Mardi 25 Janvier 2011 18: 41

Santé Des Femmes

Évaluer cet élément
(0 votes)

Il existe une perception erronée commune selon laquelle, en dehors des différences reproductives, les travailleurs féminins et masculins seront affectés de la même manière par les risques pour la santé au travail et les tentatives de les contrôler. Bien que les femmes et les hommes souffrent de bon nombre des mêmes troubles, ils diffèrent physiquement, métaboliquement, hormonalement, physiologiquement et psychologiquement. Par exemple, la taille moyenne et la masse musculaire plus petites des femmes imposent une attention particulière à l'ajustement des vêtements et dispositifs de protection et à la disponibilité d'outils à main bien conçus, tandis que le fait que leur masse corporelle est généralement inférieure à celle des hommes les rend plus susceptibles, sur moyenne, aux effets de l'abus d'alcool sur le foie et le système nerveux central.

Ils diffèrent également dans les types d'emplois qu'ils occupent, dans les circonstances sociales et économiques qui influencent leur mode de vie, ainsi que dans leur participation et leur réponse aux activités de promotion de la santé. Bien qu'il y ait eu quelques changements récents, les femmes sont toujours plus susceptibles d'occuper des emplois routiniers et dans lesquels elles sont exposées à des blessures répétitives. Elles souffrent d'inégalité salariale et sont beaucoup plus susceptibles que les hommes d'être chargées des tâches ménagères et de s'occuper des enfants et des personnes âgées à charge.

Dans les pays industrialisés, les femmes ont une espérance de vie plus longue que les hommes ; cela s'applique à tous les groupes d'âge. À 45 ans, une Japonaise peut s'attendre à vivre en moyenne encore 37.5 ans et une Écossaise de 45 ans encore 32.8 ans, les femmes de la plupart des autres pays du monde développé se situant entre ces limites. Ces faits conduisent à supposer que les femmes sont, par conséquent, en bonne santé. Il y a un manque de conscience que ces années "supplémentaires" sont souvent gâchées par des maladies chroniques et des incapacités dont la plupart sont évitables. De nombreuses femmes en savent trop peu sur les risques pour la santé auxquels elles sont confrontées et, par conséquent, sur les mesures qu'elles peuvent prendre pour contrôler ces risques et se protéger contre les maladies et les blessures graves. Par exemple, de nombreuses femmes s'inquiètent à juste titre du cancer du sein, mais ignorent le fait que les maladies cardiaques sont de loin la principale cause de décès chez les femmes et que, principalement en raison de l'augmentation de leur tabagisme, qui est également un facteur de risque majeur de maladie coronarienne. maladie artérielle — l'incidence du cancer du poumon chez les femmes est en augmentation.

Aux États-Unis, une enquête nationale de 1993 (Harris et al. 1993), impliquant des entretiens avec plus de 2,500 1,000 femmes adultes et 17 10 hommes adultes, a confirmé que les femmes souffrent de problèmes de santé graves et que beaucoup ne reçoivent pas les soins dont elles ont besoin. Selon l'enquête, entre trois et quatre femmes sur dix risquent de contracter une maladie traitable non détectée parce qu'elles ne reçoivent pas de services cliniques préventifs appropriés, en grande partie parce qu'elles n'ont pas d'assurance maladie ou parce que leurs médecins n'ont jamais suggéré que des tests appropriés étaient disponibles et devraient être recherché. De plus, un nombre important d'Américaines interrogées n'étaient pas satisfaites de leur médecin personnel : quatre sur dix (deux fois plus d'hommes) ont déclaré que leur médecin leur avait « parlé » et XNUMX % (contre XNUMX % des hommes) avaient ont été informés que leurs symptômes étaient « tous dans la tête ».

Bien que les taux globaux de maladie mentale soient à peu près les mêmes pour les hommes et les femmes, les schémas sont différents : les femmes souffrent davantage de dépression et de troubles anxieux, tandis que l'abus de drogues et d'alcool et les troubles de la personnalité antisociale sont plus fréquents chez les hommes (Glied et Kofman, 1995). Les hommes sont plus susceptibles de rechercher et de recevoir des soins de spécialistes de la santé mentale, tandis que les femmes sont plus souvent traitées par des médecins de soins primaires, dont beaucoup n'ont pas l'intérêt, voire l'expertise, pour traiter les problèmes de santé mentale. Les femmes, en particulier les femmes âgées, reçoivent une part disproportionnée des prescriptions de médicaments psychotropes, de sorte que l'on craint que ces médicaments soient peut-être surutilisés. Trop souvent, les difficultés découlant de niveaux excessifs de stress ou de problèmes évitables et traitables sont expliquées par les professionnels de la santé, les membres de la famille, les superviseurs et les collègues, et même par les femmes elles-mêmes, comme reflétant le « temps de la mois » ou « changement de vie » et, par conséquent, ne sont pas traités.

Ces circonstances sont aggravées par l'hypothèse que les femmes, jeunes et moins jeunes, savent tout ce qu'il y a à savoir sur leur corps et leur fonctionnement. C'est loin d'être la vérité. Il existe une ignorance généralisée et une désinformation acceptée sans critique. Beaucoup de femmes ont honte de révéler leur ignorance et s'inquiètent inutilement de symptômes en fait « normaux » ou simplement expliqués.

Étant donné que les femmes représentent environ 50 % de la main-d'œuvre dans une grande partie du marché de l'emploi, et considérablement plus dans certaines industries de services, les conséquences de leurs problèmes de santé évitables et corrigibles pèsent lourdement et évitablement sur leur bien-être et leur productivité, ainsi que sur l'organisation aussi. Ce bilan peut être considérablement réduit par un programme de promotion de la santé au travail destiné aux femmes.

Promotion de la santé au travail pour les femmes

Une grande partie de l'information sur la santé est fournie par les journaux, les magazines et la télévision, mais la plupart d'entre elles sont incomplètes, sensationnalistes ou axées sur la promotion de produits ou de services particuliers. Trop souvent, en rendant compte des avancées médicales et scientifiques actuelles, les médias soulèvent plus de questions qu'ils n'en résolvent et provoquent même une anxiété inutile. Les professionnels de la santé dans les hôpitaux, les cliniques et les cabinets privés omettent souvent de s'assurer que leurs patients sont correctement éduqués sur les problèmes qu'ils présentent, sans parler de prendre le temps de les informer sur des problèmes de santé importants sans rapport avec leurs symptômes.

Un programme de promotion de la santé sur le lieu de travail correctement conçu et administré doit fournir des informations exactes et complètes, des possibilités de poser des questions lors de séances de groupe ou individuelles, des services cliniques de prévention, l'accès à une variété d'activités de promotion de la santé et des conseils sur les ajustements qui peuvent prévenir ou minimiser la détresse et invalidité. Le chantier offre un lieu idéal pour le partage d'expériences et d'informations sur la santé, en particulier lorsqu'elles sont pertinentes aux circonstances rencontrées au travail. On peut également profiter de la pression des pairs qui est présente sur le lieu de travail pour fournir aux travailleurs une motivation supplémentaire pour participer et persévérer dans des activités de promotion de la santé et pour maintenir un mode de vie sain.

Il existe une variété d'approches à la programmation pour les femmes. Ernst and Young, le grand cabinet comptable, a proposé à ses employés de Londres une série de séminaires sur la santé pour les femmes animés par un consultant extérieur. Ils ont été suivis par tous les grades du personnel et ont été bien accueillis. Les femmes qui ont assisté étaient sûres du format des présentations. En tant qu'étranger, le consultant ne représentait aucune menace pour leur statut d'emploi et, ensemble, ils ont dissipé de nombreux domaines de confusion au sujet de la santé des femmes.

Marks and Spencer, un important détaillant au Royaume-Uni, mène un programme par l'intermédiaire de son service médical interne en utilisant des ressources externes pour fournir des services aux employés dans leurs nombreux sites de travail régionaux. Ils proposent des examens de dépistage et des conseils individuels à tout leur personnel, ainsi qu'une vaste gamme de documentation et de vidéos sur la santé, dont beaucoup sont produites en interne.

De nombreuses entreprises font appel à des conseillers en santé indépendants extérieurs à l'entreprise. Un exemple au Royaume-Uni est le service fourni par les Medical Centers de la BUPA (British United Provident Association) qui voient plusieurs milliers de femmes à travers leur réseau de 35 unités intégrées mais dispersées géographiquement, complétées par leurs unités mobiles. La plupart de ces femmes sont dirigées vers les programmes de promotion de la santé de leurs employeurs; le reste vient indépendamment.

BUPA a probablement été le premier, du moins au Royaume-Uni, à créer un centre de santé pour femmes dédié aux services préventifs exclusivement pour les femmes. Les centres de santé pour femmes en milieu hospitalier et autonomes sont de plus en plus courants et s'avèrent attrayants pour les femmes qui n'ont pas été bien servies par le système de soins de santé en vigueur. En plus de fournir des soins prénatals et obstétricaux, ils ont tendance à offrir des soins primaires de grande envergure, la plupart mettant un accent particulier sur les services préventifs.

La National Survey of Women's Health Centers, menée en 1994 par des chercheurs de la Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health avec le soutien de la Commonwealth Foundation (Weisman 1995), a estimé qu'il existe 3,600 71 centres de santé pour femmes aux États-Unis, dont 82 % sont des centres de santé reproductive offrant principalement des examens gynécologiques ambulatoires de routine, des tests Pap et des services de planification familiale. Ils proposent également des tests de grossesse, des conseils sur l'avortement (50%) et des avortements (XNUMX%), le dépistage et le traitement des maladies sexuellement transmissibles, des examens des seins et des contrôles de la tension artérielle.

Douze pour cent sont des centres de soins primaires (ceux-ci comprennent les services de santé des collèges pour femmes) qui fournissent des soins de base aux femmes en bonne santé et des soins préventifs, notamment des examens physiques périodiques, des examens gynécologiques de routine et des tests Pap, le diagnostic et le traitement des problèmes menstruels, des conseils sur la ménopause et un traitement hormonal substitutif, et les services de santé mentale, y compris les conseils et le traitement de la toxicomanie et de l'alcoolisme.

Les centres du sein représentent 6 % du total (voir ci-dessous), tandis que les autres sont des centres offrant diverses combinaisons de services. Bon nombre de ces centres ont manifesté leur intérêt à passer des contrats pour fournir des services aux employées des organisations voisines dans le cadre de leurs programmes de promotion de la santé en milieu de travail.

Quel que soit le lieu, le succès des programmes de promotion de la santé des femmes en milieu de travail repose non seulement sur la fiabilité de l'information et des services offerts mais, plus important encore, sur la manière dont ils sont présentés. Les programmes doivent être sensibilisés aux attitudes et aux aspirations des femmes ainsi qu'à leurs préoccupations et, tout en les soutenant, ils doivent être exempts de la condescendance avec laquelle ces problèmes sont si souvent abordés.

Le reste de cet article se concentrera sur trois catégories de problèmes considérés comme des problèmes de santé particulièrement importants pour les femmes : les troubles menstruels, le cancer du col de l'utérus et du sein et l'ostéoporose. Cependant, en traitant d'autres catégories de santé, le programme de promotion de la santé sur le lieu de travail devrait garantir que tout autre problème particulièrement important pour les femmes ne sera pas négligé.

Troubles menstruels

Pour la grande majorité des femmes, la menstruation est un processus « naturel » qui présente peu de difficultés. Le cycle menstruel peut être perturbé par une variété de conditions qui peuvent causer de l'inconfort ou de l'inquiétude pour l'employé. Ceux-ci peuvent l'amener à s'absenter régulièrement pour maladie, signalant souvent un «rhume» ou un «mal de gorge» plutôt qu'un problème menstruel, surtout si le certificat d'absence doit être remis à un responsable masculin. Cependant, le modèle d'absence est évident et le renvoi à un professionnel de la santé qualifié peut résoudre le problème rapidement. Les problèmes menstruels qui peuvent affecter le lieu de travail comprennent l'aménorrhée, la ménorragie, la dysménorrhée, le syndrome prémenstruel (SPM) et la ménopause.

Aménorrhée

Bien que l'aménorrhée puisse susciter des inquiétudes, elle n'affecte généralement pas la performance au travail. La cause la plus fréquente d'aménorrhée chez les jeunes femmes est la grossesse et chez les femmes plus âgées, la ménopause ou une hystérectomie. Cependant, cela peut également être attribuable aux circonstances suivantes :

  • Mauvaise alimentation ou insuffisance pondérale. La raison d'une mauvaise nutrition peut être socio-économique dans la mesure où peu de nourriture est disponible ou abordable, mais elle peut également être le résultat d'une famine liée à des troubles alimentaires tels que l'anorexie mentale ou la boulimie.
  • Exercice excessif. Dans de nombreux pays développés. les femmes s'entraînent excessivement dans le cadre de programmes de conditionnement physique ou de sport. Même si leur apport alimentaire peut être suffisant, elles peuvent présenter une aménorrhée.
  • Les conditions médicales. Les problèmes liés à l'hypothyroïdie ou à d'autres troubles endocriniens, la tuberculose, l'anémie quelle qu'en soit la cause et certaines maladies graves, potentiellement mortelles, peuvent tous provoquer une aménorrhée.
  • Mesures contraceptives. Les médicaments contenant uniquement de la progestérone entraînent généralement une aménorrhée. Il convient de noter que la stérilisation sans цphorectomie n'entraîne pas l'arrêt des règles chez la femme.

 

Ménorragie

En l'absence de toute mesure objective du flux menstruel, il est communément admis que tout flux menstruel suffisamment abondant pour interférer avec les activités quotidiennes normales d'une femme ou entraînant une anémie est excessif. Lorsque le flux est suffisamment abondant pour submerger le facteur anticoagulant circulant normal, la femme ayant des «règles abondantes» peut se plaindre de caillots qui passent. L'incapacité de contrôler le flux sanguin par une protection hygiénique normale peut entraîner une gêne considérable sur le lieu de travail et peut conduire à un schéma d'absences mensuelles régulières d'un ou deux jours.

La ménorragie peut être causée par des fibromes utérins ou des polypes. Elle peut également être causée par un dispositif contraceptif intra-utérin (DIU) et, rarement, elle peut être la première indication d'une anémie sévère ou d'un autre trouble sanguin grave comme la leucémie.

Dysménorrhée

Bien que la grande majorité des femmes menstruées ressentent un certain inconfort au moment de la menstruation, seules quelques-unes ressentent une douleur suffisante pour interférer avec une activité normale et nécessitent donc une référence médicale. Encore une fois, ce problème peut être suggéré par un schéma d'absences mensuelles régulières. Ces difficultés associées à la menstruation peuvent, à certaines fins pratiques, être classées ainsi :

  1. Dysménorrhée primaire. Les jeunes femmes qui ne présentent aucun signe de maladie peuvent souffrir la veille ou le premier jour de leurs règles d'une douleur suffisamment grave pour les inciter à s'absenter du travail. Bien qu'aucune cause n'ait été trouvée, on sait qu'elle est associée à l'ovulation et, par conséquent, peut être prévenue par la pilule contraceptive orale ou par d'autres médicaments qui empêchent l'ovulation.
  2. Dysménorrhée secondaire. L'apparition de règles douloureuses chez une femme d'une trentaine d'années ou plus suggère une pathologie pelvienne et doit faire l'objet d'un examen approfondi par un gynécologue.

 

Il convient de noter que certains analgésiques en vente libre ou prescrits pris pour la dysménorrhée peuvent provoquer de la somnolence et peuvent présenter un problème pour les femmes travaillant dans des emplois qui nécessitent une vigilance aux risques professionnels.

Syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel (SPM), une combinaison de symptômes physiques et psychologiques ressentis par un pourcentage relativement faible de femmes au cours des sept ou dix jours précédant les menstruations, a développé sa propre mythologie. Il a été faussement crédité comme étant la cause du soi-disant émotivité et de la « fuite en avant » des femmes. Selon certains hommes, toutes les femmes en souffrent, alors que d'ardentes féministes affirment qu'aucune femme ne l'a. Sur le lieu de travail, elle a été citée à tort comme une justification pour maintenir les femmes à l'écart des postes nécessitant une prise de décision et l'exercice du jugement, et elle a servi d'excuse commode pour refuser aux femmes la promotion aux niveaux de direction et de direction. Il a été blâmé pour les problèmes des femmes avec les relations interpersonnelles et, en effet, en Angleterre, il a fourni les motifs de plaidoyers d'aliénation mentale temporaire qui ont permis à deux accusées distinctes d'échapper à des accusations de meurtre.

Les symptômes physiques du syndrome prémenstruel peuvent inclure une distension abdominale, une sensibilité des seins, de la constipation, de l'insomnie, une prise de poids due à une augmentation de l'appétit ou à une rétention de sodium et d'eau, une maladresse dans les mouvements fins et une inexactitude dans le jugement. Les symptômes émotionnels comprennent des pleurs excessifs, des crises de colère, la dépression, des difficultés à prendre des décisions, une incapacité à faire face en général et un manque de confiance. Ils surviennent toujours dans les jours prémenstruels et sont toujours soulagés par le début des règles. Les femmes qui prennent la pilule contraceptive orale combinée et celles qui ont subi une ovariectomie ont rarement le syndrome prémenstruel.

Le diagnostic de SPM est basé sur l'historique de sa relation temporelle avec les menstruations ; en l'absence de causes définitives, il n'y a pas de tests diagnostiques. Son traitement, dont l'intensité est déterminée par l'intensité des symptômes et leur effet sur les activités normales, est empirique. La plupart des cas répondent à de simples mesures d'auto-assistance qui comprennent l'élimination de la caféine de l'alimentation (le thé, le café, le chocolat et la plupart des boissons gazeuses à base de cola contiennent toutes des quantités importantes de caféine), de petites tétées fréquentes pour minimiser toute tendance à l'hypoglycémie, la restriction de l'apport en sodium pour minimiser rétention d'eau et gain de poids, et exercice modéré régulier. Lorsque ceux-ci ne parviennent pas à contrôler les symptômes, les médecins peuvent prescrire des diurétiques légers (pendant deux à trois jours seulement) qui contrôlent la rétention de sodium et d'eau et/ou des hormones orales qui modifient l'ovulation et le cycle menstruel. En général, le syndrome prémenstruel est traitable et ne devrait pas représenter un problème important pour les femmes au travail.

Ménopause

La ménopause reflétant une insuffisance ovarienne peut survenir chez les femmes dans la trentaine ou peut être reportée bien au-delà de l'âge de 50 ans; à l'âge de 48 ans, environ la moitié des femmes en auront fait l'expérience. Le moment réel de la ménopause est influencé par l'état de santé général, la nutrition et des facteurs familiaux.

Les symptômes de la ménopause sont une diminution de la fréquence des règles, généralement associée à un flux menstruel peu abondant, à des bouffées de chaleur avec ou sans sueurs nocturnes et à une diminution des sécrétions vaginales, qui peuvent provoquer des douleurs lors des rapports sexuels. D'autres symptômes fréquemment attribués à la ménopause comprennent la dépression, l'anxiété, les larmes, le manque de confiance, les maux de tête, les modifications de la texture de la peau, la perte d'intérêt sexuel, les difficultés urinaires et l'insomnie. Fait intéressant, une étude contrôlée impliquant un questionnaire sur les symptômes administré à la fois aux hommes et aux femmes a montré qu'une partie importante de ces plaintes était partagée par des hommes du même âge (Bungay, Vessey et McPherson 1980).

La ménopause, qui survient vers l'âge de 50 ans, peut coïncider avec ce qu'on a appelé la « transition de la quarantaine » ou la « crise de la quarantaine », termes inventés pour désigner collectivement les expériences qui semblent être partagées par les hommes et les femmes d'âge moyen (en fait, ils semblent être plus fréquents chez les hommes). Ceux-ci comprennent la perte de but, l'insatisfaction à l'égard de son travail et de la vie en général, la dépression, le déclin de l'intérêt pour l'activité sexuelle et une tendance à la diminution des contacts sociaux. Elle peut être précipitée par la perte du conjoint ou du partenaire par séparation ou décès ou, s'agissant de l'emploi, par l'échec d'une promotion escomptée ou par une séparation, que ce soit par licenciement ou retraite volontaire. Contrairement à la ménopause, il n'y a pas de base hormonale connue pour la transition vers la quarantaine.

Particulièrement chez les femmes, cette période peut être associée au « syndrome du nid vide », le sentiment d'inutilité qui peut être ressenti lorsque, leurs enfants ayant quitté la maison, toute leur raison d'être semble avoir été perdu. Dans de tels cas, le travail et les contacts sociaux sur le lieu de travail ont souvent une influence stabilisatrice et thérapeutique.

Comme beaucoup d'autres « problèmes féminins », la ménopause a développé sa propre mythologie. Une éducation préparatoire démystifiant ces mythes complétée par des conseils de soutien sensibles contribuera grandement à prévenir des dislocations importantes. Continuer à travailler et maintenir sa performance satisfaisante au travail peut être d'une valeur cruciale pour maintenir le bien-être d'une femme à ce moment.

C'est à ce stade que l'opportunité d'un traitement hormonal substitutif (THS) doit être considérée. Actuellement sujet à controverse, le THS était à l'origine prescrit pour contrôler les symptômes de la ménopause s'ils devenaient excessivement graves. Bien qu'habituellement efficaces, les hormones couramment utilisées précipitaient souvent les saignements vaginaux et, plus important encore, elles étaient soupçonnées d'être cancérigènes. En conséquence, ils n'étaient prescrits que pour des périodes de temps limitées, juste assez longtemps pour contrôler les symptômes gênants de la ménopause.

Le THS n'a aucun effet sur les symptômes de la transition vers la quarantaine. Cependant, si les bouffées vasomotrices d'une femme sont contrôlées et qu'elle peut passer une bonne nuit de sommeil parce que ses sueurs nocturnes sont évitées, ou si elle peut réagir avec plus d'enthousiasme aux rapports sexuels parce que ce n'est plus douloureux, alors certains de ses autres problèmes peuvent être résolus.

Aujourd'hui, la valeur du THS à long terme est de plus en plus reconnue dans le maintien de l'intégrité osseuse chez les femmes atteintes d'ostéoporose (voir ci-dessous) et dans la réduction du risque de maladie coronarienne, désormais la principale cause de décès chez les femmes dans les pays industrialisés. . Les nouvelles hormones, combinaisons et séquences d'administration peuvent éliminer la survenue de saignements vaginaux planifiés et il semble y avoir peu ou pas de risque de cancérogenèse, même chez les femmes ayant des antécédents de cancer. Cependant, comme de nombreux médecins sont fortement partisans ou contre le THS, les femmes doivent être informées de ses avantages et de ses inconvénients afin qu'elles puissent participer en toute confiance à la décision de l'utiliser ou non.

Récemment, rappelant les millions de femmes « baby-boomers » (enfants nés après la Seconde Guerre mondiale) qui atteindront l'âge de la ménopause au cours de la prochaine décennie, l'American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) a averti que des augmentations vertigineuses de l'ostéoporose et les maladies cardiaques pourraient en résulter si les femmes ne sont pas mieux informées sur la ménopause et les interventions conçues pour prévenir les maladies et les incapacités et pour prolonger et améliorer leur vie après la ménopause (Voelker 1995). Le président de l'ACOG, William C. Andrews, MD, a proposé un programme à trois volets qui comprend une campagne massive pour éduquer les médecins sur la ménopause, une «visite périménopausique» chez un médecin par toutes les femmes de plus de 45 ans pour une évaluation personnelle des risques et des conseils approfondis et l'implication des médias dans l'éducation des femmes et de leurs familles sur les symptômes de la ménopause et les avantages et les risques de traitements comme le THS avant que les femmes n'atteignent la ménopause. Le programme de promotion de la santé au travail peut apporter une contribution majeure à un tel effort d'éducation.

Dépistage des maladies du col de l'utérus et du sein

En ce qui concerne les besoins des femmes, un programme de promotion de la santé devrait prévoir ou, au moins, recommander un dépistage périodique du cancer du col de l'utérus et du sein.

Maladie du col utérin

Le dépistage régulier des changements cervicaux précancéreux au moyen du test Pap est une pratique bien établie. Dans de nombreuses organisations, il est mis à disposition sur le lieu de travail ou dans une unité mobile qui y est apportée, éliminant ainsi la nécessité pour les employées de passer du temps à se rendre dans un établissement de la communauté ou à consulter leur médecin personnel. Les services d'un médecin ne sont pas requis pour l'administration de cette procédure : des frottis satisfaisants peuvent être effectués par une infirmière ou un technicien bien formé. La qualité de la lecture des frottis et l'intégrité des procédures d'enregistrement et de communication des résultats sont plus importantes.

Cancer du sein

Bien que le dépistage mammaire par mammographie soit largement pratiqué dans presque tous les pays développés, il n'a été établi à l'échelle nationale qu'au Royaume-Uni. Actuellement, plus d'un million de femmes au Royaume-Uni sont dépistées, chaque femme âgée de 50 à 64 ans ayant une mammographie tous les trois ans. Tous les examens, y compris toute autre étude diagnostique nécessaire pour clarifier les anomalies dans les films initiaux, sont gratuits pour les participants. La réponse à l'offre de ce cycle de mammographie de trois ans a été de plus de 70 %. Les rapports pour la période 1993-1994 (Patnick 1995) montrent un taux de 5.5 % de référence pour une évaluation plus approfondie ; On a découvert que 5.5 femmes sur 1,000 70 femmes dépistées avaient un cancer du sein. La valeur prédictive positive de la biopsie chirurgicale était de 10 % dans ce programme, contre environ XNUMX % dans les programmes rapportés ailleurs dans le monde.

Les problèmes critiques en mammographie sont la qualité de la procédure, avec un accent particulier sur la minimisation de l'exposition aux rayonnements, et la précision de l'interprétation des films. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a promulgué un ensemble de réglementations de qualité proposées par l'American College of Radiology qui, à compter du 1er octobre 1994, doivent être respectées par les plus de 10,000 1994 unités médicales prenant ou interprétant des mammographies dans le monde. le pays (Charafin 1992). Conformément à la loi nationale sur les normes de mammographie (édictée en 1), toutes les installations de mammographie aux États-Unis (à l'exception de celles exploitées par le Department of Veterans Affairs, qui élabore ses propres normes) devaient être certifiées par la FDA à compter de cette date. . Ces réglementations sont résumées dans la figure XNUMX.

Figure 1. Normes de qualité de la mammographie aux États-Unis.

HPP090T1

Un phénomène récent aux États-Unis est l'augmentation du nombre de centres de santé du sein ou du sein, dont 76 % sont apparus depuis 1985 (Weisman 1995). Ils sont majoritairement hospitaliers (82 %) ; les autres sont principalement des entreprises à but lucratif détenues par des groupes de médecins. Environ un cinquième entretient des unités mobiles. Ils offrent des services de dépistage et de diagnostic ambulatoires, notamment des examens physiques des seins, des mammographies de dépistage et de diagnostic, des échographies mammaires, des biopsies à l'aiguille fine et des instructions sur l'auto-examen des seins. Un peu plus d'un tiers offrent également un traitement pour le cancer du sein. Bien qu'ils se concentrent principalement sur l'obtention d'auto-aiguillages et d'aiguillages par des médecins communautaires, bon nombre de ces centres s'efforcent de conclure des contrats avec des programmes de promotion de la santé parrainés par l'employeur ou les syndicats pour fournir des services de dépistage du cancer du sein à leurs participantes.

L'introduction de tels programmes de dépistage en milieu de travail peut générer une anxiété considérable chez certaines femmes, en particulier celles qui ont des antécédents personnels ou familiaux de cancer et celles dont les résultats sont « anormaux » (ou non concluants). La possibilité de tels résultats non négatifs doit être soigneusement expliquée lors de la présentation du programme, ainsi que l'assurance que des dispositions sont en place pour les examens supplémentaires nécessaires pour les expliquer et agir en conséquence. Les superviseurs doivent être formés pour sanctionner les absences de ces femmes lorsque les procédures de suivi nécessaires ne peuvent être organisées rapidement en dehors des heures de travail.

Ostéoporose

L'ostéoporose est un trouble métabolique osseux, beaucoup plus répandu chez les femmes que chez les hommes, qui se caractérise par une diminution progressive de la masse osseuse entraînant une susceptibilité aux fractures qui peuvent résulter de mouvements et d'accidents apparemment anodins. Elle représente un problème de santé publique important dans la plupart des pays développés.

Les sites de fractures les plus courants sont les vertèbres, la partie distale du radius et la partie supérieure du fémur. Toutes les fractures à ces sites chez les personnes âgées devraient faire suspecter l'ostéoporose comme cause contributive.

Bien que ces fractures surviennent généralement plus tard dans la vie, après que l'individu a quitté le marché du travail, l'ostéoporose est une cible souhaitable pour les programmes de promotion de la santé sur le lieu de travail pour un certain nombre de raisons : (1) les fractures peuvent impliquer des retraités et augmenter considérablement leurs coûts de soins médicaux, dont l'employeur peut être responsable; (2) les fractures peuvent impliquer les parents âgés ou les beaux-parents des employés actuels, créant un fardeau de soins dépendants qui peut compromettre leur assiduité et leur performance au travail ; et (3) le lieu de travail offre l'occasion d'éduquer les jeunes sur le danger éventuel de l'ostéoporose et de les inciter à adopter les changements de style de vie qui peuvent ralentir sa progression.

Il existe deux types d'ostéoporose primaire :

  • Post-ménopause, qui est liée à la perte d'œstrogènes et, par conséquent, est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (ratio = 6:1). On le trouve couramment dans le groupe d'âge de 50 à 70 ans et il est associé à des fractures vertébrales et à des fractures de Colles (du poignet).
  • Involutif, qui survient principalement chez les personnes de plus de 70 ans et n'est que deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. On pense qu'elle est due à des modifications de la synthèse de la vitamine D liées à l'âge et qu'elle est principalement associée à des fractures vertébrales et fémorales.

     

    Les deux types peuvent être présents simultanément chez les femmes. De plus, dans un petit pourcentage de cas, l'ostéoporose a été attribuée à une variété de causes secondaires comprenant : l'hyperparathyroïdie ; l'utilisation de corticostéroïdes, de L-thyroxine, d'antiacides contenant de l'aluminium et d'autres médicaments; alitement prolongé; diabète sucré; la consommation d'alcool et de tabac; et la polyarthrite rhumatoïde.

    L'ostéoporose peut être présente pendant des années, voire des décennies, avant que des fractures ne se produisent. Il peut être détecté par des mesures radiographiques bien normalisées de la densité osseuse, calibrées pour l'âge et le sexe, et complétées par une évaluation en laboratoire du métabolisme du calcium et du phosphore. Une radiotransparence osseuse inhabituelle dans les rayons X conventionnels peut être évocatrice, mais une telle ostéopénie ne peut généralement pas être détectée de manière fiable tant que plus de 30% de l'os n'est pas perdu.

    Il est généralement admis que le dépistage de l'ostéoporose chez les personnes asymptomatiques ne devrait pas être utilisé comme une procédure de routine, en particulier dans les programmes de promotion de la santé en milieu de travail. Elle est coûteuse, peu fiable sauf dans les établissements les mieux dotés en personnel, implique une exposition aux rayonnements et, surtout, n'identifie pas les femmes atteintes d'ostéoporose les plus susceptibles d'avoir des fractures.

    Par conséquent, bien que tout le monde soit sujet à un certain degré de perte osseuse, le programme de prévention de l'ostéoporose est axé sur les personnes les plus à risque de sa progression plus rapide et donc plus susceptibles aux fractures. Un problème particulier est que, bien que plus les mesures préventives sont prises tôt dans la vie, plus elles sont efficaces, il est néanmoins difficile de motiver les jeunes à adopter des changements de mode de vie dans l'espoir d'éviter un problème de santé qui peut se développer à ce que bon nombre d'entre eux considérer comme un âge de la vie très éloigné. Une grâce salvatrice est que bon nombre des changements recommandés sont également utiles dans la prévention d'autres problèmes ainsi que dans la promotion de la santé et du bien-être en général.

    Certains facteurs de risque d'ostéoporose ne peuvent pas être modifiés. Ils comprennent:

    • Course. En moyenne, les Blancs et les Orientaux ont une densité osseuse inférieure à celle des Noirs à âge égal et sont donc plus à risque.
    • Sex. Les femmes ont des os moins denses que les hommes lorsqu'elles sont appariées pour l'âge et la race et sont donc plus à risque.
    • Âge. Tout le monde perd de la masse osseuse avec l'âge. Plus les os sont solides chez les jeunes, moins il est probable que la perte atteigne des niveaux potentiellement dangereux à un âge avancé.
    • Histoire de famille. Il existe certaines preuves d'une composante génétique dans l'atteinte du pic de masse osseuse et le taux de perte osseuse subséquente; ainsi, des antécédents familiaux de fractures évocatrices chez les membres de la famille peuvent représenter un facteur de risque important.

       

      Le fait que ces facteurs de risque ne peuvent pas être modifiés rend important de prêter attention à ceux qui peuvent être modifiés. Parmi les mesures qui peuvent être prises pour retarder l'apparition de l'ostéoporose ou pour en diminuer la gravité, on peut citer :

      • Régime. Si des quantités adéquates de calcium et de vitamine D ne sont pas présentes dans l'alimentation, une supplémentation est recommandée. Ceci est particulièrement important pour les personnes intolérantes au lactose qui ont tendance à éviter le lait et les produits laitiers, les principales sources de calcium alimentaire, et est plus efficace si elle est maintenue de l'enfance jusqu'à la trentaine, lorsque la densité osseuse maximale est atteinte. Le carbonate de calcium, la forme de supplémentation en calcium la plus couramment utilisée, provoque fréquemment des effets secondaires tels que constipation, hyperacidité rebond, ballonnements abdominaux et autres symptômes gastro-intestinaux. En conséquence, de nombreuses personnes substituent des préparations de citrate de calcium qui, malgré une teneur nettement inférieure en calcium élémentaire, sont mieux absorbées et ont moins d'effets secondaires. Les quantités de vitamine D présentes dans la préparation multivitaminée habituelle suffisent à ralentir la perte osseuse de l'ostéoporose. Les femmes doivent être mises en garde contre les doses excessives, qui peuvent entraîner une hypervitaminose D, un syndrome qui comprend une insuffisance rénale aiguë et une résorption osseuse accrue.
      • Exercice. Des exercices réguliers modérés avec mise en charge, par exemple 45 à 60 minutes de marche au moins trois fois par semaine, sont recommandés.
      • Fumeur. Les femmes qui fument ont leur ménopause en moyenne deux ans plus tôt que les non-fumeuses. Sans remplacement hormonal, la ménopause précoce accélérera la perte osseuse post-ménopausique. C'est une autre raison importante pour contrer la tendance actuelle à l'augmentation du tabagisme chez les femmes.
      • La thérapie de remplacement d'hormone. Si le remplacement des œstrogènes est entrepris, il doit être commencé tôt dans la progression des changements ménopausiques puisque le taux de perte osseuse est le plus élevé au cours des premières années après la ménopause. Étant donné que la perte osseuse reprend après l'arrêt de l'œstrogénothérapie, elle doit être maintenue indéfiniment.

         

        Une fois l'ostéoporose diagnostiquée, le traitement vise à éviter une perte osseuse supplémentaire en suivant toutes les recommandations ci-dessus. Certains recommandent d'utiliser la calcitonine, dont il a été démontré qu'elle augmente le calcium corporel total. Cependant, il doit être administré par voie parentérale; il est coûteux; et il n'y a encore aucune preuve qu'il retarde ou inverse la perte de calcium dans l'os ou réduit la survenue de fractures. Les biphosphonates gagnent du terrain en tant qu'agents anti-résorptifs.

        Il faut se rappeler que l'ostéoporose ouvre la voie aux fractures mais qu'elle n'en est pas la cause. Les fractures sont causées par des chutes ou des mouvements brusques et inconsidérés. Bien que la prévention des chutes doive faire partie intégrante de tout programme de sécurité en milieu de travail, elle est particulièrement importante pour les personnes susceptibles d'être atteintes d'ostéoporose. Ainsi, le programme de promotion de la santé devrait inclure une éducation sur la protection de l'environnement à la fois sur le lieu de travail et à la maison (par exemple, éliminer ou scotcher les fils électriques qui traînent, peindre les bords des marches ou les irrégularités du sol, fixer les tapis glissants et sécher rapidement les endroits humides) ainsi que la sensibilisation des personnes à des risques tels que des chaussures peu sûres et des sièges dont il est difficile de sortir parce qu'ils sont trop bas ou trop mous.

        La santé des femmes et leur travail

        Les femmes sont dans la population active rémunérée pour rester. En fait, ils sont le pilier de nombreuses industries. Elles doivent être traitées comme égales aux hommes à tous égards ; seuls certains aspects de leur expérience de la santé sont différents. Le programme de promotion de la santé devrait informer les femmes de ces différences et leur donner les moyens de rechercher le type et la qualité des soins de santé dont elles ont besoin et qu'elles méritent. Les organisations et ceux qui les gèrent doivent être éduqués pour comprendre que la plupart des femmes ne souffrent pas des problèmes décrits dans cet article et que, pour la petite proportion de femmes qui en souffrent, la prévention ou le contrôle est possible. Sauf dans de rares cas, pas plus fréquents que chez les hommes ayant des problèmes de santé similaires, ces problèmes ne constituent pas des obstacles à une bonne assiduité et à un rendement efficace au travail.

        De nombreuses femmes cadres accèdent à ces postes élevés non seulement parce que leur travail est excellent, mais aussi parce qu'elles ne connaissent aucun des problèmes de santé féminins décrits ci-dessus. Cela peut rendre certaines d'entre elles intolérantes et peu favorables aux autres femmes qui ont de telles difficultés. Un domaine majeur de résistance au statut des femmes sur le lieu de travail, semble-t-il, peut être les femmes elles-mêmes.

        Un programme de promotion de la santé sur le lieu de travail qui met l'accent sur les questions et les problèmes de santé des femmes et les aborde avec la sensibilité et l'intégrité appropriées peut avoir un impact positif important pour le bien, non seulement pour les femmes sur le marché du travail, mais aussi pour leurs familles, la communauté et , le plus important, l'organisation.

         

        Noir

        Lire 6027 fois Dernière modification le samedi, 23 Juillet 2022 20: 14

        " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

        Table des matières

        Références en protection et promotion de la santé

        Adami, HG, JA Baron et KJ Rothman. 1994. Éthique d'un essai de dépistage du cancer de la prostate. Lancette (343):958-960.

        Akabas, SH et M Hanson. 1991. Programmes de lutte contre la drogue et l'alcool en milieu de travail aux États-Unis. Document de travail présenté lors des Actes du Washington Tripartite Symposium on Drug and Alcohol Prevention and Assistance Programs at the Workplace. Genève : OIT.

        Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG). 1994. Exercice pendant la grossesse et la période post-partum. Vol. 189. Bulletin technique. Washington, DC : DCL.

        American Dietetic Association (ADA) et Office of Disease Prevention and Health Promotion. 1994. Nutrition sur le lieu de travail : un guide de planification, de mise en œuvre et d'évaluation. Chicago : ADA.

        Association pulmonaire américaine. 1992. Enquête sur les attitudes du public envers le tabagisme. Préparé pour la Gallup Organization par l'American Lung Association.

        Anderson, DR et député O'Donnell. 1994. Vers un programme de recherche en promotion de la santé : revues de « l'état de la science ». Am J Health Promot (8):482-495.

        Anderson, JJB. 1992. Le rôle de la nutrition dans le fonctionnement du tissu squelettique. Nutr Rev (50):388-394.

        Article 13-E de la loi sur la santé publique de l'État de New York.

        Baile, WF, M Gilbertini, F Ulschak, S Snow-Antle et D Hann. 1991. Impact d'une interdiction de fumer dans les hôpitaux : Changements dans l'usage du tabac et les attitudes des employés. Addict Behav 16(6):419-426.

        Bargal, D. 1993. Une perspective internationale sur le développement du travail social en milieu de travail. Dans Work and Well-Being, the Occupational Social Work Advantage, édité par P Kurzman et SH Akabas. Washington, D.C. : Presse NASW.

        Barr, JK, KW Johnson et LJ Warshaw. 1992. Soutenir les personnes âgées : Programmes en milieu de travail pour les soignants salariés. Milbank Q (70):509-533.

        Barr, JK, JM Waring et LJ Warshaw. 1991. Sources d'information des employés sur le SIDA : Le lieu de travail comme cadre éducatif prometteur. J Occup Med (33):143-147.

        Barr, JK et LJ Warshaw. 1993. Stress chez les travailleuses : rapport d'une enquête nationale. New York : Groupe d'affaires de New York sur la santé.

        Beery, W, VJ Schoenbach, EH Wagner, et al. 1986. Évaluation des risques pour la santé : méthodes et programmes, avec bibliographie annotée. Rockville, Md : Centre national de recherche sur les services de santé et d'évaluation des technologies de la santé.

        Bertera, RL. 1991. Les effets des risques comportementaux sur l'absentéisme et les coûts des soins de santé au travail. J Occup Med (33):1119-1124.

        Bray, Géorgie. 1989. Classification et évaluation des obésités. Med Clin North Am 73(1):161-192.

        Brigham, J, J Gross, ML Stitzer et LJ Felch. 1994. Effets d'une politique de restriction du tabagisme en milieu de travail sur les employés qui fument. Am J Public Health 84(5):773-778.

        Bungay, GT, MP Vessey et CK McPherson. 1980. Étude des symptômes de la vie moyenne avec une référence particulière à la ménopause. Brit Med J 308(1):79.

        Bureau des affaires nationales (BNA). 1986. Là où il y a de la fumée : problèmes et politiques concernant le tabagisme en milieu de travail. Rockville, Maryland : BNA.

        —. 1989. Tabagisme en milieu de travail, pratiques et évolutions des entreprises. Relations avec les employés de BNA hebdomadaire 7(42): 5-38.

        —. 1991. Tabagisme au travail, enquête SHRM-BNA no. 55. Bulletin BNA à la direction.

        Burton, WN et DJ Conti. 1991. Prestations de santé mentale gérées par la valeur. J Occup Med (33):311-313.

        Burton, WN, D Erickson et J Briones. 1991. Programmes de santé des femmes sur le lieu de travail. J Occup Med (33):349-350.

        Burton, WN et DA Hoy. 1991. Un système de gestion des coûts des soins de santé assisté par ordinateur. J Occup Med (33):268-271.

        Burton, WN, DA Hoy, RL Bonin et L Gladstone. 1989. Qualité et gestion rentable des soins de santé mentale. J Occup Med (31):363-367.

        Les associés de Calibre. 1989. Étude coûts-avantages de la deuxième phase du programme de réhabilitation de l'alcoolisme de niveau III de la Marine : coûts de réhabilitation et de remplacement. Fairfax, Virginie : Calibre Associates.

        Charafin, FB. 1994. Les États-Unis établissent des normes pour la mammographie. Brit Med J (218):181-183.

        Fondation des enfants des alcooliques. 1990. Enfants d'alcooliques dans le système médical : problèmes cachés, coûts cachés. New York : Fondation des enfants des alcooliques.

        La ville de New York. Titre 17, chapitre 5 du code d'administration de la ville de New York.

        Coalition sur le tabagisme et la santé. 1992. Actions légiférées par l'État sur les questions liées au tabac. Washington, DC : Coalition sur le tabagisme et la santé.

        Groupe des politiques de santé d'entreprise. 1993. Problèmes de fumée de tabac ambiante sur le lieu de travail. Washington, DC : Comité consultatif national du Comité interagences sur le tabagisme et la santé.

        Cowell, JWF. 1986. Lignes directrices pour les examens d'aptitude au travail. JAMC 135 (1er novembre):985-987.

        Daniel, WW. 1987. Relations industrielles en milieu de travail et changement technique. Londres : Institut d'études politiques.

        Davis, RM. 1987. Tendances actuelles de la publicité et du marketing des cigarettes. New Engl J Med 316:725-732.

        DeCresce, R, A Mazura, M Lifshitz et J Tilson. 1989. Dépistage des drogues en milieu de travail. Chicago : Presse ASCP.

        DeFriese, GH et JE Fielding. 1990. Évaluation des risques pour la santé dans les années 1990 : opportunités, défis et attentes. Revue annuelle de santé publique (11):401-418.

        Dishman, RH. 1988. Adhésion à l'exercice : son impact sur la santé publique. Champaign, Ill : Livres de cinétique.

        Duncan, MM, JK Barr et LJ Warshaw. 1992. Programmes d'éducation prénatale parrainés par l'employeur : Une enquête menée par le New York Business Group On Health. Montvale, NJ : Éditeurs d'affaires et de santé.

        Elixhauser, A. 1990. Les coûts du tabagisme et l'efficacité des programmes d'abandon du tabac. J Publ Health Policy (11):218-235.

        Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail.1991. Panorama des actions innovantes pour la santé au travail au Royaume-Uni. Document de travail no. WP/91/03/FR.

        Ewing, JA. 1984. Détection de l'alcoolisme : Le questionnaire CAGE. JAMA 252(14):1905-1907.

        Fielding, JE. 1989. Fréquence des activités d'évaluation des risques pour la santé sur les chantiers américains. Am J Prev Med 5:73-81.

        Fielding, JE et PV Piserchia. 1989. Fréquence des activités de promotion de la santé au travail. Am J Prev Med 79:16-20.

        Fielding, JE, KK Knight, RZ Goetzel et M Laouri. 1991. Utilisation des services de santé préventifs par une population occupée. J Occup Med 33:985-990.

        Fiorino, F. 1994. Perspectives des compagnies aériennes. Aviat week space technol (1er août):19.

        Fishbeck, W. 1979. Rapport interne et lettre. Midland, Michigan : Dow Chemical Company, département médical de l'entreprise.

        Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Organisation mondiale de la santé (OMS). 1992. Conférence internationale sur la nutrition : Enjeux majeurs des stratégies nutritionnelles. Genève : OMS.

        Forrest, P. 1987. Breast Cancer Screening 1987. Rapport aux ministres de la Santé d'Angleterre, du Pays de Galles, d'Écosse et d'Irlande. Londres : HMSO.

        Freis, JF, CE Koop, PP Cooper, MJ England, RF Greaves, JJ Sokolov, D Wright et Health Project Consortium. 1993. Réduire les coûts des soins de santé en réduisant le besoin et la demande de services de santé. New Engl J Med 329:321-325.

        Glanz, K et RN Mullis. 1988. Interventions environnementales pour promouvoir une alimentation saine : un examen des modèles, des programmes et des preuves. Health Educ Q 15:395-415.

        Glanz, K et T Rogers. 1994. Programmes de nutrition en milieu de travail dans la promotion de la santé en milieu de travail. Dans Health Promotion in the Workplace, édité par MP O'Donnell et J Harris. Albany, New York : Delmar.

        Glied, S et S Kofman. 1995. Les femmes et la santé mentale : enjeux de la réforme de la santé. New York : Le Fonds du Commonwealth.

        Googins, B et B Davidson. 1993. L'organisation cliente : Élargir le concept des programmes d'aide aux employés. Travail social 28:477-484.

        Guidotti, TL, JWF Cowell et GG Jamieson. 1989. Services de santé au travail : une approche pratique. Chicago : Association médicale américaine.

        Hammer, L. 1994. Questions d'équité et de genre dans la prestation des soins de santé : Le Rapport sur le développement de la Banque mondiale de 1993 et ​​ses implications pour les bénéficiaires des services de santé. Série de documents de travail, no.172. La Haye : Institut d'études sociales.

        Harris, L et al. 1993. La santé des femmes américaines. New York : Le Fonds du Commonwealth.

        Haselhurst, J. 1986. Dépistage mammographique. Dans Complications in the Management of Breast Disease, édité par RW Blamey. Londres : Ballière Tindall.

        Henderson, BE, RK Ross et MC Pike. 1991. Vers la prévention primaire du cancer. Sciences 254:1131-1138.

        Hutchison, J et A Tucker. 1984. Le dépistage du sein résulte d'une population active en bonne santé. Clin Oncol 10:123-128.

        Institut des politiques de santé. Octobre 1993. Toxicomanie : Le problème de santé numéro un de la nation. Princeton : Fondation Robert Wood Johnson.

        Kaplan, GD et VL Brinkman-Kaplan. 1994. Gestion du poids en milieu de travail dans la promotion de la santé en milieu de travail. Dans Health Promotion in the Workplace, édité par MP O'Donnell et J Harris. Albany, New York : Delmar.

        Karpilow, C. 1991. Médecine du travail en milieu industriel. Florence, Kentucky : Van Nostrand Reinhold.

        Kohler, S et J Kamp. 1992. Travailleurs américains sous pression : rapport technique. St. Paul, Minn. : St. Paul Fire and Marine Insurance Company.

        Kristein, M. 1983. Quel profit les entreprises peuvent-elles espérer tirer de l'arrêt du tabac ? Prevent Med 12:358-381.

        Lesieur, HR et SB Blume. 1987. The South Oaks Gambling Screen (SOGS): Un nouvel instrument pour l'identification des joueurs pathologiques. Am J Psychiatr 144(9):1184-1188.

        Lesieur, HR, SB Blume et RM Zoppa. 1986. Alcoolisme, toxicomanie et jeu. Alcool, Clin Exp Res 10(1):33-38.

        Lesmes, G. 1993. Faire dire non au tabac aux salariés. Bus Health (mars):42-46.

        Lew, EA et L Garfinkel. 1979. Variations de la mortalité selon le poids chez 750,000 32 hommes et femmes. J Chron Dis 563:576-XNUMX.

        Lewin, K. [1951] 1975. Théorie des champs en sciences sociales: articles théoriques sélectionnés par Kurt
        Lewin, édité par D Cartwright. Westport : Greenwood Press.

        Malcom, AI. 1971. La poursuite de l'intoxication. Toronto : ARF Books.
        M
        andelker, J. 1994. Un programme de bien-être ou une pilule amère. Bus Santé (mars):36-39.

        March of Dimes Birth Defects Foundation. 1992. Leçons apprises du programme Les bébés et vous. White Plains, NY : March of Dimes Birth Defects Foundation.

        —. 1994. Bébés en bonne santé, entreprise en bonne santé : Guide de l'employeur sur l'amélioration de la santé maternelle et infantile. White Plains, NY : March of Dimes Birth Defects Foundation.

        Margolin, A, SK Avants, P Chang et TR Kosten. 1993. Acupuncture pour le traitement de la dépendance à la cocaïne chez les patients maintenus à la méthadone. Suis J Addict 2(3):194-201.

        Maskin, A, A Connelly et EA Noonan. 1993. Fumée de tabac ambiante : implications pour le lieu de travail. Occ Saf Health Rep (2 février).

        Doux, DC. 1992. Le programme des médecins avec facultés affaiblies de la Société médicale du District de Columbia. Maryland Med J 41(4):321-323.

        Morse, RM et DK Flavin. 1992. La définition de l'alcoolisme. JAMA 268(8):1012-1014.

        Muchnick-Baku, S et S Orrick. 1992. Travailler pour une bonne santé : promotion de la santé et petites entreprises. Washington, DC : Groupe d'affaires de Washington sur la santé.

        Conseil consultatif national pour la recherche sur le génome humain. 1994. Déclaration sur l'utilisation des tests ADN pour l'identification présymptomatique du risque de cancer. JAMA 271:785.

        Conseil National de l'Assurance Indemnisation (NCCI). 1985. Le stress émotionnel au travail—Nouveaux droits légaux dans les années XNUMX. New York : NCCI.

        Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Current Intelligence Bulletin 54. Bethesda, Maryland : NIOSH.

        Instituts nationaux de la santé (NIH). 1993a. Rapport du groupe de travail du programme national d'éducation sur l'hypertension artérielle sur la prévention primaire de l'hypertension. Programme national d'éducation sur l'hypertension artérielle, Institut national du cœur, des poumons et du sang. Publication NIH n° 93-2669. Bethesda, Maryland : NIH.

        —. 1993b. Deuxième rapport du groupe d'experts sur la détection, l'évaluation et le traitement de l'hypercholestérolémie chez les adultes (ATP II). Programme national d'éducation sur le cholestérol, National Institutes of Health, National Heart, Lung, and Blood Institute. Publication NIH no. 93-3095. Bethesda, Maryland : NIH.

        Conseil National de Recherche. 1989. Alimentation et santé : Implications pour réduire le risque de maladie chronique. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

        Académie de médecine de New York. 1989. Drogues en milieu de travail : Actes d'un symposium. B NY Acad Med 65(2).

        Noah, T. 1993. L'EPA déclare la fumée passive cancérogène pour l'homme. Wall Street J, 6 janvier.

        Ornish, D, SE Brown, LW Scherwitz, JH Billings, WT Armstrong, TA Ports, SM McLanahan, RL Kirkeeide, RJ Brand et KL Gould. 1990. Les changements de style de vie peuvent-ils inverser la maladie coronarienne ? L'essai cardiaque de style de vie. Lancet 336:129-133.

        Parodi contre l'administration des anciens combattants. 1982. 540 F. Suppl. 85 WD. Washington DC.

        Patnick, J. 1995. NHS Breast Screening Programmes : Review 1995. Sheffield : Clear Communications.

        Pelletier, KR. 1991. Examen et analyse des études sur les résultats rentables des programmes complets de promotion de la santé et de prévention des maladies. Am J Health Promot 5:311-315.

        —. 1993. Examen et analyse des études sur la santé et la rentabilité des programmes complets de promotion de la santé et de prévention des maladies. Am J Health Promot 8:50-62.

        —. 1994. En avoir pour son argent : Le programme de planification stratégique du Stanford Corporate Health Programme. Am J Health Promot 8:323-7,376.

        Penner, M et S Penner. 1990. Frais de santé assurés excédentaires des employés fumeurs dans un grand régime collectif. J Occup Med 32:521-523.

        Groupe de travail sur les services préventifs. 1989. Guide des services cliniques préventifs : une évaluation de l'efficacité de 169 interventions. Baltimore : Williams & Wilkins.

        Richardson, G. 1994. Un accueil pour chaque enfant : Comment la France protège la santé maternelle et infantile - Un nouveau cadre de référence pour les États-Unis. Arlington, Va : Centre national d'éducation en santé maternelle et infantile.

        Richmond, K. 1986. Introduction d'aliments sains pour le cœur dans une cafétéria d'entreprise. J Nutr Educ 18:S63-S65.

        Robbins, LC et JH Hall. 1970. Comment pratiquer la médecine prospective. Indianapolis, Indiana : Hôpital méthodiste de l'Indiana.

        Rodale, R, ST Belden, T Dybdahl et M Schwartz. 1989. L'index de promotion : Une carte de rapport sur la santé de la nation. Emmaüs, Penn : Rodale Press.

        Ryan, AS et GA Martinez. 1989. Allaitement et mère au travail : un profil. Pédiatrie 82:524-531.

        Saunders, JB, OG Aasland, A Amundsen et M Grant. 1993. Consommation d'alcool et problèmes connexes chez les patients en soins de santé primaires : projet de collaboration de l'OMS sur la détection précoce des personnes ayant une consommation nocive d'alcool-I. Dépendance 88:349-362.

        Schneider, WJ, SC Stewart et MA Haughey. 1989. Promotion de la santé dans un format cyclique programmé. J Occup Med 31:482-485.

        Schoenbach, VJ. 1987. Évaluation de l'évaluation des risques pour la santé. Am J Public Health 77:409-411.

        Seidell, JC. 1992. Obésité régionale et santé. Int J Obésité 16:S31-S34.

        Selzer, ML. 1971. Le test de dépistage de l'alcoolisme du Michigan : La quête d'un nouvel instrument de diagnostic. Am J Psychiatr 127(12):89-94.

        Serdula, MK, DE Williamson, RF Anda, A Levy, A Heaton et T Byers. 1994. Pratiques de contrôle du poids chez les adultes : résultats d'une enquête multi-États. Am J Publ Health 81:1821-24.

        Shapiro, S. 1977. Preuve de dépistage du cancer du sein à partir d'un essai randomisé. Cancer : 2772-2792.

        Skinner, HA. 1982. Le test de dépistage de la toxicomanie (DAST). Addict Behav 7:363-371.

        Smith-Schneider, LM, MJ Sigman-Grant et PM Kris-Etherton. 1992. Stratégies de réduction des graisses alimentaires. J Am Diet Assoc 92:34-38.

        Sorensen, G, H Lando et TF Pechacek. 1993. Promotion de l'arrêt du tabac sur le lieu de travail. J Occup Med 35(2):121-126.

        Sorensen, G, N Rigotti, A Rosen, J Pinney et R Prible. 1991. Effets d'une politique antitabac sur le lieu de travail : preuves d'un arrêt accru. Am J Public Health 81(2):202-204.

        Stave, GM et GW Jackson. 1991. Effet de l'interdiction totale de fumer sur le lieu de travail sur le tabagisme et les attitudes des employés. J Occup Med 33(8):884-890.

        Thériault, G. 1994. Risques de cancer associés à l'exposition professionnelle aux champs magnétiques chez les travailleurs des services d'électricité en Ontario et au Québec, au Canada et en France. Am J Epidemiol 139(6):550-572.

        Tramm, ML et LJ Warshaw. 1989. Dépistage des problèmes d'alcool : un guide pour les hôpitaux, les cliniques et autres établissements de soins de santé. New York : Groupe d'affaires de New York sur la santé.

        Département américain de l'agriculture : Service d'information sur la nutrition humaine. 1990. Rapport du Comité consultatif des directives diététiques sur les directives diététiques pour les Américains. Numéro de parution 261-495/20/24. Hyattsville, Maryland : Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis.

        Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être. 1964. Smoking and Health Report of the Advisory Committee to the Surgeon General of the Public Health Service. Publication PHS n° 1103. Rockville, Maryland : Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être.

        Département américain de la santé et des services sociaux (USDHHS). 1989. Réduire les conséquences du tabagisme sur la santé : 25 ans de progrès. Un rapport du médecin général. Publication USDHHS n° 10 89-8411.Washington, DC : US Government Printing Office.

        —. 1990. Coûts économiques de l'abus d'alcool et de drogues et de la maladie mentale. Numéro de publication du DHHS. (SMA) 90-1694. Washington, DC : Alcool, toxicomanie et administration de la santé mentale.

        —. 1991. Fumée de tabac ambiante sur le lieu de travail : cancer du poumon et autres effets. Publication n° 91-108 de l'USDHHS (NIOSH). Washington, DC : USDHHS.
        Administration américaine des aliments et des médicaments (FDA). 1995. Échéance de la qualité de la mammographie. FDA Med Bull 23 : 3-4.

        Bureau de la comptabilité générale des États-Unis. 1994. Soins de longue durée : le soutien aux soins aux personnes âgées pourrait profiter au milieu de travail gouvernemental et aux personnes âgées. GAO/HEHS-94-64. Washington, DC : Bureau de la comptabilité générale des États-Unis.

        Bureau américain de la prévention des maladies et de la promotion de la santé. 1992. Enquête nationale de 1992 sur les activités de promotion de la santé en milieu de travail : rapport sommaire. Washington, DC : Département de la santé et des services sociaux, Service de santé publique.

        Service de santé publique des États-Unis. 1991. Personnes en bonne santé 2000 : Objectifs nationaux de promotion de la santé et de prévention des maladies—Rapport complet avec commentaires. Numéro de publication du DHHS (PHS) 91-50212. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux.

        Voelker, R. 1995. Préparation des patientes à la ménopause. JAMA 273:278.

        Wagner, EH, WL Beery, VJ Schoenbach et RM Graham. 1982. Une évaluation des dangers pour la santé/évaluation des risques pour la santé. Am J Public Health 72:347-352.

        Walsh, DC, RW Hingson, DM Merrigan, SM Levenson, LA Cupples, T Heeren, GA Coffman, CA Becker, TA Barker, SK Hamilton, TG McGuire et CA Kelly. 1991. Un essai randomisé d'options de traitement pour les travailleurs alcooliques. New Engl J Med 325(11):775-782.

        Warshaw, LJ. 1989. Stress, anxiété et dépression sur le lieu de travail : rapport de l'enquête NYGBH/Gallup. New York : Le groupe d'affaires de New York sur la santé.

        Weisman, CS. 1995. Enquête nationale sur les centres de santé pour femmes : Rapport préliminaire pour les répondants. New York : Fonds du Commonwealth.

        Wilber, CS. 1983. Le programme Johnson et Johnson. Prevent Med 12:672-681.

        Woodruff, TJ, B Rosbrook, J Pierce et SA Glantz. 1993. Niveaux inférieurs de consommation de cigarettes trouvés dans les lieux de travail sans fumée en Californie. Arch Int Med 153(12):1485-1493.

        Woodside, M. 1992. Les enfants d'alcooliques au travail : le besoin d'en savoir plus. New York : Fondation des enfants des alcooliques.

        Banque mondiale. 1993. Rapport sur le développement dans le monde : Investir dans la santé. New York : 1993.

        Organisation mondiale de la santé (OMS). 1988. Promotion de la santé pour les populations actives : rapport d'un comité d'experts de l'OMS. Série de rapports techniques, n° 765. Genève : OMS.

        —. 1992. Trousse consultative pour la Journée mondiale sans tabac 1992. Genève : OMS.

        —. 1993. Les femmes et la toxicomanie : Rapport d'évaluation du pays 1993. Document n° WHO/PSA/93.13. Genève : OMS.

        —. 1994. Guide sur la salubrité des aliments pour les voyageurs. Genève : OMS.

        Yen, LT, DW Edington et P Witting. 1991. Prévision des réclamations médicales prospectives et de l'absentéisme pour 1,285 1992 travailleurs horaires d'une entreprise de fabrication, 34. J Occup Med 428:435-XNUMX.