Mardi 15 Mars 2011 15: 01

Rayonnement infrarouge

Évaluer cet élément
(11 votes)

Le rayonnement infrarouge est la partie du spectre du rayonnement non ionisant située entre les micro-ondes et la lumière visible. C'est une partie naturelle de l'environnement humain et les gens y sont donc exposés en petites quantités dans tous les domaines de la vie quotidienne, par exemple à la maison ou lors d'activités récréatives au soleil. Une exposition très intense peut cependant résulter de certains processus techniques sur le lieu de travail.

De nombreux processus industriels impliquent le durcissement thermique de divers types de matériaux. Les sources de chaleur utilisées ou le matériau chauffé lui-même émettent généralement des niveaux de rayonnement infrarouge si élevés qu'un grand nombre de travailleurs risquent potentiellement d'être exposés.

Concepts et quantités

Le rayonnement infrarouge (IR) a des longueurs d'onde allant de 780 nm à 1 mm. Suite à la classification de la Commission Internationale de l'Eclairage (CIE), cette bande est subdivisée en IRA (de 780 nm à 1.4 μm), IRB (de 1.4 μm à 3 μm) et IRC (de 3 μm à 1 mm). Cette subdivision suit approximativement les caractéristiques d'absorption dépendant de la longueur d'onde de l'IR dans les tissus et les différents effets biologiques qui en résultent.

La quantité et la distribution temporelle et spatiale du rayonnement infrarouge sont décrites par différentes grandeurs et unités radiométriques. En raison des propriétés optiques et physiologiques, notamment de l'œil, une distinction est généralement faite entre les petites sources « ponctuelles » et les sources « étendues ». Le critère de cette distinction est la valeur en radians de l'angle (α) mesuré à l'œil sous-tendu par la source. Cet angle peut être calculé comme un quotient, la dimension de la source lumineuse DL divisé par la distance de visualisation r. Les sources étendues sont celles qui sous-tendent un angle de vision à l'œil supérieur à αm., qui est normalement de 11 milliradians. Pour toutes les sources étendues, il existe une distance de visualisation où α est égal à αm.; à de plus grandes distances d'observation, la source peut être traitée comme une source ponctuelle. En radioprotection optique, les grandeurs les plus importantes concernant les sources étendues sont les éclat (L, exprimé en Wm-2sr-1) Et le éclat intégré dans le temps (Lp en Jm-2sr-1), qui décrivent la "luminosité" de la source. Pour l'évaluation des risques pour la santé, les grandeurs les plus pertinentes concernant les sources ponctuelles ou les expositions à des distances telles que la source où α< αm., sont les irradiation (E, exprimé en Wm-2), qui équivaut au concept de débit de dose d'exposition, et le exposition rayonnante (H, en Jm-2), équivalent au concept de dose d'exposition.

Dans certaines bandes du spectre, les effets biologiques dus à l'exposition dépendent fortement de la longueur d'onde. Par conséquent, des grandeurs spectroradiométriques supplémentaires doivent être utilisées (par exemple, la luminance spectrale, Ll, exprimé en Wm-2 sr-1 nm-1) pour peser les valeurs physiques d'émission de la source par rapport au spectre d'action applicable lié à l'effet biologique.

 

Sources et exposition professionnelle

L'exposition aux IR résulte de diverses sources naturelles et artificielles. L'émission spectrale de ces sources peut être limitée à une seule longueur d'onde (laser) ou peut être répartie sur une large bande de longueur d'onde.

Les différents mécanismes de génération de rayonnement optique en général sont :

  • excitation thermique (rayonnement du corps noir)
  • décharge de gaz
  • amplification lumineuse par émission stimulée de rayonnement (laser), le mécanisme de décharge gazeuse étant moins important dans la bande IR.

 

L'émission des sources les plus importantes utilisées dans de nombreux processus industriels résulte de l'excitation thermique et peut être approximée à l'aide des lois physiques du rayonnement du corps noir si la température absolue de la source est connue. L'émission totale (M, en Wm-2) d'un radiateur à corps noir (figure 1) est décrite par la loi de Stefan-Boltzmann :

M (T) = 5.67 x 10-8T4

et dépend de la puissance 4 de la température (T, en K) du corps rayonnant. La distribution spectrale de la luminance est décrite par la loi de rayonnement de Planck :

et la longueur d'onde d'émission maximale (λmax) est décrit selon la loi de Wien par :

λmax = (2.898x10-8) / T

Figure 1. Radiance spectrale λmaxd'un radiateur à corps noir à la température absolue indiquée en degrés Kelvin sur chaque courbe

ELF040F1

De nombreux lasers utilisés dans les processus industriels et médicaux émettront des niveaux très élevés d'IR. En général, par rapport à d'autres sources de rayonnement, le rayonnement laser présente certaines caractéristiques inhabituelles qui peuvent influer sur le risque suivant une exposition, comme une durée d'impulsion très courte ou une irradiance extrêmement élevée. Par conséquent, le rayonnement laser est discuté en détail ailleurs dans ce chapitre.

De nombreux processus industriels nécessitent l'utilisation de sources émettant des niveaux élevés de rayonnement visible et infrarouge, et donc un grand nombre de travailleurs comme les boulangers, les souffleurs de verre, les travailleurs des fours, les fondeurs, les forgerons, les fondeurs et les pompiers sont potentiellement à risque d'exposition. En plus des lampes, des sources telles que des flammes, des chalumeaux à gaz, des chalumeaux à acétylène, des flaques de métal en fusion et des barres métalliques incandescentes doivent être prises en compte. On les rencontre dans les fonderies, les aciéries et dans de nombreuses autres installations industrielles lourdes. Le tableau 1 résume quelques exemples de sources IR et leurs applications.

Tableau 1. Différentes sources d'IR, population exposée et niveaux d'exposition approximatifs

Identifier

Application ou population exposée

Exposition

Soleil

Travailleurs de plein air, agriculteurs, ouvriers du bâtiment, gens de mer, grand public

500 Wm-2

Lampes à filament de tungstène

Population générale et travailleurs
Éclairage général, séchage de l'encre et de la peinture

105-106 Wm-2sr-1

Lampes à incandescence halogène au tungstène

(Voir lampes à filament de tungstène)
Systèmes de copiage (fixation), processus généraux (séchage, cuisson, rétraction, ramollissement)

50 à 200 Wm-2 (à 50cm)

Diodes électroluminescentes (par exemple diode GaAs)

Jouets, électronique grand public, technologie de transmission de données, etc.

105 Wm-2sr-1

Lampes à arc au xénon

Projecteurs, simulateurs solaires, projecteurs
Cadreurs d'imprimerie, laborantins d'optique, animateurs

107 Wm-2sr-1

Fonte de fer

Four en acier, ouvriers d'aciérie

105 Wm-2sr-1

Réseaux de lampes infrarouges

Chauffage et séchage industriels

103 - 8.103 Wm-2

Lampes infrarouges dans les hôpitaux

Incubateurs

100 à 300 Wm-2

 

Effets biologiques

Le rayonnement optique en général ne pénètre pas très profondément dans les tissus biologiques. Par conséquent, les principales cibles d'une exposition aux infrarouges sont la peau et les yeux. Dans la plupart des conditions d'exposition, le principal mécanisme d'interaction de l'IR est thermique. Seules les impulsions très courtes que peuvent produire les lasers, mais qui ne sont pas considérées ici, peuvent également conduire à des effets mécanothermiques. Les effets de l'ionisation ou de la rupture des liaisons chimiques ne devraient pas apparaître avec le rayonnement infrarouge car l'énergie des particules, étant inférieure à environ 1.6 eV, est trop faible pour provoquer de tels effets. Pour la même raison, les réactions photochimiques ne deviennent significatives qu'à des longueurs d'onde plus courtes dans la région visuelle et ultraviolette. Les différents effets de l'IR sur la santé, dépendant de la longueur d'onde, découlent principalement des propriétés optiques dépendant de la longueur d'onde des tissus, par exemple, l'absorption spectrale du milieu oculaire (figure 2).

Figure 2. Absorption spectrale du milieu oculaire

ELF040F2

Effets sur les yeux

En général, l'œil est bien adapté pour se protéger des rayonnements optiques du milieu naturel. De plus, l'œil est physiologiquement protégé contre les blessures causées par des sources lumineuses vives, telles que le soleil ou les lampes à haute intensité, par une réponse d'aversion qui limite la durée d'exposition à une fraction de seconde (environ 0.25 seconde).

L'IRA affecte principalement la rétine, en raison de la transparence des milieux oculaires. Lors de la visualisation directe d'une source ponctuelle ou d'un faisceau laser, les propriétés de focalisation dans la région IRA rendent en outre la rétine beaucoup plus susceptible d'être endommagée que toute autre partie du corps. Pour de courtes périodes d'exposition, l'échauffement de l'iris dû à l'absorption de l'infrarouge visible ou proche est considéré comme jouant un rôle dans le développement d'opacités dans le cristallin.

Avec l'augmentation de la longueur d'onde, au-dessus d'environ 1 μm, l'absorption par les milieux oculaires augmente. Par conséquent, l'absorption du rayonnement IRA par le cristallin et l'iris pigmenté est considérée comme jouant un rôle dans la formation des opacités lenticulaires. Les dommages à la lentille sont attribués aux longueurs d'onde inférieures à 3 μm (IRA et IRB). Pour un rayonnement infrarouge de longueurs d'onde supérieures à 1.4 µm, l'humeur aqueuse et la lentille sont particulièrement absorbantes.

Dans la région IRB et IRC du spectre, les milieux oculaires deviennent opaques en raison de la forte absorption par leur eau constitutive. L'absorption dans cette région se fait principalement dans la cornée et dans l'humeur aqueuse. Au-delà de 1.9 μm, la cornée est effectivement le seul absorbeur. L'absorption du rayonnement infrarouge à grande longueur d'onde par la cornée peut entraîner une augmentation des températures dans l'œil en raison de la conduction thermique. En raison d'un taux de renouvellement rapide des cellules cornéennes de surface, on peut s'attendre à ce que tout dommage limité à la couche cornéenne externe soit temporaire. Dans la bande IRC, l'exposition peut provoquer une brûlure de la cornée similaire à celle de la peau. Les brûlures cornéennes sont cependant peu susceptibles de se produire en raison de la réaction d'aversion déclenchée par la sensation douloureuse provoquée par une forte exposition.

Effets sur la peau

Le rayonnement infrarouge ne pénétrera pas la peau très profondément. Par conséquent, l'exposition de la peau à des infrarouges très puissants peut entraîner des effets thermiques locaux de gravité différente, voire des brûlures graves. Les effets sur la peau dépendent des propriétés optiques de la peau, telles que la profondeur de pénétration dépendant de la longueur d'onde (figure 3 ). Surtout à des longueurs d'onde plus longues, une exposition prolongée peut provoquer une forte élévation de température locale et des brûlures. Les valeurs seuils de ces effets dépendent du temps, en raison des propriétés physiques des processus de transport thermique dans la peau. Un rayonnement de 10 kWm-2, par exemple, peut provoquer une sensation douloureuse en 5 secondes, alors qu'une exposition de 2 kWm-2 ne provoquera pas la même réaction dans des périodes inférieures à environ 50 secondes.

Figure 3. Profondeur de pénétration dans la peau pour différentes longueurs d'onde

ELF040F3

Si l'exposition est prolongée sur de très longues périodes, même à des valeurs bien inférieures au seuil de douleur, la charge de chaleur sur le corps humain peut être importante. Surtout si l'exposition couvre tout le corps comme, par exemple, devant une fonte d'acier. Le résultat peut être un déséquilibre du système de thermorégulation autrement physiologiquement bien équilibré. Le seuil de tolérance d'une telle exposition dépendra de différentes conditions individuelles et environnementales, telles que la capacité individuelle du système de thermorégulation, le métabolisme corporel réel pendant l'exposition ou la température, l'humidité et le mouvement de l'air (vitesse du vent) de l'environnement. Sans aucun travail physique, une exposition maximale de 300 Wm-2 peut être toléré plus de huit heures dans certaines conditions environnementales, mais cette valeur diminue à environ 140 Wm-2 lors d'efforts physiques intenses.

Normes d'exposition

Les effets biologiques de l'exposition aux IR, qui dépendent de la longueur d'onde et de la durée d'exposition, ne sont intolérables que si certaines valeurs seuils d'intensité ou de dose sont dépassées. Pour se prémunir contre ces conditions d'exposition intolérables, des organisations internationales telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Bureau international du travail (BIT), le Comité international des rayonnements non ionisants de l'Association internationale de radioprotection (INIRC/IRPA) et ses successeur, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et la Conférence américaine des hygiénistes industriels gouvernementaux (ACGIH) ont suggéré des limites d'exposition au rayonnement infrarouge provenant de sources optiques cohérentes et incohérentes. La plupart des suggestions nationales et internationales sur les lignes directrices pour limiter l'exposition humaine aux rayonnements infrarouges sont basées sur ou même identiques aux valeurs limites de seuil suggérées (TLV) publiées par l'ACGIH (1993/1994). Ces limites sont largement reconnues et sont fréquemment utilisées dans des situations professionnelles. Ils sont basés sur les connaissances scientifiques actuelles et sont destinés à prévenir les lésions thermiques de la rétine et de la cornée et à éviter d'éventuels effets différés sur le cristallin.

La révision de 1994 des limites d'exposition de l'ACGIH est la suivante :

1. Pour la protection de la rétine contre les lésions thermiques en cas d'exposition à la lumière visible (par exemple, dans le cas de sources lumineuses puissantes), le rayonnement spectral Lλ en W/(m² sr nm) pondéré par la fonction de risque thermique rétinien Rλ (voir tableau 2) sur l'intervalle de longueur d'onde Δλ et additionnées sur la gamme de longueurs d'onde de 400 à 1400 nm, ne doivent pas dépasser :

De t est la durée de visualisation limitée à des intervalles de 10-3 à 10 secondes (c'est-à-dire pour des conditions d'observation accidentelles et non fixes), et α est le sous-tendu angulaire de la source en radians calculé par α = extension maximale de la source/distance à la source Rλ  (Tableau 2 ).

2. Pour protéger la rétine des risques d'exposition des lampes chauffantes infrarouges ou de toute source infrarouge proche où un fort stimulus visuel est absent, la luminance infrarouge sur la plage de longueurs d'onde de 770 à 1400 nm telle que vue par l'œil (basée sur une pupille de 7 mm diamètre) pour une durée prolongée des conditions d'observation doit être limitée à :

Cette limite est basée sur un diamètre pupillaire de 7 mm car, dans ce cas, la réponse d'aversion (fermeture de l'œil par exemple) peut ne pas exister du fait de l'absence de lumière visible.

3. Pour éviter d'éventuels effets retardés sur le cristallin, comme une cataracte retardée, et pour protéger la cornée d'une surexposition, le rayonnement infrarouge à des longueurs d'onde supérieures à 770 nm doit être limité à 100 W/m² pendant des périodes supérieures à 1,000 XNUMX s et à:

ou pour des périodes plus courtes.

4. Pour les patients aphaques, des fonctions de pondération distinctes et les TLV résultantes sont données pour la gamme de longueurs d'onde de la lumière ultraviolette et visible (305–700 nm).

Tableau 2. Fonction de risque thermique rétinien

Longueur d'onde (nm)

Rλ

Longueur d'onde (nm)

Rλ

400

1.0

460

8.0

405

2.0

465

7.0

410

4.0

470

6.2

415

8.0

475

5.5

420

9.0

480

4.5

425

9.5

485

4.0

430

9.8

490

2.2

435

10.0

495

1.6

440

10.0

500-700

1.0

445

9.7

700-1,050

10((700 - λ )/500)

450

9.4

1,050-1,400

0.2

455

9.0

   

Source : ACGIH 1996.

Mesure

Des techniques et instruments radiométriques fiables permettent d'analyser le risque cutané et oculaire lié à l'exposition à des sources de rayonnement optique. Pour caractériser une source lumineuse classique, il est généralement très utile de mesurer la luminance. Pour définir les conditions d'exposition dangereuses à partir de sources optiques, l'irradiance et l'exposition radiante sont d'une plus grande importance. L'évaluation des sources à large bande est plus complexe que l'évaluation des sources qui émettent à des longueurs d'onde uniques ou à des bandes très étroites, car les caractéristiques spectrales et la taille de la source doivent être prises en compte. Le spectre de certaines lampes se compose à la fois d'une émission continue sur une large bande de longueurs d'onde et d'une émission sur certaines longueurs d'onde uniques (raies). Des erreurs importantes peuvent être introduites dans la représentation de ces spectres si la fraction d'énergie dans chaque ligne n'est pas correctement ajoutée au continuum.

Pour l'évaluation des risques pour la santé, les valeurs d'exposition doivent être mesurées sur une ouverture limite pour laquelle les normes d'exposition sont spécifiées. Généralement, une ouverture de 1 mm a été considérée comme la plus petite taille d'ouverture pratique. Les longueurs d'onde supérieures à 0.1 mm présentent des difficultés en raison des effets de diffraction importants créés par une ouverture de 1 mm. Pour cette bande de longueur d'onde, une ouverture de 1 cm² (11 mm de diamètre) a été acceptée, car les points chauds dans cette bande sont plus grands qu'aux longueurs d'onde plus courtes. Pour l'évaluation des risques rétiniens, la taille de l'ouverture a été déterminée par une taille de pupille moyenne et donc une ouverture de 7 mm a été choisie.

En général, les mesures dans le domaine optique sont très complexes. Les mesures prises par du personnel non formé peuvent conduire à des conclusions invalides. Un résumé détaillé des procédures de mesure se trouve dans Sliney et Wolbarsht (1980).

Mesures protectives

La protection standard la plus efficace contre l'exposition aux rayonnements optiques est l'enceinte totale de la source et de toutes les voies de rayonnement qui peuvent sortir de la source. Par de telles mesures, le respect des limites d'exposition devrait être facile à réaliser dans la majorité des cas. Lorsque ce n'est pas le cas, la protection personnelle est applicable. Par exemple, une protection oculaire disponible sous la forme de lunettes ou de visières appropriées ou de vêtements de protection doit être utilisée. Si les conditions de travail ne permettent pas l'application de telles mesures, un contrôle administratif et un accès restreint à des sources très intenses peuvent être nécessaires. Dans certains cas, une réduction de la puissance de la source ou du temps de travail (pauses de travail pour récupérer du stress thermique), ou des deux, pourrait être une mesure possible pour protéger le travailleur.

Conclusion

En général, le rayonnement infrarouge des sources les plus courantes telles que les lampes, ou de la plupart des applications industrielles, ne causera aucun risque pour les travailleurs. Cependant, sur certains lieux de travail, les IR peuvent entraîner un risque pour la santé du travailleur. De plus, il y a une augmentation rapide de l'application et de l'utilisation des lampes à usage spécial et des processus à haute température dans l'industrie, la science et la médecine. Si l'exposition due à ces applications est suffisamment élevée, des effets nocifs (principalement dans les yeux mais aussi sur la peau) ne peuvent être exclus. On s'attend à ce que l'importance des normes d'exposition aux rayonnements optiques internationalement reconnues augmente. Pour protéger le travailleur d'une exposition excessive, des mesures de protection telles que des écrans protecteurs (écrans oculaires) ou des vêtements de protection devraient être obligatoires.

Les principaux effets biologiques néfastes attribués au rayonnement infrarouge sont les cataractes, appelées cataractes du souffleur de verre ou du fourneau. Une exposition à long terme, même à des niveaux relativement faibles, provoque un stress thermique pour le corps humain. Dans de telles conditions d'exposition, des facteurs supplémentaires tels que la température corporelle et la perte de chaleur par évaporation ainsi que des facteurs environnementaux doivent être pris en compte.

Afin d'informer et d'instruire les travailleurs, des guides pratiques ont été élaborés dans les pays industrialisés. Un résumé complet peut être trouvé dans Sliney et Wolbarsht (1980).

 

Noir

Lire 22765 fois Dernière modification le jeudi 13 octobre 2011 21:31

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Rayonnement : Références non ionisantes

Allen, SG. 1991. Mesures de champ radiofréquence et évaluation des risques. J Radiol Protect 11:49-62.

Conférence américaine des hygiénistes industriels gouvernementaux (ACGIH). 1992. Documentation pour les valeurs limites de seuil. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

—. 1993. Valeurs limites d'exposition pour les substances chimiques et les agents physiques et indices d'exposition biologique. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

—. 1994a. Rapport annuel du Comité des valeurs limites d'agents physiques de l'ACGIH. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

—. 1994b. VLE, valeurs limites d'exposition et indices d'exposition biologique pour 1994-1995. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

—. 1995. 1995-1996 Valeurs limites d'exposition pour les substances chimiques et les agents physiques et indices d'exposition biologique. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

—. 1996. TLVs© et BEIs©. Valeurs limites d'exposition pour les substances chimiques et les agents physiques ; Indices d'exposition biologique. Cincinnati, Ohio : ACGIH.

Institut national américain de normalisation (ANSI). 1993. Utilisation sûre des lasers. Norme n° Z-136.1. New York : ANSI.

Aniolczyk, R. 1981. Mesures d'évaluation hygiénique des champs électromagnétiques dans l'environnement de la diathermie, des soudeurs et des appareils de chauffage par induction. Medycina Pracy 32:119-128.

Bassett, CAL, SN Mitchell et SR Gaston. 1982. Traitement par champ électromagnétique pulsé dans les fractures non unifiées et les arthrodèses défaillantes. J Am Med Assoc 247:623-628.

Bassett, CAL, RJ Pawluk et AA Pilla. 1974. Augmentation de la réparation osseuse par des champs électromagnétiques à couplage inductif. Sciences 184:575-577.

Berger, D, F Urbach et RE Davies. 1968. Le spectre d'action de l'érythème induit par le rayonnement ultraviolet. Dans le rapport préliminaire XIII. Congressus Internationalis Dermatologiae, Munchen, édité par W Jadassohn et CG Schirren. New York : Springer-Verlag.

Bernhardt, JH. 1988a. L'établissement de limites dépendant de la fréquence pour les champs électriques et magnétiques et l'évaluation des effets indirects. Rad Envir Biophys 27:1.

Bernhardt, JH et R Matthes. 1992. Sources électromagnétiques ELF et RF. Dans Non-Ionizing Radiation Protection, édité par MW Greene. Vancouver : presse de l'UBC.

Bini, M, A Checcucci, A Ignesti, L Millanta, R Olmi, N Rubino et R Vanni. 1986. Exposition des travailleurs à des champs électriques RF intenses qui fuient des scellants en plastique. J Microwave Power 21:33-40.

Buhr, E, E Sutter et Conseil néerlandais de la santé. 1989. Filtres dynamiques pour dispositifs de protection. Dans Dosimetry of Laser Radiation in Medicine and Biology, édité par GJ Mueller et DH Sliney. Bellingham, lavage : SPIE.

Bureau de santé radiologique. 1981. Une évaluation de l'émission de rayonnement des terminaux d'affichage vidéo. Rockville, MD : Bureau de la santé radiologique.

Cleuet, A et A Mayer. 1980. Risques liés à l'utilisation industrielle des lasers. In Institut National de Recherche et de Sécurité, Cahiers de Notes Documentaires, n° 99 Paris : Institut National de Recherche et de Sécurité.

Coblentz, WR, R Stair et JM Hogue. 1931. La relation érythémique spectrale de la peau au rayonnement ultraviolet. Dans Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique Washington, DC : Académie nationale des sciences.

Cole, CA, DF Forbes et PD Davies. 1986. Un spectre d'action pour la photocarcinogenèse UV. Photochem Photobiol 43(3):275-284.

Commission Internationale de l'Eclairage (CIE). 1987. Vocabulaire international de l'éclairage. Vienne : CIE.

Cullen, AP, BR Chou, MG Hall et SE Jany. 1984. L'ultraviolet-B endommage l'endothélium cornéen. Am J Optom Phys Opt 61(7):473-478.

Duchene, A, J Lakey et M Repacholi. 1991. Lignes directrices de l'IRPA sur la protection contre les rayonnements non ionisants. New York : Pergame.

Elder, JA, PA Czerki, K Stuchly, K Hansson Mild et AR Sheppard. 1989. Rayonnement radiofréquence. Dans Nonionizing Radiation Protection, édité par MJ Suess et DA Benwell-Morison. Genève : OMS.

Eriksen, P. 1985. Spectres optiques résolus dans le temps de l'allumage de l'arc de soudage MIG. Am Ind Hyg Assoc J 46:101-104.

Everett, MA, RL Olsen et RM Sayer. 1965. Érythème ultraviolet. Arch Dermatol 92:713-719.

Fitzpatrick, TB, MA Pathak, LC Harber, M Seiji et A Kukita. 1974. Lumière du soleil et homme, réponses photobiologiques normales et anormales. Tokyo : Univ. de Tokyo Press.

Forbes, PD et PD Davies. 1982. Facteurs qui influencent la photocarcinogenèse. Type. 7 en photoimmunologie, édité par JAM Parrish, L Kripke et WL Morison. New York : Plénum.

Freeman, RS, DW Owens, JM Knox et HT Hudson. 1966. Besoins énergétiques relatifs pour une réponse érythémale de la peau aux longueurs d'onde monochromatiques de l'ultraviolet présentes dans le spectre solaire. J Invest Dermatol 47:586-592.

Grandolfo, M et K Hansson Doux. 1989. Protection mondiale des radiofréquences et des micro-ondes publiques et professionnelles. Dans Biointeraction électromagnétique. Mécanismes, normes de sécurité, guides de protection, édité par G Franceschetti, OP Gandhi et M Grandolfo. New York : Plénum.

Greene, MW. 1992. Rayonnement non ionisant. 2e Atelier international sur les rayonnements non ionisants, 10-14 mai, Vancouver.

Jambon, WTJ. 1989. La photopathologie et la nature de la lésion rétinienne de la lumière bleue et du proche UV produite par les lasers et autres sources optiques. Dans Laser Applications in Medicine and Biology, édité par ML Wolbarsht. New York : Plénum.

Ham, WT, HA Mueller, JJ Ruffolo, D Guerry III et RK Guerry. 1982. Spectre d'action pour les lésions rétiniennes dues au rayonnement ultraviolet proche chez le singe aphaque. Am J Ophthalmol 93(3):299-306.

Hansson Mild, K. 1980. Exposition professionnelle aux champs électromagnétiques de radiofréquence. Procédure IEEE 68:12-17.

Hausser, KW. 1928. Influence de la longueur d'onde dans la biologie des rayonnements. Strahlentherapie 28:25-44.

Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE). 1990a. Position IEEE COMAR des RF et des micro-ondes. New York : IEEE.

—. 1990b. Déclaration de position de l'IEEE COMAR sur les aspects sanitaires de l'exposition aux champs électriques et magnétiques des scelleurs RF et des éléments chauffants diélectriques. New York : IEEE.

—. 1991. Norme IEEE pour les niveaux de sécurité en ce qui concerne l'exposition humaine aux champs électromagnétiques radiofréquences 3 KHz à 300 GHz. New York : IEEE.

Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP). 1994. Lignes directrices sur les limites d'exposition aux champs magnétiques statiques. Physique Santé 66:100-106.

—. 1995. Lignes directrices pour les limites d'exposition humaine au rayonnement laser.

Déclaration de l'ICNIRP. 1996. Problèmes de santé liés à l'utilisation de radiotéléphones portatifs et d'émetteurs de base. Santé Physique, 70:587-593.

Commission électrotechnique internationale (CEI). 1993. Norme CEI n° 825-1. Genève : CEI.

Bureau international du travail (BIT). 1993a. Protection contre les champs électriques et magnétiques à fréquence industrielle. Série Sécurité et santé au travail, n° 69. Genève : BIT.

Association internationale de radioprotection (IRPA). 1985. Lignes directrices pour les limites d'exposition humaine au rayonnement laser. Health Phys 48(2):341-359.

—. 1988a. Changement : Recommandations pour des mises à jour mineures des lignes directrices de l'IRPA 1985 sur les limites d'exposition au rayonnement laser. Health Phys 54(5):573-573.

—. 1988b. Lignes directrices sur les limites d'exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences dans la gamme de fréquences de 100 kHz à 300 GHz. Health Phys 54:115-123.

—. 1989. Modification proposée aux limites d'exposition des lignes directrices de l'IRPA 1985 au rayonnement ultraviolet. Health Phys 56(6):971-972.

Association internationale de radioprotection (IRPA) et Comité international des rayonnements non ionisants. 1990. Lignes directrices provisoires sur les limites d'exposition aux champs électriques et magnétiques de 50/60 Hz. Health Phys 58(1):113-122.

Kolmodin-Hedman, B, K Hansson Mild, E Jönsson, MC Anderson et A Eriksson. 1988. Problèmes de santé chez les opérateurs de machines à souder le plastique et exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquence. Int Arch Occup Environ Health 60:243-247.

Krause, N. 1986. Exposition des personnes aux champs magnétiques statiques et variables dans le temps dans la technologie, la médecine, la recherche et la vie publique : Aspects dosimétriques. Dans Biological Effects of Static and ELF-Magnetic Fields, édité par JH Bernhardt. Munchen : MMV Medizin Verlag.

Lövsund, P et KH Mild. 1978. Champ électromagnétique basse fréquence à proximité de certains appareils de chauffage par induction. Stockholm : Conseil de la santé et de la sécurité au travail de Stockholm.

Lövsund, P, PA Oberg et SEG Nilsson. 1982. Champs magnétiques ELF dans les industries de l'électrosidérurgie et du soudage. Radio Sci 17(5S):355-385.

Luckiesh, ML, L Holladay et AH Taylor. 1930. Réaction de la peau humaine non bronzée au rayonnement ultraviolet. J Optic Soc Am 20:423-432.

McKinlay, AF et B Diffey. 1987. Un spectre d'action de référence pour l'érythème induit par les ultraviolets dans la peau humaine. Dans Human Exposure to Ultraviolet Radiation: Risks and Regulations, édité par WF Passchier et BFM Bosnjakovic. New York : Division Excerpta medica, Elsevier Science Publishers.

McKinlay, A, JB Andersen, JH Bernhardt, M Grandolfo, KA Hossmann, FE van Leeuwen, K Hansson Mild, AJ Swerdlow, L Verschaeve et B Veyret. Proposition de programme de recherche par un groupe d'experts de la Commission européenne. Effets possibles sur la santé liés à l'utilisation des radiotéléphones. Rapport inédit.

Mitbriet, IM et VD Manyachin. 1984. Influence des champs magnétiques sur la réparation osseuse. Moscou, Nauka, 292-296.

Conseil national de la radioprotection et de la mesure (NCRP). 1981. Champs électromagnétiques radiofréquences. Propriétés, quantités et unités, interaction biophysique et mesures. Bethesda, MD : NCRP.

—. 1986. Effets biologiques et critères d'exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences. Rapport n° 86. Bethesda, MD : NCRP.

Office national de radioprotection (NRPB). 1992. Champs électromagnétiques et risque de cancer. Vol. 3(1). Chilton, Royaume-Uni : NRPB.

—. 1993. Restrictions sur l'exposition humaine aux champs et rayonnements électromagnétiques statiques et variables dans le temps. Didcot, Royaume-Uni : NRPB.

Conseil national de recherches (CNRC). 1996. Effets possibles sur la santé de l'exposition aux champs électriques et magnétiques résidentiels. Washington : Presse NAS. 314.

Olsen, EG et A Ringvold. 1982. Endothélium cornéen humain et rayonnement ultraviolet. Acta Ophthalmol 60:54-56.

Parrish, JA, KF Jaenicke et RR Anderson. 1982. Érythème et mélanogénèse : spectres d'action de la peau humaine normale. Photochem Photobiol 36(2):187-191.

Passchier, WF et BFM Bosnjakovic. 1987. Exposition humaine aux rayonnements ultraviolets : risques et réglementation. New York : Division Excerpta Medica, Elsevier Science Publishers.

Pitt, DG. 1974. Le spectre d'action ultraviolet humain. Am J Optom Phys Opt 51(12):946-960.

Pitts, DG et TJ Tredici. 1971. Les effets de l'ultraviolet sur l'œil. Am Ind Hyg Assoc J 32(4):235-246.

Pitts, DG, AP Cullen et PD Hacker. 1977a. Effets oculaires du rayonnement ultraviolet de 295 à 365 nm. Invest Ophthalmol Vis Sci 16(10):932-939.

—. 1977b. Effets ultraviolets de 295 à 400 nm dans l'œil du lapin. Cincinnati, Ohio : Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH).

Polk, C et E Postow. 1986. Manuel du CRC sur les effets biologiques des champs électromagnétiques. Boca Raton : CRC Press.

Repacholi, MH. 1985. Terminaux à écran vidéo - Faut-il s'inquiéter pour les opérateurs ? Austalas Phys Eng Sci Med 8(2):51-61.

—. 1990. Cancer dû à l'exposition aux champs électriques et magnétiques de 50760 Hz : Un débat scientifique majeur. Austalas Phys Eng Sci Med 13(1):4-17.

Repacholi, M, A Basten, V Gebski, D Noonan, J Finnic et AW Harris. 1997. Lymphomes chez des souris transgéniques E-Pim1 exposées à des champs électromagnétiques pulsés de 900 MHz. Recherche sur les rayonnements, 147 : 631-640.

Riley, MV, S Susan, MI Peters et CA Schwartz. 1987. Les effets de l'irradiation UVB sur l'endothélium cornéen. Curr Eye Res 6(8):1021-1033.

Ringvold, A. 1980a. Cornée et rayonnement ultraviolet. Acta Ophthalmol 58:63-68.

—. 1980b. Humeur aqueuse et rayonnement ultraviolet. Acta Ophthalmol 58:69-82.

—. 1983. Dommages de l'épithélium cornéen causés par le rayonnement ultraviolet. Acta Ophthalmol 61:898-907.

Ringvold, A et M Davanger. 1985. Changements dans le stroma cornéen du lapin causés par le rayonnement UV. Acta Ophthalmol 63:601-606.

Ringvold, A, M Davanger et EG Olsen. 1982. Changements de l'endothélium cornéen après rayonnement ultraviolet. Acta Ophthalmol 60:41-53.

Roberts, NJ et SM Michaelson. 1985. Études épidémiologiques de l'exposition humaine aux rayonnements radiofréquences : une revue critique. Int Arch Occup Environ Health 56:169-178.

Roy, CR, KH Joyner, HP Gies et MJ Bangay. 1984. Mesure du rayonnement électromagnétique émis par les terminaux à écran de visualisation (TEV). Rad Prot Austral 2(1):26-30.

Scotto, J, TR Fears et GB Gori. 1980. Mesures des rayonnements ultraviolets aux États-Unis et comparaisons avec les données sur le cancer de la peau. Washington, DC : Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis.

Sienkiewicz, ZJ, RD Saunder et CI Kowalczuk. 1991. Effets biologiques de l'exposition aux champs électromagnétiques non ionisants et aux rayonnements. 11 Champs électriques et magnétiques à très basse fréquence. Didcot, Royaume-Uni : National Radiation Protection Board.

Silverman, C. 1990. Études épidémiologiques du cancer et des champs électromagnétiques. Au Chap. 17 dans Biological Effects and Medical Applications of Electromagnetic Energy, édité par OP Gandhi. Falaises d'Engelwood, New Jersey : Prentice Hall.

Sliney, DH. 1972. Les mérites d'un spectre d'action d'enveloppe pour les critères d'exposition aux rayonnements ultraviolets. Am Ind Hyg Assoc J 33:644-653.

—. 1986. Facteurs physiques de la cataractogénèse : rayonnement ultraviolet ambiant et température. Invest Ophthalmol Vis Sci 27(5):781-790.

—. 1987. Estimation de l'exposition au rayonnement solaire ultraviolet à un implant de lentille intraoculaire. J Cataract Refract Surg 13(5):296-301.

—. 1992. Guide du responsable de la sécurité sur les nouveaux filtres de soudage. Soudure J 71(9):45-47.
Sliney, DH et ML Wolbarsht. 1980. Sécurité avec les lasers et autres sources optiques. New York : Plénum.

Stenson, S. 1982. Découvertes oculaires dans xeroderma pigmentosum : rapport de deux cas. Ann Ophthalmol 14(6):580-585.

Sterenborg, HJCM et JC van der Leun. 1987. Spectres d'action pour la tumorigenèse par rayonnement ultraviolet. Dans Human Exposure to Ultraviolet Radiation: Risks and Regulations, édité par WF Passchier et BFM Bosnjakovic. New York : Division Excerpta Medica, Elsevier Science Publishers.

Stuchly, MA. 1986. Exposition humaine aux champs magnétiques statiques et variables dans le temps. Health Phys 51(2):215-225.

Stuchly, MA et DW Lecuyer. 1985. Chauffage par induction et exposition de l'opérateur aux champs électromagnétiques. Health Phys 49:693-700.

—. 1989. Exposition aux champs électromagnétiques dans le soudage à l'arc. Health Phys 56:297-302.

Szmigielski, S, M Bielec, S Lipski et G Sokolska. 1988. Aspects immunologiques et liés au cancer de l'exposition aux champs micro-ondes et radiofréquences de faible niveau. Dans Modern Bioelectricity, édité par AA Mario. New York : Marcel Dekker.

Taylor, HR, SK West, FS Rosenthal, B Munoz, HS Newland, H Abbey et EA Emmett. 1988. Effet du rayonnement ultraviolet sur la formation de la cataracte. New Engl J Med 319:1429-1433.

Dites, RA. 1983. Instrumentation pour la mesure des champs électromagnétiques : équipement, étalonnages et applications choisies. Dans Biological Effects and Dosimetry of Nonionizing Radiation, Radiofrequency and Microwave Energies, édité par M Grandolfo, SM Michaelson et A Rindi. New York : Plénum.

Urbach, F. 1969. Les effets biologiques du rayonnement ultraviolet. New York : Pergame.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1981. Radiofréquence et micro-ondes. Critères d'hygiène de l'environnement, n°16. Genève : OMS.

—. 1982. Lasers et rayonnement optique. Critères d'hygiène de l'environnement, n° 23. Genève : OMS.

—. 1987. Champs magnétiques. Critères d'hygiène de l'environnement, n°69. Genève : OMS.

—. 1989. Protection contre les rayonnements non ionisants. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1993. Champs électromagnétiques 300 Hz à 300 GHz. Critères d'hygiène de l'environnement, n° 137. Genève : OMS.

—. 1994. Rayonnement ultraviolet. Critères d'hygiène de l'environnement, n° 160. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS), Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et Association internationale de radioprotection (IRPA). 1984. Fréquence extrêmement basse (ELF). Critères d'hygiène de l'environnement, n° 35. Genève : OMS.

Zaffanella, LE et DW DeNo. 1978. Effets électrostatiques et électromagnétiques des lignes de transmission à ultra-haute tension. Palo Alto, Californie : Institut de recherche sur l'énergie électrique.

Zuclich, JA et JS Connolly. 1976. Dommages oculaires induits par le rayonnement laser dans le proche ultraviolet. Invest Ophthalmol Vis Sci 15(9):760-764.