Jeudi, Février 17 2011 23: 31

Mesurer les déficits neurotoxiques

Évaluer cet élément
(0 votes)

Batteries de test neuro-fonctionnelles

Des signes et symptômes neurologiques infracliniques sont observés depuis longtemps chez les travailleurs actifs exposés aux neurotoxines; cependant, ce n'est que depuis le milieu des années 1960 que les efforts de recherche se sont concentrés sur le développement de batteries de tests sensibles capables de détecter des changements subtils et légers qui sont présents dans les premiers stades de l'intoxication, dans les fonctions perceptives, psychomotrices, cognitives, sensorielles et motrices , et affecter.

La première batterie de tests neurocomportementaux à utiliser dans les études de chantier a été développée par Helena Hänninen, une pionnière dans le domaine des déficits neurocomportementaux associés à l'exposition toxique (Hänninen Test Battery) (Hänninen et Lindstrom 1979). Depuis lors, des efforts ont été déployés dans le monde entier pour développer, affiner et, dans certains cas, informatiser des batteries de tests neurocomportementaux. Anger (1990) décrit cinq batteries de tests neurocomportementaux en milieu de travail d'Australie, de Suède, de Grande-Bretagne, de Finlande et des États-Unis, ainsi que deux batteries de dépistage neurotoxiques des États-Unis, qui ont été utilisées dans des études sur des travailleurs exposés aux neurotoxines. En outre, le système informatisé d'évaluation neurocomportementale (NES) et le système suédois d'évaluation des performances (SPES) ont été largement utilisés dans le monde. Il existe également des batteries de tests conçues pour évaluer les fonctions sensorielles, y compris les mesures de la vision, le seuil de perception vibrotactile, l'odorat, l'ouïe et le balancement (Mergler 1995). Les études de divers agents neurotoxiques utilisant l'une ou l'autre de ces batteries ont grandement contribué à notre connaissance des atteintes neurotoxiques précoces ; cependant, les comparaisons entre études ont été difficiles car différents tests sont utilisés et des tests portant des noms similaires peuvent être administrés en utilisant un protocole différent.

Dans une tentative d'uniformisation des informations issues des études sur les substances neurotoxiques, la notion de batterie « centrale » a été proposée par un comité de travail de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) (Johnson 1987). Sur la base des connaissances au moment de la réunion (1985), une série de tests a été sélectionnée pour constituer la Neurobehavioral Core Test Battery (NCTB), une batterie relativement peu coûteuse, administrée à la main, qui a été utilisée avec succès dans de nombreux pays (Anger et al. 1993). Les tests qui composent cette batterie ont été choisis pour couvrir des domaines spécifiques du système nerveux, qui s'étaient précédemment révélés sensibles aux dommages neurotoxiques. Une batterie de base plus récente, qui comprend à la fois des tests administrés manuellement et des tests informatisés, a été proposée par un groupe de travail de l'Agence américaine pour les substances toxiques et le registre des maladies (Hutchison et al. 1992). Les deux batteries sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1. Exemples de batteries "core" pour l'évaluation des effets neurotoxiques précoces

Batterie de test de base neurocomportementale (NCTB)+

Commande d'essai

Agency for Toxic Substances and Disease Registry Batterie de tests neurocomportementaux environnementaux pour adultes (AENTB)+

Domaine fonctionnel

Teste

 

Domaine fonctionnel

Teste

Stabilité du moteur

Visée (Visée de poursuite II)

1

Vision

Acuité visuelle, sensibilité proche du contraste

Vitesse d'attention/réponse

Temps de réaction simple

2

 

Vision des couleurs (test Lanthony D-15 désaturé)

Vitesse moteur perceptible

Symbole numérique (WAIS-R)

3

Somatosensoriel

Seuil de perception vibrotactile

Dextérité manuelle

Santa Ana (version Helsinki)

4

Force motrice

Dynamomètre (y compris évaluation de la fatigue)

Perception visuelle/mémoire

Rétention visuelle Benton

5

La coordination motrice

Santa Ana

Mémoire auditive

Étendue des chiffres (WAIS-R, WMS)

6

Fonction intellectuelle supérieure

Matrices progressives Raven (révisées)

Affecter

POMS (Profil des états d'humeur)

7

La coordination motrice

Test de tapotement des doigts (une main)1

   

8

Attention soutenue (cognitive), rapidité (motrice)

Temps de réaction simple (SRT) (étendu)1

   

9

Codage cognitif

Chiffre-symbole avec rappel différé1

   

10

Apprentissage et mémoire

Apprentissage des chiffres en série1

   

11

Indice de niveau d'études

Vocabulaire1

   

12

Mood

Échelle d'humeur1

1 Disponible en version informatisée ; WAIS = échelle d'intelligence de Wechsler pour adultes ; WMS = échelle de mémoire de Wechsler.

 

Les auteurs des deux batteries de base soulignent que, bien que les batteries soient utiles pour normaliser les résultats, elles ne fournissent en aucun cas une évaluation complète des fonctions du système nerveux. Des tests supplémentaires doivent être utilisés en fonction du type d'exposition; par exemple, une batterie de tests pour évaluer le dysfonctionnement du système nerveux chez les travailleurs exposés au manganèse comprendrait davantage de tests des fonctions motrices, en particulier celles qui nécessitent des mouvements alternés rapides, tandis qu'une batterie pour les travailleurs exposés au méthylmercure comprendrait des tests du champ visuel. Le choix des tests pour un lieu de travail particulier devrait être fait sur la base des connaissances actuelles sur l'action de la toxine ou des toxines particulières auxquelles les personnes sont exposées.

Des batteries de tests plus sophistiqués, administrés et interprétés par des psychologues formés, constituent une partie importante de l'évaluation clinique de l'empoisonnement neurotoxique (Hart 1988). Il comprend des tests de capacités intellectuelles, d'attention, de concentration et d'orientation, de mémoire, d'habiletés visuo-perceptives, constructives et motrices, de langage, de fonctions conceptuelles et exécutives et de bien-être psychologique, ainsi qu'une évaluation d'éventuelles simulations. Le profil de la performance du patient est examiné à la lumière des antécédents médicaux et psychologiques passés et présents, ainsi que des antécédents d'exposition. Le diagnostic final repose sur une constellation de déficits interprétés en fonction du type d'exposition.

Mesures de l'état émotionnel et de la personnalité

Les études sur les effets des substances neurotoxiques comprennent généralement des mesures des troubles affectifs ou de la personnalité, sous la forme de questionnaires sur les symptômes, d'échelles d'humeur ou d'indices de personnalité. Le NCTB, décrit ci-dessus, comprend le profil des états d'humeur (POMS), une mesure quantitative de l'humeur. En utilisant 65 adjectifs qualificatifs d'états d'humeur au cours des 8 derniers jours, les degrés de tension, de dépression, d'hostilité, de vigueur, de fatigue et de confusion sont dérivés. La plupart des études comparatives en milieu de travail sur l'exposition aux neurotoxiques indiquent des différences entre les personnes exposées et les personnes non exposées. Une étude récente sur des travailleurs exposés au styrène montre des relations dose-réponse entre le niveau d'acide mandélique urinaire après le quart de travail, un indicateur biologique du styrène, et les scores d'échelle de tension, d'hostilité, de fatigue et de confusion (Sassine et al. 1996).

Des tests d'affect et de personnalité plus longs et plus sophistiqués, tels que l'indice de personnalité multiphasique du Minnesota (MMPI), qui reflètent à la fois les états émotionnels et les traits de personnalité, ont été utilisés principalement pour l'évaluation clinique, mais également dans les études sur le lieu de travail. Le MMPI fournit également une évaluation de l'exagération des symptômes et des réponses incohérentes. Dans une étude sur des travailleurs de la microélectronique ayant des antécédents d'exposition à des substances neurotoxiques, les résultats du MMPI ont indiqué des niveaux cliniquement significatifs de dépression, d'anxiété, de problèmes somatiques et de troubles de la pensée (Bowler et al. 1991).

Mesures électrophysiologiques

L'activité électrique générée par la transmission d'informations le long des fibres nerveuses et d'une cellule à l'autre peut être enregistrée et utilisée pour déterminer ce qui se passe dans le système nerveux des personnes exposées à des substances toxiques. L'interférence avec l'activité neuronale peut ralentir la transmission ou modifier le schéma électrique. Les enregistrements électrophysiologiques nécessitent des instruments précis et sont le plus souvent réalisés en laboratoire ou en milieu hospitalier. Cependant, des efforts ont été déployés pour développer davantage d'équipements portables à utiliser dans les études sur le lieu de travail.

Les mesures électrophysiologiques enregistrent une réponse globale d'un grand nombre de fibres nerveuses et/ou de fibres, et une bonne quantité de dommages doit exister avant de pouvoir être correctement enregistrée. Ainsi, pour la plupart des substances neurotoxiques, les symptômes, ainsi que les changements sensoriels, moteurs et cognitifs, peuvent généralement être détectés dans les groupes de travailleurs exposés avant que des différences électrophysiologiques ne soient observées. Pour l'examen clinique des personnes suspectées de troubles neurotoxiques, les méthodes électrophysiologiques fournissent des informations sur le type et l'étendue des lésions du système nerveux. Une revue des techniques électrophysiologiques utilisées dans la détection de la neurotoxicité précoce chez l'homme est proposée par Seppalaïnen (1988).

La vitesse de conduction nerveuse des nerfs sensitifs (allant vers le cerveau) et des nerfs moteurs (sortant du cerveau) est mesurée par électroneurographie (ENG). En stimulant à différentes positions anatomiques et en enregistrant à une autre, la vitesse de conduction peut être calculée. Cette technique peut fournir des informations sur les grosses fibres myélinisées ; le ralentissement de la vitesse de conduction se produit lorsque la démyélinisation est présente. Des vitesses de conduction réduites ont fréquemment été observées chez les travailleurs exposés au plomb, en l'absence de symptômes neurologiques (Maizlish et Feo 1994). Des vitesses de conduction lentes des nerfs périphériques ont également été associées à d'autres neurotoxines, telles que le mercure, les hexacarbures, le disulfure de carbone, le styrène, la méthyl-n-butyl cétone, la méthyléthylcétone et certains mélanges de solvants. Le nerf trijumeau (un nerf facial) est affecté par l'exposition au trichloroéthylène. Cependant, si la substance toxique agit principalement sur des fibres finement myélinisées ou non myélinisées, les vitesses de conduction restent généralement normales.

L'électromyographie (EMG) est utilisée pour mesurer l'activité électrique dans les muscles. Des anomalies électromyographiques ont été observées chez des travailleurs exposés à des substances telles que le n-hexane, le sulfure de carbone, la méthyl-n-butylcétone, le mercure et certains pesticides. Ces changements sont souvent accompagnés de modifications de l'ENG et de symptômes de neuropathie périphérique.

Les changements dans les ondes cérébrales sont mis en évidence par l'électroencéphalographie (EEG). Chez les patients présentant une intoxication aux solvants organiques, des anomalies locales et diffuses des ondes lentes ont été observées. Certaines études rapportent des preuves d'altérations de l'EEG liées à la dose chez les travailleurs actifs, exposés à des mélanges de solvants organiques, au styrène et au disulfure de carbone. Les pesticides organochlorés peuvent provoquer des crises d'épilepsie, avec des anomalies de l'EEG. Des modifications de l'EEG ont été signalées lors d'une exposition à long terme aux pesticides organophosphorés et au phosphure de zinc.

Les potentiels évoqués (PE) fournissent un autre moyen d'examiner l'activité du système nerveux en réponse à un stimulus sensoriel. Des électrodes d'enregistrement sont placées sur la zone spécifique du cerveau qui répond aux stimuli particuliers, et la latence et l'amplitude du potentiel lent lié à l'événement sont enregistrées. Une latence accrue et/ou des amplitudes de crête réduites ont été observées en réponse à des stimuli visuels, auditifs et somatosensoriels pour une large gamme de substances neurotoxiques.

L'électrocardiographie (ECG ou ECG) enregistre les changements dans la conduction électrique du cœur. Bien qu'il ne soit pas souvent utilisé dans les études sur les substances neurotoxiques, des changements dans les ondes ECG ont été observés chez les personnes exposées au trichloroéthylène. Les enregistrements électro-oculographiques (EOG) des mouvements oculaires ont montré des altérations chez les travailleurs exposés au plomb.

Techniques d'imagerie cérébrale

Ces dernières années, différentes techniques ont été développées pour l'imagerie cérébrale. Les images tomodensitométriques (CT) révèlent l'anatomie du cerveau et de la moelle épinière. Ils ont été utilisés pour étudier l'atrophie cérébrale chez les travailleurs et les patients exposés aux solvants; cependant, les résultats ne sont pas cohérents. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) examine le système nerveux à l'aide d'un puissant champ magnétique. Il est particulièrement utile cliniquement pour écarter un diagnostic alternatif, comme les tumeurs cérébrales. La tomographie par émission de positrons (TEP), qui produit des images de processus biochimiques, a été utilisée avec succès pour étudier les changements dans le cerveau induits par une intoxication au manganèse. La tomodensitométrie d'émission monophotonique (SPECT) fournit des informations sur le métabolisme cérébral et peut s'avérer être un outil important pour comprendre comment les neurotoxines agissent sur le cerveau. Ces techniques sont toutes très coûteuses et difficilement disponibles dans la plupart des hôpitaux ou laboratoires du monde.

 

Noir

Lire 7291 fois Dernière mise à jour le mardi, Octobre 11 2011 20: 17

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références sur le système nerveux

Amaducci, L, C Arfaioli, D Inzitari et M Marchi. 1982. Sclérose en plaques chez les travailleurs de la chaussure et du cuir : Une enquête épidémiologique à Florence. Acta Neurol Scand 65:94-103.

Colère, KW. 1990. Recherche neurocomportementale de chantier : résultat, méthodes sensibles, batteries de tests et passage des données de laboratoire à la santé humaine. Neurotoxicologie 11:629-720.

Anger, WK, MG Cassitto, Y Liang, R Amador, J Hooisma, DW Chrislip, D Mergler, M Keifer et J Hörtnagel. 1993. Comparaison des performances de trois continents sur la batterie de tests de base neurocomportementale (NCTB) recommandée par l'OMS. Environ Res 62:125-147.

Arlien-Søborg, P. 1992. Neurotoxicité des solvants. Boca Raton : CRC Press.
Armon, C, LT Kurland, JR Daube et PC O'Brian. 1991. Corrélats épidémiologiques de la sclérose latérale amyotrophique sporadique. Neurology 41:1077-1084.

Axelson, O. 1996. Où en est-on de la neuroépidémiologie professionnelle ? Scand J Work Environ Health 22 : 81-83.

Axelson, O, M Hane et C Hogstedt. 1976. Une étude cas-témoin sur les troubles neuropsychiatriques chez les travailleurs exposés aux solvants. Scand J Work Environ Health 2:14-20.

Bowler, R, D Mergler, S Rauch, R Harrison et J Cone. 1991. Troubles affectifs et de la personnalité chez les anciennes ouvrières de la microélectronique. J Clin Psychiatry 47:41-52.

Brackbill, RM, N Maizlish et T Fischbach. 1990. Risque de handicap neuropsychiatrique chez les peintres aux États-Unis. Scand J Work Environ Health 16:182-188.

Campbell, AMG, ER Williams et D Barltrop. 1970. Maladie du motoneurone et exposition au plomb. J Neurol Neurosurg Psychiatry 33:877-885.

Cherry, NM, FP Labrèche et JC McDonald. 1992. Lésions cérébrales organiques et exposition professionnelle aux solvants. Br J Ind Med 49:776-781.

Chio, A, A Tribolo et D Schiffer. 1989. Maladie du motoneurone et exposition à la colle. Lancette 2:921.

Cooper, JR, FE Bloom et RT Roth. 1986. La base biochimique de la neuropharmacologie. New York : Université d'Oxford. Presse.

Dehart, RL. 1992. Sensibilité chimique multiple—Qu'est-ce que c'est? Sensibilités chimiques multiples. Addendum à : Marqueurs biologiques en immunotoxicologie. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Feldman, RG. 1990. Effets des toxines et des agents physiques sur le système nerveux. In Neurology in Clinical Practice, édité par WG Bradley, RB Daroff, GM Fenichel et CD Marsden. Stoneham, messe : Butterworth.

Feldman, RG et LD Quenzer. 1984. Principes fondamentaux de la neuropsychopharmacologie. Sunderland, Masse : Sinauer Associates.

Flodin, U, B Söderfeldt, H Noorlind-Brage, M Fredriksson et O Axelson. 1988. Sclérose en plaques, solvants et animaux de compagnie : une étude cas-témoin. Arch Neurol 45:620-623.

Fratiglioni L, A Ahlbom, M Viitanen et B Winblad. 1993. Facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer à apparition tardive : une étude cas-témoin basée sur la population. Ann Neurol 33:258-66.

Goldsmith, JR, Y Herishanu, JM Abarbanel et Z Weinbaum. 1990. Le regroupement de la maladie de Parkinson indique une étiologie environnementale. Arch Environ Health 45:88-94.

Graves, AB, CM van Duijn, V Chandra, L Fratiglioni, A Heyman, AF Jorm, et al. 1991. Exposition professionnelle aux solvants et au plomb en tant que facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer : une réanalyse collaborative d'études cas-témoins. Int J Epidémiol 20 Suppl. 2:58-61.

Grönning, M, G Albrektsen, G Kvåle, B Moen, JA Aarli et H Nyland. 1993. Solvants organiques et sclérose en plaques. Acta Neurol Scand 88:247-250.

Gunnarsson, LG, L Bodin, B Söderfeldt et O Axelson. 1992. Une étude cas-témoin de la maladie du motoneurone : sa relation avec l'héritabilité et les expositions professionnelles, en particulier les solvants. Br J Ind Med 49:791-798.

Hänninen, H et K Lindstrom. 1979. Batterie de tests neurocomportementaux de l'Institut de santé au travail. Helsinki : Institut de santé au travail.

Hagberg, M, H Morgenstem et M Kelsh. 1992. Impact des professions et des tâches professionnelles sur la prévalence du syndrome du canal carpien. Scand J Work Environ Health 18:337-345.

Hart, DE. 1988. Toxicologie neuropsychologique : identification et évaluation des syndromes neurotoxiques humains. New York : Presse de Pergamon.

Hawkes, CH, JB Cavanagh et AJ Fox. 1989. Maladie des motoneurones : un trouble secondaire à l'exposition aux solvants ? Lancette 1:73-76.

Howard, JK. 1979. Une enquête clinique sur les travailleurs de la formulation du paraquat. Br J Ind Med 36:220-223.

Hutchinson, LJ, RW Amsler, JA Lybarger et W Chappell. 1992. Batteries de tests neurocomportementaux à utiliser dans les études de terrain sur la santé environnementale. Atlanta : Agence pour les substances toxiques et le registre des maladies (ATSDR).

Johnson, BL. 1987. Prévention des maladies neurotoxiques dans les populations actives. Chichester : Wiley.

Kandel, ER, HH Schwartz et TM Kessel. 1991. Principes des sciences neurales. New York : Elsevier.

Kukull, WA, EB Larson, JD Bowen, WC McCormick, L Teri, ML Pfanschmidt, et al. 1995. L'exposition aux solvants comme facteur de risque de la maladie d'Alzheimer : une étude cas-témoin. Am J Epidemiol 141:1059-1071.

Landtblom, AM, U Flodin, M Karlsson, S Pålhagen, O Axelson et B Söderfeldt. 1993. Sclérose en plaques et exposition aux solvants, aux rayonnements ionisants et aux animaux. Scand J Work Environ Health 19:399-404.

Landtblom, AM, U Flodin, B Söderfeldt, C Wolfson et O Axelson. 1996. Solvants organiques et sclérose en plaques : une synthèse des preuves du ciment. Épidémiologie 7 : 429-433.

Maizlish, D et O Feo. 1994. Alteraciones neuropsicológicas en trabajadores expuestos a neurotóxicos. Salud de los Trabajadores 2:5-34.

Mergler, D. 1995. Neurophysiologie comportementale : Mesures quantitatives de la toxicité sensorielle. In Neurotoxicology: Approaches and Methods, édité par L Chang et W Slikker. New York : Presse académique.

O'Donoghue, JL. 1985. Neurotoxicité des produits chimiques industriels et commerciaux. Vol. I & II. Boca Raton : CRC Press.

Sassine, député, D Mergler, F Larribe et S Bélanger. 1996. Détérioration de la santé mentale chez des travailleurs exposés au styrène. Rev epidmiol med soc santé publ 44:14-24.

Semchuk, KM, EJ Love et RG Lee. 1992. Maladie de Parkinson et exposition aux travaux agricoles et aux pesticides chimiques. Neurologie 42:1328-1335.

Seppäläinen, AMH. 1988. Approches neurophysiologiques pour la détection de la neurotoxicité précoce chez l'homme. Crit Rev Toxicol 14:245-297.

Sienko, DG, JD Davis, JA Taylor et BR Brooks. 1990. Sclérose latérale amyotrophique : Une étude cas-témoins suite à la détection d'un cluster dans une petite communauté du Wisconsin. Arch Neurol 47:38-41.

Simonsen, L, H Johnsen, SP Lund, E Matikainen, U Midtgård et A Wennberg. 1994. Évaluation des données de neurotoxicité : Une approche méthodologique de la classification des produits chimiques neurotoxiques. Scand J Work Environ Health 20:1-12.

Sobel, E, Z Davanipour, R Sulkava, T Erkinjuntti, J Wikström, VW Henderson, et al. 1995. Professions avec exposition aux champs électromagnétiques : Un facteur de risque possible pour la maladie d'Alzheimer. Am J Epidemiol 142:515-524.

Spencer, PS et HH Schaumburg. 1980. Neurotoxicologie expérimentale et clinique. Baltimore : Williams & Wilkins.

Tanner, CM. 1989. Le rôle des toxines environnementales dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Tendances Neurosci 12:49-54.

Urie, RL. 1992. Protection personnelle contre les expositions aux matières dangereuses. Dans Hazardous Materials Toxicology: Clinical Principles of Environmental Health, édité par JB Sullivan et GR Krieger. Baltimore : Williams & Wilkins.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1978. Principes et méthodes d'évaluation de la toxicité des produits chimiques, parties 1 et 2. EHC, n° 6, parties 1 et 2. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé et Conseil nordique des ministres. 1985. Effets chroniques des solvants organiques sur le système nerveux central et critères de diagnostic. EHC, n° 5. Genève : OMS.

Zayed, J, G Ducic, G Campanella, JC Panisset, P André, H Masson, et al. 1990. Facteurs environnementaux dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Can J Neurol Sei 17:286-291.