Vendredi, Février 25 2011 15: 52

Catastrophes et accidents majeurs

Évaluer cet élément
(3 votes)

Type et fréquence des catastrophes

En 1990, la 44e Assemblée générale des Nations Unies a lancé la décennie pour la réduction de la fréquence et de l'impact des catastrophes naturelles (Lancette 1990). Un comité d'experts a adopté une définition des catastrophes comme "une perturbation de l'écologie humaine qui dépasse la capacité de la communauté à fonctionner normalement".

Au cours des dernières décennies, les données sur les catastrophes au niveau mondial révèlent une tendance distincte avec deux caractéristiques principales - une augmentation au fil du temps du nombre de personnes touchées et une corrélation géographique (Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRCRCS) 1993 ). Dans la figure 1, malgré la grande variation d'une année à l'autre, une nette tendance à la hausse est bien visible. La figure 2 montre les pays les plus gravement touchés par les catastrophes majeures en 1991. Les catastrophes affectent tous les pays du monde, mais ce sont les pays les plus pauvres où les gens perdent le plus souvent la vie.

Figure 1. Nombre de personnes touchées dans le monde par des catastrophes par an entre 1967 et 91

DIS010F2

Figure 2. Nombre de personnes décédées à la suite de catastrophes majeures en 1991 : Top 20 des pays

DIS010F1

De nombreuses définitions et classifications différentes des catastrophes sont disponibles et ont été passées en revue (Grisham 1986 ; Lechat 1990 ; Logue, Melick et Hansen 1981 ; Weiss et Clarkson 1986). Trois d'entre eux sont mentionnés ici à titre d'exemples : Les Centers for Disease Control des États-Unis (CDC 1989) ont identifié trois grandes catégories de catastrophes : les événements géographiques tels que les tremblements de terre et les éruptions volcaniques ; les problèmes liés aux conditions météorologiques, y compris les ouragans, les tornades, les vagues de chaleur, les environnements froids et les inondations ; et, enfin, les problèmes générés par l'homme, qui englobent les famines, la pollution de l'air, les catastrophes industrielles, les incendies et les accidents de réacteurs nucléaires. Une autre classification par cause (Parrish, Falk et Melius 1987) incluait les événements météorologiques et géologiques parmi les catastrophes naturelles, tandis que les causes d'origine humaine étaient définies comme des événements non naturels, technologiques et intentionnels perpétués par des personnes (par exemple, transport, guerre, incendie/explosion). , rejets chimiques et radioactifs). Une troisième classification (tableau 1), compilée au Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes à Louvain, en Belgique, était basée sur un atelier convoqué par l'Organisation des Nations Unies pour les secours en cas de catastrophe en 1991 et a été publiée dans le Rapport sur les catastrophes dans le monde 1993 (IFRCRCS 1993).

Tableau 1. Définitions des types de catastrophes

Naturel soudain

Naturel à long terme

Soudain créé par l'homme

Fabrication humaine à long terme

Avalanche

Vague froide

Tremblement de terre

Aftershock

Inondations

Crue subite

Effondrement du barrage

Éruption volcanique

Embrasé
avalanche

La canicule

Vent fort
cyclone

tempête

Saluer

Tempête de sable

Ondes de tempête

Tempête de tonnerre

Tempête tropicale

Tornado

Infestation d'insectes

Glissement de terrain

Flux de terre

Pénurie d'électricité

Tsunami et marée
vague

Épidémies

Sécheresse

La désertification

Famine

Pénurie alimentaire ou
mauvaises récoltes

Effondrement structurel

Effondrement du bâtiment

Effondrement ou effondrement de la mine

Catastrophe aérienne

Catastrophe terrestre

Catastrophe maritime

Industriel/technologique
accident

Explosions

Explosion chimique

Explosion nucléaire
ou thermonucléaire
explosions

Explosion de mines

Pollution

Pluie acide

Pollution chimique

Pollution de l'atmosphère

Chlorofluorocarbures
(CFC)

Pollution pétrolière

Incendies

Feu de forêt/de prairie

National (troubles civils,
guerre civile)

International
(rencontres guerrières)

Population déplacée

Personnes déplacées

Les Réfugiés

Source : IFRCRCS 1993.

La figure 3 indique le nombre d'événements pour chaque type de catastrophe. L'item « Accidents » comprend tous les événements soudains d'origine humaine, et vient juste après « Inondations » en termes de fréquence. "Storm" est à la troisième place, suivi de "Earthquake" et "Fire".

Figure 3. 1967-91 : Nombre total d'événements pour chaque type de catastrophe

DIS010T2

Des informations supplémentaires sur le type, la fréquence et les conséquences des catastrophes naturelles et non naturelles entre 1969 et 1993 ont été tirées des données de l'IFRCRCS 1993.

Bien que les agences mesurent la gravité des catastrophes en fonction du nombre de personnes tuées, il devient de plus en plus important d'examiner également le nombre de personnes touchées. Dans le monde, près de mille fois plus de personnes sont touchées par une catastrophe qu'elles ne sont tuées et, pour nombre de ces personnes, la survie après la catastrophe devient de plus en plus difficile, les rendant plus vulnérables aux chocs futurs. Ce point est pertinent non seulement pour les catastrophes naturelles (tableau 2) mais aussi pour les catastrophes d'origine humaine (tableau 3), notamment dans le cas d'accidents chimiques dont les effets sur les personnes exposées peuvent se manifester après des années, voire des décennies (Bertazzi 1989). La prise en compte de la vulnérabilité humaine aux catastrophes est au cœur des stratégies de préparation et de prévention des catastrophes.

Tableau 2. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par région

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Tué

76,883

9,027

56,072

2,220

99

144,302

Blessé

1,013

14,944

27,023

3,521

100

46,601

Sinon affecté

10,556,984

4,400,232

105,044,476

563,542

95,128

120,660,363

Sans abri

172,812

360,964

3,980,608

67,278

31,562

4,613,224

Source : Walker 1995.

Tableau 3. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement non naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par région

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Tué

16,172

3,765

2,204

739

18

22,898

Blessé

236

1,030

5,601

483

476

7,826

Affecté

3,694

48,825

41,630

7,870

610

102,629

Sans abri

2,384

1,722

6,275

7,664

24

18,069

Source : Walker 1995.

La sécheresse, la famine et les inondations continuent de toucher beaucoup plus de personnes que tout autre type de catastrophe. Les vents violents (cyclones, ouragans et typhons) causent proportionnellement plus de décès que les famines et les inondations, par rapport à l'ensemble de la population touchée ; et les tremblements de terre, la catastrophe la plus soudaine de toutes, continuent d'avoir le plus grand nombre de décès par rapport à la population touchée (tableau 4). Les accidents technologiques ont touché plus de personnes que les incendies (tableau 5).

Tableau 4. Nombre de victimes de catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : moyenne sur 25 ans par type

 

Tremblement de terre

Sécheresse
et famine

Inondation

Vent fort

Glissement de terrain

Volcan

Total

Tué

21,668

73,606

12,097

28,555

1,550

1,009

138,486

Blessé

30,452

0

7,704

7,891

245

279

46,571

Affecté

1,764,724

57,905,676

47,849,065

9,417,442

131,807

94,665

117,163,379

Sans abri

224,186

22,720

3,178,267

1,065,928

106,889

12,513

4,610,504

Source : Walker 1995.

Tableau 5. Catastrophes et accidents majeurs

 

Accident

Accident technologique

Incendie

Total

Tué

3,419

603

3,300

7,321

Blessé

1,596

5,564

699

7,859

Affecté

17,153

52,704

32,771

102,629

Sans abri

868

8,372

8,829

18,069

Source : Walker 1995.

Les tableaux 6 et 7 montrent le nombre de types de catastrophes regroupées sur 25 ans, par continent. Les vents violents, les accidents (principalement des accidents de transport) et les inondations représentent le plus grand nombre de catastrophes, la plus grande proportion d'événements se produisant en Asie. L'Afrique représente la grande majorité des épisodes de sécheresse dans le monde. Alors que peu de personnes sont tuées par des catastrophes en Europe, la région souffre d'événements catastrophiques d'une ampleur comparable à celle de l'Asie ou de l'Afrique, les chiffres de mortalité inférieurs reflétant une vulnérabilité humaine aux crises beaucoup plus faible. Un exemple clair est la comparaison des taux de mortalité humaine après les accidents chimiques à Seveso (Italie) et à Bhopal (Inde) (Bertazzi 1989).

Tableau 6. Catastrophes à déclenchement naturel de 1969 à 1993 : Nombre d'événements sur 25 ans

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Tremblement de terre

40

125

225

167

83

640

Sécheresse et famine

277

49

83

15

14

438

Inondation

149

357

599

123

138

1,366

Glissement de terrain

11

85

93

19

10

218

Vent fort

75

426

637

210

203

1,551

Volcan

8

27

43

16

4

98

Autre*

219

93

186

91

4

593

* Autres comprend : avalanche, vague de froid, vague de chaleur, infestation d'insectes, tsunami.

Source : Walker 1995.

Tableau 7. Catastrophes à déclenchement non naturel de 1969 à 1993 : Nombre d'événements sur 25 ans

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Accident

213

321

676

274

18

1,502

Accident technologique

24

97

97

88

4

310

Incendie

37

115

236

166

29

583

Source : Walker 1995.

Les chiffres pour 1994 (tableaux 8 et 9) montrent que l'Asie reste la région la plus sujette aux catastrophes, les accidents majeurs, les inondations et les vents violents étant les types d'événements les plus courants. Les tremblements de terre, tout en causant des taux de mortalité élevés par événement, ne sont en fait pas plus fréquents que les catastrophes technologiques majeures. Le nombre moyen d'événements non naturels sur une année, hors incendie, est légèrement diminué par rapport à la période précédente de 25 ans. Le nombre moyen de catastrophes naturelles, au contraire, était plus élevé, à l'exception des inondations et des éruptions volcaniques. En 1994, l'Europe comptait plus de catastrophes d'origine humaine que l'Asie (39 contre 37).

Tableau 8. Catastrophes à déclenchement naturel : nombre par région du monde et type en 1994

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Tremblement de terre

3

3

12

1

1

20

Sécheresse et famine

0

2

1

0

1

4

Inondation

15

13

27

13

0

68

Glissement de terrain

0

1

3

1

0

5

Vent fort

6

14

24

5

2

51

Volcan

0

2

5

0

1

8

Autres*

2

3

1

2

0

8

* Autres comprend : avalanche, vague de froid, vague de chaleur, infestation d'insectes, tsunami.

Source : Marcheur 1995.

Tableau 9. Catastrophes à déclenchement non naturel : nombre par région du monde et par type en 1994

 

Afrique

America

Asie

Europe

Océanie

Total

Accident

8

12

25

23

2

70

Accident technologique

1

5

7

7

0

20

Incendie

0

5

5

9

2

21

Source : Walker 1995.

Accidents chimiques majeurs

Au cours de ce siècle, les pires catastrophes non naturelles entraînant des souffrances humaines et la mort ont été causées par les guerres, les transports et les activités industrielles. Au début, les catastrophes industrielles touchaient principalement les personnes exerçant des professions spécifiques, mais plus tard, en particulier après la Seconde Guerre mondiale avec la croissance et l'expansion rapides de l'industrie chimique et l'utilisation de l'énergie nucléaire, ces événements ont entraîné de graves dangers même pour les personnes en dehors du travail. domaines et à l'environnement général. Nous nous concentrons ici sur les accidents majeurs impliquant des produits chimiques.

La première catastrophe chimique documentée d'origine industrielle remonte aux années 1600. Il a été décrit par Bernardino Ramazzini (Bertazzi 1989). Les catastrophes chimiques d'aujourd'hui diffèrent dans la façon dont elles se produisent et dans le type de produits chimiques impliqués (OIT 1988). Leur danger potentiel est fonction à la fois de la nature inhérente du produit chimique et de la quantité présente sur le site. Une caractéristique commune est qu'il s'agit généralement d'événements incontrôlés impliquant des incendies, des explosions ou des rejets de substances toxiques qui entraînent la mort ou des blessures d'un grand nombre de personnes à l'intérieur ou à l'extérieur de l'usine, des dommages matériels et environnementaux importants, ou les deux.

Le tableau 10 donne quelques exemples d'accidents chimiques majeurs typiques dus à des explosions. Le tableau 11 énumère quelques grands incendies catastrophiques. Les incendies sont plus fréquents dans l'industrie que les explosions et les rejets toxiques, bien que les conséquences en termes de pertes de vie soient généralement moindres. Une meilleure prévention et une meilleure préparation pourraient en être l'explication. Le tableau 12 énumère quelques accidents industriels majeurs impliquant des rejets toxiques de différents produits chimiques. Le chlore et l'ammoniac sont les produits chimiques toxiques les plus couramment utilisés dans des quantités dangereuses majeures, et tous deux ont des antécédents d'accidents majeurs. La libération de matières inflammables ou toxiques dans l'atmosphère peut également provoquer des incendies.

Tableau 10. Exemples d'explosions industrielles

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Éther diméthylique

245

3,800

Ludwigshafen, République fédérale d'Allemagne, 1948

Kérosène

32

16

Bitburg, République fédérale d'Allemagne, 1948

Isobutane

7

13

Lake Charles, Louisiane, États-Unis, 1967

Déchets d'huile

2

85

Pernis, Pays-Bas, 1968

Propylène

-

230

East Saint Louis, Illinois, États-Unis, 1972

Propane

7

152

Decatur, Illinois, États-Unis, 1974

Cyclohexane

28

89

Flixborough, Royaume-Uni, 1974

Propylène

14

107

Beek, Pays-Bas, 1975

Adapté de OIT 1988.

Tableau 11. Exemples d'incendies majeurs

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Méthane

136

77

Cleveland, Ohio, États-Unis, 1944

Gaz de pétrole liquéfié

18

90

Ferzyn, France, 1966

Gaz naturel liquéfié

40

-

Staten Island, New York, États-Unis, 1973

Méthane

52

-

Santa Cruz, Mexique, 1978

Gaz de pétrole liquéfié

650

2,500

Mexico, Mexique, 1985

Adapté de OIT 1988.

Tableau 12. Exemples de rejets toxiques majeurs

Produit chimique impliqué

Conséquences

Lieu et date

 

Décès

blessures

 

Phosgène

10

-

Poza Rica, Mexique, 1950

Chlore

7

-

Wilsum, République fédérale d'Allemagne, 1952

Dioxine/TCDD

-

193

Séveso, Italie, 1976

Ammoniac

30

25

Carthagène, Colombie, 1977

le dioxyde de soufre

-

100

Baltimore, Maryland, États-Unis, 1978

Sulfure d'hydrogène

8

29

Chicago, Illinois, États-Unis, 1978

Isocyanate de méthyle

2,500

200,000

Bhopal, Inde, 1984

Adapté de OIT 1988.

Une revue de la littérature concernant les catastrophes chimiques majeures permet d'identifier plusieurs autres caractéristiques communes aux catastrophes industrielles d'aujourd'hui. Nous les passerons brièvement en revue, afin de fournir non seulement une classification de valeur générale, mais aussi une appréciation de la nature du problème et des défis auxquels nous sommes confrontés.

Catastrophes manifestes

Les catastrophes manifestes sont des rejets dans l'environnement qui ne laissent aucune ambiguïté sur leurs sources et leurs dommages potentiels. Seveso, Bhopal et Tchernobyl en sont des exemples.

Seveso joue le rôle de prototype des catastrophes industrielles chimiques (Homberger et al. 1979 ; Pocchiari et al. 1983, 1986). L'accident s'est produit le 10 juillet 1976 dans la zone de Seveso, près de Milan, en Italie, dans une usine de production de trichlorophénol, et a provoqué la contamination de plusieurs kilomètres carrés de campagne peuplée par le puissant toxique 2,3,7,8 -tétrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD). Plus de 700 personnes ont été évacuées et des restrictions ont été appliquées à 30,000 1983 autres habitants. L'effet sanitaire le plus clairement établi est la chloracné, mais le tableau des conséquences sanitaires éventuellement liées à cet incident n'est pas encore complet (Bruzzi 1995 ; Pesatori XNUMX).

Bhopal représente probablement la pire catastrophe industrielle chimique de tous les temps (Das 1985a, 1985b ; Fondation Friedrich Naumann 1987 ; Tachakra 1987). Dans la nuit du 2 décembre 1984, une fuite de gaz provoque la propagation d'un nuage mortel sur la ville de Bhopal, au centre de l'Inde, faisant des milliers de morts et des centaines de milliers de blessés en l'espace de quelques heures. L'accident s'est produit en raison d'un emballement de la réaction dans l'un des réservoirs dans lesquels était stocké l'isocyanate de méthyle (MIC). Le réservoir de stockage en béton, contenant quelque 42 tonnes de ce composé, qui a été utilisé pour fabriquer des pesticides, a éclaté et a évacué le MIC et d'autres produits chimiques de décomposition dans l'air. Au-delà de l'évident impact catastrophique de l'accident, des interrogations subsistent quant aux éventuelles conséquences à long terme sur la santé des personnes touchées et/ou exposées (Andersson et al. 1986 ; Sainani et al. 1985).

Catastrophes à évolution lente

Les catastrophes à évolution lente peuvent n'apparaître que parce que des cibles humaines se trouvent sur la voie de rejet ou parce que, au fil du temps, des preuves environnementales d'une menace de matières nocives apparaissent.

L'un des exemples les plus impressionnants et les plus instructifs du premier type est la "maladie de Minamata". En 1953, des troubles neurologiques inhabituels ont commencé à frapper les habitants des villages de pêcheurs le long de la baie de Minamata, au Japon. La maladie a été nommée Kibyo, la "maladie mystérieuse". Après de nombreuses enquêtes, les poissons empoisonnés sont apparus comme le coupable probable et, en 1957, la maladie a été produite expérimentalement en nourrissant des chats avec des poissons pêchés dans la baie. L'année suivante, on suggéra que le tableau clinique de Kibyo, qui incluait la polynévrite, l'ataxie cérébelleuse et la cécité corticale, était similaire à celle due à l'empoisonnement par les composés d'alkylmercure. Une source de mercure organique a dû être recherchée, et elle a finalement été trouvée dans une usine rejetant ses effluents dans la baie de Minamata. En juillet 1961, la maladie était survenue chez 88 personnes, dont 35 (40 %) étaient décédées (Hunter 1978).

Un exemple du deuxième type est Love Canal, un site d'excavation près des chutes du Niagara aux États-Unis. La zone avait été utilisée comme décharge chimique et municipale sur une période d'environ 30 ans, jusqu'en 1953. Des maisons ont ensuite été construites à côté de la décharge. À la fin des années 1960, il y a eu des plaintes d'odeurs chimiques dans les sous-sols des maisons et la lixiviation chimique dans les zones entourant le site a commencé à être signalée avec une fréquence croissante au fil du temps. Dans les années 1970, les habitants ont commencé à craindre qu'une menace sérieuse pour leur santé puisse survenir et cette perception partagée a conduit à la réalisation d'enquêtes environnementales et sanitaires. Aucune des études publiées n'a pu étayer de manière concluante un lien de causalité entre l'exposition aux produits chimiques sur le site d'élimination et les effets néfastes sur la santé des résidents. Pourtant, il ne fait aucun doute que de graves conséquences sociales et psychologiques ont résulté parmi la population de la région, en particulier ceux qui ont été évacués (Holden 1980).

Intoxications alimentaires de masse

Les épidémies d'intoxication alimentaire peuvent être causées par des produits chimiques toxiques rejetés dans l'environnement par l'utilisation de produits chimiques dans la manipulation et la transformation des aliments. L'un des épisodes les plus graves de ce type s'est produit en Espagne (Spurzem et Lockey 1984 ; OMS 1984 ; Lancet 1983). En mai 1981, une épidémie d'un syndrome jusque-là inconnu a commencé à apparaître dans la banlieue ouvrière de Madrid. Plus de 20,000 XNUMX personnes ont finalement été impliquées.

En juin 1982, 315 patients étaient décédés (environ 16 décès pour 1,000 XNUMX cas). Initialement, les caractéristiques cliniques comprenaient une pneumonie interstitielle, diverses éruptions cutanées, des lymphadénopathies, une éosinophilie intense et des symptômes gastro-intestinaux. Près d'un quart de ceux qui ont survécu à la phase aiguë ont dû être hospitalisés plus tard pour des altérations neuromusculaires. Des changements ressemblant à la schlerodermie de la peau ont également été observés à ce stade avancé, ainsi qu'une hypertension pulmonaire et le phénomène de Raynaud.

Un mois après la survenue des premiers cas, la maladie s'est avérée associée à la consommation d'huile de colza dénaturée bon marché, vendue dans des bidons en plastique non étiquetés et généralement acquise auprès de vendeurs ambulants. L'avertissement émis par le gouvernement espagnol contre la consommation de l'huile suspecte a provoqué une chute spectaculaire du nombre d'hospitalisations pour pneumonite toxique (Gilsanz et al. 1984; Kilbourne et al. 1983).

Les polychlorobiphényles (PCB) ont été impliqués dans d'autres intoxications alimentaires de masse accidentelles largement signalées au Japon (Masuda et Yoshimura 1984) et à Taïwan (Chen et al. 1984).

Catastrophes transnationales

Les catastrophes d'origine humaine d'aujourd'hui ne respectent pas nécessairement les frontières politiques nationales. Un exemple évident est Tchernobyl, dont la contamination s'est étendue de l'océan Atlantique aux montagnes de l'Oural (Agence pour l'énergie nucléaire, 1987). Un autre exemple vient de la Suisse (Friedrich Naumann Foundation 1987 ; Salzman 1987). Le 1er novembre 1986, peu après minuit, un incendie s'est déclaré dans un entrepôt exploité par la multinationale pharmaceutique Sandoz à Schweizerhalle, à 10 km au sud-est de Bâle, et quelque 30 tonnes de produits chimiques stockés dans l'entrepôt ont été évacuées avec l'eau de l'incendie. -combats dans le Rhin voisin. De graves dommages écologiques se sont produits sur une longueur d'environ 250 km. Hormis des symptômes d'irritation signalés dans les parties de la région de Bâle atteintes par les gaz et vapeurs produits par l'incendie, aucun cas de maladie grave n'a été signalé. Néanmoins, cet accident a suscité de vives inquiétudes dans au moins quatre pays européens (Suisse, France, Allemagne, Pays-Bas).

La transnationalité s'applique non seulement aux conséquences et aux dommages causés par les catastrophes, mais aussi à leurs causes lointaines. Bhopal pourrait servir d'exemple. En analysant les causes de cette catastrophe, certaines personnes sont arrivées à la conclusion que "la catastrophe de Bhopal s'est produite à cause d'actes et de décisions spécifiques qui ont été prises à Danbury, Connecticut ou ailleurs dans la superstructure de l'entreprise, mais pas à Bhopal". (Fondation Friedrich Naumann 1987.)

Catastrophes "en développement"

Le modèle émergent d'industrialisation ainsi que de modernisation de l'agriculture dans les pays en développement implique l'application et l'utilisation de technologies et de produits importés ou adoptés, dans des contextes très différents de ceux dans lesquels ils étaient censés être utilisés. Les entreprises confrontées au durcissement des réglementations dans les pays industrialisés peuvent exporter des industries dangereuses vers des régions du monde où des mesures moins strictes de protection de l'environnement et de la santé publique existent. Les activités industrielles se concentrent dans les établissements urbains existants et ajoutent considérablement à la pression causée par la surpopulation et les pénuries de services communautaires. Ces activités sont réparties entre un petit secteur fortement organisé et un grand secteur non organisé ; les contrôles gouvernementaux concernant la sécurité du travail et de l'environnement dans ce dernier secteur sont moins stricts (Krishna Murti 1987). Un exemple vient du Pakistan, où parmi 7,500 1976 agents de terrain participant à un programme de lutte contre le paludisme en 2,800, pas moins de 1978 500,000 ont subi une forme de toxicité (Baker et al. 9,000). On a également estimé qu'environ 1 80 intoxications aiguës aux pesticides se produisent chaque année, entraînant environ 1985 XNUMX décès, et que seulement XNUMX % environ des cas mortels surviennent dans les pays industrialisés, bien que ces pays consomment environ XNUMX % de la production agrochimique mondiale totale (Jeyaratnam XNUMX ).

Il a également été avancé que les sociétés en développement pourraient en fait se retrouver avec un double fardeau au lieu d'être débarrassées de celui du sous-développement. Il se pourrait, en fait, que les conséquences d'une industrialisation abusive s'ajoutent simplement à celles des États sous-développés des pays (Krishna Murti 1987). Il est donc clair que la coopération internationale doit être renforcée d'urgence dans trois domaines : les travaux scientifiques, la santé publique et les politiques d'implantation et de sécurité industrielles.

Leçons pour l'avenir

Malgré la variété des catastrophes industrielles examinées, certains enseignements communs ont été tirés sur la manière de prévenir leur occurrence, ainsi que sur la manière d'atténuer l'impact des catastrophes chimiques majeures sur la population. En particulier:

  • Différents experts doivent être sur place travaillant en étroite coordination ; elles doivent généralement couvrir les domaines liés au devenir de l'agent dans l'environnement, ses propriétés toxiques pour l'homme et le biote, les méthodes d'analyse, la médecine clinique et la pathologie, la biostatistique et l'épidémiologie.
  • Sur la base des preuves préexistantes et/ou disponibles au début, un plan d'étude approfondie doit être élaboré le plus tôt possible pour identifier les objectifs, les problèmes et les besoins en ressources.
  • Les activités de la phase initiale affectent le cours de toute action ultérieure. Étant donné qu'il faut s'attendre à des effets à long terme après pratiquement tous les types de catastrophe industrielle, il convient d'accorder une grande attention à la disponibilité des informations requises pour les études ultérieures (par exemple, des identifiants appropriés des personnes exposées pour le suivi).
  • Lors de la planification d'investigations à long terme, la faisabilité doit être prise en compte pour faciliter les réalisations scientifiques et de santé publique et la clarté de la communication.
  • Dans l'ensemble, pour des raisons de validité et de rentabilité, il est conseillé de s'appuyer sur des informations « concrètes », chaque fois qu'elles sont disponibles, soit pour identifier et dénombrer la population étudiée (par exemple, résidence), soit pour estimer l'exposition (par exemple, mesures environnementales et biologiques) et le choix des paramètres (par exemple, la mortalité).

 

Contrôle des installations à risques majeurs pour la prévention des accidents majeurs

L'objectif de cet article est de fournir des conseils pour la mise en place d'un système de contrôle installations à risques majeurs. Deux documents de l'OIT et la plus récente Convention de l'OIT (voir "Convention de l'OIT") forment la base de la première partie de cet article. La directive européenne constitue la base de la deuxième partie de cet article.

La perspective de l'OIT

Une grande partie de ce qui suit a été extraite de deux documents Prévention des accidents industriels majeurs (OIT 1991) et Contrôle des risques majeurs : un manuel pratique (OIT 1988). Le document « Convention concernant la prévention des accidents industriels majeurs » (OIT 1993) (sur le lien "Convention de l'OIT") sert à compléter et à mettre à jour les éléments des deux documents précédents. Chacun de ces documents propose des moyens de protéger les travailleurs, le public et l'environnement contre les risques d'accidents majeurs en (1) prévenant la survenue d'accidents majeurs dans ces installations et (2) en minimisant les conséquences d'un accident majeur sur site et hors site, par exemple en (a) prévoyant une séparation appropriée entre les installations à risques majeurs et les habitations et autres centres de population à proximité, tels que les hôpitaux, les écoles et les magasins, et (b) une planification d'urgence appropriée.

La Convention de l'OIT de 1993 doit être consultée pour plus de détails ; ce qui suit est plutôt un aperçu narratif du document.

Les installations à risques majeurs possèdent le potentiel, en raison de la nature et de la quantité de substances dangereuses présentes, de provoquer une accident majeur dans l'une des catégories générales suivantes :

  • le rejet de substances toxiques en quantités importantes qui sont létales ou nocives même à des distances considérables du point de rejet par contamination de l'air, de l'eau et/ou du sol
  • le rejet de substances extrêmement toxiques en kilogrammes, qui sont mortelles ou nocives même à une distance considérable du point de rejet
  • le dégagement de liquides ou de gaz inflammables en quantités importantes, qui peuvent soit brûler pour produire des niveaux élevés de rayonnement thermique, soit former un nuage de vapeur explosif
  • l'explosion de matières instables ou réactives.

 

Obligations des pays membres

La Convention de 1993 attend des pays membres qui ne sont pas immédiatement en mesure de mettre en œuvre toutes les mesures de prévention et de protection prévues par la Convention :

  • élaborer des plans, en consultation avec les organisations d'employeurs et de travailleurs les plus représentatives, ainsi qu'avec les autres parties intéressées susceptibles d'être concernées, pour la mise en œuvre progressive desdites mesures dans un délai déterminé
  • mettre en œuvre et revoir périodiquement une politique nationale cohérente concernant la protection des travailleurs, du public et de l'environnement contre les risques d'accidents majeurs
  • mettre en œuvre la politique par des mesures de prévention et de protection pour les installations à risques majeurs et, dans la mesure du possible, promouvoir l'utilisation des meilleures technologies de sécurité disponibles et
  • appliquer la convention conformément à la législation et à la pratique nationales.

 

Composants d'un système de contrôle des risques majeurs

La variété des accidents majeurs conduit à la notion de danger majeur comme une activité industrielle nécessitant des contrôles au-delà de ceux appliqués dans les opérations normales de l'usine, afin de protéger à la fois les travailleurs et les personnes vivant et travaillant à l'extérieur. Ces contrôles visent non seulement à prévenir les accidents mais aussi à atténuer les conséquences des accidents qui pourraient survenir.

Les contrôles doivent être basés sur une approche systématique. Les composants de base de ce système sont :

  • identification des installations à risques majeurs avec leurs quantités seuils respectives et leur inventaire. Les autorités gouvernementales et les employeurs devraient exiger l'identification des installations à risques majeurs en priorité; ceux-ci doivent être régulièrement révisés et mis à jour.
  • informations sur l'installation. Une fois que les installations à risques majeurs ont été identifiées, des informations supplémentaires doivent être collectées sur leur conception et leur fonctionnement. Les informations doivent être rassemblées et organisées systématiquement et doivent être accessibles à toutes les parties concernées au sein de l'industrie et à l'extérieur de l'industrie. Afin d'obtenir une description complète des dangers, il peut être nécessaire de réaliser des études de sécurité et des évaluations des dangers pour découvrir d'éventuelles défaillances du procédé et établir des priorités au cours du processus d'évaluation des dangers.
  • disposition spéciale pour protéger les informations confidentielles
  • action à l'intérieur de l'activité industrielle. Les employeurs ont la responsabilité première d'exploiter et d'entretenir une installation sécuritaire. Une solide politique de sécurité est nécessaire. L'inspection technique, la maintenance, la modification des installations, la formation et la sélection du personnel approprié doivent être effectuées conformément aux procédures de contrôle de qualité standard pour les installations à risques majeurs. En plus de la préparation du rapport de sécurité, les accidents de tout type devraient faire l'objet d'enquêtes et des copies des rapports devraient être soumises à l'autorité compétente.
  • actions du gouvernement ou d'autres autorités compétentes. Évaluation des dangers aux fins d'octroi de licences (le cas échéant), d'inspection et d'application de la législation. L'aménagement du territoire peut réduire sensiblement le risque de catastrophe. La formation des inspecteurs d'usine est également un rôle important du gouvernement ou d'une autre autorité compétente.
  • planification d'urgence. Celle-ci vise à réduire les conséquences des accidents majeurs. Lors de la mise en place de la planification d'urgence, une distinction est faite entre la planification sur site et hors site.

 

Les responsabilités des employeurs

Les installations à risques majeurs doivent être exploitées avec un niveau de sécurité très élevé. En outre, les employeurs jouent un rôle clé dans l'organisation et la mise en œuvre d'un système de contrôle des risques majeurs. En particulier, comme indiqué dans le tableau 13, les employeurs ont la responsabilité de :

  • Fournir les informations nécessaires à l'identification des installations à risques majeurs dans un délai déterminé.
  • Procéder à l'évaluation des dangers.
  • Rendre compte à l'autorité compétente des résultats de l'évaluation des dangers.
  • Introduire des mesures techniques, y compris la conception, la construction des systèmes de sécurité, le choix des produits chimiques, l'exploitation, la maintenance et l'inspection systématique de l'installation.
  • Introduire des mesures organisationnelles, y compris, entre autres, la formation et l'instruction du personnel et les niveaux de dotation.
  • Mettre en place un plan d'urgence.
  • Prendre des mesures pour améliorer la sécurité des installations et limiter les conséquences d'un accident.
  • Consulter les travailleurs et leurs représentants.
  • Améliorez le système en apprenant des quasi-accidents et des informations connexes.
  • Assurez-vous que les procédures de contrôle de la qualité sont en vigueur et auditez-les périodiquement.
  • Avertir l'autorité compétente avant toute fermeture définitive d'une installation à risques majeurs.

 

Tableau 13. Rôle de la gestion des installations à risques majeurs dans la maîtrise des risques

Actions (en fonction de la législation locale)

Intervention en cas de sinistre majeur
accident

Informer les autorités

Fournir des informations sur
modifications importantes

Préparer un plan d'urgence sur place

Informer le public du danger majeur

Aviser les autorités en cas d'accident majeur

Préparer et soumettre un rapport de sécurité

Fournir de plus amples informations sur demande

Fournir des informations à l'autorité locale pour lui permettre de tirer
mettre en place un plan d'urgence hors site

 

Fournir des informations sur les accidents majeurs

En premier lieu, les employeurs d'installations susceptibles de provoquer un accident majeur ont le devoir de maîtriser ce risque majeur. Pour ce faire, ils doivent être conscients de la nature du danger, des événements qui provoquent des accidents et des conséquences potentielles de tels accidents. Cela signifie que, pour contrôler avec succès un danger majeur, les employeurs doivent avoir des réponses aux questions suivantes :

  • Les substances toxiques, explosives ou inflammables présentes dans l'installation constituent-elles un danger majeur ?
  • Existe-t-il des produits chimiques ou des agents qui, s'ils sont combinés, pourraient devenir un danger toxique ?
  • Quelles pannes ou erreurs peuvent provoquer des conditions anormales conduisant à un accident majeur ?
  • En cas d'accident majeur, quelles sont les conséquences d'un incendie, d'une explosion ou d'un rejet toxique pour les salariés, les personnes extérieures à l'installation, l'usine ou l'environnement ?
  • Que peut faire la direction pour éviter que ces accidents ne se produisent ?
  • Que peut-on faire pour atténuer les conséquences d'un accident?

 

Évaluation des risques

La manière la plus appropriée de répondre aux questions ci-dessus est de procéder à une évaluation des risques, dont le but est de comprendre pourquoi les accidents se produisent et comment ils peuvent être évités ou au moins atténués. Les méthodes pouvant être utilisées pour une évaluation sont résumées dans le tableau 14.

Tableau 14. Méthodes de travail pour l'évaluation des dangers

Method

L’objectif

Objectif

Principe de fonctionnement

1. Analyse préliminaire des dangers

1. Identification des dangers

1. Intégralité du concept de sécurité

1. Utilisation des "aides à la réflexion"

2. Diagrammes matriciels de
interactions

     

3. Utilisation de listes de contrôle

     

4. Effet d'échec
selon une analyse de l’Université de Princeton

   

2. Utilisation de "recherche
aides" et schématique
Documentation

5. Danger et
étude d'opérabilité

     

6. Séquence accidentelle
analyse (inductive)

2. Évaluation du danger selon
fréquence d'occurrence

2. Optimisation de
fiabilité et
disponibilité des systèmes de sécurité

3. Description graphique
des séquences de défaillance et mathématiques
calculs de
probabilités

7. Analyse de l'arbre de défaillance
(déductif)

     

8. Analyse des conséquences des accidents

3. Évaluation des conséquences des accidents

3. Atténuation de
conséquences
et développement de
urgence optimale
plans

4. Mathématique
modélisation physique et chimique
les process

Source : OIT 1988.

Fonctionnement sûr

Un aperçu général de la façon dont les dangers doivent être contrôlés sera donné.

Conception des composants de l'usine

Un composant doit résister aux éléments suivants : charges statiques, charges dynamiques, pression interne et externe, corrosion, charges dues à de grands écarts de température, charges dues à des impacts externes (vent, neige, tremblements de terre, tassement). Les normes de conception sont donc une exigence minimale en ce qui concerne les installations à risques majeurs.

Fonctionnement et contrôle

Lorsqu'une installation est conçue pour résister à toutes les charges pouvant survenir dans des conditions de fonctionnement normales ou anormales prévues, il incombe à un système de contrôle de processus de maintenir l'installation en toute sécurité dans ces limites.

Afin de faire fonctionner de tels systèmes de contrôle, il est nécessaire de surveiller les variables de processus et les parties actives de l'installation. Le personnel d'exploitation doit être bien formé pour connaître le mode de fonctionnement et l'importance du système de contrôle. Pour s'assurer que le personnel d'exploitation n'a pas à se fier uniquement au fonctionnement des systèmes automatiques, ces systèmes doivent être associés à des alarmes acoustiques ou optiques.

Il est très important de réaliser que tout système de contrôle aura des problèmes dans des conditions de fonctionnement rares telles que les phases de démarrage et d'arrêt. Une attention particulière doit être portée à ces phases de fonctionnement. Les procédures de contrôle de la qualité seront vérifiées périodiquement par la direction.

Systèmes de sécurité

Toute installation à risque majeur nécessitera une certaine forme de système de sécurité. La forme et la conception du système dépendent des dangers présents dans l'usine. Voici un aperçu des systèmes de sécurité disponibles :

  • systèmes empêchant tout écart par rapport aux conditions de fonctionnement autorisées
  • systèmes empêchant la défaillance des composants liés à la sécurité
  • fournitures utilitaires liées à la sécurité
  • systèmes d'alarme
  • mesures techniques de protection
  • prévention des erreurs humaines et organisationnelles.

 

Entretien et surveillance

La sécurité d'une installation et le fonctionnement d'un système relatif à la sécurité ne peuvent être aussi bons que la maintenance et la surveillance de ces systèmes.

Inspection et réparation

Il est nécessaire d'établir un plan d'inspections sur site, à suivre par le personnel d'exploitation, qui doit comprendre un calendrier et les conditions d'exploitation à respecter lors des travaux d'inspection. Des procédures strictes doivent être spécifiées pour effectuer les travaux de réparation.

Formation

Comme les gens peuvent avoir une influence aussi bien négative que positive sur la sécurité de l'usine, il est important de réduire les influences négatives et de soutenir les influences positives. Ces deux objectifs peuvent être atteints par une sélection, une formation et une évaluation périodiques appropriées du personnel.

Atténuation des conséquences

Même si une évaluation des dangers a été effectuée et que les dangers ont été détectés et que des mesures appropriées pour prévenir les accidents ont été prises, la possibilité d'un accident ne peut pas être totalement exclue. Pour cette raison, il doit faire partie du concept de sécurité de planifier et de fournir des mesures qui peuvent atténuer les conséquences d'un accident.

Ces mesures doivent être cohérentes avec les dangers identifiés dans l'évaluation. De plus, elles doivent s'accompagner d'une formation adéquate du personnel de la centrale, des forces de secours et des responsables des services publics. Seules la formation et les répétitions des situations d'accident peuvent rendre les plans d'urgence suffisamment réalistes pour fonctionner dans une situation d'urgence réelle.

Rapports de sécurité à l'autorité compétente

En fonction des dispositions locales dans les différents pays, les employeurs d'une installation à risques majeurs doivent faire rapport à l'autorité compétente appropriée. La déclaration peut être effectuée en trois étapes. Ceux-ci sont:

  • identification/notification de l'installation à risque majeur (y compris toute modification future devant être apportée à l'installation)
  • l'établissement de rapports périodiques de sûreté (qui seront révisés en fonction des modifications apportées à une installation)
  • déclaration immédiate de tout type d'accident, suivie d'un rapport détaillé.

 

Droits et devoirs des travailleurs et de leurs représentants

Les travailleurs et leurs représentants doivent être consultés par le biais de mécanismes de coopération appropriés afin de garantir un système de travail sûr. Ils doivent être consultés lors de la préparation et avoir accès aux rapports de sécurité, aux plans et procédures d'urgence et aux rapports d'accident. Ils reçoivent une formation sur la prévention des accidents majeurs et sur les procédures d'urgence à suivre en cas d'accident majeur. Enfin, les travailleurs et leurs représentants devraient pouvoir prendre des mesures correctives si nécessaire dans le cadre de leurs fonctions, s'ils estiment qu'il existe un danger imminent d'accident majeur. Ils ont également le droit d'informer l'autorité compétente de tout danger.

Les travailleurs doivent se conformer à toutes les pratiques et procédures de prévention des accidents majeurs et de contrôle des développements susceptibles de conduire à un accident majeur. Ils doivent se conformer à toutes les procédures d'urgence en cas d'accident majeur.

Mise en place d'un dispositif de maîtrise des risques majeurs

Bien que le stockage et l'utilisation de grandes quantités de matières dangereuses soient répandus dans la plupart des pays du monde, les systèmes actuels de contrôle de celles-ci différeront considérablement d'un pays à l'autre. Cela signifie que la rapidité de mise en œuvre d'un système de maîtrise des risques majeurs dépendra des moyens déjà existants dans chaque pays, notamment en ce qui concerne les inspecteurs des installations formés et expérimentés, ainsi que des ressources disponibles localement et nationalement pour les différentes composantes du système de contrôle. . Pour tous les pays, cependant, la mise en œuvre nécessitera l'établissement de priorités pour un programme étape par étape.

Identification des dangers majeurs

C'est le point de départ essentiel de tout système de contrôle des risques majeurs – la définition de ce qui constitue réellement un risque majeur. Bien que des définitions existent dans certains pays et en particulier dans l'UE, la définition d'un danger majeur d'un pays particulier doit refléter les priorités et les pratiques locales et, en particulier, le modèle industriel de ce pays.

Toute définition d'identification des dangers majeurs impliquera probablement une liste de matières dangereuses, accompagnée d'un inventaire pour chacune, de sorte que toute installation à risques majeurs stockant ou utilisant l'une de ces matières en quantités excessives est par définition une installation à risques majeurs. L'étape suivante consiste à identifier où se trouve l'installation à risque majeur pour une région ou un pays particulier. Lorsqu'un pays souhaite identifier les installations à risques majeurs avant que la législation nécessaire ne soit en place, des progrès considérables peuvent être réalisés de manière informelle, en particulier lorsque la coopération de l'industrie est disponible. Les sources existantes telles que les registres de l'inspection du travail, les informations des organismes industriels, etc., peuvent permettre d'obtenir une liste provisoire qui, outre la possibilité d'attribuer des priorités d'inspection précoce, permettra d'évaluer les ressources nécessaires pour les différentes pièces du système de contrôle.

Constitution d'un groupe d'experts

Pour les pays qui envisagent d'établir un système de contrôle des risques majeurs pour la première fois, une première étape importante consistera probablement à créer un groupe d'experts en tant qu'unité spéciale au niveau gouvernemental. Le groupe devra fixer des priorités pour décider de son programme d'activité initial. Le groupe peut être tenu de former des inspecteurs d'usine aux techniques d'inspection des risques majeurs, y compris les normes opérationnelles pour ces installations à risques majeurs. Ils devraient également être en mesure de fournir des conseils sur l'emplacement des nouveaux risques majeurs et l'utilisation des terres à proximité. Ils devront établir des contacts dans d'autres pays afin de se tenir au courant de l'évolution des risques majeurs.

Préparation aux situations d'urgence sur place

Les plans d'urgence exigent que l'installation à risque majeur soit évaluée pour la gamme d'accidents qui pourraient survenir, ainsi que la manière dont ils seraient traités dans la pratique. La gestion de ces accidents potentiels nécessitera à la fois du personnel et du matériel, et une vérification doit être faite pour s'assurer que les deux sont disponibles en nombre suffisant. Les plans doivent inclure les éléments suivants :

  • évaluation de la taille et de la nature des événements prévus et de la probabilité de leur survenance
  • formulation du plan et liaison avec les autorités extérieures, y compris les services d'urgence
  • procédures : (a) déclencher l'alarme ; (b) communications à l'intérieur et à l'extérieur de l'usine
  • nomination du personnel clé et de leurs devoirs et responsabilités
  • centre de contrôle d'urgence
  • action sur site et hors site.

 

Préparation aux situations d'urgence hors site

C'est un domaine qui a reçu moins d'attention que la planification d'urgence sur site, et de nombreux pays seront confrontés à l'envisager pour la première fois. Le plan d'urgence externe devra faire le lien entre les accidents éventuels identifiés par l'installation à risques majeurs, leur probabilité d'occurrence prévisible et la proximité des personnes vivant et travaillant à proximité. Il doit avoir abordé la nécessité d'un avertissement et d'une évacuation rapides du public, et comment ceux-ci pourraient être réalisés. Rappelons qu'une habitation conventionnelle de construction solide offre une protection substantielle contre les nuages ​​de gaz toxiques, alors qu'une maison de type bidonville est vulnérable à de tels accidents.

Le plan d'urgence doit identifier les organisations dont l'aide sera requise en cas d'urgence et doit s'assurer qu'elles savent quel rôle on attend d'elles : les hôpitaux et le personnel médical doivent, par exemple, avoir décidé comment ils géreraient un grand nombre de blessés et en particulier quel traitement ils fourniraient. Le plan d'urgence hors site devra être répété avec la participation du public de temps à autre.

Lorsqu'un accident majeur est susceptible d'avoir des effets transfrontières, des informations complètes doivent être fournies aux juridictions concernées, ainsi qu'une assistance dans les accords de coopération et de coordination.

Implantation

La nécessité d'une politique d'implantation pour les installations à risques majeurs est simple : étant donné qu'une sécurité absolue ne peut être garantie, les installations à risques majeurs doivent être séparées des personnes vivant et travaillant à l'extérieur de l'installation. En priorité, il peut être approprié de concentrer les efforts sur les nouveaux risques majeurs proposés et d'essayer d'empêcher l'empiétement de l'habitat, en particulier des bidonvilles, qui sont une caractéristique commune à de nombreux pays.

Formation et inspecteurs des installations

Le rôle des inspecteurs des installations est susceptible d'être central dans de nombreux pays dans la mise en œuvre d'un système de contrôle des risques majeurs. Les inspecteurs de l'installation auront les connaissances qui permettront l'identification précoce des dangers majeurs. Lorsqu'ils peuvent faire appel à des inspecteurs spécialisés, les inspecteurs d'usines seront assistés dans les aspects souvent très techniques de l'inspection des risques majeurs.

Les inspecteurs auront besoin d'une formation et de qualifications appropriées pour les aider dans ce travail. L'industrie elle-même est susceptible d'être la plus grande source d'expertise technique dans de nombreux pays et peut être en mesure de fournir une assistance pour la formation des inspecteurs des installations.

L'autorité compétente a le droit de suspendre toute opération présentant une menace imminente d'accident majeur.

Évaluation des risques majeurs

Celle-ci doit être effectuée par des spécialistes, si possible selon des lignes directrices établies par exemple par le groupe d'experts ou par des inspecteurs spécialisés, éventuellement avec l'aide du groupement patronal de l'installation à risques majeurs. L'évaluation implique une étude systématique du potentiel de risque d'accident majeur. Il s'agira d'un exercice similaire, bien que beaucoup moins détaillé, à celui réalisé par la direction de l'installation à risques majeurs pour la réalisation de son rapport de sûreté à destination de l'inspection de l'installation et l'établissement d'un plan d'urgence interne.

L'évaluation comprendra une étude de toutes les opérations de manutention des matières dangereuses, y compris le transport.

Un examen des conséquences de l'instabilité du processus ou des changements majeurs dans les variables du processus sera inclus.

L'évaluation doit également tenir compte du positionnement d'une matière dangereuse par rapport à une autre.

Les conséquences d'une défaillance de mode commun devront également être évaluées.

L'évaluation prendra en compte les conséquences des accidents majeurs identifiés sur les populations hors site ; cela peut déterminer si le processus ou l'installation peut être mis en service.

Information au public

L'expérience des accidents majeurs, en particulier ceux impliquant des rejets de gaz toxiques, a montré l'importance pour le public à proximité d'être averti à l'avance de : (a) comment reconnaître qu'une urgence se produit ; (b) quelles mesures doivent-ils prendre ; et (c) quel traitement médical correctif serait approprié pour toute personne affectée par le gaz.

Pour les habitants de logements conventionnels de construction solide, le conseil en cas d'urgence est généralement de rentrer à l'intérieur, de fermer toutes les portes et fenêtres, d'éteindre toute ventilation ou climatisation et d'allumer la radio locale pour obtenir des instructions supplémentaires.

Lorsqu'un grand nombre d'habitants de bidonvilles vivent à proximité d'une installation à risques majeurs, ce conseil serait inapproprié et une évacuation à grande échelle pourrait être nécessaire.

Prérequis pour un système de maîtrise des risques majeurs

personnel

Un système de contrôle des risques majeurs pleinement développé nécessite une grande variété de personnel spécialisé. Outre le personnel industriel concerné directement ou indirectement par l'exploitation sûre de l'installation à risques majeurs, les ressources nécessaires comprennent les inspecteurs généraux des usines, les inspecteurs spécialisés, les évaluateurs de risques, les planificateurs d'urgence, les agents de contrôle de la qualité, les autorités locales d'aménagement du territoire, la police, les installations médicales, les autorités, etc., ainsi que des législateurs pour promulguer de nouvelles lois et réglementations pour le contrôle des risques majeurs.

Dans la plupart des pays, les ressources humaines affectées à ces tâches sont susceptibles d'être limitées et la définition de priorités réalistes est essentielle.

Matériel

L'une des caractéristiques de l'établissement d'un système de contrôle des risques majeurs est qu'il est possible d'accomplir beaucoup de choses avec très peu d'équipement. Les inspecteurs d'usine n'auront pas besoin de grand-chose en plus de leur équipement de sécurité existant. Ce qu'il faudra, c'est l'acquisition d'une expérience et de connaissances techniques et les moyens de les transmettre du groupe d'experts à, par exemple, l'institut régional du travail, l'inspection des installations et l'industrie. Des aides à la formation et des installations supplémentaires peuvent être nécessaires.

Informations

Un élément clé dans l'établissement d'un système de contrôle des risques majeurs est d'obtenir des informations de pointe et de les transmettre rapidement à tous ceux qui en auront besoin pour leur travail de sécurité.

Le volume de la littérature couvrant les différents aspects des travaux liés aux risques majeurs est aujourd'hui considérable et, utilisé de manière sélective, il pourrait constituer une source importante d'informations pour un groupe d'experts.

Responsabilité des pays exportateurs

Lorsque, dans un pays membre exportateur, l'utilisation de substances, de technologies ou de procédés dangereux est interdite en tant que source potentielle d'accident majeur, l'information sur cette interdiction et ses motifs doit être mise à la disposition par le pays membre exportateur de tout importateur de campagne.

Certaines recommandations non contraignantes découlent de la Convention. En particulier, l'un avait une orientation transnationale. Il recommande qu'une entreprise nationale ou multinationale ayant plus d'un établissement ou installation fournisse des mesures de sécurité relatives à la prévention des accidents majeurs et au contrôle des évolutions susceptibles de conduire à un accident majeur, sans discrimination, aux travailleurs de tous ses établissements , quel que soit le lieu ou le pays où ils se trouvent. (Le lecteur doit également se référer à la section « Catastrophes transnationales » de cet article.)

La directive européenne sur les risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles

Suite à des incidents graves dans l'industrie chimique en Europe au cours des deux dernières décennies, une législation spécifique couvrant les activités à risques majeurs a été élaborée dans différents pays d'Europe occidentale. Un élément clé de la législation était l'obligation pour l'employeur d'une activité industrielle à risques majeurs de fournir des informations sur l'activité et ses risques sur la base des résultats d'études de sécurité systématiques. Après l'accident de Seveso (Italie) en 1976, les réglementations sur les risques majeurs dans les différents pays ont été rassemblées et intégrées dans une directive CE. Cette directive, sur les risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles, est en vigueur depuis 1984 et est souvent appelée directive Seveso (Conseil des Communautés européennes 1982, 1987).

Afin d'identifier les installations à risques majeurs, la directive CE utilise des critères basés sur les propriétés toxiques, inflammables et explosives des produits chimiques (voir tableau 15).

Tableau 15. Critères de la directive CE pour les installations à risques majeurs

Substances toxiques (très toxiques et toxiques) :

Substances présentant les valeurs suivantes de toxicité aiguë et ayant des propriétés physiques et chimiques susceptibles d'entraîner des risques d'accidents majeurs :

 

LD50 oral. rat mg/kg

LD50 couper. rat/lapin mg/kg

LC50 ihl. 4h. rat mg/1

1.

LD50 <5

DL <1

LD50

2.

550

dix50

0.150

3.

dix50

dix50

0.550 <2

Substances inflammables :

1.

Gaz inflammables : substances qui, à l'état gazeux à pression normale et mélangées à l'air, deviennent inflammables et dont le point d'ébullition à pression normale est de 20 ºC ou moins.

2.

Liquides très inflammables : substances dont le point d'éclair est inférieur à 21 °C et dont le point d'ébullition à la pression normale est supérieur à 20 °C.

3.

Liquides inflammables : substances qui ont un point d'éclair inférieur à 55 °C et qui restent liquides sous pression, pour lesquelles des conditions de traitement particulières, telles qu'une pression et une température élevées, peuvent créer des risques d'accidents majeurs.

Substances explosives :

Substances susceptibles d'exploser sous l'effet d'une flamme ou plus sensibles aux chocs ou aux frottements que le dinitrobenzène.

 

Pour la sélection d'activités industrielles à risques majeurs spécifiques, une liste de substances et de seuils est fournie dans les annexes de la directive. Une activité industrielle est définie par la directive comme l'ensemble de toutes les installations situées à une distance de 500 mètres les unes des autres et appartenant à la même usine ou usine. Lorsque la quantité des substances présentes dépasse le seuil limite donné figurant dans la liste, l'activité est qualifiée d'installation à risques majeurs. La liste des substances comprend 180 substances chimiques, tandis que les seuils varient entre 1 kg pour les substances extrêmement toxiques et 50,000 XNUMX tonnes pour les liquides hautement inflammables. Pour le stockage isolé de substances, une liste séparée de quelques substances est donnée.

Outre les gaz, liquides et explosifs inflammables, la liste contient des produits chimiques tels que l'ammoniac, le chlore, le dioxyde de soufre et l'acrylonitrile.

Afin de faciliter l'application d'un système de maîtrise des risques majeurs et d'inciter les autorités et l'encadrement à l'appliquer, il doit être orienté en priorité, l'attention devant être portée sur les installations les plus dangereuses. Une liste suggérée de priorités est donnée dans le tableau 16.

Tableau 16. Produits chimiques prioritaires utilisés pour identifier les installations à risques majeurs

Noms des substances

Quantité (>)

Numéro de série de la liste CE

Substances inflammables générales :

Gaz inflammables

200 t

124

Liquides hautement inflammables

50,000 t

125

Substances inflammables spécifiques :

Hydrogène

50 t

24

Oxyde d'éthylène

50 t

25

Explosifs spécifiques :

Nitrate d'ammonium

2,500 t

146 b

Nitroglycérine

10 t

132

Trinitrotoluène

50 t

145

Substances toxiques spécifiques :

Acrylonitrile

200 t

18

Ammoniac

500 t

22

Chlore

25 t

16

le dioxyde de soufre

250 t

148

Sulfure d'hydrogène

50 t

17

Cyanure d'hydrogène

20 t

19

Sulfure de carbone

200 t

20

Fluor d'hydrogène

50 t

94

Chlorure d'hydrogène

250 t

149

Trioxyde de soufre

75 t

180

Substances spécifiques très toxiques :

Isocyanate de méthyle

150 kg

36

Phosgène

750 kg

15

 

Les produits chimiques indiqués dans le tableau servant de guide, une liste d'installations peut être identifiée. Si la liste est encore trop longue pour être prise en charge par les autorités, de nouvelles priorités peuvent être fixées en fixant de nouveaux seuils quantitatifs. Le réglage de priorité peut également être utilisé à l'intérieur de l'usine pour identifier les pièces les plus dangereuses. Compte tenu de la diversité et de la complexité de l'industrie en général, il n'est pas possible de limiter les installations à risques majeurs à certains secteurs d'activité industrielle. Toutefois, l'expérience montre que les installations à risques majeurs sont le plus souvent associées aux activités suivantes :

  • usines pétrochimiques et raffineries
  • usines chimiques et usines de production chimique
  • Stockage GPL et terminaux
  • magasins et centres de distribution de produits chimiques
  • grands magasins d'engrais
  • usines d'explosifs
  • travaux dans lesquels le chlore est utilisé en grandes quantités.

 

Retour

Lire 24944 fois Dernière mise à jour le lundi Novembre 07 2011 23: 32
Plus dans cette catégorie: Préparation aux catastrophes »

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Catastrophes, références naturelles et technologiques

Association psychiatrique américaine (APA). 1994. DSM-IV Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Washington, DC : APA.

 

Andersson, N, M Kerr Muir, MK Ajwani, S Mahashabde, A Salmon et K Vaidyanathan. 1986. Larmoiement persistant chez les survivants de Bhopal. Lancet 2:1152.

 

Baker, EL, M Zack, JW Miles, L Alderman, M Warren, RD Dobbin, S Miller et WR Teeters. 1978. Intoxication épidémique au malathion au Pakistan travail sur le paludisme. Lancette 1:31-34.

 

Baum, A, L Cohen et M Hall. 1993. Contrôle et souvenirs intrusifs comme déterminants possibles du stress chronique. Psychosom Med 55:274-286.

 

Bertazzi, PA. 1989. Catastrophes industrielles et épidémiologie. Retour sur les expériences récentes. Scand J Work Environ Health 15:85-100.

 

—. 1991. Effets à long terme des catastrophes chimiques. Leçons et résultat de Seveso. Sci Total Environ 106:5-20.

 

Bromet, EJ, DK Parkinson, HC Schulberg, LO Dunn et PC Condek. 1982. Santé mentale des résidents près du réacteur de Three Mile Island : Une étude comparative de groupes sélectionnés. J Prev Psychiat 1(3):225-276.

 

Bruk, GY, NG Kaduka et VI Parkhomenko. 1989. Contamination de l'air par des radionucléides à la suite de l'accident de la centrale de Tchernobyl et sa contribution à l'irradiation interne de la population (en russe). Documents du premier Congrès radiologique de toute l'Union, 21-27 août, Moscou. Résumés (en russe). Puschkino, 1989, vol. II:414-416.

 

Bruzzi, P. 1983. Impact sanitaire du rejet accidentel de TCDD à Seveso. Dans Exposition accidentelle aux dioxines. Human Health Aspects, édité par F Coulston et F Pocchiari. New York : Presse académique.

 

Cardis, E, ES Gilbert et L Carpenter. 1995. Effets des faibles doses et des faibles débits de dose des rayonnements ionisants externes : mortalité par cancer chez les travailleurs de l'industrie nucléaire dans trois pays. Rad Res 142:117-132.

 

Centres de contrôle des maladies (CDC). 1989. Les conséquences des catastrophes sur la santé publique. Atlanta : CDC.

 

Centro Peruano-Japones de Investigaciones Sismicas y Mitigacióm de Desastres. Université nationale d'ingénierie (CISMID). 1989. Seminario Internacional De Planeamiento Diseño,

 

Reparación Y Adminstración De Hospitales En Zonas Sísmicas: Conclusiones Y Recommendaciones. Lima : CISMID/Univ Nacional de Ingeniería.

 

Chagnon, SAJR, RJ Schicht et RJ Semorin. 1983. Un plan de recherche sur les inondations et leur atténuation aux États-Unis. Champaign, Illinois : enquête sur l'eau de l'État de l'Illinois.

 

Chen, PS, ML Luo, CK Wong et CJ Chen. 1984. Biphényles polychlorés, dibenzofuranes et quaterphényles dans l'huile de son de riz toxique et PCB dans le sang de patients empoisonnés aux PCB à Taiwan. Am J Ind Med 5:133-145.

 

Coburn, A et R Spence. 1992. Protection contre les tremblements de terre. Chichester : Wiley.

 

Conseil des Communautés européennes (CCE). 1982. Directive du Conseil du 24 juin concernant les risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles (82/501/CEE). Off J Eur Communautés L230:1-17.

 

—. 1987. Directive du Conseil du 19 mars modifiant la directive 82/501/CEE relative aux risques d'accidents majeurs de certaines activités industrielles (87/216/CEE). Off J Eur Communities L85:36-39.

 

Das, JJ. 1985a. Suite de la tragédie de Bhopal. J Indian Med Assoc 83:361-362.

 

—. 1985b. La tragédie de Bhopal. J Indian Med Assoc 83:72-75.

 

Rosée, MA et EJ Bromet. 1993. Prédicteurs des schémas temporels de détresse psychiatrique pendant dix ans après l'accident nucléaire de Three Mile Island. Social Psych Psychiatric Epidemiol 28:49-55.

 

Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA). 1990. Considérations sismiques : Établissements de soins de santé. Earthquake Hazard Reduction Series, n° 35. Washington, DC : FEMA.

 

Frazier, K. 1979. Le visage violent de la nature : phénomènes graves et catastrophes naturelles. Inondations. New York : William Morrow & Co.

 

Fondation Freidrich Naumann. 1987. Risques industriels dans le travail transnational : risque, équité et autonomisation. New York : Conseil des affaires internationales et publiques.

 

Français, J et K Holt. 1989. Inondations : Conséquences des catastrophes sur la santé publique. Monographie des Centers for Disease Control. Atlanta : CDC.

 

French, J, R Ing, S Von Allman et R Wood. 1983. Mortalité due aux crues soudaines : examen des rapports du Service météorologique national, 1969-1981. Publ Health Rep 6 (novembre/décembre):584-588.

 

Fuller, M. 1991. Feux de forêt. New York : John Wiley.

 

Gilsanz, V, J Lopez Alverez, S Serrano et J Simon. 1984. Evolution du syndrome des huiles toxiques alimentaires dû à l'ingestion d'huile de colza dénaturée. Arch Int Med 144:254-256.

 

Glass, RI, RB Craven et DJ Bregman. 1980. Blessures de la tornade de Wichita Falls : Implications pour la prévention. Sciences 207:734-738.

 

Grant, CC. 1993. Triangle fire suscite l'indignation et la réforme. NFPA J 87(3):72-82.

 

Grant, CC et TJ Klem. 1994. L'incendie d'une usine de jouets en Thaïlande tue 188 travailleurs. NFPA J 88(1):42-49.

 

Greene, WAJ. 1954. Facteurs psychologiques et maladie réticulo-endothéliale : observations préliminaires sur un groupe d'hommes atteints de lymphome et de leucémie. Psychosome Med : 16-20.

 

Grisham, JW. 1986. Aspects sanitaires de l'élimination des déchets chimiques. New York : Presse de Pergamon.

 

Herbert, P et G Taylor. 1979. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les ouragans : Partie 1. Weatherwise (avril).

 

High, D, JT Blodgett, EJ Croce, EO Horne, JW McKoan et CS Whelan. 1956. Aspects médicaux de la catastrophe de la tornade de Worcester. New Engl J Med 254:267-271.

 

Holden, C. 1980. Résidents du canal Love en état de stress. Science 208:1242-1244.

 

Homberger, E, G Reggiani, J Sambeth et HK Wipf. 1979. L'accident de Seveso : sa nature, son ampleur et ses conséquences. Ann Occup Hyg 22:327-370.

 

Hunter, D. 1978. Les maladies des professions. Londres : Hodder & Stoughton.

 

Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 1988. Principes de base de sûreté pour les centrales nucléaires INSAG-3. Collection Sécurité, n° 75. Vienne : AIEA.

 

—. 1989a. L'accident radiologique de Goiânia. Vienne : AIEA.

 

—. 1989b. Un cas de contamination au Co-60 à grande échelle : Mexique 1984. Dans Planification d'urgence et préparation aux accidents impliquant des matières radioactives utilisées en médecine, dans l'industrie, la recherche et l'enseignement. Vienne : AIEA.

 

—. 1990. Recommandations pour l'utilisation sûre et la réglementation des sources de rayonnement dans l'industrie, la médecine, la recherche et l'enseignement. Collection Sécurité, n° 102. Vienne : AIEA.

 

—. 1991. Le projet international de Tchernobyl. Rapport technique, évaluation des conséquences radiologiques et évaluation des mesures de protection, rapport d'un comité consultatif international. Vienne : AIEA.

 

—. 1994. Critères d'intervention en cas d'urgence nucléaire ou radiologique. Collection Sécurité, n° 109. Vienne : AIEA.

 

Commission internationale de protection radiologique (CIPR). 1991. Annales de la CIPR. Publication CIPR n° 60. Oxford : Pergamon Press.

 

Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRCRCS). 1993. Le Rapport mondial sur les catastrophes. Dordrecht : Martinus Nijhoff.

 

Organisation internationale du travail (OIT). 1988. Contrôle des risques majeurs. Un manuel pratique. Genève : OIT.

 

—. 1991. Prévention des accidents industriels majeurs. Genève : OIT.

 

—. 1993. Convention sur la prévention des accidents industriels majeurs, 1993 (n° 174). Genève : OIT.

 

Janerich, DT, AD Stark, P Greenwald, WS Bryant, HI Jacobson et J McCusker. 1981. Augmentation de la leucémie, du lymphome et de l'avortement spontané dans l'ouest de New York suite à une catastrophe. Publ Health Rep 96:350-356.

 

Jeyaratnam, J. 1985. 1984 et santé au travail dans les pays en développement. Scand J Work Environ Health 11:229-234.

 

Jovel, JR. 1991. Los efectos económicos y sociales de los desastres naturales en América Latina y el Caribe. Santiago, Chili : Document présenté au premier programme régional PNUD/UNDRO de formation à la gestion des catastrophes à Bogota, Colombie.

 

Kilbourne, EM, JG Rigau-Perez, J Heath CW, MM Zack, H Falk, M Martin-Marcos et A De Carlos. 1983. Épidémiologie clinique du syndrome des huiles toxiques. New Engl J Med 83:1408-1414.

 

Klem, TJ. 1992. 25 personnes meurent dans un incendie d'usine alimentaire. NFPA J 86(1):29-35.

 

Klem, TJ et CC Grant. 1993. Trois travailleurs meurent dans l'incendie d'une centrale électrique. NFPA J 87(2):44-47.

 

Krasnyuk, EP, VI Chernyuk et VA Stezhka. 1993. Conditions de travail et état de santé des opérateurs de machines agricoles dans les zones sous contrôle en raison de l'accident de Tchernobyl (en russe). In abstracts Chernobyl and Human Health Conference, 20-22 avril.

 

Krishna Murti, CR. 1987. Prévention et contrôle des accidents chimiques : problèmes des pays en développement. In Istituto Superiore Sanita', Organisation mondiale de la santé, Programme international sur la sécurité chimique. Édimbourg : CEP Consultants.

 

Lancette. 1983. Syndrome de l'huile toxique. 1:1257-1258.

 

Lechat, MF. 1990. L'épidémiologie des effets des catastrophes sur la santé. Epidemiol Rev 12:192.

 

Logué, JN. 1972. Effets à long terme d'une catastrophe naturelle majeure: l'inondation de l'ouragan Agnes dans la vallée du Wyoming en Pennsylvanie, juin 1972. Ph.D. Mémoire, Columbia Univ. École de santé publique.

 

Logue, JN et HA Hansen. 1980. Une étude cas-témoins de femmes hypertendues dans une communauté post-catastrophe : Wyoming Valley, Pennsylvanie. J Hum Stress 2:28-34.

 

Logue, JN, ME Melick et H Hansen. 1981. Questions et orientations de la recherche en épidémiologie des effets sanitaires des catastrophes. Épidémiol Rev 3:140.

 

Loshchilov, NA, VA Kashparov, YB Yudin, VP Proshchak et VI Yushchenko. 1993. Inhalation de radionucléides lors de travaux agricoles dans les zones contaminées par des radionucléides suite à l'accident de Tchernobyl (en russe). Gigiena i sanitarija (Moscou) 7:115-117.

 

Mandlebaum, I, D Nahrwold et DW Boyer. 1966. Gestion des victimes des tornades. J Trauma 6:353-361.

 

Marrero, J. 1979. Danger : crues soudaines - le tueur numéro un des années 70. Weatherwise (février):34-37.

 

Masuda, Y et H Yoshimura. 1984. Biphényles polychlorés et dibenzofuranes chez les patients atteints de Yusho et leur signification toxicologique : une revue. Am J Ind Med 5:31-44.

 

Mélick, MF. 1976. Aspects sociaux, psychologiques et médicaux des maladies liées au stress pendant la période de rétablissement après une catastrophe naturelle. Mémoire, Albany, State Univ. de New York.

 

Mogil, M, J Monro et H Groper. 1978. Programmes d'alerte aux crues éclair et de préparation aux catastrophes du NWS. B Am Meteorol Soc : 59-66.

 

Morrisson, AS. 1985. Dépistage des maladies chroniques. Oxford : OUP.

 

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1993. Code national d'alarme incendie. NFPA n° 72. Quincy, Massachusetts : NFPA.

 

—. 1994. Norme pour l'installation de systèmes de gicleurs. NFPA n° 13. Quincy, Massachusetts : NFPA.

 

—. 1994. Code de sécurité des personnes. NFPA n° 101. Quincy, Massachusetts : NFPA.

 

—. 1995. Norme pour l'inspection, les essais et l'entretien des systèmes de protection contre les incendies à base d'eau. NFPA n° 25. Quincy, Massachusetts : NFPA.

 

Nénot, JC. 1993. Les surexpositions accidentelles. CEA, Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire. Rapport DPHD/93-04.a, 1993, 3-11.

 

Agence pour l'énergie nucléaire. 1987. L'impact radiologique de l'accident de Tchernobyl dans les pays de l'OCDE. Paris : Agence pour l'énergie nucléaire.

 

Otake, M et WJ Schull. 1992. Petites tailles de tête liées aux rayonnements chez les survivants de la bombe atomique exposés avant la naissance. Série de rapports techniques, RERF 6-92.

 

Otake, M, WJ Schull et H Yoshimura. 1989. Un examen des dommages liés aux radiations chez les survivants de la bombe atomique exposés avant la naissance. Série d'examen des commentaires, RERF CR 4-89.

 

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1989. Analyse du programme de préparation aux situations d'urgence et de secours en cas de catastrophe de l'OPS. Document du Comité exécutif SPP12/7. Washington, DC : OPS.

 

—. 1987. Crónicas de desaster: terremoto en México. Washington, DC : OPS.

 

Parrish, RG, H Falk et JM Melius. 1987. Catastrophes industrielles : classification, enquête et prévention. Dans Recent Advances in Occupational Health, édité par JM Harrington. Édimbourg : Churchill Livingstone.

 

Peisert, M comp, RE Cross et LM Riggs. 1984. Le rôle de l'hôpital dans les systèmes de services médicaux d'urgence. Chicago : édition de l'hôpital américain.

 

Pesatori, AC. 1995. Contamination par la dioxine à Seveso : la tragédie sociale et le défi scientifique. Med Lavoro 86:111-124.

 

Peter, RU, O Braun-Falco et A Birioukov. 1994. Lésions cutanées chroniques après exposition accidentelle aux rayonnements ionisants : l'expérience de Tchernobyl. J Am Acad Dermatol 30:719-723.

 

Pocchiari, F, A DiDomenico, V Silano et G Zapponi. 1983. Impact environnemental du rejet accidentel de tétrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD) à Seveso. Dans Accidental Exposure to Dioxins: Human Health Aspects, édité par F Coulston et F Pocchiari. New York : Presse académique.

 

—. 1986. L'accident de Seveso et ses conséquences. Dans Insuring and Managing Hazardous Risks: From Seveso to Bhopal and Beyond, édité par PR Kleindorfer et HC Kunreuther. Berlin : Springer Verlag.

 

Rodrigues de Oliveira, A. 1987. Un répertoire des accidents radiologiques 1945-1985. Radioprotection 22(2):89-135.

 

Sainani, GS, VR Joshi, PJ Mehta et P Abraham. 1985. Tragédie de Bhopal -Un an plus tard. J Assoc Phys India 33:755-756.

 

Salzmann, JJ. 1987. "Schweizerhalle" et ses conséquences. Édimbourg : CEP Consultants.

 

Rive, RÉ. 1992. Problèmes et preuves épidémiologiques concernant le cancer de la thyroïde radio-induit. Rad Res 131:98-111.

 

Spurzem, JR et JE Lockey. 1984. Syndrome de l'huile toxique. Arch Int Med 144:249-250.

 

Stsjazhko, VA, AF Tsyb, ND Tronko, G Souchkevitch et KF Baverstock. 1995. Cancer de la thyroïde chez l'enfant depuis les accidents de Tchernobyl. Brit Med J 310:801.

 

Tachakra, SS. 1987. La catastrophe de Bhopal. Édimbourg : CEP Consultants.

 

Thierry, D, P Gourmelon, C Parmentier et JC Nenot. 1995. Facteurs de croissance hématopoïétiques dans le traitement de l'aplasie induite par l'irradiation thérapeutique et accidentelle. Int J Rad Biol (sous presse).

 

Comprendre la science et la nature : météo et climat. 1992. Alexandria, Va: Time-Life.

 

Bureau du Coordonnateur des Nations Unies pour les secours en cas de catastrophe (UNDRO). 1990. Tremblement de terre en Iran. UNDRO News 4 (septembre).

 

Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR). 1988. Sources, effets et risques des rayonnements ionisants. New York : UNSCEAR.

 

—. 1993. Sources et effets des rayonnements ionisants. New York : UNSCEAR.

 

—. 1994. Sources et effets des rayonnements ionisants. New York : UNSCEAR.

 

Ursano, RJ, BG McCaughey et CS Fullerton. 1994. Réponses individuelles et communautaires aux traumatismes et aux catastrophes : la structure du chaos humain. Cambridge : Université de Cambridge. Presse.

 

Agence américaine pour le développement international (USAID). 1989. Union soviétique : Tremblement de terre. Rapport annuel OFDA/AID, exercice 1989. Arlington, Virginie : USAID.

 

Walker, P. 1995. Rapport mondial sur les catastrophes. Genève : Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

 

Wall Street J. L'incendie de 1993 en Thaïlande montre que la région renonce à la sécurité pour augmenter ses profits, 13 mai.

 

Weiss, B et TW Clarkson. 1986. Catastrophe chimique toxique et implication de Bhopal pour le transfert de technologie. Milbank Q 64:216.

 

Whitlow, J. 1979. Catastrophes : L'anatomie des risques environnementaux. Athènes, Ga : Univ. de Georgia Press.

 

Williams, D, A Pinchera, A Karaoglou et KH Chadwick. 1993. Cancer de la thyroïde chez les enfants vivant près de Tchernobyl. Rapport du groupe d'experts sur les conséquences de l'accident de Tchernobyl, EUR 15248 EN. Bruxelles : Commission des Communautés européennes (CCE).

 

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1984. Syndrome des huiles toxiques. Intoxication alimentaire de masse en Espagne. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

 

Wyllie, L et M Durkin. 1986. Séisme du 3 mars 1985 au Chili : Victimes et effets sur le système de santé. Spécification tremblement de terre 2(2):489-495.

 

Zéballos, JL. 1993a. Los desastres quimicos, capacidad de respuesta de los paises en vias de desarrollo. Washington, DC : Organisation panaméricaine de la santé (OPS).

 

—. 1993b. Effets des catastrophes naturelles sur l'infrastructure sanitaire : leçons d'un point de vue médical. Bull Pan Am Health Organ 27 : 389-396.

 

Zerbib, JC. 1993. Les accidents radiologiques survenus lors d'usages industriels de sources radioactives ou de générateurs électirques de rayonnement. Dans Sécurité des sources radioactives scellées et des générateurs électriques de rayonnement. Paris : Société française de radioprotection.