Jeudi, Mars 03 2011 19: 40

Équilibre

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Fonction du système d'équilibre

Entrée

La perception et le contrôle de l'orientation et du mouvement du corps dans l'espace sont obtenus par un système qui implique des entrées simultanées de trois sources : la vision, l'organe vestibulaire dans l'oreille interne et des capteurs dans les muscles, les articulations et la peau qui fournissent des informations somatosensorielles ou "proprioceptives". des informations sur les mouvements du corps et le contact physique avec l'environnement (figure 1). L'apport combiné est intégré dans le système nerveux central qui génère des actions appropriées pour rétablir et maintenir l'équilibre, la coordination et le bien-être. L'absence de compensation dans n'importe quelle partie du système peut produire un malaise, des étourdissements et une instabilité pouvant entraîner des symptômes et/ou des chutes.

Figure 1. Un aperçu des principaux éléments du système d'équilibre

SEN050F1

Le système vestibulaire enregistre directement l'orientation et le mouvement de la tête. Le labyrinthe vestibulaire est une minuscule structure osseuse située dans l'oreille interne et comprend le canaux semi-circulaires rempli de liquide (endolymphe) et le otolithes (Figure 6). Les trois canaux semi-circulaires sont positionnés à angle droit afin que l'accélération puisse être détectée dans chacun des trois plans possibles de mouvement angulaire. Pendant les tours de tête, le mouvement relatif de l'endolymphe dans les canaux (causé par l'inertie) entraîne une déviation de la cils projetant des cellules sensorielles, induisant une modification du signal neuronal de ces cellules (figure 2). Les otolithes contiennent des cristaux lourds (otoconie) qui réagissent aux changements de position de la tête par rapport à la force de gravité et à l'accélération ou à la décélération linéaire, en pliant à nouveau les cils et en modifiant ainsi le signal des cellules sensorielles auxquelles ils sont attachés.

 

 

 

Figure 2. Schéma de principe du labyrinthe vestibulaire.

SEN050F2

 

Figure 3. Représentation schématique des effets biomécaniques d'une inclinaison de quatre-vingt-dix degrés (vers l'avant) de la tête.

SEN050F3

ERP/WMS

Les interconnexions centrales au sein du système d'équilibre sont extrêmement complexes ; les informations provenant des organes vestibulaires des deux oreilles sont combinées avec des informations provenant de la vision et du système somatosensoriel à différents niveaux du tronc cérébral, du cervelet et du cortex (Luxon 1984).

Sortie

Cette information intégrée fournit la base non seulement de la perception consciente de l'orientation et de l'auto-mouvement, mais aussi du contrôle préconscient des mouvements oculaires et de la posture, au moyen de ce que l'on appelle les réflexes vestibulo-oculaires et vestibulospinaux. Le but du réflexe vestibulo-oculaire est de maintenir un point de fixation visuelle stable pendant le mouvement de la tête en compensant automatiquement le mouvement de la tête par un mouvement oculaire équivalent dans la direction opposée (Howard 1982). Les réflexes vestibulospinaux contribuent à la stabilité posturale et à l'équilibre (Pompeiano et Allum 1988).

Dysfonctionnement du système d'équilibre

Dans des circonstances normales, les entrées des systèmes vestibulaire, visuel et somatosensoriel sont congruentes, mais si une inadéquation apparente se produit entre les différentes entrées sensorielles du système d'équilibre, le résultat est une sensation subjective de vertige, de désorientation ou de sens illusoire du mouvement. Si les étourdissements sont prolongés ou graves, ils s'accompagneront de symptômes secondaires tels que nausées, sueurs froides, pâleur, fatigue et même vomissements. La perturbation du contrôle réflexe des mouvements oculaires et de la posture peut entraîner une image visuelle floue ou scintillante, une tendance à virer d'un côté lors de la marche, ou à chanceler et tomber. Le terme médical désignant la désorientation causée par un dysfonctionnement du système d'équilibre est «vertige», qui peut être causé par un trouble de l'un des systèmes sensoriels contribuant à l'équilibre ou par une intégration centrale défectueuse. Seulement 1 à 2 % de la population consulte son médecin chaque année pour des vertiges, mais l'incidence des étourdissements et des déséquilibres augmente fortement avec l'âge. Le « mal des transports » est une forme de désorientation induite par des conditions environnementales artificielles auxquelles notre système d'équilibre n'a pas été équipé par l'évolution pour faire face, comme le transport passif en voiture ou en bateau (Crampton 1990).

Causes vestibulaires du vertige

Les causes les plus courantes de dysfonctionnement vestibulaire sont les infections labyrinthite or neuronite), Et vertige paroxystique positionnel bénin (BPPV) qui se déclenche principalement en se couchant sur le côté. Des crises récurrentes de vertiges sévères accompagnées d'une perte d'audition et de bruits (acouphènes) dans une oreille sont typiques d'un syndrome connu sous le nom de La maladie de Ménière. Les lésions vestibulaires peuvent également résulter de troubles de l'oreille moyenne (notamment une maladie bactérienne, un traumatisme et un cholestéatome), de médicaments ototoxiques (qui ne doivent être utilisés qu'en cas d'urgence médicale) et d'un traumatisme crânien.

Causes périphériques non vestibulaires de vertige

Les troubles du cou, qui peuvent altérer les informations somatosensorielles relatives aux mouvements de la tête ou interférer avec l'apport sanguin au système vestibulaire, sont considérés par de nombreux cliniciens comme une cause de vertige. Les étiologies courantes comprennent le coup de fouet cervical et l'arthrite. Parfois, l'instabilité est liée à une perte de sensation dans les pieds et les jambes, qui peut être causée par le diabète, l'abus d'alcool, une carence en vitamines, des lésions de la moelle épinière ou un certain nombre d'autres troubles. Parfois, l'origine des sensations de vertige ou de mouvement illusoire de l'environnement peut être attribuée à une certaine distorsion de l'entrée visuelle. Une entrée visuelle anormale peut être causée par une faiblesse des muscles oculaires ou peut être ressentie lors de l'ajustement à des lentilles puissantes ou à des lunettes bifocales.

Causes centrales du vertige

Bien que la plupart des cas de vertige soient attribuables à une pathologie périphérique (principalement vestibulaire), les symptômes de désorientation peuvent être causés par des lésions du tronc cérébral, du cervelet ou du cortex. Les vertiges dus à un dysfonctionnement central sont presque toujours accompagnés d'autres symptômes de troubles neurologiques centraux, tels que des sensations de douleur, des picotements ou un engourdissement du visage ou des membres, des difficultés à parler ou à avaler, des maux de tête, des troubles visuels et une perte de contrôle moteur ou une perte de conscience. Les causes centrales les plus courantes de vertige comprennent les troubles de l'apport sanguin au cerveau (allant de la migraine aux accidents vasculaires cérébraux), l'épilepsie, la sclérose en plaques, l'alcoolisme et parfois les tumeurs. Les étourdissements et les déséquilibres temporaires sont des effets secondaires potentiels d'une vaste gamme de médicaments, y compris les analgésiques, les contraceptifs et les médicaments largement utilisés dans le contrôle des maladies cardiovasculaires, du diabète et de la maladie de Parkinson, et en particulier les médicaments à action centrale tels que stimulants, sédatifs, anticonvulsivants, antidépresseurs et tranquillisants (Ballantyne et Ajodhia 1984).

Diagnostic et traitement

Tous les cas de vertige nécessitent des soins médicaux afin de s'assurer que les conditions dangereuses (relativement rares) qui peuvent provoquer des vertiges sont détectées et qu'un traitement approprié est administré. Des médicaments peuvent être administrés pour soulager les symptômes de vertige aigu à court terme et, dans de rares cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Cependant, si le vertige est causé par un trouble vestibulaire, les symptômes s'atténuent généralement avec le temps à mesure que les intégrateurs centraux s'adaptent au schéma modifié de l'entrée vestibulaire - de la même manière que les marins continuellement exposés au mouvement des vagues acquièrent progressivement leur "pied marin". ”. Pour cela, il est essentiel de continuer à effectuer des mouvements vigoureux qui stimulent le système d'équilibre, même si ceux-ci provoquent dans un premier temps des vertiges et des malaises. Étant donné que les symptômes de vertige sont effrayants et embarrassants, les personnes atteintes peuvent avoir besoin d'une physiothérapie et d'un soutien psychologique pour combattre la tendance naturelle à restreindre leurs activités (Beyts 1987; Yardley 1994).

Vertige au travail

Les facteurs de risque

Les étourdissements et la désorientation, qui peuvent devenir chroniques, sont un symptôme fréquent chez les travailleurs exposés aux solvants organiques ; de plus, une exposition à long terme peut entraîner des signes objectifs de dysfonctionnement du système d'équilibre (par exemple, un contrôle réflexe vestibulaire-oculaire anormal) même chez les personnes qui ne ressentent aucun étourdissement subjectif (Gyntelberg et al. 1986 ; Möller et al. 1990). Les changements de pression rencontrés en vol ou en plongée peuvent endommager l'organe vestibulaire, ce qui entraîne des vertiges soudains et une perte auditive nécessitant un traitement immédiat (Head 1984). Il existe certaines preuves que la perte auditive induite par le bruit peut être accompagnée de dommages aux organes vestibulaires (van Dijk 1986). Les personnes qui travaillent pendant de longues périodes devant des écrans d'ordinateur se plaignent parfois de vertiges ; la cause de cela reste incertaine, bien qu'elle puisse être liée à la combinaison d'une raideur de la nuque et d'une entrée visuelle en mouvement.

Difficultés professionnelles

Des crises de vertige inattendues, comme celles qui surviennent dans la maladie de Ménière, peuvent causer des problèmes aux personnes dont le travail implique des hauteurs, la conduite, la manipulation de machines dangereuses ou la responsabilité de la sécurité d'autrui. Une susceptibilité accrue au mal des transports est un effet courant du dysfonctionnement du système d'équilibre et peut interférer avec les voyages.

Conclusion

L'équilibre est maintenu par un système multisensoriel complexe, et ainsi la désorientation et le déséquilibre peuvent résulter d'une grande variété d'étiologies, en particulier toute condition qui affecte le système vestibulaire ou l'intégration centrale d'informations perceptives pour l'orientation. En l'absence d'atteinte neurologique centrale, la plasticité du système d'équilibre permettra normalement à l'individu de s'adapter aux causes périphériques de désorientation, qu'il s'agisse de troubles de l'oreille interne altérant la fonction vestibulaire ou d'environnements provoquant le mal des transports. Cependant, les crises de vertiges sont souvent imprévisibles, alarmantes et invalidantes, et une rééducation peut être nécessaire pour restaurer la confiance et aider la fonction d'équilibre.

 

Retour

Lire 9602 fois Dernière mise à jour le mardi, Octobre 11 2011 21: 05

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des systèmes sensoriels

Adler, FH. 1992. Physiologie de l'oeil : application clinique. Saint-Louis: Mosby New York Books.

Adrien, WK. 1993. Performance visuelle, acuité et âge: Lux Europa Actes de la VIIe Conférence européenne sur l'éclairage. Londres : CIBSE.

Ahlström, R, B Berglund et U Berblund. 1986. Perception altérée des odeurs dans les nettoyeurs de réservoirs. Scand J Work Environ Health 12:574-581.

Amore, JE. 1986. Effets de l'exposition chimique sur l'olfaction chez l'homme. Dans Toxicology of the Nasal Passages, édité par CS Barrow. Washington, DC : édition de l'hémisphère.

Andersen, HC, I Andersen et J Solgard. 1977. Cancers nasaux, symptômes et fonction des voies respiratoires supérieures chez les menuisiers. Br J Ind Med 34:201-207.

—. 1993. Otolaryngol Clin N Am 5(26).

Axéll, T, K Nilner et B Nilsson. 1983. Évaluation clinique des patients référés avec des symptômes liés au galvanisme oral. Scand Dent J 7:169-178.

Ballantyne, JC et JM Ajodhia. 1984. Vertiges iatrogènes. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

Bar-Sela, S, M Levy, JB Westin, R Laster et ED Richter. 1992. Résultats médicaux chez les travailleurs des batteries au nickel-cadmium. Israël J Med Sci 28:578-583.

Bedwal, RS, N Nair et MP Sharma. 1993. Sélénium-ses perspectives biologiques. Med Hypoth 41:150-159.

Bell, IR. 1994. Livre blanc : Aspects neuropsychiatriques de la sensibilité aux produits chimiques de faible niveau : Un modèle de sensibilisation neuronale. Toxicol Ind Health 10:277-312.

Besser, R, G Krämer, R Thümler, J Bohl, L Gutmann et HC Hopf. 1987. Syndrome cérébelleux limbique aigu de triméthylétain. Neurologie 37:945-950.

Beits, JP. 1987. Rééducation vestibulaire. Dans Adult Audiology, Scott-Brown's Otolaryngology, édité par D Stephens. Londres : Butterworths.

Blanc, PD, HA Boushey, H Wong, SF Wintermeyer et MS Bernstein. 1993. Cytokines dans la fièvre des fondeurs. Am Rev Respir Dis 147:134-138.

Blount, BW. 1990. Deux types de fièvre des fondeurs : légère ou grave. Mil Med (août) 155(8):372-7

Bokina, AI, ND Eksler et AD Semenenko. 1976. Enquête sur le mécanisme d'action des polluants atmosphériques sur le système nerveux central et évaluation comparative des méthodes d'étude. Environ Health Persp 13:37-42.

Bolla, KI, BS Schwartz et W Stewart. 1995. Comparaison de la fonction neurocomportementale chez les travailleurs exposés à un mélange de plomb organique et inorganique et chez les travailleurs exposés à des solvants. Am J Ind Med 27:231-246.

Bonnefoi, M, TM Monticello et KT Morgan. 1991. Réponses toxiques et néoplasiques dans les voies nasales : Besoins de recherche futurs. Exp Lung Res 17:853-868.

Boysen, M et Solberg. 1982. Modifications de la muqueuse nasale des ouvriers du meuble. Scand J Work Environ Health :273-282.

Brittebo, EB, PG Hogman et moi Brandt. 1987. Liaison épithéliale des hexachlorocyclohexanes dans les voies respiratoires et digestives supérieures : une comparaison entre les isomères alpha, bêta et gamma chez la souris. Food Chem Toxicol 25:773-780.

Brooks, SM. 1994. Sensibilité de l'hôte à la pollution de l'air intérieur. J Allergy Clin Immunol 94:344-351.

Callender, TJ, L Morrow, K Subramanian, D Duhon et M Ristovv. 1993. Imagerie métabolique cérébrale tridimensionnelle chez les patients atteints d'encéphalopathie toxique. Recherche environnementale 60:295-319.

Chia, SE, CN Ong, SC Foo et HP Lee. 1992. Exposition d'un étudiant en médecine au formaldéhyde dans un laboratoire de dissection d'anatomie macroscopique. J Am Coll Health 41:115-119.

Choudhuri, S, KK Kramer et NE Berman. 1995. Expression constitutive des gènes de métallothionéine dans le cerveau de souris. Toxicol Appl Pharmacol 131:144-154.

Ciesielski, S, DP Loomis, SR Mims et A Auer. 1994. Expositions aux pesticides, dépression de la cholinestérase et symptômes chez les travailleurs agricoles migrants de la Caroline du Nord. Am J Public Health 84:446-451.

Clerisi, WJ, B Ross et LD Fechter. 1991. Ototoxicité aiguë des trialkylétains chez le cobaye. Toxicol Appl Pharmaco :547-566.

Coleman, JW, MR Holliday et RJ Dearman. 1994. Interactions cytokines-mastocytes : Pertinence pour l'allergie chimique médiée par les IgE. Toxicologie 88:225-235.

Cometto-Muñiz, JE et WS Cain. 1991. Influence des contaminants atmosphériques sur l'olfaction et le bon sens chimique. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell. New York : Raven Press.

—. 1994. Réactions sensorielles du piquant nasal et de l'odeur aux composés organiques volatils : Les alkylbenzènes. Am Ind Hyg Assoc J 55:811-817.

Corwin, J, M Loury et AN Gilbert. 1995. Lieu de travail, âge et sexe en tant que médiateurs de la fonction olfactive : données de l'enquête géographique nationale sur les odeurs. Journal of Gerontolgy: Psychol Sci 50B:P179-P186.

Conseil des matériaux, instruments et équipements dentaires. 1987. Rapport de situation de l'American Dental Association sur l'occurrence de la corrosion galvanique dans la bouche et ses effets potentiels. J Am Dental Assoc 115:783-787.

Conseil des affaires scientifiques. 1989. Rapport du Conseil : Formaldéhyde. JAMA 261:1183-1187.

Crampton, GH. 1990. Mouvement et mal de l'espace. Boca Raton : CRC Press.

Cullen, MR. 1987. Travailleurs polysensibles aux produits chimiques. Occup Med : État Art Rev 2(4).

Deems, DA, RL Doty et RG Settle. 1991. Troubles de l'odorat et du goût, une étude de 750 patients de l'Université de Pennsylvanie Smell and Taste Center. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 117: 519-528.

Della Fera, MA, AE Mott et ME Frank. 1995. Causes iatrogènes des troubles du goût : radiothérapie, chirurgie et médication. In Handbook of Olfaction and Gustation, édité par RL Doty. New York : Marcel Dekker.

Dellon, AL. 1981. Évaluation de la sensibilité et rééducation de la sensation dans la main. Baltimore : Williams & Wilkins.

Dykes, RW. 1977. Récepteurs sensoriels. In Reconstructive Microsurgery, édité par RK Daniel et JK Terzis. Boston : Little Brown & Co.

El-Etri, MM, WT Nickell, M Ennis, KA Skau et MT Shipley. 1992. Réductions de la norépinéphrine cérébrale chez des rats intoxiqués par le soman : association avec les convulsions et l'inhibition de l'AchE, l'évolution dans le temps et la relation avec d'autres monoamines. Experimental Neurology 118:153-163.

Evans, J et L Hastings. 1992. Accumulation de Cd(II) dans le SNC selon la voie d'administration : intrapéritonéale, intratrachéale ou intranasale. Fund Appl Toxicol 19:275-278.

Evans, JE, ML Miller, A Andringa et L Hastings. 1995. Effets comportementaux, histologiques et neurochimiques du nickel(II) sur le système olfactif du rat. Toxicol Appl Pharmacol 130:209-220.

Fechter, LD, JS Young et L Carlisle. 1988. Potentiation des changements de seuil induits par le bruit et de la perte de cellules ciliées par le monoxyde de carbone. Audience Res 34:39-48.
Renard, SL. 1973. Ophtalmologie industrielle et professionnelle. Springfield : Charles C. Thomas.

Frank, ME, TP Hettinger et AE Mott. 1992. Le sens du goût : neurobiologie, vieillissement et effets des médicaments. Critical Reviews in Oral Biology Medicine 3:371-393.

Frank, ME et DV Smith. 1991. Électrogustométrie : Un moyen simple de tester le goût. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell, RL Doty et LM Bartoshuk. New York : Raven Press.

Gagnon, P, D Mergler et S Lapare. 1994. Adaptation olfactive, déplacement du seuil et récupération à de faibles niveaux d'exposition à la méthyl isobutyl cétone (MIBK). Neurotoxicologie 15:637-642.

Gilbertson, TA. 1993. La physiologie de la réception du goût chez les vertébrés. Curr Opin Neurobiol 3:532-539.

Gordon, T et JM Fine. 1993. La fièvre des fondeurs. Occup Med : State Art Rev 8 : 505-517.

Gosselin, RE, RP Smith et HC Hodge. 1984. Toxicologie clinique des produits commerciaux. Baltimore : Williams & Wilkins.

Graham, CH, NR Barlett, JL Brown, Y Hsia, CG Mueller et LA Riggs. 1965. Vision et perception visuelle. New York : John Wiley and Sons, Inc.

Grandjean, E. 1987. Ergonomie dans les bureaux informatisés. Londres : Taylor & Francis.

Grant, A. 1979. Danger optique du durcisseur de fibre de verre. Med J Austral 1:23.

Gresham, LS, CA Molgaard et RA Smith. 1993. Induction des enzymes du cytochrome P-450 via la fumée de tabac : un mécanisme potentiel pour développer une résistance aux toxines environnementales liées au parkinsonisme et à d'autres maladies neurologiques. Neuroépidémiol 12:114-116.

Guidotti, TL. 1994. Exposition professionnelle au sulfure d'hydrogène dans l'industrie du gaz corrosif : quelques problèmes non résolus. Int Arch Occup Environ Health 66:153-160.

Gyntelberg, F, S Vesterhauge, P Fog, H Isager et K Zillstorff. 1986. Intolérance acquise aux solvants organiques et résultats des tests vestibulaires. Am J Ind Med 9:363-370.

Hastings, L. 1990. Neurotoxicologie sensorielle : utilisation du système olfactif dans l'évaluation de la toxicité. Neurotoxicologie et tératologie 12:455-459.

Chef, PW. 1984. Vertige et barotraumatisme. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

Hohmann, B et F Schmuckli. 1989. Dangers du bruit pour l'ouië et l'emplacement de travail. Lucerne : CNA.

Holmström, M, G Rosén et B Wilhelmsson. 1991. Symptômes, physiologie des voies respiratoires et histologie des travailleurs exposés aux panneaux de fibres à densité moyenne. Scand J Work Environ Health 17:409-413.

Hotz, P, A Tschopp, D Söderström et J Holtz. 1992. Troubles de l'odorat ou du goût, symptômes neurologiques et exposition aux hydrocarbures. Int Arch Occup Environ Health 63:525-530.

Howard, PI. 1982. Orientation visuelle humaine. Chichester : Wiley.

Iggo, A et AR Muir. 1969. La structure et la fonction d'un corpuscule tactile à adaptation lente dans la peau velue. J Physiol Londres 200(3):763-796.

Illuminating Engineering Society of North America (IESNA). 1993. Vision et perception. Dans Lighting Handbook: Reference and Application, édité par MS Rea et Fies. New York : IESNA.

Innocenti, A, M Valiani, G Vessio, M Tassini, M Gianelli et S Fusi. 1985. Poussière de bois et maladies nasales : exposition à la poussière de bois de châtaignier et perte d'odorat (étude pilote). Med Lavoro 4:317-320.

Jacobsen, P, HO Hein, P Suadicani, A Parving et F Gyntelberg. 1993. Exposition aux solvants mixtes et déficience auditive : Une étude épidémiologique de 3284 hommes. L'étude masculine de Copenhague. Occup Med 43:180-184.

Johansson, B, E Stenman et M Bergman. 1984. Étude clinique de patients référés pour enquête concernant le soi-disant galvanisme oral. Scand J Dent Res 92:469-475.

Johnson, AC et PR Nylén. 1995. Effets des solvants industriels sur l'audition. Occup Med : Revues de l'état de l'art. 10:623-640.

Kachru, DM, SK Tandon, UK Misra et D Nag. 1989. Empoisonnement au plomb professionnel chez les travailleurs de la bijouterie en argent. Journal indien des sciences médicales 43: 89-91.

Keele, Californie. 1964. Substances produisant de la douleur et des démangeaisons. Londres : Edward Arnold.

Kinnamon, SC et TV Getchell. 1991. Transduction sensorielle dans les neurones récepteurs olfactifs et les cellules réceptrices gustatives. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell, RL Doty et LM Bartoshuk. New York : Raven Press.

Krueger, H. 1992. Exigences visuelles au poste de travail : Diagnostic et traitement. Cahiers
médico-sociaux 36 : 171-181.

Lakshmana, MK, T Desiraju et TR Raju. 1993. Altérations induites par le chlorure mercurique des niveaux d'activité de la noradrénaline, de la dopamine, de la sérotonine et de l'acétylcholine estérase dans différentes régions du cerveau du rat au cours du développement postnatal. Arch Toxicol 67:422-427.

Lima, C et JP Vital. 1994. Réponse de la muqueuse olfactive chez le cobaye suite à une instillation intranasale de Cryptococcus neoformans : une étude histologique et immunocytochimique. Mycopathologie 126:65-73.

Luxon, LM. 1984. L'anatomie et la physiologie du système vestibulaire. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

MacKinnon, SE et AL Dellon. 1988. Chirurgie du nerf périphérique. New York : éditeurs médicaux Thieme.

Mareck, JJ. 1993. La biologie moléculaire de la transduction du goût. Bioessays 15:645-650.

Marek, M. 1992. Interactions entre les amalgames dentaires et l'environnement buccal. Adv Dental Res 6:100-109.

Margolskee, RF. 1993. La biochimie et la biologie moléculaire de la transduction du goût. Curr Opin Neurobiol 3:526-531.

Martin, JH. 1985. Physiologie des récepteurs et codage des sous-modalités dans le système sensoriel somatique. Principles of Neuroscience, édité par ER Kandel et JH Schwartz.

Meyer, JJ. 1990. Physiologie de la vision et ambiance lumineuse. Document de l'Aérospatiale, Paris.

Meyer, JJ, A Bousquet, L Zoganas et JC Schira. 1990. Inconfort et éblouissement handicapé chez les opérateurs de TEV. In Work with Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Meyer, JJ, P Rey et A Bousquet. 1983. Un stimulateur automatique de lumière intermittente pour enregistrer les seuils de perception du scintillement chez les patients atteints de maladie rétinienne. Dans Advances in Diagnostic Visual Optics, édité par GM Brenin et IM Siegel. Berlin : Springer Verlag.

Meyer, JJ, P Rey, B Thorens et A Beaumanoire. 1971. Examen de sujets atteints d'un traumatisme cranio-cérébral par un test de perception visuelle : courbe de Lange. Arc suisse de Neurol 108:213-221.

Meyer, JJ, A Bousquet, JC Schira, L Zoganas et P Rey. 1986. Sensibilité à la lumière et fatigue visuelle lors de la conduite de nuit. Dans Vision in Vehicles, édité par AG Gale. Amsterdam : Elsevier Science Publisher.

Miller, CS. 1992. Modèles possibles pour la sensibilité chimique multiple : problèmes conceptuels et rôle du système limbique. Toxicol Ind Health 8:181-202.

Miller, RR, JT Young, RJ Kociba, DG Keyes, KM Bodner, LL Calhoun et JA Ayres. 1985. Essai biologique de toxicité chronique et d'oncogénicité de l'acrylate d'éthyle inhalé chez des rats fischer 344 et des souris B6C3F1. Drug Chem Toxicol 8:1-42.

Möller, C, L Ödkvist, B Larsby, R Tham, T Ledin et L Bergholtz. 1990. Découverte otoneurologique chez les travailleurs exposés au styrène. Scand J Work Environ Health 16:189-194.

Monteagudo, FSE, MJD Cassidy et PI Folb. 1989. Développements récents en toxicologie de l'aluminium. Méd Toxicol 4:1-16.

Morata, TC, DE Dunn, LW Kretschmer, GK Lemasters et RW Keith. 1993. Effets de l'exposition professionnelle aux solvants organiques et au bruit sur l'ouïe. Scand J Work Environ Health 19:245-254.

Mott, AE, M Grushka et BJ Sessle. 1993. Diagnostic et prise en charge des troubles du goût et du syndrome de la bouche brûlante. Cliniques dentaires d'Amérique du Nord 37:33-71.

Mott, AE et DA Léopold. 1991. Troubles du goût et de l'odorat. Med Clin N Am 75:1321-1353.

Mountcastle, VB. 1974. Physiologie médicale. Saint-Louis : CV Mosby.

Mountcastle, VB, WH Talbot, I Darian-Smith et HH Kornhuber. 1967. Base neurale du sens du flottement-vibration. Sciences :597-600.

Muijser, H, EMG Hoogendijk et J Hoosima. 1988. Les effets de l'exposition professionnelle au styrène sur les seuils auditifs à haute fréquence. Toxicologie :331-340.

Nemery, B. 1990. Toxicité des métaux et voies respiratoires. Eur Respir J 3:202-219.

Naus, A. 1982. Altérations de l'acuité olfactive causées par le menthol. J Laryngol Otol 82:1009-1011.

Örtendahl, TW. 1987. Changements oraux chez les plongeurs travaillant avec le soudage/coupage électrique sous l'eau. Suédois Dent J Suppl 43:1-53.

Örtendahl, TW, G Dahlén et HOE Röckert. 1985. L'évaluation des problèmes bucco-dentaires chez les plongeurs effectuant des travaux de soudage et de découpage électriques sous l'eau. Undersea Biomed Res 12:55-62.

Ogawa, H. 1994. Cortex gustatif des primates : anatomie et physiologie. Neurosci Res 20:1-13.

O'Reilly, JP, BL Respicio et FK Kurata. 1977. Hana Kai II : Une plongée à saturation sèche de 17 jours à 18.6 ATA. VII : Sensations auditives, visuelles et gustatives. Undersea Biomed Res 4:307-314.

Otto, D, G Robinson, S Bauman, S Schroeder, P Mushak, D Kleinbaum et L Boone. 1985. Étude de suivi en % d'années d'enfants présentant une absorption de plomb faible à modérée : évaluation électrophysiologique. Environ Research 38:168-186.

Oyanagi, K, E Ohama et F Ikuta. 1989. Le système auditif dans l'intoxication au méthylmercuriel : Une enquête neuropathologique sur 14 cas d'autopsie à Niigata, Japon. Acta Neuropathol 77:561-568.

Participants des SCP n° 147/242 et HF Morris. 1990. Projet d'études coopératives de l'administration des anciens combattants no. 147 : Association du goût métallique aux alliages céramo-métalliques. J Prothet Dent 63:124-129.

Petersen, PE et C Gormsen. 1991. Conditions orales chez les ouvriers allemands des usines de batteries. Dentisterie communautaire et épidémiologie orale 19:104-106.

Pfeiffer, P et H Schwickerath. 1991. Solubilité du nickel et goût métallique. Zwr 100:762-764,766,768-779.

Pompeiano, O et JHJ Allum. 1988. Contrôle vestibulo-spinal de la posture et de la locomotion. Progrès dans la recherche sur le cerveau, no.76. Amsterdam : Elsevier.

Rees, T et L Duckert. 1994. Perte auditive et autres troubles otiques. Dans Textbook of Clinical, Occupational and Environmental Medicine, édité par C Rosenstock. Philadelphie : WB Saunders.

Ressler, KJ, SL Sullivan et LB Buck. 1994. Une dissection moléculaire de la structuration spatiale dans le système olfactif. Curr Opin Neurobiol 4:588-596.

Rey, P. 1991. Précis De Médecine Du Travail. Genève : Médecine et Hygiène.

Rey, P et A Bousquet. 1990. Stratégies d'examen médical de la vue pour les opérateurs de TEV. In Work With Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Rose, CS, PG Heywood et RM Costanzo. 1934. Altération olfactive après exposition professionnelle chronique au cadmium. J Occup Med 34:600-605.

Rubino, GF. 1990. Enquête épidémiologique sur les troubles oculaires : la recherche multicentrique italienne. In Work with Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam : Elsevier Science Publishers BV

Ruth, JH. 1986. Seuils d'odeur et niveaux d'irritation de plusieurs substances chimiques : une revue. Am Ind Hyg Assoc J 47:142-151.

Rusznak, C, JL Devalia et RJ Davies. 1994. L'impact de la pollution sur les maladies allergiques. Allergie 49:21-27.

Ryback, LP. 1992. Audience : Les effets des produits chimiques. Otolaryngology-Head and Neck Surgery 106:677-686.

—. 1993. Ototoxicité. Otolaryngol Clin N Am 5(26).

Savov, A. 1991. Dommages aux oreilles, au nez et à la gorge dans la production de cuivre. Problemi na Khigienata 16:149-153.

—. 1994. Modifications du goût et de l'odorat : interactions médicamenteuses et préférences alimentaires. Nutr Rev 52(II):S11-S14.

Schiffman, SS. 1994. Modifications du goût et de l'odorat : interactions médicamenteuses et préférences alimentaires. Nutr Rev 52(II): S11-S14.

Schiffman, SS et HT Nagle. 1992. Effet des polluants environnementaux sur le goût et l'odorat. Otolaryngology-Head and Neck Surgery 106:693-700.

Schwartz, BS, DP Ford, KI Bolla, J Agnew et ML Bleecker. 1991. Dysfonctionnement olfactif associé aux solvants : pas un prédicteur de déficits d'apprentissage et de mémoire. Am J Psychiatr 148:751-756.

Schweisfurth, H et C Schottes. 1993. Intoxication aiguë d'un gaz de type hydrazine par 19 travailleurs dans un dépotoir. Zbl Hyg 195:46-54.

Shusterman, D. 1992. Examen critique : L'importance pour la santé de la pollution par les odeurs environnementales. Arch Environ Health 47:76-87.

Shusterman, DJ et JE Sheedy. 1992. Troubles professionnels et environnementaux des sens spéciaux. Occup Med: State Art Rev 7: 515-542.

Siblerud, RL. 1990. La relation entre le mercure des amalgames dentaires et la santé de la cavité buccale. Ann Dent 49:6-10.

Sinclair. 1981. Mécanismes de la sensation cutanée. Oxford : Université d'Oxford. Presse.

Spielman, AI. 1990. Interaction de la salive et du goût. J Dental Res 69:838.

Stevens, JC et WS Cain. 1986. Vieillissement et perception de l'irritation nasale. Physiol Behav 37:323-328.

van Dijk, FJH. 1986. Effets non auditifs du bruit dans l'industrie. II Une revue de la littérature. Int Arch Occup Environ Santé 58.

Verriest, G et G Hermans. 1975. Les aptitudes visuelles professionnelles. Bruxelles : Imprimerie médicale et scientifique.

Welch, AR, JP Birchall et FW Stafford. 1995. Rhinite professionnelle - Mécanismes possibles de pathogenèse. J Laryngol Otol 109:104-107.

Weymouth, FW. 1966. L'œil comme instrument d'optique. In Physiology and Biophysics, édité par TC Ruch et HD Patton. Londres : Saunders.

Wieslander, G, D Norbäck et C Edling. 1994. Exposition professionnelle à la peinture à base d'eau et symptômes de la peau et des yeux. Occup Environ Med 51:181-186.

Winberg, S, R Bjerselius, E Baatrup et KB Doving. 1992. L'effet de Cu (II) sur l'électro-olfactogramme (EOG) du saumon atlantique (Salmo salar L) dans de l'eau douce artificielle de différentes concentrations de carbone inorganique. Écotoxicologie et sécurité environnementale 24:167-178.

Witek, TJ. 1993. Le nez en tant que cible des effets néfastes de l'environnement : application des avancées dans les mesures et les mécanismes physiologiques nasaux. Am J Ind Med 24:649-657.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1981. Arsenic. Critères de santé environnementale, n°18. Genève : OMS.

Yardley, L. 1994. Vertiges et étourdissements. Londres : Routledge.

Yontchev, E, GE Carlsson et B Hedegård. 1987. Résultats cliniques chez les patients souffrant de plaintes d'inconfort orofacial. Int J Oral Maxillofac Surg 16:36-44.