Mercredi, Mars 16 2011 21: 45

La base physique du travail dans la chaleur

Évaluer cet élément
(2 votes)

Echanges thermiques

Le corps humain échange de la chaleur avec son environnement par différentes voies : conduction à travers les surfaces en contact avec lui, convection et évaporation avec l'air ambiant, rayonnement avec les surfaces voisines.

Conduction

La conduction est la transmission de chaleur entre deux solides en contact. De tels échanges s'observent entre la peau et les vêtements, les chaussures, les points de pression (siège, poignées), les outils, etc. En pratique, dans le calcul mathématique du bilan thermique, ce flux de chaleur par conduction est approximé indirectement comme une quantité égale au flux de chaleur par convection et rayonnement qui aurait lieu si ces surfaces n'étaient pas en contact avec d'autres matériaux.

Convection

La convection est le transfert de chaleur entre la peau et l'air qui l'entoure. Si la température de la peau, tsk, en degrés Celsius (°C), est supérieure à la température de l'air (ta), l'air en contact avec la peau s'échauffe et par conséquent s'élève. Une circulation d'air, appelée convection naturelle, s'établit ainsi à la surface du corps. Cet échange devient plus important si l'air ambiant passe sur la peau à une certaine vitesse : la convection devient forcée. Le flux de chaleur échangé par convection, C, en unités de watts par mètre carré (W/m2), peut être estimée par :

C = hc FCLC (tsk - ta)

De hc est le coefficient de convection (W/°C m2), qui est fonction de la différence entre tsk et ta dans le cas de la convection naturelle, et de la vitesse de l'air Va (en m/s) en convection forcée ; FCLC est le facteur par lequel les vêtements réduisent l'échange de chaleur par convection.

Radiation

Tout corps émet un rayonnement électromagnétique dont l'intensité est fonction de la quatrième puissance de sa température absolue T (en degrés Kelvin—K). La peau, dont la température peut être comprise entre 30 et 35°C (303 et 308K), émet un tel rayonnement, qui se situe dans la zone infrarouge. De plus, il reçoit le rayonnement émis par les surfaces voisines. Le flux thermique échangé par rayonnement, R (en W/m2), entre le corps et son environnement peut être décrit par l'expression suivante :

où:

s est la constante universelle de rayonnement (5.67 × 10-8 W/m2 K4)

e est l'émissivité de la peau, qui, pour le rayonnement infrarouge, est égale à 0.97 et indépendante de la longueur d'onde, et pour le rayonnement solaire est d'environ 0.5 pour la peau d'un sujet Blanc et 0.85 pour la peau d'un sujet Noir

AR/AD est la fraction de la surface corporelle prenant part aux échanges, qui est de l'ordre de 0.66, 0.70 ou 0.77 selon que le sujet est accroupi, assis ou debout

FCLR est le facteur par lequel les vêtements réduisent l'échange de chaleur par rayonnement

Tsk (en K) est la température moyenne de la peau

Tr (en K) est la température radiante moyenne du milieu, c'est-à-dire la température uniforme d'une sphère noire mate de grand diamètre qui entourerait le sujet et échangerait avec lui la même quantité de chaleur que le milieu réel.

Cette expression peut être remplacée par une équation simplifiée du même type que celle des échanges par convection :

R = hr (AR/AD) FCLR (tsk - Tr)

De hr est le coefficient d'échange par rayonnement (W/°C m2).

Évaporation

Toute surface mouillée porte une couche d'air saturée de vapeur d'eau. Si l'atmosphère elle-même n'est pas saturée, la vapeur diffuse de cette couche vers l'atmosphère. La couche tend alors à se régénérer en puisant la chaleur d'évaporation (0.674 Watt heure par gramme d'eau) à la surface humide, qui se refroidit. Si la peau est entièrement recouverte de sueur, l'évaporation est maximale (Emax) et ne dépend que des conditions ambiantes, selon l'expression suivante :

Emax =he FPCL (Psk, s - Pa)

où:

he est le coefficient d'échange par évaporation (W/m2kPa)

Psk, s est la pression saturante de vapeur d'eau à la température de la peau (exprimée en kPa)

Pa est la pression partielle ambiante de vapeur d'eau (exprimée en kPa)

FPCL est le facteur de réduction des échanges par évaporation due aux vêtements.

Isolation thermique des vêtements

Un facteur de correction intervient dans le calcul des flux de chaleur par convection, rayonnement et évaporation pour tenir compte des vêtements. Dans le cas des vêtements en coton, les deux facteurs de réduction FCLC et FCLR peut être déterminé par :

Fcl = 1/(1+(hc+hr)Icl)

où:

hc est le coefficient d'échange par convection

hr est le coefficient d'échange par rayonnement

Icl est l'isolation thermique effective (m2/W) de vêtements.

En ce qui concerne la réduction du transfert de chaleur par évaporation, le facteur de correction FPCL est donné par l'expression suivante :

FPCL = 1 / (1+2.22hc Icl)

L'isolation thermique des vêtements Icl est exprimé en m2/W ou en clo. Une isolation de 1 clo correspond à 0.155 m2/W et est assuré, par exemple, par une tenue de ville normale (chemise, cravate, pantalon, veste, etc.).

La norme ISO 9920 (1994) donne l'isolation thermique apportée par différentes combinaisons de vêtements. Dans le cas de vêtements de protection spéciaux qui réfléchissent la chaleur ou limitent la perméabilité à la vapeur dans des conditions d'exposition à la chaleur, ou qui absorbent et isolent dans des conditions de stress dû au froid, des facteurs de correction individuels doivent être utilisés. A ce jour, cependant, le problème reste mal compris et les prédictions mathématiques restent très approximatives.

Évaluation des paramètres de base de la situation de travail

Comme on l'a vu plus haut, les échanges thermiques par convection, rayonnement et évaporation sont fonction de quatre paramètres climatiques : la température de l'air ta en °C, l'humidité de l'air exprimée par sa pression partielle de vapeur Pa en kPa, la température radiante moyenne tr en °C, et la vitesse de l'air Va en m/s. Les appareils et méthodes de mesure de ces paramètres physiques de l'environnement font l'objet de la norme ISO 7726 (1985) qui décrit les différents types de capteurs à utiliser, précise leur domaine de mesure et leur précision, et recommande certaines procédures de mesure. Cette section résume une partie des données de cette norme, avec une référence particulière aux conditions d'utilisation des appareils et appareils les plus courants.

Température de l'air

La température de l'air (ta) doit être mesuré indépendamment de tout rayonnement thermique ; la précision de la mesure doit être de ± 0.2 °C dans la plage de 10 à 30 °C et de ± 0.5 °C en dehors de cette plage.

Il existe de nombreux types de thermomètres sur le marché. Les thermomètres à mercure sont les plus courants. Leur avantage est la précision, à condition qu'ils aient été correctement calibrés à l'origine. Leurs principaux inconvénients sont leur long temps de réponse et le manque de capacité d'enregistrement automatique. Les thermomètres électroniques, en revanche, ont généralement un temps de réponse très court (5 s à 1 min) mais peuvent avoir des problèmes d'étalonnage.

Quel que soit le type de thermomètre, le capteur doit être protégé contre les radiations. Ceci est généralement assuré par un cylindre creux en aluminium brillant entourant le capteur. Cette protection est assurée par le psychromètre, dont il sera question dans la section suivante.

Pression partielle de vapeur d'eau

L'humidité de l'air peut être caractérisée de quatre manières différentes :

1. le température du point de rosée : la température à laquelle l'air doit être refroidi pour se saturer en humidité (td, °C)

2. le pression partielle de vapeur d'eau : la fraction de la pression atmosphérique due à la vapeur d'eau (Pa,kPa)

3. l'humidité relative (DR), qui est donné par l'expression :

RH = 100·Pa/PS, ta

où PS, ta est la pression de vapeur saturante associée à la température de l'air

4. le température humide (tw), qui est la température la plus basse atteinte par un manchon humide protégé contre les rayonnements et ventilé à plus de 2 m/s par l'air ambiant.

Toutes ces valeurs sont liées mathématiquement.

La pression de vapeur d'eau saturante PSt à n'importe quelle température t est donné par:

tandis que la pression partielle de vapeur d'eau est reliée à la température par :

Pa = PS, deux - (ta - Tw)/15

De PS, deux est la pression de vapeur saturante à la température de bulbe humide.

Le diagramme psychrométrique (figure 1) permet de combiner toutes ces valeurs. Il comporte:

Figure 1. Diagramme psychrométrique.

HEA010F1

  • dans l' y axe, l'échelle de pression partielle de vapeur d'eau Pa, exprimé en kPa
  • dans l' x l'axe, l'échelle de la température de l'air
  • les courbes d'humidité relative constante
  • les lignes droites obliques de température de bulbe humide constante.
  • Les paramètres d'humidité les plus utilisés en pratique sont :
  • l'humidité relative, mesurée au moyen d'hygromètres ou d'appareils électroniques plus spécialisés
  • la température de bulbe humide, mesurée au moyen du psychromètre; on en déduit la pression partielle de vapeur d'eau, qui est le paramètre le plus utilisé dans l'analyse du bilan thermique

 

La plage de mesure et la précision recommandées sont de 0.5 à 6 kPa et ±0.15 kPa. Pour la mesure de la température de bulbe humide, la plage s'étend de 0 à 36°C, avec une précision identique à celle de la température de l'air. En ce qui concerne les hygromètres pour mesurer l'humidité relative, la gamme s'étend de 0 à 100 %, avec une précision de ± 5 %.

Température radiante moyenne

La température radiante moyenne (tr) a été défini précédemment ; il peut être déterminé de trois manières différentes :

1. à partir de la température mesurée par le thermomètre à sphère noire

2. à partir des températures radiantes planes mesurées selon trois axes perpendiculaires

3. par calcul, en intégrant les effets des différentes sources de rayonnement.

Seule la première technique sera passée en revue ici.

Le thermomètre à sphère noire est constitué d'une sonde thermique dont l'élément sensible est placé au centre d'une sphère complètement fermée, réalisée en un métal bon conducteur de la chaleur (cuivre) et peinte en noir mat de manière à avoir un coefficient d'absorption dans la zone infrarouge proche de 1.0. La sphère est positionnée dans le poste de travail et soumise à des échanges par convection et rayonnement. La température du globe (tg) dépend alors de la température radiante moyenne, de la température de l'air et de la vitesse de l'air.

Pour un globe noir standard de 15 cm de diamètre, la température moyenne de rayonnement peut être calculée à partir de la température du globe sur la base de l'expression suivante :

En pratique, il faut insister sur la nécessité de maintenir l'émissivité du globe proche de 1.0 en le repeignant soigneusement en noir mat.

La principale limitation de ce type de globe est son long temps de réponse (de l'ordre de 20 à 30 min, selon le type de globe utilisé et les conditions ambiantes). La mesure n'est valable que si les conditions de rayonnement sont constantes pendant cette période de temps, ce qui n'est pas toujours le cas en milieu industriel ; la mesure est alors imprécise. Ces temps de réponse s'appliquent à des globes de 15 cm de diamètre, utilisant des thermomètres à mercure ordinaires. Ils sont plus courts si l'on utilise des capteurs de moindre capacité thermique ou si le diamètre du globe est réduit. L'équation ci-dessus doit donc être modifiée pour tenir compte de cette différence de diamètre.

L'indice WBGT utilise directement la température du globe noir. Il est alors indispensable d'utiliser un globe de 15 cm de diamètre. Par contre, d'autres indices utilisent la température radiante moyenne. Un globe plus petit peut alors être sélectionné pour réduire le temps de réponse, à condition de modifier l'équation ci-dessus pour en tenir compte. La norme ISO 7726 (1985) permet une précision de ±2ºC dans la mesure de tr entre 10 et 40 ºC et ± 5 ºC en dehors de cette plage.

Vitesse de l'air

La vitesse de l'air doit être mesurée sans tenir compte de la direction du flux d'air. Sinon, la mesure doit être effectuée selon trois axes perpendiculaires (x, y et z) et la vitesse globale calculée par sommation vectorielle :

La gamme de mesures préconisée par la norme ISO 7726 s'étend de 0.05 à 2 m/s La précision requise est de 5 %. Il doit être mesuré en tant que valeur moyenne sur 1 ou 3 minutes.

Il existe deux catégories d'appareils de mesure de la vitesse de l'air : les anémomètres à palettes et les anémomètres thermiques.

Anémomètres à palette

La mesure s'effectue en comptant le nombre de tours effectués par les aubes pendant un certain laps de temps. De cette manière, la vitesse moyenne pendant cette période de temps est obtenue de manière discontinue. Ces anémomètres présentent deux inconvénients principaux :

  1. Ils sont très directionnels et doivent être orientés strictement dans le sens du flux d'air. Lorsque celle-ci est vague ou inconnue, les mesures doivent être prises dans trois directions à angle droit.
  2. La plage de mesure s'étend d'environ 0.3 m/s à 10 m/s. Cette limitation aux faibles vitesses est importante lorsqu'il s'agit par exemple d'analyser une situation de confort thermique où il est généralement recommandé de ne pas dépasser une vitesse de 0.25 m/s. Bien que la plage de mesure puisse s'étendre au-delà de 10 m/s, elle ne descend guère en dessous de 0.3 voire 0.5 m/s, ce qui limite fortement les possibilités d'utilisation dans des environnements proches du confort, où les vitesses maximales autorisées sont de 0.5 voire 0.25 m/ s.

Anémomètres à fil chaud

Ces appareils sont en effet complémentaires des anémomètres à palettes en ce sens que leur plage dynamique s'étend essentiellement de 0 à 1 m/s. Ce sont des appareils donnant une estimation instantanée de la vitesse en un point de l'espace : il faut donc utiliser des valeurs moyennes dans le temps et dans l'espace. Ces appareils sont aussi souvent très directionnels, et les remarques ci-dessus s'appliquent également. Enfin, la mesure n'est correcte qu'à partir du moment où la température de l'appareil a atteint celle de l'environnement à évaluer.

 

Retour

Lire 7527 fois Dernière modification le jeudi 13 octobre 2011 21:14

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de chaleur et de froid

ACGIH (Conférence américaine des hygiénistes industriels gouvernementaux). 1990. Valeurs limites d'exposition et indices d'exposition biologique pour 1989–1990. New York : ACGIH.

—. 1992. Stress dû au froid. Dans Valeurs limites d'exposition pour les agents physiques dans l'environnement de travail. New York : ACGIH.

Bedford, T. 1940. La chaleur environnementale et sa mesure. Medical Research Memorandum No. 17. Londres : Her Majesty's Stationery Office.

Belding, HS et TF Hatch. 1955. Indice d'évaluation du stress thermique en termes de contrainte physiologique résultante. Tuyauterie de chauffage Air Condit 27:129–136.

Bittel, JHM. 1987. La dette de chaleur comme indice d'adaptation au froid chez les hommes. J Appl Physiol 62(4):1627–1634.

Bittel, JHM, C Nonotte-Varly, GH Livecchi-Gonnot, GLM Savourey et AM Hanniquet. 1988. Aptitude physique et réactions thermorégulatrices en milieu froid chez l'homme. J Appl Physiol 65:1984-1989.

Bittel, JHM, GH Livecchi-Gonnot, AM Hanniquet et JL Etienne. 1989. Changements thermiques observés avant et après le voyage de JL Etienne au Pôle Nord. Eur J Appl Physiol 58:646–651.

Bligh, J et KG Johnson. 1973. Glossaire des termes de physiologie thermique. J Appl Physiol 35(6):941–961.

Botsford, JH. 1971. Un thermomètre à globe humide pour la mesure de la chaleur environnementale. Am Ind Hyg J 32:1–10.

Boutelier, C. 1979. Survie et protection des équipages en cas d'immersion accidentelle en eau froide. Neuilly-sur-Seine : AGARD AG 211.

Brouha, L. 1960. Physiologie dans l'industrie. New York : Presse de Pergamon.

Burton, AC et OG Edholm. 1955. Homme dans un environnement froid. Londres : Edward Arnold.

Chen, F, H Nilsson et RI Holmer. 1994. Réponses de refroidissement du coussinet du doigt en contact avec une surface en aluminium. Am Ind Hyg Assoc J 55(3):218-22.

Comité Européen de Normalisation (CEN). 1992. EN 344. Vêtements de protection contre le froid. Bruxelles : CEN.

—. 1993. EN 511. Gants de protection contre le froid. Bruxelles : CEN.

Commission des Communautés européennes (CCE). 1988. Actes d'un séminaire sur les indices de stress thermique. Luxembourg : CEC, Direction Santé et Sécurité.

Daanen, HAM. 1993. Détérioration des performances manuelles par temps froid et venteux. AGARD, OTAN, CP-540.

Dasler, AR. 1974. Ventilation et contrainte thermique, à terre et à flot. Au chapitre 3, Manuel de médecine préventive navale. Washington, DC : Département de la marine, Bureau de médecine et de chirurgie.

—. 1977. Stress thermique, fonctions de travail et limites physiologiques d'exposition à la chaleur chez l'homme. Dans Analyse Thermique—Confort Humain—Environnements Intérieurs. NBS Special Publication 491. Washington, DC : US Department of Commerce.

Deutsches Institut für Normierung (DIN) 7943-2. 1992. Schlafsacke, Thermophysiologische Prufung. Berlin : DIN.

Dubois, D et EF Dubois. 1916. Calorimétrie clinique X : Une formule pour estimer la surface appropriée si la taille et le poids sont connus. Arch Int Med 17: 863–871.

Eagan, CJ. 1963. Introduction et terminologie. Fed Proc 22:930–933.

Edwards, JSA, DE Roberts et SH Mutter. 1992. Relations d'utilisation en milieu froid. J Wildlife Med 3:27–47.

Enander, A. 1987. Réactions sensorielles et performance au froid modéré. Thèse de doctorat. Solna : Institut national de santé au travail.

Fuller, FH et L Brouha. 1966. Nouvelles méthodes d'ingénierie pour l'évaluation de l'environnement de travail. ASHRAE J 8(1):39–52.

Fuller, FH et PE Smith. 1980. L'efficacité des procédures de travail préventif dans un atelier chaud. Dans FN Dukes-Dobos et A Henschel (eds.). Actes d'un atelier du NIOSH sur les normes de stress thermique recommandées. Washington DC : publication DHSS (NIOSH) n° 81-108.

—. 1981. Evaluation du stress thermique en atelier chaud par mesures physiologiques. Am Ind Hyg Assoc J 42:32–37.

Gagge, AP, AP Fobelets et LG Berglund. 1986. Un indice prédictif standard de la réponse humaine à l'environnement thermique. ASHRAE Trans 92:709–731.

Gisolfi, CV et CB Wenger. 1984. Régulation de la température pendant l'exercice : anciens concepts, nouvelles idées. Exercice Sport Sci Rev 12:339–372.

Givoni, B. 1963. Une nouvelle méthode pour évaluer l'exposition à la chaleur industrielle et la charge de travail maximale admissible. Document soumis au Congrès international de biométéorologie à Paris, France, septembre 1963.

—. 1976. Homme, climat et architecture, 2e éd. Londres : Sciences appliquées.

Givoni, B et RF Goldman. 1972. Prédire la réponse de la température rectale au travail, à l'environnement et aux vêtements. J Appl Physiol 2(6):812–822.

—. 1973. Prédire la réponse de la fréquence cardiaque au travail, à l'environnement et aux vêtements. J Appl Physiol 34(2):201–204.

Goldman, RF. 1988. Normes d'exposition humaine à la chaleur. Dans Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

Hales, JRS et DAB Richards. 1987. Stress thermique. Amsterdam, New York : Oxford Excerpta Medica.

Hammel, HT. 1963. Résumé des schémas thermiques comparatifs chez l'homme. Fed Proc 22:846–847.

Havenith, G, R Heus et WA Lotens. 1990. Ventilation des vêtements, résistance à la vapeur et indice de perméabilité : changements dus à la posture, au mouvement et au vent. Ergonomie 33 : 989–1005.

Hayes. 1988. In Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

Holmér, I. 1988. Évaluation du stress dû au froid en fonction de l'isolation requise des vêtements—IREQ. Int J Ind Erg 3:159–166.

—. 1993. Travailler dans le froid. Examen des méthodes d'évaluation du stress dû au froid. Int Arch Occ Env Health 65: 147–155.

—. 1994. Stress dû au froid : Partie 1—Lignes directrices pour le praticien. Int J Ind Erg 14:1–10.

—. 1994. Stress dû au froid : Partie 2—La base scientifique (base de connaissances) du guide. Int J Ind Erg 14:1–9.

Houghton, FC et CP Yagoglou. 1923. Détermination des lignes de confort égales. JASHVE 29:165–176.

Organisation internationale de normalisation (ISO). 1985. ISO 7726. Environnements thermiques — Instruments et méthodes de mesure des grandeurs physiques. Genève : ISO.

—. 1989a. ISO 7243. Environnements chauds - Estimation du stress thermique sur l'homme au travail, basée sur l'indice WBGT (Wet Bulb Globe Temperature). Genève : ISO.

—. 1989b. ISO 7933. Environnements chauds - Détermination analytique et interprétation de la contrainte thermique à l'aide du calcul du taux de transpiration requis. Genève : ISO.

—. 1989c. ISO DIS 9886. Ergonomie—Évaluation de la contrainte thermique par des mesures physiologiques. Genève : ISO.

—. 1990. ISO 8996. Ergonomie—Détermination de la production de chaleur métabolique. Genève : ISO.

—. 1992. ISO 9886. Évaluation de la déformation thermique par des mesures physiologiques. Genève : ISO.

—. 1993. Évaluation de l'influence de l'environnement thermique à l'aide d'échelles de jugement subjectif. Genève : ISO.

—. 1993. ISO CD 12894. Ergonomie de l'environnement thermique - Surveillance médicale des personnes exposées aux environnements chauds ou froids. Genève : ISO.

—. 1993. ISO TR 11079 Évaluation des environnements froids — Détermination de l'isolation requise des vêtements, IREQ. Genève : ISO. (Rapport technique)

—. 1994. ISO 9920. Ergonomie—Estimation des caractéristiques thermiques d'un ensemble vestimentaire. Genève : ISO.

—. 1994. ISO 7730. Environnements thermiques modérés — Détermination des indices PMV et PPD et spécification des conditions de confort thermique. Genève : ISO.

—. 1995. ISO DIS 11933. Ergonomie de l'environnement thermique. Principes et application des normes internationales. Genève : ISO.

Kenneth, W, P Sathasivam, AL Vallerand et TB Graham. 1990. Influence de la caféine sur les réponses métaboliques des hommes au repos à 28 et 5C. J Appl Physiol 68(5):1889–1895.

Kenney, WL et SR Fowler. 1988. Densité et production des glandes sudoripares eccrines activées par la méthylcholine en fonction de l'âge. J Appl Physiol 65:1082–1086.

Kerslake, DMcK. 1972. Le stress des environnements chauds. Cambridge : Cambridge University Press.

LeBlanc, J. 1975. L'homme dans le froid. Springfield, Illinois, États-Unis : Charles C Thomas Publ.

Leithead, CA et AR Lind. 1964. Stress thermique et troubles de la tête. Londres : Cassel.

Lind, AR. 1957. Un critère physiologique pour fixer des limites environnementales thermiques pour le travail de chacun. J Appl Physiol 18 : 51–56.

Lotens, WA. 1989. L'isolation réelle des vêtements multicouches. Scand J Travail Environ Santé 15 Suppl. 1:66–75.

—. 1993. Transfert de chaleur des humains portant des vêtements. Thèse, Université Technique. Delft, Pays-Bas. (ISBN 90-6743-231-8).

Lotens, WA et G Havenith. 1991. Calcul de l'isolation des vêtements et de la résistance à la vapeur. Ergonomie 34 : 233–254.

Maclean, D et D Emslie-Smith. 1977. Hypothermie accidentelle. Oxford, Londres, Édimbourg, Melbourne : Blackwell Scientific Publication.

MacPherson, RK. 1960. Réponses physiologiques aux environnements chauds. Medical Research Council Special Report Series No. 298. Londres : HMSO.

Martineau, L et moi Jacob. 1988. Utilisation du glycogène musculaire pendant la thermogenèse des frissons chez l'homme. J Appl Physiol 56:2046–2050.

Maughan, RJ. 1991. Perte et remplacement de liquide et d'électrolyte pendant l'exercice. J Sport Sci 9:117–142.

McArdle, B, W Dunham, HE Halling, WSS Ladell, JW Scalt, ML Thomson et JS Weiner. 1947. La prédiction des effets physiologiques des environnements chauds et chauds. Conseil de la recherche médicale Rep 47/391. Londres : RNP.

McCullough, EA, BW Jones et PEJ Huck. 1985. Une base de données complète pour estimer l'isolation des vêtements. ASHRAE Trans 91:29–47.

McCullough, EA, BW Jones et T Tamura. 1989. Une base de données pour déterminer la résistance à l'évaporation des vêtements. ASHRAE Trans 95:316–328.

McIntyre, DA. 1980. Climat intérieur. Londres : Applied Science Publishers Ltd.

Mekjavic, IB, EW Banister et JB Morrison (eds.). 1988. Ergonomie environnementale. Philadelphie : Taylor & Francis.

Nielsen, B. 1984. Déshydratation, réhydratation et thermorégulation. Dans E Jokl et M Hebbelinck (eds.). Médecine et sciences du sport. Bâle : S. Karger.

—. 1994. Stress thermique et acclimatation. Ergonomie 37(1):49–58.

Nielsen, R, BW Olesen et PO Fanger. 1985. Effet de l'activité physique et de la vitesse de l'air sur l'isolation thermique des vêtements. Ergonomie 28: 1617–1632.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1972. Exposition professionnelle aux environnements chauds. HSM 72-10269. Washington, DC : Département américain de l'éducation sanitaire et du bien-être.

—. 1986. Exposition professionnelle aux environnements chauds. Publication NIOSH n° 86-113. Washington, DC : NIOSH.

Nishi, Y et AP Gagge. 1977. Échelle de température efficace utilisée pour les environnements hypo et hyperbares. Aviation Space et Envir Med 48:97–107.

Olesen, BW. 1985. Stress thermique. In Bruel and Kjaer Technical Review No. 2. Danemark : Bruel and Kjaer.

Olesen, BW, E Sliwinska, TL Madsen et PO Fanger. 1982. Effet de la posture et de l'activité corporelle sur l'isolation thermique des vêtements : Mesures par un mannequin thermique mobile. ASHRAE Trans 88:791–805.

Pandolf, KB, BS Cadarette, MN Sawka, AJ Young, RP Francesconi et RR Gonzales. 1988. J Appl Physiol 65(1):65–71.

Parsons, KC. 1993. Environnements thermiques humains. Hampshire, Royaume-Uni : Taylor & Francis.

Reed, HL, D Brice, KMM Shakir, KD Burman, MM D'Alesandro et JT O'Brian. 1990. Diminution de la fraction libre des hormones thyroïdiennes après un séjour prolongé en Antarctique. J Appl Physiol 69:1467–1472.

Rowell, LB. 1983. Aspects cardiovasculaires de la thermorégulation humaine. Circ Res 52:367–379.

—. 1986. Régulation de la circulation humaine pendant le stress physique. Oxford : OUP.

Sato, K et F Sato. 1983. Variations individuelles dans la structure et la fonction de la glande sudoripare eccrine humaine. Am J Physiol 245:R203–R208.

Savourey, G, AL Vallerand et J Bittel. 1992. Adaptation générale et locale après un séjour à ski en milieu arctique sévère. Eur J Appl Physiol 64:99–105.

Savourey, G, JP Caravel, B Barnavol et J Bittel. 1994. Modifications des hormones thyroïdiennes dans un environnement d'air froid après une acclimatation locale au froid. J Appl Physiol 76(5):1963–1967.

Savourey, G, B Barnavol, JP Caravel, C Feuerstein et J Bittel. 1996. Adaptation générale hypothermique au froid induite par l'acclimatation locale au froid. Eur J Appl Physiol 73:237–244.

Vallerand, AL, I Jacob et MF Kavanagh. 1989. Mécanisme d'amélioration de la tolérance au froid par un mélange éphédrine/caféine chez l'homme. J Appl Physiol 67:438–444.

van Dilla, MA, R Day et PA Siple. 1949. Problèmes particuliers des mains. Dans Physiology of Heat Regulation, édité par R Newburgh. Philadelphie : Saunders.

Vellar, OD. 1969. Pertes de nutriments par la transpiration. Oslo : Universitetsforlaget.

Vogt, JJ, V Candas, JP Libert et F Daull. 1981. Taux de transpiration requis comme indice de contrainte thermique dans l'industrie. In Bioengineering, Thermal Physiology and Comfort, édité par K Cena et JA Clark. Amsterdam : Elsevier. 99–110.

Wang, LCH, SFP Man et AN Bel Castro. 1987. Réponses métaboliques et hormonales dans la résistance au froid accrue par la théophylline chez les hommes. J Appl Physiol 63:589–596.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1969. Facteurs de santé impliqués dans le travail dans des conditions de stress thermique. Rapport technique 412. Genève : OMS.

Wissler, EH. 1988. Un examen des modèles thermiques humains. Dans Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

Bécasse, AH. 1962. Transfert d'humidité dans les systèmes textiles. Partie I. Textile Res J 32: 628–633.

Yaglou, CP et D Minard. 1957. Contrôle des victimes de la chaleur dans les centres d'entraînement militaire. Am Med Assoc Arch Ind Health 16:302–316 et 405.