Dimanche, Janvier 23 2011 22: 24

Formation Sécurité et Santé des Managers

Évaluer cet élément
(0 votes)

Après un bref survol de l'évolution des apports pédagogiques à la santé et à la sécurité des travailleurs et des premières tentatives d'établir les fondements de la formation en gestion, cet article traitera de l'élaboration des programmes d'études. Les deux cheminements de carrière dans lesquels évoluent les futurs cadres supérieurs seront considérés comme un enjeu pertinent aux besoins de formation des gestionnaires. Le contenu du programme d'études pour les questions de gestion sera présenté en premier, suivi de celui qui concerne la compréhension de la causalité des blessures.

La formation en matière de sécurité et de santé au travail s'adresse principalement à des personnes telles que les responsables de la sécurité et les médecins du travail, et plus récemment aux infirmières en santé du travail, aux ergonomes et aux hygiénistes, des personnes qui ont été nommées à des postes de personnel spécialisé dans les organisations.

Les rôles consultatifs de ces spécialistes ont incorporé des tâches telles que l'administration des examens médicaux préalables à l'emploi, la surveillance de la santé, la surveillance de l'exposition des employés à une gamme de risques et l'examen environnemental. Leurs activités consistent en outre à contribuer à la conception des emplois et des tâches afin d'ajuster les contrôles techniques ou administratifs en minimisant sinon en éliminant (par exemple) les effets néfastes des exigences posturales ou de l'exposition à des risques toxiques.

Cette approche pédagogique axée sur les spécialistes a eu tendance à ignorer le fait central que la fourniture de lieux de travail sûrs et sains nécessite un éventail extraordinairement large de connaissances opérationnelles nécessaires pour en faire une réalité. Il convient de garder à l'esprit que les cadres sont responsables de la planification, de l'organisation et du contrôle des activités de travail dans les entreprises publiques et privées de tous les secteurs industriels.

Contexte

Au cours de la décennie des années 1970, de nombreuses initiatives ont été prises pour offrir des programmes d'études au niveau tertiaire afin de fournir une formation professionnelle avec une formation pratique à l'éventail d'ingénieurs spécialisés, de scientifiques et de travailleurs de la santé entrant dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail.

Dans les années 1980, il a été reconnu que les personnes les plus directement concernées par la sécurité et la santé au travail, les gestionnaires, les travailleurs eux-mêmes et leurs associations, étaient les entités les plus importantes dans le mouvement visant à réduire les accidents du travail et la mauvaise santé. Dans de nombreuses juridictions, des lois ont été introduites pour offrir une formation aux travailleurs siégeant à des comités de sécurité ou en tant que représentants élus à la sécurité et à la santé. Ces changements ont mis en évidence pour la première fois les moyens d'éducation et de formation très limités alors disponibles pour les cadres.

Une première initiative pour aborder la formation en gestion

Plusieurs mesures ont été prises pour surmonter ce problème. Le plus connu est le projet Minerva, une initiative de l'Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH), qui a représenté un premier effort pour inculquer l'ensemble de compétences managériales spécifiques qui sont nécessaires pour assurer la sécurité au travail et qui "dépasse généralement cela". qui est offert dans le cadre des cours du programme d'études traditionnel en commerce » (NIOSH 1985). Du matériel pédagogique destiné à répondre aux préoccupations les plus urgentes en matière de sécurité et de santé a été fourni aux écoles de commerce. Le guide de ressources comprenait des modules pédagogiques, des études de cas et un livre de lectures. Les sujets des modules sont répertoriés dans la figure 1.

Figure 1. Contenu du programme modulaire, guide de ressources du projet Minerva.

EDU050T1

La Société canadienne des ingénieurs en sécurité a recommandé cette structure aux écoles de commerce qui cherchent à incorporer du matériel de sécurité et de santé au travail dans leurs programmes d'études.

Fondamentaux de la gestion : besoins généraux plutôt que spécifiques

Toute responsabilité professionnelle implique l'acquisition de connaissances pertinentes et de compétences appropriées pour s'en acquitter. La responsabilité de la gestion de la sécurité et de la santé au travail au sein de toute organisation incombera de plus en plus aux supérieurs hiérarchiques à chaque niveau de la hiérarchie des emplois. Cette responsabilité devrait être associée à une reddition de comptes proportionnelle et à l'autorité de commander les ressources nécessaires. Les connaissances et les compétences nécessaires pour s'acquitter de cette responsabilité forment le programme de formation à la gestion de la sécurité et de la santé au travail.

A première vue, il semblerait nécessaire qu'un tel cursus soit développé dans le but de répondre à toutes les exigences particulières de l'ensemble des fonctions de gestion liées à une telle diversité de postes comme administrateur de bureau, infirmière gestionnaire, directeur des opérations , surintendant des approvisionnements et des achats, coordinateur de flotte et même capitaine de navire. Les programmes d'études doivent aussi, peut-être, aborder l'ensemble des industries et des professions qui s'y trouvent. Cependant, l'expérience suggère fortement que ce n'est pas le cas. Les compétences et connaissances nécessaires sont, en effet, communes à toutes les fonctions de gestion et sont plus fondamentales que celles des spécialistes. Ils sont opérationnels au niveau de l'expertise de gestion de base. Cependant, tous les managers n'arrivent pas à leur poste de responsabilité en empruntant des chemins similaires.

Parcours de carrière managériale

La voie habituelle vers une carrière de direction passe par des fonctions de supervision ou de spécialiste. Dans le premier cas, le développement de carrière dépend de l'expérience professionnelle et des connaissances professionnelles et dans le second, il présuppose généralement une formation universitaire en dehors du travail et des études de troisième cycle, par exemple en tant qu'ingénieur ou infirmière gestionnaire. Les deux volets doivent développer des compétences en matière de sécurité et de santé au travail (SST). Pour ces derniers, cela peut se faire en école doctorale.

Il est d'usage aujourd'hui que les managers qui réussissent obtiennent le diplôme de Master of Business Administration (MBA). Pour cette raison, le projet Minerva a dirigé son attention vers les 600 écoles supérieures de gestion ou plus aux États-Unis. En incorporant dans les programmes de MBA les aspects de la sécurité et de la santé au travail jugés essentiels pour une gestion réussie du domaine, on pensait que ce matériel serait intégré aux études formelles des cadres intermédiaires.

Compte tenu du taux extrêmement élevé d'inventions technologiques et de découvertes scientifiques, les cours de premier cycle, en particulier dans les disciplines d'ingénierie et scientifiques, n'ont que des possibilités limitées d'intégrer la théorie et la pratique générales de la sécurité dans les études de conception, de processus et d'exploitation.

Étant donné que les rôles de gestion commencent assez tôt après l'obtention du diplôme pour ceux qui ont une formation spécialisée, il est nécessaire de fournir les connaissances et les compétences qui soutiendront la responsabilité en matière de sécurité et de santé des gestionnaires spécialistes et généralistes.

Il est important que la prise de conscience du contenu de tout programme consacré aux objectifs de sécurité et de santé au travail parmi la direction soit encouragée parmi les autres membres du personnel ayant des responsabilités connexes. Ainsi, la formation d'employés clés tels que les représentants de la sécurité et de la santé devrait être conçue pour les tenir au courant de ces développements curriculaires.

Curriculum pour la gestion de la sécurité et de la santé au travail

Il existe deux grandes catégories de connaissances dans lesquelles se situe la discipline de la sécurité et de la santé au travail. L'une est celle relative aux fonctions et principes de gestion et l'autre traite de la nature et de la maîtrise proactive des risques. Le modèle d'élaboration du curriculum présenté ci-dessous suivra cette division. Le parcours de supervision vers la gestion et le parcours spécialisé nécessiteront chacun leur propre couverture particulière de chacune de ces classes.

La question de savoir quel niveau de complexité et de détails technologiques doit être fourni aux étudiants peut être déterminée par l'objectif du cours, sa durée et l'intention des prestataires concernant l'éducation ultérieure et le développement des compétences. Ces problèmes seront abordés dans une section ultérieure.

Plus précisément, les programmes devraient aborder la sécurité des machines et des installations, le bruit, les radiations, la poussière, les matières toxiques, les incendies, les procédures d'urgence, les dispositions médicales et de premiers secours, la surveillance du lieu de travail et des employés, l'ergonomie, l'hygiène environnementale, la conception et l'entretien du lieu de travail et, surtout, la élaboration de procédures opérationnelles normalisées et formation. Ce dernier est une composante essentielle de la compréhension managériale. Non seulement les tâches et les processus doivent faire l'objet d'une formation des opérateurs, mais l'exigence d'amélioration continue des personnes et des processus fait de la formation et du recyclage l'étape la plus critique pour améliorer la qualité des deux. La théorie et la pratique de l'apprentissage des adultes doivent être appliquées dans le développement des matériels pédagogiques qui guident ce processus de formation continue.

Les fonctions et les principes de la gestion

Les objectifs fondamentaux de la gestion englobent la planification, l'organisation et le contrôle des activités sur le lieu de travail. Ils adoptent également l'incorporation de pratiques qui maximisent les possibilités de participation de la main-d'œuvre à l'établissement d'objectifs, au fonctionnement de l'équipe et à l'amélioration de la qualité. De plus, une gestion réussie nécessite l'intégration de la sécurité et de la santé au travail dans toutes les activités de l'organisation.

Il est rare que les programmes de premier cycle, en dehors de ceux des collèges de commerce, couvrent l'une ou l'autre de ces connaissances. Cependant, il s'agit d'un élément essentiel que les praticiens spécialistes doivent intégrer à leurs études de premier cycle.

Cadre organisationnel

L'énoncé de mission, le plan stratégique et la structure mis en place pour guider et faciliter l'atteinte des objectifs de l'organisation doivent être compris par les gestionnaires comme la base de leurs activités individuelles. Chaque division de l'organisation, qu'il s'agisse d'un hôpital, d'une entreprise de camionnage ou d'une mine de charbon, aura à son tour ses propres objectifs et sa propre structure. Chacun reflétera la nécessité d'atteindre les objectifs organisationnels et, pris ensemble, conduira l'organisation vers ces objectifs.

Les politiques et les procédures

L'incarnation principale des objectifs d'une organisation est composée de documents de politique, les guides pour les employés individuels sur des sujets spécifiques. (Dans certaines juridictions, la publication de la politique générale d'une organisation est exigée par la loi.) Ces documents doivent inclure une référence à l'éventail des programmes de sécurité et de santé au travail conçus en ce qui concerne les activités et les processus qui occupent le temps de travail des employés. Un exemple d'énoncés de politique générale pourrait inclure des documents sur l'évacuation d'urgence, la lutte contre l'incendie, les procédures d'achat, le signalement des blessures et les enquêtes sur les accidents et les incidents. D'autre part, les risques spécifiques nécessiteront leurs propres documents de politique spécifiques au processus concernant, par exemple, la gestion des substances dangereuses, les interventions ergonomiques ou l'entrée dans des espaces confinés.

Après avoir établi la politique, une activité menée de préférence avec la participation des représentants des travailleurs et l'implication des syndicats, des procédures détaillées seraient alors mises en place pour leur donner effet. Encore une fois, les pratiques participatives contribueront à leur acceptation sans réserve par la main-d'œuvre en tant que contribution précieuse à leur sécurité et à leur santé.

Un système de gestion de la sécurité et de la santé est schématiquement illustré à la figure 2.

Figure 2. Un système de gestion de la santé et de la sécurité.

EDU050F1

Structures organisationnelles définissant les rôles clés

L'étape suivante du processus de gestion consiste à définir une structure organisationnelle qui caractérise les rôles des personnes clés - par exemple, le directeur général - et des conseillers professionnels tels que les conseillers à la sécurité, les hygiénistes du travail, l'infirmière en santé du travail, le médecin et l'ergonome. Afin de faciliter leur rôle, les relations de ces personnes et des représentants élus de la sécurité et de la santé (requis dans certaines juridictions) et des travailleurs membres des comités de sécurité avec la structure organisationnelle doivent être explicites.

Les fonctions de planification et d'organisation de la direction intégreront les structures, les politiques et les procédures dans les activités opérationnelles de l'entreprise.

Control

Les activités de contrôle – établissement de processus et d'objectifs, détermination de normes de réalisation acceptables et mesure de la performance par rapport à ces normes – sont les étapes opérationnelles qui concrétisent les intentions du plan stratégique. Ils doivent également être établis par le biais de la cogestion. Les outils de contrôle sont les audits du lieu de travail, qui peuvent être continus, fréquents, aléatoires ou formels.

La compréhension de ces activités est une composante importante d'un programme de formation en gestion, et les compétences doivent être développées pour les mener à bien. Ces compétences sont aussi essentielles au succès d'un plan intégré de sécurité et de santé qu'elles le sont à l'exercice de toute autre fonction de gestion, qu'il s'agisse des achats ou de l'exploitation d'une flotte.

Développement organisationnel et cursus

Étant donné que l'introduction de nouvelles structures organisationnelles, de nouveaux équipements et de nouveaux matériaux se produit à un rythme rapide, une attention particulière doit être accordée aux processus de changement. Les employés qui seront touchés par ces changements peuvent avoir une influence déterminante sur leur efficacité et sur l'efficience du groupe de travail. Une compréhension des facteurs psychosociaux influençant les activités de l'organisation doit être acquise et des compétences doivent être développées dans l'utilisation de ces connaissances pour atteindre les objectifs organisationnels. La délégation de pouvoir et l'imputabilité du gestionnaire à des groupes de travail constitués en équipes de travail autonomes ou semi-autonomes revêtent une importance particulière. Le cursus de formation au management doit mettre à la disposition de ses étudiants les outils nécessaires à l'accomplissement de leur obligation d'assurer non seulement l'amélioration des processus et de la qualité mais aussi le développement des compétences multiples et la sensibilité à la qualité des personnels avec lesquels la question de la sécurité est si étroitement liée. .

Deux autres composantes du programme de gestion nécessitent un examen. L'une est l'activité d'enquête incidente et l'autre, sur laquelle repose toute cette activité, est la compréhension du phénomène accidentel.

Le phénomène accidentel

Les travaux de Derek Viner (1991) en expliquant clairement l'importance des sources d'énergie en tant que dangers potentiels dans tous les lieux de travail ont défini la moitié de l'équation des accidents. En conjonction avec les travaux de Viner, la contribution du Dr Eric Wigglesworth (1972) dans l'identification de l'erreur humaine, élément crucial dans la gestion des activités de sécurité au travail, complète sa définition. Un accent sur la processus de chaque événement dommageable a été démontré par Benner (1985) lorsqu'il a examiné les méthodes d'enquête sur les accidents comme étant l'approche la plus productive pour gérer la sécurité et la santé des travailleurs.

La visualisation de Wigglesworth de la séquence d'événements qui entraînent des blessures, des dommages et des pertes apparaît dans la figure 3. Elle met en évidence le rôle de l'erreur humaine non coupable, ainsi que l'élément essentiel de la perte de confinement de l'énergie et le potentiel de résultat de blessure lorsque cela se produit. .

Figure 3. Le processus d'erreur/blessure.

EDU050F2

Les implications du modèle pour la gestion deviennent claires lorsque la planification des processus de travail tient compte des apports comportementaux qui affectent ces processus. C'est notamment le cas lorsque le rôle de la conception se voit attribuer la place qui lui revient en tant que mécanisme initiateur du développement des équipements et des procédés. Lorsque la planification tient compte à la fois de la conception des installations et des équipements et des facteurs humains influençant l'activité de travail, des mécanismes de coordination et de contrôle peuvent alors être mis en œuvre pour assurer la maîtrise des dangers identifiés.

Un modèle peut être utilisé pour illustrer l'importance de l'interaction entre le travailleur, l'équipement, les outils et les machines employés pour atteindre les objectifs de la tâche et l'environnement dans lequel l'activité se déroule. Le modèle met en évidence la nécessité d'aborder les facteurs au sein des trois éléments qui peuvent contribuer à des événements dommageables. Dans l'environnement du poste de travail, qui englobe entre autres les composantes thermiques, sonores et d'éclairage, le travailleur interagit avec les outils et l'équipement nécessaires à l'exécution du travail (voir figure 4).

Figure 4. Représentation des éléments du poste de travail pertinents pour la cause et le contrôle des blessures.

EDU050F3

Enquête et analyse d'accidents

Les enquêtes sur les accidents remplissent un certain nombre de fonctions importantes. Premièrement, il peut s'agir d'un processus proactif, utilisé dans des situations où survient un incident qui n'entraîne ni dommage ni blessure, mais où il existe un risque de préjudice. L'étude de la séquence des événements peut révéler des caractéristiques du processus de travail qui pourraient entraîner des conséquences plus graves. Deuxièmement, on peut acquérir une compréhension du processus par lequel les événements se sont déroulés et ainsi identifier l'absence ou la faiblesse de la conception du processus ou des tâches, de la formation, de la supervision ou des contrôles sur les sources d'énergie. Troisièmement, de nombreuses juridictions exigent légalement des enquêtes sur certains types d'incidents, par exemple, les effondrements d'échafaudages et de tranchées, les électrocutions et les pannes d'équipement de levage. Les travaux de Benner (1985) illustrent bien l'importance d'avoir une compréhension claire du phénomène accidentel et un protocole efficace pour enquêter sur les blessures et les dommages.

La nature et le contrôle des dangers

Toutes les blessures résultent d'une certaine forme d'échange d'énergie. La libération incontrôlée d'énergie physique, chimique, biologique, thermique ou d'autres formes d'énergie est une source de préjudice potentiel pour une variété de travailleurs. Le confinement par des mécanismes techniques et administratifs appropriés est un aspect essentiel d'un contrôle approprié. L'identification et l'évaluation de ces sources d'énergie est un préalable au contrôle.

Un programme de formation à la gestion contiendrait donc des sujets couvrant une gamme d'activités qui comprend l'établissement d'objectifs, la planification du travail, l'élaboration de politiques et de procédures, la mise en œuvre de changements organisationnels et l'installation de contrôles sur les processus de travail (et plus particulièrement les sources d'énergie utilisées pour effectuer ce travail), tous destinés à la prévention des blessures. Bien que les programmes d'études conçus pour les domaines techniques d'exploitation ne doivent traiter que des principes fondamentaux, les organisations qui utilisent des matières ou des procédés très dangereux doivent avoir à leur emploi un cadre supérieur ayant une formation suffisante dans les modes spécifiques de manutention, de stockage et de transport de ces matières. technologie pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs et des membres de la communauté.

Grandes entreprises et petites entreprises

Les gestionnaires qui travaillent dans de grandes organisations employant, disons, une centaine de personnes ou plus ont généralement une ou seulement quelques responsabilités fonctionnelles et relèvent d'un cadre supérieur ou d'un conseil d'administration. Ils ont la responsabilité de la sécurité et de la santé au travail pour leurs propres subordonnés et agissent dans le cadre des directives politiques établies. Leurs besoins éducatifs peuvent être satisfaits par les programmes formels offerts dans les écoles de commerce au niveau du premier cycle ou des cycles supérieurs.

D'autre part, les seuls dirigeants ou associés de petites entreprises sont moins susceptibles d'avoir une formation supérieure et, s'ils l'ont fait, celle-ci est plus susceptible d'être de nature technologique que managériale, et il est plus difficile de répondre à leurs besoins. pour la gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Besoins des petites entreprises

Offrir des programmes de formation à ces cadres, qui travaillent souvent de très longues heures, a représenté une difficulté de longue date. Bien qu'un certain nombre de grandes juridictions législatives aient produit des brochures d'orientation établissant des niveaux de performance minimum, les approches les plus prometteuses sont mises à disposition par des associations industrielles, telles que les associations ontariennes de prévention des accidents industriels, financées par des prélèvements imposés par la Commission des accidents du travail à toutes les entreprises. dans le secteur industriel donné.

Contenu du programme

Un ensemble de connaissances et de compétences qui répond aux besoins des gestionnaires au niveau de la supervision de première ligne, de l'encadrement intermédiaire et des cadres supérieurs est présenté à la figure 5 par thème. Les programmes d'études abrégés individuels suivent à la figure 6. Ils ont été rassemblés à partir des programmes d'un certain nombre de programmes d'études supérieures universitaires.

Figure 5. Syllabus d'un programme d'études SST.

EDU050T2

Figure 6. Programmes abrégés d'un programme d'études en SST.

EDU050T3

Les besoins des superviseurs de première ligne seront comblés par l'acquisition de connaissances et de compétences couvertes par les thématiques liées aux exigences opérationnelles. La formation des cadres supérieurs se concentrera sur des sujets tels que la planification stratégique, la gestion des risques et les questions de conformité, ainsi que sur l'élaboration de propositions de politiques. La répartition des heures pour chaque programme d'études doit refléter les besoins des étudiants.

Résumé

La formation à la gestion pour la sécurité et la santé au travail exige une approche éclectique de la plus large gamme de questions. Elle partage avec la qualité l'impératif d'être intégrée dans chaque activité managériale et ouvrière, dans la description de poste de chaque salarié et doit faire partie de l'évaluation de la performance de tous.

 

Retour

Lire 5482 fois Dernière modification le vendredi 05 août 2011 15:42

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références en matière d'éducation et de formation

Benner, L. 1985. Modèles d'évaluation des accidents et méthodologies d'enquête. J Saf Res 16(3):105-126.

Bright, P et C Van Lamsweerde. 1995. Éducation et formation environnementales au sein du groupe d'entreprises Royal Dutch/Shell. In Employee Participation in Pollution Reduction, édité par E Cohen-Rosenthal et A Ruiz-Quintinallia. Analyse préliminaire de l'inventaire des rejets toxiques, rapport de recherche du CAHRS. Ithaca, NY : Industrie du PNUE.

Bunge, J, E Cohen-Rosenthal et A Ruiz-Quintinallia (éd.). 1995. Participation des employés à la réduction de la pollution. Analyse préliminaire de l'inventaire des rejets toxiques, rapport de recherche du CAHRS. Ithaque, NY :

Cavanaugh, HA. 1994. Gestion de l'environnement : le plan « vert » de Duquesne Light forme les employés à une conformité totale. Electr World (novembre):86.

Cordes, DH et DF Rea. 1989. Formation en médecine du travail pour les fournisseurs de soins de santé primaires aux États-Unis : un besoin croissant. :197-202.?? livre?

D'Auria, D, L Hawkins et P Kenny. 1991. J Univ Occup Envir Health l4 Suppl.:485-499.

Ellington, H et A Lowis. 1991. Formation interdisciplinaire en santé au travail. J Univ Occup Envir Health l4 Suppl.:447-455.

Engeström, Y. 1994. Formation pour le changement : nouvelle approche de l'instruction et de l'apprentissage dans la vie professionnelle. Genève : Bureau international du travail (BIT).

Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail. 1993.

Exigences en matière d'éducation et de formation environnementales dans l'industrie. Document de travail. 6 avril.

Heath, E. 1981. Formation et éducation des travailleurs en matière de sécurité et de santé au travail : rapport sur la pratique dans six pays occidentaux industrialisés. Washington, DC : Département du travail des États-Unis, Administration de la sécurité et de la santé au travail.

Commission internationale de la santé au travail (CIST). 1987. Actes de la première conférence sur l'éducation et la formation en santé au travail. Hamilton, Ontario, Canada : ICOH.

--. 1989. Actes de la deuxième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Espoo, Finlande : ICOH.

--. 1991. Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Organisation internationale du travail (OIT). 1991. Formation, environnement et OIT. Genève : OIT.

Comité mixte OIT/OMS de la santé au travail. 1981. Éducation et formation en santé, sécurité et ergonomie du travail. Série de rapports techniques n° 663. Genève : Organisation mondiale de la santé (OMS).

Kogi, H, WO Phoon et J Thurman. 1989. Moyens peu coûteux d'améliorer les conditions de travail : 100 exemples asiatiques. Genève : OIT.

Koh, D, TC Aw et KC Lun. 1992. Formation en micro-informatique pour les médecins du travail. Dans Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Kono, K et K Nishida. 1991. Enquête sur les activités infirmières en santé au travail des diplômés des cours spécialisés en soins infirmiers en santé au travail. Dans Actes de la troisième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Kitakyushu, Japon : ICOH.

Union internationale des ouvriers d'Amérique du Nord (LIUNA). 1995. La formation environnementale enseigne plus que de simples compétences professionnelles. Ouvrier (mai-juin) : BR2.

Madelien, M et G Paulson. 1995. L'état de la formation, de l'éducation et de la recherche sur les matières dangereuses. Np : Centre national d'éducation et de formation à l'environnement.

McQuiston, TH, P Coleman, NB Wallerstein, AC Marcus, JS Morawetz et DW Ortlieb. 1994. Éducation des travailleurs des déchets dangereux : effets à long terme. J Occup Med 36(12):1310-1323.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1978. La nouvelle infirmière dans l'industrie : un guide pour l'infirmière en santé du travail nouvellement employée. Cincinnati, Ohio : Département américain de la santé, de l'éducation et du bien-être.

--. 1985. Projet Minerva, Guide supplémentaire du programme d'études en affaires. Cincinnati, Ohio : US NIOSH.

Phoon, WO. 1985a. Le cours de médecins d'usine désignés à Singapour. Actes de la dixième conférence asiatique sur la santé au travail, Manille.

--. 1985b. Education et formation en santé au travail: programmes formels. Dans Occupational Health in Developing Countries in Asia, édité par WO Phoon et CN Ong. Tokyo : Centre d'information médicale d'Asie du Sud-Est.

--. 1986. Appariement des préceptes et des pratiques en santé au travail. Lucas Lectures, n° 8. Londres : Faculté de médecine du travail du Royal College of Physicians.

--. 1988. Étapes de l'élaboration d'un programme d'études en santé et sécurité au travail. Dans le livre des résumés. Bombay : Douzième conférence asiatique sur la santé au travail.

Pochyly, DF. 1973. Planification des programmes éducatifs. Dans Développement de programmes éducatifs pour les professions de la santé. Genève : OMS.

Powitz, RW. 1990. Évaluation des déchets dangereux, éducation et formation. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux, en collaboration avec Wayne State Univ.

Pupo-Nogueira, D et J Radford. 1989. Rapport de l'atelier sur les soins de santé primaires. Dans Actes de la deuxième conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail. Espoo, Finlande : ICOH.

Rantanen, J et S Lehtinen. 1991. Projet OIT/FINNIDA de formation et d'information pour les pays africains sur la sécurité et la santé au travail. East Afr Newslett on Occup Safety and Health Suppl.:117-118.

Samelson, Nouveau-Mexique. 1977. L'effet des contremaîtres sur la sécurité dans la construction. Rapport technique n° 219. Stanford, Californie : Stanford Univ. Département de génie civil.

Senge, P. 1990. La cinquième discipline - L'art et la pratique de l'organisation apprenante. New York : Doubleday.

Sheps, CG. 1976. Enseignement supérieur pour la santé publique. Le rapport du Fonds commémoratif Milbank.
Gestion réussie de la santé et de la sécurité. 1991. Londres: Bureau fixe de Sa Majesté.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1993. Éducation pour une industrie durable. Programme industrie et environnement. Nairobi : PNUE.

Verma, KK, A Sass-Kortsak et DH Gaylor. 1991. Évaluation des compétences professionnelles en hygiène du travail au Canada. Dans Actes de la troisième Conférence internationale sur l'éducation et la formation en santé au travail Kitakyushu, Japon : ICOH.

Viner, D. 1991. Analyse des accidents et contrôle des risques. Carlton Sud, Victoria : VRJ Delphi.

Vojtecky, MA et E Berkanovic. 1984-85. L'évaluation de la formation en santé et sécurité. Int Q Community Health Educ 5(4):277-286.

Wallerstein, N et H Rubenstein. 1993. Enseigner les risques professionnels : un guide pour les travailleurs et leurs prestataires de soins de santé. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Wallerstein, N et M Weinger. 1992. Éducation à la santé et à la sécurité pour l'autonomisation des travailleurs. Am J Ind Med 11(5).

Weinger, M. 1993. Dossier de formation du formateur, Partie 1 : Manuel du formateur, Partie 2 : Document des participants. Projet africain de sécurité et de santé, Rapports 9a/93 et ​​9b/93. Genève : Bureau international du travail (BIT).

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1981. Formation du personnel de santé au travail. Euro Reports and Studies, n° 58. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

--. 1988. Formation et éducation en santé au travail. Série de rapports techniques, n° 762. Genève : OMS.

Wigglesworth, CE. 1972. Un modèle d'enseignement de la causalité des blessures et un guide pour la sélection des contre-mesures. Occup Psychol 46:69-78.

Congrès des syndicats de Zambie (ZCTU). 1994. Manuel sur la santé et la sécurité au travail. (juillet):21.