valeurs moyennes plus élevées que les données initialement collectées pour obtenir un échantillon représentatif d'une branche d'activité.

                                                                                                                                                        Pour chaque mesure, un enregistrement et une documentation différenciés des paramètres d'usine, de processus et d'échantillonnage pertinents sont nécessaires afin que les valeurs mesurées puissent être combinées d'une manière statistiquement raisonnable, et évaluées et interprétées d'une manière techniquement adéquate.

                                                                                                                                                        Dans DOK-MEGA, cet objectif est atteint sur les bases suivantes d'enregistrement et de documentation des données :

                                                                                                                                                          • une stratégie de mesure standardisée selon les Règles Techniques des Substances Dangereuses (TRGS), avec documentation des prélèvements et durée d'exposition notamment
                                                                                                                                                          • procédures d'échantillonnage, de mesure et d'analyse comparables et fiables
                                                                                                                                                          • classification des valeurs de mesure selon la zone industrielle, le processus de travail ou le lieu de travail, et également selon les activités sous forme systématisée et codée (répertoires de codes GESTIS)
                                                                                                                                                          • documentation des conditions environnementales spécifiques au processus ou au lieu de travail (par exemple, ventilation par aspiration locale) et des substances chimiques utilisées (par exemple, type d'électrodes en soudage).

                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                La BIA utilise son expérience avec DOK-MEGA dans un projet de recherche de l'UE avec des représentants d'autres bases de données d'exposition nationales dans le but d'améliorer la comparabilité des résultats d'exposition et de mesure. En particulier, une tentative est faite ici pour définir les informations de base comme base de comparabilité et pour développer un « protocole » pour la documentation des données.

                                                                                                                                                                Données de santé

                                                                                                                                                                En plus des faits sur les substances et produits chimiques et sur les résultats des mesures d'exposition, des informations sont nécessaires sur les effets sur la santé de l'exposition réelle à des substances dangereuses sur le lieu de travail. Des conclusions adéquates concernant la sécurité au travail au niveau de l'entreprise et au-delà ne peuvent être tirées que d'une vue d'ensemble du potentiel de risque, du risque réel et des effets.

                                                                                                                                                                Une autre composante de GESTIS est donc la documentation des maladies professionnelles (BK-DOK), dans laquelle tous les cas de maladies professionnelles déclarés depuis 1975 ont été enregistrés.

                                                                                                                                                                La détermination et l'enregistrement clairs et corrects des substances et produits pertinents associés à chaque cas sont essentiels à la documentation des maladies professionnelles dans le domaine des substances dangereuses. En règle générale, la détermination prend beaucoup de temps, mais l'acquisition de connaissances pour la prévention est impossible sans l'identification précise des substances et des produits. Ainsi, pour les maladies respiratoires et cutanées, qui présentent un besoin particulier de mieux comprendre les agents causals possibles, un effort particulier doit être fait pour enregistrer aussi précisément que possible les informations sur l'utilisation des substances et des produits.

                                                                                                                                                                Données de la littérature

                                                                                                                                                                Le quatrième élément proposé pour GESTIS consistait en des informations contextuelles mises à disposition sous la forme de documents bibliographiques, afin que les faits de base puissent être jugés de manière appropriée sur la base des connaissances actuelles et que des conclusions puissent être tirées. A cet effet, une interface a été développée avec la base de données bibliographiques (ZIGUV-DOK), avec un total de 50,000 8,000 références à ce jour, dont XNUMX XNUMX au sujet des substances dangereuses.

                                                                                                                                                                Liaison et préparation des données axée sur les problèmes

                                                                                                                                                                Liaison d'informations

                                                                                                                                                                Les composants de GESTIS décrits ci-dessus ne peuvent être isolés si un tel système doit être utilisé efficacement. Ils nécessitent des possibilités de couplage appropriées, par exemple entre les données d'exposition et les cas de maladies professionnelles. Cette articulation permet la création d'un véritable système d'information intégré. Le lien se produit grâce aux informations de base disponibles, codées dans le système de codage normalisé GESTIS (voir tableau 1).

                                                                                                                                                                Tableau 1. Système de code GESTIS standardisé

                                                                                                                                                                Objet Individuelle Réservation de groupe
                                                                                                                                                                  Code Code
                                                                                                                                                                Substance, produit ZVG numéro d'attribution central (BG) SGS/PGS, code de groupe de substances/produits (BG)
                                                                                                                                                                En milieu de travail Domaine d'activité IBA de l'usine individuelle (BG) Domaine d'activité AB (BIA)
                                                                                                                                                                Personne exposée   Activité (BIA, sur la base de la liste systématique des professions de l'Office fédéral de la statistique)

                                                                                                                                                                Les origines des codes apparaissent entre parenthèses.

                                                                                                                                                                Avec l'aide du code GESTIS, les deux éléments d'information individuels peuvent être liés les uns aux autres (par exemple, des données de mesure d'un lieu de travail particulier avec un cas de maladie professionnelle qui s'est produit sur le même lieu de travail ou un lieu de travail similaire) et statistiquement condensés, "typés" des informations (par exemple, les maladies liées à des processus de travail particuliers avec des données d'exposition moyenne) peuvent être obtenues. En cas de couplages individuels de données (par exemple, en utilisant le numéro d'assurance pension), les lois sur la protection des données doivent bien entendu être strictement respectées.

                                                                                                                                                                Il est donc clair que seul un système de codage systématique est capable de répondre à ces exigences de couplage au sein du système d'information. Cependant, il faut également attirer l'attention sur la possibilité d'établir des liens entre divers systèmes d'information et au-delà des frontières nationales. Ces possibilités de couplage et de comparaison dépendent de manière cruciale de l'utilisation de normes de codage unifiées au niveau international, si nécessaire en plus des normes nationales.

                                                                                                                                                                Préparation d'informations axées sur les problèmes et sur l'utilisation

                                                                                                                                                                La structure de GESTIS a en son centre les bases de données factuelles sur les substances et produits, les expositions, les maladies professionnelles et la littérature, données compilées tant par les spécialistes actifs au centre que par les activités périphériques du BG. Pour l'application et l'utilisation des données, il est nécessaire d'atteindre les utilisateurs, de manière centralisée par la publication dans des revues pertinentes (par exemple, sur le sujet de l'incidence des maladies professionnelles), mais aussi spécifiquement par les activités de conseil du BG auprès de leurs membres entreprises.

                                                                                                                                                                Pour l'utilisation la plus efficace possible des informations mises à disposition dans GESTIS, la question se pose de la préparation spécifique au problème et au groupe cible des faits en tant qu'informations. Les exigences spécifiques à l'utilisateur sont traitées dans les bases de données factuelles sur les substances et produits chimiques, par exemple, dans la profondeur des informations ou dans la présentation pratique des informations. Cependant, toutes les exigences spécifiques des utilisateurs potentiels ne peuvent pas être directement traitées dans les bases de données factuelles. Une préparation spécifique au groupe cible et spécifique au problème, si nécessaire appuyée par le traitement des données, est requise. Des informations adaptées au lieu de travail doivent être mises à disposition sur la manipulation des substances dangereuses. Les données les plus importantes de la base de données doivent être extraites sous une forme généralement compréhensible et adaptée au lieu de travail, par exemple sous la forme d'"instructions sur le lieu de travail", qui sont prescrites dans les lois sur la sécurité au travail de nombreux pays. On accorde souvent trop peu d'attention à cette préparation de données spécifique à l'utilisateur en tant qu'information pour les travailleurs. Des systèmes d'information spéciaux peuvent préparer ces informations, mais des points d'information spécialisés qui répondent aux demandes individuelles fournissent également des informations et apportent le soutien nécessaire aux entreprises. Dans le cadre de GESTIS, cette collecte et préparation d'informations passe, par exemple, par des systèmes spécifiques à la branche tels que GISBAU (Système d'information sur les substances dangereuses de l'industrie du bâtiment BG), GeSi (Système sur les substances dangereuses et la sécurité) et par des centres d'information spécialisés. dans le BG, dans le BIA ou dans l'association des Berufsgenossenschaften.

                                                                                                                                                                GESTIS fournit les interfaces pertinentes pour l'échange de données et favorise la coopération par le partage des tâches :

                                                                                                                                                                  • La recherche directe en ligne est possible pour le BG via la base de données centrale des substances et des produits (ZeSP) et la base de données de la littérature (ZIGUV-DOK).
                                                                                                                                                                  • L'échange hors ligne entre les bases de données centrales et périphériques est réalisé à l'aide de formats d'interface appropriés.
                                                                                                                                                                  • Dans les points d'information spécialisés de GESTIS, des experts réalisent des évaluations ciblées et des recherches à la demande.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      Outlook

                                                                                                                                                                      Les développements ultérieurs mettront l'accent sur la prévention. En coopération avec les producteurs, les plans comprennent une préparation complète et à jour des données sur les produits ; l'établissement de valeurs caractéristiques du lieu de travail déterminées statistiquement à partir des données de mesure de l'exposition et de la documentation spécifique à la substance et au produit ; et une évaluation dans la documentation de la maladie professionnelle.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      Noir

                                                                                                                                                                      Une approche systématique de la sécurité nécessite un flux efficace d'informations des fournisseurs aux utilisateurs de produits chimiques sur les dangers potentiels et les mesures de sécurité correctes. En répondant à la nécessité d'un programme écrit de communication des dangers, le Code de pratique de l'OIT pour la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail (OIT 1993) stipule : « Le fournisseur doit fournir à l'employeur les informations essentielles sur les produits chimiques dangereux sous la forme d'un Fiche technique." Cette fiche de données de sécurité chimique ou fiche de données de sécurité (MSDS) décrit les dangers d'un matériau et fournit des instructions sur la façon dont le matériau peut être manipulé, utilisé et stocké en toute sécurité. Les fiches signalétiques sont produites par le fabricant ou l'importateur de produits dangereux. Le fabricant doit fournir aux distributeurs et aux autres clients des fiches signalétiques lors du premier achat d'un produit dangereux et si la fiche signalétique change. Les distributeurs de produits chimiques dangereux doivent automatiquement fournir des fiches signalétiques aux clients commerciaux. En vertu du Recueil de directives pratiques de l'OIT, les travailleurs et leurs représentants devraient avoir le droit d'obtenir une fiche signalétique et de recevoir les informations écrites sous des formes ou dans des langues qu'ils comprennent facilement. Étant donné que certaines des informations requises peuvent être destinées à des spécialistes, des éclaircissements supplémentaires peuvent être nécessaires de la part de l'employeur. La fiche signalétique n'est qu'une source d'information sur un matériau et, par conséquent, il est préférable de l'utiliser avec les bulletins techniques, les étiquettes, la formation et d'autres communications.

                                                                                                                                                                      Les exigences d'un programme écrit de communication des dangers sont décrites dans au moins trois grandes directives internationales : la norme de communication des risques de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) des États-Unis, le système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) du Canada et la directive 91/155 de la Commission de la Communauté européenne. /CEE. Dans les trois directives, les exigences relatives à la préparation d'une fiche signalétique complète sont établies. Les critères pour les fiches de données comprennent des informations sur l'identité du produit chimique, son fournisseur, sa classification, les dangers, les précautions de sécurité et les procédures d'urgence pertinentes. La discussion suivante détaille le type d'informations requises incluses dans le Recueil de directives pratiques de l'OIT sur la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail de 1992. Bien que le Code ne soit pas destiné à remplacer les lois, réglementations ou normes nationales acceptées, ses recommandations pratiques sont destinées à tous ceux qui ont la responsabilité d'assurer une utilisation sûre des produits chimiques sur le lieu de travail.

                                                                                                                                                                      La description suivante du contenu des fiches de données de sécurité correspond à la section 5.3 du Code :

                                                                                                                                                                      Les fiches de données de sécurité des produits chimiques dangereux doivent donner des informations sur l'identité du produit chimique, son fournisseur, sa classification, les dangers, les précautions de sécurité et les procédures d'urgence pertinentes.

                                                                                                                                                                      Les informations à inclure devraient être celles établies par l'autorité compétente pour la zone dans laquelle se trouvent les locaux de l'employeur, ou par un organisme agréé ou reconnu par cette autorité compétente. Les détails du type d'information qui devrait être exigé sont donnés ci-dessous.

                                                                                                                                                                      (a) Identification du produit chimique et de l'entreprise

                                                                                                                                                                      Le nom doit être le même que celui utilisé sur l'étiquette du produit chimique dangereux, qui peut être le nom chimique conventionnel ou un nom commercial couramment utilisé. Des noms supplémentaires peuvent être utilisés s'ils aident à l'identification. Le nom complet, l'adresse et le numéro de téléphone du fournisseur doivent être inclus. Un numéro de téléphone d'urgence doit également être indiqué pour être contacté en cas d'urgence. Ce numéro peut être celui de l'entreprise elle-même ou d'un organisme consultatif reconnu, à condition que l'un ou l'autre soit joignable à tout moment.

                                                                                                                                                                      (b) Informations sur les ingrédients (composition)

                                                                                                                                                                      Les informations doivent permettre aux employeurs d'identifier clairement les risques associés à un produit chimique particulier afin qu'ils puissent procéder à une évaluation des risques, comme indiqué à la section 6.2 (Procédures d'évaluation) du présent code. Des détails complets sur la composition doivent normalement être donnés mais peuvent ne pas être nécessaires si les risques peuvent être correctement évalués. Les informations suivantes doivent être fournies, sauf lorsque le nom ou la concentration d'un ingrédient dans un mélange sont des informations confidentielles qui peuvent être omises conformément à la section 2.6 :

                                                                                                                                                                      1. une description des principaux composants, y compris leur nature chimique ;
                                                                                                                                                                      2. l'identité et les concentrations des composants dangereux pour la sécurité et la santé
                                                                                                                                                                      3. l'identité et la concentration maximale à trouver des composants qui sont à la concentration ou dépassent la concentration à laquelle ils sont classés comme dangereux pour la sécurité et la santé dans les listes approuvées ou reconnues par l'autorité compétente, ou qui sont interdits à des concentrations plus élevées par l'autorité compétente autorité.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      (c) Identification des dangers

                                                                                                                                                                      Les dangers les plus importants, y compris les dangers sanitaires, physiques et environnementaux les plus importants, doivent être énoncés clairement et brièvement, sous forme d'aperçu d'urgence. Les informations doivent être compatibles avec celles figurant sur l'étiquette.

                                                                                                                                                                      d) Premiers secours

                                                                                                                                                                      Les mesures de premiers secours et d'auto-assistance doivent être soigneusement expliquées. Les situations nécessitant des soins médicaux immédiats doivent être décrites et les mesures nécessaires indiquées. Le cas échéant, il convient de souligner la nécessité de dispositions spéciales pour un traitement spécifique et immédiat.

                                                                                                                                                                      (e) Mesures de lutte contre l'incendie

                                                                                                                                                                      Les exigences relatives à la lutte contre un incendie impliquant un produit chimique doivent être incluses ; par exemple:

                                                                                                                                                                      1. agents extincteurs appropriés;
                                                                                                                                                                      2. les agents extincteurs qui ne doivent pas être utilisés pour des raisons de sécurité ;
                                                                                                                                                                      3. équipement de protection spécial pour les pompiers.

                                                                                                                                                                      Des informations doivent également être données sur les propriétés du produit chimique en cas d'incendie et sur les risques particuliers d'exposition résultant des produits de combustion, ainsi que sur les précautions à prendre.

                                                                                                                                                                      (f) Mesures en cas de rejet accidentel

                                                                                                                                                                      Des informations doivent être fournies sur les mesures à prendre en cas de rejet accidentel du produit chimique. Les informations doivent inclure :

                                                                                                                                                                      1. précautions d'hygiène et de sécurité : élimination des sources d'inflammation, mise en place d'une ventilation suffisante, mise à disposition d'équipements de protection individuelle adaptés ;
                                                                                                                                                                      2. précautions environnementales : éloignement des égouts, nécessité d'alerter les services de secours, nécessité éventuelle d'alerter le voisinage immédiat en cas de risque imminent ;
                                                                                                                                                                      3. méthodes de sécurisation et de nettoyage : utilisation de matériaux absorbants appropriés, évitement de la production de gaz/fumées par l'eau ou un autre diluant, utilisation d'agents neutralisants appropriés ;
                                                                                                                                                                      4. avertissements : déconseillent les actions dangereuses raisonnablement prévisibles.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      (g) Manipulation et stockage

                                                                                                                                                                      Des informations doivent être fournies sur les conditions recommandées par le fournisseur pour un stockage et une manipulation en toute sécurité, notamment :

                                                                                                                                                                      1. conception et emplacement des salles ou récipients de stockage ;
                                                                                                                                                                      2. séparation des lieux de travail et des bâtiments occupés ;
                                                                                                                                                                      3. matériaux incompatibles ;
                                                                                                                                                                      4. conditions d'entreposage (p. ex. température et humidité, évitement de la lumière du soleil);
                                                                                                                                                                      5. éviter les sources d'inflammation, y compris des dispositions particulières pour éviter l'accumulation d'électricité statique ;
                                                                                                                                                                      6. fourniture d'une ventilation locale et générale ;
                                                                                                                                                                      7. méthodes de travail recommandées et celles à éviter.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      (h) Contrôles de l'exposition et protection individuelle

                                                                                                                                                                      Des informations doivent être données sur la nécessité d'un équipement de protection individuelle lors de l'utilisation d'un produit chimique et sur le type d'équipement qui offre une protection adéquate et appropriée. Le cas échéant, il convient de rappeler que les contrôles primaires doivent être fournis par la conception et l'installation de tout équipement utilisé et par d'autres mesures techniques, et des informations fournies sur les pratiques utiles pour minimiser l'exposition des travailleurs. Des paramètres de contrôle spécifiques tels que les limites d'exposition ou les normes biologiques doivent être indiqués, ainsi que les procédures de surveillance recommandées.

                                                                                                                                                                      (i) Propriétés physiques et chimiques

                                                                                                                                                                      Une brève description doit être donnée de l'apparence du produit chimique, qu'il s'agisse d'un solide, d'un liquide ou d'un gaz, ainsi que de sa couleur et de son odeur. Certaines caractéristiques et propriétés, si elles sont connues, doivent être données, en précisant la nature de l'essai pour les déterminer dans chaque cas. Les tests utilisés doivent être conformes aux lois et critères nationaux applicables sur le lieu de travail de l'employeur et, en l'absence de lois ou de critères nationaux, les critères de test du pays exportateur doivent être utilisés à titre indicatif. L'étendue des informations fournies doit être appropriée à l'utilisation du produit chimique. Voici des exemples d'autres données utiles :

                                                                                                                                                                      • viscosité
                                                                                                                                                                      • point de congélation/intervalle de congélation
                                                                                                                                                                      • point d'ébullition/intervalle d'ébullition
                                                                                                                                                                      • point de fusion/intervalle de fusion
                                                                                                                                                                      • point de rupture
                                                                                                                                                                      • La température d'auto-inflammation
                                                                                                                                                                      • propriétés explosives
                                                                                                                                                                      • propriétés oxydantes
                                                                                                                                                                      • pression de vapeur
                                                                                                                                                                      • masse moléculaire
                                                                                                                                                                      • gravité spécifique ou densité
                                                                                                                                                                      • pH
                                                                                                                                                                      • solubilité
                                                                                                                                                                      • coefficient de partage (eau/n-octane)
                                                                                                                                                                      • paramètres tels que la densité de vapeur
                                                                                                                                                                      • miscibilité
                                                                                                                                                                      • taux d'évaporation et conductivité.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      (j) Stabilité et réactivité

                                                                                                                                                                      La possibilité de réactions dangereuses dans certaines conditions doit être indiquée. Les conditions à éviter doivent être indiquées, telles que :

                                                                                                                                                                      1. conditions physiques (p. ex. température, pression, lumière, choc, contact avec l'humidité ou l'air);
                                                                                                                                                                      2. proximité d'autres produits chimiques (par exemple, acides, bases, agents oxydants ou toute autre substance spécifique pouvant provoquer une réaction dangereuse).

                                                                                                                                                                      Lorsque des produits de décomposition dangereux sont dégagés, ceux-ci doivent être spécifiés avec les précautions nécessaires.

                                                                                                                                                                      (k) Informations toxicologiques

                                                                                                                                                                      Cette rubrique doit fournir des informations sur les effets sur l'organisme et sur les voies de pénétration potentielles dans l'organisme. Il convient de faire référence aux effets aigus, tant immédiats que différés, et aux effets chroniques d'une exposition à court et à long terme. Il convient également de mentionner les risques pour la santé résultant d'une éventuelle réaction avec d'autres produits chimiques, y compris toute interaction connue, par exemple, résultant de l'utilisation de médicaments, de tabac et d'alcool.

                                                                                                                                                                      (l) Informations écologiques

                                                                                                                                                                      Les caractéristiques les plus importantes susceptibles d'avoir un effet sur l'environnement doivent être décrites. Les informations détaillées requises dépendront des lois et pratiques nationales applicables sur le lieu de travail de l'employeur. Les informations typiques qui doivent être fournies, le cas échéant, comprennent les voies potentielles de rejet du produit chimique qui sont préoccupantes, sa persistance et sa dégradabilité, son potentiel de bioaccumulation et sa toxicité aquatique, ainsi que d'autres données relatives à l'écotoxicité (par exemple, les effets sur les ouvrages de traitement de l'eau) .

                                                                                                                                                                      (m) Considérations relatives à l'élimination

                                                                                                                                                                      Des méthodes sûres d'élimination du produit chimique et des emballages contaminés, qui peuvent contenir des résidus de produits chimiques dangereux, doivent être indiquées. Il convient de rappeler aux employeurs qu'il peut exister des législations et pratiques nationales en la matière.

                                                                                                                                                                      (n) Informations sur les transports

                                                                                                                                                                      Des informations doivent être données sur les précautions particulières que les employeurs doivent connaître ou prendre lors du transport du produit chimique à l'intérieur ou à l'extérieur de leurs locaux. Les informations pertinentes données dans les Recommandations des Nations Unies relatives au transport des marchandises dangereuses et dans d'autres accords internationaux peuvent également être incluses.

                                                                                                                                                                      (o) Informations réglementaires

                                                                                                                                                                      Les informations requises pour le marquage et l'étiquetage du produit chimique doivent être données ici. Les réglementations ou pratiques nationales spécifiques s'appliquant à l'utilisateur doivent être consultées. Il convient de rappeler aux employeurs de se référer aux exigences des législations et pratiques nationales.

                                                                                                                                                                      (p) Autres informations

                                                                                                                                                                      D'autres informations qui peuvent être importantes pour la santé et la sécurité des travailleurs doivent être incluses. Des exemples sont les conseils de formation, les utilisations recommandées et les restrictions, les références et les sources de données clés pour la compilation de la fiche de données de sécurité chimique, le point de contact technique et la date d'émission de la fiche.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      Noir

                                                                                                                                                                      Jeudi, 27 Octobre 2011 20: 34

                                                                                                                                                                      Systèmes de classification

                                                                                                                                                                      3.1. Général

                                                                                                                                                                      3.1.1. L'autorité compétente, ou un organisme agréé ou reconnu par l'autorité compétente, devrait établir des systèmes et des critères spécifiques pour classer un produit chimique comme dangereux et devrait progressivement étendre ces systèmes et leur application. Les critères de classification existants établis par d'autres autorités compétentes ou par un accord international peuvent être suivis, s'ils sont compatibles avec les critères et méthodes décrits dans le présent code, et cela est encouragé lorsque cela peut contribuer à l'uniformité de l'approche. Les résultats des travaux du groupe de coordination du Programme international PNUE/OIT/OMS sur la sécurité chimique (IPCS) pour l'harmonisation de la classification des produits chimiques devraient être pris en considération, le cas échéant. Les responsabilités et le rôle des autorités compétentes concernant les systèmes de classification sont définis aux paragraphes 2.1.8 (critères et exigences), 2.1.9 (liste récapitulative) et 2.1.10 (évaluation des nouveaux produits chimiques).

                                                                                                                                                                      3.1.2. Les fournisseurs doivent s'assurer que les produits chimiques qu'ils ont fournis ont été classés ou qu'ils ont été identifiés et leurs propriétés évaluées (voir paragraphes 2.4.3 (évaluation) et 2.4.4 (classification)).

                                                                                                                                                                      3.1.3. Les fabricants ou les importateurs, à moins d'en être exemptés, devraient fournir à l'autorité compétente des informations sur les éléments et composés chimiques qui ne figurent pas encore dans la liste de classification consolidée établie par l'autorité compétente, avant leur utilisation au travail (voir paragraphe 2.1.10 (évaluation des nouveaux produits chimiques )).

                                                                                                                                                                      3.1.4. Les quantités limitées d'un nouveau produit chimique nécessaires à des fins de recherche et de développement peuvent être produites, manipulées et transportées entre les laboratoires et l'usine pilote avant que tous les dangers de ce produit chimique ne soient connus conformément aux lois et réglementations nationales. Toutes les informations disponibles trouvées dans la littérature ou connues de l'employeur du fait de son expérience avec des produits chimiques et des applications similaires doivent être pleinement prises en compte, et des mesures de protection adéquates doivent être appliquées, comme si le produit chimique était dangereux. Les travailleurs concernés doivent être informés des informations sur les dangers réels au fur et à mesure qu'elles sont connues.

                                                                                                                                                                      3.2. Critères de classement

                                                                                                                                                                      3.2.1. Les critères de classification des produits chimiques devraient être fondés sur leurs dangers physiques et sanitaires intrinsèques, notamment :

                                                                                                                                                                      1. les propriétés toxiques, y compris les effets aigus et chroniques sur la santé dans toutes les parties du corps ;
                                                                                                                                                                      2. les caractéristiques chimiques ou physiques, y compris les propriétés inflammables, explosives, oxydantes et dangereusement réactives ;
                                                                                                                                                                      3. propriétés corrosives et irritantes;
                                                                                                                                                                      4. effets allergènes et sensibilisants;
                                                                                                                                                                      5. effets cancérigènes;
                                                                                                                                                                      6. effets tératogènes et mutagènes;
                                                                                                                                                                      7. effets sur le système reproducteur.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      3.3. Méthode de classement

                                                                                                                                                                      3.3.1. La classification des produits chimiques doit être basée sur les sources d'information disponibles, par exemple :

                                                                                                                                                                      1. données de test;
                                                                                                                                                                      2. les informations fournies par le fabricant ou l'importateur, y compris les informations sur les travaux de recherche effectués ;
                                                                                                                                                                      3. informations disponibles en raison des règles de transport internationales, par exemple, les Recommandations des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses, qui doivent être prises en compte pour la classification des produits chimiques en cas de transport, et la Convention de Bâle du PNUE sur le contrôle des transports transfrontaliers. Mouvements de déchets dangereux et leur élimination (1989), dont il faut tenir compte en ce qui concerne les déchets dangereux ;
                                                                                                                                                                      4. livres ou littérature de référence;
                                                                                                                                                                      5. expérience pratique;
                                                                                                                                                                      6. dans le cas de mélanges, soit sur l'épreuve du mélange, soit sur les dangers connus de leurs composants ;
                                                                                                                                                                      7. informations fournies à la suite des travaux d'évaluation des risques effectués par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le Programme international PNUE/OIT/OMS sur la sécurité chimique (IPCS), les Communautés européennes et diverses institutions nationales et internationales, ainsi que que les informations disponibles via des systèmes tels que le Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC) du PNUE.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      3.3.2. Certains systèmes de classification en usage peuvent être limités à des classes particulières de produits chimiques uniquement. Un exemple est la classification recommandée par l'OMS des pesticides par danger et directives de classification, qui classe les pesticides uniquement par degré de toxicité et principalement par risques aigus pour la santé. Les employeurs et les travailleurs doivent comprendre les limites d'un tel système. De tels systèmes peuvent être utiles pour compléter un système plus généralement applicable.

                                                                                                                                                                      3.3.3. Les mélanges de produits chimiques doivent être classés en fonction des dangers présentés par les mélanges eux-mêmes. Ce n'est que si les mélanges n'ont pas été testés dans leur ensemble qu'ils doivent être classés sur la base des dangers intrinsèques de leurs composants chimiques.

                                                                                                                                                                      Source : OIT 1993, chapitre 3.

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                      Noir

                                                                                                                                                                      " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                                                                                                                                                      Table des matières