Mardi, Février 15 2011 19: 08

Association internationale de l'inspection du travail (AIIT)

Évaluer cet élément
(0 votes)

Perspective historique et raison d'être

L'Association internationale de l'inspection du travail (AIIT) a été fondée en 1972 afin de fournir un forum professionnel pour l'échange d'informations et d'expériences entre les inspecteurs sur leur travail. Il favorise une coopération plus étroite et une meilleure compréhension entre les inspections, les autorités et les autres institutions du rôle, des réalités et des défis de l'inspection du travail. Les statuts excluent toute activité politique, syndicale ou religieuse et tout jugement concernant le droit du travail ou les systèmes d'inspection des différents États. L'Association est une organisation non gouvernementale (ONG) reconnue par l'OIT.

Structure et adhésion

En 1996, l'Assemblée générale (qui se réunit tous les trois ans en même temps que le Congrès triennal) a élu un Comité exécutif (CE) de sept personnes. Le CE a élu le président (Allemagne) et nommé le secrétaire honoraire (Royaume-Uni) ainsi que le trésorier honoraire (Suisse). Les quatre vice-présidents venaient d'Espagne, du Danemark, de Tunisie et de Hongrie. Le CE se réunit en tant que de besoin pour gérer les affaires de l'Association, dont le siège social est au 23 rue Ferdinand-Hodler, CP3974/1211, Genève 3, Suisse. Le Secrétariat est situé à : Hessisches Ministerium fur Frauen, Arbeit und Sozialordnung, Dostojewskistrasse 4, 65187 Wiesbaden, Allemagne. Tél : +49-611-8173316 ; Télécopie : +49-611-86837.

L'adhésion à l'AIIT est ouverte à :

  • services nationaux et régionaux du travail (directions de l'inspection du travail, directions de la sécurité et de l'hygiène, etc.)
  • groupements nationaux d'inspecteurs du travail (associations, syndicats, etc.).

 

Il y a une cotisation annuelle qui dépend de la taille de l'organisation qui fait la demande. Celle-ci couvre les frais d'organisation du programme d'activités. En septembre 1995, l'Association comprenait 65 organisations membres de 50 pays. La majorité des membres sont désormais des départements du travail ou des inspections du travail.

Activités

En rassemblant et en résumant des informations et de la documentation sur des aspects particuliers du travail de l'inspection du travail et en entreprenant des études comparatives entre ses membres, l'Association favorise la compréhension professionnelle de tous les aspects de l'inspection du travail et offre des possibilités d'échange de vues entre les praticiens. Les symposiums techniques (organisés conjointement avec les pays membres) et le congrès triennal permettent aux inspecteurs de connaître personnellement leurs collègues, d'échanger des informations sur les problèmes, les solutions et les nouveautés, et de développer leur propre réflexion. Ces réunions servent également à attirer l'attention de manière pratique sur un large éventail d'aspects spécifiques, mais soigneusement choisis, de l'inspection du travail, favorisant ainsi une plus grande cohérence des pratiques entre les inspections des différents pays. Les actes sont publiés et une lettre d'information régulière est également envoyée aux membres.

Les programmes de l'AIIT sont consacrés exclusivement à la diffusion d'informations recueillies par le biais d'enquêtes internationales basées sur des questionnaires et des rapports de colloques internationaux ou régionaux. Il y a un congrès international tous les trois ans à Genève, organisé avec la généreuse assistance technique de l'OIT lors de sa conférence internationale annuelle. L'OIT collabore également à l'organisation de nombreux symposiums. Depuis 1974, des programmes sont consacrés à l'étude d'un large éventail de pratiques dans le domaine de la sécurité, de la santé et de l'environnement de travail. Les sujets ont porté sur les systèmes d'enregistrement des locaux et des accidents, les méthodes d'inspection des petites entreprises, les problèmes des grands chantiers de construction et l'utilisation des ordinateurs par les inspecteurs. L'Association a examiné les causes d'accidents et d'autres problèmes liés à l'utilisation de robots et d'autres systèmes électroniques programmables. Plus récemment, ses symposiums et congrès ont abordé des sujets aussi divers que les facteurs humains, la formation des inspecteurs, l'inspection des services publics, le travail des enfants, l'agriculture, l'évaluation des risques et la santé au travail.

Le monde du travail en mutation

La nécessité d'un échange plus efficace d'informations et d'expériences a été stimulée par un certain nombre de développements importants dans le domaine de l'inspection du travail, notamment:

  • la complexité et l'étendue croissantes de la couverture du droit du travail
  • l'introduction de nouveaux concepts de surveillance tels que l'évaluation des risques et la gestion des risques
  • l'échelle et l'étendue de l'innovation technologique (que l'on voit, par exemple, dans l'introduction de nouveaux produits chimiques et composés, le recours croissant aux systèmes électroniques programmables, la manipulation génétique, les nouvelles applications des rayonnements ionisants ou, de manière générale, la croissance de l'utilisation des technologies de l'information)
  • l'évolution de la structure de l'industrie dans les économies de marché établies, dans les pays en transition vers une économie de marché et dans les pays en développement
  • la croissance, due en partie à l'évolution antérieure, du nombre de petites et moyennes entreprises
  • la baisse du nombre de membres et de l'influence des syndicats, en particulier dans de nombreuses économies de marché industrielles
  • la pression exercée sur les inspections du travail elles-mêmes par les contraintes budgétaires et les exigences du gouvernement pour qu'elles justifient leur existence et démontrent (et, si possible, améliorent) leur efficience et leur efficacité.

 

Défis à l'inspection

L'accent accru mis sur le facteur humain affecte toutes ces questions. Les inspecteurs du travail doivent analyser, comprendre et utiliser de manière constructive leurs compétences pour aider les employeurs et les employés à prendre en compte cet élément central dans l'élaboration de stratégies de prévention en matière de santé et de sécurité. Dans de nombreux pays également, le public est de plus en plus conscient et préoccupé par les conséquences du travail et des processus de travail. Dans de nombreuses législations tournées vers l'avenir, cela s'exprime par l'objectif que personne ne soit lésé de quelque manière que ce soit par le besoin de travailler. Mais il est également évident dans les préoccupations concernant l'impact de l'industrie et du commerce sur l'environnement et la qualité de vie.

Les inspecteurs du travail ne peuvent pas simplement ignorer ces tendances ; ils doivent prendre l'initiative et expliquer à travers les médias leur rôle, les conseils qu'ils donnent et l'effet de leur travail de conformité, afin de promouvoir la confiance dans le travail constructif qu'ils font. Les inspections du monde entier ont dû revoir leur mode de fonctionnement, définir leurs priorités et effectuer leurs inspections afin de pouvoir consacrer plus de temps et davantage de leurs ressources limitées à des activités productives.

L'échange d'informations et d'expériences sur toutes ces questions est d'un intérêt considérable pour les inspecteurs. Car si les inspections opèrent dans des climats politiques, économiques, juridiques et sociaux très différents, l'expérience montre qu'elles ont en commun de nombreuses préoccupations pratiques et peuvent bénéficier de manière très instructive de l'expérience, des différents points de vue, des idées, des succès et des échecs des leurs collègues des autres pays.

 

Retour

Lire 5112 fois Dernière modification le Mardi, Juillet 26 2022 18: 51

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières