3 bannière

 

Sécurité et santé internationales, gouvernementales et non gouvernementales

Le rôle des organisations internationales est essentiellement d'offrir un cadre organisé à la coopération internationale. Au fil des siècles, les gens ont échangé des informations et des expériences de nombreuses manières. La coopération entre les pays, les scientifiques et les groupes professionnels s'est progressivement développée au fil du temps, mais au début du XXe siècle, il était devenu évident que certains problèmes ne pouvaient être résolus que collectivement.

En général, une distinction est faite entre les organisations internationales « intergouvernementales » et « non gouvernementales ». Les organisations intergouvernementales (OIG) comprennent les Nations Unies et ses agences spécialisées. Il existe également de nombreuses autres organisations intergouvernementales, telles que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'Organisation de l'unité africaine (OUA), l'Organisation des États américains (OEA) et des entités régionales ou sous-régionales, telles que l'Union européenne. (anciennement Communautés européennes), MERCOSUR (Marché du Sud—Marché Commun du Sud), la Communauté des Caraïbes (CARICOM), l'Association européenne de libre-échange (AELE) et l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

Certaines organisations internationales non gouvernementales, telles que la Commission internationale de la santé au travail (CIST) et l'Association internationale de la sécurité sociale (AISS), couvrent tous les aspects de la santé et de la sécurité au travail. De nombreuses organisations internationales non gouvernementales s'intéressent à la santé et à la sécurité au travail dans le cadre de leurs activités plus larges, telles que les organisations d'employeurs et de travailleurs et les associations internationales de divers groupes professionnels. Certaines organisations non gouvernementales, telles que l'Organisation internationale de normalisation (ISO), s'occupent de normalisation, et de nombreuses autres organisations non gouvernementales s'occupent de domaines spécifiques ou de secteurs spécifiques d'activités économiques.

De nombreuses organisations intergouvernementales et non gouvernementales s'intéressent à la santé et à la sécurité au travail, ce qui implique des aspects techniques, médicaux, sociaux et juridiques ainsi qu'une variété de disciplines, de professions et de groupes sociaux. Il existe un réseau complet d'organisations dont les connaissances et les capacités peuvent être utilisées pour promouvoir l'échange d'informations et d'expériences entre les pays.

Buts et objectifs des organisations intergouvernementales

L'un des rôles importants des organisations internationales est de traduire les valeurs convenues en droits et obligations. La Charte des Nations Unies (Nations Unies 1994) donne un bon exemple de ce que devrait être le rôle d'une organisation internationale dans le système des Nations Unies, c'est-à-dire « parvenir à la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d'ordre économique, social, culturel, ou humanitaire, et à améliorer et encourager le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion ». Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels se réfère aux principes proclamés dans la Charte des Nations Unies et reconnaît le droit de chacun à des conditions de travail sûres et saines.

Les buts et objectifs des organisations internationales sont énoncés dans leurs chartes, constitutions, statuts ou textes fondamentaux. Par exemple, la Constitution de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) (1978) stipule que son objectif est « l'atteinte par tous les individus du niveau de santé le plus élevé possible ». La protection du travailleur contre les maladies et les blessures résultant de l'emploi est l'une des tâches assignées à l'Organisation internationale du travail (OIT) aux termes du préambule de sa Constitution (voir ci-dessous et OIT 1992). La Déclaration sur les buts et objectifs de l'Organisation internationale du Travail, adoptée par la Conférence internationale du Travail lors de sa 26e session à Philadelphie en 1944, reconnaît l'obligation de l'OIT de favoriser, parmi les nations du monde, la mise en œuvre de programmes qui parvenir à « une protection adéquate de la vie et de la santé des travailleurs dans toutes les professions ».

La communauté internationale reconnaît qu'il existe des problèmes où les pays sont interdépendants. L'un des principaux rôles des organisations intergouvernementales est de traiter ces questions. Le Préambule de la Constitution de l'OIT adoptée en 1919 reconnaît que "l'échec d'une nation à adopter des conditions de travail humaines est un obstacle sur la voie des autres nations qui souhaitent améliorer les conditions dans leur propre pays" et considère qu'"une une paix durable ne peut être établie que si elle est fondée sur la justice sociale ». La Déclaration de Philadelphie de l'OIT stipule que «la pauvreté, où qu'elle se trouve, constitue un danger pour la prospérité partout». La Constitution de l'OMS stipule qu'un "développement inégal dans les différents pays dans la promotion de la santé et le contrôle des maladies, en particulier les maladies transmissibles, est un danger commun" et que "la réalisation de tout État dans la promotion et la protection de la santé est précieuse pour tous ”. Le rôle des organisations internationales est d'assurer une continuité et de créer une stabilité dans le temps vers ces objectifs politiques à long terme, tandis que la planification à court et moyen terme prévaut souvent au niveau national en raison des conditions sociales et économiques locales et des circonstances politiques.

Chaque organisation internationale a un mandat assigné par ses mandants. C'est dans le cadre de leurs mandats que les organisations internationales traitent de questions spécifiques telles que la santé et la sécurité au travail. Les caractéristiques communes des organisations intergouvernementales sont qu'elles fournissent des orientations, formulent des recommandations et élaborent des normes. Les instruments internationaux créés au sein du système des Nations Unies et applicables au niveau national peuvent être divisés en deux catégories. Les instruments non contraignants prennent généralement la forme de recommandations ou de résolutions et peuvent servir de base à la législation nationale. Les instruments contraignants impliquent l'obligation d'aligner les lois et pratiques nationales sur les décisions convenues au niveau international. La plupart des instruments contraignants prennent la forme de conventions internationales qui exigent un acte international supplémentaire de ratification, d'approbation ou d'adhésion par lequel un État établit son consentement à être lié par les obligations de la Convention.

Les organisations internationales représentent un forum où leurs mandants élaborent et établissent leurs politiques et stratégies communes dans une grande variété de domaines, y compris la sécurité et la santé au travail. C'est là que les pays confrontent leurs valeurs et leurs opinions ; échanger des informations et des expériences ; discuter et proposer des solutions; et déterminer les moyens de travailler ensemble vers des objectifs afin de parvenir à un consensus, un accord ou des conventions internationales qui définissent une compréhension commune de ce qu'il est bon de faire et de ce qu'il ne faut pas faire.

L'un des avantages d'une organisation internationale est d'offrir aux débats internationaux un environnement contrôlé régi par des règles et des procédures convenues par ses membres, permettant, en même temps, une multitude de contacts informels et diplomatiques beaucoup plus larges que ceux qui peuvent être faites au niveau d'un seul pays. Divers groupes et pays ayant des problèmes similaires en commun peuvent comparer leurs approches et améliorer leurs stratégies. D'un point de vue international, il est plus facile d'atteindre l'objectivité sur des problèmes difficiles mais spécifiques liés à des dispositifs institutionnels nationaux ou à des conditions historiques particulières. Des partenaires sociaux qui peuvent difficilement se rencontrer au niveau national s'assoient à la même table. Le dialogue est renoué et l'espoir d'un consensus peut se faire jour là où il aurait été impossible au niveau national. Les groupes de pression peuvent jouer un rôle de catalyseur dans le processus d'élaboration d'un consensus sans qu'il soit nécessaire de recourir à des stratégies agressives. Non seulement des échanges d'informations et d'expériences peuvent avoir lieu lors de conférences internationales, mais divers groupes peuvent mesurer l'acceptabilité mondiale de leurs idées, valeurs et politiques lors de ces conférences.

Dans la pratique, les organisations intergouvernementales sont impliquées dans une grande variété d'activités couvrant l'échange d'informations, le transfert de connaissances, l'harmonisation de la terminologie et des concepts, la recherche de consensus, les codes de conduite et de bonnes pratiques, et la promotion et la coordination de la recherche. La plupart des organisations internationales ont également de nombreux programmes et activités visant à aider leurs États membres à atteindre des objectifs relevant de leur mandat, y compris la coopération technique. Les organisations internationales disposent de divers moyens d'action, tels que rapports et études, réunions d'experts, séminaires, ateliers, colloques, conférences, services consultatifs techniques, échanges d'informations et rôle de centre d'échange. Au fil du temps, les mandats de base des organisations internationales ont été élargis et précisés par des résolutions et des programmes qui ont été approuvés par leurs mandants à l'occasion de leurs assemblées générales, telles que la Conférence internationale du Travail de l'OIT ou la Conférence mondiale sur la santé Assemblée de l'OMS.

L'ONU et ses institutions spécialisées

Dans le système des Nations Unies, deux agences spécialisées sont directement concernées par la santé et la sécurité au travail prises dans leur ensemble : l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Parmi les institutions spécialisées des Nations Unies, l'Organisation internationale du travail a un caractère unique puisqu'elle est tripartite (c'est-à-dire que ses mandants sont les gouvernements, les employeurs et les travailleurs). Une autre caractéristique de l'OIT est son activité normative (c'est-à-dire que la Conférence internationale du Travail adopte les conventions et recommandations internationales). L'environnement de travail étant considéré comme faisant partie intégrante de l'environnement humain (Organisation internationale du travail/Programme des Nations unies pour l'environnement/Organisation mondiale de la santé 1978), le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) s'occupe également de la question, notamment en ce qui concerne les produits chimiques. Son Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC) coopère étroitement avec l'OIT et l'OMS dans le cadre du Programme international sur la sécurité chimique (IPCS).

Outre leur siège, les organisations internationales disposent de structures de terrain et d'institutions ou d'organismes spécialisés, tels que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS et le Centre panaméricain d'écologie et de santé humaines (ECO), qui contribue à la mise en œuvre du Programme régional de santé des travailleurs de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Le Centre international de formation de l'OIT à Turin (Italie) mène des activités de formation en santé et sécurité au travail et élabore du matériel de formation pour divers groupes professionnels, et l'Institut international d'études sociales (IIES) traite de temps à autre des questions de sécurité et de santé au travail. L'OMS et l'OIT ont des bureaux régionaux, des bureaux de zone et des correspondants nationaux. Des conférences régionales de l'OIT et de l'OMS sont convoquées périodiquement. L'OPS a été fondée en 1902 et est également le Bureau régional de l'OMS pour les Amériques. En 1990, la Conférence sanitaire panaméricaine a adopté une résolution sur la santé des travailleurs (OPS 1990) qui a établi des lignes directrices pour le programme de l'OPS et a désigné 1992 « Année de la santé des travailleurs dans les Amériques ».

Le siège et les structures de terrain de l'OIT soutiennent l'engagement et les activités de ses États membres en matière de santé et de sécurité au travail dans le cadre de son Programme international pour l'amélioration des conditions et du milieu de travail (PIACT) (OIT 1984). Ce programme comprend une grande variété de services consultatifs et d'activités de coopération technique dans le monde entier. L'OIT a récemment adopté une politique de partenariat actif (APP) qui rapproche l'organisation de ses mandants tripartites dans les États Membres en renforçant ses structures sur le terrain, notamment par la mise en place d'équipes multidisciplinaires (EMD).

Plusieurs autres agences spécialisées des Nations Unies jouent un rôle important concernant des aspects spécifiques de la santé et de la sécurité au travail, telles que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui s'occupe de la sécurité nucléaire, de la protection des travailleurs contre les rayonnements et de la sécurité des sources de rayonnement. L'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) s'occupe de la sécurité et de la santé au travail dans des secteurs spécifiques de l'industrie et travaille avec le PNUE et la Banque mondiale à l'élaboration de lignes directrices pour la prévention et le contrôle de la pollution industrielle qui couvrent les questions de santé et de sécurité au travail telles que Bien. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) promeut la sécurité dans l'utilisation des pesticides (FAO 1985) et la santé et la sécurité au travail dans la foresterie, y compris des accords de coopération avec l'OIT et la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe.

Le Comité d'experts sur le transport des marchandises dangereuses du Conseil économique et social des Nations Unies a préparé les Recommandations sur le transport des marchandises dangereuses, qui fournissent des orientations pour l'élaboration de la législation nationale et la réalisation d'une certaine uniformité dans le monde pour les différents modes de transport. L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a établi des normes internationales pour l'exploitation des aéronefs et a publié un manuel de médecine de l'aviation civile qui couvre les aspects liés à la santé au travail du personnel navigant. L'Organisation maritime internationale (OMI) a adopté une Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS). L'OMS, l'OIT et l'OMI ont préparé un Guide médical international pour les navires qui comprend des parties distinctes contenant une liste du contenu de la pharmacie de bord et une section médicale du Code international de signaux. Un guide médical de premiers secours à utiliser en cas d'accident impliquant des substances dangereuses a été élaboré conjointement par l'OMI, l'OMS et l'OIT.

Des organismes de financement tels que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont soutenu financièrement au cours des 25 dernières années un grand nombre de projets de santé et de sécurité au travail dans de nombreux pays, y compris la création d'instituts nationaux de sécurité et de santé au travail. Les agences d'exécution de ces projets ont été l'OIT, l'OMS et les deux organisations conjointement. Dans ses projets de développement économique, la Banque mondiale tient compte de considérations environnementales, sanitaires et écologiques humaines (Banque mondiale 1974), y compris la santé et la sécurité au travail. En 1987, la Banque mondiale s'est lancée dans un effort majeur pour intégrer les préoccupations environnementales dans tous les aspects de ses activités. Il s'agit notamment de mettre davantage l'accent sur le développement des capacités institutionnelles de gestion de l'environnement au niveau des pays, de mieux reconnaître la nécessité d'intégrer les préoccupations environnementales dans les travaux sectoriels et de mettre davantage l'accent sur les aspects sociaux du développement écologiquement durable (Banque mondiale, 1993a). En outre, le rapport Investir dans la santé, examine l'interaction entre la santé humaine, la politique de santé et le développement économique (Banque mondiale 1993b).

Autres organisations intergouvernementales

Les activités de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sont particulièrement importantes en ce qui concerne les questions de santé environnementale, la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques, les méthodes d'évaluation des risques chimiques et la protection contre les radiations. Le Conseil de l'Europe a adopté un certain nombre de résolutions relatives à la sécurité et à la santé au travail concernant, par exemple, les services de sécurité au sein des entreprises. La Charte sociale européenne, adoptée par le Conseil de l'Europe en 1961, reconnaît le droit des travailleurs à des conditions de travail sûres et saines. Le Conseil nordique s'occupe de la sécurité et de la santé au travail et des problèmes environnementaux et formule des recommandations concernant les substances toxiques et dangereuses, la sûreté nucléaire et la protection contre les radiations, ainsi que des programmes d'action sur l'environnement professionnel. L'Organisation arabe du travail, créée en 1965, est une agence spécialisée dans le cadre de la Ligue arabe ; il entreprend des études et mène des recherches dans le domaine de la sécurité industrielle et de la santé au travail. Les pays du MERCOSUR disposent d'une commission spéciale pour l'harmonisation des législations en santé et sécurité au travail.

L'Union européenne adopte des directives qui sont obligatoires pour ses États membres et doivent être traduites dans les lois nationales. Les directives européennes couvrent l'ensemble du domaine de la santé et de la sécurité au travail dans le but d'harmoniser les législations nationales en tenant compte du principe de subsidiarité. Trois niveaux de directives peuvent être identifiés (BTS 1991) : les directives-cadres, comme la Directive relative à l'introduction de mesures visant à favoriser l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs au travail (89/391) ; ceux qui couvrent les risques auxquels sont exposés les travailleurs (plomb, amiante, bruit, rayonnements ionisants…) ; et celles qui fixent les règles de conception des équipements de travail. Les normes techniques sont élaborées par les Commissions européennes de normalisation (CEN, CENELEC). La Commission de l'Union européenne (anciennement la Commission des Communautés européennes) prépare les directives et a un important programme de sécurité et de santé au travail (Commission des Communautés européennes 1990). La Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail, à Dublin, a des activités dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail, y compris un groupe de travail sur les stratégies de santé au travail en Europe. L'année 1992 a été proclamée "Année européenne de la sécurité, de l'hygiène et de la protection de la santé au travail", et un grand nombre d'activités de sécurité et de santé au travail ont été soutenues dans les pays de l'Union européenne. Une Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail a été créée à Bilbao (Espagne) en tant qu'organe spécialisé de l'Union européenne.

Organisations internationales non gouvernementales

Les groupes scientifiques, professionnels et autres ont également ressenti le besoin de développer la coopération internationale et de s'associer aux organisations internationales non gouvernementales. Ils peuvent être formés de spécialistes individuels, d'associations nationales de spécialistes ou d'institutions. La Commission internationale de la santé au travail (CIST) a été fondée en 1906 sous le nom de Commission permanente des maladies professionnelles. Il est traité dans un article séparé de ce chapitre.

L'Association internationale de la sécurité sociale (AISS) est une organisation internationale d'organismes officiels responsables de l'administration de la sécurité sociale et a un programme concernant la prévention des risques professionnels depuis 1954 et est également discuté séparément dans ce chapitre.

Alors que l'ICOH et l'AISS s'occupent de l'ensemble du domaine de la santé et de la sécurité au travail, il existe un certain nombre d'organisations non gouvernementales qui traitent de secteurs spécifiques de l'activité économique, tels que l'agriculture, ou de domaines spécifiques aussi variés que la technologie, toxicologie, psychologie, organisation du travail, sécurité des procédés, ingénierie humaine, épidémiologie, médecine sociale, appareils de levage, manutention de marchandises, navires sous pression, transport de conteneurs et de matières dangereuses, signaux de sécurité, sécurité routière et sûreté nucléaire. De nombreuses organisations non gouvernementales internationales se préoccupent de l'environnement et de la protection des consommateurs, dont l'Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles - Union mondiale pour la nature (UICN) et l'Organisation internationale des unions de consommateurs (IOCU). Ils s'intéressent à la santé environnementale et, dans une certaine mesure, à la santé au travail, notamment à la sécurité chimique et aux pesticides.

Dans le domaine de la protection des travailleurs, des patients et du public contre les effets néfastes des rayonnements ionisants, les travaux de la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) font autorité dans le monde entier et servent de base aux recommandations internationales des organisations intergouvernementales. L'Association internationale de radioprotection (IRPA) a créé une Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), qui publie des lignes directrices sur les limites d'exposition et contribue aux publications de l'OIT et de l'OMS sur les rayonnements non ionisants. De nombreuses autres organisations ou associations internationales non gouvernementales pourraient être mentionnées puisqu'elles traitent de la santé et de la sécurité au travail ou s'intéressent à des aspects particuliers de la santé et de la sécurité au travail, notamment l'Association internationale d'ergonomie (IEA), la Société d'ergonomie des pays francophones ( SELF), le Conseil international des infirmières (CII), le Conseil interaméricain de sécurité (IASC), l'Association internationale de l'inspection du travail (IALA), l'Association internationale d'hygiène du travail (IOHA), l'Association internationale de médecine agricole et de santé rurale (IAAMRH), l'Association internationale de santé publique et rurale, l'Association latino-américaine de sécurité et d'hygiène au travail (ALASEHT), la Fédération internationale des associations de spécialistes en sécurité et hygiène industrielle, l'Association européenne des écoles de médecine du travail, la Fédération mondiale des associations de toxicologie clinique et antipoison l Centres et l'International Safety Council, une filiale mondiale du US National Safety Council.

Un autre groupe d'organisations non gouvernementales comprend celles qui ont pour objectif la normalisation, telles que l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et la Commission électrotechnique internationale (CEI). L'ISO est abordée dans un article séparé de ce chapitre.

Les organisations internationales d'employeurs et de travailleurs jouent un rôle important dans la définition des politiques et des priorités en matière de santé et de sécurité au travail au niveau international. Leur implication est importante car les législations et réglementations nationales du travail rendent les employeurs responsables de la protection contre les risques professionnels, et les premiers concernés sont les travailleurs eux-mêmes, puisque c'est leur santé et leur sécurité qui sont en danger. Un certain nombre d'organisations internationales d'employeurs et de travailleurs s'occupent de la sécurité et de la santé au travail dans leur ensemble, notamment l'Organisation internationale des employeurs (OIE), l'Union des confédérations de l'industrie et des employeurs d'Europe (UNICE), la Confédération internationale de libre-échange syndicales internationales (CISL), la Confédération mondiale du travail (CMT) et la Fédération syndicale mondiale (FSM). Il existe de nombreuses organisations syndicales internationales sectorielles qui traitent d'aspects spécifiques, telles que la Confédération internationale des syndicats des travailleurs de la chimie, de l'énergie, des mines et autres (ICEM), la Fédération internationale des métallurgistes (FIOM), la Fédération internationale des syndicats du bâtiment et du bois travailleurs des plantations, de l'agriculture et des branches connexes et la Fédération internationale des employés de commerce, de bureau et techniques (FIET). Il existe également des organisations régionales, telles que l'Organisation de l'unité syndicale africaine (OUSA) et la Confédération européenne des syndicats (ECTU), qui a créé un Bureau technique syndical européen pour la sécurité et la santé au travail (BST). Ces organismes ont des activités très variées, notamment en matière de diffusion d'informations, de conseils techniques et de formation en santé et sécurité au travail.

Les producteurs, fabricants et opérateurs sont également actifs dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail, soit par le biais de leurs associations, soit par le biais d'instituts et d'organismes qu'ils ont créés, tels que le Conseil international des associations chimiques (ICCA), le Conseil européen des fabricants de produits chimiques (CEFIC), l'International Group of National Associations of Agrochemical Manufacturers (GIFAP), l'International Air Transport Association (IATA), l'Association mondiale des exploitants de centrales nucléaires (WANO), l'Illuminating Engineering Society (IES), l'Asbestos International (AIA), l'International Fiber Safety Group (IFSG) et le Viral Hepatitis Prevention Board (action contre l'hépatite B en tant que risque professionnel). En outre, un certain nombre d'institutions et d'organismes internationaux créés par les producteurs, les fabricants et leurs organisations développent des activités liées à la protection de l'environnement et à la santé environnementale, qui peuvent inclure dans une certaine mesure la santé au travail, comme le Centre international pour l'industrie et l'environnement (ICIE), le Conseil international des métaux et de l'environnement (ICME), l'Institut international de l'aluminium primaire (IPAI) et le Groupe d'étude international des compagnies pétrolières pour la conservation de l'air pur et de l'eau (CONCAWE).

Enfin, il existe de nombreuses organisations internationales non gouvernementales créées par des scientifiques, des associations professionnelles ou des groupes ayant des intérêts scientifiques, humanitaires ou économiques similaires qui n'ont pas d'intérêts directs en matière de santé au travail mais traitent de questions scientifiques, techniques, médicales ou sociales pertinentes à la santé et à la sécurité au travail, telles que l'Association médicale mondiale (AMM), le Conseil des organisations internationales des sciences médicales (CIOMS), l'Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC), le Conseil international pour la recherche, les études et la documentation sur le bâtiment, l'Association internationale d'épidémiologie, la Société internationale de droit du travail et de la sécurité sociale et le Bureau international de l'épilepsie (BIE), qui ont préparé un Code de principes de bonnes pratiques pour l'emploi des personnes épileptiques.

Programmes conjoints en coopération internationale

Il est intéressant d'examiner comment les organisations internationales se complètent et mobilisent leurs différents moyens d'action pour lutter contre des risques professionnels spécifiques. En ce qui concerne le bruit et les vibrations, par exemple, la CEI fournit des normes pour les appareils de mesure, l'ISO définit des méthodes de mesure, l'OMS fournit des critères sanitaires, l'OIT recommande des limites d'exposition dans son code de bonnes pratiques sur le bruit et les vibrations et définit une approche générale et dans sa convention (no 1977) et sa recommandation (no 148) sur le milieu de travail (pollution de l'air, bruit et vibrations), 156.

Le rôle des organisations internationales se caractérise de plus en plus par la coopération dans le cadre de programmes internationaux ou de joint-ventures sur des sujets spécifiques impliquant les pays eux-mêmes et des organisations intergouvernementales et non gouvernementales. La coopération internationale en matière de protection contre les rayonnements ionisants et de promotion de la sécurité chimique sont deux exemples de telles activités.

Dans le domaine de la protection contre les rayonnements ionisants, la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) et le Comité scientifique des Nations unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) apportent l'apport scientifique. L'OIT a adopté en 1960 la convention (n° 115) et la recommandation (n° 114) sur la protection contre les rayonnements, qui font spécifiquement référence aux orientations émises par la CIPR. Des orientations supplémentaires sont données dans un certain nombre de recueils de directives pratiques préparés par l'AIEA, coparrainés par l'OIT et l'OMS, le cas échéant, et dans le Recueil de directives pratiques de l'OIT sur la radioprotection (rayonnements ionisants), 1987. Ceux-ci sont complétés par des guides, manuels, supports de formation et documents techniques publiés essentiellement par l'AIEA et par l'Agence pour l'énergie nucléaire de l'OCDE. Les activités de coopération technique dans ce domaine sont principalement menées par l'AIEA ; d'autres organisations sont impliquées en cas de besoin.

En 1990, une étape importante vers l'harmonisation internationale de la sûreté radiologique a eu lieu : le Comité interinstitutions sur la sûreté radiologique (IACRS) a été créé en tant que forum de consultation et de collaboration sur les questions de sûreté radiologique entre les organisations internationales. Un secrétariat conjoint a été créé pour réviser l'édition de 1982 des Normes fondamentales de sûreté AIEA/OIT/OMS/AEN-OCDE pour la radioprotection. Six organisations internationales – la FAO, l'AIEA, l'OIT, l'Agence pour l'énergie nucléaire de l'OCDE, l'OPS et l'OMS – se sont associées pour élaborer des normes internationales dans le but d'aider leurs États membres à rédiger leurs propres lois. Sous la direction de l'AIEA, un important processus de consultations avec les pays et entre les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, y compris les organisations d'employeurs et de travailleurs, a abouti à l'élaboration des Normes internationales de protection contre les rayonnements ionisants et de sûreté des sources de rayonnements (AIEA 1994). Ces normes internationales peuvent être considérées comme des normes unifiées pour le système des Nations Unies.

La coopération internationale dans la promotion de la sécurité chimique illustre la façon dont les organisations internationales interagissent pour répondre aux préoccupations des peuples du monde exprimées par la communauté internationale, et comment les déclarations générales de principes adoptées par les conférences intergouvernementales sont traduites en programmes d'action et en activités pratiques fondés sur des connaissances scientifiques. connaissance. Il existe un consensus sur le fait que l'évaluation des produits chimiques devrait répondre aux préoccupations concernant les expositions professionnelles, les expositions du public et l'environnement. Réaliser des évaluations de risques dans un cadre international est un atout pour mobiliser une expertise et des ressources limitées. Cela a conduit à la création en 1980 du Programme international sur la sécurité chimique (IPCS) par l'OMS, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'OIT. L'engagement des trois organisations coopérantes à collaborer à l'IPCS a été exprimé par un protocole d'accord en 1988 qui établit les objectifs de l'IPCS. Le travail technique de l'IPCS s'appuie sur un réseau d'institutions nationales et internationales qui participent à ses activités et sont responsables de tâches particulières. Le programme entretient des relations de travail étroites et efficaces avec plusieurs autres organisations intergouvernementales et non gouvernementales, associations et organismes professionnels qui ont des activités importantes dans le domaine de la sécurité chimique.

La Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), qui s'est tenue à Rio de Janeiro en 1992, a reconnu la nécessité d'assurer une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques toxiques et a identifié six domaines de programme pour la coopération internationale :

  1. élargir et accélérer l'évaluation internationale des risques chimiques
  2. harmonisation de la classification et de l'étiquetage des produits chimiques
  3. échange d'informations sur les produits chimiques toxiques et les risques chimiques
  4. mise en place de programmes de réduction des risques
  5. renforcement des capacités nationales et des capacités de gestion des produits chimiques
  6. prévention du trafic international illicite de produits toxiques et dangereux.

 

Cela a été suivi en 1994 par une Conférence internationale sur la sécurité chimique (Conférence de Stockholm 1994), qui a établi le Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique, identifié un certain nombre de priorités d'action et invité les organisations intergouvernementales à participer à un programme de collaboration élargi sur la sécurité chimique. Un programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits chimiques (IOMC) a été créé, auquel participent l'OMS, l'OIT, le PNUE, la FAO, l'ONUDI et l'OCDE. Il comprend un Comité de coordination inter-organisations (IOCC), qui assure la coordination des activités sur la sécurité chimique menées par les organisations participantes, individuellement ou conjointement, et suit la mise en œuvre des recommandations de la CNUED.

On observe des signes d'une tendance croissante à mobiliser l'expertise et les ressources dans le cadre d'activités conjointes. C'est le cas, par exemple, dans le domaine de la formation et de l'échange d'informations en santé et sécurité au travail. En matière de sécurité biologique, une coopération s'est développée entre l'ONUDI, le PNUE, l'OMS et la FAO, et certaines activités ont été menées dans le cadre de l'IPCS. L'ONUDI a été désignée pour assurer le suivi du chapitre 16 de l'Agenda 21 (gestion écologiquement rationnelle de la biotechnologie) de la Conférence de Rio, catalyser des activités et des programmes conjoints et élaborer des stratégies communes du système des Nations Unies sur la biotechnologie. L'OCDE a un programme sur les aspects environnementaux de la biotechnologie. La directive européenne concernant la protection des travailleurs contre les agents biologiques au travail (90/679 et 93/88) a été adoptée en 1990 et modifiée en 1993. En 1993, la Conférence internationale du travail de l'Organisation internationale du travail a adopté une résolution concernant l'exposition aux sécurité dans l'utilisation d'agents biologiques au travail qui indique que la question doit être étudiée, y compris la nécessité de nouveaux instruments internationaux (convention, recommandation ou les deux) pour minimiser les risques pour les travailleurs, le public et l'environnement.

Deux autres exemples concernent la protection des travailleurs contre les rayonnements non ionisants et l'harmonisation des systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques. Des documents sur les critères d'hygiène de l'environnement relatifs aux rayonnements non ionisants ont été préparés par l'OMS, le PNUE et la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP). Une coopération plus large sur la protection contre les rayonnements non ionisants, y compris l'exposition professionnelle, se développe actuellement, qui comprend l'OIT, la Commission de l'Union européenne, la Commission électrotechnique internationale (CEI), le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et le Comité Scientifique du Rayonnement et du Travail de l'ICOH. L'harmonisation des systèmes de classification et d'étiquetage des produits chimiques est un domaine dans lequel une vaste coopération est encouragée, sous la direction de l'OIT, entre les pays, les organisations intergouvernementales (par exemple, l'OCDE, l'Union européenne), les organisations non gouvernementales (organisations d'employeurs et de travailleurs ; associations internationales de consommateurs et de protection de l'environnement), le Comité d'experts des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses, la FAO, le PNUE, l'OMS, l'OMI et l'OACI.

Il existe de nombreux autres domaines où de nouvelles formes souples de coopération internationale entre pays et organisations internationales émergent ou pourraient être développées, comme le stress professionnel et la lutte contre les maladies pulmonaires professionnelles, en particulier la silicose. Le réseautage international en santé et sécurité au travail se développe de plus en plus avec des objectifs tels que la coordination de la recherche. Il serait avantageux qu'un réseau international pour la santé et la sécurité au travail puisse être développé sur la base des structures existantes dans les organisations internationales qui pourraient être interconnectées, telles que les centres collaborateurs de l'OMS, les comités scientifiques de l'ICOH, les sections internationales de l'AISS , les correspondants nationaux de l'IRPTC, les points de contact de la procédure d'information complémentaire de l'OCDE, les institutions participantes de l'IPCS, les centres nationaux et collaborateurs du Centre international d'informations de sécurité et de santé au travail (CIS) de l'OIT et les organes désignés du Bureau international de l'OIT. Système d'alerte pour la sécurité et la santé au travail.

Objectifs communs et approches complémentaires en santé au travail

Dans le domaine de la santé au travail, les objectifs ultimes de l'OMS et de l'OIT sont les mêmes : protéger et promouvoir la santé des travailleurs dans toutes les professions. Les orientations politiques sont données par l'OIT sur la base de ses conventions et recommandations internationales sur la santé et la sécurité au travail et par l'OMS à travers les résolutions adoptées par l'Assemblée mondiale de la santé concernant la santé des travailleurs et l'approche des soins de santé primaires qu'elle préconise.

Depuis la Conférence sur les soins de santé primaires à Alma-Ata en 1978, le programme de santé des travailleurs de l'OMS s'est efforcé d'étendre ses activités de protection et de promotion de la santé à toutes les personnes au travail, en accordant une attention particulière aux populations actives mal desservies et vulnérables. La 40e Assemblée mondiale de la santé a demandé au directeur général de l'OMS :

  1. promouvoir la mise en oeuvre du programme de santé des travailleurs, dans le cadre du système national de santé fondé sur les soins de santé primaires, en étroite coopération avec d'autres programmes pertinents, les organisations non gouvernementales et toutes les institutions des Nations Unies
  2. élaborer des lignes directrices sur les soins de santé primaires sur le lieu de travail, s'adressant en particulier aux populations actives mal desservies et comprenant le matériel pédagogique nécessaire à différents niveaux
  3. élaborer des lignes directrices sur la promotion de la santé sur le lieu de travail en coopération avec les centres collaborateurs de l'OMS
  4. promouvoir les activités régionales dans le domaine de la santé des travailleurs, le cas échéant.

 

En octobre 1994, la deuxième réunion du Réseau des centres collaborateurs en santé au travail (52 instituts de recherche et d'expertise de 35 pays) a adopté une "Stratégie mondiale sur la santé au travail pour tous" et a recommandé que ce document soit soumis à l'examen de l'OMS pour être convertie en «Stratégie mondiale de la santé au travail pour tous» de l'OMS. Cela a été fait en mai 1996, avec le soutien de l'OIT.

Les conventions et recommandations de l'OIT sur la sécurité et la santé au travail définissent les droits des travailleurs et attribuent des devoirs et des responsabilités à l'autorité compétente, aux employeurs et aux travailleurs dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail. Les conventions et recommandations de l'OIT adoptées par la Conférence internationale du Travail, prises dans leur ensemble, constituent le Code international du travail, qui définit les normes minimales dans le domaine du travail. La politique de l'OIT en matière de santé et de sécurité au travail est essentiellement contenue dans deux conventions internationales et les recommandations qui les accompagnent. La convention (n° 1981) et la recommandation (n° 155) de l'OIT sur la sécurité et la santé au travail, 164, prévoient l'adoption d'une politique nationale de sécurité et de santé au travail et décrivent les actions nécessaires au niveau national et au niveau de l'entreprise pour promouvoir la sécurité et la santé et d'améliorer l'environnement de travail. La convention (n° 1985) et la recommandation (n° 161) de l'OIT sur les services de santé au travail de 171 prévoient la création de services de santé au travail qui contribueront à la mise en œuvre de la politique de sécurité et de santé au travail et rempliront leurs fonctions au niveau de l'entreprise. .

En 1984, la Conférence internationale du Travail a adopté une résolution concernant l'amélioration des conditions et du milieu de travail, qui rappelait que l'amélioration des conditions et du milieu de travail était un élément essentiel de la promotion de la justice sociale. Il a souligné que l'amélioration des conditions de travail et de l'environnement est une contribution positive au développement national et représente une mesure du succès de toute politique économique et sociale. Il énonçait les trois principes fondamentaux que :

  • Le travail doit avoir lieu dans un environnement de travail sûr et sain.
  • Les conditions de travail doivent être compatibles avec le bien-être et la dignité humaine des travailleurs.
  • Le travail doit offrir de réelles possibilités d'épanouissement personnel, d'épanouissement personnel et de service à la société.

 

Il existe de nombreuses caractéristiques similaires entre la stratégie de l'OIT pour l'amélioration des conditions et du milieu de travail et l'approche des soins de santé primaires de l'OMS. Ils reposent sur des principes de base similaires et tous deux :

  1. viser toutes les personnes concernées, les travailleurs ou le public
  2. définir des politiques, des stratégies et des moyens d'action
  3. insister sur la responsabilité de chaque employeur pour la santé et la sécurité des travailleurs dans son emploi
  4. mettre l'accent sur la prévention primaire, le contrôle du risque à la source et l'éducation à la santé
  5. accorder une importance particulière à l'information et à la formation
  6. indiquer la nécessité de développer une pratique de santé au travail facilement accessible à tous et disponible sur le lieu de travail
  7. reconnaître la place centrale de la participation — la participation communautaire aux programmes de santé et la participation des travailleurs à l'amélioration des conditions de travail et du milieu de travail.
  8. mettre en évidence les interactions entre santé environnement et développement, ainsi qu'entre sécurité et santé au travail et emploi productif.

 

La tendance actuelle à la mondialisation de l'économie mondiale et à l'intégration régionale a accru l'interdépendance et le besoin de coopération entre les pays. Cet aperçu montre qu'il existe des objectifs, des approches et des politiques communs en matière de santé et de sécurité au travail. Il existe également une structure sur laquelle une coopération mondiale peut être construite. C'est l'objectif du Programme mondial sur la sécurité, la santé et l'environnement, qui sera lancé par l'OIT en 1998.

 

Noir

* Cet article est adapté de Basic Facts About the United Nations (Nations Unies 1992).

Origine des Nations Unies

L'Organisation des Nations Unies était, en 1992, une organisation de 179 nations légalement engagées à coopérer pour soutenir les principes et objectifs énoncés dans sa Charte. Il s'agit notamment d'engagements à éradiquer la guerre, à promouvoir les droits de l'homme, à maintenir le respect de la justice et du droit international, à promouvoir le progrès social et les relations amicales entre les nations et à utiliser l'Organisation comme centre d'harmonisation de leurs actions afin d'atteindre ces objectifs.

La Charte des Nations Unies a été rédigée dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale par les représentants de 50 gouvernements réunis à la Conférence des Nations Unies sur l'Organisation internationale en 1945. La Charte a été rédigée sur la base de propositions élaborées par les représentants de la Chine, France, Union soviétique, Royaume-Uni et États-Unis. Il a été adopté et signé le 26 juin 1945.

À des millions de réfugiés de la guerre et de la persécution, les Nations Unies ont fourni un abri et des secours. Il a agi comme un catalyseur majeur dans l'évolution de 100 millions de personnes de la domination coloniale à l'indépendance et à la souveraineté. Il a établi à plusieurs reprises des opérations de maintien de la paix pour contenir les hostilités et aider à résoudre les conflits. Elle a élargi et codifié le droit international. Il a effacé la variole de la surface de la planète. Au cours des cinq décennies de son existence, l'Organisation a adopté quelque 70 instruments juridiques promouvant ou imposant le respect des droits de l'homme, facilitant ainsi un changement historique dans l'attente populaire de liberté dans le monde entier.

ADHÉSION

La Charte déclare que l'adhésion à l'ONU est ouverte à toutes les nations éprises de paix qui acceptent ses obligations et qui, de l'avis de l'Organisation, sont désireuses et capables de s'acquitter de ces obligations. Les États sont admis en tant que membres par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité. La Charte prévoit également la suspension ou l'expulsion de Membres pour violation des principes de la Charte, mais aucune mesure de ce type n'a jamais été prise.

Langues officielles

Aux termes de la Charte, les langues officielles des Nations Unies sont le chinois, l'anglais, le français, le russe et l'espagnol. L'arabe a été ajouté comme langue officielle de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité et du Conseil économique et social.

Structure

L'ONU est un réseau complexe composé de six organes principaux avec un grand nombre de programmes, d'agences, de commissions et d'autres organes connexes. Ces organes connexes ont des statuts juridiques différents (certains sont autonomes, certains sont sous l'autorité directe de l'ONU, etc.), des objectifs et des domaines de responsabilité, mais le système affiche un niveau très élevé de coopération et de collaboration. La figure 1 illustre schématiquement la structure du système et certains des liens entre les différents organes. Pour plus d'informations, il convient de se référer à : Faits de base sur les Nations Unies (1992).

Figure 1. La Charte a établi six organes principaux des Nations Unies

ISL080F1

Cour internationale de Justice

La Cour internationale de Justice est le principal organe judiciaire de l'ONU. La Cour est ouverte aux parties à son Statut, qui inclut automatiquement tous les Membres de l'ONU. D'autres États peuvent déférer des affaires à la Cour dans les conditions fixées par le Conseil de sécurité. En outre, le Conseil de sécurité peut recommander qu'un différend juridique soit porté devant la Cour. Seuls les États peuvent être parties aux affaires portées devant la Cour (c'est-à-dire que la Cour n'est pas ouverte aux particuliers). L'Assemblée générale et le Conseil de sécurité peuvent demander à la Cour un avis consultatif sur toute question juridique; d'autres organes de l'ONU et des institutions spécialisées, lorsqu'ils y sont autorisés par l'Assemblée générale, peuvent demander des avis consultatifs sur des questions juridiques entrant dans le cadre de leurs activités (par exemple, l'Organisation internationale du travail pourrait demander un avis consultatif concernant une norme internationale du travail ).

La compétence de la Cour s'étend à toutes les matières prévues par la Charte des Nations Unies ou dans les traités ou conventions en vigueur, ainsi qu'à toutes les autres questions que les États lui soumettent. Pour statuer sur des affaires, la Cour n'est pas limitée aux principes de droit contenus dans des traités ou des conventions, mais peut utiliser toute la sphère du droit international (y compris le droit coutumier).

L'Assemblée générale

L'Assemblée générale est le principal organe délibérant. Il est composé de représentants de tous les États membres, chacun disposant d'une voix. Les décisions sur des questions importantes, telles que celles sur la paix et la sécurité, l'admission de nouveaux membres et les questions budgétaires, nécessitent une majorité des deux tiers. Les décisions sur les autres questions sont prises à la majorité simple.

Les fonctions et pouvoirs de l'Assemblée générale comprennent l'examen et la formulation de recommandations sur les principes de coopération pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, y compris le désarmement et la réglementation des armements. L'Assemblée générale lance également des études et formule des recommandations pour promouvoir la coopération politique internationale, le développement et la codification du droit international, la réalisation des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, et la collaboration internationale dans les domaines économique, social, culturel, éducatif et sanitaire. Il reçoit et délibère sur les rapports du Conseil de sécurité et d'autres organes de l'ONU ; examine et approuve le budget de l'ONU et répartit les contributions entre les membres ; et élit les membres non permanents du Conseil de sécurité, les membres du Conseil économique et social et les membres du Conseil de tutelle qui sont élus. L'Assemblée générale élit également conjointement avec le Conseil de sécurité les juges de la Cour internationale de Justice et, sur la recommandation du Conseil de sécurité, nomme le Secrétaire général.

Au début de chaque session ordinaire, l'Assemblée générale tient un débat général au cours duquel les États Membres expriment leurs vues sur un large éventail de questions d'intérêt international. En raison du grand nombre de questions que l'Assemblée générale est appelée à examiner (plus de 150 points à l'ordre du jour de la session de 1992, par exemple), l'Assemblée attribue la plupart des questions à ses sept commissions principales :

  • Première Commission (désarmement et questions connexes de sécurité internationale)
  • Commission politique spéciale
  • Deuxième Commission (questions économiques et financières)
  • Troisième Commission (questions sociales, humanitaires et culturelles)
  • Quatrième Commission (questions de décolonisation)
  • Cinquième Commission (questions administratives et budgétaires)
  • Sixième Commission (questions juridiques).

 

Conseil économique et social (ECOSOC)

L'ECOSOC a été créé par la Charte en tant qu'organe principal chargé de coordonner le travail économique et social de l'ONU et des agences et institutions spécialisées. Le Conseil économique et social sert de forum central pour la discussion des questions économiques et sociales internationales de nature mondiale ou interdisciplinaire et la formulation de recommandations politiques sur ces questions, et s'emploie à promouvoir le respect et l'observation des droits de l'homme. et libertés fondamentales pour tous. L'ECOSOC peut faire ou lancer des études, des rapports et des recommandations sur des questions internationales économiques, sociales, culturelles, éducatives, sanitaires et connexes, et convoquer des conférences internationales et préparer des projets de conventions à soumettre à l'Assemblée générale. D'autres pouvoirs et fonctions comprennent la négociation d'accords avec les agences spécialisées définissant leurs relations avec l'ONU et la coordination de leurs activités, et la consultation avec les ONG concernées par les questions dont traite le Conseil.

Organes subsidiaires

Le mécanisme subsidiaire du Conseil comprend des commissions techniques et régionales, six comités permanents (par exemple, le Comité des organisations non gouvernementales et des sociétés transnationales) et un certain nombre d'organes permanents d'experts sur des sujets tels que la prévention et la lutte contre la criminalité, la planification du développement, et le transport de marchandises dangereuses.

Relations avec les organisations non gouvernementales

Plus de 900 ONG ont un statut consultatif auprès du Conseil, avec différents niveaux d'implication. Ces ONG peuvent envoyer des observateurs aux réunions publiques du Conseil et de ses organes subsidiaires et peuvent soumettre des déclarations écrites concernant les travaux du Conseil. Ils peuvent également consulter le Secrétariat de l'ONU sur des questions d'intérêt commun.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a la responsabilité principale, en vertu de la Charte, du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Alors que d'autres organes de l'ONU font des recommandations aux gouvernements, le Conseil a seul le pouvoir de prendre des décisions que les États membres sont tenus d'exécuter en vertu de la Charte.

de l'OIC

Le Secrétariat, un personnel international travaillant au siège des Nations Unies à New York et sur le terrain, exécute les divers travaux quotidiens de l'Organisation. Il dessert les autres organes de l'ONU et administre les programmes et les politiques qu'ils définissent. A sa tête se trouve le Secrétaire général, qui est nommé par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité pour un mandat de cinq ans.

Conseil de tutelle

En établissant un système international de tutelle, la Charte a établi le Conseil de tutelle comme l'un des principaux organes de l'ONU et lui a confié la tâche de superviser l'administration des territoires sous tutelle placés sous le système de tutelle. Les principaux objectifs du système sont de promouvoir l'avancement des habitants des territoires sous tutelle et leur développement progressif vers l'autonomie ou l'indépendance.

Le rôle du système des Nations Unies en matière de santé et de Sécurité

Alors que l'amélioration des conditions et de l'environnement de travail fera normalement partie de la politique nationale visant à promouvoir le développement économique et le progrès social conformément aux objectifs et priorités nationaux, une certaine harmonisation internationale est nécessaire pour garantir que la qualité de l'environnement de travail partout est compatible avec la santé et le bien-être des travailleurs, et d'aider les États membres à cet effet. C'est essentiellement le rôle du système des Nations Unies dans ce domaine.

Au sein du système des Nations Unies, de nombreuses organisations et organes jouent un rôle dans l'amélioration des conditions et de l'environnement de travail. Le Organisation internationale du Travail (OIT) a pour mandat constitutionnel d'améliorer les conditions et l'environnement de travail afin d'humaniser le travail ; sa structure tripartite peut garantir que ses normes internationales ont un impact direct sur la législation, les politiques et les pratiques nationales et est abordée dans un article distinct de ce chapitre.

Le L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a un mandat en matière de santé au travail dérivé de sa Constitution, qui a identifié l'OMS comme "l'autorité de direction et de coordination du travail de santé international", et a énoncé les fonctions de l'OMS qui comprennent la "promotion de ... conditions économiques et de travail et d'autres aspects de l'hygiène du milieu ». Des mandats supplémentaires découlent de diverses résolutions de l'Assemblée mondiale de la Santé et du Conseil exécutif. Le programme de santé au travail de l'OMS vise à promouvoir la connaissance et le contrôle des problèmes de santé des travailleurs, y compris les maladies professionnelles et liées au travail, et à coopérer avec les pays à l'élaboration de programmes de soins de santé pour les travailleurs, en particulier ceux qui sont généralement mal desservis. L'OMS, en collaboration avec l'OIT, le PNUE et d'autres organisations, entreprend une coopération technique avec les États membres, produit des directives et mène des études sur le terrain, ainsi que des formations en santé au travail et le développement du personnel. L'OMS a mis en place le GEENET, le Réseau mondial d'épidémiologie environnementale, qui regroupe des institutions et des individus du monde entier activement impliqués dans la recherche et la formation en épidémiologie environnementale et professionnelle. Le Agence internationale pour la recherche sur le cancer (CIRC) a été créé en tant qu'institut de recherche indépendant, mais dans le cadre de l'OMS. Les statuts de l'Agence définissent sa mission comme « planifier, promouvoir et développer la recherche dans toutes les phases de l'étiologie, du traitement et de la prévention du cancer ». Depuis le début de son activité de recherche, le Centre s'est consacré à l'étude des causes de cancer présentes dans l'environnement humain, avec la conviction que l'identification d'un agent cancérogène était la première et nécessaire étape vers la réduction ou l'élimination de l'agent causal de l'environnement. , dans le but de prévenir le cancer qu'il aurait pu provoquer. Les activités de recherche de l'Agence se divisent en deux groupes principaux—épidémiologiques et expérimentaux en laboratoire, mais il existe une interaction considérable entre ces groupes dans les projets de recherche réels entrepris.

Outre ces deux organisations qui se concentrent respectivement sur le travail et la santé, plusieurs organes des Nations Unies incluent les questions de santé et de sécurité dans leurs fonctions sectorielles ou géographiques spécifiques :

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a pour mandat de sauvegarder et d'améliorer l'environnement au profit des générations présentes et futures, y compris l'environnement de travail. Il a une fonction fondamentale de coordination et de catalyseur pour l'environnement en général au sein du système des Nations Unies. Il s'acquitte de cette fonction à travers la coordination des programmes et le soutien des activités par le Fonds pour l'environnement. Outre son mandat général, le mandat spécifique du PNUE en matière d'environnement de travail découle des Recommandations 81 et 83 de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain et des Décisions du Conseil d'administration du PNUE demandant au Directeur exécutif d'intégrer les principes et objectifs liés à l'amélioration de l'environnement de travail pleinement dans le cadre du programme environnement. Le PNUE est également tenu de collaborer avec les organisations appropriées de travailleurs et d'employeurs, à l'élaboration d'un programme d'action coordonné à l'échelle du système sur le milieu de travail et de vie des travailleurs, et avec les organismes des Nations Unies concernés (par exemple, le PNUE coopère avec l'OMS et l'OIT dans le Programme international sur la sécurité chimique).

Le PNUE maintient le Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC), qui s'efforce de combler le fossé entre les connaissances chimiques mondiales et ceux qui ont besoin de les utiliser. Le réseau d'accords environnementaux du PNUE a également un effet international de plus en plus important et prend de l'ampleur (par exemple, l'historique Convention de Vienne et le Protocole de Montréal sur la protection de la couche d'ozone).

Le agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'intéresse aux risques résultant des rayonnements ionisants associés au cycle du combustible nucléaire. L'AIEA encourage et guide le développement des utilisations pacifiques de l'énergie atomique, établit des normes de sûreté nucléaire et de protection de l'environnement, aide les pays membres par le biais de la coopération technique et favorise l'échange d'informations scientifiques et techniques sur l'énergie nucléaire. Les activités de l'Agence dans le domaine de la radioprotection des travailleurs impliquent l'élaboration de ces normes ; préparation de guides de sécurité, de codes de pratique et de manuels; organisation de réunions scientifiques pour l'échange d'informations ou la préparation de manuels ou guides techniques; organisation de cours de formation, visites de séminaires et voyages d'étude; développement de l'expertise technique dans les États membres en développement grâce à l'octroi de contrats de recherche et de bourses ; et aider les États Membres en développement à organiser des programmes de radioprotection par la fourniture d'une assistance technique, de services d'experts, de missions consultatives et de services consultatifs sur les questions de réglementation du droit nucléaire.

Le Programme de développement des Nations Unies (PNUD) et la Banque mondiale ont inclus des dispositions sur les garanties professionnelles dans les accords d'aide au développement. Le PNUD est engagé dans un grand nombre de projets destinés à aider les pays en développement à développer leurs économies naissantes et à relever leur niveau de vie. Plusieurs milliers d'experts recrutés à l'échelle internationale sont régulièrement mobilisés sur le terrain. Plusieurs de ces projets sont consacrés à l'amélioration des normes de sécurité et d'hygiène du travail dans l'industrie et dans d'autres secteurs de la vie économique, dont l'exécution est confiée à l'OIT et à l'OMS. Ces projets sur le terrain peuvent aller de la fourniture de conseils à court terme à une assistance plus massive sur une période de plusieurs années pour la création d'instituts de sécurité et de santé au travail à part entière conçus pour fournir une formation, une recherche appliquée sur le terrain et un service direct aux lieux de travail.

Le Organisation maritime internationale (OMI) traite de la sécurité des travailleurs à bord des navires. L'OMI offre un forum aux gouvernements membres et aux organisations intéressées pour échanger des informations et s'efforcer de résoudre les problèmes liés aux questions techniques, juridiques et autres concernant la navigation et la prévention de la pollution marine par les navires. L'OMI a rédigé un certain nombre de conventions et de recommandations que les gouvernements ont adoptées et qui sont entrées en vigueur. Parmi elles figurent des conventions internationales pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, la prévention de la pollution marine par les navires, la formation et la certification des gens de mer, la prévention des collisions en mer, plusieurs instruments traitant de la responsabilité et de l'indemnisation, et bien d'autres. L'OMI a également adopté plusieurs centaines de recommandations traitant de sujets tels que le transport maritime de marchandises dangereuses, la signalisation maritime, la sécurité des pêcheurs et des navires de pêche, et la sécurité des navires marchands nucléaires.

Le Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a un rôle à jouer dans la protection des travailleurs agricoles contre les risques résultant de l'utilisation de pesticides, d'outils et de machines agricoles. Un certain nombre d'activités de la FAO concernent directement ou indirectement la sécurité et la santé au travail et l'ergonomie dans les travaux agricoles, forestiers et halieutiques. Dans les activités de pêche, la FAO collabore au niveau du secrétariat avec l'OIT et l'OMI au sein du sous-comité de l'OMI sur la sécurité des navires de pêche et participe activement aux travaux du sous-comité de l'OMI sur les normes de formation et de veille. La FAO collabore avec l'OIT en ce qui concerne les conditions de travail dans l'industrie de la pêche. Dans les activités forestières, le Comité FAO/CEE/OIT des techniques de travail en forêt et de la formation des travailleurs forestiers traite au niveau interinstitutions des questions de santé et de sécurité. Les projets de terrain et les publications dans ce domaine couvrent des aspects tels que la sécurité dans l'exploitation forestière et l'industrie et le stress thermique dans les travaux forestiers.

Dans le domaine agricole, certaines des maladies d'importance économique du bétail présentent également des risques pour les personnes manipulant du bétail et des produits animaux (par exemple, brucellose, tuberculose, leptospirose, charbon, rage, fièvre de la vallée du Rift). Pour ces activités liées à la maladie, une liaison étroite est maintenue avec l'OMS par l'intermédiaire de comités mixtes. La FAO s'intéresse également à l'harmonisation des conditions d'enregistrement des pesticides et à l'évaluation des résidus de pesticides dans les aliments et dans l'environnement. En ce qui concerne l'utilisation de l'énergie atomique dans l'alimentation et l'agriculture, des programmes sont coordonnés avec l'AIEA afin d'aider les scientifiques des pays en développement à faire un usage sûr et efficace des techniques isotopiques pertinentes (par exemple, l'utilisation de substrats enzymatiques radiomarqués pour détecter l'exposition professionnelle aux insecticides ).

Le Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) vise à accélérer le développement industriel des pays en développement. Il s'intéresse aux risques pour la sécurité et la santé au travail, à l'environnement et à la gestion des déchets dangereux en relation avec le processus d'industrialisation.

Régionaux Commissions économiques des Nations Unies jouer un rôle dans la promotion d'une action plus efficace et harmonisée au sein de leur région.

Le Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) s'intéresse aux aspects professionnels du transfert international de biens, de services et de technologie.

 

Noir

Mardi, Février 15 2011 19: 00

Organisation internationale du Travail

L'OIT est l'une des 18 institutions spécialisées des Nations Unies. C'est la plus ancienne organisation internationale de la famille des Nations Unies et a été fondée par la Conférence de paix de Versailles en 1919 après la Première Guerre mondiale.

Fondation de l'OIT

Historiquement, l'OIT est le prolongement de la pensée sociale du XIXe siècle. Les conditions des travailleurs à la suite de la révolution industrielle étaient de plus en plus considérées comme intolérables par les économistes et les sociologues. Les réformateurs sociaux croyaient que tout pays ou industrie introduisant des mesures pour améliorer les conditions de travail augmenterait le coût du travail, le désavantageant économiquement par rapport à d'autres pays ou industries. C'est pourquoi ils ont travaillé avec tant d'obstination à persuader les puissances européennes de faire de meilleures conditions de travail et d'une réduction du temps de travail l'objet d'accords internationaux. Après 19, trois conférences internationales se sont tenues sur le sujet : la première a été convoquée conjointement par l'empereur allemand et le pape à Berlin en 1890 ; une autre conférence tenue en 1890 à Bruxelles fut stimulée par les autorités belges ; et une troisième, tenue en 1897 à Berne, en Suisse, a adopté pour la première fois deux accords internationaux sur l'utilisation du phosphore blanc (fabrication d'allumettes) et sur l'interdiction du travail de nuit dans l'industrie par les femmes. Comme la Première Guerre mondiale avait empêché toute nouvelle activité sur l'internationalisation des conditions de travail, la Conférence de paix de Versailles, dans son intention d'éradiquer les causes de la guerre future, a repris les objectifs des activités d'avant-guerre et a créé une Commission sur la Législation du travail. La proposition élaborée de la Commission sur la création d'un organisme international de protection des travailleurs est devenue la partie XIII du Traité de Versailles; à ce jour, elle reste la charte en vertu de laquelle l'OIT opère.

La première Conférence internationale du travail s'est tenue à Washington DC, en octobre 1919 ; le Secrétariat permanent de l'Organisation — le Bureau international du Travail — est installé à Genève, en Suisse.

La Constitution de l'Organisation internationale du travail

La paix permanente dans le monde, la justice et l'humanité étaient et sont les motivations de l'Organisation internationale du travail, mieux exprimées dans le préambule de la Constitution. Ça lit:

Considérant qu'une paix universelle et durable ne peut être établie que si elle est fondée sur la justice sociale ;

Et considérant que des conditions de travail existent impliquant une telle injustice, des difficultés et des privations pour un grand nombre de personnes qu'elles produisent des troubles si grands que la paix et l'harmonie du monde sont en péril ; et une amélioration de ces conditions s'impose d'urgence, comme par exemple en

    • la réglementation des heures de travail, y compris l'établissement d'une journée et d'une semaine de travail maximales,
    • la régulation de l'offre de travail,
    • la prévention du chômage,
    • la garantie d'un salaire décent,
    • la protection du travailleur contre les maladies, maladies et accidents résultant de son travail,
    • la protection des enfants, des adolescents et des femmes,
    • la prévoyance vieillesse et accident,
    • la protection des intérêts des travailleurs lorsqu'ils sont employés dans des pays autres que le leur,
    • la reconnaissance du principe de l'égalité de rémunération pour un travail de valeur égale,
    • la reconnaissance du principe de la liberté d'association,
    • l'organisation de l'enseignement professionnel et technique et d'autres mesures ;

                         

                        Considérant également que l'incapacité d'une nation à adopter des conditions de travail humaines est un obstacle sur le chemin des autres nations qui souhaitent améliorer les conditions dans leur propre pays ;

                        Les Hautes Parties contractantes, mus par des sentiments de justice et d'humanité ainsi que par le désir d'assurer la paix permanente du monde, et en vue d'atteindre les objectifs énoncés dans le présent préambule, conviennent de la Constitution suivante du Organisme. …”

                        Les buts et objectifs de l'Organisation internationale du Travail sous une forme modernisée sont incarnés dans la Déclaration de Philadelphie, adoptée en 1944 lors de la Conférence internationale du Travail à Philadelphie, aux États-Unis. La Déclaration est maintenant une annexe à la Constitution de l'OIT. Elle proclame le droit de tous les êtres humains « à poursuivre leur bien-être matériel et leur développement spirituel dans des conditions de liberté et de dignité, de sécurité économique et d'égalité des chances ». Il précise en outre que «la pauvreté, où qu'elle se trouve, constitue un danger pour la prospérité partout».

                        La tâche de l'OIT telle que définie à l'article 1 de la Constitution est la promotion des objectifs énoncés dans le préambule et dans la Déclaration de Philadelphie.

                        L'Organisation internationale du travail et sa structure

                        L'Organisation internationale du travail (OIT) est composée de 173 États. Tout membre des Nations Unies peut devenir membre de l'OIT en communiquant au Directeur général de l'OIT son acceptation formelle des obligations de la Constitution. Les Etats non membres de l'ONU peuvent être admis par un vote de la Conférence internationale du travail (la Suisse est membre de l'OIT mais pas cependant de l'ONU) (Constitution, article 1). La représentation des États Membres à l'OIT a une structure unique au sein de la famille des Nations Unies. A l'ONU et dans toutes les autres agences spécialisées de l'ONU, la représentation est uniquement assurée par le personnel gouvernemental : ministres, leurs adjoints ou représentants autorisés. Cependant, à l'OIT, les groupes concernés de la société font partie de la représentation des États membres. Les représentants sont des délégués du gouvernement, généralement du ministère du travail, et des délégués représentant les employeurs et les travailleurs de chacun des membres (Constitution, article 3). C'est le concept fondamental du tripartisme de l'OIT.

                        L'Organisation Internationale du Travail se compose de :

                          • la Conférence internationale du Travail, une conférence annuelle des représentants de tous les membres
                          • le Conseil d'administration, composé de 28 représentants du gouvernement, 14 représentants des employeurs et 14 représentants des travailleurs
                          • le Bureau international du Travail — le secrétariat permanent de l'organisation — qui est contrôlé par le Conseil d'administration.

                               

                              La Conférence internationale du travail, également appelée Parlement mondial du travail, se réunit régulièrement en juin de chaque année avec environ 2,000 XNUMX participants, délégués et conseillers. L'ordre du jour de la Conférence comprend la discussion et l'adoption d'accords internationaux (les conventions et recommandations de l'OIT), la délibération de thèmes spéciaux du travail afin de définir les politiques futures, l'adoption de résolutions visant à l'action dans les États membres et des instructions au Directeur- général de l'Organisation sur l'action du Bureau, une discussion générale et un échange d'informations et, tous les deux ans, l'adoption d'un programme et budget biennal pour le Bureau international du Travail.

                              Le Conseil d'administration est le lien entre la Conférence internationale du Travail de tous les États membres et le Bureau international du Travail. Au cours de trois réunions par an, le Conseil d'administration exerce son contrôle sur le Bureau en examinant l'avancement des travaux, en formulant des instructions au Directeur général du Bureau, en adoptant les résultats des activités du Bureau tels que les codes de pratique, en surveillant et en guidant les affaires financières, et préparer les ordres du jour des futures Conférences internationales du Travail. La composition du Conseil d'administration est soumise à l'élection pour un mandat de trois ans par les trois groupes de représentants à la Conférence—gouvernements, employeurs et travailleurs. Dix membres gouvernementaux du Conseil d'administration sont des membres permanents en tant que représentants d'Etats d'importance industrielle majeure.

                              Tripartisme

                              Tous les mécanismes décisionnels de l'OIT suivent une structure unique. Toutes les décisions de représentation des membres sont prises par les trois groupes de représentants, à savoir les représentants du gouvernement, les représentants des employeurs et les représentants des travailleurs de chaque État membre. Les décisions sur le fond des travaux des commissions de la Conférence sur les conventions et recommandations internationales, de la réunion d'experts sur les codes de pratique et des commissions consultatives sur les conclusions concernant les futures conditions de travail sont prises par les membres des commissions, dont l'un- un tiers représentent les gouvernements, un tiers représentent les employeurs et un tiers représentent les travailleurs. Toutes les décisions politiques, financières et structurelles sont prises par la Conférence internationale du Travail (CIT) ou le Conseil d'administration, au sein duquel 50 % des voix appartiennent aux représentants des gouvernements (deux par État membre à la Conférence), 25 % aux représentants des employeurs , et 25% avec des représentants des travailleurs (un pour chaque groupe d'un Etat membre à la Conférence). Les contributions financières à l'Organisation sont versées uniquement par les gouvernements, et non par les deux groupes non gouvernementaux ; c'est pourquoi seuls les gouvernements composent le Comité des Finances.

                              Les Conventions

                              La Conférence internationale du Travail a, de 1919 à 1995, adopté 176 conventions et 183 recommandations.

                              Quelque 74 conventions traitent des conditions de travail, dont 47 sur les conditions générales de travail et 27 sur la sécurité et la santé au sens étroit.

                              Les sujets des conventions sur les conditions générales de travail sont: la durée du travail; âge minimum d'admission à l'emploi (travail des enfants); travail de nuit; examen médical des travailleurs; protection de la maternité; responsabilités familiales et travail; et travail à temps partiel. En outre, les conventions de l'OIT visant à éliminer la discrimination à l'égard des travailleurs pour divers motifs (par exemple, race, sexe, handicap), à les protéger contre les licenciements abusifs et à les indemniser en cas d'accident du travail ou de maladie professionnelle sont également pertinentes pour la santé et la sécurité.

                              Sur les 27 conventions sur la sécurité et la santé, 18 ont été adoptées après 1960 (lorsque la décolonisation a entraîné une forte augmentation du nombre des membres de l'OIT) et seulement neuf de 1919 à 1959. La convention la plus ratifiée de ce groupe est la convention sur l'inspection du travail, 1947 (n° . 81), qui a été ratifiée par plus de 100 Etats membres de l'OIT (son corollaire pour l'agriculture a été ratifié par 33 pays).

                              Un nombre élevé de ratifications peut être un indicateur de l'engagement à améliorer les conditions de travail. Par exemple, la Finlande, la Norvège et la Suède, qui sont célèbres pour leur bilan en matière de sécurité et de santé et qui sont la vitrine mondiale des pratiques en matière de sécurité et de santé, ont ratifié presque toutes les conventions dans ce domaine adoptées après 1960.

                              Les conventions sur l'inspection du travail sont complétées par deux autres normes fondamentales, la convention sur la sécurité et la santé au travail, 1981 (n° 155) et la convention sur les services de santé au travail, 1985 (n° 161).

                              La convention sur la sécurité et la santé au travail établit le cadre d'une conception nationale de la sécurité et de la santé constituant un modèle de ce que la législation sur la sécurité et la santé d'un pays devrait contenir. La directive-cadre de l'UE sur la sécurité et la santé suit la structure et le contenu de la convention de l'OIT. La directive européenne doit être transposée dans la législation nationale par les 15 membres de l'UE.

                              La convention sur les services de santé au travail traite de la structure opérationnelle au sein des entreprises pour la mise en œuvre de la législation sur la sécurité et la santé dans les entreprises.

                              Plusieurs conventions ont été adoptées concernant des branches d'activité économique ou des substances dangereuses. Il s'agit notamment de la Convention sur la sécurité et la santé dans les mines, 1995 (n° 176) ; la convention (no 1988) sur la sécurité et la santé dans la construction, 167; la convention (n° 1979) sur la sécurité et la santé au travail (travaux portuaires), 152; la convention (no 1921) sur la céruse (peinture), 13; la Convention sur le benzène, 1971 (n° 136); la Convention sur l'amiante, 1986 (n° 162); la Convention sur les produits chimiques, 1990 (n° 170); et la Convention sur la prévention des accidents industriels majeurs, 1993 (n° 174).

                              Sont associées à ces normes: la convention (n° 1977) sur le milieu de travail, 148 (protection des travailleurs contre les risques professionnels dans le milieu de travail dus à la pollution de l'air, au bruit et aux vibrations); la convention sur le cancer professionnel, 1974 (n° 139); et la liste des maladies professionnelles qui fait partie de la convention (no 1964) sur les prestations en cas d'accidents du travail et de maladies professionnelles, 121. La dernière révision de la liste a été adoptée par la Conférence en 1980 et est discutée dans le chapitre Indemnisation des accidents du travail, Sujets en.

                              Les autres conventions sur la sécurité et la santé sont : la Convention sur l'indication du poids, 1929 (n° 27) ; la Convention sur le poids maximal, 1967 (n° 127); la Convention sur la protection contre les radiations, 1960 (n° 115) ; la Convention sur la protection des machines, 1963 (n° 119); et la convention (n° 1964) sur l'hygiène (commerce et bureaux), 120.

                              Au début de l'OIT, des recommandations ont été adoptées à la place des conventions, par exemple sur la prévention de l'anthrax, le phosphore blanc et le saturnisme. Cependant, ces derniers temps, les recommandations ont eu tendance à compléter une convention en spécifiant des détails sur la mise en œuvre de ses dispositions.

                              Contenu des conventions sur la sécurité et la santé

                              La structure et le contenu des conventions sur la sécurité et la santé suivent un schéma général :

                                • portée et définitions
                                • obligations des gouvernements
                                • consultation des organisations de travailleurs et d'employeurs
                                • obligations des employeurs
                                • devoirs des travailleurs
                                • droits des travailleurs
                                • inspections
                                • sanctions
                                • dispositions finales (relatives aux conditions d'entrée en vigueur, aux enregistrements des ratifications et à la dénonciation).

                                                 

                                                Une convention prescrit la tâche du gouvernement ou des autorités gouvernementales dans la réglementation de la matière, souligne les obligations des propriétaires d'entreprises, précise le rôle des travailleurs et de leurs organisations par des devoirs et des droits, et se termine par des dispositions d'inspection et d'action contre la violation de la loi. La Convention doit bien entendu déterminer son champ d'application, y compris les éventuelles exemptions et exclusions.

                                                Conception de conventions concernant la sécurité et la santé au travail

                                                Le préambule

                                                Chaque convention est précédée d'un préambule mentionnant les dates et le point à l'ordre du jour de la Conférence internationale du Travail; autres Conventions et documents liés au sujet, préoccupations sur le sujet justifiant l'action; des causes sous-jacentes; coopération avec d'autres organisations internationales telles que l'OMS et le PNUE ; la forme de l'instrument international en tant que convention ou recommandation, et la date d'adoption et de citation de la convention.

                                                Domaine

                                                La formulation du champ d'application est régie par la flexibilité vis-à-vis de la mise en œuvre d'une convention. Le principe directeur est que la convention s'applique à tous les travailleurs et à toutes les branches d'activité économique. Toutefois, afin de faciliter la ratification de la convention par tous les États membres, le principe directeur est souvent complété par la possibilité d'une non-application partielle ou totale dans divers domaines d'activité. Un État membre peut exclure certaines branches d'activité économique ou certaines entreprises pour lesquelles des problèmes particuliers de caractère substantiel résultent de l'application de certaines dispositions ou de la convention dans son ensemble. Le champ d'application peut également prévoir la mise en œuvre progressive des dispositions pour tenir compte des conditions existantes dans un pays. Ces exclusions reflètent également la disponibilité de ressources nationales pour la mise en œuvre de la nouvelle législation nationale sur la sécurité et la santé. Les conditions générales d'exclusion sont qu'un environnement de travail sûr et sain soit garanti par d'autres moyens et que toute décision d'exclusion soit soumise à la consultation des employeurs et des travailleurs. Le champ d'application comprend également les définitions des termes utilisés dans le libellé de l'instrument international tels que branches d'activité économique, travailleurs, lieu de travail, employeur, réglementation, représentant des travailleurs, santé, produit chimique dangereux, installation à risque majeur, rapport de sécurité, etc.

                                                Obligations des gouvernements

                                                Les conventions sur la sécurité et la santé établissent comme premier module la tâche pour un gouvernement d'élaborer, de mettre en œuvre et de réviser une politique nationale relative au contenu de la convention. Les organisations d'employeurs et de travailleurs doivent être associées à l'élaboration de la politique et à la définition des buts et objectifs. Le deuxième module concerne la promulgation de lois ou de règlements donnant effet aux dispositions de la convention et l'application de la loi, y compris l'emploi de personnel qualifié et la fourniture d'un appui au personnel d'inspection et de services consultatifs. En vertu des articles 19 et 22 de la Constitution de l'OIT, les gouvernements sont également tenus de faire rapport régulièrement ou sur demande au Bureau international du Travail sur la pratique de la mise en œuvre de la convention et de la recommandation. Ces obligations sont à la base des procédures de contrôle de l'OIT.

                                                Consultations avec les organisations d'employeurs et de travailleurs

                                                L'importance de l'implication de ceux qui sont directement associés à la mise en œuvre des réglementations et aux conséquences des accidents est incontestable. Une pratique réussie en matière de sécurité et de santé repose sur la collaboration et sur l'incorporation de l'opinion et de la bonne volonté des personnes concernées. Une convention prévoit donc que les autorités gouvernementales doivent consulter les employeurs et les travailleurs lorsqu'elles envisagent d'exclure des installations de la législation pour la mise en œuvre progressive des dispositions et lors de l'élaboration d'une politique nationale sur le sujet de la convention.

                                                Obligations des employeurs

                                                La responsabilité de l'exécution des prescriptions légales au sein d'une entreprise incombe au propriétaire de l'entreprise ou à son représentant. Les droits légaux sur la participation des travailleurs au processus décisionnel ne modifient pas la responsabilité première de l'employeur. Les obligations des employeurs telles qu'énoncées dans les conventions comprennent la fourniture de procédures de travail sûres et saines; l'achat de machines et d'équipements sûrs; l'utilisation de substances non dangereuses dans les processus de travail ; la surveillance et l'évaluation des produits chimiques en suspension dans l'air sur le lieu de travail ; la fourniture d'une surveillance de la santé des travailleurs et des premiers soins; la déclaration des accidents et des maladies à l'autorité compétente ; la formation des travailleurs; la fourniture d'informations sur les risques liés au travail et leur prévention; coopération dans l'exercice de leurs responsabilités avec les travailleurs et leurs représentants.

                                                Devoirs des travailleurs

                                                Depuis les années 1980, les conventions stipulent que les travailleurs ont le devoir de coopérer avec leurs employeurs dans l'application des mesures de sécurité et de santé et de se conformer à toutes les procédures et pratiques relatives à la sécurité et à la santé au travail. Le devoir des travailleurs peut inclure le signalement aux superviseurs de toute situation qui pourrait présenter un risque particulier, ou le fait qu'un travailleur s'est retiré du lieu de travail en cas de danger imminent et grave pour sa vie ou sa santé.

                                                Droits des travailleurs

                                                Divers droits spéciaux des travailleurs ont été énoncés dans les conventions de l'OIT sur la sécurité et la santé. En général, un travailleur a le droit d'être informé sur les conditions de travail dangereuses, sur l'identité des produits chimiques utilisés au travail et sur les fiches de données de sécurité des produits chimiques; le droit d'être formé aux pratiques de travail sûres; le droit d'être consulté par l'employeur sur tous les aspects de la sécurité et de la santé liés au travail; et le droit de se soumettre à une surveillance médicale gratuite et sans perte de revenus. Certaines de ces conventions reconnaissent également les droits des représentants des travailleurs, notamment en matière de consultation et d'information. Ces droits sont renforcés par d'autres conventions de l'OIT sur la liberté d'association, la négociation collective, les représentants des travailleurs et la protection contre le licenciement.

                                                Des articles spécifiques des conventions adoptées en 1981 et ultérieurement traitent du droit du travailleur de s'éloigner du danger sur son lieu de travail. Une convention de 1993 (Prévention des accidents industriels majeurs, 1993 (n° 174)) a reconnu le droit du travailleur de notifier à l'autorité compétente les risques potentiels susceptibles de générer un accident majeur.

                                                Inspection

                                                Les conventions sur la sécurité et la santé expriment la nécessité pour le gouvernement de fournir des services d'inspection appropriés pour surveiller l'application des mesures prises pour mettre en œuvre la convention. L'obligation d'inspection est complétée par l'obligation de doter les services d'inspection des moyens nécessaires à l'accomplissement de leur mission.

                                                Pénalités

                                                Les conventions sur la sécurité et la santé appellent souvent une réglementation nationale concernant l'imposition de sanctions en cas de non-respect des obligations légales. L'article 9 (2) de la convention-cadre sur la sécurité et la santé au travail, 1981 (n° 155) stipule : « Le système d'application doit prévoir des sanctions adéquates en cas de violation des lois et règlements. Ces sanctions peuvent être de nature administrative, civile ou pénale.

                                                La convention (n° 1947) sur l'inspection du travail, 81

                                                La convention (n° 1947) sur l'inspection du travail de 81 demande aux États de maintenir un système d'inspection du travail dans les lieux de travail industriels. Elle fixe les obligations du gouvernement en matière d'inspection et énonce les droits, devoirs et pouvoirs des inspecteurs. Cet instrument est complété par deux Recommandations (n° 81 et 82) et par le Protocole de 1995 qui étend son champ d'application au secteur des services non marchands (tels que le service public et les entreprises publiques). La convention (no 1969) sur l'inspection du travail (agriculture), 129, contient des dispositions très similaires à la convention no 81 pour le secteur agricole. Les conventions et recommandations maritimes de l'OIT traitent également de l'inspection des conditions de travail et de vie des gens de mer.

                                                Le gouvernement doit mettre en place un corps indépendant d'inspecteurs qualifiés en nombre suffisant. L'inspection doit être entièrement équipée pour fournir de bons services. La disposition légale des sanctions en cas de violation des règles de sécurité et de santé est une obligation du gouvernement. Les inspecteurs ont le devoir de faire respecter les exigences légales et de fournir des informations techniques et des conseils aux employeurs et aux travailleurs concernant les moyens efficaces de se conformer aux dispositions légales.

                                                Les inspecteurs doivent signaler les lacunes de la réglementation aux autorités et soumettre des rapports annuels sur leur travail. Les gouvernements sont appelés à établir des rapports annuels donnant des statistiques sur les inspections effectuées.

                                                Les droits et pouvoirs des inspecteurs sont définis, tels que le droit de pénétrer dans les lieux de travail et les locaux, d'effectuer des examens et des tests, de prendre des mesures correctives, de donner des ordres de modification de l'installation et d'exécution immédiate. Ils ont également le droit d'émettre des citations et d'engager des poursuites judiciaires en cas de violation des devoirs d'un employeur.

                                                La convention contient des dispositions sur la conduite des inspecteurs, telles que l'absence d'intérêt financier dans les entreprises sous contrôle, la non-divulgation de secrets commerciaux et, ce qui est particulièrement important, la confidentialité en cas de plainte des travailleurs, ce qui signifie qu'il ne faut donner aucune indication à l'employeur sur la identité du plaignant.

                                                Promotion du développement progressif par les conventions

                                                Les travaux sur les conventions tentent de refléter la législation et la pratique dans les États membres de l'Organisation. Cependant, il existe des cas où de nouveaux éléments sont introduits qui n'ont jusqu'à présent pas fait l'objet d'une réglementation nationale généralisée. L'initiative peut venir des délégués, lors de la discussion d'une norme dans une Commission de la Conférence ; lorsqu'elle est justifiée, elle peut être proposée par l'Office dans l'avant-projet d'un nouvel instrument. Voici deux exemples :

                                                (1) Le droit d'un travailleur de se retirer d'un travail qui présente un danger imminent et grave pour sa vie ou sa santé.

                                                Normalement, les gens considèrent que c'est un droit naturel de quitter un lieu de travail en cas de danger pour la vie. Cependant, cette action peut endommager les matériaux, les machines ou les produits et peut parfois être très coûteuse. Au fur et à mesure que les installations deviennent plus sophistiquées et coûteuses, le travailleur peut être blâmé pour s'être déplacé inutilement, avec des tentatives de le rendre responsable des dommages. Au cours de la discussion au sein d'une commission de la Conférence sur la convention sur la sécurité et la santé, une proposition a été faite pour protéger le travailleur contre tout recours dans de tels cas. Le Comité de la Conférence a examiné la proposition relative aux heures et a finalement trouvé un libellé pour protéger le travailleur qui était acceptable pour la majorité du Comité.

                                                L'article 13 de la convention n° 155 se lit ainsi : « Un travailleur qui s'est retiré d'une situation de travail dont il a des motifs raisonnables de croire qu'elle présente un danger imminent et grave pour sa vie ou sa santé doit être protégé contre les conséquences injustifiées conformément aux conditions nationales. et de la pratique". Les «conséquences indues» comprennent, bien sûr, le licenciement et les mesures disciplinaires ainsi que la responsabilité. Quelques années plus tard, la situation est reconsidérée dans un nouveau contexte. Lors des discussions à la Conférence de la Convention de la construction en 1987-88, le groupe des travailleurs a déposé un amendement visant à introduire le droit pour un travailleur de s'éloigner en cas de danger imminent et grave. La proposition a finalement été acceptée par la majorité des membres du Comité à la condition qu'elle soit assortie de l'obligation pour le travailleur d'informer immédiatement son supérieur hiérarchique de l'action.

                                                La même disposition a été introduite dans la Convention sur les produits chimiques, 1990 (n° 170); un texte similaire figure dans la convention (no 1995) sur la sécurité et la santé dans les mines, 176. Cela signifie que les pays qui ont ratifié la Convention sur la sécurité et la santé ou la Convention sur la construction, la sécurité chimique ou la sécurité et la santé dans les mines doivent prévoir dans leur législation nationale le droit d'un travailleur de se retirer et d'être protégé contre « les conséquences injustifiées ». ”. Cela conduira probablement tôt ou tard à l'application de ce droit pour les travailleurs de tous les secteurs d'activité économique. Ce droit nouvellement reconnu pour les travailleurs a entre-temps été incorporé dans la directive de base de l'UE sur l'organisation de la sécurité et de la santé de 1989 ; tous les États membres de l'UE devaient avoir intégré ce droit dans leur législation d'ici la fin de 1992.

                                                (2) Le droit pour un travailleur de subir un examen médical au lieu des examens médicaux obligatoires.

                                                Pendant de nombreuses années, la législation nationale a exigé des examens médicaux pour les travailleurs exerçant des professions spéciales comme condition préalable à l'affectation ou à la poursuite d'un emploi. Au fil du temps, une longue liste d'examens médicaux obligatoires avant l'affectation et à intervalles périodiques avait été prescrite. Cependant, cette intention bien intentionnée devient de plus en plus un fardeau, car il peut y avoir trop d'examens médicaux administrés à une seule personne. Si les examens devaient être consignés dans le passeport sanitaire d'un travailleur pour témoigner à vie d'un mauvais état de santé, comme cela est pratiqué dans certains pays, l'examen médical pourrait finalement devenir un outil de sélection au chômage. Un jeune travailleur ayant enregistré une longue liste d'examens médicaux dans sa vie en raison d'une exposition à des substances dangereuses peut ne pas trouver d'employeur prêt à lui donner un emploi. Le doute est peut-être trop fort que ce travailleur s'absente tôt ou tard trop souvent pour cause de maladie.

                                                Une deuxième considération a été que tout examen médical est une intrusion dans la vie privée d'une personne et que, par conséquent, c'est au travailleur de décider des procédures médicales.

                                                Le Bureau international du Travail a donc proposé d'introduire dans la convention (n° 1990) sur le travail de nuit, 171, le droit d'un travailleur à subir un examen médical au lieu d'exiger une surveillance obligatoire. Cette idée a reçu un large soutien et a finalement été reflétée dans l'article 4 de la convention sur le travail de nuit par la Conférence internationale du travail en 1990, qui se lit comme suit :

                                                1.Sur leur demande, les travailleurs ont le droit de se soumettre gratuitement à un bilan de santé et de recevoir des conseils sur la manière de réduire ou d'éviter les problèmes de santé liés à leur travail: a) avant d'entreprendre une mission en tant que travailleur de nuit; (b) à intervalles réguliers au cours d'une telle mission ; c) s'ils éprouvent des problèmes de santé au cours d'une telle affectation qui ne sont pas causés par des facteurs autres que l'exécution du travail de nuit.

                                                2. À l'exception d'un constat d'inaptitude au travail de nuit, les conclusions de ces évaluations ne doivent pas être transmises à d'autres sans le consentement du travailleur et ne doivent pas être utilisées à son détriment.

                                                Il est difficile pour de nombreux professionnels de la santé de suivre cette nouvelle conception. Cependant, ils doivent se rendre compte que le droit d'une personne de décider de se soumettre ou non à un examen médical est une expression des notions contemporaines des droits de l'homme. Cette disposition a déjà été reprise par la législation nationale, par exemple dans la loi de 1994 sur le temps de travail en Allemagne, qui fait référence à la convention. Et plus important encore, la directive-cadre de l'UE sur la sécurité et la santé suit ce modèle dans ses dispositions sur la surveillance de la santé.

                                                Fonctions du Bureau international du Travail

                                                Les fonctions du Bureau international du Travail, telles qu'énoncées à l'article 10 de la Constitution, comprennent la collecte et la diffusion d'informations sur tous les sujets liés à l'ajustement international des conditions de la vie industrielle et du travail, l'accent étant mis en particulier sur les futures normes internationales du travail, l'élaboration de des documents sur les différents points de l'ordre du jour de la réunion de la CIT (en particulier les travaux préparatoires sur le contenu et le libellé des conventions et recommandations), la fourniture de services consultatifs aux gouvernements, aux organisations d'employeurs et aux organisations de travailleurs des Etats membres en matière de travail la législation et la pratique administrative, y compris les systèmes d'inspection, et l'édition et la diffusion de publications d'intérêt international traitant des problèmes de l'industrie et de l'emploi.

                                                Comme tout ministère du Travail, le Bureau international du Travail est composé de bureaux, de départements et de branches concernés par les différents domaines de la politique du travail. Deux instituts spéciaux ont été créés pour soutenir le Bureau et les États Membres: l'Institut international d'études sociales au siège de l'OIT et le Centre international de formation de l'OIT à Turin, Italie.

                                                Un directeur général, élu par le Conseil d'administration pour un mandat de cinq ans, et trois directeurs généraux adjoints, nommés par le directeur général, dirigent (depuis 1996) 13 départements; 11 bureaux au siège à Genève, Suisse; deux bureaux de liaison avec des organisations internationales ; cinq départements régionaux, en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique, dans les États arabes et en Europe, avec 35 bureaux de zone et antennes et 13 équipes multidisciplinaires (un groupe de professionnels de diverses disciplines qui fournissent des services consultatifs dans les États membres de une sous-région).

                                                La Direction des Conditions de Travail et de l'Environnement est la Direction dans laquelle s'effectue l'essentiel des travaux de sécurité et d'hygiène. Il comprend un effectif d'environ 70 professionnels et agents des services généraux de 25 nationalités, y compris des experts professionnels dans les équipes multidisciplinaires. Depuis 1996, il comprend deux branches : la branche Conditions de travail et installations de bien-être (CONDI/T) et la branche Sécurité et santé au travail (SEC/HYG).

                                                La Section des services d'information sur la sécurité et la santé du SEC/HYG gère le Centre international d'informations sur la sécurité et la santé au travail (CIS) et la Section des systèmes d'information sur la sécurité et la santé au travail. Le travail sur cette édition du Encyclopédie est logé dans la Section des systèmes de soutien.

                                                Une unité spéciale du Département a été créée en 1991 : le Programme international pour l'abolition du travail des enfants (IPEC). Le nouveau programme exécute, conjointement avec les États membres de toutes les régions du monde, des programmes nationaux d'activité contre le travail des enfants. Le programme est financé par des contributions spéciales de plusieurs États membres, tels que l'Allemagne, l'Espagne, l'Australie, la Belgique, les États-Unis, la France et la Norvège.

                                                En outre, lors de la révision du grand programme de l'OIT en matière de sécurité et de santé mis en place dans les années 1970, le Programme international pour l'amélioration des conditions de travail et de l'environnement, connu sous son acronyme français PIACT, la Conférence internationale du Travail a adopté en 1984 la Résolution PIACT. En principe, la Résolution constitue un cadre de fonctionnement pour toute action de l'OIT et des Etats Membres de l'Organisation dans le domaine de la sécurité et de la santé :

                                                  • Le travail doit avoir lieu dans un environnement de travail sûr et sain.
                                                  • Les conditions de travail doivent être compatibles avec le bien-être et la dignité humaine des travailleurs.
                                                  • Le travail doit offrir de réelles possibilités d'épanouissement personnel, d'épanouissement personnel et de service à la société.

                                                       

                                                      Les publications concernant la santé des travailleurs sont publiées dans la série Sécurité et santé au travail, telles que Limites d'exposition professionnelle aux substances toxiques en suspension dans l'air, une liste des limites d'exposition nationales de 15 États membres; ou la Répertoire international des services et institutions de sécurité et de santé au travail, qui compile des informations sur les administrations de sécurité et de santé des États membres; ou alors Protection des travailleurs contre les champs électriques et magnétiques à fréquence industrielle, un guide pratique pour fournir des informations sur les effets possibles des champs électriques et magnétiques sur la santé humaine et sur les procédures pour des normes de sécurité plus élevées.

                                                      Les produits typiques des travaux de l'OIT en matière de sécurité et d'hygiène sont les recueils de directives pratiques, qui constituent une sorte d'ensemble modèle de règlements sur la sécurité et l'hygiène dans de nombreux domaines du travail industriel. Ces codes sont souvent élaborés afin de faciliter la ratification et l'application des conventions de l'OIT. Par exemple, le Code de pratique sur la prévention des accidents industriels majeurs, dont l'objectif est de guider la mise en place d'un dispositif administratif, juridique et technique de contrôle des installations à risques majeurs afin d'éviter les catastrophes majeures. Le Code de pratique sur l'enregistrement et la déclaration des accidents du travail et des maladies professionnelles vise une pratique harmonisée dans la collecte de données et l'établissement de statistiques sur les accidents et les maladies et les événements et circonstances associés afin de stimuler l'action préventive et de faciliter les travaux comparatifs entre les États membres (ce ne sont là que deux exemples parmi une longue liste). Dans le domaine de l'échange d'informations, deux événements majeurs sont organisés par le Service de la sécurité et de la santé du BIT : le Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail et la Conférence internationale de l'OIT sur la pneumoconiose (désormais appelée Conférence internationale sur les maladies respiratoires professionnelles).

                                                      Le Congrès mondial est organisé tous les trois ou quatre ans conjointement avec l'Association internationale de la sécurité sociale (AISS) et une organisation nationale de sécurité et de santé dans l'un des États membres de l'OIT. Des congrès mondiaux ont eu lieu depuis les années 1950. Quelque 2,000 3,000 à 100 XNUMX experts de plus de XNUMX pays se réunissent lors de ces congrès afin d'échanger des informations sur les bonnes pratiques en matière de sécurité et de santé et sur les tendances modernes, et d'établir des relations avec des collègues d'autres pays et d'autres parties du monde.

                                                      La Conférence sur la pneumoconiose est organisée par l'OIT depuis les années 1930; la prochaine est prévue pour 1997 à Kyoto, au Japon. L'un des résultats remarquables de ces conférences est la Classification internationale de l'OIT des radiographies de la pneumoconiose.

                                                      La coopération technique de l'OIT dans le domaine de la sécurité et de la santé comporte de nombreuses facettes. Plusieurs projets ont aidé les États membres à préparer une nouvelle législation sur la sécurité et la santé et à renforcer leurs services d'inspection. Dans d'autres pays, un soutien a été apporté à la création d'instituts de sécurité et de santé afin de promouvoir les travaux de recherche et de développer des programmes et des activités de formation. Des projets spéciaux ont été conçus et exécutés sur la sécurité minière et la sécurité chimique, y compris la mise en place de systèmes de contrôle des risques majeurs. Ces projets peuvent être ciblés sur un État membre ou sur un groupe régional de pays. Les tâches au siège de l'OIT comprennent l'évaluation des besoins, l'élaboration et la conception de projets, l'identification du soutien financier des fonds internationaux et des programmes d'aide nationaux, la sélection et la fourniture d'expertise technique, l'achat d'équipement et la planification, ainsi que l'organisation et la mise en œuvre de voyages d'étude et de programmes de bourses.

                                                      L'établissement de normes, la recherche, la collecte et la diffusion d'informations et la coopération technique reflètent les branches opérationnelles de l'OIT. En partenariat actif avec les membres tripartites de l'Organisation, ces activités renforcent la lutte pour l'objectif de justice sociale et de paix dans le monde.

                                                      C'est pourquoi, en 1969, à l'occasion du 50e anniversaire de l'Organisation, les travaux et les réalisations de l'Organisation internationale du Travail ont été récompensés par le prix Nobel de la paix.

                                                       

                                                       

                                                      Noir

                                                      Un pays qui ratifie une convention de l'OIT s'engage à « prendre les mesures nécessaires pour rendre effectives » ses dispositions (Constitution de l'OIT, article 19(5)). Les autres pays et les organisations de travailleurs et d'employeurs (mais pas les individus) peuvent agir de plusieurs manières pour encourager un gouvernement à respecter les obligations qu'il a contractées. Une organisation n'a qu'à envoyer une lettre contenant des informations suffisantes au Directeur général, Bureau international du Travail, 4 route des Morillons, 1211 Genève 22, Suisse (numéro de télécopie 41-22-798-8685). Les procédures décrites ici sont complétées par les travaux de l'OIT visant à promouvoir les normes internationales du travail, tels que les séminaires et ateliers organisés par des conseillers régionaux.

                                                      Procédures de l'article 22. Un gouvernement doit soumettre des rapports sur l'application des conventions qu'il a ratifiées au Bureau international du travail (article 22). Le gouvernement est également tenu de fournir des copies de ces rapports aux organisations d'employeurs et de travailleurs les plus représentatives du pays (article 23). Ces organisations peuvent faire des commentaires sur les rapports et fournir des informations supplémentaires sur l'application d'un instrument. Un Comité indépendant d'experts pour l'application des conventions et recommandations (CEARC) examine les rapports et les commentaires formulés, et peut ensuite adresser des commentaires aux gouvernements pour recommander des changements dans la législation ou la pratique ou pour noter des cas de progrès. Le CEARC soumet à son tour son rapport chaque année à la Conférence internationale du travail tripartite. La Conférence met en place un comité des candidatures, qui traite des cas sélectionnés avant de faire rapport à la plénière. Le rapport de la Conférence appelle les gouvernements à respecter les obligations qu'ils ont contractées en ratifiant les conventions de l'OIT et les exhorte parfois à accepter des missions de «contacts directs», au cours desquelles des solutions peuvent être recherchées en consultation avec le gouvernement et les organisations de travailleurs et d'employeurs du pays. .

                                                      Procédures de l'article 24. En vertu de cet article de la Constitution de l'OIT, toute « association professionnelle d'employeurs ou de travailleurs » peut présenter une réclamation alléguant qu'un État membre de l'OIT n'a pas observé une convention de l'OIT à laquelle il est partie. Pour être recevable, une réclamation doit émaner d'une telle organisation, être faite par écrit, se référer à l'article 24 de la Constitution de l'OIT et indiquer à quel titre l'État membre concerné n'a pas assuré le respect effectif, dans le cadre de sa juridiction, d'une convention (identifiée par nom et/ou numéro) qu'il a ratifié. Le Conseil d'administration du BIT peut alors créer un comité chargé d'examiner la réclamation, de la communiquer au gouvernement pour commentaires et de préparer un rapport dont le Conseil d'administration peut ordonner la publication. Elle peut également déboucher sur une mission de contacts directs. Lorsqu'un gouvernement n'a pas donné suite au rapport d'une réclamation au titre de l'article 24, le Conseil d'administration peut engager la procédure de plainte prévue par l'article 26 de la Constitution de l'OIT.

                                                      Procédures de l'article 26. Cet article de la Constitution de l'OIT autorise le dépôt de plaintes auprès du Bureau international du travail contre un Etat Membre qui n'aurait pas assuré le respect d'une convention qu'il a ratifiée. Une plainte peut être déposée par un autre État membre ayant également ratifié la même convention, par un délégué (gouvernement, employeur ou travailleur) à la Conférence internationale du travail ou par le Conseil d'administration du BIT. Le Conseil d'administration peut nommer une commission d'enquête pour examiner la plainte et lui faire rapport. Les constatations factuelles et les recommandations de la commission d'enquête sont ensuite publiées. Les recommandations peuvent inclure une mission de contacts directs. En cas de désaccord sur les recommandations de la commission d'enquête, une plainte peut être portée devant la Cour internationale de justice, dont la décision est définitive.

                                                      Procédures de liberté d'association. La liberté d'association et le droit de négocier collectivement étant au cœur de l'adhésion à l'OIT, elle a établi des procédures spéciales pour traiter les plaintes alléguant des violations de ces droits. Un comité du Conseil d'administration sur la liberté syndicale examine les plaintes déposées par des organisations nationales ou internationales d'employeurs ou de travailleurs contre tout État membre de l'OIT, même lorsqu'il n'a pas ratifié les deux principales conventions de l'OIT sur la liberté syndicale et la négociation collective. Ce Comité peut également recommander à un gouvernement d'accepter une mission de contacts directs pour l'aider à faire respecter ces principes de base.

                                                      Effet. Bien que l'OIT ne dispose d'aucune force de police ou d'inspection du travail habilitée à ordonner la sécurisation d'un lieu de travail, les gouvernements sont sensibles aux appels pour qu'ils remplissent les obligations qu'ils ont contractées en ratifiant les conventions de l'OIT. La pression publique exercée par le recours aux procédures de l'OIT a, dans un certain nombre de cas, conduit à des modifications de la législation et de la pratique, et donc, par leur intermédiaire, à une amélioration des conditions de travail.

                                                       

                                                      Noir

                                                      L'Organisation internationale de normalisation (ISO) est une fédération mondiale d'organismes nationaux de normalisation qui comprend actuellement les organismes nationaux de normalisation de 120 pays en 1996. L'objet de l'ISO est de promouvoir l'élaboration de normes dans le monde en vue de faciliter la normalisation internationale. l'échange de biens et de services et au développement de la coopération mutuelle dans le domaine de l'activité intellectuelle, scientifique, technologique et économique. Les résultats des travaux techniques de l'ISO sont publiés sous forme de Normes internationales.

                                                      Le champ d'application de l'ISO n'est pas limité à une branche particulière; elle couvre tous les domaines de la normalisation à l'exception des normes d'ingénierie électrique et électronique, qui relèvent de la responsabilité de la Commission électrotechnique internationale (CEI).

                                                      L'ISO rassemble les intérêts des producteurs, des utilisateurs (y compris les consommateurs), des gouvernements et de la communauté scientifique dans la préparation des Normes internationales.

                                                      Les travaux de l'ISO sont menés par quelque 2,800 100,000 organismes techniques. Plus de 10,000 188,000 experts de toutes les régions du monde sont engagés dans ce travail qui, à ce jour, a abouti à la publication de plus de XNUMX XNUMX Normes internationales, représentant quelque XNUMX XNUMX pages de données de référence concises en anglais et en français.

                                                      Origine et appartenance

                                                      La normalisation internationale a commencé dans le domaine électrotechnique il y a environ 90 ans. Alors que certaines tentatives ont été faites dans les années 1930 pour développer des Normes internationales dans d'autres domaines techniques, ce n'est qu'à la création de l'ISO qu'une organisation internationale consacrée à la normalisation dans son ensemble a vu le jour.

                                                      Suite à une réunion à Londres en 1946, les délégués de 25 pays décident de créer une nouvelle organisation internationale « dont l'objet sera de faciliter la coordination et l'unification internationales des normes industrielles ». La nouvelle organisation, l'ISO, a commencé à fonctionner officiellement le 23 février 1947.

                                                      A organisme membre de l'ISO est l'organisme national « le plus représentatif de la normalisation dans son pays ». Il s'ensuit qu'un seul organisme de ce type pour chaque pays est accepté comme membre de l'ISO. Les comités membres ont le droit de participer et d'exercer pleinement le droit de vote au sein de tout comité technique de l'ISO, sont éligibles au Conseil et ont un siège à l'Assemblée générale. En septembre 1995, le nombre de comités membres était de 83. Plus de 70 % des comités membres de l'ISO sont des institutions gouvernementales ou des organisations de droit public. Les autres ont des liens étroits avec l'administration publique de leurs pays respectifs.

                                                      A membre correspondant est normalement une organisation d'un pays en développement qui n'a pas encore son propre organisme national de normalisation. Les membres correspondants ne participent pas activement aux travaux techniques, mais en sont pleinement informés. Normalement, un membre correspondant devient un organisme membre après quelques années. Presque tous les membres correspondants actuels sont des institutions gouvernementales. En septembre 1995, le nombre de membres correspondants était de 24.

                                                      Une troisième catégorie, abonné l'adhésion, a été établi pour les pays à économie de petite taille. Ces membres abonnés paient des cotisations réduites qui leur permettent néanmoins de garder le contact avec la normalisation internationale. En septembre 1995, le nombre de membres abonnés était de huit.

                                                      Les données de base sur chaque comité membre de l'ISO sont données dans la publication Adhésion à l'ISO.

                                                      Travail technique

                                                      Le travail technique de l'ISO est effectué par le biais de comités techniques (TC). La décision de créer un comité technique est prise par le Bureau de gestion technique, qui approuve également le périmètre du comité. Dans ce cadre, le comité détermine son propre programme de travail.

                                                      Les comités techniques peuvent, à leur tour, créer des sous-comités (SC) et des groupes de travail (WG) pour couvrir différents aspects du travail. Chaque comité technique ou sous-comité dispose d'un secrétariat affecté à un comité membre de l'ISO. Fin 1995, il existait 185 comités techniques, 611 sous-comités et 2,022 XNUMX groupes de travail.

                                                      Une proposition visant à introduire un nouveau domaine d'activité technique dans le programme de travail de l'ISO émane normalement d'un comité membre, mais elle peut également émaner d'une autre organisation internationale. Les ressources étant limitées, des priorités doivent être établies. Par conséquent, toutes les nouvelles propositions sont soumises pour examen par les comités membres de l'ISO. S'ils sont acceptés, soit les nouveaux travaux seront référés au comité technique existant approprié, soit un nouveau comité sera créé.

                                                      Chaque organisme membre intéressé par un sujet pour lequel un comité technique a été autorisé a le droit d'être représenté au sein de ce comité. Un règlement intérieur détaillé est donné dans le Directives ISO/CEI.

                                                      Normes internationales

                                                      Une Norme internationale est le résultat d'un accord entre les comités membres de l'ISO. Elle peut être utilisée telle quelle ou mise en œuvre par incorporation dans les normes nationales de différents pays.

                                                      Une première étape importante vers une Norme internationale prend la forme d'un projet de comité (CD), un document diffusé pour étude au sein du comité technique. Ce document doit passer par un certain nombre d'étapes avant de pouvoir être accepté en tant que Norme internationale. Cette procédure est conçue pour s'assurer que le résultat final est acceptable pour le plus grand nombre de pays possible. Lorsqu'un accord est finalement trouvé au sein du comité technique, le projet de proposition est envoyé au secrétariat central pour enregistrement en tant que projet de Norme internationale (DIS) ; le DIS est ensuite distribué à tous les comités membres pour vote. Dans de nombreux pays, le DIS est mis à la disposition du public pour enquête, assurant ainsi les consultations les plus larges possibles. Si 75% des votes exprimés sont en faveur du DIS, il est accepté pour un traitement ultérieur en tant que projet final de norme internationale (FDIS) qui est diffusé à tous les comités membres pour adoption formelle par l'ISO. Encore une fois, 75 % des suffrages exprimés doivent être en faveur de la FDIS pour que la Norme internationale soit publiée. Normalement, les problèmes techniques fondamentaux sont résolus au niveau du comité technique. Cependant, la procédure de vote des comités membres garantit qu'aucune objection importante n'a été négligée.

                                                      La plus grande partie du travail se fait par correspondance et les réunions ne sont convoquées que lorsqu'elles sont pleinement justifiées. Chaque année, quelque 10,000 XNUMX documents de travail sont diffusés. La plupart des normes nécessitent une révision périodique. Plusieurs facteurs se conjuguent pour rendre une norme obsolète : évolution technologique, nouvelles méthodes et matériaux, nouvelles exigences de qualité et de sécurité. Pour tenir compte de ces facteurs, l'ISO a établi la règle générale selon laquelle toutes les normes ISO doivent être révisées tous les cinq ans. À l'occasion, il est nécessaire de réviser une norme plus tôt.

                                                      Une liste complète de toutes les normes ISO publiées est donnée dans le Catalogue ISO.

                                                      Travaux de l'ISO dans le domaine de la sécurité au travail

                                                      Chaque Norme internationale ISO est préparée dans un souci de sécurité ; le facteur sécurité fait partie intégrante des travaux de l'ISO.

                                                      Les plus de 10,000 XNUMX Normes internationales déjà publiées par l'ISO couvrent un large spectre, de l'aérospatiale, l'aéronautique et l'agriculture à la construction, les essais au feu, les conteneurs, l'équipement médical, l'équipement minier, les langages informatiques, l'environnement, la sécurité personnelle, l'ergonomie, les pesticides, l'énergie nucléaire. etc.

                                                      De nombreuses Normes internationales sont facilement reconnues comme importantes pour la prévention des risques professionnels : par exemple, le symbole de base pour signifier les rayonnements ionisants ou les matières radioactives (ISO 361), les couleurs et signes de sécurité (ISO 3864) et le casque de sécurité industriel (ISO 3873) spécifié pour les moyens protection dans les mines, les carrières, la construction navale, l'ingénierie structurelle et la foresterie, etc. D'autres Normes internationales ne sont pas aussi facilement identifiées comme étant directement pertinentes, mais ont un impact égal sur la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ; un exemple est ISO 2631, Évaluation de l'exposition humaine aux vibrations du corps entier, publié en trois parties, qui classe la « limite de confort réduite », la « limite de compétence réduite par la fatigue » et la « limite d'exposition » selon différents niveaux de fréquence de vibration, d'amplitude d'accélération et de temps d'exposition, et selon la direction de la vibration par rapport aux axes reconnus du corps humain. Cette norme, comme toutes les autres, est continuellement mise à jour à la lumière de la recherche et de l'expérience, et concerne des formes de transport telles que les tombereaux, les tracteurs, les excavatrices et de nombreux autres véhicules et chantiers.

                                                      Les comités techniques de l'ISO énumérés dans le tableau 1 sont parmi les plus importants dans les travaux sur la sécurité et la prévention des accidents et des maladies.

                                                      Tableau 1. Comités techniques de l'ISO les plus concernés par la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles

                                                      No.

                                                      Titre

                                                      Exemple typique de norme ISO

                                                      10

                                                      Dessins techniques, définition du produit et documentation connexe

                                                      ISO / DIS 11604

                                                      Documentation technique des produits - Fiches techniques pour le matériel et l'équipement de dessin et documentation connexe

                                                      21

                                                      Matériel de protection et de lutte contre l'incendie

                                                      ISO 3941

                                                      Classement des feux

                                                      23

                                                      Tracteurs et machines pour l'agriculture et la sylviculture

                                                      ISO 3776

                                                      Tracteurs agricoles—Ancrages de ceinture de sécurité

                                                      35

                                                      Peintures et vernis

                                                      ISO 3679

                                                      Peintures, vernis, pétrole et produits connexes — Détermination du point d'éclair — Méthode d'équilibre rapide

                                                      43

                                                      Acoustique

                                                      ISO 4872

                                                      Acoustique - Mesure du bruit aérien émis par les équipements de construction destinés à être utilisés à l'extérieur - Méthode de détermination du respect des limites de bruit

                                                      44

                                                      Soudage et procédés connexes

                                                      ISO/DIS 10882-2

                                                      Santé et sécurité en soudage et procédés connexes — Échantillonnage des particules et des gaz en suspension dans la zone respiratoire de l'opérateur — Partie 2 : Échantillonnage des gaz

                                                      59

                                                      Construction de bâtiments

                                                      ISO / TR 9527

                                                      Construction de bâtiments —Besoins des personnes handicapées dans les bâtiments —Lignes directrices de conception

                                                      67

                                                      Matériaux, équipements et structures offshore pour les industries du pétrole et du gaz naturel

                                                      ISO 10418

                                                      Industries du pétrole et du gaz naturel—Plateformes de production offshore—Analyse, conception, installation et test de systèmes de base de sécurité de surface

                                                      82

                                                      Mines

                                                      ISO 3155

                                                      Câbles toronnés pour le levage minier - Composants fibreux - Caractéristiques et essais

                                                      85

                                                      Énergie nucléaire

                                                      ISO 1709

                                                      Énergie nucléaire — Matières fissiles — Principes de criticité, de sûreté dans le stockage, la manutention et le traitement

                                                      86

                                                      Réfrigération

                                                      ISO 5149

                                                      Systèmes de réfrigération mécaniques utilisés pour le refroidissement et le chauffage — Prescriptions de sécurité

                                                      92

                                                      La sécurité incendie

                                                      ISO 1716

                                                      Matériaux de construction—Détermination du potentiel calorifique

                                                      94

                                                      Sécurité personnelle—Vêtements et équipement de protection

                                                      ISO 2801

                                                      Vêtements de protection contre la chaleur et le feu - Recommandations générales pour les utilisateurs et pour les responsables de ces utilisateurs

                                                      96

                                                      Grues

                                                      ISO-10245 1

                                                      Grues—Dispositifs limiteurs et indicateurs—Partie 1 : Généralités

                                                      98

                                                      Bases pour la conception des structures

                                                      ISO 2394

                                                      Principes généraux de fiabilité des structures

                                                      101

                                                      Matériel de manutention mécanique continue

                                                      ISO 1819

                                                      Manutention mécanique continue — Code de sécurité — Règles générales

                                                      108

                                                      Vibrations et chocs mécaniques

                                                      ISO-2631 1

                                                      Évaluation de l'exposition humaine aux vibrations globales du corps — Partie 1 : Exigences générales

                                                      110

                                                      Chariots industriels

                                                      ISO 1074

                                                      Chariots élévateurs à contrepoids—Essais de stabilité

                                                      118

                                                      Compresseurs, outils pneumatiques et machines pneumatiques

                                                      ISO 5388

                                                      Compresseurs d'air fixes - Règles de sécurité et code de pratique

                                                      146

                                                      Qualité de l'air

                                                      ISO 8518

                                                      Air du lieu de travail—Détermination des particules de plomb et des composés de plomb—Méthode spectrométrique d'absorption atomique à la flamme

                                                      159

                                                      Ergonomie

                                                      ISO 7243

                                                      Environnements chauds - Estimation du stress thermique du travailleur, basée sur l'indice WBGT (température du globe humide)

                                                      199

                                                      Sécurité des machines

                                                      ISO/TR12100-1

                                                      Sécurité des machines — Concepts de base, principes généraux de conception — Partie 1 : Terminologie de base, méthodologie

                                                       

                                                      Ces comités techniques et d'autres ont élaboré ou sont en train d'élaborer des Normes internationales concernant les risques professionnels dans des domaines tels que les chantiers de construction, les usines, les quais, l'agriculture et la sylviculture, les installations nucléaires, la manutention des matériaux et les vêtements et équipements de protection individuelle.

                                                      Le domaine de la construction fournit un exemple très clair de l'attention portée à la prévention des accidents et des maladies dans les travaux de l'ISO. Sur plus de 50 comités techniques de l'ISO traitant de certains aspects du bâtiment ou des matériaux de construction, dix traitent des problèmes de l'environnement de travail. Les facteurs physiques dans le domaine du bâtiment couvrent des aspects tels que la sécurité des personnes, les vibrations et les chocs, le bruit, les installations et équipements, les engins de terrassement, les grues et les appareils de levage, et l'ergonomie. Les facteurs chimiques couvrent la qualité de l'air, les peintures et vernis, la protection des soudeurs et les vêtements et équipements de protection.

                                                      ISOTC 127 (Engins de terrassement) a créé un sous-comité chargé de traiter spécifiquement des exigences de sécurité et des facteurs humains pour tous les types de base actuels d'engins de terrassement tels que les tracteurs, les chargeuses, les tombereaux, les décapeuses pour tracteurs, les excavatrices et les niveleuses. Des normes existent déjà pour un accès sécurisé aux cabines de conduite via des marchepieds, des échelles, des passerelles et des plates-formes, et les dimensions des cabines ont été établies pour les grands et les petits opérateurs, assis ou debout et en tenue arctique ou non, selon le cas.

                                                      Les positions assises et les tailles et formes des sièges pour différents opérateurs font également l'objet de Normes internationales. Les positions assises sont désormais liées aux zones de confort et à l'accessibilité des commandes manuelles et au pied, et des normes ont été préparées pour déterminer le champ de vision disponible pour les opérateurs d'engins de terrassement, sur la base de la détermination de la forme, de la taille et de la position des zones d'invisibilité causées par des parties obstruantes des machines.

                                                      Pour éviter que les machines n'écrasent leurs opérateurs en cas de renversement accidentel, des structures de protection en cas de retournement (ROPS) ont été développées et standardisées. Les chutes de pierres, d'arbres et de parties de bâtiments en cours de démolition peuvent s'avérer dangereuses, c'est pourquoi les structures de protection contre les chutes d'objets (FOPS) ont été normalisées afin de minimiser les risques de blessures pour l'opérateur.

                                                      ISO 7000, Symboles graphiques à utiliser sur l'équipement — Index et synopsis, fournit un synopsis de plusieurs centaines de symboles graphiques convenus au niveau international à placer sur des équipements ou des parties d'équipements de toute nature afin d'informer les personnes manipulant l'équipement quant à son utilisation et son fonctionnement.

                                                      Les travaux de l'ISO dans le domaine du bâtiment sont à la fois intensifs et étendus, tout comme dans d'autres domaines couverts par l'ISO. (Le champ d'application de l'ISO comprend la plupart des activités industrielles, agricoles et maritimes, à l'exception du domaine électrotechnique, qui est géré par la Commission électrotechnique internationale, et des produits pharmaceutiques, géré par l'Organisation mondiale de la santé.)

                                                      Dans l'usine, les Normes internationales prennent une signification particulière lorsque les personnes à la recherche d'un emploi migrent d'un pays à l'autre et souvent vers des emplois où elles ne peuvent ni parler ni lire la langue locale. Des symboles graphiques facilement reconnaissables pour les commandes de machines conformes aux normes internationales sont essentiels ici comme dans l'industrie du bâtiment; il en va de même pour les emplacements normalisés pour les commandes au pied et à la main et les normes internationales pour les protections des pièces mobiles.

                                                      Un code de sécurité ISO pour les compresseurs couvre un large éventail de facteurs de sécurité et environnementaux, tels que la prévention de l'inhalation d'huile et le contrôle des inhibiteurs d'huiles toxiques, la prévention de l'inflammation du coke d'huile et de l'explosion du carter, et l'utilisation de soupapes de décharge et de sécurité. .

                                                      La sécurité des équipements de manutention mécanique continue fait l'objet de près de 40 Normes Internationales. Ils couvrent des aspects tels que la sécurité et les codes de sécurité pour les différents types d'équipements, tels que les convoyeurs à bande, les alimentateurs vibrants, les convoyeurs aériens à chaînes, les convoyeurs hydrauliques, les équipements de manutention pneumatiques et les convoyeurs à rouleaux et à vis.

                                                      Dans le domaine de l'agriculture et de la sylviculture, l'ISO a élaboré d'importantes Normes internationales qui protègent le travailleur. Les ancrages des ceintures de sécurité des tracteurs agricoles font l'objet d'une norme bien connue qui facilite l'import-export des constructeurs au fur et à mesure de sa mise en place, remplaçant une pléthore de normes et réglementations nationales en la matière. Les normes ISO prévoient même des règles de présentation des manuels d'utilisation et des publications techniques pour les tracteurs et machines agricoles, ce qui les rend faciles à lire et à comprendre.

                                                      Sur les quais, le travailleur est protégé par des normes internationales qui déterminent la stabilité des grues et des grues mobiles en action et déterminent l'effet des charges de vent sur les structures des grues. D'autres normes couvrent les indicateurs et les dispositifs de sécurité qui fonctionneront en cas d'erreur de jugement d'un opérateur. D'autres encore couvrent des indicateurs tels que les anémomètres, les annonciateurs de surtension et les indicateurs de masse, de pente et de rotation et la "coupure automatique", tels que les limiteurs de derrick, les limiteurs de capacité de levage et les arrêts de mou de câble. Les normes produites et en préparation devraient non seulement aider les opérateurs dans leur travail, mais améliorer l'environnement de travail en inspirant confiance à tout le personnel de chantier se déplaçant sous et autour des grues. Une Norme internationale associée fournit des critères de mise au rebut en relation avec l'usure, la corrosion, la déformation et les ruptures de brins de fil, et est destinée à guider les personnes compétentes impliquées dans la maintenance et l'examen des grues et des appareils de levage. Les nouvelles normes en cours d'élaboration portent sur les dispositifs d'ancrage hors service, l'entretien, la surveillance de l'état, l'utilisation sécuritaire et les panneaux de sécurité.

                                                      La sécurité des travailleurs et des autres dans les installations nucléaires ou à proximité est couverte par un certain nombre de Normes internationales, et les travaux se poursuivent dans ce domaine. Les sujets abordés sont les méthodes d'essai des posemètres et des dosimètres, un essai de fuite de contenu et de fuite de rayonnement, et les principes généraux d'échantillonnage des matières radioactives en suspension dans l'air.

                                                      Les Normes internationales pour les vêtements et équipements de protection relèvent de la responsabilité de l'ISO TC 94. En plus de la Norme pour les casques de sécurité industriels, il a développé un vocabulaire normalisé pour les protecteurs oculaires personnels, établi des exigences d'utilisation et de transmission pour les filtres infrarouges pour les protecteurs oculaires, et recommandations générales pour les utilisateurs et les responsables d'utilisateurs de vêtements de protection contre la chaleur et le feu.

                                                      La production et l'utilisation de Normes internationales ISO telles que celles-ci, issues d'une coopération mondiale, ont incontestablement amélioré la qualité du lieu de travail.

                                                       

                                                      Noir

                                                      Raison d'être et perspective historique

                                                      L'AISS a pour objet de coopérer, au niveau international, à la défense, à la promotion et au développement de la sécurité sociale dans le monde, essentiellement par son amélioration technique et administrative. La prévention des risques sociaux est aujourd'hui considérée comme faisant partie intégrante de la sécurité sociale.

                                                      L'AISS a eu un précurseur précoce, le Comité international permanent des assurances sociales (CPIAS), qui s'est d'abord préoccupé des risques d'accidents et en 1891 a étendu son champ d'action à l'assurance sociale en général. En 1927, la dixième session de la Conférence internationale du Travail a adopté la convention n° 24, dite convention sur l'assurance-maladie (industrie), et la convention n° 25, dite convention sur l'assurance-maladie (agriculture). L'AISS a été fondée à cette époque, à l'initiative du Bureau international du travail, dans le but d'obtenir le soutien d'experts de plusieurs pays européens pour la ratification de ces instruments. Jusqu'en 1947, l'organisation était connue sous le nom de Conférence internationale des caisses d'assurance maladie et des mutuelles (CIMAS).

                                                      Le concept de prévention existait déjà dans l'esprit des pionniers de la CIMAS lorsqu'ils ont inscrit cette notion dans les principes politiques fondamentaux adoptés par leur Assemblée constituante. Ce n'est cependant qu'en 1954 que l'Association s'implique activement dans les activités de sécurité et de santé au travail, à travers la création de son Comité permanent de prévention des risques professionnels. Il convient de noter qu'à cet égard, le rôle de l'AISS est complémentaire de celui de l'OIT. Les experts de l'AISS peuvent non seulement contribuer à l'élaboration des conventions et recommandations de l'OIT, mais sont également appelés à les mettre en œuvre.

                                                      Bien que les programmes de prévention soient manifestement les plus répandus dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail, au cours des deux dernières décennies, la prévention a également pris une importance croissante dans d'autres branches de la sécurité sociale, notamment en ce qui concerne l'assurance maladie et, plus récemment, l'assurance chômage, comme être vu des activités des Comités permanents de l'AISS. Au cours de la dernière décennie, les activités visant à prévenir les accidents du travail et les maladies professionnelles ont subi des changements considérables dans les sociétés industrialisées modernes, comme développé ci-dessous concernant le «Concept de prévention» de l'Association.

                                                      Structure et adhésion

                                                      L'AISS est une organisation internationale de services, d'institutions ou d'organismes gérant une ou plusieurs branches de la sécurité sociale ou des mutuelles. Elle a ses bureaux au siège du BIT à Genève.

                                                      L'association compte deux catégories de membres :adhésion affiliée, pour les administrations, les organismes centraux et les fédérations nationales d'organismes gérant la sécurité sociale ou l'une de ses branches au niveau national, et membre associé, ouvert aux institutions nationales sans but lucratif, telles que les institutions de recherche et de sécurité et de santé, dont les buts sont compatibles avec ceux de l'Association, mais qui ne sont pas qualifiées pour devenir membres affiliés.

                                                      En 1995, l'AISS comptait plus de 240 organisations membres affiliées dans 117 pays et 95 institutions membres associées dans 35 pays, pour un total de 338 organisations dans 127 pays à travers le monde. Plus de 200 institutions membres sont directement impliquées dans l'assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles et/ou dans la prévention des accidents et la promotion de la sécurité et de la santé.

                                                      Figure 1. Structure de l'Association internationale de la sécurité sociale (AISS)

                                                      ISL102F1

                                                      Comme le montre l'organigramme (figure 1), toutes les activités de l'AISS sont dirigées par l'Assemblée générale, composée de délégués nommés par les institutions membres et parfois décrite comme le parlement mondial de la sécurité sociale. Le Conseil, composé d'un délégué de chaque pays ayant des institutions membres affiliées, se réunit régulièrement à l'occasion des Assemblées Générales triennales de l'Association. Le Bureau, qui avec le Conseil donne effet aux décisions prises par l'Assemblée générale, se réunit deux fois par an et est composé de 30 membres élus et des Présidents des Commissions permanentes.

                                                       

                                                       

                                                       

                                                       

                                                       

                                                       

                                                       

                                                       

                                                      Activités et Services

                                                      L'association a trois programmes principaux :

                                                      1. Activités régionales. Ceux-ci visent à répondre aux besoins particuliers des institutions membres dans les différentes parties du monde. A cet effet, l'AISS dispose de bureaux régionaux pour l'Afrique, les Amériques, l'Asie et le Pacifique et l'Europe situés respectivement à Abidjan, Buenos Aires, Manille et Paris.
                                                      2. Recherche et documentation. Les évolutions et les tendances mondiales de la sécurité sociale sont suivies et analysées du point de vue de la recherche nationale et transnationale par le biais d'un réseau de correspondants. L'Association gère la plus grande bibliothèque de sécurité sociale au monde et collabore avec le Département de la sécurité sociale du BIT pour fournir des informations actualisées sur la sécurité sociale.
                                                      3. Activités techniques. Dix commissions permanentes et un groupe d'étude traitent chacun d'une branche ou d'un aspect spécifique de la sécurité sociale. Ils étudient les problèmes sectoriels tels que ceux liés à l'assurance maladie, à l'assurance retraite, à l'assurance chômage, à la protection de la famille, à la réadaptation, à l'organisation et aux méthodes, aux questions actuarielles et statistiques.

                                                       

                                                      Le Comité permanent d'assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles et le Comité permanent de prévention des risques professionnels avec ses 11 sections internationales de prévention des accidents jouent un rôle particulièrement important dans la promotion de la sécurité et de la santé.

                                                      Le Comité permanent de prévention des risques professionnels

                                                      Deux aspects différents et complémentaires (c'est-à-dire les activités promotionnelles liées à la prévention et les activités techniques) relèvent de la compétence de ce comité qui, avec son conseil consultatif, suit les développements mondiaux et entreprend des enquêtes et des études sur des problèmes généraux.

                                                      Le Comité est chargé d'entreprendre au niveau international les types d'activités suivantes pour la prévention des risques professionnels :

                                                        • échange d'informations et d'expériences
                                                        • organisation de rencontres internationales et congrès mondiaux
                                                        • réalisation d'enquêtes et promotion de la recherche dans le domaine de la prévention des risques professionnels
                                                        • coordination des activités des Sections Internationales de Prévention des Risques Professionnels de l'AISS
                                                        • coopération avec l'OIT et d'autres agences actives dans la prévention des risques professionnels
                                                        • autres mesures appropriées aux fins du Comité.

                                                                   

                                                                  Congrès mondiaux

                                                                  Depuis 1955, l'OIT et l'AISS organisent des Congrès mondiaux triennaux sur la sécurité et la santé au travail en coopération avec les institutions membres de l'AISS et les mandants de l'OIT concernés dans le pays hôte. Il n'est pas aisé de quantifier dans quelle mesure les Congrès mondiaux ont suivi les différentes étapes d'évolution de la prévention des risques professionnels coïncidant avec les progrès sociaux, économiques et industriels des 25 dernières années, ni dans quelle mesure ils ont donné une avance ou encouragé ce développement. Il ne fait cependant aucun doute que l'échange d'idées et d'informations qui en a résulté concernant les recherches récentes et leur application pratique dans différents pays, tant au niveau national qu'au sein de l'industrie, a permis à un grand nombre de participants à ces congrès de prendre conscience de l'importance de nombreux changements introduits. Ceci, à son tour, leur a permis d'apporter une plus grande contribution à leur domaine d'activité particulier.

                                                                  Les quatre derniers Congrès mondiaux ont eu lieu à Ottawa-Hull (1983), Stockholm (1987), Hambourg (1990), New Delhi (1993) et Madrid (1996). En 1999, le site est au Brésil.

                                                                  Sections internationales de l'AISS pour la prévention

                                                                  Depuis la fin des années 1960, sur avis du Comité permanent de prévention des risques professionnels et de son Conseil consultatif, le Bureau de l'AISS a mis en place 11 Sections internationales de prévention des risques professionnels. Huit d'entre eux traitent de la prévention des accidents dans divers secteurs de l'industrie et de l'agriculture et trois traitent respectivement des techniques d'information, de la recherche dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail et de l'éducation et de la formation pour la prévention des accidents.

                                                                  Chaque Section internationale de l'AISS est représentée par son Président et son Secrétaire général au Conseil consultatif du Comité permanent, qui conseille le Bureau du Comité sur les questions fondamentales relatives aux activités du Comité et de ses Sections internationales. Un exemple concret est le concept de prévention (discuté séparément ci-dessous).

                                                                  Les Sections Internationales sont financièrement autonomes, ont une structure décentralisée et leur propre composition composée de membres effectifs, de membres associés et de membres correspondants. L'adhésion à part entière est ouverte aux institutions membres de l'AISS et aux autres organisations à but non lucratif ; les entités à but lucratif ayant des activités compatibles avec le domaine de compétence d'une section peuvent être admises en tant que membres associés, et les experts individuels peuvent demander à être membres correspondants. Les secrétariats des sections sont assurés dans divers pays par des institutions membres de l'AISS spécialisées dans les domaines respectifs.

                                                                  Chaque section est un centre d'échange d'informations dans son propre domaine de compétence. Toutes les sections organisent des symposiums internationaux, des tables rondes et des réunions d'experts, dont les actes et les rapports sont publiés dans la série 1000 de la prévention de l'AISS. des conseils de sécurité pour les travailleurs migrants dans l'industrie de la construction ou une liste de contrôle pour la classification des machines sur la base de principes ergonomiques, pour travailler en toute sécurité avec des agents biologiques. Les conclusions de ces groupes de travail sont publiées sous forme de brochures techniques dans la Série Prévention 45 de l'AISS. La plupart des titres existent en anglais, français et allemand, certains également en espagnol et dans d'autres langues. Ces publications peuvent être commandées directement auprès du secrétariat de la section concernée.

                                                                  Les Festivals internationaux du film et de la vidéo, qui ont lieu pendant les Congrès mondiaux et pour lesquels un groupe de travail de la Section de l'électricité constitue un centre d'échange, présentent un intérêt particulier. Toutes les productions soumises à ces festivals sont répertoriées dans un catalogue en quatre langues disponible gratuitement auprès de cette section.

                                                                  Une brève description de chacune des sections internationales de l'AISS suit.

                                                                  Section internationale de la recherche de l'AISS.

                                                                  La section offre les dernières informations sur les projets de recherche en cours et prévus dans le monde entier. Deux banques de données permettent un accès rapide et efficace à ces informations. Le groupe de travail « Concepts de recherche » promeut les bases théoriques nécessaires pour garantir efficacement que plus que par le passé, la recherche sert davantage à la fois le terrain et la mise en œuvre plus pratique des résultats de la recherche.

                                                                  Section internationale de l'information de l'AISS.

                                                                  La section Information fournit des informations sur les techniques d'information efficaces. Le groupe de travail « Sécurité et Santé Périodiques » informe les experts en sécurité sur le moyen le plus efficace d'atteindre leur public. La Section offre des conseils d'experts sur la « publicité pour la sécurité ».

                                                                  Section internationale de l'AISS pour l'industrie minière.

                                                                  La Section traite des risques classiques des travaux souterrains dans les mines de charbon (obscurité, poussière, chaleur, gaz, explosions, effondrements) et s'occupe de la formation des équipes de secours miniers.

                                                                  AISS Section internationale de l'industrie chimique.

                                                                  Bien que de nouvelles substances entraînent de nouveaux risques, l'industrie chimique a développé des normes de sécurité élevées qui se sont avérées exemplaires. La Section Chimie s'efforce de faire en sorte que ces normes de sécurité transcendent les frontières autant, sinon plus, que les risques.

                                                                  Section internationale de l'AISS pour l'industrie du fer et des métaux.

                                                                  Le taux élevé d'accidents dans cette importante branche d'activité doit être réduit. Des stratégies de sécurité sont élaborées contre les dangers et les causes d'accidents les plus fréquents. Les groupes de travail de la section s'occupent principalement des nouvelles technologies et des substituts aux substances de travail dangereuses.

                                                                  Section internationale de l'électricité de l'AISS.

                                                                  L'énergie « invisible » génère de nombreux risques invisibles. La section élabore des recommandations pour la prévention pratique des accidents, des principes pour un contrôle réglementaire des appareils et systèmes électriques, soutenus par des mesures de premiers secours efficaces en cas d'accidents électriques. La Section gère un centre d'échange de films et de vidéos dans le domaine de la sécurité, de la santé et de l'environnement.

                                                                  Section internationale de l'AISS pour l'industrie de la construction.

                                                                  Les risques d'accident extrêmement élevés dans le secteur de la construction nécessitent une stratégie de sécurité capable de faire face aux changements continus de l'environnement de travail sur les chantiers de construction. L'objectif de la section n'est pas seulement de résoudre des problèmes individuels, mais d'augmenter la sécurité et la prévention des accidents dans l'ensemble des opérations de l'industrie de la construction, notamment en intensifiant la coopération entre les différents corps de métier travaillant sur un même chantier.

                                                                  Section internationale de l'agriculture de l'AISS.

                                                                  La mécanisation de l'agriculture et l'utilisation de substances chimiques dans l'agriculture sont des problèmes mondiaux. La Section prône une évolution socio-technique rapide à la lumière de la révolution technique, tout en s'efforçant de veiller à ce que la production de denrées alimentaires ne mette pas la vie en danger.

                                                                  Section internationale de l'AISS pour la sécurité des machines.

                                                                  La section traite de la sécurité des systèmes et de la prévention des accidents liés aux machines, appareils, appareils et systèmes. La normalisation des dispositifs de sécurité, les questions d'ergonomie, la réduction du bruit, les interrupteurs de sécurité et la prévention des explosions de poussière sont les points focaux des groupes de travail de la section.

                                                                  Section internationale de l'AISS pour l'éducation et la formation.

                                                                  Le progrès technique s'étend dans tous les domaines de la vie ; mais en même temps elle comporte de nouveaux risques. Le principal facteur d'accidents est le manque d'éducation et de formation dans le domaine de la sécurité. La sécurité doit faire partie intégrante du comportement humain dans tous les domaines de la vie. La Section traite des aspects pédagogiques de l'éducation et de la formation à la prévention et vise une approche globale de la prévention, en s'appuyant sur les expériences acquises en matière de prévention sur le lieu de travail pour la sécurité dans tous les domaines de la vie.

                                                                  Section internationale de l'AISS pour les services de santé.

                                                                  La Section s'efforce par la coopération internationale de combler les déficits de sécurité dans le secteur de la santé. Le secteur de la santé présente des risques professionnels typiques qui sont en partie très différents de ceux des autres domaines d'activité, par exemple l'exposition directe aux maladies, les risques liés aux médicaments, notamment les gaz anesthésiques, les désinfectants et les déchets infectieux.

                                                                  Le concept de prévention de l'ISSA "Safety Worldwide"

                                                                  Le Bureau de l'AISS a adopté ce concept en octobre 1994 sous le titre "Concept de prévention de l'AISS 'Safety Worldwide'—The Golden Path to Social Policy".

                                                                  Parce que seuls 100 accidents mortels sur XNUMX sont des accidents du travail, tous les autres se produisant dans la circulation, à la maison, pendant le sport ou à l'école, le concept cherche à valoriser, dans d'autres domaines, l'expérience acquise en matière de prévention dans le monde de travail.

                                                                  Partant du point de vue que la préservation de la santé est une mission fondamentale de l'humanité et donc un objectif central de la sécurité sociale, le concept appelle à l'articulation de la prévention, de la réhabilitation et de l'indemnisation et à la préservation d'un environnement intact. L'accent sera mis sur le facteur humain aux étapes de planification, d'organisation et de mise en œuvre et sur la nécessité d'amorcer l'éducation à la prévention dès la petite enfance. Des efforts seront faits pour s'adresser à tous ceux qui, par leurs propres activités, peuvent assurer une meilleure protection contre les risques pour les individus. Il s'agit notamment des législateurs et des normalisateurs, des partenaires sociaux, des personnes responsables du développement, de la planification, de la conception et de la fabrication de produits et services, des planificateurs de programmes scolaires et des enseignants, ainsi que des spécialistes de l'information dans les travaux d'information du public, des médecins du travail, des organes de contrôle et de consultation , responsables des assurances sociales et privées, décideurs et gestionnaires de programmes dans les organisations internationales, professionnelles et autres, etc., et enfin parents et enfants.

                                                                  La promotion approfondie de la sécurité et de la santé au travail et ailleurs nécessite des mesures de trois types : mesures techniques, mesures de changement de comportement et mesures organisationnelles. A cet effet, le concept de prévention de l'AISS définit trois niveaux d'intervention :

                                                                    1. informer le grand public et le sensibiliser aux questions de sécurité et de santé par le biais des médias, des journaux, des brochures, des affiches, etc.
                                                                    2. obtenir un impact à la fois large et approfondi en cherchant à changer les attitudes et les comportements par le biais d'agents à effet multiplicateur et en utilisant des médias et des techniques spécifiques au groupe cible, tels que des films éducatifs et d'autres matériels éducatifs
                                                                    3. visant à un impact en profondeur sur les groupes directement à risque par des mesures spécifiques telles que des conseils ou des brochures thématiques.

                                                                         

                                                                        La première étape de la mise en œuvre du concept consistera à dresser un bilan des activités de prévention afin de déterminer les besoins et les lacunes de la région. Un inventaire des installations et matériels d'appui existants sera également dressé. Par ailleurs, l'AISS intensifiera ses activités d'information et de recherche et son programme de rencontres, renforcera la coopération avec les organisations internationales actives dans le domaine de la prévention et prendra en compte leurs projets dans ses propres activités.

                                                                        En résumé, la seule voie sûre vers le succès réside dans la coopération entre les services de prévention, de réadaptation et d'indemnisation ; les expériences positives de prévention au sein des entreprises doivent être transposées dans les domaines non professionnels ; et une plus grande prise en compte du facteur humain.

                                                                        Publications

                                                                        L'AISS publie toute une gamme de publications périodiques et non périodiques, d'études, d'enquêtes, de lettres d'information et de bulletins ; de plus amples informations les concernant figurent dans le catalogue des publications de l'AISS, qui peut être commandé gratuitement à l'adresse suivante : AISS, Case postale 1, CH-1211 Genève 22, Suisse.

                                                                        Outre les actes des Congrès mondiaux sur la sécurité et la santé au travail, qui sont publiés par le Comité national d'organisation du pays hôte, les publications éditées par les Sections internationales sont répertoriées dans la Séries ISSA Prévention 1000 et 2000, et sont également disponibles à l'adresse ci-dessus.

                                                                         

                                                                        Noir

                                                                        Perspective historique et raison d'être

                                                                        La Commission internationale de la santé au travail (ICOH) est une société professionnelle internationale non gouvernementale dont les objectifs sont de favoriser le progrès scientifique, la connaissance et le développement de la santé et de la sécurité au travail sous tous ses aspects. Elle a été fondée en 1906 à Milan sous le nom de Commission permanente de la santé au travail. Aujourd'hui, l'ICOH est la première société scientifique internationale au monde dans le domaine de la santé au travail, avec un effectif de 2,000 91 professionnels de XNUMX pays. L'ICOH est reconnue par les Nations Unies et entretient des relations de travail étroites avec l'OIT, l'OMS, le PNUE, la CEC et l'AISS. Ses langues officielles sont l'anglais et le français.

                                                                        Lors de sa création, la Commission comptait 18 membres représentant 12 pays. L'une de ses principales tâches était d'organiser des congrès internationaux tous les trois ans pour échanger des idées et des expériences entre scientifiques de premier plan en santé au travail, une tradition qui se poursuit à ce jour, avec le 25e Congrès tenu en 1996 à Stockholm.

                                                                        Après le Congrès de Londres en 1948, l'intérêt international était évident et la Commission a été internationalisée avec des changements dans sa constitution, et le nom a été changé en Commission permanente et Association internationale sur la santé au travail, un changement finalisé en 1957. L'internationalisation et la démocratisation de la commission a grandi avec le temps et en 1984 le nom actuel a été établi.

                                                                        ICOH fournit un forum pour la communication scientifique et professionnelle. Pour atteindre cet objectif, l'ICOH :

                                                                          • parraine des congrès et des réunions internationales sur la santé au travail
                                                                          • établit des comités scientifiques dans divers domaines de la santé au travail et des sujets connexes
                                                                          • diffuse des informations sur les activités de santé au travail
                                                                          • publie des lignes directrices et des rapports sur la santé au travail et les sujets connexes
                                                                          • collabore avec les organismes internationaux et nationaux appropriés sur les questions relatives à la santé au travail et à l'environnement
                                                                          • prend toute autre mesure appropriée liée au domaine de la santé au travail
                                                                          • sollicite et administre les fonds nécessaires à la réalisation de ses objectifs.

                                                                                       

                                                                                      Structure et adhésion

                                                                                      L'ICOH est régie par ses dirigeants et son conseil d'administration au nom de ses membres. Les dirigeants de l'ICOH sont le président, deux vice-présidents et le secrétaire général, tandis que le conseil comprend le président sortant et 16 membres élus parmi les membres généraux. En outre, si nécessaire, le président peut coopter deux membres du conseil d'administration pour représenter des zones géographiques ou des disciplines sous-représentées.

                                                                                      L'ICOH compte des membres individuels et collectifs. Une organisation, une société, une industrie ou une entreprise peut devenir membre bienfaiteur de l'ICOH. Une organisation professionnelle ou une société scientifique peut devenir membre affilié.

                                                                                      Les membres bienfaiteurs peuvent nommer un représentant qui remplit les critères d'adhésion à part entière et bénéficie de tous les avantages d'un membre individuel. Un membre affilié peut désigner un représentant remplissant les critères d'adhésion à part entière et jouissant des mêmes droits qu'un membre à part entière. Les membres individuels de l'ICOH ont une large répartition professionnelle et comprennent des médecins, des hygiénistes du travail, des infirmières en santé au travail, des ingénieurs de sécurité, des psychologues, des chimistes, des physiciens, des ergonomes, des statisticiens, des épidémiologistes, des spécialistes des sciences sociales et des physiothérapeutes. Ces professionnels travaillent soit pour des universités, des instituts de santé au travail, des gouvernements ou des industries. Fin 1993, les groupes nationaux les plus importants étaient ceux de la France, des États-Unis, de la Finlande, du Japon, du Royaume-Uni et de la Suède, chacun comptant plus de 100 membres. Les membres bienfaiteurs et affiliés peuvent être représentés à l'Assemblée Générale, et peuvent participer aux activités des comités scientifiques ; ils peuvent également soumettre des documents à publier dans le bulletin, qui les tient également informés des activités en cours et prévues.

                                                                                      Activités et Services

                                                                                      Les activités les plus visibles de l'ICOH sont les Congrès mondiaux triennaux sur la santé au travail, auxquels assistent généralement quelque 3,000 1990 participants. Le Congrès de 1993 a eu lieu à Montréal, Canada, et en 1996 à Nice et le Congrès de 2000 à Stockholm. Le Congrès de l'an 1906 doit se tenir à Singapour. Les lieux des congrès triennaux depuis 1 sont répertoriés dans le tableau XNUMX.

                                                                                      Tableau 1. Lieux des congrès triennaux depuis 1906

                                                                                      Lieu

                                                                                      Année

                                                                                      Lieu

                                                                                      Année

                                                                                      AC Milan

                                                                                      1906

                                                                                      Madrid

                                                                                      1963

                                                                                      Bruxelles

                                                                                      1910

                                                                                      Vienna

                                                                                      1966

                                                                                      Vienne (annulé)

                                                                                      1924

                                                                                      Tokyo

                                                                                      1969

                                                                                      Amsterdam

                                                                                      1925

                                                                                      Buenos Aires

                                                                                      1972

                                                                                      Budapest

                                                                                      1928

                                                                                      Brighton

                                                                                      1975

                                                                                      Genève

                                                                                      1931

                                                                                      Dubrovnik

                                                                                      1978

                                                                                      Bruxelles

                                                                                      1935

                                                                                      Caire

                                                                                      1981

                                                                                      Francfort

                                                                                      1938

                                                                                      Dublin

                                                                                      1984

                                                                                      Londres

                                                                                      1948

                                                                                      Sydney

                                                                                      1987

                                                                                      Lisbonne

                                                                                      1951

                                                                                      Montréal

                                                                                      1990

                                                                                      Naples

                                                                                      1954

                                                                                      Nice

                                                                                      1993

                                                                                      Helsinki

                                                                                      1957

                                                                                      Stockholm

                                                                                      1996

                                                                                      New York

                                                                                      1960

                                                                                      Singapour

                                                                                      2000

                                                                                       

                                                                                      À l'heure actuelle, l'ICOH compte 26 comités scientifiques et quatre groupes de travail, énumérés dans le tableau 2. La plupart des comités organisent des symposiums réguliers, publient des monographies et prévisualisent les résumés soumis aux congrès internationaux. L'ICOH publie un bulletin d'information trimestriel, qui est distribué gratuitement à tous les membres. Le bulletin bilingue contient des rapports de congrès, des critiques de publications, une liste des événements à venir et des informations sur la recherche et l'éducation, ainsi que d'autres annonces pertinentes pour les membres. Plusieurs des comités scientifiques publient également des monographies et des actes de leurs réunions. L'ICOH tient un fichier informatisé des membres, qui est imprimé à intervalles réguliers et distribué aux membres. L'ICOH parraine sa revue scientifique, l'International Journal of Occupational and Environmental Health (IJOEH). La revue est disponible pour les membres à un tarif d'abonnement très abordable.

                                                                                       


                                                                                      Tableau 2. Liste des comités scientifiques et groupes de travail de la CIST, 1996

                                                                                       

                                                                                      Comités scientifiques

                                                                                      1. Prévention des accidents

                                                                                      2. Vieillissement et travail

                                                                                      3. Agriculture

                                                                                      4. Cardiologie

                                                                                      5. Industrie chimique (Medichem)

                                                                                      6. L'informatique en santé au travail et environnementale

                                                                                      7. Industrie de la construction

                                                                                      8. Pays en développement

                                                                                      9. Éducation et formation

                                                                                      10. Epidémiologie en santé au travail

                                                                                      11. Fibres

                                                                                      12. Travailleurs de la santé

                                                                                      13. Recherche et évaluation des services de santé

                                                                                      14. Hygiène industrielle

                                                                                      15. Troubles musculo-squelettiques

                                                                                      16. Neurotoxicologie et psychophysiologie

                                                                                      17. Soins infirmiers en santé au travail

                                                                                      18. Toxicologie professionnelle

                                                                                      19. Poussières organiques

                                                                                      20. Pesticides

                                                                                      21. Rayonnement et travail

                                                                                      22. Services de santé au travail dans les petites industries

                                                                                      23. Travail posté

                                                                                      24. Toxicologie des métaux

                                                                                      25. Troubles respiratoires liés au travail

                                                                                      26. Vibrations et bruit

                                                                                      Groupes de travail scientifiques

                                                                                      1. Dermatoses professionnelles et environnementales

                                                                                      2. Handicap et travail

                                                                                      3. Dangers reproductifs sur le lieu de travail

                                                                                      4. Facteurs thermiques

                                                                                       


                                                                                       

                                                                                       

                                                                                      Noir

                                                                                      Perspective historique et raison d'être

                                                                                      L'Association internationale de l'inspection du travail (AIIT) a été fondée en 1972 afin de fournir un forum professionnel pour l'échange d'informations et d'expériences entre les inspecteurs sur leur travail. Il favorise une coopération plus étroite et une meilleure compréhension entre les inspections, les autorités et les autres institutions du rôle, des réalités et des défis de l'inspection du travail. Les statuts excluent toute activité politique, syndicale ou religieuse et tout jugement concernant le droit du travail ou les systèmes d'inspection des différents États. L'Association est une organisation non gouvernementale (ONG) reconnue par l'OIT.

                                                                                      Structure et adhésion

                                                                                      En 1996, l'Assemblée générale (qui se réunit tous les trois ans en même temps que le Congrès triennal) a élu un Comité exécutif (CE) de sept personnes. Le CE a élu le président (Allemagne) et nommé le secrétaire honoraire (Royaume-Uni) ainsi que le trésorier honoraire (Suisse). Les quatre vice-présidents venaient d'Espagne, du Danemark, de Tunisie et de Hongrie. Le CE se réunit en tant que de besoin pour gérer les affaires de l'Association, dont le siège social est au 23 rue Ferdinand-Hodler, CP3974/1211, Genève 3, Suisse. Le Secrétariat est situé à : Hessisches Ministerium fur Frauen, Arbeit und Sozialordnung, Dostojewskistrasse 4, 65187 Wiesbaden, Allemagne. Tél : +49-611-8173316 ; Télécopie : +49-611-86837.

                                                                                      L'adhésion à l'AIIT est ouverte à :

                                                                                      • services nationaux et régionaux du travail (directions de l'inspection du travail, directions de la sécurité et de l'hygiène, etc.)
                                                                                      • groupements nationaux d'inspecteurs du travail (associations, syndicats, etc.).

                                                                                       

                                                                                      Il y a une cotisation annuelle qui dépend de la taille de l'organisation qui fait la demande. Celle-ci couvre les frais d'organisation du programme d'activités. En septembre 1995, l'Association comprenait 65 organisations membres de 50 pays. La majorité des membres sont désormais des départements du travail ou des inspections du travail.

                                                                                      Activités et Services

                                                                                      En rassemblant et en résumant des informations et de la documentation sur des aspects particuliers du travail de l'inspection du travail et en entreprenant des études comparatives entre ses membres, l'Association favorise la compréhension professionnelle de tous les aspects de l'inspection du travail et offre des possibilités d'échange de vues entre les praticiens. Les symposiums techniques (organisés conjointement avec les pays membres) et le congrès triennal permettent aux inspecteurs de connaître personnellement leurs collègues, d'échanger des informations sur les problèmes, les solutions et les nouveautés, et de développer leur propre réflexion. Ces réunions servent également à attirer l'attention de manière pratique sur un large éventail d'aspects spécifiques, mais soigneusement choisis, de l'inspection du travail, favorisant ainsi une plus grande cohérence des pratiques entre les inspections des différents pays. Les actes sont publiés et une lettre d'information régulière est également envoyée aux membres.

                                                                                      Les programmes de l'AIIT sont consacrés exclusivement à la diffusion d'informations recueillies par le biais d'enquêtes internationales basées sur des questionnaires et des rapports de colloques internationaux ou régionaux. Il y a un congrès international tous les trois ans à Genève, organisé avec la généreuse assistance technique de l'OIT lors de sa conférence internationale annuelle. L'OIT collabore également à l'organisation de nombreux symposiums. Depuis 1974, des programmes sont consacrés à l'étude d'un large éventail de pratiques dans le domaine de la sécurité, de la santé et de l'environnement de travail. Les sujets ont porté sur les systèmes d'enregistrement des locaux et des accidents, les méthodes d'inspection des petites entreprises, les problèmes des grands chantiers de construction et l'utilisation des ordinateurs par les inspecteurs. L'Association a examiné les causes d'accidents et d'autres problèmes liés à l'utilisation de robots et d'autres systèmes électroniques programmables. Plus récemment, ses symposiums et congrès ont abordé des sujets aussi divers que les facteurs humains, la formation des inspecteurs, l'inspection des services publics, le travail des enfants, l'agriculture, l'évaluation des risques et la santé au travail.

                                                                                      Le monde du travail en mutation

                                                                                      La nécessité d'un échange plus efficace d'informations et d'expériences a été stimulée par un certain nombre de développements importants dans le domaine de l'inspection du travail, notamment:

                                                                                      • la complexité et l'étendue croissantes de la couverture du droit du travail
                                                                                      • l'introduction de nouveaux concepts de surveillance tels que l'évaluation des risques et la gestion des risques
                                                                                      • l'échelle et l'étendue de l'innovation technologique (que l'on voit, par exemple, dans l'introduction de nouveaux produits chimiques et composés, le recours croissant aux systèmes électroniques programmables, la manipulation génétique, les nouvelles applications des rayonnements ionisants ou, de manière générale, la croissance de l'utilisation des technologies de l'information)
                                                                                      • l'évolution de la structure de l'industrie dans les économies de marché établies, dans les pays en transition vers une économie de marché et dans les pays en développement
                                                                                      • la croissance, due en partie à l'évolution antérieure, du nombre de petites et moyennes entreprises
                                                                                      • la baisse du nombre de membres et de l'influence des syndicats, en particulier dans de nombreuses économies de marché industrielles
                                                                                      • la pression exercée sur les inspections du travail elles-mêmes par les contraintes budgétaires et les exigences du gouvernement pour qu'elles justifient leur existence et démontrent (et, si possible, améliorent) leur efficience et leur efficacité.

                                                                                       

                                                                                      Défis à l'inspection

                                                                                      L'accent accru mis sur le facteur humain affecte toutes ces questions. Les inspecteurs du travail doivent analyser, comprendre et utiliser de manière constructive leurs compétences pour aider les employeurs et les employés à prendre en compte cet élément central dans l'élaboration de stratégies de prévention en matière de santé et de sécurité. Dans de nombreux pays également, le public est de plus en plus conscient et préoccupé par les conséquences du travail et des processus de travail. Dans de nombreuses législations tournées vers l'avenir, cela s'exprime par l'objectif que personne ne soit lésé de quelque manière que ce soit par le besoin de travailler. Mais il est également évident dans les préoccupations concernant l'impact de l'industrie et du commerce sur l'environnement et la qualité de vie.

                                                                                      Les inspecteurs du travail ne peuvent pas simplement ignorer ces tendances ; ils doivent prendre l'initiative et expliquer à travers les médias leur rôle, les conseils qu'ils donnent et l'effet de leur travail de conformité, afin de promouvoir la confiance dans le travail constructif qu'ils font. Les inspections du monde entier ont dû revoir leur mode de fonctionnement, définir leurs priorités et effectuer leurs inspections afin de pouvoir consacrer plus de temps et davantage de leurs ressources limitées à des activités productives.

                                                                                      L'échange d'informations et d'expériences sur toutes ces questions est d'un intérêt considérable pour les inspecteurs. Car si les inspections opèrent dans des climats politiques, économiques, juridiques et sociaux très différents, l'expérience montre qu'elles ont en commun de nombreuses préoccupations pratiques et peuvent bénéficier de manière très instructive de l'expérience, des différents points de vue, des idées, des succès et des échecs des leurs collègues des autres pays.

                                                                                       

                                                                                      Noir

                                                                                      " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                                                                      Table des matières