Mardi 22 Mars 2011 20: 34

Indices et normes de froid

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Le stress dû au froid est défini comme une charge thermique sur le corps sous laquelle des pertes de chaleur supérieures à la normale sont anticipées et des actions thermorégulatrices compensatoires sont nécessaires pour maintenir le corps thermiquement neutre. Les pertes de chaleur normales font donc référence à ce que les gens subissent normalement dans des conditions de vie à l'intérieur (température de l'air de 20 à 25 ºC).

Contrairement aux conditions de chaleur, les vêtements et l'activité sont des facteurs positifs dans le sens où plus de vêtements réduisent la perte de chaleur et plus d'activité signifie une production de chaleur interne plus élevée et un plus grand potentiel d'équilibrage de la perte de chaleur. En conséquence, les méthodes d'évaluation se concentrent sur la détermination de la protection requise (vêtements) à des niveaux d'activité donnés, des niveaux d'activité requis pour une protection donnée ou des valeurs de « température » ​​pour des combinaisons données des deux (Burton et Edholm 1955 ; Holmér 1988 ; Parsons 1993).

Il est important de reconnaître, cependant, qu'il existe des limites quant à la quantité de vêtements pouvant être portés et au niveau d'activité pouvant être maintenu pendant de longues périodes. Les vêtements de protection contre le froid ont tendance à être volumineux et boitillants. Plus d'espace est nécessaire pour le mouvement et les mouvements. Le niveau d'activité peut être déterminé par un travail rythmé mais devrait, de préférence, être contrôlé par l'individu. Pour chaque individu, il existe un certain taux de production d'énergie le plus élevé, en fonction de la capacité de travail physique, qui peut être maintenu pendant des périodes prolongées. Ainsi, une capacité de travail physique élevée peut être avantageuse pour des expositions prolongées et extrêmes.

Cet article traite des méthodes d'évaluation et de contrôle du stress dû au froid. Les problèmes liés aux aspects organisationnels, psychologiques, médicaux et ergonomiques sont traités ailleurs.

Travail à froid

Le travail à froid englobe une variété de conditions dans des conditions naturelles et artificielles. L'exposition au froid la plus extrême est associée aux missions dans l'espace. Cependant, les conditions de travail à froid à la surface de la terre couvrent une plage de température supérieure à 100 ºC (tableau 1). Naturellement, l'ampleur et la sévérité du stress dû au froid devraient augmenter avec la baisse de la température ambiante.

Tableau 1. Températures de l'air de divers environnements de travail froids

–120 ºC

Chambre climatique pour la cryothérapie humaine

–90 ºC

Température la plus basse à la base polaire sud de Vostock

–55 ºC

Entrepôt frigorifique pour chair de poisson et production de produits surgelés et séchés

–40 ºC

Température « normale » à la base polaire

–28 ºC

Chambre froide pour produits surgelés

+2 à +12 ºC

Stockage, préparation et transport de produits alimentaires frais

–50 à –20 ºC

Température moyenne en janvier du nord du Canada et de la Sibérie

–20 à –10 ºC

Température moyenne en janvier dans le sud du Canada, le nord de la Scandinavie et le centre de la Russie

–10 à 0 ºC

Température moyenne en janvier du nord des États-Unis, du sud de la Scandinavie, de l'Europe centrale, de certaines parties du Moyen et de l'Extrême-Orient, du centre et du nord du Japon

Source : modifié à partir de Holmér 1993.

Il ressort clairement d'un tableau que d'importantes populations de travailleurs de plein air dans de nombreux pays subissent un stress dû au froid plus ou moins sévère. De plus, le travail en entrepôt frigorifique se produit dans toutes les régions du monde. Des enquêtes dans les pays scandinaves révèlent qu'environ 1 % de la population active totale considèrent le froid comme un facteur de gêne majeur sur le lieu de travail.

Types de stress dû au froid

Les types de stress au froid suivants peuvent être définis :

    • refroidissement de tout le corps
    • refroidissement local, y compris le refroidissement des extrémités, le refroidissement convectif de la peau (refroidissement éolien), le refroidissement conducteur de la peau (refroidissement par contact) et le refroidissement des voies respiratoires.

       

      Très probablement, plusieurs, voire tous, peuvent être présents en même temps.

      L'évaluation du stress dû au froid implique la détermination d'un risque d'un ou plusieurs des effets mentionnés. Typiquement, le tableau 2 peut être utilisé comme première classification approximative. En général, le stress dû au froid augmente, plus le niveau d'activité physique est faible et moins la protection disponible est importante.

      Tableau 2. Classification schématique du travail à froid

      Température

      Type de travail

      Type de stress dû au froid

      10 à 20 ºC

      Travail sédentaire, léger, travail manuel fin

      Refroidissement de tout le corps, refroidissement des extrémités

      0 à 10 ºC

      Travail sédentaire et stationnaire, léger

      Refroidissement de tout le corps, refroidissement des extrémités

      –10 à 0 ºC

      Travaux physiques légers, manipulation d'outils et de matériaux

      Refroidissement de tout le corps, refroidissement des extrémités, refroidissement par contact

      –20 à –10 ºC

      Activité modérée, manipulation de métaux et de fluides (essence, etc.), conditions venteuses

      Refroidissement de tout le corps, refroidissement des extrémités, refroidissement par contact, refroidissement par convection

      En dessous de –20 ºC

      Tous types de travaux

      Tous les types de stress dû au froid

       

      Les informations données dans le tableau doivent être interprétées comme un signal d'action. En d'autres termes, le type particulier de stress dû au froid doit être évalué et contrôlé, si nécessaire. À des températures modérées, les problèmes associés à l'inconfort et aux pertes de fonction dues au refroidissement local prévalent. À des températures plus basses, le risque imminent d'une blessure due au froid en tant que séquelle des autres effets est le facteur important. Pour de nombreux effets, des relations discrètes entre le niveau de stress et l'effet n'existent pas encore. Il ne peut pas être exclu qu'un problème de froid particulier puisse persister également en dehors de la plage de températures indiquée par le tableau.

      Méthodes d'évaluation

      Les méthodes d'évaluation de la contrainte due au froid sont présentées dans le rapport technique ISO 11079 (ISO TR 11079, 1993). D'autres normes concernant la détermination de la production de chaleur métabolique (ISO 8996, 1988), l'estimation des caractéristiques thermiques des vêtements (ISO 9920, 1993) et les mesures physiologiques (ISO DIS 9886, 1989c) fournissent des informations complémentaires utiles pour l'évaluation du stress dû au froid.

      La figure 1 décrit les relations entre les facteurs climatiques, l'effet de refroidissement prévu et la méthode d'évaluation recommandée. De plus amples détails sur les méthodes et la collecte de données sont donnés ci-dessous.

      Figure 1. Évaluation du stress dû au froid en relation avec les facteurs climatiques et les effets de refroidissement.

      HEA110F1

      Refroidissement de tout le corps

      Le risque de refroidissement de tout le corps est déterminé en analysant les conditions d'équilibre de la chaleur corporelle. Le niveau d'isolation des vêtements requis pour l'équilibre thermique à des niveaux définis de contrainte physiologique est calculé à l'aide d'une équation mathématique d'équilibre thermique. La valeur d'isolation requise calculée, IREQ, peut être considérée comme un indice de contrainte à froid. La valeur indique un niveau de protection (exprimé en clo). Plus la valeur est élevée, plus le risque de déséquilibre de la chaleur corporelle est élevé. Les deux niveaux d'effort correspondent à un niveau bas (sensation neutre ou « de confort ») et à un niveau haut (sensation légèrement froide à froide).

      L'utilisation de l'IREQ comprend trois étapes d'évaluation :

        • détermination de l'IREQ pour des conditions d'exposition données
        • comparaison de l'IREQ avec le niveau de protection procuré par les vêtements
        • détermination du temps d'exposition si le niveau de protection est inférieur à l'IREQ

             

            La figure 2 montre les valeurs IREQ pour une faible contrainte physiologique (sensation thermique neutre). Les valeurs sont données pour différents niveaux d'activité.

            Figure 2. Valeurs IREQ nécessaires pour maintenir une contrainte physiologique de bas niveau (sensation thermique neutre) à différentes températures.

            HEA110F2

            Les méthodes d'estimation des niveaux d'activité sont décrites dans la norme ISO 7243 (tableau 3).

            Tableau 3. Classification des niveaux de taux métabolique

            Classe

            Gamme de taux métaboliques, M

            Valeur à utiliser pour le calcul du taux métabolique moyen

            Exemples

             

            Relatif à
            une unité de surface cutanée (W/m2)

            Pour une surface cutanée moyenne
            de 1.8m2
            (W)




            (W / m2)




            (W)

             

            0
            Repos

            M≤65

            M≥117

            65

            117

            Repos

            1
            Faible
            taux métabolique

            65M≤130

            117M≤234

            100

            180

            Assis à l'aise : travaux manuels légers (écriture, dactylographie, dessin, couture, comptabilité) ; travail des mains et des bras (petits outils d'établi, inspection, assemblage ou tri de matériel léger); travail des bras et des jambes (conduire un véhicule dans des conditions normales, actionner un interrupteur au pied ou des pédales).

            Debout : perceuse (petites pièces) ; fraiseuse (petites pièces); Bobinage; petit enroulement d'induit; usinage avec des outils de faible puissance; marche occasionnelle (vitesse jusqu'à 3.5 km/h).

            2
            Modérés
            taux métabolique

            130M≤200

            234M≤360

            165

            297

            Travail soutenu des mains et des bras (enfoncement des clous, remplissage); travail des bras et des jambes (conduite hors route de camions, tracteurs ou engins de chantier); travail des bras et du tronc (travail au marteau pneumatique, montage de tracteur, plâtrage, manutention intermittente de matériel moyennement lourd, désherbage, binage, cueillette de fruits ou légumes) ; pousser ou tirer des chariots légers ou des brouettes ; marcher à une vitesse de 3.5 km/h ; forger.

            3
            Haute
            taux métabolique

            200M≤260

            360M≤468

            230

            414

            Travail intense des bras et du tronc : port de matériel lourd ; pelleter; travail au marteau de forgeron; scier, raboter ou ciseler du bois dur; tondre à la main; creusement; marcher à une vitesse de 5.5 km/h à 7 km/h.

            Pousser ou tirer des charrettes à bras ou des brouettes lourdement chargées ; moulages d'écaillage; pose de blocs de béton.

            4
            Très élevé
            taux métabolique

            M> 260

            M> 468

            290

            522

            Activité très intensive à un rythme rapide à maximum ; travailler avec une hache; pelletage ou creusement intenses ; monter des escaliers, une rampe ou une échelle ; marcher rapidement à petits pas, courir, marcher à une vitesse supérieure à 7 km/h.

            Source : ISO 7243 1989a

            Une fois l'IREQ déterminé pour des conditions données, la valeur est comparée au niveau de protection offert par les vêtements. Le niveau de protection d'un ensemble vestimentaire est déterminé par sa valeur d'isolation (« valeur clo »). Cette propriété est mesurée selon le projet de norme européenne prEN-342 (1992). Elle peut également être dérivée des valeurs d'isolation de base fournies dans les tableaux (ISO 9920).

            Le tableau 4. fournit des exemples de valeurs d'isolation de base pour des ensembles typiques. Les valeurs doivent être corrigées pour la réduction présumée causée par les mouvements du corps et la ventilation. En règle générale, aucune correction n'est effectuée pour le niveau de repos. Les valeurs sont réduites de 10 % pour les travaux légers et de 20 % pour les niveaux d'activité plus élevés.

            Tableau 4. Exemples de valeurs d'isolement de base (Icl) de vêtements*

            Ensemble de vêtements

            Icl (m2 °C/W)

            Icl (clo)

            Slip, chemise à manches courtes, pantalon ajusté, mi-chaussettes, chaussures

            0.08

            0.5

            Caleçon, chemise, ajusté, pantalon, chaussettes, chaussures

            0.10

            0.6

            Slip, combinaison, chaussettes, chaussures

            0.11

            0.7

            Slip, chemise, combinaison, chaussettes, chaussures

            0.13

            0.8

            Caleçon, chemise, pantalon, blouse, chaussettes, chaussures

            0.14

            0.9

            Culottes, maillots de corps, caleçons, chemises, salopettes, mi-chaussettes, chaussures

            0.16

            1.0

            Caleçon, maillot de corps, chemise, pantalon, veste, gilet, chaussettes, chaussures

            0.17

            1.1

            Caleçon, chemise, pantalon, veste, combinaison, chaussettes, chaussures

            0.19

            1.3

            Maillot de corps, caleçon, pantalon isolant, veste isolante, chaussettes, chaussures

            0.22

            1.4

            Slip, T-shirt, chemise, pantalon ajusté, combinaison isolante, mi-chaussettes, chaussures

            0.23

            1.5

            Caleçon, maillot de corps, chemise, pantalon, veste, surveste, chapeau, gants, chaussettes, chaussures

            0.25

            1.6

            Caleçon, maillot de corps, chemise, pantalon, veste, surveste, surpantalon, chaussettes, chaussures

            0.29

            1.9

            Caleçon, maillot de corps, chemise, pantalon, veste, surveste, surpantalon, chaussettes, chaussures, chapeau, gants

            0.31

            2.0

            Maillot de corps, caleçon, pantalon isolant, veste isolante, surpantalon, surveste, chaussettes, chaussures

            0.34

            2.2

            Maillot de corps, caleçon, pantalon isolant, veste isolante, surpantalon, chaussettes, chaussures, bonnet, gants

            0.40

            2.6

            Maillot de corps, caleçon, pantalon isolant, veste isolante, surpantalon et parka avec doublure, chaussettes, chaussures, bonnet, mitaines

            0.40-0.52

            2.6-3.4

            Systèmes de vêtements arctiques

            0.46-0.70

            3-4.5

            Sacs de couchage

            0.46-1.1

            3-8

            *Le niveau de protection nominal s'applique uniquement aux conditions statiques et sans vent (au repos). Les valeurs doivent être réduites avec un niveau d'activité accru.

            Source : Modifié à partir de l'ISO/TR-11079 1993.

            Le niveau de protection offert par les meilleurs systèmes vestimentaires disponibles correspond à 3 à 4 clo. Lorsque le système vestimentaire disponible ne fournit pas une isolation suffisante, un délai est calculé pour les conditions réelles. Ce délai dépend de la différence entre l'isolation des vêtements requise et celle des vêtements disponibles. Étant donné qu'une protection complète contre le refroidissement n'est plus atteinte, la limite de temps est calculée sur la base d'une réduction anticipée de la chaleur corporelle. De même, un temps de récupération peut être calculé pour restituer la même quantité de chaleur.

            La figure 3 montre des exemples de délais pour des travaux légers et modérés avec deux niveaux d'isolation des vêtements. Les délais pour d'autres combinaisons peuvent être estimés par interpolation. La figure 4 peut être utilisée comme ligne directrice pour l'évaluation du temps d'exposition, lorsque les meilleurs vêtements de protection contre le froid sont disponibles.

            Figure 3. Limites de temps pour les travaux légers et modérés avec deux niveaux d'isolation des vêtements.

            HEA110F3

            Figure 4. Valeurs IREQ pondérées dans le temps pour une exposition intermittente et continue au froid.

            HEA110F4

            Les expositions intermittentes comprennent généralement des périodes de travail interrompues par des pauses d'échauffement ou par des périodes de travail dans un environnement plus chaud. Dans la plupart des cas, peu ou pas de remplacement des vêtements a lieu (principalement pour des raisons pratiques). L'IREQ peut ensuite être déterminé pour l'exposition combinée sous la forme d'une moyenne pondérée dans le temps. La période de calcul de la moyenne ne doit pas dépasser une à deux heures. Les valeurs IREQ pondérées dans le temps pour certains types d'exposition intermittente sont données à la figure 4.

            Les valeurs de l'IREQ et les délais doivent être indicatifs plutôt que normatifs. Ils se réfèrent à la personne moyenne. La variation individuelle en termes de caractéristiques, d'exigences et de préférences est importante. Une grande partie de cette variation doit être gérée en sélectionnant des ensembles vestimentaires avec une grande flexibilité en termes, par exemple, d'ajustement du niveau de protection.

             

            Refroidissement des extrémités

            Les extrémités, en particulier les doigts et les orteils, sont susceptibles de se refroidir. À moins qu'un apport de chaleur suffisant par le sang chaud puisse être maintenu, la température des tissus chute progressivement. Le flux sanguin des extrémités est déterminé par les besoins énergétiques (nécessaires à l'activité musculaire) ainsi que par les besoins thermorégulateurs. Lorsque l'équilibre thermique du corps entier est mis à l'épreuve, la vasoconstriction périphérique aide à réduire les pertes de chaleur centrale au détriment des tissus périphériques. Avec une activité élevée, plus de chaleur est disponible et le flux sanguin des extrémités peut être plus facilement maintenu.

            La protection offerte par les vêtements pour les mains et les chaussures en termes de réduction des pertes de chaleur est limitée. Lorsque l'apport de chaleur à l'extrémité est faible (par exemple, en cas de repos ou de faible activité), l'isolation nécessaire pour garder les mains et les pieds au chaud est très importante (van Dilla, Day et Siple 1949). La protection offerte par les gants et les mitaines ne fournit qu'un ralentissement de la vitesse de refroidissement et, par conséquent, des temps plus longs pour atteindre une température critique. Avec des niveaux d'activité plus élevés, une protection améliorée permet de garder les mains et les pieds au chaud à des températures ambiantes plus basses.

            Aucune méthode standard n'est disponible pour l'évaluation du refroidissement des extrémités. Cependant, l'ISO TR 11079 recommande 24 ºC et 15 ºC comme températures critiques des mains pour les niveaux de stress faible et élevé, respectivement. La température du bout des doigts peut facilement être inférieure de 5 à 10 °C à la température moyenne de la peau de la main ou simplement à la température du dos de la main.

            Les informations données dans la figure 5 sont utiles pour déterminer les temps d'exposition acceptables et la protection requise. Les deux courbes se réfèrent à des conditions avec et sans vasoconstriction (niveau d'activité élevé et faible). De plus, on suppose que l'isolation des doigts est élevée (deux clo) et que des vêtements adéquats sont utilisés.

            Figure 5. Protection des doigts.

            HEA110F5

            Un ensemble similaire de courbes devrait s'appliquer aux orteils. Cependant, plus de clo peut être disponible pour la protection des pieds, ce qui entraîne des temps d'exposition plus longs. Néanmoins, il ressort des figures 3 et 5 que le refroidissement des extrémités est très probablement plus critique pour le temps d'exposition que le refroidissement du corps entier.

             

             

             

             

             

             

            La protection apportée par les gants est évaluée en utilisant les méthodes décrites dans la norme européenne EN-511 (1993). L'isolation thermique de l'ensemble du vêtement est mesurée avec un modèle de main chauffé électriquement. Une vitesse de vent de 4 m/s est utilisée pour simuler des conditions d'usure réalistes. Les performances sont données en quatre classes (tableau 5).

            Tableau 5. Classification de la résistance thermique (I) au refroidissement par convection des vêtements

            Classe

            I (m2 °C/W)

            1

            0.10 ≤ I 0.15

            2

            0.15 ≤ I 0.22

            3

            0.22 ≤ I 0.30

            4

            I ≤ 0.30

            Source : Basé sur EN 511 (1993).

            Contacter le froid

            Le contact entre la main nue et des surfaces froides peut réduire rapidement la température de la peau et provoquer des blessures par le froid. Des problèmes peuvent survenir avec des températures de surface aussi élevées que 15 ºC. En particulier, les surfaces métalliques offrent d'excellentes propriétés conductrices et peuvent rapidement refroidir les zones cutanées en contact.

            À l'heure actuelle, aucune méthode standard n'existe pour l'évaluation générale du refroidissement par contact. Les recommandations suivantes peuvent être données (ACGIH 1990 ; Chen, Nilsson et Holmér 1994 ; Enander 1987) :

              • Un contact prolongé avec des surfaces métalliques en dessous de 15 ºC peut altérer la dextérité.
              • Un contact prolongé avec des surfaces métalliques en dessous de 7 ºC peut provoquer un engourdissement.
              • Un contact prolongé avec des surfaces métalliques en dessous de 0 ºC peut provoquer des engelures ou des engelures.
              • Un bref contact avec des surfaces métalliques en dessous de –7 °C peut provoquer des engelures ou des engelures.
              • Tout contact avec des liquides à température inférieure à zéro doit être évité.

                       

                      D'autres matériaux présentent une séquence de dangers similaire, mais les températures sont plus basses avec des matériaux moins conducteurs (plastiques, bois, mousse).

                      La protection contre le refroidissement par contact fournie par les gants peut être déterminée à l'aide de la norme européenne EN 511. Quatre classes de performance sont données (tableau 6).

                      Tableau 6. Classification de la résistance thermique de contact des gants (I)

                      Classe

                      I (m2 °C/W)

                      1

                      0.025 ≤ I 0.05

                      2

                      0.05 ≤ I 0.10

                      3

                      0.10 ≤ I 0.15

                      4

                      I ≤ 0.15

                      Source : Basé sur EN 511 (1993).

                      Refroidissement convectif de la peau

                      L'indice de refroidissement éolien (WCI) représente une méthode simple et empirique d'évaluation du refroidissement de la peau non protégée (visage) (ISO TR 11079). La méthode prédit la perte de chaleur des tissus sur la base de la température de l'air et de la vitesse du vent.

                      Les réponses associées aux différentes valeurs de WCI sont indiquées dans le tableau 7.

                      Tableau 7. Indice de refroidissement éolien (WCI), température de refroidissement équivalente (Teq ) et temps de congélation de la chair exposée

                      WCI (W/m2)

                      Teq (°C)

                      d'Entourage

                      1,200

                      -14

                      Très froid

                      1,400

                      -22

                      Très froid

                      1,600

                      -30

                      La chair exposée gèle

                      1,800

                      -38

                      dans un délai de 1 heure

                      2,000

                      -45

                      La chair exposée gèle

                      2,200

                      -53

                      en 1 minute

                      2,400

                      -61

                      La chair exposée gèle

                      2,600

                      -69

                      dans 30 secondes

                       

                      Une interprétation fréquemment utilisée de WCI est la température de refroidissement équivalente. Cette température dans des conditions calmes (1.8 m/s) représente la même valeur WCI que la combinaison réelle de température et de vent. Le tableau 8 fournit des températures de refroidissement équivalentes pour des combinaisons de température de l'air et de vitesse du vent. Le tableau s'applique aux personnes actives et bien habillées. Un risque est présent lorsque la température équivalente descend en dessous de -30°C, et la peau peut geler en 1 à 2 min en dessous de -60°C.

                      Tableau 8. Puissance de refroidissement du vent sur la chair exposée exprimée en température de refroidissement équivalente dans des conditions presque calmes (vitesse du vent 1.8 m/s)

                      Vitesse du vent (m / s)

                      Lecture réelle du thermomètre (°C)

                       

                      0

                      -5

                      -10

                      -15

                      -20

                      -25

                      -30

                      -35

                      -40

                      -45

                      -50

                       

                      Température de refroidissement équivalente (°C)

                      1.8

                      0

                      -5

                      -10

                      -15

                      -20

                      -25

                      -30

                      -35

                      -40

                      -45

                      -50

                      2

                      -1

                      -6

                      -11

                      -16

                      -21

                      -27

                      -32

                      -37

                      -42

                      -47

                      -52

                      3

                      -4

                      -10

                      -15

                      -21

                      -27

                      -32

                      -38

                      -44

                      -49

                      -55

                      -60

                      5

                      -9

                      -15

                      -21

                      -28

                      -34

                      -40

                      -47

                      -53

                      -59

                      -66

                      -72

                      8

                      -13

                      -20

                      -27

                      -34

                      -41

                      -48

                      -55

                      -62

                      -69

                      -76

                      -83

                      11

                      -16

                      -23

                      -31

                      -38

                      -46

                      -53

                      -60

                      -68

                      -75

                      -83

                      -90

                      15

                      -18

                      -26

                      -34

                      -42

                      -49

                      -57

                      -65

                      -73

                      -80

                      -88

                      -96

                      20

                      -20

                      -28

                      -36

                      -44

                      -52

                      -60

                      -68

                      -76

                      -84

                      -92

                      -100

                      Les valeurs soulignées représentent un risque d'engelures ou de gelures.

                      Refroidissement des voies respiratoires

                      L'inhalation d'air froid et sec peut causer des problèmes aux personnes sensibles à +10 à 15ºC. Les personnes en bonne santé exécutant des travaux légers à modérés n'ont pas besoin de protection particulière des voies respiratoires jusqu'à -30 ºC. Les travaux très lourds lors d'expositions prolongées (par exemple, les épreuves d'endurance athlétique) ne doivent pas avoir lieu à des températures inférieures à –20 ºC.

                      Des recommandations similaires s'appliquent au refroidissement de l'œil. En pratique, le grand inconfort et la déficience visuelle associés au refroidissement des yeux nécessitent normalement l'utilisation de lunettes ou d'autres protections bien avant que l'exposition ne devienne dangereuse.

                      Dimensions

                      Selon le type de risque attendu, différents ensembles de mesures sont nécessaires (figure 6). Les procédures de collecte de données et l'exactitude des mesures dépendent de l'objectif des mesures. Des informations pertinentes doivent être obtenues sur la variation dans le temps des paramètres climatiques, ainsi que sur le niveau d'activité et/ou vestimentaire. Des procédures simples de pondération temporelle doivent être adoptées (ISO 7726).

                      Figure 6. Relation entre le risque de stress dû au froid attendu et les procédures de mesure requises.

                      HEA110F6

                      Mesures préventives pour soulager le stress dû au froid

                      Les actions et les mesures de contrôle et de réduction du stress dû au froid impliquent un certain nombre de considérations lors des phases de planification et de préparation des quarts de travail, ainsi que pendant le travail, qui sont traitées ailleurs dans ce chapitre et dans ce Encyclopédie.

                       

                      Retour

                      Lire 11888 fois Dernière modification le Mardi, Juillet 26 2022 21: 25

                      " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                      Table des matières

                      Références de chaleur et de froid

                      ACGIH (Conférence américaine des hygiénistes industriels gouvernementaux). 1990. Valeurs limites d'exposition et indices d'exposition biologique pour 1989–1990. New York : ACGIH.

                      —. 1992. Stress dû au froid. Dans Valeurs limites d'exposition pour les agents physiques dans l'environnement de travail. New York : ACGIH.

                      Bedford, T. 1940. La chaleur environnementale et sa mesure. Medical Research Memorandum No. 17. Londres : Her Majesty's Stationery Office.

                      Belding, HS et TF Hatch. 1955. Indice d'évaluation du stress thermique en termes de contrainte physiologique résultante. Tuyauterie de chauffage Air Condit 27:129–136.

                      Bittel, JHM. 1987. La dette de chaleur comme indice d'adaptation au froid chez les hommes. J Appl Physiol 62(4):1627–1634.

                      Bittel, JHM, C Nonotte-Varly, GH Livecchi-Gonnot, GLM Savourey et AM Hanniquet. 1988. Aptitude physique et réactions thermorégulatrices en milieu froid chez l'homme. J Appl Physiol 65:1984-1989.

                      Bittel, JHM, GH Livecchi-Gonnot, AM Hanniquet et JL Etienne. 1989. Changements thermiques observés avant et après le voyage de JL Etienne au Pôle Nord. Eur J Appl Physiol 58:646–651.

                      Bligh, J et KG Johnson. 1973. Glossaire des termes de physiologie thermique. J Appl Physiol 35(6):941–961.

                      Botsford, JH. 1971. Un thermomètre à globe humide pour la mesure de la chaleur environnementale. Am Ind Hyg J 32:1–10.

                      Boutelier, C. 1979. Survie et protection des équipages en cas d'immersion accidentelle en eau froide. Neuilly-sur-Seine : AGARD AG 211.

                      Brouha, L. 1960. Physiologie dans l'industrie. New York : Presse de Pergamon.

                      Burton, AC et OG Edholm. 1955. Homme dans un environnement froid. Londres : Edward Arnold.

                      Chen, F, H Nilsson et RI Holmer. 1994. Réponses de refroidissement du coussinet du doigt en contact avec une surface en aluminium. Am Ind Hyg Assoc J 55(3):218-22.

                      Comité Européen de Normalisation (CEN). 1992. EN 344. Vêtements de protection contre le froid. Bruxelles : CEN.

                      —. 1993. EN 511. Gants de protection contre le froid. Bruxelles : CEN.

                      Commission des Communautés européennes (CCE). 1988. Actes d'un séminaire sur les indices de stress thermique. Luxembourg : CEC, Direction Santé et Sécurité.

                      Daanen, HAM. 1993. Détérioration des performances manuelles par temps froid et venteux. AGARD, OTAN, CP-540.

                      Dasler, AR. 1974. Ventilation et contrainte thermique, à terre et à flot. Au chapitre 3, Manuel de médecine préventive navale. Washington, DC : Département de la marine, Bureau de médecine et de chirurgie.

                      —. 1977. Stress thermique, fonctions de travail et limites physiologiques d'exposition à la chaleur chez l'homme. Dans Analyse Thermique—Confort Humain—Environnements Intérieurs. NBS Special Publication 491. Washington, DC : US Department of Commerce.

                      Deutsches Institut für Normierung (DIN) 7943-2. 1992. Schlafsacke, Thermophysiologische Prufung. Berlin : DIN.

                      Dubois, D et EF Dubois. 1916. Calorimétrie clinique X : Une formule pour estimer la surface appropriée si la taille et le poids sont connus. Arch Int Med 17: 863–871.

                      Eagan, CJ. 1963. Introduction et terminologie. Fed Proc 22:930–933.

                      Edwards, JSA, DE Roberts et SH Mutter. 1992. Relations d'utilisation en milieu froid. J Wildlife Med 3:27–47.

                      Enander, A. 1987. Réactions sensorielles et performance au froid modéré. Thèse de doctorat. Solna : Institut national de santé au travail.

                      Fuller, FH et L Brouha. 1966. Nouvelles méthodes d'ingénierie pour l'évaluation de l'environnement de travail. ASHRAE J 8(1):39–52.

                      Fuller, FH et PE Smith. 1980. L'efficacité des procédures de travail préventif dans un atelier chaud. Dans FN Dukes-Dobos et A Henschel (eds.). Actes d'un atelier du NIOSH sur les normes de stress thermique recommandées. Washington DC : publication DHSS (NIOSH) n° 81-108.

                      —. 1981. Evaluation du stress thermique en atelier chaud par mesures physiologiques. Am Ind Hyg Assoc J 42:32–37.

                      Gagge, AP, AP Fobelets et LG Berglund. 1986. Un indice prédictif standard de la réponse humaine à l'environnement thermique. ASHRAE Trans 92:709–731.

                      Gisolfi, CV et CB Wenger. 1984. Régulation de la température pendant l'exercice : anciens concepts, nouvelles idées. Exercice Sport Sci Rev 12:339–372.

                      Givoni, B. 1963. Une nouvelle méthode pour évaluer l'exposition à la chaleur industrielle et la charge de travail maximale admissible. Document soumis au Congrès international de biométéorologie à Paris, France, septembre 1963.

                      —. 1976. Homme, climat et architecture, 2e éd. Londres : Sciences appliquées.

                      Givoni, B et RF Goldman. 1972. Prédire la réponse de la température rectale au travail, à l'environnement et aux vêtements. J Appl Physiol 2(6):812–822.

                      —. 1973. Prédire la réponse de la fréquence cardiaque au travail, à l'environnement et aux vêtements. J Appl Physiol 34(2):201–204.

                      Goldman, RF. 1988. Normes d'exposition humaine à la chaleur. Dans Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

                      Hales, JRS et DAB Richards. 1987. Stress thermique. Amsterdam, New York : Oxford Excerpta Medica.

                      Hammel, HT. 1963. Résumé des schémas thermiques comparatifs chez l'homme. Fed Proc 22:846–847.

                      Havenith, G, R Heus et WA Lotens. 1990. Ventilation des vêtements, résistance à la vapeur et indice de perméabilité : changements dus à la posture, au mouvement et au vent. Ergonomie 33 : 989–1005.

                      Hayes. 1988. In Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

                      Holmér, I. 1988. Évaluation du stress dû au froid en fonction de l'isolation requise des vêtements—IREQ. Int J Ind Erg 3:159–166.

                      —. 1993. Travailler dans le froid. Examen des méthodes d'évaluation du stress dû au froid. Int Arch Occ Env Health 65: 147–155.

                      —. 1994. Stress dû au froid : Partie 1—Lignes directrices pour le praticien. Int J Ind Erg 14:1–10.

                      —. 1994. Stress dû au froid : Partie 2—La base scientifique (base de connaissances) du guide. Int J Ind Erg 14:1–9.

                      Houghton, FC et CP Yagoglou. 1923. Détermination des lignes de confort égales. JASHVE 29:165–176.

                      Organisation internationale de normalisation (ISO). 1985. ISO 7726. Environnements thermiques — Instruments et méthodes de mesure des grandeurs physiques. Genève : ISO.

                      —. 1989a. ISO 7243. Environnements chauds - Estimation du stress thermique sur l'homme au travail, basée sur l'indice WBGT (Wet Bulb Globe Temperature). Genève : ISO.

                      —. 1989b. ISO 7933. Environnements chauds - Détermination analytique et interprétation de la contrainte thermique à l'aide du calcul du taux de transpiration requis. Genève : ISO.

                      —. 1989c. ISO DIS 9886. Ergonomie—Évaluation de la contrainte thermique par des mesures physiologiques. Genève : ISO.

                      —. 1990. ISO 8996. Ergonomie—Détermination de la production de chaleur métabolique. Genève : ISO.

                      —. 1992. ISO 9886. Évaluation de la déformation thermique par des mesures physiologiques. Genève : ISO.

                      —. 1993. Évaluation de l'influence de l'environnement thermique à l'aide d'échelles de jugement subjectif. Genève : ISO.

                      —. 1993. ISO CD 12894. Ergonomie de l'environnement thermique - Surveillance médicale des personnes exposées aux environnements chauds ou froids. Genève : ISO.

                      —. 1993. ISO TR 11079 Évaluation des environnements froids — Détermination de l'isolation requise des vêtements, IREQ. Genève : ISO. (Rapport technique)

                      —. 1994. ISO 9920. Ergonomie—Estimation des caractéristiques thermiques d'un ensemble vestimentaire. Genève : ISO.

                      —. 1994. ISO 7730. Environnements thermiques modérés — Détermination des indices PMV et PPD et spécification des conditions de confort thermique. Genève : ISO.

                      —. 1995. ISO DIS 11933. Ergonomie de l'environnement thermique. Principes et application des normes internationales. Genève : ISO.

                      Kenneth, W, P Sathasivam, AL Vallerand et TB Graham. 1990. Influence de la caféine sur les réponses métaboliques des hommes au repos à 28 et 5C. J Appl Physiol 68(5):1889–1895.

                      Kenney, WL et SR Fowler. 1988. Densité et production des glandes sudoripares eccrines activées par la méthylcholine en fonction de l'âge. J Appl Physiol 65:1082–1086.

                      Kerslake, DMcK. 1972. Le stress des environnements chauds. Cambridge : Cambridge University Press.

                      LeBlanc, J. 1975. L'homme dans le froid. Springfield, Illinois, États-Unis : Charles C Thomas Publ.

                      Leithead, CA et AR Lind. 1964. Stress thermique et troubles de la tête. Londres : Cassel.

                      Lind, AR. 1957. Un critère physiologique pour fixer des limites environnementales thermiques pour le travail de chacun. J Appl Physiol 18 : 51–56.

                      Lotens, WA. 1989. L'isolation réelle des vêtements multicouches. Scand J Travail Environ Santé 15 Suppl. 1:66–75.

                      —. 1993. Transfert de chaleur des humains portant des vêtements. Thèse, Université Technique. Delft, Pays-Bas. (ISBN 90-6743-231-8).

                      Lotens, WA et G Havenith. 1991. Calcul de l'isolation des vêtements et de la résistance à la vapeur. Ergonomie 34 : 233–254.

                      Maclean, D et D Emslie-Smith. 1977. Hypothermie accidentelle. Oxford, Londres, Édimbourg, Melbourne : Blackwell Scientific Publication.

                      MacPherson, RK. 1960. Réponses physiologiques aux environnements chauds. Medical Research Council Special Report Series No. 298. Londres : HMSO.

                      Martineau, L et moi Jacob. 1988. Utilisation du glycogène musculaire pendant la thermogenèse des frissons chez l'homme. J Appl Physiol 56:2046–2050.

                      Maughan, RJ. 1991. Perte et remplacement de liquide et d'électrolyte pendant l'exercice. J Sport Sci 9:117–142.

                      McArdle, B, W Dunham, HE Halling, WSS Ladell, JW Scalt, ML Thomson et JS Weiner. 1947. La prédiction des effets physiologiques des environnements chauds et chauds. Conseil de la recherche médicale Rep 47/391. Londres : RNP.

                      McCullough, EA, BW Jones et PEJ Huck. 1985. Une base de données complète pour estimer l'isolation des vêtements. ASHRAE Trans 91:29–47.

                      McCullough, EA, BW Jones et T Tamura. 1989. Une base de données pour déterminer la résistance à l'évaporation des vêtements. ASHRAE Trans 95:316–328.

                      McIntyre, DA. 1980. Climat intérieur. Londres : Applied Science Publishers Ltd.

                      Mekjavic, IB, EW Banister et JB Morrison (eds.). 1988. Ergonomie environnementale. Philadelphie : Taylor & Francis.

                      Nielsen, B. 1984. Déshydratation, réhydratation et thermorégulation. Dans E Jokl et M Hebbelinck (eds.). Médecine et sciences du sport. Bâle : S. Karger.

                      —. 1994. Stress thermique et acclimatation. Ergonomie 37(1):49–58.

                      Nielsen, R, BW Olesen et PO Fanger. 1985. Effet de l'activité physique et de la vitesse de l'air sur l'isolation thermique des vêtements. Ergonomie 28: 1617–1632.

                      Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1972. Exposition professionnelle aux environnements chauds. HSM 72-10269. Washington, DC : Département américain de l'éducation sanitaire et du bien-être.

                      —. 1986. Exposition professionnelle aux environnements chauds. Publication NIOSH n° 86-113. Washington, DC : NIOSH.

                      Nishi, Y et AP Gagge. 1977. Échelle de température efficace utilisée pour les environnements hypo et hyperbares. Aviation Space et Envir Med 48:97–107.

                      Olesen, BW. 1985. Stress thermique. In Bruel and Kjaer Technical Review No. 2. Danemark : Bruel and Kjaer.

                      Olesen, BW, E Sliwinska, TL Madsen et PO Fanger. 1982. Effet de la posture et de l'activité corporelle sur l'isolation thermique des vêtements : Mesures par un mannequin thermique mobile. ASHRAE Trans 88:791–805.

                      Pandolf, KB, BS Cadarette, MN Sawka, AJ Young, RP Francesconi et RR Gonzales. 1988. J Appl Physiol 65(1):65–71.

                      Parsons, KC. 1993. Environnements thermiques humains. Hampshire, Royaume-Uni : Taylor & Francis.

                      Reed, HL, D Brice, KMM Shakir, KD Burman, MM D'Alesandro et JT O'Brian. 1990. Diminution de la fraction libre des hormones thyroïdiennes après un séjour prolongé en Antarctique. J Appl Physiol 69:1467–1472.

                      Rowell, LB. 1983. Aspects cardiovasculaires de la thermorégulation humaine. Circ Res 52:367–379.

                      —. 1986. Régulation de la circulation humaine pendant le stress physique. Oxford : OUP.

                      Sato, K et F Sato. 1983. Variations individuelles dans la structure et la fonction de la glande sudoripare eccrine humaine. Am J Physiol 245:R203–R208.

                      Savourey, G, AL Vallerand et J Bittel. 1992. Adaptation générale et locale après un séjour à ski en milieu arctique sévère. Eur J Appl Physiol 64:99–105.

                      Savourey, G, JP Caravel, B Barnavol et J Bittel. 1994. Modifications des hormones thyroïdiennes dans un environnement d'air froid après une acclimatation locale au froid. J Appl Physiol 76(5):1963–1967.

                      Savourey, G, B Barnavol, JP Caravel, C Feuerstein et J Bittel. 1996. Adaptation générale hypothermique au froid induite par l'acclimatation locale au froid. Eur J Appl Physiol 73:237–244.

                      Vallerand, AL, I Jacob et MF Kavanagh. 1989. Mécanisme d'amélioration de la tolérance au froid par un mélange éphédrine/caféine chez l'homme. J Appl Physiol 67:438–444.

                      van Dilla, MA, R Day et PA Siple. 1949. Problèmes particuliers des mains. Dans Physiology of Heat Regulation, édité par R Newburgh. Philadelphie : Saunders.

                      Vellar, OD. 1969. Pertes de nutriments par la transpiration. Oslo : Universitetsforlaget.

                      Vogt, JJ, V Candas, JP Libert et F Daull. 1981. Taux de transpiration requis comme indice de contrainte thermique dans l'industrie. In Bioengineering, Thermal Physiology and Comfort, édité par K Cena et JA Clark. Amsterdam : Elsevier. 99–110.

                      Wang, LCH, SFP Man et AN Bel Castro. 1987. Réponses métaboliques et hormonales dans la résistance au froid accrue par la théophylline chez les hommes. J Appl Physiol 63:589–596.

                      Organisation mondiale de la santé (OMS). 1969. Facteurs de santé impliqués dans le travail dans des conditions de stress thermique. Rapport technique 412. Genève : OMS.

                      Wissler, EH. 1988. Un examen des modèles thermiques humains. Dans Environmental Ergonomics, édité par IB Mekjavic, EW Banister et JB Morrison. Londres : Taylor & Francis.

                      Bécasse, AH. 1962. Transfert d'humidité dans les systèmes textiles. Partie I. Textile Res J 32: 628–633.

                      Yaglou, CP et D Minard. 1957. Contrôle des victimes de la chaleur dans les centres d'entraînement militaire. Am Med Assoc Arch Ind Health 16:302–316 et 405.