Mardi, Février 15 2011 18: 58

Les Nations Unies et les institutions spécialisées

Évaluer cet élément
(1 Vote)

* Cet article est adapté de Basic Facts About the United Nations (Nations Unies 1992).

Origine des Nations Unies

L'Organisation des Nations Unies était, en 1992, une organisation de 179 nations légalement engagées à coopérer pour soutenir les principes et objectifs énoncés dans sa Charte. Il s'agit notamment d'engagements à éradiquer la guerre, à promouvoir les droits de l'homme, à maintenir le respect de la justice et du droit international, à promouvoir le progrès social et les relations amicales entre les nations et à utiliser l'Organisation comme centre d'harmonisation de leurs actions afin d'atteindre ces objectifs.

La Charte des Nations Unies a été rédigée dans les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale par les représentants de 50 gouvernements réunis à la Conférence des Nations Unies sur l'Organisation internationale en 1945. La Charte a été rédigée sur la base de propositions élaborées par les représentants de la Chine, France, Union soviétique, Royaume-Uni et États-Unis. Il a été adopté et signé le 26 juin 1945.

À des millions de réfugiés de la guerre et de la persécution, les Nations Unies ont fourni un abri et des secours. Il a agi comme un catalyseur majeur dans l'évolution de 100 millions de personnes de la domination coloniale à l'indépendance et à la souveraineté. Il a établi à plusieurs reprises des opérations de maintien de la paix pour contenir les hostilités et aider à résoudre les conflits. Elle a élargi et codifié le droit international. Il a effacé la variole de la surface de la planète. Au cours des cinq décennies de son existence, l'Organisation a adopté quelque 70 instruments juridiques promouvant ou imposant le respect des droits de l'homme, facilitant ainsi un changement historique dans l'attente populaire de liberté dans le monde entier.

ADHÉSION

La Charte déclare que l'adhésion à l'ONU est ouverte à toutes les nations éprises de paix qui acceptent ses obligations et qui, de l'avis de l'Organisation, sont désireuses et capables de s'acquitter de ces obligations. Les États sont admis en tant que membres par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité. La Charte prévoit également la suspension ou l'expulsion de Membres pour violation des principes de la Charte, mais aucune mesure de ce type n'a jamais été prise.

Langues officielles

Aux termes de la Charte, les langues officielles des Nations Unies sont le chinois, l'anglais, le français, le russe et l'espagnol. L'arabe a été ajouté comme langue officielle de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité et du Conseil économique et social.

Structure

L'ONU est un réseau complexe composé de six organes principaux avec un grand nombre de programmes, d'agences, de commissions et d'autres organes connexes. Ces organes connexes ont des statuts juridiques différents (certains sont autonomes, certains sont sous l'autorité directe de l'ONU, etc.), des objectifs et des domaines de responsabilité, mais le système affiche un niveau très élevé de coopération et de collaboration. La figure 1 illustre schématiquement la structure du système et certains des liens entre les différents organes. Pour plus d'informations, il convient de se référer à : Faits de base sur les Nations Unies (1992).

Figure 1. La Charte a établi six organes principaux des Nations Unies

ISL080F1

Cour internationale de Justice

La Cour internationale de Justice est le principal organe judiciaire de l'ONU. La Cour est ouverte aux parties à son Statut, qui inclut automatiquement tous les Membres de l'ONU. D'autres États peuvent déférer des affaires à la Cour dans les conditions fixées par le Conseil de sécurité. En outre, le Conseil de sécurité peut recommander qu'un différend juridique soit porté devant la Cour. Seuls les États peuvent être parties aux affaires portées devant la Cour (c'est-à-dire que la Cour n'est pas ouverte aux particuliers). L'Assemblée générale et le Conseil de sécurité peuvent demander à la Cour un avis consultatif sur toute question juridique; d'autres organes de l'ONU et des institutions spécialisées, lorsqu'ils y sont autorisés par l'Assemblée générale, peuvent demander des avis consultatifs sur des questions juridiques entrant dans le cadre de leurs activités (par exemple, l'Organisation internationale du travail pourrait demander un avis consultatif concernant une norme internationale du travail ).

La compétence de la Cour s'étend à toutes les matières prévues par la Charte des Nations Unies ou dans les traités ou conventions en vigueur, ainsi qu'à toutes les autres questions que les États lui soumettent. Pour statuer sur des affaires, la Cour n'est pas limitée aux principes de droit contenus dans des traités ou des conventions, mais peut utiliser toute la sphère du droit international (y compris le droit coutumier).

L'Assemblée générale

L'Assemblée générale est le principal organe délibérant. Il est composé de représentants de tous les États membres, chacun disposant d'une voix. Les décisions sur des questions importantes, telles que celles sur la paix et la sécurité, l'admission de nouveaux membres et les questions budgétaires, nécessitent une majorité des deux tiers. Les décisions sur les autres questions sont prises à la majorité simple.

Les fonctions et pouvoirs de l'Assemblée générale comprennent l'examen et la formulation de recommandations sur les principes de coopération pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, y compris le désarmement et la réglementation des armements. L'Assemblée générale lance également des études et formule des recommandations pour promouvoir la coopération politique internationale, le développement et la codification du droit international, la réalisation des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, et la collaboration internationale dans les domaines économique, social, culturel, éducatif et sanitaire. Il reçoit et délibère sur les rapports du Conseil de sécurité et d'autres organes de l'ONU ; examine et approuve le budget de l'ONU et répartit les contributions entre les membres ; et élit les membres non permanents du Conseil de sécurité, les membres du Conseil économique et social et les membres du Conseil de tutelle qui sont élus. L'Assemblée générale élit également conjointement avec le Conseil de sécurité les juges de la Cour internationale de Justice et, sur la recommandation du Conseil de sécurité, nomme le Secrétaire général.

Au début de chaque session ordinaire, l'Assemblée générale tient un débat général au cours duquel les États Membres expriment leurs vues sur un large éventail de questions d'intérêt international. En raison du grand nombre de questions que l'Assemblée générale est appelée à examiner (plus de 150 points à l'ordre du jour de la session de 1992, par exemple), l'Assemblée attribue la plupart des questions à ses sept commissions principales :

  • Première Commission (désarmement et questions connexes de sécurité internationale)
  • Commission politique spéciale
  • Deuxième Commission (questions économiques et financières)
  • Troisième Commission (questions sociales, humanitaires et culturelles)
  • Quatrième Commission (questions de décolonisation)
  • Cinquième Commission (questions administratives et budgétaires)
  • Sixième Commission (questions juridiques).

 

Conseil économique et social (ECOSOC)

L'ECOSOC a été créé par la Charte en tant qu'organe principal chargé de coordonner le travail économique et social de l'ONU et des agences et institutions spécialisées. Le Conseil économique et social sert de forum central pour la discussion des questions économiques et sociales internationales de nature mondiale ou interdisciplinaire et la formulation de recommandations politiques sur ces questions, et s'emploie à promouvoir le respect et l'observation des droits de l'homme. et libertés fondamentales pour tous. L'ECOSOC peut faire ou lancer des études, des rapports et des recommandations sur des questions internationales économiques, sociales, culturelles, éducatives, sanitaires et connexes, et convoquer des conférences internationales et préparer des projets de conventions à soumettre à l'Assemblée générale. D'autres pouvoirs et fonctions comprennent la négociation d'accords avec les agences spécialisées définissant leurs relations avec l'ONU et la coordination de leurs activités, et la consultation avec les ONG concernées par les questions dont traite le Conseil.

Organes subsidiaires

Le mécanisme subsidiaire du Conseil comprend des commissions techniques et régionales, six comités permanents (par exemple, le Comité des organisations non gouvernementales et des sociétés transnationales) et un certain nombre d'organes permanents d'experts sur des sujets tels que la prévention et la lutte contre la criminalité, la planification du développement, et le transport de marchandises dangereuses.

Relations avec les organisations non gouvernementales

Plus de 900 ONG ont un statut consultatif auprès du Conseil, avec différents niveaux d'implication. Ces ONG peuvent envoyer des observateurs aux réunions publiques du Conseil et de ses organes subsidiaires et peuvent soumettre des déclarations écrites concernant les travaux du Conseil. Ils peuvent également consulter le Secrétariat de l'ONU sur des questions d'intérêt commun.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a la responsabilité principale, en vertu de la Charte, du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Alors que d'autres organes de l'ONU font des recommandations aux gouvernements, le Conseil a seul le pouvoir de prendre des décisions que les États membres sont tenus d'exécuter en vertu de la Charte.

de l'OIC

Le Secrétariat, un personnel international travaillant au siège des Nations Unies à New York et sur le terrain, exécute les divers travaux quotidiens de l'Organisation. Il dessert les autres organes de l'ONU et administre les programmes et les politiques qu'ils définissent. A sa tête se trouve le Secrétaire général, qui est nommé par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité pour un mandat de cinq ans.

Conseil de tutelle

En établissant un système international de tutelle, la Charte a établi le Conseil de tutelle comme l'un des principaux organes de l'ONU et lui a confié la tâche de superviser l'administration des territoires sous tutelle placés sous le système de tutelle. Les principaux objectifs du système sont de promouvoir l'avancement des habitants des territoires sous tutelle et leur développement progressif vers l'autonomie ou l'indépendance.

Le rôle du système des Nations Unies en matière de santé et de Sécurité

Alors que l'amélioration des conditions et de l'environnement de travail fera normalement partie de la politique nationale visant à promouvoir le développement économique et le progrès social conformément aux objectifs et priorités nationaux, une certaine harmonisation internationale est nécessaire pour garantir que la qualité de l'environnement de travail partout est compatible avec la santé et le bien-être des travailleurs, et d'aider les États membres à cet effet. C'est essentiellement le rôle du système des Nations Unies dans ce domaine.

Au sein du système des Nations Unies, de nombreuses organisations et organes jouent un rôle dans l'amélioration des conditions et de l'environnement de travail. Le Organisation internationale du Travail (OIT) a pour mandat constitutionnel d'améliorer les conditions et l'environnement de travail afin d'humaniser le travail ; sa structure tripartite peut garantir que ses normes internationales ont un impact direct sur la législation, les politiques et les pratiques nationales et est abordée dans un article distinct de ce chapitre.

Le plus L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a un mandat en matière de santé au travail dérivé de sa Constitution, qui a identifié l'OMS comme "l'autorité de direction et de coordination du travail de santé international", et a énoncé les fonctions de l'OMS qui comprennent la "promotion de ... conditions économiques et de travail et d'autres aspects de l'hygiène du milieu ». Des mandats supplémentaires découlent de diverses résolutions de l'Assemblée mondiale de la Santé et du Conseil exécutif. Le programme de santé au travail de l'OMS vise à promouvoir la connaissance et le contrôle des problèmes de santé des travailleurs, y compris les maladies professionnelles et liées au travail, et à coopérer avec les pays à l'élaboration de programmes de soins de santé pour les travailleurs, en particulier ceux qui sont généralement mal desservis. L'OMS, en collaboration avec l'OIT, le PNUE et d'autres organisations, entreprend une coopération technique avec les États membres, produit des directives et mène des études sur le terrain, ainsi que des formations en santé au travail et le développement du personnel. L'OMS a mis en place le GEENET, le Réseau mondial d'épidémiologie environnementale, qui regroupe des institutions et des individus du monde entier activement impliqués dans la recherche et la formation en épidémiologie environnementale et professionnelle. Le Agence internationale pour la recherche sur le cancer (CIRC) a été créé en tant qu'institut de recherche indépendant, mais dans le cadre de l'OMS. Les statuts de l'Agence définissent sa mission comme « planifier, promouvoir et développer la recherche dans toutes les phases de l'étiologie, du traitement et de la prévention du cancer ». Depuis le début de son activité de recherche, le Centre s'est consacré à l'étude des causes de cancer présentes dans l'environnement humain, avec la conviction que l'identification d'un agent cancérogène était la première et nécessaire étape vers la réduction ou l'élimination de l'agent causal de l'environnement. , dans le but de prévenir le cancer qu'il aurait pu provoquer. Les activités de recherche de l'Agence se divisent en deux groupes principaux—épidémiologiques et expérimentaux en laboratoire, mais il existe une interaction considérable entre ces groupes dans les projets de recherche réels entrepris.

Outre ces deux organisations qui se concentrent respectivement sur le travail et la santé, plusieurs organes des Nations Unies incluent les questions de santé et de sécurité dans leurs fonctions sectorielles ou géographiques spécifiques :

Le plus Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a pour mandat de sauvegarder et d'améliorer l'environnement au profit des générations présentes et futures, y compris l'environnement de travail. Il a une fonction fondamentale de coordination et de catalyseur pour l'environnement en général au sein du système des Nations Unies. Il s'acquitte de cette fonction à travers la coordination des programmes et le soutien des activités par le Fonds pour l'environnement. Outre son mandat général, le mandat spécifique du PNUE en matière d'environnement de travail découle des Recommandations 81 et 83 de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain et des Décisions du Conseil d'administration du PNUE demandant au Directeur exécutif d'intégrer les principes et objectifs liés à l'amélioration de l'environnement de travail pleinement dans le cadre du programme environnement. Le PNUE est également tenu de collaborer avec les organisations appropriées de travailleurs et d'employeurs, à l'élaboration d'un programme d'action coordonné à l'échelle du système sur le milieu de travail et de vie des travailleurs, et avec les organismes des Nations Unies concernés (par exemple, le PNUE coopère avec l'OMS et l'OIT dans le Programme international sur la sécurité chimique).

Le PNUE maintient le Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC), qui s'efforce de combler le fossé entre les connaissances chimiques mondiales et ceux qui ont besoin de les utiliser. Le réseau d'accords environnementaux du PNUE a également un effet international de plus en plus important et prend de l'ampleur (par exemple, l'historique Convention de Vienne et le Protocole de Montréal sur la protection de la couche d'ozone).

Le plus agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'intéresse aux risques résultant des rayonnements ionisants associés au cycle du combustible nucléaire. L'AIEA encourage et guide le développement des utilisations pacifiques de l'énergie atomique, établit des normes de sûreté nucléaire et de protection de l'environnement, aide les pays membres par le biais de la coopération technique et favorise l'échange d'informations scientifiques et techniques sur l'énergie nucléaire. Les activités de l'Agence dans le domaine de la radioprotection des travailleurs impliquent l'élaboration de ces normes ; préparation de guides de sécurité, de codes de pratique et de manuels; organisation de réunions scientifiques pour l'échange d'informations ou la préparation de manuels ou guides techniques; organisation de cours de formation, visites de séminaires et voyages d'étude; développement de l'expertise technique dans les États membres en développement grâce à l'octroi de contrats de recherche et de bourses ; et aider les États Membres en développement à organiser des programmes de radioprotection par la fourniture d'une assistance technique, de services d'experts, de missions consultatives et de services consultatifs sur les questions de réglementation du droit nucléaire.

Le plus Programme de développement des Nations Unies (PNUD) et la Banque mondiale ont inclus des dispositions sur les garanties professionnelles dans les accords d'aide au développement. Le PNUD est engagé dans un grand nombre de projets destinés à aider les pays en développement à développer leurs économies naissantes et à relever leur niveau de vie. Plusieurs milliers d'experts recrutés à l'échelle internationale sont régulièrement mobilisés sur le terrain. Plusieurs de ces projets sont consacrés à l'amélioration des normes de sécurité et d'hygiène du travail dans l'industrie et dans d'autres secteurs de la vie économique, dont l'exécution est confiée à l'OIT et à l'OMS. Ces projets sur le terrain peuvent aller de la fourniture de conseils à court terme à une assistance plus massive sur une période de plusieurs années pour la création d'instituts de sécurité et de santé au travail à part entière conçus pour fournir une formation, une recherche appliquée sur le terrain et un service direct aux lieux de travail.

Le plus Organisation maritime internationale (OMI) traite de la sécurité des travailleurs à bord des navires. L'OMI offre un forum aux gouvernements membres et aux organisations intéressées pour échanger des informations et s'efforcer de résoudre les problèmes liés aux questions techniques, juridiques et autres concernant la navigation et la prévention de la pollution marine par les navires. L'OMI a rédigé un certain nombre de conventions et de recommandations que les gouvernements ont adoptées et qui sont entrées en vigueur. Parmi elles figurent des conventions internationales pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, la prévention de la pollution marine par les navires, la formation et la certification des gens de mer, la prévention des collisions en mer, plusieurs instruments traitant de la responsabilité et de l'indemnisation, et bien d'autres. L'OMI a également adopté plusieurs centaines de recommandations traitant de sujets tels que le transport maritime de marchandises dangereuses, la signalisation maritime, la sécurité des pêcheurs et des navires de pêche, et la sécurité des navires marchands nucléaires.

Le plus Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a un rôle à jouer dans la protection des travailleurs agricoles contre les risques résultant de l'utilisation de pesticides, d'outils et de machines agricoles. Un certain nombre d'activités de la FAO concernent directement ou indirectement la sécurité et la santé au travail et l'ergonomie dans les travaux agricoles, forestiers et halieutiques. Dans les activités de pêche, la FAO collabore au niveau du secrétariat avec l'OIT et l'OMI au sein du sous-comité de l'OMI sur la sécurité des navires de pêche et participe activement aux travaux du sous-comité de l'OMI sur les normes de formation et de veille. La FAO collabore avec l'OIT en ce qui concerne les conditions de travail dans l'industrie de la pêche. Dans les activités forestières, le Comité FAO/CEE/OIT des techniques de travail en forêt et de la formation des travailleurs forestiers traite au niveau interinstitutions des questions de santé et de sécurité. Les projets de terrain et les publications dans ce domaine couvrent des aspects tels que la sécurité dans l'exploitation forestière et l'industrie et le stress thermique dans les travaux forestiers.

Dans le domaine agricole, certaines des maladies d'importance économique du bétail présentent également des risques pour les personnes manipulant du bétail et des produits animaux (par exemple, brucellose, tuberculose, leptospirose, charbon, rage, fièvre de la vallée du Rift). Pour ces activités liées à la maladie, une liaison étroite est maintenue avec l'OMS par l'intermédiaire de comités mixtes. La FAO s'intéresse également à l'harmonisation des conditions d'enregistrement des pesticides et à l'évaluation des résidus de pesticides dans les aliments et dans l'environnement. En ce qui concerne l'utilisation de l'énergie atomique dans l'alimentation et l'agriculture, des programmes sont coordonnés avec l'AIEA afin d'aider les scientifiques des pays en développement à faire un usage sûr et efficace des techniques isotopiques pertinentes (par exemple, l'utilisation de substrats enzymatiques radiomarqués pour détecter l'exposition professionnelle aux insecticides ).

Le plus Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) vise à accélérer le développement industriel des pays en développement. Il s'intéresse aux risques pour la sécurité et la santé au travail, à l'environnement et à la gestion des déchets dangereux en relation avec le processus d'industrialisation.

Régionaux Commissions économiques des Nations Unies jouer un rôle dans la promotion d'une action plus efficace et harmonisée au sein de leur région.

Le plus Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) s'intéresse aux aspects professionnels du transfert international de biens, de services et de technologie.

 

Retour

Lire 13394 fois Dernière modification le vendredi 05 août 2011 17:28

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières