7 bannière

 

53. Dangers environnementaux pour la santé

Éditeurs de chapitre : Annalee Yassi et Tord Kjellström


 

Table des matières

Tableaux et figures

Liens entre santé environnementale et santé au travail
Annalee Yassi et Tord Kjellström

Alimentation et l'Agriculture
Friedrich K. Kaferstein

Pollution industrielle dans les pays en développement
Niu Shiru

Pays en développement et pollution
T-shirt L. Guidotti

Pollution de l'air
Isabelle Romieu

Pollution terrestre
Tee L. Guidotti et Chen Weiping

Pollution de l'eau
Ivanildo Hespanhol et Richard Helmer

Énergie et Santé
LD Hamilton

Urbanisation
Edmundo Werna

Changement climatique mondial et appauvrissement de la couche d'ozone
Jonathan A. Patz

Extinction des espèces, perte de biodiversité et santé humaine
Éric Chivian

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Éclosions majeures de « maladies environnementales » sélectionnées
2. Agents de maladies d'origine alimentaire : caractéristiques épidémiologiques
3. Principales sources de polluants de l'air extérieur
4. Relation exposition-réponse des PM10
5. Modifications de la concentration d'ozone : résultats pour la santé
6. Morbidité & mortalité : maladies liées à l'eau
7. Produire de l'électricité de carburant : effets sur la santé
8. Production d'électricité renouvelable : effets sur la santé
9. Production d'électricité nucléaire : effets sur la santé
10. Logement & santé
11. Infrastructures urbaines & santé
12. Situation mondiale des principales maladies à transmission vectorielle

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

EHH020F1EHH020F3EHH020F2EHH040F1EHH040F2EHH040F3EHH050F1

EHH060F1EHH070F1EHH070F2EHH070F3EHH090F2


Cliquez pour revenir en haut de la page

Le développement, et l'industrialisation en particulier, ont apporté d'immenses contributions positives à la santé, notamment une plus grande richesse personnelle et sociale, ainsi que des services de santé et d'éducation, de transport et de communication considérablement améliorés. Incontestablement, à l'échelle mondiale, les gens vivent plus longtemps et sont en meilleure santé qu'il y a des siècles, voire des décennies. Cependant, l'industrialisation a également eu des conséquences néfastes sur la santé non seulement pour la main-d'œuvre, mais aussi pour la population en général. Ces effets ont été causés soit directement par l'exposition à des risques pour la sécurité et à des agents nocifs, soit indirectement par la dégradation de l'environnement au niveau local et mondial (voir « La pollution industrielle dans les pays en développement » dans ce chapitre).

Cet article décrit la nature des risques sanitaires liés à l'environnement et les raisons de lier la santé environnementale à la santé au travail.

Les risques environnementaux pour la santé, comme les risques professionnels pour la santé, peuvent être de nature biologique, chimique, physique, biomécanique ou psychosociale. Les risques environnementaux pour la santé comprennent les risques traditionnels d'un assainissement et d'un abri médiocres, ainsi que la contamination agricole et industrielle de l'air, de l'eau, des aliments et des terres. Ces risques ont entraîné une multitude d'impacts sur la santé, allant d'effets directs catastrophiques (par exemple, la récente épidémie de choléra en Amérique latine et l'épidémie d'empoisonnement chimique à Bhopal, en Inde), à ​​des effets chroniques (par exemple, à Minamata, au Japon), à des effets subtils, indirects et même contestés (par exemple, dans Love Canal, USA). Le tableau 1 résume certaines des principales catastrophes notoires du dernier demi-siècle qui ont provoqué des épidémies de « maladies environnementales ». Il existe indéniablement d'innombrables autres exemples d'épidémies de maladies environnementales, dont certaines ne sont pas facilement détectables au niveau macrostatistique. Pendant ce temps, plus d'un milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable (OMS 1992b) et plus de 600 millions sont exposées à des niveaux ambiants de dioxyde de soufre qui dépassent largement les niveaux recommandés. De plus, la pression sur l'agriculture et la production alimentaire à mesure que la population et la demande par habitant augmentent, entraînera probablement une plus grande charge sur l'environnement (voir « Alimentation et agriculture » dans ce chapitre). Les impacts sur la santé environnementale comprennent donc les effets indirects de la perturbation industrielle d'une alimentation et d'un logement adéquats, ainsi que la dégradation des systèmes mondiaux dont dépend la santé de la planète.

Tableau 1. Principales flambées de « maladies environnementales » sélectionnées

Lieu et année

Danger environnemental

Type de maladie

Nombre concerné

Londres, Royaume-Uni 1952

Pollution atmosphérique grave par le dioxyde de soufre et les particules en suspension (MPS)

Augmentation des manifestations cardiaques et pulmonaires

3,000 XNUMX morts, beaucoup d'autres malades

Toyama, Japon 1950

Cadmium dans le riz

Maladie des reins et des os ("maladie Itai-itai")

200 avec une maladie grave, beaucoup plus avec de légers effets

Sud-est de la Turquie 1955-61

Hexachlorobenzène dans les grains de semence

Porphyrie; maladie neurologique

3,000

Minamata, Japon 1956

Méthylmercure dans le poisson

Maladie neurologique (« maladie de Minimata »)

200 avec une maladie grave, 2,000 XNUMX suspects

Villes des États-Unis des années 1960 à 70

Le plomb dans la peinture

Anémie, effets comportementaux et mentaux

Plusieurs milliers

Fukuoka, Japon 1968

Biphényles polychlorés (PCB) dans l'huile alimentaire

Maladie de la peau, faiblesse générale

Plusieurs milliers

Irak 1972

Méthylmercure dans les graines de semence

Maladie neurologique

500 morts, 6,500 XNUMX hospitalisés

Madrid, Espagne 1981

Aniline ou autre toxine dans l'huile alimentaire

Divers symptômes

340 décès, 20,000 XNUMX cas

Bhopal, Inde 1985

Méthylisocyanate

Maladie pulmonaire aiguë

2,000 200,000 morts, XNUMX XNUMX empoisonnés

Californie, États-Unis 1985

Pesticide carbamate dans les pastèques

Effets gastro-intestinaux, squelettiques, musculaires, autonomes et sur le système nerveux central (maladie des carbamates)

1,376 17 cas déclarés de maladies résultant de la consommation, XNUMX cas graves

Tchernobyl, URSS 1986

Iode-134, Césium-134 et -137 d'une explosion de réacteur

Maladies radiologiques (y compris augmentation des cancers et des maladies thyroïdiennes chez les enfants)

300 blessés, 28 morts en 3 mois, plus de 600 cas de cancer de la thyroïde

Goiania, Brésil 1987

Césium-137 d'une machine de traitement du cancer abandonnée

Radiomaladie (suivi de in utérus expositions continues)

Quelque 240 personnes ont été contaminées et 2 sont décédées

Pérou 1991

Épidémie de choléra

Choléra

139 morts, plusieurs milliers de malades

 

Dans de nombreux pays, l'agriculture à grande échelle et l'utilisation active concomitante de pesticides toxiques constituent un risque sanitaire majeur tant pour les travailleurs que pour leurs ménages. La pollution par les engrais ou les déchets biologiques de l'industrie alimentaire, de l'industrie papetière, etc. peut également avoir des effets néfastes sur les cours d'eau, réduisant la pêche et l'approvisionnement alimentaire. Les pêcheurs et les cueilleurs d'autres produits de la mer peuvent devoir voyager beaucoup plus loin pour récupérer leurs prises quotidiennes, avec des risques accrus de noyade et d'autres accidents. La propagation des maladies tropicales par les changements environnementaux associés aux développements tels que la construction de barrages, de routes, etc., constitue un autre type de risque environnemental pour la santé. Le nouveau barrage pourrait créer des zones de reproduction pour la schistosomiase, une maladie débilitante affectant les riziculteurs qui doivent marcher dans l'eau. La nouvelle route pourrait créer une communication rapide entre une zone où sévit le paludisme endémique et une autre zone jusque-là épargnée par cette maladie.

Il convient de souligner que la cause principale d'un environnement nocif sur le lieu de travail ou dans l'environnement général est la pauvreté. Les menaces traditionnelles pour la santé dans les pays en développement ou dans les régions pauvres de tout pays comprennent le manque d'assainissement, d'eau et de nourriture qui propage des maladies transmissibles, les logements insalubres avec une exposition élevée à la fumée de cuisson et des risques d'incendie élevés, ainsi que des risques élevés de blessures dans l'agriculture à petite échelle. ou des industries artisanales. La réduction de la pauvreté et l'amélioration des conditions de vie et de travail sont une priorité fondamentale pour l'amélioration de la santé au travail et environnementale de milliards de personnes. Malgré les efforts de conservation de l'énergie et de développement durable, l'incapacité à remédier aux inégalités sous-jacentes dans la répartition des richesses menace l'écosystème mondial.

Les forêts, par exemple, qui représentent le point culminant des processus de succession écologique, sont détruites à un rythme alarmant, en raison de l'exploitation forestière commerciale et du défrichage par les peuples pauvres pour l'agriculture et le bois de chauffage. Les effets de l'épuisement des forêts comprennent l'érosion des sols qui, si elle est extrême, peut conduire à la désertification. La perte de biodiversité est une conséquence importante (voir « Extinction d'espèces, perte de biodiversité et santé humaine » dans ce chapitre). On estime qu'un tiers de toutes les émissions de dioxyde de carbone proviennent de la combustion des forêts tropicales (l'importance du dioxyde de carbone dans la création du réchauffement climatique est abordée dans « Changement climatique mondial et appauvrissement de la couche d'ozone » dans ce chapitre). Ainsi, la lutte contre la pauvreté est impérative en ce qui concerne la santé environnementale mondiale ainsi que le bien-être individuel, communautaire et régional.

Raisons de lier la santé environnementale et la santé au travail

Le principal lien entre le lieu de travail et l'environnement général est que la source du danger est généralement la même, qu'il s'agisse d'une activité agricole ou d'une activité industrielle. Afin de contrôler le danger pour la santé, une approche commune peut fonctionner efficacement dans les deux contextes. C'est particulièrement le cas lorsqu'il s'agit du choix des technologies chimiques pour la production. Si un résultat ou un produit acceptable peut être obtenu avec un produit chimique moins toxique, le choix d'un tel produit chimique peut réduire, voire éliminer, le risque pour la santé. Un exemple est l'utilisation de peintures à base d'eau plus sûres au lieu de peintures à base de solvants organiques toxiques. Un autre exemple est le choix de méthodes non chimiques de lutte antiparasitaire chaque fois que cela est possible. En fait, dans de nombreux cas, en particulier dans les pays en développement, il n'y a pas de séparation entre le domicile et le lieu de travail ; donc le réglage est vraiment le même.

Il est maintenant bien reconnu que les connaissances scientifiques et la formation nécessaires pour évaluer et contrôler les risques sanitaires liés à l'environnement sont, pour la plupart, les mêmes compétences et connaissances requises pour faire face aux risques sanitaires sur le lieu de travail. Toxicologie, épidémiologie, hygiène du travail, ergonomie, ingénierie de la sécurité - en fait, les disciplines mêmes incluses dans ce Encyclopédie - sont les outils de base des sciences de l'environnement. Le processus d'évaluation et de gestion des risques est également le même : identifier les dangers, catégoriser les risques, évaluer l'exposition et estimer les risques. Ceci est suivi par l'évaluation des options de contrôle, le contrôle de l'exposition, la communication du risque au public et l'établissement d'un programme continu de surveillance de l'exposition et du risque. Ainsi, la santé au travail et la santé environnementale sont fortement liées par des méthodologies communes, en particulier dans l'évaluation de la santé et le contrôle de l'exposition.

L'identification des risques environnementaux pour la santé découle souvent d'observations d'effets néfastes sur la santé des travailleurs; et c'est incontestablement sur le lieu de travail que l'impact des expositions industrielles est le mieux compris. La documentation des effets sur la santé provient généralement de l'une des trois sources suivantes : expériences sur des animaux ou d'autres laboratoires (à la fois non humains et humains contrôlés), expositions accidentelles à des niveaux élevés ou études épidémiologiques qui suivent généralement de telles expositions. Pour mener une étude épidémiologique, il est nécessaire de pouvoir définir à la fois la population exposée, la nature et le niveau de l'exposition, ainsi que de déterminer l'effet négatif sur la santé. Il est généralement plus facile de définir les membres d'une main-d'œuvre que de déterminer l'appartenance à une communauté, en particulier dans une communauté transitoire ; la nature et le niveau d'exposition des divers membres de la cohorte sont généralement plus précis dans une population en milieu de travail que dans une communauté; et les résultats de niveaux élevés d'exposition sont presque toujours plus faciles à délimiter que des changements plus subtils attribuables à une faible exposition. Bien qu'il existe quelques exemples d'exposition à l'extérieur des portes des usines approchant les pires expositions professionnelles (par exemple, l'exposition au cadmium provenant de l'exploitation minière en Chine et au Japon ; les émissions de plomb et de cadmium provenant des fonderies en Haute-Silésie, en Pologne), les niveaux d'exposition sont généralement beaucoup plus élevés qu'un main-d'œuvre qu'à la communauté environnante (OMS 1992b).

Étant donné que les effets néfastes sur la santé sont plus apparents chez les travailleurs, les informations sur les effets sur la santé au travail de nombreuses expositions toxiques (y compris les métaux lourds tels que le plomb, le mercure, l'arsenic et le nickel, ainsi que des agents cancérigènes bien connus comme l'amiante) ont été utilisées pour calculer la risque pour la santé de la communauté au sens large. En ce qui concerne le cadmium, par exemple, dès 1942, des cas d'ostéomalacie avec fractures multiples ont commencé à apparaître parmi les travailleurs d'une usine française de fabrication de piles alcalines. Au cours des années 1950 et 1960, l'intoxication au cadmium était considérée comme une maladie strictement professionnelle. Cependant, les connaissances acquises sur le lieu de travail ont permis de faire reconnaître que l'ostéomalacie et les maladies rénales qui sévissaient au Japon à cette époque, la maladie "Itai-itai", étaient bien dues à la contamination du riz par l'irrigation du sol avec de l'eau contaminée au cadmium sources industrielles (Kjellström 1986). Ainsi, l'épidémiologie professionnelle a pu apporter une contribution substantielle à la connaissance des effets de l'exposition environnementale, constituant une raison supplémentaire de lier les deux domaines.

Au niveau individuel, les maladies professionnelles affectent le bien-être à la maison et dans la communauté ; et, universellement, un individu qui est malade à cause d'insuffisances à la maison et dans la communauté ne peut pas être productif sur le lieu de travail.

D'un point de vue strictement scientifique, il est nécessaire de considérer les expositions totales (environnementales et professionnelles) afin d'évaluer véritablement l'impact sur la santé et d'établir des relations dose-réponse. L'exposition aux pesticides est un exemple classique dans lequel l'exposition professionnelle peut être complétée par une exposition environnementale considérable, par la contamination des aliments et des sources d'eau, et par une exposition atmosphérique non professionnelle. L'OMS (100e) a recensé plus de 15,000 1,500 cas et 1990 100 décès dus à des empoisonnements aux pesticides lors d'épidémies au cours desquelles plus de 1985 empoisonnements sont survenus à partir d'aliments contaminés. Dans une étude sur les producteurs de coton d'Amérique centrale utilisant des pesticides, non seulement très peu de travailleurs avaient accès à des vêtements de protection, mais pratiquement tous les travailleurs vivaient à moins de XNUMX mètres des champs de coton, la plupart dans des logements temporaires sans murs pour se protéger des pulvérisation aérienne de pesticides. Les travailleurs se lavaient aussi souvent dans des canaux d'irrigation contenant des résidus de pesticides, ce qui entraînait une exposition accrue (Michaels, Barrera et Gacharna XNUMX). Pour comprendre la relation entre l'exposition aux pesticides et tout effet sur la santé signalé, toutes les sources d'exposition doivent être prises en considération. Ainsi, s'assurer que les expositions professionnelles et environnementales sont évaluées ensemble améliore la précision de l'évaluation de l'exposition dans les deux domaines.

Les problèmes de santé causés par les risques professionnels et environnementaux sont particulièrement aigus dans les pays en développement, où des méthodes bien établies de contrôle des risques sont moins susceptibles d'être appliquées en raison d'une sensibilisation limitée aux risques, d'une faible priorité politique des questions de santé et d'environnement, de ressources limitées ou d'un manque de systèmes appropriés de gestion de la santé au travail et de l'environnement. Un obstacle majeur au contrôle des risques sanitaires environnementaux dans de nombreuses régions du monde est le manque de personnes ayant une formation appropriée. Il a été documenté que les pays en développement souffrent d'une grave pénurie de personnel spécialisé en santé au travail (Noweir 1986). En 1985, un comité d'experts de l'OMS a également conclu qu'il y avait un besoin urgent de personnel formé aux questions d'hygiène du milieu; en effet, l'Agenda 21, la stratégie convenue à l'échelle internationale adoptée par la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (ONU 1993), identifie la formation ("renforcement des capacités" nationales) comme un élément clé de la promotion de la santé humaine par le développement durable. Lorsque les ressources sont limitées, il n'est pas possible de former un groupe de personnes pour s'occuper des problèmes de santé sur le lieu de travail et un autre groupe pour s'occuper des dangers à l'extérieur de l'usine.

Même dans les pays développés, il existe une forte tendance à utiliser au mieux les ressources en formant et en employant des professionnels de la « santé au travail et de l'environnement ». Aujourd'hui, les entreprises doivent trouver des moyens de gérer leurs affaires de manière logique et efficace dans le cadre sociétal du devoir, de la loi et de la politique financière. Combiner la santé au travail et la santé environnementale sous un même toit est un moyen d'atteindre cet objectif.

Les grandes préoccupations environnementales doivent être prises en compte lors de la conception des lieux de travail et du choix des stratégies de contrôle de l'hygiène industrielle. Remplacer une substance par une autre qui présente une toxicité moins aiguë peut avoir un bon sens pour la santé au travail; cependant, si la nouvelle substance n'est pas biodégradable ou endommage la couche d'ozone, ce ne serait pas une solution appropriée de contrôle de l'exposition – cela ne ferait que déplacer le problème ailleurs. L'utilisation de chlorofluorocarbures, maintenant largement utilisés comme réfrigérant au lieu de l'ammoniac, une substance plus dangereuse, est l'exemple classique de ce qui est maintenant connu pour avoir été une substitution inappropriée pour l'environnement. Ainsi, le lien entre la santé au travail et la santé environnementale minimise les décisions imprudentes en matière de contrôle de l'exposition.

Alors que la compréhension des effets sur la santé de diverses expositions nocives provient généralement du lieu de travail, l'impact sur la santé publique des expositions environnementales à ces mêmes agents a souvent été une force majeure pour stimuler les efforts de nettoyage à la fois sur le lieu de travail et dans la communauté environnante. Par exemple, la découverte de niveaux élevés de plomb dans le sang des travailleurs par un hygiéniste industriel dans une fonderie de plomb à Bahia, au Brésil, a conduit à des enquêtes sur le plomb dans le sang des enfants des zones résidentielles voisines. La découverte que les enfants avaient des niveaux élevés de plomb a été une impulsion majeure pour que l'entreprise prenne des mesures pour réduire les expositions professionnelles ainsi que les émissions de plomb de l'usine (Nogueira 1987), bien que les expositions professionnelles restent encore nettement supérieures à ce qui serait toléré par la communauté en général. .

En fait, les normes de santé environnementale sont généralement beaucoup plus strictes que les normes de santé au travail. Les valeurs guides recommandées par l'OMS pour certains produits chimiques en sont un exemple. La raison de la différence est généralement que la communauté se compose de populations sensibles, y compris les personnes très âgées, les malades, les jeunes enfants et les femmes enceintes, alors que la main-d'œuvre est au moins en assez bonne santé pour travailler. En outre, on prétend souvent que le risque est plus « acceptable » pour une main-d'œuvre, car ces personnes bénéficient d'un emploi et sont donc plus disposées à accepter le risque. De nombreux débats politiques, éthiques mais aussi scientifiques font rage autour de la question des normes. Associer santé au travail et santé environnementale peut contribuer positivement à démêler ces controverses. À cet égard, le resserrement du lien entre la santé au travail et la santé environnementale peut faciliter une plus grande cohérence dans les approches de l'établissement des normes.

Probablement inspirées au moins en partie par le débat animé sur l'environnement et le développement durable mis au premier plan par l'Agenda 21, de nombreuses organisations professionnelles de santé au travail ont changé leur nom en organisations "professionnelles et environnementales" en reconnaissance du fait que leurs membres consacrent de plus en plus leur attention aux risques pour la santé liés à l'environnement tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du lieu de travail. De plus, comme indiqué dans le chapitre sur l'éthique, le Code international d'éthique des professionnels de la santé au travail stipule que le devoir de protéger l'environnement fait partie intégrante des obligations éthiques des professionnels de la santé au travail.

En résumé, la santé au travail et la santé environnementale sont fortement liées par :

  • le fait même que la source de la menace pour la santé est généralement la même
  • méthodologies communes, notamment en matière d'évaluation de la santé et de contrôle de l'exposition
  • la contribution de l'épidémiologie professionnelle à la connaissance des effets de l'exposition environnementale
  • les effets des maladies professionnelles sur le bien-être au foyer et dans la communauté, et inversement l'effet des pathologies environnementales sur la productivité des travailleurs
  • la nécessité scientifique de tenir compte des expositions totales afin de déterminer les relations dose-réponse
  • l'efficacité du développement et de l'utilisation des ressources humaines grâce à un tel lien
  • améliorations dans les décisions de contrôle de l'exposition découlant d'une vision plus large
  • une plus grande cohérence dans la normalisation facilitée par le lien
  • le fait que l'association de la santé environnementale et de la santé au travail renforce l'incitation à la rectification des risques tant pour la main-d'œuvre que pour la communauté.

 

Nonobstant l'opportunité de réunir la santé au travail et la santé environnementale, chacune a une orientation unique et spécifique qu'il ne faut pas perdre de vue. La santé au travail doit continuer à se concentrer sur la santé des travailleurs, et la santé environnementale doit continuer à se préoccuper de la santé du grand public. Néanmoins, même lorsqu'il est souhaitable que les professionnels n'opèrent strictement que dans l'un de ces domaines, une bonne appréciation de l'autre renforce la crédibilité, la base de connaissances et l'efficacité de l'effort global. C'est dans cet esprit que ce chapitre est présenté.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 05

Alimentation et l'Agriculture

Cet article a été préparé par le Dr F. Käferstein, Chef, Sécurité sanitaire des aliments, Organisation mondiale de la Santé. Il est entièrement basé sur le rapport d'un groupe d'experts de l'OMS sur l'alimentation et l'agriculture qui avait aidé la Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement à préparer un rapport pour la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), Rio de Janeiro, 1992. Les deux rapports sont disponibles auprès de l'OMS.

Besoins de production face à la pression démographique et autres forces

La croissance démographique rapide se poursuit dans certaines régions du monde. Par rapport à la situation de 1990, d'ici 2010, il y aura 1,900 36 millions de personnes supplémentaires à nourrir, soit une augmentation de 5,300 % de 7,200 XNUMX à XNUMX XNUMX millions de personnes.

Quatre-vingt-dix pour cent de l'ensemble de la croissance projetée au cours des 20 prochaines années devraient avoir lieu dans les pays actuellement classés parmi les pays en développement. Une urbanisation progressive de la société est en cours. La population urbaine mondiale atteindra 3,600 62 millions, soit une augmentation de 2,200 % par rapport aux 1990 92 millions de citadins en 1,400. De plus, la population urbaine des pays en développement augmentera de 2,600 % (de 1990 1970 millions à XNUMX XNUMX millions) dans les vingt ans à partir de XNUMX, une multiplication par quatre depuis XNUMX. Même si la planification familiale reçoit l'attention urgente dont elle a désespérément besoin de la part de toutes les populations en croissance rapide, la croissance démographique et l'urbanisation continueront de dominer la scène au cours des deux prochaines décennies.

Une augmentation de 36% de la nourriture, des autres produits agricoles et de l'eau potable sera nécessaire au cours des vingt prochaines années simplement pour correspondre à l'augmentation de la population ; la nécessité pour un demi-milliard de personnes d'être correctement nourries au lieu de rester sous-alimentées, et la demande accrue des populations dont les revenus augmentent, conduiront toutes à une augmentation considérable de la production alimentaire totale. Une demande excessive d'aliments d'origine animale continuera de caractériser les personnes appartenant aux groupes à revenu élevé, entraînant une augmentation de la production d'aliments pour animaux.

La pression sur l'agriculture et la production alimentaire, à mesure que la population et la demande par habitant augmenteront, entraînera une plus grande charge pour l'environnement. Cette charge sera générée de manière inégale et aura des effets environnementaux inégaux. À l'échelle mondiale, ceux-ci seront défavorables et nécessiteront une action concertée.

Cette demande accrue tombera sur des ressources en terre et en eau qui sont limitées, où les zones les plus productives ont déjà été utilisées et où le coût de la mise en production de terres marginales et de l'utilisation d'une eau moins facilement disponible sera élevé. Une grande partie de ces terres marginales ne peut avoir qu'une fertilité temporaire à moins que des mesures spécifiques ne soient prises pour la maintenir, tandis que la productivité des pêcheries naturelles est également fortement limitée. La superficie des terres arables diminuera en raison de l'érosion des sols due au surpâturage ; latéritisation des zones défrichées ; la salinisation des sols et d'autres types de dégradation des terres ; et l'expansion des développements urbains, industriels et autres.

La disponibilité et la qualité de l'eau, déjà totalement insuffisantes dans une grande partie du monde, resteront des problèmes majeurs pour les zones rurales des pays en développement et aussi pour de nombreuses populations urbaines, qui pourraient être confrontées au problème supplémentaire des charges d'utilisation élevées. Les besoins en eau vont fortement augmenter, et pour plusieurs grandes villes la satisfaction de la demande en eau deviendra de plus en plus coûteuse car l'approvisionnement devra être acheminé de très loin. La réutilisation de l'eau implique des normes de traitement plus strictes. La production croissante d'eaux usées et d'eaux usées nécessitera des installations de traitement plus étendues, ainsi que d'importantes dépenses en capital.

Le besoin continu de développement industriel à long terme pour produire des biens, des services et des emplois conduira à une production alimentaire plus intensive, qui deviendra elle-même plus industrialisée. Par conséquent, et surtout à cause de l'urbanisation, la demande et les ressources employées pour l'emballage, la transformation, le stockage et la distribution des aliments augmenteront en volume et en importance.

Le public est de plus en plus conscient de la nécessité de produire, de protéger et de commercialiser les aliments de manière à minimiser les changements néfastes dans notre environnement, et il est plus exigeant à cet égard. L'émergence d'outils scientifiques révolutionnaires (par exemple, les avancées biotechnologiques) offre la possibilité d'augmenter considérablement la production alimentaire, de réduire les déchets et d'améliorer la sécurité.

Le principal défi consiste à répondre aux demandes croissantes de nourriture, d'autres produits agricoles et d'eau de manière à favoriser des améliorations à long terme de la santé, et qui sont également durables, économiques et compétitives.

Bien qu'il y ait actuellement suffisamment de nourriture pour tous à l'échelle mondiale, de grandes difficultés doivent être surmontées pour assurer la disponibilité et la distribution équitable de denrées alimentaires sûres, nutritives et abordables pour répondre aux besoins de santé dans de nombreuses régions du monde, et notamment dans les zones d'une croissance démographique rapide.

Souvent, les éventuelles conséquences sanitaires ne sont pas pleinement prises en compte dans la conception et la mise en œuvre des politiques et programmes agricoles et de pêche. Un exemple est la production de tabac, qui a des impacts très graves et négatifs sur la santé humaine et sur les rares ressources en terres et en bois de feu. De plus, l'absence d'une approche intégrée du développement des secteurs de l'agriculture et de la foresterie entraîne la non-reconnaissance de la relation importante des deux secteurs avec la protection des habitats fauniques, de la diversité biologique et des ressources génétiques.

Si des mesures opportunes et appropriées ne sont pas prises pour atténuer les impacts environnementaux de l'agriculture, de la pêche, de la production alimentaire et de l'utilisation de l'eau, les situations suivantes prévaudront :

  • A mesure que la population urbaine augmente, la difficulté de maintenir et d'étendre un système de distribution alimentaire efficace deviendra plus grande. Cela peut augmenter la prévalence de l'insécurité alimentaire des ménages, la malnutrition associée et les risques sanitaires parmi les masses croissantes de pauvres en milieu urbain.
  • Les maladies microbiennes, virales et parasitaires causées par des aliments et de l'eau contaminés continueront de poser de graves problèmes de santé. De nouveaux agents importants pour la santé publique continueront d'émerger. Les maladies diarrhéiques liées à l'alimentation et à l'eau, responsables d'une mortalité infantile élevée et d'une morbidité universelle, vont augmenter.
  • Les maladies à transmission vectorielle dues à l'irrigation, à d'autres développements des ressources en eau et aux eaux usées non contrôlées augmenteront considérablement. Le paludisme, la schistosomiase, la filariose et les fièvres à arbovirus continueront d'être des problèmes majeurs.
  • Les problèmes décrits ci-dessus se traduiront par des niveaux statiques ou croissants de malnutrition et de mortalité chez les nourrissons et les jeunes enfants, ainsi que par la morbidité à tous les âges, mais principalement parmi les pauvres, les très jeunes, les personnes âgées et les malades.
  • les maladies liées à des modes de vie, au tabagisme et à une alimentation inappropriés (par exemple, l'obésité, le diabète ou les maladies coronariennes), qui sont caractéristiques des pays les plus riches, font leur apparition et deviennent des problèmes importants également dans les pays en développement. L'urbanisation croissante va accélérer cette tendance.
  • À mesure que l'intensité de la production alimentaire augmente, le risque de maladies professionnelles et d'accidents chez les personnes travaillant dans ce secteur et dans des secteurs connexes augmentera considérablement à moins que des efforts suffisants en matière de sécurité et de prévention ne soient déployés.

 

Conséquences sur la santé de la contamination biologique et des produits chimiques dans les aliments

Malgré les progrès de la science et de la technologie, les aliments et l'eau contaminés restent à ce jour des problèmes majeurs de santé publique. Les maladies d'origine alimentaire sont peut-être les problèmes de santé les plus répandus dans le monde contemporain et des causes importantes de réduction de la productivité économique (WHO/FAO 1984). Elles sont causées par un large éventail d'agents et couvrent tous les degrés de gravité, des indispositions légères aux maladies potentiellement mortelles. Cependant, seule une petite proportion de cas est portée à la connaissance des services de santé et encore moins fait l'objet d'une enquête. En conséquence, on pense que dans les pays industrialisés, seulement 10 % environ des cas sont signalés, tandis que dans les pays en développement, les cas signalés ne représentent probablement pas plus de 1 % du total.

Malgré ces limites, les données disponibles indiquent que les maladies d'origine alimentaire sont en augmentation partout dans le monde, tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés. L'expérience du Venezuela illustre cette tendance (PAHO/WHO 1989) (figure 1).

Figure 1. Maladies d'origine alimentaire au Venezuela

EHH020F1

Bcontamination biologique

Pays en voie de développement

Les informations disponibles indiquent clairement que les contaminants biologiques (bactéries, virus et parasites) sont les principales causes des maladies d'origine alimentaire (tableau 1).

Tableau 1. Quelques agents de maladies d'origine alimentaire importantes et principales caractéristiques épidémiologiques

Agents

Réservoir/porteur important

Transmissiona by

Multiplier
Dans la nourriture

Exemples de certains aliments incriminés

   

Eau

Alimentation

Personne à personne

   

Bactéries

           

bacille Cereus

Sol

-

+

-

+

Riz cuit, charcuterie, légumes,
puddings féculents

Brucella espèce

Bovins, caprins, ovins

-

+

-

+

Lait cru, produits laitiers

Campylobacter jejuni

Poulets, chiens, chats, bovins,
cochons, oiseaux sauvages

+

+

+

-b

Lait cru, volaille

Clostridium botulinum

Sol, mammifères, oiseaux, poissons

-

+

-

+

Poissons, viandes, légumes (conserves maison),
miel

Clostridium perfringens

Sol, animaux, humains

-

+

-

+

Viande et volaille cuites, sauce, haricots

Escherichia coli

           

Entérotoxinogène

Les êtres humains

+

+

+

+

Salade, crudités

Entéropathogène

Les êtres humains

+

+

+

+

Lait

Entéro-invasif

Les êtres humains

+

+

0

+

Fromage

Entérohémorragique

Bovins, volailles, ovins

+

+

+

+

Viande insuffisamment cuite, lait cru, fromage

Listeria monocytogenes

Environnement

+

+

-c

+

Fromage, lait cru, salade de chou

Mycobactérie bovis

Bovins

-

+

-

-

Lait cru

Salmonella typhi et de
paratyphe

Les êtres humains

+

+

±

+

Produits laitiers, charcuterie, crustacés,
salades de légumes

des salmonelles (non-typhi)

Humains et animaux

±

+

±

+

Viande, volaille, œufs, produits laitiers,
Chocolat

Shigella spp.

Les êtres humains

+

+

+

+

Salades de pommes de terre/œufs

Staphylococcus aureus
(entérotoxines)

 

-

+

-

+

Salades de jambon, de volaille et d'œufs, fourrées à la crème
produits de boulangerie, glaces, fromages

Vibrio cholerae01

Humains, vie marine

+

+

±

+

Salade, coquillages

Vibrio cholerae, non-01

Humains, vie marine

+

+

±

+

Fruits de mer

Vibrio parahaemolyticus

Eau de mer, vie marine

-

+

-

+

Poissons crus, crabes et autres crustacés

Vibrio vulnificus

Eau de mer, vie marine

+

+

-

+

Fruits de mer

Yersinia enterocolitica

Eau, animaux sauvages, cochons,
chiens, volaille

+

+

-

+

Lait, porc et volaille

Virus

           

Virus de l'hépatite A

Les êtres humains

+

+

+

-

Crustacés, fruits et légumes crus

Agents Norwalk

Les êtres humains

+

+

-

-

Coquillages, salade

Rotavirus

Les êtres humains

+

+

+

-

0

Protozoaires

 

+

+

+

+

 

Cryptosporidium parvum

Humains, animaux

+

+

+

-

Lait cru, saucisse crue (non fermentée)

Entamoeba histolytica

Les êtres humains

+

+

+

-

Légumes et fruits

Giardia lamblia

Humains, animaux

+

±

+

-

Légumes et fruits

Toxoplasma gondii

Chats, cochons

0

+

-

-

Viande pas assez cuite, crudités

Helminthes

           

Ascaris lumbricoides

Les êtres humains

+

+

-

-

Aliments contaminés par le sol

Clonorchis sinensis

Poisson d'eau douce

-

+

-

-

Poisson pas assez cuit/cru

Fasciola hepatica

Bovins, caprins

+

+

-

-

Cresson

Opisthorclis viverrini/felinus

Poisson d'eau douce

-

+

-

-

Poisson pas assez cuit/cru

Paragonimus sp.

Crabes d'eau douce

-

+

-

-

Crabes insuffisamment cuits/crus

Taenia Saginata et de T.solium

Bovins, porcs

-

+

-

-

Viande insuffisamment cuite

Trichinelle spirale

Porc, carnivore

-

+

-

-

Viande insuffisamment cuite

Trichuris trichiura

Les êtres humains

0

+

-

-

Aliments contaminés par le sol

a Presque toutes les infections entériques aiguës montrent une transmission accrue pendant l'été et/ou les mois humides, à l'exception des infections dues au Rotavirus et Yersinia enterocolitica, qui montrent une transmission accrue pendant les mois les plus froids.

b Dans certaines circonstances, une certaine multiplication a été observée. La signification épidémiologique de cette observation n'est pas claire.

c La transmission verticale de la femme enceinte au fœtus est fréquente.

+ = Oui ; ± = rare ; - = Non ; 0 = Aucune information.

Adapté de OMS/FAO 1984.

 

Dans les pays en développement, ils sont responsables d'un large éventail de maladies d'origine alimentaire (par exemple, le choléra, la salmonellose, la shigellose, les fièvres typhoïde et paratyphoïde, la brucellose, la poliomyélite et l'amibiase). Les maladies diarrhéiques, en particulier la diarrhée infantile, sont le problème dominant et, en fait, l'un des plus importants. Chaque année, quelque 1,500 70 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent de diarrhée et parmi eux, plus de trois millions en meurent. Auparavant, on pensait que l'approvisionnement en eau contaminée était la principale source directe d'agents pathogènes causant la diarrhée, mais il a maintenant été démontré que jusqu'à 1990 % des épisodes diarrhéiques peuvent être dus à des agents pathogènes d'origine alimentaire (OMS XNUMXc). Cependant, la contamination des aliments peut dans de nombreux cas provenir de l'eau contaminée utilisée pour l'irrigation et à des fins similaires.

Pays industrialisés

Bien que la situation concernant les maladies d'origine alimentaire soit très grave dans les pays en développement, le problème ne se limite pas à ces pays, et ces dernières années, les pays industrialisés ont connu une succession d'épidémies majeures. Aux États-Unis, on estime qu'il y a 6.5 ​​millions de cas par an, avec 9,000 80 décès, mais selon la Food and Drug Administration des États-Unis, ce chiffre est une sous-estimation et peut atteindre 1987 millions de cas (Cohen 1985; Archer et Kvenberg 1987 ; Jeune 1989). L'estimation pour l'ancienne Allemagne de l'Ouest était d'un million de cas en 1990 (Grossklaus 10). Une étude aux Pays-Bas a révélé que jusqu'à 1990 % de la population pourrait être touchée par des maladies d'origine alimentaire ou hydrique (Hoogenboom-Vergedaal et al. XNUMX).

Avec l'amélioration actuelle des normes d'hygiène personnelle, le développement de l'assainissement de base, l'approvisionnement en eau potable, une infrastructure efficace et l'application croissante de technologies telles que la pasteurisation, de nombreuses maladies d'origine alimentaire ont été soit éliminées, soit considérablement réduites dans certains pays industrialisés (par exemple, la salmonellose transmise par le lait) . Néanmoins, la plupart des pays connaissent actuellement une augmentation importante de plusieurs autres maladies d'origine alimentaire. La situation dans l'ex-Allemagne de l'Ouest (1946-1991) illustre ce phénomène (figure 2) (Statistisches Bundesamt 1994).

Figure 2. Entérite infectieuse, fièvre typhoïde et fièvre para-typhoïde (A, B et C), Allemagne

EHH020F3

La salmonellose, en particulier, a considérablement augmenté des deux côtés de l'Atlantique au cours des dernières années (Rodrigue 1990). Dans de nombreux cas, cela est dû à Salmonella enteritidis. La figure 3 montre l'augmentation de ce micro-organisme par rapport aux autres des salmonelles souches en Suisse. Dans de nombreux pays, la viande de volaille, les œufs et les aliments contenant des œufs ont été identifiés comme les principales sources de cet agent pathogène. Dans certains pays, 60 à 100 % de la viande de volaille est contaminée par des salmonelles spp., et la viande, les cuisses de grenouilles, le chocolat et le lait ont également été incriminés (Notermans 1984; Roberts 1990). En 1985, quelque 170,000 200,000 à 1987 XNUMX personnes ont été impliquées dans une épidémie de salmonellose à Chicago causée par du lait pasteurisé contaminé (Ryzan XNUMX).

Figure 3. Sérotypes de Salmonella en Suisse

EHH020F2

Produits chimiques et toxiques dans les aliments

Des efforts considérables ont été entrepris aux niveaux national et international pour assurer la sécurité chimique des approvisionnements alimentaires. Deux comités mixtes FAO/OMS ont, sur une période de trois décennies, évalué un grand nombre de produits chimiques alimentaires. Le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) évalue les additifs alimentaires, les contaminants et les résidus de médicaments vétérinaires, et la Réunion conjointe FAO/OMS sur les résidus de pesticides (JMPR) évalue les résidus de pesticides. Des recommandations sont faites sur la dose journalière admissible (DJA), sur les limites maximales de résidus (LMR) et les limites maximales (LM). Sur la base de ces recommandations, la Commission du Codex Alimentarius et les gouvernements établissent des normes alimentaires et des niveaux de sécurité pour ces substances dans les denrées alimentaires. En outre, le programme conjoint PNUE/FAO/OMS de surveillance de la contamination des aliments (GEMS/Aliments) fournit des informations sur les niveaux de contaminants dans les aliments et sur les tendances temporelles de la contamination, permettant des mesures de prévention et de contrôle.

Alors que les informations provenant de la plupart des pays en développement sont rares, les enquêtes réalisées dans les pays industrialisés suggèrent que l'approvisionnement alimentaire est largement sûr du point de vue chimique en raison de l'infrastructure de sécurité alimentaire étendue (c'est-à-dire la législation, les mécanismes d'application, les systèmes de surveillance et de contrôle) et le niveau général de responsabilité de l'industrie alimentaire. Cependant, une contamination ou une falsification accidentelle se produit, auquel cas les conséquences sur la santé peuvent être graves. Par exemple, en Espagne, en 1981-82, l'huile de cuisine frelatée a tué quelque 600 personnes et en a rendu invalides, temporairement ou définitivement, 20,000 1984 autres (OMS XNUMX). L'agent responsable de cet empoisonnement de masse n'a pas encore été identifié malgré des investigations intensives.

Produits chimiques environnementaux

Un certain nombre de substances chimiques peuvent être présentes dans l'approvisionnement alimentaire en raison de la contamination de l'environnement. Leurs effets sur la santé peuvent être extrêmement graves et ont suscité de vives inquiétudes ces dernières années.

Des conséquences graves ont été signalées lorsque des aliments contaminés par des métaux lourds tels que le plomb, le cadmium ou le mercure ont été ingérés pendant de longues périodes.

L'accident de Tchernobyl a suscité de vives inquiétudes quant aux risques pour la santé des personnes exposées aux émissions accidentelles de radionucléides. Les personnes vivant à proximité de l'accident ont été exposées, et cette exposition comprenait des contaminants radioactifs dans les aliments et l'eau. Dans d'autres parties de l'Europe et ailleurs, à une certaine distance de l'accident, cette préoccupation s'est concentrée sur les aliments contaminés comme source d'exposition. Dans la plupart des pays, la dose moyenne estimée acquise en mangeant des aliments contaminés ne représentait qu'une très petite fraction de la dose normalement reçue du rayonnement de fond (IAEA 1991).

D'autres produits chimiques environnementaux d'intérêt sont les biphényles polychlorés (BPC). Les PCB sont utilisés dans diverses applications industrielles. Les informations sur les effets des PCB sur la santé humaine ont été notées à l'origine à la suite de deux incidents à grande échelle survenus au Japon (1968) et à Taïwan, Chine (1979). L'expérience de ces épidémies a montré qu'en plus de leurs effets aigus, les PCB peuvent également avoir des effets cancérigènes.

Le DDT a été largement utilisé entre 1940 et 1960 comme insecticide à des fins agricoles et pour lutter contre les maladies à transmission vectorielle. Il est maintenant interdit ou restreint dans de nombreux pays en raison de son risque potentiel pour l'environnement. Dans de nombreux pays tropicaux, le DDT est encore un produit chimique important, utilisé pour lutter contre le paludisme. Aucun effet nocif confirmé n'a été signalé en raison des résidus de DDT dans les aliments (UNEP 1988).

Mycotoxines

Les mycotoxines, les métabolites toxiques de certains champignons microscopiques (moisissures), peuvent provoquer des effets indésirables graves chez les humains, ainsi que chez les animaux. Des études animales ont montré qu'en plus de l'intoxication aiguë, les mycotoxines sont capables de provoquer des effets cancérigènes, mutagènes et tératogènes.

Les biotoxines

L'intoxication par la biotoxine marine (également appelée « empoisonnement des poissons ») est un autre problème préoccupant. Des exemples de telles intoxications sont la ciguatera et divers types d'empoisonnement par les coquillages.

Toxiques végétaux

Les substances toxiques présentes dans les plantes comestibles et les plantes vénéneuses qui leur ressemblent (champignons, certaines plantes vertes sauvages) sont des causes importantes de mauvaise santé dans de nombreuses régions du monde et posent un problème gênant pour la sécurité alimentaire (OMS 1990b).

 

Noir

Alors que l'industrialisation est une caractéristique essentielle de la croissance économique dans les pays en développement, les pratiques industrielles peuvent également avoir des conséquences néfastes sur la santé environnementale en raison du rejet de polluants de l'air et de l'eau et de l'élimination de déchets dangereux. C'est souvent le cas dans les pays en développement, où l'on accorde moins d'attention à la protection de l'environnement, les normes environnementales sont souvent inappropriées ou mal mises en œuvre et les techniques de contrôle de la pollution ne sont pas encore pleinement développées. Avec un développement économique rapide, de nombreux pays en développement, comme la Chine et d'autres pays asiatiques, sont confrontés à des problèmes environnementaux supplémentaires. L'un est la pollution de l'environnement par les industries ou technologies dangereuses transférées des pays développés, qui ne sont plus acceptables pour des raisons de santé au travail et environnementales dans les pays développés, mais toujours autorisées dans les pays en développement en raison d'une législation environnementale plus souple. Un autre problème est la prolifération rapide des petites entreprises informelles dans les cantons ainsi que dans les zones rurales, qui créent souvent une grave pollution de l'air et de l'eau en raison du manque de connaissances et de fonds suffisants.

Pollution de l'air

La pollution de l'air dans les pays en développement découle non seulement de l'émission de polluants par les cheminées d'industries relativement importantes, telles que les industries du fer et de l'acier, des métaux non ferreux et des produits pétroliers, mais également des émissions fugitives de polluants provenant d'usines à petite échelle, telles que les cimenteries. , les raffineries de plomb, les usines d'engrais chimiques et de pesticides, etc., où des mesures antipollution inadéquates existent et où les polluants peuvent s'échapper dans l'atmosphère.

Étant donné que les activités industrielles impliquent toujours la production d'énergie, la combustion de combustibles fossiles est une source principale de pollution de l'air dans les pays en développement, où le charbon est largement utilisé non seulement pour la consommation industrielle, mais aussi pour la consommation domestique. Par exemple, en Chine, plus de 70 % de la consommation totale d'énergie repose sur la combustion directe du charbon, à partir de laquelle de grandes quantités de polluants (particules en suspension, dioxyde de soufre, etc.) sont émises en cas de combustion incomplète et de contrôles des émissions inadéquats.

Les types de polluants atmosphériques émis varient d'une industrie à l'autre. Les concentrations de différents polluants dans l'atmosphère varient également considérablement d'un procédé à l'autre et d'un endroit à l'autre avec des conditions géographiques et climatiques différentes. Il est difficile d'estimer les niveaux d'exposition spécifiques de divers polluants provenant de différentes industries pour la population générale dans les pays en développement, comme ailleurs. En général, les niveaux d'exposition sur le lieu de travail sont beaucoup plus élevés que ceux de la population générale, car les émissions sont rapidement diluées et dispersées par le vent. Mais la durée d'exposition de la population générale est beaucoup plus longue que celle des travailleurs.

Les niveaux d'exposition de la population générale des pays en développement sont généralement plus élevés que ceux des pays développés, où la pollution de l'air est plus strictement contrôlée et où les zones résidentielles sont généralement éloignées des industries. Comme nous le verrons plus loin dans ce chapitre, un grand nombre d'études épidémiologiques ont déjà montré l'étroite association entre la réduction de la fonction pulmonaire et l'augmentation de l'incidence des maladies respiratoires chroniques chez les résidents exposés à long terme aux polluants atmosphériques courants.

Une étude de cas sur les effets de la pollution de l'air sur la santé de 480 enfants du primaire à Cubatao, au Brésil, où de grandes quantités de polluants mixtes ont été émis par 23 industries (aciérie, industries chimiques, cimenterie, usines d'engrais, etc.), a montré que 55.3% des enfants avaient des diminutions de la fonction pulmonaire. Un autre exemple d'effets sanitaires de la pollution de l'air est apparu dans la zone industrielle spéciale d'Ulsan/Onsan, en République de Corée, où de nombreuses usines à grande échelle (principalement des usines pétrochimiques et des raffineries de métaux) sont concentrées. Les résidents locaux se sont plaints de divers problèmes de santé, en particulier du trouble du système nerveux appelé « maladie d'Onsan ».

Les rejets accidentels de substances toxiques dans l'atmosphère entraînant de graves risques pour la santé sont généralement plus fréquents dans les pays en développement. Les raisons comprennent une planification de sécurité inadéquate, le manque de personnel technique qualifié pour entretenir les installations appropriées et les difficultés à obtenir des pièces de rechange, etc. L'un des pires de ces accidents s'est produit à Bhopal, en Inde, en 1984, où une fuite d'isocyanure de méthyle a tué 2,000 XNUMX personnes.

Pollution de l'eau et du sol

Outre la pollution industrielle de l'air, l'élimination inappropriée et souvent imprudente des déchets industriels (déversement incontrôlé dans les cours d'eau et élimination incontrôlée sur le sol, qui entraîne souvent une pollution de l'eau et du sol) est un autre problème crucial d'hygiène de l'environnement dans les pays en développement, en particulier avec de nombreuses petites petites entreprises de canton, comme celles de la Chine. Certaines usines à petite échelle, telles que la teinture textile, la pâte et le papier, le tannage du cuir, la galvanoplastie, les lampes fluorescentes, les batteries au plomb et la fusion des métaux, produisent toujours une grande quantité de déchets, contenant des substances toxiques ou dangereuses comme le chrome, le mercure, le plomb, le cyanure et ainsi de suite, qui peuvent polluer les rivières, les ruisseaux et les lacs, ainsi que le sol, lorsqu'ils ne sont pas traités. La pollution des sols peut à son tour contaminer les ressources en eaux souterraines.

À Karachi, la rivière Lyan, qui traverse la ville, est devenue un drain à ciel ouvert d'eaux usées et d'effluents industriels non traités provenant de quelque 300 grandes et petites industries. Il y a un cas similaire à Shanghai. Quelque 3.4 millions de mètres cubes de déchets industriels et domestiques se déversent dans le ruisseau Suzhou et la rivière Huangpu, qui traversent le cœur de la ville. En raison d'une grave pollution, la rivière et le ruisseau sont essentiellement devenus dépourvus de vie et produisent souvent des odeurs et des images désagréables et offensantes pour le public vivant dans les environs.

Un autre problème de pollution de l'eau et des sols dans les pays en développement est le transfert de déchets toxiques ou dangereux des pays développés vers les pays en développement. Le coût du transport de ces déchets vers de simples sites de stockage dans les pays en développement ne représente qu'une fraction du coût nécessaire pour les stocker ou les incinérer en toute sécurité dans leur pays d'origine conformément aux réglementations gouvernementales applicables. Cela s'est produit en Thaïlande, au Nigeria, en Guinée-Bissau, etc. Les déchets toxiques à l'intérieur des barils peuvent fuir et polluer l'air, l'eau et le sol, ce qui présente un risque potentiel pour la santé des personnes vivant à proximité.

Ainsi, les problèmes d'hygiène de l'environnement examinés dans ce chapitre tendent à s'appliquer encore plus aux pays en développement.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 18

Pays en développement et pollution

La pollution industrielle est un problème plus compliqué dans les pays en développement que dans les économies développées. Les obstacles structurels à la prévention et à la dépollution sont plus importants. Ces obstacles sont en grande partie économiques, car les pays en développement n'ont pas les ressources nécessaires pour contrôler la pollution dans la mesure où les pays développés le peuvent. D'un autre côté, les effets de la pollution peuvent être très coûteux pour une société en développement, en termes de santé, de déchets, de dégradation de l'environnement, de qualité de vie réduite et de coûts de nettoyage à l'avenir. Un exemple extrême est l'inquiétude pour l'avenir des enfants exposés au plomb dans certaines mégalopoles de pays où l'essence au plomb est encore utilisée, ou à proximité de fonderies. Certains de ces enfants ont des niveaux de plomb dans le sang suffisamment élevés pour altérer l'intelligence et la cognition.

L'industrie des pays en développement fonctionne généralement à court de capital par rapport à l'industrie des pays développés, et les fonds d'investissement disponibles sont d'abord investis dans l'équipement et les ressources nécessaires à la production. Le capital appliqué au contrôle de la pollution est considéré comme « improductif » par les économistes, car un tel investissement ne conduit pas à une augmentation de la production et du rendement financier. Cependant, la réalité est plus compliquée. L'investissement dans le contrôle de la pollution peut ne pas apporter un retour sur investissement direct évident à l'entreprise ou à l'industrie, mais cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de retour sur investissement. Dans de nombreux cas, comme dans une raffinerie de pétrole, le contrôle de la pollution réduit également la quantité de gaspillage et augmente l'efficacité de l'opération de sorte que l'entreprise en bénéficie directement. Lorsque l'opinion publique a du poids et qu'il est dans l'intérêt d'une entreprise d'entretenir de bonnes relations publiques, l'industrie peut s'efforcer de contrôler la pollution dans son propre intérêt. Malheureusement, la structure sociale de nombreux pays en développement ne favorise pas cela car les personnes les plus négativement affectées par la pollution ont tendance à être celles qui sont pauvres et marginalisées dans la société.

La pollution peut nuire à l'environnement et à la société dans son ensemble, mais ce sont des « déséconomies externalisées » qui ne nuisent pas considérablement à l'entreprise elle-même, du moins pas sur le plan économique. Au lieu de cela, les coûts de la pollution ont tendance à être supportés par la société dans son ensemble, et l'entreprise est épargnée par les coûts. Cela est particulièrement vrai dans les situations où l'industrie est essentielle à l'économie locale ou aux priorités nationales, et il existe une tolérance élevée pour les dommages qu'elle cause. Une solution consisterait à « internaliser » les déséconomies externes en incorporant les coûts de dépollution ou les coûts estimés des dommages environnementaux dans les coûts d'exploitation de l'entreprise sous forme de taxe. Cela donnerait à l'entreprise une incitation financière à contrôler ses coûts en réduisant sa pollution. Cependant, pratiquement aucun gouvernement dans aucun pays en développement n'est en mesure de le faire et de faire appliquer la taxe.

Dans la pratique, les capitaux sont rarement disponibles pour investir dans des équipements de lutte contre la pollution, à moins qu'il n'y ait une pression de la réglementation gouvernementale. Cependant, les gouvernements sont rarement motivés pour réglementer l'industrie à moins qu'il n'y ait des raisons impérieuses de le faire et que leurs citoyens ne fassent pression. Dans la plupart des pays développés, les gens sont raisonnablement sûrs de leur santé et de leur vie, et s'attendent à une meilleure qualité de vie, qu'ils associent à un environnement plus propre. Parce qu'il y a plus de sécurité économique, ces citoyens sont plus disposés à accepter un sacrifice économique apparent pour parvenir à un environnement plus propre. Cependant, pour être compétitifs sur les marchés mondiaux, de nombreux pays en développement sont très réticents à imposer une réglementation à leurs industries. Au lieu de cela, ils espèrent que la croissance industrielle d'aujourd'hui conduira demain à une société suffisamment riche pour nettoyer la pollution. Malheureusement, le coût du nettoyage augmente aussi vite, sinon plus vite, que les coûts associés au développement industriel. À un stade précoce de développement industriel, un pays en développement aurait en théorie des coûts très faibles associés à la prévention de la pollution, mais ces pays ne disposent presque jamais des ressources en capital nécessaires pour le faire. Plus tard, lorsqu'un tel pays a les ressources, les coûts sont souvent incroyablement élevés et le mal a déjà été fait.

L'industrie des pays en développement a tendance à être moins efficace que celle des pays développés. Ce manque d'efficacité est un problème chronique dans les économies en développement, reflétant des ressources humaines non formées, le coût de l'importation d'équipements et de technologies et le gaspillage inévitable qui se produit lorsque certaines parties de l'économie sont plus développées que d'autres.

Cette inefficacité repose également en partie sur la nécessité de s'appuyer sur des technologies obsolètes qui sont librement disponibles, ne nécessitent pas de licence coûteuse ou dont l'utilisation est moins coûteuse. Ces technologies sont souvent plus polluantes que les technologies de pointe dont disposent les industriels des pays développés. Un exemple est l'industrie de la réfrigération, où l'utilisation de chlorofluorocarbures (CFC) comme produits chimiques réfrigérants est beaucoup moins chère que les alternatives, malgré les effets graves de ces produits chimiques sur l'appauvrissement de l'ozone de la haute atmosphère et la réduction du bouclier terrestre contre le rayonnement ultraviolet ; certains pays avaient été très réticents à accepter d'interdire l'utilisation des CFC parce qu'il leur serait alors économiquement impossible de fabriquer et d'acheter des réfrigérateurs. Le transfert de technologie est la solution évidente, mais les entreprises des pays développés qui ont développé ou détiennent la licence de telles technologies sont naturellement réticentes à les partager. Ils sont réticents parce qu'ils ont dépensé leurs propres ressources pour développer la technologie, souhaitent conserver l'avantage qu'ils ont sur leurs propres marchés en contrôlant cette technologie et peuvent gagner de l'argent en utilisant ou en vendant la technologie uniquement pendant la durée limitée du brevet.

Un autre problème auquel sont confrontés les pays en développement est le manque d'expertise et de sensibilisation aux effets de la pollution, aux méthodes de surveillance et à la technologie de lutte contre la pollution. Il y a relativement peu d'experts dans le domaine dans les pays en développement, en partie parce qu'il y a moins d'emplois et un marché plus petit pour leurs services, même si le besoin peut en fait être plus grand. Étant donné que le marché des équipements et des services de contrôle de la pollution peut être petit, cette expertise et cette technologie peuvent devoir être importées, ce qui augmente les coûts. La reconnaissance générale du problème par les gestionnaires et les superviseurs dans l'industrie peut être insuffisante ou très faible. Même lorsqu'un ingénieur, un gestionnaire ou un superviseur dans l'industrie se rend compte qu'une opération est polluante, il peut être difficile de persuader les autres dans l'entreprise, leurs patrons ou les propriétaires qu'il y a un problème qui doit être résolu.

Dans la plupart des pays en développement, l'industrie est en concurrence sur le segment inférieur des marchés internationaux, ce qui signifie qu'elle fabrique des produits qui sont compétitifs sur la base du prix et non de la qualité ou des caractéristiques spéciales. Peu de pays en développement se spécialisent dans la fabrication de nuances d'acier très fines pour les instruments chirurgicaux et les machines sophistiquées, par exemple. Ils fabriquent des qualités d'acier inférieures pour la construction et la fabrication parce que le marché est beaucoup plus vaste, l'expertise technique requise pour le produire est moindre et ils peuvent rivaliser sur la base des prix tant que la qualité est suffisamment bonne pour être acceptable. Le contrôle de la pollution réduit l'avantage de prix en augmentant les coûts apparents de production sans augmenter la production ou les ventes. Le problème central dans les pays en développement est de trouver un équilibre entre cette réalité économique et la nécessité de protéger leurs citoyens, l'intégrité de leur environnement et leur avenir, sachant qu'après le développement, les coûts seront encore plus élevés et les dommages peuvent être permanents.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 19

Pollution de l'air

Le problème de la pollution de l'air n'a cessé de croître depuis le début de la révolution industrielle il y a 300 ans. Quatre facteurs majeurs ont exacerbé la pollution de l'air : l'industrialisation croissante ; augmentation du trafic ; développement économique rapide; et des niveaux plus élevés de consommation d'énergie. Les informations disponibles montrent que les directives de l'OMS pour les principaux polluants atmosphériques sont régulièrement dépassées dans de nombreux grands centres urbains. Bien que des progrès aient été réalisés dans la lutte contre les problèmes de pollution de l'air dans de nombreux pays industrialisés au cours des deux dernières décennies, la qualité de l'air, en particulier dans les grandes villes du monde en développement, se détériore. Les effets néfastes sur la santé des polluants de l'air ambiant dans de nombreuses zones urbaines, où les niveaux sont suffisamment élevés pour contribuer à l'augmentation de la mortalité et de la morbidité, aux déficits de la fonction pulmonaire et aux effets cardiovasculaires et neurocomportementaux, sont très préoccupants (Romieu, Weizenfeld et Finkelman 1990 ; OMS/PNUE 1992). La pollution de l'air intérieur due aux produits de la combustion domestique est également un problème majeur dans les pays en développement (OMS 1992b), mais elle ne fait pas partie de cet examen, qui ne considère que les sources, la dispersion et les effets sur la santé de la pollution de l'air extérieur, et comprend une étude de cas de la situation au Mexique.

Source des polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques les plus courants dans les environnements urbains comprennent le dioxyde de soufre (SO2), les particules en suspension (MPS), les oxydes d'azote (NO et NO2, collectivement appelés NONX), l'ozone (O3), monoxyde de carbone (CO) et plomb (Pb). La combustion de combustibles fossiles dans des sources fixes conduit à la production de SO2, Je n'ai pasX et les particules, y compris les aérosols de sulfate et de nitrate formés dans l'atmosphère suite à la conversion du gaz en particules. Les véhicules à moteur à essence sont les principales sources de NOX, CO et Pb, alors que les moteurs diesel émettent des quantités importantes de particules, SO2 et nonX. L'ozone, un oxydant photochimique et principal constituant du smog photochimique, n'est pas émis directement par les sources de combustion mais se forme dans la basse atmosphère à partir de NOX et les composés organiques volatils (COV) en présence de la lumière du soleil (UNEP 1991b). Le tableau 1 présente les principales sources de polluants de l'air extérieur.

 


Tableau 1. Principales sources de polluants de l'air extérieur

 

Sources de polluants

Oxydes de soufre Combustion de charbon et de pétrole, fonderies

Matières particulaires en suspension Produits de combustion (carburant, biomasse), fumée de tabac

Oxydes d'azote Combustion de carburant et de gaz

Monoxyde de carbone Combustion incomplète d'essence et de gaz

Réaction photochimique de l'ozone

Plomb Combustion d'essence, combustion de charbon, production de batteries, câbles, soudure, peinture

Substances organiques Solvants pétrochimiques, vaporisation de combustibles imbrûlés

Source : Adapté du PNUE 1991b.


 

 

Dispersion et transport des polluants atmosphériques

Les deux principales influences sur la dispersion et le transport des émissions de polluants atmosphériques sont la météorologie (y compris les effets du microclimat tels que les « îlots de chaleur ») et la topographie par rapport à la répartition de la population. De nombreuses villes sont entourées de collines qui peuvent agir comme une barrière sous le vent, emprisonnant la pollution. Les inversions thermiques contribuent à un problème particulaire dans les climats tempérés et froids. Dans des conditions normales de dispersion, les gaz polluants chauds montent lorsqu'ils entrent en contact avec des masses d'air plus froides à mesure que l'altitude augmente. Cependant, dans certaines circonstances, la température peut augmenter avec l'altitude et une couche d'inversion se forme, piégeant les polluants à proximité de la source d'émission et retardant leur diffusion. Le transport à longue distance de la pollution atmosphérique à partir des grandes zones urbaines peut avoir des impacts nationaux et régionaux. Les oxydes d'azote et de soufre peuvent contribuer au dépôt acide à de grandes distances de la source d'émission. Les concentrations d'ozone sont souvent élevées sous le vent des zones urbaines en raison du décalage temporel impliqué dans les processus photochimiques (UNEP 1991b).

Effets sur la santé des polluants atmosphériques

Les polluants et leurs dérivés peuvent avoir des effets néfastes en interagissant avec et en altérant des molécules cruciales pour les processus biochimiques ou physiologiques du corps humain. Trois facteurs influencent le risque de lésions toxiques liées à ces substances : leurs propriétés chimiques et physiques, la dose de matière qui atteint les sites tissulaires critiques et la réactivité de ces sites à la substance. Les effets néfastes sur la santé des polluants atmosphériques peuvent également varier selon les groupes de population; en particulier, les jeunes et les personnes âgées peuvent être particulièrement sensibles aux effets délétères. Les personnes souffrant d'asthme ou d'autres maladies respiratoires ou cardiaques préexistantes peuvent présenter des symptômes aggravés lors de l'exposition (OMS 1987).

Dioxyde de soufre et particules

Au cours de la première moitié du XXe siècle, des épisodes de forte stagnation de l'air ont entraîné une surmortalité dans les zones où la combustion de combustibles fossiles produisait des niveaux très élevés de SO2 et SMP. Des études sur les effets à long terme sur la santé ont également établi un lien entre les concentrations moyennes annuelles de SO2 et SMP à la mortalité et à la morbidité. Des études épidémiologiques récentes ont suggéré un effet néfaste des niveaux de particules inhalables (PM10) à des concentrations relativement faibles (ne dépassant pas les recommandations standard) et ont montré une relation dose-réponse entre l'exposition aux PM10 et la mortalité et la morbidité respiratoires (Dockery et Pope 1994 ; Pope, Bates et Razienne 1995 ; Bascom et al. 1996) comme indiqué dans le tableau 2.

Tableau 2. Résumé de la relation exposition-réponse à court terme des PM10 avec différents indicateurs d'effets sur la santé

Effet sur la santé

% de changements pour chaque 10 μg/m3
augmentation des PM
10

 

Médian

Catégorie

Mortalité

   

Total

1.0

0.5-1.5

Cardiovasculaire

1.4

0.8-1.8

Respiratoire

3.4

1.5-3.7

Morbidité

   

Admission à l'hôpital pour affection respiratoire

1.1

0.8-3.4

Visites d'urgence pour affections respiratoires

1.0

0.5-4

Exacerbations des symptômes chez les asthmatiques

3.0

1.1-11.5

Modifications du débit expiratoire de pointe

0.08

0.04-0.25

 

Oxydes D'azote

Certaines études épidémiologiques ont rapporté des effets néfastes du NO sur la santé2 y compris l'incidence et la gravité accrues des infections respiratoires et l'augmentation des symptômes respiratoires, en particulier lors d'une exposition à long terme. Une aggravation de l'état clinique des personnes souffrant d'asthme, de maladie pulmonaire obstructive chronique et d'autres affections respiratoires chroniques a également été décrite. Cependant, dans d'autres études, les chercheurs n'ont pas observé d'effets indésirables du NO2 sur les fonctions respiratoires (WHO/ECOTOX 1992; Bascom et al. 1996).

Oxydants photochimiques et ozone

Les effets sur la santé de l'exposition aux oxydants photochimiques ne peuvent pas être attribués uniquement aux oxydants, car le smog photochimique se compose généralement d'O3, Je n'ai pas2, acide et sulfate et autres agents réactifs. Ces polluants peuvent avoir des effets additifs ou synergiques sur la santé humaine, mais O3 semble être le plus biologiquement actif. Les effets sur la santé de l'exposition à l'ozone comprennent une diminution de la fonction pulmonaire (y compris une augmentation de la résistance des voies respiratoires, une réduction du débit d'air, une diminution du volume pulmonaire) due à la constriction des voies respiratoires, des symptômes respiratoires (toux, respiration sifflante, essoufflement, douleurs thoraciques), une irritation des yeux, du nez et de la gorge, et la perturbation des activités (telles que la performance sportive) en raison d'une moindre disponibilité d'oxygène (WHO/ECOTOX 1992). Le tableau 3 résume les principaux effets aigus de l'ozone sur la santé (OMS 1990a, 1995). Des études épidémiologiques ont suggéré une relation dose-réponse entre l'exposition à des niveaux croissants d'ozone et la sévérité des symptômes respiratoires et la diminution des fonctions respiratoires (Bascom et al. 1996).

Tableau 3. Résultats pour la santé associés aux modifications de la concentration quotidienne maximale d'ozone ambiant dans les études épidémiologiques

Résultat de santé

Changements dans
1 heure O
3 (Mg / m3)

Changements dans
8 heure O
3 (Mg / m3)

Exacerbations des symptômes chez les enfants en bonne santé
et adultes ou asthmatiques-activité normale

   

% D'augmentation 25

200

100

% D'augmentation 50

400

200

% D'augmentation 100

800

300

Admissions à l'hôpital pour troubles respiratoires
conditionsa

   

5%

30

25

10%

60

50

20%

120

100

a Etant donné le degré élevé de corrélation entre le 1-h et le 8-h O3 concentrations dans les études sur le terrain, une amélioration du risque pour la santé associée à la diminution de 1 ou 8 heures d'O3 les niveaux doivent être presque identiques.

Source : OMS 1995.

Monoxyde de carbone

Le principal effet du CO est de diminuer le transport d'oxygène vers les tissus par la formation de carboxyhémoglobine (COHb). Avec l'augmentation des taux de COHb dans le sang, les effets suivants sur la santé peuvent être observés : effets cardiovasculaires chez les sujets ayant des antécédents d'angine de poitrine (3 à 5 %) ; altération des tâches de vigilance (>5 %) ; maux de tête et étourdissements (≥ 10 % ); fibrinolyse et décès (OMS 1987).

Plomb

L'exposition au plomb affecte principalement la biosynthèse de l'hème, mais peut également agir sur le système nerveux et d'autres systèmes tels que le système cardiovasculaire (pression artérielle). Les nourrissons et les jeunes enfants de moins de cinq ans sont particulièrement sensibles à l'exposition au plomb en raison de son effet sur le développement neurologique à des niveaux de plombémie proches de 10 μg/dl (CDC 1991).

Plusieurs études épidémiologiques ont étudié l'effet de la pollution de l'air, en particulier l'exposition à l'ozone, sur la santé de la population de Mexico. Des études écologiques ont montré une augmentation de la mortalité liée à l'exposition aux particules fines (Borja-Arburto et al. 1995) et une augmentation des visites aux urgences pour asthme chez les enfants (Romieu et al. 1994). Des études sur les effets néfastes de l'exposition à l'ozone menées chez des enfants en bonne santé ont montré une augmentation de l'absentéisme scolaire dû à des maladies respiratoires (Romieu et al. 1992) et une diminution de la fonction pulmonaire après une exposition aiguë et subaiguë (Castillejos et al. 1992, 1995). Des études menées chez des enfants asthmatiques ont montré une augmentation des symptômes respiratoires et une diminution du débit expiratoire de pointe après exposition à l'ozone (Romieu et al. 1994) et aux particules fines (Romieu et al. sous presse). Bien qu'il semble clair qu'une exposition aiguë à l'ozone et aux particules est associée à des effets néfastes sur la santé de la population de Mexico, il est nécessaire d'évaluer l'effet chronique d'une telle exposition, en particulier compte tenu des niveaux élevés de photo-oxydants observés dans Mexico et l'inefficacité des mesures de contrôle.


Étude de cas : Pollution de l'air à Mexico

La zone métropolitaine de Mexico (MAMC) est située dans le bassin mexicain à une altitude moyenne de 2,240 2,500 mètres. Le bassin s'étend sur 5,000 17 kilomètres carrés et est entouré de montagnes, dont deux culminent à plus de 1990 30,000 mètres. La population totale était estimée à 44 millions en 1986. En raison des caractéristiques géographiques particulières et des vents légers, la ventilation est mauvaise avec une fréquence élevée d'inversions thermiques, surtout pendant l'hiver. Plus de XNUMX XNUMX industries du MAMC et les trois millions de véhicules à moteur qui circulent quotidiennement sont responsables de XNUMX % de la consommation totale d'énergie. Depuis XNUMX, la pollution de l'air est surveillée, y compris le SO2, Je n'ai pasx, CO, O3, les particules et les hydrocarbures non méthaniques (HCNM). Les principaux problèmes de polluants atmosphériques sont liés à l'ozone, en particulier dans la partie sud-ouest de la ville (Romieu et al. 1991). En 1992, la norme mexicaine pour l'ozone (110 ppb maximum sur une heure) a été dépassée dans la partie sud-ouest de plus de 1,000 400 heures et a atteint un maximum de 1992 ppb. Les niveaux de particules sont élevés dans la partie nord-est de la ville, à proximité du parc industriel. En XNUMX, la moyenne annuelle des particules inhalables (PM10) était de 140 μg/m3. Depuis 1990, d'importantes mesures de contrôle ont été prises par le gouvernement pour réduire la pollution de l'air, notamment un programme qui interdit l'utilisation des voitures un jour par semaine en fonction de leur numéro de plaque d'immatriculation terminale, la fermeture de l'une des raffineries les plus polluantes située à Mexico , et l'introduction du carburant sans plomb. Ces mesures ont entraîné une diminution de divers polluants atmosphériques, principalement du SO2, matière particulaire, NON2, CO et plomb. Cependant le niveau d'ozone reste un problème majeur (voir figure 1, figure 2 et figure 3).


Figure 1. Niveaux d'ozone dans deux zones de Mexico. Maximum quotidien d'une heure par mois, 1994

EHH040F1

Figure 2. Particules (PM10) dans deux zones de Mexico, 1988-1993

EHH040F2

Figure 3. Niveaux de plomb dans l'air dans deux zones de Mexico, 1988-1994

EHH040F3

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 23

Pollution terrestre

La quantité de déchets produits par la société humaine augmente. Les déchets solides commerciaux et domestiques sont un grand problème pratique pour de nombreux gouvernements locaux. Les déchets industriels sont généralement beaucoup plus petits en volume, mais sont plus susceptibles de contenir des matières dangereuses, telles que des produits chimiques toxiques, des liquides inflammables et de l'amiante. Bien que la quantité totale soit moindre, l'élimination des déchets industriels dangereux est plus préoccupante que celle des déchets domestiques en raison du danger perçu pour la santé et du risque de contamination de l'environnement.

La génération de déchets dangereux est devenue un problème majeur dans le monde entier. La cause profonde du problème est la production et la distribution industrielles. La pollution des sols se produit lorsque des déchets dangereux contaminent le sol et les eaux souterraines en raison de mesures d'élimination inadéquates ou irresponsables. Les décharges abandonnées ou négligées sont un problème particulièrement difficile et coûteux pour la société. Parfois, les déchets dangereux sont éliminés illégalement et de manière encore plus dangereuse parce que le propriétaire ne trouve pas de moyen bon marché de s'en débarrasser. L'un des principaux problèmes non résolus dans la gestion des déchets dangereux est de trouver des méthodes d'élimination à la fois sûres et peu coûteuses. Les préoccupations du public concernant les déchets dangereux se concentrent sur les effets potentiels sur la santé de l'exposition à des produits chimiques toxiques, et en particulier sur le risque de cancer.

La Convention de Bâle adoptée en 1989 est un accord international visant à contrôler les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et à empêcher que des déchets dangereux ne soient expédiés pour élimination vers des pays qui ne disposent pas des installations nécessaires pour les traiter en toute sécurité. La Convention de Bâle exige que la production de déchets dangereux et les mouvements transfrontières de déchets soient réduits au minimum. Le trafic de déchets dangereux est soumis à l'autorisation éclairée et aux lois du pays destinataire. Le mouvement transfrontalier de déchets dangereux est soumis à de bonnes pratiques environnementales et à l'assurance que le pays destinataire est en mesure de les traiter en toute sécurité. Tout autre trafic de déchets dangereux est considéré comme illégal et donc criminel dans son intention, sous réserve des lois et sanctions nationales. Cette convention internationale fournit un cadre essentiel pour contrôler le problème au niveau international.

Propriétés dangereuses des produits chimiques

Les substances dangereuses sont des composés et des mélanges qui constituent une menace pour la santé et les biens en raison de leur toxicité, de leur inflammabilité, de leur potentiel explosif, de leur rayonnement ou d'autres propriétés dangereuses. L'attention du public a tendance à se concentrer sur les agents cancérigènes, les déchets industriels, les pesticides et les risques liés aux rayonnements. Cependant, d'innombrables composés qui n'entrent pas dans ces catégories peuvent constituer une menace pour la sécurité et la santé du public.

Les produits chimiques dangereux peuvent présenter des risques physiques, bien que cela soit plus courant dans les transports et les incidents industriels. Les hydrocarbures peuvent prendre feu et même exploser. Les incendies et les explosions peuvent générer leurs propres risques toxiques selon les produits chimiques initialement présents. Les incendies impliquant des zones de stockage de pesticides sont une situation particulièrement dangereuse, car les pesticides peuvent être transformés en produits de combustion encore plus toxiques (tels que des paraoxons dans le cas des organophosphorés) et des quantités substantielles de dioxines et de furanes nocifs pour l'environnement peuvent être générées par la combustion dans le présence de composés chlorés.

Cependant, la toxicité est la principale préoccupation de la plupart des gens en ce qui concerne les déchets dangereux. Les produits chimiques peuvent être toxiques pour les êtres humains et ils peuvent également être nocifs pour l'environnement en raison de leur toxicité pour les espèces animales et végétales. Ceux qui ne se dégradent pas facilement dans l'environnement (une caractéristique appelée biopersistance) ou qui s'accumulent dans l'environnement (une caractéristique appelée bioaccumulation) sont particulièrement préoccupants.

Le nombre et la nature dangereuse des substances toxiques d'usage courant ont radicalement changé. Au cours de la dernière génération, la recherche et le développement en chimie organique et en génie chimique ont introduit des milliers de nouveaux composés dans une utilisation commerciale généralisée, y compris des composés persistants tels que les biphényles polychlorés (PCB), des pesticides, des accélérateurs et des plastifiants plus puissants avec des effets inhabituels et mal compris. . La production de produits chimiques a considérablement augmenté. En 1941, la production de tous les composés organiques synthétiques aux États-Unis seulement, par exemple, était inférieure à un milliard de kilogrammes. Aujourd'hui, il est bien supérieur à 80 milliards de kilogrammes. De nombreux composés couramment utilisés aujourd'hui ont subi peu de tests et ne sont pas bien compris.

Les produits chimiques toxiques sont également beaucoup plus intrusifs dans la vie quotidienne que par le passé. De nombreuses usines chimiques ou sites d'élimination qui étaient autrefois isolés ou en périphérie de la ville se sont intégrés aux zones urbaines par la croissance des banlieues. Les communautés sont maintenant plus proches du problème qu'elles ne l'étaient par le passé. Certaines communautés sont construites directement sur d'anciens sites d'élimination. Bien que les incidents impliquant des substances dangereuses prennent de nombreuses formes et puissent être très individuels, la grande majorité semble impliquer une gamme relativement restreinte de substances dangereuses, notamment : solvants, peintures et revêtements, solutions métalliques, biphényles polychlorés (PCB), pesticides et acides. et les alcalis. Dans des études menées aux États-Unis, les dix substances dangereuses les plus courantes trouvées dans les sites d'élimination nécessitant une intervention gouvernementale étaient le plomb, l'arsenic, le mercure, le chlorure de vinyle, le benzène, le cadmium, les BPC, le chloroforme, le benzo(a)pyrène et le trichloroéthylène. Cependant, le chrome, le tétrachloroéthylène, le toluène et le phtalate de di-2-éthylhexyle figuraient également parmi les substances dont on pouvait montrer qu'elles migraient ou pour lesquelles il existait une possibilité d'exposition humaine. L'origine de ces déchets chimiques varie considérablement et dépend de la situation locale, mais généralement les solutions de galvanoplastie, les produits chimiques mis au rebut, les sous-produits de fabrication et les déchets de solvants contribuent au flux de déchets.

Contamination des eaux souterraines

La figure 1 présente une coupe transversale d'un site hypothétique de déchets dangereux pour illustrer les problèmes qui peuvent être rencontrés. (En pratique, un tel site ne doit jamais être placé à proximité d'un plan d'eau ou sur un lit de gravier.) Dans les installations d'élimination (de confinement) des déchets dangereux bien conçues, il existe un joint étanche efficace pour empêcher les produits chimiques dangereux de migrer hors de l'eau. site et dans le sol sous-jacent. Un tel site dispose également d'installations pour traiter les produits chimiques qui peuvent être neutralisés ou transformés et pour réduire le volume de déchets qui entrent sur le site ; les produits chimiques qui ne peuvent pas être ainsi traités sont contenus dans des conteneurs imperméables. (La perméabilité, cependant, est relative, comme décrit ci-dessous.)

Figure 1. Coupe transversale d'un hypothétique site de déchets dangereux

EHH050F1

Les produits chimiques peuvent s'échapper par fuite si le conteneur est compromis, par lessivage si de l'eau pénètre ou se répand pendant la manipulation ou après que le site a été perturbé. Une fois qu'ils ont imprégné le revêtement d'un site, ou si le revêtement est brisé ou s'il n'y a pas de revêtement, ils pénètrent dans le sol et migrent vers le bas en raison de la gravité. Cette migration est beaucoup plus rapide à travers les sols poreux et lente à travers l'argile et le substratum rocheux. Même sous terre, l'eau s'écoule vers le bas et empruntera le chemin de moindre résistance. Ainsi, le niveau de la nappe phréatique baissera légèrement dans le sens de l'écoulement et l'écoulement sera beaucoup plus rapide à travers le sable ou le gravier. S'il y a une nappe phréatique sous le sol, les produits chimiques finiront par l'atteindre. Les produits chimiques plus légers ont tendance à flotter sur les eaux souterraines et à former une couche supérieure. Les produits chimiques plus lourds et les composés solubles dans l'eau ont tendance à se dissoudre ou à être emportés par les eaux souterraines lorsqu'elles s'écoulent lentement sous terre à travers la roche poreuse ou le gravier. La région de contamination, appelée plume, peuvent être cartographiés en forant des puits d'essai ou des trous de forage. Le panache se dilate lentement et se déplace dans le sens du mouvement des eaux souterraines.

La contamination des eaux de surface peut se produire par le ruissellement du site, si la couche supérieure du sol est contaminée, ou par les eaux souterraines. Lorsque l'eau souterraine alimente une masse d'eau locale, telle qu'une rivière ou un lac, la contamination est transportée dans cette masse d'eau. Certains produits chimiques ont tendance à se déposer dans les sédiments du fond et d'autres sont entraînés par le courant.

La contamination des eaux souterraines peut mettre des siècles à disparaître d'elle-même. Si des puits peu profonds sont utilisés comme source d'eau par les résidents locaux, il existe une possibilité d'exposition par ingestion et par contact avec la peau.

Problèmes de santé humaine

Les gens entrent en contact avec des substances toxiques de plusieurs façons. L'exposition à une substance toxique peut se produire à plusieurs moments du cycle d'utilisation de la substance. Les gens travaillent dans une usine où les substances proviennent d'un processus industriel et ne changent pas de vêtements ou ne se lavent pas avant de rentrer chez eux. Ils peuvent résider à proximité de sites d'élimination de déchets dangereux qui sont illégaux ou mal conçus ou gérés, avec des possibilités d'exposition à la suite d'accidents ou d'une manipulation négligente ou d'un manque de confinement de la substance, ou d'un manque de clôture pour éloigner les enfants du site. L'exposition peut se produire à la maison en raison de produits de consommation mal étiquetés, mal entreposés et non à l'épreuve des enfants.

Trois voies d'exposition sont de loin les plus importantes dans l'examen des implications pour la toxicité des déchets dangereux : l'inhalation, l'ingestion et l'absorption par la peau. Une fois absorbé, et selon la voie d'exposition, les personnes peuvent être affectées par des produits chimiques toxiques de nombreuses façons. Évidemment, la liste des effets toxiques possibles associés aux déchets dangereux est très longue. Cependant, les préoccupations du public et les études scientifiques ont eu tendance à se concentrer sur le risque de cancer et les effets sur la reproduction. En général, cela a reflété le profil des risques chimiques sur ces sites.

Il y a eu de nombreuses études sur les résidents qui vivent autour ou à proximité de ces sites. À quelques exceptions près, ces études ont montré remarquablement peu de problèmes de santé vérifiables et cliniquement significatifs. Les exceptions ont tendance à être des situations où la contamination est exceptionnellement grave et où il y a eu une voie claire d'exposition des résidents immédiatement adjacents au site ou qui boivent de l'eau de puits puisant dans les eaux souterraines contaminées par le site. Il y a plusieurs raisons probables à cette surprenante absence d'effets documentés sur la santé. La première est que, contrairement à la pollution de l'air et à la pollution des eaux de surface, les produits chimiques présents dans la pollution des sols ne sont pas facilement accessibles aux personnes. Les gens peuvent vivre dans des zones fortement contaminées par des produits chimiques, mais à moins qu'ils n'entrent réellement en contact avec les produits chimiques par l'une des voies d'exposition mentionnées ci-dessus, aucune toxicité n'en résultera. Une autre raison peut être que les effets chroniques de l'exposition à ces produits chimiques toxiques mettent longtemps à se développer et sont très difficiles à étudier. Une autre raison peut être que ces produits chimiques sont moins puissants pour causer des effets chroniques sur la santé chez l'homme qu'on ne le suppose habituellement.

Nonobstant les effets sur la santé humaine, les dommages causés par la pollution des terres aux écosystèmes peuvent être très importants. Les espèces végétales et animales, les bactéries du sol (qui contribuent à la productivité agricole) et d'autres constituants de l'écosystème peuvent être endommagés de manière irréversible par des degrés de pollution qui ne sont associés à aucun effet visible sur la santé humaine.

Contrôle du problème

En raison de la répartition de la population, des restrictions d'utilisation des terres, des coûts de transport et des préoccupations de la société concernant les effets sur l'environnement, il existe une pression intense pour trouver une solution au problème de l'élimination économique des déchets dangereux. Cela a conduit à un intérêt accru pour des méthodes telles que la réduction à la source, le recyclage, la neutralisation chimique et les sites sécurisés d'élimination des déchets dangereux (confinement). Les deux premiers réduisent la quantité de déchets produits. La neutralisation chimique réduit la toxicité des déchets et peut les transformer en un solide plus facile à manipuler. Dans la mesure du possible, il est préférable que cela soit fait sur le site de production des déchets afin de réduire la quantité de déchets qui doit être déplacée. Des installations d'élimination des déchets dangereux bien conçues, utilisant les meilleures technologies disponibles de traitement chimique et de confinement, sont nécessaires pour les déchets résiduels.

Les sites sécurisés de confinement des déchets dangereux sont relativement coûteux à construire. Le site doit être sélectionné avec soin pour s'assurer que la pollution des eaux de surface et des principaux aquifères (eaux souterraines) ne se produira pas facilement. Le site doit être conçu et construit avec des barrières imperméables pour empêcher la contamination du sol et des eaux souterraines. Ces barrières sont généralement des revêtements en plastique épais et des couches de remblai d'argile tassée sous les zones d'attente. En réalité, la barrière agit pour retarder la percée et pour ralentir la perméation qui se produit finalement à un taux acceptable, qui n'entraînera pas d'accumulation ou de pollution importante des eaux souterraines. Perméabilité est une propriété du matériau, décrite en termes de résistance du matériau à un liquide ou à un gaz qui le pénètre dans des conditions données de pression et de température. Même la barrière la moins perméable, telle que les doublures en plastique ou l'argile tassée, permettra éventuellement le passage de certains produits chimiques liquides à travers la barrière, bien que cela puisse prendre des années, voire des siècles, et une fois la percée effectuée, le flux devient continu, bien qu'il puisse se produire à un taux très faible. Cela signifie que les eaux souterraines situées immédiatement sous un site d'élimination de déchets dangereux présentent toujours un certain risque de contamination, même s'il est très faible. Une fois que les eaux souterraines sont contaminées, il est très difficile et souvent impossible de les décontaminer.

De nombreux sites d'élimination de déchets dangereux sont régulièrement surveillés avec des systèmes de collecte et en testant les puits à proximité pour s'assurer que la pollution ne se propage pas. Les plus avancés sont construits avec des installations de recyclage et de traitement sur place ou à proximité pour réduire davantage les déchets qui entrent dans le site d'élimination.

Les sites de confinement des déchets dangereux ne sont pas une solution parfaite au problème de la pollution des sols. Ils nécessitent une expertise coûteuse pour leur conception, sont coûteux à construire et peuvent nécessiter une surveillance, ce qui crée un coût permanent. Ils ne garantissent pas que la contamination des eaux souterraines ne se reproduira pas à l'avenir, bien qu'ils soient efficaces pour la minimiser. Un inconvénient majeur est que quelqu'un, inévitablement, doit vivre à proximité. Les communautés où se trouvent ou se proposent de se trouver des sites de déchets dangereux s'y opposent généralement fortement et compliquent l'approbation par les gouvernements. C'est ce qu'on appelle le syndrome «pas dans ma cour arrière» (NIMBY) et c'est une réponse courante à l'implantation d'installations considérées comme indésirables. Dans le cas des sites de déchets dangereux, le syndrome NIMBY a tendance à être particulièrement fort.

Malheureusement, sans sites de confinement des déchets dangereux, la société risque de perdre entièrement le contrôle de la situation. Lorsqu'aucun site de déchets dangereux n'est disponible, ou lorsqu'il est trop coûteux d'en utiliser un, les déchets dangereux sont souvent éliminés illégalement. De telles pratiques incluent le déversement de déchets liquides sur le sol dans des zones reculées, le déversement des déchets dans les égouts qui se déversent dans les voies navigables locales et l'expédition des déchets vers des juridictions qui ont des lois plus laxistes régissant la manipulation des déchets dangereux. Cela peut créer une situation encore plus dangereuse que ne le ferait un site d'élimination mal géré.

Il existe plusieurs technologies qui peuvent être utilisées pour éliminer les déchets restants. L'incinération à haute température est l'un des moyens les plus propres et les plus efficaces d'éliminer les déchets dangereux, mais le coût de ces installations est très élevé. L'une des approches les plus prometteuses a consisté à incinérer les déchets toxiques liquides dans des fours à ciment, qui fonctionnent aux températures élevées nécessaires et que l'on trouve dans les pays en développement comme dans les pays développés. L'injection dans des puits profonds, sous la nappe phréatique, est une option pour les produits chimiques qui ne peuvent être éliminés d'aucune autre manière. Cependant, la migration des eaux souterraines peut être délicate et parfois des situations de pression souterraine inhabituelles ou des fuites dans le puits entraînent de toute façon une contamination des eaux souterraines. La déshalogénation est une technologie chimique qui élimine les atomes de chlore et de brome des hydrocarbures halogénés, tels que les PCB, afin qu'ils puissent être facilement éliminés par incinération.

Un problème majeur non résolu dans le traitement des déchets solides municipaux est la contamination par des déchets dangereux rejetés par accident ou intentionnellement. Cela peut être minimisé en détournant l'élimination dans un flux de déchets séparé. La plupart des systèmes de déchets solides municipaux détournent les déchets chimiques et autres déchets dangereux afin qu'ils ne contaminent pas le flux de déchets solides. Idéalement, le flux de déchets séparé devrait être détourné vers un site sécurisé d'élimination des déchets dangereux.

Il existe un besoin urgent d'installations pour collecter et éliminer correctement de petites quantités de déchets dangereux, à un coût minimal. Les personnes qui se trouvent en possession d'une bouteille ou d'un bidon de solvants, de pesticides ou d'une poudre ou d'un fluide inconnu ne peuvent généralement pas se permettre le coût élevé d'une élimination appropriée et ne comprennent pas le risque. Un système de collecte de ces déchets dangereux auprès des consommateurs est nécessaire avant qu'ils ne soient déversés sur le sol, jetés dans les toilettes ou brûlés et rejetés dans l'air. Un certain nombre de municipalités parrainent des journées de « collecte de produits toxiques », au cours desquelles les résidents apportent de petites quantités de matières toxiques à un endroit central pour une élimination sécuritaire. Des systèmes décentralisés ont été introduits dans certaines zones urbaines, impliquant le ramassage à domicile ou local de petites quantités de substances toxiques à jeter. Aux États-Unis, l'expérience a montré que les gens sont prêts à parcourir jusqu'à huit kilomètres pour se débarrasser en toute sécurité des déchets toxiques ménagers. L'éducation des consommateurs pour les sensibiliser à la toxicité potentielle des produits courants est nécessaire de toute urgence. Les pesticides contenus dans les bombes aérosols, les agents de blanchiment, les nettoyants ménagers et les liquides de nettoyage sont potentiellement dangereux, en particulier pour les enfants.

Sites d'élimination de déchets dangereux abandonnés

Les sites de déchets dangereux abandonnés ou non sécurisés sont un problème courant dans le monde entier. Les sites de déchets dangereux qui doivent être nettoyés sont de grands passifs pour la société. La capacité des pays et des juridictions locales à nettoyer les principaux sites de déchets dangereux varie considérablement. Idéalement, le propriétaire du site ou la personne qui a créé le site devrait payer pour son nettoyage. Dans la pratique, ces sites ont souvent changé de mains et les anciens propriétaires ont souvent cessé leurs activités, les propriétaires actuels n'ont peut-être pas les ressources financières nécessaires pour nettoyer, et l'effort de nettoyage a tendance à être retardé pendant de très longues périodes par des techniques coûteuses. études suivies de batailles juridiques. Les pays plus petits et moins riches ont peu de poids dans la négociation des nettoyages avec les propriétaires actuels du site ou les parties responsables, et aucune ressource substantielle pour nettoyer le site.

Les approches traditionnelles de nettoyage des sites de déchets dangereux sont très lentes et coûteuses. Cela nécessite une expertise hautement spécialisée qui fait souvent défaut. Un site de déchets dangereux est d'abord évalué pour déterminer la gravité de la pollution du sol et si les eaux souterraines sont contaminées. La probabilité que les résidents entrent en contact avec des substances dangereuses est déterminée et, dans certains cas, une estimation du risque pour la santé que cela pose est calculée. Des niveaux de nettoyage acceptables doivent être décidés, la mesure dans laquelle l'exposition doit finalement être réduite pour protéger la santé humaine et l'environnement. La plupart des gouvernements prennent des décisions sur les niveaux de nettoyage en appliquant diverses lois environnementales applicables, des normes de pollution de l'air, des normes d'eau potable et sur la base d'une évaluation des risques pour la santé posés par le site particulier. Les niveaux de nettoyage sont donc fixés pour refléter à la fois les préoccupations sanitaires et environnementales. Une décision doit être prise sur la manière d'assainir le site ou sur la meilleure façon d'obtenir cette réduction de l'exposition. L'assainissement est un problème technique consistant à atteindre ces niveaux de nettoyage par l'ingénierie et d'autres méthodes. Certaines des techniques utilisées comprennent l'incinération, la solidification, le traitement chimique, l'évaporation, le rinçage répété du sol, la biodégradation, le confinement, l'enlèvement du sol hors site et le pompage des eaux souterraines. Ces options d'ingénierie sont trop complexes et spécifiques aux circonstances pour être décrites en détail. Les solutions doivent être adaptées à la situation particulière et aux fonds disponibles pour réaliser le contrôle. Dans certains cas, la réparation n'est pas possible. Une décision doit alors être prise sur l'utilisation des terres qui sera autorisée sur le site.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 25

Pollution de l'eau

Depuis au moins deux millénaires, la qualité de l'eau naturelle s'est progressivement détériorée et a atteint des niveaux de contamination où les utilisations de l'eau sont sévèrement limitées ou l'eau peut être nocive pour l'homme. Cette détérioration est liée au développement socio-économique au sein d'un bassin fluvial, mais le transport atmosphérique à longue distance des contaminants a maintenant changé cette image : même les régions éloignées peuvent être indirectement polluées (Meybeck et Helmer 1989).

Les rapports médiévaux et les plaintes concernant l'évacuation inadéquate des excréments, les cours d'eau nauséabonds et puants dans les villes surpeuplées et d'autres problèmes similaires ont été les premières manifestations de la pollution de l'eau urbaine. La première fois qu'un lien causal clair entre la mauvaise qualité de l'eau et les effets sur la santé humaine a été établi, c'était en 1854, lorsque John Snow a retracé l'épidémie de choléra à Londres à une source d'eau potable particulière.

Depuis le milieu du XXe siècle, et parallèlement au début de la croissance industrielle accélérée, divers types de problèmes de pollution de l'eau se sont succédé rapidement. La figure 1 illustre les types de problèmes tels qu'ils sont apparus dans les eaux douces européennes.

Figure 1. Types de problèmes de pollution de l'eau

EHH060F1

En résumant la situation européenne, on peut affirmer que : (1) les défis du passé (agents pathogènes, bilan d'oxygène, eutrophisation, métaux lourds) ont été reconnus, étudiés et les contrôles nécessaires identifiés et plus ou moins mis en œuvre et (2) la les défis d'aujourd'hui sont d'une autre nature : d'une part, les sources de pollution « traditionnelles » ponctuelles et non ponctuelles (nitrates) et les problèmes de contamination ubiquitaire de l'environnement (matières organiques de synthèse), et, d'autre part, les problèmes de « troisième génération » interférant avec les cycles globaux (acidification, changement climatique). 

Dans le passé, la pollution de l'eau dans les pays en développement résultait principalement du rejet d'eaux usées non traitées. Aujourd'hui, il est plus complexe en raison de la production de déchets dangereux par les industries et de l'utilisation croissante des pesticides dans l'agriculture. En fait, la pollution de l'eau aujourd'hui dans certains pays en développement, du moins dans les nouveaux pays industrialisés, est pire que dans les pays industrialisés (Arceivala 1989). Malheureusement, les pays en développement, dans l'ensemble, accusent un retard considérable dans la maîtrise de leurs principales sources de pollution. En conséquence, la qualité de leur environnement se détériore progressivement (WHO/UNEP 1991).

Types et sources de pollution

Il existe un grand nombre d'agents, d'éléments et de composés microbiens susceptibles de polluer l'eau. Ils peuvent être classés en : organismes microbiologiques, composés organiques biodégradables, matières en suspension, nitrates, sels, métaux lourds, nutriments et micropolluants organiques.

Organismes microbiologiques

Les organismes microbiologiques sont fréquents dans les masses d'eau douce polluées notamment par les rejets d'eaux usées domestiques non traitées. Ces agents microbiens comprennent des bactéries pathogènes, des virus, des helminthes, des protozoaires et plusieurs organismes multicellulaires plus complexes qui peuvent causer des maladies gastro-intestinales. D'autres organismes sont de nature plus opportuniste, infectant les individus sensibles par contact corporel avec de l'eau contaminée ou par inhalation de gouttelettes d'eau de mauvaise qualité dans des aérosols d'origines diverses.

Composés organiques biodégradables

Les substances organiques d'origine naturelle (détritus terrestres allochtones ou débris autochtones de plantes aquatiques) ou de sources anthropiques (déchets domestiques, agricoles et certains déchets industriels) sont décomposées par des microbes aérobies au fur et à mesure que la rivière poursuit son cours. La conséquence est une baisse du niveau d'oxygène en aval du rejet des eaux usées, altérant la qualité de l'eau et la survie du biote aquatique, en particulier des poissons de haute qualité.

Affaire particulière

La matière particulaire est un vecteur majeur de polluants organiques et inorganiques. La plupart des métaux lourds toxiques, des polluants organiques, des agents pathogènes et des nutriments, comme le phosphore, se trouvent dans les matières en suspension. Une quantité appréciable de la matière organique biodégradable responsable de la consommation d'oxygène dissous des rivières se retrouve également dans les particules en suspension. Les matières particulaires proviennent de l'urbanisation et de la construction de routes, de la déforestation, des opérations minières, des opérations de dragage dans les rivières, de sources naturelles liées à l'érosion continentale ou d'événements catastrophiques naturels. Les particules plus grossières se déposent sur les lits des rivières, dans les réservoirs, dans la plaine inondable et dans les zones humides et les lacs.

Nitrates

La concentration de nitrates dans les eaux de surface non polluées varie de moins de 0.1 à un milligramme par litre (exprimé en azote), de sorte que des niveaux de nitrate supérieurs à 1 mg/l indiquent des influences anthropiques telles que le rejet de déchets municipaux et le ruissellement urbain et agricole. . Les précipitations atmosphériques sont également une source importante de nitrate et d'ammoniac pour les bassins fluviaux, en particulier dans les zones qui ne sont pas affectées par des sources directes de pollution, par exemple certaines régions tropicales. Des concentrations élevées de nitrate dans l'eau potable peuvent entraîner une toxicité aiguë chez les nourrissons nourris au biberon au cours de leurs premiers mois de vie, ou chez les personnes âgées, un phénomène appelé méthémoglobinémie.

Sels

La salinisation de l'eau peut être causée par des conditions naturelles, telles que l'interaction géochimique des eaux avec des sols salés ou par des activités anthropiques, y compris l'agriculture irriguée, l'intrusion d'eau de mer due au pompage excessif des eaux souterraines dans les îles et les zones côtières, l'élimination des déchets industriels et des saumures des champs pétrolifères. , le déglaçage des autoroutes, les lixiviats des sites d'enfouissement et les fuites d'égouts.

Bien qu'elle entrave les utilisations bénéfiques, en particulier pour l'irrigation des cultures sensibles ou pour la boisson, la salinité en elle-même peut ne pas être directement nocive pour la santé, même à des niveaux assez élevés, mais les effets indirects peuvent être dramatiques. La perte de terres agricoles fertiles et la réduction des rendements des cultures causées par l'engorgement et la salinisation des sols des zones irriguées détruisent les moyens de subsistance de communautés entières et causent des difficultés sous la forme de pénuries alimentaires.

métaux lourds

Les métaux lourds tels que le plomb, le cadmium et le mercure sont des micropolluants et présentent un intérêt particulier car ils ont une importance pour la santé et l'environnement en raison de leur persistance, de leur toxicité élevée et de leurs caractéristiques de bioaccumulation.

Il existe essentiellement cinq sources de métaux lourds qui contribuent à la pollution de l'eau : l'altération géologique, qui fournit le niveau de fond ; traitement industriel des minerais et métaux; l'utilisation de métaux et de composés métalliques, tels que les sels de chrome dans les tanneries, les composés de cuivre dans l'agriculture et le plomb tétraéthyle comme agent antidétonant dans l'essence ; lessivage des métaux lourds des déchets domestiques et des décharges de déchets solides ; et les métaux lourds dans les excrétions humaines et animales, en particulier le zinc. Les métaux rejetés dans l'air par les automobiles, la combustion de carburant et les émissions de procédés industriels peuvent se déposer sur le sol et finalement s'écouler dans les eaux de surface.

Nutriments

Eutrophisation est défini comme l'enrichissement des eaux en nutriments végétaux, principalement en phosphore et en azote, entraînant une croissance accrue des plantes (algues et macrophytes) qui se traduit par des proliférations d'algues visibles, des tapis flottants d'algues ou de macrophytes, des algues benthiques et des agglomérations submergées de macrophytes. En se décomposant, ce matériel végétal entraîne l'épuisement des réserves d'oxygène des masses d'eau, ce qui, à son tour, provoque une série de problèmes secondaires tels que la mortalité des poissons et la libération de gaz corrosifs et d'autres substances indésirables, telles que le gaz carbonique, le méthane, le sulfure d'hydrogène, les substances organoleptiques (provoquant le goût et l'odeur), les toxines, etc.

La source de composés de phosphore et d'azote est principalement les eaux usées domestiques non traitées, mais d'autres sources telles que le drainage des terres agricoles fertilisées artificiellement, le ruissellement de surface de l'élevage intensif et certaines eaux usées industrielles peuvent également augmenter considérablement le niveau trophique des lacs et des réservoirs, en particulier dans les pays tropicaux en développement.

Les principaux problèmes associés à l'eutrophisation des lacs, des réservoirs et des retenues sont : l'appauvrissement en oxygène de la couche inférieure des lacs et des réservoirs ; altération de la qualité de l'eau, entraînant des difficultés de traitement, notamment pour l'élimination des substances responsables du goût et de l'odeur ; déficience récréative, risques accrus pour la santé des baigneurs et inesthétiques; dégradation de la pêche due à la mortalité des poissons et au développement de stocks de poissons indésirables et de mauvaise qualité ; vieillissement et réduction de la capacité de rétention des lacs et réservoirs par envasement; et augmentation des problèmes de corrosion dans les tuyaux et autres structures.

Micropolluants organiques

Les micropolluants organiques peuvent être classés en groupes de produits chimiques en fonction de leur mode d'utilisation et par conséquent de leur dispersion dans l'environnement :

  • Pesticides sont des substances, généralement synthétiques, introduites délibérément dans l'environnement pour protéger les cultures ou lutter contre les vecteurs de maladies. On les retrouve dans différentes familles distinctes telles que les insecticides organochlorés, les insecticides organophosphorés, les herbicides de type hormone végétale, les triazines, les urées substituées et autres.
  • Matériaux à usage domestique et industriel généralisés comprennent des substances organiques volatiles utilisées comme solvants d'extraction, des solvants pour le dégraissage des métaux et le nettoyage à sec des vêtements et des propulseurs destinés à être utilisés dans des contenants aérosols. Ce groupe comprend également les dérivés halogénés du méthane, de l'éthane et de l'éthylène. Comme ils sont largement utilisés, leurs taux de dispersion dans l'environnement, rapportés aux quantités produites, sont généralement élevés. Le groupe comprend également les hydrocarbures aromatiques polycycliques, dont la présence dans l'environnement résulte de l'extraction, du transport et du raffinage des produits pétroliers et de la dispersion des produits de combustion résultant de leur utilisation (essence et mazout).
  • Matériaux utilisés essentiellement dans l'industrie comprennent les substances qui sont des agents directs ou intermédiaires de la synthèse chimique, comme le tétrachlorure de carbone pour la synthèse des fréons ; le chlorure de vinyle pour polymériser le PVC ; et les dérivés chlorés du benzène, du naphtalène, du phénol et de l'aniline pour la fabrication de matières colorantes. Le groupe comprend également des produits finis utilisés dans les systèmes fermés, tels que les fluides caloporteurs et les diélectriques.

Les micropolluants organiques sont générés à partir de sources ponctuelles et diffuses, urbaines ou rurales. La plus grande partie provient des grandes activités industrielles telles que le raffinage du pétrole, l'extraction du charbon, la synthèse organique et la fabrication de produits synthétiques, les industries sidérurgiques, l'industrie textile et l'industrie du bois et de la pâte à papier. Les effluents des usines de pesticides peuvent contenir des quantités considérables de ces produits manufacturés. Une part importante des polluants organiques est rejetée dans le milieu aquatique sous forme de ruissellement des surfaces urbaines ; et dans les zones agricoles, les pesticides appliqués sur les cultures peuvent atteindre les eaux de surface par le ruissellement des eaux de pluie et le drainage artificiel ou naturel. De plus, les rejets accidentels ont entraîné de graves dommages écologiques et la fermeture temporaire des approvisionnements en eau.

Pollution urbaine

En raison de ce scénario de pollution en constante expansion, agressif et multiforme, le problème du maintien de la qualité des ressources en eau est devenu aigu, en particulier dans les zones les plus urbanisées du monde en développement. Le maintien de la qualité de l'eau est entravé par deux facteurs : l'absence de contrôle de la pollution aux principales sources, en particulier les industries, et l'insuffisance des systèmes d'assainissement et de collecte et d'élimination des ordures (OMS 1992b). Voir quelques exemples de pollution de l'eau dans différentes villes de pays en développement.

 


Exemples de pollution de l'eau dans certaines villes

Karachi (Pakistan)

La rivière Lyari, qui traverse Karachi, la plus grande ville industrielle du Pakistan, est un drain à ciel ouvert tant du point de vue chimique que microbiologique, un mélange d'eaux usées brutes et d'effluents industriels non traités. La plupart des effluents industriels proviennent d'une zone industrielle comptant quelque 300 grandes industries et près de trois fois plus de petites unités. Les trois cinquièmes des unités sont des usines textiles. La plupart des autres industries de Karachi rejettent également des effluents non traités dans le plan d'eau le plus proche.

Alexandrie, Egypte)

Les industries d'Alexandrie représentent environ 40% de toute la production industrielle égyptienne et la plupart rejettent des déchets liquides non traités dans la mer ou dans le lac Maryut. Au cours de la dernière décennie, la production de poisson dans le lac Maryut a diminué d'environ 80 % en raison du rejet direct d'effluents industriels et domestiques. Le lac a également cessé d'être un site récréatif de choix en raison de son mauvais état. Une dégradation similaire de l'environnement se produit le long du front de mer en raison du rejet d'eaux usées non traitées à partir d'exutoires mal situés.

Shanghai (Chine)

Quelque 3.4 millions de mètres cubes de déchets industriels et domestiques se déversent principalement dans le ruisseau Suzhou et la rivière Huangpu, qui coule au cœur de la ville. Ceux-ci sont devenus les principaux égouts (à ciel ouvert) de la ville. La plupart des déchets sont industriels, car peu de maisons possèdent des toilettes à chasse d'eau. Le Huangpu est pratiquement mort depuis 1980. Au total, moins de 5 % des eaux usées de la ville sont traitées. La nappe phréatique normalement élevée signifie également qu'une variété de toxines provenant des usines industrielles et des rivières locales se retrouvent dans les eaux souterraines et contaminent les puits, qui contribuent également à l'approvisionnement en eau de la ville.

São Paulo, Brésil)

La rivière Tiete, qui traverse le Grand São Paulo, l'une des plus grandes agglomérations urbaines du monde, reçoit chaque jour 300 tonnes d'effluents provenant de 1,200 900 industries situées dans la région. Le plomb, le cadmium et d'autres métaux lourds sont parmi les principaux polluants. Elle reçoit également 12.5 tonnes d'eaux usées chaque jour, dont seulement XNUMX % sont traitées par les cinq stations d'épuration situées dans la zone.

Source : D'après Hardoy et Satterthwaite 1989.


 

Impacts sur la santé de la pollution microbienne

Les maladies résultant de l'ingestion d'agents pathogènes dans l'eau contaminée ont le plus grand impact dans le monde. "On estime que 80% de toutes les maladies et plus d'un tiers des décès dans les pays en développement sont causés par la consommation d'eau contaminée, et en moyenne jusqu'à un dixième du temps productif de chaque personne est sacrifié aux maladies liées à l'eau" (CNUED 1992). Les maladies d'origine hydrique constituent la plus grande catégorie de maladies transmissibles contribuant à la mortalité infantile dans les pays en développement et la deuxième après la tuberculose en termes de contribution à la mortalité adulte, avec un million de décès par an.

Le nombre annuel total de cas de choléra signalés à l'OMS par ses États membres a atteint des niveaux sans précédent lors de la septième pandémie, avec un pic de 595,000 1991 cas en 1993 (OMS 1). Le tableau XNUMX montre les taux mondiaux de morbidité et de mortalité des principales maladies liées à l'eau. Ces chiffres sont, dans de nombreux cas, largement sous-estimés, car la notification des cas de maladie est faite de manière assez erratique par de nombreux pays.

Tableau 1. Taux mondiaux de morbidité et de mortalité des principales maladies liées à l'eau

 

Nombre/année ou période de déclaration

Maladie

Étuis

Des morts

Choléra - 1993

297,000

4,971

Typhoïde

500,000

25,000

La giardiase

500,000

Faible

Amibiase

48,000,000

110,000

Maladie diarrhéique (moins de 5 ans)

1,600,000,000

3,200,000

Dracunculose (ver de Guinée)

2,600,000

-

Schistosomiase

200,000,000

200,000

Source : Galal-Gorchev 1994.

Impacts sur la santé de la pollution chimique

Les problèmes de santé associés aux substances chimiques dissoutes dans l'eau proviennent principalement de leur capacité à provoquer des effets indésirables après des périodes d'exposition prolongées ; les contaminants qui ont des propriétés toxiques cumulatives, comme les métaux lourds et certains micropolluants organiques, les substances cancérigènes et les substances qui peuvent avoir des effets sur la reproduction et le développement, sont particulièrement préoccupants. D'autres substances dissoutes dans l'eau sont des ingrédients essentiels de l'apport alimentaire et d'autres encore sont neutres par rapport aux besoins humains. Les produits chimiques dans l'eau, en particulier dans l'eau potable, peuvent être classés en trois catégories typiques aux fins d'impact sur la santé (Galal-Gorchev 1986):

  • Substances exerçant une toxicité aiguë ou chronique lors de la consommation. La gravité de l'atteinte à la santé augmente avec l'augmentation de leur concentration dans l'eau potable. En revanche, en dessous d'un certain seuil de concentration, aucun effet sur la santé ne peut être observé, c'est-à-dire que le métabolisme humain peut supporter cette exposition sans effets mesurables à long terme. Divers métaux, nitrates, cyanures, etc. entrent dans cette catégorie.
  • Substances génotoxiques, qui provoquent des effets sur la santé tels que la cancérogénicité, la mutagénicité et les malformations congénitales. Selon la pensée scientifique actuelle, il n'y a pas de seuil qui pourrait être considéré comme sûr, puisque toute quantité de substance ingérée contribue à une augmentation du cancer et des risques similaires. Des modèles mathématiques complexes d'extrapolation sont utilisés pour déterminer ces risques, car il existe très peu de preuves épidémiologiques. Les matières organiques synthétiques, de nombreux micropolluants organiques chlorés, certains pesticides et l'arsenic entrent dans cette catégorie.
  • Pour certains éléments, comme le fluor, l'iode et le sélénium, l'apport de l'eau potable est crucial et, en cas de carence, provoque des effets plus ou moins graves sur la santé. Cependant, à des concentrations élevées, ces mêmes substances provoquent des effets tout aussi graves sur la santé, mais de nature différente.

 

Impacts environnementaux

Les impacts de la pollution environnementale sur la qualité de l'eau douce sont nombreux et existent depuis longtemps. Le développement industriel, l'avènement de l'agriculture intensive, le développement exponentiel des populations humaines et la production et l'utilisation de dizaines de milliers de produits chimiques de synthèse figurent parmi les principales causes de la détérioration de la qualité de l'eau à l'échelle locale, nationale et mondiale. Le problème majeur de la pollution de l'eau est l'interférence avec les utilisations réelles ou prévues de l'eau.

L'une des causes les plus graves et les plus répandues de la dégradation de l'environnement est le rejet de déchets organiques dans les cours d'eau (voir « Composés organiques biodégradables » ci-dessus). Cette pollution est principalement préoccupante dans le milieu aquatique où de nombreux organismes, par exemple les poissons, ont besoin de niveaux d'oxygène élevés. Un effet secondaire grave de l'anoxie hydrique est la libération de substances toxiques à partir de particules et de sédiments de fond dans les rivières et les lacs. D'autres effets de pollution provenant des rejets d'eaux usées domestiques dans les cours d'eau et les aquifères comprennent l'accumulation de niveaux de nitrates dans les rivières et les eaux souterraines, et l'eutrophisation des lacs et des réservoirs (voir ci-dessus, « Nitrates » et « Sels »). Dans les deux cas, la pollution est un effet synergique des effluents d'eaux usées et du ruissellement ou de l'infiltration agricole.

Impacts économiques

Les conséquences économiques de la pollution de l'eau peuvent être assez graves en raison des effets néfastes sur la santé humaine ou sur l'environnement. Une mauvaise santé réduit souvent la productivité humaine et la dégradation de l'environnement réduit la productivité des ressources en eau utilisées directement par les populations.

Le fardeau économique de la maladie peut être exprimé non seulement en coûts de traitement, mais aussi en quantifiant la perte de productivité. Cela est particulièrement vrai pour les maladies principalement invalidantes, telles que la diarrhée ou le ver de Guinée. En Inde, par exemple, on estime qu'environ 73 millions de journées de travail par an sont perdues en raison de maladies liées à l'eau (Arceivala 1989).

Les carences en matière d'assainissement et les épidémies qui en résultent peuvent également entraîner de graves sanctions économiques. Cela est devenu plus évident lors de la récente épidémie de choléra en Amérique latine. Lors de l'épidémie de choléra au Pérou, les pertes dues à la réduction des exportations agricoles et du tourisme ont été estimées à un milliard de dollars américains. C'est plus de trois fois le montant que le pays avait investi dans les services d'approvisionnement en eau et d'assainissement au cours des années 1980 (Banque mondiale 1992).

Les ressources en eau affectées par la pollution deviennent moins appropriées comme sources d'eau pour l'approvisionnement municipal. En conséquence, un traitement coûteux doit être installé ou de l'eau propre provenant de loin doit être acheminée vers la ville à des coûts beaucoup plus élevés.

Dans les pays en développement d'Asie et du Pacifique, les dommages environnementaux ont été estimés par la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) en 1985 à environ 3 % du PNB, soit 250 milliards de dollars EU, tandis que le coût de réparation de ces les dégâts seraient d'environ 1%.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 36

Énergie et Santé

Le groupe d'experts sur l'énergie de la Commission Santé et Environnement de l'OMS (1992a) a considéré que quatre problèmes liés à l'énergie étaient les plus préoccupants, dans l'immédiat et/ou dans l'avenir, pour la santé environnementale :

  1. exposition à des agents nocifs au cours de l'utilisation domestique de la biomasse et du charbon
  2. exposition résultant de la pollution atmosphérique urbaine dans de nombreuses grandes villes du monde
  3. les possibles impacts du changement climatique sur la santé
  4. les accidents graves ayant des impacts environnementaux sur la santé de la population en général.

 

L'évaluation quantitative des risques pour la santé de différents systèmes énergétiques nécessite une évaluation à l'échelle du système TOUTE étapes du cycle du combustible, commençant par l'extraction des ressources brutes et se terminant par la consommation finale d'énergie. Pour que des comparaisons intertechnologiques valides soient effectuées, les méthodes, les données et les demandes d'utilisation finale doivent être similaires et spécifiées. Pour quantifier les effets des demandes d'utilisation finale, il faut évaluer les différences d'efficacité de conversion des dispositifs spécifiques à l'énergie et au combustible en énergie utile.

L'évaluation comparative est construite autour de l'idée du système énergétique de référence (SER), qui décrit les cycles du combustible étape par étape, de l'extraction au traitement en passant par la combustion et l'élimination finale des déchets. Le RES fournit un cadre commun et simple pour définir les flux d'énergie et les données associées utilisées pour l'évaluation des risques. Un RES (figure 1) est une représentation en réseau des principaux composants d'un système énergétique pour une année donnée, spécifiant la consommation des ressources, le transport du carburant, les processus de conversion et les utilisations finales, incorporant ainsi de manière compacte les caractéristiques saillantes du système énergétique tout en fournissant un cadre pour l'évaluation des principaux effets sur les ressources, l'environnement, la santé et l'économie qui peuvent résulter de nouvelles technologies ou politiques.

Figure 1. Système énergétique de référence, année 1979

EHH070F1

En fonction de leurs risques pour la santé, les technologies énergétiques peuvent être classées en trois groupes :

  1. La groupe de carburants se caractérise par l'utilisation de grandes quantités de combustibles fossiles ou de biomasse - charbon, pétrole, gaz naturel, bois, etc. - dont la collecte, le traitement et le transport ont des taux d'accidents élevés qui dominent les risques professionnels et dont la combustion produit de grandes quantités de la pollution de l'air et les déchets solides qui dominent les risques publics.
  2. La groupe renouvelable se caractérise par l'utilisation de ressources renouvelables diffuses à faible densité d'énergie - soleil, vent, eau - qui sont disponibles gratuitement en quantité énorme, mais dont la captation nécessite de vastes surfaces et la construction d'installations coûteuses capables de les « concentrer » en ressources utiles. formes. Les risques professionnels sont élevés et dominés par la construction des installations. Les risques publics sont faibles, principalement confinés aux accidents à faible probabilité, tels que les ruptures de barrage, les défaillances d'équipement et les incendies.
  3. La groupe nucléaire comprend les technologies de fission nucléaire, qui se distinguent par des densités d'énergie extrêmement élevées dans le combustible traité, avec de faibles quantités correspondantes de combustible et de déchets à traiter, mais avec de faibles concentrations dans la croûte terrestre, nécessitant un important effort d'extraction ou de collecte. Les risques professionnels sont donc relativement élevés et dominés par les accidents miniers et de transformation. Les risques publics sont faibles et dominés par les opérations de routine des réacteurs. Une attention particulière doit être accordée aux craintes du public concernant les risques liés à l'exposition aux rayonnements des technologies nucléaires, craintes qui sont relativement importantes par unité de risque pour la santé.

 

Les effets significatifs sur la santé des technologies de production d'électricité sont présentés dans les tableaux 1, 2 et 3.

Tableau 1. Effets significatifs sur la santé des technologies de production d'électricité - groupe de combustibles

Technologie

Professionnel

Effets sur la santé publique

Charbon

Maladie pulmonaire noire
Traumatismes liés aux accidents miniers
Traumatismes liés aux accidents de transport

Effets de la pollution de l'air sur la santé
Traumatismes liés aux accidents de transport

L'huile

Traumatismes liés aux accidents de forage
Cancer dû à l'exposition à la raffinerie
organiques

Effets de la pollution de l'air sur la santé
Traumatismes causés par des explosions et des incendies

Schiste bitumineux

Maladie pulmonaire brune
Cancer dû à l'exposition à
les émissions de l'autoclave
Traumatismes liés aux accidents miniers

Cancer dû à l'exposition à
les émissions de l'autoclave
Effets de la pollution de l'air sur la santé

Gaz naturel

Traumatismes liés aux accidents de forage
Cancer dû à l'exposition à
émissions de raffinerie

Effets de la pollution de l'air sur la santé
Traumatismes causés par des explosions et des incendies

Sables bitumineux

Traumatismes liés aux accidents miniers

Effets de la pollution de l'air sur la santé
Traumatismes causés par des explosions et des incendies

Biomasse*

Traumatismes d'accidents pendant
collecte et traitement
Exposition à des produits chimiques dangereux et à des agents biologiques issus de la transformation et de la conversion

Effets de la pollution de l'air sur la santé
Maladies dues à l'exposition à des agents pathogènes
Traumatisme des incendies de maison

* En tant que source d'énergie, généralement considérée comme renouvelable.

 

Tableau 2. Effets significatifs sur la santé des technologies de production d'électricité - groupe renouvelable

Technologie

Professionnel

Effets sur la santé publique

géothermie

Exposition aux gaz toxiques -
routinier et accidentel
Stress dû au bruit
Traumatismes liés aux accidents de forage

Maladie due à l'exposition à des substances toxiques
saumures et sulfure d'hydrogène
Cancer dû à l'exposition au radon

Hydroélectricité,
conventionnel et basse chute

Traumatisme de la construction
accidents

Traumatisme dû aux ruptures de barrage
Maladie due à l'exposition à
Pathogènes

Photovoltaïque

Exposition à des matières toxiques
pendant la fabrication - routine
et accidentel

Exposition à des matières toxiques
lors de la fabrication et de l'élimination
- routinier et accidentel

Wind

Traumatismes d'accidents pendant
construction et exploitation

 

Solaire thermique

Traumatismes d'accidents pendant
fabrication
Exposition à des produits chimiques toxiques
pendant le fonctionnement

 

 

Tableau 3. Effets sanitaires significatifs des technologies de production d'électricité - groupe nucléaire

Technologie

Professionnel

Effets sur la santé publique

Fission

Cancer dû à l'exposition aux radiations
pendant l'extraction de l'uranium, du minerai/du combustible
traitement, exploitation de centrales électriques
et gestion des déchets


Traumatismes d'accidents pendant
exploitation minière, transformation, centrale électrique
la construction et l'exploitation, et
la gestion des déchets

Cancer dû à l'exposition aux radiations
à toutes les étapes du cycle du combustible -
routinier et accidentel


Traumatisme du transport industriel
accidents

 

Les études des effets sur la santé de la combustion du bois aux États-Unis, comme les analyses d'autres sources d'énergie, étaient basées sur les effets sur la santé de la fourniture d'une quantité unitaire d'énergie, c'est-à-dire celle nécessaire pour chauffer un million d'années d'habitation. C'est 6 × 107 Chaleur GJ, ou 8.8 × 107 Entrée de bois GJ à 69% d'efficacité. Les effets sur la santé ont été estimés aux stades de la collecte, du transport et de la combustion. Les alternatives au pétrole et au charbon ont été mises à l'échelle à partir de travaux antérieurs (voir figure 2). Les incertitudes sur la collecte sont ± un facteur ~2, celles sur les incendies domestiques ± un facteur ~3, et celles sur la pollution de l'air ± un facteur supérieur à 10. Si les dangers du nucléaire électrique étaient tracés sur la même échelle, le total le risque serait d'environ la moitié de celui de l'exploitation minière pour l'extraction du charbon.

Figure 2. Effets sur la santé par unité de quantité d'énergie

EHH070F2

Une façon pratique d'aider à comprendre le risque est de l'étaler sur une seule personne alimentant une habitation en bois sur 40 ans (figure 3). Il en résulte un risque total de décès d'environ 1.6 x 10-3 (c'est-à-dire ~0.2 %). Cela peut être comparé au risque de décès dans un accident de voiture aux États-Unis au cours de la même période, ~9.3 x 10-3 (c'est-à-dire ~ 1 %), ce qui est cinq fois plus élevé. La combustion du bois présente des risques du même ordre que les technologies de chauffage plus conventionnelles. Les deux sont bien en deçà du risque global d'autres activités courantes, et de nombreux aspects du risque se prêtent clairement à des mesures préventives.

Figure 3. Risque, pour une personne seule, de décès dû à l'alimentation d'une habitation en bois de chauffage pendant 40 ans

EHH070F3

Les comparaisons suivantes pour les risques pour la santé peuvent être faites :

  • Risque professionnel aigu. Pour le cycle du charbon, le risque professionnel est nettement supérieur à celui associé au pétrole et au gaz ; il est à peu près le même que celui associé aux systèmes d'énergie renouvelable, lorsque leur construction est incluse dans l'évaluation, et il est environ 8 à 10 fois plus élevé que les risques correspondants pour le nucléaire. Les progrès technologiques futurs dans les sources d'énergie solaire et éolienne renouvelables pourraient entraîner une réduction significative du risque professionnel aigu associé à ces systèmes. La production d'hydroélectricité comporte un risque professionnel aigu relativement élevé.
  • Risque professionnel tardif. Les décès tardifs surviennent principalement dans les mines de charbon et d'uranium et sont à peu près de la même taille. L'extraction souterraine du charbon apparaît cependant plus dangereuse que l'extraction souterraine de l'uranium (calcul sur la base d'une unité normalisée d'électricité produite). L'utilisation du charbon extrait à ciel ouvert, en revanche, entraîne au total moins de décès tardifs que l'utilisation de l'énergie nucléaire.
  • Risque public aigu. Ces risques, principalement dus aux accidents de transport, dépendent fortement de la distance parcourue et du mode de transport. Le risque du nucléaire est 10 à 100 fois inférieur à ceux de toutes les autres options, principalement en raison de la quantité relativement faible de matières à transporter. Le cycle du charbon présente le risque public aigu le plus élevé en raison du transport important de matériaux selon le même raisonnement.
  • Risque public tardif. Il existe de grandes incertitudes liées aux risques publics tardifs associés à toutes les sources d'énergie. Les risques publics tardifs pour le nucléaire et le gaz naturel sont à peu près égaux et sont au moins dix fois inférieurs à ceux associés au charbon et au pétrole. Les développements futurs devraient entraîner une diminution significative des risques publics tardifs pour les énergies renouvelables.

 

De toute évidence, les effets sur la santé des différentes sources d'énergie dépendent de la quantité et du type d'énergie utilisée. Celles-ci varient considérablement géographiquement. Le bois de feu est la quatrième contribution la plus importante à l'approvisionnement énergétique mondial, après le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Près de la moitié de la population mondiale, en particulier celle vivant dans les zones rurales et urbaines des pays en développement, en dépend pour la cuisson et le chauffage (soit du bois ou son dérivé, le charbon de bois, soit, en l'absence de l'un ou de l'autre, des résidus agricoles ou bouse). Le bois de feu constitue plus de la moitié de la consommation mondiale de bois, atteignant 86 % dans les pays en développement et 91 % en Afrique.

En considérant les sources d'énergie nouvelles et renouvelables telles que l'énergie solaire, l'énergie éolienne et les carburants à base d'alcool, l'idée d'un « cycle du combustible » doit englober des industries telles que l'énergie solaire photovoltaïque, où pratiquement aucun risque n'est lié au fonctionnement de l'appareil, mais un risque substantiel quantité - souvent ignorée - peut être impliquée dans sa fabrication.

Des tentatives ont été faites pour résoudre cette difficulté en élargissant le concept du cycle du combustible pour inclure toutes les étapes du développement d'un système énergétique, y compris, par exemple, le béton qui entre dans l'usine qui fabrique le verre pour le capteur solaire. La question de la complétude a été abordée en notant que l'analyse rétrospective des étapes de fabrication équivaut à un ensemble d'équations simultanées dont la solution - si elle est linéaire - est exprimable sous la forme d'une matrice de valeurs. Une telle approche est familière aux économistes sous le nom d'analyse entrées-sorties ; et les chiffres appropriés, montrant combien chaque activité économique tire sur les autres, ont déjà été dérivés - bien que pour des catégories agrégées qui peuvent ne pas correspondre exactement aux étapes de fabrication que l'on souhaite examiner pour mesurer les dommages à la santé.

Aucune méthode d'analyse comparative des risques dans le secteur de l'énergie n'est pleinement satisfaisante en elle-même. Chacun a des avantages et des limites ; chacun fournit un type d'information différent. Compte tenu du niveau d'incertitude des analyses des risques pour la santé, les résultats de toutes les méthodes doivent être examinés pour fournir une image aussi détaillée que possible et une meilleure compréhension de l'ampleur des incertitudes associées.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 14: 42

Urbanisation

L'urbanisation est une caractéristique majeure du monde contemporain. Au début du XIXe siècle, quelque 50 millions de personnes vivaient dans les zones urbaines. En 1975, il y en avait 1.6 milliard et en l'an 2000, il y en aura 3.1 milliards (Harpham, Lusty et Vaugham 1988). Ces chiffres dépassent de loin la croissance de la population rurale.

Cependant, le processus d'urbanisation a souvent eu des effets dangereux sur la santé de ceux qui travaillent et vivent dans les villes et les villages. Dans une plus ou moins grande mesure, la production de logements convenables, la fourniture d'infrastructures urbaines et le contrôle du trafic n'ont pas suivi le rythme de la croissance de la population urbaine. Cela a généré une myriade de problèmes de santé.

Logement

Les conditions de logement dans le monde sont loin d'être satisfaisantes. Par exemple, au milieu des années 1980, 40 à 50 % de la population de nombreuses villes des pays en développement vivaient dans des logements insalubres (Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement, 1992b). Ces chiffres ont augmenté depuis. Bien que la situation dans les pays industrialisés soit moins critique, les problèmes de logement tels que la vétusté, le surpeuplement et même l'itinérance sont fréquents.

Les principaux aspects de l'environnement résidentiel qui influent sur la santé, ainsi que les risques associés, sont présentés dans le tableau 1. La santé d'un travailleur est susceptible d'être affectée si sa résidence est déficiente sur un ou plusieurs de ces aspects. Dans les pays en développement, par exemple, quelque 600 millions de citadins vivent dans des maisons et des quartiers dangereux pour leur santé et leur vie (Hardoy, Cairncross et Satterthwaite 1990 ; OMS 1992b).

Tableau 1. Logement et santé

Problèmes de logement

Dangers pour la santé

Mauvaise maîtrise de la température

Stress thermique, hypothermie

Mauvaise maîtrise de la ventilation
(lorsqu'il y a de la fumée provenant de feux intérieurs)

Maladies respiratoires aiguës et chroniques

Mauvais contrôle de la poussière

Asthme

Surpeuplement

Accidents domestiques, propagation plus facile de
maladies transmissibles
(p. ex. tuberculose, grippe, méningite)

Mauvais contrôle des feux à ciel ouvert, mauvaise protection
contre le kérosène ou le gaz en bouteille

Brûlures

Mauvaise finition des murs, des sols ou des toits
(permettant l'accès aux vecteurs)

maladie de Chagas, peste, typhus, shigellose,
hépatite, poliomyélite, légionellose,
fièvre récurrente, allergie à la poussière domestique

Implantation de maison
(près des zones de reproduction des vecteurs)

Paludisme, schistosomiase, filariose,
trypanosomiase

Implantation de maison

(dans une zone sujette à des catastrophes telles que des glissements de terrain
ou inondations)

Les accidents

Défauts de construction

Les accidents

Source : Hardoy et al. 1990 ; Harpham et al. 1988; Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement 1992b.

Les problèmes de logement peuvent aussi avoir un effet direct sur la santé au travail, dans le cas de ceux qui travaillent en milieu résidentiel. Il s'agit notamment de domestiques et d'un nombre croissant de petits producteurs dans diverses industries artisanales. Ces producteurs peuvent être davantage touchés lorsque leurs processus de production génèrent une certaine forme de pollution. Des études sélectionnées dans ces types d'industries ont détecté des déchets dangereux ayant des conséquences telles que les maladies cardiovasculaires, le cancer de la peau, les troubles neurologiques, le cancer bronchique, la photophobie et la méthémoglobinémie infantile (Hamza 1991).

La prévention des problèmes liés au domicile comprend une action à différentes étapes de l'offre de logement :

  1. emplacement (par exemple, sites sûrs et sans vecteur)
  2. conception de la maison (par exemple, espaces de taille et de protection climatique adéquates, utilisation de matériaux de construction non périssables, protection adéquate de l'équipement)
  3. construction (prévention des défauts de construction)
  4. entretien (p. ex., contrôle approprié de l'équipement, dépistage approprié).

 

L'insertion d'activités industrielles dans l'environnement résidentiel peut nécessiter des mesures de protection particulières, selon le processus particulier de production.

Les solutions de logement spécifiques peuvent varier considérablement d'un endroit à l'autre, en fonction des circonstances sociales, économiques, techniques et culturelles. Un grand nombre de villes et de villages disposent d'une législation locale en matière d'aménagement et de construction qui comprend des mesures de prévention des risques pour la santé. Cependant, cette législation n'est souvent pas appliquée en raison de l'ignorance, du manque de contrôle juridique ou, dans la plupart des cas, du manque de ressources financières pour construire des logements convenables. Par conséquent, il est important non seulement de concevoir (et de mettre à jour) des codes adéquats, mais également de créer les conditions de leur mise en œuvre.

Infrastructure urbaine : la fourniture de services de santé environnementale

Le logement peut également affecter la santé lorsqu'il n'est pas correctement fourni avec des services de santé environnementale tels que la collecte des ordures, l'eau, l'assainissement et le drainage. La fourniture inadéquate de ces services, cependant, s'étend au-delà du domaine du logement et peut entraîner des risques pour la ville ou la ville dans son ensemble. Les normes de prestation de ces services sont encore critiques dans un grand nombre d'endroits. Par exemple, 30 à 50 % des déchets solides générés dans les centres urbains ne sont pas collectés. En 1985, il y avait 100 millions de personnes de plus sans service d'eau qu'en 1975. Plus de deux milliards de personnes n'ont toujours pas de moyens sanitaires pour éliminer les déchets humains (Hardoy, Cairncross et Satterthwaite 1990 ; Commission OMS sur la santé et l'environnement 1992b). Et les médias ont fréquemment montré des cas d'inondations et autres accidents liés à un drainage urbain insuffisant.

Les risques dérivés d'une fourniture déficiente de services de santé environnementale sont présentés dans le tableau 2. Les risques interservices sont également courants, par exemple, la contamination de l'approvisionnement en eau en raison d'un manque d'assainissement, la dissémination des déchets par l'eau non drainée. Pour donner une illustration de l'étendue des problèmes d'infrastructure parmi tant d'autres, un enfant est tué dans le monde toutes les 20 secondes à cause de la diarrhée, ce qui est un résultat majeur des services de santé environnementale déficients.

Tableau 2. Infrastructure urbaine et santé

Problèmes dans la fourniture de
services de santé environnementale

Dangers pour la santé

Déchets non collectés

Agents pathogènes dans les ordures, vecteurs de maladies (principalement mouches et rats) qui se reproduisent ou se nourrissent dans les ordures, risques d'incendie, pollution des cours d'eau

Déficit quantitatif et/ou
qualité de l'eau

Diarrhée, trachome, maladies infectieuses de la peau, infections dues aux poux de corps, autres maladies provoquées par la consommation d'aliments non lavés

Manque d'assainissement

Infections féco-orales (p. ex., diarrhée, choléra, fièvre typhoïde), parasites intestinaux, filariose

Manque d'évacuation

Accidents (inondations, glissements de terrain, effondrements de maisons), infections féco-orales, schistosomiase, maladies transmises par les moustiques (par exemple, paludisme, dengue, fièvre jaune), filariose de Bancroft

Source : Hardoy et al. 1990 ; Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement 1992b.

Les travailleurs dont l'environnement de travail immédiat ou plus large n'est pas suffisamment approvisionné en ces services sont exposés à une profusion de risques pour la santé au travail. Ceux qui travaillent dans la fourniture ou la maintenance de services, tels que les éboueurs, les balayeurs et les éboueurs, sont davantage exposés.

Il existe en effet des solutions techniques capables d'améliorer la fourniture des services de santé environnementale. Ils englobent, parmi beaucoup d'autres, des programmes de recyclage des ordures (y compris le soutien aux éboueurs), l'utilisation de différents types de véhicules de collecte des ordures pour atteindre différents types de routes (y compris celles des établissements informels), des installations économes en eau, un contrôle plus strict des fuites d'eau et systèmes d'assainissement à faible coût tels que les latrines à fosse ventilée, les fosses septiques ou les égouts de petit diamètre.

Cependant, le succès de chaque solution dépendra de son adéquation aux circonstances locales et des ressources et capacités locales pour la mettre en œuvre. La volonté politique est fondamentale, mais pas suffisante. Les gouvernements ont souvent eu du mal à assurer eux-mêmes adéquatement les services urbains. Les exemples de réussite d'un bon approvisionnement ont souvent inclus la coopération entre les secteurs public, privé et/ou bénévole. Une implication et un soutien approfondis des communautés locales sont importants. Cela nécessite souvent la reconnaissance officielle du grand nombre d'établissements illégaux et semi-légaux (surtout mais pas seulement dans les pays en développement), qui portent une lourde part des problèmes de santé environnementale. Les travailleurs directement impliqués dans des services tels que la collecte des ordures ou le recyclage et l'entretien des égouts ont besoin d'équipements spéciaux de protection, tels que des gants, des combinaisons et des masques.

Traffic

Les villes et villages dépendent fortement des transports terrestres pour le déplacement des personnes et des marchandises. Ainsi, l'augmentation de l'urbanisation dans le monde s'est accompagnée d'une forte croissance du trafic urbain. Cependant, une telle situation a généré un grand nombre d'accidents. Quelque 500,000 1990 personnes sont tuées chaque année dans des accidents de la route, dont les deux tiers surviennent en zone urbaine ou périurbaine. De plus, selon de nombreuses études dans différents pays, pour chaque décès, il y a dix à vingt personnes blessées. De nombreux cas souffrent d'une perte de productivité permanente ou prolongée (Urban Edge 1992a; WHO Commission on Health and Environment XNUMXa). Une grande partie de ces données concerne les personnes se rendant au travail ou en revenant – et ce type d'accident de la circulation a récemment été considéré comme un risque professionnel.

Selon des études de la Banque mondiale, les principales causes d'accidents de la circulation urbaine comprennent : le mauvais état des véhicules ; rues détériorées; différents types de circulation—des piétons et des animaux aux camions—partageant les mêmes rues ou voies ; sentiers pédestres inexistants; et un comportement routier imprudent (tant de la part des conducteurs que des piétons) (Urban Edge 1990a, 1990b).

Un autre danger généré par l'expansion du trafic urbain est la pollution atmosphérique et sonore. Les problèmes de santé comprennent les maladies respiratoires aiguës et chroniques, les tumeurs malignes et les déficiences auditives (la pollution est également traitée dans d'autres articles de ce Encyclopédie).

Les solutions techniques pour améliorer la sécurité routière et automobile (ainsi que la pollution) abondent. Le défi majeur semble être de changer les attitudes des conducteurs, des piétons et des fonctionnaires. L'éducation à la sécurité routière - de l'enseignement à l'école primaire aux campagnes dans les médias - a souvent été recommandée comme politique pour cibler les conducteurs et/ou les piétons (et ces programmes ont souvent eu un certain succès lorsqu'ils ont été mis en œuvre). Les fonctionnaires ont la responsabilité de concevoir et d'appliquer la législation sur la circulation, d'inspecter les véhicules et de concevoir et de mettre en œuvre des mesures de sécurité techniques. Cependant, selon les études susmentionnées, ces responsables perçoivent rarement les accidents de la circulation (ou la pollution) comme une priorité absolue, ou ont rarement les moyens d'agir consciencieusement (Urban Edge 1990a, 1990b). Par conséquent, ils doivent être ciblés par des campagnes d'éducation et soutenus dans leur travail.

Le tissu urbain

Outre les problèmes spécifiques déjà relevés (logement, services, circulation), la croissance globale du tissu urbain a également eu un impact sur la santé. Premièrement, les zones urbaines sont généralement denses, ce qui facilite la propagation des maladies transmissibles. Deuxièmement, ces zones concentrent un grand nombre d'industries et la pollution qui y est associée. Troisièmement, à travers le processus de croissance urbaine, des foyers naturels de vecteurs de maladies peuvent être piégés dans de nouvelles zones urbaines et de nouvelles niches pour les vecteurs de maladies peuvent être établies. Les vecteurs peuvent s'adapter à de nouveaux habitats (urbains), par exemple ceux responsables du paludisme urbain, de la dengue et de la fièvre jaune. Quatrièmement, l'urbanisation a souvent eu des conséquences psychosociales telles que le stress, l'aliénation, l'instabilité et l'insécurité ; qui, à leur tour, ont entraîné des problèmes tels que la dépression et l'abus d'alcool et de drogues (Harpham, Lusty et Vaugham 1988; Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement 1992a).

Les expériences passées ont démontré la possibilité (et la nécessité) de s'attaquer aux problèmes de santé en améliorant l'urbanisation. Par exemple, «¼ la baisse remarquable des taux de mortalité et l'amélioration de la santé en Europe et en Amérique du Nord au tournant du siècle dernier doivent davantage à l'amélioration de la nutrition et à l'amélioration de l'approvisionnement en eau, de l'assainissement et d'autres aspects du logement et des conditions de vie qu'à l'amélioration des conditions médicales. établissements » (Hardoy, Cairncross et Satterthwaite 1990).

Les solutions aux problèmes croissants de l'urbanisation nécessitent une bonne intégration entre la planification et la gestion urbaines (souvent séparées) et la participation des différents acteurs publics, privés et bénévoles qui opèrent dans l'arène urbaine. L'urbanisation affecte un large éventail de travailleurs. Contrairement à d'autres sources ou types de problèmes de santé (qui pourraient affecter des catégories spécifiques de travailleurs), les risques professionnels dérivés de l'urbanisation ne peuvent être traités par une action ou une pression syndicale unique. Ils nécessitent une action interprofessionnelle, voire plus largement, une action de la communauté urbaine en général.

 

Noir

Changement climatique

Les principaux gaz à effet de serre (GES) sont le dioxyde de carbone, le méthane, l'oxyde nitreux, la vapeur d'eau et les chlorofluorocarbures (CFC). Ces gaz permettent à la lumière du soleil de pénétrer à la surface de la terre, tout en empêchant la chaleur rayonnante infrarouge de s'échapper. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a conclu que les émissions, principalement de l'industrie, et la destruction des puits de gaz à effet de serre, via une mauvaise gestion de l'utilisation des terres, en particulier la déforestation, ont considérablement augmenté les concentrations de GES au-delà des processus naturels. Sans changements politiques majeurs, les niveaux de dioxyde de carbone préindustriels devraient augmenter, entraînant une augmentation de 1.0 à 3.5 °C de la température mondiale moyenne d'ici 2100 (GIEC sous presse).

Les deux principales composantes du changement climatique comprennent (1) l'élévation de la température avec une instabilité et des extrêmes météorologiques concomitants et (2) l'élévation du niveau de la mer due à la thermoexpansion. Ces changements peuvent entraîner une augmentation de la fréquence des vagues de chaleur et des épisodes dangereux de pollution atmosphérique, une réduction de l'humidité du sol, une incidence plus élevée d'événements météorologiques perturbateurs et des inondations côtières (GIEC 1992). Les effets ultérieurs sur la santé peuvent inclure une augmentation (1) de la mortalité et de la morbidité liées à la chaleur ; (2) les maladies infectieuses, en particulier celles transmises par les insectes ; (3) la malnutrition due aux pénuries alimentaires ; et (4) les crises des infrastructures de santé publique dues aux catastrophes météorologiques et à l'élévation du niveau de la mer, associées à la migration humaine liée au climat (voir figure 1).

Figure 1. Effets sur la santé publique des principales composantes du changement climatique mondial

 EHH090F2Les humains ont une énorme capacité d'adaptation aux conditions climatiques et environnementales. Cependant, le rythme des changements climatiques et écologiques potentiels prévus est une grande préoccupation pour les scientifiques médicaux et terrestres. Bon nombre des effets sur la santé seront médiés par les réponses écologiques aux conditions climatiques modifiées. Par exemple, la propagation des maladies à transmission vectorielle dépendra des modifications de la végétation et de la disponibilité d'hôtes réservoirs ou intermédiaires, ainsi que des effets directs de la température et de l'humidité sur les parasites et leurs vecteurs (Patz et al. 1996). La compréhension des dangers du changement climatique nécessitera donc une évaluation intégrée des risques écologiques qui exige des approches nouvelles et complexes par rapport à l'analyse conventionnelle des risques de cause à effet à agent unique à partir de données empiriques (McMichael 1993).

Appauvrissement de l'ozone stratosphérique

L'appauvrissement de l'ozone stratosphérique résulte principalement de réactions avec les radicaux libres halogénés des chlorofluorocarbures (CFC), ainsi que d'autres halocarbures et le bromure de méthyle (Molina et Rowland, 1974). L'ozone bloque spécifiquement la pénétration du rayonnement ultraviolet B (UVB), qui contient les longueurs d'onde les plus destructrices biologiquement (290-320 nanomètres). On s'attend à ce que les niveaux d'UVB augmentent de manière disproportionnée dans les zones tempérées et arctiques, car une relation claire a été établie entre les latitudes plus élevées et l'étendue de l'amincissement de la couche d'ozone (Stolarski et al. 1992).

Pour la période 1979-91, la perte moyenne d'ozone a été estimée à 2.7 % par décennie, en corrigeant le cycle solaire et d'autres facteurs (Gleason et al. 1993). En 1993, des chercheurs utilisant un nouveau spectroradiomètre sensible à Toronto, au Canada, ont découvert que l'appauvrissement actuel de la couche d'ozone a provoqué des augmentations locales du rayonnement UVB ambiant de 35 % en hiver et de 7 % en été, par rapport aux niveaux de 1989 (Kerr et McElroy 1993). Des estimations antérieures du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) prédisaient une augmentation de 1.4 % des UVB pour une baisse de 1 % de l'ozone stratosphérique (PNUE 1991a).

Les impacts directs sur la santé de l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique, qui entraîne une augmentation du rayonnement UVB ambiant, comprennent (1) le cancer de la peau (2) les maladies oculaires et (3) l'immunosuppression. Des effets indirects sur la santé peuvent résulter des dommages causés aux cultures par le rayonnement ultraviolet.

Effets sur la santé des changements de température et de précipitations

Morbidité et mortalité liées à la chaleur

Physiologiquement, l'homme possède une grande capacité de thermorégulation jusqu'à un seuil de température. Les conditions météorologiques dépassant les seuils de température et persistant pendant plusieurs jours consécutifs entraînent une augmentation de la mortalité dans la population. Dans les grandes villes, la médiocrité des logements combinée à l'effet « d'îlot de chaleur » urbain exacerbe encore les conditions. À Shanghai, par exemple, cet effet peut atteindre 6.5 °C lors d'une soirée sans vent en hiver (GIEC 1990). La plupart des décès liés à la chaleur surviennent chez les personnes âgées et sont attribués à des troubles cardiovasculaires et respiratoires (Kilbourne 1989). Les principales variables météorologiques contribuent à la mortalité liée à la chaleur, la plus importante étant les relevés nocturnes élevés ; l'effet de serre devrait élever particulièrement ces températures minimales (Kalkstein et Smoyer 1993).

Les régions tempérées et polaires devraient se réchauffer de manière disproportionnée plus que les zones tropicales et subtropicales (IPCC 1990). Selon les prévisions de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis, les températures estivales moyennes à New York et à Saint-Louis, par exemple, augmenteraient de 3.1 et 3.9 °C, respectivement, si le CO ambiant2 double. Même avec un ajustement pour l'acclimatation physiologique, la mortalité estivale annuelle dans les villes tempérées comme celles-ci pourrait plus que quadrupler (Kalkstein et Smoyer 1993).

La chimie atmosphérique est un important facteur contribuant à la formation du smog photochimique urbain, par lequel la photodécomposition du NO2 en présence de composés organiques volatils entraîne la production d'ozone troposphérique (au niveau du sol). L'augmentation du rayonnement UV ambiant et des températures plus chaudes entraîneraient davantage ces réactions. Les effets néfastes sur la santé de la pollution atmosphérique sont bien connus et l'utilisation continue des combustibles fossiles étendra les effets aigus et chroniques sur la santé. (voir « Pollution de l'air » dans ce chapitre).

Maladies infectieuses et changements climatiques/écosystémiques

Les modèles de circulation générale couplés atmosphère-océan prédisent que les hautes latitudes de l'hémisphère nord connaîtront la plus grande élévation de la température de surface selon les scénarios actuels du GIEC (GIEC 1992). Les températures hivernales minimales devraient être disproportionnellement plus affectées, permettant à certains virus et parasites de s'étendre dans des régions où ils ne pouvaient pas vivre auparavant. En plus des effets climatiques directs sur les vecteurs, la transformation des écosystèmes pourrait avoir des implications marquées pour les maladies, l'aire de répartition géographique des espèces hôtes vectrices et/ou réservoirs étant définie par ces écosystèmes.

Les maladies à transmission vectorielle peuvent se propager dans les régions tempérées des deux hémisphères et s'intensifier dans les zones endémiques. La température détermine l'infectivité des vecteurs en affectant la réplication, la maturation et la période d'infectiosité des agents pathogènes (Longstreth et Wiseman 1989). La température et l'humidité élevées intensifient également le comportement de piqûre de plusieurs espèces de moustiques. La chaleur extrême, en revanche, peut raccourcir le temps de survie des insectes.

Les maladies infectieuses qui intègrent une espèce à sang froid (invertébré) dans leur cycle de vie sont les plus sensibles aux variations climatiques subtiles (Sharp 1994). Les maladies dont les agents infectieux, les vecteurs ou les hôtes sont affectés par le changement climatique comprennent le paludisme, la schistosomiase, la filariose, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase (maladie de Chagas et maladie du sommeil africaine), la dengue, la fièvre jaune et l'encéphalite à arbovirus. Les chiffres actuels du nombre de personnes exposées au risque de ces maladies sont répertoriés dans le tableau 1 (OMS 1990d).

Tableau 1. Situation mondiale des principales maladies à transmission vectorielle

No.a

Maladie

Population à risque
(des millions)
b

Prévalence de l'infection
(des millions)

Répartition actuelle

Modification possible de la répartition en raison du changement climatique

1.

Paludisme

2,100

270

Tropiques/subtropicaux

++

2.

Filarioses lymphatiques

900

90.2

Tropiques/subtropicaux

+

3.

Onchocercose

90

17.8

Afrique/L. Amérique

+

4.

Schistosomiase

600

200

Tropiques/subtropicaux

++

5.

Trypanosomiase africaine

50

(25,000 XNUMX nouveaux cas/an)

Afrique tropicale

+

6.

Leishmanioses

350

12 millions de personnes infectées
+ 400,000 XNUMX nouveaux cas/an

Asie/Europe du Sud/Afrique/S. Amérique

?

7.

Dracunculose

63

1

Tropiques (Afrique/Asie)

0

Maladies arbovirales

8.

Dengue

1,500

 

Tropiques/subtropicaux

++

9.

La fièvre jaune

+ + +

 

Afrique/L. Amérique

+

10.

l'encéphalite japonaise

+ + +

 

Asie E/SE

+

11.

Autres maladies arbovirales

+ + +

   

+

a Les numéros renvoient à des explications dans le texte. b Basé sur une population mondiale estimée à 4.8 milliards (1989).
0 = peu probable ; + = probable ; ++ = très probable ; +++ = pas d'estimation disponible ; ? = non connu.

 

Dans le monde, le paludisme est la maladie à transmission vectorielle la plus répandue et cause un à deux millions de décès par an. Selon Martens et al., environ un million de décès annuels supplémentaires pourraient résulter du changement climatique d'ici le milieu du siècle prochain. (1995). Le moustique anophèle porteur du paludisme peut s'étendre jusqu'à l'isotherme hivernal de 16 °C, car le développement du parasite ne se produit pas en dessous de cette température (Gilles et Warrell 1993). Les épidémies qui surviennent à des altitudes plus élevées coïncident généralement avec des températures supérieures à la moyenne (Loevinsohn 1994). La déforestation affecte également le paludisme, car les zones défrichées fournissent une abondance de bassins d'eau douce dans lesquels les larves d'anophèles peuvent se développer (voir « Extinction d'espèces, perte de biodiversité et santé humaine » dans ce chapitre).

Au cours des deux dernières décennies, les efforts de lutte contre le paludisme n'ont apporté que des gains marginaux. Le traitement ne s'est pas amélioré car la résistance aux médicaments est devenue un problème majeur pour la souche la plus virulente, Plasmodium falciparum, et les vaccins antipaludiques n'ont montré qu'une efficacité limitée (Institute of Medicine 1991). La grande capacité de variation antigénique des protozoaires a jusqu'à présent empêché l'acquisition de vaccins efficaces contre le paludisme et la maladie du sommeil, laissant peu d'optimisme pour de nouveaux agents pharmaceutiques facilement disponibles contre ces maladies. Les maladies qui impliquent des hôtes réservoirs intermédiaires (par exemple, les cerfs et les rongeurs dans le cas de la maladie de Lyme) rendent l'immunité collective humaine contre les programmes de vaccination essentiellement inaccessible, ce qui représente un autre obstacle à l'intervention médicale préventive.

Comme le changement climatique modifie l'habitat, entraînant une réduction potentielle de la biodiversité, les insectes vecteurs seront contraints de trouver de nouveaux hôtes (voir « Extinction d'espèces, perte de biodiversité et santé humaine »). Au Honduras, par exemple, des insectes hématophages tels que le scarabée assassin, porteur de la maladie incurable de Chagas (ou trypanosomiase américaine), ont été forcés de rechercher des hôtes humains à mesure que la biodiversité diminue à cause de la déforestation. Sur 10,601 23.5 Honduriens étudiés dans les régions endémiques, 1994 % sont désormais séropositifs pour la maladie de Chagas (Sharp 992). Les maladies zoonotiques sont fréquemment à l'origine d'infections humaines et affectent généralement l'homme après un changement environnemental ou une altération de l'activité humaine (Institute of Medicine lXNUMX). De nombreuses maladies « nouvellement émergentes » chez l'homme sont en fait des zoonoses de longue date d'espèces hôtes animales. Par exemple, hantavirus, récemment découverte comme étant la cause de décès humains dans le sud-ouest des États-Unis, est établie depuis longtemps chez les rongeurs et la récente épidémie a été considérée comme liée aux conditions climatiques/écologiques (Wenzel 1994).

Effets marins

Le changement climatique peut avoir un impact supplémentaire sur la santé publique en raison de ses effets sur les efflorescences nocives de phytoplancton marin (ou d'algues). L'augmentation du phytoplancton à l'échelle mondiale a été la conséquence d'une mauvaise gestion du contrôle de l'érosion, de l'application abondante d'engrais dans l'agriculture et du rejet d'eaux usées côtières, le tout entraînant des effluents riches en nutriments qui favorisent la croissance des algues. Les conditions qui favorisent cette croissance pourraient être renforcées par des températures de surface de la mer plus chaudes attendues avec le réchauffement climatique. La surexploitation des poissons et des crustacés (consommateurs d'algues) associée à l'utilisation généralisée de pesticides toxiques pour les poissons, contribue davantage à la prolifération du plancton (Epstein 1995).

Les marées rouges provoquant des maladies diarrhéiques et paralytiques et l'intoxication amnésique par les mollusques sont d'excellents exemples de maladies résultant de la prolifération d'algues. Vibrio cholera s'est avéré être hébergé par le phytoplancton marin; ainsi, les efflorescences pourraient représenter un réservoir élargi à partir duquel des épidémies de choléra pourraient se déclencher (Huq et al. 1990).

Approvisionnement alimentaire et nutrition humaine

La malnutrition est une cause majeure de mortalité infantile et de morbidité infantile due à l'immunosuppression (voir « Alimentation et agriculture »). Le changement climatique pourrait affecter négativement l'agriculture à la fois par des changements à long terme, tels que la réduction de l'humidité du sol par évapotranspiration, et, plus immédiatement, par des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses, les inondations (et l'érosion) et les tempêtes tropicales. Les plantes peuvent initialement bénéficier du "CO2 fertilisation », ce qui peut améliorer la photosynthèse (GIEC 1990). Même en tenant compte de cela, l'agriculture des pays en développement souffrira le plus, et on estime que dans ces pays, 40 à 300 millions de personnes supplémentaires seront menacées par la faim en raison du changement climatique (Sharp 1994).

Les changements écologiques indirects affectant les cultures devront également être pris en compte, car les ravageurs agricoles peuvent changer de distribution (GIEC 1992) (voir « Alimentation et agriculture »). Compte tenu de la dynamique complexe des écosystèmes, une évaluation complète devra s'étendre au-delà des impacts directs de l'évolution des conditions atmosphériques et/ou du sol.

Effets sur la santé des catastrophes météorologiques et de l'élévation du niveau de la mer

L'expansion thermique des océans peut entraîner une élévation du niveau de la mer à un rythme relativement rapide de deux à quatre centimètres par décennie, et les extrêmes projetés du cycle hydrologique devraient produire des conditions météorologiques et des tempêtes plus violentes. De tels événements perturberaient directement les habitations et les infrastructures de santé publique, telles que les systèmes d'assainissement et le drainage des eaux pluviales (GIEC 1992). Les populations vulnérables des zones côtières basses et des petites îles seraient obligées de migrer vers des endroits plus sûrs. Le surpeuplement et les mauvaises conditions d'hygiène qui en résultent parmi ces réfugiés environnementaux pourraient amplifier la propagation de maladies infectieuses telles que le choléra, et les taux de transmission de maladies à transmission vectorielle augmenteraient en raison du surpeuplement et de l'afflux potentiel d'individus infectés (OMS 1990d). Les systèmes de drainage inondés peuvent encore aggraver la situation, et les impacts psychologiques doivent également être pris en compte en raison du syndrome de stress post-traumatique consécutif aux tempêtes majeures.

L'approvisionnement en eau douce diminuerait en raison de l'intrusion saline des aquifères côtiers et des terres agricoles côtières perdues à cause de la salinisation ou de l'inondation pure et simple. Par exemple, une élévation du niveau de la mer d'un mètre détruirait respectivement 15 % et 20 % de l'agriculture en Égypte et au Bangladesh (IPCC 1990). Comme pour les sécheresses, les méthodes d'irrigation adaptative pourraient affecter les sites de reproduction des arthropodes et des invertébrés des vecteurs (par exemple, similaire à la schistosomiase en Égypte), mais l'évaluation coût/bénéfice de ces impacts sera difficile.

Effets sur la santé de l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique

Effets directs sur la santé des rayonnements ultraviolets B

L'ozone bloque spécifiquement la pénétration du rayonnement ultravioletB, qui contient les longueurs d'onde les plus biologiquement destructrices de 290 à 320 nanomètres. Les UVB induisent la formation de dimères de pyrimidine dans les molécules d'ADN, qui, s'ils ne sont pas réparés, peuvent évoluer en cancer (IARC 1992). Le cancer de la peau non mélanome (carcinome épidermoïde et basocellulaire) et le mélanome à propagation superficielle sont corrélés à l'exposition au soleil. Dans les populations occidentales, l'incidence du mélanome a augmenté de 20 à 50 % tous les cinq ans au cours des deux dernières décennies (Coleman et al. 1993). Bien qu'il n'y ait pas de relation directe entre l'exposition cumulative aux ultraviolets et le mélanome, une exposition excessive aux UV pendant l'enfance est associée à l'incidence. Pour un déclin soutenu de 10 % de la couche d'ozone stratosphérique, les cas de cancer de la peau autre que le mélanome pourraient augmenter de 26 %, soit 300,000 20 dans le monde par an ; le mélanome pourrait augmenter de 4,500 %, soit 1991 XNUMX cas de plus par an (UNEP XNUMXa).

La formation de cataractes oculaires est à l'origine de la moitié des cas de cécité dans le monde (17 millions de cas par an) et est associée au rayonnement UVB dans une relation dose-réponse (Taylor 1990). Les acides aminés et les systèmes de transport membranaire dans le cristallin de l'œil sont particulièrement sujets à la photo-oxydation par les radicaux d'oxygène générés par l'irradiation UVB (IARC 1992). Un doublement de l'exposition aux UVB pourrait entraîner une augmentation de 60 % des cataractes corticales par rapport aux niveaux actuels (Taylor et al. 1988). Le PNUE estime qu'une perte soutenue de 10 % de l'ozone stratosphérique entraînerait près de 1.75 million de cataractes supplémentaires par an (PNUE 1991a). D'autres effets oculaires de l'exposition aux UVB comprennent la photokératite, la photokérato-conjonctivite, la pinguécule et le ptérygion (ou la prolifération de l'épithélium conjonctival) et la kératopathie des gouttelettes climatiques (IARC 1992).

La capacité du système immunitaire à fonctionner efficacement dépend du traitement et de la présentation de l'antigène "local" aux lymphocytes T, ainsi que de l'augmentation de la réponse "systémique" via la production de lymphokine (messager biochimique) et la cellule T-helper/T-suppressor qui en résulte. ratios. Les UVB provoquent une immunosuppression aux deux niveaux. Les UVB dans les études animales peuvent affecter l'évolution des maladies cutanées infectieuses, telles que l'onchocercose, la leishmaniose et la dermatophytose, et altérer l'immunosurveillance des cellules épidermiques précancéreuses transformées. Des études préliminaires montrent en outre une influence sur l'efficacité du vaccin (Kripke et Morison 1986 ; IARC 1992).

Effets indirects des UVB sur la santé publique

Historiquement, les plantes terrestres ne se sont établies qu'après la formation de la couche d'ozone protectrice, puisque les UVB inhibent la photosynthèse (UNEP 1991a). L'affaiblissement des cultures vivrières sensibles aux dommages causés par les UVB pourrait encore étendre les impacts sur l'agriculture en raison des changements climatiques et de l'élévation du niveau de la mer.

Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire marine et sert également de « puits » important de dioxyde de carbone. Les dommages causés par les UV à ces algues dans les régions polaires affecteraient donc négativement la chaîne alimentaire marine et exacerberaient l'effet de serre. Le PNUE estime qu'une perte de 10% de phytoplancton marin limiterait le CO annuel des océans2 absorption de cinq gigatonnes, ce qui équivaut aux émissions anthropiques annuelles provenant de la combustion de combustibles fossiles (UNEP 1991a).

Risques professionnels et stratégies de contrôle

Risques professionnels

En ce qui concerne la réduction des émissions de GES provenant des combustibles fossiles, les sources d'énergie renouvelables alternatives devront être développées. Les risques publics et professionnels de l'énergie nucléaire sont bien connus et la protection des centrales, des travailleurs et du combustible usé sera nécessaire. Le méthanol peut servir à remplacer une grande partie de l'utilisation de l'essence; cependant, l'émission de formaldéhyde à partir de ces sources présentera un nouveau danger pour l'environnement. Les matériaux supraconducteurs pour un transfert d'électricité efficace sur le plan énergétique sont principalement des céramiques composées de calcium, de strontium, de baryum, de bismuth, de thallium et d'yttrium (OMS sous presse).

On en sait moins sur la sécurité au travail dans les unités de fabrication de captage d'énergie solaire. Le silicium, le gallium, l'indium, le thallium, l'arsenic et l'antimoine sont les principaux éléments utilisés pour construire les cellules photovoltaïques (OMS sous presse). Le silicium et l'arsenic affectent négativement les poumons; le gallium est concentré dans les reins, le foie et les os ; et les formes ioniques de l'indium sont néphrotoxiques.

Les effets destructeurs des CFC sur la couche d'ozone stratosphérique ont été reconnus dans les années 1970, et l'US EPA a interdit ces propulseurs inertes dans les aérosols en 1978. En 1985, une inquiétude généralisée a éclaté lorsqu'une équipe britannique basée en Antarctique a découvert le "trou" dans l'ozone. couche (Farman, Gardiner et Shanklin 1985). L'adoption subséquente du Protocole de Montréal en 1987, avec des modifications en 1990 et 1992, a déjà imposé des réductions drastiques de la production de CFC.

Les produits chimiques de remplacement des CFC sont les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) et les hydrofluorocarbures (HFC). La présence de l'atome d'hydrogène peut soumettre plus facilement ces composés à la dégradation par les radicaux hydroxyles (OH-) dans la troposphère, réduisant ainsi l'appauvrissement potentiel de l'ozone stratosphérique. Ces produits chimiques de remplacement des CFC sont cependant plus réactifs sur le plan biologique que les CFC. La nature d'une liaison CH rend ces produits chimiques sujets à l'oxydation via le système du cytochrome P-450 (OMS sous presse).

Atténuation et adaptation

Relever les défis de santé publique posés par le changement climatique mondial nécessitera (1) une approche écologique intégrée ; (2) réduction des gaz à effet de serre grâce au contrôle des émissions industrielles, politiques d'utilisation des terres pour maximiser l'étendue du CO2 les « puits » et les politiques démographiques pour atteindre les deux ; (3) surveillance des indicateurs biologiques à l'échelle régionale et mondiale ; (4) des stratégies de santé publique adaptatives pour minimiser les impacts du changement climatique inévitable ; et (5) la coopération entre pays développés et pays en développement. En bref, une intégration accrue des politiques environnementales et de santé publique doit être encouragée.

Le changement climatique et l'appauvrissement de la couche d'ozone présentent un grand nombre de risques pour la santé à plusieurs niveaux et soulignent la relation importante entre la dynamique des écosystèmes et la santé humaine durable. Les mesures préventives doivent donc être systémiques et anticiper les réponses écologiques significatives au changement climatique ainsi que les risques physiques directs prévus. Certains éléments clés à prendre en compte dans une évaluation des risques écologiques comprendront les variations spatiales et temporelles, les mécanismes de rétroaction et l'utilisation d'organismes de niveau inférieur comme indicateurs biologiques précoces.

La réduction des gaz à effet de serre en détournant les combustibles fossiles vers les ressources énergétiques renouvelables représente la principale prévention du changement climatique. De même, la planification stratégique de l'utilisation des terres et la stabilisation des pressions démographiques sur l'environnement préserveront d'importants puits naturels de gaz à effet de serre.

Parce que certains changements climatiques peuvent être inévitables, la prévention secondaire par la détection précoce par la surveillance des paramètres de santé nécessitera une coordination sans précédent. Pour la première fois dans l'histoire, des tentatives sont faites pour surveiller le système terrestre dans son intégralité. Le Système mondial d'observation du climat intègre la Veille météorologique mondiale et la Veille de l'atmosphère mondiale de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) avec des éléments du Système mondial de surveillance de l'environnement du PNUE. Le Système mondial d'observation de l'océan est une nouvelle initiative conjointe de la Commission océanographique intergouvernementale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l'OMM et le Conseil international des unions scientifiques (ICSU). Des mesures satellitaires et sous-marines seront utilisées pour surveiller les changements dans les systèmes marins. Le Système mondial d'observation terrestre est un nouveau système parrainé par le PNUE, l'UNESCO, l'OMM, l'ICSU et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et fournira la composante terrestre du Système mondial d'observation du climat (OMM 1992).

Les options adaptatives pour réduire les conséquences sanitaires inévitables comprennent les programmes de préparation aux catastrophes ; l'urbanisme pour réduire l'effet « îlot de chaleur » et améliorer l'habitat ; planification de l'utilisation des terres pour minimiser l'érosion, les crues soudaines et la déforestation inutile (par exemple, stopper la création de parcours pour l'exportation de viande) ; comportements adaptatifs personnels, comme éviter l'exposition au soleil; et la lutte antivectorielle et les efforts de vaccination élargis. Les coûts imprévus des mesures de contrôle adaptatif, par exemple l'utilisation accrue de pesticides, devront être pris en compte. Une dépendance excessive aux pesticides conduit non seulement à la résistance des insectes, mais élimine également les organismes naturels, bénéfiques et prédateurs. Les effets néfastes sur la santé publique et l'environnement dus à l'utilisation actuelle des pesticides sont estimés entre 100 et 200 milliards de dollars américains par an (Institute of Medicine, 1991).

Les pays en développement souffriront de manière disproportionnée des conséquences du changement climatique, bien que les pays industrialisés soient actuellement plus responsables des GES dans l'atmosphère. À l'avenir, les pays les plus pauvres influenceront beaucoup plus le cours du réchauffement climatique, à la fois par les technologies qu'ils choisissent d'adopter à mesure que leur développement s'accélère, et par les pratiques d'utilisation des terres. Les pays développés devront adopter des politiques énergétiques plus respectueuses de l'environnement et transférer rapidement de nouvelles technologies (et abordables) aux pays en développement.


Étude de cas : virus transmis par les moustiques

L'encéphalite transmise par les moustiques et la dengue sont d'excellents exemples de maladies à transmission vectorielle dont la distribution est limitée par le climat. Les épidémies d'encéphalite de Saint-Louis (LES), l'encéphalite arbovirale la plus courante aux États-Unis, surviennent généralement au sud de l'isotherme de juin de 22 ° C, mais des épidémies au nord se sont produites pendant des années anormalement chaudes. Les épidémies humaines sont fortement corrélées avec des périodes de plusieurs jours où la température dépasse 27°C (Shope 1990).

Des études de terrain sur le SLE indiquent qu'une augmentation de température de 1°C raccourcit considérablement le temps écoulé entre un repas de sang de moustique et la réplication virale jusqu'au point d'infectiosité dans le vecteur, ou la période d'incubation extrinsèque. En tenant compte de la survie réduite des moustiques adultes à des températures élevées, une augmentation de température de 3 à 5 °C devrait entraîner un déplacement important vers le nord des éclosions de LED (Reeves et al. 1994).

L'aire de répartition du principal moustique vecteur de la dengue (et de la fièvre jaune), Aedes aegypti, s'étend jusqu'à 35° de latitude car les températures glaciales tuent à la fois les larves et les adultes. La dengue est répandue dans les Caraïbes, l'Amérique tropicale, l'Océanie, l'Asie, l'Afrique et l'Australie. Au cours des 15 dernières années, les épidémies de dengue ont augmenté en nombre et en gravité, en particulier dans les centres urbains tropicaux. La dengue hémorragique est aujourd'hui l'une des principales causes d'hospitalisation et de mortalité infantile en Asie du Sud-Est (Institute of Medicine 1992). La même tendance à la hausse observée en Asie il y a 20 ans se produit maintenant dans les Amériques.

Le changement climatique peut potentiellement modifier la transmission de la dengue. Au Mexique en 1986, le prédicteur le plus important de la transmission de la dengue s'est avéré être la température médiane pendant la saison des pluies, avec un risque quadruple ajusté observé entre 17 °C et 30 °C (Koopman et al. 1991). Des études en laboratoire appuient ces données de terrain. In vitro, la période d'incubation extrinsèque du virus de la dengue de type 2 était de 12 jours à 30 °C et de seulement sept jours entre 32 et 35 °C (Watts et al. 1987). Cet effet de la température de raccourcir la période d'incubation de cinq jours se traduit par un taux de transmission de la maladie potentiellement trois fois plus élevé (Koopman et al. 1991). Enfin, des températures plus chaudes entraînent l'éclosion d'adultes plus petits, qui doivent mordre plus fréquemment pour développer un lot d'œufs. En résumé, l'augmentation des températures peut conduire à des moustiques plus infectieux qui piquent plus fréquemment (Focks et al. 1995).


 

Noir

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières