3 bannière

 

24. Travail et travailleurs

Éditeurs de chapitre :  Jeanne Mager Stellman et Leon J. Warshaw 


 

Table des matières 

Figures

Travail et travailleurs
Freda L. Paltiel

Changer les paradigmes et les politiques
Freda L. Paltiel

Santé, sécurité et équité en milieu de travail
Jeanne Bertin

Emploi précaire et travail des enfants
Léon J. Warshaw

Transformations des marchés et du travail
Pat Amstrong

Mondialisation des technologies et décimation/transformation du travail
bruyère menzies

Figures 

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

WOR060F1

Mercredi, Février 23 2011 17: 13

Travail et travailleurs

Le concept de « Santé pour tous » de l'Organisation mondiale de la santé envisage un état de santé qui permet aux personnes de mener une vie économiquement et socialement productive. Ceci est contraire au précepte individualiste directeur de « l'homme économique », qui ne cherche qu'à satisfaire ou à améliorer son bien-être économique. De plus, alors que nous reconsidérons le monde du travail, il est temps de repenser la notion de « ressources humaines » ou de « capital humain », un concept qui considère les humains comme des instruments économiques durables, diminuant leur humanité essentielle et transcendantale. Et quelle est la validité du concept de « taux de dépendance », qui considère toutes les personnes jeunes et âgées comme des personnes à charge non productives ? Ainsi nos préceptes et pratiques actuelles subordonnent ou subvertissent l'idée de société à celle d'économie. Les défenseurs du développement humain insistent sur la nécessité d'économies robustes comme moteurs de la satisfaction des besoins de la société, grâce à la production, la distribution et la jouissance équitables des biens et des services.

Lorsque l'accent est mis indûment sur l'économie, la famille n'est considérée que comme l'unité qui produit, entretient et restaure les travailleurs ; de ce point de vue, la famille doit s'adapter aux exigences du travail, et le lieu de travail est dispensé d'aménagement pour harmoniser travail et vie familiale. La Convention de l'OIT sur les travailleurs ayant des responsabilités familiales, 1981 (n° 156), n'a été ratifiée que par 19 États, contrairement à la Convention des Nations Unies sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes sous toutes ses formes, qui a été ratifiée par presque tous ses membres. L'OIT a constaté que très peu de pays ont signalé l'adoption et la mise en œuvre de politiques nationales explicites couvrant les travailleurs et les travailleuses ayant des responsabilités familiales, conformément à la convention.

Les projets de développement humain de la Banque mondiale ne représentent actuellement que 17 % des prêts. Dans des rapports récents, la Banque mondiale a reconnu l'importance des investissements dans la santé et l'éducation, et a reconnu qu'un nombre important de mégaprojets de développement ont échoué faute de la participation des bénéficiaires visés. Dans un énoncé de vision pour l'avenir, le président de la Banque a indiqué qu'il serait davantage mis l'accent sur les effets environnementaux et sur le développement humain pour soutenir l'éducation, la nutrition, la planification familiale et l'amélioration du statut des femmes.

Mais il y a encore un décalage conceptuel. Nous entrons dans le XXIe siècle de façon anachronique aux prises avec les philosophies et les théories du XIXe. Sigmund Freud (bien qu'il ait conféré son manteau à sa fille) croyait que les femmes avec leur surmoi instable étaient moralement et biologiquement déficientes; Adam Smith nous a appris que la servante, contrairement à l'ouvrière d'usine, n'était pas économiquement productive, tandis que Charles Darwin croyait en la « survie du plus fort ».

Dans ce chapitre, nous présentons des essais sur la transformation du travail, sur les nouvelles technologies et leurs implications pour le bien-être des travailleurs, et sur diverses formes d'exploitation des travailleurs. Nous tenons compte des besoins des travailleuses et des défis auxquels nous sommes confrontés pour maximiser le potentiel humain.

Le monde est arrivé à la croisée des chemins. Elle peut continuer sur la voie de l'économie néoclassique et du « darwinisme social », avec un développement inégal et inéquitable, avec un gaspillage et un dénigrement des capacités humaines. Ou encore, il peut opter pour une politique publique saine, à l'échelle nationale et internationale. Une politique publique saine vise à réduire les inégalités, à créer des environnements favorables et durables et à améliorer l'adaptation et le contrôle humains. Pour ce faire, nous avons besoin d'institutions démocratiques transparentes, réactives, responsables, responsables et véritablement représentatives.

 

Noir

Mercredi, Février 23 2011 17: 16

Changer les paradigmes et les politiques

Bien que cet article se concentre en grande partie sur les femmes, il s'agit en réalité d'humains, et d'humains en tant que travailleurs. Tous les humains ont besoin de défis et de sécurité ; des lieux de travail sains offrent les deux. Lorsque nous ne pouvons pas réussir malgré tous nos efforts (objectifs impossibles sans moyens adéquats) ou lorsqu'il n'y a pas de défis (travail routinier et monotone), les conditions sont réunies pour «l'impuissance apprise». Alors que des personnes exceptionnelles peuvent triompher de l'adversité et d'environnements hostiles, la plupart des humains ont besoin d'environnements nourriciers, habilitant et responsabilisants afin de développer et d'exercer leurs capacités. Les arguments en faveur de la stimulation, non seulement pendant l'enfance, mais tout au long de la vie, sont soutenus par la recherche en neurosciences, qui suggère que l'augmentation de la stimulation et de l'apport peut favoriser la croissance cérébrale et augmenter la puissance cérébrale. Ces découvertes suggestives ont des implications pour un environnement psychosocial enrichi au travail, pour la prévention de certains troubles cérébraux et pour les bienfaits réparateurs de la réadaptation après un traumatisme ou une maladie.

Les exploits intellectuels éblouissants de Stephen Hawking, ou les performances tout aussi éblouissantes d'athlètes paralympiques souffrant de graves handicaps physiques ou mentaux, témoignent de l'importance de la motivation personnelle, étayée par des environnements favorables avec des structures d'opportunités favorables, aidées par l'application de technologies modernes appropriées.

Le milieu de travail est composé de travailleurs aux caractéristiques diverses. La convention n° 111 de l'OIT (1958) qui traite de la discrimination, de l'emploi et de la profession stipule à l'article 5 (2) :

Tout membre peut ... déterminer que d'autres mesures spéciales ... pour répondre aux besoins particuliers des personnes qui, pour des raisons telles que le sexe, l'âge, un handicap, les responsabilités familiales ou le statut social ou culturel, sont généralement reconnues comme ayant besoin d'une protection ou d'une assistance spéciale ne sera pas considérée comme une discrimination.

L'Organisation de coopération et de développement économiques a déclaré que les instruments législatifs européens relatifs à la sécurité et à la santé dans l'environnement de travail nécessitent des adaptations de la conception du lieu de travail, du choix des équipements et des méthodes de production (par exemple, l'élimination du travail monotone et du rythme des machines) pour répondre aux besoins individuels. des travailleurs et qui réduisent les effets néfastes sur la santé (OCDE, 1993). Certaines lois appellent à la prévention des politiques concernant la technologie, l'introduction de l'organisation et des conditions de travail, les relations sociales et d'autres aspects de l'environnement de travail. La réduction des absences, du roulement et des coûts de traitement, de réadaptation, de rééducation et de formation sont considérés comme des avantages pour les employeurs découlant de l'introduction et du maintien d'environnements et de conditions de travail sains.

Les employeurs nord-américains, généralement en réponse à l'avancement des exigences légales en matière de droits de la personne au travail, élaborent des politiques et des stratégies positives pour la gestion d'une main-d'œuvre diversifiée. Les États-Unis ont probablement élaboré la législation la plus complète pour les Américains handicapés, y compris une législation concernant leurs droits à l'éducation, à l'emploi et à toutes les autres sphères de la vie. Les aménagements raisonnables sont des changements apportés à l'environnement de travail, aux responsabilités professionnelles ou aux conditions de travail qui offrent aux travailleurs ayant des besoins spéciaux la possibilité d'exercer des fonctions professionnelles essentielles. Les aménagements raisonnables peuvent couvrir les besoins particuliers, par exemple : des personnes handicapées ; femmes; les travailleurs atteints de maladies chroniques ou récurrentes, y compris les personnes atteintes du SIDA ; les personnes ayant des besoins de formation linguistique; ceux qui ont besoin d'harmoniser leurs responsabilités professionnelles et familiales; les femmes enceintes ou qui allaitent ; ou des minorités religieuses ou ethniques. L'hébergement peut inclure des dispositifs d'assistance technique ; la personnalisation, y compris l'équipement et les vêtements de protection individuelle ; et les changements apportés aux processus, à l'emplacement ou au calendrier des fonctions essentielles du poste. Pour l'équité et la justice pour tous les travailleurs, ces accommodements sont mieux développés par le biais de comités mixtes de gestion et de travailleurs et par le biais de conventions collectives.

Des technologies et des politiques appropriées et rentables doivent être développées pour que les avantages d'un aménagement raisonnable profitent aux travailleurs du monde entier, et pas seulement à certains dans les sociétés économiquement avancées. La mondialisation pourrait y parvenir, par le biais des agences multilatérales existantes et de l'Organisation mondiale du commerce.

Travailleuses

Pourquoi les femmes sont-elles incluses parmi les travailleurs ayant des besoins spéciaux? Lorsque nous examinons les besoins, les risques et les tâches des femmes, nous devons tenir compte des facteurs suivants :

  • le sexisme
  • la pauvreté ou la menace de celle-ci. (La plupart des pauvres du monde sont des femmes et leurs enfants, en particulier les mères seules soutiens de famille, qui représentent 20 à 30 % des ménages dans le monde ; et 75 % des 18 millions de réfugiés dans le monde sont des femmes et des enfants.)
  • fonctions reproductives de la grossesse, de l'accouchement et de l'allaitement
  • la violence sexiste, désormais reconnue internationalement comme une violation des droits humains
  • le harcèlement sexuel
  • écart entre les sexes en matière de soutien, les femmes assurant la plupart des fonctions de soins. (Une enquête sociale canadienne a montré que 10 % des hommes dans les familles à deux revenus se partagent également les tâches ménagères.)
  • la longévité, un facteur affectant leurs besoins à long terme en matière de sécurité sociale et de santé.

 

Tous ces risques et besoins peuvent être traités dans une certaine mesure ou pris en compte sur le lieu de travail. De plus, nous devons garder à l'esprit que les femmes constituent la moitié des autres catégories de travailleurs ayant des besoins spéciaux, ce qui les place potentiellement en double danger et fait du sexe un facteur central dans l'évaluation de leurs capacités et de leurs droits.

Le sexisme est la croyance que les femmes ont besoin de moins, méritent moins et valent moins que les hommes. La Décennie internationale de la femme des Nations Unies, 1975-1985, avec ses thèmes d'égalité, de développement et de paix, a révélé que partout dans le monde, les femmes sont surmenées et sous-évaluées. D'une réanalyse d'études antérieures et de nouvelles recherches, il est lentement apparu que le travail des femmes était sous-évalué parce que les femmes elles-mêmes étaient dévalorisées, et non en raison de déficiences inhérentes.

Au cours des années 1960, de nombreuses études ont été menées sur les raisons pour lesquelles les femmes travaillaient et sur quelles femmes travaillaient, comme si le travail était une aberration pour les femmes. En effet, les femmes étaient systématiquement licenciées lorsqu'elles se mariaient ou lorsqu'elles tombaient enceintes. À la fin des années 1960, les pays européens à forte demande de main-d'œuvre préféraient le recrutement de travailleurs étrangers à la mobilisation de leur propre main-d'œuvre féminine. Alors que le travail conférait de la dignité aux hommes soutiens de famille, le travail rémunéré des femmes mariées était considéré comme dégradant; mais le travail communautaire non rémunéré des femmes mariées était considéré comme anoblissant, d'autant plus qu'il rehaussait le statut social de leurs maris.

À partir des années 1970 et établie au milieu des années 1980, la présence permanente des femmes sur le lieu de travail tout au long du cycle travail-vie. Avoir des enfants n'a plus d'impact négatif sur les taux d'activité des femmes ; en effet, la nécessité de subvenir aux besoins des enfants agit comme une impulsion naturelle à la poursuite d'un travail. Selon l'OIT, les femmes constituent maintenant 41 % de la main-d'œuvre mondiale documentée (OIT 1993a). Dans les pays nordiques, leur taux de participation est presque égal à celui des hommes, bien qu'en Suède, le travail à temps partiel des femmes, bien qu'en baisse, reste élevé. Dans les pays industrialisés de l'OCDE, où l'espérance de vie générale des femmes est désormais de 79 ans, l'importance d'un emploi sûr comme source de sécurité du revenu tout au long de la vie adulte est soulignée.

L'OCDE reconnaît que l'augmentation marquée de la participation des femmes à l'emploi n'a pas produit de convergence majeure dans la répartition globale de l'emploi féminin et masculin. La main-d'œuvre ségrégée par sexe persiste verticalement et horizontalement. Par rapport aux hommes, les femmes travaillent dans différents secteurs et professions, travaillent pour de plus petites industries ou organisations, ont des tâches différentes au sein des professions, sont plus souvent dans un travail irrégulier et non réglementé, ont moins de possibilités de contrôle du travail et font face aux exigences psychologiques d'une approche axée sur les personnes. ou travail au rythme de la machine.

Une grande partie de la littérature reproche encore aux femmes de choisir des emplois moins compétitifs qui complètent les responsabilités familiales. Cependant, une génération d'études a montré que les travailleurs non seulement choisissent, mais sont choisis dans des professions. Plus les récompenses et le statut sont élevés, plus le processus de sélection est restrictif et, en l'absence de politiques et de structures publiques axées sur l'équité, plus il est probable que les sélectionneurs choisissent des candidats présentant des caractéristiques correspondant aux leurs en matière de sexe, de race, de statut socio-économique ou physique. les attributs. Les préjugés stéréotypés s'étendent à toute une gamme de capacités, y compris la capacité de penser de manière abstraite.

Non seulement les femmes sont concentrées dans peu de professions à faible rémunération et statut et à mobilité physique et professionnelle restreinte, mais l'OCDE note également que les professions féminines sont souvent classées en grandes catégories comprenant des tâches très différentes, tandis qu'une catégorisation plus précise des emplois a été développée pour les emplois masculins. professions ayant des implications pour l'évaluation des emplois, la rémunération, la mobilité et pour l'identification des risques pour la sécurité et la santé dans l'environnement de travail.

Le secteur de la santé est probablement le plus grand exemple de discrimination sexuelle persistante, où les capacités et les performances sont secondaires par rapport au genre. Partout, les femmes sont les principales parties prenantes du système de soins de santé, en tant que prestataires, gardiennes, intermédiaires et, en raison de leurs besoins reproductifs et de leur longévité, utilisatrices des soins de santé. Mais ils ne dirigent pas le système. Dans l'ex-Union soviétique, où les femmes étaient majoritaires parmi les médecins, cette profession avait un statut relativement bas. Au Canada, où 80 % des travailleurs de la santé sont des femmes, elles gagnent 58 cents de chaque dollar gagné par les hommes dans le même secteur, soit moins que les deux tiers du salaire masculin gagnés par les femmes dans d'autres secteurs. Les mesures d'équité salariale dans les compétences fédérales et provinciales tentent de combler cet écart entre les sexes. Dans de nombreux pays, les femmes et les hommes effectuant un travail comparable se voient attribuer des titres de poste différents et, en l'absence de législation et d'application de l'équité salariale ou d'un salaire égal pour un travail de valeur égale, les inégalités persistent, les travailleuses de la santé, en particulier les infirmières, assumant des responsabilités majeures. sans autorité, statut et salaire proportionnés. Il est intéressant de noter que ce n'est que récemment que l'OIT a inclus la santé dans la catégorie des travaux pénibles.

Malgré la présence d'un "plafond de verre", qui confinait les femmes aux cadres moyens et aux échelons professionnels inférieurs, la croissance des opportunités d'emploi dans les secteurs publics des pays industrialisés et des pays en développement a été très bénéfique pour les femmes, en particulier celles qui avaient un niveau d'instruction élevé. La stagnation et la réduction des effectifs de ce secteur ont eu de graves effets négatifs sur les perspectives initiales d'ouverture des femmes. Ces postes offraient une plus grande sécurité sociale, davantage de possibilités de mobilité, des conditions de travail de qualité et des pratiques d'emploi plus équitables. Les compressions ont également entraîné une charge de travail plus lourde, un manque de sécurité et une détérioration des conditions de travail, en particulier dans le secteur de la santé, mais aussi dans le travail des cols bleus et des cols roses au rythme de la machine.

« Empoisonner » le lieu de travail

Contrecoup est défini par Faludi (1991) comme une frappe préventive qui arrête les femmes bien avant qu'elles n'atteignent la ligne d'arrivée. Le contrecoup prend de nombreuses formes, l'une des plus insidieuses étant la dérision du « politiquement correct » pour discréditer l'acceptation sociale de l'équité en matière d'emploi pour les groupes défavorisés. Utilisé par des personnes en position d'autorité, des élites intellectuelles ou des personnalités médiatiques, il a un effet intimidant et bourratif.

Pour comprendre le contrecoup, nous devons comprendre la nature de la menace perçue. Bien que les aspirations et les efforts du mouvement des femmes pour l'égalité des sexes ne se soient concrétisés nulle part, ceux qui mènent la réaction se rendent compte que ce qui s'est passé au cours des deux dernières décennies n'est pas seulement un changement progressif, mais le début d'une transformation culturelle affectant toutes les sphères de la société. . Les avancées en matière de partage du pouvoir sont encore mineures et fragiles alors que les femmes occupent à peine 10 % de tous les sièges législatifs dans le monde. Mais le contrecoup vise à arrêter, inverser et délégitimer tout progrès réalisé grâce à l'équité en matière d'emploi ou à l'action affirmative ou positive en tant que mesures de contrôle de la discrimination. Combiné à une faible application de la loi et à une diminution des opportunités d'emploi, le contrecoup peut avoir un effet toxique sur le lieu de travail, favorisant la confusion sur les torts et les droits.

Moghadam (1994) de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) écrit sur le contrecoup culturel, employé par des groupes fondamentalistes, jouant sur les émotions de peur et de honte pour restreindre la visibilité des femmes et leur contrôle sur leur vie et les confiner au domaine privé. sphère domestique.

La mise en œuvre systématique de la Convention des Nations Unies sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes sous toutes ses formes (CEDAW), qui a été ratifiée par presque tous les États membres des Nations Unies, démontrerait et encouragerait à la fois la volonté politique de mettre fin à la discrimination fondée sur le sexe, en particulier dans l'emploi, la santé et l'éducation, ainsi que la discrimination à l'égard d'autres groupes « hors charte ».

Le harcèlement, qui peut gravement entraver l'exercice de ses capacités, n'est devenu que récemment un problème de santé au travail et de droits de l'homme. Les insultes ethniques, les graffitis, les injures des personnes handicapées ou des minorités visibles ont souvent été banalisés comme « faisant partie du travail ». La précarité de l'emploi, la peur des représailles, le déni et le manque de reconnaissance par son milieu social ou les autorités, la méconnaissance de son caractère systémique ainsi que l'absence de recours ont contribué à la complicité et à la tolérance.

Le harcèlement sexuel, bien que vécu à tous les niveaux professionnels, est plus répandu aux niveaux inférieurs où les femmes sont concentrées et les plus vulnérables. (Un très petit pourcentage d'hommes en sont victimes.) Cela n'est devenu un problème d'emploi et de politique publique que lorsqu'un grand nombre de femmes professionnelles et de cadres au cours des années 1970 ont été confrontées à cette ingérence malvenue et que les femmes entraient dans des métiers, les faisant se sentir comme des intruses. leurs nouveaux lieux de travail. Les effets sur la santé du travailleur sont généralisés, conduisant dans les cas extrêmes à des tentatives de suicide. Elle contribue également à l'éclatement de la famille. Les syndicats, qui n'étaient pas à l'avant-garde de la lutte contre le harcèlement sexuel, le considèrent désormais comme une question d'emploi et de droits humains pouvant faire l'objet d'un grief et ont élaboré des politiques et des mécanismes de recours. Les services visant à promouvoir la guérison et l'adaptation des survivants sont encore sous-développés.

Dans une affaire de 1989, la Cour suprême du Canada a défini le harcèlement sexuel comme « une conduite importune de nature sexuelle qui nuit au milieu de travail... ». La Cour suprême a déterminé que la législation canadienne sur les droits de la personne confère aux employeurs l'obligation statutaire de fournir un environnement de travail sûr et sain, exempt de harcèlement sexuel, et que les employeurs pourraient être tenus responsables des actions de leurs employés, en particulier des superviseurs (Développement des ressources humaines Canada 1994).

La violence est un risque au travail. La preuve en est une enquête du ministère américain de la Justice qui a révélé qu'un sixième des crimes violents, touchant près d'un million de victimes par an, se produisent au travail : 1 % des agressions, 16 % des viols et 8 % des vols qualifiés, avec une perte de 7 million de journées de travail. Moins de la moitié sont signalés à la police.

Les agressions ou les abus constituent une menace majeure pour la santé mentale et physique des filles et des femmes de tous âges et de toutes cultures, mais surtout des jeunes et des personnes âgées. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a constaté que dans les Amériques, les morts violentes (c'est-à-dire les accidents, les suicides et les homicides) représentent plus de 25 % de tous les décès chez les filles âgées de 10 à 14 ans et 30 % chez les 15 à 19 ans. -groupe d'âge (PAHO 1993).

La violence sexiste comprend les abus physiques, sexuels et psychologiques et le détournement financier, ainsi que le harcèlement sexuel, la pornographie, les agressions sexuelles et l'inceste. Dans un contexte global, nous pourrions ajouter la sélection sexuelle, l'avortement des fœtus féminins, la malnutrition volontaire, les mutilations sexuelles rituelles, les décès liés à la dot et la vente de filles à des fins de prostitution ou de mariage. Il est reconnu que la violence à l'égard des femmes perturbe leur vie, limite leurs options et bloque intentionnellement leurs aspirations. L'intention et les conséquences signifient qu'il s'agit d'un comportement criminel. Cependant, la violence d'agresseurs connus contre les femmes à la maison, au travail ou dans la rue a généralement été considérée comme une affaire privée. Le massacre en 1989 de 27 étudiantes montréalaises d'une école polytechnique, précisément parce qu'elles étaient étudiantes en ingénierie dans une école polytechnique, est la preuve brutale d'une violence sexiste visant à contrecarrer les aspirations professionnelles.

La prévention et le contrôle de la violence sont des problèmes sur le lieu de travail qui peuvent être résolus par le biais de programmes d'aide aux employés et de comités de santé et de sécurité, travaillant en partenariat avec les organismes chargés de l'application de la loi et d'autres organismes de la société, y compris les organisations féminines locales à travers le monde, qui ont placé la question sur programmes publics et ont tenté, à mains nues, d'atteindre la tolérance zéro et d'aider les survivants.

Changer le monde du travail

De 1970 à 1990, les pays économiquement prédominants du G-7 (à l'exception du Japon et de l'Allemagne) ont connu une désindustrialisation, avec une baisse de l'emploi manufacturier et l'émergence d'une économie de services post-industrielle. Cette période a également coïncidé avec la montée de l'État-providence. À la fin de la période, les services en général (y compris les services liés à la fabrication) représentaient les deux tiers à trois quarts de l'emploi. À l'exception du Japon et de l'Italie, les services sociaux représentaient entre un quart et un tiers de l'emploi. Ces deux tendances ont créé des demandes sans précédent pour les employées qui avaient bénéficié de meilleures opportunités d'éducation. UNE Zeitgeist des revendications croissantes en matière de droits humains et d'égalité des chances ont également favorisé le début de l'intégration d'autres travailleurs « non privilégiés » (par exemple, les personnes handicapées, les minorités) (Castells et Oayama 1994).

Aujourd'hui, le monde du travail subit une transformation radicale caractérisée par la mondialisation, les rachats et les fusions, les coentreprises, les délocalisations, la déréglementation, la privatisation, l'informatisation, la prolifération des technologies, les ajustements structurels, la réduction des effectifs, l'externalisation et le passage d'une économie dirigée à une économie de marché. Ces mutations et ces réingénieries globales ont modifié l'échelle, la nature, la localisation, les moyens et les processus de production et de communication, ainsi que l'organisation et les relations sociales dans les lieux de travail. Au début des années 1990, la révolution technologique du traitement de l'information et des communications, de la biotechnologie et du traitement automatisé des matériaux s'est généralisée, modifiant, étendant ou réduisant l'effort humain et produisant une croissance sans emploi « efficace ». En 1990, il y avait au moins 35,000 150,000 sociétés transnationales avec 7 22 filiales étrangères. Environ 60 millions des XNUMX millions de personnes qu'elles emploient travaillent dans les pays en développement. Les sociétés transnationales représentent désormais XNUMX % du commerce mondial (en grande partie interne à ses filiales).

Un document de l'Organisation mondiale de la santé préparé pour la Commission mondiale sur la santé des femmes (1994) déclare :

La lutte pour l'accès aux marchés s'accompagne de menaces accrues pour la santé de millions de producteurs. Dans un climat hautement concurrentiel mettant l'accent sur la production de biens bon marché et commercialisables, les entreprises cherchent à produire aux coûts les plus bas en réduisant les salaires, en augmentant les heures de travail et en sacrifiant les normes de sécurité coûteuses. Dans de nombreux cas, les entreprises peuvent délocaliser leurs unités de production dans des pays en développement où les contrôles dans ces domaines peuvent être moins stricts. Les femmes complètent souvent les rangs de ces travailleurs faiblement rémunérés. Les conséquences sanitaires les plus extrêmes peuvent être observées dans les tragédies où des dizaines de travailleurs perdent la vie dans des incendies d'usine en raison de normes de sécurité inadéquates et de mauvaises conditions de travail.

En outre, on estime que 70 millions de personnes, pour la plupart originaires de pays en développement, sont des travailleurs migrants coupés du soutien familial. La valeur des envois de fonds des travailleurs migrants en 1989 était de 66 milliards de dollars, bien plus que l'aide internationale au développement de 46 milliards de dollars, et dépassée uniquement par la valeur du pétrole dans le commerce international. Dans les provinces côtières en plein essor de la Chine, la province de Guangdong compte à elle seule environ 10 millions de migrants. Dans toute l'Asie, les femmes sont surreprésentées parmi les travailleurs des lieux de travail non réglementés et non syndiqués. En Inde (qui aurait reçu plus de 40 milliards de dollars de prêts pour le développement de la part d'institutions financières internationales), 94 % de la main-d'œuvre féminine se trouve dans le secteur non organisé.

Derrière le miracle de la croissance économique exponentielle en Asie du Sud-Est se cache la main-d'œuvre dans le secteur de l'exportation de jeunes travailleuses capables et dociles qui gagnent de 1.50 à 2.50 dollars par jour, soit environ le tiers du salaire de base. Dans un pays, les perforateurs diplômés d'université gagnent 150 USD par mois. En Asie comme en Amérique latine, l'attraction vers les centres urbains a créé d'importants bidonvilles et bidonvilles, avec des millions d'enfants non scolarisés vivant et travaillant dans des conditions précaires. Plus de 90 pays en développement tentent aujourd'hui d'endiguer le rythme de cet exode urbain. La Thaïlande, dans une tentative d'endiguer ou d'inverser le processus, a mis en place une initiative de développement rural pour retenir ou renvoyer les jeunes dans leurs communautés, certains pour travailler dans des usines coopératives où leur travail profite à eux et à leurs communautés.

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a noté que les stratégies de modernisation ont souvent détruit les bases économiques des femmes en tant que commerçantes, artisanes ou agricultrices, sans modifier le contexte socioculturel (par exemple, l'accès au crédit) qui les empêche de poursuivre d'autres opportunités économiques. (FNUAP 1993). En Amérique latine et dans les Caraïbes, la crise économique et les politiques d'ajustement structurel des années 1980 ont entraîné d'importantes coupes dans les services sociaux et le secteur de la santé qui desservaient et employaient les femmes, ont réduit les subventions sur les produits alimentaires de base et ont introduit des redevances d'utilisation pour de nombreux services autrefois fournis par les gouvernements dans le cadre du développement et de la satisfaction des besoins humains fondamentaux. À la fin des années 1980, 31 % de tous les emplois non agricoles se trouvaient dans le secteur informel précaire.

En Afrique, les années 1980 ont été qualifiées de décennie perdue. Le revenu par habitant a chuté en moyenne annuelle de 2.4 % en Afrique subsaharienne. Près de 50% de la population urbaine et 80% de la population rurale vivent dans la pauvreté. Le secteur informel agit comme une éponge, absorbant la main-d'œuvre urbaine « excédentaire ». En Afrique sub-saharienne, où les femmes produisent jusqu'à 80% de la nourriture pour la consommation locale, seulement 8% possèdent la terre qu'elles travaillent (OIT 1991).

La restructuration économique, la privatisation et la démocratisation ont gravement affecté l'emploi des travailleuses en Europe de l'Est. Auparavant accablées par un travail pénible, avec moins de récompenses que les hommes, des responsabilités ménagères non partagées par les époux et une restriction de la liberté politique, elles avaient néanmoins un emploi sûr avec des prestations de sécurité sociale prises en charge par l'État, un congé de maternité et des dispositions pour la garde des enfants. La discrimination sexuelle actuellement enracinée, combinée aux arguments du marché contre les dépenses sociales, a rendu les femmes consommables et les travailleuses moins désirables. À mesure que les domaines de travail sociaux et de santé à prédominance féminine sont réduits, les travailleurs professionnels compétents deviennent superflus.

Le chômage est une expérience très désorganisante dans la vie des travailleurs, menaçant non seulement leurs moyens de subsistance, mais aussi leurs relations sociales, leur estime de soi et leur santé mentale. Des études récentes ont montré que non seulement la santé mentale mais aussi la santé physique peuvent être compromises car le chômage peut avoir des effets immunosuppresseurs, augmentant le risque de maladie.

Nous entrons dans le XXIe siècle avec une crise des valeurs, de la mise en balance de l'intérêt personnel et de l'intérêt public. Sommes-nous en train de construire un monde basé sur une compétition sans entraves, où le vainqueur rafle tout, dont le seul critère est le « résultat inférieur », un monde où l'épuration ethnique triomphe ? Ou sommes-nous en train de construire un monde d'interdépendance, où la croissance va de pair avec la justice distributive et le respect de la dignité humaine ? Lors des conférences mondiales des Nations Unies dans les années 1990, le monde a pris un certain nombre d'engagements historiques en faveur de la protection et du renouvellement de l'environnement, de politiques démographiques éthiques et équitables, de la protection et du développement de tous les enfants, d'une allocation de 20 % du développement international des fonds et 20 % des budgets des pays en développement au développement social, à l'expansion et à l'application des droits de l'homme, à l'égalité des sexes et à l'élimination de la menace d'anéantissement nucléaire. Ces conventions ont établi la boussole morale. La question qui se pose à nous est de savoir si nous avons la volonté politique d'atteindre ces objectifs.

 

Noir

Les politiques de santé au travail coexistent souvent avec des politiques visant à garantir l'équité sur le lieu de travail. Les lois, réglementations et normes adoptées ou approuvées dans de nombreux pays interdisent diverses formes de discrimination sur le lieu de travail et exigent que les objectifs de sécurité et de santé soient atteints de manière à ne pas porter atteinte aux autres droits et intérêts des travailleurs. Les obligations légales obligent les employeurs de certaines juridictions à mettre en œuvre des pratiques qui garantissent l'équité en milieu de travail ; des considérations politiques peuvent encourager des pratiques similaires même lorsqu'elles ne sont pas légalement mandatées, pour les raisons exposées par Freda Paltiel au début de ce chapitre.

En pratique, l'acceptation par les travailleurs des programmes de santé et de sécurité peut être affectée par la mesure dans laquelle ils incorporent et reflètent des principes équitables. Les travailleurs sont plus susceptibles de rejeter les programmes de sécurité et de santé au travail s'ils sont mis en œuvre au détriment d'autres intérêts importants, tels que l'intérêt pour l'autodétermination et la sécurité économique. Il existe d'autres raisons de mettre en œuvre des programmes de santé et de sécurité en tenant compte de l'équité en milieu de travail. Des règles de travail rationnelles et équitables améliorent la satisfaction au travail, la productivité et le bien-être émotionnel des travailleurs, et réduisent le stress lié au travail. Une approche individualisée des besoins et des capacités des travailleurs, qui est au cœur de la sécurité et de la santé au travail et de l'équité en milieu de travail, élargit le bassin de travailleurs qualifiés et maximise leurs compétences et capacités.

Il existe certains domaines dans lesquels les principes équitables et la sécurité et la santé au travail semblent entrer en conflit, et il s'agit généralement de situations dans lesquelles certains travailleurs semblent avoir des besoins uniques ou spéciaux. Les travailleuses enceintes, les travailleurs âgés et les travailleurs handicapés entrent dans ces catégories. Une inspection plus approfondie révèle souvent que les besoins de ces travailleurs ne sont pas si différents de ceux des travailleurs en général, et que les politiques et pratiques en milieu de travail bien acceptées peuvent généralement être adaptées pour créer des programmes qui mettent en œuvre la santé, la sécurité et l'équité en tandem. Le principe directeur est la flexibilité pour effectuer des évaluations et des ajustements individuels, ce qui est une réalité familière dans la plupart des milieux de travail, car la maladie, l'incapacité temporaire et les restrictions de travail nécessitent souvent de la flexibilité et de l'adaptation. À un moment donné de leur vie professionnelle, presque tous les travailleurs ont des besoins de santé au travail liés à «l'âge, l'état physiologique, les aspects sociaux, les obstacles à la communication ou des facteurs similaires (qui) doivent être satisfaits sur une base individuelle» (OIT 1992).

Principes généraux

L'équité en milieu de travail implique l'équité dans la répartition des emplois, des tâches, des promotions, des avantages et des autres conditions d'emploi. Les distinctions liées à l'emploi fondées sur la race, le sexe, l'origine nationale et la religion, en particulier, ont été reconnues comme perpétuant des formes odieuses de préjugés sociaux et de discrimination, et ont été presque universellement condamnées. Plus récemment, les distinctions fondées sur l'âge et le handicap ont été reconnues comme tout aussi inéquitables. Ces caractéristiques sont généralement sans rapport avec le désir de travailler d'un individu, ses besoins financiers pour un emploi et sont souvent sans rapport avec sa capacité à accomplir un travail. Le fait de ne pas intégrer tous les individus capables et désireux dans l'activité productive entrave non seulement le potentiel humain, mais va également à l'encontre des besoins sociaux en réduisant la population d'individus autosuffisants.

Les principes d'équité reposent sur la prémisse que les travailleurs doivent être jugés sur la base d'une évaluation objective de leurs propres compétences, capacités et caractéristiques, et non sur des hypothèses concernant un groupe auquel ils appartiennent. Ainsi, au cœur de l'équité en milieu de travail se trouve la répudiation des stéréotypes et des généralisations pour juger les individus, puisque même les généralisations exactes décrivent souvent de manière inexacte de nombreuses personnes. Par exemple, même s'il est vrai qu'en moyenne les hommes sont plus forts que les femmes, certaines femmes sont plus fortes que certains hommes. En embauchant des travailleurs pour effectuer un travail exigeant de la force, il serait injuste d'exclure toutes les femmes, y compris celles qui sont assez fortes pour faire le travail, sur la base d'une généralisation sur les sexes. Au lieu de cela, une évaluation juste des capacités individuelles révélera quels hommes et femmes ont la force et la capacité requises pour effectuer le travail de manière adéquate.

Certains types de tests de dépistage excluent de manière disproportionnée les membres de certains groupes. Les tests écrits peuvent désavantager les personnes dont la langue maternelle est différente ou qui ont eu moins accès aux possibilités d'éducation. De tels tests sont justifiables s'ils mesurent réellement les capacités nécessaires pour effectuer le travail en question. Sinon, ils agissent pour exclure les personnes qualifiées et réduire le bassin de travailleurs éligibles. Le recours à certains types d'appareils de dépistage reflète également les stéréotypes sur qui devrait effectuer certains types de travail. Par exemple, les exigences de taille imposées pour les emplois d'application de la loi supposaient qu'une plus grande taille était corrélée à une performance professionnelle réussie. L'élimination de ces exigences a démontré que la hauteur per se n'est pas un élément nécessaire à la capacité de fonctionner efficacement dans l'application des lois, et il a ouvert ce domaine à davantage de femmes et de membres de certains groupes ethniques.

Les obstacles classiques à l'équité en milieu de travail comprennent les exigences physiques telles que la taille et le poids, les tests écrits et les exigences en matière d'éducation ou de diplôme. Les systèmes d'ancienneté excluent parfois les membres des groupes qui ont été défavorisés, et les préférences des anciens combattants désavantagent souvent les travailleuses, qui ne sont souvent ni obligées ni autorisées à faire le service militaire. Les stéréotypes, les traditions et les hypothèses sur les compétences et les caractéristiques associées à la race, au sexe et à l'ethnicité opèrent également, souvent inconsciemment, pour perpétuer une répartition traditionnelle des opportunités d'emploi, tout comme d'autres facteurs, tels que les préférences pour les amis ou la famille. La présence de tels obstacles est souvent signifiée par un environnement de travail qui ne reflète pas fidèlement la composition du bassin de travailleurs qualifiés, mais montre que les membres de certains groupes occupent une plus grande part des postes souhaités que ce à quoi on pourrait s'attendre en fonction de leur représentation sur le terrain. ou bassin de main-d'œuvre. Dans de tels cas, une évaluation minutieuse des pratiques de sélection des travailleurs révèle généralement soit un recours à des pratiques de sélection qui éliminent injustement certains candidats qualifiés, soit des préjugés inconscients, des stéréotypes ou du favoritisme.

Malgré l'adhésion presque universelle aux principes d'équité en milieu de travail et le désir de mettre en œuvre des pratiques équitables, ces objectifs sont parfois confondus, ironiquement, par l'idée qu'ils entrent en conflit avec les objectifs de sécurité et de santé au travail. Le domaine dans lequel ce problème est le plus important concerne les femmes en âge de procréer, les femmes enceintes et les nouvelles mères. Contrairement aux autres travailleurs qui jouissent habituellement du droit d'entreprendre tout travail pour lequel ils sont qualifiés, les travailleuses sont souvent soumises à des restrictions involontaires au nom de la protection de leur santé ou de celle de leurs enfants. Parfois, ces dispositions garantissent des avantages indispensables, et parfois elles exigent un prix élevé en termes d'accès à l'indépendance économique et à l'autonomie personnelle.

Bon nombre des principes relatifs à la prise en compte des droits et des besoins des travailleuses s'appliquent aux travailleuses handicapées ou vieillissantes. Le plus important est l'idée que les travailleurs doivent être jugés sur la base de leurs propres compétences et capacités, et non sur la base de généralisations ou de stéréotypes. Ce principe a abouti à la reconnaissance du fait que les personnes handicapées peuvent être des travailleurs hautement productifs et précieux. Certains investissements peuvent être nécessaires pour répondre aux besoins d'un travailleur handicapé, mais il est de plus en plus reconnu qu'un tel investissement en vaut bien le coût, surtout à la lumière des conséquences de l'autre voie.

Discrimination sexuelle, grossesse et accouchement

De nombreuses conventions et recommandations internationales préconisent l'élimination de la discrimination fondée sur le sexe dans l'emploi, par exemple la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979), le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1976) et l'égalité de traitement Directive (76/207/CEE). Le concept d'égalité de rémunération entre hommes et femmes effectuant un travail de valeur égale a été adopté par l'OIT dans la Convention concernant l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes pour un travail de valeur égale, 1951 (n° 100). La Recommandation concernant l'égalité de rémunération des travailleurs et des travailleuses pour un travail de valeur égale, 1951 (n° 90), qui complétait cette convention, invitait également à "promouvoir l'égalité des travailleurs et des travailleuses en ce qui concerne l'accès aux professions et aux postes". Une déclaration plus complète du principe de non-discrimination a été adoptée en juin 1958 dans la Convention concernant la discrimination en matière d'emploi et de profession (n° 111) et la Recommandation concernant la discrimination en matière d'emploi et de profession (n° 111).

La directive 76/207/CEE de la Communauté européenne sur l'égalité de traitement des femmes et des hommes en matière d'accès à l'emploi est conforme à ces dispositions. Il existe donc un large accord sur le principe selon lequel les femmes et les hommes doivent bénéficier de l'égalité d'accès aux opportunités d'emploi et de l'égalité dans les conditions d'emploi. Par exemple, l'Autriche a modifié sa loi sur l'égalité des chances pour aligner la législation autrichienne sur le droit communautaire européen. Les amendements autrichiens stipulent qu'il ne peut y avoir de discrimination dans le cadre d'une relation de travail fondée sur le sexe. Cela étend l'interdiction de la discrimination à tous les aspects de la relation de travail.

Bien avant que les organismes internationaux et les lois nationales ne condamnent la discrimination fondée sur le sexe, beaucoup reconnaissaient la nécessité d'une protection de la maternité. La Convention sur la protection de la maternité, adoptée pour la première fois en 1919, accordait aux femmes enceintes munies d'un certificat médical le droit à un congé six semaines avant la date prévue de l'accouchement et interdisait à une femme de travailler « pendant les six semaines suivant son accouchement ». Les femmes enceintes devaient bénéficier de pauses pendant les heures de travail. (OIT 1994). La convention accorde également aux travailleuses la gratuité des soins médicaux et des prestations en espèces. Le licenciement d'une femme pendant un congé de maternité ou pendant une maladie résultant de la grossesse ou de l'accouchement est « illégal ». La convention révisée sur la protection de la maternité, 1952 (n° 103), prévoyait que le congé de maternité soit prolongé jusqu'à 14 semaines si nécessaire pour la santé de la mère, élargissait les dispositions pour les mères allaitantes et interdisait le travail de nuit et les heures supplémentaires aux femmes enceintes et allaitantes. Il a également déclaré que les travaux susceptibles de nuire à la santé d'une femme enceinte ou allaitante, tels que tout travail pénible ou nécessitant un équilibre particulier, devraient être interdits. Notamment, les États membres ont été autorisés à faire des exceptions pour les femmes qui appartenaient à certaines catégories professionnelles, telles que les professions non industrielles, le travail domestique dans les ménages privés et le travail impliquant le transport de marchandises ou de passagers par mer.

Conformément aux conventions de l'OIT sur la protection de la maternité, la Communauté européenne a adopté la directive 92/85/CEE du Conseil du 19 octobre 1992, afin d'encourager l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes et des travailleuses qui ont récemment accouché ou qui allaitent. Cela demande l'évaluation et la communication des types d'activités qui peuvent présenter des risques spécifiques pour les femmes enceintes et allaitantes, l'interdiction de l'exigence du travail de nuit lorsque cela est nécessaire pour la santé et la sécurité des travailleuses enceintes et allaitantes, le droit au congé de maternité et la maintien des droits du contrat de travail pendant la grossesse et l'accouchement. Bien que ces conventions et directives contiennent des dispositions qui renforcent la capacité des femmes à travailler et à avoir des enfants en toute sécurité, elles ont été critiquées pour ne pas garantir ce résultat. Par exemple, des études réalisées par le gouvernement indien ont révélé que peu de femmes recevaient des prestations de maternité en raison d'une mauvaise application et de l'exclusion de la couverture des travailleurs temporaires et saisonniers, des femmes travaillant dans de petites industries et des travailleurs à domicile (Vaidya 1993). En plus des prestations de maternité, certains pays exigent que les femmes bénéficient de pauses, de sièges, d'installations sanitaires et d'autres prestations.

En revanche, d'autres mesures adoptées pour protéger la santé des travailleuses incluent des limitations au travail des femmes. Celles-ci prennent la forme d'exclusion des travaux dangereux ou de travaux pénibles, de restriction des travaux considérés comme présentant un danger moral, de restrictions pendant les menstruations, d'interdictions d'heures maximales et d'heures supplémentaires, etc. (OIT 1989). Contrairement aux dispositions sur les prestations de maternité, ces mesures sont restrictives, c'est-à-dire qu'elles limitent l'accès des femmes à certains types d'emplois. Un exemple est l'interdiction du travail de nuit des femmes, qui a été l'un des premiers points abordés à la Conférence internationale du Travail en 1919. Quatre documents de l'OIT fournissent une analyse plus approfondie de ces questions (OIT 1919a ​​; 1921 ; 1934 ; 1948). (Il est intéressant de noter qu'il n'y a pas de définition standard du mot nuit.) L'histoire des attitudes à l'égard des restrictions au travail de nuit fournit une étude instructive de la relation entre les objectifs de santé et de sécurité et l'équité en milieu de travail.

L'interdiction du travail de nuit vise à protéger la vie familiale et à protéger les travailleurs contre la charge physique particulièrement pénible du travail de nuit. Dans la pratique, les conventions de l'OIT visent à interdire le travail de nuit des femmes effectuant des travaux manuels dans l'industrie, mais pas à interdire le travail de col blanc ou de direction ou le travail dans les secteurs des services. Mais les restrictions sur le travail de nuit ont également privé les femmes d'opportunités d'emploi. Au nom de la santé et de la moralité, les femmes ont été totalement exclues de certains emplois et limitées dans leur capacité à progresser dans d'autres emplois. L'envie de légiférer sur les restrictions au travail de nuit répondait à l'exploitation des travailleurs des deux sexes, qui étaient tenus de travailler de très longues heures. Cependant, aux États-Unis, par exemple, les restrictions imposées au travail de nuit empêchent les femmes d'obtenir des emplois lucratifs comme conductrices de tramway. Cependant, les restrictions n'empêchaient pas les femmes de travailler comme danseuses de boîte de nuit (Kessler-Harris 1982).

Des incohérences de ce type, ainsi que le désavantage économique subi par les travailleuses, ont alimenté les critiques des restrictions au travail de nuit pour les femmes, qui ont finalement été remplacées aux États-Unis par des protections juridiques contre l'exploitation des travailleurs des deux sexes. La loi américaine sur les normes de travail équitables prévoyait l'établissement de réglementations concernant les heures de travail.

D'autres pays ont également rejeté l'approche sexospécifique de la protection des travailleuses, répondant à une prise de conscience croissante des sanctions économiques imposées aux travailleuses et à d'autres aspects de la discrimination sexuelle. En 1991, la Cour de justice de la CEE a jugé qu'en vertu de la directive 76/207/CEE de la Communauté européenne, les États membres ne pouvaient pas interdire statutairement le travail de nuit des femmes. La Commission européenne a demandé aux États membres de l'OIT liés par la convention de l'OIT interdisant le travail de nuit des femmes d'y renoncer, et beaucoup l'ont fait. En 1992, la Cour constitutionnelle allemande a déclaré inconstitutionnelle l'interdiction du travail de nuit pour les femmes. Au cours des dix dernières années, des lois interdisant le travail de nuit des femmes ont été abrogées à la Barbade, au Canada, en Guyane, en Irlande, en Israël, en Nouvelle-Zélande, en Espagne et au Surinam. Actuellement, la législation de 20 pays ne contient aucune interdiction du travail de nuit des femmes. Un résumé des actions abrogeant les lois protectrices antérieures à 1989 a été publié par l'OIT (1989b).

Cette tendance est plus prononcée dans les pays développés où les femmes ont des droits exécutoires protégeant leur statut juridique et où les préoccupations en matière de santé et de sécurité au travail sont reconnues. Cependant, dans les pays où les conditions des femmes sont « déplorables » et bien pires que celles des hommes, on prétend parfois qu'« il faut plus de protection, pas moins » (OIT 1989b). Par exemple, le nombre moyen d'heures travaillées par semaine par les femmes au Kenya, 50.9, dépasse largement le nombre moyen d'heures travaillées par semaine par les hommes, 33.2 (Waga 1992). Nonobstant cette mise en garde, en général, protéger les travailleuses en limitant leur capacité à travailler présente des inconvénients évidents. En juin 1990, l'OIT a adopté la Convention sur le travail de nuit (no 171) stipulant que tous les travailleurs de nuit, et pas seulement les femmes, ont besoin de protection (OIT 1990). Cette approche est conforme à la position générale de l'OIT selon laquelle « tout travail doit avoir lieu dans un environnement de travail sûr et sain » (OIT 1989) et est une approche qui accorde un respect équivalent à la protection de la santé et à l'équité sur le lieu de travail.

L'évolution des efforts visant à protéger les femmes des effets des lieux de travail dangereux et des substances toxiques au travail illustre certaines des mêmes préoccupations et tendances qui apparaissent dans la discussion sur le travail de nuit. Au début du XXe siècle, l'OIT et de nombreux pays ont interdit aux femmes l'accès aux lieux de travail dangereux, comme l'illustrent les conventions interdisant aux femmes et aux enfants de s'exposer au plomb (OIT 1919b). Selon la coutume et la loi, les femmes étaient interdites de nombreux types de travail, allant du bar à l'exploitation minière. Ces restrictions ont sapé les options d'emploi et le statut économique des femmes et ont été mises en œuvre de manière incohérente - excluant les femmes des emplois lucratifs occupés exclusivement par des hommes, tout en permettant le travail dans des emplois tout aussi dangereux, mais mal rémunérés, fréquentés par des femmes. Les critiques ont accusé tous les travailleurs d'avoir besoin d'une protection contre les produits chimiques toxiques.

Aux États-Unis, l'effort pour exclure les femmes des travaux dangereux a pris la forme de politiques de « protection du fœtus ». Les partisans ont affirmé que le fœtus est plus sensible à certains risques professionnels et qu'il est donc rationnel d'exclure les femmes enceintes ou susceptibles de l'être de ces environnements. La Cour suprême des États-Unis a rejeté cette affirmation et a estimé que les pratiques de sécurité et de santé au travail devaient tenir compte des besoins de santé des femmes et des hommes. La décision de la Cour applique vigoureusement le droit des femmes à l'emploi, tout en reconnaissant le droit tout aussi important à la protection de la santé. Sur le plan théorique, cette solution accorde un poids et un respect égaux à l'équité et aux objectifs et obligations en matière de sécurité et de santé. Dans la pratique, certains se sont demandé si l'absence de mécanismes adéquats pour faire appliquer les lois sur la sécurité et la santé au travail rend les deux sexes vulnérables aux lésions reproductives et autres (International Union 1991).

D'autres pays ont cherché une solution différente. Par exemple, la loi finlandaise sur le congé spécial de maternité, entrée en vigueur en juillet 1991, permet aux femmes exposées à des agents considérés comme préjudiciables à la grossesse ou à l'enfant de demander à être transférées à un autre poste qui n'implique pas une telle exposition dès le début de leur grossesse. Si un tel emploi ne leur est pas disponible, elles peuvent avoir droit à un congé et à des prestations de maternité spéciaux (Taskinen 1993). De même, la directive sur les travailleuses enceintes (92/85/CEE) envisage une série d'aménagements pour les femmes qui ont besoin d'une protection supplémentaire pour la grossesse ou l'allaitement, y compris des modifications de l'environnement de travail ou des conditions de travail, un transfert temporaire et un congé autorisé.

Cette approche, comme celle discutée ci-dessus, résout certains problèmes, mais pas tous : le niveau différent des avantages accordés aux femmes peut en faire des employées moins désirables et plus chères et peut encourager la discrimination fondée sur le sexe ; et le fait de ne pas accorder aux travailleurs de sexe masculin une protection contre les risques reproductifs peut entraîner des maladies et des blessures futures.

Les dispositions qui accordent aux femmes le droit de demander des mutations, des modifications des conditions de travail et d'autres aménagements soulignent l'importance de la manière dont les droits et obligations sont répartis entre les travailleurs et les employeurs : le droit des travailleurs de demander certains avantages, que l'employeur est tenu de fournir sur demande, est conforme aux principes d'équité, tandis que les règles qui permettent aux employeurs d'imposer des restrictions indésirables aux travailleurs, même si « pour leur propre bien », ne le font pas. Permettre aux employeurs de contrôler les conditions de travail des femmes, par opposition à celles des hommes, priverait les femmes, en tant que classe, du pouvoir de décision et de l'autonomie personnelle, et violerait également les concepts fondamentaux d'équité. La notion selon laquelle les travailleurs conservent le contrôle des décisions liées à la santé, même si les employeurs sont tenus de respecter certaines normes et de fournir des prestations, est déjà reconnue dans le contexte de la surveillance biologique (OIT 1985) et s'applique également pour répondre aux besoins de santé des femmes et des d'autres sous-groupes identifiables de travailleurs.

Comme l'indique la discussion qui précède, les efforts visant à protéger les travailleuses en tant que groupe distinct, par le biais d'avantages dont ne bénéficient pas les autres travailleurs, ont eu un succès mitigé. Certaines femmes en ont sans doute profité, mais pas toutes. La mauvaise application, en particulier dans le cas des lois sur les prestations de maternité, a limité leur effet bénéfique escompté. Les limites à l'employabilité des travailleuses elles-mêmes, comme dans le cas des restrictions au travail de nuit, imposent des sanctions économiques et autres aux travailleuses elles-mêmes en limitant leurs options, opportunités et contributions.

Dans le même temps, d'autres facteurs ont obligé à réévaluer les meilleurs moyens de répondre aux besoins des travailleurs en matière de protection de la santé. L'entrée d'un plus grand nombre de femmes dans tous les secteurs de la main-d'œuvre a exposé davantage de femmes à l'éventail complet des risques professionnels que seuls les hommes connaissaient auparavant, tandis que l'amélioration des connaissances sur la sensibilité des hommes aux lésions reproductives et autres résultant d'expositions professionnelles révèle la nécessité de politiques de santé globales. D'autres tendances influencent également l'orientation de toutes les politiques liées à l'emploi. Il s'agit non seulement de la demande d'égalité entre les sexes, mais aussi du fait que davantage de femmes travaillent, travaillent plus longtemps et dans plus de types d'emplois. En conséquence, la tendance récente est de laisser aux hommes et aux femmes plus de choix concernant tous les aspects de la famille et de l'emploi : plus d'hommes ont choisi de participer à la garde des jeunes enfants, plus de femmes sont les principaux salariés et plus de travailleurs des deux sexes recherchent une plus grande flexibilité dans la gestion de leur vie professionnelle et familiale. Ces facteurs contribuent à une tendance à fournir des prestations aux hommes et aux femmes pour répondre à une gamme de besoins prévisibles associés au bien-être de la famille, y compris les problèmes de santé reproductive, la grossesse, l'incapacité temporaire, l'accouchement et la garde des enfants et les soins aux personnes âgées. Par exemple, la convention (n° 1981) sur les travailleurs ayant des responsabilités familiales, 156, s'applique de la même manière aux hommes et aux femmes. En outre, la France, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark et la Grèce autorisent une certaine forme de congé parental pour répondre à une série de besoins familiaux. Cependant, les prestations versées aux hommes ne sont toujours pas égales aux prestations de maternité perçues par les femmes (Dumon 1990). Au lieu d'exclure les travailleurs que l'on pense être sensibles aux effets des toxines, certaines toxines reproductives ont été complètement interdites et d'autres ont été strictement réglementées pour prévenir les dommages reproductifs en réduisant les expositions des deux sexes. Des options de transfert pour les hommes et les femmes exposés à des risques reproductifs au travail ont été adoptées dans plusieurs pays, comme aux États-Unis pour les travailleurs exposés au plomb. Un certain nombre de pays ont adopté des prestations de congé parental qui permettent aux parents une plus grande liberté pour s'occuper de leurs jeunes enfants.

Conclusion

Les exemples tirés des expériences historiques et actuelles des travailleuses démontrent des principes qui s'appliquent avec la même force à la situation de nombreux travailleurs handicapés et âgés. Comme les femmes, ces travailleurs ont parfois été protégés des risques liés à l'emploi d'une manière qui les a privés de l'autonomie économique et des autres récompenses du travail. Restreindre les choix de ces travailleurs suggère qu'ils sont incapables de prendre des décisions appropriées sur les risques et les avantages du travail. Les trois groupes ont été accablés par des hypothèses négatives sur leurs capacités et se sont souvent vu refuser la possibilité de démontrer leurs compétences. Et il y a eu une tendance à considérer l'hébergement de ces travailleurs comme particulièrement lourd, même s'il peut être courant d'accueillir un travailleur blessé dans un accident de la circulation ou un cadre qui a eu une crise cardiaque.

L'équité est servie lorsque des politiques en milieu de travail sont établies pour répondre aux besoins de tous les travailleurs. Ce principe est essentiel pour traiter les situations dans lesquelles les membres de groupes ethniques ou raciaux identifiables sont considérés comme particulièrement sensibles à certains risques liés au travail. Ces réclamations doivent être soigneusement examinées pour garantir leur validité ; elles ont parfois été avancées sans fondement et utilisées pour justifier l'exclusion des travailleurs concernés, même si les variations individuelles de susceptibilité sont généralement plus importantes que les différences de groupe (Bingham 1986). Même s'il est vrai, cependant, des principes équitables suggèrent que le risque devrait être réduit ou évité par des contrôles techniques, la substitution de produits ou d'autres moyens, plutôt qu'en privant une catégorie entière d'individus d'opportunités d'emploi ou en les soumettant à des conditions dont on sait qu'elles posent un danger.

Idéalement, les capacités et les besoins des travailleurs devraient être évalués individuellement et les besoins individuels pris en compte dans la mesure du possible. Les calculs risques-avantages sont généralement mieux effectués par les personnes les plus directement concernées. La possibilité que les travailleurs sacrifient leur santé pour leur bien-être économique peut être réduite si des normes gouvernementales sont établies dans l'espoir que le lieu de travail contiendra un échantillon représentatif de la population, y compris les femmes enceintes, les travailleurs âgés, les personnes handicapées et les membres de différents groupes raciaux et ethniques. Certains événements de la vie sont hautement prévisibles : la procréation et le vieillissement touchent une grande partie de la population active, le handicap touche un nombre important et chacun appartient à un sous-groupe racial ou ethnique. Les politiques liées au travail qui traitent ces circonstances comme normales et qui les anticipent créent des environnements de travail dans lesquels l'équité, la santé et la sécurité peuvent coexister confortablement.

 

Noir

Mercredi, Février 23 2011 17: 20

Emploi précaire et travail des enfants

La section de cet article consacrée au travail des enfants est basée en grande partie sur le rapport du Comité de l'emploi et de la politique sociale de l'OIT : Travail des enfants, GB.264/ESP/1, 264e session, Genève, novembre 1995.

Dans le monde entier, non seulement dans les pays en développement mais aussi dans les pays industrialisés, il y a plusieurs millions de travailleurs dont l'emploi peut être qualifié précaire du point de vue de son effet potentiel sur leur santé et leur bien-être. Ils peuvent être divisés en un certain nombre de catégories non exclusives en fonction des types de travail qu'ils effectuent et des types de relations avec leur emploi et avec leurs employeurs, telles que les suivantes :

  • enfants travailleurs
  • travailleurs contractuels
  • travailleurs asservis et asservis
  • travailleurs du secteur informel
  • travailleurs migrants
  • travailleurs à la pièce
  • chômeurs et travailleurs sous-employés.

 

Leurs dénominateurs communs incluent : la pauvreté ; manque d'éducation et de formation; exposition à l'exploitation et aux abus; la mauvaise santé et le manque de soins médicaux adéquats ; exposition à des risques pour la santé et la sécurité; le manque de protection de la part des agences gouvernementales, même lorsque des lois et des réglementations ont été formulées ; l'absence de prestations sociales (par exemple, salaire minimum, assurance-chômage, assurance-maladie et retraites) ; et le manque d'une voix efficace dans les mouvements pour améliorer leur sort. En grande partie, leur victimisation découle de la pauvreté et du manque d'éducation/de formation qui les obligent à accepter n'importe quel type de travail disponible. Dans certaines régions et dans certaines industries, l'existence de ces catégories de travailleurs est favorisée par des politiques économiques et sociales explicites du gouvernement ou, même lorsqu'elles ont été interdites par les lois locales et/ou l'approbation de conventions internationales, par l'inattention délibérée des organismes gouvernementaux de réglementation. Les coûts pour ces travailleurs et leurs familles en termes de mauvaise santé, d'espérance de vie raccourcie et d'impact sur le bien-être sont impondérables ; elles s'étendent souvent d'une génération à l'autre. Par toute sorte de mesure, ils peuvent être considérés défavorisé.

L'exploitation du travail est également un aspect délétère de l'économie mondiale dans laquelle le travail le plus dangereux et précaire est transféré des pays les plus riches vers les pays les plus pauvres. Ainsi, l'emploi précaire peut et doit également être considéré en termes macro-économiques. Ceci est discuté plus en détail ailleurs dans ce Encyclopédie.

Cet article résume brièvement les caractéristiques des plus importantes de ces catégories d'emploi et leurs effets sur la santé et le bien-être des travailleurs.

Travailleurs migrants

Les travailleurs migrants représentent souvent un segment extrêmement important de la main-d'œuvre d'un pays. Certains apportent des compétences développées et des compétences professionnelles qui sont rares, en particulier dans les domaines de croissance industrielle rapide. En règle générale, cependant, ils occupent des emplois non qualifiés et semi-qualifiés et mal rémunérés qui sont méprisés par les travailleurs natifs de la région. Il s'agit notamment du «travail voûté» tel que la culture et la récolte des cultures, le travail manuel dans l'industrie de la construction, les services subalternes tels que le nettoyage et l'enlèvement des ordures, et les travaux répétitifs mal rémunérés tels que ceux des «ateliers clandestins» de l'industrie du vêtement ou sur la chaîne de montage. travail dans les industries légères.

Certains travailleurs migrants trouvent des emplois dans leur propre pays, mais, plus récemment, ce sont pour la plupart des travailleurs « externes » en ce sens qu'ils viennent d'un autre pays, généralement moins développé. Ainsi, ils apportent des contributions uniques à l'économie de deux nations : en effectuant le travail nécessaire dans le pays dans lequel ils travaillent et en versant de l'argent « dur » aux familles qu'ils laissent derrière eux dans le pays d'où ils viennent.

Au XIXe siècle, un grand nombre d'ouvriers chinois ont été importés aux États-Unis et au Canada, par exemple, pour travailler à la construction des portions occidentales des chemins de fer transcontinentaux. Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les travailleurs américains servaient dans les forces armées ou dans les industries de guerre, les États-Unis ont conclu un accord formel avec le Mexique connu sous le nom de Programme Bracero (1942-1964) qui a fourni des millions de travailleurs mexicains temporaires pour l'industrie agricole d'une importance vitale. Au cours de la période d'après-guerre, des travailleurs « invités » d'Europe du Sud, de Turquie et d'Afrique du Nord ont aidé à reconstruire les pays d'Europe occidentale ravagés par la guerre et, dans les années 1970 et 1980, l'Arabie saoudite, le Koweït et les autres pays nouvellement riches producteurs de pétrole d'Afrique du Sud. le Proche-Orient a importé des Asiatiques pour construire leurs nouvelles villes. Au début des années 1980, les travailleurs migrants externes représentaient environ les deux tiers de la main-d'œuvre dans les États arabes du Golfe (les travailleurs citoyens étaient plus nombreux que les expatriés uniquement à Bahreïn).

À l'exception des enseignants et des agents de santé, la plupart des migrants sont des hommes. Cependant, dans la plupart des pays, tout au long de ces périodes, à mesure que les familles s'enrichissaient, il y a eu une demande croissante d'importation de travailleurs domestiques, principalement des femmes, pour effectuer des travaux ménagers et s'occuper des nourrissons et des enfants (Anderson 1993). Cela est également vrai dans les pays industrialisés où un nombre croissant de femmes entrent sur le marché du travail et ont besoin d'aide ménagère pour reprendre leurs activités ménagères traditionnelles.

Un autre exemple peut être trouvé en Afrique. Après la création de la République du Transkei en 1976 en tant que premier des dix homelands indépendants réclamés dans la loi sud-africaine de 1959 sur la promotion de l'autonomie, la main-d'œuvre migrante était sa principale exportation. Situé sur l'océan Indien sur la côte est de l'Afrique du Sud, il a envoyé environ 370,000 17 hommes Xhosa, son groupe ethnique dominant, en tant que travailleurs migrants vers l'Afrique du Sud voisine, un nombre représentant environ XNUMX % de sa population totale.

Certains travailleurs migrants ont des visas et des permis de travail temporaires, mais ceux-ci sont souvent contrôlés par leurs employeurs. Cela signifie qu'ils ne peuvent pas changer d'emploi ou se plaindre de mauvais traitements de peur que cela n'entraîne la révocation de leur permis de travail et un rapatriement forcé. Souvent, ils échappent aux procédures d'immigration officielles du pays d'accueil et deviennent des travailleurs « illégaux » ou « sans papiers ». Dans certains cas, les travailleurs migrants sont recrutés par des « entrepreneurs » qui facturent des frais exorbitants pour les faire entrer clandestinement dans le pays afin de répondre aux besoins. La peur de l'arrestation et de l'expulsion, aggravée par leur méconnaissance de la langue, des lois et des coutumes du pays d'accueil, rend ces travailleurs particulièrement vulnérables à l'exploitation et aux abus.

Les travailleurs migrants sont fréquemment surchargés de travail, privés des avantages d'outils et d'équipements appropriés et souvent exposés sciemment à des risques évitables pour la santé et la sécurité. Les logements surpeuplés et insalubres (souvent dépourvus d'eau potable et d'installations sanitaires de base), la malnutrition et l'absence d'accès aux soins médicaux les rendent particulièrement sujets aux maladies contagieuses telles que les infections parasitaires, les hépatites, la tuberculose et, plus récemment, le sida. Ils sont souvent sous-payés ou en fait privés d'une grande partie de ce qu'ils gagnent, en particulier lorsqu'ils vivent illégalement dans un pays et se voient donc refuser les droits juridiques fondamentaux. S'ils sont appréhendés par les autorités, ce sont généralement les travailleurs migrants « sans papiers » qui sont pénalisés plutôt que les employeurs et les entrepreneurs qui les exploitent. En outre, en particulier pendant les périodes de ralentissement économique et de hausse du chômage, même les travailleurs migrants en situation régulière peuvent faire l'objet d'une expulsion.

L'Organisation internationale du travail s'intéresse depuis longtemps aux problèmes des travailleurs migrants. Il les a abordés pour la première fois dans sa convention (n° 1949) sur les travailleurs migrants, 97, et la recommandation n° 86 y relative, et les a réexaminés dans sa convention (n° 1975) sur les travailleurs migrants (dispositions complémentaires), 143, et la recommandation y relative. N° 151. Ces conventions, qui ont valeur de traités lorsqu'elles sont ratifiées par les pays, contiennent des dispositions visant à éliminer les conditions abusives et à garantir les droits fondamentaux de l'homme et l'égalité de traitement des migrants. Les recommandations fournissent des lignes directrices non contraignantes pour orienter les politiques et pratiques nationales ; La recommandation n° 86, par exemple, comprend un modèle d'accord bilatéral pouvant être utilisé par deux pays comme base d'un accord opérationnel sur la gestion de la main-d'œuvre migrante.

En 1990, les Nations Unies ont adopté la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, qui énonce les droits humains fondamentaux des travailleurs migrants et de leur famille, notamment : le droit de ne pas être soumis à la torture ou à peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ; le droit d'être traité non moins favorablement que les travailleurs nationaux en ce qui concerne les conditions de travail et les conditions d'emploi; et le droit d'adhérer à des syndicats et de solliciter leur aide. Cette Convention des Nations Unies entrera en vigueur lorsqu'elle aura été ratifiée par 20 nations ; en juillet 1995, elle n'avait été ratifiée que par cinq (Égypte, Colombie, Maroc, Philippines et Seychelles) et elle avait été signée mais pas encore formellement ratifiée par le Chili et le Mexique. Il convient de noter que ni l'OIT ni l'ONU n'ont le pouvoir d'imposer le respect des conventions autres que des pressions politiques collectives, et doivent compter sur les États membres pour les faire respecter.

On a observé que, du moins en Asie, le dialogue international sur la question des travailleurs migrants a été entravé par sa sensibilité politique. Lim et Oishi (1996) notent que les pays exportateurs de travailleurs craignent de perdre leur part de marché au profit d'autres, d'autant plus que le récent ralentissement économique mondial a incité davantage de pays à entrer sur le marché international de la main-d'œuvre migrante et à exporter leur main-d'œuvre « bon marché et docile ». ' main-d'œuvre vers un nombre limité de pays d'accueil de plus en plus exigeants.

Travailleurs aux pièces

Le travail à la tâche est un système de rémunération qui rémunère les travailleurs par unité de production réalisée. L'unité de paiement peut être basée sur l'achèvement de l'ensemble de l'article ou de l'article ou sur une seule étape de sa production. Ce système est généralement appliqué dans les industries où la méthode de production consiste en des tâches distinctes et répétitives dont la performance peut être attribuée à un travailleur individuel. Ainsi, les gains sont directement liés à la productivité individuelle du travailleur (dans certains lieux de travail produisant des articles plus gros ou plus compliqués, comme les automobiles, les travailleurs sont organisés en équipes qui se répartissent le paiement à la pièce). Certains employeurs partagent les avantages d'une plus grande productivité en complétant les paiements à la pièce par des primes basées sur la rentabilité de l'entreprise.

Le travail à la pièce est concentré, dans l'ensemble, dans les industries légères et peu rémunératrices telles que l'habillement et les petits ateliers d'assemblage. Il est également caractéristique des vendeurs, des entrepreneurs indépendants, du personnel de réparation et d'autres qui sont généralement considérés comme différents des ouvriers d'atelier.

Le système peut bien fonctionner lorsque les employeurs sont éclairés et soucieux de la santé et du bien-être des travailleurs, et en particulier lorsque les travailleurs sont organisés en syndicat afin de négocier collectivement des taux de paiement par unité, des outils et des équipements appropriés et bien entretenus. , pour un environnement de travail où les risques sont éliminés ou contrôlés et où des équipements de protection individuelle sont fournis en cas de besoin, et pour les retraites, l'assurance maladie et autres avantages similaires. Elle est facilitée par la disponibilité immédiate de gestionnaires ou de superviseurs qui sont eux-mêmes qualifiés dans le processus de production et peuvent former ou aider les travailleurs qui peuvent avoir des difficultés avec celui-ci et qui peuvent aider à maintenir un haut niveau de moral sur le lieu de travail en prêtant attention à préoccupations des travailleurs.

Le système de travail à la pièce, cependant, se prête facilement à l'exploitation des travailleurs, avec des effets néfastes sur leur santé et leur bien-être, comme dans les considérations suivantes :

  • Le travail à la pièce est caractéristique des ateliers clandestins notoires, malheureusement encore courants dans les industries du vêtement et de l'électronique, où les travailleurs doivent s'atteler à des tâches répétitives, souvent pendant des journées de 12 heures et des semaines de 7 jours dans des lieux de travail insalubres et dangereux.
  • Même lorsque l'employeur peut manifester des inquiétudes au sujet des risques professionnels potentiels - et cela ne se produit pas toujours - la pression pour la productivité peut laisser peu d'inclination pour les travailleurs à consacrer ce qui équivaut à du temps non rémunéré à l'éducation à la santé et à la sécurité. Cela peut les amener à ignorer ou à contourner les mesures conçues pour contrôler les dangers potentiels, telles que la suppression des protections et des écrans de sécurité. Dans le même temps, les employeurs ont constaté qu'il pouvait y avoir une baisse de la qualité du travail, ce qui dicte le renforcement des inspections de produits pour éviter que des marchandises défectueuses ne soient transmises aux clients.
  • Le taux de rémunération peut être si bas que gagner un salaire décent devient difficile ou presque impossible.
  • Les travailleurs à la pièce peuvent être considérés comme des travailleurs « temporaires » et, à ce titre, peuvent être déclarés inéligibles aux prestations qui peuvent être obligatoires pour la plupart des travailleurs.
  • Les travailleurs moins qualifiés et plus lents peuvent se voir refuser une formation qui leur permettrait de suivre le rythme de ceux qui peuvent travailler plus vite, tandis que les employeurs peuvent établir des quotas basés sur ce que les meilleurs travailleurs peuvent produire et licencier ceux qui ne peuvent pas les atteindre. (Dans certains lieux de travail, les travailleurs s'entendent entre eux sur des quotas de production qui obligent les travailleurs les plus rapides à ralentir ou à arrêter de travailler, répartissant ainsi le travail disponible et les revenus plus uniformément parmi le groupe de travail.)

 

Contrat de travail

Le travail contractuel est un système dans lequel un tiers ou une organisation passe un contrat avec des employeurs pour fournir les services de travailleurs quand et où ils sont nécessaires. Ils se répartissent en trois catégories :

  1. Intérimaires sont embauchés pour une courte période pour remplacer les employés absents pour cause de maladie ou en congé, pour compléter les effectifs lorsque les pics de charge de travail ne sont pas susceptibles de se maintenir et lorsque des compétences particulières ne sont nécessaires que pour une période limitée.
  2. Loué des travailleurs sont fournis de manière plus ou moins permanente à des employeurs qui, pour diverses raisons, ne souhaitent pas augmenter leurs effectifs. Ces raisons incluent l'économie d'efforts et de coûts de gestion du personnel et le fait d'éviter des engagements tels que le taux de rémunération et les avantages gagnés par les employés « réguliers ». Dans certains cas, des emplois ont été supprimés au cours d'une « réduction des effectifs » et les mêmes personnes ont été réembauchées en tant que travailleurs embauchés.
  3. Travailleurs contractuels sont des groupes de travailleurs recrutés par des entrepreneurs et transportés, parfois sur de grandes distances et vers d'autres pays, pour accomplir des tâches qui ne peuvent être remplies localement. Il s'agit généralement d'emplois peu rémunérés et moins désirables, impliquant un travail physique pénible ou un travail répétitif. Certains entrepreneurs recrutent des travailleurs qui s'efforcent d'améliorer leur sort en émigrant dans un nouveau pays et leur font signer des accords les engageant à travailler à la demande de l'entrepreneur en question jusqu'à ce que les frais de transport, les honoraires et les frais de subsistance, souvent exorbitants, aient été remboursés.

 

L'une des questions fondamentales parmi les nombreux problèmes que peuvent poser de tels arrangements est de savoir si le propriétaire de l'entreprise ou l'entrepreneur qui fournit les travailleurs est responsable de la sécurité, de la santé et du bien-être des travailleurs. Il y a souvent une « responsabilité », dans laquelle chacun prétend que l'autre est responsable des conditions de travail inférieures aux normes (et, lorsque les travailleurs sont des migrants, des conditions de vie) tandis que les travailleurs, qui peuvent ne pas connaître la langue, les lois et les coutumes locales et trop pauvres pour obtenir une assistance juridique, restent impuissants à les corriger. Les travailleurs contractuels sont souvent exposés à des risques physiques et chimiques et se voient refuser l'éducation et la formation nécessaires pour les reconnaître et y faire face.

Travailleurs informels

Le secteur du travail informel ou « sans papiers » comprend les travailleurs qui acceptent de travailler « en cachette », c'est-à-dire sans enregistrement formel ni arrangement employeur/employé. Le paiement peut être en espèces ou en biens ou services « en nature » et, puisque les revenus ne sont pas déclarés aux autorités, ils ne sont soumis ni à la réglementation ni à l'impôt pour le travailleur et l'employeur. En règle générale, il n'y a pas d'avantages sociaux.

Dans de nombreux cas, le travail informel est effectué sur une base ad hoc, à temps partiel, souvent au noir pendant ou après les heures de travail sur un autre emploi. Il est également courant chez les femmes de ménage et les nounous qui peuvent être importées (parfois illégalement) d'autres pays où le travail rémunéré est difficile à trouver. Beaucoup d'entre eux sont tenus de «vivre» et de travailler de longues heures avec très peu de temps libre. Étant donné que le logement et la pension peuvent être considérés comme faisant partie de leur salaire, leurs gains en espèces peuvent être très faibles. Enfin, la violence physique et le harcèlement sexuel ne sont pas des problèmes rares pour ces travailleurs domestiques (Anderson 1993).

La responsabilité de l'employeur pour la santé et la sécurité du travailleur informel n'est qu'implicite, au mieux, et est souvent niée. En outre, le travailleur n'a généralement pas droit aux prestations d'indemnisation des accidents du travail en cas d'accident ou de maladie liés au travail et peut être contraint d'intenter une action en justice lorsque les services de santé nécessaires ne sont pas fournis par l'employeur, une entreprise majeure pour la plupart des ces personnes et pas possible dans toutes les juridictions.

Esclavage

L'esclavage est un arrangement dans lequel un individu est considéré comme un bien, possédé, exploité et dominé par un autre qui peut lui refuser la liberté d'activité et de mouvement, et qui est obligé de ne fournir qu'un minimum de nourriture, d'abri et de vêtements. Les esclaves ne peuvent pas se marier et élever des familles sans la permission du propriétaire, et peuvent être vendus ou donnés à volonté. Les esclaves peuvent être tenus d'effectuer toutes sortes de travaux sans compensation et, à moins de menacer de porter atteinte à un bien de valeur, sans se soucier de leur santé et de leur sécurité.

L'esclavage a existé dans toutes les cultures depuis les débuts de la civilisation humaine telle que nous la connaissons jusqu'à nos jours. Il a été mentionné dans les codes juridiques sumériens enregistrés vers 4,000 1945 avant JC et dans le Code d'Hammourabi qui a été énoncé dans l'ancienne Babylone au XVIIIe siècle avant JC, et il existe aujourd'hui dans certaines parties du monde bien qu'il soit interdit par la Déclaration de l'ONU de 1993 droits et attaqués et condamnés par pratiquement toutes les organisations internationales, y compris le Conseil économique et social des Nations Unies, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'OIT (Pinney XNUMX). Les esclaves ont été employés dans tous les types d'économie et, dans certaines sociétés agricoles et manufacturières, ont été le pilier de la production. Dans les sociétés esclavagistes du Moyen-Orient, d'Afrique et de Chine, les esclaves étaient principalement employés pour des services personnels et domestiques.

Les esclaves sont traditionnellement membres d'un groupe racial, ethnique, politique ou religieux différent de celui de leurs propriétaires. Ils étaient généralement capturés lors de guerres ou de raids mais, depuis l'époque de l'Égypte ancienne, il est possible pour les travailleurs pauvres de se vendre, ou de vendre leurs femmes et leurs enfants, en esclavage afin de rembourser leurs dettes (BIT 1993b).

Chômage et opportunités d'emploi

Dans chaque pays et dans chaque type d'économie, il y a des travailleurs qui sont au chômage (définis comme ceux qui sont capables et désireux de travailler et qui recherchent un emploi). Les périodes de chômage sont une caractéristique régulière de certaines industries dans lesquelles la main-d'œuvre augmente et se contracte en fonction des saisons (par exemple, l'agriculture, la construction et l'industrie du vêtement) et dans les industries cycliques dans lesquelles les travailleurs sont licenciés lorsque les affaires déclinent et sont réembauchés. quand ça s'améliore. De plus, un certain taux de roulement est caractéristique du marché du travail, car les employés quittent un emploi pour en chercher un meilleur et les jeunes entrent sur le marché du travail en remplacement de ceux qui prennent leur retraite. Cela a été étiqueté chômage frictionnel.

Le chômage structurel se produit lorsque des industries entières déclinent en raison des progrès technologiques (par exemple, l'exploitation minière et la fabrication de l'acier) ou en réponse à des changements brutaux dans l'économie locale. Un exemple de ce dernier cas est le déplacement d'usines de fabrication d'une région où les salaires sont devenus élevés vers des régions moins développées où une main-d'œuvre moins chère est disponible.

Le chômage structurel, au cours des dernières décennies, a également résulté de la vague de fusions, de rachats et de restructurations de grandes entreprises qui ont été un phénomène courant, en particulier aux États-Unis, qui ont beaucoup moins de garanties obligatoires pour le bien-être des travailleurs et de la communauté que d'autres pays industrialisés. Celles-ci ont entraîné une «réduction des effectifs» et une diminution de leurs effectifs, car les usines et les bureaux en double ont été éliminés et de nombreux emplois ont été déclarés inutiles. Cela a nui non seulement à ceux qui ont perdu leur emploi, mais aussi à ceux qui sont restés et qui se sont retrouvés avec une perte de sécurité d'emploi et la peur d'être licenciés.

Le chômage structurel est souvent insoluble car de nombreux travailleurs n'ont pas les compétences et la flexibilité nécessaires pour se qualifier pour d'autres emplois à un niveau comparable qui peuvent être disponibles localement, et ils manquent souvent de ressources pour migrer vers d'autres régions où de tels emplois peuvent être disponibles.

Lorsque des licenciements importants se produisent, il y a souvent un effet « domino » sur la communauté. La perte de revenus a un effet modérateur sur l'économie locale, provoquant la fermeture de magasins et d'entreprises de services fréquentés par les chômeurs et, par conséquent, augmentant leur nombre.

Le stress économique et mental résultant du chômage a souvent des effets négatifs importants sur la santé des travailleurs et de leurs familles. La perte d'emploi et, en particulier, les menaces de perte d'emploi, se sont avérées être les facteurs de stress liés au travail les plus puissants et il a été démontré qu'ils ont précipité des maladies émotionnelles (ceci est discuté ailleurs dans ce Encyclopédie). Pour éviter de tels effets négatifs, certains employeurs proposent une reconversion et une aide à la recherche d'un nouvel emploi, et de nombreux pays ont des lois qui imposent des exigences économiques et sociales spécifiques aux employeurs pour qu'ils fournissent des avantages financiers et sociaux aux employés concernés.

Les sous-employés comprennent les travailleurs dont les capacités productives ne sont pas pleinement utilisées. Ils comprennent les travailleurs à temps partiel qui cherchent un emploi à temps plein et ceux qui ont des niveaux de compétence plus élevés et qui ne peuvent trouver qu'un travail relativement peu qualifié. En plus de revenus inférieurs, ils subissent les effets néfastes du stress de l'insatisfaction au travail.

Le travail des enfants

Dans la plupart des familles, dès qu'ils sont en âge de cotiser, les enfants sont censés travailler. Cela peut impliquer d'aider aux tâches ménagères, de faire des courses ou de s'occuper de frères et sœurs plus jeunes - en général, d'aider aux tâches ménagères traditionnelles. Dans les familles d'agriculteurs ou celles engagées dans une certaine forme d'industrie à domicile, les enfants sont généralement censés aider aux tâches adaptées à leur taille et à leurs capacités. Ces activités sont presque toujours à temps partiel et souvent saisonnières. Sauf dans les familles où les enfants peuvent être maltraités ou exploités, ce travail est défini par la taille et les « valeurs » de la famille particulière ; il n'est pas rémunéré et n'interfère généralement pas avec l'éducation, l'éducation et la formation. Cet article ne traite pas de tels travaux. Il se concentre plutôt sur les enfants de moins de 14 ans qui travaillent en dehors du cadre familial dans une industrie ou une autre, généralement au mépris des lois et règlements régissant l'emploi des enfants.

Bien que seules des données éparses soient disponibles, le Bureau des statistiques de l'OIT a estimé que «dans les seuls pays en développement, il y a au moins 120 millions d'enfants âgés de 5 à 14 ans qui travaillent pleinement, et plus du double (ou environ 250 millions) si l'on inclut ceux pour qui le travail est une activité secondaire » (BIT 1996).

On pense que les chiffres antérieurs sont largement sous-estimés, comme le montrent les chiffres beaucoup plus élevés obtenus par des enquêtes indépendantes menées dans plusieurs pays en 1993-1994. Par exemple, au Ghana, en Inde, en Indonésie et au Sénégal, environ 25 % de tous les enfants étaient engagés dans une forme d'activité économique. Pour un tiers de ces enfants, le travail était leur activité principale.

Le travail des enfants est présent partout, bien qu'il soit beaucoup plus répandu dans les régions pauvres et en développement. Il concerne de manière disproportionnée les filles qui sont non seulement susceptibles de travailler pendant de plus longues heures mais, comme les femmes plus âgées, sont également tenues d'effectuer des tâches ménagères et d'entretien ménager dans une bien plus grande mesure que leurs homologues masculins. Les enfants des zones rurales sont, en moyenne, deux fois plus susceptibles d'être économiquement actifs ; dans les familles d'ouvriers agricoles migrants, il est presque de règle que tous les enfants travaillent aux côtés de leurs parents. Cependant, la proportion d'enfants urbains qui travaillent augmente régulièrement, principalement dans le secteur informel de l'économie. La plupart des enfants des villes travaillent dans les services domestiques, bien que beaucoup soient employés dans l'industrie manufacturière. Alors que l'attention du public s'est concentrée sur quelques industries d'exportation telles que les textiles, les vêtements, les chaussures et les tapis, la grande majorité occupent des emplois axés sur la consommation intérieure. Dans l'ensemble, cependant, le travail des enfants reste plus courant dans les plantations que dans l'industrie manufacturière.

L'esclavage des enfants

De nombreux enfants travailleurs sont des esclaves. C'est-à-dire que l'employeur exerce le droit de propriété temporaire ou permanente dans laquelle les enfants sont devenus des « marchandises » qui peuvent être louées ou échangées. Traditionnelle en Asie du Sud, dans la bande subsaharienne de l'Afrique de l'Est et, plus récemment, dans plusieurs pays d'Amérique du Sud, elle semble évoluer dans le monde entier. Malgré le fait qu'il est illégal dans la plupart des pays où il existe et que les conventions internationales l'interdisant ont été largement ratifiées, l'OIT a estimé (des données précises ne sont pas disponibles) qu'il y a des dizaines de millions d'enfants esclaves dans le monde (OIT 1995 ). On trouve un grand nombre d'enfants esclaves dans l'agriculture, les services domestiques, l'industrie du sexe, les industries du tapis et du textile, les carrières et la fabrication de briques.

Selon le rapport d'un comité d'experts de l'OIT (OIT 1990), plus de 30 millions d'enfants seraient en esclavage ou en servitude dans plusieurs pays. Le rapport cite, entre autres, l'Inde, le Ghana, Gaza, le Pakistan, les Philippines, la République dominicaine, Haïti, le Brésil, le Pérou, la Mauritanie, l'Afrique du Sud et la Thaïlande. Plus de 10 millions d'entre eux sont concentrés en Inde et au Pakistan. Les sites d'emploi courants pour les enfants réduits en esclavage sont les petits ateliers et le travail forcé dans les plantations. Dans le secteur informel, on les trouve dans le tissage de tapis, les fabriques d'allumettes, les verreries, la fabrication de briques, le nettoyage du poisson, les mines et les carrières. Les enfants sont également utilisés comme domestiques réduits en esclavage, comme esclaves prostitués et comme porteurs de drogue.

L'esclavage des enfants prédomine principalement là où il existe des systèmes sociaux basés sur l'exploitation de la pauvreté. Les familles vendent purement et simplement les enfants ou les asservissent en esclavage afin de rembourser des dettes ou simplement de fournir de quoi survivre, ou de fournir les moyens de répondre à des obligations sociales ou religieuses. Dans de nombreux cas, le paiement est considéré comme une avance sur le salaire que les enfants esclaves sont censés gagner pendant leur contrat de travail. Les guerres et les migrations forcées d'importantes populations qui perturbent la structure familiale normale, poussent de nombreux enfants et adolescents à l'esclavage.

Causes du travail des enfants

La pauvreté est le principal facteur responsable du déplacement des enfants vers le marché du travail. La survie de la famille ainsi que des enfants eux-mêmes le dicte souvent ; c'est particulièrement le cas lorsque les familles pauvres ont de nombreux enfants. La nécessité de les faire travailler à plein temps empêche les familles d'investir dans l'éducation des enfants.

Même lorsque les frais de scolarité sont gratuits, de nombreuses familles pauvres sont incapables de faire face aux frais annexes de l'éducation (par exemple, livres et autres fournitures scolaires, vêtements et chaussures, transport, etc.). Dans certains endroits, ces coûts pour un enfant fréquentant une école primaire peuvent représenter jusqu'à un tiers du revenu en espèces d'une famille pauvre type. Cela laisse aller travailler comme seule alternative. Dans certaines familles nombreuses, les enfants les plus âgés travailleront pour fournir les moyens d'éduquer leurs frères et sœurs plus jeunes.

Dans certaines régions, ce n'est pas tant le coût que le manque d'écoles offrant une qualité d'enseignement acceptable. Dans certaines communautés, les écoles peuvent tout simplement ne pas être disponibles. Dans d'autres, les enfants abandonnent parce que les écoles desservant les pauvres sont d'une qualité si catastrophique que la fréquentation ne semble pas valoir le coût et les efforts nécessaires. Ainsi, alors que de nombreux enfants abandonnent l'école parce qu'ils doivent travailler, beaucoup sont tellement découragés qu'ils préfèrent travailler. En conséquence, ils peuvent rester totalement ou fonctionnellement analphabètes et incapables de développer les compétences nécessaires à leur avancement dans le monde du travail et dans la société.

Enfin, de nombreux grands centres urbains ont développé une population autochtone d'enfants des rues orphelins ou séparés de leur famille. Ceux-ci s'arrachent une existence précaire en faisant des petits boulots, en mendiant, en volant et en participant au trafic de drogues illégales.

La demande de travail des enfants

Dans la plupart des cas, les enfants sont employés parce que leur travail est moins cher et qu'ils sont moins gênants que les travailleurs adultes. Au Ghana, par exemple, une étude soutenue par l'OIT a montré que les trois quarts des enfants engagés dans un travail rémunéré recevaient moins d'un sixième du salaire minimum légal (OIT 1995). Dans d'autres domaines, bien que les écarts entre les salaires des enfants et des adultes soient beaucoup moins impressionnants, ils étaient suffisamment importants pour représenter une charge très importante pour les employeurs, qui étaient généralement de petits entrepreneurs pauvres qui bénéficiaient d'une très faible marge bénéficiaire.

Dans certains cas, comme dans les industries des tapis tissés à la main et des bracelets en verre (bracelets) en Inde, les enfants travailleurs sont préférés aux adultes en raison de leur petite taille ou de la perception que leurs «doigts agiles» permettent une plus grande dextérité manuelle. Une étude de l'OIT a démontré que les adultes n'étaient pas moins compétents dans l'exécution de ces tâches et que les enfants travailleurs n'étaient pas irremplaçables (Levison et al. 1995).

Les parents sont une source majeure de demande pour le travail des enfants dans leur propre famille. Un grand nombre d'enfants sont des travailleurs non rémunérés dans les fermes familiales, les magasins et les magasins qui dépendent de la main-d'œuvre familiale pour leur viabilité économique. On suppose traditionnellement que ces enfants sont beaucoup moins susceptibles d'être exploités que ceux qui travaillent en dehors de la famille, mais il existe de nombreuses preuves que ce n'est pas toujours le cas.

Enfin, dans les zones urbaines des pays développés où le marché du travail est très tendu, les adolescents peuvent être les seuls travailleurs disponibles et disposés à accepter le salaire minimum, principalement des emplois à temps partiel dans des établissements de vente au détail tels que des fast-foods, des commerces de détail et des coursiers. prestations de service. Récemment, là où même ceux-ci n'étaient pas disponibles en nombre suffisant, les employeurs ont recruté des retraités âgés pour ces postes.

Les conditions de travail

Dans de nombreux établissements employant des enfants, les conditions de travail vont de mauvaises à catastrophiques. Étant donné que bon nombre de ces entreprises sont pauvres et marginales au départ, et qu'elles opèrent souvent dans l'illégalité, peu ou pas d'attention est accordée aux commodités qui seraient nécessaires pour retenir tout sauf les travailleurs esclaves. Le manque d'assainissement élémentaire, de qualité de l'air, d'eau potable et de nourriture est souvent aggravé par le surpeuplement, une discipline sévère, des équipements obsolètes, des outils de mauvaise qualité et l'absence de mesures de protection pour contrôler l'exposition aux risques professionnels. Même lorsque certains équipements de protection peuvent être disponibles, ils sont rarement dimensionnés pour s'adapter aux petits cadres des enfants et sont souvent mal entretenus.

Trop d'enfants travaillent trop d'heures. L'aube au crépuscule n'est pas une journée de travail inhabituelle, et le besoin de périodes de repos et de vacances est généralement ignoré. Outre la fatigue chronique, qui est une cause majeure d'accidents, l'effet le plus dommageable des longues heures est l'impossibilité de bénéficier de l'éducation. Cela peut se produire même lorsque les enfants ne travaillent qu'à temps partiel ; des études ont montré que travailler plus de 20 heures par semaine peut avoir un effet négatif sur l'éducation (OIT 1995). L'analphabétisme fonctionnel et le manque de formation, à leur tour, réduisent considérablement les possibilités d'accéder à un meilleur emploi.

Les filles sont particulièrement à risque. Parce qu'elles sont souvent également chargées des tâches ménagères, elles travaillent plus longtemps que les garçons, qui ne s'adonnent généralement qu'à des activités économiques. En conséquence, ils ont généralement des taux de fréquentation et d'achèvement scolaires inférieurs.

Les enfants sont émotionnellement immatures et ont besoin d'un environnement psychologique et social stimulant qui les socialisera dans leur environnement culturel et leur permettra de prendre leur place en tant qu'adultes dans leur société particulière. Pour de nombreux enfants qui travaillent, l'environnement de travail est oppressant ; en substance, ils n'ont pas d'enfance.


Prévention des blessures chez les enfants

 Le travail des enfants ne se limite pas aux pays en développement. L'ensemble de précautions suivant est adapté des conseils émis par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Les risques de blessures et de maladies liées au travail chez les enfants, comme chez les travailleurs de tous âges, peuvent être réduits en respectant les précautions de routine telles que : les pratiques d'entretien ménager prescrites; formation et procédures de travail sécuritaires; utilisation de chaussures, de gants et de vêtements de protection appropriés ; et l'entretien et l'utilisation d'équipements dotés de dispositifs de sécurité. De plus, les travailleurs de moins de 18 ans ne devraient pas être tenus de soulever des objets pesant plus de 15 livres (environ 7 kg) plus d'une fois par minute, ni jamais de soulever des objets pesant plus de 30 livres (14 kg); les tâches impliquant un levage continu ne doivent jamais durer plus de 2 heures. Les enfants de moins de 18 ans ne doivent pas participer à des travaux nécessitant l'utilisation systématique de respirateurs comme moyen de prévenir l'inhalation de substances dangereuses.

Les employeurs doivent connaître et respecter les lois sur le travail des enfants. Les conseillers scolaires et les médecins qui signent des permis autorisant les enfants à travailler doivent connaître les lois sur le travail des enfants et s'assurer que le travail qu'ils approuvent n'implique pas d'activités interdites.

La plupart des enfants qui commencent à travailler avant l'âge de 18 ans entrent sur le lieu de travail avec une expérience préalable minimale pour un emploi. Les pays industriels avancés ne sont pas exempts de ces risques. Par exemple, au cours de l'été 1992 aux États-Unis, plus de la moitié (54 %) des personnes âgées de 14 à 16 ans traitées dans les services d'urgence pour des accidents du travail ont déclaré n'avoir reçu aucune formation en prévention de la blessure qu'elles avaient subie, et qu'un superviseur était présent au moment de la blessure dans seulement 20 % des cas environ. Les différences de maturité et de niveau de développement concernant les styles d'apprentissage, le jugement et le comportement doivent être prises en compte lors de la formation des jeunes en matière de sécurité et de santé au travail.

Centres de contrôle et de prévention des maladies, 1996


 

Exposition aux risques professionnels

En général, les risques auxquels les enfants sont confrontés sur le lieu de travail sont les mêmes que ceux auxquels sont exposés les travailleurs adultes. Cependant, leurs effets peuvent être plus importants en raison des types de tâches auxquelles les enfants sont affectés et des différences biologiques entre les enfants et les adultes.

Les enfants ont tendance à se voir confier des tâches subalternes, souvent sans instruction ni formation pour minimiser l'exposition aux dangers qui peuvent être rencontrés, et sans supervision adéquate. Ils peuvent être affectés à des tâches de nettoyage, utilisant souvent des solvants ou des alcalis puissants, ou ils peuvent être tenus de nettoyer des déchets dangereux qui se sont accumulés sur le lieu de travail sans être conscients de leur toxicité potentielle.

En raison de leur petite taille, les enfants sont plus susceptibles de se voir confier des tâches nécessitant de travailler dans des endroits étranges et confinés ou de longues périodes en se baissant ou à genoux. Souvent, ils sont amenés à manipuler des objets que même des adultes considéreraient comme trop volumineux ou trop lourds.

En raison de leur croissance et de leur développement continus, les enfants diffèrent biologiquement des adultes. Ces différences n'ont pas été quantifiées, mais il est raisonnable de supposer que la division cellulaire plus rapide impliquée dans le processus de croissance peut les rendre plus vulnérables à de nombreux agents toxiques. L'exposition plus tôt dans la vie à des agents toxiques avec de longues périodes de latence peut entraîner l'apparition de maladies professionnelles chroniques invalidantes telles que l'asbestose et le cancer chez les jeunes adultes plutôt qu'à un âge plus avancé, et il est prouvé que l'exposition à des produits chimiques toxiques pendant l'enfance peut modifier la réponse à futures expositions toxiques (Weisburger et al. 1966).

Le tableau 1 résume les informations sur certains des agents dangereux auxquels les enfants qui travaillent peuvent être exposés, selon les sources d'exposition et les types de conséquences sur la santé. Il est à noter que ces conséquences peuvent être aggravées lorsque les enfants exposés sont sous-alimentés, anémiques ou souffrent de maladies chroniques. Enfin, le manque de soins médicaux primaires, et encore moins les services de professionnels de la santé ayant une certaine sophistication en santé au travail, signifie que ces conséquences sur la santé ne seront probablement pas reconnues rapidement ou traitées efficacement.

Tableau 1. Certaines professions et industries, et leurs risques associés, où des enfants sont employés.

Profession/industrie

Dangers

Abattoirs et fonte de viande

Blessures causées par des coupures, des brûlures, des chutes, des équipements dangereux ; exposition à des maladies infectieuses; stress thermique

L’agriculture

Machines dangereuses ; substances dangereuses; les accidents; empoisonnement chimique; travail pénible; animaux dangereux, insectes et reptiles

Production et/ou vente d'alcool

Intoxication, dépendance; l'environnement peut être préjudiciable à la morale ; risque de violence

Tissage de tapis

Inhalation de poussière, mauvais éclairage, mauvaise posture (accroupi); maladies respiratoires et musculo-squelettiques; fatigue des yeux; empoisonnement chimique

Ciment

Produits chimiques nocifs, exposition à des poussières nocives ; travail pénible; maladie respiratoire et musculo-squelettique

Construction et/ou démolition

Exposition à la chaleur, au froid, à la poussière ; chute d'objets; objets tranchants; les accidents; maladies musculo-squelettiques

Grues/treuils/machines de levage Goudron, asphalte, bitume

Les accidents; chute d'objets; maladies musculo-squelettiques; risque de blessure pour autrui Exposition à la chaleur, brûlures ; empoisonnement chimique; maladies respiratoires

Fabrication de cristal et/ou de verre

Verre fondu; chaleur extrème; mauvaise ventilation; coupes de verre brisé; porter du verre chaud; brûlures; maladie respiratoire; stress thermique; poussière toxique

Service domestique

Longues heures; abus physique, émotionnel, sexuel ; malnutrition; repos insuffisant; isolation

Électricité

Travaux dangereux à haute tension ; risque de chute; haut niveau de responsabilité pour la sécurité des autres

Divertissement (boîtes de nuit, bars, casinos, cirques, salles de jeux)

Heures longues et tardives ; abus sexuel; exploitation; préjudiciable à la morale

Explosifs (fabrication et manutention)

Risque d'explosion, d'incendie, de brûlures, danger de mort

Hôpitaux et travail à risque d'infection

Maladies infectieuses; responsabilité du bien-être des autres

Métallurgie plomb/zinc

Empoisonnement cumulatif ; dommages neurologiques

Machines en mouvement (fonctionnement, nettoyage, réparations, etc.)

Danger dû aux pièces mobiles du moteur ; les accidents; coupures, brûlures, exposition à la chaleur et au bruit; stress sonore; blessures aux yeux et aux oreilles

Travaux maritimes (régleurs et chauffeurs, débardeurs)

Les accidents; chaleur, brûlures; chutes de hauteur; port de charges lourdes, travaux pénibles, maladies musculo-squelettiques ; maladies respiratoires

Mines, carrières, travaux souterrains

Exposition aux poussières, gaz, fumées, conditions sales ; maladies respiratoires et musculo-squelettiques; les accidents; chute d'objets; travail pénible; Charges lourdes

Caoutchouc

Chaleur, brûlures, empoisonnement chimique

Métiers de rue

Exposition à la drogue, à la violence, aux activités criminelles ; Charges lourdes; maladies musculo-squelettiques; maladies vénériennes; les accidents

Tanneries

empoisonnement chimique; instruments tranchants; maladies respiratoires

Transport, conduite de véhicules

Les accidents; danger pour soi et les passagers

Sous l'eau (p. ex. plongée à la perle)

Maladie de décompression ; poisson dangereux; mort ou blessure

Soudage et fusion des métaux, travail des métaux

Exposition à une chaleur extrême; étincelles volantes et objets métalliques chauds ; les accidents; blessures aux yeux; stress thermique

Source : Sinclair et Trah 1991.

Conséquences sociales et économiques du travail des enfants

Le travail des enfants est largement généré par la pauvreté, comme indiqué ci-dessus, et le travail des enfants tend à perpétuer la pauvreté. Lorsque le travail des enfants empêche ou handicape sérieusement l'éducation, les revenus de toute une vie sont réduits et la mobilité sociale ascendante est retardée. Le travail qui entrave le développement physique, mental et social finit par imposer les ressources de santé et de bien-être de la communauté et perpétue la pauvreté en dégradant le stock de capital humain nécessaire au développement économique et social de la société. Étant donné que les coûts sociétaux du travail des enfants pèsent principalement sur les groupes de population déjà pauvres et moins privilégiés, l'accès à la démocratie et à la justice sociale est érodé et des troubles sociaux sont fomentés.

Tendances futures

Bien que beaucoup soit fait pour éliminer le travail des enfants, ce n'est manifestement pas assez ni assez efficace. Ce qu'il faut d'abord, ce sont des informations plus nombreuses et de meilleure qualité sur l'étendue, la dynamique et les effets du travail des enfants. L'étape suivante consiste à accroître, amplifier et améliorer les possibilités d'éducation et de formation pour les enfants du préscolaire aux universités et aux instituts techniques, puis à donner aux enfants des pauvres les moyens d'en tirer parti (par exemple, un logement convenable, une alimentation et une soins de santé préventifs).

Une législation et des réglementations bien rédigées, renforcées par des efforts internationaux tels que les conventions de l'OIT, doivent être constamment révisées et renforcées à la lumière de l'évolution actuelle du travail des enfants, tandis que l'efficacité de leur application doit être améliorée.

L'arme ultime pourrait être la sensibilisation et l'aversion du grand public pour le travail des enfants, ce que l'on commence à voir dans plusieurs pays industrialisés (motivé en partie par le chômage des adultes et la concurrence des prix qui poussent les producteurs de biens de consommation à migrer vers régions où la main-d'œuvre peut être moins chère). La publicité qui en résulte entraîne une atteinte à l'image des organisations commercialisant des produits issus du travail des enfants, des protestations de leurs actionnaires et, surtout, des refus d'achat de ces produits même s'ils peuvent coûter un peu moins cher.

Conclusions

Il existe de nombreuses formes d'emploi dans lesquelles les travailleurs sont vulnérables à l'appauvrissement, à l'exploitation et aux abus, et où leur sécurité, leur santé et leur bien-être sont en grand danger. Malgré les tentatives de législation et de réglementation, et nonobstant leur condamnation dans les accords internationaux, les conventions et les résolutions, de telles conditions risquent de persister tant que les gens seront pauvres, mal logés, mal nourris et opprimés, et se verront refuser l'information, l'éducation et la formation. et les services de santé curatifs et préventifs nécessaires pour leur permettre de se sortir des sables mouvants sociaux dans lesquels ils vivent. Les personnes et les nations riches réagissent souvent avec magnanimité à des catastrophes naturelles telles que des tempêtes, des inondations, des incendies, des éruptions volcaniques et des tremblements de terre, mais, aussi importants soient-ils, les avantages d'une telle aide sont de courte durée. Ce qu'il faut, c'est une application à long terme de l'effort humain fortifié par les ressources nécessaires qui surmonteront les barrières politiques, raciales et religieuses qui contrecarreraient sa poussée.

Enfin, s'il est tout à fait approprié et sain que les enfants travaillent dans le cadre du développement normal et de la vie familiale, le travail des enfants tel qu'il est décrit dans cet article est un fléau qui non seulement nuit à la santé et au bien-être des enfants qui travaillent mais, dans le à long terme, compromet également la sécurité sociale et économique des communautés et des nations. Il faut l'attaquer avec vigueur et persévérance jusqu'à ce qu'il soit éradiqué.

 

Noir

Mercredi, Février 23 2011 18: 17

Transformations des marchés et du travail

La restructuration massive et dramatique qui est évidente aux niveaux local, national et international a de profondes implications pour la santé des travailleurs.

Au niveau international, une nouvelle économie mondiale est apparue alors que le capital et la main-d'œuvre sont devenus de plus en plus mobiles à l'intérieur et entre les pays. Cette nouvelle économie a été marquée par la négociation d'accords commerciaux qui suppriment à la fois les barrières entre les pays et assurent une protection vis-à-vis de ceux qui sont en dehors de leurs marchés communs. Ces accords, tels que l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et l'Union européenne, couvrent bien plus que des questions commerciales ; en fait, ils englobent tout le rôle de l'État. Ces accords se sont accompagnés d'un engagement en faveur de marchés plus libres, de la déréglementation du secteur privé et de la privatisation de nombreuses entreprises d'État.

Dans certains cas, les accords ont abouti à des normes communes qui élèvent le niveau de protection offert aux travailleurs dans des pays où auparavant cette protection était minimale ou absente. Dans d'autres cas, la condition d'adhésion ou d'aide a été la désyndicalisation et l'abandon des services sociaux, de l'agriculture rurale et des entreprises locales. Et dans d'autres cas encore, les travailleurs syndiqués ont résisté avec succès aux efforts visant à modifier leurs conditions. Dans tous les cas, cependant, les frontières nationales, les économies nationales et les gouvernements nationaux sont devenus moins importants dans la structuration des relations de travail et dans la détermination du lieu de travail.

Bien que la nouvelle économie mondiale se caractérise par l'expansion continue des sociétés transnationales, elle ne s'est pas accompagnée de la création d'établissements de plus en plus grands. En effet, c'est le contraire qui se produit. L'entreprise prototype n'est plus l'usine automobile géante avec des milliers d'employés produisant un produit standard en suivant une chaîne de production fixe. Au lieu de cela, de plus en plus d'entreprises utilisent la production de niche pour fournir des biens personnalisés et, de plus en plus, des services. Plutôt que d'utiliser des économies d'échelle, ils utilisent des économies de gamme, passant d'un produit à un autre à l'aide de sous-traitance et d'équipements facilement reprogrammables.

En fait, au moins une partie de la transition massive vers les industries de services et la croissance rapide des petites entreprises peuvent s'expliquer par le fait que les sociétés transnationales sous-traitent leur travail. Dans le travail qui continue d'être effectué directement par l'entreprise, les stocks importants et les stocks tampons sont fréquemment remplacés par une production « juste à temps », et les entreprises se considèrent de plus en plus axées sur le client. De plus en plus d'employeurs exigent une main-d'œuvre flexible, dotée d'un éventail de compétences et d'horaires de travail variés. De cette façon, les employés peuvent eux aussi travailler « juste à temps » et sur plusieurs postes de travail. Cette augmentation de la sous-traitance et du multitâche, ainsi que le passage à des formes d'emploi « atypiques » telles que le travail à temps partiel et une partie de l'année, font qu'il est difficile pour les syndicats de suivre les modes traditionnels d'organisation des lieux de travail.

Le développement d'une économie mondiale et la restructuration du travail ont été rendus possibles par la nouvelle technologie de la microélectronique. Cette technologie permet une production de niche, car de nouveaux équipements peuvent être modifiés rapidement et à moindre coût pour s'adapter à de nouvelles lignes. De plus, cette technologie crée non seulement une communication instantanée et peu coûteuse dans le monde entier, indépendamment des fuseaux horaires ou d'autres barrières, mais permet également à l'entreprise de garder le contrôle sur les entreprises distantes de travailleurs, car elle peut surveiller la production dans d'autres endroits. Cela crée ainsi la possibilité d'une production à domicile avec des travailleurs employés partout dans le monde à toute heure du jour ou de la nuit.

En même temps, cette technologie contribue à transformer les types de compétences requises et l'organisation du travail au sein des entreprises. De plus en plus, les employeurs parlent de polyvalence pour les travailleurs qui contrôlent et surveillent une variété de machines et qui doivent se déplacer entre les postes de travail. De plus en plus de travailleurs analysent et appliquent les informations générées, traitées, stockées et récupérées par les nouvelles technologies. Les deux types de travailleurs peuvent être organisés en équipes afin qu'ils puissent travailler ensemble pour améliorer continuellement la qualité.

Cette amélioration continue de la qualité vise à mettre l'accent sur le processus de travail comme moyen d'éliminer les erreurs et les gaspillages. Une grande partie de cette amélioration de la qualité est mesurée par les nouvelles technologies qui permettent aux employeurs et aux employés de surveiller en permanence le temps pris par chaque travailleur, les ressources utilisées et la quantité et la qualité du produit ou du service. Les gestionnaires, surtout au niveau intermédiaire, deviennent moins nécessaires parce qu'il y a moins de tâches de supervision. En conséquence, les hiérarchies sont aplaties et il y a moins de voies de promotion vers le sommet. Les managers qui restent sont plus impliqués dans des considérations stratégiques que dans une supervision directe.

Les technologies permettent également aux employeurs d'exiger une main-d'œuvre flexible, non seulement en termes de compétences, mais aussi en termes de temps. La technologie permet aux employeurs d'utiliser des formules pour calculer le temps de travail précis requis pour le travail et les heures pendant lesquelles le travail doit être effectué. Il permet donc aux employeurs d'embaucher précisément pour le nombre d'heures de travail requises. De plus, la technologie peut éliminer les coûts traditionnels associés à l'embauche d'une variété de travailleurs pour de courtes périodes, car elle peut déterminer le nombre de travailleurs nécessaires, les appeler pour venir travailler, calculer leur salaire et faire leurs chèques. Bien que les technologies permettent de surveiller et de compter avec des détails incroyables, elles rendent également les sociétés transnationales plus vulnérables, car une panne de courant ou un « pépin » informatique pourrait retarder ou arrêter tout le processus.

Toutes ces restructurations se sont accompagnées d'une hausse du chômage et d'un accroissement des disparités entre les riches et les pauvres. À mesure que les entreprises deviennent plus légères et plus méchantes, la demande d'employés diminue. Même parmi ceux qui ont encore un emploi, il y a peu de sécurité d'emploi dans la nouvelle économie mondiale. Beaucoup de ceux qui ont un emploi travaillent de très longues semaines, bien que certains ne le fassent que pendant de courtes périodes, car de plus en plus de travail est effectué à contrat ou à la pièce. Le travail posté et les horaires de travail irréguliers ont considérablement augmenté, les employeurs s'appuyant sur une main-d'œuvre flexible. Avec uniquement un emploi irrégulier, moins de travailleurs bénéficient d'une protection contre le chômage liée à l'emploi et moins sont représentés par des syndicats puissants.

C'est particulièrement le cas des femmes, qui forment déjà la majorité de la main-d'œuvre occasionnelle et de la main-d'œuvre non syndiquée. Les gouvernements réduisent également la fourniture de services sociaux aux personnes sans travail. De plus, la combinaison des nouvelles technologies et des nouvelles organisations du travail se traduit souvent par une croissance sans emploi, les profits et le chômage augmentant simultanément. Le développement économique ne signifie plus plus de travail rémunéré.

Les implications de ces développements pour la santé des travailleurs sont énormes, bien que souvent plus difficiles à voir que celles que l'on trouve dans les organisations de travail industrielles traditionnelles. L'emploi atypique, comme le chômage, peut augmenter les risques pour la santé des travailleurs. Alors que les travailleurs peuvent être assez productifs pendant de courtes périodes de travail, l'emploi irrégulier peut avoir l'effet inverse à long terme, surtout si les travailleurs sont incapables de faire des projets pour l'avenir. Cela peut entraîner une augmentation des niveaux d'anxiété et de nervosité, de l'irritabilité, un manque de confiance et une incapacité à se concentrer. Elle peut également avoir des conséquences physiques telles que l'hypertension artérielle et une incidence accrue de maladies telles que le diabète et la bronchite. De plus, un emploi irrégulier et des horaires de travail atypiques peuvent compliquer l'organisation de leur travail pour les femmes qui assument la responsabilité principale de la garde des enfants, des soins aux personnes âgées et des tâches ménagères, et peuvent donc augmenter considérablement leur niveau de stress. En outre, un emploi irrégulier signifie généralement un revenu irrégulier et souvent la perte d'avantages liés au travail tels que les soins dentaires, les pensions, les congés de maladie et les soins de santé. Ceux-ci contribuent également au stress auquel les travailleurs sont confrontés et limitent leur capacité à rester en bonne santé ou productifs.

De nouvelles méthodes d'organisation du travail peuvent également augmenter les risques pour la santé de ceux qui ont un emploi plus régulier. Un certain nombre d'études indiquent qu'une conception et une organisation du travail malsaines ou inappropriées peuvent augmenter le risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, ainsi que d'autres problèmes de santé liés au travail, comme les microtraumatismes répétés. Le plus grand stress est produit par les emplois qui offrent aux travailleurs peu de contrôle sur leur travail ou leur temps de travail, ceux qui exigent peu de compétences reconnues et ceux qui ne permettent pas aux travailleurs de déterminer quelles compétences ils utilisent. Ces niveaux de stress peuvent être encore plus élevés pour la majorité des femmes, qui ont également un deuxième emploi à la maison.

Si les nouvelles organisations du travail basées sur les équipes et la polyvalence promettent d'accroître à la fois l'éventail des compétences employées par les travailleurs et leur contrôle sur le travail, dans le cadre d'une amélioration continue de la qualité, elles peuvent avoir l'effet inverse. L'accent est généralement mis sur les augmentations de productivité à court terme et facilement quantifiables plutôt que sur les résultats à long terme ou la santé globale des travailleurs. Surtout lorsque les membres de l'équipe ne sont pas remplacés pendant la maladie, lorsque les quotas de l'équipe sont fixés par la direction seule ou lorsque la production est mesurée par des formules détaillées, les structures d'équipe peuvent signifier moins de contrôle individuel et peu de collaboration collective pour établir les contributions individuelles. En outre, la polyvalence peut signifier que les travailleurs doivent effectuer une grande variété de tâches en succession rapide. Leur palette de compétences vise à s'assurer que chaque seconde est utilisée, qu'il n'y a pas de pause créée par la nature du travail ou le transfert des tâches d'un travailleur à l'autre. Particulièrement dans le contexte d'un moindre contrôle individuel, le rythme imposé par un tel travail peut entraîner des microtraumatismes répétés ou une variété de symptômes liés au stress.

De même, les nouvelles technologies qui augmentent la production et rendent plus possibles les horaires de travail flexibles peuvent également signifier une perte de contrôle pour les travailleurs, une vitesse de travail accrue et un travail plus répétitif. En permettant le calcul précis du temps de travail et du rendement, les nouvelles technologies permettent une amélioration continue de la qualité et l'élimination des pertes de temps. Mais le temps mort peut également être un temps de récupération physique et psychologique, et sans ce temps, les travailleurs connaissent souvent des niveaux de tension artérielle plus élevés, une activité accrue du système nerveux et généralement une plus grande tension. En permettant la mesure électronique des activités des travailleurs, les nouvelles technologies limitent également le contrôle des travailleurs, et moins de contrôle signifie un risque accru de maladie. En éliminant bon nombre des aspects mentaux et manuels du travail effectué auparavant par une gamme de travailleurs, les nouvelles technologies peuvent également réduire la variété des emplois et ainsi rendre le travail plus abrutissant et moins qualifié.

En même temps que le travail se réorganise, il se délocalise aussi bien à l'intérieur qu'entre les pays. Ce que l'on peut appeler le travail à domicile ou le travail à domicile est en augmentation. De nouvelles organisations du travail permettent de produire de plus en plus dans de petites entreprises. Et les nouvelles technologies permettent à un plus grand nombre de travailleurs d'acheter leur propre équipement et de travailler à domicile. Aujourd'hui, de nombreux travaux de service tels que la comptabilité et le classement peuvent être effectués à domicile, et même des pièces automobiles peuvent être produites au sein des ménages. Bien que le travail à domicile puisse réduire le temps de trajet, augmenter les choix en matière de temps de travail, permettre aux personnes handicapées d'exercer un emploi rémunéré et permettre aux femmes de s'occuper de leurs enfants ou de personnes âgées, il peut également être dangereux pour la santé. Les risques pour la santé à la maison sont encore moins visibles pour les autres que ceux des nouveaux lieux de travail.

Tout danger pour la santé créé directement par l'équipement ou les matériaux utilisés sur le lieu de travail peut mettre en danger l'ensemble du ménage vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Sans la séparation du domicile et du travail, les travailleurs se sentent souvent obligés de travailler tout le temps à un travail qui n'est jamais fait. Des conflits peuvent se développer entre les demandes des enfants, des personnes âgées et les tâches ménagères qui augmentent les niveaux de stress pour l'ensemble du ménage. L'isolement des autres travailleurs effectuant un travail similaire peut rendre le travail à la fois moins satisfaisant et moins susceptible d'être protégé par l'adhésion à un syndicat. Les problèmes d'agressions physiques et mentales restent cachés dans le ménage. Cela peut être le cas en particulier pour les personnes handicapées, qui ont alors moins de choix quant à travailler avec d'autres parce que la pression sur les employeurs pour rendre les emplois sur le marché accessibles aux personnes handicapées est réduite.

Bien que dans de nombreux pays du monde, les gens travaillent depuis longtemps depuis leur domicile, la nouvelle économie mondiale implique souvent un nouveau type de travail à domicile. Ce travail à domicile comprend de nouvelles relations de travail avec un employeur éloigné qui peut avoir un grand contrôle sur le travail à domicile. Ainsi, bien qu'il permette aux travailleurs de rester dans leur foyer loin de leur employeur, le nouveau travail à domicile peut diminuer le contrôle des travailleurs sur la nature et le rythme de leur travail sans améliorer leur environnement de travail.

Ceux qui vivent dans de nombreux pays du Sud sont entraînés dans l'économie mondiale en tant que travailleurs à domicile pour des sociétés internationales. Ces travailleurs à domicile sont encore plus vulnérables aux risques pour la santé que ceux du Nord et encore plus susceptibles d'avoir moins de contrôle sur leur travail. Beaucoup sont situés dans des zones de libre-échange où la protection des travailleurs est supprimée, souvent dans le but d'encourager les investissements.

Dans le même temps, tant au nord qu'au sud, les coupes dans les services publics signifient souvent une délocalisation et une redistribution du travail pour les femmes. Avec moins de services fournis dans le secteur public, il y a moins d'emplois rémunérés pour les femmes dans la population active. On s'attend à ce que davantage de services soient fournis par des femmes, sans rémunération, à domicile. Bien que les femmes supportent la majeure partie du fardeau, ce transfert de travail à la maison augmente la pression sur tous les membres du ménage et diminue leur immunité. La responsabilité accrue à la maison peut également augmenter la pression sur les femmes et leurs enfants pour faire le travail à domicile.

Dans certains pays, la croissance du travail à domicile et des petites entreprises signifie que de nombreux employeurs ne sont plus soumis aux réglementations étatiques qui prévoient des normes en matière de rémunération, de promotion, d'heures de travail, de conditions et de relations, des normes telles que celles interdisant le harcèlement sexuel et le licenciement arbitraire. Dans tous les cas, l'expansion des petites entreprises et du travail à domicile rend plus difficile l'application des normes de santé et de sécurité dans ces lieux de travail nombreux et variés. De même, la croissance du travail contractuel signifie souvent que le travailleur est défini comme un travailleur indépendant et donc inéligible à la protection de la personne qui paie pour le travail. Ce qu'on pourrait appeler une économie souterraine légale est en train d'émerger : une économie dans laquelle les normes liées à la santé et à la sécurité ne s'appliquent plus et où les syndicats sont plus difficiles à organiser.

Il existe certainement encore des différences importantes entre les économies du monde entier. Et il existe certainement de grandes différences entre les travailleurs à l'intérieur et entre les pays en ce qui concerne les types de travail et de rémunération qu'ils reçoivent, ainsi que la protection dont ils bénéficient et les risques auxquels ils sont confrontés. Cependant, l'économie mondiale émergente menace la protection que de nombreux travailleurs ont acquise, et il y a une pression croissante pour que les États « s'harmonisent » en mettant moins l'accent sur la protection et les services alors que le libre-échange devient de plus en plus l'objectif.

 

Noir

Les nouvelles technologies de l'informatique-communication ne sont plus un ensemble d'outils et de méthodes de production au sein d'un paysage industriel. Ils sont devenus le paysage et ils nous entourent, comme l'avait prédit le spécialiste canadien des communications Marshall McLuhan dans les années 1960. Les systèmes de communication de la nouvelle économie ne constituent pas seulement les nouveaux outils de production ; ils sont aussi le nouvel environnement entièrement programmé du travail et de l'activité économique, qui change tout, tant quantitativement (en termes d'emplois et de compétences) que qualitativement (en termes de contrôle et de domination). Compte tenu de l'ampleur de la transformation, il convient de considérer les changements comme un changement de paradigme de l'ère industrielle à l'ère post-industrielle.

Le changement de paradigme a commencé avec l'informatisation et son automatisation connexe du travail dans les années 1970 et au début des années 1980. Le changement s'est poursuivi avec l'intégration des ordinateurs et des communications, qui a créé des sous-systèmes de production de back-office et des systèmes d'information de gestion de front-office dans l'environnement des cols blancs. Au fur et à mesure que la convergence s'améliorait, l'intégration s'est étendue de petits sous-systèmes locaux à de grandes unités nationales et multinationales, avec des opérations de « back-office » et de « front-office » entièrement intégrées. Peu à peu, l'aspect communication est devenu plus central et le « netware » pour la mise en réseau est devenu aussi important que le matériel et les logiciels autonomes. Au début des années 1990, les perceptions sur les systèmes ont également commencé à changer. Les réseaux d'entreprise et autres étaient considérés comme un moyen d'atteindre d'autres fins, et les réseaux étaient considérés comme des fins en soi. L'autoroute mondiale de l'information, ou autoroute, est devenue une nouvelle infrastructure de réseautage postindustrielle, et le paradigme a complètement changé. Les réseaux sont devenus le contexte de la nouvelle économie. De plus en plus, ils sont le site où les transactions commerciales sont conclues et le moyen par lequel non seulement l'argent mais aussi les biens et services, et le travail lui-même, sont distribués. Les réseaux sont également la clé de la réingénierie et de la restructuration de l'économie industrielle en une économie post-industrielle, du moins dans le secteur de l'économie internationale qui est dominé par des sociétés transnationales à l'échelle des monopoles. Les réseaux mondiaux d'information et de production offrent à ces entreprises un avantage distinct par rapport aux pays nouvellement développés et en développement sur chaque mesure de la performance de l'entreprise, de la productivité à l'échelle en passant par la vitesse. La mise en réseau peut positionner ces entreprises pour lancer une nouvelle vague de «colonisation» mondiale si elles le souhaitent.

Trois technologies en particulier soulignent l'ampleur de la transformation en cours :

  • l'autoroute de l'information
  • un outil de planification appelé « réponse rapide »
  • une stratégie d'organisation de la production appelée « agilité ».

 

L'autoroute représente la convergence de nombreuses technologies, y compris la télévision, les jeux vidéo, les achats interactifs et l'édition électronique, avec les technologies de base des ordinateurs et des communications. Les ordinateurs et les communications restent les technologies de base, permettant et étendant la portée de toutes les autres. Cette portée s'est considérablement élargie depuis le début des années 1990 grâce à d'importants investissements publics dans les infrastructures routières dans de nombreux pays industrialisés. De plus, alors que la couverture médiatique qui dynamise l'autoroute auprès du grand public a souligné son potentiel dans l'éducation et le divertissement, son utilisation principale depuis le début a été pour les entreprises. Le précurseur du National Information Infrastructure Program des États-Unis lancé en 1994 était le High Performance Computing Act de 1988 du sénateur Al Gore, qui visait exclusivement les grandes entreprises. Au Canada, la première publication du gouvernement fédéral sur l'autoroute de l'information, en 1994, en parlait comme d'un outil de compétitivité des entreprises.

La réponse rapide (QR) aurait pu rester simplement un stratagème marketing intéressant de la chaîne de vêtements italienne Benetton, mais pour la nouvelle centralité des réseaux. L'idée originale était simplement de créer un lien de rétroaction en ligne entre les magasins vendant des vêtements Benetton et le siège social de l'entreprise où le travail de fabrication des vêtements dans différents styles, couleurs et tailles était sous-traité à des tricoteurs locaux. Depuis le début des années 1990, QR est devenu une nouvelle norme de performance dans tous les secteurs de l'économie.

Dans l'armée, la réponse rapide a été utilisée pour produire des systèmes d'armes innovants pendant la guerre du golfe Persique. Dans l'industrie, il a été utilisé dans la production de jeans semi-personnalisés et d'autres produits de vente au détail. Dans le secteur des services, il a été utilisé pour fournir des soins de santé à la communauté, où les réductions des dépenses des services publics ont fermé des hôpitaux et réduit ou supprimé des services institutionnels. Grâce aux techniques QR, ce qui s'était déroulé comme une série d'étapes ou d'activités distinctes se produisant dans un ou deux sites institutionnels est devenu une interaction fluide d'étapes simultanées et d'actions désagrégées se produisant dans une multitude de sites disparates. Pourtant, ils sont tous coordonnés par des réseaux électroniques et des systèmes d'information de gestion centralisés. Là où les personnes et les groupes de travail avaient assuré la coordination et l'intégration nécessaires au sein de différents chantiers, le logiciel système tisse et gère désormais les liens.

Agilité est le terme utilisé pour décrire ce qui apporte la fluidité nécessaire aux sites réels sur le terrain. L'agilité est considérée comme la dernière étape de la réingénierie du processus de production grâce à l'utilisation des communications informatiques. La restructuration a commencé par l'intégration de sous-systèmes automatisés pour créer des systèmes d'exploitation semi-cybernétiques plus grands. Cela s'appelait fabrication intégrée par ordinateur. Au fur et à mesure que les systèmes impliqués dans cette étape ont été progressivement étendus pour inclure les sous-traitants et les fournisseurs au sein des réseaux d'exploitation des entreprises, la fabrication intégrée par ordinateur a cédé la place à fabrication juste à temps, qui représente la « charnière » du changement de paradigme, dans lequel le système de production repensé a été transformé (ou « morphé ») en une nouvelle conception sensible au temps du processus de production. Avec la production allégée, telle qu'elle est également décrite, l'accent est passé de l'intégration des machines dans ce nouveau processus à l'intégration des personnes qui utilisaient les systèmes. Les cercles de qualité, la gestion de la qualité totale et d'autres programmes de «formation culturelle» ont appris aux travailleurs à s'identifier aux objectifs de productivité et de compétitivité de la direction et à aider à ajuster constamment le processus de production pour atteindre ces objectifs. De plus en plus, au début des années 1990, cette mise au point s'est déplacée vers l'harmonisation des opérations autour de normes et de sous-systèmes standardisés. De plus en plus, l'attention s'est également déplacée de la flexibilité et de l'interchangeabilité au sein des installations de production locales vers l'interchangeabilité entre les installations en réseau mondial. L'objectif de l'agilité, qui n'avait pas encore été réalisé au milieu des années 1990, était la répartition flexible du travail parmi un éventail distribué de chantiers branchés (et compatibles avec) l'autoroute de l'information. L'objectif connexe était de créer et d'exploiter un bassin mondial de main-d'œuvre située partout, des usines automatisées, des ateliers, des cliniques et des bureaux aux maisons privées, sous-sols, garages et camions.

Une telle restructuration a eu un impact profond sur l'étendue et la nature de l'emploi, dont les dimensions comprennent :

  • augmentation des niveaux de chômage structurel alors que les machines et l'intelligence artificielle prennent le pas sur ce que les gens et l'intelligence humaine faisaient auparavant
  • polarisation croissante de la force de travail, caractérisée d'une part par ceux qui travaillent trop dur, avec des heures supplémentaires chroniques et des emplois à temps plein, et, d'autre part, par ceux qui constituent une main-d'œuvre « contingente » croissante à la périphérie, employée sur une base de contrat à temps partiel, temporaire ou à court terme uniquement
  • une transformation du processus de travail, en particulier pour de nombreux travailleurs du deuxième groupe, car ils sont totalement enfermés dans un environnement de travail programmé, avec des ordinateurs définissant à la fois le travail à effectuer et surveillant et mesurant ses performances.

 

Essentiellement, la relation de travail se transforme de plus en plus d'un système ouvert comprenant le travail, les biens d'équipement et la gestion à un système cybernétique fermé dont le travailleur est une partie fonctionnelle ou, dans le secteur des services, une extension humaine personnalisable. Au lieu de personnes travaillant avec des machines et des outils, de plus en plus de personnes travaillent pour les machines, et même à l'intérieur de celles-ci dans le sens de fonctionner comme les boîtes vocales humaines, les doigts et les bras de systèmes de production ou de traitement de l'information entièrement programmés. Cela pourrait représenter ce que Donna Haraway appelle une nouvelle cybernétique du travail, avec des relations de travail définies et négociées entièrement en termes de fonctionnement des systèmes (Haraway 1991).

Il y a peu de consensus sur ces tendances. En fait, il existe une controverse considérable, entretenue en partie par le manque de recherche dans des domaines importants et par les rigidités du discours. À titre d'exemple, le rapport annuel de l'OCDE Étude d'emplois de 1994 a refusé d'établir un lien entre la restructuration technologique et les taux de chômage misérablement élevés qui ont prévalu dans le monde industrialisé et en cours d'industrialisation depuis les années 1980. Le rapport reconnaît que les nouvelles technologies ont eu des effets de « déplacement de main-d'œuvre » ; cependant, il supposait également que les entreprises « pouvaient être en mesure de créer des emplois compensatoires lorsqu'elles réussissaient à combiner ces processus de changement technologique avec l'innovation de produits et des politiques de commercialisation rationnelles » (OCDE 1994).

Le discours sur le changement technologique a été rigide d'au moins deux manières, dont les résultats pourraient maintenant être de désinformer et même de désinformer le débat sur la restructuration autant qu'ils ont voulu l'informer. En premier lieu, elle poursuit un modèle de restructuration économique ou « économiste » étroitement abstrait, et ignore non seulement les dimensions sociales mais aussi psychologiques et culturelles impliquées. Deuxièmement, ce modèle économiste est gravement défectueux. Il suppose qu'à mesure que la technologie augmente la productivité grâce à l'automatisation, une nouvelle activité économique innovante et de nouveaux emplois apparaîtront pour compenser (mais peut-être pas avec les mêmes exigences en matière de compétences) ce qui a été perdu dans la phase d'automatisation. Non seulement une nouvelle activité économique (et les nouveaux emplois qu'elle génère) émerge dans des sites mondialement éloignés, mais une grande partie de la nouvelle croissance économique depuis la fin des années 1980 a été une « croissance économique sans emploi ». Parfois, il s'agit d'installations de production et de traitement entièrement automatisées produisant le double ou le triple de ce qu'elles ont fait auparavant, sans augmentation du personnel. Ou il s'agit de nouveaux services entièrement automatisés comme le renvoi d'appel dans les télécommunications ou la banque multi-agences dans la finance, « produits » et « délivrés » par le seul logiciel. De plus en plus, le travail semi-automatisé a été transféré des mains rémunérées des travailleurs aux mains non rémunérées des consommateurs. Les consommateurs qui utilisent des téléphones numériques « travaillent » désormais à travers une série de clips vocaux informatisés pour commander des biens et des services, s'inscrire à des cours, négocier des services gouvernementaux et obtenir un service client.

Il est important de se confronter aux rigidités qui imprègnent le discours car, ici, la séparation des enjeux économistes « côté offre » des enjeux « marché du travail », « côté demande » dans le contexte social et culturel bloque la collecte des informations essentielles au développement. un consensus sur ce qui se passe avec les nouvelles technologies. Par exemple, Statistique Canada a mené d'excellentes études macroéconomiques explorant la polarisation accrue de la main-d'œuvre canadienne. Celles-ci sont apparues à la suite d'une étude de 1988 sur l'évolution des salaires des jeunes et la baisse des salaires moyens (Myles, Picot et Wannell 1988). L'étude a documenté une diminution massive des emplois de rang intermédiaire (selon l'échelle salariale) dans pratiquement tous les secteurs industriels et dans toutes les grandes professions entre 1981 et 1986. De plus, la croissance de l'emploi a été fortement polarisée entre les niveaux de salaire les plus bas et le haut l'échelle des salaires (voir figure 1).

Figure 1. Variation nette des emplois équivalents temps plein, 1981-1986, par profession et niveau de salaire (en milliers de dollars US).

WOR060F1

L'étude semblait fournir une confirmation au niveau macro de l'informatisation, et de la simplification et de la déqualification connexes, du travail que les études de cas sur la restructuration technologique au cours de cette période avaient identifié partout, des industries de ressources aux services en passant par la fabrication (Menzies 1989). Une étude de suivi a commencé par se référer à la littérature faisant valoir un lien entre l'élargissement des écarts salariaux et le changement technologique (Morissette, Myles et Picot 1993). Cependant, elle s'est ensuite limitée à examiner des facteurs strictement liés au « marché du travail », tels que les heures de travail, le sexe, l'âge et le niveau d'instruction. Il a conclu qu'une «polarisation croissante des heures hebdomadaires et annuelles travaillées expliquait une grande partie de l'augmentation des inégalités de revenus dans les années 1980». Il a contourné le lien possible entre la simplification informatique du travail et l'augmentation d'une main-d'œuvre contingente de travailleurs temporaires à temps partiel employés pour des heures et des revenus bien inférieurs à une semaine standard. Au lieu de cela, il s'est terminé de manière boiteuse, en disant que "si l'évolution des technologies et l'évolution des compétences requises sont une partie importante de l'histoire, les sources de données existantes ne sont pas à la hauteur de la tâche".

Les sources de données existantes sont des études de cas, dont beaucoup ont été réalisées par des syndicats ou des groupes de femmes. Leurs méthodologies pourraient ne pas être d'une norme uniforme. Néanmoins, leurs conclusions suggèrent une tendance décidée. Cas après cas à la fin des années 1980 et au début des années 1990, les systèmes informatiques ont été mis en place non pas pour améliorer ce que les gens faisaient mais pour les remplacer ou diminuer et contrôler ce qu'ils faisaient (Menzies 1989). Non seulement les licenciements ont accompagné l'informatisation à grande échelle, mais le personnel à temps plein a été remplacé par du personnel à temps partiel ou autre personnel temporaire, dans un large éventail d'industries et de professions. D'après les témoignages, notamment d'enquêtes par entretiens, il apparaît clairement que c'est la simplification informatique du travail - notamment la prise en charge de l'administration, de la planification et de la gestion par des logiciels - qui a permis de remplacer les personnels à temps plein par des personnels à temps partiel. personnel ou de le transférer en dehors de la main-d'œuvre entre les mains non rémunérées des consommateurs.

Souvent, le changement technologique s'est accompagné d'une restructuration organisationnelle. Cela comprenait un effondrement des niveaux de classification des emplois et une intégration de tâches simplifiées par ordinateur. Cela a souvent entraîné une rationalisation des tâches autour des systèmes informatiques afin que le travail puisse être entièrement défini par le système informatique et que ses performances puissent également être surveillées et mesurées par lui. Parfois, cela a entraîné une reconversion ou une mise à niveau des compétences. Par exemple, dans les industries de l'automobile, de l'aérospatiale et de l'électronique au Canada, des rapports signalent à maintes reprises la création d'un nouveau poste assez élevé, polyvalent et polyvalent. Parfois, on l'appelle technicien en électronique, ou ET. Ici, le travail implique souvent la supervision des opérations de plusieurs machines ou sous-systèmes automatisés, le dépannage et même une certaine planification et analyse. Les personnes impliquées doivent non seulement être familiarisées avec un certain nombre de systèmes d'exploitation, mais aussi parfois faire de la programmation simple pour assembler différents sous-systèmes. Souvent aussi, cependant, ces postes représentent un ruissellement vers le bas de ce qui avait été des emplois d'outils et de métiers hautement qualifiés, car l'informatisation a confié le travail créatif aux ingénieurs et aux programmeurs salariés. Néanmoins, pour les personnes impliquées, cela représente souvent une avancée importante et bienvenue en termes de défi et de responsabilité.

Bien qu'il y ait des preuves de reconversion, il s'agit d'une tendance minoritaire, affectant généralement un noyau plus privilégié de travailleurs du secteur industriel à temps plein et entièrement syndiqués, pour la plupart des hommes. La tendance générale est à la déqualification et même à la dégradation du travail à mesure que les gens s'enferment dans des environnements informatiques qui programment et surveillent rigoureusement tout ce qu'ils font. Essentiellement, la personne travaille comme le prolongement humain du système d'exploitation de l'ordinateur, tandis que le système fait toute la réflexion et la prise de décision essentielles. Cette nouvelle forme de travail s'impose de plus en plus dans de plus en plus de secteurs d'activité, en particulier là où les femmes sont concentrées : dans le travail de bureau, de vente et de service.

Le terme Mc Job est devenu une épithète populaire pour cette nouvelle forme de travail où l'ordinateur définit et contrôle le travail à faire. Dans les années 1990, le terme s'appliquait à une multitude de contextes, des restaurants de restauration rapide aux lignes de caisse des épiceries en passant par la comptabilité, le traitement des réclamations d'assurance et d'autres types de bureaux, et même dans le domaine des soins de santé. Au milieu des années 1990, cependant, une autre tendance s'était dégagée de l'informatisation du travail, du moins du travail de traitement de l'information. Cette tendance a été appelée « télétravail ». Une fois le travail entièrement défini et contrôlé par des systèmes informatiques, il pouvait également être désinstitutionnalisé et redéployé via des réseaux électroniques vers des centres de traitement des appels à distance ou vers des télétravailleurs employés à domicile via des ordinateurs et des modems. Le télétravail commençait à devenir un problème de main-d'œuvre majeur au milieu des années 1990, avec la prolifération des centres d'appels pour la gestion des réservations de compagnies aériennes et d'hôtels, les services bancaires et d'assurance à distance, les services de messagerie et autres. De plus, le recensement canadien de 1991 a enregistré une augmentation de 40 % de la main-d'œuvre « à domicile », comparativement à une augmentation de 16 % de la population active dans son ensemble. Il a également constaté une forte concentration de femmes dans cette main-d'œuvre à domicile croissante. Ils étaient concentrés dans le travail de bureau, de vente et de service. Ils travaillaient pour des revenus inférieurs à 20,000 10,000 dollars canadiens et souvent inférieurs à XNUMX XNUMX dollars canadiens, ce qui n'était pas suffisant pour subvenir aux besoins d'une vie, et encore moins d'une famille.

Selon les tendances, et selon la manière dont le paysage technologique du travail et de l'activité économique est structuré et gouverné, le télétravail pourrait émerger comme le modèle de travail post-fordiste, c'est-à-dire le successeur d'un modèle de plein emploi à haut salaire, à la place du modèle de travail à haut salaire. -modèle à valeur ajoutée associé à Toyota et Suzuki et à la « lean production » japonaise. Cependant, les deux modèles pourraient prévaloir, le modèle de télétravail précaire à bas salaire s'identifiant davantage aux femmes, aux jeunes travailleurs et à d'autres groupes moins privilégiés, et le second s'identifiant davantage aux hommes détenant l'avantage supplémentaire de syndicats forts, d'ancienneté et d'emplois à temps plein dans la capitale. -industries intensives telles que l'automobile, l'aérospatiale et l'électronique.

L'essor du télétravail soulève un certain nombre de problèmes de main-d'œuvre : le danger d'une exploitation de type atelier de misère, mis en évidence par l'augmentation de la rémunération liée aux performances en complément ou en remplacement d'un salaire horaire régulier ; des conditions de travail médiocres et débilitantes lorsque les gens installent des modems et des ordinateurs dans leur sous-sol ou dans la chambre d'appartements d'une chambre, en supportant souvent eux-mêmes les frais généraux et les frais d'entretien ; stagnation, ennui et solitude alors que les gens travaillent dans des cellules de silicium isolées, sans la camaraderie des autres et sans la protection de l'organisation collective. Cependant, l'un des problèmes les plus urgents en matière de travail concerne la nouvelle cybernétique du travail et ce qui se passe lorsque la vie professionnelle des gens devient totalement contrôlée par les systèmes informatiques. Il y a eu peu de recherches sur ces aspects plus qualitatifs du travail. Peut-être nécessitent-ils une approche narrative plus qualitative, plutôt que les méthodes plus objectivantes de la recherche en sciences sociales. Au Canada, deux films documentaires ont apporté un éclairage précieux sur l'expérience personnelle du travail défini et contrôlé par ordinateur. Un film, "Quel Numéro/ What Number?" réalisé par Sophie Bissonette, met en scène des téléphonistes qui parlent de travailler dans des cabines de travail isolées dans des centres de traitement d'appels interurbains. Non seulement l'ordinateur contrôle tous les aspects de leur travail, mais il leur fournit également leur seule rétroaction sur leur performance. Il s'agit de la rétroaction de l'ordinateur sur le temps moyen (AWT) qu'ils prennent pour traiter chaque appel client. Les femmes disent qu'elles sont devenues si bien adaptées au «fonctionnement» dans le cadre du système défini par ordinateur qu'elles deviennent «accros» à essayer de battre leur propre score de temps de travail AWT. Il s'agit d'un processus d'ajustement psychosocial lorsque le seul contexte et sens de son activité est dicté, ici par le système informatique.

Un autre film, « Working Lean », réalisé par Laura Sky, documente un effet similaire obtenu grâce aux programmes de formation culturelle de Total Quality Management. Dans ce film, les travailleurs ne sont pas totalement enfermés et isolés à l'intérieur d'une cellule de travail entièrement programmée par ordinateur, mais sont des travailleurs de l'automobile impliqués dans des équipes TQM. Ici, la rhétorique de la cogestion et de l'autonomisation a fermé l'horizon sur les perceptions des travailleurs. La formation les incite à s'identifier aux objectifs de productivité de la direction intégrés aux systèmes de production, en trouvant des moyens de les affiner. (Le prototype japonais de ce programme de gestion définit la qualité en termes strictement systémiques, comme « la performance par rapport aux exigences » (Davidow et Malone 1992).) Les responsables syndicaux appellent le programme « la gestion par le stress ». Pendant ce temps, dans de nombreux lieux de travail, les microtraumatismes répétés et autres maladies liées au stress sont en augmentation, car les travailleurs se retrouvent poussés par la technologie en évolution rapide et la rhétorique qui l'accompagne.

Une enquête sur la formation en milieu de travail au Canada a révélé qu'au moins la moitié de la « formation » offerte par les entreprises porte sur des domaines associés à la TQM : communications d'entreprise, leadership et autre « formation culturelle ». "La formation plus étroitement liée au développement du capital humain a été beaucoup moins fréquemment signalée." D'un autre côté, dans la catégorie de la formation en informatique, l'étude a révélé un changement décisif dans les bénéficiaires de cette formation, un changement radicalement favorable aux cadres, aux professionnels et aux techniciens après 1985 (Betcherman 1994).

Il existe de nombreuses tendances contradictoires. Par exemple, il y a certains lieux de travail — certains hôtels, par exemple — où la cogestion semble être à la hauteur de sa rhétorique. Sur certains chantiers, les travailleurs en font plus avec les nouvelles technologies qu'ils ne pouvaient ou ne pouvaient le faire avec les anciennes. Mais dans l'ensemble, les tendances associées à la restructuration dans la nouvelle économie vont dans le sens du remplacement des personnes intelligentes par des machines intelligentes et de l'utilisation de machines pour diminuer et contrôler ce que font les autres, en particulier au travail. La question centrale n'est pas la création d'emplois ou la formation à de nouvelles compétences informatiques. Le problème, c'est le contrôle : les gens en viennent à être contrôlés par des systèmes informatiques cybernétiques. Cela doit être renversé avant que les droits démocratiques et les droits humains fondamentaux ne soient détruits.

 

Noir

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de travail et de travailleurs

Anderson, B. 1993. Les esclaves secrets de la Grande-Bretagne : une enquête sur le sort des travailleurs domestiques étrangers au Royaume-Uni. Londres : Anti-Slavery International et Kalayaan.

Betcherman, G, K McMullen, N Leckie et C Caron. 1994. La main-d'œuvre canadienne en transition. Kingston, Ontario : Centre des relations industrielles, Université Queens.

Bingham, E. 1986. Hypersensibilité aux risques professionnels. Dans Hazards: Technology and Fairness, édité par AM Weinberg. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Castells, M et Y Oayama. 1994. Chemins vers la société de l'information : Structure de l'emploi dans les pays du G-7 1920-90. Int Lab Rev 133(1):5-33.

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. 1996. Blessures et maladies professionnelles associées au travail des enfants—États-Unis. Morb Mortal Weekly Rep 45:464-468.

Davidow, W et M Malone. 1992. La société virtuelle : structurer et revitaliser la société pour le 21e siècle. New York : Harper Collins.

Dumon, W. 1990. Politique familiale dans les pays de la CEE. Luxembourg : Office des publications officielles des Communautés européennes.

Faludi, S. 1991. Contrecoup : la guerre non déclarée contre les femmes américaines. New York : Éditeurs de la Couronne.

Forastieri, V. 1995. Travail des enfants et des adolescents. Dans Health Care of Women and Children in Developing Countries, édité par HM Wallace, K Giri et CV Serrano. Oakland : société d'édition tierce

Gulati, L. 1993. Les travailleuses migrantes en Asie : un examen. New Delhi : Équipe régionale asiatique pour la protection de l'emploi.

Haraway, DJ. 1991. Simiens, cyborgs et femmes : la réinvention de la nature. Londres: Livres d'association gratuits.

Développement des ressources humaines Canada. 1994. De la sensibilisation à l'action, stratégies pour mettre fin au harcèlement sexuel au travail. Ottawa, Canada.

Union Internationale. 1991. UAW contre Johnson Controls, Inc. 1991 499 US 187.

Organisation internationale du travail (OIT). 1919a. Convention (no 1919) sur le travail de nuit (femmes), 4. Genève : OIT.

—. 1919b. Recommandation (no 1919) sur le saturnisme (femmes et enfants), 4. Genève : OIT.

—. 1921. Recommandation (no 1921) sur le travail de nuit des femmes (agriculture), 13. Genève : OIT.

—. 1934. Convention (n° 1934) sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 41. Genève : OIT.

—. 1948. Convention (n° 1948) sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 89. Genève : OIT.

—. 1985. Recommandation sur les services de santé au travail, 1985 (n° 171). Genève : OIT.

—. 1989a. Normes internationales du travail. Genève : OIT.

—. 1989b. Document d'information technique, Réunion d'experts sur les mesures spéciales de protection pour les femmes et l'égalité de chances et de traitement (Genève, 10-17 octobre 1989). Genève : OIT.

—. 1990. Rapport de la Commission d'experts pour l'application des conventions et recommandations. Conférence internationale du Travail, 77e session, 1990. Rapport III (partie 4A). Rapport général et observations concernant certains pays. Genève : OIT.

—. 1991. Rapport sur l'emploi en Afrique, 1990, Programme d'emplois et de compétences pour l'Afrique (JASPA). Addis-Abeba : OIT.

—. 1992. Onzième session du Comité mixte OIT/OMS de la santé au travail, Genève, 27-29 avril 1992. Genève : OIT.

—. 1993a. Travailleurs ayant des responsabilités familiales. Conférence internationale du Travail, 80e session. Rapport III (partie 4B). Genève : OIT.

—. 1993b. Rapport sur le travail dans le monde 1993. Genève : OIT.

—. 1994. Maternité et travail. Cond Work Dig 13. Genève : OIT.

—. 1995. Travail des enfants: rapport de la commission de l'emploi et de la politique sociale. GB264 22-10.E95/v.2. Genève : OIT.

—. 1996. Travail des enfants : cibler l'intolérable. Conférence internationale du Travail, 86e session 1998. Rapport VI(1). Genève : OIT.

Kessler-Harris, A. 1982. Out to Work: Une histoire des femmes salariées aux États-Unis. New York : presse universitaire d'Oxford.

Levison, D, R Anker, S Ashraf et S Barge. Juillet 1995. Le travail des enfants est-il vraiment nécessaire dans l'industrie du tapis en Inde ? Baroda, Inde : Centre for Operations Research and Training (CORT) (Document de travail n° 6).

Lim, LL et N Oishi. 1996. Migration internationale de main-d'œuvre des femmes asiatiques : caractéristiques distinctives et préoccupations politiques. Genève : OIT.

Menzies, H. 1989. Avance rapide et hors de contrôle. Toronto : MacMillan du Canada.
Moghadam, VM. 1994. Les femmes dans les sociétés. Int Soc Sci J (février).

Morissette, R, J Myles et G Picot. 1993. Qu'advient-il de l'inégalité des gains au Canada? Ottawa : Groupe d'analyse des entreprises et du marché du travail, Direction des études analytiques, Statistique Canada.

Myles, J, G Picot et T Wannell. 1988. Salaires et emplois dans les années 1980 : évolution des salaires des jeunes et déclin du milieu. Ottawa : Division des études sociales et économiques, Statistique Canada.

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 1993. Femmes, travail et santé. Paris : OCDE.

—. 1994. Étude annuelle sur l'emploi. Paris : OCDE.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1993. Genre, femmes et santé en Amérique. Publication scientifique, n°541. Washington, DC : OPS.

Pinney, R. 1993. Esclavage. Dans l'Encyclopédie académique américaine (version électronique). Danbury, Connecticut : Grolier.

Sinclair, V et G Trah. 1991. Travail des enfants : Législation nationale sur l'âge minimum d'admission à l'emploi ou au travail. Cond Work Creuse 10:17-54.

Taskinen, H. 1993. Politiques concernant la santé reproductive des travailleurs. Dans Groupe d'experts de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les femmes, le travail et la santé, édité par Kauppinen-Toropainen. Helsinki : ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Fonds des Nations Unies pour les activités en matière de population (UNFPA). 1993. Population Issues, Briefing Kit 1993. New York : UNFPA.

Vaidya, SA. 1993. Les femmes et les lois du travail. Bombay : Institut Maniben Kara.

Waga, MA. 1992. Modèles d'éducation et d'emploi pour les femmes au Kenya : un examen des tendances et des perspectives. Nairobi : priv. Imprimer.

Weisburger, JH, RS Yamamoto et J Korzis. 1966. Cancer du foie : L'oestrogène néonatal améliore l'induction par les carcinogènes. Sciences 154:673-674.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1994. La santé des femmes vers un monde meilleur. Document de travail pour la Commission mondiale sur la santé des femmes. Genève : OMS.