10 bannière

 

70. Elevage de bétail

Éditeur de chapitre : Melvin L.Myers


Table des matières

Tableaux et figures

L'élevage : son étendue et ses effets sur la santé
Melvin L.Myers

Problèmes de santé et schémas pathologiques
Kendall Thu, Craig Zwerling et Kelley Donham

     Étude de cas : Problèmes de santé au travail liés aux arthropodes
     Donald Barnard

Cultures fourragères
Lorann Stallones

Confinement du bétail
Kelley Donham

L'élevage
Dean T. Stueland et Paul D. Gunderson

     Étude de cas : comportement animal
     David L. Dur

Manipulation du fumier et des déchets
Guillaume Popendorf

     Une liste de contrôle pour les pratiques de sécurité dans l'élevage du bétail
     Melvin L.Myers

Produits laitiers
Jean May

Bovins, ovins et caprins
Melvin L.Myers

Porcs
Melvin L.Myers

Production de volaille et d'œufs
Steven W. Lenhart

     Étude de cas : capture, transport et transformation de volailles vivantes
     Tony Ashdown

Chevaux et autres équidés
Lynn Barroby

     Étude de cas : Éléphants
     Melvin L.Myers

Animaux de trait en Asie
DD Joshi

Élevage de taureaux
David L. Dur

Élevage d'animaux de compagnie, d'animaux à fourrure et de laboratoire
Christian E. Nouveau venu

Pisciculture et Aquaculture
George A. Conway et Ray RaLonde

Apiculture, élevage d'insectes et production de soie
Melvin L. Myers et Donald Barnard

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Utilisations du bétail
2. Production animale internationale (1,000 XNUMX tonnes)
3. Production annuelle d'excréments et d'urine de bétail aux États-Unis
4. Types de problèmes de santé humaine associés au bétail
5. Zoonoses primaires par région du monde
6. Différents métiers & santé & sécurité
7. Dangers potentiels des arthropodes sur le lieu de travail
8. Réactions normales et allergiques aux piqûres d'insectes
9. Composés identifiés en confinement porcin
10. Niveaux ambiants de divers gaz en confinement porcin
11. Maladies respiratoires associées à la production porcine
12. Maladies zoonotiques des éleveurs
13. Propriétés physiques du fumier
14. Quelques repères toxicologiques importants pour le sulfure d'hydrogène
15. Quelques consignes de sécurité liées aux épandeurs de fumier
16. Types de ruminants domestiqués comme bétail
17. Processus d'élevage et dangers potentiels
18. Maladies respiratoires dues à des expositions dans des élevages
19. Zoonoses associées aux chevaux
20. Puissance de traction normale de divers animaux

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

LIV010F2LIV010T3LIV140F1LIV110F1LIV140F1LIV070F2LIV090F1LIV090F2LIV090F3LIV090F4LIV090F6


Cliquez pour revenir en haut de la page

Vue d'ensemble

Les humains dépendent des animaux pour la nourriture et les sous-produits connexes, le travail et une variété d'autres utilisations (voir tableau 1). Pour répondre à ces demandes, ils ont domestiqué ou gardé en captivité des espèces de mammifères, d'oiseaux, de reptiles, de poissons et d'arthropodes. Ces animaux sont connus sous le nom de bétail, et leur élevage a des implications pour la sécurité et la santé au travail. Ce profil général de l'industrie comprend son évolution et sa structure, l'importance économique des différents produits du bétail et les caractéristiques régionales de l'industrie et de la main-d'œuvre. Les articles de ce chapitre sont organisés par processus professionnels, secteurs d'élevage et conséquences de l'élevage.

Tableau 1. Utilisations du bétail

Marchandise

Nourriture

Sous-produits et autres utilisations

Produits laitiers

Lait liquide et en poudre, beurre, fromage et caillé, caséine, lait évaporé, crème, yaourt et autres laits fermentés, crème glacée, lactosérum

Veaux mâles et vieilles vaches vendus sur le marché des produits bovins ; le lait comme matière première industrielle de glucides (le lactose comme diluant pour les médicaments), les protéines (utilisées comme surfactant pour stabiliser les émulsions alimentaires) et les graisses (les lipides ont des utilisations potentielles comme émulsifiants, surfactants et gels), les abats

Bovins, buffles, moutons

Viande (bœuf, mouton), suif comestible

Cuirs et peaux (cuir, collagènes pour boyaux de saucisses, cosmétiques, pansements, réparation de tissus humains), abats, travail (traction), laine, poils, fumier (combustible et engrais), farine d'os, objets religieux, aliments pour animaux domestiques, suif et graisse (acides gras, vernis, produits en caoutchouc, savons, huile à lampe, plastiques, lubrifiants) graisse, farine de sang

Volailles

Viande, œufs, œufs de canard (en Inde)

Plumes et duvet, fumier (comme engrais), cuir, graisse, abats, huile d'oiseau incapable de voler (support pour les produits pharmaceutiques à voie cutanée), contrôle des mauvaises herbes (oies dans les champs de menthe)

Cochon

Viandes

Cuirs et peaux, poils, saindoux, fumier, abats

Poisson (aquaculture)

Viandes

Farine de poisson, huile, coquille, animaux d'aquarium

Cheval, autres équidés

Viande, sang, lait

Loisirs (équitation, course), travail (équitation, traction), colle, croquettes, poils

Micro-élevage (lapin, cobaye), chien, chat

Viandes

Animaux de compagnie, fourrures et peaux, chiens de garde, chiens d'aveugle, chiens de chasse, expérimentation, élevage de moutons (par le chien), dératisation (par le chat)

Bulls

 

Loisirs (tauromachie, rodéo), sperme

Insectes et autres invertébrés (p. ex.,
lombriculture, apiculture)

Le miel, 500 espèces (larves, sauterelles, fourmis, grillons, termites, criquets, larves de coléoptères, guêpes et abeilles, chenilles de mites) constituent un régime alimentaire régulier dans de nombreuses sociétés non occidentales

Cire d'abeille, soie, insectes prédateurs (>5,000 400 espèces sont possibles et XNUMX sont connues pour lutter contre les ravageurs des cultures ; le moustique carnivore "tox"
(Toxorhynchites spp.) les larves se nourrissent du vecteur de la dengue, de la vermicomposition, du fourrage animal, de la pollinisation, de la médecine (venin d'abeille
pour traiter l'arthrite), produits contre les cochenilles (gomme laque, colorant alimentaire rouge, cochenille)

Sources : DeFoliart 1992 ; Gillespie 1997; FAO 1995; O'Toole 1995; Tannahil 1973; USDA 1996a, 1996b.

Évolution et structure de l'industrie

Le bétail a évolué au cours des 12,000 9,000 dernières années grâce à la sélection par les communautés humaines et à l'adaptation à de nouveaux environnements. Les historiens pensent que la chèvre et le mouton ont été les premières espèces d'animaux domestiqués pour l'usage humain. Puis, il y a environ 8,000 1973 ans, l'homme a domestiqué le cochon. La vache a été le dernier grand animal alimentaire que l'homme a domestiqué, il y a environ XNUMX XNUMX ans en Turquie ou en Macédoine. Ce n'est probablement qu'après la domestication du bétail que le lait a été découvert comme un aliment utile. Le lait de chèvre, de brebis, de renne et de chamelle était également utilisé. Les habitants de la vallée de l'Indus ont domestiqué la volaille de la jungle indienne principalement pour sa production d'œufs, qui est devenue le poulet du monde, avec sa source d'œufs et de viande. Les Mexicains avaient domestiqué la dinde (Tannahill XNUMX).

Les humains utilisaient plusieurs autres espèces de mammifères et d'oiseaux pour se nourrir, ainsi que des espèces d'amphibiens et de poissons et divers arthropodes. Les insectes ont toujours fourni une source importante de protéines et font aujourd'hui partie de l'alimentation humaine, principalement dans les cultures non occidentales du monde (DeFoliart 1992). Le miel de l'abeille mellifère était un des premiers aliments; fumer des abeilles de leur nid pour récolter du miel était connu en Égypte il y a déjà 5,000 1980 ans. La pêche est également une occupation ancienne utilisée pour produire de la nourriture, mais parce que les pêcheurs épuisent les pêcheries sauvages, l'aquaculture a été le contributeur à la croissance la plus rapide de la production de poisson depuis le début des années 14, contribuant à environ 1995% à la production totale actuelle de poisson (Platt XNUMX).

Les humains ont également domestiqué de nombreux mammifères à des fins de traction, notamment le cheval, l'âne, l'éléphant, le chien, le buffle, le chameau et le renne. Le premier animal utilisé pour la traction animale, peut-être à l'exception du chien, était probablement la chèvre, qui pouvait défolier les broussailles pour la culture des terres grâce à son broutage. Les historiens pensent que les Asiatiques ont domestiqué le loup asiatique, qui allait devenir le chien, il y a 13,000 1973 ans. Le chien s'est avéré utile au chasseur pour sa rapidité, son ouïe et son odorat, et le chien de berger a aidé à la domestication précoce des moutons (Tannahill 4,000). Les habitants des steppes d'Eurasie ont domestiqué le cheval il y a environ 1996 XNUMX ans. Son utilisation pour le travail (traction) a été stimulée par l'invention du fer à cheval, du harnais à collier et de l'affouragement de l'avoine. Bien que la traction animale soit encore importante dans une grande partie du monde, les agriculteurs remplacent les animaux de trait par des machines à mesure que l'agriculture et le transport deviennent plus mécanisés. Certains mammifères, comme le chat, sont utilisés pour contrôler les rongeurs (Caras XNUMX).

La structure de l'industrie actuelle de l'élevage peut être définie par les produits de base, les produits animaux qui entrent sur le marché. Le tableau 2 montre un certain nombre de ces produits et la production ou la consommation mondiale de ces produits.

Tableau 2. Production animale internationale (1,000 XNUMX tonnes)

Marchandise

1991

1992

1993

1994

1995

1996

Carcasses de bœuf et de veau

46,344

45,396

44,361

45,572

46,772

47,404

Carcasses de porc

63,114

64,738

66,567

70,115

74,704

76,836

Carcasses d'agneau, de mouton, de chèvre

6,385

6,245

6,238

6,281

6,490

6,956

Cuirs et peaux de bovins

4,076

3,983

3,892

3,751

3,778

3,811

Suif et graisse

6,538

6,677

7,511

7,572

7,723

7,995

Viande de volaille

35,639

37,527

39,710

43,207

44,450

47,149

Lait de vache

385,197

379,379

379,732

382,051

382,747

385,110

Crevettes

815

884

N/D

N/D

N/D

N/D

Les mollusques

3,075

3,500

N/D

N/D

N/D

N/D

Salmonoïdes

615

628

N/D

N/D

N/D

N/D

Poisson d'eau douce

7,271

7,981

N/D

N/D

N/D

N/D

Consommation d'œufs (millions de pièces)

529,080

541,369

567,469

617,591

616,998

622,655

Sources : FAO 1995 ; USDA 1996a, 1996b.

Importance économique

La croissance démographique mondiale et l'augmentation de la consommation par habitant ont toutes deux augmenté la demande mondiale de viande et de poisson, dont les résultats sont illustrés à la figure 1. La production mondiale de viande a presque triplé entre 1960 et 1994. Au cours de cette période, la consommation par habitant est passée de 21 à 33 kilogrammes par an. En raison des limites des terres de parcours disponibles, la production de viande bovine s'est stabilisée en 1990. En conséquence, les animaux qui sont plus efficaces pour convertir les céréales fourragères en viande, comme les porcs et les poulets, ont acquis un avantage concurrentiel. La production de porc et de volaille a augmenté, contrairement à la production de bœuf. Le porc a dépassé le bœuf dans la production mondiale à la fin des années 1970. La volaille pourrait bientôt dépasser la production de bœuf. La production de mouton reste faible et stagnante (USDA 1996a). Le nombre de vaches laitières dans le monde a lentement diminué tandis que la production de lait a augmenté en raison de l'augmentation de la production par vache (USDA 1996b).

Figure 1. Production mondiale de viande et de poisson

LIV010F2

La production aquacole a augmenté à un taux annuel de 9.1 % de 1984 à 1992. La production d'animaux d'aquaculture est passée de 14 millions de tonnes dans le monde en 1991 à 16 millions de tonnes en 1992, l'Asie fournissant 84 % de la production mondiale (Platt 1995). Les insectes sont riches en vitamines, minéraux et énergie, et fournissent entre 5% et 10% des protéines animales pour de nombreuses personnes. Ils deviennent également une source vitale de protéines en période de famine (DeFoliart 1992).

Caractéristiques régionales de l'industrie et de la main-d'œuvre

Il est difficile de séparer la main-d'œuvre engagée dans l'élevage des autres activités agricoles. Les activités pastorales, comme celles pratiquées dans une grande partie de l'Afrique, et les exploitations à base de produits de base lourds, comme celles des États-Unis, ont davantage différencié l'élevage et l'élevage. Cependant, de nombreuses entreprises agro-pastorales et agronomiques intègrent les deux. Dans une grande partie du monde, les animaux de trait sont encore largement utilisés dans la production agricole. De plus, le bétail et la volaille dépendent des aliments pour animaux et du fourrage générés par les opérations agricoles, et ces opérations sont généralement intégrées. La principale espèce aquacole dans le monde est la carpe herbivore. La production d'insectes est également directement liée à la production végétale. Le ver à soie se nourrit exclusivement de feuilles de mûrier ; les abeilles dépendent du nectar des fleurs; les plantes en dépendent pour le travail de pollinisation ; et les humains récoltent des vers comestibles de diverses cultures. La population mondiale en 1994 s'élevait à 5,623,500,000 2,735,021,000 49 2 et 85 XNUMX XNUMX XNUMX personnes (XNUMX % de la population) travaillaient dans l'agriculture (voir figure XNUMX). La plus grande contribution à cette main-d'œuvre se situe en Asie, où XNUMX % de la population agricole élève des animaux de trait. Les caractéristiques régionales liées à l'élevage suivent.

Figure 2. Population humaine engagée dans l'agriculture par région du monde, 1994.

LIV010T3

Afrique sub-saharienne

L'élevage est pratiqué en Afrique subsaharienne depuis plus de 5,000 65 ans. L'élevage nomade du premier bétail a développé des espèces qui tolèrent une mauvaise nutrition, des maladies infectieuses et de longues migrations. Environ 1994% de cette région, dont une grande partie autour des zones désertiques, ne convient qu'à la production de bétail. En 65, 539 % des quelque 76 millions d'habitants de l'Afrique subsaharienne dépendaient du revenu agricole, contre 1975 % en 1980. Bien que son importance ait augmenté depuis le milieu des années XNUMX, l'aquaculture a peu contribué à l'approvisionnement alimentaire de cette région. . L'aquaculture dans cette région est basée sur l'élevage de tilapias en étang, et les entreprises d'exportation ont tenté d'élever des crevettes marines. Une industrie aquacole d'exportation dans cette région devrait se développer car la demande asiatique de poisson devrait augmenter, ce qui sera alimenté par les investissements et la technologie asiatiques attirés dans la région par un climat favorable et par la main-d'œuvre africaine.

Asie et le Pacifique

Dans la région Asie et Pacifique, près de 76 % de la population agricole mondiale vit sur 30 % des terres arables mondiales. Environ 85% des agriculteurs utilisent des bovins (bœufs) et des buffles pour cultiver et battre les récoltes.

Les exploitations d'élevage de bétail sont principalement des unités à petite échelle dans cette région, mais de grandes fermes commerciales s'établissent à proximité des centres urbains. Dans les zones rurales, des millions de personnes dépendent du bétail pour la viande, le lait, les œufs, les cuirs et les peaux, la force de traction et la laine. La Chine dépasse le reste du monde avec 400 millions de porcs ; le reste du monde a un total de 340 millions de porcs. L'Inde représente plus d'un quart du nombre de bovins et de buffles dans le monde, mais en raison de politiques religieuses qui restreignent l'abattage du bétail, l'Inde contribue à moins de 1 % à l'approvisionnement mondial en bœuf. La production laitière fait partie de l'agriculture traditionnelle dans de nombreux pays de cette région. Le poisson est un ingrédient fréquent dans l'alimentation de la plupart des habitants de cette région. L'Asie contribue à 84 % de la production aquacole mondiale. Avec 6,856,000 XNUMX XNUMX tonnes, la Chine réalise à elle seule près de la moitié de la production mondiale. La demande de poisson devrait augmenter rapidement et l'aquaculture devrait répondre à cette demande.

Europe

Dans cette région de 802 millions d'habitants, 10.8% étaient engagés dans l'agriculture en 1994, ce qui a considérablement diminué par rapport à 16.8% en 1975. L'urbanisation et la mécanisation accrues ont entraîné cette diminution. Une grande partie de ces terres arables se trouvent dans les climats nordiques humides et frais et sont propices à la culture de pâturages pour le bétail. Par conséquent, une grande partie de l'élevage se situe dans la partie nord de cette région. L'Europe a contribué à hauteur de 8.5 % à la production aquacole mondiale en 1992. L'aquaculture s'est concentrée sur des espèces de poissons à nageoires (288,500 685,500 tonnes) et de coquillages (XNUMX XNUMX tonnes) de valeur relativement élevée.

Amérique latine et les Caraïbes

La région de l'Amérique latine et des Caraïbes diffère des autres régions à bien des égards. De vastes étendues de terres restent à exploiter, la région compte de grandes populations d'animaux domestiques et une grande partie de l'agriculture est exploitée sous forme de grandes exploitations. L'élevage représente environ un tiers de la production agricole, qui constitue une part importante du produit intérieur brut. La viande de bovins de boucherie représente la plus grande part et représente 20 % de la production mondiale. La plupart des espèces de bétail ont été importées. Parmi les espèces indigènes qui ont été domestiquées figurent les cochons d'Inde, les chiens, les lamas, les alpagas, les canards de Barbarie, les dindes et les poulets noirs. Cette région n'a contribué qu'à hauteur de 2.3% à la production aquacole mondiale en 1992.

Proche Orient

Actuellement, 31% de la population du Proche-Orient est engagée dans l'agriculture. En raison du manque de précipitations dans cette région, la seule utilisation agricole pour 62% de cette superficie est le pâturage des animaux. La plupart des principales espèces de bétail ont été domestiquées dans cette région (chèvres, moutons, porcs et bovins) au confluent des fleuves Tigre et Euphrate. Plus tard, en Afrique du Nord, les buffles d'eau, les dromadaires et les ânes ont été domestiqués. Certains systèmes d'élevage qui existaient dans l'Antiquité existent encore aujourd'hui. Ce sont des systèmes de subsistance dans la société tribale arabe, dans lesquels les troupeaux sont déplacés de façon saisonnière sur de grandes distances à la recherche de nourriture et d'eau. Les systèmes d'agriculture intensive sont utilisés dans les pays les plus développés.

Amérique du Nord

Bien que l'agriculture soit une activité économique majeure au Canada et aux États-Unis, la proportion de la population engagée dans l'agriculture est inférieure à 2.5 %. Depuis les années 1950, l'agriculture est devenue plus intensive, ce qui a conduit à des exploitations moins nombreuses mais plus grandes. Le bétail et les produits de l'élevage constituent une proportion majeure du régime alimentaire de la population, contribuant à hauteur de 40 % à l'énergie alimentaire totale. L'industrie de l'élevage dans cette région a été très dynamique. Les animaux introduits ont été croisés avec des animaux indigènes pour former de nouvelles races. La demande des consommateurs pour des viandes plus maigres et des œufs avec moins de cholestérol a un impact sur la politique d'élevage. Les chevaux étaient largement utilisés au tournant du XIXe siècle, mais leur nombre a diminué en raison de la mécanisation. Ils sont actuellement utilisés dans l'industrie du cheval de course ou pour les loisirs. Les États-Unis ont importé environ 700 espèces d'insectes pour lutter contre plus de 50 ravageurs. L'aquaculture dans cette région est en croissance et représentait 3.7% de la production aquacole mondiale en 1992 (FAO 1995; Scherf 1995).

Questions environnementales et de santé publique

Les risques professionnels liés à l'élevage de bétail peuvent entraîner des blessures, de l'asthme ou des infections zoonotiques. De plus, l'élevage pose plusieurs problèmes environnementaux et de santé publique. Un problème est l'effet des déchets animaux sur l'environnement. D'autres problèmes incluent la perte de diversité biologique, les risques associés à l'importation d'animaux et de produits et la sécurité alimentaire.

Pollution de l'eau et de l'air

Les déchets animaux présentent des conséquences environnementales potentielles de la pollution de l'eau et de l'air. Sur la base des facteurs de rejet annuels américains indiqués dans le tableau 3, les principales races de bétail ont rejeté un total de 14.3 milliards de tonnes de fèces et d'urine dans le monde en 1994. Sur ce total, les bovins (lait et bœuf) ont rejeté 87 %; porcs, 9%; et poulets et dindes, 3 % (Meadows, 1995). En raison de leur facteur de rejet annuel élevé de 9.76 tonnes de fèces et d'urine par animal, les bovins ont contribué le plus aux déchets parmi ces types de bétail pour les six régions du monde de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), allant de 82 % en Europe et l'Asie à 96 % en Afrique subsaharienne.

Tableau 3. Production annuelle d'excréments et d'urine du bétail aux États-Unis

Type de bétail

d'habitants

Déchets (tonnes)

Tonnes par animal

Bovins (lait et viande bovine)

46,500,000

450,000,000

9.76

Cochon

60,000,000

91,000,000

1.51

Poulet et dinde

7,500,000,000

270,000,000

0.04

Source : Prairies 1995.

Aux États-Unis, les agriculteurs qui se spécialisent dans l'élevage de bétail ne pratiquent pas l'agriculture, comme cela avait été la pratique historique. De ce fait, les déjections animales ne sont plus systématiquement épandues sur les terres cultivées comme engrais. Un autre problème avec l'élevage moderne est la forte concentration d'animaux dans de petites zones telles que des bâtiments de confinement ou des parcs d'engraissement. Les grandes exploitations peuvent confiner 50,000 100,000 à 10,000 400,000 bovins, XNUMX XNUMX porcs ou XNUMX XNUMX poulets dans une zone. De plus, ces opérations ont tendance à se regrouper près des usines de transformation afin de raccourcir la distance de transport des animaux jusqu'aux usines.

Plusieurs problèmes environnementaux résultent d'opérations concentrées. Ces problèmes comprennent les déversements de lagon, les infiltrations et les ruissellements chroniques et les effets sur la santé aéroportés. La pollution des nitrates dans les eaux souterraines et le ruissellement des champs et des parcs d'engraissement sont des contributeurs majeurs à la contamination de l'eau. Une plus grande utilisation des parcs d'engraissement entraîne une concentration du fumier animal et un risque accru de contamination des eaux souterraines. Les déchets des exploitations bovines et porcines sont généralement collectés dans des lagunes, qui sont de grandes fosses peu profondes creusées dans le sol. La conception de la lagune dépend de la sédimentation des solides au fond, où ils digèrent de manière anaérobie, et les liquides en excès sont contrôlés en les pulvérisant sur les champs voisins avant qu'ils ne débordent (Meadows 1995).

Les déchets d'élevage biodégradables émettent également des gaz odorants qui contiennent jusqu'à 60 composés. Ces composés comprennent l'ammoniac et les amines, les sulfures, les acides gras volatils, les alcools, les aldéhydes, les mercaptans, les esters et les carbonyles (Sweeten 1995). Lorsque les humains sentent les odeurs provenant d'élevages concentrés, ils peuvent éprouver des nausées, des maux de tête, des problèmes respiratoires, une interruption du sommeil, une perte d'appétit et une irritation des yeux, des oreilles et de la gorge.

Les effets néfastes des déchets d'élevage sur le réchauffement climatique et les dépôts atmosphériques sont moins bien compris. Sa contribution au réchauffement climatique se fait par la génération de gaz à effet de serre, de dioxyde de carbone et de méthane. Le fumier du bétail peut contribuer aux dépôts d'azote en raison de la libération d'ammoniac des lagunes de déchets dans l'atmosphère. L'azote atmosphérique réintègre le cycle hydrologique par la pluie et s'écoule dans les cours d'eau, les rivières, les lacs et les eaux côtières. L'azote dans l'eau contribue à l'augmentation de la prolifération d'algues qui réduit l'oxygène disponible pour les poissons.

Deux modifications de la production animale offrent des solutions à certains des problèmes de pollution. Il s'agit de moins de confinement des animaux et d'amélioration des systèmes de traitement des déchets.

Diversité animale

Le potentiel de perte rapide de gènes, d'espèces et d'habitats menace l'adaptabilité et les traits d'une variété d'animaux qui sont ou pourraient être utiles. Les efforts internationaux ont souligné la nécessité de préserver la diversité biologique à trois niveaux : génétique, des espèces et de l'habitat. Un exemple de déclin de la diversité génétique est le nombre limité de taureaux utilisés pour élever artificiellement des femelles de nombreuses espèces de bétail (Scherf 1995).

Avec le déclin de nombreuses races de bétail, et donc la réduction de la diversité des espèces, les races dominantes ont augmenté, l'accent étant mis sur l'uniformité des races à production plus élevée. Le problème du manque de diversité des races bovines laitières est particulièrement aigu ; à l'exception du Holstein à haut rendement, les populations laitières sont en déclin. L'aquaculture n'a pas réduit la pression sur les populations de poissons sauvages. Par exemple, l'utilisation de filets fins pour la pêche à la biomasse pour la nourriture des crevettes entraîne la collecte de juvéniles d'espèces sauvages de valeur, ce qui ajoute à leur épuisement. Certaines espèces, telles que les mérous, les chanos et les anguilles, ne peuvent pas être élevées en captivité, de sorte que leurs juvéniles sont capturés dans la nature et élevés dans des fermes piscicoles, ce qui réduit encore le stock de populations sauvages.

Un exemple de perte de diversité de l'habitat est l'impact des aliments pour les fermes piscicoles sur les populations sauvages. Les aliments pour poissons utilisés dans les zones côtières affectent les populations sauvages de crevettes et de poissons en détruisant leur habitat naturel comme les mangroves. De plus, les excréments et les aliments des poissons peuvent s'accumuler sur le fond et tuer les communautés benthiques qui filtrent l'eau (Safina 1995).

Les espèces animales qui survivent en abondance sont celles qui sont utilisées à des fins humaines, mais un dilemme social émerge d'un mouvement de défense des droits des animaux qui soutient que les animaux, en particulier les animaux à sang chaud, ne doivent pas être utilisés à des fins humaines. Précédant le mouvement des droits des animaux, un mouvement de protection des animaux a commencé avant le milieu des années 1970. Les partisans du bien-être animal préconisent le traitement sans cruauté des animaux utilisés pour la recherche, l'alimentation, l'habillement, le sport ou la compagnie. Depuis le milieu des années 1970, les défenseurs des droits des animaux affirment que les animaux sensibles ont le droit de ne pas être utilisés pour la recherche. Il semble hautement improbable que l'utilisation humaine des animaux soit abolie. Il est également probable que le bien-être animal continuera d'être un mouvement populaire (NIH 1988).

Importation d'animaux et de produits d'origine animale

L'histoire de l'élevage est étroitement liée à l'histoire de l'importation de bétail dans de nouvelles régions du monde. Les maladies se sont propagées avec la propagation du bétail importé et de ses produits. Les animaux peuvent être porteurs de maladies susceptibles d'infecter d'autres animaux ou les humains, et les pays ont mis en place des services de quarantaine pour contrôler la propagation de ces maladies zoonotiques. Parmi ces maladies figurent la tremblante du mouton, la brucellose, la fièvre Q et l'anthrax. L'inspection du bétail et des aliments et les quarantaines sont devenues des méthodes de contrôle de l'importation de maladies (MacDiarmid 1993).

L'inquiétude du public concernant l'infection potentielle des humains par la rare maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) est apparue parmi les pays importateurs de bœuf en 1996. La consommation de bœuf infecté par l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), connue sous le nom de maladie de la vache folle, est soupçonnée d'entraîner des Infection à la MCJ. Bien que non prouvée, les perceptions du public incluent la proposition selon laquelle la maladie peut avoir pénétré le bétail à partir d'aliments contenant de la farine d'os et des abats de moutons atteints d'une maladie similaire, la tremblante. Les trois maladies, chez les humains, les bovins et les ovins, présentent des symptômes communs de lésions cérébrales spongieuses. Les maladies sont mortelles, leurs causes sont inconnues et il n'existe aucun test pour les détecter. Les Britanniques ont lancé un abattage préventif d'un tiers de leur cheptel bovin en 1996 pour lutter contre l'ESB et restaurer la confiance des consommateurs dans la sécurité de leurs exportations de bœuf (Aldhous 1996).

L'importation d'abeilles africaines au Brésil est également devenue un problème de santé publique. Aux États-Unis, des sous-espèces d'abeilles européennes produisent du miel et de la cire d'abeille et pollinisent les cultures. Ils essaiment rarement de manière agressive, ce qui facilite l'apiculture en toute sécurité. La sous-espèce africaine a migré du Brésil vers l'Amérique centrale, le Mexique et le sud-est des États-Unis. Cette abeille est agressive et essaimera pour défendre sa colonie. Il s'est croisé avec la sous-espèce européenne, ce qui donne une abeille africanisée plus agressive. La menace pour la santé publique est constituée de multiples piqûres lors des essaims d'abeilles africanisées et de graves réactions toxiques chez l'homme.

Deux contrôles existent actuellement pour l'abeille africanisée. La première est qu'ils ne sont pas rustiques dans les climats nordiques et peuvent être limités aux climats tempérés plus chauds comme le sud des États-Unis. L'autre contrôle consiste à remplacer régulièrement la reine des ruches par des reines de la sous-espèce européenne, bien que cela ne contrôle pas les colonies sauvages (Schumacher et Egen 1995).

La sécurité alimentaire

De nombreuses maladies humaines d'origine alimentaire résultent de bactéries pathogènes d'origine animale. Les exemples incluent la listeria et les salmonelles trouvées dans les produits laitiers et les salmonelles et les campylobacter trouvés dans la viande et la volaille. Les Centers for Disease Control and Prevention estiment que 53% de toutes les épidémies de maladies d'origine alimentaire aux États-Unis ont été causées par une contamination bactérienne des produits d'origine animale. Ils estiment que 33 millions de maladies d'origine alimentaire surviennent chaque année, dont 9,000 XNUMX décès résultent.

L'alimentation sous-thérapeutique d'antibiotiques et le traitement antibiotique des animaux malades sont des pratiques courantes de santé animale. La diminution potentielle de l'efficacité des antibiotiques pour le traitement des maladies est une préoccupation croissante en raison du développement fréquent de la résistance aux antibiotiques des agents pathogènes zoonotiques. De nombreux antibiotiques ajoutés à l'alimentation animale sont également utilisés en médecine humaine, et des bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient se développer et provoquer des infections chez les animaux et les humains.

Les résidus de médicaments dans les aliments qui résultent de la médication du bétail présentent également des risques. Des résidus d'antibiotiques utilisés dans le bétail ou ajoutés aux aliments pour animaux ont été trouvés chez des animaux producteurs d'aliments, y compris des vaches laitières. Parmi ces médicaments figurent le chloramphénicol et la sulfaméthazine. Les alternatives à l'utilisation prophylactique d'antibiotiques pour maintenir la santé des animaux comprennent la modification des systèmes de production. Ces modifications comprennent un confinement réduit des animaux, une ventilation améliorée et des systèmes de traitement des déchets améliorés.

Le régime alimentaire a été associé à des maladies chroniques. La preuve d'une association entre la consommation de matières grasses et les maladies cardiaques a stimulé les efforts visant à produire des produits d'origine animale avec moins de matières grasses. Ces efforts comprennent l'élevage d'animaux, l'alimentation de mâles intacts plutôt que castrés et le génie génétique. Les hormones sont également considérées comme une méthode pour réduire la teneur en matières grasses de la viande. Les hormones de croissance porcines augmentent le taux de croissance, l'efficacité alimentaire et le rapport muscle/graisse. La popularité croissante des espèces faibles en gras et en cholestérol telles que les autruches est une autre solution (NRC 1989).

 

Retour

La domestication des animaux s'est produite indépendamment dans un certain nombre de régions de l'Ancien et du Nouveau Monde il y a plus de 10,000 XNUMX ans. Jusqu'à la domestication, la chasse et la cueillette étaient le mode de subsistance prédominant. La transformation du contrôle humain sur les processus de production et de reproduction des animaux et des plantes a entraîné des changements révolutionnaires dans la structure des sociétés humaines et leurs relations avec l'environnement. Le passage à l'agriculture a marqué une augmentation de l'intensité de la main-d'œuvre et du temps de travail consacré aux activités liées à l'approvisionnement alimentaire. De petites familles nucléaires, adaptées aux groupes nomades de chasse et de cueillette, ont été transformées en grandes unités sociales étendues et sédentaires adaptées à la production alimentaire domestiquée à forte intensité de main-d'œuvre.

La domestication des animaux a accru la susceptibilité humaine aux blessures et aux maladies liées aux animaux. Des populations non nomades plus importantes logées à proximité des animaux offraient une plus grande possibilité de transmission de maladies entre les animaux et les humains. Le développement de plus grands troupeaux de bétail plus intensément manipulé a également augmenté la probabilité de blessures. Partout dans le monde, différentes formes d'élevage sont associées à des risques variables de blessures et de maladies. Par exemple, les 50 millions d'habitants qui pratiquent l'agriculture sur brûlis dans les régions équatoriales sont confrontés à des problèmes différents des 35 millions de nomades pasteurs à travers la Scandinavie et l'Asie centrale ou les 48 millions de producteurs alimentaires qui pratiquent une forme d'agriculture industrialisée.

Dans cet article, nous donnons un aperçu de certains types de blessures, de maladies infectieuses, de maladies respiratoires et de maladies de la peau associées à la production animale. Le traitement est topiquement et géographiquement inégal car la plupart des recherches ont été menées dans les pays industrialisés, où les formes intensives de production animale sont courantes.

Vue d'ensemble

Les types de problèmes de santé humaine et les schémas pathologiques associés à la production animale peuvent être regroupés en fonction du type de contact entre les animaux et les personnes (voir tableau 1). Le contact peut se produire par interaction physique directe ou par contact avec un agent organique ou inorganique. Les problèmes de santé associés à tous les types de production animale peuvent être regroupés dans chacun de ces domaines.


Tableau 1. Types de problèmes de santé humaine associés à la production animale

Problèmes de santé par contact physique direct

Dermatite de contact allergique
Rhinite allergique
Morsures, coups de pied, écrasement
Envenimation et possible hypersensibilité
Asthme
Scratches
Une blessure traumatique

Problèmes de santé dus aux agents organiques

Intoxication agrochimique
Résistance aux antibiotiques
La bronchite chronique
Dermatite de contact
Allergies dues aux expositions alimentaires aux résidus de médicaments
Maladies d'origine alimentaire
"Le poumon du fermier"
Pneumopathie d'hypersensibilité
Irritation des muqueuses
Asthme professionnel
Syndrome toxique des poussières organiques (ODTS)
Allergies dues à des expositions pharmaceutiques
Maladies zoonotiques

Problèmes de santé causés par des agents physiques

Perte auditive
Traumatisme lié à la machinerie
Émission de méthane et effet de serre
Troubles musculo-squelettiques
Stress


Le contact humain direct avec le bétail va de la force brute de grands animaux tels que le buffle chinois au contact cutané non détecté par les poils microscopiques de la mite à houppes orientales japonaises. Une gamme correspondante de problèmes de santé peut en résulter, de l'irritation temporaire au coup physique débilitant. Les problèmes notables comprennent les blessures traumatiques dues à la manipulation de gros bétail, l'hypersensibilité au venin ou la toxicose due aux morsures et piqûres d'arthropodes venimeux, et la dermatite cutanée de contact et allergique.

Un certain nombre d'agents organiques empruntent diverses voies entre le bétail et l'homme, ce qui entraîne une série de problèmes de santé. Parmi les maladies les plus importantes au niveau mondial figurent les zoonoses. Plus de 150 maladies zoonotiques ont été identifiées dans le monde, dont environ 40 importantes pour la santé humaine (Donham 1985). L'importance des maladies zoonotiques dépend de facteurs régionaux tels que les pratiques agricoles, l'environnement et le statut social et économique d'une région. Les conséquences sanitaires des maladies zoonotiques vont des symptômes relativement bénins de type grippal de la brucellose à la tuberculose débilitante ou aux souches potentiellement mortelles de Escherichia coli ou la rage.

D'autres agents organiques comprennent ceux associés aux maladies respiratoires. Les systèmes d'élevage intensif dans des bâtiments confinés créent des environnements clos où la poussière, y compris les microbes et leurs sous-produits, se concentre et se transforme en aérosol avec les gaz qui sont à leur tour respirés par les personnes. Aux États-Unis, environ 33 % des travailleurs en confinement de porcs souffrent du syndrome toxique des poussières organiques (ODTS) (Thorne et al. 1996).

Des problèmes comparables existent dans les étables laitières, où la poussière contenant des endotoxines et/ou d'autres agents biologiquement actifs dans l'environnement contribue à la bronchite, à l'asthme professionnel et à l'inflammation de la membrane muqueuse. Bien que ces problèmes soient plus notables dans les pays développés où l'agriculture industrialisée est répandue, l'exportation croissante de technologies d'élevage confiné vers des régions en développement telles que l'Asie du Sud-Est et l'Amérique centrale augmente les risques pour les travailleurs.

Les problèmes de santé causés par des agents physiques impliquent généralement des outils ou des machines directement ou indirectement impliqués dans la production animale dans l'environnement de travail agricole. Les tracteurs sont la première cause de mortalité agricole dans les pays développés. En outre, les taux élevés de perte auditive associés aux bruits des machines et de l'élevage confiné, ainsi que les troubles musculo-squelettiques dus aux mouvements répétitifs, sont également des conséquences des formes industrialisées d'élevage. L'industrialisation agricole, caractérisée par l'utilisation de technologies à forte intensité de capital qui s'interfacent entre les humains et l'environnement physique pour produire de la nourriture, est à l'origine de la croissance des agents physiques en tant que facteurs de santé importants liés à l'élevage.

blessures

Le contact direct avec le bétail est l'une des principales causes de blessures dans de nombreuses régions industrialisées du monde. Aux États-Unis, la surveillance nationale des blessures traumatiques des agriculteurs (NIOSH 1993) indique que le bétail est la principale source de blessures, les bovins, les porcs et les moutons constituant 18 % de toutes les blessures agricoles et représentant le taux le plus élevé de journées de travail perdues. Ceci est conforme à une enquête menée en 1980-81 par le US National Safety Council (National Safety Council 1982).

Des études régionales américaines montrent systématiquement que le bétail est la principale cause de blessures dans le travail agricole. Les premiers travaux sur les visites à l'hôpital des agriculteurs de New York de 1929 à 1948 ont révélé que le bétail représentait 17% des blessures liées à la ferme, juste derrière les machines (Calandruccio et Powers 1949). Ces tendances se poursuivent, car les recherches indiquent que le bétail est responsable d'au moins un tiers des blessures agricoles chez les producteurs laitiers du Vermont (Waller 1992), 19 % des blessures parmi un échantillon aléatoire d'agriculteurs de l'Alabama (Zhou et Roseman 1995) et 24 % des blessures. parmi les agriculteurs de l'Iowa (Iowa Department of Public Health 1995). L'une des rares études à analyser les facteurs de risque de blessures spécifiques au bétail indique que ces blessures peuvent être liées à l'organisation de la production et aux spécificités de l'environnement d'élevage (Layde et al. 1996).

Les données provenant d'autres régions agricoles industrialisées du monde révèlent des schémas similaires. Des recherches australiennes indiquent que les travailleurs de l'élevage ont le deuxième taux le plus élevé d'accidents du travail mortels au pays (Erlich et al. 1993). Une étude des dossiers d'accidents et des visites aux services d'urgence des agriculteurs britanniques dans l'ouest du Pays de Galles (Cameron et Bishop 1992) révèle que le bétail était la principale source de blessures, représentant 35 % des accidents liés à la ferme. Au Danemark, une étude de 257 blessures agricoles traitées à l'hôpital a révélé que le bétail était la deuxième cause de blessures, représentant 36 % des blessures traitées (Carstensen, Lauritsen et Rasmussen 1995). La recherche sur la surveillance est nécessaire pour remédier au manque de données systématiques sur les taux de blessures liées au bétail dans les régions en développement du monde.

La prévention des blessures liées au bétail implique de comprendre le comportement des animaux et de respecter les dangers en agissant de manière appropriée et en utilisant des technologies de contrôle appropriées. Comprendre les habitudes des animaux liées aux comportements alimentaires et aux fluctuations environnementales, les relations sociales telles que les animaux isolés de leur troupeau, les instincts nourriciers et protecteurs des femelles et la nature territoriale variable et les habitudes alimentaires du bétail sont essentiels pour réduire le risque de blessure. La prévention des blessures dépend également de l'utilisation et de l'entretien du matériel de contrôle du bétail, comme les clôtures, les enclos, les stalles et les cages. Les enfants sont particulièrement à risque et doivent être surveillés dans des aires de jeux désignées éloignées des zones d'élevage.

Maladies infectieuses

Les maladies zoonotiques peuvent être classées selon leurs modes de transmission, eux-mêmes liés aux formes d'agriculture, à l'organisation sociale humaine et à l'écosystème. Les quatre voies générales de transmission sont :

  1. hôte direct vertébré unique
  2. hôte vertébré multiple cyclique
  3. combinaison hôte vertébré-invertébré
  4. hôte intermédiaire inanimé.

Les maladies zoonotiques peuvent généralement être caractérisées comme suit : elles sont non mortelles, rarement diagnostiquées et sporadiques plutôt qu'épidémiques ; ils imitent d'autres maladies; et les humains sont généralement les hôtes sans issue. Les maladies zoonotiques primaires par région sont répertoriées dans le tableau 2.

Tableau 2. Zoonoses primaires par région du monde

Nom commun

Source principale

Région

Anthrax

mammifères

Méditerranée orientale, Asie de l'Ouest et du Sud-Est, Amérique latine

La brucellose

Chèvres, moutons, bovins, porcs

Europe, bassin méditerranéen, États-Unis

Encéphalite transmise par les arthropodes

Oiseaux, moutons, rongeurs

Afrique, Australie, Europe centrale, Extrême-Orient, Amérique latine, Russie, États-Unis

Hydatidose

Chiens, ruminants, porcs, carnivores sauvages

Méditerranée orientale, sud de l'Amérique du Sud, Afrique du Sud et de l'Est, Nouvelle-Zélande, sud de l'Australie, Sibérie

La leptospirose

Rongeurs, bovins, porcs, carnivores sauvages, chevaux

Dans le monde entier, plus répandu dans les Caraïbes

Fièvre Q

Bovins, caprins, ovins

International

Rage

Chiens, chats, carnivores sauvages, chauves-souris

International

Salmonellose

Oiseaux, mammifères

Dans le monde, plus répandu dans les régions où l'agriculture industrielle et l'utilisation accrue d'antibiotiques

La trichinose

Porcs, carnivores sauvages, animaux de l'Arctique

Argentine, Brésil, Europe centrale, Chili Amérique du Nord, Espagne

TB

Bovins, chiens, chèvres

Dans le monde entier, surtout dans les pays en développement

 

Les taux de maladies zoonotiques parmi les populations humaines sont largement inconnus en raison du manque de données épidémiologiques et de diagnostics erronés. Même dans les pays industrialisés comme les États-Unis, les maladies zoonotiques telles que la leptospirose sont fréquemment confondues avec la grippe. Les symptômes sont non spécifiques, ce qui rend le diagnostic difficile, caractéristique de nombreuses zoonoses.

La prévention des maladies zoonotiques consiste en une combinaison d'éradication des maladies, de vaccinations animales, de vaccinations humaines, d'assainissement de l'environnement de travail, de nettoyage et de protection des plaies ouvertes, de techniques appropriées de manipulation et de préparation des aliments (telles que la pasteurisation du lait et la cuisson complète de la viande), de l'utilisation de équipement de protection (comme des bottes dans les rizières) et utilisation prudente d'antibiotiques pour réduire la croissance de souches résistantes. Les technologies de contrôle et les comportements préventifs doivent être conceptualisés en termes de voies, d'agents et d'hôtes et spécifiquement ciblés sur les quatre voies de transmission.

Maladies respiratoires

Compte tenu de la variété et de l'ampleur des expositions liées à la production animale, les maladies respiratoires pourraient constituer le principal problème de santé. Des études dans certains secteurs de l'élevage dans les régions développées du monde révèlent que 25 % des travailleurs de l'élevage souffrent d'une forme de maladie respiratoire (Thorne et al. 1996). Les types de travail les plus couramment associés aux problèmes respiratoires comprennent la production et la manutention des céréales et le travail dans les unités de confinement des animaux et l'élevage laitier.

Les maladies respiratoires agricoles peuvent résulter d'expositions à une variété de poussières, de gaz, de produits chimiques agricoles et d'agents infectieux. Les expositions à la poussière peuvent être divisées en celles constituées principalement de composants organiques et celles constituées principalement de composants inorganiques. La poussière de terrain est la principale source d'exposition aux poussières inorganiques. La poussière organique est la principale exposition respiratoire des travailleurs de la production agricole. La maladie résulte d'expositions périodiques à court terme à la poussière organique agricole contenant un grand nombre de microbes.

L'ODTS est une affection pseudo-grippale aiguë observée à la suite d'une exposition périodique à court terme à de fortes concentrations de poussière (Donham 1986). Ce syndrome présente des caractéristiques très similaires à celles du poumon du fermier aigu, mais ne comporte pas le risque d'atteinte pulmonaire associé au poumon du fermier. La bronchite affectant les travailleurs agricoles a une forme à la fois aiguë et chronique (Rylander 1994). L'asthme, tel que défini par une obstruction réversible des voies respiratoires associée à une inflammation des voies respiratoires, peut également être causé par des expositions agricoles. Dans la plupart des cas, ce type d'asthme est lié à une inflammation chronique des voies respiratoires plutôt qu'à une allergie spécifique.

Un deuxième schéma d'exposition courant est l'exposition quotidienne à un niveau inférieur de poussière organique. En règle générale, les niveaux de poussière totale sont de 2 à 9 mg/m3, le nombre de microbes est à 103 - 105 organismes/m3 et la concentration d'endotoxines est de 50 à 900 EU/m3. Des exemples de telles expositions comprennent le travail dans une porcherie, une étable laitière ou une installation d'élevage de volailles. Les symptômes habituels observés lors de ces expositions comprennent ceux de la bronchite aiguë et chronique, un syndrome de type asthmatique et des symptômes d'irritation des muqueuses.

Les gaz jouent un rôle important dans l'apparition de troubles pulmonaires en milieu agricole. Dans les porcheries et les poulaillers, les niveaux d'ammoniac contribuent souvent aux problèmes respiratoires. L'exposition à l'ammoniac anhydre, un engrais, a des effets aigus et à long terme sur les voies respiratoires. L'empoisonnement aigu par le sulfure d'hydrogène gazeux rejeté par les installations de stockage du fumier dans les étables laitières et les porcheries peut entraîner la mort. L'inhalation de fumigants insecticides peut également entraîner la mort.

La prévention des maladies respiratoires peut être facilitée par le contrôle de la source des poussières et autres agents. Dans les bâtiments d'élevage, cela comprend la gestion d'un système de ventilation correctement conçu et un nettoyage fréquent pour éviter l'accumulation de poussière. Cependant, les contrôles techniques seuls sont probablement insuffisants. La sélection et l'utilisation correctes d'un masque anti-poussière sont également nécessaires. Des alternatives aux opérations de confinement peuvent également être envisagées, y compris des arrangements de production basés sur des pâturages et partiellement clos, qui peuvent être aussi rentables que les opérations confinées, en particulier lorsque les coûts de santé au travail sont pris en compte.

Problèmes de peau

Les problèmes de peau peuvent être classés en dermatites de contact, liées au soleil, infectieuses ou induites par les insectes. Les estimations indiquent que les travailleurs agricoles sont les plus exposés au risque professionnel de certaines dermatoses (Mathias 1989). Bien que les taux de prévalence fassent défaut, en particulier dans les régions en développement, des études aux États-Unis indiquent que les dermatoses professionnelles peuvent représenter jusqu'à 70 % de toutes les maladies professionnelles chez les travailleurs agricoles dans certaines régions (Hogan et Lane, 1986).

Il existe trois types de dermatoses de contact : la dermatite d'irritation, la dermatite allergique et la dermatite de photocontact. La forme la plus courante est la dermatite de contact irritante, tandis que la dermatite de contact allergique est moins fréquente et les réactions de photocontact sont rares (Zuehlke, Mutel et Donham 1980). Les sources courantes de dermatite de contact à la ferme comprennent les engrais, les plantes et les pesticides. On notera en particulier la dermatite due au contact avec les aliments du bétail. Les aliments contenant des additifs tels que des antibiotiques peuvent entraîner une dermatite allergique.

Les agriculteurs au teint clair des régions en développement du monde sont particulièrement exposés aux problèmes cutanés chroniques induits par le soleil, notamment les rides, les kératoses actiniques (lésions squameuses non cancéreuses) et le cancer de la peau. Les deux types de cancer de la peau les plus courants sont les carcinomes épidermoïdes et basocellulaires. Des études épidémiologiques au Canada indiquent que les agriculteurs courent un risque plus élevé de carcinome épidermoïde que les non-agriculteurs (Hogan et Lane, 1986). Les carcinomes épidermoïdes résultent souvent de kératoses actiniques. Environ 2 carcinomes épidermoïdes sur 100 métastasent, et ils sont plus fréquents sur les lèvres. Les carcinomes basocellulaires sont plus fréquents et se produisent sur le visage et les oreilles. Bien que localement destructeurs, les carcinomes basocellulaires métastasent rarement.

Les dermatoses infectieuses les plus importantes pour les éleveurs sont la teigne (champignon dermatophytique), l'orf (ecthyma contagieux) et le nodule du trayeur. Les infections par la teigne sont des infections cutanées superficielles qui apparaissent sous la forme de lésions squameuses rouges résultant du contact avec du bétail infecté, en particulier des bovins laitiers. Une étude menée en Inde, où le bétail est généralement en liberté, a révélé que plus de 5 % des habitants des zones rurales souffraient d'infections par la teigne (Chaterjee et al. 1980). Orf, en revanche, est un virus de la variole généralement contracté par des moutons ou des chèvres infectés. Le résultat est généralement des lésions sur le dos des mains ou des doigts qui disparaissent généralement avec des cicatrices en environ 6 semaines. Les nodules de Milker résultent d'une infection par le poxvirus pseudocowpox, généralement par contact avec des mamelles ou des trayons infectés de vaches laitières. Ces lésions ressemblent à celles de l'orf, bien qu'elles soient plus souvent multiples.

Les dermatoses induites par les insectes résultent principalement des morsures et des piqûres. Les infections par les acariens qui parasitent le bétail ou contaminent les céréales sont particulièrement notables chez les préposés au bétail. Les piqûres d'aoûtat et la gale sont des problèmes de peau typiques des acariens qui entraînent diverses formes d'irritations rougies qui guérissent généralement spontanément. Plus graves sont les morsures et les piqûres d'insectes divers comme les abeilles, les guêpes, les frelons ou les fourmis qui entraînent des réactions anaphylactiques. Le choc anaphylactique est une réaction d'hypersensibilité rare qui se produit avec une surproduction de produits chimiques émis par les globules blancs qui entraîne une constriction des voies respiratoires et peut entraîner un arrêt cardiaque.

Tous ces problèmes de peau sont en grande partie évitables. La dermatite de contact peut être prévenue en réduisant les expositions grâce à l'utilisation de vêtements de protection, de gants et d'une hygiène personnelle appropriée. De plus, les problèmes liés aux insectes peuvent être évités en portant des vêtements de couleur claire et sans fleurs et en évitant les applications cutanées parfumées. Le risque de cancer de la peau peut être considérablement réduit en utilisant des vêtements appropriés pour minimiser l'exposition, comme un chapeau à larges bords. L'utilisation de crèmes solaires appropriées peut également être utile, mais il ne faut pas s'y fier.

Conclusion

Le nombre de têtes de bétail dans le monde a augmenté au même rythme que la population humaine. Il y a environ 4 milliards de bovins, porcs, moutons, chèvres, chevaux, buffles et chameaux dans le monde (Durning et Brough 1992). Cependant, il existe un manque notable de données sur les problèmes de santé humaine liés à l'élevage dans les régions en développement du monde telles que la Chine et l'Inde, où une grande partie du bétail réside actuellement et où la croissance future est susceptible de se produire. Cependant, compte tenu de l'émergence de l'agriculture industrialisée dans le monde, on peut prévoir que bon nombre des problèmes de santé documentés dans la production animale nord-américaine et européenne accompagneront probablement l'émergence de la production animale industrialisée ailleurs. Il est également prévu que les services de santé dans ces zones seront inadéquats pour faire face aux conséquences sanitaires et sécuritaires de la production animale industrialisée généralement décrites ici.

L'émergence mondiale de l'élevage industrialisé avec ses conséquences sur la santé humaine accompagnera des changements fondamentaux dans l'ordre social, économique et politique comparables à ceux qui ont suivi la domestication des animaux il y a plus de 10,000 XNUMX ans. La prévention des problèmes de santé humaine nécessitera une large compréhension et un engagement approprié de ces nouvelles formes d'adaptation humaine et de la place de la production animale en leur sein.

 

Retour

Les arthropodes comprennent plus d'un million d'espèces d'insectes et des milliers d'espèces de tiques, d'acariens, d'araignées, de scorpions et de mille-pattes. Les abeilles, les fourmis, les guêpes et les scorpions piquent et injectent du venin ; les moustiques et les tiques sucent le sang et transmettent des maladies ; et les écailles et les poils des corps d'insectes peuvent irriter les yeux et la peau, ainsi que les tissus du nez, de la bouche et du système respiratoire. La plupart des piqûres chez l'homme proviennent d'abeilles sociales (bourdons, abeilles mellifères). Les autres piqûres proviennent de guêpes cartonnières, de guêpes jaunes, de frelons et de fourmis.

Les arthropodes peuvent constituer un danger pour la santé sur le lieu de travail (voir le tableau 1), mais dans la plupart des cas, les risques potentiels liés aux arthropodes ne sont pas propres à des professions spécifiques. L'exposition aux arthropodes sur le lieu de travail dépend plutôt de l'emplacement géographique, des conditions locales et de la période de l'année. Le tableau 2 énumère certains de ces dangers et leurs agents arthropodes correspondants. Pour tous les dangers liés aux arthropodes, la première ligne de défense est l'évitement ou l'exclusion de l'agent fautif. L'immunothérapie au venin peut augmenter la tolérance d'une personne au venin d'arthropode et est réalisée en injectant des doses croissantes de venin au fil du temps. Il est efficace chez 90 à 100 % des personnes hypersensibles au venin mais implique un cycle indéfini d'injections coûteuses. Le tableau 3 répertorie les réactions normales et allergiques aux piqûres d'insectes.

Tableau 1. Différentes professions et leur potentiel de contact avec des arthropodes pouvant nuire à la santé et à la sécurité.

Occupation

Arthropodes

Personnel de construction, écologistes, agriculteurs, pêcheurs, forestiers, travailleurs de la pêche et de la faune, naturalistes, travailleurs des transports, gardes forestiers, travailleurs des services publics

Fourmis, abeilles, mouches piqueuses, chenilles, aoûtats, mille-pattes, phryganes, asticots, éphémères, scorpions, araignées, tiques, guêpes

Fabricants de cosmétiques, dockers, teinturiers, ouvriers d'usine, transformateurs d'aliments, ouvriers du grain, femmes au foyer, meuniers, employés de restaurant

Fourmis; coléoptères; charançons du haricot, des céréales et du pois; acariens; cochenilles; les araignées

Les apiculteurs

Fourmis, bourdons, abeilles mellifères, guêpes

Travailleurs de la production d'insectes, biologistes de laboratoire et de terrain, conservateurs de musée

Plus de 500 espèces d'arthropodes sont élevées au laboratoire. Les fourmis, les coléoptères, les acariens, les papillons de nuit, les araignées et les tiques sont particulièrement importants.

Travailleurs hospitaliers et autres travailleurs de la santé, administrateurs scolaires, enseignants

Fourmis, coléoptères, mouches piqueuses, chenilles, cafards, acariens

Producteurs de soie

Vers à soie

 

Tableau 2. Dangers potentiels des arthropodes sur le lieu de travail et leur(s) agent(s) causal(s)

Danger

Agents arthropodes

Morsures, envenimations1

Fourmis, mouches piqueuses, mille-pattes, acariens, araignées

Envenimation par piqûre, hypersensibilité au venin2

Fourmis, abeilles, guêpes, scorpions

Toxicose/paralysie des tiques

Tiques

Asthme

Coléoptères, phryganes, chenilles, cafards, grillons, acariens, asticots, acariens des céréales, charançons des céréales, sauterelles, abeilles, éphémères, mites, vers à soie

Dermatite de contact3

Coléoptères, chenilles, cafards, acariens des fruits secs, acariens de la poussière, acariens des céréales, acariens de la paille, mites, vers à soie, araignées

1 Envenimation par le poison des glandes associées aux pièces buccales.

2 Envenimation par du poison provenant de glandes non associées aux pièces buccales.

3 Comprend les dermatites irritantes primaires et allergiques.

 

Tableau 3. Réactions normales et allergiques aux piqûres d'insectes

Type de réponse

Réaction

I. Réactions normales non allergiques au moment de la piqûre

    Douleur, brûlure, démangeaisons, rougeur au site de la piqûre, zone blanche entourant le site de la piqûre, gonflement, sensibilité

    II. Réactions normales non allergiques
    heures ou jours après la piqûre

      Démangeaisons, rougeur résiduelle, petite tache brune ou rouge au site de piqûre, gonflement au site de piqûre

      III. Grandes réactions locales

      Gonflement massif autour du site de piqûre s'étendant sur une surface de 10 cm ou plus et augmentant de taille pendant 24 à 72 heures, pouvant parfois durer jusqu'à une semaine ou plus

      IV. Réactions allergiques cutanées

      Urticaire n'importe où sur la peau, gonflement massif à distance du site de piqûre, démangeaisons généralisées de la peau, rougeur généralisée de la peau à distance du site de piqûre

      V. Systémique ne mettant pas la vie en danger
      réactions allergiques

      Rhinite allergique, symptômes respiratoires mineurs, crampes abdominales

      VI. Réactions allergiques systémiques potentiellement mortelles

      Choc, inconscience, hypotension ou évanouissement, difficulté à respirer, gonflement massif de la gorge.

      Source : Schmidt 1992.

       

      Retour

      Lundi, Mars 28 2011 19: 01

      Cultures fourragères

      Alors que les populations avaient tendance à se concentrer et que le besoin d'alimentation hivernale dans les climats nordiques augmentait, le besoin de récolter, de sécher et de donner du foin aux animaux domestiques est apparu. Bien que les pâturages datent de la première domestication des animaux, la première plante fourragère cultivée a peut-être été la luzerne, son utilisation enregistrée remontant à 490 avant JC en Perse et en Grèce.

      Le fourrage du bétail est un intrant crucial pour l'élevage. Les fourrages sont cultivés pour leur végétation et non pour leurs grains ou graines. Les tiges, les feuilles et les inflorescences (grappes de fleurs) de certaines légumineuses (par exemple, la luzerne et le trèfle) et une variété de graminées non légumineuses sont utilisées pour le pâturage ou récoltées et données au bétail. Lorsque des cultures céréalières telles que le maïs, le sorgho ou la paille sont récoltées pour leur végétation, elles sont considérées comme des cultures fourragères.

      Processus de production

      Les principales catégories de cultures fourragères sont les pâturages et les parcours ouverts, le foin et l'ensilage. Les cultures fourragères peuvent être récoltées par le bétail (dans les pâturages) ou par l'homme, à la main ou à l'aide de machines. La récolte peut être utilisée pour l'alimentation de la ferme ou pour la vente. Dans la production fourragère, les tracteurs sont une source de puissance de traction et de transformation et, dans les zones sèches, l'irrigation peut être nécessaire.

      Le pâturage est nourri en permettant au bétail de paître ou de brouter. Le type de culture de pâturage, généralement de l'herbe, varie dans sa production selon la saison de l'année, et les pâturages sont gérés pour le pâturage de printemps, d'été et d'automne. La gestion des parcours se concentre sur le non surpâturage d'une zone, ce qui implique la rotation du bétail d'une zone à une autre. Les résidus de culture peuvent faire partie du régime alimentaire des pâturages pour le bétail.

      La luzerne, une culture de foin populaire, n'est pas une bonne culture de pâturage car elle provoque des ballonnements chez les ruminants, une condition d'accumulation de gaz dans le rumen (la première partie de l'estomac de la vache) qui peut tuer une vache. Dans les climats tempérés, les pâturages sont inefficaces comme source d'alimentation en hiver, il faut donc stocker des aliments. De plus, dans les grandes exploitations, le fourrage récolté - foin et ensilage - est utilisé parce que le pâturage n'est pas pratique pour de grandes concentrations d'animaux.

      Le foin est un fourrage qui est cultivé et séché à sec avant d'être stocké et nourri. Une fois que la récolte de foin a poussé, elle est coupée avec une faucheuse ou un andaineuse (une machine qui combine les opérations de tonte et de ratissage) et ratissée par une machine en une longue rangée pour le séchage (un andain). Au cours de ces deux processus, il est séché sur le terrain pour la mise en balles. Historiquement, la récolte se faisait en fourrant du foin en vrac, qui peut encore être utilisé pour nourrir les animaux. Une fois séché, le foin est mis en balles. La presse à balles ramasse le foin de l'andain, le comprime et l'enveloppe soit en une petite balle carrée pour la manutention manuelle, soit en grosses balles carrées ou rondes pour la manutention mécanique. La petite balle peut être renvoyée mécaniquement de la presse à balles dans une remorque, ou elle peut être ramassée à la main et placée - une tâche appelée tronçonnage - sur une remorque pour être transportée vers la zone de stockage. Les balles sont stockées en piles, généralement sous une couverture (grange, hangar ou plastique) pour les protéger de la pluie. Le foin humide peut facilement se gâter ou brûler spontanément à cause de la chaleur du processus de décomposition. Le foin peut être transformé à des fins commerciales en granulés ou en cubes compressés. Une récolte peut être coupée plusieurs fois dans une saison, trois fois étant typique. Lorsqu'il est nourri, une balle est déplacée vers la mangeoire, ouverte et placée dans la mangeoire où l'animal peut l'atteindre. Cette partie de l'opération est généralement manuelle.

      Les autres fourrages récoltés pour l'alimentation du bétail sont le maïs ou le sorgho pour l'ensilage. L'avantage économique est que le maïs a jusqu'à 50 % plus d'énergie lorsqu'il est récolté en ensilage que le grain. Une machine est utilisée pour récolter la majeure partie de la plante verte. La récolte est coupée, broyée, hachée et éjectée dans une remorque. Le matériau est ensuite alimenté en côtelette verte ou stocké dans un silo, où il subit une fermentation au cours des 2 premières semaines. La fermentation établit un environnement qui empêche la détérioration. Pendant un an, le silo est vidé au fur et à mesure que l'ensilage est donné au bétail. Ce processus d'alimentation est principalement mécanique.

      Les dangers et leur prévention

      Le stockage des aliments pour animaux présente des risques pour la santé des travailleurs. Au début du processus de stockage, du dioxyde d'azote est produit et peut provoquer de graves lésions respiratoires et la mort ("maladie du remplisseur de silo"). Le stockage dans des environnements fermés, tels que des silos, peut créer ce danger, qui peut être évité en n'entrant pas dans les silos ou les espaces de stockage fermés au cours des premières semaines suivant le stockage des aliments pour animaux. D'autres problèmes peuvent survenir plus tard si la luzerne, le foin, la paille ou toute autre culture fourragère était humide lorsqu'elle a été entreposée et qu'il y a une accumulation de champignons et d'autres contaminants microbiens. Cela peut entraîner des maladies respiratoires aiguës (« maladie du déchargeur de silo », toxicité des poussières organiques) et/ou des maladies respiratoires chroniques (« poumon du fermier »). Le risque de maladies respiratoires aiguës et chroniques peut être réduit grâce à l'utilisation de respirateurs appropriés. Il devrait également y avoir des procédures appropriées d'entrée dans les espaces confinés.

      La paille et le foin utilisés pour la litière sont généralement secs et vieux, mais peuvent contenir des moisissures et des spores qui peuvent provoquer des symptômes respiratoires lorsque la poussière est en suspension dans l'air. Les respirateurs anti-poussière peuvent réduire l'exposition à ce danger.

      L'équipement de récolte et de mise en balles et les broyeurs de litière sont conçus pour hacher, couper et mutiler. Ils ont été associés à des blessures traumatiques chez les travailleurs agricoles. Bon nombre de ces blessures surviennent lorsque les travailleurs tentent de dégager des pièces obstruées alors que l'équipement est encore en marche. L'équipement doit être éteint avant d'éliminer les bourrages. Si plus d'une personne travaille, un programme de verrouillage/étiquetage devrait être en vigueur. Une autre source importante de blessures et de décès est le renversement du tracteur sans protection adéquate contre le renversement pour le conducteur (Deere & Co. 1994). De plus amples informations sur les risques liés aux machines agricoles sont également présentées ailleurs dans ce Encyclopédie.

      Lorsque les animaux sont utilisés pour planter, récolter et entreposer des aliments pour animaux, il existe un risque de blessures causées par des coups de pied, des morsures, des foulures, des entorses, des écrasements et des lacérations. Les bonnes techniques de manipulation des animaux sont les moyens les plus susceptibles de réduire ces blessures.

      La manipulation manuelle des balles de foin et de paille peut entraîner des problèmes ergonomiques. Les travailleurs doivent être formés aux procédures de levage correctes et des équipements mécaniques doivent être utilisés dans la mesure du possible.

      Le fourrage et la litière sont des risques d'incendie. Le foin humide, comme mentionné précédemment, est un risque de combustion spontanée. Le foin sec, la paille, etc. brûlent facilement, surtout lorsqu'ils sont lâches. Même le fourrage mis en balles est une source majeure de combustible lors d'un incendie. Des précautions de base contre les incendies doivent être instituées, telles que des règles d'interdiction de fumer, l'élimination des sources d'étincelles et des mesures d'extinction des incendies.

       

      Retour

      Lundi, Mars 28 2011 19: 04

      Confinement du bétail

      Les forces économiques mondiales ont contribué à l'industrialisation de l'agriculture (Donham et Thu 1995). Dans les pays développés, on observe des tendances à une spécialisation, une intensité et une mécanisation accrues. L'augmentation de la production de bétail en confinement est le résultat de ces tendances. De nombreux pays en développement ont reconnu la nécessité d'adopter la production en confinement pour tenter de transformer leur agriculture d'une agriculture de subsistance en une entreprise compétitive à l'échelle mondiale. Au fur et à mesure que de plus en plus d'entreprises obtiennent la propriété et le contrôle de l'industrie, des fermes moins nombreuses, mais plus grandes, avec de nombreux employés remplacent la ferme familiale.

      Conceptuellement, le système de confinement applique les principes de la production industrielle de masse à la production animale. Le concept de production en confinement comprend l'élevage d'animaux à haute densité dans des structures isolées de l'environnement extérieur et équipées de systèmes mécaniques ou automatisés de ventilation, de traitement des déchets, d'alimentation et d'abreuvement (Donham, Rubino et al. 1977).

      Plusieurs pays européens utilisent des systèmes de confinement depuis le début des années 1950. Le confinement du bétail a commencé à apparaître aux États-Unis à la fin des années 1950. Les producteurs de volaille ont été les premiers à utiliser le système. Au début des années 1960, l'industrie porcine avait également commencé à adopter cette technique, suivie plus récemment par les producteurs laitiers et bovins.

      Parallèlement à cette industrialisation, plusieurs préoccupations sanitaires et sociales des travailleurs se sont développées. Dans la plupart des pays occidentaux, les exploitations sont de moins en moins nombreuses mais de plus en plus grandes. Il y a moins d'exploitations familiales (conjointes de main-d'œuvre et de gestion) et plus de structures d'entreprise (en particulier en Amérique du Nord). Le résultat est qu'il y a plus de travailleurs embauchés et relativement moins de membres de la famille qui travaillent. De plus, en Amérique du Nord, davantage de travailleurs proviennent de groupes minoritaires et d'immigrants. Par conséquent, il existe un risque de produire une nouvelle sous-classe de travailleurs dans certains segments de l'industrie.

      Une toute nouvelle série d'expositions professionnelles dangereuses est apparue pour le travailleur agricole. Ceux-ci peuvent être classés en quatre grandes rubriques :

      1. gaz toxiques et asphyxiants
      2. aérosols bioactifs de particules
      3. Maladies infectieuses
      4. bruit.

       

      Les risques respiratoires sont également préoccupants.

      Gaz toxiques et asphyxiants

      Plusieurs gaz toxiques et asphyxiants résultant de la dégradation microbienne des déchets animaux (urine et fèces) peuvent être associés au confinement du bétail. Les déchets sont le plus souvent stockés sous forme liquide sous le bâtiment, sur un sol en caillebotis ou dans un réservoir ou une lagune à l'extérieur du bâtiment. Ce système de stockage du fumier est généralement anaérobie, entraînant la formation de plusieurs gaz toxiques (voir tableau 1) (Donham, Yeggy et Dauge 1988). Voir également l'article "Manipulation du fumier et des déchets" dans ce chapitre.

      Tableau 1. Composés identifiés dans les atmosphères des bâtiments de confinement des porcs

      2-Propanol

      Ethanol

      Propionate d'isopropyle

      3-Pentanone

      Formiate d'éthyle

      Acide isovalérique

      Acétaldéhyde

      Éthylamine

      Méthane

      Acide acétique

      Formaldéhyde

      Acétate de méthyle

      Acétone

      Heptaldéhyde

      Méthylamine

      Ammoniac

      Composé azoté hétérocyclique

      Méthylmercaptan

      n-Butanol

      Hexanal

      Octaldéhyde

      n-Butyle

      Sulfure d'hydrogène

      n-Propanol

      Acide butyrique

      indoles

      L'acide propionique

      Gaz carbonique

      Isobutanol

      Proponaldéhyde

      Monoxyde de carbone

      Acétate d'isobutyle

      Propionate de propyle

      Décaldéhyde

      Isobutyraldéhyde

      Scatole

      Sulfure de diéthyle

      Acide isobutyrique

      Triéthylamine

      Sulfure de diméthyle

      Isopentanol

      Triméthylamine

      disulfure

      Acétate d'isopropyle

       

       

      Il existe quatre gaz toxiques ou asphyxiants courants présents dans presque toutes les opérations de digestion anaérobie des déchets : le dioxyde de carbone (CO2), ammoniac (NH3), le sulfure d'hydrogène (H2S) et du méthane (CH4). Une petite quantité de monoxyde de carbone (CO) peut également être produite par les déchets animaux en décomposition, mais sa principale source est les appareils de chauffage utilisés pour brûler des combustibles fossiles. Les niveaux ambiants typiques de ces gaz (ainsi que des particules) dans les porcheries sont indiqués dans le tableau 2. Les expositions maximales recommandées dans les porcheries sont également répertoriées sur la base de recherches récentes (Donham et Reynolds 1995; Reynolds et al. 1996) et le seuil limite. (TLV) établies par l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH 1994). Ces valeurs TLV ont été adoptées comme limites légales dans de nombreux pays.

      Tableau 2. Niveaux ambiants de divers gaz dans les porcheries

      Essence

      Gamme (ppm)

      Concentrations ambiantes typiques (ppm)

      Concentrations d'exposition maximales recommandées (ppm)

      Valeurs limites de seuil (ppm)

      CO

      Entre 0 et 200

      42

      50

      50

      CO2

      Entre 1,000 et 10,000

      8,000

      1,500

      5,000

      NH3

      Entre 5 et 200

      81

      7

      25

      H2S

      Entre 0 et 1,500

      4

      5

      10

      Poussière totale

      2 à 15 mg/m3

      4mg/m3

      2.5mg/m3

      10mg/m3

      Poussière respirable

      0.10 à 1.0 mg/m3

      0.4mg/m3

      0.23mg/m3

      3mg/m3

      Endotoxine

      50 à 500 ng/m3

      200 ng/m3

      100 ng/m3

      (aucun établi)

       

      On constate que dans de nombreux bâtiments, au moins un gaz, et souvent plusieurs, dépasse les limites d'exposition. Il convient de noter que l'exposition simultanée à ces substances toxiques peut être additive ou synergique - la VLE pour le mélange peut être dépassée même lorsque les VLE individuelles ne sont pas dépassées. Les concentrations sont souvent plus élevées en hiver qu'en été, car la ventilation est réduite pour conserver la chaleur.

      Ces gaz ont été impliqués dans plusieurs affections aiguës chez les travailleurs. H2S a été impliqué dans de nombreuses morts subites d'animaux et plusieurs morts humaines (Donham et Knapp 1982). La plupart des cas aigus sont survenus peu de temps après que la fosse à fumier a été agitée ou vidée, ce qui peut entraîner une libération soudaine d'un grand volume de H extrêmement toxique.2S. Dans d'autres cas mortels, des fosses à fumier avaient été récemment vidées et les travailleurs qui y pénétraient pour une inspection, des réparations ou pour récupérer un objet tombé se sont effondrés sans aucun avertissement. Les résultats post-mortem disponibles de ces cas d'intoxication aiguë ont révélé un œdème pulmonaire massif comme seule découverte notable. Cette lésion, associée aux antécédents, est compatible avec une intoxication à l'hydrogène sulfuré. Les tentatives de sauvetage par des passants ont souvent fait plusieurs morts. Les travailleurs du confinement doivent donc être informés des risques encourus et conseillés de ne jamais entrer dans une installation de stockage de fumier sans avoir testé la présence de gaz toxiques, être équipés d'un respirateur avec sa propre alimentation en oxygène, assurer une ventilation adéquate et avoir au moins deux autres travailleurs debout par, attaché par une corde au travailleur qui entre, afin qu'il puisse effectuer un sauvetage sans se mettre en danger. Il devrait y avoir un programme écrit pour les espaces confinés.

      Le CO peut également être présent à des niveaux toxiques aigus. Des problèmes d'avortement chez les porcs à une concentration atmosphérique de 200 à 400 ppm et des symptômes subaigus chez les humains, tels que des maux de tête chroniques et des nausées, ont été documentés dans les systèmes de confinement des porcs. Les effets possibles sur le fœtus humain devraient également être préoccupants. La principale source de CO provient d'unités de chauffage à hydrocarbures qui fonctionnent mal. Une forte accumulation de poussière dans les porcheries rend difficile le maintien des appareils de chauffage en bon état de fonctionnement. Les chauffages radiants au propane sont également une source courante de faibles niveaux de CO (par exemple, 100 à 300 ppm). Les nettoyeurs haute pression alimentés par un moteur à combustion interne pouvant fonctionner à l'intérieur du bâtiment sont une autre source; Des avertisseurs de CO doivent être installés.

      Une autre situation extrêmement dangereuse se produit lorsque le système de ventilation tombe en panne. Les niveaux de gaz peuvent alors rapidement atteindre des niveaux critiques. Dans ce cas, le problème majeur est le remplacement de l'oxygène par d'autres gaz, principalement le CO2 provenant de la fosse ainsi que de l'activité respiratoire des animaux du bâtiment. Des conditions mortelles pourraient être atteintes en aussi peu que 7 heures. En ce qui concerne la santé des porcs, une panne de ventilation par temps chaud peut permettre à la température et à l'humidité d'augmenter à des niveaux mortels en 3 heures. Les systèmes de ventilation doivent être surveillés.

      Un quatrième danger potentiellement aigu provient de l'accumulation de CH4, qui est plus léger que l'air et, lorsqu'il est émis par la fosse à fumier, a tendance à s'accumuler dans les parties supérieures du bâtiment. Il y a eu plusieurs cas d'explosions se produisant lorsque le CH4 l'accumulation a été allumée par une veilleuse ou le chalumeau d'un travailleur.

      Aérosols bioactifs de particules

      Les sources de poussière dans les bâtiments de confinement sont une combinaison d'aliments, de squames et de poils de porc et de matières fécales séchées (Donham et Scallon, 1985). Les particules sont constituées d'environ 24 % de protéines et ont donc le potentiel non seulement d'initier une réponse inflammatoire à une protéine étrangère, mais également d'initier une réaction allergique indésirable. La majorité des particules sont inférieures à 5 microns, ce qui leur permet d'être respirées dans les parties profondes des poumons, où elles peuvent produire un plus grand danger pour la santé. Les particules sont chargées de microbes (104 - 107/m3 air). Ces microbes contribuent à plusieurs substances toxiques/inflammatoires dont, entre autres, l'endotoxine (le danger le plus documenté), les glucanes, l'histamine et les protéases. Les concentrations maximales recommandées pour les poussières sont indiquées dans le tableau 2. Les gaz présents dans le bâtiment et les bactéries présentes dans l'atmosphère sont adsorbés à la surface des particules de poussière. Ainsi, les particules inhalées ont l'effet potentiellement dangereux accru de transporter des gaz irritants ou toxiques ainsi que des bactéries potentiellement infectieuses dans les poumons.

      Maladies infectieuses

      Quelque 25 maladies zoonotiques ont été reconnues comme ayant une importance professionnelle pour les travailleurs agricoles. Beaucoup d'entre eux peuvent être transmis directement ou indirectement par le bétail. Les conditions de surpeuplement qui prévalent dans les systèmes de confinement offrent un fort potentiel de transmission de maladies zoonotiques du bétail à l'homme. L'environnement de confinement des porcs peut présenter un risque de transmission aux travailleurs de la grippe porcine, de la leptospirose, Streptocoque suis et la salmonelle, par exemple. L'environnement de confinement des volailles peut présenter un risque pour l'ornithose, l'histoplasmose, le virus de la maladie de New Castle et la salmonelle. Le confinement bovin pourrait présenter un risque de fièvre Q, Trichophyton verrucosum (teigne animale) et la leptospirose.

      Les produits biologiques et les antibiotiques ont également été reconnus comme des risques potentiels pour la santé. Les vaccins injectables et divers produits biologiques sont couramment utilisés dans les programmes de médecine préventive vétérinaire en confinement animal. Inoculation accidentelle de vaccins contre Brucella et Escherichia coli On a observé que des bactéries causaient des maladies chez l'homme.

      Les antibiotiques sont couramment utilisés à la fois par voie parentérale et incorporés dans les aliments pour animaux. Puisqu'il est reconnu que les aliments pour animaux sont un composant courant de la poussière présente dans les bâtiments de confinement des animaux, on suppose que les antibiotiques sont également présents dans l'air. Ainsi, l'hypersensibilité aux antibiotiques et les infections résistantes aux antibiotiques sont des risques potentiels pour les travailleurs.

      Bruit

      Des niveaux de bruit de 103 dBA ont été mesurés dans les bâtiments de confinement des animaux ; c'est au-dessus de la TLV, et offre un potentiel de perte auditive induite par le bruit (Donham, Yeggy et Dauge 1988).

      Symptômes respiratoires des travailleurs en confinement du bétail

      Les risques respiratoires généraux dans les bâtiments de confinement du bétail sont similaires quelle que soit l'espèce de bétail. Cependant, les confinements de porcs sont associés à des effets néfastes sur la santé chez un plus grand pourcentage de travailleurs (25 à 70 % des travailleurs actifs), avec des symptômes plus graves que ceux des confinements de volailles ou de bovins (Rylander et al. 1989). Les déchets dans les installations avicoles sont généralement traités sous forme solide et, dans ce cas, l'ammoniac semble être le principal problème gazeux ; le sulfure d'hydrogène n'est pas présent.

      Les symptômes respiratoires subaigus ou chroniques signalés par les travailleurs en confinement ont été observés comme étant le plus souvent associés au confinement des porcs. Des enquêtes auprès des travailleurs de l'élevage porcin ont révélé qu'environ 75 % d'entre eux souffrent de symptômes aigus indésirables des voies respiratoires supérieures. Ces symptômes peuvent être divisés en trois groupes :

      1. inflammation aiguë ou chronique des voies respiratoires (se manifestant par une bronchite)
      2. constriction professionnelle acquise (non allergique) des voies respiratoires (asthme)
      3. maladie fébrile retardée spontanément résolutive avec des symptômes généralisés (syndrome toxique des poussières organiques (ODTS)).

       

      Les symptômes évoquant une inflammation chronique des voies respiratoires supérieures sont fréquents ; ils sont observés chez environ 70% des travailleurs en confinement porcin. Le plus souvent, ils comprennent une oppression thoracique, une toux, une respiration sifflante et une production excessive d'expectorations.

      Chez environ 5 % des travailleurs, les symptômes se développent après avoir travaillé dans les bâtiments pendant seulement quelques semaines. Les symptômes comprennent une oppression thoracique, une respiration sifflante et une respiration difficile. Habituellement, ces travailleurs sont si gravement touchés qu'ils sont obligés de chercher un emploi ailleurs. On n'en sait pas assez pour indiquer si cette réaction est une hypersensibilité allergique ou une hypersensibilité non allergique à la poussière et aux gaz. Plus généralement, des symptômes de bronchite et d'asthme se développent après 5 ans d'exposition.

      Environ 30 % des travailleurs connaissent occasionnellement des épisodes de symptômes différés. Environ 4 à 6 heures après avoir travaillé dans le bâtiment, ils développent une maladie pseudo-grippale se manifestant par de la fièvre, des maux de tête, des malaises, des douleurs musculaires générales et des douleurs thoraciques. Ils se remettent généralement de ces symptômes en 24 à 72 heures. Ce syndrome a été reconnu comme ODTS.

      Le potentiel de lésions pulmonaires chroniques semble certainement réel pour ces travailleurs. Cependant, cela n'a pas été documenté jusqu'à présent. Il est recommandé de suivre certaines procédures pour prévenir l'exposition chronique ainsi que l'exposition aiguë aux matières dangereuses dans les porcheries. Le tableau 3 résume les conditions médicales observées chez les travailleurs en confinement porcin.

      Tableau 3. Maladies respiratoires associées à la production porcine

      Maladie des voies respiratoires supérieures

      Sinusite
      Rhinite irritante
      Rhinite allergique
      Pharyngite

      Maladie des voies respiratoires inférieures

      Asthme professionnel
      Asthme non allergique, maladie hyperréactive des voies respiratoires,
      ou syndrome de maladie réactive des voies respiratoires (RADS)
      Asthme allergique (médié par les IgE)
      Bronchite aiguë ou subaiguë
      La bronchite chronique
      la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

      Maladie interstitielle

      Alvéolites
      Infiltrat interstitiel chronique
      Œdème pulmonaire

      Maladie généralisée

      Syndrome toxique des poussières organiques (ODTS)

      Sources : Donham, Zavala et Merchant 1984 ; Dosman et al. 1988; Haglind et Rylander 1987 ; Harries et Cromwell 1982 ; Heedrick et al. 1991; Holness et al. 1987; Iverson et al. 1988; Jones et al. 1984; Leistikow et al. 1989; Lenhart 1984; Rylander et Essle 1990 ; Rylander, Peterson et Donham 1990 ; Turner et Nichols 1995.

      Protection des travailleurs

      Exposition aiguë au sulfure d'hydrogène. Des précautions doivent toujours être prises pour éviter l'exposition à H2S qui peut être dégagé lors de l'agitation d'un réservoir de stockage de lisier anaérobie. Si le stockage est sous le bâtiment, il est préférable de rester hors du bâtiment pendant la procédure de vidange et pendant plusieurs heures après, jusqu'à ce que l'échantillonnage de l'air indique qu'il est sécuritaire. La ventilation doit être au niveau maximum pendant cette période. Il ne faut jamais pénétrer dans une installation d'entreposage de lisier sans suivre les mesures de sécurité mentionnées ci-dessus.

       

      Exposition aux particules. Des procédures de gestion simples, telles que l'utilisation d'un équipement d'alimentation automatisé conçu pour éliminer autant que possible la poussière d'alimentation, doivent être utilisées pour contrôler l'exposition aux particules. L'ajout de graisse supplémentaire à l'alimentation, le lavage fréquent du bâtiment sous pression et l'installation de planchers à lattes qui nettoient bien sont toutes des mesures de contrôle éprouvées. Un système de contrôle de la poussière par brumisation d'huile est actuellement à l'étude et pourrait être disponible dans le futur. En plus d'un bon contrôle technique, un masque anti-poussière de bonne qualité doit être porté.

      Bruit. Des protecteurs d'oreilles doivent être fournis et portés, en particulier lors de travaux dans le bâtiment afin de vacciner les animaux ou pour d'autres procédures de gestion. Un programme de préservation de l'ouïe devrait être institué.

       

      Retour

      Lundi, Mars 28 2011 19: 08

      L'élevage

      L'élevage — l'élevage et l'utilisation des animaux — implique une grande variété d'activités, y compris l'élevage, l'alimentation, le déplacement des animaux d'un endroit à un autre, les soins de base (par exemple, le soin des sabots, le nettoyage, les vaccinations), les soins aux animaux blessés (soit par préposés aux animaux ou vétérinaires) et les activités associées à des animaux particuliers (p. ex. traite des vaches, tonte des moutons, travail avec des animaux de trait).

      Une telle manipulation du bétail est associée à une variété de blessures et de maladies chez les humains. Ces blessures et maladies peuvent être dues à une exposition directe ou à une contamination de l'environnement par des animaux. Le risque de blessure et de maladie dépend largement du type de bétail. Le risque de blessure dépend également des particularités du comportement de l'animal (voir aussi les articles de ce chapitre sur des animaux spécifiques). De plus, les personnes associées à l'élevage sont souvent plus susceptibles de consommer les produits des animaux. Enfin, les expositions spécifiques dépendent des méthodes de manipulation du bétail, qui ont émergé de facteurs géographiques et sociaux qui varient selon la société humaine.

      Dangers et précautions

      Risques ergonomiques

      Le personnel qui travaille avec des bovins doit souvent se tenir debout, s'étirer, se pencher ou exercer un effort physique dans des positions soutenues ou inhabituelles. Les éleveurs ont un risque accru de douleurs articulaires du dos, des hanches et des genoux. Plusieurs activités exposent l'éleveur à un risque ergonomique. Par exemple, aider à la mise bas d'un gros animal peut mettre le travailleur agricole dans une position inhabituelle et tendue, alors qu'avec un petit animal, le travailleur peut être obligé de travailler ou de se coucher dans un environnement défavorable. De plus, le travailleur peut se blesser en aidant des animaux malades et dont le comportement ne peut être anticipé. Plus communément, les douleurs articulaires et dorsales sont liées à un mouvement répétitif, comme la traite, au cours duquel le travailleur peut s'accroupir ou s'agenouiller à plusieurs reprises.

      D'autres maladies traumatiques cumulatives sont reconnues chez les travailleurs agricoles, en particulier les travailleurs de l'élevage. Ceux-ci peuvent être dus à des mouvements répétitifs ou à de petites blessures fréquentes.

      Les solutions pour réduire les risques ergonomiques comprennent des efforts éducatifs intensifiés axés sur la manipulation appropriée des animaux, ainsi que des efforts d'ingénierie pour repenser l'environnement de travail et ses tâches pour tenir compte des facteurs animaux et humains.

      blessures

      Les animaux sont généralement reconnus comme des agents de blessures dans les enquêtes sur les blessures associées à l'agriculture. Il existe plusieurs hypothèses d'explications à ces observations. L'association étroite entre l'ouvrier et l'animal, qui a souvent un comportement imprévisible, met l'éleveur en danger. De nombreux animaux d'élevage ont une taille et une force supérieures. Les blessures sont souvent dues à un traumatisme direct causé par des coups de pied, des morsures ou un écrasement contre une structure et impliquent souvent le membre inférieur du travailleur. Le comportement des travailleurs peut également contribuer au risque de blessure. Les travailleurs qui pénètrent dans la « zone de fuite » du bétail ou qui se positionnent dans les « angles morts » du bétail courent un risque accru de blessures résultant d'une réaction de fuite, de coups de pied, de coups de pied et d'écrasement.

      Figure 1. Vision panoramique du bétail

      LIV140F1

      Les femmes et les enfants sont surreprésentés parmi les éleveurs blessés. Cela peut être dû à des facteurs sociétaux qui font que les femmes et les enfants effectuent davantage de travaux liés aux animaux, ou cela peut être dû à des différences de taille exagérées entre les animaux et le travailleur ou, dans le cas des enfants, à l'utilisation de techniques de manipulation auxquelles le bétail sont pas habitués.

      Les interventions spécifiques pour prévenir les blessures associées aux animaux comprennent des efforts éducatifs intenses, la sélection d'animaux plus compatibles avec les humains, la sélection de travailleurs moins susceptibles d'agiter les animaux et des approches d'ingénierie qui réduisent le risque d'exposition des humains aux animaux.

      Maladies zoonotiques

      L'élevage nécessite une association étroite des travailleurs et des animaux. Les humains peuvent être infectés par des organismes normalement présents sur les animaux, qui sont rarement des agents pathogènes humains. De plus, les tissus et le comportement associés aux animaux infectés peuvent exposer des travailleurs qui subiraient peu ou pas d'exposition s'ils travaillaient avec du bétail en bonne santé.

      Les maladies zoonotiques concernées comprennent de nombreux virus, bactéries, mycobactéries, champignons et parasites (voir tableau 1). De nombreuses maladies zoonotiques, telles que la fièvre charbonneuse, la teigne du cuir chevelu ou l'orf, sont associées à une contamination cutanée. De plus, la contamination résultant de l'exposition à un animal malade est un facteur de risque de rage et de tularémie. Étant donné que les travailleurs de l'élevage sont souvent plus susceptibles d'ingérer des produits animaux insuffisamment traités, ces travailleurs sont exposés à des maladies telles que Campylobacter, cryptosporidiose, salmonellose, trichinose ou tuberculose.

      Tableau 1. Maladies zoonotiques des éleveurs

      Maladie

      Agent

      Animal

      Exposition

      Anthrax

      Bactéries

      Chèvres, autres herbivores

      Manipulation de cheveux, d'os ou d'autres tissus

      La brucellose

      Bactéries

      Bovins, porcins, caprins, ovins

      Contact avec le placenta et d'autres tissus contaminés

      Campylobacter

      Bactéries

      Volaille, bétail

      Ingestion d'aliments, d'eau, de lait contaminés

      La cryptosporidiose

      Parasite

      Volailles, bovins, ovins, petits mammifères

      Ingestion d'excréments d'animaux

      La leptospirose

      Bactéries

      Animaux sauvages, porcs, bovins, chiens

      Eau contaminée sur peau ouverte

      Orf

      virus

      Moutons, chèvres

      Contact direct avec les muqueuses

      Psittacose

      Chlamydia

      Perruches, volailles, pigeons

      Excréments desséchés inhalés

      Fièvre Q

      Rickettsies

      Bovins, caprins, ovins

      Poussière inhalée provenant de tissus contaminés

      Rage

      virus

      Carnivores sauvages, chiens, chats, bétail

      Exposition de salive chargée de virus à des lésions cutanées

      Salmonellose

      Bactéries

      Volaille, porc, bovin

      Ingestion d'aliments provenant d'organismes contaminés

      Teigne

      Champignon

      Chiens, chats, bovins

      Contact direct

      La trichinose

      Vers ronds

      Porcs, chiens, chats, chevaux

      Manger de la chair mal cuite

      Tuberculose bovine

      Mycobactéries

      Bovins, porcs

      Ingestion de lait non pasteurisé ; inhalation de gouttelettes en suspension dans l'air

      Tularémie

      Bactéries

      Animaux sauvages, porcs, chiens

      Inoculation à partir d'eau ou de chair contaminée

       

      Le contrôle des maladies zoonotiques doit se concentrer sur la voie et la source d'exposition. L'élimination de la source et/ou l'interruption de la voie sont essentielles au contrôle de la maladie. Par exemple, il doit y avoir une élimination appropriée des carcasses d'animaux malades. Souvent, la maladie humaine peut être prévenue en éliminant la maladie chez les animaux. De plus, il devrait y avoir une transformation adéquate des produits ou tissus animaux avant leur utilisation dans la chaîne alimentaire humaine.

      Certaines maladies zoonotiques sont traitées chez l'éleveur avec des antibiotiques. Cependant, l'utilisation systématique d'antibiotiques prophylactiques sur le bétail peut provoquer l'émergence d'organismes résistants préoccupants pour la santé publique générale.

      Forge

      La forge (travail de maréchal-ferrant) implique principalement des blessures musculo-squelettiques et environnementales. La manipulation du métal à utiliser dans les soins aux animaux, comme pour les fers à cheval, exige un travail lourd nécessitant une activité musculaire importante pour préparer le métal et positionner les pattes ou les pieds des animaux. De plus, l'application du produit créé, comme un fer à cheval, sur l'animal dans le travail de maréchalerie est une source supplémentaire de blessure (voir figure 2).

      Figure 2. Forgeron ferrant un cheval en Suisse

      LIV110F1

      Souvent, la chaleur nécessaire pour plier le métal implique une exposition à des gaz nocifs. Un syndrome reconnu, la fièvre des fondeurs, a un tableau clinique similaire à une infection pulmonaire et résulte de l'inhalation de vapeurs de nickel, de magnésium, de cuivre ou d'autres métaux.

      Les effets néfastes sur la santé associés à la forge peuvent être atténués en travaillant avec une protection respiratoire adéquate. De tels dispositifs respiratoires comprennent des respirateurs ou des respirateurs à adduction d'air pur avec des cartouches et des préfiltres capables de filtrer les gaz acides/vapeurs organiques et les fumées métalliques. Si le travail du maréchal-ferrant se déroule dans un lieu fixe, une ventilation par aspiration locale doit être installée pour la forge. Les contrôles techniques, qui placent une distance ou des barricades entre l'animal et le travailleur, réduiront le risque de blessure.

      Allergies animales

      Tous les animaux possèdent des antigènes qui ne sont pas humains et pourraient donc servir d'allergènes potentiels. De plus, le bétail est souvent l'hôte d'acariens. Puisqu'il existe un grand nombre d'allergies animales potentielles, la reconnaissance d'un allergène spécifique nécessite des antécédents médicaux et professionnels minutieux et approfondis. Même avec de telles données, la reconnaissance d'un allergène spécifique peut être difficile.

      L'expression clinique des allergies animales peut inclure un tableau de type anaphylaxie, avec urticaire, gonflement, écoulement nasal et asthme. Chez certains patients, les démangeaisons et les écoulements nasaux peuvent être les seuls symptômes.

      Contrôler l'exposition aux allergies animales est une tâche redoutable. L'amélioration des pratiques d'élevage et les changements apportés aux systèmes de ventilation des installations d'élevage peuvent réduire le risque d'exposition des préposés au bétail. Cependant, il peut y avoir peu de choses à faire, à part la désensibilisation, pour empêcher la formation d'allergènes spécifiques. En général, la désensibilisation d'un travailleur ne peut être effectuée que si l'allergène spécifique est adéquatement caractérisé.

       

      Retour

      Comprendre ce qui influence le comportement des animaux peut aider à créer un environnement de travail plus sûr. La génétique et les réponses apprises (conditionnement opérant) influencent le comportement d'un animal. Certaines races de taureaux sont généralement plus dociles que d'autres (influence génétique). Un animal qui a hésité ou refusé d'entrer dans une zone, et qui réussit à ne pas le faire, refusera probablement de le faire la prochaine fois. Lors d'essais répétés, il deviendra plus agité et dangereux. Les animaux réagissent à la manière dont ils sont traités et s'inspirent de leurs expériences passées lorsqu'ils réagissent à une situation. Les animaux qui sont poursuivis, giflés, frappés, frappés, criés, effrayés, etc., auront naturellement un sentiment de peur lorsqu'un humain est à proximité. Ainsi, il est important de faire tout son possible pour que le déplacement des animaux réussisse du premier coup et soit le moins stressant possible pour l'animal.

      Les animaux domestiques vivant dans des conditions assez uniformes développent des habitudes qui consistent à faire la même chose chaque jour à une heure précise. Confiner les taureaux dans un enclos et les nourrir leur permet de s'habituer aux humains et peut être utilisé avec des systèmes d'accouplement de confinement de taureaux. Les habitudes sont également causées par des changements réguliers dans les conditions environnementales, telles que les fluctuations de température ou d'humidité lorsque la lumière du jour se transforme en obscurité. Les animaux sont les plus actifs au moment du plus grand changement, c'est-à-dire à l'aube ou au crépuscule, et les moins actifs au milieu de la journée ou au milieu de la nuit. Ce facteur peut être utilisé avantageusement dans le déplacement ou le travail des animaux.

      Comme les animaux sauvages, les animaux domestiques peuvent protéger des territoires. Pendant l'alimentation, cela peut apparaître comme un comportement agressif. Des études ont montré que les aliments distribués dans de grandes parcelles imprévisibles éliminent le comportement territorial du bétail. Lorsque les aliments sont distribués uniformément ou selon des schémas prévisibles, cela peut entraîner des combats d'animaux pour sécuriser les aliments et exclure les autres. La protection territoriale peut également se produire lorsqu'un taureau est autorisé à rester avec le troupeau. Le taureau peut considérer le troupeau et la gamme qu'ils couvrent comme son territoire, ce qui signifie qu'il le défendra contre les menaces perçues et réelles, telles que les humains, les chiens et d'autres animaux. L'introduction d'un taureau nouveau ou étranger en âge de reproduction dans le troupeau entraîne presque toujours une lutte pour établir le mâle dominant.

      Les taureaux, du fait qu'ils ont les yeux sur le côté de la tête, ont une vision panoramique et très peu de perception de la profondeur. Cela signifie qu'ils peuvent voir environ 270° autour d'eux, laissant un angle mort directement derrière eux et juste devant leur nez (voir figure 1). Des mouvements soudains ou inattendus par derrière peuvent "effrayer" l'animal car il ne peut pas déterminer la proximité ou la gravité de la menace perçue. Cela peut provoquer une réaction de « fuite ou combat » chez l'animal. Parce que les bovins ont une mauvaise perception de la profondeur, ils peuvent également être facilement effrayés par les ombres et les mouvements à l'extérieur des zones de travail ou d'élevage. Les ombres tombant dans la zone de travail peuvent apparaître comme un trou pour l'animal, ce qui peut le faire reculer. Les bovins sont daltoniens, mais perçoivent les couleurs comme différentes nuances de noir et de blanc.

      De nombreux animaux sont sensibles au bruit (par rapport aux humains), en particulier aux hautes fréquences. Des bruits forts et brusques, tels que des barrières métalliques qui se referment, des chutes de tête qui se verrouillent et/ou des cris humains, peuvent causer du stress chez les animaux.

      Figure 1. Vision panoramique du bétail

      LIV140F1

       

      Retour

      Lundi, Mars 28 2011 19: 15

      Manipulation du fumier et des déchets

      L'importance de la gestion des déchets a augmenté à mesure que l'intensité de la production agricole dans les exploitations a augmenté. Les déchets de la production animale sont dominés par le fumier, mais comprennent également la litière et la litière, le gaspillage d'aliments, d'eau et de sol. Le tableau 1 énumère certaines caractéristiques pertinentes du fumier; les déchets humains sont inclus à la fois à titre de comparaison et parce qu'ils doivent eux aussi être traités dans une ferme. La teneur élevée en matières organiques du fumier constitue un excellent milieu de croissance pour les bactéries. L'activité métabolique des bactéries consommera de l'oxygène et maintiendra le fumier stocké en vrac dans un état anaérobie. L'activité métabolique anaérobie peut produire un certain nombre de sous-produits gazeux toxiques bien connus, notamment le dioxyde de carbone, le méthane, le sulfure d'hydrogène et l'ammoniac.

      Tableau 1. Propriétés physiques du fumier tel qu'excrété par jour par 1,000 XNUMX lb de poids d'animal, excluant l'humidité.

       

      Poids (lb)

      Volume (pi3)

      Volatils (lb)

      Humidité (%)


             

      Comme excrété

      Comme stocké

      Vache laitière

      80-85

      1.3

      1.4-1.5

      85-90

      > 98

      Vache de boucherie

      51-63

      0.8-1.0

      5.4-6.4

      87-89

      45-55

      Cochon (éleveur)

      63

      1.0

      5.4

      90

      91

      Semer (gestation)

      27

      0.44

      2.1

      91

      97

      Truie et porcelets

      68

      1.1

      6.0

      90

      96

      Poules pondeuses

      60

      0.93

      10.8

      75

      50

      Poulets de chair

      80

      1.3

      15.

      75

      24

      Dindes

      44

      0.69

      9.7

      75

      34

      Agneau (mouton)

      40

      0.63

      8.3

      75

      -

      Humain

      30

      0.55

      1.9

      89

      99.5

      Source : USDA 1992.

      Processus de gestion

      La gestion du fumier implique sa collecte, une ou plusieurs opérations de transfert, son stockage ou/et traitement éventuel et éventuellement son utilisation. La teneur en humidité du fumier, telle qu'indiquée dans le tableau 1, détermine sa consistance. Des déchets de différentes consistances nécessitent des techniques de gestion différentes et peuvent donc présenter différents risques pour la santé et la sécurité (USDA 1992). Le volume réduit de fumier solide ou à faible teneur en humidité permet généralement de réduire les coûts d'équipement et les besoins en énergie, mais les systèmes de manutention ne sont pas facilement automatisés. La collecte, le transfert et les traitements éventuels des déchets liquides sont plus facilement automatisés et nécessitent moins d'attention quotidienne. Le stockage du fumier devient de plus en plus obligatoire à mesure que la variabilité saisonnière des cultures locales augmente ; le mode de stockage doit être dimensionné pour répondre au rythme de production et au calendrier d'utilisation tout en prévenant les atteintes à l'environnement, notamment par le ruissellement des eaux. Les options d'utilisation comprennent l'utilisation comme éléments nutritifs pour les plantes, le paillis, l'alimentation animale, la litière ou une source pour produire de l'énergie.

      Production de fumier

      Les vaches laitières sont généralement élevées dans des pâturages, sauf lorsqu'elles sont dans des aires d'attente avant et après la traite et pendant les extrêmes saisonniers. La consommation d'eau pour le nettoyage dans les opérations de traite peut varier de 5 à 10 gallons par jour et par vache, là où le rinçage des déchets n'est pas pratiqué, à 150 gallons par jour et par vache là où c'est le cas. Par conséquent, la méthode utilisée pour le nettoyage a une forte influence sur la méthode choisie pour le transport, le stockage et l'utilisation du fumier. Parce que la gestion des bovins de boucherie nécessite moins d'eau, le fumier de bœuf est plus souvent traité sous forme solide ou semi-solide. Le compostage est une méthode courante de stockage et de traitement de ces déchets secs. Le régime local des précipitations influence également fortement le schéma de gestion des déchets préféré. Les parcs d'engraissement excessivement secs sont susceptibles de produire un problème de poussière et d'odeur sous le vent.

      Les problèmes majeurs pour les porcs élevés sur les pâturages traditionnels sont le contrôle du ruissellement et de l'érosion des sols dus à la nature grégaire des porcs. Une alternative est la construction de porcheries semi-fermées avec des lots pavés, ce qui facilite également la séparation des déchets solides et liquides ; les solides nécessitent certaines opérations de transfert manuel mais les liquides peuvent être manipulés par gravité. Les systèmes de traitement des déchets pour les bâtiments de production entièrement fermés sont conçus pour collecter et stocker automatiquement les déchets sous une forme largement liquide. Le bétail jouant avec ses installations d'abreuvement peut augmenter les volumes de déchets porcins. Le stockage du fumier se fait généralement dans des fosses anaérobies ou des lagunes.

      Les installations avicoles sont généralement divisées en installations de production de viande (dindes et poulets de chair) et d'œufs (pondeuses). Les premiers sont élevés directement sur litière préparée, qui maintient le fumier dans un état relativement sec (25 à 35 % d'humidité) ; la seule opération de transfert est l'enlèvement mécanique, généralement une seule fois par an, et le transport directement au champ. Les pondeuses sont logées dans des cages empilées sans litière ; leur fumier peut soit être autorisé à s'accumuler en piles profondes pour un enlèvement mécanique peu fréquent, soit être automatiquement rincé ou gratté sous forme liquide un peu comme le fumier de porc.

      La consistance des déchets de la plupart des autres animaux, comme les moutons, les chèvres et les chevaux, est en grande partie solide ; la principale exception concerne les veaux de boucherie, en raison de leur alimentation liquide. Les déjections des chevaux contiennent une part importante de litière et peuvent contenir des parasites internes, ce qui limite leur utilisation sur les pâturages. Les déchets des petits animaux, des rongeurs et des oiseaux peuvent contenir des organismes pathogènes qui peuvent être transmis aux humains. Cependant, des études ont montré que les bactéries fécales ne survivent pas sur le fourrage (Bell, Wilson et Dew 1976).

      Dangers de stockage

      Les installations de stockage des déchets solides doivent toujours contrôler le ruissellement et le lessivage des eaux dans les eaux de surface et souterraines. Ainsi, il devrait s'agir de dalles pavées ou de fosses (qui peuvent être des étangs saisonniers) ou d'enceintes couvertes.

      Le stockage des liquides et des boues est essentiellement limité aux étangs, lagunes, fosses ou réservoirs souterrains ou aériens. Le stockage à long terme coïncide avec le traitement sur site, généralement par digestion anaérobie. La digestion anaérobie réduira les solides volatils indiqués dans le tableau 1, ce qui réduira également les odeurs émanant de l'utilisation éventuelle. Les installations de rétention souterraines non surveillées peuvent entraîner des blessures ou des décès dus à une entrée accidentelle et à des chutes (Knoblauch et al. 1996).

      Le transfert de lisier présente un aléa très variable à partir des mercaptans issus de la méthanisation. Il a été démontré que les mercaptans (gaz contenant du soufre) sont des contributeurs majeurs à l'odeur du fumier et sont tous assez toxiques (Banwart et Brenner 1975). Peut-être le plus dangereux des effets de H2S indiqué dans le tableau 2 est sa capacité insidieuse à paralyser l'odorat dans la plage de 50 à 100 ppm, supprimant la capacité sensorielle à détecter des niveaux plus élevés et rapidement toxiques. Un stockage de liquide aussi court qu'une semaine est suffisant pour initier la production anaérobie de mercaptans toxiques. On pense que les principales différences dans les taux de génération de gaz du fumier à long terme sont dues à des variations incontrôlées des différences chimiques et physiques dans le fumier stocké, telles que la température, le pH, l'ammoniac et la charge organique (Donham, Yeggy et Dauge 1).

       

      Tableau 2. Quelques repères toxicologiques importants pour le sulfure d'hydrogène (H2S)

      Repère physiologique ou réglementaire

      Parties par million (ppm)

      Seuil de détection d'odeur (odeur d'œuf pourri)

      .01 – .1

      Odeur désagréable

      3-5

      TLV-TWA = limite d'exposition recommandée

      10

      TLV-STEL = limite d'exposition recommandée de 15 minutes

      15

      Paralysie olfactive (inodore)

      50-100

      Bronchite (toux sèche)

      100-150

      IDLH (pneumonie et œdème pulmonaire)

      100

      Arrêt respiratoire rapide (mort en 1 à 3 respirations)

      1,000-2,000

      TLV-TWA = Valeurs limites de seuil – Moyenne pondérée dans le temps ; STEL = niveau d'exposition à court terme ; IDLH = Danger immédiat pour la vie et la santé.

      La libération normalement lente de ces gaz pendant le stockage est fortement augmentée si le lisier est agité pour remettre en suspension les boues qui s'accumulent au fond. H2Des concentrations de S de 300 ppm ont été signalées (Panti et Clark, 1991) et 1,500 1,000 ppm ont été mesurées pendant l'agitation du fumier liquide. Les taux de libération de gaz pendant l'agitation sont beaucoup trop importants pour être contrôlés par la ventilation. Il est très important de réaliser que la digestion anaérobie naturelle est incontrôlée et donc très variable. La fréquence des surexpositions graves et mortelles peut être prédite statistiquement, mais pas à un site ou à un moment donné. Une enquête sur les éleveurs laitiers en Suisse a rapporté une fréquence d'environ un accident de gaz de fumier pour 1996 XNUMX années-personnes (Knoblauch et al. XNUMX). Des précautions de sécurité sont nécessaires chaque fois qu'une agitation est prévue pour éviter l'événement inhabituellement dangereux. Si l'opérateur n'agite pas, la boue s'accumulera jusqu'à ce qu'elle doive être éliminée mécaniquement. Ces boues doivent être laissées sécher avant que quelqu'un n'entre physiquement dans une fosse fermée. Il devrait y avoir un programme écrit pour les espaces confinés.

      Les alternatives rarement utilisées aux étangs anaérobies comprennent un étang aérobie, un étang facultatif (qui utilise des bactéries qui peuvent se développer dans des conditions aérobies et anaérobies), le séchage (assèchement), le compostage ou un digesteur anaérobie pour le biogaz (USDA 1992). Des conditions aérobies peuvent être créées soit en maintenant la profondeur du liquide ne dépassant pas 60 à 150 cm, soit par aération mécanique. L'aération naturelle prend plus de place ; l'aération mécanique est plus coûteuse, de même que les pompes de circulation d'un bassin facultatif. Le compostage peut être effectué en andains (rangées de fumier qui doivent être retournées tous les 2 à 10 jours), en tas statique mais aéré ou dans un récipient spécialement construit. La teneur élevée en azote du fumier doit être réduite en mélangeant un amendement à haute teneur en carbone qui favorisera la croissance microbienne thermophile nécessaire au compostage pour contrôler les odeurs et éliminer les agents pathogènes. Le compostage est une méthode économique de traitement des petites carcasses, si les ordonnances locales le permettent. Voir également l'article « Opérations d'élimination des déchets » ailleurs dans ce Encyclopédie. Si une usine d'équarrissage ou d'élimination n'est pas disponible, d'autres options incluent l'incinération ou l'enfouissement. Leur traitement rapide est important pour contrôler les maladies du troupeau ou du troupeau. Les déchets de porcs et de volailles se prêtent particulièrement à la production de méthane, mais cette technique d'utilisation n'est pas largement adoptée.

      Des croûtes épaisses peuvent se former sur le fumier liquide et sembler solides. Un travailleur peut marcher sur cette croûte et percer et se noyer. Les travailleurs peuvent également glisser et tomber dans le fumier liquide et se noyer. Il est important de garder les équipements de sauvetage à proximité du lieu d'entreposage du lisier et d'éviter de travailler seul. Certains gaz du fumier, comme le méthane, sont explosifs, et des panneaux « Interdiction de fumer » doivent être affichés dans ou autour du bâtiment de stockage du fumier (Deere & Co. 1994).

      Dangers d'application

      Le transfert et l'utilisation du fumier sec peuvent se faire à la main ou avec des aides mécaniques comme une chargeuse frontale, une chargeuse compacte et un épandeur de fumier, chacun présentant un risque pour la sécurité. Le fumier est répandu sur la terre comme engrais. Les épandeurs de fumier sont généralement tirés derrière un tracteur et alimentés par une prise de force (PDF) du tracteur. Ils sont classés en quatre types : type caisson avec hérissons arrière, fléaux, cuve en V à décharge latérale et cuve fermée. Les deux premiers sont utilisés pour épandre du fumier solide ; l'épandeur V-tank est utilisé pour appliquer du fumier liquide, lisier ou solide ; et l'épandeur à réservoir fermé est utilisé pour appliquer le fumier liquide. Les épandeurs projettent le fumier sur de grandes surfaces, soit à l'arrière, soit sur les côtés. Les dangers comprennent les machines, les chutes d'objets, la poussière et les aérosols. Plusieurs procédures de sécurité sont répertoriées dans le tableau 3.

       


      Tableau 3. Quelques consignes de sécurité liées aux épandeurs de fumier

       

      1. Une seule personne doit utiliser la machine pour éviter toute activation par inadvertance par une autre personne.

      2. Gardez les travailleurs à l'écart des prises de force actives (PDF), des batteurs, des tarières et des expulseurs.

      3. Entretenez tous les gardes et boucliers.

      4. Éloignez les personnes de l'arrière et des côtés de l'épandeur, qui peut projeter des objets lourds mélangés au fumier jusqu'à 30 m.

      5. Éviter les opérations dangereuses de débranchement en empêchant le bouchage de l'épandeur :

      • Gardez les pierres, planches et autres objets hors de l'épandeur.
      • Par temps de gel, assurez-vous que les fléaux et les chaînes des épandeurs à fléaux sont desserrés et dégelés avant l'utilisation.
      • Gardez les chaînes et les batteurs des épandeurs de type batteur en bon état de fonctionnement en remplaçant les chaînes tendues et en évitant de laisser tomber des charges de fumier gelé sur les chaînes de l'épandeur.
      • N'entrez jamais dans un épandeur en fonctionnement pour le nettoyer.
      • Entretenez la vis de déchargement et l'expulseur de déchargement sur les épandeurs à réservoir en V afin qu'ils fonctionnent librement.
      • Par temps froid, nettoyez l'intérieur de l'épandeur afin que le fumier humide ne gèle pas les pièces mobiles.

       

      6. Utilisez de bonnes pratiques de sécurité pour le tracteur et la prise de force.

      7. Assurez-vous que la soupape de décharge des épandeurs à réservoir fermé fonctionne pour éviter des pressions excessives.

      8. Lors du décrochage de l'épandeur du tracteur, assurez-vous que le cric qui supporte le poids de la flèche de l'épandeur est sécurisé et verrouillé pour empêcher l'épandeur de tomber.

      9. Lorsque l'épandeur crée de la poussière ou des aérosols en suspension dans l'air, utilisez une protection respiratoire.

      Source : Deere & Co. 1994.


       

       

      Retour

      Alimentation

        1. Utiliser une ventilation adéquate dans les bâtiments et les silos.
        2. Gardez les entrées des aires d'entreposage des céréales, des aliments pour animaux et de l'ensilage fermées et verrouillées.
        3. Afficher des panneaux d'avertissement dans les zones d'entreposage des aliments pour animaux et de l'ensilage concernant le risque de piégeage dans le flux de céréales ou d'aliments pour animaux.
        4. Maintenir les échelles de silo et de poubelle en bon état.
        5. Protégez les entrées des tarières pour éviter tout contact avec les tarières.
        6. Couvrir les auges de chargement sur les vis sans fin, les élévateurs et les convoyeurs avec une grille.
        7. Soyez prudent lorsque vous déplacez des tarières et des élévateurs ; vérifier les lignes électriques aériennes.
        8. Assurez-vous que des protections sont en place pour tous les équipements d'alimentation, de broyage et autres.
        9. Soyez conscient des effets sur la santé de l'inhalation de poussières organiques et informez votre médecin de l'exposition récente à la poussière lors de la recherche d'un traitement pour une maladie respiratoire.
        10. Utiliser de l'équipement automatisé ou mécanisé pour déplacer les matériaux en décomposition.
        11. Utiliser le confinement de la source, la ventilation par aspiration locale et les méthodes humides pour contrôler la poussière organique.
        12. Utiliser une protection respiratoire appropriée lorsque l'exposition à la poussière est inévitable.

                         

                        Maniabilité

                        1. Établir de bons programmes d'assainissement, de vaccination et d'inoculation.
                        2. Lorsque vous travaillez avec des animaux, prévoyez une issue de secours; avoir au moins deux issues.
                        3. Les manutentionnaires de bétail doivent avoir suffisamment de force et d'expérience pour le travail.
                        4. Évitez de travailler avec des animaux lorsque vous êtes fatigué.
                        5. Soyez prudent lorsque vous approchez des animaux afin de ne pas les effrayer.
                        6. Connaissez les animaux et soyez patient avec eux.
                        7. Écorner les animaux dangereux.
                        8. Afficher des panneaux d'avertissement là où les produits chimiques sont entreposés ; enfermez-les dans une pièce ou une armoire.
                        9. Mélangez tous les produits chimiques à l'extérieur ou dans un endroit bien aéré.
                        10. Soyez prudent lorsque vous dirigez des animaux.
                        11. Portez des gants en caoutchouc lorsque vous traitez des animaux malades.
                        12. Vacciner les animaux et mettre en quarantaine les animaux malades.
                        13. Se laver les mains après contact avec des veaux souffrant de diarrhée (diarrhée).

                                         

                                        Confinement et logement

                                          1. Assurez-vous que tous les enclos, barrières, goulottes de chargement et clôtures sont en bon état et suffisamment solides pour contenir l'animal.
                                          2. Ne pas autoriser le tabagisme autour des bâtiments agricoles et des zones de stockage et de ravitaillement en carburant ; placez des panneaux « interdiction de fumer » dans ces zones.
                                          3. Entretenez des extincteurs de type ABC entièrement chargés dans les principaux bâtiments agricoles.
                                          4. Enlevez les déchets et les débris autour des bâtiments pour prévenir les incendies et les chutes.
                                          5. Gardez tous les bâtiments en bon état.
                                          6. Gardez le câblage électrique en bon état.
                                          7. Utiliser un éclairage adéquat dans tous les bâtiments.
                                          8. Gardez les sols propres et exempts de béton brisé et de zones glissantes.

                                                         

                                                        Élimination des déchets

                                                          1. Éliminer correctement tous les contenants de produits chimiques en suivant les instructions sur l'étiquette.
                                                          2. Installez des tuyaux de ventilation et des ventilateurs d'évacuation dans les fosses à fumier.

                                                             

                                                            Retour

                                                            Lundi, Mars 28 2011 19: 23

                                                            Produits laitiers

                                                            Le producteur laitier est un spécialiste de l'élevage dont l'objectif est d'optimiser la santé, la nutrition et le cycle de reproduction d'un troupeau de vaches dans le but ultime d'une production laitière maximale. Les principaux déterminants de l'exposition de l'agriculteur aux risques sont la taille de l'exploitation et du troupeau, le bassin de main-d'œuvre, la géographie et le degré de mécanisation. Une ferme laitière peut être une petite entreprise familiale traire 20 vaches ou moins par jour, ou il peut s'agir d'une entreprise utilisant trois équipes de travailleurs pour nourrir et traire des milliers de vaches XNUMX heures sur XNUMX. Dans les régions du monde où le climat est assez doux, le bétail peut être logé dans des hangars ouverts avec des toits et des murs minimaux. Alternativement, dans certaines régions, les étables doivent être hermétiquement fermées pour conserver suffisamment de chaleur pour protéger les animaux et les systèmes d'abreuvement et de traite. Tous ces facteurs contribuent à la variabilité du profil de risque de l'éleveur laitier. Néanmoins, il existe une série de risques auxquels la plupart des personnes travaillant dans l'élevage laitier dans le monde seront confrontées, au moins dans une certaine mesure.

                                                            Dangers et précautions

                                                            Bruit

                                                            Un danger potentiel qui est clairement lié au degré de mécanisation est le bruit. En élevage laitier, les niveaux sonores nocifs sont courants et toujours liés à un type d'appareil mécanique. Les principaux contrevenants à l'extérieur de la grange sont les tracteurs et les scies à chaîne. Les niveaux de bruit provenant de ces sources sont souvent égaux ou supérieurs à la plage de 90 à 100 dBA. À l'intérieur de l'étable, d'autres sources de bruit comprennent les broyeurs de litière, les petites chargeuses compactes et les pompes à vide des canalisations de traite. Là encore, les pressions acoustiques peuvent dépasser les niveaux généralement considérés comme préjudiciables à l'oreille. Bien que les études sur la perte auditive induite par le bruit chez les éleveurs laitiers soient limitées en nombre, elles se combinent pour montrer un modèle convaincant de déficits auditifs affectant principalement les fréquences les plus élevées. Ces pertes peuvent être assez substantielles et se produisent beaucoup plus fréquemment chez les agriculteurs de tous âges que chez les témoins non agricoles. Dans plusieurs des études, les pertes étaient plus notables dans l'oreille gauche que dans l'oreille droite, peut-être parce que les agriculteurs passent une grande partie de leur temps avec l'oreille gauche tournée vers le moteur et le silencieux lorsqu'ils conduisent avec un outil. La prévention de ces pertes peut être accomplie par des efforts dirigés vers la réduction et l'insonorisation du bruit, et l'institution d'un programme de préservation de l'ouïe. Certes, l'habitude de porter des protections auditives, qu'il s'agisse de manchons ou de bouchons d'oreille, peut contribuer considérablement à réduire le risque de perte auditive due au bruit pour la prochaine génération.

                                                            Produits chimiques

                                                            Le producteur laitier est en contact avec certains produits chimiques que l'on trouve couramment dans d'autres types d'agriculture, ainsi que certains qui sont spécifiques à l'industrie laitière, tels que ceux utilisés pour nettoyer le système de canalisation de traite automatisé sous vide. Cette canalisation doit être nettoyée efficacement avant et après chaque utilisation. Généralement, cela se fait en rinçant d'abord le système avec une solution savonneuse alcaline très forte (généralement 35% d'hydroxyde de sodium), suivie d'une solution acide telle que 22.5% d'acide phosphorique. Un certain nombre de blessures ont été observées en association avec ces produits chimiques. Les déversements ont entraîné d'importantes brûlures cutanées. Les éclaboussures peuvent blesser la cornée ou la conjonctive des yeux non protégés. Ingestion accidentelle tragique, souvent par de jeunes enfants, qui peut se produire lorsque ces matériaux sont pompés dans une tasse puis brièvement laissés sans surveillance. Ces situations peuvent être mieux évitées par l'utilisation d'un système de chasse automatisé et fermé. En l'absence de système automatisé, des précautions doivent être prises pour restreindre l'accès à ces solutions. Les tasses à mesurer doivent être clairement étiquetées, réservées à cet usage uniquement, ne jamais être laissées sans surveillance et rincées abondamment après chaque utilisation.

                                                            Comme d'autres personnes travaillant avec le bétail, les producteurs laitiers peuvent être exposés à une variété d'agents pharmaceutiques allant des antibiotiques et des agents progestatifs aux inhibiteurs de la prostaglandine et aux hormones. Selon le pays, les producteurs laitiers peuvent également utiliser des engrais, des herbicides et des insecticides avec des degrés d'intensité variables. En général, l'éleveur laitier utilise ces produits agrochimiques moins intensivement que les personnes travaillant dans d'autres types d'agriculture. Cependant, le même soin dans le mélange, l'application et le stockage de ces matériaux est nécessaire. Des techniques d'application appropriées et des vêtements de protection sont aussi importants pour le producteur laitier que pour toute autre personne travaillant avec ces composés.

                                                            Risques ergonomiques

                                                            Bien que les données sur la prévalence de tous les problèmes musculo-squelettiques soient actuellement incomplètes, il est clair que les producteurs laitiers ont un risque accru d'arthrite de la hanche et du genou par rapport aux non-agriculteurs. De même, leur risque de problèmes de dos peut également être élevé. Bien que peu étudié, il ne fait aucun doute que l'ergonomie est un problème majeur. L'agriculteur peut porter régulièrement des poids supérieurs à 40 kg, souvent en plus d'un poids corporel considérable. La conduite d'un tracteur produit une exposition abondante aux vibrations. Cependant, c'est la partie du travail consacrée à la traite qui semble la plus ergonomique. Un fermier peut se pencher ou se baisser 4 à 6 fois lors de la traite d'une seule vache. Ces mouvements sont répétés avec chacune d'un certain nombre de vaches deux fois par jour pendant des décennies. Le transport du matériel de traite d'une stalle à l'autre impose une charge ergonomique supplémentaire sur les membres supérieurs. Dans les pays où la traite est moins mécanisée, la charge ergonomique imposée à l'éleveur laitier peut être différente, mais elle est néanmoins susceptible de refléter des efforts répétitifs considérables. Une solution potentielle dans certains pays est le passage aux salles de traite. Dans ce cadre, le fermier peut traire un certain nombre de vaches simultanément tout en se tenant plusieurs pieds en dessous d'elles dans la fosse centrale de la salle de traite. Cela élimine le fait de se pencher et de se pencher ainsi que la charge des membres supérieurs de transporter l'équipement d'une stalle à l'autre. Ce dernier problème est également résolu par les systèmes de voies aériennes introduits dans certains pays scandinaves. Ceux-ci supportent le poids de l'équipement de traite lors des déplacements entre les stalles et peuvent même fournir un siège pratique pour le trayeur. Même avec ces solutions potentielles, il reste encore beaucoup à apprendre sur les problèmes ergonomiques et leur résolution en élevage laitier.

                                                            Poussière

                                                            Un problème étroitement lié est la poussière organique. Il s'agit d'une matière complexe, souvent allergène et généralement omniprésente dans les fermes laitières. La poussière contient souvent de fortes concentrations d'endotoxines et peut contenir des bêta-glucanes, de l'histamine et d'autres matières biologiquement actives (Olenchock et al. 1990). Les niveaux de poussière totale et respirable peuvent dépasser 50 mg/m3 et 5 mg/m3, respectivement, avec certaines opérations. Celles-ci impliquent le plus souvent de travailler avec des aliments ou de la litière contaminés par des microbes dans un espace clos tel qu'une grange, un grenier à foin, un silo ou un silo à grains. L'exposition à ces niveaux de poussière peut entraîner des problèmes aigus tels que l'ODTS ou une pneumopathie d'hypersensibilité (« maladie pulmonaire du fermier »). L'exposition chronique peut également jouer un rôle dans l'asthme, la maladie pulmonaire du fermier et la bronchite chronique, qui semble survenir deux fois plus souvent qu'une population non agricole (Rylander et Jacobs 1994). Les taux de prévalence de certains de ces problèmes sont plus élevés dans les environnements où les niveaux d'humidité dans les aliments sont susceptibles d'être élevés et dans les zones où les étables sont plus étroitement fermées en raison des exigences climatiques. Diverses pratiques agricoles telles que le séchage du foin et le secouage manuel des aliments pour les animaux, ainsi que le choix du matériau de litière, peuvent être des déterminants majeurs des niveaux de poussière et des maladies associées. Les agriculteurs peuvent souvent concevoir un certain nombre de techniques pour minimiser soit la quantité de prolifération microbienne, soit son aérosolisation ultérieure. Les exemples incluent l'utilisation de sciure de bois, de journaux et d'autres matériaux alternatifs pour la litière au lieu du foin moulé. Si du foin est utilisé, l'ajout d'un litre d'eau à la surface coupée de la balle minimise la poussière générée par un broyeur de litière mécanique. Le bouchage des silos verticaux avec des feuilles de plastique ou des bâches sans alimentation supplémentaire au-dessus de cette couche minimise la poussière du décapsulage ultérieur. L'utilisation de petites quantités d'humidité et/ou de ventilation dans des situations où la poussière est susceptible d'être générée est souvent possible. Enfin, les agriculteurs doivent anticiper les expositions potentielles à la poussière et utiliser une protection respiratoire appropriée dans ces situations.

                                                            Allergènes

                                                            Les allergènes peuvent représenter un problème de santé gênant pour certains producteurs laitiers. Les principaux allergènes semblent être ceux rencontrés dans les poulaillers, généralement les phanères d'animaux et les « acariens de stockage » vivant dans les aliments stockés dans les poulaillers. Une étude a étendu le problème des acariens de stockage au-delà de la grange, trouvant des populations importantes de ces espèces vivant également dans les fermes (van Hage-Hamsten, Johansson et Hogland 1985). L'allergie aux acariens a été confirmée comme un problème dans un certain nombre de régions du monde, souvent avec différentes espèces d'acariens. La réactivité à ces acariens, aux squames de vache et à de multiples autres allergènes moins importants entraîne plusieurs manifestations allergiques (Marx et al. 1993). Ceux-ci comprennent l'apparition immédiate d'irritations nasales et oculaires, de dermatites allergiques et, ce qui est le plus préoccupant, d'asthme professionnel à médiation allergique. Cela peut se produire sous forme de réaction immédiate ou retardée (jusqu'à 12 heures) et peut survenir chez des personnes qui n'étaient pas asthmatiques auparavant. C'est préoccupant parce que l'implication du producteur laitier dans les activités de l'étable est quotidienne, intensive et permanente. Avec ce nouveau défi allergique presque continu, un asthme de plus en plus sévère est susceptible d'être observé chez certains agriculteurs. La prévention comprend l'évitement de la poussière, qui est l'intervention la plus efficace et, malheureusement, la plus difficile pour la plupart des producteurs laitiers. Les résultats des thérapies médicales, y compris les injections contre les allergies, les stéroïdes topiques ou d'autres agents anti-inflammatoires, et le soulagement symptomatique avec les bronchodilatateurs, ont été mitigés.

                                                             

                                                            Retour

                                                            Page 1 de 2

                                                            " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                                            Contenu