Jeudi, Mars 24 2011 18: 29

Mesures de prévention des incendies

Évaluer cet élément
(15 votes)

L'histoire nous apprend que les incendies étaient utiles pour le chauffage et la cuisine mais causaient des dégâts importants dans de nombreuses villes. De nombreuses maisons, de grands bâtiments et parfois des villes entières ont été détruits par le feu.

L'une des premières mesures de prévention des incendies était l'obligation d'éteindre tous les incendies avant la tombée de la nuit. Par exemple, en 872 à Oxford, en Angleterre, les autorités ont ordonné qu'une cloche de couvre-feu soit sonnée au coucher du soleil pour rappeler aux citoyens d'éteindre tous les feux intérieurs pour la nuit (Bugbee 1978). En effet, le mot couvre-feu est dérivé du français couvre-feu qui signifie littéralement "feu de couverture".

La cause des incendies est souvent le résultat d'une action humaine associant combustible et source d'inflammation (par exemple, des déchets de papier stockés à côté d'équipements de chauffage ou des liquides inflammables volatils utilisés à proximité de flammes nues).

Les incendies nécessitent du combustible, une source d'allumage et un mécanisme pour réunir le combustible et la source d'allumage en présence d'air ou d'un autre oxydant. Si des stratégies peuvent être développées pour réduire les charges de combustible, éliminer les sources d'inflammation ou empêcher l'interaction combustible/allumage, alors les pertes par le feu et les décès et blessures humaines peuvent être réduits.

Ces dernières années, on a de plus en plus mis l'accent sur la prévention des incendies comme l'une des mesures les plus rentables pour faire face au problème des incendies. Il est souvent plus facile (et moins coûteux) d'empêcher les incendies de se déclarer que de les contrôler ou de les éteindre une fois qu'ils se sont déclarés.

Ceci est illustré dans le Arbre des concepts de sécurité incendie (NFPA 1991; 1995a) développé par la NFPA aux États-Unis. Cette approche systématique des problèmes de sécurité incendie montre que des objectifs, tels que la réduction des décès par incendie sur le lieu de travail, peuvent être atteints en empêchant l'allumage du feu ou en maîtrisant l'impact du feu.

La prévention des incendies implique inévitablement une modification du comportement humain. Cela nécessite une formation à la sécurité incendie, soutenue par la direction, en utilisant les derniers manuels de formation, normes et autres supports pédagogiques. Dans de nombreux pays, ces stratégies sont renforcées par la loi, obligeant les entreprises à atteindre les objectifs de prévention des incendies dans le cadre de leur engagement en matière de santé et de sécurité au travail envers leurs travailleurs.

L'éducation à la sécurité incendie sera abordée dans la section suivante. Cependant, il existe maintenant des preuves claires dans le commerce et l'industrie du rôle important de la prévention des incendies. Un grand usage est fait à l'échelle internationale des sources suivantes : Lees, Prévention des pertes dans les industries de transformation, tomes 1 et 2 (1980); NFPA 1—Code de prévention des incendies (1992); Règlement sur la gestion de la santé et de la sécurité au travail (ECD 1992); et Manuel de protection contre les incendies de la NFPA (Cote 1991). Celles-ci sont complétées par de nombreuses réglementations, normes et supports de formation élaborés par les gouvernements nationaux, les entreprises et les compagnies d'assurance pour minimiser les pertes de vie et de biens.

Éducation et pratiques en matière de sécurité incendie

Pour qu'un programme de formation à la sécurité incendie soit efficace, il doit y avoir un engagement politique majeur de l'entreprise envers la sécurité et l'élaboration d'un plan efficace qui comporte les étapes suivantes : (a) Phase de planification—établissement des buts et objectifs; (b) Phase de conception et de mise en œuvre ; et (c) Phase d'évaluation du programme — contrôle de l'efficacité.

Buts et objectifs

Gratton (1991), dans un important article sur l'éducation à la sécurité incendie, a défini les différences entre les buts, les objectifs et les pratiques ou stratégies de mise en œuvre. Les objectifs sont des déclarations d'intention générales qui, sur le lieu de travail, peuvent être dites « réduire le nombre d'incendies et ainsi réduire le nombre de décès et de blessures parmi les travailleurs, ainsi que l'impact financier sur les entreprises ».

Les aspects humains et financiers de l'objectif global ne sont pas incompatibles. Les pratiques modernes de gestion des risques ont démontré que l'amélioration de la sécurité des travailleurs grâce à des pratiques efficaces de contrôle des pertes peut être financièrement gratifiante pour l'entreprise et avoir un avantage pour la communauté.

Ces objectifs doivent être traduits en objectifs spécifiques de sécurité incendie pour des entreprises particulières et leur main-d'œuvre. Ces objectifs, qui doivent être mesurables, comprennent généralement des énoncés tels que :

  • réduire les accidents industriels et les incendies qui en résultent
  • réduire les décès et les blessures causés par le feu
  • réduire les dommages aux biens de l'entreprise.

 

Pour de nombreuses entreprises, il peut y avoir des objectifs supplémentaires tels que la réduction des coûts d'interruption d'activité ou la minimisation de l'exposition à la responsabilité légale.

La tendance de certaines entreprises est de présumer que la conformité aux codes et normes de construction locaux est suffisante pour s'assurer que leurs objectifs de sécurité incendie sont atteints. Cependant, ces codes ont tendance à se concentrer sur la sécurité des personnes, en supposant que des incendies se produiront.

La gestion moderne de la sécurité incendie comprend que la sécurité absolue n'est pas un objectif réaliste, mais fixe des objectifs de performance mesurables pour :

  • minimiser les incendies grâce à une prévention efficace des incendies
  • fournir des moyens efficaces de limiter l'ampleur et les conséquences des incendies grâce à un équipement et à des procédures d'urgence efficaces
  • utiliser une assurance pour se prémunir contre les grands incendies imprévus, en particulier ceux résultant de catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et les feux de brousse.

 

Conception et réalisation

La conception et la mise en œuvre de programmes d'éducation à la sécurité incendie pour la prévention des incendies dépendent essentiellement de l'élaboration de stratégies bien planifiées et d'une gestion et d'une motivation efficaces des personnes. Il doit y avoir un soutien corporatif fort et absolu pour la mise en œuvre complète d'un programme de sécurité-incendie pour qu'il soit couronné de succès.

L'éventail des stratégies a été identifié par Koffel (1993) et dans les Manuel sur les risques d'incendie industriels (Linville 1990). Ils comprennent:

  • promouvoir la politique et les stratégies de l'entreprise en matière de sécurité incendie auprès de tous les employés de l'entreprise
  • identifier tous les scénarios d'incendie potentiels et mettre en œuvre des actions appropriées de réduction des risques
  • surveiller tous les codes et normes locaux qui définissent la norme de soins dans une industrie particulière
  • mettre en œuvre un programme d'administration des pertes pour mesurer toutes les pertes à des fins de comparaison avec les objectifs de performance
  • formation de tous les employés aux bonnes techniques de prévention des incendies et d'intervention d'urgence.
  • Voici quelques exemples internationaux de stratégies de mise en œuvre :
  • cours organisés par la Fire Protection Association (FPA) au Royaume-Uni menant au diplôme européen de prévention des incendies (Welch 1993)
  • la création de SweRisk, une filiale de l'Association suédoise de protection contre les incendies, pour aider les entreprises à entreprendre des évaluations des risques et à développer des programmes de prévention des incendies (Jernberg 1993)
  • participation massive des citoyens et des travailleurs à la prévention des incendies au Japon selon les normes élaborées par l'Agence japonaise de défense contre les incendies (Hunter 1991)
  • formation à la sécurité incendie aux États-Unis grâce à l'utilisation du Manuel de l'éducateur en sécurité incendie (NFPA 1983) et la Manuel d'éducation publique sur les incendies (Osterhoust 1990).

 

Il est extrêmement important de mesurer l'efficacité des programmes d'éducation à la sécurité incendie. Cette mesure fournit la motivation pour poursuivre le financement, le développement et l'ajustement du programme si nécessaire.

Le meilleur exemple de surveillance et de réussite de l'éducation à la sécurité incendie se trouve probablement aux États-Unis. Le Apprenez à ne pas brûlerÒ programme, visant à éduquer les jeunes en Amérique sur les dangers du feu, a été coordonné par la Division de l'éducation publique de la NFPA. La surveillance et l'analyse en 1990 ont identifié un total de 194 vies sauvées à la suite d'actions appropriées de sécurité des personnes apprises dans les programmes d'éducation à la sécurité incendie. Quelque 30 % de ces vies sauvées sont directement attribuables à la Apprenez à ne pas brûlerÒ programmes.

L'introduction de détecteurs de fumée résidentiels et de programmes d'éducation à la sécurité incendie aux États-Unis a également été suggérée comme les principales raisons de la réduction du nombre de décès par incendie domestique dans ce pays, de 6,015 1978 en 4,050 à 1990 1991 en XNUMX (NFPA, XNUMX).

Pratiques d'entretien ménager industriel

Dans le domaine industriel, Lees (1980) est une sommité internationale. Il a indiqué que dans de nombreuses industries aujourd'hui, le potentiel de très grandes pertes de vie, de blessures graves ou de dommages matériels est beaucoup plus élevé que par le passé. De grands incendies, des explosions et des rejets toxiques peuvent en résulter, en particulier dans les industries pétrochimique et nucléaire.

La prévention des incendies est donc la clé pour minimiser l'allumage des incendies. Les installations industrielles modernes peuvent obtenir de bons résultats en matière de sécurité incendie grâce à des programmes bien gérés de :

  • inspections d'entretien ménager et de sécurité
  • formation des employés à la prévention des incendies
  • entretien et réparation des équipements
  • la sécurité et la prévention des incendies criminels (Blye et Bacon 1991).

 

Un guide utile sur l'importance de l'entretien ménager pour la prévention des incendies dans les locaux commerciaux et industriels est donné par Higgins (1991) dans le NFPA's Manuel de protection contre les incendies.

La valeur d'un bon entretien ménager pour minimiser les charges combustibles et prévenir l'exposition aux sources d'inflammation est reconnue dans les outils informatiques modernes utilisés pour évaluer les risques d'incendie dans les locaux industriels. Le logiciel FREM (Fire Risk Evaluation Method) en Australie identifie l'entretien ménager comme un facteur clé de sécurité incendie (Keith 1994).

Équipement d'utilisation de la chaleur

Les équipements d'utilisation de la chaleur dans le commerce et l'industrie comprennent les fours, les fours, les fours, les déshydrateurs, les séchoirs et les cuves de trempe.

Dans la NFPA Manuel sur les risques d'incendie industriels, Simmons (1990) a identifié les problèmes d'incendie avec l'équipement de chauffage comme étant :

  1. la possibilité d'enflammer des matériaux combustibles stockés à proximité
  2. les dangers liés au carburant résultant de carburant non brûlé ou d'une combustion incomplète
  3. surchauffe entraînant une défaillance de l'équipement
  4. inflammation de solvants combustibles, de matières solides ou d'autres produits en cours de traitement.

 

Ces problèmes d'incendie peuvent être surmontés grâce à une combinaison d'un bon entretien, de contrôles et de verrouillages appropriés, de la formation et des tests des opérateurs, et du nettoyage et de l'entretien dans le cadre d'un programme efficace de prévention des incendies.

Des recommandations détaillées pour les différentes catégories d'équipements d'utilisation de la chaleur sont énoncées dans les Manuel de protection contre les incendies (Cote 1991). Ceux-ci sont résumés ci-dessous.

Fours et fourneaux

Les incendies et les explosions dans les fours et fournaises résultent généralement du combustible utilisé, de substances volatiles fournies par le matériau dans le four ou d'une combinaison des deux. Beaucoup de ces fours ou fournaises fonctionnent à 500 à 1,000 XNUMX °C, ce qui est bien au-dessus de la température d'inflammation de la plupart des matériaux.

Les fours et les chaudières nécessitent une gamme de commandes et de verrouillages pour garantir que les gaz combustibles non brûlés ou les produits de combustion incomplète ne peuvent pas s'accumuler et s'enflammer. En règle générale, ces dangers se développent lors de l'allumage ou pendant les opérations d'arrêt. Par conséquent, une formation spéciale est nécessaire pour s'assurer que les opérateurs suivent toujours les procédures de sécurité.

La construction de bâtiments incombustibles, la séparation des autres équipements et des matériaux combustibles et une certaine forme d'extinction automatique des incendies sont généralement des éléments essentiels d'un système de sécurité incendie pour empêcher la propagation en cas d'incendie.

Fours

Les fours sont utilisés pour sécher le bois (Lataille 1990) et pour traiter ou « cuire » les produits argileux (Hrbacek 1984).

Encore une fois, cet équipement à haute température représente un danger pour son environnement. Une bonne conception de la séparation et un bon entretien sont essentiels pour prévenir les incendies.

Les séchoirs à bois utilisés pour le séchage du bois sont en outre dangereux car le bois lui-même est une charge calorifique élevée et est souvent chauffé à une température proche de sa température d'inflammation. Il est essentiel que les fours soient nettoyés régulièrement pour éviter l'accumulation de petits morceaux de bois et de sciure afin que ceux-ci n'entrent pas en contact avec l'équipement de chauffage. Les fours en matériaux de construction résistants au feu, équipés de gicleurs automatiques et dotés de systèmes de ventilation/circulation d'air de haute qualité sont préférés.

Déshydrateurs et séchoirs

Cet équipement est utilisé pour réduire la teneur en humidité des produits agricoles tels que le lait, les œufs, les céréales, les graines et le foin. Les séchoirs peuvent être à feu direct, auquel cas les produits de la combustion entrent en contact avec le matériau à sécher, ou ils peuvent être à feu indirect. Dans chaque cas, des commandes sont nécessaires pour couper l'alimentation en chaleur en cas de température excessive ou d'incendie dans la sécheuse, le système d'évacuation ou le système de convoyage ou en cas de panne des ventilateurs de circulation d'air. Encore une fois, un nettoyage adéquat pour éviter l'accumulation de produits qui pourraient s'enflammer est nécessaire.

Cuves de trempe

Les principes généraux de la sécurité incendie des bacs de trempe sont identifiés par Ostrowski (1991) et Watts (1990).

Le processus de trempe, ou refroidissement contrôlé, se produit lorsqu'un élément métallique chauffé est immergé dans un réservoir d'huile de trempe. Le processus est entrepris pour durcir ou tremper le matériau par changement métallurgique.

La plupart des huiles de trempe sont des huiles minérales combustibles. Ils doivent être choisis avec soin pour chaque application afin de s'assurer que la température d'inflammation de l'huile est supérieure à la température de fonctionnement du réservoir lorsque les pièces métalliques chaudes sont immergées.

Il est essentiel que l'huile ne déborde pas des côtés du réservoir. Par conséquent, des contrôles de niveau de liquide et des drains appropriés sont essentiels.

L'immersion partielle d'objets chauds est la cause la plus fréquente d'incendies de réservoirs de trempe. Cela peut être évité par un transfert de matériau ou des dispositifs de transport appropriés.

De même, des contrôles appropriés doivent être fournis pour éviter les températures excessives de l'huile et l'entrée d'eau dans le réservoir qui peuvent entraîner un débordement et un incendie majeur dans et autour du réservoir.

Des systèmes d'extinction d'incendie automatiques spécifiques tels que le dioxyde de carbone ou la poudre chimique sèche sont souvent utilisés pour protéger la surface du réservoir. Une protection aérienne par gicleurs automatiques du bâtiment est souhaitable. Dans certains cas, une protection spéciale des opérateurs qui doivent travailler à proximité du réservoir est également requise. Souvent, des systèmes de pulvérisation d'eau sont fournis pour protéger les travailleurs contre l'exposition.

Par-dessus tout, une formation adéquate des travailleurs en intervention d'urgence, y compris l'utilisation d'extincteurs portatifs, est essentielle.

Équipement de procédé chimique

Les opérations visant à modifier chimiquement la nature des matériaux ont souvent été la source de catastrophes majeures, causant de graves dommages aux usines et des décès et des blessures aux travailleurs et aux communautés environnantes. Les risques pour la vie et les biens résultant d'incidents dans les usines de traitement chimique peuvent provenir d'incendies, d'explosions ou de rejets de produits chimiques toxiques. L'énergie de destruction provient souvent d'une réaction chimique incontrôlée des matériaux de traitement, de la combustion de carburants entraînant des ondes de pression ou des niveaux élevés de rayonnement et de missiles volants qui peuvent causer des dommages à de grandes distances.

Exploitation et équipement de l'usine

La première étape de la conception consiste à comprendre les processus chimiques impliqués et leur potentiel de libération d'énergie. Lees (1980) dans son Prévention des pertes dans les industries de transformation décrit en détail les étapes à suivre, notamment :

  • conception de processus appropriée
  • étude des mécanismes de défaillance et de la fiabilité
  • identification des dangers et audits de sécurité
  • évaluation des dangers—causes/conséquences.
  • L'évaluation des degrés de danger doit examiner :
  • émission et dispersion potentielles de produits chimiques, en particulier de substances toxiques et contaminantes
  • effets du rayonnement du feu et de la dispersion des produits de combustion
  • des explosions, en particulier des ondes de choc de pression qui peuvent détruire d'autres usines et bâtiments.

 

Plus de détails sur les dangers du procédé et leur contrôle sont donnés dans Directives de l'usine pour la gestion technique de la sécurité des procédés chimiques (AIChE 1993) ; Les propriétés dangereuses de Sax pour les matériaux industriels (Lewis 1979); et la NFPA Manuel sur les risques d'incendie industriels (Linville 1990).

Protection de l'emplacement et de l'exposition

Une fois que les dangers et les conséquences des incendies, des explosions et des rejets toxiques ont été identifiés, l'implantation des usines de traitement chimique peut être entreprise.

Encore une fois, Lees (1980) et Bradford (1991) ont fourni des lignes directrices sur l'emplacement des usines. Les usines doivent être suffisamment séparées des communautés environnantes pour s'assurer que ces communautés ne peuvent pas être affectées par un accident industriel. La technique d'évaluation quantitative des risques (QRA) pour déterminer les distances de séparation est largement utilisée et légiférée dans la conception des usines de traitement chimique.

La catastrophe de Bhopal, en Inde, en 1984 a démontré les conséquences de l'implantation d'une usine chimique trop près d'une communauté : plus de 1,000 XNUMX personnes ont été tuées par des produits chimiques toxiques dans un accident industriel.

La mise à disposition d'un espace de séparation autour des usines chimiques permet également un accès facile pour la lutte contre l'incendie de tous les côtés, quelle que soit la direction du vent.

Les usines chimiques doivent fournir une protection contre l'exposition sous la forme de salles de contrôle antidéflagrantes, de refuges pour les travailleurs et d'équipements de lutte contre l'incendie afin de garantir que les travailleurs sont protégés et qu'une lutte efficace contre l'incendie peut être entreprise après un incident.

Contrôle des déversements

Les déversements de matières inflammables ou dangereuses doivent être limités par une conception de processus appropriée, des vannes à sécurité intégrée et un équipement de détection/contrôle approprié. Cependant, si des déversements importants se produisent, ils doivent être confinés dans des zones entourées de murs, parfois de terre, où ils peuvent brûler sans danger s'ils s'enflamment.

Les incendies dans les systèmes de drainage sont fréquents et une attention particulière doit être portée aux canalisations et aux systèmes d'assainissement.

Risques de transfert de chaleur

L'équipement qui transfère la chaleur d'un fluide chaud vers un fluide plus froid peut être une source d'incendie dans les usines chimiques. Des températures localisées excessives peuvent provoquer la décomposition et la combustion de nombreux matériaux. Cela peut parfois provoquer la rupture de l'équipement de transfert de chaleur et le transfert d'un fluide dans un autre, provoquant une réaction violente indésirable.

Des niveaux élevés d'inspection et d'entretien, y compris le nettoyage de l'équipement de transfert de chaleur, sont essentiels pour un fonctionnement sûr.

Réacteurs

Les réacteurs sont les récipients dans lesquels les processus chimiques souhaités sont entrepris. Ils peuvent être de type continu ou discontinu mais nécessitent une attention particulière à la conception. Les récipients doivent être conçus pour résister aux pressions pouvant résulter d'explosions ou de réactions incontrôlées ou doivent être équipés de dispositifs de décompression appropriés et parfois d'une ventilation d'urgence.

Les mesures de sécurité pour les réacteurs chimiques comprennent :

  • instrumentation et contrôles appropriés pour détecter les incidents potentiels, y compris les circuits redondants
  • nettoyage, inspection et entretien de haute qualité de l'équipement et des contrôles de sécurité
  • formation adéquate des opérateurs en matière de contrôle et d'intervention d'urgence
  • matériel d'extinction d'incendie et personnel de lutte contre l'incendie appropriés.

 

Soudage et coupage

La Factory Mutual Engineering Corporation (FM) Fiche de données sur la prévention des pertes (1977) montre que près de 10 % des pertes de biens industriels sont dues à des incidents de coupage et de soudage de matériaux, généralement des métaux. Il est clair que les températures élevées requises pour faire fondre les métaux lors de ces opérations peuvent déclencher des incendies, tout comme les étincelles générées dans bon nombre de ces processus.

La FM Fiche technique (1977) indique que les matériaux les plus fréquemment impliqués dans les incendies dus au soudage et au coupage sont les liquides inflammables, les dépôts huileux, les poussières combustibles et le bois. Les types de zones industrielles où les accidents sont les plus probables sont les zones de stockage, les chantiers de construction de bâtiments, les installations en cours de réparation ou de modification et les systèmes d'élimination des déchets.

Les étincelles de coupe et de soudage peuvent souvent parcourir jusqu'à 10 m et se loger dans des matériaux combustibles où des feux couvants et plus tard des flammes peuvent se produire.

Procédés électriques

Le soudage à l'arc et le coupage à l'arc sont des exemples de processus impliquant l'électricité pour fournir l'arc qui est la source de chaleur pour la fusion et l'assemblage des métaux. Les éclairs d'étincelles sont courants et la protection des travailleurs contre l'électrocution, les éclairs d'étincelles et le rayonnement d'arc intense est nécessaire.

Procédés de gaz oxycombustible

Ce processus utilise la chaleur de combustion du gaz combustible et de l'oxygène pour générer des flammes à haute température qui font fondre les métaux assemblés ou coupés. Manz (1991) a indiqué que l'acétylène est le gaz combustible le plus largement utilisé en raison de sa température de flamme élevée d'environ 3,000 XNUMX °C.

La présence d'un carburant et d'oxygène à haute pression augmente le risque, ainsi que la fuite de ces gaz de leurs bouteilles de stockage. Il est important de se rappeler que de nombreux matériaux qui ne brûlent pas, ou ne brûlent que lentement dans l'air, brûlent violemment dans l'oxygène pur.

Garanties et précautions

Les bonnes pratiques de sécurité sont identifiées par Manz (1991) dans la NFPA Manuel de protection contre les incendies.

Ces garanties et précautions comprennent :

  • la conception, l'installation et l'entretien appropriés de l'équipement de soudage et de coupage, en particulier le stockage et les tests d'étanchéité des bouteilles de carburant et d'oxygène
  • préparation adéquate des zones de travail pour éliminer tout risque d'inflammation accidentelle des combustibles environnants
  • contrôle de gestion strict sur tous les processus de soudage et de coupage
  • formation de tous les opérateurs aux pratiques sécuritaires
  • vêtements résistants au feu et protection oculaire appropriés pour les opérateurs et les travailleurs à proximité
  • une ventilation adéquate pour empêcher l'exposition des opérateurs ou des travailleurs à proximité aux gaz et vapeurs nocifs.

 

Des précautions particulières sont requises lors du soudage ou de la découpe de réservoirs ou d'autres récipients ayant contenu des matériaux inflammables. Un guide utile est celui de l'American Welding Society Pratiques sécuritaires recommandées pour la préparation au soudage et au découpage des contenants ayant contenu des substances dangereuses (1988).

Pour les travaux de construction et les modifications, une publication britannique, le Loss Prevention Council's Prévention des incendies sur les chantiers de construction (1992) est utile. Il contient un modèle de permis de travail à chaud pour contrôler les opérations de coupage et de soudage. Cela serait utile pour la gestion de n'importe quelle usine ou site industriel. Un exemple de permis similaire est fourni dans le FM Fiche technique sur le coupage et le soudage (1977).

Protection contre la foudre

La foudre est une cause fréquente d'incendies et de décès de personnes dans de nombreux pays du monde. Par exemple, chaque année, quelque 240 citoyens américains meurent des suites de la foudre.

La foudre est une forme de décharge électrique entre les nuages ​​chargés et la terre. La FM Fiche technique (1984) sur la foudre indique que les coups de foudre peuvent aller de 2,000 200,000 à 5 50 A en raison d'une différence de potentiel de XNUMX à XNUMX millions de V entre les nuages ​​et la terre.

La fréquence de la foudre varie selon les pays et les régions en fonction du nombre de jours d'orage par an pour la localité. Les dégâts que la foudre peut causer dépendent beaucoup de l'état du sol, avec plus de dégâts se produisant dans les zones de haute résistivité de la terre.

Mesures de protection—bâtiments

La norme NFPA 780 Norme pour l'installation de systèmes de protection contre la foudre (1995b) définit les exigences de conception pour la protection des bâtiments. Alors que la théorie exacte des décharges de foudre est encore à l'étude, le principe de base de la protection est de fournir un moyen par lequel une décharge de foudre peut entrer ou sortir de la terre sans endommager le bâtiment protégé.

Les systèmes d'éclairage ont donc deux fonctions :

  • pour intercepter la décharge de foudre avant qu'elle ne frappe le bâtiment
  • fournir un chemin de décharge inoffensif vers la terre.
  • Cela nécessite que les bâtiments soient équipés de :
  • paratonnerres ou mâts
  • conducteurs de descente
  • bonnes connexions à la terre, généralement 10 ohms ou moins.

 

Plus de détails sur la conception de la protection contre la foudre pour les bâtiments sont fournis par Davis (1991) dans la NFPA Manuel de protection contre les incendies (Cote 1991) et dans le British Standards Institute's Code de pratique (1992).

Les lignes de transmission aériennes, les transformateurs, les sous-stations extérieures et d'autres installations électriques peuvent être endommagés par des coups de foudre directs. Les équipements de transmission électrique peuvent également capter les surtensions et courants induits qui peuvent pénétrer dans les bâtiments. Des incendies, des dommages à l'équipement et de graves interruptions des opérations peuvent en résulter. Des parafoudres sont nécessaires pour détourner ces pics de tension vers la terre grâce à une mise à la terre efficace.

L'utilisation accrue d'équipements informatiques sensibles dans le commerce et l'industrie a rendu les opérations plus sensibles aux surtensions transitoires induites dans les câbles d'alimentation et de communication dans de nombreux bâtiments. Une protection transitoire appropriée est requise et des conseils spéciaux sont fournis dans le British Standards Institute BS 6651:1992, La protection des ouvrages contre la foudre.

Entretien

Un bon entretien des systèmes d'éclairage est essentiel pour une protection efficace. Une attention particulière doit être portée aux connexions à la terre. S'ils ne sont pas efficaces, les systèmes de protection contre la foudre seront inefficaces.

 

Noir

Lire 21580 fois Dernière modification le jeudi 13 octobre 2011 21:12

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références incendie

Institut américain des ingénieurs chimistes (AIChE). 1993. Directives d'usine pour la gestion technique de la sécurité des procédés chimiques. New York : Centre pour la sécurité des procédés chimiques.

Société américaine de soudage (AWS). 1988. Pratiques de sécurité recommandées pour la préparation au soudage et au découpage des conteneurs ayant contenu des substances dangereuses. Miami : AWS.

Babrauskas, V et SJ Grayson. 1992. Chaleur dans les incendies. Aboiement : Elsevier Science.

Blye, P et P Bacon. 1991. Pratiques de prévention des incendies dans le commerce et l'industrie. Type. 2, section 2 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Bowes, CP. 1984. Auto-échauffement : évaluation et contrôle des risques. Londres: Bureau fixe de Sa Majesté.

Bradford, WJ. 1991. Équipement de traitement chimique. Type. 15, section 2 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Institut britannique de normalisation (BSI). 1992. La protection des structures contre la foudre.

Code de pratique standard britannique, BS6651. Londres : BSI.

Bugbee, P. 1978. Principes de protection contre les incendies. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Côté, AE. 1991. Manuel de protection contre les incendies, 17e éd. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Davis, NH. 1991. Systèmes de protection contre la foudre. Type. 32, section 2 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

DiNenno, PJ. 1988. Manuel d'ingénierie de protection contre les incendies. Boston : SFPE.

Drysdale, DD. 1985. Introduction à la dynamique du feu. Chichester : Wiley.

Drysdale, DD et HE Thomson. 1994. Quatrième symposium international sur la science de la sécurité incendie. Ottawa : IAFSS.

Directive de la Commission européenne (ECD). 1992. Règlement sur la gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Factory Mutual Engineering Corporation (FM). 1977. Coupage et soudage. Fiches de données sur la prévention des pertes 10-15, juin 1977.

—. 1984. Protection contre la foudre et les surtensions pour les systèmes électriques. Fiches techniques de prévention des pertes 5-11/14-19, août 1984.

Gratton, J. 1991. Formation en sécurité incendie. Type. 2, section 1 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Higgins, JT. 1991. Pratiques d'entretien ménager. Type. 34, section 2 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Hrbacek, EM. 1984. Usines de produits en argile. Dans Industrial Fire Hazards Handbook, édité par J Linville. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Hunter, K. 1991. La technologie distingue les services d'incendie du Japon. Natl Fire Prev Agen J (septembre/octobre).

Jernberg, LE. 1993. Améliorer les risques en Suède. Incendie précédent 257 (mars).

Keith, R. 1994. FREM-Méthode d'évaluation des risques d'incendie. Melbourne : R. Keith & Assoc.

Koffel, NOUS. 1993. Établir des programmes de sécurité incendie industrielle. Natl Fire Prev Agen J (mars/avril).

Lataille, JJ. 1990. Séchoirs à bois et déshydrateurs et séchoirs agricoles. Dans Industrial Fire Hazards Handbook, édité par J Linville. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Lees, FP. 1980. Prévention des pertes dans les industries de transformation. Vol. 1, 2. Londres : Butterworths.

Lewis, RRJ. 1979. Les propriétés dangereuses de Sax des matériaux industriels. New York : Van Nostrand Reinhold.

Linville, J (éd.). 1990. Manuel sur les risques d'incendie industriels. Quincy, Massachusetts : NFPA.
Conseil de prévention des sinistres. 1992. Prévention des incendies sur les chantiers de construction. Londres : Conseil de prévention des pertes.

Manz, A. 1991. Soudage et coupage. Type. 14, section 2 dans Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1983. Manuel de l'éducateur en sécurité-incendie : Un guide complet pour la planification, la conception et la mise en œuvre de programmes de sécurité-incendie. FSO-61. Quincy, Massachusetts : NFPA.

—. 1990a. Système standard d'identification des risques d'incendie des matériaux. NFPA n° 704. Quincy, Mass. : NFPA.

—. 1992. Code de prévention des incendies. NFPA n°1. Quincy, Massachusetts : NFPA.

—. 1995a. Guide de l'arbre des concepts de sécurité incendie. NFPA n° 550. Quincy, Mass. : NFPA.

—. 1995b. Norme pour l'installation de systèmes de protection contre l'éclairage. NFPA n° 780. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Osterhoust, C. 1990. Public Fire Education. IFSTA n° 606. Stillwater, Okla. : Association internationale de formation des services d'incendie (IFSTA).

Ostrowski, R. 1991. Trempe à l'huile. Fire Protection Handbook, 17e éd., édité par AE Cote. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Palmer, KN. 1973. Explosion de poussière et incendies. Londres : Chapman & Hall.

Simmons, JM. 1990. Équipement de traitement thermique. Dans le Manuel des risques d'incendie industriels. Quincy, Massachusetts : NFPA.

Welch, J. 1993. Le visage changeant de la formation FPA : Prévention des incendies. Incendie précédent (juillet/août):261.

Welty, JR, RE Wilson et CE Wicks. 1976. Principes fondamentaux du transfert de moment, de chaleur et de masse. New York : John Wiley & Fils.

Watts, KI. 1990. Trempe à l'huile. Dans Industrial Fire Hazards Handbook, édité par J Linville. Quincy, Massachusetts : NFPA.