Jeudi, Février 17 2011 22: 30

Agents chimiques neurotoxiques

Évaluer cet élément
(6 votes)

Définition de la neurotoxicité

Neurotoxicité fait référence à la capacité d'induire des effets indésirables dans le système nerveux central, les nerfs périphériques ou les organes sensoriels. Un produit chimique est considéré comme neurotoxique s'il est capable d'induire un schéma constant de dysfonctionnement neuronal ou de modification de la chimie ou de la structure du système nerveux.

La neurotoxicité se manifeste généralement par un continuum de symptômes et d'effets, qui dépendent de la nature du produit chimique, de la dose, de la durée d'exposition et des caractéristiques de l'individu exposé. La gravité des effets observés, ainsi que les preuves de neurotoxicité, augmentent jusqu'aux niveaux 1 à 6, indiqués dans le tableau 1. Une exposition à court terme ou à faible dose à un produit chimique neurotoxique peut entraîner des symptômes subjectifs tels que des maux de tête et des étourdissements, mais l'effet est généralement réversible. Avec l'augmentation de la dose, des changements neurologiques peuvent apparaître et éventuellement des changements morphologiques irréversibles sont générés. Le degré d'anomalie nécessaire pour impliquer la neurotoxicité d'un agent chimique est une question controversée. Selon la définition, un schéma cohérent de dysfonctionnement neuronal ou de modification de la chimie ou de la structure du système nerveux est pris en compte s'il existe des preuves bien documentées d'effets persistants au niveau 3, 4, 5 ou 6 du tableau 1. Ces niveaux reflètent le poids de la preuve fournie par les différents signes de neurotoxicité. Les substances neurotoxiques comprennent des éléments naturels tels que le plomb, le mercure et le manganèse ; des composés biologiques tels que la tétrodotoxine (provenant du poisson-globe, un mets japonais délicat) et l'acide domoïque (provenant de moules contaminées) ; et des composés synthétiques comprenant de nombreux pesticides, solvants industriels et monomères.

Tableau 1. Regroupement des effets neurotoxiques pour refléter leur force relative pour établir la neurotoxicité

Niveau

regroupement

Explication/Exemples

6

Changements morphologiques

Les changements morphologiques comprennent la mort cellulaire et l'axonopathie ainsi que les changements morphologiques subcellulaires.

5

Modifications neurologiques

Le changement neurologique englobe les résultats anormaux des examens neurologiques sur des individus individuels.

4

Changements physiologiques/comportementaux

Les changements physiologiques/comportementaux comprennent les résultats expérimentaux sur des groupes d'animaux ou d'humains tels que des changements dans les potentiels évoqués et l'EEG, ou des changements dans les tests psychologiques et comportementaux.

3

Changements biochimiques

Les modifications biochimiques couvrent les modifications des paramètres biochimiques pertinents (par exemple, le niveau de transmetteur, la teneur en protéines GFA (protéine acide fibrillaire gliale) ou les activités enzymatiques).

21

Symptômes irréversibles et subjectifs

Symptômes subjectifs. Aucune preuve d'anomalie lors d'un examen neurologique, psychologique ou autre examen médical.

11

Symptômes subjectifs réversibles

Symptômes subjectifs. Aucune preuve d'anomalie lors d'un examen neurologique, psychologique ou autre examen médical.

1 Humains seulement
Source : Modifié à partir de Simonsen et al. 1994.

Aux États-Unis, entre 50,000 100,000 et 1,000 1,600 produits chimiques sont commercialisés et 750 1985 à XNUMX XNUMX nouveaux produits chimiques sont soumis à évaluation chaque année. Plus de XNUMX produits chimiques et plusieurs classes ou groupes de composés chimiques sont suspectés d'être neurotoxiques (O'Donoghue XNUMX), mais la majorité des produits chimiques n'ont jamais été testés pour leurs propriétés neurotoxiques. La plupart des produits chimiques neurotoxiques connus disponibles aujourd'hui ont été identifiés par des rapports de cas ou par des accidents.

Bien que les produits chimiques neurotoxiques soient souvent produits pour répondre à des usages spécifiques, l'exposition peut provenir de plusieurs sources - utilisation dans les maisons privées, dans l'agriculture et dans les industries, ou de l'eau potable polluée, etc. Des idées préconçues a priori fixes sur les composés neurotoxiques susceptibles d'être trouvés dans quelles professions doivent donc être considérées avec prudence, et les citations suivantes doivent être considérées comme des exemples possibles, y compris quelques-uns des produits chimiques neurotoxiques les plus courants (Arlien-Søborg 1992; O 'Donoghue 1985; Spencer et Schaumburg 1980; OMS 1978).

Symptômes de neurotoxicité

Le système nerveux réagit généralement de manière plutôt stéréotypée à l'exposition à des substances neurotoxiques Figure 1. Certains syndromes typiques sont indiqués ci-dessous.

Figure 1. Effets neurologiques et comportementaux de l'exposition à des produits chimiques neurotoxiques.

NER030T2

Polyneuropathie

Ceci est causé par une altération des fonctions nerveuses motrices et sensorielles entraînant une faiblesse des muscles, la parésie étant généralement plus prononcée à la périphérie des membres supérieurs et inférieurs (mains et pieds). Des paresthésies antérieures ou simultanées (picotements ou engourdissements dans les doigts et les orteils) peuvent survenir. Cela peut entraîner des difficultés à marcher ou à coordonner finement les mains et les doigts. Les métaux lourds, les solvants et les pesticides, entre autres produits chimiques, peuvent entraîner un tel handicap, même si le mécanisme toxique de ces composés peut être totalement différent.

Encéphalopathie

Ceci est causé par une altération diffuse du cerveau et peut entraîner de la fatigue; troubles de l'apprentissage, de la mémoire et de la capacité de concentration ; anxiété, dépression, irritabilité accrue et instabilité émotionnelle. De tels symptômes peuvent indiquer un trouble cérébral dégénératif diffus précoce ainsi qu'une encéphalopathie toxique chronique professionnelle. Souvent, une augmentation de la fréquence des maux de tête, des étourdissements, des changements dans les habitudes de sommeil et une activité sexuelle réduite peuvent également être présents dès les premiers stades de la maladie. De tels symptômes peuvent se développer après une exposition à long terme et à faible niveau à plusieurs produits chimiques différents tels que des solvants, des métaux lourds ou du sulfure d'hydrogène, et sont également observés dans plusieurs troubles démentiels non liés au travail. Dans certains cas, des symptômes neurologiques plus spécifiques peuvent être observés (p. ex., parkinsonisme avec tremblements, rigidité des muscles et ralentissement des mouvements, ou symptômes cérébelleux tels que tremblements et coordination réduite des mouvements des mains et de la démarche). De tels tableaux cliniques peuvent être observés après une exposition à certains produits chimiques spécifiques tels que le manganèse ou le MPTP (1-méthyl-4-phényl-1,2,3,6-tétrahydropyridine) dans le premier cas, et le toluène ou le mercure dans le second.

Gaz

Une grande variété de produits chimiques avec des structures chimiques totalement différentes sont des gaz à température normale et se sont avérés neurotoxiques Tableau 3. Certains d'entre eux sont extrêmement toxiques même à très petites doses, et ont même été utilisés comme gaz de guerre (phosgène et cyanure) ; d'autres nécessitent des doses élevées sur de plus longues périodes pour provoquer des symptômes (par exemple, le dioxyde de carbone). Certains sont utilisés pour l'anesthésie générale (par exemple, le protoxyde d'azote); d'autres sont largement utilisés dans l'industrie et dans les agents utilisés pour la désinfection (par exemple, le formaldéhyde). Les premiers peuvent induire des modifications irréversibles du système nerveux après une exposition répétée à de faibles niveaux, les seconds ne produisant apparemment que des symptômes aigus. L'exposition dans de petites pièces mal ventilées est particulièrement dangereuse. Certains de ces gaz sont inodores, ce qui les rend particulièrement dangereux (par exemple, le monoxyde de carbone). Comme le montre le tableau 2, certains gaz sont des constituants importants de la production industrielle, tandis que d'autres sont le résultat d'une combustion incomplète ou complète (par exemple, le CO et le CO2 respectivement). Cela se voit dans les mines, les aciéries, les centrales électriques, etc., mais peut également être observé dans les maisons privées avec une ventilation insuffisante. Il est essentiel pour le traitement d'arrêter toute nouvelle exposition et de fournir de l'air frais ou de l'oxygène, et dans les cas graves une ventilation artificielle.

Tableau 2. Gaz associés à des effets neurotoxiques

Chemical

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

Dioxyde de carbone (CO2 )

Soudage; fermentation; fabrication, stockage et utilisation de neige carbonique

industrie métallurgique; exploitation minière; brasseries

M: Dilater les vaisseaux

A: Mal de tête; dyspnée; tremblement; perte de conscience

C: Pratiquement aucun

Monoxyde de carbone (CO)

Réparation automobile; soudage; fusion des métaux; Conducteurs; pompiers

industrie métallurgique; exploitation minière; transport; centrale électrique

M: Privation d'oxygène

A: Mal de tête; somnolence; perte de conscience

Sulfure d'hydrogène (H2S)

Fumigation de serre; fumier; pêcheurs; déchargement du poisson; traitement des égouts

Agriculture; faire de la pêche; travaux d'égout

M: Bloquer le métabolisme oxydatif

A: Perte de conscience

C: Encéphalopathie

Cyanure (HCN)

Électro-soudage ; traitement de surface galvanique au nickel ; cuivre et argent; fumigation des navires, des maisons, des aliments et du sol dans les serres

industrie métallurgique; industrie chimique; garderie; exploitation minière; usine à gaz

M: Blocage des enzymes respiratoires

A: Dyspnée; baisse de la pression artérielle; convulsions; perte de conscience; la mort

C: Encéphalopathie; ataxie; neuropathie (p. ex., après avoir mangé du cavasava)

Déficience professionnelle incertaine

Protoxyde d'azote (N2O)

Anesthésie générale pendant l'opération ; narcose légère lors des soins dentaires et de l'accouchement

Hôpitaux (anesthésie); dentistes; sage-femme

M: Modification aiguë de la membrane des cellules nerveuses ; dégénérescence des cellules nerveuses après une exposition à long terme

A: étourdissements ; somnolence; perte de conscience

C: Engourdissement des doigts et des orteils ; coordination réduite; encéphalopathie

1 M: mécanisme; A: effets aigus; C: effets chroniques.
Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau.
Ataxie : altération de la coordination motrice.

 

Métaux

En règle générale, la toxicité des métaux augmente avec l'augmentation du poids atomique, le plomb et le mercure étant particulièrement toxiques. Les métaux se trouvent généralement dans la nature à de faibles concentrations, mais dans certaines industries, ils sont utilisés en grande quantité (voir tableau 3) et peuvent entraîner des risques professionnels pour les travailleurs. De plus, des quantités considérables de métaux se retrouvent dans les eaux usées et peuvent engendrer des risques environnementaux pour les riverains proches des usines mais aussi plus éloignés. Souvent, les métaux (ou, par exemple, les composés organiques du mercure) sont absorbés dans la chaîne alimentaire et s'accumulent dans les poissons, les oiseaux et les animaux, ce qui représente un risque pour les consommateurs. La toxicité et la manière dont les métaux sont manipulés par l'organisme peuvent dépendre de la structure chimique. Les métaux purs peuvent être absorbés par inhalation ou contact cutané de vapeurs (mercure) et/ou de petites particules (plomb), ou par voie orale (plomb). Composés inorganiques du mercure (par exemple, HgCl2) sont principalement absorbés par la bouche, tandis que les composés métalliques organiques (par exemple, le plomb tétraéthyle) sont principalement absorbés par inhalation ou par contact avec la peau. La charge corporelle peut, dans une certaine mesure, se refléter dans la concentration de métaux dans le sang ou l'urine. C'est la base du suivi biologique. En traitement, il faut se rappeler que le plomb, en particulier, est libéré très lentement des dépôts dans le corps. La quantité de plomb dans les os ne sera normalement réduite que de 50 % sur 10 ans. Cette libération peut être accélérée par l'utilisation d'agents chélatants : BAL (dimercapto-1-propanol), Ca-EDTA ou pénicillamine.

Tableau 3. Métaux et leurs composés inorganiques associés à la neurotoxicité

Chemical

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

Plomb

Fusion; soudure; affûtage; réparation; vitrage; plastifiant

Travail du métal; exploitation minière; usines d'accumulateurs; réparation automobile; chantiers navals; verriers; céramique; poterie; Plastique

M: Altération du métabolisme oxydatif des cellules nerveuses et de la glie

A: Douleur abdominale; mal de tête; encéphalopathie; convulsions

C: Encéphalopathie; polyneuropathie, y compris la main tombante

Mercure élémentaire

Électrolyse; instruments électriques (gyroscope ; manomètre ; thermomètre ; pile ; ampoule électrique ; tubes, etc.) ; remplissage d'amalgame

Usines de chloralcali; exploitation minière; électronique; dentisterie; production de polymères ; industrie du papier et de la pâte

M: Atteinte à plusieurs sites dans les cellules nerveuses

A: Inflammation pulmonaire; mal de tête; altération de la parole

C: Inflammation des gencives; perte d'appétit; encéphalopathie; y compris les tremblements ; irritabilité

Calomel Hg2Cl2

 

Laboratoires

A: Faible toxicité aiguë effets toxiques chroniques, voir ci-dessus

Sublimer HgCl2

Désinfection

Hôpitaux ; cliniques; laboratoires

M: Dégénérescence rénale tubulaire et glomérulaire aiguë. Très toxique même à petites doses orales, mortelle jusqu'à 30 mg/kg de poids

C: Voir au dessus.

Manganèse

Fusion (alliage d'acier); Coupe; soudure en acier; piles sèches

Extraction de manganèse ; production d'acier et d'aluminium; industrie métallurgique; fabrication de batteries ; industrie chimique; briqueterie

M: Fréquence indéterminée, modifications possibles de la dopamine et de la catécholamine dans les ganglions de la base au centre du cerveau

A: Dysphorie

C: Encéphalopathie, y compris parkinsonisme ; psychose; perte d'appétit; irritabilité; mal de tête; la faiblesse

Aluminium

Métallurgie; affûtage; polissage

Métallurgie

M: Inconnu

C: Peut-être encéphalopathie

1 M: mécanisme; A: effets aigus; C: effets chroniques.
Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau.

 

Monomères

Les monomères constituent un grand groupe hétérogène de produits chimiques réactifs utilisés pour la synthèse chimique et la production de polymères, de résines et de plastiques. Les monomères comprennent des composés aromatiques polyhalogénés tels que p-chlorobenzène et 1,2,4-trichlorbenzène ; les solvants organiques insaturés tels que le styrène et le vinyltoluène, l'acrylamide et les composés apparentés, les phénols, le ɛ-caprolactame et le ζ-aminobutyrolactame. Certains des monomères neurotoxiques largement utilisés et leurs effets sur le système nerveux sont répertoriés dans le tableau 3. L'exposition professionnelle aux monomères neurotoxiques peut avoir lieu dans les industries de fabrication, de transport et d'utilisation de produits chimiques et de produits en plastique. Lors de la manipulation de polymères contenant des monomères restants et lors du moulage dans les chantiers navals et dans les cliniques dentaires, une exposition substantielle aux monomères neurotoxiques a lieu. Lors de l'exposition à ces monomères, l'absorption peut avoir lieu par inhalation (par exemple, sulfure de carbone et styrène) ou par contact avec la peau (par exemple, acrylamide). Les monomères étant un groupe hétérogène de produits chimiques, plusieurs mécanismes de toxicité différents sont probables. Cela se traduit par des différences de symptômes (tableau 4).

Tableau 4. Monomères neurotoxiques

Composé

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

L'acrylamide

Employés exposés au monomère

Production de polymères ; opérations de tunnelage et de forage

M: Transport axonal altéré

C: Polyneuropathie; vertiges; tremblement et ataxie

Acrylonitrile

Accidents dans les laboratoires et les industries ; fumigation maison

Production de polymères et de caoutchouc ; synthèse chimique

A: Hyperexcitabilité ; salivation; vomissement; cyanose; ataxie; difficulté à respirer

Sulfure de carbone

Production de caoutchouc et de rayonne viscose

Industries du caoutchouc et de la rayonne viscose

M: Une altération du transport axonal et de l'activité enzymatique est probable

C: Neuropathie périphérique; encéphalopathie; mal de tête; vertige; troubles gastro-intestinaux

Styrène

Production de plastiques renforcés de verre ; fabrication et transport de monomères; utilisation de résines et de revêtements contenant du styrène

Industrie chimique; production de fibre de verre; industrie des polymères

M: Inconnu

A: dépression du système nerveux central ; mal de tête

C: Polyneuropathie; encéphalopathie; perte auditive

Vinyltoluène

Production de résine ; composés insecticides

Industrie chimique et des polymères

C: Polyneuropathie; réduction de la vitesse de conduction du nerf moteur

1 M: mécanisme ; A: effets aigus; C: effets chroniques.
Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau.
Ataxie : altération de la coordination motrice.

 

Solvants organiques

Solvants organiques est une désignation commune pour un grand groupe de plus de 200 composés chimiques lipophiles capables de dissoudre les graisses, les huiles, les cires, les résines, le caoutchouc, l'asphalte, les filaments de cellulose et les matières plastiques. Ce sont généralement des fluides à température ambiante avec des points d'ébullition inférieurs à 200 à 250 °C et qui s'évaporent facilement. Ils sont principalement absorbés par les poumons, mais certains peuvent également pénétrer la peau. En raison de leur lipophilie, ils sont distribués dans les organes riches en graisses. Ainsi, des concentrations élevées se trouvent dans la graisse corporelle, la moelle osseuse, le foie et le cerveau, qui peuvent également agir comme réservoirs de solvants. Le coefficient de partage octanol/eau peut indiquer si des concentrations cérébrales élevées sont à prévoir. Le mécanisme de la toxicité n'est pas encore connu, mais plusieurs possibilités ont été envisagées : bloquer des enzymes importantes dans la dégradation métabolique du glucose et ainsi réduire l'énergie disponible pour le traitement neuronal ; réduire la formation d'énergie dans les mitochondries; modification des membranes neuronales, entraînant une altération de la fonction des canaux ioniques ; ralentissement du flux axonal. Le chlorure de méthylène est métabolisé en CO, ce qui bloque le transport de l'oxygène dans le sang. De grands groupes de travailleurs dans une grande variété de professions sont exposés quotidiennement ou du moins fréquemment (voir tableau 5). Dans certains pays, la consommation de solvants organiques a diminué dans certaines professions en raison d'améliorations et de substitutions en matière d'hygiène (par exemple, les peintres en bâtiment, les travailleurs de l'industrie graphique, les métallurgistes), tandis que dans d'autres professions, le schéma d'exposition a changé mais la quantité totale de solvants organiques est resté inchangé. Par exemple, le trichloroéthylène a été remplacé par le 1,1,1-trichloroéthane et le fréon. Les solvants restent donc un problème d'hygiène majeur sur de nombreux lieux de travail. Les personnes sont particulièrement exposées lorsqu'elles sont exposées dans de petites pièces mal ventilées et à température élevée, ce qui augmente l'évaporation. Le travail physique augmente la captation pulmonaire des solvants. Dans plusieurs pays (en particulier les pays nordiques), une indemnisation a été accordée aux travailleurs qui ont développé une encéphalopathie toxique chronique à la suite d'une exposition à long terme et à faible niveau aux solvants.

Tableau 5. Solvants organiques associés à la neurotoxicité

Chemical

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

Hydrocarbures chlorés : trichloroéthylène ;

1,1,1-trichloroéthane; tétrachloroéthylène

Dégraissage; galvanoplastie; La peinture; impression; nettoyage; anesthésie générale et légère

industrie métallurgique; industrie graphique; industrie électronique; nettoyeurs à sec; anesthésistes

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie; polyneuropathie; affection du trijumeau (TRI); perte auditive

Le chlorure de méthylène

Extraction, y compris extraction de caféine; Décapant de peinture

Industrie alimentaire; peintres; industrie graphique

M: Métabolisme ® CO

A: Symptômes prénarcotiques ; coma

C: Encéphalopathie

Chlorure de méthyle

Fabrication et réparation de réfrigérateurs

Fabrication de réfrigérateurs ; industrie du caoutchouc; industrie du plastique

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques ; perte de conscience; la mort

C: Encéphalopathie

Toluène

Impression; nettoyage; dégraissage; galvanoplastie; La peinture; peinture aérosol

Industrie graphique; industrie électronique

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie; dysfonctionnement cérébelleux; polyneuropathie; perte auditive; perturbation visuelle

Xylène

Impression; synthèse d'anhydride phtalique; La peinture; procédures de laboratoire d'histologie

Industrie graphique; industrie du plastique; laboratoires d'histologie

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie; perturbation visuelle; perte auditive

Styrène

Polymérisation; moulage

Industrie du plastique ; production de fibre de verre

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie; polyneuropathie; perte auditive

Hexacarbones : n-hexane ;

la méthylbutylcétone (MBK);

méthyléthylcétone (MEK)

Collage; impression; revêtement plastique; La peinture; extraction

Industrie du cuir et de la chaussure ; industrie graphique; peintre; laboratoires

M: Altération du transport axonal

A: Prénarcotique

C: Polyneuropathie; encéphalopathie

Solvants divers : Fréon 113

Fabrication et réparation de réfrigérateurs ; Nettoyage à sec; dégraissage

Fabrication de réfrigérateurs ; industrie métallurgique; industrie électronique; Nettoyage à sec

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques légers

C : Encéphalopathie

L'éther diéthylique; halothane

Anesthésistes généraux (infirmiers; médecins)

Hôpitaux ; cliniques

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie

Sulfure de carbone

Voir les monomères

Voir les monomères

Voir les monomères

Mélanges : white spirit et diluant

Peinture; dégraissage; nettoyage; impression; imprégnation; traitement de surface

industrie métallurgique; industrie graphique; industrie du bois; peintres

M: Inconnu

A: Symptômes prénarcotiques

C: Encéphalopathie

 1 M: mécanisme ; A: effets aigus; C: effets chroniques.

Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau

 

Pesticides

Pesticides est utilisé comme terme générique pour tout produit chimique conçu pour tuer des groupes de plantes ou d'animaux qui présentent un danger pour la santé humaine ou peuvent causer des pertes économiques. Il comprend les insecticides, les fongicides, les rodenticides, les fumigants et les herbicides. Environ 5 milliards de livres de produits pesticides composés de plus de 600 ingrédients pesticides actifs sont utilisés chaque année dans l'agriculture mondiale. Les pesticides organophosphorés, carbamates et organochlorés ainsi que les pyréthroïdes, les herbicides chlorophénoxy et les composés organiques métalliques utilisés comme fongicides ont des propriétés neurotoxiques (tableau 6). Parmi les nombreux produits chimiques différents utilisés comme rodenticides, certains (par exemple, la strychnine, le phosphure de zinc et le thallium) sont également neurotoxiques. L'exposition professionnelle aux pesticides neurotoxiques est principalement associée aux travaux agricoles tels que la manipulation des pesticides et le travail avec des cultures traitées, mais les exterminateurs, les employés chargés de la fabrication et de la formulation des pesticides, les travailleurs des routes et des chemins de fer, ainsi que les travailleurs des serres, des forêts et des pépinières peuvent courir un risque substantiel de également exposés à des pesticides neurotoxiques. Les enfants, qui constituent une proportion importante de la main-d'œuvre agricole, sont particulièrement vulnérables car leur système nerveux n'est pas complètement développé. Les effets aigus des pesticides sont généralement bien décrits, et des effets durables après une exposition répétée ou une exposition unique à forte dose sont souvent observés (tableau 6), mais l'effet d'une exposition infraclinique répétée est incertain.

Tableau 6. Classes de pesticides neurotoxiques courants, exposition, effets et symptômes associés

Composé

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

Composés organo-phosphorés : Beomyl ; Déméthon; Dichlorvos; Parathion d'éthyle ; mévinphos; Phosfolan; Terbufos ; Malathion

Manutention; traitement des cultures; travailler avec des cultures traitées; docker

Agriculture; sylviculture; chimique; jardinage

M: Inhibition de l'acétylcholinestérase

A: hyperactivité ; paralysie neuromusculaire; déficience visuelle; difficulté à respirer; agitation; la faiblesse; vomissement; convulsions

Carbamates : Aldicarbe ; carbaryle; carbofurane; Propoxure

   

M: Axonopathie de neurotoxicité retardée2

C : Polyneuropathie ; engourdissement et picotements dans les pieds; faiblesse musculaire; perturbation sensorielle; paralysie

Organochlorés : Aldrine ; Dieldrine; DDT ; Endrine; heptachlore; Lindane; Méthoxychlore; Mirex ; Toxaphène

Voir au dessus

Voir au dessus

A: Excitabilité; appréhension; vertiges; mal de tête; confusion; perte d'équilibre; la faiblesse; ataxie; tremblements; convulsions; coma

C: Encéphalopathie

Pyréthrinoïdes

Voir au dessus

Voir au dessus

M: Modification du flux d'ions sodium à travers la membrane des cellules nerveuses

A: Mise à feu répétée de la cellule nerveuse ; tremblement; convulsion

2,4-D

Herbicide

L’agriculture

C: Polyneuropathie

Hydroxyde de triéthylétain

Traitement de surface; manutention du bois traité

Bois et produits du bois

A: Mal de tête; la faiblesse; paralysie; troubles visuels

C: Polyneuropathie; Effets sur le SNC

Bromure de méthyle

Fumigation

Serres; insecticide; fabrication de réfrigérateurs

M: Inconnu

A: Troubles visuels et de la parole ; délire; convulsion

C: Encéphalopathie

1 M: mécanisme; A: effets aigus; C: effets chroniques.
Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau.
Ataxie : altération de la coordination motrice.
2 Principalement des phosphates ou des phosphonates.

 

Autres produits chimiques

Plusieurs produits chimiques différents qui ne rentrent pas dans les groupes mentionnés ci-dessus possèdent également une neurotoxicité. Certains d'entre eux sont utilisés comme pesticides mais aussi dans différents procédés industriels. Certains ont des effets neurotoxiques aigus et chroniques bien documentés; d'autres ont des effets aigus évidents, mais les effets chroniques ne sont que peu étudiés. Des exemples de ces produits chimiques, leurs utilisations et leurs effets sont répertoriés dans le tableau 7.

Tableau 7. Autres produits chimiques associés à la neurotoxicité

Chemical

Exemples de source d'exposition

Certaines industries à risque

Effets1

Acide borique

Soudage; flux; préservation

Métal; verre

A: Délire; convulsion

C: Dépression du SNC.

Disulfiram

Pharmaceutique

Caoutchouc

C: Fatigue; neuropathie périphérique; envie de dormir

Hexachlorophène

Savons antibactériens

Chemical

C: œdème du SNC ; atteinte des nerfs périphériques

Hydrazine

Les agents réducteurs

Chimique; armée

A: Excitation; perte d'appétit; tremblement; convulsion

Phénol/Crésol

Antiseptiques

Plastiques; résines; chimique; hôpitaux; laboratoires

M: Dénature les protéines et les enzymes

A: Perte de réflexe ; la faiblesse; tremblement; transpiration; coma

C: Perte d'appétit ; troubles mentaux; bourdonnement dans les oreilles

Pyridine

Dénaturation de l'éthanol

Chimique; textile

A: dépression du SNC ; dépression mentale; fatigue; perte d'appétit

C: Irritabilité; les troubles du sommeil; polyneuropathie; vision double

Plomb tétraéthyle

Additif essence

Chimique; transport

C: Irritabilité; la faiblesse; tremblement; difficultés de vision

Arsine

Piles; insecticide; fusion

Fonte; verrerie; céramique; fabrication de papier

M: Altération de la fonction enzymatique

A: Sensation réduite; parésie; convulsion; coma

C: Déficience motrice ; ataxie; perte de sens des vibrations ; polyneuropathie

Lithium

Additif d'huile ; pharmaceutique

Pétrochimique

A / C: Perte d'appétit ; bourdonnement dans les oreilles; vision floue; tremblement; ataxie

Sélénium

Fusion; production de redresseurs; vulcanisation; huiles de coupe; antioxydant

Électronique; verrerie; industrie métallurgique; industrie du caoutchouc

A: Délire; anosmie

C: Odeur d'ail; polyneuropathie; nervosité

Thallium

rodenticide

Verre; produits en verre

A: Perte d'appétit ; fatigue; somnolence; Goût métallique; engourdissement; ataxie

Tellure

Fusion; production de caoutchouc; catalyseur

Métal; chimique; caoutchouc; électronique

A: Mal de tête; somnolence; neuropathie

C: Odeur d'ail; Goût métallique; Parkinsonisme; une dépression

Vanadium

Fusion

Exploitation minière; production d'acier; industrie chimique

A: Perte d'appétit ; bourdonnement dans les oreilles; somnolence, tremblement

C: Une dépression; tremblement; cécité

1 M: mécanisme ; A: effets aigus; C: effets chroniques.
Neuropathie : dysfonctionnement des fibres nerveuses périphériques motrices et sensorielles.
Encéphalopathie : dysfonctionnement cérébral dû à une altération généralisée du cerveau.
Ataxie : troubles de la coordination motrice

 

Noir

Lire 27716 fois Dernière mise à jour le mardi, Octobre 11 2011 20: 41

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références sur le système nerveux

Amaducci, L, C Arfaioli, D Inzitari et M Marchi. 1982. Sclérose en plaques chez les travailleurs de la chaussure et du cuir : Une enquête épidémiologique à Florence. Acta Neurol Scand 65:94-103.

Colère, KW. 1990. Recherche neurocomportementale de chantier : résultat, méthodes sensibles, batteries de tests et passage des données de laboratoire à la santé humaine. Neurotoxicologie 11:629-720.

Anger, WK, MG Cassitto, Y Liang, R Amador, J Hooisma, DW Chrislip, D Mergler, M Keifer et J Hörtnagel. 1993. Comparaison des performances de trois continents sur la batterie de tests de base neurocomportementale (NCTB) recommandée par l'OMS. Environ Res 62:125-147.

Arlien-Søborg, P. 1992. Neurotoxicité des solvants. Boca Raton : CRC Press.
Armon, C, LT Kurland, JR Daube et PC O'Brian. 1991. Corrélats épidémiologiques de la sclérose latérale amyotrophique sporadique. Neurology 41:1077-1084.

Axelson, O. 1996. Où en est-on de la neuroépidémiologie professionnelle ? Scand J Work Environ Health 22 : 81-83.

Axelson, O, M Hane et C Hogstedt. 1976. Une étude cas-témoin sur les troubles neuropsychiatriques chez les travailleurs exposés aux solvants. Scand J Work Environ Health 2:14-20.

Bowler, R, D Mergler, S Rauch, R Harrison et J Cone. 1991. Troubles affectifs et de la personnalité chez les anciennes ouvrières de la microélectronique. J Clin Psychiatry 47:41-52.

Brackbill, RM, N Maizlish et T Fischbach. 1990. Risque de handicap neuropsychiatrique chez les peintres aux États-Unis. Scand J Work Environ Health 16:182-188.

Campbell, AMG, ER Williams et D Barltrop. 1970. Maladie du motoneurone et exposition au plomb. J Neurol Neurosurg Psychiatry 33:877-885.

Cherry, NM, FP Labrèche et JC McDonald. 1992. Lésions cérébrales organiques et exposition professionnelle aux solvants. Br J Ind Med 49:776-781.

Chio, A, A Tribolo et D Schiffer. 1989. Maladie du motoneurone et exposition à la colle. Lancette 2:921.

Cooper, JR, FE Bloom et RT Roth. 1986. La base biochimique de la neuropharmacologie. New York : Université d'Oxford. Presse.

Dehart, RL. 1992. Sensibilité chimique multiple—Qu'est-ce que c'est? Sensibilités chimiques multiples. Addendum à : Marqueurs biologiques en immunotoxicologie. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Feldman, RG. 1990. Effets des toxines et des agents physiques sur le système nerveux. In Neurology in Clinical Practice, édité par WG Bradley, RB Daroff, GM Fenichel et CD Marsden. Stoneham, messe : Butterworth.

Feldman, RG et LD Quenzer. 1984. Principes fondamentaux de la neuropsychopharmacologie. Sunderland, Masse : Sinauer Associates.

Flodin, U, B Söderfeldt, H Noorlind-Brage, M Fredriksson et O Axelson. 1988. Sclérose en plaques, solvants et animaux de compagnie : une étude cas-témoin. Arch Neurol 45:620-623.

Fratiglioni L, A Ahlbom, M Viitanen et B Winblad. 1993. Facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer à apparition tardive : une étude cas-témoin basée sur la population. Ann Neurol 33:258-66.

Goldsmith, JR, Y Herishanu, JM Abarbanel et Z Weinbaum. 1990. Le regroupement de la maladie de Parkinson indique une étiologie environnementale. Arch Environ Health 45:88-94.

Graves, AB, CM van Duijn, V Chandra, L Fratiglioni, A Heyman, AF Jorm, et al. 1991. Exposition professionnelle aux solvants et au plomb en tant que facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer : une réanalyse collaborative d'études cas-témoins. Int J Epidémiol 20 Suppl. 2:58-61.

Grönning, M, G Albrektsen, G Kvåle, B Moen, JA Aarli et H Nyland. 1993. Solvants organiques et sclérose en plaques. Acta Neurol Scand 88:247-250.

Gunnarsson, LG, L Bodin, B Söderfeldt et O Axelson. 1992. Une étude cas-témoin de la maladie du motoneurone : sa relation avec l'héritabilité et les expositions professionnelles, en particulier les solvants. Br J Ind Med 49:791-798.

Hänninen, H et K Lindstrom. 1979. Batterie de tests neurocomportementaux de l'Institut de santé au travail. Helsinki : Institut de santé au travail.

Hagberg, M, H Morgenstem et M Kelsh. 1992. Impact des professions et des tâches professionnelles sur la prévalence du syndrome du canal carpien. Scand J Work Environ Health 18:337-345.

Hart, DE. 1988. Toxicologie neuropsychologique : identification et évaluation des syndromes neurotoxiques humains. New York : Presse de Pergamon.

Hawkes, CH, JB Cavanagh et AJ Fox. 1989. Maladie des motoneurones : un trouble secondaire à l'exposition aux solvants ? Lancette 1:73-76.

Howard, JK. 1979. Une enquête clinique sur les travailleurs de la formulation du paraquat. Br J Ind Med 36:220-223.

Hutchinson, LJ, RW Amsler, JA Lybarger et W Chappell. 1992. Batteries de tests neurocomportementaux à utiliser dans les études de terrain sur la santé environnementale. Atlanta : Agence pour les substances toxiques et le registre des maladies (ATSDR).

Johnson, BL. 1987. Prévention des maladies neurotoxiques dans les populations actives. Chichester : Wiley.

Kandel, ER, HH Schwartz et TM Kessel. 1991. Principes des sciences neurales. New York : Elsevier.

Kukull, WA, EB Larson, JD Bowen, WC McCormick, L Teri, ML Pfanschmidt, et al. 1995. L'exposition aux solvants comme facteur de risque de la maladie d'Alzheimer : une étude cas-témoin. Am J Epidemiol 141:1059-1071.

Landtblom, AM, U Flodin, M Karlsson, S Pålhagen, O Axelson et B Söderfeldt. 1993. Sclérose en plaques et exposition aux solvants, aux rayonnements ionisants et aux animaux. Scand J Work Environ Health 19:399-404.

Landtblom, AM, U Flodin, B Söderfeldt, C Wolfson et O Axelson. 1996. Solvants organiques et sclérose en plaques : une synthèse des preuves du ciment. Épidémiologie 7 : 429-433.

Maizlish, D et O Feo. 1994. Alteraciones neuropsicológicas en trabajadores expuestos a neurotóxicos. Salud de los Trabajadores 2:5-34.

Mergler, D. 1995. Neurophysiologie comportementale : Mesures quantitatives de la toxicité sensorielle. In Neurotoxicology: Approaches and Methods, édité par L Chang et W Slikker. New York : Presse académique.

O'Donoghue, JL. 1985. Neurotoxicité des produits chimiques industriels et commerciaux. Vol. I & II. Boca Raton : CRC Press.

Sassine, député, D Mergler, F Larribe et S Bélanger. 1996. Détérioration de la santé mentale chez des travailleurs exposés au styrène. Rev epidmiol med soc santé publ 44:14-24.

Semchuk, KM, EJ Love et RG Lee. 1992. Maladie de Parkinson et exposition aux travaux agricoles et aux pesticides chimiques. Neurologie 42:1328-1335.

Seppäläinen, AMH. 1988. Approches neurophysiologiques pour la détection de la neurotoxicité précoce chez l'homme. Crit Rev Toxicol 14:245-297.

Sienko, DG, JD Davis, JA Taylor et BR Brooks. 1990. Sclérose latérale amyotrophique : Une étude cas-témoins suite à la détection d'un cluster dans une petite communauté du Wisconsin. Arch Neurol 47:38-41.

Simonsen, L, H Johnsen, SP Lund, E Matikainen, U Midtgård et A Wennberg. 1994. Évaluation des données de neurotoxicité : Une approche méthodologique de la classification des produits chimiques neurotoxiques. Scand J Work Environ Health 20:1-12.

Sobel, E, Z Davanipour, R Sulkava, T Erkinjuntti, J Wikström, VW Henderson, et al. 1995. Professions avec exposition aux champs électromagnétiques : Un facteur de risque possible pour la maladie d'Alzheimer. Am J Epidemiol 142:515-524.

Spencer, PS et HH Schaumburg. 1980. Neurotoxicologie expérimentale et clinique. Baltimore : Williams & Wilkins.

Tanner, CM. 1989. Le rôle des toxines environnementales dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Tendances Neurosci 12:49-54.

Urie, RL. 1992. Protection personnelle contre les expositions aux matières dangereuses. Dans Hazardous Materials Toxicology: Clinical Principles of Environmental Health, édité par JB Sullivan et GR Krieger. Baltimore : Williams & Wilkins.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1978. Principes et méthodes d'évaluation de la toxicité des produits chimiques, parties 1 et 2. EHC, n° 6, parties 1 et 2. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé et Conseil nordique des ministres. 1985. Effets chroniques des solvants organiques sur le système nerveux central et critères de diagnostic. EHC, n° 5. Genève : OMS.

Zayed, J, G Ducic, G Campanella, JC Panisset, P André, H Masson, et al. 1990. Facteurs environnementaux dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Can J Neurol Sei 17:286-291.