Mercredi, Février 23 2011 00: 32

Tendances de la santé au travail dans le développement

Évaluer cet élément
(3 votes)

Cet article traite de certaines des préoccupations et des problèmes actuellement spécifiques liés à la santé au travail dans les pays en développement et ailleurs. Les sujets techniques généraux communs au monde développé et au monde en développement (par exemple, le plomb et les pesticides) ne sont pas traités dans cet article car ils ont été traités ailleurs dans le Encyclopédie. Outre les pays en développement, certains des nouveaux problèmes de santé au travail des pays d'Europe de l'Est ont également été traités séparément dans ce chapitre.

On estime que d'ici l'an 2000, huit travailleurs sur dix de la main-d'œuvre mondiale proviendront du monde en développement, ce qui démontre la nécessité de se concentrer sur les besoins prioritaires de ces pays en matière de santé au travail. De plus, la question prioritaire en matière de santé au travail pour ces nations est un système de fourniture de soins de santé à leur population active. Ce besoin s'inscrit dans la définition de la santé au travail de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui exprime le souci de la santé globale du travailleur et ne se limite pas aux seules maladies professionnelles. Comme le montre la figure 1, le travailleur peut être affecté par les maladies générales de la communauté qui peuvent survenir parmi les travailleurs, telles que le paludisme, ainsi que les maladies multifactorielles liées au travail, dans lesquelles le travail peut contribuer à ou aggraver la condition. Les maladies cardiovasculaires, les maladies psychosomatiques et les cancers en sont des exemples. Enfin, il y a les maladies professionnelles, dans lesquelles l'exposition sur le lieu de travail est essentielle à la causalité, comme le saturnisme, la silicose ou la surdité due au bruit.

Figure 1. Catégories de maladies affectant les travailleurs

GLO040F1

La philosophie de l'OMS reconnaît la relation à double sens entre le travail et la santé, comme le montre la figure 2. Le travail peut avoir un effet négatif ou bénéfique sur la santé, tandis que l'état de santé du travailleur a un impact sur le travail et la productivité.

Figure 2. Relation à double sens entre travail et santé

GLO040F2

Un travailleur en bonne santé contribue positivement à la productivité, à la qualité des produits, à la motivation au travail et à la satisfaction au travail, et donc à la qualité de vie globale des individus et de la société, faisant de la santé au travail un objectif politique important du développement national. Pour atteindre cet objectif, l'OMS a récemment proposé Stratégie mondiale sur la santé au travail pour tous (OMS 1995), dont les dix objectifs prioritaires sont :

    • renforcement des politiques internationales et nationales de santé au travail et développement des outils politiques nécessaires
    • développement d'un environnement de travail sain
    • développement de pratiques de travail saines et promotion de la santé au travail
    • renforcement des services de santé au travail
    • mise en place de services d'appui à la santé au travail
    • élaboration de normes de santé au travail fondées sur une évaluation scientifique des risques
    • développement des ressources humaines pour la santé au travail
    • mise en place de systèmes d'enregistrement et de données, développement de services d'information pour les experts, transmission efficace des données et sensibilisation du public par l'information du public
    • renforcement de la recherche
    • développement de la collaboration en santé au travail et avec d'autres activités et services.

                       

                      Santé au travail et développement national

                      Il est utile de considérer la santé au travail dans le contexte du développement national car les deux sont intimement liés. Chaque nation souhaite être dans un état de développement avancé, mais ce sont les pays du monde en voie de développement qui sont les plus anxieux - presque exigeants - pour un développement rapide. Le plus souvent, ce sont les avantages économiques d'un tel développement qui sont les plus recherchés. Cependant, le véritable développement est généralement compris comme ayant un sens plus large et comme englobant le processus d'amélioration de la qualité de la vie humaine, qui à son tour comprend des aspects de développement économique, d'amélioration de l'estime de soi et d'accroissement de la liberté de choix des personnes. Examinons l'impact de cette évolution sur la santé de la population active, c'est-à-dire le développement et la santé au travail.

                      Alors que le produit intérieur brut (PIB) mondial est resté pratiquement inchangé pendant la période 1965-89, le PIB du monde en développement a presque décuplé. Mais cette croissance économique rapide du monde en développement doit être considérée dans le contexte de la pauvreté globale. Le monde en développement constituant les trois quarts de la population mondiale, il ne représente que 15 % du produit intérieur mondial. Si l'on prend l'Asie comme exemple, tous les pays d'Asie, à l'exception du Japon, sont classés dans le monde en développement. Mais il faut reconnaître qu'il n'y a pas d'uniformité de développement, même parmi les pays en développement d'Asie. Par exemple, aujourd'hui, des pays et des régions comme Singapour, la République de Corée, Hong Kong et Taïwan (Chine) ont été classés dans la catégorie des pays nouvellement industrialisés (NPI). Bien qu'arbitraire, cela implique une étape de transition du statut de pays en développement à celui de nation industrialisée. Cependant, il faut reconnaître qu'il n'y a pas de critères clairs définissant une carte réseau. Néanmoins, certaines des principales caractéristiques économiques sont des taux de croissance élevés et soutenus, une diminution des inégalités de revenus, un rôle actif du gouvernement, des impôts peu élevés, un État-providence sous-développé, un taux d'épargne élevé et une économie axée sur les exportations.

                      Santé et développement

                      Il existe une relation intime entre la santé, le développement et l'environnement. Des mesures de développement effrénées et incontrôlées purement en termes d'expansion économique pourraient, dans certaines circonstances, être considérées comme ayant un impact négatif sur la santé. Habituellement, cependant, il existe une forte relation positive entre le statut économique d'une nation et la santé, comme l'indique l'espérance de vie.

                      Autant le développement est positivement lié à la santé, autant il n'est pas suffisamment reconnu que la santé est une force positive motrice du développement. La santé doit être considérée comme plus qu'un bien de consommation. Investir dans la santé augmente le capital humain d'une société. Contrairement aux routes et aux ponts, dont la valeur d'investissement diminue à mesure qu'ils se détériorent au fil du temps, les retours sur les investissements dans la santé peuvent générer des rendements sociaux élevés pendant toute une vie et pendant une bonne partie de la génération suivante. Il faut reconnaître que toute altération de la santé dont peut souffrir le travailleur est susceptible d'avoir un effet néfaste sur le rendement au travail, question qui intéresse particulièrement les nations en proie à un développement rapide. Par exemple, on estime qu'une mauvaise santé au travail et une capacité de travail réduite des travailleurs peuvent entraîner une perte économique allant jusqu'à 10 à 20 % du produit national brut (PNB). En outre, la Banque mondiale estime que les deux tiers des années de vie corrigées de l'incapacité (DALYS) déterminées par la profession pourraient être évitées par des programmes de santé et de sécurité au travail. À ce titre, la fourniture d'un service de santé au travail ne doit pas être considérée comme une dépense nationale à éviter, mais plutôt comme une dépense nécessaire à l'économie et au développement du pays. Il a été observé qu'un niveau élevé de santé au travail est corrélé positivement avec un PNB par habitant élevé (OMS 1995). Les pays qui investissent le plus dans la santé et la sécurité au travail affichent la productivité la plus élevée et les économies les plus fortes, tandis que les pays qui investissent le moins ont la productivité la plus faible et les économies les plus faibles. À l'échelle mondiale, chaque travailleur contribuerait à hauteur de 9,160 XNUMX USD au produit intérieur annuel. De toute évidence, le travailleur est le moteur de l'économie nationale et ce moteur doit être maintenu en bonne santé.

                      Le développement entraîne de nombreux changements dans le tissu social, y compris la structure de l'emploi et des changements dans les secteurs de productivité. Aux premiers stades du développement, l'agriculture contribue largement à la richesse nationale et à la main-d'œuvre. Avec le développement, le rôle de l'agriculture commence à décliner et la contribution du secteur manufacturier à la richesse nationale et à la main-d'œuvre devient dominante. Enfin, il arrive une situation où le secteur des services devient la principale source de revenus, comme dans les économies avancées des pays industrialisés. Cela est clairement évident lorsqu'on compare le groupe des NPI et le groupe des nations de l'Association des pays de l'Asie du Sud-Est (ANASE). Ces derniers pourraient être classés dans la catégorie des nations à revenu intermédiaire du monde en développement, tandis que les NPI sont des pays à cheval sur les mondes en développement et industrialisés. Singapour, membre de l'ASEAN, est également une NIC. Les pays de l'ANASE, bien que tirant environ un quart de leur produit intérieur brut de l'agriculture, tirent près de la moitié de leur PIB de l'industrie et de la fabrication. Les NPI, en revanche, en particulier Hong Kong et Singapour, tirent environ les deux tiers de leur PIB du secteur des services, avec très peu ou pas du tout de l'agriculture. La reconnaissance de ce schéma changeant est importante dans la mesure où les services de santé au travail doivent répondre aux besoins de la main-d'œuvre de chaque nation en fonction de son stade de développement (Jeyaratnam et Chia 1994).

                      En plus de cette transition sur le lieu de travail, il se produit également une transition dans les modèles de maladie avec le développement. Un changement dans les schémas de maladie est observé avec l'augmentation de l'espérance de vie, cette dernière indiquant une augmentation du PIB. On constate qu'avec le développement ou une augmentation de l'espérance de vie, il y a une forte diminution des décès dus aux maladies infectieuses alors qu'il y a une forte augmentation des décès dus aux maladies cardiovasculaires et aux cancers.

                      Problèmes de santé au travail et développement

                      La santé de la main-d'œuvre est un ingrédient essentiel du développement national. Mais, en même temps, une reconnaissance adéquate des pièges et des dangers potentiels du développement doit être reconnue et protégée contre. Les dommages potentiels à la santé humaine et à l'environnement résultant du développement ne doivent pas être ignorés. La planification du développement peut éviter et prévenir les dommages qui y sont associés.

                      Absence de structure juridique et institutionnelle adéquate

                      Les nations développées ont fait évoluer leur structure juridique et administrative pour suivre le rythme de leurs progrès technologiques et économiques. En revanche, les pays du monde en développement ont accès aux technologies de pointe du monde développé sans avoir développé d'infrastructure juridique ou administrative pour contrôler leurs conséquences néfastes sur la main-d'œuvre et l'environnement, provoquant un décalage entre le développement technologique et le développement social et administratif .

                      De plus, il y a aussi un mépris négligent des mécanismes de contrôle pour des raisons économiques et/ou politiques (par exemple, la catastrophe chimique de Bhopal, où l'avis d'un administrateur a été annulé pour des raisons politiques et autres). Souvent, les pays en développement adoptent les normes et la législation des pays développés. Il y a cependant un manque de personnel qualifié pour les administrer et les faire respecter. De plus, ces normes sont souvent inappropriées et n'ont pas pris en compte les différences d'état nutritionnel, de prédisposition génétique, de niveaux d'exposition et d'horaires de travail.

                      Dans le domaine de la gestion des déchets, la plupart des pays en développement ne disposent pas d'un système adéquat ou d'une autorité réglementaire pour assurer une élimination appropriée. Bien que la quantité absolue de déchets produits puisse être faible par rapport aux pays développés, la plupart des déchets sont éliminés sous forme de déchets liquides. Les rivières, les ruisseaux et les sources d'eau sont gravement contaminés. Les déchets solides sont déposés sur des sites terrestres sans protections adéquates. En outre, les pays en développement ont souvent été les destinataires de déchets dangereux du monde développé.

                      Sans garanties adéquates dans l'élimination des déchets dangereux, les effets de la pollution de l'environnement se feront sentir pendant plusieurs générations. Le plomb, le mercure et le cadmium provenant des déchets industriels sont connus pour contaminer les sources d'eau en Inde, en Thaïlande et en Chine.

                      Manque de planification appropriée dans l'implantation des industries et des zones résidentielles

                      Dans la plupart des pays, la planification des zones industrielles est entreprise par le gouvernement. Sans la présence de réglementations appropriées, les zones résidentielles auront tendance à se rassembler autour de ces zones industrielles car les industries sont une source d'emploi pour la population locale. Tel était le cas à Bhopal, en Inde, comme indiqué ci-dessus, et dans le complexe industriel d'Ulsan/Onsan en République de Corée. La concentration des investissements industriels dans le complexe Ulsan/Onsan a entraîné un afflux rapide de population dans la ville d'Ulsan. En 1962, la population était de 100,000 30 habitants ; en 600,000 ans, il est passé à 1962 500. En 1992, il y avait 6,000 ménages dans les limites du complexe industriel ; en 1992, il y en avait XNUMX XNUMX. Les résidents locaux se sont plaints de divers problèmes de santé attribuables à la pollution industrielle (OMS, XNUMX).

                      En raison de ces fortes densités de population dans ou autour des complexes industriels, les risques de pollution, de déchets dangereux, d'incendies et d'accidents sont considérablement multipliés. De plus, la santé et l'avenir des enfants vivant autour de ces zones sont en danger.

                      Manque de culture soucieuse de la sécurité parmi les travailleurs et la direction

                      Les travailleurs des pays en développement sont souvent insuffisamment formés pour maîtriser les nouvelles technologies et les nouveaux procédés industriels. De nombreux travailleurs sont issus d'un milieu agricole rural où le rythme de travail et le type de risques professionnels sont complètement différents. Les normes d'éducation de ces travailleurs sont souvent beaucoup plus faibles par rapport aux pays développés. Tout cela contribue à un état général d'ignorance des risques pour la santé et des pratiques sécuritaires en milieu de travail. L'incendie de l'usine de jouets à Bangkok, en Thaïlande, dont il est question dans le chapitre Incendie, en est un exemple. Il n'y avait pas de mesures de sécurité incendie appropriées. Les issues de secours étaient verrouillées. Les substances inflammables étaient mal entreposées et celles-ci avaient obstrué toutes les issues disponibles. Le résultat final a été le pire incendie d'usine de l'histoire avec un bilan de 187 morts et 80 autres disparus (Jeyaratnam et Chia 1994).

                      Les accidents sont souvent une caractéristique commune en raison d'un manque d'engagement de la direction envers la santé et la sécurité des travailleurs. Cela s'explique en partie par le manque de personnel qualifié pour la maintenance et l'entretien des équipements industriels. Il y a aussi un manque de devises étrangères et les contrôles gouvernementaux à l'importation rendent difficile l'obtention de pièces de rechange appropriées. La rotation élevée des travailleurs et l'important marché du travail facilement disponible font également qu'il n'est pas rentable pour la direction d'investir massivement dans la formation et l'éducation des travailleurs.

                      Transfert des industries dangereuses

                      Les industries dangereuses et les technologies inadaptées des pays développés sont souvent transférées vers les pays en développement. Il est moins coûteux de transférer la totalité de la production vers un pays où les réglementations environnementales et sanitaires sont respectées plus facilement et à moindre coût. Par exemple, les industries du complexe industriel d'Ulsan/Onsan (République de Corée) appliquaient des mesures de contrôle des émissions conformément à la législation coréenne locale. Celles-ci étaient moins strictes que dans le pays d'origine. L'effet net est un transfert d'industries potentiellement polluantes vers la République de Corée.

                      Forte proportion de petites industries

                      Par rapport aux pays développés, la proportion de petites industries et la proportion de travailleurs dans ces industries sont plus élevées dans les pays en développement. Il est plus difficile dans ces pays de maintenir et de faire respecter la réglementation en matière de santé et de sécurité au travail.

                      État de santé et qualité des soins de santé inférieurs

                      Avec le développement économique et industriel, de nouveaux risques sanitaires sont introduits dans un contexte de mauvais état de santé de la population et d'un système de soins de santé primaires insuffisamment adéquat. Cela imposera davantage les ressources limitées en matière de soins de santé.

                      L'état de santé des travailleurs des pays en développement est souvent inférieur à celui des travailleurs des pays développés. Les carences nutritionnelles et les maladies parasitaires et autres maladies infectieuses sont fréquentes. Ceux-ci peuvent accroître la susceptibilité du travailleur à développer des maladies professionnelles. Une autre observation importante est l'effet combiné des facteurs professionnels et non professionnels sur la santé du travailleur. Les travailleurs souffrant d'anémie nutritionnelle sont souvent très sensibles à de très faibles niveaux d'exposition au plomb inorganique. Des anémies importantes sont souvent observées avec des plombémies autour de 20 μg/dl. Un autre exemple est observé chez les travailleurs atteints d'anémies congénitales telles que la thalassémie, dont le taux de portage est élevé dans certains pays. Il a été rapporté que ces porteurs sont très sensibles au plomb inorganique et que le temps nécessaire pour que l'hémoglobine revienne à la normale est plus long que chez les non-porteurs.

                      Cette situation révèle une ligne de démarcation étroite entre les maladies professionnelles traditionnelles, les maladies liées au travail et les maladies générales prévalant dans la communauté. La préoccupation dans les pays du monde en développement devrait être la santé globale de toutes les personnes au travail. Afin d'atteindre cet objectif, le secteur national de la santé doit accepter la responsabilité d'organiser un programme de travail pour la fourniture de services de soins de santé à la population active.

                      Il faut également reconnaître que le secteur du travail a un rôle important à jouer pour assurer la sécurité de l'environnement de travail. Pour y parvenir, il est nécessaire de revoir la législation afin qu'elle couvre tous les lieux de travail. Il est insuffisant d'avoir une législation limitée aux locaux des usines. La législation doit non seulement fournir un lieu de travail sûr et sûr, mais également garantir la fourniture de services de santé réguliers aux travailleurs.

                      Ainsi, il serait évident que deux secteurs importants, à savoir le secteur du travail et le secteur de la santé, ont des rôles importants à jouer dans la santé au travail. Cette reconnaissance de l'intersectorialité de la santé au travail est un ingrédient extrêmement important pour le succès d'un tel programme. Afin de parvenir à une bonne coordination et coopération entre ces deux secteurs, il est nécessaire de développer un organe de coordination intersectoriel.

                      Enfin, la législation relative à la fourniture de services de santé au travail et à la garantie de la sécurité sur le lieu de travail est fondamentale. Là encore, de nombreux pays asiatiques ont reconnu ce besoin et disposent aujourd'hui d'une telle législation, bien que sa mise en œuvre puisse faire défaut dans une certaine mesure.

                      Conclusions

                      Dans les pays en développement, l'industrialisation est une caractéristique nécessaire de la croissance économique et du développement. Bien que l'industrialisation puisse avoir des effets néfastes sur la santé, le développement économique qui l'accompagne peut avoir de nombreux effets positifs sur la santé humaine. L'objectif est de minimiser les problèmes sanitaires et environnementaux néfastes et de maximiser les avantages de l'industrialisation. Dans les pays développés, l'expérience des effets néfastes de la révolution industrielle a conduit à réguler le rythme du développement. Ces pays s'en sont généralement assez bien tirés et ont eu le temps de développer toutes les infrastructures nécessaires pour maîtriser à la fois les problèmes sanitaires et environnementaux.

                      L'enjeu aujourd'hui pour les pays en développement qui, du fait de la concurrence internationale, n'ont pas le luxe de réguler leur rythme d'industrialisation, est de tirer les leçons des erreurs et des leçons du monde développé. D'autre part, le défi pour les pays développés est d'aider les pays en développement. Les pays développés ne doivent pas profiter des travailleurs des pays en développement ou de leur manque de capacité financière et de mécanismes de réglementation car, au niveau mondial, la pollution de l'environnement et les problèmes de santé ne respectent pas les frontières politiques ou géographiques.

                       

                      Retour

                      Lire 9242 fois Dernière modification le samedi, 23 Juillet 2022 21: 12

                      " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                      Table des matières

                      Développement, technologie et références commerciales

                      Aksoy, M, S Erdem et G Dincol. 1974. Leucémie chez les cordonniers chroniquement exposés au benzène. Sang 44:837.

                      Bruno, K. 1994. Lignes directrices pour l'examen environnemental des projets industriels évalués par les pays en développement. Dans Screening Foreign Investments, édité par K Bruno. Penang, Malaisie : Greenpeace, Third World Network.

                      Castleman, B et V Navarro. 1987. Mobilité internationale des produits, industries et déchets dangereux. Ann Rev Publ Health 8:1-19.

                      Castleman, BL et P Purkayastha. 1985. La catastrophe de Bhopal comme étude de cas en deux poids deux mesures. Appendice dans The Export of Hazard, édité par JH Ives. Boston : Routledge et Kegan Paul.

                      Casto, KM et EP Ellison. 1996. ISO 14000 : Origine, structure et obstacles potentiels à la mise en œuvre. Int J Occup Environ Health 2 (2):99-124.

                      Chen, YB. 1993. Le développement et les perspectives des entreprises de canton en Chine. Collections de discours de la Convention mondiale des petites et moyennes entreprises. Pékin : Conseil chinois pour la promotion du commerce international.

                      Quotidien de la Chine. 1993. La production industrielle rurale franchit la barre du billion de yuans. 5 janvier.

                      —.1993. La ville prévoyait d'occuper le lieu de travail rural excédentaire. 25 novembre.

                      —.1993. La discrimination à l'égard des femmes est toujours d'actualité. 26 novembre.

                      —.1993. Tracer une nouvelle voie vers les réformes rurales. 7 décembre.

                      —.1994. Conseils pour rajeunir les entreprises d'État. 7 avril.

                      —.1994. Les investisseurs étrangers profitent des frais de police. 18 mai.

                      —.1994. L'effet d'entraînement de l'exode rural. 21 mai.

                      —.1994. L'Union exhorte davantage de femmes à resserrer les rangs. 6 juillet.

                      Déclaration de Colombo sur la santé au travail dans les pays en développement. 1986. J Occup Safety, Austr NZ 2 (6):437-441.

                      Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian. 1992a. Enquête sur la santé au travail dans la zone de développement économique et technologique de Dalian. Ville de Dalian, province du Liaoning, Chine : Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian.

                      —. 1992b. Une enquête sur l'éclosion de maladies sans cause chez les travailleurs dans un pays financé par l'étranger
                      Compagnie. Ville de Dalian, province du Liaoning, Chine : Institut de prévention et de traitement des maladies professionnelles de la ville de Dalian.

                      Daly, HE et JB Cobb. 1994. Pour le bien commun : réorienter l'économie vers la communauté, l'environnement et un avenir durable. 2e éd. Boston : Beacon Press.

                      Davies, NV et P Teasdale. 1994. Les coûts pour l'économie britannique des problèmes de santé liés au travail. Londres : Health and Safety Executive, Her Majesty's Stationery Office.

                      Département de la santé communautaire. 1980. Enquête sur les services de santé offerts à l'industrie légère dans la région de Newmarket. Un projet d'étudiant en médecine de cinquième année. Auckland : École de médecine d'Auckland.

                      Drummond, MF, GL Stoddart et GW Torrance. 1987. Méthodes d'évaluation économique des programmes de soins de santé. Oxford : OUP.

                      Conseil européen de l'industrie chimique (CEFIC). 1991. Lignes directrices du CEFIC sur le transfert de technologie (sécurité, santé et aspects environnementaux). Bruxelles : CEFIC.

                      Freemantle, N et A Maynard. 1994. Quelque chose de pourri dans l'état des évaluations cliniques et économiques ? Éco Santé 3:63-67.

                      Fuchs, V. 1974. Qui vivra ? New York : Livres de base.

                      Verre, WI. 1982. La santé au travail dans les pays en développement. Leçons pour la Nouvelle-Zélande. New Zealand Health Rev 2 (1):5-6.

                      Hôpital provincial de prévention et de traitement des maladies professionnelles du Guangdong. 1992. Un rapport sur les intoxications professionnelles aiguës dans deux usines de jouets financées à l'étranger dans la zone économique spéciale de Zhuhai. Province du Guangdong, Chine : Institut provincial du Guangdong pour la prévention et le traitement des maladies professionnelles.

                      Chasseur, WJ. 1992. Législation CEE en matière de sécurité et de santé au travail. Ann Occup Hyg 36:337-47.

                      Ilman, DL. 1994. La chimie respectueuse de l'environnement vise des procédés qui ne polluent pas. Chem Eng News (5 septembre):22-27.

                      Organisation internationale du travail (OIT). 1984. Pratiques de sécurité et de santé des entreprises multinationales. Genève : OIT.

                      Jaycock, MA et L Levin. 1984. Risques pour la santé dans un petit atelier de réparation de carrosserie automobile. Am Occup Hyg 28 (1):19-29.

                      Jeyaratnam, J. 1992. Santé au travail dans les pays en développement. Oxford : OUP.

                      Jeyaratnam, J et KS Chia. 1994. La santé au travail dans le développement national. Singapour : édition scientifique mondiale.

                      Kendrick, M, D Discher et D Holaday. 1968. Enquête sur l'hygiène industrielle de la métropole de Denver. Publ Health Rep 38:317-322.

                      Kennedy, P. 1993. Se préparer pour le XXIe siècle. New York : Maison aléatoire.

                      Klaber Moffett, J, G Richardson, TA Sheldon et A Maynard. 1995. Mal de dos : sa gestion et son coût pour la société. Document de travail, no. 129. York, Royaume-Uni : Centre d'économie de la santé, Univ. d'York.

                      LaDou, J et BS Levy (eds). 1995. Numéro spécial : Problèmes internationaux en santé au travail. Int J Occup Environ Santé 1 (2).

                      Lees, REM et LP Zajac. 1981. Santé et sécurité au travail pour les petites entreprises. Occup Health Ontario 23:138-145.

                      Mason, J et M Drummond. 1995. Le registre DH des études coût-efficacité : un examen du contenu et de la qualité des études. Document de travail, no. 128. York, Royaume-Uni : Centre d'économie de la santé, Univ. d'York.

                      Maynard, A. 1990. La conception des futures études coûts-avantages. Am Heart J 3 (2): 761-765.

                      McDonnell, R et A Maynard. 1985. Les coûts de l'abus d'alcool. Brit J Addict 80 (1):27-35.

                      Ministère de la santé publique (MOPH) Département de l'inspection sanitaire. 1992. Ministère de la santé publique : Un rapport général sur les besoins en services de santé au travail et les contre-mesures pour les industries des cantons. Dans Actes des études sur les besoins et les contre-mesures des services de santé au travail, édité par XG Kan. Pékin : Département de l'éducation de l'inspection de la santé, MOPH.

                      Bureau national des statistiques. 1993. Annuaire statistique national de la République populaire de Chine. Pékin, Chine : Bureau national des statistiques.

                      Rantanan, J. 1993. Protection et promotion de la santé des travailleurs dans les petites entreprises. Projet de document de travail, Groupe de travail interrégional de l'OMS sur la protection et la promotion de la santé des travailleurs des petites entreprises.

                      Centre des Nations Unies sur les sociétés transnationales (UNCTC). 1985. Aspects environnementaux des activités des sociétés transnationales : une enquête. New York : Nations Unies.

                      Vihina, T et M Nurminen. 1983. Occurrence of chemical exhibition in small industry in Southern Finland 1976. Publ Health Rep 27 (3):283-289.

                      Williams, A. 1974. L'approche coûts-avantages. Brit Med Bull 30 (3):252-256.

                      Économie mondiale. 1992. Économiste 324 (7777):19-25.

                      Banque mondiale. 1993. Rapport sur le développement dans le monde 1993 : Investir dans la santé. Oxford : OUP.

                      Commission mondiale sur l'environnement et le développement (CMED). 1987. Notre avenir commun. Oxford : OUP.

                      Commission de l'Organisation mondiale de la santé sur la santé et l'environnement. 1992. Rapport du Groupe spécial sur l'industrie. Genève : OMS.

                      Organisation mondiale de la santé (OMS). 1995. Stratégie mondiale sur la santé au travail pour tous. Genève : OMS.