3 bannière

 

20. Développement, technologie et commerce

Éditeur de chapitre :  Jerry Jeyaratnam


Table des matières

Figures et tableaux

Tendances de la santé au travail dans le développement
Jerry Jeyaratnam

Pays industrialisés et santé et sécurité au travail
Toshiteru Okubo

     Études de cas sur le changement technologique
     Michael J.Wright

Petites entreprises et santé et sécurité au travail
Bill Verre

Transfert de technologie et choix technologique
Joseph Ladou

Les accords de libre-échange
Howard Frumkin

     Étude de cas : Organisation mondiale du commerce

Gestion responsable des produits et migration des risques industriels
Barry Castleman

Aspects économiques de la santé et de la sécurité au travail
Alain Maynard

Étude de cas : Industrialisation et problèmes de santé au travail en Chine
Su Zhi

Tables 

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1.  Petites entreprises
2.  Informations des investisseurs étrangers
3.  Coûts des accidents du travail et de la santé (Grande-Bretagne)
4.  Types d'évaluation économique
5.  Développement des entreprises des cantons chinois
6.  Couvertures HEPS et SST par pays en Chine
7.  Taux de conformité de 6 dangers sur les chantiers
8.  Taux détectables de maladies professionnelles
9.  Travail dangereux et employeurs, Chine
10. Expérience en SST dans les entreprises à capitaux étrangers
11. Instruments de routine pour la SST, 1990, Chine

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

GLO040F1GLO040F2GLO080F1


Cliquez pour revenir en haut de la page

Cet article traite de certaines des préoccupations et des problèmes actuellement spécifiques liés à la santé au travail dans les pays en développement et ailleurs. Les sujets techniques généraux communs au monde développé et au monde en développement (par exemple, le plomb et les pesticides) ne sont pas traités dans cet article car ils ont été traités ailleurs dans le Encyclopédie. Outre les pays en développement, certains des nouveaux problèmes de santé au travail des pays d'Europe de l'Est ont également été traités séparément dans ce chapitre.

On estime que d'ici l'an 2000, huit travailleurs sur dix de la main-d'œuvre mondiale proviendront du monde en développement, ce qui démontre la nécessité de se concentrer sur les besoins prioritaires de ces pays en matière de santé au travail. De plus, la question prioritaire en matière de santé au travail pour ces nations est un système de fourniture de soins de santé à leur population active. Ce besoin s'inscrit dans la définition de la santé au travail de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui exprime le souci de la santé globale du travailleur et ne se limite pas aux seules maladies professionnelles. Comme le montre la figure 1, le travailleur peut être affecté par les maladies générales de la communauté qui peuvent survenir parmi les travailleurs, telles que le paludisme, ainsi que les maladies multifactorielles liées au travail, dans lesquelles le travail peut contribuer à ou aggraver la condition. Les maladies cardiovasculaires, les maladies psychosomatiques et les cancers en sont des exemples. Enfin, il y a les maladies professionnelles, dans lesquelles l'exposition sur le lieu de travail est essentielle à la causalité, comme le saturnisme, la silicose ou la surdité due au bruit.

Figure 1. Catégories de maladies affectant les travailleurs

GLO040F1

La philosophie de l'OMS reconnaît la relation à double sens entre le travail et la santé, comme le montre la figure 2. Le travail peut avoir un effet négatif ou bénéfique sur la santé, tandis que l'état de santé du travailleur a un impact sur le travail et la productivité.

Figure 2. Relation à double sens entre travail et santé

GLO040F2

Un travailleur en bonne santé contribue positivement à la productivité, à la qualité des produits, à la motivation au travail et à la satisfaction au travail, et donc à la qualité de vie globale des individus et de la société, faisant de la santé au travail un objectif politique important du développement national. Pour atteindre cet objectif, l'OMS a récemment proposé Stratégie mondiale sur la santé au travail pour tous (OMS 1995), dont les dix objectifs prioritaires sont :

    • renforcement des politiques internationales et nationales de santé au travail et développement des outils politiques nécessaires
    • développement d'un environnement de travail sain
    • développement de pratiques de travail saines et promotion de la santé au travail
    • renforcement des services de santé au travail
    • mise en place de services d'appui à la santé au travail
    • élaboration de normes de santé au travail fondées sur une évaluation scientifique des risques
    • développement des ressources humaines pour la santé au travail
    • mise en place de systèmes d'enregistrement et de données, développement de services d'information pour les experts, transmission efficace des données et sensibilisation du public par l'information du public
    • renforcement de la recherche
    • développement de la collaboration en santé au travail et avec d'autres activités et services.

                       

                      Santé au travail et développement national

                      Il est utile de considérer la santé au travail dans le contexte du développement national car les deux sont intimement liés. Chaque nation souhaite être dans un état de développement avancé, mais ce sont les pays du monde en voie de développement qui sont les plus anxieux - presque exigeants - pour un développement rapide. Le plus souvent, ce sont les avantages économiques d'un tel développement qui sont les plus recherchés. Cependant, le véritable développement est généralement compris comme ayant un sens plus large et comme englobant le processus d'amélioration de la qualité de la vie humaine, qui à son tour comprend des aspects de développement économique, d'amélioration de l'estime de soi et d'accroissement de la liberté de choix des personnes. Examinons l'impact de cette évolution sur la santé de la population active, c'est-à-dire le développement et la santé au travail.

                      Alors que le produit intérieur brut (PIB) mondial est resté pratiquement inchangé pendant la période 1965-89, le PIB du monde en développement a presque décuplé. Mais cette croissance économique rapide du monde en développement doit être considérée dans le contexte de la pauvreté globale. Le monde en développement constituant les trois quarts de la population mondiale, il ne représente que 15 % du produit intérieur mondial. Si l'on prend l'Asie comme exemple, tous les pays d'Asie, à l'exception du Japon, sont classés dans le monde en développement. Mais il faut reconnaître qu'il n'y a pas d'uniformité de développement, même parmi les pays en développement d'Asie. Par exemple, aujourd'hui, des pays et des régions comme Singapour, la République de Corée, Hong Kong et Taïwan (Chine) ont été classés dans la catégorie des pays nouvellement industrialisés (NPI). Bien qu'arbitraire, cela implique une étape de transition du statut de pays en développement à celui de nation industrialisée. Cependant, il faut reconnaître qu'il n'y a pas de critères clairs définissant une carte réseau. Néanmoins, certaines des principales caractéristiques économiques sont des taux de croissance élevés et soutenus, une diminution des inégalités de revenus, un rôle actif du gouvernement, des impôts peu élevés, un État-providence sous-développé, un taux d'épargne élevé et une économie axée sur les exportations.

                      Santé et développement

                      Il existe une relation intime entre la santé, le développement et l'environnement. Des mesures de développement effrénées et incontrôlées purement en termes d'expansion économique pourraient, dans certaines circonstances, être considérées comme ayant un impact négatif sur la santé. Habituellement, cependant, il existe une forte relation positive entre le statut économique d'une nation et la santé, comme l'indique l'espérance de vie.

                      Autant le développement est positivement lié à la santé, autant il n'est pas suffisamment reconnu que la santé est une force positive motrice du développement. La santé doit être considérée comme plus qu'un bien de consommation. Investir dans la santé augmente le capital humain d'une société. Contrairement aux routes et aux ponts, dont la valeur d'investissement diminue à mesure qu'ils se détériorent au fil du temps, les retours sur les investissements dans la santé peuvent générer des rendements sociaux élevés pendant toute une vie et pendant une bonne partie de la génération suivante. Il faut reconnaître que toute altération de la santé dont peut souffrir le travailleur est susceptible d'avoir un effet néfaste sur le rendement au travail, question qui intéresse particulièrement les nations en proie à un développement rapide. Par exemple, on estime qu'une mauvaise santé au travail et une capacité de travail réduite des travailleurs peuvent entraîner une perte économique allant jusqu'à 10 à 20 % du produit national brut (PNB). En outre, la Banque mondiale estime que les deux tiers des années de vie corrigées de l'incapacité (DALYS) déterminées par la profession pourraient être évitées par des programmes de santé et de sécurité au travail. À ce titre, la fourniture d'un service de santé au travail ne doit pas être considérée comme une dépense nationale à éviter, mais plutôt comme une dépense nécessaire à l'économie et au développement du pays. Il a été observé qu'un niveau élevé de santé au travail est corrélé positivement avec un PNB par habitant élevé (OMS 1995). Les pays qui investissent le plus dans la santé et la sécurité au travail affichent la productivité la plus élevée et les économies les plus fortes, tandis que les pays qui investissent le moins ont la productivité la plus faible et les économies les plus faibles. À l'échelle mondiale, chaque travailleur contribuerait à hauteur de 9,160 XNUMX USD au produit intérieur annuel. De toute évidence, le travailleur est le moteur de l'économie nationale et ce moteur doit être maintenu en bonne santé.

                      Le développement entraîne de nombreux changements dans le tissu social, y compris la structure de l'emploi et des changements dans les secteurs de productivité. Aux premiers stades du développement, l'agriculture contribue largement à la richesse nationale et à la main-d'œuvre. Avec le développement, le rôle de l'agriculture commence à décliner et la contribution du secteur manufacturier à la richesse nationale et à la main-d'œuvre devient dominante. Enfin, il arrive une situation où le secteur des services devient la principale source de revenus, comme dans les économies avancées des pays industrialisés. Cela est clairement évident lorsqu'on compare le groupe des NPI et le groupe des nations de l'Association des pays de l'Asie du Sud-Est (ANASE). Ces derniers pourraient être classés dans la catégorie des nations à revenu intermédiaire du monde en développement, tandis que les NPI sont des pays à cheval sur les mondes en développement et industrialisés. Singapour, membre de l'ASEAN, est également une NIC. Les pays de l'ANASE, bien que tirant environ un quart de leur produit intérieur brut de l'agriculture, tirent près de la moitié de leur PIB de l'industrie et de la fabrication. Les NPI, en revanche, en particulier Hong Kong et Singapour, tirent environ les deux tiers de leur PIB du secteur des services, avec très peu ou pas du tout de l'agriculture. La reconnaissance de ce schéma changeant est importante dans la mesure où les services de santé au travail doivent répondre aux besoins de la main-d'œuvre de chaque nation en fonction de son stade de développement (Jeyaratnam et Chia 1994).

                      En plus de cette transition sur le lieu de travail, il se produit également une transition dans les modèles de maladie avec le développement. Un changement dans les schémas de maladie est observé avec l'augmentation de l'espérance de vie, cette dernière indiquant une augmentation du PIB. On constate qu'avec le développement ou une augmentation de l'espérance de vie, il y a une forte diminution des décès dus aux maladies infectieuses alors qu'il y a une forte augmentation des décès dus aux maladies cardiovasculaires et aux cancers.

                      Problèmes de santé au travail et développement

                      La santé de la main-d'œuvre est un ingrédient essentiel du développement national. Mais, en même temps, une reconnaissance adéquate des pièges et des dangers potentiels du développement doit être reconnue et protégée contre. Les dommages potentiels à la santé humaine et à l'environnement résultant du développement ne doivent pas être ignorés. La planification du développement peut éviter et prévenir les dommages qui y sont associés.

                      Absence de structure juridique et institutionnelle adéquate

                      Les nations développées ont fait évoluer leur structure juridique et administrative pour suivre le rythme de leurs progrès technologiques et économiques. En revanche, les pays du monde en développement ont accès aux technologies de pointe du monde développé sans avoir développé d'infrastructure juridique ou administrative pour contrôler leurs conséquences néfastes sur la main-d'œuvre et l'environnement, provoquant un décalage entre le développement technologique et le développement social et administratif .

                      De plus, il y a aussi un mépris négligent des mécanismes de contrôle pour des raisons économiques et/ou politiques (par exemple, la catastrophe chimique de Bhopal, où l'avis d'un administrateur a été annulé pour des raisons politiques et autres). Souvent, les pays en développement adoptent les normes et la législation des pays développés. Il y a cependant un manque de personnel qualifié pour les administrer et les faire respecter. De plus, ces normes sont souvent inappropriées et n'ont pas pris en compte les différences d'état nutritionnel, de prédisposition génétique, de niveaux d'exposition et d'horaires de travail.

                      Dans le domaine de la gestion des déchets, la plupart des pays en développement ne disposent pas d'un système adéquat ou d'une autorité réglementaire pour assurer une élimination appropriée. Bien que la quantité absolue de déchets produits puisse être faible par rapport aux pays développés, la plupart des déchets sont éliminés sous forme de déchets liquides. Les rivières, les ruisseaux et les sources d'eau sont gravement contaminés. Les déchets solides sont déposés sur des sites terrestres sans protections adéquates. En outre, les pays en développement ont souvent été les destinataires de déchets dangereux du monde développé.

                      Sans garanties adéquates dans l'élimination des déchets dangereux, les effets de la pollution de l'environnement se feront sentir pendant plusieurs générations. Le plomb, le mercure et le cadmium provenant des déchets industriels sont connus pour contaminer les sources d'eau en Inde, en Thaïlande et en Chine.

                      Manque de planification appropriée dans l'implantation des industries et des zones résidentielles

                      Dans la plupart des pays, la planification des zones industrielles est entreprise par le gouvernement. Sans la présence de réglementations appropriées, les zones résidentielles auront tendance à se rassembler autour de ces zones industrielles car les industries sont une source d'emploi pour la population locale. Tel était le cas à Bhopal, en Inde, comme indiqué ci-dessus, et dans le complexe industriel d'Ulsan/Onsan en République de Corée. La concentration des investissements industriels dans le complexe Ulsan/Onsan a entraîné un afflux rapide de population dans la ville d'Ulsan. En 1962, la population était de 100,000 30 habitants ; en 600,000 ans, il est passé à 1962 500. En 1992, il y avait 6,000 ménages dans les limites du complexe industriel ; en 1992, il y en avait XNUMX XNUMX. Les résidents locaux se sont plaints de divers problèmes de santé attribuables à la pollution industrielle (OMS, XNUMX).

                      En raison de ces fortes densités de population dans ou autour des complexes industriels, les risques de pollution, de déchets dangereux, d'incendies et d'accidents sont considérablement multipliés. De plus, la santé et l'avenir des enfants vivant autour de ces zones sont en danger.

                      Manque de culture soucieuse de la sécurité parmi les travailleurs et la direction

                      Les travailleurs des pays en développement sont souvent insuffisamment formés pour maîtriser les nouvelles technologies et les nouveaux procédés industriels. De nombreux travailleurs sont issus d'un milieu agricole rural où le rythme de travail et le type de risques professionnels sont complètement différents. Les normes d'éducation de ces travailleurs sont souvent beaucoup plus faibles par rapport aux pays développés. Tout cela contribue à un état général d'ignorance des risques pour la santé et des pratiques sécuritaires en milieu de travail. L'incendie de l'usine de jouets à Bangkok, en Thaïlande, dont il est question dans le chapitre Incendie, en est un exemple. Il n'y avait pas de mesures de sécurité incendie appropriées. Les issues de secours étaient verrouillées. Les substances inflammables étaient mal entreposées et celles-ci avaient obstrué toutes les issues disponibles. Le résultat final a été le pire incendie d'usine de l'histoire avec un bilan de 187 morts et 80 autres disparus (Jeyaratnam et Chia 1994).

                      Les accidents sont souvent une caractéristique commune en raison d'un manque d'engagement de la direction envers la santé et la sécurité des travailleurs. Cela s'explique en partie par le manque de personnel qualifié pour la maintenance et l'entretien des équipements industriels. Il y a aussi un manque de devises étrangères et les contrôles gouvernementaux à l'importation rendent difficile l'obtention de pièces de rechange appropriées. La rotation élevée des travailleurs et l'important marché du travail facilement disponible font également qu'il n'est pas rentable pour la direction d'investir massivement dans la formation et l'éducation des travailleurs.

                      Transfert des industries dangereuses

                      Les industries dangereuses et les technologies inadaptées des pays développés sont souvent transférées vers les pays en développement. Il est moins coûteux de transférer la totalité de la production vers un pays où les réglementations environnementales et sanitaires sont respectées plus facilement et à moindre coût. Par exemple, les industries du complexe industriel d'Ulsan/Onsan (République de Corée) appliquaient des mesures de contrôle des émissions conformément à la législation coréenne locale. Celles-ci étaient moins strictes que dans le pays d'origine. L'effet net est un transfert d'industries potentiellement polluantes vers la République de Corée.

                      Forte proportion de petites industries

                      Par rapport aux pays développés, la proportion de petites industries et la proportion de travailleurs dans ces industries sont plus élevées dans les pays en développement. Il est plus difficile dans ces pays de maintenir et de faire respecter la réglementation en matière de santé et de sécurité au travail.

                      État de santé et qualité des soins de santé inférieurs

                      Avec le développement économique et industriel, de nouveaux risques sanitaires sont introduits dans un contexte de mauvais état de santé de la population et d'un système de soins de santé primaires insuffisamment adéquat. Cela imposera davantage les ressources limitées en matière de soins de santé.

                      L'état de santé des travailleurs des pays en développement est souvent inférieur à celui des travailleurs des pays développés. Les carences nutritionnelles et les maladies parasitaires et autres maladies infectieuses sont fréquentes. Ceux-ci peuvent accroître la susceptibilité du travailleur à développer des maladies professionnelles. Une autre observation importante est l'effet combiné des facteurs professionnels et non professionnels sur la santé du travailleur. Les travailleurs souffrant d'anémie nutritionnelle sont souvent très sensibles à de très faibles niveaux d'exposition au plomb inorganique. Des anémies importantes sont souvent observées avec des plombémies autour de 20 μg/dl. Un autre exemple est observé chez les travailleurs atteints d'anémies congénitales telles que la thalassémie, dont le taux de portage est élevé dans certains pays. Il a été rapporté que ces porteurs sont très sensibles au plomb inorganique et que le temps nécessaire pour que l'hémoglobine revienne à la normale est plus long que chez les non-porteurs.

                      Cette situation révèle une ligne de démarcation étroite entre les maladies professionnelles traditionnelles, les maladies liées au travail et les maladies générales prévalant dans la communauté. La préoccupation dans les pays du monde en développement devrait être la santé globale de toutes les personnes au travail. Afin d'atteindre cet objectif, le secteur national de la santé doit accepter la responsabilité d'organiser un programme de travail pour la fourniture de services de soins de santé à la population active.

                      Il faut également reconnaître que le secteur du travail a un rôle important à jouer pour assurer la sécurité de l'environnement de travail. Pour y parvenir, il est nécessaire de revoir la législation afin qu'elle couvre tous les lieux de travail. Il est insuffisant d'avoir une législation limitée aux locaux des usines. La législation doit non seulement fournir un lieu de travail sûr et sûr, mais également garantir la fourniture de services de santé réguliers aux travailleurs.

                      Ainsi, il serait évident que deux secteurs importants, à savoir le secteur du travail et le secteur de la santé, ont des rôles importants à jouer dans la santé au travail. Cette reconnaissance de l'intersectorialité de la santé au travail est un ingrédient extrêmement important pour le succès d'un tel programme. Afin de parvenir à une bonne coordination et coopération entre ces deux secteurs, il est nécessaire de développer un organe de coordination intersectoriel.

                      Enfin, la législation relative à la fourniture de services de santé au travail et à la garantie de la sécurité sur le lieu de travail est fondamentale. Là encore, de nombreux pays asiatiques ont reconnu ce besoin et disposent aujourd'hui d'une telle législation, bien que sa mise en œuvre puisse faire défaut dans une certaine mesure.

                      Conclusions

                      Dans les pays en développement, l'industrialisation est une caractéristique nécessaire de la croissance économique et du développement. Bien que l'industrialisation puisse avoir des effets néfastes sur la santé, le développement économique qui l'accompagne peut avoir de nombreux effets positifs sur la santé humaine. L'objectif est de minimiser les problèmes sanitaires et environnementaux néfastes et de maximiser les avantages de l'industrialisation. Dans les pays développés, l'expérience des effets néfastes de la révolution industrielle a conduit à réguler le rythme du développement. Ces pays s'en sont généralement assez bien tirés et ont eu le temps de développer toutes les infrastructures nécessaires pour maîtriser à la fois les problèmes sanitaires et environnementaux.

                      L'enjeu aujourd'hui pour les pays en développement qui, du fait de la concurrence internationale, n'ont pas le luxe de réguler leur rythme d'industrialisation, est de tirer les leçons des erreurs et des leçons du monde développé. D'autre part, le défi pour les pays développés est d'aider les pays en développement. Les pays développés ne doivent pas profiter des travailleurs des pays en développement ou de leur manque de capacité financière et de mécanismes de réglementation car, au niveau mondial, la pollution de l'environnement et les problèmes de santé ne respectent pas les frontières politiques ou géographiques.

                       

                      Noir

                       

                      Vue d'ensemble

                      L'activité économique, exprimée par le produit national brut (PNB) par habitant, diffère considérablement entre les pays en développement et les pays industrialisés. Selon un classement de la Banque mondiale, le PNB du pays en tête de liste est environ cinquante fois supérieur à celui du pays du bas. La part du PNB total mondial revenant aux pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est de près de 20 %.

                      Les pays membres de l'OCDE représentent près de la moitié de la consommation mondiale totale d'énergie. Les émissions de dioxyde de carbone des trois principaux pays représentent 50 % de la charge totale de la planète ; ces pays sont responsables d'importants problèmes mondiaux de pollution. Cependant, depuis les deux crises pétrolières de 1973 et 1978, les pays industrialisés ont fait des efforts pour économiser l'énergie en remplaçant les anciens procédés par des procédés plus efficaces. Simultanément, les industries lourdes consommant beaucoup d'énergie et impliquant beaucoup de travail pénible et s'exposant à des travaux dangereux ou dangereux se sont déplacées de ces pays vers des pays moins industrialisés. Ainsi, la consommation d'énergie dans les pays en développement augmentera au cours de la prochaine décennie et, à mesure que cela se produit, les problèmes liés à la pollution de l'environnement et à la santé et à la sécurité au travail devraient s'aggraver.

                      Au cours de l'industrialisation, de nombreux pays ont connu un vieillissement de la population. Dans les grands pays industrialisés, les 65 ans et plus représentent 10 à 15 % de la population totale. C'est une proportion nettement plus élevée que celle des pays en développement.

                      Cette disparité reflète le taux de reproduction plus faible et les taux de mortalité plus faibles dans les pays industrialisés. Par exemple, le taux de reproduction dans les pays industrialisés est inférieur à 2%, alors que les taux les plus élevés, plus de 5%, sont observés dans les pays d'Afrique et du Moyen-Orient et 3% ou plus sont courants dans de nombreux pays en développement. L'augmentation de la proportion de travailleuses, allant de 35 à 50 % de la population active dans les pays industrialisés (elle est généralement inférieure à 30 % dans les pays moins industrialisés), peut être liée à la diminution du nombre d'enfants.

                      Un meilleur accès à l'enseignement supérieur est associé à une proportion plus élevée de travailleurs qualifiés. Il s'agit là d'une autre disparité importante entre les pays industrialisés et les pays en développement. Dans ces derniers, la proportion de travailleurs professionnels n'a jamais dépassé 5 %, un chiffre qui contraste fortement avec les pays nordiques, où elle oscille entre 20 et 30 %. Les autres pays européens et nord-américains se situent entre les deux, les professionnels représentant plus de 10 % de la main-d'œuvre. L'industrialisation dépend principalement de la recherche et du développement, un travail qui est davantage associé à un excès de stress ou de tension contrairement aux risques physiques caractéristiques d'une grande partie du travail dans les pays en développement.

                      État actuel de la santé et de la sécurité au travail

                      La croissance économique et les changements dans la structure des principales industries de nombreux pays en voie d'industrialisation ont été associés à une exposition réduite aux produits chimiques dangereux, tant en termes de niveaux d'exposition que de nombre de travailleurs exposés. Par conséquent, les cas d'intoxication aiguë ainsi que les maladies professionnelles typiques diminuent. Cependant, les effets retardés ou chroniques dus à des expositions de plusieurs années (par exemple, pneumoconiose et cancer professionnel) sont encore observés même dans les pays les plus industrialisés.

                      Dans le même temps, les innovations techniques ont introduit l'utilisation de nombreux produits chimiques nouvellement créés dans les processus industriels. En décembre 1982, pour se prémunir contre les dangers présentés par ces nouveaux produits chimiques, l'OCDE a adopté une recommandation internationale sur un ensemble minimal de données avant commercialisation pour la sécurité.

                      Pendant ce temps, la vie au travail et dans la communauté est devenue plus stressante que jamais. La proportion de travailleurs en difficulté ayant des problèmes liés ou résultant de l'abus d'alcool et/ou de drogues et de l'absentéisme a augmenté dans de nombreux pays industrialisés.

                      Les accidents du travail ont diminué dans de nombreux pays industrialisés, en grande partie grâce aux progrès des mesures de sécurité au travail et à l'introduction massive de processus et d'équipements automatisés. La réduction du nombre absolu de travailleurs effectuant des travaux plus dangereux en raison du changement de structure industrielle de l'industrie lourde à l'industrie légère est également un facteur important de cette diminution. Le nombre de travailleurs tués dans des accidents du travail au Japon est passé de 3,725 1975 en 2,348 à 1995 4.77 en 1975. Cependant, l'analyse de la tendance temporelle indique que le taux de diminution s'est ralenti au cours des dix dernières années. L'incidence des accidents du travail au Japon (y compris les cas mortels) est passée de 1.88 pour un million d'heures de travail en 1995 à 1989 en 1995; une diminution plutôt plus lente a été observée dans les années 40 à XNUMX. Ce creux de la tendance à la réduction des accidents du travail a également été observé dans certains autres pays industrialisés; par exemple, la fréquence des accidents du travail aux États-Unis ne s'est pas améliorée depuis plus de XNUMX ans. Cela reflète en partie le remplacement des accidents de travail classiques, qui peuvent être évités par diverses mesures de sécurité, par les nouveaux types d'accidents causés par l'introduction de machines automatisées dans ces pays.

                      La convention n° 161 de l'OIT adoptée en 1985 a fourni une norme importante pour les services de santé au travail. Même si son champ d'application inclut à la fois les pays en développement et les pays développés, ses concepts fondamentaux sont basés sur les programmes existants et l'expérience des pays industrialisés.

                      Le cadre de base d'un système de services de santé au travail d'un pays donné est généralement décrit dans la législation. Il existe deux grands types. L'un est représenté par les États-Unis et le Royaume-Uni, dont la législation ne stipule que les normes à respecter. La réalisation des objectifs est laissée aux employeurs, le gouvernement fournissant des informations et une assistance technique sur demande. La vérification de la conformité aux normes est une responsabilité administrative majeure.

                      Le deuxième type est représenté par la législation française, qui non seulement prescrit les objectifs, mais détaille également les procédures pour les atteindre. Elle oblige les employeurs à fournir des services spécialisés de santé au travail aux employés, en faisant appel à des médecins qui sont devenus des spécialistes certifiés, et elle oblige les établissements de services à offrir de tels services. Elle précise le nombre de travailleurs à couvrir par le médecin du travail désigné : dans les chantiers sans environnement dangereux, plus de 3,000 XNUMX travailleurs peuvent être couverts par un seul médecin, alors que le nombre est plus faible pour ceux exposés à des risques définis.

                      Les spécialistes travaillant dans le cadre de la santé au travail élargissent leurs champs cibles dans les pays industrialisés. Les médecins sont devenus plus spécialisés que jamais dans la gestion de la prévention et de la santé. En outre, les infirmières en santé du travail, les hygiénistes industriels, les physiothérapeutes et les psychologues jouent un rôle important dans ces pays. Les hygiénistes industriels sont populaires aux États-Unis, tandis que les spécialistes de la mesure de l'environnement sont beaucoup plus courants au Japon. Les ergothérapeutes sont plutôt spécifiques aux pays nordiques. Ainsi, il existe certaines différences dans le type et la répartition des spécialistes existants par région.

                      Les établissements de plus de plusieurs milliers de travailleurs disposent généralement de leur propre service de santé au travail indépendant. L'emploi de spécialistes, y compris ceux autres que les médecins du travail, et la fourniture des installations minimales nécessaires pour fournir des services complets de santé au travail ne sont généralement possibles que lorsque la taille de la main-d'œuvre dépasse ce niveau. La fourniture de services de santé au travail pour les petits établissements, en particulier pour ceux qui ne comptent que quelques travailleurs, est une autre question. Même dans de nombreux pays industrialisés, les organisations de services de santé au travail pour les petits établissements n'ont pas encore été mises en place de manière systématique. La France et certains autres pays européens ont une législation énonçant des exigences minimales pour les installations et les services à fournir par les organisations de services de santé au travail, et chaque entreprise sans son propre service est tenue de passer un contrat avec une telle organisation pour fournir aux travailleurs les services de santé au travail prescrits .

                      Dans certains pays industrialisés, le contenu du programme de santé au travail est axé principalement sur les services préventifs plutôt que curatifs, mais cela fait souvent l'objet de débats. En général, les pays dotés d'un système complet de services de santé communautaire ont tendance à limiter le domaine à couvrir par le programme de médecine du travail et à considérer le traitement comme une discipline de la médecine communautaire.

                      La question de savoir si des bilans de santé périodiques doivent être prévus pour le travailleur ordinaire est un autre sujet de débat. Bien que certains pensent que les bilans de santé impliquant un dépistage général de la santé ne se sont pas avérés bénéfiques, le Japon est l'un des nombreux pays où l'obligation de proposer ces examens de santé aux employés a été imposée aux employeurs. Un suivi approfondi, y compris une éducation et une promotion continues de la santé, est fortement recommandé dans ces programmes, et la tenue de dossiers longitudinaux sur une base individuelle est considérée comme indispensable pour atteindre ses objectifs. L'évaluation de tels programmes nécessite un suivi à long terme.

                      Les systèmes d'assurance couvrant les soins médicaux et l'indemnisation des travailleurs victimes d'accidents du travail ou de maladies professionnelles existent dans presque tous les pays industrialisés. Cependant, il existe de grandes variations entre ces systèmes en ce qui concerne la gestion, la couverture, le paiement des primes, les types de prestations, l'étendue de l'engagement en matière de prévention et la disponibilité de l'assistance technique. Aux États-Unis, le système est indépendant dans chaque État, et les compagnies d'assurance privées jouent un rôle important, alors qu'en France, le système est entièrement géré par le gouvernement et largement intégré à l'administration de la santé au travail. Les spécialistes travaillant pour le système d'assurance jouent souvent un rôle important dans l'assistance technique pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

                      De nombreux pays offrent un système d'enseignement post-universitaire ainsi que des cours de formation en résidence en santé au travail. Le doctorat est généralement le diplôme universitaire le plus élevé en santé au travail, mais il existe également des systèmes de qualification spécialisée.

                      Les écoles de santé publique jouent un rôle important dans l'éducation et la formation des spécialistes de la santé au travail aux États-Unis. Vingt-deux des 24 écoles accréditées offraient des programmes de santé au travail en 1992 : 13 offraient des programmes de médecine du travail et 19 avaient des programmes d'hygiène industrielle. Les cours de santé au travail proposés par ces écoles ne mènent pas nécessairement à un diplôme universitaire, mais ils sont étroitement liés à l'accréditation des spécialistes en ce sens qu'ils font partie des qualifications nécessaires pour se qualifier aux examens à réussir pour devenir diplomate. d'un des collèges de spécialistes en santé au travail.

                      Le programme de ressources éducatives (ERC), financé par l'Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH), soutient les programmes de résidence dans ces écoles. L'ERC a désigné 15 écoles comme centres régionaux de formation des professionnels de la santé au travail.

                      Il est souvent difficile d'organiser une éducation et une formation en santé au travail pour les médecins et autres professionnels de la santé qui sont déjà impliqués dans les services de soins de santé primaires dans la communauté. Diverses méthodes d'enseignement à distance ont été mises au point dans certains pays, par exemple un cours par correspondance au Royaume-Uni et un cours de communication téléphonique en Nouvelle-Zélande, qui ont tous deux reçu de bonnes évaluations.

                      Facteurs influant sur la santé et la sécurité au travail

                      La prévention aux niveaux primaire, secondaire et tertiaire devrait être un objectif fondamental du programme de sécurité et de santé au travail. La prévention primaire par l'hygiène industrielle a très bien réussi à réduire le risque de maladie professionnelle. Cependant, une fois atteint un niveau suffisamment inférieur à la norme admissible, cette approche devient moins efficace, surtout si l'on tient compte du rapport coût/bénéfice.

                      La prochaine étape de la prévention primaire passe par la surveillance biologique, centrée sur les différences d'exposition individuelle. La susceptibilité individuelle est également importante à ce stade. La détermination de l'aptitude au travail et l'affectation d'un nombre raisonnable de travailleurs à des opérations particulières font l'objet d'une attention croissante. L'ergonomie et diverses techniques de santé mentale pour réduire le stress au travail représentent d'autres compléments indispensables à cette étape.

                      L'objectif de prévention des expositions aux risques sur les chantiers a été progressivement éclipsé par celui de promotion de la santé. L'objectif final est d'établir l'autogestion de la santé. Pour atteindre cet objectif, l'éducation sanitaire est considérée comme un domaine majeur devant être couvert par des spécialistes. Le gouvernement japonais a lancé un programme de promotion de la santé intitulé « Total Health Promotion Plan », dont la formation de spécialistes et le soutien financier à chaque programme de chantier sont des composantes majeures.

                      Dans la plupart des pays industrialisés, les syndicats jouent un rôle important dans les efforts de santé et de sécurité au travail, du niveau central au niveau périphérique. Dans de nombreux pays européens, les représentants syndicaux sont officiellement invités à faire partie des comités chargés de décider des orientations administratives fondamentales du programme. Le mode d'engagement de la main-d'œuvre au Japon et aux États-Unis est indirect, tandis que le ministère ou le département du travail exerce un pouvoir administratif.

                      De nombreux pays industrialisés ont une main-d'œuvre qui vient de l'extérieur du pays, officiellement et officieusement. Ces travailleurs immigrés présentent divers problèmes, notamment les barrières linguistiques, ethniques et culturelles, le niveau d'instruction et une mauvaise santé.

                      Les associations professionnelles dans le domaine de la santé au travail jouent un rôle important en soutenant la formation et l'éducation et en fournissant des informations. Certaines sociétés universitaires délivrent une certification spécialisée. La coopération internationale est également soutenue par ces organisations.

                      Projections pour l'avenir

                      La couverture des travailleurs par les services spécialisés de médecine du travail n'est toujours pas satisfaisante sauf dans certains pays européens. Tant que la fourniture du service restera volontaire, il y aura de nombreux travailleurs non couverts, en particulier dans les petites entreprises. Dans les pays à couverture élevée comme la France et certains pays nordiques, les systèmes d'assurance jouent un rôle important dans la disponibilité d'un soutien financier et/ou d'une assistance technique. Pour fournir des services aux petits établissements, un certain niveau d'engagement de la part de l'assurance sociale peut être nécessaire.

                      Les services de santé au travail avancent généralement plus vite que la santé communautaire. C'est particulièrement le cas dans les grandes entreprises. Il en résulte un écart de services entre le milieu de travail et le milieu communautaire. Les travailleurs bénéficiant de meilleurs services de santé tout au long de leur vie professionnelle connaissent fréquemment des problèmes de santé après leur retraite. Parfois, l'écart entre les grands et les petits établissements ne peut être ignoré comme, par exemple, au Japon, où de nombreux travailleurs seniors continuent à travailler dans des entreprises plus petites après leur retraite obligatoire des grandes entreprises. L'établissement d'une continuité de services entre ces différents milieux est un problème qui devra inévitablement être abordé dans un avenir proche.

                      À mesure que le système industriel se complique, le contrôle de la pollution de l'environnement devient plus difficile. Une activité anti-pollution intensive dans une usine peut simplement se traduire par le déplacement de la source de pollution vers une autre industrie ou usine. Cela peut également conduire à l'exportation de l'usine avec sa pollution vers un pays en développement. Il existe un besoin croissant d'intégration entre la santé au travail et la santé environnementale.

                       

                       

                      Noir

                      Mercredi, Février 23 2011 00: 43

                      Études de cas sur le changement technologique

                      Les changements dans les pressions de production des technologies des usines et le besoin de formation continue des travailleurs sont essentiels pour un environnement sûr et sain. Les trois exemples suivants se sont produits aux États-Unis. Le changement technologique affecte tous les travailleurs du monde entier.

                      Production contre sécurité

                      Les pressions de production peuvent gravement compromettre la sécurité et la santé à moins que la direction ne prenne soin d'analyser les conséquences potentielles des décisions visant à accroître la productivité. Un exemple vient d'un accident survenu en 1994 dans une petite aciérie aux États-Unis.

                      Vers 4 heures du matin, plusieurs ouvriers s'apprêtaient à couler de l'acier en fusion dans un four à arc électrique. Le marché de l'acier était bon et l'entreprise vendait tout l'acier qu'elle pouvait produire. Les travailleurs avaient de lourdes heures supplémentaires et l'usine fonctionnait à pleine capacité. Le four avait été programmé pour un arrêt afin de remplacer son revêtement réfractaire, qui s'était dangereusement aminci. Des points chauds s'étaient déjà développés dans l'enveloppe du four, mais l'entreprise voulait quelques derniers lots d'acier.

                      Lorsque le robinet a commencé, le revêtement du récipient a brûlé. L'acier et les scories coulaient de la rupture et fondaient rapidement à travers une conduite d'eau alimentant le système de refroidissement du four. L'eau a explosé en vapeur avec une force énorme. Deux ouvriers se trouvaient sur le chemin. Tous deux ont été gravement brûlés. L'un d'eux est décédé trois jours plus tard.

                      L'une des causes évidentes de l'accident était le fonctionnement du four au-delà de la durée de vie de son revêtement réfractaire. De plus, les fours électriques sont généralement conçus pour maintenir les conduites d'eau de refroidissement principales au-dessus de la hauteur de l'acier et du laitier en fusion à tout moment, afin d'éviter précisément ce type d'accident. Cependant, ce four avait été modifié dans un passé récent pour augmenter sa capacité en élevant le niveau de la matière en fusion, et les ingénieurs ont négligé la conduite d'eau. Une simple évasion de métal en fusion et de scories aurait été grave, mais sans la conduite d'eau, elle n'aurait pas provoqué d'explosion de vapeur et les blessures n'auraient pas été aussi graves. Les deux facteurs résultaient d'une demande de productivité sans souci suffisant de sécurité.

                      Formation

                      La formation des travailleurs devrait comprendre plus qu'un ensemble de règles de sécurité spécifiques. La meilleure formation à la sécurité transmet une compréhension globale du processus, de l'équipement et des dangers potentiels. Il est important que les travailleurs comprennent la raison de chaque règle de sécurité et puissent réagir aux situations imprévues non couvertes par les règles.

                      L'importance d'une formation complète est illustrée par un accident survenu en 1986 dans une aciérie nord-américaine. Deux ouvriers sont entrés dans une cuve de four afin d'enlever l'échafaudage qui avait servi à regarnir la cuve avec de nouvelles briques réfractaires. Les travailleurs ont suivi une « analyse de la sécurité au travail » détaillée, qui décrivait chaque étape de l'opération. Cependant, l'analyse de la sécurité du travail était défectueuse. La cuve avait été réaménagée deux ans auparavant avec un système d'insufflation de gaz argon à travers le métal en fusion, afin de le brasser plus efficacement, et l'analyse de la sécurité de l'emploi n'avait jamais été mise à jour pour tenir compte du nouveau système argon.

                      Une autre équipe de travail a reconnecté le système d'argon peu de temps avant que les deux travailleurs n'entrent dans le navire. Les vannes fuyaient et les conduites n'avaient pas été obturées. Le test atmosphérique requis pour l'entrée dans un espace confiné n'a pas été correctement effectué et les travailleurs qui sont entrés dans le navire n'étaient pas présents pour observer le test.

                      Les deux travailleurs sont morts d'un manque d'oxygène. Un troisième travailleur est entré dans le navire dans un effort de sauvetage, mais a lui-même été vaincu. Sa vie a été sauvée par un quatrième travailleur, qui a coupé l'extrémité d'un tuyau d'air comprimé et a jeté le tuyau dans le vaisseau, fournissant ainsi de l'oxygène à la victime inconsciente.

                      L'une des causes évidentes de l'accident était l'incapacité de l'entreprise à mettre à jour l'analyse de la sécurité du travail. Cependant, une formation complète sur le processus, l'équipement et les dangers aurait pu permettre aux travailleurs d'identifier les lacunes dans l'analyse des tâches et de prendre des mesures pour s'assurer qu'ils pouvaient entrer dans le navire en toute sécurité.

                      Changement technologique

                      L'importance d'analyser une technologie nouvelle ou modifiée est illustrée par un accident survenu en 1978 dans une usine chimique nord-américaine. L'entreprise faisait réagir du toluène et d'autres produits chimiques organiques dans une cuve fermée. La réaction était entraînée par de la chaleur, qui était fournie au récipient par un serpentin de chauffage avec de l'eau chaude en circulation. Le service technique de l'usine a décidé de remplacer l'eau par du nitrate de sodium fondu, afin d'accélérer la réaction. Cependant, la bobine avait été réparée avec des composés de braisage qui fondaient à une température inférieure à la température du nitrate de sodium. En conséquence, le nitrate de sodium a commencé à fuir dans le récipient, où il a réagi avec les composés organiques pour former des nitrates organiques instables.

                      L'explosion qui a suivi a blessé plusieurs travailleurs, détruit la cuve du réacteur et endommagé le bâtiment. Cependant, les conséquences auraient pu être bien pires. L'accident s'est produit tard dans la nuit, alors qu'aucun travailleur ne se trouvait à proximité du navire. De plus, des éclats d'obus chauds sont entrés dans une unité de traitement voisine contenant de grandes quantités d'éther diéthylique. Heureusement, aucun de ces navires ou lignes n'a été touché. Une explosion pendant le quart de jour, ou une explosion qui a libéré un nuage de vapeur d'éther diéthylique, aurait pu causer plusieurs morts.

                       

                      Noir

                      Les petits lieux de travail ont été un mode de production caractéristique depuis les temps les plus reculés. Les industries artisanales où les membres d'une famille travaillent sur la base d'une division du travail existent encore aujourd'hui dans les situations urbaines et rurales. En fait, il est vrai de tous les pays que la majorité des travailleurs, rémunérés ou non, travaillent dans des entreprises que l'on peut qualifier de petites.

                      Avant de définir leurs problèmes de santé, il est nécessaire de définir une petite entreprise. Il est généralement reconnu qu'une petite entreprise est une entreprise qui emploie 50 travailleurs ou moins. Il peut être situé dans une maison, une ferme, un petit bureau, une usine, une mine ou une carrière, une exploitation forestière, un jardin ou un bateau de pêche. La définition est basée sur le nombre de travailleurs et non sur ce qu'ils font ou s'ils sont rémunérés ou non. La maison est clairement une petite entreprise.

                      Caractéristiques communes des petites entreprises

                      Les caractéristiques communes des petites entreprises incluent (voir tableau 1) :

                        • Ils sont susceptibles d'être sous-capitalisés.
                        • Ils sont généralement non syndiqués (le foyer et la ferme notamment) ou sous-syndiqués (bureau, usine, magasin d'alimentation, etc.).
                        • Ils sont moins susceptibles d'être inspectés par des organismes gouvernementaux. En fait, une étude effectuée il y a quelques années indiquait que l'existence de nombreuses petites entreprises n'était même pas connue du service gouvernemental qui en était responsable (Department of Community Health 1980).

                             


                             

                            Tableau 1. Caractéristiques des petites entreprises et leurs conséquences

                            Manque de capital

                              • mauvaises conditions environnementales
                              • matières premières moins chères
                              • entretien de l'équipement inférieur
                              • protection personnelle inadéquate

                                     

                                    Non ou sous-syndicalisation

                                      • taux de rémunération inférieurs
                                      • heures de travail plus longues
                                      • non-respect des conditions d'attribution
                                      • exploitation du travail des enfants

                                             

                                            Services d'inspection inférieurs

                                              • mauvaises conditions environnementales
                                              • niveau de danger plus élevé
                                              • taux plus élevés de blessures/maladies

                                                   


                                                   

                                                  En conséquence, les conditions environnementales sur le lieu de travail, qui reflètent généralement le capital disponible, sont inévitablement inférieures à celles des grandes entreprises : des matières premières moins chères seront achetées, l'entretien des machines sera réduit et les équipements de protection individuelle seront moins disponibles.

                                                  La sous-syndicalisation ou la non-syndicalisation entraînera des taux de rémunération inférieurs, des heures de travail plus longues et le non-respect des conditions d'attribution. Le travail sera souvent plus intensif et les enfants et les personnes âgées sont plus susceptibles d'être exploités.

                                                  Des services d'inspection de qualité inférieure se traduiront par des environnements de travail plus pauvres, plus de risques en milieu de travail et des taux plus élevés de blessures et de maladies.

                                                  Ces caractéristiques des petites entreprises les placent à la limite de la survie économique. Ils entrent et sortent de l'existence sur une base régulière.

                                                  Pour compenser ces inconvénients importants, les petites entreprises sont flexibles dans leurs systèmes de production. Ils peuvent réagir rapidement au changement et développent souvent des solutions imaginatives et flexibles aux exigences des défis techniques. Au niveau social, le propriétaire est généralement un gestionnaire actif et interagit avec les travailleurs à un niveau plus personnel.

                                                  Il existe des preuves à l'appui de ces croyances. Par exemple, une étude américaine a révélé que les travailleurs des ateliers de battage de panneaux du quartier étaient régulièrement exposés à des solvants, des pigments métalliques, des peintures, des vapeurs et de la poussière de plastique polyester, du bruit et des vibrations (Jaycock et Levin, 1984). Une autre enquête américaine a montré que les expositions multiples à court terme à des substances chimiques étaient caractéristiques des petites industries (Kendrick, Discher et Holaday 1968).

                                                  Une étude finlandaise portant sur cet événement dans 100 lieux de travail a révélé que les expositions de courte durée aux produits chimiques étaient typiques des petites industries et que la durée d'exposition augmentait à mesure que l'entreprise grandissait (Vihina et Nurminen 1983). Associées à ce schéma, il y avait des expositions multiples à différents produits chimiques et des expositions fréquentes à des niveaux de pointe. Cette étude a conclu que l'exposition aux produits chimiques dans les petites entreprises est de nature complexe.

                                                  L'illustration peut-être la plus spectaculaire de l'impact de la taille sur les risques pour la santé au travail a été présentée lors du deuxième atelier international sur le benzène à Vienne en 1980. Pour la plupart des délégués de l'industrie pétrolière, le benzène posait peu de risques pour la santé sur le lieu de travail ; leurs lieux de travail utilisaient des techniques médicales, d'hygiène et d'ingénierie sophistiquées pour surveiller et éliminer toute exposition potentielle. En revanche, un délégué de la Turquie, commentant l'industrie de la botte, qui était dans une large mesure une industrie artisanale réalisée à domicile, a signalé que les hommes, les femmes et les enfants étaient exposés à de fortes concentrations d'un "solvant non étiqueté", benzène, ce qui a entraîné la survenue d'anémies et de leucémies (Aksoy et al. 1974). La différence d'exposition dans les deux situations était une conséquence directe de la taille du lieu de travail et du contact plus intime des travailleurs de l'industrie artisanale de la botte, par rapport aux grandes entreprises pétrolières.

                                                  Deux chercheurs canadiens ont identifié les principales difficultés rencontrées par les petites entreprises comme suit : un manque de sensibilisation des gestionnaires aux risques pour la santé; le coût plus élevé par travailleur pour réduire ces risques; et un climat concurrentiel instable qui rend peu probable que ces entreprises puissent se permettre de mettre en œuvre les normes et réglementations de sécurité (Lees et Zajac 1981).

                                                  Ainsi, une grande partie de l'expérience et des preuves enregistrées indiquent que les travailleurs des petites entreprises constituent une population mal desservie du point de vue de leur santé et de leur sécurité. Rantanan (1993) a tenté un examen critique des sources disponibles pour le Groupe de travail interrégional de l'OMS sur la protection et la promotion de la santé des travailleurs des petites industries et a constaté que les données quantitatives fiables sur les maladies et les blessures des travailleurs des petites industries sont malheureusement rares. .

                                                  Malgré l'absence de données quantitatives fiables, l'expérience a montré que les caractéristiques des petites industries entraînent une plus grande probabilité de blessures musculo-squelettiques, de lacérations, de brûlures, de plaies perforantes, d'amputations et de fractures, d'empoisonnements par inhalation de solvants et d'autres produits chimiques et , dans le secteur rural, les intoxications aux pesticides.

                                                  Répondre aux besoins de santé des travailleurs des petites entreprises

                                                  La difficulté à répondre aux besoins de santé et de sécurité des travailleurs dans les petites entreprises découle d'un certain nombre de caractéristiques :

                                                    • Les entreprises rurales sont souvent isolées parce qu'elles sont éloignées des centres principaux avec de mauvaises routes et de mauvaises communications.
                                                    • Les travailleurs à bord de petits bateaux de pêche ou dans les opérations forestières ont également un accès limité aux services de santé et de sécurité.
                                                    • La maison, où se trouvent la plupart des activités artisanales et des « travaux ménagers » non rémunérés, est souvent ignorée dans la législation sur la santé et la sécurité.
                                                    • Les niveaux d'éducation des travailleurs des petites industries sont susceptibles d'être inférieurs du fait qu'ils ont quitté l'école plus tôt ou qu'ils n'ont pas accès aux écoles. Ceci est accentué par l'emploi d'enfants et de travailleurs migrants (légaux et illégaux) qui ont des difficultés culturelles et linguistiques.
                                                    • Bien qu'il soit clair que les petites entreprises contribuent de manière significative au produit intérieur brut, la fragilité des économies des pays en développement rend difficile la fourniture de fonds pour répondre aux besoins de santé et de sécurité de leurs travailleurs.
                                                    • Le grand nombre et la variabilité des petites entreprises rendent difficile l'organisation efficace des services de santé et de sécurité pour elles.

                                                               

                                                              En résumé, les travailleurs des petites entreprises présentent certaines caractéristiques qui les rendent vulnérables aux problèmes de santé et rendent difficile la fourniture de soins de santé. Ceux-ci inclus:

                                                                • Inaccessibilité aux services de santé disponibles pour des raisons géographiques ou économiques et volonté de tolérer des conditions de travail dangereuses et malsaines, principalement en raison de la pauvreté ou de l'ignorance.
                                                                • Privation due à une éducation, un logement, des transports et des loisirs médiocres.
                                                                • Une incapacité à influencer l'élaboration des politiques.

                                                                     

                                                                    Quelles sont les Solutions ?

                                                                    Celles-ci existent à plusieurs niveaux : international, national, régional, local et du lieu de travail. Ils impliquent la politique, l'éducation, la pratique et le financement.

                                                                    Une approche conceptuelle a été développée lors de la réunion de Colombo (Colombo Statement 1986), même si celle-ci s'intéressait particulièrement aux pays en développement. Une reformulation de ces principes applicables à la petite industrie, où qu'elle soit implantée, suit :

                                                                    1. Des politiques nationales doivent être formulées pour améliorer la santé et la sécurité de tous les travailleurs des petites industries en mettant l'accent sur l'éducation et la formation des directeurs, des superviseurs et des travailleurs et sur les moyens de s'assurer qu'ils reçoivent des informations adéquates pour protéger la santé et la sécurité de tous. ouvriers.
                                                                    2. Les services de santé au travail pour les petites industries doivent être intégrés aux systèmes de santé existants fournissant des soins de santé primaires.
                                                                    3. Une formation adéquate du personnel de santé au travail est nécessaire. Cela devrait être adapté au type de travail effectué et comprendrait une formation pour les agents de soins de santé primaires et les spécialistes ainsi que pour les inspecteurs de la santé publique et les infirmières mentionnés ci-dessus.
                                                                    4. Des systèmes de communication adéquats sont nécessaires pour assurer la libre circulation des informations sur la santé et la sécurité au travail entre les travailleurs, la direction et le personnel de santé au travail à tous les niveaux.
                                                                    5. Des soins de santé au travail pour de petits groupes isolés par le biais d'agents de soins de santé primaires (PHCW) ou de leur équivalent devraient être fournis. Dans les zones rurales, une telle personne est susceptible de fournir des soins de santé généraux à temps partiel et un contenu de santé au travail peut être ajouté. Dans les petits lieux de travail urbains, une telle situation est moins probable. Des personnes de la main-d'œuvre sélectionnées par leurs collègues seront nécessaires.
                                                                    6. Ces PSSP ruraux et urbains, qui auront besoin d'une formation et d'une supervision initiales et continues, doivent être reliés aux services de santé existants. L'« agent de santé de liaison » doit être un professionnel de la santé approprié à plein temps ayant au moins trois ans de formation. Ce professionnel de santé est le maillon essentiel du bon fonctionnement du service. (Voir figure 1.)
                                                                    7. L'hygiène du travail, qui mesure, évalue et contrôle les risques environnementaux, est une partie essentielle des soins de santé au travail. Des services et des compétences appropriés en matière d'hygiène du travail devraient être introduits dans le service, tant au niveau central qu'en périphérie.

                                                                     

                                                                    Figure 1. Modèles de soins de santé pour les travailleurs des petites usines

                                                                    GLO080F1

                                                                    Malgré l'établissement de ces principes, très peu de progrès ont été réalisés, presque certainement parce que les petits lieux de travail et les travailleurs qui y travaillent ne reçoivent qu'une faible priorité dans la planification des services de santé de la plupart des pays. Les raisons à cela incluent :

                                                                      • manque de pression politique de la part de ces travailleurs
                                                                      • difficulté à répondre aux besoins de santé en raison de caractéristiques telles que l'isolement, les niveaux d'éducation et le traditionalisme inné, déjà mentionnés
                                                                      • l'absence d'un système efficace de soins de santé primaires.

                                                                           

                                                                          Les approches de la solution de ce problème sont internationales, nationales et locales.

                                                                          Internationale

                                                                          Une caractéristique gênante de l'économie mondiale est les aspects négatifs associés au transfert de technologie et aux processus dangereux qui y sont associés des pays développés vers les pays en développement. Une deuxième préoccupation est le « dumping social », dans lequel, pour être compétitif sur le marché mondial, les salaires sont abaissés, les normes de sécurité ignorées, les heures de travail prolongées, l'âge d'embauche est abaissé et une forme d'esclavage moderne est instituée. Il est urgent que de nouveaux instruments de l'OIT et de l'OMS (conventions et recommandations) interdisant ces pratiques soient élaborés.

                                                                          Nationales

                                                                          Une législation globale en matière de sécurité et de santé au travail est nécessaire, soutenue par une volonté de la mettre en œuvre et de la faire respecter. Cette législation doit être soutenue par une promotion de la santé positive et généralisée.

                                                                          Locaux

                                                                          Il existe un certain nombre de modèles d'organisation des services de santé et de sécurité au travail qui ont fait leurs preuves et qui, avec les modifications appropriées, peuvent s'adapter à la plupart des situations locales. Ils comprennent:

                                                                            • Un centre de santé au travail peut être établi dans les localités où il y a une population dense de petits lieux de travail, pour assurer à la fois le traitement des accidents et des urgences ainsi que des fonctions d'éducation et d'intervention. Ces centres sont généralement financés par le gouvernement, mais ils peuvent également être financés par un partage des coûts par un certain nombre de petites industries locales, généralement sur une base par employé.
                                                                            • Le service de santé au travail d'une grande entreprise peut être étendu aux petites industries environnantes.
                                                                            • Un service hospitalier de médecine du travail qui couvre déjà les services d'accident et d'urgence peut le compléter par un service itinérant de soins de santé primaires axé sur l'éducation et l'intervention.
                                                                            • Un service peut être fourni lorsqu'un médecin généraliste fournit des services de traitement dans une clinique mais utilise une infirmière visiteuse en santé du travail pour offrir une éducation et une intervention sur le lieu de travail.
                                                                            • Un service spécialisé de médecine du travail doté d'une équipe pluridisciplinaire composée de médecins du travail, de médecins généralistes, d'infirmiers en médecine du travail, de kinésithérapeutes et de spécialistes en radiographie, pathologie, etc., peut être créé.
                                                                            • Quel que soit le modèle utilisé, le service doit être relié au lieu de travail par un « agent de santé de liaison », un professionnel de santé formé et polyvalent à la fois dans les aspects cliniques et hygiéniques du travail. (Voir figure 1)

                                                                                       

                                                                                      Quelle que soit la forme organisationnelle utilisée, les fonctions essentielles devraient inclure (Glass 1982) :

                                                                                        • un centre de formation de secouristes parmi les travailleurs des petites industries environnantes
                                                                                        • un centre de traitement des blessures légères et autres problèmes de santé liés au travail
                                                                                        • un centre de surveillance biologique de base comprenant des examens de dépistage de l'ouïe, de la fonction pulmonaire, de la vision, de la tension artérielle, etc., ainsi que les premiers signes des effets toxiques de l'exposition aux risques professionnels
                                                                                        • un centre pour la fourniture d'investigations environnementales de base à intégrer à la surveillance biologique
                                                                                        • un centre d'éducation à la santé et à la sécurité qui est dirigé par ou au moins coordonné par des consultants en sécurité familiers avec les types de lieux de travail desservis
                                                                                        • un centre à partir duquel des programmes de réadaptation pourraient être planifiés, fournis et coordonnés avec le retour au travail.

                                                                                                   

                                                                                                  Conclusion

                                                                                                  Les petites entreprises sont une forme de production répandue, fondamentale et essentielle. Pourtant, les travailleurs qui y travaillent ne sont souvent pas couverts par la législation et la réglementation en matière de santé et de sécurité, et manquent de services adéquats de santé et de sécurité au travail. Par conséquent, reflétant les caractéristiques uniques des petites entreprises, les travailleurs qui y travaillent sont plus exposés aux risques professionnels.

                                                                                                  Les tendances actuelles de l'économie mondiale augmentent l'étendue et le degré d'exploitation des travailleurs dans les petits lieux de travail et, par conséquent, augmentent le risque d'exposition à des produits chimiques dangereux. Des mesures internationales, nationales et locales appropriées ont été conçues pour réduire ces risques et améliorer la santé et le bien-être des personnes travaillant dans les petites entreprises.

                                                                                                   

                                                                                                  Noir

                                                                                                  Mercredi, Février 23 2011 01: 02

                                                                                                  Transfert de technologie et choix technologique

                                                                                                  La période récente de transition rapide

                                                                                                  La migration de l'industrie des pays développés vers les pays en développement s'explique généralement par le moindre coût de la main-d'œuvre. Les entreprises établissent également des opérations à l'étranger pour réduire les coûts de transport en produisant sur les marchés étrangers, pour surmonter les barrières commerciales et pour éviter les fluctuations des marchés des changes. Mais certaines entreprises migrent vers les pays en développement pour échapper aux réglementations professionnelles et environnementales et à leur application dans leur pays. Pour de nombreux pays, ces investissements sont la principale source de nouveaux emplois.

                                                                                                  Les entreprises et les investisseurs étrangers ont été à l'origine de plus de 60 % de tous les investissements industriels dans les pays en développement au cours de la dernière décennie. Au cours des années 1980, un marché financier mondial a commencé à émerger. En l'espace de dix ans, les prêts bancaires internationaux des principaux pays développés sont passés de 4 % du PIB à 44 %. Entre 1986 et 1990, les investissements étrangers des États-Unis, du Japon, de l'Allemagne de l'Ouest, de la France et de la Grande-Bretagne ont augmenté à un taux annuel de 27 %. L'investissement transfrontalier mondial est maintenant estimé à 1,700 1995 milliards de dollars (LaDou et Levy 35,000). Il existe environ 147,000 350 sociétés transnationales, avec XNUMX XNUMX filiales étrangères. Une grande partie de l'investissement dans le monde en développement provient de ces sociétés. Le total des ventes annuelles des XNUMX plus grandes sociétés transnationales est égal à un tiers des produits intérieurs bruts combinés du monde industriel et dépasse de loin celui du monde en développement.

                                                                                                  La plupart des investissements dans les pays en développement vont en Asie. Entre 1986 et 1990, l'Asie de l'Est et du Sud-Est a reçu 14 milliards de dollars, l'Amérique latine 9 milliards de dollars et l'Afrique 3 milliards de dollars. L'Europe centrale est maintenant ouvertement en concurrence pour une part de l'investissement mondial. L'Inde, le Vietnam, l'Égypte, le Nicaragua et l'Ouzbékistan ont récemment libéralisé leurs règles de propriété pour accroître leur attrait pour les investisseurs.

                                                                                                  Les entreprises et les investissements japonais se trouvent dans presque tous les pays du monde. Avec des terres limitées et une forte densité de population, le Japon a un besoin urgent d'exporter ses industries productrices de déchets. Les pays européens ont exporté des industries dangereuses et écologiquement dépassées vers l'Afrique et le Moyen-Orient et commencent maintenant à les exporter vers l'Europe centrale. Les sociétés d'Europe occidentale sont les plus gros investisseurs au Bangladesh, en Inde, au Pakistan, à Singapour et au Sri Lanka.

                                                                                                  La Chine et l'Inde, avec les plus grandes populations du monde, ont connu des revirements politiques spectaculaires ces dernières années et, par conséquent, ont accueilli des industries de nombreux pays. Les sociétés américaines dominent en Chine, en Indonésie, aux Philippines, en Thaïlande, à Hong Kong et à Taïwan (Chine). Les entreprises américaines devaient investir 1995 milliard de dollars à Singapour en 31, en hausse de 1994 % par rapport à XNUMX.

                                                                                                  La motivation des pays industrialisés

                                                                                                  Dans les pays développés, l'industrie fournit des emplois, paie des impôts qui soutiennent les services communautaires et est soumise aux lois sur l'environnement et la santé au travail. Alors que les pays industrialisés adoptent des lois pour limiter les risques environnementaux associés à de nombreuses opérations industrielles, les coûts de production augmentent et minent les avantages concurrentiels. Pour compenser ce problème, les fabricants déplacent bon nombre de leurs activités dangereuses vers les pays nouvellement industrialisés. Ils sont les bienvenus car la création d'une infrastructure dans de nombreux pays en développement repose sur l'expansion industrielle des étrangers.

                                                                                                  Lorsque l'industrie migre vers les pays en développement, les entreprises profitent non seulement de salaires plus bas, mais également des faibles taux d'imposition dans les communautés qui ne dépensent pas beaucoup pour des choses telles que les systèmes d'égouts, les usines de traitement des eaux, les écoles et les transports publics. Lorsque des entreprises établissent des usines dans des pays en développement, leur charge fiscale ne représente qu'une petite fraction de ce qu'elle serait dans la plupart des pays développés.

                                                                                                  Preuve anecdotique à l'appui de la transition

                                                                                                  L'Université de Californie, l'Université Johns Hopkins et l'Université du Massachusetts ont toutes récemment étudié la santé des travailleurs américains des semi-conducteurs. Les études démontrent que les femmes ont une augmentation importante du risque de fausse couche lorsqu'elles travaillent dans des usines de semi-conducteurs. Les chercheurs participant à ces études remarquent que les entreprises licencient les travailleurs et ferment les usines si rapidement que ces études seront probablement les dernières de taille suffisante pour donner une fiabilité aux conclusions à mener avec des travailleurs américains.

                                                                                                  Prédictions pour une réduction des études sur la santé au travail

                                                                                                  La migration des entreprises américaines et japonaises de semi-conducteurs vers l'Asie du Sud-Est est dramatiquement démontrée dans le pays nouvellement industrialisé de la Malaisie. Depuis le milieu des années 1970, la Malaisie est devenue le troisième fabricant mondial de semi-conducteurs et le plus grand exportateur mondial de semi-conducteurs. Il est très peu probable que des entreprises étrangères continuent à financer des recherches sur la santé au travail et environnementale dans un pays lointain employant des travailleurs étrangers. Les économies réalisées par la fabrication étrangère de semi-conducteurs seront renforcées par la capacité de ces entreprises à négliger la santé et la sécurité comme le font leurs rivaux internationaux. Le taux de fausses couches des travailleurs des semi-conducteurs sera ignoré par les gouvernements et par l'industrie dans les pays nouvellement industrialisés. Les travailleurs, pour la plupart, ne reconnaîtront pas l'association entre travail et fausse couche.

                                                                                                  Le déclin de la santé environnementale et au travail dans les pays en développement

                                                                                                  Les pays en développement ont rarement des réglementations professionnelles et environnementales exécutoires. Ils sont préoccupés par des problèmes accablants de chômage, de malnutrition et de maladies infectieuses, souvent à l'exclusion des risques environnementaux. Les pays nouvellement industrialisés sont avides des avantages financiers que leur apportent les entreprises étrangères et les investisseurs étrangers. Mais ces avantages s'accompagnent de problèmes sociaux et écologiques.

                                                                                                  Les résultats économiques et sociaux positifs de l'activité industrielle dans les pays en développement s'accompagnent d'une grave dégradation de l'environnement. Les grandes villes des pays en développement sont désormais sous le choc de la pollution de l'air, de l'absence de traitement des eaux usées et de purification de l'eau, des quantités croissantes de déchets dangereux enfouis ou laissés sur le sol ou déversés dans les rivières ou les océans. Dans de nombreux pays du monde, il n'y a pas de réglementation environnementale ou, si elles existent, il y a peu ou pas d'application.

                                                                                                  La main-d'œuvre des pays en développement est habituée à travailler dans de petites entreprises. En règle générale, plus l'industrie est petite, plus le taux d'accidents du travail et de maladies professionnelles est élevé. Ces lieux de travail se caractérisent par des bâtiments et d'autres structures peu sûrs, de vieilles machines, une mauvaise ventilation et du bruit, ainsi que par des travailleurs dont l'éducation, les compétences et la formation sont limitées et des employeurs aux ressources financières limitées. Les vêtements de protection, les respirateurs, les gants, les protecteurs auditifs et les lunettes de sécurité sont rarement disponibles. Les entreprises sont souvent inaccessibles aux inspections des organismes gouvernementaux chargés de la santé et de la sécurité. Dans de nombreux cas, ils fonctionnent comme une « industrie souterraine » d'entreprises qui ne sont même pas enregistrées auprès du gouvernement à des fins fiscales.

                                                                                                  La perception publique commune des industries offshore est celle des grandes multinationales. Beaucoup plus courants que ces géants industriels sont les milliers de petites entreprises détenues par des intérêts étrangers et exploitées ou supervisées par des dirigeants locaux. La capacité de la plupart des gouvernements étrangers à réglementer l'industrie ou même à surveiller le passage des marchandises et des matériaux est extrêmement limitée. Les industries migrantes se conforment généralement aux normes environnementales et de santé et sécurité au travail du pays d'accueil. Par conséquent, les taux de mortalité des travailleurs sont beaucoup plus élevés dans les pays nouvellement industrialisés que dans les pays développés, et les accidents du travail surviennent avec des taux communs aux pays développés au cours des premières années de la révolution industrielle. À cet égard, la révolution industrielle se reproduit, mais avec des populations de travailleurs beaucoup plus importantes et dans de nombreux autres pays.

                                                                                                  La quasi-totalité de la croissance démographique mondiale se produit dans les pays en développement. À l'heure actuelle, la main-d'œuvre dans les pays en développement s'élève à environ 1.76 milliard, mais elle passera à plus de 3.1 milliards en 2025, ce qui implique un besoin de 38 à 40 millions de nouveaux emplois chaque année (Kennedy 1993). Cela étant, il est peu probable que les travailleurs demandent de meilleures conditions de travail.

                                                                                                  Migration des maladies professionnelles et des accidents du travail vers le monde en développement

                                                                                                  L'incidence des maladies professionnelles n'a jamais été aussi élevée qu'aujourd'hui. Les Nations Unies estiment que 6 millions de cas de maladies professionnelles surviennent chaque année dans le monde. Les maladies professionnelles surviennent avec une plus grande fréquence par travailleur exposé dans les pays en développement et, ce qui est encore plus important, elles surviennent avec une plus grande gravité. Parmi les mineurs, les travailleurs de la construction et de l'amiante dans certains pays en développement, l'amiante est la principale cause d'invalidité et de mauvaise santé et, selon certains décomptes, la principale cause de décès. Les risques professionnels et environnementaux posés par les produits à base d'amiante ne découragent pas l'industrie de l'amiante de promouvoir l'amiante dans les pays en développement, où la demande de matériaux de construction à faible coût l'emporte sur les préoccupations sanitaires.

                                                                                                  La fusion et l'affinage du plomb migrent des pays développés vers les pays en développement. Le recyclage des produits en plomb passe également des pays développés vers des pays plus pauvres qui sont souvent mal préparés à faire face aux risques professionnels et environnementaux créés par le plomb. Les pays développés disposent aujourd'hui de peu de fonderies de plomb, cette activité industrielle ayant été transférée aux pays nouvellement industrialisés. De nombreuses activités de fusion du plomb dans les pays en développement fonctionnent avec des technologies qui n'ont pas changé depuis un siècle. Lorsque les pays développés se vantent de réalisations dans le domaine du recyclage du plomb, presque invariablement le plomb est recyclé dans les pays en développement et renvoyé aux pays développés sous forme de produits finis.

                                                                                                  Dans les pays en développement, les gouvernements et les industries acceptent les matières dangereuses en sachant que des niveaux d'exposition raisonnables ne seront probablement pas légiférés ou appliqués. L'essence au plomb, les peintures, les encres et les colorants, les batteries et de nombreux autres produits contenant du plomb sont produits dans les pays en développement par des entreprises qui appartiennent généralement à des étrangers et les produits sont ensuite vendus à l'échelle internationale par les intérêts majoritaires.

                                                                                                  Dans les pays en développement, où la majorité des travailleurs travaillent dans l'agriculture, les pesticides sont souvent appliqués à la main. Trois millions d'empoisonnements aux pesticides se produisent chaque année en Asie du Sud-Est (Jeyaratnam 1992). La majeure partie de la fabrication de pesticides dans les pays en développement est effectuée par des sociétés étrangères ou des sociétés locales dont le capital est investi par des étrangers. L'utilisation de pesticides dans les pays en développement augmente rapidement à mesure qu'ils apprennent les avantages que ces produits chimiques offrent à l'industrie agricole et qu'ils acquièrent la capacité de produire les pesticides dans leur propre pays. Les pesticides tels que le DDT et le dibromochloropropane (DBCP), qui sont interdits dans la plupart des pays développés, sont largement vendus et utilisés sans restriction dans les pays en développement. Lorsque des risques pour la santé entraînent le retrait d'un pesticide du marché d'un pays développé, il se retrouve souvent sur les marchés non réglementés des pays en développement.

                                                                                                  L'industrie chimique est l'un des secteurs industriels dont la croissance est la plus rapide dans l'économie mondiale émergente. Les entreprises chimiques des pays développés se retrouvent dans le monde entier. De nombreuses petites entreprises chimiques migrent vers les pays en développement, faisant de l'industrie chimique un contributeur majeur à la contamination de l'environnement. Alors que la croissance démographique et l'industrialisation se poursuivent dans les régions les plus pauvres du monde, la demande de pesticides, d'engrais chimiques et de produits chimiques industriels augmente également. Pour aggraver ce problème, les produits chimiques qui sont interdits dans les pays développés sont souvent fabriqués en quantités accrues dans les pays nouvellement industrialisés. Le DDT en est un exemple convaincant. Sa production mondiale est à des niveaux records, mais il est illégal de produire ou d'utiliser du DDT dans la plupart des pays développés depuis les années 1970.

                                                                                                  Les coûts se déplacent vers le monde en développement

                                                                                                  L'expérience des pays industrialisés avec les coûts des programmes de sécurité au travail et d'environnement est qu'une charge financière très importante est transférée aux nations nouvellement industrialisées. Le coût d'accidents futurs comme celui de Bhopal, l'atténuation des dommages environnementaux et les effets sur la santé publique ne sont pas souvent discutés avec franchise dans les pays en développement. Les conséquences de l'industrie mondiale peuvent devenir les racines de conflits internationaux généralisés lorsque les réalités économiques à long terme de la migration industrielle deviennent plus apparentes.

                                                                                                  L'énigme des pays en développement

                                                                                                  Les pays en développement soutiennent rarement l'adoption des normes environnementales du monde développé. Dans certains cas, les opposants soutiennent que c'est une question de souveraineté nationale qui permet à chaque nation de développer ses propres normes. Dans d'autres cas, il existe un ressentiment de longue date à l'égard de toute influence étrangère, en particulier de la part des nations qui ont déjà augmenté leur niveau de vie grâce aux activités industrielles désormais réglementées. Les pays en développement considèrent qu'après avoir atteint le niveau de vie des pays développés, ils adopteront alors des politiques réglementaires plus strictes. Lorsqu'on demande aux pays développés de fournir aux pays en développement des industries dont la technologie est sans danger pour l'environnement, l'intérêt pour la migration industrielle diminue considérablement.

                                                                                                  La nécessité d'une intervention internationale

                                                                                                  Les organisations internationales doivent jouer un rôle plus important dans l'approbation et la coordination du transfert de technologie. La pratique honteuse consistant à exporter des technologies obsolètes et dangereuses vers les pays en développement lorsque ces procédés ne peuvent plus satisfaire aux normes environnementales des pays développés doit cesser. Les accords internationaux doivent remplacer les incitations perverses qui menacent l'environnement mondial.

                                                                                                  De nombreux efforts ont été déployés pour contrôler le comportement de l'industrie. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Lignes directrices pour les entreprises multinationales, l'Organisation des Nations Unies (ONU) Code de conduite sur les sociétés transnationales et l'Organisation internationale du travail (OIT) Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale essayer de fournir un cadre de comportement éthique. La Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination a été adoptée en mars 1994. Bien qu'elle empêche la plupart des déchets dangereux de traverser les frontières, elle sert également à institutionnaliser un commerce de déchets recyclables qui reflétait la nécessité d'un compromis politique.

                                                                                                  Certaines institutions internationales de prêt produisent désormais des évaluations d'impact sur l'environnement (EIE) lorsque le pays hôte n'est pas en mesure d'accomplir cette tâche. L'évaluation du potentiel d'impact local d'au moins certains sites industriels dangereux devrait être obligatoire et des normes de santé et de sécurité au travail pourraient être ajoutées aux évaluations des sites d'usine.

                                                                                                  L'Organisation internationale de normalisation (ISO) a entrepris l'élaboration de normes volontaires, la série ISO 14000, susceptibles de devenir la norme internationale de gestion environnementale. Celles-ci englobent les systèmes de gestion environnementale, les audits environnementaux, l'étiquetage écologique, les évaluations de la performance environnementale, l'évaluation du cycle de vie et les aspects environnementaux des normes de produits (Casto et Ellison, 1996).

                                                                                                  De nombreux pays développés ont établi des niveaux d'exposition recommandés pour les travailleurs qui ne peuvent être dépassés sans action réglementaire ou juridique. Mais dans les pays en développement, les normes d'exposition sont souvent inexistantes, non appliquées ou trop laxistes pour être utiles. Des normes internationales peuvent et doivent être élaborées. Les pays en développement, et en particulier les entreprises étrangères qui y fabriquent, peuvent bénéficier d'un délai raisonnable pour se conformer aux normes appliquées dans la plupart des pays développés. Si cela n'est pas fait, certains travailleurs de ces pays paieront une part démesurée du coût de l'industrialisation.

                                                                                                  Conclusions

                                                                                                  La norme internationale la plus logique en matière de santé et de sécurité au travail est le développement d'un système international d'assurance contre les accidents du travail. Les travailleurs de tous les pays ont droit aux prestations de base de la législation sur l'indemnisation des accidents du travail. L'incitation pour les employeurs à fournir un cadre de travail sain et sûr que prévoit l'assurance contre les accidents du travail devrait être telle qu'elle profite aux travailleurs de tous les pays, quel que soit le propriétaire de l'entreprise.

                                                                                                  Il doit y avoir un système juridique international pour traiter de l'environnement et il doit y avoir une capacité d'application suffisamment forte pour décourager même les pollueurs les plus criminels. En 1972, les pays membres de l'OCDE ont convenu de fonder leurs politiques environnementales sur le principe du « pollueur-payeur » (OCDE 1987). L'intention était d'encourager les industries à internaliser les coûts environnementaux et à les répercuter sur les prix des produits. En élargissant le principe, une clause de responsabilité stricte dans les lois de tous les pays pourrait être développée à la fois pour les dommages matériels et les dommages causés à des tiers. Ainsi, le producteur de déchets serait responsable, à travers un système international de responsabilité objective, de la gestion des déchets depuis leur production jusqu'à leur élimination.

                                                                                                  Les pays en développement n'ont pas de grands groupes environnementaux bien financés comme ceux qui existent dans les pays développés. L'application exigera la formation du personnel et le soutien des gouvernements qui, jusqu'à récemment, ont tellement mis l'accent sur l'expansion industrielle que la question de la protection de l'environnement n'a même pas été prise en considération.

                                                                                                   

                                                                                                  Noir

                                                                                                  Mercredi, Février 23 2011 01: 09

                                                                                                  Les accords de libre-échange

                                                                                                  Les économistes ont longtemps considéré le libre-échange comme un idéal. En 1821, l'économiste David Ricardo soutenait que chaque pays devait exporter les produits qu'il pouvait produire avec un avantage comparatif. Bien que Ricardo n'ait considéré qu'un seul facteur de production, le travail, les théoriciens ultérieurs des proportions relatives des facteurs ont étendu ce cadre au capital, aux ressources naturelles et à d'autres facteurs. La plupart des économistes modernes pensent que les restrictions au commerce - tarifs protecteurs, subventions à l'exportation et quotas d'importation - créent des inefficacités économiques, déforment les incitations des producteurs et des consommateurs et coûtent de l'argent aux nations. Ils soutiennent que sur les marchés nationaux restreints, les petites entreprises prolifèrent pour desservir de petits marchés, violant les économies d'échelle, et que les incitations pour les producteurs à innover et à être compétitifs sont émoussées. Les défenseurs du libre-échange pensent que les arguments en faveur des restrictions commerciales, bien que souvent fondés sur « l'intérêt national », sont généralement des revendications déguisées au nom d'intérêts particuliers.

                                                                                                  Cependant, il existe plusieurs arguments économiques contre le libre-échange. L'une est fondée sur les défaillances du marché intérieur. Si un marché intérieur tel que le marché du travail ne fonctionne pas correctement, un écart par rapport au libre-échange peut aider à rétablir ce marché ou peut générer des gains compensatoires dans d'autres parties de l'économie nationale. Un deuxième argument est qu'une hypothèse fondamentale de la théorie du libre-échange, l'immobilité du capital, n'est plus correcte, de sorte que le libre-échange peut désavantager certains pays. Daly et Cobb (1994) écrivent :

                                                                                                  La libre circulation des capitaux et des biens (au lieu des seuls biens) signifie que l'investissement est régi par la rentabilité absolue et non par l'avantage comparatif. L'absence d'une libre circulation de la main-d'œuvre signifie que les opportunités d'emploi diminuent pour les travailleurs du pays dans lequel les investissements ne sont pas réalisés. Cela représente une description plus précise du monde dans lequel nous vivons que ne le fait le principe de l'avantage comparatif, aussi applicable qu'il ait pu l'être à l'époque de Ricardo.

                                                                                                  Dans une zone de libre-échange, les prix des biens échangés ont tendance à s'égaliser. Selon le théorème d'égalisation des prix des facteurs, cela est également vrai des facteurs de production, y compris les salaires, les coûts de conformité réglementaire et peut-être des facteurs externalisés tels que la pollution de l'air. Cela conduit à un troisième argument contre le libre-échange : il peut exercer une pression à la baisse sur les salaires, sur les pratiques en matière de santé, de sécurité et d'environnement, et sur d'autres facteurs de production, vers les niveaux les plus bas de n'importe lequel des pays commerçants. Cela soulève de graves problèmes de santé et de sécurité au travail.

                                                                                                  Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'industrie est devenue de plus en plus internationale. Les communications et les transports ont progressé rapidement. L'information et le capital sont de plus en plus mobiles. Les entreprises multinationales sont devenues un élément de plus en plus important de l'économie mondiale. Dans le processus, les schémas de production changent, les usines se délocalisent et l'emploi est déstabilisé. Contrairement au capital, le travail est relativement immobile, tant géographiquement qu'en termes de compétences. La délocalisation industrielle a donc exercé des pressions considérables sur les travailleurs.

                                                                                                  Dans ce contexte, le libre-échange n'a cessé de croître. Huit séries de négociations commerciales multilatérales ont eu lieu depuis 1947 dans le cadre de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Le plus récent, le Cycle d'Uruguay, s'est conclu en 1994 avec la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les pays membres du GATT (et maintenant de l'OMC) s'accordent sur trois principes généraux : ils s'abstiennent de subventionner les exportations (sauf dans l'agriculture) ; ils s'abstiennent de quotas d'importation unilatéraux (sauf lorsque les importations menacent de "perturber le marché"); et tout tarif nouveau ou augmenté doit être compensé par des réductions d'autres tarifs pour compenser les partenaires commerciaux. L'OMC n'élimine pas les tarifs, mais elle les limite et les réglemente. Plus de 130 pays, dont beaucoup sont des pays en développement ou « en transition », sont membres de l'OMC. Le nombre total de membres devrait dépasser 150.

                                                                                                  Depuis les années 1980, de nouvelles avancées vers le libre-échange se sont produites au niveau régional, par le biais d'accords commerciaux préférentiels. En vertu de ces accords, les pays acceptent d'éliminer les droits de douane sur les échanges entre eux tout en continuant à maintenir des barrières tarifaires vis-à-vis du reste du monde. Ces accords sont connus sous le nom d'unions douanières, de marchés communs ou de zones de libre-échange; les exemples incluent l'Union européenne et les trois nations d'Amérique du Nord. Des alliances économiques plus lâches, telles que la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et le Mercado Común del Sur (MERCOSUR), favorisent également le commerce entre leurs membres.

                                                                                                  Santé et sécurité au travail dans les accords de libre-échange

                                                                                                  Les accords de libre-échange sont conçus pour promouvoir le commerce et le développement économique et la plupart ne traitent de questions sociales telles que la santé et la sécurité des travailleurs qu'indirectement, voire pas du tout. Cependant, un large éventail de problèmes affectant la santé et la sécurité au travail peuvent survenir dans le contexte des accords de libre-échange.

                                                                                                  Dislocation des travailleurs, chômage et migration

                                                                                                  Les accords de libre-échange interviennent dans le contexte de tendances économiques et sociales plus larges et peuvent à leur tour influencer ces tendances. Considérons le libre-échange entre deux pays ayant des niveaux de développement différents, des échelles salariales différentes et des opportunités d'emploi différentes. Dans cette situation, les industries peuvent se délocaliser, déplaçant les travailleurs de leur emploi et créant du chômage dans le pays d'origine. Les nouveaux chômeurs peuvent alors migrer vers des zones offrant de meilleures opportunités d'emploi, surtout si, comme en Europe, les barrières à l'émigration ont également été levées.
                                                                                                  Le chômage, la peur du chômage, la migration et le stress et les perturbations sociales qui l'accompagnent ont un impact profond sur la santé des travailleurs et de leurs familles. Certains gouvernements ont tenté d'atténuer ces effets avec des programmes sociaux, y compris la reconversion professionnelle, l'aide à la réinstallation et des aides similaires, avec un succès mitigé.

                                                                                                  Normes de santé et de sécurité au travail

                                                                                                  Les pays membres d'un accord de libre-échange peuvent différer dans leurs normes de santé et de sécurité au travail. Cela implique des coûts de production plus faibles pour les pays aux normes moins strictes, un avantage commercial important. Un résultat probable est la pression politique dans les pays plus protecteurs pour abaisser leurs normes, et dans les pays moins protecteurs pour ne pas améliorer leurs normes, afin de préserver les avantages commerciaux. Les défenseurs de la santé et de la sécurité au travail citent ce scénario comme l'une des principales conséquences néfastes du libre-échange.

                                                                                                  Un autre résultat probable est également inquiétant. Un pays peut décider de bloquer l'importation de certaines matières ou équipements dangereux pour faire avancer son programme de santé au travail. Ses partenaires commerciaux peuvent l'accuser de pratiques commerciales déloyales, considérant cette politique comme une barrière commerciale déguisée. En 1989, en vertu de l'Accord de libre-échange entre les États-Unis et le Canada, le Canada a accusé les États-Unis de commerce déloyal lorsque les États-Unis ont décidé d'éliminer progressivement les importations d'amiante. De tels différends peuvent saper les normes de santé et de sécurité d'un pays aux normes plus strictes.

                                                                                                  D'autre part, le libre-échange peut également offrir l'occasion d'améliorer les normes grâce à l'élaboration collaborative de normes, au partage des informations techniques sur lesquelles les normes sont fondées et à l'harmonisation de normes disparates jusqu'à des niveaux élevés. Cela est vrai à la fois des normes de santé et de sécurité au travail et des normes du travail connexes telles que les lois sur le travail des enfants, les exigences de salaire minimum et les réglementations sur les négociations collectives. Un obstacle majeur à l'harmonisation a été la question de la souveraineté nationale ; certains pays ont été réticents à négocier l'élimination de tout contrôle sur leurs normes de travail.

                                                                                                  Pratiques d'application

                                                                                                  Des préoccupations identiques se posent en ce qui concerne l'application des réglementations en vigueur. Même si deux partenaires commerciaux ont des normes de santé et de sécurité au travail comparables, l'un peut les appliquer moins scrupuleusement que l'autre, ce qui réduit les coûts de production et acquiert un avantage concurrentiel. Les recours comprennent un processus de règlement des différends pour permettre aux pays de faire appel d'une pratique commerciale déloyale alléguée, et des efforts de collaboration pour harmoniser les pratiques d'application.

                                                                                                  Communication des dangers

                                                                                                  La communication des dangers fait référence à un large éventail de pratiques : formation des travailleurs, fourniture de documents écrits sur les dangers et les mesures de protection, étiquetage des conteneurs et accès des travailleurs aux dossiers médicaux et d'exposition. Ces pratiques sont largement reconnues comme des éléments clés de la réussite des programmes de santé et de sécurité au travail. Le libre-échange et le commerce international ont plus généralement un impact sur la communication des dangers d'au moins deux manières.

                                                                                                  Premièrement, si des produits chimiques ou des processus dangereux sont transportés au-delà des frontières nationales, les travailleurs du pays destinataire peuvent être exposés à des risques. Le pays d'accueil peut ne pas avoir la capacité de communiquer correctement sur les dangers. Les fiches d'information, le matériel de formation et les étiquettes d'avertissement doivent être fournis dans la langue du pays de destination, à un niveau de lecture adapté aux travailleurs exposés, dans le cadre du processus d'import-export.

                                                                                                  Deuxièmement, des exigences incohérentes en matière de communication des dangers imposent un fardeau aux entreprises qui opèrent dans plus d'un pays. Des exigences uniformes, telles qu'un format unique pour les fiches d'information sur les produits chimiques, aident à résoudre ce problème et peuvent être encouragées dans le contexte du libre-échange.

                                                                                                  Formation et développement des ressources humaines

                                                                                                  Lorsque les partenaires commerciaux diffèrent dans leurs niveaux de développement économique, ils sont susceptibles de différer également dans leurs ressources humaines. Les nations moins riches font face à des pénuries d'hygiénistes industriels, d'ingénieurs en sécurité, de médecins et d'infirmières du travail, d'éducateurs qualifiés et d'autres professionnels clés. Même lorsque deux nations ont des niveaux de développement comparables, elles peuvent différer dans leurs approches techniques de la santé et de la sécurité au travail. Les accords de libre-échange offrent l'opportunité de concilier ces disparités. Grâce à des structures parallèles, les professionnels de la santé et de la sécurité au travail des nations commerçantes peuvent se rencontrer, comparer leurs pratiques et s'entendre sur des procédures communes, le cas échéant. De même, lorsqu'un pays manque de certains professionnels par rapport à un ou plusieurs de ses partenaires commerciaux, ils peuvent coopérer en offrant une formation formelle, des cours de courte durée et d'autres moyens de développement des ressources humaines. Ces efforts sont nécessaires pour harmoniser efficacement la pratique de la santé au travail.

                                                                                                  Collecte de données

                                                                                                  Un aspect important des efforts coordonnés pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs est la collecte de données. Dans le cadre d'un accord de libre-échange, plusieurs types de collecte de données peuvent avoir une incidence sur la santé et la sécurité des travailleurs. Tout d'abord, des informations sur les pratiques de santé au travail de chaque pays, notamment ses moyens de mise en œuvre des normes sur le lieu de travail, sont nécessaires. Ces informations aident à suivre les progrès vers l'harmonisation et peuvent révéler des violations qui peuvent constituer des pratiques commerciales déloyales. Des données sur les expositions sur le lieu de travail doivent être collectées, non seulement pour ces raisons, mais aussi dans le cadre des pratiques courantes de santé au travail. Les données d'exposition doivent être collectées conformément aux bonnes pratiques d'hygiène industrielle ; si les pays membres utilisent des procédures de mesure cohérentes, des comparaisons entre eux sont alors possibles. De même, les données de morbidité et de mortalité sont essentielles dans le cadre de bons programmes de santé et de sécurité au travail. Si les pays d'un accord de libre-échange utilisent des méthodes cohérentes de collecte de ces informations, ils peuvent alors comparer leurs effets sur la santé, identifier les problèmes et cibler les interventions. Cela peut être difficile à réaliser car de nombreux pays collectent leurs données sur la santé et la sécurité à partir des statistiques d'indemnisation des accidents du travail et les régimes d'indemnisation varient considérablement.

                                                                                                  Prévention

                                                                                                  Enfin, le libre-échange offre une opportunité d'harmonisation des approches préventives, d'assistance technique entre les pays membres et de partage de solutions. Cela peut se produire dans le secteur privé lorsqu'une entreprise opère dans plusieurs pays et peut mettre en œuvre une pratique ou une technologie préventive au-delà des frontières. Les entreprises qui se spécialisent dans les services de santé au travail peuvent elles-mêmes fonctionner au niveau international, stimulées par un accord de libre-échange, et avoir pour fonction de diffuser des pratiques préventives parmi les pays membres. Les syndicats nationaux dans un accord de libre-échange peuvent également collaborer. Par exemple, le Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité à Bruxelles a été créé par le Parlement européen avec le soutien des principaux syndicats. De tels efforts peuvent pousser les pays membres vers une harmonisation vers le haut des activités de prévention. L'harmonisation des approches préventives peut également se produire au niveau gouvernemental, grâce à une collaboration dans le développement technologique, la formation et d'autres activités. En fin de compte, l'effet le plus positif du libre-échange sur la santé et la sécurité au travail est l'amélioration de la prévention dans chacun des pays membres.

                                                                                                  Conclusion

                                                                                                  Les accords de libre-échange sont principalement conçus pour réduire les barrières commerciales et la plupart ne traitent pas directement des questions sociales telles que la santé et la sécurité des travailleurs (voir aussi « Étude de cas : Organisation mondiale du commerce »). En Europe, le libre-échange s'est développé sur plusieurs décennies dans un processus qui a englobé les préoccupations sociales dans une mesure inhabituelle. Les organisations européennes responsables de la santé et de la sécurité au travail sont bien financées, comprennent des représentants de tous les secteurs et peuvent adopter des directives contraignantes pour les pays membres ; il s'agit clairement de l'accord de libre-échange mondial le plus avancé en matière de santé des travailleurs. En Amérique du Nord, l'ALENA comprend un processus détaillé de règlement des différends qui s'étend à la santé et à la sécurité au travail, mais peu d'autres initiatives visant à améliorer les conditions de travail dans les trois pays membres. D'autres pactes commerciaux régionaux n'ont pas intégré d'initiatives en matière de santé et de sécurité au travail.

                                                                                                  L'intégration économique des nations du monde progresse grâce aux progrès rapides des communications, des transports et des stratégies d'investissement en capital. Les accords de libre-échange régissent une partie, mais pas la totalité, de cet accroissement des échanges entre les nations. Les changements dans les modèles commerciaux et l'expansion du commerce international ont des implications majeures pour la santé et la sécurité des travailleurs. Il est essentiel de lier les questions commerciales aux questions de santé et de sécurité au travail, en utilisant des accords de libre-échange et d'autres moyens, pour garantir que les progrès du commerce s'accompagnent de progrès dans la protection des travailleurs.

                                                                                                   

                                                                                                  Noir

                                                                                                  Les sociétés multinationales dominent la fabrication et la commercialisation de produits chimiques et d'autres produits dont l'existence de risques pour la santé et la sécurité au travail est connue. Ces sociétés ont une expérience longue mais variable dans la gestion de la maîtrise de ces risques et certaines ont mis en place des équipes et des procédures importantes à cette fin. Avec la tendance vers de plus en plus d'accords de libre-échange, la domination des sociétés multinationales (EMN) devrait s'étendre, avec un déclin correspondant de l'échelle des industries publiques et des industries privées au sein des nations. Il convient donc d'examiner le rôle approprié des multinationales alors que les industries se développent partout dans le monde, en particulier dans les pays qui ont jusqu'à présent eu des ressources minimales mises à disposition pour la protection des travailleurs et de l'environnement.

                                                                                                  Le Conseil européen de l'industrie chimique (CEFIC), dans sa Lignes directrices du CEFIC sur le transfert de technologie (aspects sécurité, santé et environnement), affirme que la technologie transférée doit atteindre un degré de sécurité, de protection de la santé et de protection de l'environnement égal à celui du fournisseur de technologie dont elle est issue et "équivalent à celui atteint dans les installations d'origine du fournisseur de technologie" (CEFIC 1991) . Cela semblerait particulièrement applicable aux opérations mondiales des filiales des multinationales.

                                                                                                  Doubles standards

                                                                                                  Il y a eu de nombreux exemples où les multinationales n'ont pas été aussi rigoureuses dans le contrôle des risques industriels dans les pays en développement qu'elles l'étaient dans leur pays d'origine. Les signalements les plus nombreux de ce double standard concernent l'amiante et d'autres matières ultra-dangereuses, où un contrôle substantiel des risques représenterait une part importante des coûts de production globaux et réduirait les ventes par d'autres moyens. Les cas décrits dans les années 1970 et au début des années 1980 concernaient des entreprises basées en Allemagne de l'Ouest, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Suisse, en Italie, en Autriche et au Japon (Castleman et Navarro 1987).

                                                                                                  Le cas le mieux étudié de ce double standard concerne l'usine de fabrication de pesticides qui a causé des milliers de morts et des problèmes de santé permanents à plusieurs milliers de personnes à Bhopal, en Inde, en 1984. Comparaison de l'usine de Bhopal avec une usine similaire exploitée aux États-Unis ont montré de nombreux doubles standards dans la conception et l'exploitation de l'usine, les audits de sécurité, la formation des travailleurs, la dotation en personnel des emplois dangereux, l'entretien de l'usine et la responsabilité de la direction. D'autres facteurs pertinents étaient le manque relatif de réglementation gouvernementale et de responsabilité civile en Inde, par rapport aux États-Unis (Castleman et Purkayastha 1985).

                                                                                                  La catastrophe de Bhopal a attiré l'attention du monde sur les politiques et les pratiques des multinationales en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs et de l'environnement. De nombreuses entreprises manufacturières géantes ont soudainement réalisé qu'elles couraient des risques excessifs et réductibles et ont décidé de réduire les quantités de gaz comprimés hautement toxiques qu'elles stockaient et transportaient. Le transport de grandes bouteilles de gaz phosgène, par exemple, est passé d'une pratique courante aux États-Unis à une pratique complètement évitée. Ces changements étaient en grande partie dus au fait que l'assurance contre les conséquences des rejets de produits chimiques dans les communautés était devenue pratiquement indisponible. Mais au-delà des considérations purement économiques, l'éthique et la moralité du comportement des entreprises multinationales ont été soumises à un examen sans précédent.

                                                                                                  De toute évidence, des normes inférieures de protection des travailleurs et de l'environnement peuvent conférer au moins des économies à court terme aux propriétaires d'usines. La tentation d'augmenter les bénéfices en réduisant les coûts est particulièrement grande là où il n'y a pratiquement pas de réglementation gouvernementale, de sensibilisation du public, de pression syndicale ou de responsabilité pour les dommages en cas de problème. Le cas de Bhopal a montré que lorsque les niveaux de profit sont bas, il y a une pression supplémentaire sur la direction pour réduire les coûts d'exploitation par des méthodes dont les coûts immédiats sont faibles mais dont les risques à long terme peuvent être catastrophiques. La structure des multinationales semblait en outre idéale pour soustraire la haute direction à toute responsabilité personnelle dans les conséquences du respect des normes locales dans le monde.

                                                                                                  L'enquête de l'OIT, Pratiques de sécurité et de santé des entreprises multinationales, a constaté que "en comparant les performances en matière de santé et de sécurité des entreprises à domicile (EMN) avec celles des filiales, on peut généralement dire que les opérations dans le pays d'origine étaient meilleures que celles des filiales dans les pays en développement" (OIT 1984) . Un rapport du Centre des Nations Unies sur les sociétés transnationales (UNCTC) a exhorté à examiner les politiques des multinationales en ce qui concerne « la santé et la sécurité au travail dans leurs opérations mondiales ». Le rapport conclut qu'il existe « de nombreux exemples de 'deux poids deux mesures' dans lesquels les mesures de protection de la santé des travailleurs et des communautés par les sociétés transnationales sont beaucoup plus faibles dans les pays en développement que dans les pays d'origine des sociétés transnationales ». On en trouve des exemples dans les industries du chlorure de vinyle, des pesticides, des chromates, de l'acier, du chlore et de l'amiante (UNCTC 1985).

                                                                                                  La réponse des très grandes multinationales chimiques basées aux États-Unis et au Royaume-Uni a été de nier que la politique de l'entreprise était d'avoir des normes différentes dans différents pays pour protéger les personnes contre les mêmes risques industriels. Cependant, ces sentiments ont été exprimés de différentes manières, dont certaines impliquent un plus grand engagement que d'autres. De plus, beaucoup restent sceptiques quant au large fossé qui subsiste entre les déclarations de politique des entreprises et la réalité des doubles standards dans la conduite des entreprises.

                                                                                                  Gestion des produits

                                                                                                  Gestion des produits fait référence à la responsabilité du vendeur de prévenir les dommages résultant des produits commercialisés, tout au long du cycle de vie de l'utilisation et de l'élimination du produit. Cela inclut la responsabilité de s'assurer qu'une entreprise qui achète le produit chimique du vendeur ne l'utilise pas de manière dangereuse ; au moins une entreprise américaine, Dow Chemical, a depuis longtemps exprimé une politique de refus de vendre des produits chimiques à ces clients. En 1992, les sociétés membres de la Chemical Manufacturers Association aux États-Unis ont adopté un code qui envisage la cessation des ventes aux clients qui ne corrigent pas les « mauvaises pratiques » dans l'utilisation des produits chimiques qu'ils vendent.

                                                                                                  Les exemples de la nécessité d'une gestion responsable des produits par les producteurs de pesticides abondent. Le reconditionnement des pesticides dans des récipients alimentaires et l'utilisation de fûts de pesticides pour stocker l'eau potable sont des causes de décès et de maladies généralisées. L'utilisation et le stockage des pesticides et des conteneurs de pesticides par les petits agriculteurs reflètent un manque général de formation que les fabricants pourraient fournir.

                                                                                                  Dans la vallée de Costanza en République dominicaine, la défoliation due à l'utilisation excessive de pesticides a donné à la région le nom de « vallée de la mort ». Alors que la région attirait l'attention des médias en 1991, Ciba-Geigy, une importante multinationale chimique, a lancé un programme pour enseigner aux petits agriculteurs quelque chose sur l'agronomie, la lutte antiparasitaire intégrée et la sécurité. Il a été reconnu que l'utilisation de pesticides dans la vallée devait être réduite. La réaction de la communauté à l'effort de Ciba pour « prouver les avantages économiques et sociaux d'un marché durable » a été signalée comme encourageante dans la presse spécialisée. Ciba gère des programmes similaires pour les petits agriculteurs en Colombie, aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, au Mali, au Mozambique et au Nigeria. Le Pesticide Action Network est sceptique quant aux versions corporatives de la « lutte antiparasitaire intégrée » qui mettent l'accent sur le « meilleur mélange » de pesticides au lieu de former les gens aux techniques où l'utilisation des pesticides est considérée comme un dernier recours.

                                                                                                  Un aspect important de la gestion responsable des produits est la sensibilisation des travailleurs et du public utilisant le produit, par le biais d'étiquettes d'avertissement, de brochures et de programmes de formation des clients. Pour certains produits dangereux et contenants dans lesquels ils sont vendus, la gestion responsable des produits implique la récupération de matériaux que les clients utiliseraient autrement de manière inappropriée ou élimineraient comme des déchets dangereux.

                                                                                                  Dans les tribunaux américains, la gestion responsable des produits est fortement encouragée par l'existence d'une responsabilité pour les dommages causés par les produits dangereux et la pollution. Les personnes lésées par des produits dont les dangers n'étaient pas toujours exprimés dans les avertissements des fabricants ont reçu une indemnisation substantielle pour les pertes économiques, la douleur et la souffrance et, dans certains cas, des dommages-intérêts punitifs en plus. Les fabricants ont retiré du marché américain les produits dont les expériences sur les animaux ont montré qu'ils provoquaient des anomalies de la reproduction, plutôt que de risquer des poursuites de plusieurs millions de dollars contre les enfants des travailleurs utilisant l'agent qui sont nés avec des malformations congénitales. Ces mêmes produits ont parfois continué à être commercialisés par les mêmes sociétés dans d'autres pays, où la responsabilité du fait des produits n'est pas un facteur.

                                                                                                  La responsabilité et la réglementation ont ainsi imposé aux fabricants de certains pays l'obligation de développer des procédés et des produits moins toxiques. Mais en l'absence de sensibilisation du public, de responsabilité et de réglementation, il est possible que les technologies discréditées et plus dangereuses restent économiquement compétitives, et il peut même y avoir un marché pour les technologies plus anciennes qui peuvent être exploitées dans de nombreux pays. Ainsi, malgré les avancées réalisées par les multinationales dans le développement des « technologies propres », il n'y a aucune raison de s'attendre à ce que ces améliorations soient rapidement transmises à l'Afrique, l'Asie, l'Amérique latine et l'Europe centrale et orientale. Il est très possible qu'une partie de l'industrie nouvellement construite dans ces régions soit fabriquée avec des équipements usagés et importés. Cela pose un défi éthique aux multinationales qui possèdent des équipements qui sont remplacés en Europe et en Amérique du Nord.

                                                                                                  Progrès en santé publique

                                                                                                  De nombreuses avancées ont eu lieu ces dernières années, qui contribueront incontestablement à la protection de la santé publique et de l'environnement là où elles s'implantent. Les chimistes de recherche industrielle, dont l'objectif a traditionnellement été la maximisation du rendement du produit sans se soucier de la toxicité des produits et des sous-produits, discutent maintenant des développements de technologies moins toxiques lors de symposiums sur la "chimie verte" ou "l'écologie industrielle" (Illman 1994) . Les exemples comprennent:

                                                                                                    • le remplacement des éthers de glycol, des solvants chlorés et des solvants chlorofluorocarbonés comme agents de nettoyage dans le traitement de la microélectronique
                                                                                                    • remplacement des solvants organiques par des solvants à base d'eau dans les adhésifs et les mastics
                                                                                                    • réduction des solvants organiques volatils dans de nombreuses peintures, au profit des peintures à base d'eau, de la technologie de peinture par pulvérisation utilisant du dioxyde de carbone supercritique et des revêtements en poudre
                                                                                                    • remplacement du cadmium et du plomb dans les pigments
                                                                                                    • élimination de la pollution de l'air par le protoxyde d'azote lors de la fabrication d'acide adipique (utilisé pour fabriquer du nylon, du polyester et du polyuréthane)
                                                                                                    • remplacement de l'acrylamide dans les composés de coulis
                                                                                                    • remplacement du blanchiment au chlore dans la fabrication du papier
                                                                                                    • conversion du phosgène, de l'arsine et d'autres gaz toxiques en intermédiaires moins toxiques qui peuvent être traités à la place dans des processus industriels, évitant ainsi la nécessité de stocker et de transporter de grandes quantités de gaz comprimés hautement toxiques
                                                                                                    • remplacement du procédé au phosgène pour la fabrication des polycarbonates par un procédé au diméthyl carbonate
                                                                                                    • synthèse d'isocyanates aliphatiques à partir d'amines et de dioxyde de carbone au lieu de procédés utilisant du phosgène
                                                                                                    • remplacement de l'acide fluorhydrique par de l'acide sulfurique ou, mieux encore, par des catalyseurs solides, dans les unités d'alkylation des essences des raffineries de pétrole
                                                                                                    • l'utilisation de catalyseurs à base de zéolithe dans la production de cumène, remplaçant les catalyseurs à base d'acide phosphorique ou de chlorure d'aluminium et éliminant les problèmes d'élimination des déchets acides et de manipulation de matériaux corrosifs.

                                                                                                                           

                                                                                                                          La promotion mondiale de technologies moins toxiques peut être assurée à la fois par des multinationales individuelles et par le biais d'organismes collectifs. La coopérative industrielle pour la protection de la couche d'ozone est l'un des véhicules que les grandes entreprises ont utilisés pour promouvoir une technologie supérieure sur le plan environnemental. Par le biais de cette organisation, avec le soutien supplémentaire de la Banque mondiale, IBM a tenté d'aider les entreprises d'Asie et d'Amérique latine à passer au nettoyage et au séchage à base d'eau des cartes de circuits imprimés et des composants de disque.

                                                                                                                          Rôles du gouvernement

                                                                                                                          L'expansion industrielle est en cours dans de nombreux pays et, lors de l'examen des demandes de nouveaux projets industriels, les gouvernements ont la possibilité et la responsabilité d'évaluer les risques pour la santé et la sécurité de la technologie importée. Le pays hôte doit veiller à ce que les nouvelles opérations atteignent des normes de performance élevées. Le demandeur du projet doit s'engager à atteindre des niveaux spécifiques de rejet de polluants qui ne seront pas dépassés pendant l'exploitation de l'usine, et des limites d'exposition des travailleurs aux substances toxiques qui seront atteintes. Le demandeur doit être prêt à payer pour que le gouvernement obtienne l'équipement de surveillance nécessaire pour s'assurer que ces limites sont respectées dans la pratique et pour permettre un accès immédiat aux inspecteurs du gouvernement à tout moment.

                                                                                                                          Une attention particulière doit être portée à ce que les candidats au projet décrivent leur expérience passée avec la technologie impliquée et ses dangers. Le gouvernement hôte a toutes les raisons et le droit de savoir quels risques et niveaux de pollution sur le lieu de travail existent dans des usines similaires exploitées par les candidats au projet. De même, il est important de savoir quelles lois, réglementations et normes de protection de la santé publique sont respectées par les candidats dans des établissements similaires dans d'autres pays.

                                                                                                                          Le processus de candidature du gouvernement hôte doit inclure une évaluation critique du point de vue « Avons-nous vraiment besoin de cela ? » Et si la réponse est oui, l'analyse de suivi devrait se poursuivre en essayant de s'assurer que la technologie est conçue pour produire les processus et les produits les moins dangereux pour répondre à tous les besoins. Cette procédure est conforme aux politiques énoncées des principales multinationales. L'accomplissement des obligations éthiques par les gouvernements et les entreprises est le meilleur moyen de garantir que les progrès technologiques liés à la santé publique se transmettent rapidement dans le monde entier.

                                                                                                                          Les nouveaux grands projets dans les pays en développement impliquent généralement la participation d'investisseurs étrangers multinationales. Les directives d'accompagnement (tableau 1) ont été publiées par Greenpeace et Third World Network (Malaisie), détaillant les informations que les gouvernements peuvent demander aux investisseurs étrangers (Bruno 1994). Dans la mesure où les informations sur la technologie et ses risques ne sont pas soumises par les investisseurs étrangers potentiels, les gouvernements peuvent et doivent prendre des mesures pour obtenir des informations à son sujet de manière indépendante.

                                                                                                                           


                                                                                                                           

                                                                                                                          Tableau 1. Informations des investisseurs étrangers pour l'examen environnemental

                                                                                                                          A. L'investisseur étranger doit fournir une analyse d'impact environnemental du projet proposé, y compris :

                                                                                                                          1. liste de toutes les matières premières, intermédiaires, produits et déchets (avec organigramme)

                                                                                                                          2. liste de toutes les normes de santé et de sécurité au travail et des normes environnementales (rejets d'effluents d'eaux usées, taux d'émission atmosphérique pour tous les polluants atmosphériques, description détaillée et taux de génération de déchets solides ou d'autres déchets à éliminer sur le sol ou par incinération)

                                                                                                                          3. plan de contrôle de tous les risques pour la santé et la sécurité au travail dans l'exploitation, le stockage et le transport des matières premières, produits et déchets potentiellement dangereux

                                                                                                                          4. copie des directives de la société de l'investisseur étranger pour la réalisation d'analyses d'impact sur l'environnement et la santé et la sécurité au travail pour les nouveaux projets

                                                                                                                          5. fiches de données de sécurité du fabricant sur toutes les substances concernées.

                                                                                                                           

                                                                                                                          B. L'investisseur étranger doit fournir des informations complètes sur les emplacements, l'âge et les performances des usines existantes et des usines fermées au cours des cinq dernières années dans lesquelles l'investisseur étranger détient une propriété partielle ou totale, où des procédés et produits similaires sont utilisés, y compris :

                                                                                                                          1. liste de toutes les normes de santé et sécurité au travail et normes environnementales applicables, y compris les exigences légales (normes, lois, règlements) et les normes et pratiques volontaires des entreprises pour le contrôle des risques professionnels et environnementaux de toutes sortes

                                                                                                                          2. description de tous les cas d'invalidité permanente et/ou totale subis ou prétendument subis par les travailleurs, y compris les demandes d'indemnisation des travailleurs

                                                                                                                          3. explication de toutes les amendes, pénalités, citations, violations, accords réglementaires et réclamations civiles en dommages-intérêts impliquant des questions de santé et de sécurité environnementales et professionnelles ainsi que des dangers ou des dommages attribués à la commercialisation et au transport des produits de ces entreprises

                                                                                                                          4. description du pourcentage de propriété de l'investisseur étranger et de l'implication technologique dans chaque emplacement de l'usine et informations similaires pour les autres partenaires et fournisseurs de technologie

                                                                                                                          5. noms et adresses des autorités gouvernementales qui réglementent ou supervisent la santé et la sécurité environnementales et professionnelles pour chaque emplacement de l'usine

                                                                                                                          6. explication des cas où l'impact environnemental d'une usine a fait l'objet de controverses au sein de la communauté locale ou avec les autorités réglementaires, y compris la description des pratiques critiquées et la manière dont les critiques ont été résolues dans chaque cas

                                                                                                                          7. des copies, avec résumé, de tous les audits et rapports d'inspection en matière de santé et de sécurité au travail et d'environnement de l'entreprise pour chaque emplacement, y compris ces audits et rapports de consultants

                                                                                                                          8. copies des rapports de sécurité, des rapports d'évaluation des dangers et des rapports d'analyse des risques réalisés avec une technologie similaire par l'investisseur étranger et ses consultants

                                                                                                                          9. des copies des formulaires de rejet de produits toxiques qui ont été soumis à des organismes gouvernementaux (par exemple, l'Agence américaine de protection de l'environnement ou des agences similaires dans d'autres pays) au cours des cinq dernières années, pour tous les emplacements de l'usine

                                                                                                                          10.toute information jugée pertinente par l'investisseur étranger.

                                                                                                                           

                                                                                                                          C. L'investisseur étranger doit soumettre une déclaration de politique d'entreprise sur la santé, la sécurité et la performance environnementale des opérations mondiales. Cela doit inclure la politique de l'entreprise sur les lois, règlements, normes, lignes directrices et pratiques pour les nouveaux projets industriels et installations de production. L'investisseur étranger doit expliquer comment sa politique globale est mise en œuvre en : décrivant le personnel responsable de la mise en œuvre de cette politique, son autorité et ses responsabilités, et sa position dans la structure de l'entreprise de l'investisseur étranger. Ces descriptions comprendront également le nom, l'adresse et le numéro de téléphone des cadres supérieurs de la direction de l'entreprise en charge de cette fonction d'état-major. L'investisseur étranger doit déclarer s'il suit les mêmes normes dans le monde entier pour la protection des travailleurs et de l'environnement dans tous les nouveaux projets ; et si non, expliquez pourquoi.

                                                                                                                          D. L'investisseur étranger s'engage à fournir au pays en développement un accès immédiat à l'installation industrielle proposée à tout moment pendant son exploitation pour effectuer des inspections, surveiller l'exposition des travailleurs aux dangers et échantillonner les rejets de pollution.

                                                                                                                          E. L'investisseur étranger s'engage à former pleinement tous les employés exposés à des risques professionnels potentiels, y compris une formation sur les effets potentiels sur la santé de toutes les expositions et les mesures de contrôle les plus efficaces.

                                                                                                                          F. L'investisseur étranger s'engage à fournir au pays en développement un équipement pour analyser les expositions sur le lieu de travail et la génération de polluants, y compris, mais sans s'y limiter, toutes les limites spécifiées dans A(2) ci-dessus, pour la durée de vie du projet proposé. L'investisseur étranger doit accepter que le projet proposé paiera au gouvernement du pays en développement le coût de toute la surveillance médicale et de l'exposition pendant la durée de vie du projet proposé.

                                                                                                                          G. L'investisseur étranger s'engage à ce que le projet proposé indemnise intégralement toute personne dont la santé, la capacité de gain ou les biens sont lésés en raison des risques professionnels et des impacts environnementaux du projet, tels que déterminés par le gouvernement du pays en développement.

                                                                                                                          H. L'investisseur étranger doit suivre des garanties commerciales aussi restrictives que celles qu'il applique partout dans le monde, pour s'assurer que les travailleurs et les membres du public ne soient pas lésés du fait de l'utilisation de ses produits.

                                                                                                                          I.    Si l'investisseur étranger prend connaissance d'un risque substantiel d'atteinte à la santé ou à l'environnement à cause d'une substance qu'il fabrique ou vend dans le pays en développement, risque non connu et divulgué au moment de la présente demande, l'investisseur étranger s'engage à notifier le l'organisme de protection du gouvernement du pays en développement immédiatement d'un tel risque. (Ceci est similaire aux exigences de la section 8e de la Toxic Substances Control Act des États-Unis.)

                                                                                                                          J. L'investisseur étranger doit fournir les noms, titres, adresses, numéros de téléphone et de télécopieur de ses hauts responsables de l'entreprise chargés de la mise en œuvre des politiques environnementales et professionnelles et de sécurité et de santé, y compris la conception et l'exploitation de l'usine, les inspections d'entreprise et les examens des performances de l'usine et la gestion responsable des produits. .

                                                                                                                          Source : Bruno 1994.

                                                                                                                           


                                                                                                                           

                                                                                                                          Les risques industriels ne sont pas la seule raison pour laquelle les pays souhaitent effectuer des études d'impact sur l'environnement, et les projets industriels ne sont pas les seuls à justifier un tel examen. L'importation et l'utilisation généralisée de technologies énergivores pour la fabrication de réfrigérateurs, de moteurs électriques et d'éclairage ont causé d'importants problèmes. Dans de nombreux pays, la production d'électricité pouvait difficilement répondre à la demande, même si l'efficacité énergétique était un critère d'évaluation des nouvelles technologies et de conception des bâtiments commerciaux. L'inefficacité énergétique pose des problèmes majeurs dans le développement, y compris le coût de la construction et de l'exploitation d'une capacité de production d'électricité excessive, la pollution et les freins à l'expansion causés par des alimentations électriques non fiables et des pannes. L'efficacité énergétique pourrait libérer d'énormes ressources pour répondre aux besoins de base au lieu de construire et d'exploiter des centrales électriques inutiles.

                                                                                                                          Conclusion

                                                                                                                          Les sociétés multinationales sont les mieux placées pour déterminer quels types de technologie seront transférés vers les pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et d'Europe orientale et centrale. Les grandes entreprises ont l'obligation éthique et morale de mettre en œuvre rapidement des politiques mondiales visant à éliminer les doubles standards en matière de santé publique et d'environnement. La vie des générations présentes et futures sera considérablement affectée par le taux de transfert de technologies améliorées et moins dangereuses à travers le monde.

                                                                                                                          Les gouvernements, en outre, ont le devoir éthique de filtrer de manière indépendante et critique les projets industriels et commerciaux. Ce rôle est mieux rempli en effectuant des analyses approfondies des technologies et des entreprises impliquées. La crédibilité et l'efficacité du processus d'examen dépendront grandement de la transparence du processus et de la participation du public à celui-ci.

                                                                                                                          Les citations de sources d'entreprise sont basées sur des rapports publiés dans des revues spécialisées en chimie et des communications à l'auteur

                                                                                                                           

                                                                                                                          Noir

                                                                                                                          Les pertes pour la société dues aux accidents et aux maladies liés au travail sont très importantes, mais aucune société ne peut se permettre d'empêcher toutes ces pertes. En raison de la rareté des ressources, des investissements limités doivent être ciblés avec soin pour obtenir « le meilleur rapport qualité-prix ». Le simple chiffrage des maladies professionnelles ne facilite pas le ciblage des investissements. Une évaluation économique appropriée peut être utile si elle est bien conçue et exécutée. Les résultats d'une telle évaluation peuvent être utilisés, avec une appréciation critique appropriée de la pratique des évaluations, pour éclairer les choix d'investissement. L'évaluation économique ne déterminera pas et ne devrait pas déterminer les décisions d'investissement. De telles décisions seront le produit de valeurs économiques, politiques et sociales. Comme Fuchs (1974) l'a soutenu :

                                                                                                                          À l'origine de la plupart de nos problèmes de santé majeurs se trouvent choix de valeur. Quel genre de personnes sommes-nous ? Quel genre de vie voulons-nous mener ? Quelle société voulons-nous construire pour nos enfants et petits-enfants ? Quel poids voulons-nous accorder à la liberté individuelle ? Combien à l'égalité ? A combien s'élève le progrès matériel ? Combien au domaine de l'esprit? Quelle est l'importance de notre propre santé pour nous? À quel point la santé de notre voisin est-elle importante pour nous? Les réponses que nous donnons à ces questions, ainsi que les conseils que nous recevons de l'économie, façonneront et devraient façonner la politique des soins de santé.

                                                                                                                          Une décision de réglementer l'industrie minière afin que moins de travailleurs soient tués ou mutilés apportera, si elle réussit, des avantages pour la santé de la main-d'œuvre. Ces avantages ont cependant des coûts associés. Dans des situations réelles, l'augmentation des coûts d'amélioration de la sécurité fera grimper les prix et réduira les ventes sur les marchés mondiaux concurrentiels et peut inciter les employeurs à s'écarter des réglementations. Un tel écart peut être toléré par les syndicats et leurs membres, qui peuvent préférer une application imparfaite des lois sur la santé et la sécurité si cela améliore les revenus et les perspectives d'emploi.

                                                                                                                          L'objectif de l'analyse économique en santé au travail est de faciliter l'identification du niveau d'investissement dans la sécurité qui est efficace. L'efficacité signifie que les coûts d'en faire un peu plus (le coût marginal) pour améliorer la sécurité sont égaux aux avantages (les rendements marginaux en termes d'amélioration de la santé et du bien-être résultent de la réduction des risques). Les aspects économiques de la santé et de la sécurité au travail sont au cœur de la prise de décision à tous les niveaux : l'atelier, l'entreprise, l'industrie et la société. Se comporter comme si tous les risques sur le lieu de travail pour la santé des travailleurs pouvaient être éradiqués peut être inefficace. Les risques doivent être éliminés là où cela est rentable. Mais certains risques sont rares et trop coûteux à éradiquer : ils doivent être tolérés et lorsque ces événements rares nuisent au bien-être des travailleurs, ils doivent être acceptés comme malheureux mais efficaces. Il existe un niveau optimal de risque professionnel au-delà duquel les coûts de réduction des risques dépassent les bénéfices. L'investissement dans la sécurité au-delà de ce point générera des avantages en matière de sécurité qui ne devraient être achetés que si la société est prête à agir de manière inefficace. Il s'agit d'une décision de politique sociale.

                                                                                                                          Types d'analyse économique

                                                                                                                          Analyse de coût

                                                                                                                          L'analyse des coûts implique l'identification, la mesure et l'évaluation des conséquences sur les ressources des accidents du travail et des maladies professionnelles. De telles descriptions éclairent l'ampleur du problème mais n'informent pas les décideurs sur laquelle des nombreuses interventions concurrentes de tous ceux qui régissent et réglementent l'environnement de travail est la plus efficace.

                                                                                                                          Un bel exemple en est une étude britannique sur les coûts économiques des accidents du travail et des maladies liées au travail (Davies et Teasdale 1994). En 1990, 1.6 million d'accidents du travail ont été signalés et 2.2 millions de personnes ont souffert de problèmes de santé causés ou aggravés par l'environnement de travail. À la suite des événements, 20,000 30 personnes ont été obligées d'arrêter de travailler et 5.2 millions de journées de travail ont été perdues. La perte de revenus et de bien-être pour les victimes et leurs familles a été estimée à 4.4 milliards de livres sterling. La perte pour les employeurs se situait entre 9.4 et 10.9 milliards de livres sterling. La perte pour la société dans son ensemble était de 16.3 à 1 milliards de livres sterling (voir tableau XNUMX). Les auteurs du rapport britannique ont noté que si le nombre d'accidents et de maladies professionnelles signalés avait diminué, les coûts estimés étaient plus élevés.

                                                                                                                          Tableau 1. Coûts pour l'économie britannique des accidents du travail et de la santé liée au travail (1990 millions de livres sterling)

                                                                                                                          Coûts pour les victimes individuelles et leurs familles

                                                                                                                          Coûts pour leurs employeurs

                                                                                                                          Coûts pour la société dans son ensemble

                                                                                                                          Perte de revenu

                                                                                                                          (M£)

                                                                                                                          Coûts de production supplémentaires

                                                                                                                          (M£)

                                                                                                                          Sortie perdue

                                                                                                                          (M£)

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          376

                                                                                                                          579

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          336

                                                                                                                          230

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          1,365

                                                                                                                          1,908

                                                                                                                           

                                                                                                                          Dommages et pertes dans les accidents

                                                                                                                          Coûts des ressources : Dommages lors d'accidents

                                                                                                                           

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Non-blessure

                                                                                                                          Assurance

                                                                                                                          15-140

                                                                                                                          2,152-6,499

                                                                                                                          505

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Non-blessure

                                                                                                                          Assuré

                                                                                                                          15-140

                                                                                                                          2,152-6,499

                                                                                                                          430

                                                                                                                           

                                                                                                                          Traitement médical

                                                                                                                                 

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          58-244

                                                                                                                          58-219

                                                                                                                           

                                                                                                                          Administration/recrutement

                                                                                                                          Administratif, etc...

                                                                                                                             

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          Non-blessure

                                                                                                                          58-69

                                                                                                                          79-212

                                                                                                                          307-712

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          Non-blessure

                                                                                                                          132-143

                                                                                                                          163-296

                                                                                                                          382-787

                                                                                                                          Perte de bien-être

                                                                                                                          Perte de bien-être

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          1,907

                                                                                                                          2,398

                                                                                                                          Responsabilité de l'employeur

                                                                                                                          Assurance

                                                                                                                          750

                                                                                                                          Blessure

                                                                                                                          Maladie

                                                                                                                          1,907

                                                                                                                          2,398

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          5,260

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          4,432-9,453

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          10,968-16,336

                                                                                                                          Moins : indemnité de l'assurance responsabilité civile des employeurs

                                                                                                                          650

                                                                                                                                 

                                                                                                                          Total net

                                                                                                                          4,610

                                                                                                                           

                                                                                                                          Source : Davies et Teasdale 1994.

                                                                                                                          Les coûts étaient plus élevés que ceux signalés dans les études précédentes en raison de techniques révisées d'estimation de la perte de bien-être et de meilleures sources d'information. L'élément d'information central dans ce type d'exercice d'établissement des coûts est l'épidémiologie des accidents du travail et des maladies professionnelles. Comme dans tous les autres domaines de l'analyse des coûts sociaux (par exemple, l'alcool — voir McDonnell et Maynard 1985), la mesure du volume des événements tend à être médiocre. Certains (combien ?) d'accidents ne sont pas signalés. Le lien entre la maladie et le lieu de travail peut être évident dans certains cas (par exemple, les maladies liées à l'amiante) mais incertain dans d'autres cas (par exemple, les maladies cardiaques et les facteurs de risque professionnels). Il est donc difficile d'identifier le volume des événements liés au travail.

                                                                                                                          Le coût de ces événements qui sont identifiés est également problématique. Si le stress au travail conduit à l'alcoolisme et au licenciement, comment évaluer les effets de ces événements sur la famille ? Si un accident du travail cause une douleur à vie, comment l'évaluer ? De nombreux coûts peuvent être identifiés, certains peuvent être mesurés, mais souvent une part considérable des coûts qui sont mesurés et même quantifiés ne peuvent être valorisés.

                                                                                                                          Avant que trop d'efforts ne soient consacrés au chiffrage des événements de santé liés au travail, il est essentiel d'être certain de la finalité de ces travaux et de la valeur d'une grande précision. Le coût des accidents et des maladies professionnelles n'éclaire pas la prise de décision sur les investissements dans la prévention de tels événements, car il ne dit rien aux gestionnaires sur les coûts et les avantages de faire un peu plus ou un peu moins de cette activité de prévention. Le coût des événements liés aux maladies professionnelles peut identifier les pertes de section (pour l'individu, la famille et l'employeur) et les coûts pour la société. Un tel travail n'informe pas l'activité de prévention. L'information pertinente pour de tels choix ne peut être tirée que d'une évaluation économique.

                                                                                                                          Les principes de l'évaluation économique

                                                                                                                          Il existe quatre types d'évaluation économique : l'analyse de minimisation des coûts, l'analyse coûts-avantages, l'analyse coût-efficacité et l'analyse coût-utilité. Les caractéristiques de ces approches sont décrites dans le tableau 2.

                                                                                                                          Tableau 2. Types d'évaluation économique

                                                                                                                           

                                                                                                                          Prix

                                                                                                                          mesures

                                                                                                                          Mesure des résultats : quoi ?

                                                                                                                          Mesure des résultats :

                                                                                                                          Comment valorisé ?

                                                                                                                          Analyse de minimisation des coûts

                                                                                                                          £

                                                                                                                          Supposé identique

                                                                                                                          Aucun

                                                                                                                          L'analyse coûts-avantages

                                                                                                                          £

                                                                                                                          Tous les effets produits par l'alternative

                                                                                                                          Livres

                                                                                                                          Analyse coût-efficacité

                                                                                                                          £

                                                                                                                          Variable spécifique commune unique atteinte à des degrés divers

                                                                                                                          Unités communes (par exemple, années de vie)

                                                                                                                          Analyse coût utilité

                                                                                                                          £

                                                                                                                          Effets des thérapies concurrentes et atteints à des niveaux différents

                                                                                                                          QALY ou DALY

                                                                                                                           

                                                                                                                          In analyse de minimisation des coûts (CMA), on suppose que l'effet de résultat est identique dans chacune des alternatives comparées. Ainsi, nous pouvons avoir deux interventions pour réduire les effets cancérigènes d'un processus de production, et les données techniques et autres montrent que les effets sont identiques en termes d'exposition et de réduction du cancer. La CMA peut être utilisée pour chiffrer les stratégies alternatives afin d'identifier l'alternative la moins chère.

                                                                                                                          De toute évidence, l'hypothèse d'effets identiques est forte et ne sera probablement pas satisfaite dans la plupart des cas d'investissement ; par exemple, les effets des stratégies alternatives de sécurité sur la durée et la qualité de la vie des travailleurs seront inégaux. Dans ce cas, des méthodes d'évaluation alternatives doivent être utilisées.

                                                                                                                          La plus ambitieuse de ces méthodes est l'analyse coûts-avantages (ABC). Cela demande à l'analyste d'identifier, de mesurer et d'évaluer à la fois les coûts et les avantages des stratégies alternatives de prévention en termes d'une mesure monétaire commune. L'évaluation des coûts de tels investissements peut être difficile. Cependant, ces problèmes ont tendance à être légers par rapport à l'évaluation monétaire des avantages de tels investissements : combien vaut une blessure évitée ou une vie sauvée ? En raison de ces difficultés, l'ACA n'a pas été largement utilisée dans les domaines des accidents et de la santé.

                                                                                                                          Une forme plus restreinte d'évaluation économique, analyse coût-efficacité (CEA), a été largement utilisé dans le domaine de la santé. (CEA) a été développé par l'armée américaine, dont les analystes ont adopté la mesure notoire de l'effet, le « décompte des corps », et ont ensuite cherché à identifier quel était le moyen le moins cher d'atteindre un décompte des corps ennemis donné (c'est-à-dire, quels étaient les coûts relatifs de barrages d'artillerie, bombardements au napalm, charges d'infanterie, avances de chars et autres « investissements » pour obtenir un effet de mortalité cible sur l'ennemi).

                                                                                                                          Ainsi, dans l'ACE, il existe généralement une simple mesure d'effet spécifique au secteur, et les coûts pour atteindre différents niveaux de réduction, par exemple, des événements sur le lieu de travail ou de la mortalité au travail peuvent ainsi être calculés.

                                                                                                                          La limite de l'approche ACE est que les mesures d'effet peuvent ne pas être généralisables, c'est-à-dire qu'une mesure utilisée dans un secteur (par exemple, réduire l'exposition à l'amiante) peut ne pas être utilisable dans un autre domaine (par exemple, réduire les taux d'accidents électriques dans le secteur de l'électricité). secteur de la distribution). Ainsi, l'ACE peut éclairer la prise de décision dans un domaine particulier mais ne générera pas d'informations d'évaluation pour élucider les coûts et les effets des choix d'investissement dans un large éventail de stratégies de prévention.

                                                                                                                          Analyse coût utilité (CUA) a été conçue pour surmonter ce problème en utilisant une mesure d'effet générique, telle qu'une année de vie ajustée sur la qualité (QALY) ou une année de vie ajustée sur l'incapacité (DALY) (voir Williams 1974 et World Bank Report on Health 1993, par exemple). Les techniques CUA peuvent être utilisées pour identifier les effets coût/QALY des stratégies alternatives et ces informations peuvent éclairer les stratégies d'investissement dans la prévention de manière plus complète.

                                                                                                                          L'utilisation des techniques d'évaluation économique dans les soins de santé est bien établie, bien que leur utilisation en médecine du travail soit plus limitée. Ces techniques, étant donné les difficultés de mesurer et d'évaluer à la fois les coûts et les avantages (par exemple, les QALY), sont utiles, sinon essentielles, pour éclairer les choix d'investissement dans la prévention. Il est extraordinaire qu'ils soient trop rarement utilisés et que, par conséquent, l'investissement soit déterminé « par supposition et par Dieu » plutôt que par une mesure minutieuse dans un cadre analytique convenu.

                                                                                                                          La pratique de l'évaluation économique

                                                                                                                          Comme dans tous les autres domaines d'activité scientifique, il existe un écart entre les principes de l'évaluation économique et sa pratique. Ainsi, lors de l'utilisation d'études sur les aspects économiques des accidents du travail et des maladies professionnelles, il est essentiel d'évaluer les évaluations avec prudence ! Les critères pour juger du mérite des évaluations économiques sont établis depuis longtemps (par exemple, Drummond, Stoddart et Torrance 1987 et Maynard 1990). Un pionnier dans ce travail, Alan Williams, a dressé la liste suivante de questions pertinentes il y a plus de deux décennies (Williams 1974) :

                                                                                                                          • Quelle est précisément la question à laquelle l'étude tentait de répondre ?
                                                                                                                          • Quelle est la question à laquelle il a réellement répondu?
                                                                                                                          • Quels sont les objectifs supposés de l'activité étudiée ?
                                                                                                                          • Par quelles mesures sont-elles représentées ?
                                                                                                                          • Comment sont-ils pondérés ?
                                                                                                                          • Permettent-elles de dire si les objectifs sont atteints ?
                                                                                                                          • Quelle gamme d'options a été envisagée?
                                                                                                                          • Quelles autres options aurait-il pu y avoir?
                                                                                                                          • Ont-ils été rejetés, ou non pris en compte, pour de bonnes raisons ?
                                                                                                                          • Leur inclusion aurait-elle été susceptible de modifier les résultats ?
                                                                                                                          • Quelqu'un qui n'a pas été pris en compte dans l'analyse est-il susceptible d'être affecté ?
                                                                                                                          • Si oui, pourquoi sont-ils exclus ?
                                                                                                                          • La notion de coût va-t-elle plus loin ou plus loin que les dépenses de l'agence concernée ?
                                                                                                                          • Si non, est-il clair que ces dépenses couvrent toutes les ressources utilisées et représentent avec précision leur valeur si elles sont libérées pour d'autres usages ?
                                                                                                                          • Si oui, la ligne est-elle tracée de manière à inclure tous les bénéficiaires et perdants potentiels, et les ressources sont-elles chiffrées à leur valeur dans leur meilleure utilisation alternative ?
                                                                                                                          • La synchronisation différentielle des éléments dans les flux d'avantages et de coûts est-elle convenablement prise en compte (par exemple, par actualisation) et, si oui, à quel taux ?
                                                                                                                          • En cas d'incertitude ou de marges d'erreur connues, est-il précisé à quel point le résultat est sensible à ces éléments ?
                                                                                                                          • Les résultats, dans l'ensemble, sont-ils assez bons pour le travail à accomplir ?
                                                                                                                          • Quelqu'un d'autre a-t-il fait mieux ?

                                                                                                                           

                                                                                                                          Il existe plusieurs domaines de l'évaluation économique où la pratique tend à être défectueuse. Par exemple, dans le domaine des maux de dos, qui entraînent pour la société d'importantes pertes liées aux maladies liées au travail, il existe un débat sur les traitements concurrents et leurs effets. Le traitement "à l'ancienne" pour les maux de dos était le repos au lit, mais le traitement moderne préféré est l'activité et l'exercice pour dissiper la tension musculaire qui génère la douleur (Klaber Moffett et al. 1995). Toute évaluation économique doit s'appuyer sur des connaissances cliniques, et celles-ci sont souvent incertaines. Ainsi, sans une évaluation minutieuse de la base de connaissances sur l'efficacité, la modélisation des effets économiques des interventions alternatives peut être biaisée et déroutante pour les décideurs, comme cela se produit dans le domaine des soins de santé (Freemantle et Maynard 1994).

                                                                                                                          Les évaluations économiques de haute qualité des investissements de prévention visant à réduire les maladies et les accidents liés au travail sont peu nombreuses. Comme dans le domaine de la santé en général, les études disponibles sont souvent de piètre qualité (Mason et Drummond 1995). Ainsi, acheteur méfiez-vous! Les évaluations économiques sont essentielles, mais les lacunes des pratiques actuelles sont telles que les utilisateurs de cette science doivent être en mesure d'évaluer de manière critique la base de connaissances disponible avant d'engager les ressources rares de la société.

                                                                                                                           

                                                                                                                          Noir

                                                                                                                          Les réalisations des agriculteurs chinois en matière d'industrialisation rurale et de développement des entreprises des cantons (tableau 1) ont été remarquables. Ce développement a en effet été l'opportunité la plus importante pour les populations rurales d'échapper rapidement à la pauvreté. Depuis les années soixante-dix environ, plus de 100 millions d'agriculteurs sont passés aux entreprises de canton, un nombre de travailleurs dépassant le nombre total d'employés alors dans les entreprises d'État et municipales/collectives. A l'heure actuelle, un ouvrier rural sur cinq travaille dans diverses entreprises communales. Au total, 30 à 60 % du revenu personnel net moyen total des ruraux provient de la valeur créée par les entreprises des cantons. La valeur de la production des industries des cantons représentait 30.8 % de la valeur totale de la production industrielle nationale en 1992. On prévoit que d'ici l'an 2000, plus de 140 millions d'ouvriers agricoles excédentaires, soit environ 30 % de la main-d'œuvre rurale estimée, être absorbé par les industries des cantons (Chen 1993; China Daily, 5 janvier 1993).

                                                                                                                          Tableau 1. Développement des entreprises des townships chinois

                                                                                                                           

                                                                                                                          1978

                                                                                                                          1991

                                                                                                                          Nombre d'entreprises (millions)

                                                                                                                          1.52

                                                                                                                          19

                                                                                                                          Nombre d'employés (millions)

                                                                                                                          28

                                                                                                                          96

                                                                                                                          Immobilisations (milliards de yuans RMB)

                                                                                                                          22.96

                                                                                                                          338.56

                                                                                                                          Valeur totale de la production (milliards de yuans RMB)

                                                                                                                          49.5

                                                                                                                          1,162.1

                                                                                                                           

                                                                                                                          Ce transfert rapide de la main-d'œuvre de l'agriculture vers les activités non agricoles dans les zones rurales a imposé une forte pression sur les ressources des services de santé au travail. L'enquête sur les besoins en services de santé au travail et les contre-mesures dans les industries des cantons (SOHSNCTI) dans 30 comtés de l'échantillon de 13 provinces et 2 municipalités, organisée conjointement par le ministère de la Santé publique (MOPH) et le ministère de l'Agriculture (MOA) en 1990, a montré que la plupart des entreprises des cantons n'avaient pas fourni de services de santé au travail de base (MOPH 1992). La couverture de cinq activités courantes de services de santé au travail dispensées aux entreprises communales par les établissements locaux de santé au travail (OHI) ou les postes de santé et de prévention des épidémies (HEPS) était très faible, seulement de 1.37 % à 35.64 % (tableau 2). Les services qui nécessitent des techniques compliquées ou des professionnels de la santé au travail bien formés sont particulièrement limités. Par exemple, l'inspection préventive de la santé au travail, l'examen physique des travailleurs exposés à des risques et la surveillance du lieu de travail sont manifestement insuffisants.

                                                                                                                          Tableau 2. Les couvertures de SST fournies aux industries des cantons par comté HEPS

                                                                                                                          Articles

                                                                                                                          Entreprises

                                                                                                                          Entreprises couvertes par la SST

                                                                                                                          %

                                                                                                                          Inspection préventive OH

                                                                                                                          7,716

                                                                                                                          106

                                                                                                                          1.37

                                                                                                                          Visite guidée de l'hygiène industrielle générale

                                                                                                                          55,461

                                                                                                                          19,767

                                                                                                                          35.64

                                                                                                                          Surveillance des risques professionnels

                                                                                                                          55,461

                                                                                                                          2,164

                                                                                                                          3.90

                                                                                                                          Examen physique du travailleur

                                                                                                                          55,461

                                                                                                                          1,494

                                                                                                                          2.69

                                                                                                                          Aide à la mise en place de la tenue des dossiers OH

                                                                                                                          55,461

                                                                                                                          16,050

                                                                                                                          28.94

                                                                                                                           

                                                                                                                          Parallèlement, la tendance est à l'aggravation des problèmes de santé au travail dans les entreprises rurales. Premièrement, l'enquête a montré que 82.7 % des entreprises industrielles rurales présentaient au moins un type de risque professionnel sur le lieu de travail. Les travailleurs exposés à au moins un type de danger représentent 33.91 % des ouvriers. Les échantillons d'air de plomb, d'analogues du benzène, de chrome, de poussière de silice, de poussière de charbon et de poussière d'amiante sur 2,597 1,438 chantiers dans 40.82 3 entreprises ont indiqué que le taux de conformité total était de 7.31 % (tableau 28.57) ; les taux de conformité vis-à-vis des poussières sont très faibles : 0.00 % pour la silice, 1,155 % pour les poussières de charbon et 32.96 % pour l'amiante. Le taux de conformité total pour le bruit dans 4 4.36 entreprises était de 11.42 %. Des examens physiques pour les travailleurs exposés à plus de sept dangers ont été effectués (tableau 29,000). La prévalence totale des maladies professionnelles causées uniquement par des expositions à ces sept types de risques était de 78 %, bien supérieure à la prévalence totale des maladies professionnelles indemnisables dans les entreprises publiques. Il y avait encore 5 % de travailleurs exposés soupçonnés d'avoir des maladies professionnelles. Ensuite, les industries dangereuses continuent de se déplacer des zones urbaines vers les zones rurales, et des entreprises publiques vers les entreprises des communes. La plupart des travailleurs de ces industries étaient agriculteurs avant d'être employés et manquaient d'éducation. Même les employeurs et les managers ont encore très peu d'éducation. Une enquête portant sur 60 2000 entreprises du canton a indiqué que XNUMX % des employeurs et des dirigeants n'avaient qu'un niveau d'études secondaires ou primaires et que certains d'entre eux étaient simplement analphabètes (tableau XNUMX). Au total, XNUMX % des employeurs et des gestionnaires n'étaient pas au courant des exigences gouvernementales en matière de santé au travail. Il prévoit que la prévalence des maladies professionnelles dans les industries rurales augmentera et atteindra un pic d'ici l'an XNUMX.

                                                                                                                          Tableau 3. Les taux de conformité de six aléas sur les chantiers

                                                                                                                          Dangers1

                                                                                                                          Entreprises

                                                                                                                          Chantiers surveillés

                                                                                                                          Chantiers conformes

                                                                                                                          Taux de conformité (%)2

                                                                                                                          Plomb

                                                                                                                          177

                                                                                                                          250

                                                                                                                          184

                                                                                                                          73.60

                                                                                                                          Analogues du benzène

                                                                                                                          542

                                                                                                                          793

                                                                                                                          677

                                                                                                                          85.37

                                                                                                                          Chrome

                                                                                                                          56

                                                                                                                          64

                                                                                                                          61

                                                                                                                          95.31

                                                                                                                          Poussière de silice

                                                                                                                          589

                                                                                                                          1,338

                                                                                                                          98

                                                                                                                          7.31

                                                                                                                          Poussière de charbon

                                                                                                                          68

                                                                                                                          140

                                                                                                                          40

                                                                                                                          28.57

                                                                                                                          Poussière d'amiante

                                                                                                                          6

                                                                                                                          12

                                                                                                                          0

                                                                                                                          0.00

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          1,438

                                                                                                                          2,597

                                                                                                                          1,060

                                                                                                                          40.82

                                                                                                                          1 Le mercure n'a pas été trouvé dans les zones d'échantillonnage.
                                                                                                                          2 Le taux de conformité pour le bruit était de 32.96 % ; voir le texte pour plus de détails.

                                                                                                                           

                                                                                                                          Tableau 4. Les taux détectables de maladies professionnelles

                                                                                                                          Maladies professionnelles

                                                                                                                          Personnes contrôlées

                                                                                                                          Pas de maladie

                                                                                                                          Avec la maladie

                                                                                                                          Maladie suspectée

                                                                                                                           

                                                                                                                          No.

                                                                                                                          No.

                                                                                                                          %

                                                                                                                          No.

                                                                                                                          %

                                                                                                                          No.

                                                                                                                          %

                                                                                                                          Silicose

                                                                                                                          6,268

                                                                                                                          6,010

                                                                                                                          95.88

                                                                                                                          75

                                                                                                                          1.20

                                                                                                                          183

                                                                                                                          2.92

                                                                                                                          Pneumoconiose des travailleurs du charbon

                                                                                                                          1,653

                                                                                                                          1,582

                                                                                                                          95.70

                                                                                                                          18

                                                                                                                          1.09

                                                                                                                          53

                                                                                                                          3.21

                                                                                                                          L'asbestose

                                                                                                                          87

                                                                                                                          66

                                                                                                                          75.86

                                                                                                                          3

                                                                                                                          3.45

                                                                                                                          18

                                                                                                                          20.69

                                                                                                                          Intoxication chronique au plomb

                                                                                                                          1,085

                                                                                                                          800

                                                                                                                          73.73

                                                                                                                          45

                                                                                                                          4.15

                                                                                                                          240

                                                                                                                          22.12

                                                                                                                          Empoisonnement aux analogues du benzène1

                                                                                                                          3,071

                                                                                                                          2,916

                                                                                                                          94.95

                                                                                                                          16

                                                                                                                          0.52

                                                                                                                          139

                                                                                                                          4.53

                                                                                                                          Intoxication chronique au chrome

                                                                                                                          330

                                                                                                                          293

                                                                                                                          88.79

                                                                                                                          37

                                                                                                                          11.21

                                                                                                                          -

                                                                                                                          -

                                                                                                                          Perte auditive due au bruit

                                                                                                                          6,453

                                                                                                                          4,289

                                                                                                                          66.47

                                                                                                                          6332

                                                                                                                          9.81

                                                                                                                          1,5313

                                                                                                                          23.73

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          18,947

                                                                                                                          15,956

                                                                                                                          84.21

                                                                                                                          827

                                                                                                                          4.36

                                                                                                                          2,164

                                                                                                                          11.42

                                                                                                                          1 Benzène, toluène et xylène, mesurés séparément.
                                                                                                                          2 Déficience auditive en fréquence sonore.
                                                                                                                          3 Déficience auditive en haute fréquence.

                                                                                                                           

                                                                                                                          Tableau 5. Répartition des travaux dangereux et formation des employeurs

                                                                                                                          Éducation des employeurs

                                                                                                                          Nombre total des entreprises

                                                                                                                          (1)

                                                                                                                          Entreprises avec travail dangereux

                                                                                                                          (2)

                                                                                                                          Cols bleus

                                                                                                                          (3)

                                                                                                                          Travailleurs exposés

                                                                                                                          (4)

                                                                                                                          Entreprises dangereuses (%)

                                                                                                                          (2) / (1)

                                                                                                                          Travailleurs exposés (%)

                                                                                                                          (4) / (3)

                                                                                                                          Analphabétisme

                                                                                                                          239

                                                                                                                          214

                                                                                                                          8,660

                                                                                                                          3,626

                                                                                                                          89.54

                                                                                                                          41.87

                                                                                                                          École primaire

                                                                                                                          6,211

                                                                                                                          5,159

                                                                                                                          266,814

                                                                                                                          106,076

                                                                                                                          83.06

                                                                                                                          39.76

                                                                                                                          Collège junior

                                                                                                                          16,392

                                                                                                                          13,456

                                                                                                                          978,638

                                                                                                                          338,450

                                                                                                                          82.09

                                                                                                                          34.58

                                                                                                                          Lycée technique moyen

                                                                                                                          582

                                                                                                                          486

                                                                                                                          58,849

                                                                                                                          18,107

                                                                                                                          83.51

                                                                                                                          30.77

                                                                                                                          Collège supérieur

                                                                                                                          5,180

                                                                                                                          4,324

                                                                                                                          405,194

                                                                                                                          119,823

                                                                                                                          83.47

                                                                                                                          29.57

                                                                                                                          Universités

                                                                                                                          642

                                                                                                                          544

                                                                                                                          74,750

                                                                                                                          21,840

                                                                                                                          84.74

                                                                                                                          29.22

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          29,246

                                                                                                                          24,183

                                                                                                                          1,792,905

                                                                                                                          607,922

                                                                                                                          82.69

                                                                                                                          33.91

                                                                                                                           

                                                                                                                          Le défi de la migration massive de la main-d'œuvre

                                                                                                                          La main-d'œuvre sociale en Chine en 1992 était de 594.32 millions, dont 73.7 % étaient classés comme ruraux (National Statistics Bureau 1993). On rapporte qu'un tiers des 440 millions de travailleurs ruraux du pays sont en réalité au chômage (China Daily, 7 décembre 1993). Le vaste excédent de main-d'œuvre qui a largement dépassé le bassin d'employabilité dans les industries rurales migre vers les zones urbaines. Le mouvement massif d'agriculteurs vers les zones urbaines au cours des dernières années, particulièrement important depuis le début des années 1990, a été le grand défi pour les gouvernements centraux et locaux. Par exemple, dans la première moitié de 1991, seuls 200,000 1993 agriculteurs ont quitté leur ville natale dans la province du Jiangxi, mais en XNUMX, plus de trois millions ont suivi la marée, ce qui représentait un cinquième des ouvriers ruraux de la province (China Daily, 21 mai 1994). Sur la base des statistiques de l'État, il a été prédit que 250 millions de travailleurs ruraux arriveraient sur le marché du travail urbain d'ici la fin du siècle (China Daily, 25 novembre 1993). En outre, environ 20 millions de jeunes atteignent chaque année l'âge légal de l'emploi dans tout le pays (Bureau national des statistiques, 1993). Grâce à une urbanisation généralisée et à une large ouverture sur le monde extérieur, qui attire les investissements étrangers, davantage d'opportunités d'emploi pour les travailleurs ruraux migrants ont été créées. Les migrants sont engagés dans une plus grande variété d'activités dans les villes, y compris l'industrie, le génie civil, les transports, le commerce et les services et la plupart des travaux à haut risque ou dangereux que les citadins n'aiment pas faire. Ces travailleurs ont les mêmes antécédents personnels que ceux des entreprises des communes rurales et sont confrontés à des problèmes de santé au travail similaires. De plus, en raison de leur mobilité, il est difficile de les retrouver et les employeurs pourraient facilement échapper à leurs responsabilités en matière de santé des travailleurs. En outre, ces travailleurs sont souvent impliqués dans diverses professions dans lesquelles le risque pour la santé résultant d'expositions dangereuses peut être compliqué et il est difficile de leur fournir un accès aux services de santé au travail. Ces conditions rendent la situation plus grave.

                                                                                                                          Les problèmes de santé au travail rencontrés dans les industries à capitaux étrangers

                                                                                                                          Il y a actuellement plus de 10 millions de travailleurs nationaux dans tout le pays employés dans plus de 70,000 30 entreprises à capitaux étrangers. Les politiques préférentielles pour encourager l'investissement de capitaux étrangers, l'existence de vastes ressources naturelles et d'une main-d'œuvre bon marché attirent de plus en plus d'investisseurs. La Commission d'Etat au Plan du Conseil d'Etat a décidé d'imposer moins d'examens administratifs aux candidats. Les gouvernements locaux ont reçu plus de pouvoir pour approuver les projets d'investissement. Ceux qui impliquent un financement inférieur à XNUMX millions de dollars peuvent être décidés par les autorités locales, avec enregistrement auprès de la Commission nationale de planification, et les entreprises étrangères sont encouragées à soumissionner (China Daily, 18 mai 1994). Bien sûr, les entreprises à capitaux étrangers sont également très attrayantes pour de nombreux travailleurs chinois, principalement en raison des salaires plus élevés qu'elles peuvent gagner.

                                                                                                                          Dans le cadre de l'encouragement des investissements étrangers, des industries dangereuses ont également été transférées dans ce pays. Le MOPH et d'autres organismes connexes se préoccupent depuis longtemps de la santé au travail des travailleurs de ces secteurs. Certaines enquêtes locales ont indiqué l'ampleur du problème, qui implique une forte exposition aux risques professionnels, de longues heures de travail, de mauvaises conditions de travail, des problèmes particuliers pour les travailleuses, l'absence de protection personnelle adéquate, l'absence d'examen médical et d'éducation, l'absence d'assurance médicale et le congédiement des travailleurs touchés par des maladies professionnelles, entre autres problèmes.

                                                                                                                          L'incidence des accidents d'empoisonnement chimique a augmenté ces dernières années. Des informations de l'Institut provincial de prévention et de traitement des maladies professionnelles du Guangdong en 1992 ont rapporté que deux accidents d'empoisonnement aux solvants se sont produits simultanément dans deux usines de jouets financées à l'étranger dans la zone économique spéciale de Zhuhai, entraînant un total de 23 cas de toxicité chez les travailleurs. Parmi ceux-ci, 4 personnes ont été atteintes d'un empoisonnement au 1,2-dichloroéthane et trois d'entre elles sont décédées ; 19 autres cas présentaient une intoxication par des analogues du benzène (benzène, xylène et toluène). Ces travailleurs avaient travaillé dans les usines pendant un peu moins d'un an, certains d'entre eux pendant seulement 20 jours (Hôpital provincial de prévention et de traitement des maladies professionnelles du Guangdong, 1992). La même année, deux accidents d'empoisonnement ont été signalés dans la ville de Dalian, province du Liaoning ; l'une concernait 42 travailleurs et une autre 1,053 1992 travailleurs (Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian, 6b). Le tableau 1992 montre certaines conditions de base liées à la santé au travail dans trois zones économiques spéciales (ZES) du Guangdong et de la zone de développement économique et technologique de Dalian, étudiées par les OHI ou HEPS locaux (Dalian City Occupational Disease Prevention and Treatment Institute XNUMXb).

                                                                                                                          Tableau 6. Antécédents liés à la santé au travail dans les entreprises à capitaux étrangers

                                                                                                                          Région

                                                                                                                          Nombre d'entreprises

                                                                                                                          Nombre d'employés

                                                                                                                          Entreprises présentant des risques professionnels (%)

                                                                                                                          Travailleurs exposés (%)

                                                                                                                          Entreprises ayant OHSO1 (%)

                                                                                                                          Entreprises proposant des examens de santé (%)

                                                                                                                           

                                                                                                                          Périodique

                                                                                                                          Pré-emploi

                                                                                                                          Guangdong2

                                                                                                                          657

                                                                                                                          69,996

                                                                                                                          86.9

                                                                                                                          17.9

                                                                                                                          29.3

                                                                                                                          19.6

                                                                                                                          31.2

                                                                                                                          Dalian3

                                                                                                                          72

                                                                                                                          16,895

                                                                                                                          84.7

                                                                                                                          26.9

                                                                                                                          19.4

                                                                                                                          0.0

                                                                                                                          0.0

                                                                                                                          1 Toute forme d'organisation de santé et de sécurité au travail dans le plan, p. ex. cliniques, comité de SST, etc.
                                                                                                                          2 L'enquête de 1992, dans trois zones économiques spéciales (ZES) : Shenzhen, Zhuhai et Shantou.
                                                                                                                          3 L'enquête en 1991 dans la zone de développement économique et technologique de Dalian.

                                                                                                                           

                                                                                                                          Les employeurs des entreprises à capitaux étrangers, en particulier les petites usines de fabrication, ignorent les réglementations et les règles gouvernementales en matière de protection des droits des travailleurs, de leur santé et de leur sécurité. Seuls 19.6 % ou 31.2 % des travailleurs de trois ZES du Guongdong pouvaient passer un examen de santé (voir tableau 6). Les entreprises ne prévoyant pas d'équipements de protection individuelle pour les travailleurs exposés représentaient 49.2 % et seulement 45.4 % des entreprises accordaient des subventions d'exposition aux risques (Quotidien de la Chine, 26 novembre 1993). À Dalian, la situation était encore pire. Une autre enquête menée par le syndicat provincial du Guangdong en 1993 a indiqué que plus de 61 % des employés travaillaient plus de six jours par semaine (China Daily, 26 novembre 1993).

                                                                                                                          Les travailleuses souffrent encore plus de conditions de travail épouvantables, selon un rapport publié en juin par la Confédération panchinoise des syndicats (ACFTU). Un sondage réalisé par l'ACFTU en 1991 et 1992 auprès de 914 entreprises à capitaux étrangers a montré que les femmes représentaient 50.4 % des 160 18 employés. La proportion de femmes est plus élevée dans certaines régions ces dernières années. De nombreuses entreprises étrangères ne signaient pas de contrats de travail avec leurs employés et certaines usines embauchaient et licenciaient des ouvrières à volonté. Certains investisseurs étrangers n'employaient que des filles célibataires âgées de 25 à 15 ans, qu'ils licenciaient une fois mariées ou enceintes. Pendant ce temps, de nombreuses femmes étaient souvent obligées de faire des heures supplémentaires sans rémunération supplémentaire. Dans une usine de jouets à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong, les ouvriers, pour la plupart des femmes, devaient travailler XNUMX heures par jour. Même alors, ils n'étaient pas autorisés à prendre le dimanche ni à profiter des vacances annuelles (China Daily, 6 juillet 1994). Ce n'est pas un phénomène très rare. Les détails de l'état de santé au travail des travailleurs dans les entreprises à capitaux étrangers n'ont pas encore été communiqués. À partir des informations ci-dessus, cependant, on peut imaginer la gravité du problème.

                                                                                                                          Nouveaux problèmes dans les entreprises publiques

                                                                                                                          Afin de répondre aux exigences d'une économie de marché, les entreprises publiques, en particulier les grandes et moyennes entreprises, doivent transformer le mécanisme opérationnel traditionnel et mettre en place un système d'entreprise moderne qui définirait clairement les droits de propriété et les droits et responsabilités des entreprises et, au en même temps pousser les entreprises publiques sur le marché pour accroître leur vitalité et leur efficacité. Certaines petites entreprises publiques peuvent être louées ou vendues à des collectifs ou à des particuliers. Les réformes doivent toucher tous les aspects de l'entreprise, y compris les programmes de santé au travail.

                                                                                                                          À l'heure actuelle, la perte d'argent est un grave problème auquel sont confrontées de nombreuses entreprises publiques. On rapporte qu'environ un tiers des entreprises sont déficitaires. Les raisons à cela sont diverses. Premièrement, il existe une lourde charge fiscale et financière destinée à prendre en charge un grand nombre d'employés retraités et à fournir une multitude de prestations sociales aux travailleurs actuels. Deuxièmement, un énorme excédent de main-d'œuvre, environ 20 à 30 % en moyenne, dans une entreprise ne peut pas être libéré dans le fragile système de sécurité sociale existant. Troisièmement, le système de gestion obsolète a été adapté à l'économie planifiée traditionnelle. Quatrièmement, les entreprises publiques n'ont pas d'avantages politiques concurrentiels par rapport aux entreprises à capitaux étrangers (China Daily, 7 avril 1994).

                                                                                                                          Dans ces circonstances, la santé au travail dans les entreprises publiques tend inévitablement à s'affaiblir. Premièrement, le soutien financier aux programmes de santé a été réduit dans le cas de certaines entreprises et les institutions médicales/de santé dans les entreprises qui n'offraient auparavant des soins de santé qu'à leurs propres employés les ouvrent désormais aux communautés. Deuxièmement, certains établissements de santé en entreprise sont séparés de toute affiliation avec des entreprises dans le cadre d'un effort visant à déplacer le fardeau des coûts des entreprises publiques. Avant la mise en place du nouveau système de sécurité sociale, on craignait également que le financement des programmes de santé au travail en entreprise ne soit également affecté. Troisièmement, des technologies et des équipements obsolètes fonctionnent depuis des décennies, généralement avec des niveaux élevés d'émissions dangereuses, et ne peuvent être améliorés ou remplacés en peu de temps. Plus de 30% des chantiers des entreprises publiques et communales ne sont pas conformes aux normes nationales d'hygiène (MAC ou MAI). Quatrièmement, la mise en œuvre des réglementations ou règles de santé au travail a été affaiblie ces dernières années ; bien sûr, l'une des raisons en est l'incompatibilité entre l'ancien système de gestion de la santé au travail à l'époque de la planification centrale et la nouvelle situation de la réforme des entreprises. Cinquièmement, pour réduire le coût de la main-d'œuvre et offrir des possibilités d'emploi plus étendues, l'embauche de travailleurs temporaires ou saisonniers, dont la plupart sont des migrants des zones rurales, pour effectuer des travaux dangereux dans les entreprises publiques est devenue un phénomène courant. Beaucoup d'entre eux ne peuvent même pas obtenir l'équipement de protection individuelle le plus simple ni aucune formation en matière de sécurité de la part de leur employeur. Cela continue d'être une menace potentielle pour la santé de la population active en Chine.

                                                                                                                          Problèmes dans le système des services de santé au travail

                                                                                                                          La couverture des services de santé au travail n'est pas assez étendue. Comme mentionné ci-dessus, seuls 20% des travailleurs exposés aux risques peuvent être couverts par un examen médical périodique, dont la plupart travaillent dans des entreprises publiques. Les raisons pour lesquelles la couverture est si faible sont les suivantes :

                                                                                                                          Premièrement, le manque de ressources des services de santé au travail est l'un des principaux facteurs. C'est particulièrement le cas pour les industries rurales, qui n'ont pas la capacité de fournir elles-mêmes ces services. Les données du SOHSNCTI ont montré qu'il y avait 235 professionnels de la santé au travail dans les HEPS de comté dans 30 comtés échantillonnés. Ils doivent fournir des services de santé au travail à 170,613 3,204,576 entreprises avec 1992 1,115 20,945 employés dans ces zones (MOPH 1989). Ainsi, chaque agent de santé au travail à temps plein couvrait en moyenne 30 3.06 entreprises et 8.36 28 salariés. Il ressort également de l'enquête de 30 que les dépenses de santé de 24 gouvernements de comté représentaient 7 % des dépenses totales des gouvernements de comté. Les dépenses totales pour la prévention des maladies et l'inspection sanitaire ne représentaient que XNUMX% des dépenses totales de santé du gouvernement du comté. La fraction dépensée uniquement pour les services de santé au travail était encore plus faible. Le manque d'équipement de base pour les services de santé au travail est un gros problème dans les comtés étudiés. La disponibilité moyenne de treize catégories d'équipements dans XNUMX des XNUMX comtés n'était que de XNUMX % de l'exigence définie dans la norme nationale (tableau XNUMX).

                                                                                                                          Tableau 7. Instruments de routine pour la santé au travail dans HEPS de 28 pays en 1990, Chine

                                                                                                                          Articles

                                                                                                                          Nombre d'instruments

                                                                                                                          Nombre d'instruments requis par la norme

                                                                                                                          Pour cent (%)

                                                                                                                          Échantillonneur d'air

                                                                                                                          80

                                                                                                                          140

                                                                                                                          57.14

                                                                                                                          Échantillonneur personnel

                                                                                                                          45

                                                                                                                          1,120

                                                                                                                          4.02

                                                                                                                          Échantillonneur de poussière

                                                                                                                          87

                                                                                                                          224

                                                                                                                          38.84

                                                                                                                          Détecteur de bruit

                                                                                                                          38

                                                                                                                          28

                                                                                                                          135.71

                                                                                                                          Détecteur de vibration

                                                                                                                          2

                                                                                                                          56

                                                                                                                          3.57

                                                                                                                          Détecteur de rayonnement thermique

                                                                                                                          31

                                                                                                                          28

                                                                                                                          110.71

                                                                                                                          Spectrophotomètre (Type 721)

                                                                                                                          38

                                                                                                                          28

                                                                                                                          135.71

                                                                                                                          Spectrophotomètre (Type 751)

                                                                                                                          10

                                                                                                                          28

                                                                                                                          35.71

                                                                                                                          Mesureur de mercure

                                                                                                                          20

                                                                                                                          28

                                                                                                                          71.43

                                                                                                                          Chromatographe en phase gazeuse

                                                                                                                          22

                                                                                                                          28

                                                                                                                          78.57

                                                                                                                          Balance de pesée (1/10,000 XNUMXg)

                                                                                                                          31

                                                                                                                          28

                                                                                                                          110.71

                                                                                                                          Électrocardiographe

                                                                                                                          25

                                                                                                                          28

                                                                                                                          89.29

                                                                                                                          Test de fonction pulmonaire

                                                                                                                          7

                                                                                                                          28

                                                                                                                          25.00

                                                                                                                          Total

                                                                                                                          436

                                                                                                                          1,820

                                                                                                                          23.96

                                                                                                                           

                                                                                                                          Deuxièmement, la faible utilisation des installations de santé au travail existantes est un autre facteur. La pénurie de ressources d'une part et l'utilisation insuffisante d'autre part est le cas avec le service de santé au travail en Chine en ce moment. Même à des niveaux plus élevés, par exemple avec les OHI provinciaux, l'équipement n'est toujours pas pleinement utilisé. Les raisons en sont compliquées. Traditionnellement, la médecine du travail et divers services médicaux préventifs étaient tous financés et entretenus par le gouvernement, y compris les salaires des agents de santé, l'équipement et les bâtiments, les dépenses courantes, etc. Tous les services de santé au travail fournis par les OHI gouvernementaux étaient gratuits. Avec l'industrialisation rapide et la réforme économique depuis 1979, les besoins de la société en matière de services de santé au travail ont augmenté, et le coût de la prestation des services a en même temps augmenté rapidement, reflétant une augmentation de l'indice des prix. Les budgets des OHI du gouvernement, cependant, n'ont pas augmenté pour suivre le rythme de leurs besoins. Plus un OHI offre de services, plus il a besoin de financement. Pour promouvoir le développement des services de santé publique et répondre aux besoins sociaux croissants, le gouvernement central a institué la politique permettant au secteur de la santé publique de subventionner les paiements des services, et des dispositions ont été prises pour contrôler le prix des services de santé. En raison de la faiblesse de la législation obligatoire en matière de prestation de services de santé au travail pour les entreprises dans le passé, les OHI ont du mal à se maintenir en percevant le paiement des services.

                                                                                                                          Autres considérations politiques et tendances dans les services de santé au travail

                                                                                                                          Sans aucun doute, le service de santé au travail est l'un des problèmes les plus importants dans un pays en développement comme la Chine, qui se modernise rapidement et possède un si grand nombre de travailleurs. Tout en faisant face à de grands défis, le pays accueille aussi, en même temps, les grandes opportunités qu'offrent les réformes sociales en cours. De nombreuses expériences réussies illustrées sur la scène internationale peuvent être prises comme références. En s'ouvrant si largement au monde aujourd'hui, la Chine est disposée à absorber activement les idées et les technologies managériales avancées en matière de santé au travail du reste du monde.

                                                                                                                           

                                                                                                                          Noir

                                                                                                                          L'Organisation mondiale du commerce (OMC), créée en 1995 à la suite des négociations commerciales multilatérales du Cycle d'Uruguay, succède à l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), l'accord commercial international datant de la fin des années 1940. L'OMC est le fondement juridique et institutionnel du système commercial multilatéral mondial. Il vise à promouvoir l'ouverture du commerce international, non seulement des marchandises (comme dans le GATT), mais aussi des services et de la propriété intellectuelle. L'OMC a également pour objectif explicite de faire progresser le développement, en particulier des pays les moins avancés.

                                                                                                                          L'OMC est conçue pour promouvoir le commerce, et les questions connexes telles que la sécurité et la santé au travail ne sont abordées que dans la mesure où elles peuvent interférer avec le libre-échange. Deux accords sont pertinents. L'Accord sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires traite de la sécurité sanitaire des aliments et des réglementations zoosanitaires et phytosanitaires. Il permet aux pays de promulguer de telles réglementations, mais exige qu'elles soient fondées sur la science, appliquées uniquement dans la mesure nécessaire pour protéger la vie ou la santé humaine, animale ou végétale, et ne doivent pas établir de discrimination arbitraire entre les pays membres. Alors que les pays membres sont encouragés à fonder leurs réglementations sur les normes internationales, ils sont autorisés à établir des normes plus strictes s'il existe une justification scientifique ou s'ils ont fondé leurs normes sur une évaluation des risques appropriée. L'Accord sur les obstacles techniques au commerce renforce ces préceptes. Son objectif est d'empêcher que les règlements techniques et les normes ne constituent des obstacles inutiles au commerce. À cette fin, il existe un code de bonnes pratiques pour la promulgation des normes et une exigence selon laquelle les normes doivent être appliquées équitablement aux produits nationaux et importés.

                                                                                                                          Bien que les deux accords susmentionnés portent principalement sur les réglementations environnementales, sur la qualité des aliments et sur les produits pharmaceutiques, il est concevable qu'ils s'appliquent à la santé et à la sécurité au travail. La déclaration sommaire de la réunion de Marrakech de 1995 de l'OMC prévoyait la formation d'un groupe de travail sur les normes internationales du travail. Cependant, l'OMC a jusqu'à présent évité d'aborder la santé et la sécurité au travail, et plusieurs gouvernements membres, en particulier ceux des pays en développement, ont soutenu que la santé des travailleurs devait rester une prérogative nationale, dissociée des considérations commerciales internationales. Par conséquent, l'OMC n'a jusqu'à présent joué aucun rôle dans la promotion de la santé et de la sécurité au travail.

                                                                                                                          Europe

                                                                                                                          L'intégration économique en Europe se distingue par ses origines précoces, remontant au traité de Rome en 1957, et par l'importance que les questions sociales et politiques ont prise aux côtés des considérations économiques. En fait, l'intégration en Europe va bien au-delà de l'abaissement des barrières commerciales ; il comprend également la libre circulation des travailleurs (et bientôt des personnes en général), la promulgation de lois et règlements transnationaux contraignants et la création d'une bureaucratie transnationale dotée d'un soutien financier important. En conséquence, la santé au travail a fait l'objet d'une attention considérable.

                                                                                                                          La Communauté économique européenne (CEE), ou Marché commun, a été créée par le traité de Rome en 1957. Ce traité a commencé à lever les barrières commerciales entre les pays membres et a établi la structure organisationnelle de la CEE. La Commission des Communautés européennes est devenue la fonction publique et la bureaucratie de la CEE, son travail étant assuré par 23 directions générales (dont une, la DG V, chargée de l'emploi, des relations industrielles et des affaires sociales). Le Conseil des ministres gère les grandes décisions politiques, tandis que le Parlement européen a un rôle de codécision.

                                                                                                                          La Cour de justice tranche les litiges nés en vertu des traités. Le Comité consultatif sur la sécurité, l'hygiène et la protection de la santé au travail (ACSH), créé par le Conseil en 1974 pour conseiller la Commission, comprend des représentants des travailleurs, de la direction et des gouvernements de chaque pays membre, et est soutenu par du personnel du ministère de la Santé. et de la sécurité de la DG V. Le CCSS examine les propositions législatives relatives à la santé au travail, lance des activités sur des risques spécifiques et coordonne les efforts conjoints. Le Comité économique et social a un rôle consultatif.

                                                                                                                          En 1978, la Commission a introduit le premier programme d'action sur la santé et la sécurité, avec un soutien considérable du CCSA. Il était axé sur les substances dangereuses, la prévention des risques liés aux machines, la surveillance et les inspections et l'amélioration des attitudes à l'égard de la santé et de la sécurité. Depuis lors, des programmes d'action successifs ont été orientés vers d'autres préoccupations de santé au travail telles que l'ergonomie, les statistiques de santé au travail, l'aide aux petites entreprises et la formation. Ceux-ci ont promu des solutions de santé au travail dans tous les pays membres, en fournissant une formation, des conseils techniques et des documents écrits. Par exemple, en 1982, la Commission a réuni un groupe informel d'inspecteurs du travail de haut niveau pour encourager les échanges de personnel et d'informations entre les 12 pays, la comparaison des pratiques des pays membres et l'amélioration des pratiques. De telles initiatives illustrent comment l'intégration des économies nationales peut avoir des effets positifs sur la pratique de la santé et de la sécurité au travail.

                                                                                                                          L'Acte unique européen (AUE) de 1987 a marqué une avancée majeure dans l'intégration européenne et dans le développement de la zone européenne de libre-échange. Une date ferme a été fixée pour l'établissement d'un marché unique, 1992, et l'activité dans une série de questions sociales, y compris la santé au travail, a été stimulée. L'unanimité parmi les nations membres n'était plus nécessaire pour définir la politique; à la place, une « majorité qualifiée » pourrait le faire. Deux des articles de la loi sont particulièrement pertinents pour la santé au travail. L'article 100(a) vise à harmoniser les normes de produits dans les pays membres, un processus qui a d'importantes implications en matière de sécurité. Cet article précise que les normes doivent atteindre un « niveau élevé de protection de la santé ». L'article 118(a) traite directement de la santé et de la sécurité au travail, stipulant que les pays membres "accorderont une attention particulière à encourager les améliorations, notamment dans les milieux de travail, en ce qui concerne la santé et la sécurité des travailleurs, et se fixeront comme objectif l'harmonisation des conditions dans ce domaine tout en maintenant les améliorations apportées ».

                                                                                                                          En 1989, deux événements importants ont encore renforcé le rôle de la santé au travail dans le processus d'intégration européenne. La Charte sociale a été adoptée par 11 des 12 États membres de l'époque, y compris une clause qui soulignait "la nécessité d'une formation, d'une information, d'une consultation et d'une participation équilibrée des travailleurs en ce qui concerne les risques encourus et les mesures prises pour les éliminer ou les réduire".

                                                                                                                          Toujours en 1989, la directive-cadre a été adoptée par le Conseil, la première grande initiative politique au titre de l'AES. Il a défini l'approche de la CE (maintenant l'Union européenne (UE)) en matière de santé et de sécurité des travailleurs, s'étendant aux employés publics et privés dans tous les pays membres. Les employeurs se sont vu confier une « obligation générale d'assurer la sécurité et la santé des travailleurs dans tous les aspects liés au travail » et des obligations spécifiques :

                                                                                                                          • évaluer les risques au travail
                                                                                                                          • intégrer des mesures préventives dans tous les aspects de la production
                                                                                                                          • informer les travailleurs et leurs représentants des risques et des mesures de prévention prises
                                                                                                                          • consulter les travailleurs et leurs représentants sur toutes les questions de santé et de sécurité
                                                                                                                          • offrir une formation sur la santé et la sécurité des travailleurs
                                                                                                                          • désigner des travailleurs ayant des responsabilités spécifiques en matière de santé et de sécurité
                                                                                                                          • assurer une surveillance médicale appropriée
                                                                                                                          • protéger les groupes à risque sensibles
                                                                                                                          • tenir à jour les dossiers des blessures et des maladies.

                                                                                                                           

                                                                                                                           

                                                                                                                          La directive-cadre a adopté une vision large des facteurs du lieu de travail pertinents pour la santé au travail, y compris les problèmes de conception, le travail monotone et le travail à la pièce. Il a appelé à la participation active des travailleurs aux programmes de santé et de sécurité, y compris le droit de consulter à l'avance les employeurs sur les initiatives de santé et de sécurité, des congés payés pour exercer des fonctions de santé et de sécurité, des réunions avec les inspecteurs du gouvernement et le refus de travailler en cas de « problème grave et imminent ». et danger inévitable » (sous réserve des lois nationales). Une série de directives dites filles publiées à la suite de la directive-cadre traitent de l'utilisation d'équipements de protection individuelle, de la manutention manuelle de charges, du travail avec des terminaux d'affichage vidéo et d'autres questions.

                                                                                                                          La directive-cadre se traduira-t-elle par une politique nationale efficace ? Sous-jacent à cette question se trouve l'engagement explicite de l'UE envers le principe de subsidiarité, selon lequel toute politique doit être mise en œuvre par les pays membres plutôt que par l'UE, à moins que « en raison de l'ampleur des effets de l'action proposée », elle ne soit mieux exécutée. centralement. Il en résultera une tension entre les mandats des directives centrales et les actions souveraines des pays membres.

                                                                                                                          Chaque pays membre est tenu de transposer la directive-cadre (comme toutes les directives) dans le droit national, de mettre en œuvre les politiques en conséquence et de les appliquer dans la pratique. Ce processus laisse aux pays une marge de manœuvre et peut autoriser certaines non-conformités. Au dire de tous, l'UE n'est pas bien équipée pour surveiller la conformité des pays membres avec ses directives en matière de santé et de sécurité au travail. Une surveillance plus étroite des pratiques de chaque pays et la volonté politique d'utiliser les voies de recours disponibles en cas de non-conformité (y compris un recours devant la Cour de justice) seront nécessaires si l'on veut que le plein potentiel de l'UE en matière de promotion de la santé au travail se réalise.

                                                                                                                          Une question connexe concerne le sort des politiques nationales plus protectrices que celles de l'UE. Étant donné que l'article 118, point a), n'exige qu'un niveau minimum commun de protection sur le lieu de travail, il peut y avoir une tendance à une harmonisation à la baisse en réponse aux pressions économiques.

                                                                                                                          En 1994, le Conseil, agissant sur une proposition vieille de trois ans de la Commission, a créé l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, sise à Bilbao, en Espagne. L'objectif de l'Agence est de "fournir aux instances communautaires, aux États membres et aux acteurs de terrain les informations techniques, scientifiques et économiques utiles dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail". Il se concentrera sur la consultation technique et scientifique auprès de la Commission, l'échange d'informations, la formation, la collecte de données cohérentes et la promotion de la recherche.

                                                                                                                          En 1995, la Commission a publié son programme d'action pour la période 1996-2000. Un élément important a été l'attention continue portée aux initiatives législatives, en veillant à ce que les directives communautaires soient correctement transposées dans le droit national et en promulguant de nouvelles directives sur les agents physiques, les agents chimiques, les transports et les équipements de travail. Un Comité de longue date des inspecteurs supérieurs du travail a été formalisé pour harmoniser les méthodes d'inspection du travail et pour surveiller la mise en œuvre de la législation nationale du travail. Cependant, l'accent a également été mis sur les mesures non législatives, principalement l'information et la persuasion. Une nouvelle initiative, SAFE (Safety Actions for Europe) a été annoncée, pour résoudre les problèmes de santé et de sécurité dans les petites et moyennes entreprises. L'approche prévue était d'identifier les initiatives réussies dans les entreprises modèles et de les utiliser comme exemples pour d'autres entreprises.

                                                                                                                          En résumé, l'intégration économique européenne et le libre-échange ont évolué dans le cadre d'un programme plus large d'intégration sociale et politique. Ce processus a inclus des discussions sérieuses sur des questions sociales, y compris la santé et la sécurité au travail. Une bureaucratie compliquée comporte plusieurs éléments qui ont une incidence sur la santé et la sécurité au travail. Le point de référence pour l'UE est le droit communautaire plutôt que le droit national, contrairement à tous les autres accords de libre-échange. Cet arrangement est l'exemple le plus avancé au monde de promotion de la santé et de la sécurité au travail en tant que composante du libre-échange. Cela affectera plus que les pays de l'UE ; les considérations de santé et de sécurité au travail feront partie de chaque accord d'association, de partenariat et de coopération entre l'UE et les pays d'Europe centrale et orientale, prolongeant cette tradition progressiste. Les problèmes qui persistent – ​​concilier souveraineté nationale et progrès coordonné, contrôler le respect des directives communautaires, concilier les différences entre pays plus et moins progressistes et partager l'expertise et les ressources techniques rares – continueront de poser des défis à l'intégration européenne dans les années à venir.

                                                                                                                          Amérique du Nord

                                                                                                                          Les trois nations d'Amérique du Nord sont d'importants partenaires commerciaux depuis de nombreuses décennies. La première étape vers un accord commercial régional a été l'Accord de libre-échange entre les États-Unis et le Canada de 1987, qui a abaissé les tarifs et autres restrictions commerciales entre ces deux pays. Au début des années 1990, en préparation d'un accord commercial à l'échelle du continent, les autorités du travail américaines et mexicaines ont lancé plusieurs efforts de coopération, tels que la formation d'inspecteurs du travail. En 1993, le Mexique, le Canada et les États-Unis ont ratifié l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui est entré en vigueur en 1994 pour une mise en œuvre complète sur environ une décennie. L'ALENA a été conçu pour abolir la plupart des restrictions commerciales entre les trois pays.

                                                                                                                          Le processus qui a mené à l'ALENA différait de l'expérience européenne à plusieurs égards. L'ALENA a eu une histoire plus courte et a été négocié rapidement. Il n'y avait pas de tradition d'intégrer les questions sociales dans le processus. Les préoccupations environnementales et de travail ont finalement été codifiées dans une paire d'accords parallèles qui ont été adoptés parallèlement à l'ALENA proprement dit. Les groupes environnementaux ont été actifs dans le débat qui a mené à l'ALENA et ont remporté un certain nombre de sauvegardes environnementales dans l'accord parallèle sur l'environnement, mais les groupes syndicaux ont adopté une approche différente. Les syndicats et leurs alliés, en particulier aux États-Unis et au Canada, se sont vigoureusement opposés à l'ALENA et ont davantage fait campagne pour bloquer complètement le traité que pour des dispositions spécifiques favorables aux travailleurs. De plus, les trois gouvernements étaient réticents à renoncer à toute souveraineté concernant leurs lois du travail respectives. Par conséquent, l'accord parallèle sur le travail de l'ALENA est relativement étroit par rapport à l'accord parallèle sur l'environnement ou à l'expérience européenne.

                                                                                                                          L'accord parallèle sur le travail, dans une annexe, définit « des principes directeurs que les Parties s'engagent à promouvoir, sous réserve du droit interne de chaque Partie, mais n'établit pas de normes minimales communes ». Ces principes comprennent la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, l'indemnisation en cas d'accidents du travail et de maladies professionnelles, la protection des travailleurs migrants et des enfants, des droits du travail plus traditionnels tels que la liberté d'association, les droits d'organisation, de négociation collective et de grève, et l'interdiction des travail. Les objectifs déclarés de l'accord parallèle sont d'améliorer les conditions de travail, d'encourager l'échange d'informations, la collecte de données et les études collaboratives et de promouvoir le respect de la législation du travail de chaque pays.

                                                                                                                          Les premiers articles de l'accord parallèle sur le travail exhortent chaque pays à faire connaître ses propres lois du travail en interne et à les appliquer de manière juste, équitable et transparente. Ensuite, une Commission de coopération dans le domaine du travail est formée. Il se compose d'un Conseil des trois ministres du travail ou de leurs délégués, qui est responsable de l'élaboration des politiques et de la promotion des activités de coopération, et d'un secrétariat dirigé par un directeur exécutif qui préparera des rapports et des études de fond et soutiendra autrement le Conseil. De plus, chaque nation est chargée d'établir un bureau administratif national qui servira de liaison avec la Commission et assistera la Commission dans son travail. Plusieurs procédures générales sont énoncées, telles que l'instruction de rechercher une expertise par le biais de la coopération avec l'OIT. Cependant, l'accord définit peu de procédures spécifiques à l'appui de ses objectifs.

                                                                                                                          Une grande partie de la préoccupation à l'origine de l'accord parallèle était qu'un pays membre, généralement présumé être le Mexique, pourrait, grâce à des pratiques de travail laxistes, obtenir un avantage commercial déloyal; cela exposerait les travailleurs mexicains à de bas salaires et à des conditions de travail malsaines et transférerait des emplois aux travailleurs américains et canadiens. Ainsi, une grande partie de l'accord parallèle est consacrée aux procédures de traitement des plaintes et des doléances. Si une telle préoccupation surgit, la première étape est censée être une consultation entre les gouvernements concernés au niveau ministériel. Ensuite, la Commission peut former un comité d'experts d'évaluation (CEE), généralement composé de trois personnes qualifiées "choisies strictement sur la base de l'objectivité, de la fiabilité et d'un bon jugement", pour examiner la question, à condition que la question soit liée au commerce et soit "couverte". par des lois du travail mutuellement reconnues ». La CEE peut s'appuyer sur les informations fournies par la Commission, chaque pays membre, des organisations ou des personnes ayant une expertise pertinente, ou le public. Le rapport de la CEE est fourni à chaque pays membre.

                                                                                                                          Si la CEE conclut qu'un pays n'a peut-être pas appliqué ses normes du travail, un processus formel de règlement des différends peut alors être déclenché. De manière significative, ce processus n'est disponible que si le différend concerne la santé et la sécurité au travail, le travail des enfants ou le salaire minimum. Premièrement, les nations impliquées tentent de négocier un règlement. S'ils ne parviennent pas à s'entendre, un groupe spécial d'arbitrage est convoqué à partir d'une liste d'experts établie et maintenue par le Conseil. Le panel présente ses constatations de fait, sa conclusion quant à savoir si un pays n'a pas appliqué ses normes et ses recommandations de mesures correctives. Si la nation concernée ne se conforme pas à ses recommandations, le panel peut être reconvoqué et peut imposer des amendes. Si un pays refuse de payer son amende, la sanction ultime est une suspension des avantages de l'ALENA, généralement par l'imposition de droits de douane dans le secteur où la violation s'est produite, afin de recouvrer le montant de l'amende.

                                                                                                                          Dans l'ensemble, l'accord parallèle sur le travail, en tant que cadre pour la santé et la sécurité au travail dans le cadre de l'ALENA, est moins étendu que les accords européens correspondants. L'ALÉNA met l'accent sur le règlement des différends plutôt que sur la recherche conjointe, le partage d'information, la formation, le développement technologique et les initiatives connexes. Le processus de règlement des différends, de l'avis des défenseurs des droits syndicaux, est lourd, chronophage et relativement inefficace. Plus important encore, l'accord parallèle n'exprime aucun engagement partagé envers les droits fondamentaux du travail. Elle est assidue au respect des lois du travail de chaque nation, et n'a aucune disposition pour améliorer ou harmoniser celles qui sont déficientes. Son champ d'application est étroit, et bien qu'il y ait eu peu d'expérience à ce jour, il est probable que l'approche européenne large de la santé au travail, s'étendant à des préoccupations telles que le travail posté et le stress, ne sera pas reproduite.

                                                                                                                          Asie et Amérique latine

                                                                                                                          Bien que l'Asie soit la région économique qui connaît la croissance la plus rapide au monde, les négociations de libre-échange dans la région n'ont pas beaucoup progressé. Ni l'ANASE ni l'APEC n'ont abordé la santé et la sécurité au travail dans leurs négociations commerciales. De même, les pactes commerciaux de plus en plus nombreux d'Amérique latine, tels que le MERCOSUR et le Pacte andin, n'ont inclus aucune initiative en matière de santé et de sécurité au travail.

                                                                                                                          " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                                                                                                          Table des matières

                                                                                                                          Développement, technologie et références commerciales

                                                                                                                          Aksoy, M, S Erdem et G Dincol. 1974. Leucémie chez les cordonniers chroniquement exposés au benzène. Sang 44:837.

                                                                                                                          Bruno, K. 1994. Lignes directrices pour l'examen environnemental des projets industriels évalués par les pays en développement. Dans Screening Foreign Investments, édité par K Bruno. Penang, Malaisie : Greenpeace, Third World Network.

                                                                                                                          Castleman, B et V Navarro. 1987. Mobilité internationale des produits, industries et déchets dangereux. Ann Rev Publ Health 8:1-19.

                                                                                                                          Castleman, BL et P Purkayastha. 1985. La catastrophe de Bhopal comme étude de cas en deux poids deux mesures. Appendice dans The Export of Hazard, édité par JH Ives. Boston : Routledge et Kegan Paul.

                                                                                                                          Casto, KM et EP Ellison. 1996. ISO 14000 : Origine, structure et obstacles potentiels à la mise en œuvre. Int J Occup Environ Health 2 (2):99-124.

                                                                                                                          Chen, YB. 1993. Le développement et les perspectives des entreprises de canton en Chine. Collections de discours de la Convention mondiale des petites et moyennes entreprises. Pékin : Conseil chinois pour la promotion du commerce international.

                                                                                                                          Quotidien de la Chine. 1993. La production industrielle rurale franchit la barre du billion de yuans. 5 janvier.

                                                                                                                          —.1993. La ville prévoyait d'occuper le lieu de travail rural excédentaire. 25 novembre.

                                                                                                                          —.1993. La discrimination à l'égard des femmes est toujours d'actualité. 26 novembre.

                                                                                                                          —.1993. Tracer une nouvelle voie vers les réformes rurales. 7 décembre.

                                                                                                                          —.1994. Conseils pour rajeunir les entreprises d'État. 7 avril.

                                                                                                                          —.1994. Les investisseurs étrangers profitent des frais de police. 18 mai.

                                                                                                                          —.1994. L'effet d'entraînement de l'exode rural. 21 mai.

                                                                                                                          —.1994. L'Union exhorte davantage de femmes à resserrer les rangs. 6 juillet.

                                                                                                                          Déclaration de Colombo sur la santé au travail dans les pays en développement. 1986. J Occup Safety, Austr NZ 2 (6):437-441.

                                                                                                                          Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian. 1992a. Enquête sur la santé au travail dans la zone de développement économique et technologique de Dalian. Ville de Dalian, province du Liaoning, Chine : Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian.

                                                                                                                          —. 1992b. Une enquête sur l'éclosion de maladies sans cause chez les travailleurs dans un pays financé par l'étranger
                                                                                                                          Compagnie. Ville de Dalian, province du Liaoning, Chine : Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian.

                                                                                                                          Daly, HE et JB Cobb. 1994. Pour le bien commun : réorienter l'économie vers la communauté, l'environnement et un avenir durable. 2e éd. Boston : Beacon Press.

                                                                                                                          Davies, NV et P Teasdale. 1994. Les coûts pour l'économie britannique des problèmes de santé liés au travail. Londres : Health and Safety Executive, Her Majesty's Stationery Office.

                                                                                                                          Département de la santé communautaire. 1980. Enquête sur les services de santé offerts à l'industrie légère dans la région de Newmarket. Un projet d'étudiant en médecine de cinquième année. Auckland : École de médecine d'Auckland.

                                                                                                                          Drummond, MF, GL Stoddart et GW Torrance. 1987. Méthodes d'évaluation économique des programmes de soins de santé. Oxford : OUP.

                                                                                                                          Conseil européen de l'industrie chimique (CEFIC). 1991. Lignes directrices du CEFIC sur le transfert de technologie (sécurité, santé et aspects environnementaux). Bruxelles : CEFIC.

                                                                                                                          Freemantle, N et A Maynard. 1994. Quelque chose de pourri dans l'état des évaluations cliniques et économiques ? Éco Santé 3:63-67.

                                                                                                                          Fuchs, V. 1974. Qui vivra ? New York : Livres de base.

                                                                                                                          Verre, WI. 1982. La santé au travail dans les pays en développement. Leçons pour la Nouvelle-Zélande. New Zealand Health Rev 2 (1):5-6.

                                                                                                                          Hôpital provincial de prévention et de traitement des maladies professionnelles du Guangdong. 1992. Un rapport sur les intoxications professionnelles aiguës dans deux usines de jouets financées à l'étranger dans la zone économique spéciale de Zhuhai. Province du Guangdong, Chine : Institut provincial du Guangdong pour la prévention et le traitement des maladies professionnelles.

                                                                                                                          Chasseur, WJ. 1992. Législation CEE en matière de sécurité et de santé au travail. Ann Occup Hyg 36:337-47.

                                                                                                                          Ilman, DL. 1994. La chimie respectueuse de l'environnement vise des procédés qui ne polluent pas. Chem Eng News (5 septembre):22-27.

                                                                                                                          Organisation internationale du travail (OIT). 1984. Pratiques de sécurité et de santé des entreprises multinationales. Genève : OIT.

                                                                                                                          Jaycock, MA et L Levin. 1984. Risques pour la santé dans un petit atelier de réparation de carrosserie automobile. Am Occup Hyg 28 (1):19-29.

                                                                                                                          Jeyaratnam, J. 1992. Santé au travail dans les pays en développement. Oxford : OUP.

                                                                                                                          Jeyaratnam, J et KS Chia. 1994. La santé au travail dans le développement national. Singapour : édition scientifique mondiale.

                                                                                                                          Kendrick, M, D Discher et D Holaday. 1968. Enquête sur l'hygiène industrielle de la métropole de Denver. Publ Health Rep 38:317-322.

                                                                                                                          Kennedy, P. 1993. Se préparer pour le XXIe siècle. New York : Maison aléatoire.

                                                                                                                          Klaber Moffett, J, G Richardson, TA Sheldon et A Maynard. 1995. Mal de dos : sa gestion et son coût pour la société. Document de travail, no. 129. York, Royaume-Uni : Centre d'économie de la santé, Univ. d'York.

                                                                                                                          LaDou, J et BS Levy (eds). 1995. Numéro spécial : Problèmes internationaux en santé au travail. Int J Occup Environ Santé 1 (2).

                                                                                                                          Lees, REM et LP Zajac. 1981. Santé et sécurité au travail pour les petites entreprises. Occup Health Ontario 23:138-145.

                                                                                                                          Mason, J et M Drummond. 1995. Le registre DH des études coût-efficacité : un examen du contenu et de la qualité des études. Document de travail, no. 128. York, Royaume-Uni : Centre d'économie de la santé, Univ. d'York.

                                                                                                                          Maynard, A. 1990. La conception des futures études coûts-avantages. Am Heart J 3 (2): 761-765.

                                                                                                                          McDonnell, R et A Maynard. 1985. Les coûts de l'abus d'alcool. Brit J Addict 80 (1):27-35.

                                                                                                                          Ministère de la santé publique (MOPH) Département de l'inspection sanitaire. 1992. Ministère de la santé publique : Un rapport général sur les besoins en services de santé au travail et les contre-mesures pour les industries des cantons. Dans Actes des études sur les besoins et les contre-mesures des services de santé au travail, édité par XG Kan. Pékin : Département de l'éducation de l'inspection de la santé, MOPH.

                                                                                                                          Bureau national des statistiques. 1993. Annuaire statistique national de la République populaire de Chine. Pékin, Chine : Bureau national des statistiques.

                                                                                                                          Rantanan, J. 1993. Protection et promotion de la santé des travailleurs dans les petites entreprises. Projet de document de travail, Groupe de travail interrégional de l'OMS sur la protection et la promotion de la santé des travailleurs des petites entreprises.

                                                                                                                          Centre des Nations Unies sur les sociétés transnationales (UNCTC). 1985. Aspects environnementaux des activités des sociétés transnationales : une enquête. New York : Nations Unies.

                                                                                                                          Vihina, T et M Nurminen. 1983. Occurrence of chemical exhibition in small industry in Southern Finland 1976. Publ Health Rep 27 (3):283-289.

                                                                                                                          Williams, A. 1974. L'approche coûts-avantages. Brit Med Bull 30 (3):252-256.

                                                                                                                          Économie mondiale. 1992. Économiste 324 (7777):19-25.

                                                                                                                          Banque mondiale. 1993. Rapport sur le développement dans le monde 1993 : Investir dans la santé. Oxford : OUP.

                                                                                                                          Commission mondiale sur l'environnement et le développement (CMED). 1987. Notre avenir commun. Oxford : OUP.

                                                                                                                          Commission de l'Organisation mondiale de la santé sur la santé et l'environnement. 1992. Rapport du Groupe spécial sur l'industrie. Genève : OMS.

                                                                                                                          Organisation mondiale de la santé (OMS). 1995. Stratégie mondiale sur la santé au travail pour tous. Genève : OMS.