Jeudi, Mars 03 2011 19: 52

Vision et travail

Évaluer cet élément
(0 votes)

Anatomie de l'oeil

L'œil est une sphère (Graham et al. 1965; Adler 1992), d'environ 20 mm de diamètre, qui est placée dans l'orbite du corps avec les six muscles extrinsèques (oculaires) qui déplacent l'œil attaché à la sclérotique, sa paroi externe ( Figure 1). En avant, la sclérotique est remplacée par le cornée, qui est transparent. Derrière la cornée dans la chambre intérieure se trouve le iris, qui règle le diamètre de la pupille, l'espace par lequel passe l'axe optique. L'arrière de la chambre antérieure est formé par le cristallin biconvexe pour, dont la courbure est déterminée par les muscles ciliaires attachés en avant à la sclère et en arrière à la membrane choroïdienne qui tapisse la chambre postérieure. La chambre postérieure est remplie de Humour vitreux- un liquide clair et gélatineux. La choroïde, la surface interne de la chambre postérieure, est noire pour éviter toute interférence avec l'acuité visuelle par des réflexions lumineuses internes.

Figure 1. Représentation schématique de l'œil.

SEN060F1Les paupières aident à maintenir un film de larmes, produit par les glandes lacrymales, qui protège la surface antérieure de l'œil. Le clignotement facilite la propagation des larmes et leur évacuation dans le canal lacrymal, qui se vide dans la cavité nasale. La fréquence des clignements, qui sert de test en ergonomie, varie fortement selon l'activité pratiquée (par exemple, elle est plus lente pendant la lecture) mais aussi selon les conditions d'éclairage (la fréquence des clignements est diminuée par une augmentation de l'éclairement ).

La chambre antérieure contient deux muscles : le sphincter de l'iris, qui contracte l'élève, et le dilatateur, qui l'élargit. Lorsqu'une lumière vive est dirigée vers un œil normal, la pupille se contracte (réflexe pupillaire). Il se contracte également lors de la visualisation d'un objet à proximité.

Les rétine a plusieurs couches internes de cellules nerveuses et une couche externe contenant deux types de cellules photoréceptrices, la tiges et cônes. Ainsi, la lumière passe à travers les cellules nerveuses vers les bâtonnets et les cônes où, d'une manière non encore comprise, elle génère des impulsions dans les cellules nerveuses qui passent le long du nerf optique jusqu'au cerveau. Les cônes, au nombre de quatre à cinq millions, sont responsables de la perception des images lumineuses et des couleurs. Ils sont concentrés dans la partie interne de la rétine, plus densément au fovéa, une petite dépression au centre de la rétine où il n'y a pas de bâtonnets et où la vision est la plus aiguë. A l'aide de la spectrophotométrie, trois types de cônes ont été identifiés, dont les pics d'absorption sont des zones jaunes, vertes et bleues représentant le sens de la couleur. Les 80 à 100 millions de bâtonnets deviennent de plus en plus nombreux vers la périphérie de la rétine et sont sensibles à la faible lumière (vision nocturne). Ils jouent également un rôle majeur dans la vision noir-blanc et dans la détection de mouvement.

Les fibres nerveuses, ainsi que les vaisseaux sanguins qui nourrissent la rétine, traversent la choroïde, le milieu des trois couches formant la paroi de la chambre postérieure, et laissent l'œil comme le nerf optique à un point un peu décentré, qui, parce qu'il n'y a pas de photorécepteurs là-bas, est connu sous le nom de « point aveugle ».

Les vaisseaux rétiniens, les seules artères et veines visibles directement, peuvent être visualisés en dirigeant une lumière à travers la pupille et en utilisant un ophtalmoscope pour faire la mise au point sur leur image (les images peuvent également être photographiées). Ces examens rétinoscopiques, qui font partie de l'examen médical de routine, sont importants pour évaluer les composantes vasculaires de maladies telles que l'artériosclérose, l'hypertension et le diabète, qui peuvent provoquer des hémorragies rétiniennes et/ou des exsudats susceptibles de provoquer des anomalies du champ visuel.

Propriétés de l'œil importantes pour le travail

Mécanisme d'accommodement

Dans l'œil emmétrope (normal), lorsque les rayons lumineux traversent la cornée, la pupille et le cristallin, ils se concentrent sur la rétine, produisant une image inversée qui est inversée par les centres visuels du cerveau.

Lorsqu'un objet distant est observé, la lentille est aplatie. Lors de la visualisation d'objets proches, la lentille s'adapte (c'est-à-dire augmente sa puissance) par une compression des muscles ciliaires en une forme plus ovale et convexe. Dans le même temps, l'iris resserre la pupille, ce qui améliore la qualité de l'image en réduisant les aberrations sphériques et chromatiques du système et en augmentant la profondeur de champ.

En vision binoculaire, l'accommodation s'accompagne nécessairement d'une convergence proportionnelle des deux yeux.

Le champ visuel et le champ de fixation

Le champ visuel (l'espace couvert par les yeux au repos) est limité par des obstacles anatomiques dans le plan horizontal (plus réduit du côté vers le nez) et dans le plan vertical (limité par le bord supérieur de l'orbite). En vision binoculaire, le champ horizontal est d'environ 180 degrés et le champ vertical de 120 à 130 degrés. En vision diurne, la plupart des fonctions visuelles sont affaiblies à la périphérie du champ visuel ; au contraire, la perception du mouvement est améliorée. En vision nocturne, il y a une perte d'acuité considérable au centre du champ visuel, où, comme indiqué plus haut, les bâtonnets sont moins nombreux.

Le champ de fixation s'étend au-delà du champ visuel grâce à la mobilité des yeux, de la tête et du corps ; dans les activités de travail, c'est le champ de fixation qui importe. Les causes de réduction du champ visuel, qu'elles soient anatomiques ou physiologiques, sont très nombreuses : rétrécissement de la pupille ; opacité de la lentille; états pathologiques de la rétine, des voies visuelles ou des centres visuels ; la luminosité de la cible à percevoir ; les montures de lunettes de correction ou de protection ; le mouvement et la vitesse de la cible à percevoir ; et d'autres.

Acuité visuelle

« L'acuité visuelle (AV) est la capacité à discriminer les détails fins des objets dans le champ de vision. Il est spécifié en termes de dimension minimale de certains aspects critiques d'un objet de test qu'un sujet peut identifier correctement » (Riggs, dans Graham et al. 1965). Une bonne acuité visuelle est la capacité à distinguer les détails fins. L'acuité visuelle définit la limite de discrimination spatiale.

La taille rétinienne d'un objet dépend non seulement de sa taille physique mais aussi de sa distance à l'œil ; il est donc exprimé en termes d'angle visuel (généralement en minutes d'arc). L'acuité visuelle est l'inverse de cet angle.

Riggs (1965) décrit plusieurs types de « tâche d'acuité ». Dans la pratique clinique et professionnelle, la tâche de reconnaissance, dans laquelle le sujet doit nommer l'objet à tester et en localiser certains détails, est la plus couramment appliquée. Par commodité, en ophtalmologie, l'acuité visuelle est mesurée par rapport à une valeur dite « normale » à l'aide d'abaques présentant une série d'objets de tailles différentes ; ils doivent être vus à une distance standard.

Dans la pratique clinique, les diagrammes de Snellen sont les tests les plus largement utilisés pour l'acuité visuelle à distance ; une série d'objets de test sont utilisés dans lesquels la taille et la forme large des caractères sont conçues pour sous-tendre un angle de 1 minute à une distance standard qui varie d'un pays à l'autre (aux États-Unis, 20 pieds entre le graphique et l'individu testé ; dans la plupart des pays européens, 6 mètres). Le score de Snellen normal est donc de 20/20. Des objets de test plus grands qui forment un angle de 1 minute d'arc à de plus grandes distances sont également fournis.

L'acuité visuelle d'un individu est donnée par la relation VA = D¢/D, où D¢ est la distance d'observation standard et D la distance à laquelle le plus petit objet testé correctement identifié par l'individu sous-tend un angle de 1 minute d'arc. Par exemple, la VA d'une personne est de 20/30 si, à une distance de visualisation de 20 pieds, elle peut juste identifier un objet qui sous-tend un angle de 1 minute à 30 pieds.

En pratique optométrique, les objets sont souvent des lettres de l'alphabet (ou des formes familières, pour les analphabètes ou les enfants). Cependant, lors de la répétition du test, les grilles doivent présenter des caractères inapprenables pour lesquels la reconnaissance des différences n'implique aucune caractéristique éducative et culturelle. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est aujourd'hui recommandé au niveau international d'utiliser des anneaux de Landolt, du moins dans les études scientifiques. Les anneaux de Landolt sont des cercles avec un espace dont la position directionnelle doit être identifiée par le sujet.

Sauf chez les personnes vieillissantes ou chez les personnes présentant des défauts d'accommodation (presbytie), l'acuité visuelle de loin et de près est parallèle. La plupart des métiers nécessitent à la fois une bonne vision de loin (sans hébergement) et une bonne vision de près. Des diagrammes de Snellen de différents types sont également disponibles pour la vision de près (figures 2 et 3). Ce diagramme de Snellen particulier doit être tenu à 16 pouces de l'œil (40 cm); en Europe, des grilles similaires existent pour une distance de lecture de 30 cm (la distance appropriée pour lire un journal).

Figure 2. Exemple de diagramme de Snellen : anneaux de Landolt (acuité en valeurs décimales (distance de lecture non précisée)).

SEN060F2

Figure 3. Exemple de diagramme de Snellen : lettres Sloan pour mesurer la vision de près (40 cm) (acuité en valeurs décimales et en équivalents de distance).

SEN060F3

Avec l'utilisation généralisée des écrans de visualisation, il y a cependant un intérêt accru en santé au travail pour tester les opérateurs à une distance plus longue (60 à 70 cm, selon Krueger (1992), afin de corriger correctement les opérateurs de l'écran.

Testeurs de vision et dépistage visuel

Pour la pratique professionnelle, plusieurs types de testeurs visuels sont disponibles sur le marché qui présentent des caractéristiques similaires ; ils sont nommés Orthorater, Visiotest, Ergovision, Titmus Optimal C Tester, C45 Glare Tester, Mesoptometer, Nyctometer et ainsi de suite.

Ils sont petits; ils sont indépendants de l'éclairage de la salle d'essai, ayant leur propre éclairage interne ; ils fournissent plusieurs tests, tels que l'acuité visuelle binoculaire et monoculaire de loin et de près (la plupart du temps avec des caractères inapaisables), mais aussi la perception de la profondeur, la discrimination rugueuse des couleurs, l'équilibre musculaire, etc. L'acuité visuelle de près peut être mesurée, parfois à courte et moyenne distance de l'objet à tester. Le plus récent de ces appareils utilise largement l'électronique pour fournir automatiquement des notes écrites pour différents tests. De plus, ces instruments peuvent être manipulés par du personnel non médical après une certaine formation.

Les testeurs de vision sont conçus dans le but d'effectuer un dépistage des travailleurs avant le recrutement, ou parfois des tests ultérieurs, en tenant compte des exigences visuelles de leur lieu de travail. Le tableau 1 indique le niveau d'acuité visuelle nécessaire pour accomplir des activités non qualifiées à hautement qualifiées, lors de l'utilisation d'un appareil de test particulier (Fox, dans Verriest et Hermans 1976).

 


Tableau 1. Exigences visuelles pour différentes activités lors de l'utilisation du testeur Titmus Optimal C, avec correction

 

Catégorie 1 : Travail de bureau

Acuité visuelle de loin 20/30 dans chaque œil (20/25 pour la vision binoculaire)

Près de VA 20/25 dans chaque œil (20/20 pour la vision binoculaire)

Catégorie 2 : Inspection et autres activités en mécanique fine

VA lointain 20/35 dans chaque œil (20/30 pour la vision binoculaire)

Près de VA 20/25 dans chaque œil (20/20 pour la vision binoculaire)

Catégorie 3 : Opérateurs d'engins mobiles

VA lointain 20/25 dans chaque œil (20/20 pour la vision binoculaire)

Près de VA 20/35 dans chaque œil (20/30 pour la vision binoculaire)

Catégorie 4 : Opérations sur machines-outils

VA de loin et de près 20/30 dans chaque œil (20/25 pour la vision binoculaire)

Catégorie 5 : Ouvriers non qualifiés

VA lointain 20/30 dans chaque œil (20/25 pour la vision binoculaire)

Près de VA 20/35 dans chaque œil (20/30 pour la vision binoculaire)

Catégorie 6 : Contremaîtres

VA lointain 20/30 dans chaque œil (20/25 pour la vision binoculaire)

Près de VA 20/25 dans chaque œil (20/20 pour la vision binoculaire)

Source : Selon Fox dans Verriest et Hermans 1975.

 


 

Il est recommandé par les fabricants que les employés soient mesurés lorsqu'ils portent leurs verres correcteurs. Fox (1965) souligne cependant qu'une telle procédure peut conduire à des résultats erronés : par exemple, les travailleurs sont testés avec des verres trop vieux par rapport à l'heure de la mesure actuelle ; ou les lentilles peuvent être usées par l'exposition à la poussière ou à d'autres agents nocifs. Il arrive également très souvent que des personnes se présentent à la salle d'examen avec les mauvaises lunettes. Fox (1976) suggère donc que, si "la vision corrigée n'est pas améliorée au niveau 20/20 pour la distance et de près, une référence doit être faite à un ophtalmologiste pour une évaluation et une réfraction appropriées pour le besoin actuel de l'employé sur son travail" . D'autres lacunes des testeurs de vision sont mentionnées plus loin dans cet article.

Facteurs influençant l'acuité visuelle

VA rencontre sa première limitation dans la structure du rétine. En vision diurne, elle peut dépasser 10/10ème au niveau de la fovéa et peut décliner rapidement à mesure que l'on s'éloigne de quelques degrés du centre de la rétine. En vision nocturne, l'acuité est très mauvaise voire nulle au centre mais peut atteindre le dixième en périphérie, du fait de la répartition des cônes et des bâtonnets (figure 4).

Figure 4. Densité des cônes et des bâtonnets dans la rétine par rapport à l'acuité visuelle relative dans le champ visuel correspondant.

SEN060F4

Le diamètre de la pupille agit sur la performance visuelle de manière complexe. Lorsqu'elle est dilatée, la pupille permet à plus de lumière d'entrer dans l'œil et de stimuler la rétine ; le flou dû à la diffraction de la lumière est minimisé. Une pupille plus étroite, cependant, réduit les effets négatifs des aberrations de l'objectif mentionnées ci-dessus. En général, un diamètre pupillaire de 3 à 6 mm favorise une vision claire.

Grâce au processus de adaptation il est possible pour l'être humain de voir aussi bien au clair de lune qu'en plein soleil, même s'il existe une différence d'éclairement de 1 à 10,000,000 XNUMX XNUMX. La sensibilité visuelle est si large que l'intensité lumineuse est tracée sur une échelle logarithmique.

En entrant dans une chambre obscure, nous sommes d'abord complètement aveugles ; alors les objets qui nous entourent deviennent perceptibles. Au fur et à mesure que le niveau de lumière augmente, on passe d'une vision dominée par des bâtonnets à une vision dominée par des cônes. Le changement de sensibilité qui l'accompagne est connu sous le nom de Purkinje changement. La rétine adaptée à l'obscurité est principalement sensible à une faible luminosité, mais se caractérise par l'absence de vision des couleurs et une mauvaise résolution spatiale (faible VA); la rétine adaptée à la lumière est peu sensible aux faibles luminosités (les objets doivent être bien éclairés pour être perçus), mais se caractérise par une résolution spatiale et temporelle élevée et par la vision des couleurs. Après la désensibilisation induite par une stimulation lumineuse intense, l'œil retrouve sa sensibilité selon une progression typique : d'abord un changement rapide impliquant les cônes et l'adaptation diurne ou photopique, suivi d'une phase plus lente impliquant les bâtonnets et l'adaptation nocturne ou scotopique ; la zone intermédiaire implique une faible luminosité ou une adaptation mésopique.

En milieu de travail, l'adaptation nocturne n'est guère pertinente sauf pour les activités dans une pièce sombre et pour la conduite de nuit (bien que le reflet sur la route des phares apporte toujours un peu de lumière). La simple adaptation à la lumière du jour est la plus courante dans les activités industrielles ou de bureau, assurée soit par un éclairage naturel, soit par un éclairage artificiel. Cependant, de nos jours, avec l'accent mis sur le travail sur écran, de nombreux travailleurs aiment travailler dans la pénombre.

Dans la pratique professionnelle, le comportement des groupes de personnes est particulièrement important (par rapport à l'évaluation individuelle) lors de la sélection de la conception la plus appropriée des lieux de travail. Les résultats d'une étude de 780 employés de bureau à Genève (Meyer et al. 1990) montrent le changement dans la distribution en pourcentage des niveaux d'acuité lorsque les conditions d'éclairage sont modifiées. On constate qu'une fois adaptés à la lumière du jour, la plupart des travailleurs testés (avec correction oculaire) atteignent une acuité visuelle assez élevée ; dès que le niveau d'éclairement environnant est réduit, la VA moyenne diminue, mais aussi les résultats sont plus étalés, certaines personnes ayant de très mauvaises performances ; cette tendance est aggravée lorsque la faible lumière s'accompagne d'une source d'éblouissement gênante (figure 5). En d'autres termes, il est très difficile de prédire le comportement d'un sujet dans la pénombre à partir de son score dans des conditions de lumière du jour optimales.

Figure 5. Répartition en pourcentage de l'acuité visuelle des employés de bureau testés.

SEN060F5

Éblouissement. Lorsque les yeux sont dirigés d'une zone sombre vers une zone éclairée et inversement, ou lorsque le sujet regarde un instant une lampe ou une fenêtre (éclairement variant de 1,000 12,000 à XNUMX XNUMX cd/m2), les changements d'adaptation concernent une zone limitée du champ visuel (adaptation locale). Le temps de récupération après la désactivation de l'éblouissement peut durer plusieurs secondes, selon le niveau d'éclairage et le contraste (Meyer et al. 1986) (figure 6).

Figure 6. Temps de réponse avant et après exposition à l'éblouissement pour percevoir l'entrefer d'un anneau de Landolt : Adaptation à la lumière tamisée.

SEN060F6

Images rémanentes. La désadaptation locale s'accompagne généralement de l'image continue d'une tache lumineuse, colorée ou non, qui produit un effet de voile ou de masquage (c'est l'image consécutive). Les images rémanentes ont été très largement étudiées pour mieux comprendre certains phénomènes visuels (Brown in Graham et al. 1965). Après la fin de la stimulation visuelle, l'effet persiste pendant un certain temps ; cette persistance explique par exemple pourquoi la perception d'une lumière continue peut être présente face à une lumière scintillante (voir ci-dessous). Si la fréquence de scintillement est suffisamment élevée, ou lorsque l'on regarde des voitures la nuit, on voit une ligne de lumière. Ces images rémanentes sont produites dans l'obscurité lors de la visualisation d'un point éclairé; ils sont également produits par des zones colorées, laissant des images colorées. C'est la raison pour laquelle les opérateurs de VDU peuvent être exposés à des images rémanentes nettes après avoir regardé l'écran pendant un temps prolongé, puis avoir déplacé leurs yeux vers une autre zone de la pièce.

Les images rémanentes sont très compliquées. Par exemple, une expérience sur les images rémanentes a révélé qu'une tache bleue apparaît blanche pendant les premières secondes d'observation, puis rose après 30 secondes, puis rouge vif après une minute ou deux. Une autre expérience a montré qu'un champ rouge orangé apparaissait momentanément rose, puis en 10 à 15 secondes passait par l'orange et le jaune jusqu'à un aspect vert vif qui restait tout au long de l'observation. Lorsque le point de fixation se déplace, généralement l'image rémanente se déplace également (Brown in Graham et al. 1965). De tels effets pourraient être très dérangeants pour quelqu'un travaillant avec un écran de visualisation.

La lumière diffuse émise par les sources d'éblouissement a également pour effet de réduire la contraste objet/fond (effet voilant) et réduisant ainsi l'acuité visuelle (éblouissement handicapant). Les ergophtalmologistes décrivent également l'éblouissement d'inconfort, qui ne réduit pas l'acuité visuelle mais provoque une sensation inconfortable voire douloureuse (IESNA 1993).

Le niveau d'éclairement du poste de travail doit être adapté au niveau requis par la tâche. S'il suffit de percevoir des formes dans un environnement de luminosité stable, un éclairage faible peut suffire ; mais dès qu'il s'agit de voir des détails fins qui demandent une acuité accrue, ou s'il s'agit d'un travail de discrimination des couleurs, l'éclairement rétinien doit être sensiblement augmenté.

Le tableau 2 donne les valeurs d'éclairement recommandées pour la conception de l'éclairage de quelques postes de travail dans différentes industries (IESNA 1993).

Tableau 2. Valeurs d'éclairement recommandées pour la conception de l'éclairage de quelques postes de travail

Industrie du nettoyage et du pressage
Nettoyage à sec et humide et à la vapeur 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Inspection et repérage 2,000-5,000 200 lux ou 500-XNUMX pieds-bougies
Réparation et modification 1,000-2,000 100 lux ou 200-XNUMX pieds-bougies
Produits laitiers, industrie du lait de consommation
Stockage des bouteilles 200-500 20 lux ou 50-XNUMX pieds-bougies
Laveurs de bouteilles 200-500 20 lux ou 50-XNUMX pieds-bougies
Remplissage, contrôle 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Laboratoires 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Matériel électrique, fabrication
Imprégnation 200-500 20 lux ou 50-XNUMX pieds-bougies
Bobinage isolant 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Centrales électriques
Équipement de climatisation, préchauffeur d'air 50-100 50 lux ou 10-XNUMX pieds-bougies
Auxiliaires, pompes, réservoirs, compresseurs 100-200 10 lux ou 20-XNUMX pieds-bougies
Industrie de l'habillement
Examiner (se percher) 10,000-20,000 1,000 lux ou 2,000-XNUMX pieds-bougies
Coupe 2,000-5,000 200 lux ou 500-XNUMX pieds-bougies
Nettoyage à sec 1,000-2,000 100 lux ou 200-XNUMX pieds-bougies
Couture 2,000-5,000 200 lux ou 500-XNUMX pieds-bougies
Empilage et marquage 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Éponger, décaper, enrouler 200-500 20 lux ou 50-XNUMX pieds-bougies
Banques
Général 100-200 10 lux ou 20-XNUMX pieds-bougies
Zone d'écriture 200-500 20 lux ou 50-XNUMX pieds-bougies
Postes de caissiers 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Fermes laitières
Zone Haymow 20-50 2 lux ou 5-XNUMX pieds-bougies
Zone de lavage 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Zone d'alimentation 100-200 10 lux ou 20-XNUMX pieds-bougies
Fonderies
Noyautage : fin 1,000-2,000 100 lux ou 200-XNUMX pieds-bougies
Noyautage : moyen 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Moulage : moyen 1,000-2,000 100 lux ou 200-XNUMX pieds-bougies
Moulure : grande 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies
Contrôle : bien 1,000-2,000 100 lux ou 200-XNUMX pieds-bougies
Contrôle : moyen 500-1,000 50 lux ou 100-XNUMX pieds-bougies

Source : IESNA 1993.

 

Contraste de luminosité et répartition spatiale des luminances au poste de travail. Du point de vue de l'ergonomie, le rapport entre les luminances de la mire, son arrière-plan immédiat et l'environnement a été largement étudié, et des recommandations à ce sujet sont disponibles pour différentes exigences de la tâche (voir Verriest et Hermans 1975 ; Grandjean 1987).

Le contraste objet-fond est actuellement défini par la formule (Lf - Lo)/Lf, Où Lo est la luminance de l'objet et Lf la luminance du fond. Il varie donc de 0 à 1.

Comme le montre la figure 7, l'acuité visuelle augmente avec le niveau d'éclairage (comme indiqué précédemment) et avec l'augmentation du contraste objet-fond (Adrian 1993). Cet effet est particulièrement marqué chez les jeunes. Un grand fond clair et un objet sombre offrent ainsi la meilleure efficacité. Cependant, dans la vraie vie, le contraste n'atteindra jamais l'unité. Par exemple, lorsqu'une lettre noire est imprimée sur une feuille de papier blanche, le contraste objet-fond n'atteint qu'une valeur d'environ 90 %.

Figure 7. Relation entre l'acuité visuelle d'un objet sombre perçu sur un fond recevant un éclairement croissant pour quatre valeurs de contraste.

SEN060F7

Dans la situation la plus favorable, c'est-à-dire en présentation positive (lettres sombres sur fond clair), l'acuité et le contraste sont liés, de sorte que la visibilité peut être améliorée en agissant sur l'un ou l'autre facteur, par exemple en augmentant la taille des lettres. ou leur obscurité, comme dans le tableau de Fortuin (in Verriest et Hermans 1975). Lorsque les écrans vidéo sont apparus sur le marché, des lettres ou des symboles étaient présentés à l'écran sous forme de taches claires sur un fond sombre. Plus tard, de nouveaux écrans ont été développés qui affichaient des lettres sombres sur un fond clair. De nombreuses études ont été menées afin de vérifier si cette présentation améliorait la vision. Les résultats de la plupart des expériences soulignent sans aucun doute que l'acuité visuelle est améliorée lors de la lecture de lettres sombres sur fond clair ; bien entendu un écran noir favorise les reflets des sources d'éblouissement.

Le champ visuel fonctionnel est défini par le rapport entre la luminosité des surfaces réellement perçues par l'œil au poste de travail et celles des zones environnantes. Il faut veiller à ne pas créer de trop grandes différences de luminosité dans le champ visuel ; selon l'importance des surfaces concernées, il se produit des changements d'adaptation générale ou locale qui provoquent une gêne dans l'exécution de la tâche. De plus, il est reconnu que pour obtenir de bonnes performances, les contrastes sur le terrain doivent être tels que la zone de travail soit plus éclairée que son environnement immédiat, et que les zones éloignées soient plus sombres.

Heure de présentation de l'objet. La capacité à détecter un objet dépend directement de la quantité de lumière pénétrant dans l'œil, et celle-ci est liée à l'intensité lumineuse de l'objet, à ses qualités de surface et au temps pendant lequel il apparaît (cela est connu dans les tests de présentation tachystocopique). Une réduction de l'acuité se produit lorsque la durée de la présentation est inférieure à 100 à 500 ms.

Mouvements de l'œil ou de la cible. La perte de performance survient notamment lorsque l'œil se branle ; néanmoins, une stabilité totale de l'image n'est pas nécessaire pour atteindre une résolution maximale. Mais il a été démontré que des vibrations telles que celles des engins de chantier ou des tracteurs peuvent nuire à l'acuité visuelle.

Diplopie. L'acuité visuelle est plus élevée en vision binoculaire qu'en vision monoculaire. La vision binoculaire nécessite des axes optiques qui se rencontrent tous les deux au niveau de l'objet regardé, de sorte que l'image tombe dans les zones correspondantes de la rétine de chaque œil. Ceci est rendu possible par l'activité des muscles externes. Si la coordination des muscles externes est défaillante, des images plus ou moins transitoires peuvent apparaître, comme dans une fatigue visuelle excessive, et provoquer des sensations gênantes (Grandjean 1987).

En bref, le pouvoir discriminant de l'œil dépend du type d'objet à percevoir et de l'environnement lumineux dans lequel il est mesuré ; au cabinet médical, les conditions sont optimales : fort contraste objet-fond, adaptation directe à la lumière du jour, caractères aux arêtes vives, présentation de l'objet sans limite de temps, et certaine redondance des signaux (par exemple, plusieurs lettres de même taille sur un diagramme de Snellen). De plus, l'acuité visuelle déterminée à des fins diagnostiques est une opération maximale et unique en l'absence de fatigue accommodative. L'acuité clinique est donc une mauvaise référence pour la performance visuelle atteinte au travail. De plus, une bonne acuité clinique ne signifie pas nécessairement l'absence d'inconfort au travail, où les conditions de confort visuel individuel sont rarement atteintes. Dans la plupart des postes de travail, comme le souligne Krueger (1992), les objets à percevoir sont flous et peu contrastés, les luminances de fond sont inégalement dispersées avec de nombreuses sources d'éblouissement produisant des effets de voilement et d'adaptation locale, etc. Selon nos propres calculs, les résultats cliniques n'ont pas beaucoup de valeur prédictive de la quantité et de la nature de la fatigue visuelle rencontrée, par exemple, dans le travail sur écran. Une configuration de laboratoire plus réaliste dans laquelle les conditions de mesure étaient plus proches des exigences de la tâche a donné de meilleurs résultats (Rey et Bousquet 1990 ; Meyer et al. 1990).

Krueger (1992) a raison d'affirmer que l'examen ophtalmologique n'est pas vraiment adapté à la médecine du travail et à l'ergonomie, que de nouvelles procédures d'examen devraient être développées ou étendues et que les dispositifs de laboratoire existants devraient être mis à la disposition du médecin du travail.

Vision en relief, vision stéréoscopique

Vision binoculaire permet d'obtenir une image unique par synthèse des images reçues par les deux yeux. Les analogies entre ces images donnent lieu à la coopération active qui constitue le mécanisme essentiel de la sensation de profondeur et de relief. La vision binoculaire a la propriété supplémentaire d'élargir le champ, d'améliorer les performances visuelles en général, de soulager la fatigue et d'augmenter la résistance à l'éblouissement et à l'éblouissement.

Lorsque la fusion des deux yeux n'est pas suffisante, la fatigue oculaire peut apparaître plus tôt.

Sans atteindre l'efficacité de la vision binoculaire pour apprécier le relief d'objets relativement proches, la sensation de relief et la perception de profondeur sont néanmoins possibles avec vision monoculaire au moyen de phénomènes qui ne nécessitent pas de disparité binoculaire. Nous savons que la taille des objets ne change pas ; c'est pourquoi la taille apparente joue un rôle dans notre appréciation de la distance ; ainsi des images rétiniennes de petite taille donneront l'impression d'objets éloignés, et inversement (taille apparente). Les objets proches ont tendance à cacher les objets plus éloignés (c'est ce qu'on appelle l'interposition). Le plus brillant de deux objets, ou celui avec une couleur plus saturée, semble être plus proche. L'environnement joue également un rôle : les objets plus éloignés se perdent dans la brume. Deux droites parallèles semblent se rejoindre à l'infini (c'est l'effet de perspective). Enfin, si deux cibles se déplacent à la même vitesse, celle dont la vitesse de déplacement rétinien est la plus lente apparaîtra plus éloignée de l'œil.

En effet, la vision monoculaire ne constitue pas un obstacle majeur dans la majorité des situations de travail. Le sujet doit s'habituer au rétrécissement du champ visuel et aussi à la possibilité assez exceptionnelle que l'image de l'objet tombe dans l'angle mort. (En vision binoculaire, la même image ne tombe jamais sur la tache aveugle des deux yeux en même temps.) Il convient également de noter qu'une bonne vision binoculaire ne s'accompagne pas nécessairement d'une vision en relief (stéréoscopique), car celle-ci dépend également du système nerveux complexe. processus.

Pour toutes ces raisons, la réglementation du besoin de vision stéréoscopique au travail devrait être abandonnée et remplacée par un examen approfondi des individus par un ophtalmologiste. De telles réglementations ou recommandations existent néanmoins et la vision stéréoscopique est censée être nécessaire pour des tâches telles que la conduite de grues, la bijouterie et les travaux de découpe. Cependant, nous devons garder à l'esprit que les nouvelles technologies peuvent modifier profondément le contenu de la tâche ; par exemple, les machines-outils informatisées modernes sont probablement moins exigeantes en vision stéréoscopique qu'on ne le croyait auparavant.

Autant que conduite est concernée, les réglementations ne sont pas nécessairement similaires d'un pays à l'autre. Dans le tableau 3 (au verso), les exigences françaises pour la conduite de véhicules légers ou lourds sont mentionnées. Les directives de l'American Medical Association sont la référence appropriée pour les lecteurs américains. Fox (1973) mentionne que, pour le US Department of Transportation en 1972, les conducteurs de véhicules utilitaires doivent avoir une VA distante d'au moins 20/40, avec ou sans verres correcteurs ; un champ de vision d'au moins 70 degrés est nécessaire dans chaque œil. La capacité de reconnaître les couleurs des feux de circulation était également requise à cette époque, mais aujourd'hui, dans la plupart des pays, les feux de circulation peuvent être distingués non seulement par la couleur mais aussi par la forme.

Tableau 3. Exigences visuelles pour un permis de conduire en France

Acuité visuelle (avec des lunettes)
Pour véhicules légers Au moins 6/10e pour les deux yeux avec au moins 2/10e dans le pire œil
Pour véhicules lourds VA aux deux yeux de 10/10e avec au moins 6/10e dans le pire œil
Champ visuel
Pour véhicules légers Pas de permis si réduction périphérique chez les candidats 2 œil ou 10 œil ayant une acuité visuelle inférieure à XNUMX/XNUMXe
Pour véhicules lourds Intégrité complète des deux champs visuels (pas de réduction périphérique, pas de scotome)
Nystagmus (mouvements oculaires spontanés)
Pour véhicules légers Pas de permis si acuité visuelle binoculaire inférieure à 8/10e
Véhicules lourds Aucun défaut de vision nocturne n'est acceptable

 

Mouvements des yeux

Plusieurs types de mouvements oculaires sont décrits dont l'objectif est de permettre à l'œil de profiter de toutes les informations contenues dans les images. Le système de fixation permet de maintenir l'objet en place au niveau des récepteurs fovéolaires où il peut être examiné dans la région rétinienne avec le plus haut pouvoir de résolution. Néanmoins, les yeux sont constamment soumis à des micromouvements (tremblements). Saccadés (particulièrement étudiés lors de la lecture) sont des mouvements rapides induits intentionnellement dont le but est de déplacer le regard d'un détail à l'autre de l'objet immobile ; le cerveau perçoit ce mouvement imprévu comme le mouvement d'une image à travers la rétine. Cette illusion de mouvement se rencontre dans des états pathologiques du système nerveux central ou de l'organe vestibulaire. Les mouvements de recherche sont en partie volontaires lorsqu'ils impliquent le suivi d'objets relativement petits, mais deviennent plutôt irrépressibles lorsqu'il s'agit d'objets très volumineux. Plusieurs mécanismes de suppression des images (dont les saccades) permettent à la rétine de se préparer à recevoir de nouvelles informations.

Illusions de mouvements (mouvements autocinétiques) d'un point lumineux ou d'un objet immobile, comme le mouvement d'un pont sur un cours d'eau, s'expliquent par des persistances rétiniennes et des conditions de vision non intégrées dans notre référentiel central. L'effet consécutif peut n'être qu'une simple erreur d'interprétation d'un message lumineux (parfois nocif en milieu de travail) ou entraîner des troubles neurovégétatifs graves. Les illusions causées par les figures statiques sont bien connues. Les mouvements de lecture sont discutés ailleurs dans ce chapitre.

Flicker Fusion et Courbe de Lange

Lorsque l'œil est exposé à une succession de stimulations brèves, il éprouve d'abord un scintillement puis, avec une augmentation de fréquence, une impression de luminosité stable : c'est le fréquence de fusion critique. Si la lumière stimulante fluctue de manière sinusoïdale, le sujet peut ressentir une fusion pour toutes les fréquences inférieures à la fréquence critique dans la mesure où le niveau de modulation de cette lumière est réduit. Tous ces seuils peuvent ensuite être rejoints par une courbe qui a été décrite pour la première fois par de Lange et qui peut être altérée lors du changement de la nature de la stimulation : la courbe sera déprimée lorsque la luminance de la zone scintillante est réduite ou si le contraste entre les la tache scintillante à ses environs diminue; des modifications similaires de la courbe peuvent être observées dans des pathologies rétiniennes ou dans des séquelles de traumatisme crânien (Meyer et al. 1971) (Figure 8).

Figure 8. Courbes de flicker-fusion reliant la fréquence de la stimulation lumineuse intermittente et son amplitude de modulation au seuil (courbes de de Lange), moyenne et écart-type, chez 43 patients traumatisés crâniens et 57 témoins (ligne pointillée).

SEN060F8

Il faut donc être prudent lorsqu'on prétend interpréter une baisse de la fusion critique du scintillement en termes de fatigue visuelle induite par le travail.

La pratique professionnelle devrait mieux utiliser la lumière scintillante pour détecter les petites lésions ou dysfonctionnements rétiniens (par exemple, on peut observer un rehaussement de la courbe lorsqu'il s'agit d'une intoxication légère, puis une baisse lorsque l'intoxication devient plus importante) ; cette procédure de test, qui n'altère pas l'adaptation rétinienne et qui ne nécessite pas de correction oculaire, est également très utile pour le suivi de la récupération fonctionnelle pendant et après un traitement (Meyer et al. 1983) (figure 9).

Figure 9. Courbe de De Lange chez un jeune homme absorbant de l'éthambutol ; l'effet du traitement peut être déduit en comparant la sensibilité au scintillement du sujet avant et après le traitement.

SEN060F9

Vision des couleurs

La sensation de couleur est liée à l'activité des cônes et n'existe donc que dans le cas d'une adaptation à la lumière du jour (gamme lumineuse photopique) ou mésopique (gamme lumineuse moyenne). Pour que le système d'analyse des couleurs fonctionne de manière satisfaisante, l'éclairement des objets perçus doit être d'au moins 10 cd/m2. D'une manière générale, trois sources de couleurs, les couleurs dites primaires, le rouge, le vert et le bleu, suffisent à reproduire tout un spectre de sensations colorées. De plus, on observe un phénomène d'induction de contraste de couleur entre deux couleurs qui se renforcent mutuellement : le couple vert-rouge et le couple jaune-bleu.

Les deux théories de la sensation de couleur, la trichromatique et les terres parsemées de dichromatique, ne sont pas exclusifs ; la première semble s'appliquer au niveau des cônes et la seconde à des niveaux plus centraux du système visuel.

Pour comprendre la perception d'objets colorés sur un fond lumineux, d'autres concepts doivent être utilisés. La même couleur peut en effet être produite par différents types de rayonnement. Pour reproduire fidèlement une couleur donnée, il est donc nécessaire de connaître la composition spectrale des sources lumineuses et le spectre de la réflectance des pigments. L'indice de reproduction des couleurs utilisé par les spécialistes de l'éclairage permet de sélectionner les tubes fluorescents adaptés aux besoins. Nos yeux ont développé la faculté de détecter de très légers changements dans la tonalité d'une surface obtenue en changeant sa distribution spectrale ; les couleurs spectrales (l'œil peut en distinguer plus de 200) recréées par des mélanges de lumière monochromatique ne représentent qu'une faible proportion de la sensation de couleur possible.

L'importance des anomalies de la vision des couleurs dans l'environnement de travail ne doit donc pas être exagérée sauf dans des activités telles que le contrôle de l'apparence des produits, et par exemple pour les décorateurs et assimilés, où les couleurs doivent être correctement identifiées. De plus, même dans le travail des électriciens, la taille et la forme ou d'autres marqueurs peuvent remplacer la couleur.

Les anomalies de la vision des couleurs peuvent être congénitales ou acquises (dégénérescences). Dans les trichromates anormaux, le changement peut affecter la sensation de base rouge (type Dalton), ou le vert ou le bleu (l'anomalie la plus rare). Dans les bichromates, le système des trois couleurs de base est réduit à deux. Dans la deutéranopie, c'est le vert de base qui manque. Dans la protanopie, c'est la disparition du rouge de base ; bien que moins fréquente, cette anomalie, car elle s'accompagne d'une perte de luminosité dans la gamme des rouges, mérite attention en milieu de travail, notamment en évitant le déploiement de notices rouges surtout si elles sont peu éclairées. Il faut également noter que ces défauts de vision des couleurs peuvent se retrouver à des degrés divers chez le sujet dit normal ; d'où la nécessité d'être prudent en utilisant trop de couleurs. Il convient également de garder à l'esprit que seuls les défauts de couleur larges sont détectables avec les testeurs de vision.

Erreurs de réfraction

Le point proche (Weymouth 1966) est la distance la plus courte à laquelle un objet peut être mis au point ; le plus éloigné est le point le plus éloigné. Pour l'œil normal (emmétrope), le point éloigné est situé à l'infini. Pour le myope œil, le point éloigné est situé en avant de la rétine, à une distance finie ; cet excès de force est corrigé au moyen de lentilles concaves. Pour le hypermétrope œil (hypermétrope), le point le plus éloigné est situé en arrière de la rétine ; ce manque de résistance est corrigé au moyen de lentilles convexes (figure 10). Dans un cas d'hypermétropie légère, le défaut est spontanément compensé par l'accommodation et peut être ignoré par l'individu. Chez les myopes qui ne portent pas leurs lunettes, la perte d'accommodation peut être compensée par le fait que le point éloigné est plus proche.

Figure 10. Représentation schématique des défauts de réfraction et de leur correction.

SEN60F10

Dans l'œil idéal, la surface de la cornée doit être parfaitement sphérique ; cependant, nos yeux présentent des différences de courbure dans différents axes (c'est ce qu'on appelle astigmatisme); la réfraction est d'autant plus forte que la courbure est plus accentuée, et il en résulte que les rayons sortant d'un point lumineux ne forment pas une image précise sur la rétine. Ces défauts, lorsqu'ils sont prononcés, sont corrigés au moyen de lentilles cylindriques (voir schéma du bas sur la figure 10, au verso) ; en cas d'astigmatisme irrégulier, les lentilles de contact sont recommandées. L'astigmatisme devient particulièrement gênant en conduite de nuit ou en travail sur écran, c'est-à-dire dans des conditions où les signaux lumineux ressortent sur un fond sombre ou lors de l'utilisation d'un microscope binoculaire.

Les lentilles de contact ne doivent pas être utilisées aux postes de travail où l'air est trop sec ou en cas de poussières, etc. (Verriest et Hermans 1975).

In presbytie, qui est due à la perte d'élasticité du cristallin avec l'âge, c'est l'amplitude d'accommodation qui est réduite, c'est-à-dire la distance entre les points éloigné et proche ; ce dernier (d'environ 10 cm à l'âge de 10 ans) s'éloigne à mesure que l'on vieillit ; la correction est faite au moyen de lentilles convergentes unifocales ou multifocales ; ces derniers corrigent des distances toujours plus proches de l'objet (généralement jusqu'à 30 cm) en tenant compte du fait que les objets plus proches sont généralement perçus dans la partie inférieure du champ visuel, tandis que la partie supérieure des lunettes est réservée à la vision de loin. De nouvelles lentilles sont maintenant proposées pour le travail sur des écrans de visualisation qui sont différents du type habituel. Les verres, dits progressifs, brouillent presque les limites entre les zones de correction. Les verres progressifs obligent l'utilisateur à s'y habituer plus que les autres types de verres, car leur champ de vision est étroit (voir Krueger 1992).

Lorsque la tâche visuelle nécessite une vision alternative de loin et de près, des verres bifocaux, trifocaux ou même progressifs sont recommandés. Cependant, il faut garder à l'esprit que l'utilisation de lentilles multifocales peut créer des modifications importantes de la posture d'un opérateur. Par exemple, les opérateurs d'écrans de visualisation dont la presbytie est corrigée au moyen de lentilles bifocales ont tendance à étendre le cou et peuvent souffrir de douleurs aux cervicales et aux épaules. Les lunetiers proposeront alors des verres progressifs de différentes natures. Un autre indice est l'amélioration ergonomique des postes de travail sur écran, pour éviter de placer l'écran trop haut.

La mise en évidence d'erreurs de réfraction (qui sont très fréquentes dans la population active) n'est pas indépendante du type de mesure. Les cartes de Snellen fixées au mur ne donneront pas nécessairement les mêmes résultats que divers types d'appareils dans lesquels l'image de l'objet est projetée sur un fond proche. En effet, dans un testeur de vision (voir ci-dessus), il est difficile pour le sujet de relâcher l'accommodation, d'autant plus que l'axe de vision est plus bas ; c'est ce qu'on appelle la « myopie instrumentale ».

Effets de l'âge

Avec l'âge, comme déjà expliqué, le cristallin perd de son élasticité, de sorte que le point proche s'éloigne et que le pouvoir d'accommodation diminue. Si la perte d'accommodation avec l'âge peut être compensée par des lunettes, la presbytie est un véritable problème de santé publique. Kauffman (in Adler 1992) estime son coût, en termes de moyens de correction et de perte de productivité, à de l'ordre de dizaines de milliards de dollars par an pour les seuls États-Unis. Dans les pays en voie de développement, nous avons vu des travailleurs obligés d'arrêter de travailler (en particulier la fabrication de saris en soie) parce qu'ils ne pouvaient pas acheter de lunettes. De plus, lorsque des lunettes de protection doivent être utilisées, il est très coûteux d'offrir à la fois correction et protection. Rappelons que l'amplitude de l'accommodation diminue même dans la deuxième décade de la vie (et peut-être même plus tôt) et qu'elle disparaît complètement vers l'âge de 50 à 55 ans (Meyer et al. 1990) (figure 11).

Figure 11. Point proche mesuré avec la règle de Clement et Clark, répartition en pourcentage de 367 employés de bureau âgés de 18 à 35 ans (ci-dessous) et 414 employés de bureau âgés de 36 à 65 ans (ci-dessus).

SEN60F11

D'autres phénomènes dus à l'âge interviennent également : l'enfoncement de l'œil dans l'orbite, qui survient à un âge très avancé et varie plus ou moins selon les individus, réduit la taille du champ visuel (à cause de la paupière). La dilatation de la pupille est maximale à l'adolescence puis décroît ; chez les personnes âgées, la pupille se dilate moins et la réaction de la pupille à la lumière ralentit. La perte de transparence des médias de l'œil réduit l'acuité visuelle (certains médias ont tendance à jaunir, ce qui modifie la vision des couleurs) (voir Verriest et Hermans 1976). L'élargissement de la tache aveugle entraîne la réduction du champ visuel fonctionnel.

Avec l'âge et la maladie, des changements sont observés dans les vaisseaux rétiniens, avec une perte fonctionnelle conséquente. Même les mouvements de l'œil sont modifiés ; il y a ralentissement et réduction d'amplitude des mouvements exploratoires.

Les travailleurs âgés sont doublement désavantagés dans des conditions de faible contraste et de faible luminosité de l'environnement ; d'abord, ils ont besoin de plus de lumière pour voir un objet, mais en même temps ils bénéficient moins d'une luminosité accrue car ils sont éblouis plus rapidement par les sources d'éblouissement. Ce handicap est dû aux modifications du support transparent qui laissent passer moins de lumière et augmentent sa diffusion (effet de voile décrit plus haut). Leur gêne visuelle est aggravée par des changements trop brusques entre zones fortement et faiblement éclairées (réaction pupillaire ralentie, adaptation locale plus difficile). Tous ces défauts ont un impact particulier dans le travail sur écran, et il est en effet très difficile d'assurer un bon éclairage des postes de travail aussi bien pour les jeunes opérateurs que pour les plus âgés ; on peut observer, par exemple, que les opérateurs plus âgés réduiront par tous les moyens possibles la luminosité de la lumière environnante, bien que la faible luminosité ait tendance à diminuer leur acuité visuelle.

 

 

Risques pour les yeux au travail

Ces risques peuvent s'exprimer de différentes manières (Rey et Meyer 1981 ; Rey 1991) : par la nature de l'agent causal (agent physique, chimique, etc.), par la voie de pénétration (cornée, sclère, etc.), par la nature des lésions (brûlures, contusions, etc.), par la gravité de l'affection (limitée aux couches externes, affectant la rétine, etc.) et par les circonstances de l'accident (comme pour toute atteinte physique) ; ces éléments descriptifs sont utiles pour l'élaboration de mesures préventives. Seules les lésions et circonstances oculaires les plus fréquemment rencontrées dans les statistiques d'assurance sont mentionnées ici. Soulignons que l'indemnisation des accidents du travail peut être réclamée pour la plupart des lésions oculaires.

Affections oculaires causées par des corps étrangers

Ces conditions s'observent notamment chez les tourneurs, les polisseurs, les fondeurs, les chaudronniers, les maçons et les carriers. Les corps étrangers peuvent être des substances inertes telles que du sable, des métaux irritants tels que le fer ou le plomb, ou des matières organiques animales ou végétales (poussières). C'est pourquoi, en plus des lésions oculaires, des complications telles que des infections et des intoxications peuvent survenir si la quantité de substance introduite dans l'organisme est suffisamment importante. Les lésions produites par les corps étrangers seront bien sûr plus ou moins invalidantes, selon qu'elles restent dans les couches externes de l'œil ou pénètrent profondément dans le bulbe ; le traitement sera donc tout autre et nécessitera parfois le transfert immédiat de la victime à la clinique ophtalmologique.

Brûlures oculaires

Les brûlures sont causées par divers agents : éclairs ou flammes (lors d'une explosion de gaz) ; métal en fusion (la gravité de la lésion dépend du point de fusion, les métaux fondant à plus haute température causant des dommages plus graves) ; et les brûlures chimiques dues, par exemple, aux acides et bases forts. Des brûlures dues à l'eau bouillante, des brûlures électriques et bien d'autres se produisent également.

Blessures dues à l'air comprimé

Ceux-ci sont très courants. Deux phénomènes interviennent : la force du jet lui-même (et les corps étrangers accélérés par le flux d'air) ; et la forme du jet, un jet moins concentré étant moins nocif.

Affections oculaires causées par les radiations

Rayonnement ultraviolet (UV)

La source des rayons peut être le soleil ou certaines lampes. Le degré de pénétration dans l'œil (et par conséquent le danger de l'exposition) dépend de la longueur d'onde. Trois zones ont été définies par l'International Lighting Commission : les rayons UVC (280 à 100 nm) sont absorbés au niveau de la cornée et de la conjonctive ; les UVB (315 à 280 nm) sont plus pénétrants et atteignent le segment antérieur de l'œil ; Les UVA (400 à 315 nm) pénètrent encore plus loin.

Pour les soudeurs, les effets caractéristiques de l'exposition ont été décrits, comme la kératoconjonctivite aiguë, la photo-ophtalmie chronique avec diminution de la vision, etc. Le soudeur est soumis à une quantité considérable de lumière visible et il est essentiel que les yeux soient protégés par des filtres adéquats. La cécité des neiges, une condition très douloureuse pour les travailleurs en montagne, doit être évitée en portant des lunettes de soleil appropriées.

Rayonnement infrarougen

Les rayons infrarouges se situent entre les rayons visibles et les ondes radioélectriques les plus courtes. Ils commencent, selon la Commission internationale de l'éclairage, à 750 nm. Leur pénétration dans l'œil dépend de leur longueur d'onde ; les rayons infrarouges les plus longs peuvent atteindre le cristallin et même la rétine. Leur effet sur l'œil est dû à leur calorigénicité. La condition caractéristique se retrouve chez ceux qui soufflent le verre en face du four. D'autres travailleurs, comme les travailleurs des hauts fourneaux, souffrent d'irradiation thermique avec divers effets cliniques (comme la kératoconjonctivite ou l'épaississement membraneux de la conjonctive).

LASER (Amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement)

La longueur d'onde de l'émission dépend du type de laser : lumière visible, rayonnement ultraviolet et infrarouge. C'est principalement la quantité d'énergie projetée qui détermine le niveau de danger encouru.

Les rayons ultraviolets provoquent des lésions inflammatoires ; les rayons infrarouges peuvent provoquer des lésions caloriques ; mais le plus grand risque est la destruction du tissu rétinien par le faisceau lui-même, avec perte de vision dans la zone touchée.

Rayonnement des écrans cathodiques

Les émissions provenant des écrans cathodiques couramment utilisés dans les bureaux (rayons X, ultraviolets, infrarouges et radio) se situent toutes en dessous des normes internationales. Il n'existe aucune preuve d'une relation entre le travail au terminal vidéo et l'apparition de la cataracte (Rubino 1990).

Produits dangereux

Certains solvants, tels que les esters et les aldéhydes (le formaldéhyde étant très largement utilisé), sont irritants pour les yeux. Les acides inorganiques, dont l'action corrosive est bien connue, provoquent par contact des destructions tissulaires et des brûlures chimiques. Les acides organiques sont également dangereux. Les alcools sont irritants. La soude caustique, une base extrêmement forte, est un puissant corrosif qui agresse les yeux et la peau. Sont également inclus dans la liste des substances nocives certaines matières plastiques (Grant 1979) ainsi que les poussières allergènes ou d'autres substances telles que les bois exotiques, les plumes, etc.

Enfin, les maladies professionnelles infectieuses peuvent s'accompagner d'effets sur les yeux.

Lunettes de protection

Le port de protections individuelles (lunettes et masques) pouvant gêner la vision (diminution de l'acuité visuelle due à la perte de transparence des verres due à la projection de corps étrangers, et obstacles dans le champ visuel tels que les branches des lunettes), l'hygiène du travail tend également à recourir à d'autres moyens comme l'extraction des poussières et particules dangereuses de l'air par ventilation générale.

Le médecin du travail est fréquemment sollicité pour donner son avis sur la qualité des verres adaptés au risque ; des directives nationales et internationales guideront ce choix. De plus, de meilleures lunettes sont maintenant disponibles, qui incluent des améliorations en termes d'efficacité, de confort et même d'esthétique.

Aux États-Unis, par exemple, on peut se référer aux normes ANSI (en particulier ANSI Z87.1-1979) qui ont force de loi en vertu de la loi fédérale sur la sécurité et la santé au travail (Fox 1973). La norme ISO n° 4007-1977 fait également référence aux dispositifs de protection. En France, des recommandations et du matériel de protection sont disponibles auprès de l'INRS de Nancy. En Suisse, la compagnie d'assurance nationale CNA prévoit des règles et des procédures pour l'extraction de corps étrangers sur le lieu de travail. Pour les dommages graves, il est préférable d'envoyer le travailleur accidenté chez l'ophtalmologiste ou à la clinique ophtalmologique.

Enfin, les personnes atteintes de pathologies oculaires peuvent être plus à risque que les autres ; discuter d'un problème aussi controversé dépasse le cadre de cet article. Comme indiqué précédemment, leur ophtalmologiste doit être conscient des dangers qu'ils peuvent rencontrer sur leur lieu de travail et les surveiller attentivement.

Conclusion

Sur le lieu de travail, la plupart des informations et des signaux sont de nature visuelle, bien que les signaux acoustiques puissent jouer un rôle ; il ne faut pas non plus oublier l'importance des signaux tactiles dans le travail manuel, ainsi que dans le travail de bureau (par exemple, la vitesse d'un clavier).

Notre connaissance de l'œil et de la vision provient principalement de deux sources : médicale et scientifique. Aux fins du diagnostic des défauts et des maladies oculaires, des techniques ont été développées qui mesurent les fonctions visuelles ; ces procédures peuvent ne pas être les plus efficaces à des fins d'évaluation professionnelle. Les conditions d'examen médical sont en effet très éloignées de celles que l'on rencontre sur le lieu de travail ; par exemple, pour déterminer l'acuité visuelle, l'ophtalmologiste utilisera des tableaux ou des instruments où le contraste entre l'objet de test et l'arrière-plan est le plus élevé possible, où les bords des objets de test sont nets, où aucune source d'éblouissement gênante n'est perceptible, etc. Dans la vraie vie, les conditions d'éclairage sont souvent médiocres et les performances visuelles sont sollicitées pendant plusieurs heures.

Cela souligne la nécessité d'utiliser des appareils et des instruments de laboratoire qui affichent un pouvoir prédictif plus élevé pour la fatigue visuelle et la fatigue sur le lieu de travail.

De nombreuses expériences scientifiques rapportées dans les manuels ont été réalisées pour une meilleure compréhension théorique du système visuel, qui est très complexe. Les références dans cet article ont été limitées aux connaissances immédiatement utiles en santé au travail.

Si des conditions pathologiques peuvent empêcher certaines personnes de remplir les exigences visuelles d'un travail, il semble plus sûr et plus juste - en dehors des emplois très exigeants avec leurs propres réglementations (aviation, par exemple) - de donner à l'ophtalmologiste le pouvoir de décision, plutôt que de se référer aux règles générales; et c'est ainsi que fonctionnent la plupart des pays. Des directives sont disponibles pour plus d'informations.

En revanche, des risques existent pour les yeux lorsqu'ils sont exposés sur le lieu de travail à divers agents nocifs, qu'ils soient physiques ou chimiques. Les risques pour les yeux dans l'industrie sont brièvement énumérés. D'après les connaissances scientifiques, aucun danger de développer des cataractes ne peut être attendu en travaillant sur un écran de visualisation.

 

Retour

Information additionnelle

Lire 17210 fois Dernière modification le samedi, 23 Juillet 2022 20: 05
Plus dans cette catégorie: « Équilibre Goûter "

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des systèmes sensoriels

Adler, FH. 1992. Physiologie de l'oeil : application clinique. Saint-Louis: Mosby New York Books.

Adrien, WK. 1993. Performance visuelle, acuité et âge: Lux Europa Actes de la VIIe Conférence européenne sur l'éclairage. Londres : CIBSE.

Ahlström, R, B Berglund et U Berblund. 1986. Perception altérée des odeurs dans les nettoyeurs de réservoirs. Scand J Work Environ Health 12:574-581.

Amore, JE. 1986. Effets de l'exposition chimique sur l'olfaction chez l'homme. Dans Toxicology of the Nasal Passages, édité par CS Barrow. Washington, DC : édition de l'hémisphère.

Andersen, HC, I Andersen et J Solgard. 1977. Cancers nasaux, symptômes et fonction des voies respiratoires supérieures chez les menuisiers. Br J Ind Med 34:201-207.

—. 1993. Otolaryngol Clin N Am 5(26).

Axéll, T, K Nilner et B Nilsson. 1983. Évaluation clinique des patients référés avec des symptômes liés au galvanisme oral. Scand Dent J 7:169-178.

Ballantyne, JC et JM Ajodhia. 1984. Vertiges iatrogènes. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

Bar-Sela, S, M Levy, JB Westin, R Laster et ED Richter. 1992. Résultats médicaux chez les travailleurs des batteries au nickel-cadmium. Israël J Med Sci 28:578-583.

Bedwal, RS, N Nair et MP Sharma. 1993. Sélénium-ses perspectives biologiques. Med Hypoth 41:150-159.

Bell, IR. 1994. Livre blanc : Aspects neuropsychiatriques de la sensibilité aux produits chimiques de faible niveau : Un modèle de sensibilisation neuronale. Toxicol Ind Health 10:277-312.

Besser, R, G Krämer, R Thümler, J Bohl, L Gutmann et HC Hopf. 1987. Syndrome cérébelleux limbique aigu de triméthylétain. Neurologie 37:945-950.

Beits, JP. 1987. Rééducation vestibulaire. Dans Adult Audiology, Scott-Brown's Otolaryngology, édité par D Stephens. Londres : Butterworths.

Blanc, PD, HA Boushey, H Wong, SF Wintermeyer et MS Bernstein. 1993. Cytokines dans la fièvre des fondeurs. Am Rev Respir Dis 147:134-138.

Blount, BW. 1990. Deux types de fièvre des fondeurs : légère ou grave. Mil Med (août) 155(8):372-7

Bokina, AI, ND Eksler et AD Semenenko. 1976. Enquête sur le mécanisme d'action des polluants atmosphériques sur le système nerveux central et évaluation comparative des méthodes d'étude. Environ Health Persp 13:37-42.

Bolla, KI, BS Schwartz et W Stewart. 1995. Comparaison de la fonction neurocomportementale chez les travailleurs exposés à un mélange de plomb organique et inorganique et chez les travailleurs exposés à des solvants. Am J Ind Med 27:231-246.

Bonnefoi, M, TM Monticello et KT Morgan. 1991. Réponses toxiques et néoplasiques dans les voies nasales : Besoins de recherche futurs. Exp Lung Res 17:853-868.

Boysen, M et Solberg. 1982. Modifications de la muqueuse nasale des ouvriers du meuble. Scand J Work Environ Health :273-282.

Brittebo, EB, PG Hogman et moi Brandt. 1987. Liaison épithéliale des hexachlorocyclohexanes dans les voies respiratoires et digestives supérieures : une comparaison entre les isomères alpha, bêta et gamma chez la souris. Food Chem Toxicol 25:773-780.

Brooks, SM. 1994. Sensibilité de l'hôte à la pollution de l'air intérieur. J Allergy Clin Immunol 94:344-351.

Callender, TJ, L Morrow, K Subramanian, D Duhon et M Ristovv. 1993. Imagerie métabolique cérébrale tridimensionnelle chez les patients atteints d'encéphalopathie toxique. Recherche environnementale 60:295-319.

Chia, SE, CN Ong, SC Foo et HP Lee. 1992. Exposition d'un étudiant en médecine au formaldéhyde dans un laboratoire de dissection d'anatomie macroscopique. J Am Coll Health 41:115-119.

Choudhuri, S, KK Kramer et NE Berman. 1995. Expression constitutive des gènes de métallothionéine dans le cerveau de souris. Toxicol Appl Pharmacol 131:144-154.

Ciesielski, S, DP Loomis, SR Mims et A Auer. 1994. Expositions aux pesticides, dépression de la cholinestérase et symptômes chez les travailleurs agricoles migrants de la Caroline du Nord. Am J Public Health 84:446-451.

Clerisi, WJ, B Ross et LD Fechter. 1991. Ototoxicité aiguë des trialkylétains chez le cobaye. Toxicol Appl Pharmaco :547-566.

Coleman, JW, MR Holliday et RJ Dearman. 1994. Interactions cytokines-mastocytes : Pertinence pour l'allergie chimique médiée par les IgE. Toxicologie 88:225-235.

Cometto-Muñiz, JE et WS Cain. 1991. Influence des contaminants atmosphériques sur l'olfaction et le bon sens chimique. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell. New York : Raven Press.

—. 1994. Réactions sensorielles du piquant nasal et de l'odeur aux composés organiques volatils : Les alkylbenzènes. Am Ind Hyg Assoc J 55:811-817.

Corwin, J, M Loury et AN Gilbert. 1995. Lieu de travail, âge et sexe en tant que médiateurs de la fonction olfactive : données de l'enquête géographique nationale sur les odeurs. Journal of Gerontolgy: Psychol Sci 50B:P179-P186.

Conseil des matériaux, instruments et équipements dentaires. 1987. Rapport de situation de l'American Dental Association sur l'occurrence de la corrosion galvanique dans la bouche et ses effets potentiels. J Am Dental Assoc 115:783-787.

Conseil des affaires scientifiques. 1989. Rapport du Conseil : Formaldéhyde. JAMA 261:1183-1187.

Crampton, GH. 1990. Mouvement et mal de l'espace. Boca Raton : CRC Press.

Cullen, MR. 1987. Travailleurs polysensibles aux produits chimiques. Occup Med : État Art Rev 2(4).

Deems, DA, RL Doty et RG Settle. 1991. Troubles de l'odorat et du goût, une étude de 750 patients de l'Université de Pennsylvanie Smell and Taste Center. Arch Otolaryngol Head Neck Surg 117: 519-528.

Della Fera, MA, AE Mott et ME Frank. 1995. Causes iatrogènes des troubles du goût : radiothérapie, chirurgie et médication. In Handbook of Olfaction and Gustation, édité par RL Doty. New York : Marcel Dekker.

Dellon, AL. 1981. Évaluation de la sensibilité et rééducation de la sensation dans la main. Baltimore : Williams & Wilkins.

Dykes, RW. 1977. Récepteurs sensoriels. In Reconstructive Microsurgery, édité par RK Daniel et JK Terzis. Boston : Little Brown & Co.

El-Etri, MM, WT Nickell, M Ennis, KA Skau et MT Shipley. 1992. Réductions de la norépinéphrine cérébrale chez des rats intoxiqués par le soman : association avec les convulsions et l'inhibition de l'AchE, l'évolution dans le temps et la relation avec d'autres monoamines. Experimental Neurology 118:153-163.

Evans, J et L Hastings. 1992. Accumulation de Cd(II) dans le SNC selon la voie d'administration : intrapéritonéale, intratrachéale ou intranasale. Fund Appl Toxicol 19:275-278.

Evans, JE, ML Miller, A Andringa et L Hastings. 1995. Effets comportementaux, histologiques et neurochimiques du nickel(II) sur le système olfactif du rat. Toxicol Appl Pharmacol 130:209-220.

Fechter, LD, JS Young et L Carlisle. 1988. Potentiation des changements de seuil induits par le bruit et de la perte de cellules ciliées par le monoxyde de carbone. Audience Res 34:39-48.
Renard, SL. 1973. Ophtalmologie industrielle et professionnelle. Springfield : Charles C. Thomas.

Frank, ME, TP Hettinger et AE Mott. 1992. Le sens du goût : neurobiologie, vieillissement et effets des médicaments. Critical Reviews in Oral Biology Medicine 3:371-393.

Frank, ME et DV Smith. 1991. Électrogustométrie : Un moyen simple de tester le goût. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell, RL Doty et LM Bartoshuk. New York : Raven Press.

Gagnon, P, D Mergler et S Lapare. 1994. Adaptation olfactive, déplacement du seuil et récupération à de faibles niveaux d'exposition à la méthyl isobutyl cétone (MIBK). Neurotoxicologie 15:637-642.

Gilbertson, TA. 1993. La physiologie de la réception du goût chez les vertébrés. Curr Opin Neurobiol 3:532-539.

Gordon, T et JM Fine. 1993. La fièvre des fondeurs. Occup Med : State Art Rev 8 : 505-517.

Gosselin, RE, RP Smith et HC Hodge. 1984. Toxicologie clinique des produits commerciaux. Baltimore : Williams & Wilkins.

Graham, CH, NR Barlett, JL Brown, Y Hsia, CG Mueller et LA Riggs. 1965. Vision et perception visuelle. New York : John Wiley and Sons, Inc.

Grandjean, E. 1987. Ergonomie dans les bureaux informatisés. Londres : Taylor & Francis.

Grant, A. 1979. Danger optique du durcisseur de fibre de verre. Med J Austral 1:23.

Gresham, LS, CA Molgaard et RA Smith. 1993. Induction des enzymes du cytochrome P-450 via la fumée de tabac : un mécanisme potentiel pour développer une résistance aux toxines environnementales liées au parkinsonisme et à d'autres maladies neurologiques. Neuroépidémiol 12:114-116.

Guidotti, TL. 1994. Exposition professionnelle au sulfure d'hydrogène dans l'industrie du gaz corrosif : quelques problèmes non résolus. Int Arch Occup Environ Health 66:153-160.

Gyntelberg, F, S Vesterhauge, P Fog, H Isager et K Zillstorff. 1986. Intolérance acquise aux solvants organiques et résultats des tests vestibulaires. Am J Ind Med 9:363-370.

Hastings, L. 1990. Neurotoxicologie sensorielle : utilisation du système olfactif dans l'évaluation de la toxicité. Neurotoxicologie et tératologie 12:455-459.

Chef, PW. 1984. Vertige et barotraumatisme. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

Hohmann, B et F Schmuckli. 1989. Dangers du bruit pour l'ouië et l'emplacement de travail. Lucerne : CNA.

Holmström, M, G Rosén et B Wilhelmsson. 1991. Symptômes, physiologie des voies respiratoires et histologie des travailleurs exposés aux panneaux de fibres à densité moyenne. Scand J Work Environ Health 17:409-413.

Hotz, P, A Tschopp, D Söderström et J Holtz. 1992. Troubles de l'odorat ou du goût, symptômes neurologiques et exposition aux hydrocarbures. Int Arch Occup Environ Health 63:525-530.

Howard, PI. 1982. Orientation visuelle humaine. Chichester : Wiley.

Iggo, A et AR Muir. 1969. La structure et la fonction d'un corpuscule tactile à adaptation lente dans la peau velue. J Physiol Londres 200(3):763-796.

Illuminating Engineering Society of North America (IESNA). 1993. Vision et perception. Dans Lighting Handbook: Reference and Application, édité par MS Rea et Fies. New York : IESNA.

Innocenti, A, M Valiani, G Vessio, M Tassini, M Gianelli et S Fusi. 1985. Poussière de bois et maladies nasales : exposition à la poussière de bois de châtaignier et perte d'odorat (étude pilote). Med Lavoro 4:317-320.

Jacobsen, P, HO Hein, P Suadicani, A Parving et F Gyntelberg. 1993. Exposition aux solvants mixtes et déficience auditive : Une étude épidémiologique de 3284 hommes. L'étude masculine de Copenhague. Occup Med 43:180-184.

Johansson, B, E Stenman et M Bergman. 1984. Étude clinique de patients référés pour enquête concernant le soi-disant galvanisme oral. Scand J Dent Res 92:469-475.

Johnson, AC et PR Nylén. 1995. Effets des solvants industriels sur l'audition. Occup Med : Revues de l'état de l'art. 10:623-640.

Kachru, DM, SK Tandon, UK Misra et D Nag. 1989. Empoisonnement au plomb professionnel chez les travailleurs de la bijouterie en argent. Journal indien des sciences médicales 43: 89-91.

Keele, Californie. 1964. Substances produisant de la douleur et des démangeaisons. Londres : Edward Arnold.

Kinnamon, SC et TV Getchell. 1991. Transduction sensorielle dans les neurones récepteurs olfactifs et les cellules réceptrices gustatives. In Smell and Taste in Health and Disease, édité par TV Getchell, RL Doty et LM Bartoshuk. New York : Raven Press.

Krueger, H. 1992. Exigences visuelles au poste de travail : Diagnostic et traitement. Cahiers
médico-sociaux 36 : 171-181.

Lakshmana, MK, T Desiraju et TR Raju. 1993. Altérations induites par le chlorure mercurique des niveaux d'activité de la noradrénaline, de la dopamine, de la sérotonine et de l'acétylcholine estérase dans différentes régions du cerveau du rat au cours du développement postnatal. Arch Toxicol 67:422-427.

Lima, C et JP Vital. 1994. Réponse de la muqueuse olfactive chez le cobaye suite à une instillation intranasale de Cryptococcus neoformans : une étude histologique et immunocytochimique. Mycopathologie 126:65-73.

Luxon, LM. 1984. L'anatomie et la physiologie du système vestibulaire. In Vertigo, édité par MR Dix et JD Hood. Chichester : Wiley.

MacKinnon, SE et AL Dellon. 1988. Chirurgie du nerf périphérique. New York : éditeurs médicaux Thieme.

Mareck, JJ. 1993. La biologie moléculaire de la transduction du goût. Bioessays 15:645-650.

Marek, M. 1992. Interactions entre les amalgames dentaires et l'environnement buccal. Adv Dental Res 6:100-109.

Margolskee, RF. 1993. La biochimie et la biologie moléculaire de la transduction du goût. Curr Opin Neurobiol 3:526-531.

Martin, JH. 1985. Physiologie des récepteurs et codage des sous-modalités dans le système sensoriel somatique. Principles of Neuroscience, édité par ER Kandel et JH Schwartz.

Meyer, JJ. 1990. Physiologie de la vision et ambiance lumineuse. Document de l'Aérospatiale, Paris.

Meyer, JJ, A Bousquet, L Zoganas et JC Schira. 1990. Inconfort et éblouissement handicapé chez les opérateurs de TEV. In Work with Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Meyer, JJ, P Rey et A Bousquet. 1983. Un stimulateur automatique de lumière intermittente pour enregistrer les seuils de perception du scintillement chez les patients atteints de maladie rétinienne. Dans Advances in Diagnostic Visual Optics, édité par GM Brenin et IM Siegel. Berlin : Springer Verlag.

Meyer, JJ, P Rey, B Thorens et A Beaumanoire. 1971. Examen de sujets atteints d'un traumatisme cranio-cérébral par un test de perception visuelle : courbe de Lange. Arc suisse de Neurol 108:213-221.

Meyer, JJ, A Bousquet, JC Schira, L Zoganas et P Rey. 1986. Sensibilité à la lumière et fatigue visuelle lors de la conduite de nuit. Dans Vision in Vehicles, édité par AG Gale. Amsterdam : Elsevier Science Publisher.

Miller, CS. 1992. Modèles possibles pour la sensibilité chimique multiple : problèmes conceptuels et rôle du système limbique. Toxicol Ind Health 8:181-202.

Miller, RR, JT Young, RJ Kociba, DG Keyes, KM Bodner, LL Calhoun et JA Ayres. 1985. Essai biologique de toxicité chronique et d'oncogénicité de l'acrylate d'éthyle inhalé chez des rats fischer 344 et des souris B6C3F1. Drug Chem Toxicol 8:1-42.

Möller, C, L Ödkvist, B Larsby, R Tham, T Ledin et L Bergholtz. 1990. Découverte otoneurologique chez les travailleurs exposés au styrène. Scand J Work Environ Health 16:189-194.

Monteagudo, FSE, MJD Cassidy et PI Folb. 1989. Développements récents en toxicologie de l'aluminium. Méd Toxicol 4:1-16.

Morata, TC, DE Dunn, LW Kretschmer, GK Lemasters et RW Keith. 1993. Effets de l'exposition professionnelle aux solvants organiques et au bruit sur l'ouïe. Scand J Work Environ Health 19:245-254.

Mott, AE, M Grushka et BJ Sessle. 1993. Diagnostic et prise en charge des troubles du goût et du syndrome de la bouche brûlante. Cliniques dentaires d'Amérique du Nord 37:33-71.

Mott, AE et DA Léopold. 1991. Troubles du goût et de l'odorat. Med Clin N Am 75:1321-1353.

Mountcastle, VB. 1974. Physiologie médicale. Saint-Louis : CV Mosby.

Mountcastle, VB, WH Talbot, I Darian-Smith et HH Kornhuber. 1967. Base neurale du sens du flottement-vibration. Sciences :597-600.

Muijser, H, EMG Hoogendijk et J Hoosima. 1988. Les effets de l'exposition professionnelle au styrène sur les seuils auditifs à haute fréquence. Toxicologie :331-340.

Nemery, B. 1990. Toxicité des métaux et voies respiratoires. Eur Respir J 3:202-219.

Naus, A. 1982. Altérations de l'acuité olfactive causées par le menthol. J Laryngol Otol 82:1009-1011.

Örtendahl, TW. 1987. Changements oraux chez les plongeurs travaillant avec le soudage/coupage électrique sous l'eau. Suédois Dent J Suppl 43:1-53.

Örtendahl, TW, G Dahlén et HOE Röckert. 1985. L'évaluation des problèmes bucco-dentaires chez les plongeurs effectuant des travaux de soudage et de découpage électriques sous l'eau. Undersea Biomed Res 12:55-62.

Ogawa, H. 1994. Cortex gustatif des primates : anatomie et physiologie. Neurosci Res 20:1-13.

O'Reilly, JP, BL Respicio et FK Kurata. 1977. Hana Kai II : Une plongée à saturation sèche de 17 jours à 18.6 ATA. VII : Sensations auditives, visuelles et gustatives. Undersea Biomed Res 4:307-314.

Otto, D, G Robinson, S Bauman, S Schroeder, P Mushak, D Kleinbaum et L Boone. 1985. Étude de suivi en % d'années d'enfants présentant une absorption de plomb faible à modérée : évaluation électrophysiologique. Environ Research 38:168-186.

Oyanagi, K, E Ohama et F Ikuta. 1989. Le système auditif dans l'intoxication au méthylmercuriel : Une enquête neuropathologique sur 14 cas d'autopsie à Niigata, Japon. Acta Neuropathol 77:561-568.

Participants des SCP n° 147/242 et HF Morris. 1990. Projet d'études coopératives de l'administration des anciens combattants no. 147 : Association du goût métallique aux alliages céramo-métalliques. J Prothet Dent 63:124-129.

Petersen, PE et C Gormsen. 1991. Conditions orales chez les ouvriers allemands des usines de batteries. Dentisterie communautaire et épidémiologie orale 19:104-106.

Pfeiffer, P et H Schwickerath. 1991. Solubilité du nickel et goût métallique. Zwr 100:762-764,766,768-779.

Pompeiano, O et JHJ Allum. 1988. Contrôle vestibulo-spinal de la posture et de la locomotion. Progrès dans la recherche sur le cerveau, no.76. Amsterdam : Elsevier.

Rees, T et L Duckert. 1994. Perte auditive et autres troubles otiques. Dans Textbook of Clinical, Occupational and Environmental Medicine, édité par C Rosenstock. Philadelphie : WB Saunders.

Ressler, KJ, SL Sullivan et LB Buck. 1994. Une dissection moléculaire de la structuration spatiale dans le système olfactif. Curr Opin Neurobiol 4:588-596.

Rey, P. 1991. Précis De Médecine Du Travail. Genève : Médecine et Hygiène.

Rey, P et A Bousquet. 1990. Stratégies d'examen médical de la vue pour les opérateurs de TEV. In Work With Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Rose, CS, PG Heywood et RM Costanzo. 1934. Altération olfactive après exposition professionnelle chronique au cadmium. J Occup Med 34:600-605.

Rubino, GF. 1990. Enquête épidémiologique sur les troubles oculaires : la recherche multicentrique italienne. In Work with Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam : Elsevier Science Publishers BV

Ruth, JH. 1986. Seuils d'odeur et niveaux d'irritation de plusieurs substances chimiques : une revue. Am Ind Hyg Assoc J 47:142-151.

Rusznak, C, JL Devalia et RJ Davies. 1994. L'impact de la pollution sur les maladies allergiques. Allergie 49:21-27.

Ryback, LP. 1992. Audience : Les effets des produits chimiques. Otolaryngology-Head and Neck Surgery 106:677-686.

—. 1993. Ototoxicité. Otolaryngol Clin N Am 5(26).

Savov, A. 1991. Dommages aux oreilles, au nez et à la gorge dans la production de cuivre. Problemi na Khigienata 16:149-153.

—. 1994. Modifications du goût et de l'odorat : interactions médicamenteuses et préférences alimentaires. Nutr Rev 52(II):S11-S14.

Schiffman, SS. 1994. Modifications du goût et de l'odorat : interactions médicamenteuses et préférences alimentaires. Nutr Rev 52(II): S11-S14.

Schiffman, SS et HT Nagle. 1992. Effet des polluants environnementaux sur le goût et l'odorat. Otolaryngology-Head and Neck Surgery 106:693-700.

Schwartz, BS, DP Ford, KI Bolla, J Agnew et ML Bleecker. 1991. Dysfonctionnement olfactif associé aux solvants : pas un prédicteur de déficits d'apprentissage et de mémoire. Am J Psychiatr 148:751-756.

Schweisfurth, H et C Schottes. 1993. Intoxication aiguë d'un gaz de type hydrazine par 19 travailleurs dans un dépotoir. Zbl Hyg 195:46-54.

Shusterman, D. 1992. Examen critique : L'importance pour la santé de la pollution par les odeurs environnementales. Arch Environ Health 47:76-87.

Shusterman, DJ et JE Sheedy. 1992. Troubles professionnels et environnementaux des sens spéciaux. Occup Med: State Art Rev 7: 515-542.

Siblerud, RL. 1990. La relation entre le mercure des amalgames dentaires et la santé de la cavité buccale. Ann Dent 49:6-10.

Sinclair. 1981. Mécanismes de la sensation cutanée. Oxford : Université d'Oxford. Presse.

Spielman, AI. 1990. Interaction de la salive et du goût. J Dental Res 69:838.

Stevens, JC et WS Cain. 1986. Vieillissement et perception de l'irritation nasale. Physiol Behav 37:323-328.

van Dijk, FJH. 1986. Effets non auditifs du bruit dans l'industrie. II Une revue de la littérature. Int Arch Occup Environ Santé 58.

Verriest, G et G Hermans. 1975. Les aptitudes visuelles professionnelles. Bruxelles : Imprimerie médicale et scientifique.

Welch, AR, JP Birchall et FW Stafford. 1995. Rhinite professionnelle - Mécanismes possibles de pathogenèse. J Laryngol Otol 109:104-107.

Weymouth, FW. 1966. L'œil comme instrument d'optique. In Physiology and Biophysics, édité par TC Ruch et HD Patton. Londres : Saunders.

Wieslander, G, D Norbäck et C Edling. 1994. Exposition professionnelle à la peinture à base d'eau et symptômes de la peau et des yeux. Occup Environ Med 51:181-186.

Winberg, S, R Bjerselius, E Baatrup et KB Doving. 1992. L'effet de Cu (II) sur l'électro-olfactogramme (EOG) du saumon atlantique (Salmo salar L) dans de l'eau douce artificielle de différentes concentrations de carbone inorganique. Écotoxicologie et sécurité environnementale 24:167-178.

Witek, TJ. 1993. Le nez en tant que cible des effets néfastes de l'environnement : application des avancées dans les mesures et les mécanismes physiologiques nasaux. Am J Ind Med 24:649-657.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1981. Arsenic. Critères de santé environnementale, n°18. Genève : OMS.

Yardley, L. 1994. Vertiges et étourdissements. Londres : Routledge.

Yontchev, E, GE Carlsson et B Hedegård. 1987. Résultats cliniques chez les patients souffrant de plaintes d'inconfort orofacial. Int J Oral Maxillofac Surg 16:36-44.