Lundi, Janvier 24 2011 18: 56

Promotion de la santé dans les petites organisations : l'expérience américaine

Évaluer cet élément
(0 votes)

La justification des programmes de promotion et de protection de la santé sur les lieux de travail et les approches de leur mise en œuvre ont été abordées dans d'autres articles de ce chapitre. La plus grande activité dans ces initiatives a eu lieu dans de grandes organisations qui ont les ressources nécessaires pour mettre en œuvre des programmes complets. Cependant, la majorité de la main-d'œuvre est employée dans de petites organisations où la santé et le bien-être des travailleurs individuels sont susceptibles d'avoir un impact plus important sur la capacité de production et, en fin de compte, sur le succès de l'entreprise. Reconnaissant cela, les petites entreprises ont commencé à accorder plus d'attention à la relation entre les pratiques de santé préventive et les employés productifs et vitaux. De plus en plus de petites entreprises découvrent qu'avec l'aide de coalitions d'entreprises, de ressources communautaires, d'organismes de santé publics et bénévoles et de stratégies créatives et modestes conçues pour répondre à leurs besoins spécifiques, elles peuvent mettre en œuvre des programmes efficaces mais peu coûteux qui génèrent des avantages significatifs. .

Au cours de la dernière décennie, le nombre de programmes de promotion de la santé dans les petites organisations a considérablement augmenté. Cette tendance est importante tant par le progrès qu'elle représente dans la promotion de la santé au travail que par son implication dans le futur programme national de soins de santé. Cet article explore certains des défis variés auxquels sont confrontées les petites organisations dans la mise en œuvre de ces programmes et décrit certaines des stratégies adoptées par ceux qui les ont surmontés. Il est dérivé en partie d'un article de 1992 produit par un symposium sur les petites entreprises et la promotion de la santé parrainé par le Washington Business Group on Health, l'Office of Disease Prevention du US Public Health Service et la US Small Business Administration (Muchnick-Baku et Orrick 1992). À titre d'exemple, il mettra en évidence certaines organisations qui réussissent grâce à l'ingéniosité et à la détermination à mettre en œuvre des programmes efficaces avec des ressources limitées.

Obstacles perçus aux programmes des petites entreprises

Bien que de nombreux propriétaires de petites entreprises appuient le concept de promotion de la santé sur le lieu de travail, ils peuvent hésiter à mettre en œuvre un programme face aux obstacles perçus suivants (Muchnick-Baku et Orrick 1992) :

  • "C'est trop cher." Une idée fausse courante est que la promotion de la santé sur le lieu de travail est trop coûteuse pour une petite entreprise. Cependant, certaines entreprises proposent des programmes en faisant un usage créatif des ressources communautaires gratuites ou à faible coût. Par exemple, le New York Business Group on Health, une coalition d'action pour la santé comptant plus de 250 organisations membres dans la région métropolitaine de New York, proposait régulièrement un atelier intitulé Wellness On a Shoe String qui s'adressait principalement aux petites entreprises et mettait en évidence les documents disponibles sur peu ou pas de frais auprès des agences de santé locales.
  •  "C'est trop compliqué." Une autre erreur est que les programmes de promotion de la santé sont trop élaborés pour s'adapter à la structure d'une petite entreprise moyenne. Cependant, les petites entreprises peuvent commencer leurs efforts très modestement et les rendre progressivement plus complets au fur et à mesure que des besoins supplémentaires sont reconnus. Ceci est illustré par Sani-Dairy, une petite entreprise de Johnstown, en Pennsylvanie, qui a commencé par une publication mensuelle locale de promotion de la santé pour les employés et leurs familles, produite par quatre employés en tant qu'activité « parascolaire » en plus de leurs tâches habituelles. Ensuite, ils ont commencé à planifier divers événements de promotion de la santé tout au long de l'année. Contrairement à de nombreuses petites entreprises de cette taille, Sani-Dairy met l'accent sur la prévention des maladies dans son programme médical. Les petites entreprises peuvent également réduire la complexité des programmes de promotion de la santé en offrant des services de promotion de la santé moins fréquemment que les grandes entreprises. Les bulletins et le matériel d'éducation sanitaire peuvent être distribués trimestriellement plutôt que mensuellement ; un nombre plus limité de séminaires sur la santé peuvent être organisés à des saisons appropriées de l'année ou liés à des campagnes nationales annuelles telles que le mois du cœur, le Great American Smoke Out ou la semaine de prévention du cancer aux États-Unis.
  • "Il n'a pas été prouvé que les programmes fonctionnent." Les petites entreprises n'ont tout simplement pas le temps ni les ressources nécessaires pour effectuer des analyses coûts-avantages formelles de leurs programmes de promotion de la santé. Ils sont obligés de s'appuyer sur une expérience anecdotique (qui peut souvent être trompeuse) ou sur des déductions tirées de la recherche effectuée dans le cadre de grandes entreprises. "Ce que nous essayons de faire, c'est d'apprendre des grandes entreprises", déclare Shawn Connors, président de l'International Health Awareness Center, "et nous extrapolons leurs informations. Quand ils montrent qu'ils économisent de l'argent, nous croyons que la même chose nous arrive. Alors qu'une grande partie de la recherche publiée tentant de valider l'efficacité de la promotion de la santé est imparfaite, Pelletier a trouvé de nombreuses preuves dans la littérature pour confirmer les impressions de sa valeur (Pelletier 1991 et 1993).
  • "Nous n'avons pas l'expertise pour concevoir un programme." Bien que cela soit vrai pour la plupart des gestionnaires de petites entreprises, cela ne doit pas constituer un obstacle. De nombreuses agences de santé gouvernementales et bénévoles fournissent des kits gratuits ou peu coûteux contenant des instructions détaillées et des exemples de matériel (voir figure 1) pour la présentation d'un programme de promotion de la santé. De plus, beaucoup offrent des conseils d'experts et des services de consultation. Enfin, dans la plupart des grandes communautés et de nombreuses universités, il existe des consultants qualifiés avec lesquels on peut négocier des contrats à court terme pour des honoraires relativement modestes couvrant une aide sur place pour adapter un programme particulier de promotion de la santé aux besoins et aux circonstances d'une petite entreprise et guider sa mise en œuvre. .
  • "Nous ne sommes pas assez grands, nous n'avons pas l'espace." C'est vrai pour la plupart des petites organisations, mais cela ne doit pas arrêter un bon programme. L'employeur peut « acheter » les programmes offerts dans le quartier par les hôpitaux locaux, les organismes bénévoles de santé, les groupes médicaux et les organismes communautaires en subventionnant tout ou partie des frais qui ne sont pas couverts par le régime d'assurance maladie de groupe. Bon nombre de ces activités sont disponibles en dehors des heures de travail le soir ou le week-end, évitant ainsi la nécessité de libérer les employés participants du lieu de travail.

 

Figure 1. Exemples de kits « do-it-yourself » pour les programmes de promotion de la santé en milieu de travail aux États-Unis.

Avantages du petit chantier

Bien que les petites entreprises soient confrontées à des défis importants liés aux ressources financières et administratives, elles présentent également des avantages. Ceux-ci incluent (Muchnick-Baku et Orrick 1992):

  • Orientation familiale. Plus l'organisation est petite, plus il est probable que les employeurs connaissent leurs employés et leurs familles. Cela peut faciliter la transformation de la promotion de la santé en une affaire entreprise-famille qui crée des liens tout en promouvant la santé.     
  • Cultures de travail communes. Les petites organisations ont moins de diversité parmi les employés que les grandes organisations, ce qui facilite le développement de programmes plus cohérents.    
  • Interdépendance des salariés. Les membres des petites unités sont plus dépendants les uns des autres. Un employé absent pour cause de maladie, surtout si elle est prolongée, signifie une perte de productivité importante et impose un fardeau aux collègues. En même temps, la proximité des membres de l'unité fait de la pression des pairs un stimulant plus efficace à la participation aux activités de promotion de la santé.    
  • Approche de la haute direction. Dans une organisation plus petite, la direction est plus accessible, plus familière avec les employés et plus susceptible d'être consciente de leurs problèmes et besoins personnels. De plus, plus l'organisation est petite, plus le propriétaire/chef de l'exploitation est susceptible de s'impliquer directement dans la prise de décisions concernant les nouvelles activités de programme, sans les effets souvent abrutissants de la bureaucratie que l'on trouve dans la plupart des grandes organisations. Dans une petite entreprise, cette personne clé est plus à même d'apporter le soutien de haut niveau indispensable à la réussite des programmes de promotion de la santé au travail.    
  • Utilisation efficace des ressources. Parce qu'elles sont généralement si limitées, les petites entreprises ont tendance à être plus efficaces dans l'utilisation de leurs ressources. Ils sont plus susceptibles de se tourner vers les ressources communautaires telles que les organismes de santé et sociaux bénévoles, gouvernementaux et entrepreneuriaux, les hôpitaux et les écoles pour obtenir des moyens peu coûteux d'informer et d'éduquer les employés et leurs familles (voir figure 1).

 

Assurance maladie et promotion de la santé dans les petites entreprises

Plus l'entreprise est petite, moins elle est susceptible de fournir une assurance maladie de groupe aux employés et aux personnes à leur charge. Il est difficile pour un employeur d'invoquer le souci de la santé de ses employés pour proposer des activités de promotion de la santé lorsque l'assurance maladie de base n'est pas disponible. Même lorsqu'elle est rendue accessible, les impératifs de coût limitent de nombreuses petites entreprises à des programmes d'assurance maladie « dépouillés » avec une couverture très limitée.

Par contre, de nombreux régimes collectifs couvrent les examens médicaux périodiques, la mammographie, les tests Pap, les vaccinations et les soins aux bébés/enfants. Malheureusement, les frais déboursés pour couvrir les frais déductibles et les co-paiements requis avant que les prestations assurées ne soient payables ont souvent un effet dissuasif sur l'utilisation de ces services préventifs. Pour pallier à cela, certains employeurs se sont arrangés pour rembourser tout ou partie de ces dépenses aux salariés ; d'autres trouvent qu'il est moins gênant et coûteux de simplement les payer en tant que dépenses d'exploitation.

En plus d'inclure des services préventifs dans leur couverture, certaines compagnies d'assurance maladie offrent des programmes de promotion de la santé aux titulaires de polices collectives, généralement moyennant des frais, mais parfois sans frais supplémentaires. Ces programmes se concentrent généralement sur les supports imprimés et audiovisuels, mais certains sont plus complets. Certains sont particulièrement adaptés aux petites entreprises.

Dans un nombre croissant de domaines, les entreprises et d'autres types d'organisations ont formé des coalitions « action santé » pour développer l'information et la compréhension ainsi que des réponses aux problèmes de santé qui les assaillent ainsi que leurs communautés. Bon nombre de ces coalitions aident leurs membres à concevoir et à mettre en œuvre des programmes de promotion de la santé en milieu de travail. De plus, des conseils de mieux-être ont fait leur apparition dans un nombre croissant de communautés où ils encouragent la mise en œuvre d'activités de promotion de la santé en milieu de travail et à l'échelle communautaire.

Suggestions pour les petites entreprises

Les suggestions suivantes aideront à assurer le lancement et le fonctionnement réussis d'un programme de promotion de la santé dans une petite entreprise :

  • Intégrez le programme à d'autres activités de l'entreprise. Le programme sera plus efficace et moins coûteux lorsqu'il sera intégré aux régimes collectifs d'assurance maladie et d'avantages sociaux des employés, aux politiques de relations de travail et à l'environnement de l'entreprise, ainsi qu'à la stratégie commerciale de l'entreprise. Plus important encore, elle doit être coordonnée avec les politiques et pratiques de l'entreprise en matière de santé et de sécurité au travail et environnementales.    
  • Analysez les données de coûts pour les employés et l'entreprise. Ce que les employés veulent, ce dont ils ont besoin et ce que l'entreprise peut se permettre peuvent être très différents. L'entreprise doit être en mesure d'allouer les ressources nécessaires au programme en termes à la fois de dépenses financières et de temps et d'efforts des employés impliqués. Il serait vain de lancer un programme qui ne pourrait être poursuivi faute de moyens. Dans le même temps, les projections budgétaires doivent inclure des augmentations des allocations de ressources pour couvrir l'expansion du programme à mesure qu'il s'implante et se développe.    
  • Impliquer les salariés et leurs représentants. Un échantillon représentatif de la main-d'œuvre - c'est-à-dire la haute direction, les superviseurs et les travailleurs de base - devrait être impliqué dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation du programme. Lorsqu'il existe un syndicat, sa direction et ses délégués syndicaux doivent être impliqués de la même manière. Souvent, une invitation à coparrainer le programme désamorcera l'opposition latente d'un syndicat aux programmes de l'entreprise destinés à améliorer le bien-être des employés s'ils existent ; cela peut également servir à stimuler le syndicat à œuvrer pour la reproduction du programme par d'autres entreprises du même secteur ou de la même région.    
  • Impliquer les conjoints et les personnes à charge des employés. Les habitudes de santé sont généralement des caractéristiques de la famille. Le matériel éducatif devrait être adressé au foyer et, dans la mesure du possible, les conjoints des employés et les autres membres de la famille devraient être encouragés à participer aux activités.    
  • Obtenir l'approbation et la participation de la haute direction. Les cadres supérieurs de l'entreprise devraient approuver publiquement le programme et confirmer sa valeur en participant effectivement à certaines des activités.    
  • Collaborer avec d'autres organisations. Dans la mesure du possible, réalisez des économies d'échelle en vous associant à d'autres organisations locales, en utilisant des installations communautaires, etc.    
  • Gardez les informations personnelles confidentielles. Assurez-vous de garder les informations personnelles sur les problèmes de santé, les résultats des tests et même la participation à des activités particulières hors des dossiers personnels et évitez la stigmatisation potentielle en les gardant confidentielles.
  • Donnez au programme un thème positif et continuez à le changer. Donner une grande visibilité au programme et faire largement connaître ses objectifs. Sans laisser tomber aucune activité utile, changez l'orientation du programme pour susciter un nouvel intérêt et éviter de paraître stagnant. Une façon d'y parvenir est de «se greffer» sur des programmes nationaux et communautaires tels que le mois national du cœur et la semaine du diabète aux États-Unis.
  • Faites en sorte qu'il soit facile de s'impliquer. Les activités qui ne peuvent pas être organisées sur le chantier doivent être situées à des endroits pratiques à proximité de la communauté. Lorsqu'il n'est pas possible de les programmer pendant les heures de travail, ils peuvent avoir lieu pendant l'heure du déjeuner ou à la fin d'un quart de travail ; pour certaines activités, les soirées ou les week-ends peuvent être plus pratiques.
  • Envisagez d'offrir des incitatifs et des récompenses. Les incitations couramment utilisées pour encourager la participation au programme et reconnaître les réalisations comprennent le temps libéré, des remboursements partiels ou de 100 % de tous les frais, la réduction de la contribution de l'employé aux primes du régime d'assurance maladie de groupe (assurance maladie "à risque"), des chèques-cadeaux de commerçants locaux, des des prix tels que des T-shirts, des montres ou des bijoux bon marché, l'utilisation d'une place de stationnement préférée et une reconnaissance dans les bulletins d'information de l'entreprise ou sur les babillards du chantier.
  • Évaluer le programme. Le nombre de participants et leur taux d'abandon démontreront l'acceptabilité d'activités particulières. Des changements mesurables tels que l'arrêt du tabac, la perte ou la prise de poids, une baisse de la tension artérielle ou du cholestérol, des indices de forme physique, etc., peuvent être utilisés pour évaluer leur efficacité. Des sondages périodiques auprès des employés peuvent être utilisés pour évaluer les attitudes envers le programme et obtenir des suggestions d'amélioration. Et l'examen de données telles que l'absentéisme, le roulement, l'évaluation des changements dans la quantité et la qualité de la production et l'utilisation des prestations de soins de santé peuvent démontrer la valeur du programme pour l'organisation.

 

Conclusion

Bien qu'il y ait des défis importants à surmonter, ils ne sont pas insurmontables. Les programmes de promotion de la santé peuvent être tout aussi précieux, et parfois même plus, dans les petites organisations que dans les grandes. Bien qu'il soit difficile d'obtenir des données valides, on peut s'attendre à ce qu'elles produisent des rendements d'amélioration similaires en ce qui concerne la santé, le bien-être, le moral et la productivité des employés. Pour y parvenir avec des ressources souvent limitées, il faut une planification et une mise en œuvre minutieuses, l'approbation et le soutien des cadres supérieurs, l'implication des employés et de leurs représentants, l'intégration du programme de promotion de la santé aux politiques et pratiques de l'organisation en matière de santé et de sécurité, un un régime d'assurance soins et des politiques et ententes patronales-syndicales appropriées, et l'utilisation de matériel et de services gratuits ou à faible coût disponibles dans la communauté.

 

Noir

Lire 6291 fois Dernière modification le vendredi 05 août 2011 00:48

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références en protection et promotion de la santé

Adami, HG, JA Baron et KJ Rothman. 1994. Éthique d'un essai de dépistage du cancer de la prostate. Lancette (343):958-960.

Akabas, SH et M Hanson. 1991. Programmes de lutte contre la drogue et l'alcool en milieu de travail aux États-Unis. Document de travail présenté lors des Actes du Washington Tripartite Symposium on Drug and Alcohol Prevention and Assistance Programs at the Workplace. Genève : OIT.

Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG). 1994. Exercice pendant la grossesse et la période post-partum. Vol. 189. Bulletin technique. Washington, DC : DCL.

American Dietetic Association (ADA) et Office of Disease Prevention and Health Promotion. 1994. Nutrition sur le lieu de travail : un guide de planification, de mise en œuvre et d'évaluation. Chicago : ADA.

Association pulmonaire américaine. 1992. Enquête sur les attitudes du public envers le tabagisme. Préparé pour la Gallup Organization par l'American Lung Association.

Anderson, DR et député O'Donnell. 1994. Vers un programme de recherche en promotion de la santé : revues de « l'état de la science ». Am J Health Promot (8):482-495.

Anderson, JJB. 1992. Le rôle de la nutrition dans le fonctionnement du tissu squelettique. Nutr Rev (50):388-394.

Article 13-E de la loi sur la santé publique de l'État de New York.

Baile, WF, M Gilbertini, F Ulschak, S Snow-Antle et D Hann. 1991. Impact d'une interdiction de fumer dans les hôpitaux : Changements dans l'usage du tabac et les attitudes des employés. Addict Behav 16(6):419-426.

Bargal, D. 1993. Une perspective internationale sur le développement du travail social en milieu de travail. Dans Work and Well-Being, the Occupational Social Work Advantage, édité par P Kurzman et SH Akabas. Washington, D.C. : Presse NASW.

Barr, JK, KW Johnson et LJ Warshaw. 1992. Soutenir les personnes âgées : Programmes en milieu de travail pour les soignants salariés. Milbank Q (70):509-533.

Barr, JK, JM Waring et LJ Warshaw. 1991. Sources d'information des employés sur le SIDA : Le lieu de travail comme cadre éducatif prometteur. J Occup Med (33):143-147.

Barr, JK et LJ Warshaw. 1993. Stress chez les travailleuses : rapport d'une enquête nationale. New York : Groupe d'affaires de New York sur la santé.

Beery, W, VJ Schoenbach, EH Wagner, et al. 1986. Évaluation des risques pour la santé : méthodes et programmes, avec bibliographie annotée. Rockville, Md : Centre national de recherche sur les services de santé et d'évaluation des technologies de la santé.

Bertera, RL. 1991. Les effets des risques comportementaux sur l'absentéisme et les coûts des soins de santé au travail. J Occup Med (33):1119-1124.

Bray, Géorgie. 1989. Classification et évaluation des obésités. Med Clin North Am 73(1):161-192.

Brigham, J, J Gross, ML Stitzer et LJ Felch. 1994. Effets d'une politique de restriction du tabagisme en milieu de travail sur les employés qui fument. Am J Public Health 84(5):773-778.

Bungay, GT, MP Vessey et CK McPherson. 1980. Étude des symptômes de la vie moyenne avec une référence particulière à la ménopause. Brit Med J 308(1):79.

Bureau des affaires nationales (BNA). 1986. Là où il y a de la fumée : problèmes et politiques concernant le tabagisme en milieu de travail. Rockville, Maryland : BNA.

—. 1989. Tabagisme en milieu de travail, pratiques et évolutions des entreprises. Relations avec les employés de BNA hebdomadaire 7(42): 5-38.

—. 1991. Tabagisme au travail, enquête SHRM-BNA no. 55. Bulletin BNA à la direction.

Burton, WN et DJ Conti. 1991. Prestations de santé mentale gérées par la valeur. J Occup Med (33):311-313.

Burton, WN, D Erickson et J Briones. 1991. Programmes de santé des femmes sur le lieu de travail. J Occup Med (33):349-350.

Burton, WN et DA Hoy. 1991. Un système de gestion des coûts des soins de santé assisté par ordinateur. J Occup Med (33):268-271.

Burton, WN, DA Hoy, RL Bonin et L Gladstone. 1989. Qualité et gestion rentable des soins de santé mentale. J Occup Med (31):363-367.

Les associés de Calibre. 1989. Étude coûts-avantages de la deuxième phase du programme de réhabilitation de l'alcoolisme de niveau III de la Marine : coûts de réhabilitation et de remplacement. Fairfax, Virginie : Calibre Associates.

Charafin, FB. 1994. Les États-Unis établissent des normes pour la mammographie. Brit Med J (218):181-183.

Fondation des enfants des alcooliques. 1990. Enfants d'alcooliques dans le système médical : problèmes cachés, coûts cachés. New York : Fondation des enfants des alcooliques.

La ville de New York. Titre 17, chapitre 5 du code d'administration de la ville de New York.

Coalition sur le tabagisme et la santé. 1992. Actions légiférées par l'État sur les questions liées au tabac. Washington, DC : Coalition sur le tabagisme et la santé.

Groupe des politiques de santé d'entreprise. 1993. Problèmes de fumée de tabac ambiante sur le lieu de travail. Washington, DC : Comité consultatif national du Comité interagences sur le tabagisme et la santé.

Cowell, JWF. 1986. Lignes directrices pour les examens d'aptitude au travail. JAMC 135 (1er novembre):985-987.

Daniel, WW. 1987. Relations industrielles en milieu de travail et changement technique. Londres : Institut d'études politiques.

Davis, RM. 1987. Tendances actuelles de la publicité et du marketing des cigarettes. New Engl J Med 316:725-732.

DeCresce, R, A Mazura, M Lifshitz et J Tilson. 1989. Dépistage des drogues en milieu de travail. Chicago : Presse ASCP.

DeFriese, GH et JE Fielding. 1990. Évaluation des risques pour la santé dans les années 1990 : opportunités, défis et attentes. Revue annuelle de santé publique (11):401-418.

Dishman, RH. 1988. Adhésion à l'exercice : son impact sur la santé publique. Champaign, Ill : Livres de cinétique.

Duncan, MM, JK Barr et LJ Warshaw. 1992. Programmes d'éducation prénatale parrainés par l'employeur : Une enquête menée par le New York Business Group On Health. Montvale, NJ : Éditeurs d'affaires et de santé.

Elixhauser, A. 1990. Les coûts du tabagisme et l'efficacité des programmes d'abandon du tabac. J Publ Health Policy (11):218-235.

Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail.1991. Panorama des actions innovantes pour la santé au travail au Royaume-Uni. Document de travail no. WP/91/03/FR.

Ewing, JA. 1984. Détection de l'alcoolisme : Le questionnaire CAGE. JAMA 252(14):1905-1907.

Fielding, JE. 1989. Fréquence des activités d'évaluation des risques pour la santé sur les chantiers américains. Am J Prev Med 5:73-81.

Fielding, JE et PV Piserchia. 1989. Fréquence des activités de promotion de la santé au travail. Am J Prev Med 79:16-20.

Fielding, JE, KK Knight, RZ Goetzel et M Laouri. 1991. Utilisation des services de santé préventifs par une population occupée. J Occup Med 33:985-990.

Fiorino, F. 1994. Perspectives des compagnies aériennes. Aviat week space technol (1er août):19.

Fishbeck, W. 1979. Rapport interne et lettre. Midland, Michigan : Dow Chemical Company, département médical de l'entreprise.

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Organisation mondiale de la santé (OMS). 1992. Conférence internationale sur la nutrition : Enjeux majeurs des stratégies nutritionnelles. Genève : OMS.

Forrest, P. 1987. Breast Cancer Screening 1987. Rapport aux ministres de la Santé d'Angleterre, du Pays de Galles, d'Écosse et d'Irlande. Londres : HMSO.

Freis, JF, CE Koop, PP Cooper, MJ England, RF Greaves, JJ Sokolov, D Wright et Health Project Consortium. 1993. Réduire les coûts des soins de santé en réduisant le besoin et la demande de services de santé. New Engl J Med 329:321-325.

Glanz, K et RN Mullis. 1988. Interventions environnementales pour promouvoir une alimentation saine : un examen des modèles, des programmes et des preuves. Health Educ Q 15:395-415.

Glanz, K et T Rogers. 1994. Programmes de nutrition en milieu de travail dans la promotion de la santé en milieu de travail. Dans Health Promotion in the Workplace, édité par MP O'Donnell et J Harris. Albany, New York : Delmar.

Glied, S et S Kofman. 1995. Les femmes et la santé mentale : enjeux de la réforme de la santé. New York : Le Fonds du Commonwealth.

Googins, B et B Davidson. 1993. L'organisation cliente : Élargir le concept des programmes d'aide aux employés. Travail social 28:477-484.

Guidotti, TL, JWF Cowell et GG Jamieson. 1989. Services de santé au travail : une approche pratique. Chicago : Association médicale américaine.

Hammer, L. 1994. Questions d'équité et de genre dans la prestation des soins de santé : Le Rapport sur le développement de la Banque mondiale de 1993 et ​​ses implications pour les bénéficiaires des services de santé. Série de documents de travail, no.172. La Haye : Institut d'études sociales.

Harris, L et al. 1993. La santé des femmes américaines. New York : Le Fonds du Commonwealth.

Haselhurst, J. 1986. Dépistage mammographique. Dans Complications in the Management of Breast Disease, édité par RW Blamey. Londres : Ballière Tindall.

Henderson, BE, RK Ross et MC Pike. 1991. Vers la prévention primaire du cancer. Sciences 254:1131-1138.

Hutchison, J et A Tucker. 1984. Le dépistage du sein résulte d'une population active en bonne santé. Clin Oncol 10:123-128.

Institut des politiques de santé. Octobre 1993. Toxicomanie : Le problème de santé numéro un de la nation. Princeton : Fondation Robert Wood Johnson.

Kaplan, GD et VL Brinkman-Kaplan. 1994. Gestion du poids en milieu de travail dans la promotion de la santé en milieu de travail. Dans Health Promotion in the Workplace, édité par MP O'Donnell et J Harris. Albany, New York : Delmar.

Karpilow, C. 1991. Médecine du travail en milieu industriel. Florence, Kentucky : Van Nostrand Reinhold.

Kohler, S et J Kamp. 1992. Travailleurs américains sous pression : rapport technique. St. Paul, Minn. : St. Paul Fire and Marine Insurance Company.

Kristein, M. 1983. Quel profit les entreprises peuvent-elles espérer tirer de l'arrêt du tabac ? Prevent Med 12:358-381.

Lesieur, HR et SB Blume. 1987. The South Oaks Gambling Screen (SOGS): Un nouvel instrument pour l'identification des joueurs pathologiques. Am J Psychiatr 144(9):1184-1188.

Lesieur, HR, SB Blume et RM Zoppa. 1986. Alcoolisme, toxicomanie et jeu. Alcool, Clin Exp Res 10(1):33-38.

Lesmes, G. 1993. Faire dire non au tabac aux salariés. Bus Health (mars):42-46.

Lew, EA et L Garfinkel. 1979. Variations de la mortalité selon le poids chez 750,000 32 hommes et femmes. J Chron Dis 563:576-XNUMX.

Lewin, K. [1951] 1975. Théorie des champs en sciences sociales: articles théoriques sélectionnés par Kurt
Lewin, édité par D Cartwright. Westport : Greenwood Press.

Malcom, AI. 1971. La poursuite de l'intoxication. Toronto : ARF Books.
M
andelker, J. 1994. Un programme de bien-être ou une pilule amère. Bus Santé (mars):36-39.

March of Dimes Birth Defects Foundation. 1992. Leçons apprises du programme Les bébés et vous. White Plains, NY : March of Dimes Birth Defects Foundation.

—. 1994. Bébés en bonne santé, entreprise en bonne santé : Guide de l'employeur sur l'amélioration de la santé maternelle et infantile. White Plains, NY : March of Dimes Birth Defects Foundation.

Margolin, A, SK Avants, P Chang et TR Kosten. 1993. Acupuncture pour le traitement de la dépendance à la cocaïne chez les patients maintenus à la méthadone. Suis J Addict 2(3):194-201.

Maskin, A, A Connelly et EA Noonan. 1993. Fumée de tabac ambiante : implications pour le lieu de travail. Occ Saf Health Rep (2 février).

Doux, DC. 1992. Le programme des médecins avec facultés affaiblies de la Société médicale du District de Columbia. Maryland Med J 41(4):321-323.

Morse, RM et DK Flavin. 1992. La définition de l'alcoolisme. JAMA 268(8):1012-1014.

Muchnick-Baku, S et S Orrick. 1992. Travailler pour une bonne santé : promotion de la santé et petites entreprises. Washington, DC : Groupe d'affaires de Washington sur la santé.

Conseil consultatif national pour la recherche sur le génome humain. 1994. Déclaration sur l'utilisation des tests ADN pour l'identification présymptomatique du risque de cancer. JAMA 271:785.

Conseil National de l'Assurance Indemnisation (NCCI). 1985. Le stress émotionnel au travail—Nouveaux droits légaux dans les années XNUMX. New York : NCCI.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Current Intelligence Bulletin 54. Bethesda, Maryland : NIOSH.

Instituts nationaux de la santé (NIH). 1993a. Rapport du groupe de travail du programme national d'éducation sur l'hypertension artérielle sur la prévention primaire de l'hypertension. Programme national d'éducation sur l'hypertension artérielle, Institut national du cœur, des poumons et du sang. Publication NIH n° 93-2669. Bethesda, Maryland : NIH.

—. 1993b. Deuxième rapport du groupe d'experts sur la détection, l'évaluation et le traitement de l'hypercholestérolémie chez les adultes (ATP II). Programme national d'éducation sur le cholestérol, National Institutes of Health, National Heart, Lung, and Blood Institute. Publication NIH no. 93-3095. Bethesda, Maryland : NIH.

Conseil National de Recherche. 1989. Alimentation et santé : Implications pour réduire le risque de maladie chronique. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Académie de médecine de New York. 1989. Drogues en milieu de travail : Actes d'un symposium. B NY Acad Med 65(2).

Noah, T. 1993. L'EPA déclare la fumée passive cancérogène pour l'homme. Wall Street J, 6 janvier.

Ornish, D, SE Brown, LW Scherwitz, JH Billings, WT Armstrong, TA Ports, SM McLanahan, RL Kirkeeide, RJ Brand et KL Gould. 1990. Les changements de style de vie peuvent-ils inverser la maladie coronarienne ? L'essai cardiaque de style de vie. Lancet 336:129-133.

Parodi contre l'administration des anciens combattants. 1982. 540 F. Suppl. 85 WD. Washington DC.

Patnick, J. 1995. NHS Breast Screening Programmes : Review 1995. Sheffield : Clear Communications.

Pelletier, KR. 1991. Examen et analyse des études sur les résultats rentables des programmes complets de promotion de la santé et de prévention des maladies. Am J Health Promot 5:311-315.

—. 1993. Examen et analyse des études sur la santé et la rentabilité des programmes complets de promotion de la santé et de prévention des maladies. Am J Health Promot 8:50-62.

—. 1994. En avoir pour son argent : Le programme de planification stratégique du Stanford Corporate Health Programme. Am J Health Promot 8:323-7,376.

Penner, M et S Penner. 1990. Frais de santé assurés excédentaires des employés fumeurs dans un grand régime collectif. J Occup Med 32:521-523.

Groupe de travail sur les services préventifs. 1989. Guide des services cliniques préventifs : une évaluation de l'efficacité de 169 interventions. Baltimore : Williams & Wilkins.

Richardson, G. 1994. Un accueil pour chaque enfant : Comment la France protège la santé maternelle et infantile - Un nouveau cadre de référence pour les États-Unis. Arlington, Va : Centre national d'éducation en santé maternelle et infantile.

Richmond, K. 1986. Introduction d'aliments sains pour le cœur dans une cafétéria d'entreprise. J Nutr Educ 18:S63-S65.

Robbins, LC et JH Hall. 1970. Comment pratiquer la médecine prospective. Indianapolis, Indiana : Hôpital méthodiste de l'Indiana.

Rodale, R, ST Belden, T Dybdahl et M Schwartz. 1989. L'index de promotion : Une carte de rapport sur la santé de la nation. Emmaüs, Penn : Rodale Press.

Ryan, AS et GA Martinez. 1989. Allaitement et mère au travail : un profil. Pédiatrie 82:524-531.

Saunders, JB, OG Aasland, A Amundsen et M Grant. 1993. Consommation d'alcool et problèmes connexes chez les patients en soins de santé primaires : projet de collaboration de l'OMS sur la détection précoce des personnes ayant une consommation nocive d'alcool-I. Dépendance 88:349-362.

Schneider, WJ, SC Stewart et MA Haughey. 1989. Promotion de la santé dans un format cyclique programmé. J Occup Med 31:482-485.

Schoenbach, VJ. 1987. Évaluation de l'évaluation des risques pour la santé. Am J Public Health 77:409-411.

Seidell, JC. 1992. Obésité régionale et santé. Int J Obésité 16:S31-S34.

Selzer, ML. 1971. Le test de dépistage de l'alcoolisme du Michigan : La quête d'un nouvel instrument de diagnostic. Am J Psychiatr 127(12):89-94.

Serdula, MK, DE Williamson, RF Anda, A Levy, A Heaton et T Byers. 1994. Pratiques de contrôle du poids chez les adultes : résultats d'une enquête multi-États. Am J Publ Health 81:1821-24.

Shapiro, S. 1977. Preuve de dépistage du cancer du sein à partir d'un essai randomisé. Cancer : 2772-2792.

Skinner, HA. 1982. Le test de dépistage de la toxicomanie (DAST). Addict Behav 7:363-371.

Smith-Schneider, LM, MJ Sigman-Grant et PM Kris-Etherton. 1992. Stratégies de réduction des graisses alimentaires. J Am Diet Assoc 92:34-38.

Sorensen, G, H Lando et TF Pechacek. 1993. Promotion de l'arrêt du tabac sur le lieu de travail. J Occup Med 35(2):121-126.

Sorensen, G, N Rigotti, A Rosen, J Pinney et R Prible. 1991. Effets d'une politique antitabac sur le lieu de travail : preuves d'un arrêt accru. Am J Public Health 81(2):202-204.

Stave, GM et GW Jackson. 1991. Effet de l'interdiction totale de fumer sur le lieu de travail sur le tabagisme et les attitudes des employés. J Occup Med 33(8):884-890.

Thériault, G. 1994. Risques de cancer associés à l'exposition professionnelle aux champs magnétiques chez les travailleurs des services d'électricité en Ontario et au Québec, au Canada et en France. Am J Epidemiol 139(6):550-572.

Tramm, ML et LJ Warshaw. 1989. Dépistage des problèmes d'alcool : un guide pour les hôpitaux, les cliniques et autres établissements de soins de santé. New York : Groupe d'affaires de New York sur la santé.

Département américain de l'agriculture : Service d'information sur la nutrition humaine. 1990. Rapport du Comité consultatif des directives diététiques sur les directives diététiques pour les Américains. Numéro de parution 261-495/20/24. Hyattsville, Maryland : Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis.

Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être. 1964. Smoking and Health Report of the Advisory Committee to the Surgeon General of the Public Health Service. Publication PHS n° 1103. Rockville, Maryland : Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être.

Département américain de la santé et des services sociaux (USDHHS). 1989. Réduire les conséquences du tabagisme sur la santé : 25 ans de progrès. Un rapport du médecin général. Publication USDHHS n° 10 89-8411.Washington, DC : US Government Printing Office.

—. 1990. Coûts économiques de l'abus d'alcool et de drogues et de la maladie mentale. Numéro de publication du DHHS. (SMA) 90-1694. Washington, DC : Alcool, toxicomanie et administration de la santé mentale.

—. 1991. Fumée de tabac ambiante sur le lieu de travail : cancer du poumon et autres effets. Publication n° 91-108 de l'USDHHS (NIOSH). Washington, DC : USDHHS.
Administration américaine des aliments et des médicaments (FDA). 1995. Échéance de la qualité de la mammographie. FDA Med Bull 23 : 3-4.

Bureau de la comptabilité générale des États-Unis. 1994. Soins de longue durée : le soutien aux soins aux personnes âgées pourrait profiter au milieu de travail gouvernemental et aux personnes âgées. GAO/HEHS-94-64. Washington, DC : Bureau de la comptabilité générale des États-Unis.

Bureau américain de la prévention des maladies et de la promotion de la santé. 1992. Enquête nationale de 1992 sur les activités de promotion de la santé en milieu de travail : rapport sommaire. Washington, DC : Département de la santé et des services sociaux, Service de santé publique.

Service de santé publique des États-Unis. 1991. Personnes en bonne santé 2000 : Objectifs nationaux de promotion de la santé et de prévention des maladies—Rapport complet avec commentaires. Numéro de publication du DHHS (PHS) 91-50212. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux.

Voelker, R. 1995. Préparation des patientes à la ménopause. JAMA 273:278.

Wagner, EH, WL Beery, VJ Schoenbach et RM Graham. 1982. Une évaluation des dangers pour la santé/évaluation des risques pour la santé. Am J Public Health 72:347-352.

Walsh, DC, RW Hingson, DM Merrigan, SM Levenson, LA Cupples, T Heeren, GA Coffman, CA Becker, TA Barker, SK Hamilton, TG McGuire et CA Kelly. 1991. Un essai randomisé d'options de traitement pour les travailleurs alcooliques. New Engl J Med 325(11):775-782.

Warshaw, LJ. 1989. Stress, anxiété et dépression sur le lieu de travail : rapport de l'enquête NYGBH/Gallup. New York : Le groupe d'affaires de New York sur la santé.

Weisman, CS. 1995. Enquête nationale sur les centres de santé pour femmes : Rapport préliminaire pour les répondants. New York : Fonds du Commonwealth.

Wilber, CS. 1983. Le programme Johnson et Johnson. Prevent Med 12:672-681.

Woodruff, TJ, B Rosbrook, J Pierce et SA Glantz. 1993. Niveaux inférieurs de consommation de cigarettes trouvés dans les lieux de travail sans fumée en Californie. Arch Int Med 153(12):1485-1493.

Woodside, M. 1992. Les enfants d'alcooliques au travail : le besoin d'en savoir plus. New York : Fondation des enfants des alcooliques.

Banque mondiale. 1993. Rapport sur le développement dans le monde : Investir dans la santé. New York : 1993.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1988. Promotion de la santé pour les populations actives : rapport d'un comité d'experts de l'OMS. Série de rapports techniques, n° 765. Genève : OMS.

—. 1992. Trousse consultative pour la Journée mondiale sans tabac 1992. Genève : OMS.

—. 1993. Les femmes et la toxicomanie : Rapport d'évaluation du pays 1993. Document n° WHO/PSA/93.13. Genève : OMS.

—. 1994. Guide sur la salubrité des aliments pour les voyageurs. Genève : OMS.

Yen, LT, DW Edington et P Witting. 1991. Prévision des réclamations médicales prospectives et de l'absentéisme pour 1,285 1992 travailleurs horaires d'une entreprise de fabrication, 34. J Occup Med 428:435-XNUMX.