Jeudi, Février 17 2011 23: 36

Neuroépidémiologie professionnelle

Évaluer cet élément
(0 votes)

Olav Axelson*

*Adapté d'Axelson 1996.

Les premières connaissances sur les effets neurotoxiques des expositions professionnelles sont apparues grâce à des observations cliniques. Les effets observés sont plus ou moins aigus et concernent l'exposition à des métaux comme le plomb et le mercure ou à des solvants comme le sulfure de carbone et le trichloréthylène. Avec le temps, cependant, des effets plus chroniques et cliniquement moins évidents des agents neurotoxiques ont été évalués grâce à des méthodes d'examen modernes et à des études systématiques de groupes plus importants. Pourtant, l'interprétation des résultats a été controversée et débattue, comme les effets chroniques de l'exposition aux solvants (Arlien-Søborg 1992).

Les difficultés rencontrées dans l'interprétation des effets neurotoxiques chroniques dépendent à la fois de la diversité et de l'imprécision des symptômes et des signes et du problème associé de définition d'une entité pathologique appropriée pour des études épidémiologiques concluantes. Par exemple, lors d'une exposition aux solvants, les effets chroniques peuvent inclure des problèmes de mémoire et de concentration, de la fatigue, un manque d'initiative, une responsabilité affective, de l'irritabilité et parfois des étourdissements, des maux de tête, une intolérance à l'alcool et une baisse de la libido. Les méthodes neurophysiologiques ont également révélé diverses perturbations fonctionnelles, encore une fois difficiles à condenser en une seule entité pathologique.

De même, une variété d'effets neurocomportementaux semble également se produire en raison d'autres expositions professionnelles, telles qu'une exposition modérée au plomb ou le soudage avec une certaine exposition à l'aluminium, au plomb et au manganèse ou une exposition aux pesticides. Là encore, il existe également des signes neurophysiologiques ou neurologiques, entre autres, une polyneuropathie, des tremblements et des troubles de l'équilibre, chez les individus exposés aux organochlorés, aux organophosphorés et à d'autres insecticides.

Compte tenu des problèmes épidémiologiques liés à la définition d'une entité pathologique parmi les nombreux types d'effets neurocomportementaux évoqués, il est également devenu naturel de considérer certains troubles neuropsychiatriques cliniquement plus ou moins bien définis en relation avec les expositions professionnelles.

Depuis les années 1970, plusieurs études ont notamment porté sur l'exposition aux solvants et le syndrome psycho-organique, lorsqu'il est de sévérité invalidante. Plus récemment, la démence d'Alzheimer, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique et les affections apparentées ont suscité un intérêt pour l'épidémiologie professionnelle.

Concernant l'exposition aux solvants et le syndrome psycho-organique (ou encéphalopathie chronique toxique en médecine du travail clinique, lorsque l'exposition est prise en compte dans le diagnostic), le problème de la définition d'une bonne entité pathologique s'est posé et a d'abord conduit à considérer en bloc les diagnostics d'encéphalopathie, de démence et d'atrophie cérébrale, mais la névrose, la neurasthénie et la nervosite ont également été incluses comme n'étant pas nécessairement distinctes les unes des autres dans la pratique médicale (Axelson, Hane et Hogstedt 1976). Récemment, des entités pathologiques plus spécifiques, telles que la démence organique et l'atrophie cérébrale, ont également été associées à l'exposition aux solvants (Cherry, Labrèche et McDonald 1992). Les résultats n'ont cependant pas été totalement cohérents, car aucun excès de «démence présénile» n'est apparu dans une étude de cas-témoins à grande échelle aux États-Unis avec pas moins de 3,565 83,245 cas de divers troubles neuropsychiatriques et 1990 45 référents hospitaliers (Brackbill, Maizlish et Fischbach XNUMX). Cependant, par rapport aux maçons, il y avait un excès d'environ XNUMX% de troubles neuropsychiatriques invalidants chez les hommes peintres blancs, à l'exception des peintres au pistolet.

Les expositions professionnelles semblent également jouer un rôle pour des troubles plus spécifiques que le syndrome psycho-organique. Ainsi, en 1982, une association entre la sclérose en plaques et l'exposition aux solvants des colles a été indiquée pour la première fois dans l'industrie italienne de la chaussure (Amaducci et al. 1982). Cette relation a été considérablement renforcée par d'autres études en Scandinavie (Flodin et al. 1988 ; Landtblom et al. 1993 ; Grönning et al. 1993) et ailleurs, de sorte que 13 études contenant des informations sur l'exposition aux solvants ont pu être prises en compte dans une revue ( Landtblom et al. 1996). Dix de ces études ont fourni suffisamment de données pour être incluses dans une méta-analyse, montrant un double risque de sclérose en plaques chez les personnes exposées aux solvants. Certaines études associent également la sclérose en plaques aux travaux radiologiques, à la soudure et aux travaux avec des herbicides phénoxy (Flodin et al. 1988 ; Landtblom et al. 1993). La maladie de Parkinson semble être plus fréquente dans les zones rurales (Goldsmith et al. 1990), en particulier chez les jeunes (Tanner 1989). Plus intéressant encore, une étude menée à Calgary, au Canada, a montré un triple risque d'exposition aux herbicides (Semchuk, Love et Lee 1992).

Tous les cas qui se sont souvenus d'expositions spécifiques ont déclaré avoir été exposés à des herbicides phénoxy ou à des thiocarbamates. L'un d'eux a rappelé une exposition au paraquat, qui est chimiquement similaire au MPTP (N-méthyl-4-phényl-1,2,3,6-tétrahydropyridine), un inducteur d'un syndrome parkinsonien. Cependant, les travailleurs du paraquat n'ont pas encore été trouvés atteints d'un tel syndrome (Howard 1979). Des études cas-témoins du Canada, de la Chine, de l'Espagne et de la Suède ont indiqué une relation avec l'exposition à des produits chimiques industriels non spécifiés, des pesticides et des métaux, en particulier le manganèse, le fer et l'aluminium (Zayed et al. 1990).

Dans une étude américaine, un risque accru de maladie du motoneurone (englobant la sclérose latérale amyotrophique, la paralysie bulbaire progressive et l'atrophie musculaire progressive) est apparu en lien avec le soudage et le brasage (Armon et al. 1991). La soudure est également apparue comme un facteur de risque, de même que les travaux électriques, ainsi que les travaux avec agents d'imprégnation dans une étude suédoise (Gunnarsson et al. 1992). L'hérédité des maladies neurodégénératives et thyroïdiennes, combinée à l'exposition aux solvants et au sexe masculin, a montré un risque aussi élevé que 15.6. D'autres études indiquent également que l'exposition au plomb et aux solvants pourrait être importante (Campbell, Williams et Barltrop 1970; Hawkes, Cavanagh et Fox 1989; Chio, Tribolo et Schiffer 1989; Sienko et al. 1990).

Pour la maladie d'Alzheimer, aucune indication claire d'un risque professionnel n'est apparue dans une méta-analyse de onze études cas-témoins (Graves et al. 1991), mais plus récemment, un risque accru a été lié au travail ouvrier (Fratiglioni et al. 1993 ). Une autre nouvelle étude, qui comprenait également les personnes les plus âgées, a indiqué que l'exposition aux solvants pourrait être un facteur de risque assez important (Kukull et al. 1995). La suggestion récente selon laquelle la maladie d'Alzheimer pourrait être liée à l'exposition aux champs électromagnétiques était peut-être encore plus surprenante (Sobel et al. 1995). Ces deux études sont susceptibles de stimuler l'intérêt pour plusieurs nouvelles recherches dans le sens indiqué.

Ainsi, au vu des perspectives actuelles de la neuroépidémiologie professionnelle, brièvement exposées, il semble y avoir une raison de mener des études complémentaires liées au travail de différents troubles neurologiques et neuropsychiatriques, jusqu'ici plus ou moins négligés. Il n'est pas improbable qu'il y ait des effets contributifs de diverses expositions professionnelles, de la même manière que nous l'avons vu pour de nombreux types de cancer. De plus, comme dans la recherche sur le cancer étiologique, de nouveaux indices suggérant les causes ultimes ou les mécanismes déclencheurs de certains des troubles neurologiques graves peuvent être obtenus à partir de l'épidémiologie professionnelle.

 

Noir

Lire 5148 fois Dernière modification le samedi, 23 Juillet 2022 19: 38
Plus dans cette catégorie: « Diagnostic

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références sur le système nerveux

Amaducci, L, C Arfaioli, D Inzitari et M Marchi. 1982. Sclérose en plaques chez les travailleurs de la chaussure et du cuir : Une enquête épidémiologique à Florence. Acta Neurol Scand 65:94-103.

Colère, KW. 1990. Recherche neurocomportementale de chantier : résultat, méthodes sensibles, batteries de tests et passage des données de laboratoire à la santé humaine. Neurotoxicologie 11:629-720.

Anger, WK, MG Cassitto, Y Liang, R Amador, J Hooisma, DW Chrislip, D Mergler, M Keifer et J Hörtnagel. 1993. Comparaison des performances de trois continents sur la batterie de tests de base neurocomportementale (NCTB) recommandée par l'OMS. Environ Res 62:125-147.

Arlien-Søborg, P. 1992. Neurotoxicité des solvants. Boca Raton : CRC Press.
Armon, C, LT Kurland, JR Daube et PC O'Brian. 1991. Corrélats épidémiologiques de la sclérose latérale amyotrophique sporadique. Neurology 41:1077-1084.

Axelson, O. 1996. Où en est-on de la neuroépidémiologie professionnelle ? Scand J Work Environ Health 22 : 81-83.

Axelson, O, M Hane et C Hogstedt. 1976. Une étude cas-témoin sur les troubles neuropsychiatriques chez les travailleurs exposés aux solvants. Scand J Work Environ Health 2:14-20.

Bowler, R, D Mergler, S Rauch, R Harrison et J Cone. 1991. Troubles affectifs et de la personnalité chez les anciennes ouvrières de la microélectronique. J Clin Psychiatry 47:41-52.

Brackbill, RM, N Maizlish et T Fischbach. 1990. Risque de handicap neuropsychiatrique chez les peintres aux États-Unis. Scand J Work Environ Health 16:182-188.

Campbell, AMG, ER Williams et D Barltrop. 1970. Maladie du motoneurone et exposition au plomb. J Neurol Neurosurg Psychiatry 33:877-885.

Cherry, NM, FP Labrèche et JC McDonald. 1992. Lésions cérébrales organiques et exposition professionnelle aux solvants. Br J Ind Med 49:776-781.

Chio, A, A Tribolo et D Schiffer. 1989. Maladie du motoneurone et exposition à la colle. Lancette 2:921.

Cooper, JR, FE Bloom et RT Roth. 1986. La base biochimique de la neuropharmacologie. New York : Université d'Oxford. Presse.

Dehart, RL. 1992. Sensibilité chimique multiple—Qu'est-ce que c'est? Sensibilités chimiques multiples. Addendum à : Marqueurs biologiques en immunotoxicologie. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Feldman, RG. 1990. Effets des toxines et des agents physiques sur le système nerveux. In Neurology in Clinical Practice, édité par WG Bradley, RB Daroff, GM Fenichel et CD Marsden. Stoneham, messe : Butterworth.

Feldman, RG et LD Quenzer. 1984. Principes fondamentaux de la neuropsychopharmacologie. Sunderland, Masse : Sinauer Associates.

Flodin, U, B Söderfeldt, H Noorlind-Brage, M Fredriksson et O Axelson. 1988. Sclérose en plaques, solvants et animaux de compagnie : une étude cas-témoin. Arch Neurol 45:620-623.

Fratiglioni L, A Ahlbom, M Viitanen et B Winblad. 1993. Facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer à apparition tardive : une étude cas-témoin basée sur la population. Ann Neurol 33:258-66.

Goldsmith, JR, Y Herishanu, JM Abarbanel et Z Weinbaum. 1990. Le regroupement de la maladie de Parkinson indique une étiologie environnementale. Arch Environ Health 45:88-94.

Graves, AB, CM van Duijn, V Chandra, L Fratiglioni, A Heyman, AF Jorm, et al. 1991. Exposition professionnelle aux solvants et au plomb en tant que facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer : une réanalyse collaborative d'études cas-témoins. Int J Epidémiol 20 Suppl. 2:58-61.

Grönning, M, G Albrektsen, G Kvåle, B Moen, JA Aarli et H Nyland. 1993. Solvants organiques et sclérose en plaques. Acta Neurol Scand 88:247-250.

Gunnarsson, LG, L Bodin, B Söderfeldt et O Axelson. 1992. Une étude cas-témoin de la maladie du motoneurone : sa relation avec l'héritabilité et les expositions professionnelles, en particulier les solvants. Br J Ind Med 49:791-798.

Hänninen, H et K Lindstrom. 1979. Batterie de tests neurocomportementaux de l'Institut de santé au travail. Helsinki : Institut de santé au travail.

Hagberg, M, H Morgenstem et M Kelsh. 1992. Impact des professions et des tâches professionnelles sur la prévalence du syndrome du canal carpien. Scand J Work Environ Health 18:337-345.

Hart, DE. 1988. Toxicologie neuropsychologique : identification et évaluation des syndromes neurotoxiques humains. New York : Presse de Pergamon.

Hawkes, CH, JB Cavanagh et AJ Fox. 1989. Maladie des motoneurones : un trouble secondaire à l'exposition aux solvants ? Lancette 1:73-76.

Howard, JK. 1979. Une enquête clinique sur les travailleurs de la formulation du paraquat. Br J Ind Med 36:220-223.

Hutchinson, LJ, RW Amsler, JA Lybarger et W Chappell. 1992. Batteries de tests neurocomportementaux à utiliser dans les études de terrain sur la santé environnementale. Atlanta : Agence pour les substances toxiques et le registre des maladies (ATSDR).

Johnson, BL. 1987. Prévention des maladies neurotoxiques dans les populations actives. Chichester : Wiley.

Kandel, ER, HH Schwartz et TM Kessel. 1991. Principes des sciences neurales. New York : Elsevier.

Kukull, WA, EB Larson, JD Bowen, WC McCormick, L Teri, ML Pfanschmidt, et al. 1995. L'exposition aux solvants comme facteur de risque de la maladie d'Alzheimer : une étude cas-témoin. Am J Epidemiol 141:1059-1071.

Landtblom, AM, U Flodin, M Karlsson, S Pålhagen, O Axelson et B Söderfeldt. 1993. Sclérose en plaques et exposition aux solvants, aux rayonnements ionisants et aux animaux. Scand J Work Environ Health 19:399-404.

Landtblom, AM, U Flodin, B Söderfeldt, C Wolfson et O Axelson. 1996. Solvants organiques et sclérose en plaques : une synthèse des preuves du ciment. Épidémiologie 7 : 429-433.

Maizlish, D et O Feo. 1994. Alteraciones neuropsicológicas en trabajadores expuestos a neurotóxicos. Salud de los Trabajadores 2:5-34.

Mergler, D. 1995. Neurophysiologie comportementale : Mesures quantitatives de la toxicité sensorielle. In Neurotoxicology: Approaches and Methods, édité par L Chang et W Slikker. New York : Presse académique.

O'Donoghue, JL. 1985. Neurotoxicité des produits chimiques industriels et commerciaux. Vol. I & II. Boca Raton : CRC Press.

Sassine, député, D Mergler, F Larribe et S Bélanger. 1996. Détérioration de la santé mentale chez des travailleurs exposés au styrène. Rev epidmiol med soc santé publ 44:14-24.

Semchuk, KM, EJ Love et RG Lee. 1992. Maladie de Parkinson et exposition aux travaux agricoles et aux pesticides chimiques. Neurologie 42:1328-1335.

Seppäläinen, AMH. 1988. Approches neurophysiologiques pour la détection de la neurotoxicité précoce chez l'homme. Crit Rev Toxicol 14:245-297.

Sienko, DG, JD Davis, JA Taylor et BR Brooks. 1990. Sclérose latérale amyotrophique : Une étude cas-témoins suite à la détection d'un cluster dans une petite communauté du Wisconsin. Arch Neurol 47:38-41.

Simonsen, L, H Johnsen, SP Lund, E Matikainen, U Midtgård et A Wennberg. 1994. Évaluation des données de neurotoxicité : Une approche méthodologique de la classification des produits chimiques neurotoxiques. Scand J Work Environ Health 20:1-12.

Sobel, E, Z Davanipour, R Sulkava, T Erkinjuntti, J Wikström, VW Henderson, et al. 1995. Professions avec exposition aux champs électromagnétiques : Un facteur de risque possible pour la maladie d'Alzheimer. Am J Epidemiol 142:515-524.

Spencer, PS et HH Schaumburg. 1980. Neurotoxicologie expérimentale et clinique. Baltimore : Williams & Wilkins.

Tanner, CM. 1989. Le rôle des toxines environnementales dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Tendances Neurosci 12:49-54.

Urie, RL. 1992. Protection personnelle contre les expositions aux matières dangereuses. Dans Hazardous Materials Toxicology: Clinical Principles of Environmental Health, édité par JB Sullivan et GR Krieger. Baltimore : Williams & Wilkins.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1978. Principes et méthodes d'évaluation de la toxicité des produits chimiques, parties 1 et 2. EHC, n° 6, parties 1 et 2. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé et Conseil nordique des ministres. 1985. Effets chroniques des solvants organiques sur le système nerveux central et critères de diagnostic. EHC, n° 5. Genève : OMS.

Zayed, J, G Ducic, G Campanella, JC Panisset, P André, H Masson, et al. 1990. Facteurs environnementaux dans l'étiologie de la maladie de Parkinson. Can J Neurol Sei 17:286-291.