Aucune profession ne détient à elle seule la clé pour comprendre et résoudre les problèmes de risques liés au travail. Le domaine de la sécurité et de la santé au travail est véritablement multidisciplinaire.

L'intention de la quatrième édition de la Convention de l'Organisation internationale du travail Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail est de présenter une vue panoramique des informations de base disponibles sur le terrain. Mais qu'est-ce que le « champ » ? Analysons un exemple.

Comment un groupe d'experts divers pourrait-il aborder les questions de santé et de sécurité liées à l'utilisation à long terme des unités d'affichage visuel (VDU), les écrans d'ordinateur désormais familiers ? Un médecin, chargé du service de santé au travail pour un groupe de travailleurs sur écran, peut avoir tendance à programmer des examens médicaux pour rechercher des signes et des symptômes de maladie physique. Les examens de la vue seraient un élément logique. Les lunettes spécifiques à l'écran de visualisation pourraient être une solution. L'épidémiologiste, quant à lui, affronterait le problème statistiquement. Elle souhaiterait recueillir des données sur les résultats des examens d'un groupe de travailleurs sur écran et les comparer à des travailleurs qui ne travaillaient pas sur écran, afin de déterminer les risques relatifs du travail pour divers problèmes de santé. L'hygiéniste du travail se concentrerait sur l'environnement et pourrait mesurer les niveaux d'éclairage ou tester des contaminants particuliers. L'ergonome pourra s'orienter vers la conception de l'équipement lui-même et étudier les interactions physiques entre la machine et le travailleur. Le psychologue se pencherait sur les facteurs organisationnels - la structure sociale sur le lieu de travail - en se concentrant sur des questions telles que les exigences du travail, le contrôle du travail et la surveillance électronique des performances, tandis que le chercheur fondamental pourrait être plus intéressé par des expériences sur les mécanismes biologiques qui pourraient finalement expliquer tout effet. observé. L'éducateur peut développer du matériel de formation pour aider les travailleurs à fonctionner de manière optimale au travail. Le syndicaliste et l'employeur peuvent être intéressés par l'application des principes de santé au travail aux conditions d'emploi et aux accords contractuels. Enfin, l'avocat et le régulateur gouvernemental pourraient envisager encore d'autres questions pragmatiques, telles que l'indemnisation des blessures ou la «prouver» les effets possibles sur la santé pour établir une réglementation du lieu de travail.

Chacune de ces approches est un aspect valide et important de la santé et de la sécurité au travail et chacune est complémentaire de l'autre. Aucune profession ne détient à elle seule la clé pour comprendre et résoudre les problèmes de risques liés au travail. Le « domaine » de la sécurité et de la santé au travail est véritablement multidisciplinaire.

La multidisciplinarité est un défi pour l'éditeur d'encyclopédie. Les faits peuvent être neutres, mais la manière dont ils sont compris, interprétés et appliqués est liée à la culture, où par culture nous entendons le modèle intégré de croyances, de comportements et de connaissances humaines. Dans les domaines techniques, la culture sera le reflet de la discipline de base de la formation, ainsi que de la philosophie personnelle. Non seulement ce que vous êtes - un avocat, un hygiéniste, un syndicaliste ou un médecin - guidera votre réflexion, mais qui vous êtes - que vous soyez un représentant du gouvernement, des syndicats ou de la direction, par exemple - influencera inévitablement votre perception de l'univers, ses exigences, ses effets. L'endroit où vous avez développé votre expertise sera également important, car les fondements philosophiques et pratiques de la science et de la médecine sont également liés à la culture et ne sont donc pas les mêmes dans le monde entier. À tout le moins, vous serez lié par les réalités des ressources disponibles et cela modifiera inévitablement votre point de vue. Un professionnel chevronné tente de minimiser ces préjugés, mais un regard sur le monde réel montre à quel point ils sont omniprésents.

Les problèmes de multidisciplinarité ne sont pas résolus dans ce Encyclopédie, et ne sera probablement jamais complètement résolu nulle part, mais une approche pragmatique a été développée ici. Le Encyclopédie a été développé en parties, sections et chapitres qui correspondent aux différentes disciplines qui composent la santé et la sécurité au travail. Il a été conçu pour fournir à l'utilisateur général des informations générales sur les principales disciplines de la santé et de la sécurité au travail d'une manière compréhensible qui sera, en même temps, considérée comme rigoureuse par les professionnels de ces domaines. Nous avons tenté de fournir une couverture suffisamment approfondie et étendue pour permettre aux travailleurs d'un domaine d'apprécier et d'être stimulés par les idées et les approches d'autres disciplines de la santé et de la sécurité au travail. Nous nous sommes efforcés de rendre les descriptions de la reconnaissance et du contrôle des dangers aussi simples que possible, avec un minimum de jargon. La structure globale est la suivante :

Volume I

  • Le Conseil d' et Soins de santé adoptent une approche médicale et fournissent des informations sur la maladie, sa détection et sa prévention, ainsi que sur les services de santé au travail et les activités de promotion de la santé.
  • Prévention, gestion et politique couvre les aspects juridiques, éthiques et de politique sociale du domaine, ainsi que les ressources éducatives, informationnelles et institutionnelles.
  • Outils et approches donne un aperçu des disciplines qui comprennent l'étude et l'application de la santé et de la sécurité au travail: ingénierie, ergonomie, hygiène du travail, épidémiologie et statistiques et recherche en laboratoire.

Volume II

  • Dangers couvre l'éventail des risques chimiques, physiques et sociaux, des accidents et des méthodes de gestion de la sécurité qui peuvent être rencontrés dans le monde. La nature du danger est détaillée, ainsi que des informations techniques sur sa reconnaissance, son évaluation et sa maîtrise.

Volume III

  • Produits chimiques présente des données de base sur l'utilisation dans l'industrie et les propriétés chimiques, physiques et toxicologiques des informations sur plus de 2,000 XNUMX produits chimiques classés par famille chimique
  • Industries et professions adopte une approche « comment les choses fonctionnent » et « comment contrôler les risques » pour toutes les principales industries. Les dangers associés à une variété de professions qui couvrent plusieurs secteurs industriels sont présentés sous forme de carte de danger.

Volume IV

  • Index et guides fournit un guide d'utilisation de l'Encyclopédie ; listes de tableaux et figures et institutions collaboratrices; et index des substances chimiques, références croisées, sujets et auteurs cités.

 

Plusieurs milliers d'experts internationalement reconnus ont été appelés à rédiger et à réviser ce Encyclopédie. Ils ont été tirés de pratiquement toutes les grandes institutions du monde et nous avons tenté de faire en sorte que les perspectives internationales soient représentées car ces perspectives ne sont pas les mêmes partout et il est de la responsabilité de l'Organisation internationale du Travail de promouvoir le libre échange de différentes conceptualisations. . De plus, les problèmes et les solutions varient dans le monde et il est logique de rechercher l'expertise de ceux qui connaissent et comprennent personnellement les problèmes.

Dans ce nouvel article concernant notre nouveau projet Encyclopédie nous avons planté un jardin de la santé et de la sécurité au travail avec des faits, des chiffres et des interprétations pour aider à l'épanouissement de conditions de travail sûres et saines dans le monde entier. Les graines ont été semées dans des regroupements disciplinaires plus ou moins ordonnés, afin que le lecteur, une fois familiarisé avec les allées du jardin, puisse créer le bouquet de faits qu'il souhaite. Les index du quatrième volume fournissent une carte plus détaillée, y compris un guide d'index précieux pour le recoupement essentiel des informations. Le lecteur averti saura bientôt ce qui est planté où et pourra se frayer un chemin le long d'un itinéraire privilégié.

La version électronique de cet ouvrage comporte des aides à la navigation supplémentaires, avec ses hyperliens intégrés et ses fonctions de recherche spécialisées. Par une création judicieuse de recherches, l'utilisateur astucieux du CD-ROM pourrait même planter un jardin entièrement nouveau et réaménagé.

Le plus Encyclopédie n'est bien sûr pas complet à cent pour cent. Des faits isolés manquent. Certaines notions peuvent être dépassées avant même que nous allions sous presse. C'est le signe d'un domaine actif et créatif de l'effort humain. Cette Encyclopédie n'aurait pas pu être écrit sans les innombrables heures de travail de personnes du monde entier. Le lecteur trouvera les noms de nos collaborateurs dans les listes d'auteurs et d'éditeurs, et dans l'Annuaire des Experts qui est publié dans la version électronique de cet ouvrage. La plupart de ces personnes se sont jointes à l'effort avec le plein soutien et l'aide des institutions auxquelles elles étaient affiliées. Le volume IV contient également une liste non exhaustive de ces institutions collaboratrices.

Nous sommes reconnaissants pour le soutien important apporté à cet effort mondial. Bien entendu, les points de vue individuels présentés sont en définitive ceux des auteurs et non ceux de leurs institutions ou du Bureau International du Travail. Nous espérons que le recueil d'idées présenté ici hâtera le jour où les décès et les maladies professionnelles deviendront rares dans le monde.

Jeanne Mager Stellman
Éditeur en chef
Genève, 1998

Dans l'article suivant, le terme maladies cardiovasculaires (MCV) fait référence aux troubles organiques et fonctionnels du cœur et du système circulatoire, y compris les dommages qui en résultent pour d'autres systèmes organiques, qui sont classés sous les numéros 390 à 459 dans la 9e révision de la Classification internationale des maladies (CIM) (Organisation mondiale de la santé (OMS) 1975). Basé essentiellement sur des statistiques internationales rassemblées par l'OMS et des données recueillies en Allemagne, l'article traite de la prévalence des maladies cardiovasculaires, des taux de nouvelles maladies et de la fréquence des décès, de la morbidité et des incapacités.

Définition et prévalence dans la population en âge de travailler

Maladie de l'artère coronaire (ICD 410-414) entraînant une ischémie du myocarde est probablement la MCV la plus importante dans la population active, en particulier dans les pays industrialisés. Cette condition résulte d'une constriction du système vasculaire qui alimente le muscle cardiaque, un problème causé principalement par l'artériosclérose. Elle touche 0.9 à 1.5 % des hommes en âge de travailler et 0.5 à 1.0 % des femmes.

Maladies inflammatoires (CIM 420-423) peuvent impliquer l'endocarde, les valves cardiaques, le péricarde et/ou le muscle cardiaque (myocarde) lui-même. Ils sont moins fréquents dans les pays industrialisés, où leur fréquence est bien inférieure à 0.01 % de la population adulte, mais sont plus fréquents dans les pays en développement, reflétant peut-être la plus grande prévalence des troubles nutritionnels et des maladies infectieuses.

Troubles du rythme cardiaque (CIM 427) sont relativement rares, bien que les médias aient accordé une grande attention aux cas récents d'invalidité et de mort subite chez des athlètes professionnels de premier plan. Bien qu'ils puissent avoir un impact significatif sur la capacité de travail, ils sont souvent asymptomatiques et transitoires.

Le plus myocardiopathies (CIM 424) sont des conditions qui impliquent l'élargissement ou l'épaississement de la musculation cardiaque, rétrécissant efficacement les vaisseaux et affaiblissant le cœur. Ils ont attiré plus d'attention ces dernières années, en grande partie en raison de l'amélioration des méthodes de diagnostic, bien que leur pathogenèse soit souvent obscure. Ils ont été attribués à des infections, des maladies métaboliques, des troubles immunologiques, des maladies inflammatoires impliquant les capillaires et, d'une importance particulière dans ce volume, à des expositions toxiques sur le lieu de travail. Ils sont divisés en trois types :

  • dilatatif—la forme la plus courante (5 à 15 cas pour 100,000 XNUMX personnes), qui est associée à l'affaiblissement fonctionnel du cœur
  • hypertrophique—épaississement et hypertrophie du myocarde entraînant une insuffisance relative des artères coronaires
  • contraignant-un type rare dans lequel les contractions du myocarde sont limitées.

 

Hypertension (CIM 401-405) (augmentation de la pression artérielle systolique et/ou diastolique) est la maladie circulatoire la plus fréquente, touchant 15 à 20 % des actifs des pays industrialisés. Il est discuté plus en détail ci-dessous.

Changements athérosclérotiques dans les principaux vaisseaux sanguins (CIM 440), souvent associés à l'hypertension, provoquent des maladies dans les organes qu'ils desservent. Au premier rang de ceux-ci se trouve maladie cérébrovasculaire (CIM 430-438), qui peut entraîner un accident vasculaire cérébral dû à un infarctus et/ou une hémorragie. Cela se produit chez 0.3 à 1.0 % des actifs, le plus souvent chez les personnes âgées de 40 ans et plus.

Les maladies athéroscléreuses, y compris les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux et l'hypertension, qui sont de loin les maladies cardiovasculaires les plus courantes dans la population active, sont d'origine multifactorielle et surviennent tôt dans la vie. Ils sont importants sur le lieu de travail parce que :

  • une si grande proportion de la main-d'œuvre souffre d'une forme asymptomatique ou non reconnue de maladie cardiovasculaire
  • le développement de cette maladie peut être aggravé ou des événements symptomatiques aigus précipités par les conditions de travail et les exigences de l'emploi
  • l'apparition aiguë d'une phase symptomatique de la maladie cardiovasculaire est souvent attribuée au travail et/ou à l'environnement de travail
  • la plupart des personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire établie sont capables de travailler de manière productive, bien que, parfois, seulement après une réadaptation efficace et une reconversion professionnelle
  • le lieu de travail est un cadre particulièrement propice aux programmes de prévention primaires et secondaires.

 

Troubles circulatoires fonctionnels des extrémités (CIM 443) incluent la maladie de Raynaud, la pâleur à court terme des doigts, et sont relativement rares. Certaines conditions professionnelles, telles que les engelures, l'exposition à long terme au chlorure de vinyle et l'exposition main-bras aux vibrations peuvent induire ces troubles.

Varicosités dans les veines des jambes (CIM 454), souvent rejetées à tort comme un problème esthétique, sont fréquentes chez les femmes, surtout pendant la grossesse. Bien qu'une tendance héréditaire à la faiblesse des parois veineuses puisse être un facteur, elles sont généralement associées à de longues périodes debout dans une position sans mouvement, au cours desquelles la pression statique dans les veines est augmentée. L'inconfort et l'œdème des jambes qui en résultent dictent souvent un changement ou une modification du travail.

Taux d'incidence annuels

Parmi les maladies cardiovasculaires, l'hypertension a le taux annuel de nouveaux cas le plus élevé chez les travailleurs âgés de 35 à 64 ans. De nouveaux cas se développent chez environ 1 % de cette population chaque année. Viennent ensuite en fréquence les maladies coronariennes (8 à 92 nouveaux cas de crise cardiaque aiguë pour 10,000 3 hommes par an, et 16 à 10,000 nouveaux cas pour 12 30 femmes par an) et les accidents vasculaires cérébraux (10,000 à 6 cas pour 30 10,000 hommes par an, et 1994 à 1988 cas pour 40 60 femmes par an). Comme l'ont démontré les données mondiales recueillies par le projet OMS-Monica (OMS-MONICA 30; OMS-MONICA 40), les taux de nouvelle incidence les plus faibles de crise cardiaque ont été observés chez les hommes en Chine et les femmes en Espagne, tandis que les taux les plus élevés ont été observés chez les les hommes et les femmes en Ecosse. La signification de ces données est que dans la population en âge de travailler, XNUMX à XNUMX % des victimes d'infarctus et XNUMX à XNUMX % des victimes d'AVC ne survivent pas à leurs épisodes initiaux.

Mortalité

Parmi les personnes en âge de travailler de 15 à 64 ans, seulement 8 à 18 % des décès dus à des maladies cardiovasculaires surviennent avant 45 ans. La plupart surviennent après 45 ans, le taux annuel augmentant avec l'âge. Les taux, qui ont changé, varient considérablement d'un pays à l'autre (OMS 1994b).

Tableau 3.1 [CAR01TE] montre les taux de mortalité des hommes et des femmes âgés de 45 à 54 ans et de 55 à 64 ans pour certains pays. Notez que les taux de mortalité des hommes sont systématiquement plus élevés que ceux des femmes des âges correspondants. Tableau 3.2 [CAR02TE] compare les taux de mortalité pour diverses maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées de 55 à 64 ans dans cinq pays.

Incapacité de travail et retraite anticipée

Les statistiques liées au diagnostic sur le temps perdu au travail représentent une perspective importante sur l'impact de la morbidité sur la population active, même si les désignations diagnostiques sont généralement moins précises que dans les cas de retraite anticipée pour invalidité. Les taux de cas, généralement exprimés en cas pour 10,000 10 employés, fournissent un indice de la fréquence des catégories de maladies, tandis que le nombre moyen de jours perdus par cas indique la gravité relative de maladies particulières. Ainsi, selon les statistiques sur 7.7 millions de travailleurs en Allemagne de l'Ouest compilées par l'Allgemeinen Ortskrankenkasse, les MCV représentaient 1991 % de l'incapacité totale en 92-4.6, alors que le nombre de cas pour cette période n'était que de 3.3 % du total (tableau XNUMX [CAR03TE]). Dans certains pays, où la retraite anticipée est prévue lorsque la capacité de travail est réduite en raison d'une maladie, le schéma d'invalidité reflète les taux des différentes catégories de maladies cardiovasculaires.

C'est une pensée qui donne à réfléchir que les préfaces des éditions précédentes de cette Encyclopédie soient toujours d'actualité : les maladies et les blessures professionnelles restent un fléau inutile dans le paysage humain. Beaucoup de progrès ont été accomplis depuis la parution de la première édition de cet ouvrage. L'exposition à certains poisons extrêmement dangereux, tels que le radium mortel peint sur les cadrans des montres pour les faire briller dans le noir, ou le phosphore paralysant et défigurant qui avait été utilisé comme matériau combustible dans les allumettes, a été complètement éradiquée. Les gouvernements ont établi des réglementations et entrepris de nombreuses actions remarquables pour se prémunir contre les tragédies entièrement évitables que sont les décès, les maladies et les incapacités professionnelles. Le niveau de connaissances de tous nos électeurs s'est considérablement amélioré. L'OIT elle-même a contribué à ces progrès avec des conventions, des recommandations et des recueils de directives pratiques régissant de nombreuses conditions de travail, ainsi qu'avec ses nombreux programmes de coopération technique et ses publications spécialisées. Tout aussi important, la capacité de la médecine, de la science et de l'ingénierie à résoudre des problèmes et à fournir de meilleurs moyens de reconnaissance et de prévention des risques a considérablement augmenté. Des systèmes sociaux sont en place pour la protection des travailleurs et pour leur participation aux décisions relatives à leur environnement de travail.

Pourtant, malgré des efforts inlassables pour promouvoir de meilleures conditions de travail, l'OIT et d'autres doivent encore lutter contre de nombreuses formes d'exploitation des travailleurs, telles que le travail des enfants, la servitude sous contrat et le travail clandestin, avec leurs conditions inévitablement dangereuses et oppressives. Des dizaines de millions d'autres travaillent tout en étant exposés à des risques chimiques, physiques et sociaux qui minent leur santé et leur moral. Les solutions à ces problèmes d'accidents du travail et de maladies professionnelles ne proviendront pas simplement de la publication de publications ou de l'obtention de conseils d'experts. La santé et le bien-être des travailleurs sont une question de justice sociale et l'OIT défend avant tout l'idéal de la promotion de la justice sociale dans le monde. En fin de compte, les solutions sont autant sociales que techniques. Ce n'est pas seulement le manque de savoir-faire qui perpétue le nombre de décès, d'incapacités et de maladies dans la population active, c'est le manque de moyens sociaux et de volonté sociale pour y remédier. La base sociétale de la sécurité et de la santé au travail est peut-être la raison la plus importante pour laquelle l'OIT publie Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail. Avec sa publication nous présentons un panorama des problèmes, et leurs solutions techniques et sociales : nous définissons les champs d'action.

Le plus EncyclopédieLa popularité et l'influence de ont été énormes. Des dizaines de milliers d'exemplaires ont été utilisés pendant la plus grande partie de ce siècle. Les éditions précédentes ont été publiées en espagnol, français, russe, chinois, hongrois et serbo-croate. Le Encyclopédie est la publication de l'OIT la plus diffusée. Le processus d'élaboration de la quatrième édition s'inscrit dans la tradition de tendre la main aux experts mondiaux, que le Bureau considère comme essentielle à sa croissance et à sa pertinence continues. Nous avons réuni un réseau de plus de 2,000 65 spécialistes de plus de XNUMX pays qui ont largement consacré leur temps, leur énergie et leur expertise à la rédaction et à la révision d'articles et à l'édition de chapitres. La plupart des grandes institutions de santé et de sécurité, gouvernementales, universitaires ou privées, du monde entier, contribuent sous une forme ou une autre à cette immense entreprise, un acte de générosité et de soutien dont nous sommes reconnaissants. L'espoir et l'intention est que cela Encyclopédie fournir des fondements techniques, théoriques et éthiques au travail en cours visant à atteindre l'objectif de justice sociale dans une économie mondiale.

Michel Hansenne
Directeur général
Bureau international du travail
Genève, 1998

En 1919, la Conférence internationale du Travail à Washington demanda au Bureau international du Travail « d'établir une liste des principaux procédés à considérer comme malsains ». Mais il était impossible en pratique d'établir une telle liste, du moins sous une forme complète ou définitive, en raison du nombre et de la complexité des opérations qui, à certains égards, pouvaient être considérées comme malsaines, de l'évolution continue de la technique industrielle qui fait disparaître avec des causes de maladie dans un sens, tout en donnant lieu à de nouvelles possibilités de maladie dans un autre, et le caractère indéfini de la conception de «l'insalubrité» qui varie selon les époques et selon les pays.

Ces considérations ont conduit à l'idée de substituer à la liste des processus malsains demandée par la Conférence, une sorte d'encyclopédie qui analyserait du triple point de vue du travail à faire, du travailleur employé et du milieu dans lequel il travaillait. , les différentes tâches liées au travail humain, les propriétés des substances traitées, les opérations de manipulation et de traitement de ces substances, les sources et vecteurs possibles d'intoxication et de maladie, les données statistiques sur les effets dans la mesure où elles sont connues, les symptômes, le diagnostic, le traitement thérapeutique et prophylactique et la législation protectrice déjà en place.
C'était une tâche difficile, et qui devait s'exposer au reproche de n'être ni complète ni définitive. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Personne ne peut espérer fixer une fois pour toutes quelque chose de vivant, d'évoluant, de progressif. Si, comme on l'a dit plus haut, l'évolution des pratiques techniques dans l'industrie peut créer chaque jour de nouveaux dangers pour le travailleur, les progrès de cette même technique et de l'hygiène du travail peuvent, le lendemain, faire disparaître certains dangers existants, qui doivent néanmoins être consignés et analysés dans cet ouvrage. L'une des vertus de ce travail est justement le fait qu'il n'est pas définitif. Elle saisit un moment de la vie sociale et des progrès de l'hygiène industrielle, mais elle demande à être constamment mise à jour, précisément parce que c'est un ouvrage à la fois scientifique et pratique.

C'est sa double nature, comme c'est celle de toute recherche entreprise par le Bureau international du Travail, dont le but strict est de mettre la science au service de l'action pratique. Cette Encyclopédie n'est pas un ouvrage de pure propagande ; elle ne sacrifie jamais l'objectivité scientifique aux idées que les auteurs ont naturellement à cœur. D'autre part, ce n'est pas un pur traité de médecine ou d'hygiène ; elle ne revendique aucune originalité dans le traitement des diverses questions ; elle ne prétend pas être une étude exhaustive ; sur chaque sujet, il donne simplement un résumé de la situation actuelle de la science, avec des chiffres tirés des statistiques à titre d'exemple et non à l'appui d'un argument. Il s'est efforcé de garder une voie médiane entre un ouvrage purement scientifique destiné à l'expert et un manuel de vulgarisation. Il est destiné à fournir aux travailleurs, aux employeurs, à leurs organisations et aux médecins en exercice les informations nécessaires pour leur permettre de découvrir, de combattre et de prévenir les maladies professionnelles dont les conséquences économiques sont aussi néfastes pour la production que leurs conséquences sociales le sont pour le monde. du travail…

…Le Bureau International du Travail, en collaborant avec ces scientifiques depuis quelques années, a acquis une conscience plus claire de l'étendue de sa mission. Le préambule de la partie Xlll du traité de paix [de Versailles] incluait parmi les tâches urgentes du Bureau la protection des travailleurs « contre les maladies, maladies et accidents résultant de leur emploi ». Les États signataires, en acceptant cette déclaration de principe, semblent avoir accepté le dicton de Beaconsfield selon lequel la santé de la population est le plus important de tous les problèmes. L'Office a mis à la disposition des intéressés un état des lieux de la science actuelle et a communiqué au législateur les éléments de physiologie et de physio-pathologie qui lui sont nécessaires pour l'établissement d'un code d'hygiène du travail ; en rassemblant et en concentrant ces informations dans un seul ouvrage, et en augmentant ainsi leur portée et leur attrait, l'Office poursuit l'œuvre de ceux qui, depuis le début de la « grande » industrie, se sont efforcés de protéger la vie humaine, ouvertement ou insidieusement menacée par de nouveaux procédés techniques…

Dans les sociétés anciennes, les tâches dangereuses et désagréables étaient réservées aux criminels. Fourier, malgré toute son imagination fertile, n'osait prévoir que les progrès de la technique industrielle conduiraient un jour à la suppression des occupations insalubres ou dangereuses : il réservait les travaux sales ou dangereux à ses « petites bandes ». Aujourd'hui, le problème est tout autre : la conscience de la société moderne se rend compte que les maladies professionnelles ne doivent pas être réservées à certaines personnes, mais qu'il faut les faire disparaître. Les origines et les causes sont maintenant connues, et il ne manque que la volonté et l'organisation. Il y a bien d'autres souffrances et bien d'autres infirmités auxquelles les mortels sont exposés. Comme l'a dit Puccinotti : « La vie doit être préservée pour le travail, et le travail doit être rendu inoffensif pour la vie ». …

Thomas Albert
Directeur général
Bureau international du travail
Genève, 1930

Les accidents du travail et les maladies professionnelles restent la tragédie humaine la plus épouvantable de l'industrie moderne et l'une de ses formes les plus graves de gaspillage économique. Les meilleures estimations actuellement disponibles au niveau mondial évaluent le nombre d'accidents mortels au travail à près de 100,000 XNUMX par an. Dans certains pays hautement industrialisés, les accidents du travail sont responsables de la perte de quatre à cinq fois plus de journées de travail que les conflits du travail. Dans certains cas, leur coût est comparable à celui de la défense nationale. L'industrialisation et la mécanisation de l'agriculture ont aggravé le problème dans un éventail beaucoup plus large de pays et de professions.

Le fardeau économique pour la collectivité ne peut être exprimé uniquement en coûts de compensation. Cela comprend également la perte de production, la perturbation des calendriers de production, les dommages aux équipements de production et, dans le cas d'accidents à grande échelle, des bouleversements sociaux majeurs. Mais le fardeau économique n'est en aucun cas la pleine mesure du coût humain…
A l'origine, l'axe principal de l'action préventive était d'améliorer les conditions de travail les plus insalubres et de remédier au manque criant de protection physique contre les risques professionnels les plus dangereux. Les premières normes internationales visaient soit à supprimer les abus les plus flagrants portant atteinte à la santé, tels que l'emploi d'enfants en très bas âge, les horaires de travail trop longs, l'absence de toute forme de protection de la maternité, le travail de nuit des femmes et des enfants , ou pour lutter contre les risques les plus couramment rencontrés par les travailleurs de l'industrie : anthrax, saturnisme ou intoxication chronique au phosphore.

Lorsque l'OIT est allée au-delà de la formulation de ces normes fondamentales pour s'attaquer au problème de la sécurité sociale, la première question qu'elle s'est posée a été celle de l'indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles. La législation sur l'indemnisation des accidents du travail existait déjà dans de nombreux pays; il a été élaboré sur la base des normes de l'OIT et ses implications financières ont donné une impulsion puissante aux mesures préventives. L’OIT a beaucoup fait pour la normalisation des statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles et la collecte systématique de données sur la fréquence des accidents…
Peu à peu, cette concentration d'attention sur les abus les plus flagrants et les taux d'accidents et de maladies les plus élevés s'est élargie à une approche plus globale conçue pour promouvoir les normes les plus élevées de sécurité et de santé dans toutes les industries et professions. Le monumental Code modèle de règlement de sécurité pour les établissements industriels pour l'orientation des gouvernements et de l'industrie, publié pour la première fois en 1949 sur la base des travaux entrepris pendant la Seconde Guerre mondiale et périodiquement révisé depuis, a constitué une étape importante dans cette direction. Elle a donné une impulsion qui s'est traduite aujourd'hui par un large éventail de codes de pratique et de guides de pratique qui lui sont complémentaires. Dans les années 1950, cette approche plus large s'est traduite par de nouvelles normes internationales complètes pour la protection de la santé des travailleurs, les services sociaux et les services de santé au travail.

Dans les années 1960, celles-ci ont été complétées par une nouvelle série de dispositions spécifiques traitant de risques particuliers qui avaient pris une importance accrue. Dans les usines, un accident sur six est causé par des machines ; d'où l'importance des normes internationales sur la protection des parties mobiles qui réglementent non seulement l'utilisation, la vente et la location de machines comportant des parties dangereuses mais aussi leur fabrication…

La médecine du travail moderne a dépassé le stade où elle se limitait aux premiers secours en cas d'accident et au diagnostic des maladies professionnelles ; elle s'intéresse aujourd'hui à tous les effets du travail sur la santé physique et mentale, et même à l'impact des handicaps physiques ou psychiques de l'homme sur son travail...

Le progrès technologique va maintenant beaucoup plus vite qu'il y a 40 ans. Il y a tout lieu de croire que le rythme va encore s'accélérer. Cette deuxième édition de l'Encyclopédie ne sera donc que la prochaine étape de notre travail. Mais chaque étape est le fondement indispensable de son successeur. Au cours des prochaines années, l'Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail sera un outil essentiel pour humaniser l'environnement de travail et améliorer le sort des travailleurs dans le monde entier. Tant sur le plan humain qu'économique, des normes de santé et de sécurité plus élevées sont la responsabilité première d'une politique sociale éclairée et d'une gestion efficace. Ni l'un ni l'autre ne peuvent être efficaces sans l'ensemble des connaissances nécessaires pour évaluer la pertinence des informations actuelles pour la politique et l'action. La présente Encyclopédie, qui a été préparée sous la responsabilité technique du Dr Luigi Parmeggiani, Chef du Service de la sécurité et de la santé au travail, est conçue pour rendre facilement accessible à tous la connaissance approfondie de ces questions qui est maintenant disponible. En éditant l'Encyclopédie, le Dr Parmeggiani a dignement maintenu les traditions établies par le Dr Luigi Carozzi, qui a jeté les bases de l'œuvre de médecine du travail de l'OIT.

Wilfred Jenks
Directeur général
Bureau international du travail
Genève, 1971

La décision de publier la deuxième édition de l'Encyclopédie de la santé et de la sécurité au travail a été prise il y a une quinzaine d'années et sa préparation a duré de 15 à 1966. Depuis lors, de grands progrès ont été réalisés dans les connaissances et les activités couvertes par cette parution. Parallèlement au progrès technologique, de grands progrès ont été réalisés dans les méthodes d'identification, d'évaluation et de contrôle des risques professionnels et dans la protection de la santé sur le lieu de travail. Les substances toxiques, les poussières industrielles, les fibres minérales, les rayonnements non ionisants, les allergies et les cancers d'origine professionnelle ont fait l'objet de recherches expérimentales intensives et d'importantes études épidémiologiques. Néanmoins, les changements intervenus dans les environnements de travail dans les années 1971 n'étaient pas simplement dus à une connaissance et à une prise de conscience techniques plus larges. Une nouvelle tendance a commencé à se dessiner : la revendication des travailleurs d'une meilleure qualité de vie au travail et l'implication croissante des syndicats dans la protection de la santé et de la sécurité au travail, le soutien accru des employeurs à des programmes complets de santé et de sécurité au travail et l'augmentation efforts des gouvernements pour appliquer des mesures de grande envergure dans ce domaine. Cette tendance s'est reflétée dans la législation nationale et internationale relative à l'environnement et aux conditions de travail, qui a connu une évolution sans précédent. Ainsi, le panorama de la santé et de la sécurité au travail, de l'hygiène industrielle et de l'ergonomie a subi de profondes mutations dans de nombreux pays membres de l'OIT, non seulement en ce qui concerne l'état de l'art, mais aussi en ce qui concerne l'application pratique de ces disciplines sur le lieu de travail…

Cela fait 63 ans que l'OIT a établi pour la première fois comme l'un de ses objectifs fondamentaux « la protection du travailleur contre les maladies, affections et accidents résultant de son emploi ». L'objectif est toujours le même, mais la forme et les modalités de cette protection ont évolué avec le progrès technique et le développement économique… La diffusion internationale des connaissances scientifiques et pratiques les plus récentes dans ce domaine fait partie intégrante de l'activité de l'OIT — avec la diffusion traditionnelle modes d'action : normatif et coopération technique – pour favoriser une efficacité accrue de la protection de la santé et de la sécurité au travail dans le monde entier. La nouvelle édition de l'Encyclopédie apportera une contribution importante à cette grande entreprise.

François Blanchard
Directeur général
Bureau international du travail
Genève, 1983

Vendredi, Juillet 15 2011 12: 36

acides et anhydrides tableau 1

Acides et anhydrides organiques : identification chimique

Chimique

synonymes
un code

Numero CAS

FORMULE CHIMIQUE

ACIDE ACÉTIQUE

Acide éthanoique;
Acide éthylique ;
Acide méthanecarboxylique
UN2789
UN2790

64-19-7

 

ANHYDRIDE ACÉTIQUE

acétanhydride ;
Oxyde acétique;
anhydride d'acétyle;
Éther acétylique;
Oxyde d'acétyle;
Anhydre éthanoïque
UN1715

108-24-7

<$&108247[-]>

L'ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

Acide acétosalique ;
o-Acide acétoxybenzoïque;
Acide 2-acétoxybenzoïque;
Acide salicylique, acétate ;
Aspirine

50-78-2

<$&50782[-]>

ACIDE ACRYLIQUE

Acide éthylènecarboxylique;
Acide propène;
Acide propénoïque
UN2218

79-10-7

<$&79107[-]>

ACIDE ADIPIQUE

Acide adipinique;
acide 1,4-butanedicarboxylique;
Acide hexanedioïque;
Acide 1,6-hexanedioïque

124-04-9

<$&124049[-]>

ACIDE L-ASCORBIQUE

3-céto-l-gulofuranolactone ;
lactone d'acide L-3-cétothréohexuronique;
Vitamine C

50-81-7

<$&50817[-]>

ACIDE BENZOIQUE

Acide benzènecarboxylique;
Acide benzèneformique;
Acide benzèneméthanoïque;
Benzoate ;
Acide phénylcarboxylique;
Acide phénylformique

65-85-0

<$&65850[-]>

ACIDE BUTYRIQUE

Acide butanique;
Acide butanoïque;
n-Acide butyrique;
Acide butyrique;
Acide éthylacétique ;
Acide 1-propanecarboxylique;
Acide propylformique
UN2820

107-92-6

<$&107926[-]>

n-ACIDE CAPROÏQUE

Acide butylacétique;
Acide capronique;
n-Acide hexanoïque;
acide N-hexoïque;
Acide pentanecarboxylique;
Acide pentiformique;
Acide pentylformique
UN2829

142-62-1

<$&142621[-]>

ACIDE CHLORENDIQUE

acide 1,4,5,6,7,7-hexachloro-5-norbornène-2,3-dicarboxylique;
Hexachloro-endo-Acide méthylènetétrahydrophtalique

115-28-6

<$&115286[-]>

ACIDE CHLOROACÉTIQUE

Acide monochloroacétique;
Acide monochloroéthanoïque
UN1750
UN1751

79-11-8

<$&79118[-]>

o-ACIDE CHLOROBENZOÏQUE

2-CBA ;
2-Acide chlorobenzoïque

118-91-2

<$&118912[-]>

m-ACIDE CHLOROBENZOÏQUE

3-Acide chlorobenzoïque

535-80-8

<$&535808[-]>

p-ACIDE CHLOROBENZOÏQUE

p-Carboxychlorobenzène;
Acide 4-chlorobenzoïque ;
Acide chlorodracylique

74-11-3

<$&74113[-]>

ACIDE 2-CHLOROPROPIONIQUE

Acide α-chloropropionique
UN2511

598-78-7

<$&598787[-]>

4-CHLORO-o-ACIDE TOLOXYACÉTIQUE

Acide 4-chloro-o-crésoxyacétique;
acide (4-chloro-2-méthylphénoxy)acétique;

94-74-6

<$&94746[-]>

ACIDE CITRIQUE

citron ;
acide 2-hydroxy-1,2,3-propanetricarboxylique;
Acide β-hydroxytricarballylique

77-92-9

<$&77929[-]>

ACIDE CITRIQUE HYDRATE

Acide 1,2,3-propanetricarboxylique, 2-hydroxy-, monohydraté

5949-29-1

<$&5949291[-]>

ACIDE CROTONIQUE

acide α-buténoïque;
Acide β-méthylacrylique;
Acide 3-méthylacrylique
UN2823

3724-65-0

<$&3724650[-]>

ACIDE DICHLORACÉTIQUE

Acide bichloracétique;
acide 2,2-dichloroacétique;
Acide dichloroéthanoïque
UN1764

79-43-6

<$&79436[-]>

ACIDE 2,4-DICHLORPHENOXYACÉTIQUE

2,4-D ;
Acide dichlorophénoxyacétique

94-75-7

<$&94757[-]>

ACIDE 2-ÉTHYLHEXOÏQUE

Acide butyléthylacétique;
Acide α-éthylcaproïque;
Acide 2-éthylhexanoïque;

149-57-5

<$&149575[-]>

ACIDE FLUORACÉTIQUE

Acide pymonique ;
Fluoroacétate;
Acide fluoroéthanoïque;
Monofluoroacétate;
Acide monofluoroacétique
UN2642

144-49-0

<$&144490[-]>

L'ACIDE FORMIQUE

Acide aminique;
Acide formylique;
acide carboxylique hydrogéné;
Acide méthanoïque
UN1779

64-18-6

<$&64186[-]>

L'ACIDE FUMARIQUE

trans-Acide butènedioïque;
trans-acide 1,2-éthylènedicarboxylique;
Acide 1,2-éthylènedicarboxylique

110-17-8

<$&110178[-]>

ACIDE GALLIQUE

Acide 3,4,5-trihydroxybenzoïque

149-91-7

<$&149917[-]>

ACIDE GLYCOLIQUE

Acide hydroxyacétique;
Acide hydroxyéthanoïque

79-14-1

<$&79141[-]>

ACIDE HEPTANOÏQUE

n-Acide heptoïque;
Acide heptylique;
acide 1-hexanecarboxylique;
Acide oenanthique;
Acide oenanthylique

111-14-8

<$&111148[-]>

ACIDE ISOBUTYRIQUE

Acide diméthylacétique;
Acide isopropylformique;
Acide 2-méthylpropanoïque;
Acide 2-méthylpropionique
UN2529

79-31-2

<$&79312[-]>

ACIDE ISOPHTALIQUE

Acide benzène-1,3-dicarboxylique;
m-Acide benzènedicarboxylique;
m-Acide phtalique

121-91-5

<$&121915[-]>

L'ACIDE LAURIQUE

acide dodécanoïque;
acide dodécoïque;
acide duodécylique;
Acide laurostéarique;
Acide 1-undécanecarboxylique

143-07-7

<$&143077[-]>

ACIDE MALÉIQUE

Cis-Acide butènedioïque;
Cis-acide 1,2-éthylènedicarboxylique;
acide 1,2-éthylènedicarboxylique;
Acide maléinique;
Acide malénique;
Acide toxique

110-16-7

<$&110167[-]>

L'ANHYDRIDE MALÉIQUE

Cis-anhydride butènedioïque;
2,5-furandione;
Anhydride d'acide maléique;
Anhydride toxique
UN2215

108-31-6

<$&108316[-]>

ACIDE MALONIQUE

Acide carboxyacétique;
dicarboxyméthane;
Acide méthanedicarboxylique;
Acide propanedioïque

141-82-2

<$&141822[-]>

ACIDE MANDÉLIQUE

acide α-hydroxyphénylacétique;
acide α-hydroxy-a-toluique;
Acide paramandélique;
Acide phénylglycolique;
Acide phénylhydroxyacétique

90-64-2

<$&90642[-]>

ACIDE MÉTHACRYLIQUE

Acide méthacrylique;
Acide 2-méthylpropénoïque
UN2531

79-41-4

<$&79414[-]>

ACIDE NONANOÏQUE

n-acide nonylique ;
acide 1-octanecarboxylique;
Acide pélargonique

112-05-0

<$&112050[-]>

ACIDE 9-OCTADECÉNOIQUE

Cis-9-acide octadécénoïque ;
acide 9,10-octadécénoïque;
L'acide oléique;
Acide oléinique

112-80-1

<$&112801[-]>

L'ACIDE OXALIQUE

Acide éthanedioïque;
Acide éthanedionique

144-62-7

<$&144627[-]>

L'ACIDE PALMITIQUE

Acide cétylique ;
Acide hexadécanoïque;
n-acide hexadécoïque;
Acide hexadécylique;
Acide 1-pentadécanecarboxylique

57-10-3

<$&57103[-]>

ACIDE PHTALIQUE

Acide benzène-1,2-dicarboxylique;
o-acide benzènedicarboxylique;
acide 1,2-benzènedicarboxylique;
o-Dicarboxybenzène;
o-Acide phtalique

88-99-3

<$&88993[-]>

ANHYDRIDE PHTALIQUE

anhydride d'acide 1,2-benzènedicarboxylique;
1,3-dioxophtalane;
1,3-isobenzofurandione ;
phtalandione ;
1,3-phtalandione ;
Anhydride d'acide phtalique
UN2214

85-44-9

<$&85449[-]>

ACIDE PIVALIQUE

acide 2,2-diméthylpropanoïque;
acide α,α-diméthylpropionique;
acide 2,2-diméthylpropionique;
Acide néopentanoïque;
tert-Acide pentanoïque;
Acide propanoïque;
Acide triméthylacétique

75-98-9

<$&75989[-]>

L'ACIDE PROPIONIQUE

Carboxyéthane;
Acide éthanecarboxylique;
Acide éthylformique;
Acide métacétonique;
Acide méthylacétique;
Acide propanoïque
UN1848

79-09-4

<$&79094[-]>

ANHYDRIDE PROPIONIQUE

Anhydride méthylacétique;
Anhydride propanoïque;
anhydride d'acide propionique;
Oxyde de propionyle
UN2496

123-62-6

<$&123626[-]>

p-tert-ACIDE BUTYL BENZOÏQUE

p-TBBA

98-73-7

<$&98737[-]>

p-ACIDE TOLUÈNESULFONIQUE

p-Acide méthylbenzènesulfonique;
acide 4-méthylbenzènesulfonique;
p-Acide méthylphénylsulfonique;
acide toluènesulfonique;
Acide 4-toluènesulfonique

104-15-4

<$&104154[-]>

ACIDE SALICYLIQUE

o-Acide hydroxybenzoïque;
acide 2-hydroxybenzoïque;
Acide orthohydroxybenzoïque

69-72-7

<$&69727[-]>

ACIDE STEARIQUE

Acide cétylacétique;
acide 1-heptadécanecarboxylique;
Acide octadécanoïque

57-11-4

<$&57114[-]>

ACIDE SUCCINIQUE

l'acide butanedioïque;
Acide 1,2-éthanedicarboxylique;
Acide éthylènesuccinique

110-15-6

<$&110156[-]>

ACIDE SULPHANILIQUE

p-Acide aminobenzènesulfonique;
acide 4-aminobenzènesulfonique;
p-Acide aminophénylsulfonique;
Aniline-p-acide sulfonique;
Acide aniline-4-sulfonique

121-57-3

<$&121573[-]>

ACIDE TARTRIQUE

acide 2,3-dihydrosuccinique;
acide 2,3-dihydroxybutanedioïque;
Acide thréarique

87-69-4

<$&87694[-]>

ACIDE TÉRÉPHTALIQUE

p-Acide benzènedicarboxylique;
Acide 1,4-benzènedicarboxylique

100-21-0

<$&100210[-]>

ACIDE TRICHLORACÉTIQUE

TCA
UN1839
UN2564

76-03-9

<$&76039[-]>

ACIDE TRICHLOROPHÉNOXYACÉTIQUE

2,4,5-T

93-76-5

<$&93765[-]>

L'ACIDE TRIFLUOROACÉTIQUE

Acide perfluoroacétique;
Acide trifluoroéthanoïque;
TFA
UN2699

76-05-1

<$&76051[-]>

ANHYDRIDE D'ACIDE TRIMELLIQUE

anhydride 4-carboxyphtalique;
acide 1,3-dioxo-5-phtalancarboxylique;
acide 5-phtalanacarboxylique;
Anhydride 1,2,4-benzènetricarboxylique

552-30-7

<$&552307[-]>

ACIDE VALERIQUE

Acide butanecarboxylique;
Acide 1-butanecarboxylique;
Acide pentanoïque;
Acide propylacétique

109-52-4

<$&109524[-]>

 

Point de fusion (ºC)

10- 5

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières