Vendredi, Mars 25 2011 04: 00

Problèmes oculaires et visuels

Évaluer cet élément
(0 votes)

Il y a eu un nombre relativement important d'études consacrées à l'inconfort visuel chez les travailleurs des écrans de visualisation (EVD), dont beaucoup ont donné des résultats contradictoires. D'une enquête à l'autre, il existe des écarts dans la prévalence déclarée des troubles allant de pratiquement 0 % à 80 % ou plus (Dainoff 1982). De telles différences ne doivent pas être considérées comme trop surprenantes car elles reflètent le grand nombre de variables qui peuvent influencer les plaintes d'inconfort oculaire ou d'incapacité.

Des études épidémiologiques correctes de l'inconfort visuel doivent tenir compte de plusieurs variables de la population, telles que le sexe, l'âge, les déficiences oculaires ou l'utilisation de lentilles, ainsi que le statut socio-économique. La nature du travail effectué avec l'écran de visualisation et les caractéristiques de l'aménagement du poste de travail et de l'organisation du travail sont également importantes et bon nombre de ces variables sont interdépendantes.

Le plus souvent, des questionnaires ont été utilisés pour évaluer l'inconfort oculaire des opérateurs de VDU. La prévalence de la gêne visuelle diffère donc selon le contenu des questionnaires et leur analyse statistique. Les questions appropriées pour les enquêtes concernent l'étendue des symptômes d'asthénopie de détresse subis par les opérateurs de VDU. Les symptômes de cette affection sont bien connus et peuvent inclure des démangeaisons, des rougeurs, des brûlures et des larmoiements. Ces symptômes sont liés à la fatigue de la fonction accommodative de l'œil. Parfois, ces symptômes oculaires sont accompagnés d'un mal de tête, la douleur étant localisée dans la partie avant de la tête. Il peut également y avoir des troubles de la fonction oculaire, avec des symptômes tels qu'une vision double et un pouvoir accommodatif réduit. L'acuité visuelle, elle, est cependant rarement déprimée, à condition que les conditions de mesure soient réalisées avec une taille de pupille constante.

Si une enquête comprend des questions générales, telles que « Vous sentez-vous bien à la fin de la journée de travail ? » ou "Avez-vous déjà eu des problèmes visuels lorsque vous travaillez avec des écrans de visualisation ?" la prévalence des réponses positives peut être plus élevée que lorsque des symptômes uniques liés à l'asthénopie sont évalués.

D'autres symptômes peuvent également être fortement associés à l'asthénopie. Des douleurs dans le cou, les épaules et les bras sont fréquemment retrouvées. Il y a deux raisons principales pour lesquelles ces symptômes peuvent survenir en même temps que des symptômes oculaires. Les muscles du cou participent au maintien d'une distance constante entre l'œil et l'écran dans le travail sur écran et le travail sur écran comporte deux éléments principaux : l'écran et le clavier, ce qui signifie que les épaules, les bras et les yeux travaillent tous en même temps et peuvent donc être soumis à des contraintes professionnelles similaires.

Variables utilisateur liées au confort visuel

Sexe et âge

Dans la majorité des enquêtes, les femmes signalent plus d'inconfort oculaire que les hommes. Dans une étude française, par exemple, 35.6 % des femmes se plaignent d'une gêne oculaire, contre 21.8 % des hommes (niveau de signification p J 05) (Dorard 1988). Dans une autre étude (Sjödren et Elfstrom 1990), il a été observé que si la différence de degré d'inconfort entre les femmes (41 %) et les hommes (24 %) était grande, elle « était plus prononcée pour ceux qui travaillaient 5 à 8 heures par jour ». que pour ceux qui travaillent 1 à 4 heures par jour ». Cependant, ces différences ne sont pas nécessairement liées au sexe, puisque les femmes et les hommes partagent rarement des tâches similaires. Par exemple, dans une usine informatique étudiée, lorsque les femmes et les hommes occupaient tous les deux un « travail féminin » traditionnel, les deux sexes présentaient le même degré d'inconfort visuel. De plus, lorsque les femmes exerçaient des « métiers d'hommes » traditionnels, elles ne signalaient pas plus d'inconfort que les hommes. En général, quel que soit le sexe, le nombre de plaintes visuelles chez les travailleurs qualifiés qui utilisent des écrans de visualisation dans leur travail est beaucoup plus faible que le nombre de plaintes des travailleurs dans des emplois non qualifiés et mouvementés, comme la saisie de données ou le traitement de texte (Rey et Bousquet 1989) . Certaines de ces données sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1. Prévalence des symptômes oculaires chez 196 opérateurs d'écrans selon 4 catégories

Catégories

Pourcentage de symptômes (%)

Les femmes dans les emplois "féminins"

81

Les hommes dans les emplois "féminins"

75

Les hommes dans les emplois "masculins"

68

Les femmes dans les emplois "masculins"

65

Source : D'après Dorard 1988 et Rey et Bousquet 1989.

Le plus grand nombre de plaintes visuelles survient généralement dans le groupe des 40 à 50 ans, probablement parce que c'est le moment où les changements dans la capacité d'accommodation de l'œil se produisent rapidement. Cependant, bien que les opérateurs plus âgés soient perçus comme ayant plus de problèmes visuels que les travailleurs plus jeunes et que, par conséquent, la presbytie (déficience visuelle due au vieillissement) soit souvent citée comme le principal défaut visuel associé à l'inconfort visuel aux postes de travail sur écran, il est important de considèrent qu'il existe également une forte association entre l'acquisition de compétences avancées dans le travail sur écran et l'âge. Il y a généralement une proportion plus élevée de femmes âgées parmi les opératrices d'écrans de télévision non qualifiées, et les travailleurs masculins plus jeunes ont tendance à occuper plus souvent des emplois qualifiés. Ainsi, avant de pouvoir faire des généralisations générales sur l'âge et les problèmes visuels associés à l'écran de visualisation, les chiffres doivent être ajustés pour tenir compte de la nature comparative et du niveau de compétence du travail effectué sur l'écran de visualisation.

Malformations oculaires et verres correcteurs

En général, environ la moitié de tous les opérateurs d'écrans de visualisation présentent une sorte de déficience oculaire et la plupart de ces personnes utilisent des verres normatifs d'un type ou d'un autre. Souvent, les populations d'utilisateurs d'écrans ne diffèrent pas de la population active en ce qui concerne les défauts oculaires et la correction oculaire. Par exemple, une enquête (Rubino 1990) menée auprès d'opérateurs de VDU italiens a révélé qu'environ 46 % avaient une vision normale et 38 % étaient myopes, ce qui est cohérent avec les chiffres observés chez les opérateurs de VDU suisses et français (Meyer et Bousquet 1990). Les estimations de la prévalence des malformations oculaires varient selon la technique d'évaluation utilisée (Çakir 1981).

La plupart des experts estiment que la presbytie elle-même ne semble pas avoir une influence significative sur l'incidence de l'asthénopie (fatigue persistante des yeux). Au contraire, l'utilisation de lentilles inadaptées semble être susceptible d'induire une fatigue et une gêne oculaires. Il y a un certain désaccord sur les effets chez les jeunes myopes. Rubino n'a observé aucun effet alors que, selon Meyer et Bousquet (1990), les opérateurs myopes se plaignent volontiers d'une sous-correction de la distance entre l'œil et l'écran (généralement 70 cm). Rubino a également proposé que les personnes souffrant d'un déficit de coordination oculaire soient plus susceptibles de souffrir de troubles visuels lors du travail sur écran.

Une observation intéressante qui a résulté d'une étude française impliquant un examen approfondi de la vue par des ophtalmologistes de 275 opérateurs de VDU et 65 témoins était que 32% des personnes examinées pourraient voir leur vision améliorée par une bonne correction. Dans cette étude, 68 % avaient une vision normale, 24 % étaient myopes et 8 % presbytes (Boissin et al., 1991). Ainsi, bien que les pays industrialisés soient, en général, bien équipés pour fournir d'excellents soins oculaires, la correction oculaire est probablement soit complètement négligée, soit inappropriée pour ceux qui travaillent devant un écran de visualisation. Une découverte intéressante dans cette étude était que plus de cas de conjonctivite ont été trouvés chez les opérateurs de VDU (48%) que chez les témoins. Comme la conjonctivite et la mauvaise vue sont corrélées, cela implique qu'une meilleure correction oculaire est nécessaire.

Facteurs physiques et organisationnels affectant le confort visuel

Il est clair que pour évaluer, corriger et prévenir l'inconfort visuel dans le travail sur écran, une approche prenant en compte les nombreux facteurs différents décrits ici et ailleurs dans ce chapitre est essentielle. La fatigue et l'inconfort oculaire peuvent résulter de difficultés physiologiques individuelles d'accommodation et de convergence normales de l'œil, d'une conjonctivite ou du port de lunettes mal corrigées pour la distance. L'inconfort visuel peut être lié au poste de travail lui-même et peut également être lié à des facteurs d'organisation du travail tels que la monotonie et le temps passé au travail avec et sans pause. Un éclairage inadéquat, des reflets à l'écran, un scintillement et une trop grande luminance des caractères peuvent également augmenter le risque d'inconfort oculaire. La figure 1 illustre certains de ces points.

Figure 1. Facteurs qui augmentent le risque de fatigue oculaire chez les travailleurs sur écran

Écran VDU030F1

Bon nombre des caractéristiques appropriées de l'agencement des postes de travail sont décrites plus en détail plus haut dans le chapitre.

La meilleure distance de visionnage pour un confort visuel qui laisse tout de même suffisamment d'espace pour le clavier semble être d'environ 65 cm. Cependant, selon de nombreux experts, comme Akabri et Konz (1991), idéalement, "il serait préférable de déterminer le foyer sombre d'un individu afin que les postes de travail puissent être ajustés à des individus spécifiques plutôt qu'aux moyennes de la population". En ce qui concerne les personnages eux-mêmes, en général, une bonne règle de base est "plus c'est gros, mieux c'est". Habituellement, la taille des lettres augmente avec la taille de l'écran, et un compromis est toujours trouvé entre la lisibilité des lettres et le nombre de mots et de phrases pouvant être affichés à l'écran en même temps. L'écran de visualisation lui-même doit être sélectionné en fonction des exigences de la tâche et doit essayer de maximiser le confort de l'utilisateur.

En plus de la conception du poste de travail et de l'écran lui-même, il est nécessaire de permettre aux yeux de se reposer. Ceci est particulièrement important dans les emplois non qualifiés, où la liberté de « se déplacer » est généralement beaucoup plus faible que dans les emplois qualifiés. Les travaux de saisie de données ou d'autres activités du même type sont généralement effectués sous la pression du temps, parfois même accompagnés d'une supervision électronique, qui chronomètre très précisément la production de l'opérateur. Dans d'autres métiers interactifs sur écran qui impliquent l'utilisation de bases de données, les opérateurs sont obligés d'attendre une réponse de l'ordinateur et doivent donc rester à leur poste.

Scintillement et gêne oculaire

Le scintillement est le changement de luminosité des caractères à l'écran au fil du temps et est décrit plus en détail ci-dessus. Lorsque les caractères ne se rafraîchissent pas assez fréquemment, certains opérateurs sont capables de percevoir un scintillement. Les travailleurs plus jeunes peuvent être plus touchés puisque leur fréquence de fusion de papillotement est plus élevée que celle des personnes plus âgées (Grandjean 1987). Le taux de scintillement augmente avec l'augmentation de la luminosité, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles de nombreux opérateurs de VDU n'utilisent généralement pas toute la plage de luminosité de l'écran disponible. En général, un VDU avec un taux de rafraîchissement d'au moins 70 Hz devrait « répondre » aux besoins visuels d'une grande partie des opérateurs de VDU.

La sensibilité des yeux au scintillement est renforcée par une luminosité et un contraste accrus entre la zone fluctuante et la zone environnante. La taille de la zone fluctuante affecte également la sensibilité car plus la zone à visualiser est grande, plus la zone de la rétine qui est stimulée est grande. L'angle auquel la lumière de la zone fluctuante frappe l'œil et l'amplitude de modulation de la zone fluctuante sont d'autres variables importantes.

Plus l'utilisateur du VDU est âgé, moins l'œil est sensible car les yeux plus âgés sont moins transparents et la rétine est moins excitable. C'est aussi vrai chez les malades. De tels résultats de laboratoire permettent d'expliquer les observations faites sur le terrain. Par exemple, il a été constaté que les opérateurs sont dérangés par le scintillement de l'écran lors de la lecture de documents papier (Isensee et Bennett cités dans Grandjean 1987), et la combinaison de la fluctuation de l'écran et de la fluctuation de la lumière fluorescente s'est avérée particulièrement inquiétant.

Eclairage

L'œil fonctionne mieux lorsque le contraste entre la cible visuelle et son arrière-plan est maximal, comme par exemple avec une lettre noire sur du papier blanc. L'efficacité est encore améliorée lorsque le bord extérieur du champ visuel est exposé à des niveaux de luminosité légèrement inférieurs. Malheureusement, avec un écran de visualisation, la situation est exactement l'inverse de cela, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles tant d'opérateurs d'écrans de visualisation essaient de protéger leurs yeux contre l'excès de lumière.

Des contrastes de luminosité inappropriés et des réflexions désagréables produites par la lumière fluorescente, par exemple, peuvent entraîner des plaintes visuelles chez les opérateurs de VDU. Dans une étude, 40 % des 409 travailleurs de l'écran ont fait de telles plaintes (Läubli et al., 1989).

Afin de minimiser les problèmes d'éclairage, tout comme les distances d'observation, la flexibilité est importante. Il faut pouvoir adapter les sources lumineuses à la sensibilité visuelle des individus. Les lieux de travail devraient être aménagés pour offrir aux individus la possibilité de régler leur éclairage.

Caractéristiques de l'emploi

Les travaux exécutés sous pression, surtout s'ils sont peu qualifiés et monotones, s'accompagnent souvent de sensations de fatigue générale qui, à leur tour, peuvent donner lieu à des plaintes d'inconfort visuel. Dans le laboratoire des auteurs, il a été constaté que l'inconfort visuel augmentait avec le nombre de changements d'accommodation que les yeux devaient effectuer pour effectuer la tâche. Cela s'est produit plus souvent dans la saisie de données ou le traitement de texte que dans les tâches impliquant des dialogues avec l'ordinateur. Les emplois sédentaires et offrant peu d'occasions de se déplacer offrent également moins d'occasions de récupération musculaire et augmentent donc la probabilité d'inconfort visuel.

Organisation du travail

L'inconfort oculaire n'est qu'un aspect des problèmes physiques et mentaux qui peuvent être associés à de nombreux emplois, comme décrit plus en détail ailleurs dans ce chapitre. Il n'est donc pas surprenant de trouver une forte corrélation entre le niveau d'inconfort oculaire et la satisfaction au travail. Bien que le travail de nuit soit encore peu pratiqué dans les bureaux, ses effets sur l'inconfort oculaire dans le travail sur écran pourraient bien être inattendus. En effet, bien qu'il existe encore peu de données disponibles pour le confirmer, d'une part, la capacité oculaire pendant le quart de nuit peut être en quelque sorte déprimée et donc plus vulnérable aux effets de l'écran, tandis que d'autre part, l'environnement d'éclairage est plus facile régler sans perturbation de l'éclairage naturel, à condition que les réflexions des lampes fluorescentes sur les fenêtres sombres soient éliminées.

Les personnes qui utilisent des écrans de visualisation pour travailler à domicile doivent s'assurer qu'elles disposent de l'équipement et des conditions d'éclairage appropriés pour éviter les facteurs environnementaux défavorables rencontrés dans de nombreux lieux de travail formels.

Surveillance médicale

Aucun agent dangereux particulier n'a été identifié comme un risque visuel. L'asthénopie chez les opérateurs d'écrans de visualisation semble plutôt être un phénomène aigu, bien qu'il y ait une certaine croyance qu'une contrainte soutenue d'accommodation peut se produire. Contrairement à de nombreuses autres maladies chroniques, l'inadaptation au travail sur écran est généralement remarquée très tôt par le « patient », qui peut être plus susceptible de demander des soins médicaux que les travailleurs dans d'autres situations de travail. Après de telles visites, des lunettes sont souvent prescrites, mais elles sont malheureusement parfois inadaptées aux besoins du poste de travail qui ont été décrits ici. Il est essentiel que les praticiens soient spécialement formés pour soigner les patients qui travaillent avec des écrans de visualisation. Un cours spécial, par exemple, a été créé à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich à cet effet.

Les facteurs suivants doivent être pris en considération lors de la prise en charge des travailleurs sur écran. Par rapport au travail de bureau traditionnel, la distance entre l'œil et la cible visuelle, l'écran, est généralement de 50 à 70 cm et ne peut pas être modifiée. Par conséquent, il convient de prescrire des verres qui tiennent compte de cette distance de vision stable. Les lentilles bifocales sont inappropriées car elles nécessitent une extension douloureuse du cou pour que l'utilisateur puisse lire l'écran. Les lentilles multifocales sont meilleures, mais comme elles limitent les mouvements oculaires rapides, leur utilisation peut entraîner davantage de mouvements de la tête, ce qui produit une tension supplémentaire.

La correction oculaire doit être aussi précise que possible, en tenant compte des moindres défauts visuels (par exemple, l'astigmatisme) et également de la distance de visualisation de l'écran. Les verres teintés qui réduisent le niveau d'éclairement au centre du champ visuel ne doivent pas être prescrits. Les lunettes partiellement teintées ne sont pas utiles, car les yeux sur le lieu de travail bougent toujours dans toutes les directions. Le fait d'offrir des lunettes spéciales aux employés ne devrait cependant pas signifier que d'autres plaintes d'inconfort visuel des travailleurs peuvent être ignorées puisque les plaintes pourraient être justifiées par une mauvaise conception ergonomique du poste de travail et de l'équipement.

Il faut dire, enfin, que les opérateurs qui souffrent le plus d'inconfort sont ceux qui ont besoin de niveaux d'éclairage élevés pour le travail de détail et qui, en même temps, ont une sensibilité à l'éblouissement plus élevée. Les opérateurs aux yeux sous-corrigés auront ainsi tendance à se rapprocher de l'écran pour plus de lumière et seront ainsi plus exposés au scintillement.

Dépistage et prévention secondaire

Les principes usuels de prévention secondaire en santé publique sont applicables au milieu de travail. Le dépistage doit donc être ciblé sur les risques connus et est particulièrement utile pour les maladies à longue période de latence. Le dépistage doit avoir lieu avant toute preuve de maladie évitable et seuls les tests à haute sensibilité, haute spécificité et haut pouvoir prédictif sont utiles. Les résultats des examens de dépistage peuvent être utilisés pour évaluer l'étendue de l'exposition des individus et des groupes.

Étant donné qu'aucun effet indésirable grave sur les yeux n'a jamais été identifié dans le travail sur écran et qu'aucun niveau dangereux de rayonnement associé à des problèmes visuels n'a été détecté, il a été convenu qu'il n'y a aucune indication que le travail avec des écrans de visualisation "causera des maladies ou des dommages". à l'œil » (OMS 1987). La fatigue oculaire et l'inconfort oculaire qui ont été signalés chez les opérateurs d'écrans de visualisation ne sont pas les types d'effets sur la santé qui constituent généralement la base de la surveillance médicale dans un programme de prévention secondaire.

Cependant, les examens médicaux visuels préalables à l'embauche des opérateurs sur écran sont répandus dans la plupart des pays membres de l'Organisation internationale du travail, une exigence appuyée par les syndicats et les employeurs (OIT 1986). Dans de nombreux pays européens (dont la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni), une surveillance médicale des opérateurs sur écran, comprenant des tests oculaires, a également été instituée suite à la publication de la directive 90/270/CEE relative au travail avec des équipements à écran de visualisation.

Si un programme de surveillance médicale des opérateurs d'écrans de visualisation doit être mis en place, les questions suivantes doivent être abordées en plus de décider du contenu du programme de dépistage et des procédures de test appropriées :

  • Quel est le sens de la surveillance et comment faut-il interpréter ses résultats ?
  • Tous les opérateurs de VDU ont-ils besoin de la surveillance ?
  • Les effets oculaires observés sont-ils appropriés pour un programme de prévention secondaire ?

 

La plupart des tests de dépistage visuel de routine à la disposition du médecin du travail ont une faible sensibilité et un faible pouvoir prédictif pour l'inconfort oculaire associé au travail sur écran (Rey et Bousquet 1990). Les tableaux de test visuel de Snellen sont particulièrement inappropriés pour mesurer l'acuité visuelle des opérateurs sur écran et pour prédire leur inconfort oculaire. Dans les diagrammes de Snellen, les cibles visuelles sont des lettres sombres et précises sur un fond clair et bien éclairé, ce qui n'est pas du tout comme les conditions d'affichage typiques des écrans de visualisation. En effet, en raison de l'inapplicabilité d'autres méthodes, une procédure de test a été développée par les auteurs (le dispositif C45) qui simule les conditions de lecture et d'éclairage d'un poste de travail sur écran. Malheureusement, cela reste pour l'instant une configuration de laboratoire. Il est important de réaliser, cependant, que les examens de dépistage ne remplacent pas un lieu de travail bien conçu et une bonne organisation du travail.

Stratégies ergonomiques pour réduire l'inconfort visuel

Bien que le dépistage oculaire systématique et les visites systématiques chez l'ophtalmologiste ne se soient pas avérés efficaces pour réduire la symptomatologie visuelle, ils ont été largement intégrés aux programmes de santé au travail pour les travailleurs sur écran. Une stratégie plus rentable pourrait inclure une analyse ergonomique approfondie à la fois du travail et du lieu de travail. Les travailleurs atteints de maladies oculaires connues doivent essayer d'éviter autant que possible le travail intensif sur écran. Une vision mal corrigée est une autre cause potentielle de plaintes de l'opérateur et doit faire l'objet d'une enquête si de telles plaintes se produisent. L'amélioration de l'ergonomie du poste de travail, qui pourrait inclure un angle de lecture bas pour éviter une diminution du rythme des clignements et de l'extension du cou, ainsi que la possibilité de se reposer et de se déplacer au travail, sont d'autres stratégies efficaces. De nouveaux appareils, avec des claviers séparés, permettent de régler les distances. La VDU peut également être rendue mobile, par exemple en la plaçant sur un bras mobile. La fatigue oculaire sera ainsi réduite en permettant des changements de distance d'observation qui correspondent aux corrections apportées à l'œil. Souvent, les mesures prises pour réduire les douleurs musculaires dans les bras, les épaules et le dos permettront en même temps à l'ergonome de réduire la fatigue visuelle. Outre la conception des équipements, la qualité de l'air peut affecter l'œil. L'air sec conduit à la sécheresse des yeux, de sorte qu'une humidification appropriée est nécessaire.

En général, les variables physiques suivantes doivent être traitées :

  • la distance entre l'écran et l'oeil
  • l'angle de lecture, qui détermine la position de la tête et du cou
  • la distance aux murs et aux fenêtres
  • la qualité des documents papier (souvent très médiocre)
  • luminances de l'écran et de l'environnement (pour l'éclairage artificiel et naturel)
  • effets de scintillement
  • sources d'éblouissement et réflexions
  • le niveau d'humidité.

 

Parmi les variables organisationnelles à prendre en compte pour améliorer les conditions visuelles de travail figurent :

  • contenu de la tâche, niveau de responsabilité
  • horaires, travail de nuit, durée du travail
  • liberté de "se déplacer"
  • emplois à temps plein ou à temps partiel, etc.

 

Noir

Lire 8901 fois Dernière modification le mercredi 17 août 2011 19:52

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des unités d'affichage visuel

Akabri, M et S Konz. 1991. Distance de visualisation pour les travaux sur VDT. In Designing For Everyone, édité par Y Queinnec et F Daniellou. Londres : Taylor & Francis.

Apple Computer Co. 1987. Directives sur l'interface humaine d'Apple. L'interface de bureau Apple. Waltham, Massachusetts : Addison-Wesley.

Amick, C.-B. et MJ Smith. 1992. Stress, systèmes informatisés de surveillance et de mesure du travail : aperçu conceptuel. Appl Ergon 23(1):6-16.

Bammer, G. 1987. Comment le changement technologique peut augmenter le risque de blessures liées aux mouvements répétitifs. Séminaires Occup Med 2:25-30.

—. 1990. Bilan des connaissances actuelles -Problèmes musculo-squelettiques. In Work With Display Units 89: Selected Papers from the Work with Display Units Conference, septembre 1989, Montréal, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam : Hollande du Nord.

Bammer, G et B Martin. 1988. Les arguments sur le RSI : Un examen. Goujon de santé communautaire 12:348-358.

—. 1992. Microtraumatismes répétés en Australie : connaissances médicales, mouvement social et partisanerie de facto. Problème social 39:301-319.

Bastien, JMC et DL Scapin. 1993. Critères ergonomiques pour l'évaluation des interfaces homme-ordinateur. Rapport technique no. 156, Programme 3 Intelligence artificielle, systèmes cognitifs et interaction homme-machine. France : INRIA.

Berg, M. 1988. Problèmes de peau chez les travailleurs utilisant des terminaux à écran visuel : Une étude de 201 patients. Contactez Dermat 19:335-341.

—-. 1989. Troubles cutanés du visage et travail dans les écrans de visualisation. Etudes épidémiologiques, cliniques et histopathologiques. Acta Derm-Venereol Suppl. 150:1-40.

Berg, M, MA Hedblad et K Erkhardt. 1990. Plaintes cutanées faciales et travail dans les unités d'affichage visuel : une étude histopathologique. Acta Derm-Venereol 70:216-220.

Berg, M, S Lidén et O Axelson. 1990. Affections cutanées et travail sur les écrans visuels : une étude épidémiologique des employés de bureau. J Am Acad Dermatol 22:621-625.

Berg, M, BB Arnetz, S Lidén, P Eneroth et A Kallner. 1992. Techno-stress, une étude psychophysiologique d'employés souffrant de problèmes de peau associés à un écran de visualisation. J Occup Med 34:698-701.

Bergqvist, U. 1986. Grossesse et travail VDT - Une évaluation de l'état de l'art. In Work With Display Units 86: Selected Papers from the International Scientific Conference On Work With Display Units, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Bikson, TK. 1987. Comprendre la mise en œuvre de la bureautique. Dans Technology and the Transformation of White-Collar Work, édité par RE Kraut. Hillsdale, New Jersey : Erlbaum Associates.

Bjerkedal, T et J Egenaes. 1986. Terminaux d'affichage vidéo et malformations congénitales. Une étude des issues de grossesse des employées du Postal-Giro-Center, Oslo, Norvège. In Work With Display Units 86: Selected Papers from the Interantional Scientific Conference On Work With Display Units, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Blackwell, R et A Chang. 1988. Terminaux vidéo et grossesse. Une critique. Brit J Obstet Gynaec 95:446-453.

Blignault, I. 1985. Aspects psychosociaux des troubles de surutilisation professionnelle. Thèse de maîtrise en psychologie clinique, Département de psychologie, Université nationale australienne, Canberra ACT.

Boissin, JP, J Mur, JL Richard et J Tanguy. 1991. Etude des facteurs de fatigue lors d'un travail sur écran. In Designing for Everyone, édité par Y Queinnec et F Daniellou. Londres : Taylor & Francis.

Bradley, G. 1983. Effets de l'informatisation sur l'environnement de travail et la santé : dans une perspective d'égalité entre les sexes. Soins infirmiers en santé au travail :35-39.

—. 1989. Ordinateurs et environnement psychologique. Londres : Taylor & Francis.
Bramwell, RS et MJ Davidson. 1994. Unités d'affichage visuel et issue de la grossesse : Une étude prospective. J Psychosom Obstet Gynecol 14(3):197-210.

Brandt, LPA et CV Nielsen. 1990. Malformations congénitales chez les enfants de femmes travaillant avec des terminaux d'affichage vidéo. Scand J Work Environ Health 16:329-333.

—. 1992. Fécondité et usage des terminaux vidéo. Scand J Work Environ Health 18:298-301.

Breslow, L et P Buell. 1960. Mortalité et maladie coronarienne et activité physique au travail en Californie. J Chron Dis 11:615-626.

Broadbeck, FC, D Zapf, J Prumper et M Frese. 1993. Gestion des erreurs dans le travail de bureau avec des ordinateurs : une étude sur le terrain. J Occup Organ Psychol 66:303-317.

Brun, LMC. 1988. Lignes directrices sur l'interface homme-ordinateur. Norwood, New Jersey : Ablex.

Bryant, SE et EJ Love. 1989. Utilisation du terminal vidéo et risque d'avortement spontané. Int J Epidémiol 18:132-138.

Çakir, A. 1981. Belastung und Beanspruching bei Biuldschirmtätigkeiten. In Schriften zur Arbeitspychologie, édité par M Frese. Berne : Huber.

Çakir, A, D Hart et TFM Stewart. 1979. Le manuel du VDT. Darmstadt : Association de recherche Inca-Fiej.

Carayon, P. 1993a. Conception du travail et stress au travail chez les employés de bureau. Ergonomie 36:463-477.

—. 1993b. Effet de la surveillance électronique des performances sur la conception des tâches et le stress des travailleurs : une revue de la littérature et un modèle conceptuel. Hum Factors 35(3):385-396.

Carayon-Sainfort, P. 1992. L'utilisation des ordinateurs dans les bureaux : impact sur les caractéristiques des tâches et le stress des travailleurs. Int J Hum Comput Interact 4:245-261.

Carmichael, AJ et DL Roberts. 1992. Unités d'affichage visuel et éruptions faciales. Contactez Dermat 26:63-64.

Carroll, JM et MB Rosson. 1988. Paradoxe de l'utilisateur actif. Dans Interfaçage de la pensée. Aspects cognitifs de l'interaction homme-machine, édité par JM Carroll. Cambridge : Bradford.

Cohen, ML, JF Arroyo, GD Champion et CD Browne. 1992. À la recherche de la pathogenèse du syndrome douloureux cervico-brachial réfractaire. Une déconstruction du phénomène RSI. Med J Austral 156:432-436.

Cohen, S et N Weinstein. 1981. Effets non auditifs du bruit sur le comportement et la santé. J Soc Issues 37:36-70.

Cooper, CL et J Marshall. 1976. Sources professionnelles de stress : Une revue de la littérature relative aux maladies coronariennes et à la mauvaise santé mentale. J Occup Psychol 49:11-28.

Dainoff, MG. 1982. Facteurs de stress au travail dans le fonctionnement des écrans de visualisation : examen de la recherche empirique sur le comportement et les technologies de l'information. Londres : Taylor & Francis.

Desmarais, MC, L Giroux et L Larochelle. 1993. Une interface de conseil basée sur la reconnaissance de plans et l'évaluation des connaissances de l'utilisateur. Int J Man Mach Stud 39:901-924.

Dorard, G. 1988. Place et validité des tests ophtalmologiques dans l'étude de la fatigue visuelle produite par le travail sur écran. Grenoble : Faculté de médecine, Univ. de Grenoble.

Egan, DE. 1988. Différences individuelles dans l'interaction homme-ordinateur. Dans Handbook of Human-Computer Interaction, édité par M Helander. Amsterdam : Elsevier.

Ellinger, S, W Karmaus, H Kaupen-Haas, KH Schäfer, G Schienstock et E Sonn. 1982. 1982 Arbeitsbedingungen, gesundheitsverhalten und rheumatische Erkrankungen. Hambourg : Medizinische Soziologie, Univ. Hambourg.

Ericson, A et B Källén. 1986. Une étude épidémiologique du travail avec des écrans vidéo et de l'issue de la grossesse : II. Une étude cas-témoins. Am J Ind Med 9:459-475.

Franck, AL. 1983. Effets sur la santé suite à une exposition professionnelle aux terminaux d'affichage vidéo. Lexington, Ky : Département de médecine préventive et de santé environnementale.

Frese, M. 1987. Interaction homme-ordinateur au bureau. Dans International Review of Industrial and Organizational Psychology, édité par CL Cooper. New York : Wiley.

Frölén, H et NM Svedenstål. 1993. Effets des champs magnétiques pulsés sur l'embryon de souris en développement. Bioelectromagnetics 14:197-204.

Frire, HJH. 1992. Syndrome de surutilisation et concept de surutilisation. Documents de discussion sur la pathologie des troubles du cou et des membres supérieurs liés au travail et les implications pour le traitement, édité par G Bammer. Document de travail n° 32. Canberra : NCEPH, Australian National Univ.

Gaines, BR et MLG Shaw. 1986. De la multipropriété à la sixième génération : le développement de l'interaction homme-machine. Partie I. Int J Man Mach Stud 24:1-27.

Gardell, B. 1971. Aliénation et santé mentale dans l'environnement industriel moderne. Dans Society, Stress, and Disease, édité par L Levi. Oxford : OUP.

Goldhaber, MK, MR Polen et RA Hiatt. 1988. Le risque de fausse couche et de malformations congénitales chez les femmes qui utilisent des terminaux à écran visuel pendant la grossesse. Am J Ind Med 13:695-706.

Gould, JD. 1988. Comment concevoir des systèmes utilisables. Dans Handbook of Human Computer Interaction, édité par M Helander. Amsterdam : Elsevier.

Gould, JD et C Lewis. 1983. Concevoir pour l'utilisabilité - Principes clés et ce que pensent les concepteurs. Dans Actes de la conférence CHI de 1983 sur les facteurs humains dans les systèmes informatiques, 12 décembre, Boston. New York : ACM.

Grandjean, E. 1987. Ergonomie dans les bureaux informatisés. Londres : Taylor & Francis.

Hackman, JR et GR Oldham. 1976. Motivation par la conception du travail : Test d'une théorie. Organ Behav Hum Perform 16:250-279.

Hagberg, M, Å Kilbom, P Buckle, L Fine, T Itani, T Laubli, H Riihimaki, B Silverstein, G Sjogaard, S Snook et E Viikari-Juntura. 1993. Stratégies de prévention des troubles musculo-squelettiques liés au travail. Appl Ergon 24:64-67.

Halasz, F et TP Moran. 1982. Analogie considérée comme nuisible. Dans Actes de la Conférence sur les facteurs humains dans les systèmes informatiques. Gaithersburg, Maryland : ACM Press.

Hartson, RH et EC Smith. 1991. Prototypage rapide dans le développement d'interface homme-ordinateur. Interagir Comput 3(1):51-91.

Hedge, A, WA Erickson et G Rubin. 1992. Effets des facteurs personnels et professionnels sur les rapports sur le syndrome des bâtiments malsains dans les bureaux climatisés. Dans Stress and Well-Being At Work-Assessments and Interventions for Occupational Mental Health, édité par JC Quick, LR Murphy et JJ Hurrell Jr. Washington, DC : American Psychological Association.

Helme, RD, SA LeVasseur et SJ Gibson. 1992. RSI revisited: Preuve de différences psychologiques et physiologiques à partir d'un groupe témoin apparié selon l'âge, le sexe et la profession. Aust NZ J Med 22:23-29.

Herzberg, F. 1974. Le vieux Turc sage. Harvard Bus Rev (sept./oct.):70-80.

House, J. 1981. Stress au travail et soutien social. Reading, Massachusetts : Addison-Wesley.

Hutchins, EL. 1989. Métaphores pour les systèmes interactifs. Dans La structure du dialogue multimodal, édité par DG Bouwhuis, MM Taylor et F Néel. Amsterdam : Hollande du Nord.

Huuskonen, H, J Juutilainen et H Komulainen. 1993. Effets des champs magnétiques à basse fréquence sur le développement fœtal chez le rat. Bioelectromagnetics 14(3):205-213.

Infante-Rivard, C, M David, R Gauthier et GE Rivard. 1993. Perte de grossesse et horaire de travail pendant la grossesse. Épidémiologie 4:73-75.

Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (IRSST). 1984. Rapport du groupe de travail sur les terminaux à écran de visualisation. Montréal : IRSST.

International Business Machines Corp. (IBM). 1991a. Architecture des applications des systèmes. Guide d'accès utilisateur commun - Référence de conception d'interface avancée. White Plains, NY. : IBM.

—. 1991b. Architecture des applications des systèmes. Guide d'accès utilisateur commun à la conception d'interface utilisateur. White Plains, NY. : IBM.

Organisation internationale du travail (OIT). 1984. Automatisation, organisation du travail et stress professionnel. Genève : OIT.

—. 1986. Numéro spécial sur les unités d'affichage visuel. Cond travail creuser .

—. 1989. Travailler avec des unités d'affichage visuel. Série Sécurité et santé au travail, n° 61. Genève : BIT.

—. 1991. La vie privée des travailleurs. Partie I : Protection des données personnelles. Travail Cond Creuser 10:2.

Organisation internationale de normalisation (ISO). 1992. Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec des terminaux à écran visuel (VDT). Norme ISO 9241. Genève : ISO.

Johansson, G et G Aronsson. 1984. Réactions de stress dans le travail administratif informatisé. J Occup Behav 5:159-181.

Juliussen, E et K Petska- Juliussen. 1994. Le septième almanach annuel de l'industrie informatique 1994-1995. Dallas : almanach de l'industrie informatique.

Kalimo, R et A Leppanen. 1985. Rétroaction des terminaux d'affichage vidéo, contrôle des performances et stress dans la préparation des textes dans l'industrie de l'imprimerie. J Occup Psychol 58:27-38.

Kanawaty, G. 1979. Introduction à l'étude du travail. Genève : OIT.

Karasek, RA, D Baker, F Marxer, A Ahlbom et R Theorell. 1981. Latitude de décision professionnelle, exigences professionnelles et maladies cardiovasculaires. Dans Machine-Pacing and Occupational Stress, édité par G Salvendy et MJ Smith. Londres : Taylor & Francis.

Karat, J. 1988. Méthodologies d'évaluation de logiciels. Dans Handbook of Human-Computer Interaction, édité par M Helander. Amsterdam : Elsevier.

Kasl, SV. 1978. Contributions épidémiologiques à l'étude du stress au travail. In Stress At Work, édité par CL Cooper et R Payne. New York : Wiley.

Koh, D, CL Goh, J Jeyaratnam, WC Kee et CN Ong. 1991. Plaintes dermatologiques chez les opérateurs d'unités d'affichage visuel et les employés de bureau. Am J Contact Dermatol 2:136-137.

Kurppa, K, PC Holmberg, K Rantala, T Nurminen, L Saxén et S Hernberg. 1986. Malformations congénitales, déroulement de la grossesse et travail avec des unités d'affichage vidéo. Une étude cas-témoin finlandaise. In Work With Display Units 86: Selected Papers from the International Scientific Conference On Work With Display Units, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Läubli, T, H Nibel, C Thomas, U Schwanninger et H Krueger. 1989. Mérites des tests de dépistage visuel périodiques chez les opérateurs de VDU. Dans Work With Computers, édité par MJ Smith et G Salvendy. Amsterdam: Elsevier Science.

Levi, L. 1972. Stress et détresse en réponse aux stimuli psychosociaux. New York : Presse de Pergamon.

Lewis, C et DA Norman. 1986. Concevoir pour l'erreur. Dans User Centered System: New Perspectives On Human-Computer Interation, édité par DA Norman et SW Draper. Hillsdale, NJ. : Erlbaum Associates.

Lidén, C. 1990. Allergie de contact : une cause de dermatite faciale chez les opérateurs d'unités de visualisation. Am J Contact Dermatol 1:171-176.

Lidén, C et JE Wahlberg. 1985. Travail avec des bornes d'affichage vidéo chez les employés de bureau. Scand J Work Environ Health 11:489-493.

Lindbohm, ML, M Hietanen, P Kygornen, M Sallmen, P von Nandelstadh, H Taskinen, M Pekkarinen, M Ylikoski et K Hemminki. 1992. Champs magnétiques des terminaux d'affichage vidéo et avortement spontané. Am J Epidemiol 136:1041-1051.

Lindström, K. 1991. Bien-être et travail assisté par ordinateur de divers groupes professionnels dans la banque et l'assurance. Int J Hum Comput Interact 3:339-361.

Mantei, MM et TJ Teorey. 1989. Incorporation des techniques comportementales dans le cycle de vie du développement des systèmes. MIS Q septembre:257-274.

Marshall, C, C Nelson et MM Gardiner. 1987. Directives de conception. Dans Applying Cognitive Psychology to User-Interface Design, édité par MM Gardiner et B Christie. Chichester, Royaume-Uni : Wiley.

Mayhew, DJ. 1992. Principes et lignes directrices en matière de conception d'interface utilisateur de logiciel. Englewood Cliffs, NJ. : Prentice Hall.

McDonald, AD, JC McDonald, B Armstrong, N Cherry, AD Nolin et D Robert. 1988. Travailler avec des unités d'affichage visuel pendant la grossesse. Brit J Ind Med 45:509-515.

McGivern, RF et RZ Sokol. 1990. L'exposition prénatale à un champ électromagnétique à basse fréquence démasculinise le comportement de marquage olfactif des adultes et augmente le poids des organes sexuels accessoires chez les rats. Tératologie 41:1-8.

Meyer, JJ et A Bousquet. 1990. Inconfort et éblouissement handicapé chez les opérateurs de TEV. In Work With Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Microsoft Corp. 1992. L'interface Windows : un guide de conception d'applications. Redmond, Washington : Microsoft Corp.

Monk, TH et DI Tepas. 1985. Travail posté. Dans Job Stress and Blue Collar Work, édité par CL Cooper et MJ Smith. New York : Wiley.

Morane, TP. 1981. La grammaire du langage de commande : une représentation pour l'interface utilisateur des systèmes informatiques d'interaction. Int. J Man Mach Stud 15:3-50.

—-. 1983. Entrer dans un système : analyse de la cartographie des tâches externe-interne. Dans Actes de la conférence CHI de 1983 sur les facteurs humains dans les systèmes informatiques, 12-15 décembre, Boston. New York : ACM.

Moshowitz, A. 1986. Dimensions sociales de la bureautique. Adv Comput 25:335-404.

Murray, WE, CE Moss, WH Parr, C Cox, MJ Smith, BFG Cohen, LW Stammerjohn et A Happ. 1981. Dangers potentiels pour la santé des terminaux d'affichage vidéo. Rapport de recherche NIOSH 81-129. Cincinnati, Ohio : Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH).

Nielsen, CV et LPA Brandt. 1990. Avortement spontané chez les femmes utilisant des terminaux d'affichage vidéo. Scand J Work Environ Health 16:323-328.

—-. 1992. Croissance fœtale, naissance prématurée et mortalité infantile en relation avec le travail avec des terminaux d'affichage vidéo pendant la grossesse. Scand J Work Environ Health 18:346-350.

Nielsen, J. 1992. Le cycle de vie de l'ingénierie de l'utilisabilité. Ordinateur (mars):12-22.

—-. 1993. Conception itérative d'interface utilisateur. Ordinateur (novembre):32-41.

Nielsen, J et RL Mack. 1994. Méthodes d'inspection de l'utilisabilité. New York : Wiley.

Numéro spécial sur les laboratoires d'utilisabilité. 1994. Behav Inf Technol.

Nurminen, T et K Kurppa. 1988. Emploi de bureau, travail sur terminaux vidéo et évolution de la grossesse. Expérience des mères de référence à partir d'une étude cas-témoin finlandaise sur les malformations congénitales. Scand J Work Environ Health 14:293-298.

Bureau d'évaluation de la technologie (OTA). 1987. Le superviseur électronique : nouvelle technologie, nouvelles tensions. Washington, DC : Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis.

Open Software Foundation. 1990. Guide de style OSF/Motif. Falaises d'Englewood, New Jersey : Prentice Hall.

Ostberg, O et C Nilsson. 1985. Technologie émergente et stress. Dans Job Stress and Blue Collar Work, édité par CL Cooper et MJ Smith. New York : Wiley.

Piotrkowski, CS, BFG Cohen et KE Coray. 1992. Conditions de travail et bien-être des employées de bureau. Int J Hum Comput Interact 4:263-282.

Pot, F, P Padmos et A Brouwers. 1987. Déterminants du bien-être de l'opérateur de VDU. In Work With Display Units 86. Articles sélectionnés de la Conférence scientifique internationale sur le travail avec des unités d'affichage, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Preece, J, Y Rogers, H Sharp, D Benyon, S Holland et T Carey. 1994. Interaction Homme-Machine. Reading, Massachusetts : Addison-Wesley.

Quinter, J et R Elvey. 1990. L'hypothèse neurogène du RSI. Documents de discussion sur la pathologie des troubles du cou et des membres supérieurs liés au travail et les implications pour le traitement, édité par G Bammer. Document de travail n° 24. Canberra : NCEPH, Australian National Univ.

Rasmussen, J. 1986. Traitement de l'information et interaction homme-machine. Une approche de l'ingénierie cognitive. New York : Hollande du Nord.

Ravden, SJ et GI Johnson. 1989. Évaluation de l'utilisabilité des interfaces homme-ordinateur : une approche pratique. West Sussex, Royaume-Uni : E Horwood.

—. 1992. Architecture d'application de systèmes : prise en charge des communications communes. Falaises d'Englewood, New Jersey : Prentice Hall.

Reed, AV. 1982. Stratégies de correction d'erreurs et interaction humaine avec les systèmes informatiques. Dans Actes de la Conférence sur les facteurs humains dans les systèmes informatiques Gaithersburg, Md. : ACM.

Rey, P et A Bousquet. 1989. Contrainte visuelle des opérateurs de VDT : le bien et le mal. Dans Work With Computers, édité par G Salvendy et MJ Smith. Amsterdam: Elsevier Science.

—. 1990. Stratégies d'examen médical de la vue pour les opérateurs de TEV. In Work With Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Rheingold, RH. 1991. Réalité virtuelle. New York : Pierre de touche.

Rich, E. 1983. Les utilisateurs sont des individus : individualisation des modèles d'utilisateurs. Int J Man Mach Stud 18: 199-214.

Rivas, L et C Rius. 1985. Effets de l'exposition chronique à de faibles champs électromagnétiques chez la souris. IRCS Med Sci 13:661-662.

Robert, JM. 1989. Apprentissage d'un système informatique par exploration non assistée. Un exemple : le Macintosh. Dans MACINTER II Man-Computer Interaction Research, édité par F Klix, N Streitz, Y Warren et H Wandke. Amsterdam : Elsevier.

Robert, JM et JY Fiset. 1992. Conception et évaluation ergonomiques d'une interface pour un logiciel d'aide au diagnostic : Une étude de cas. ICO printemps-été:1-7.

Roman, E, V Beral, M Pelerin et C Hermon. 1992. Avortement spontané et travail avec des écrans visuels. Brit J Ind Med 49:507-512.

Rubino, GF. 1990. Enquête épidémiologique sur les troubles oculaires : la recherche multicentrique italienne. In Work With Display Units 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Rumelhart, DE et DA Norman. 1983. Processus analogiques dans l'apprentissage. Dans Cognitive Skills and Their Acquisition, édité par JR Anderson. Hillsdale, New Jersey : Lawrence Erlbaum.

Ryan, GA et M Bampton. 1988. Comparaison des opérateurs de traitement de données avec et sans symptômes des membres supérieurs. Goujon de santé communautaire 12:63-68.

Ryan, GA, JH Mullerworth et J Pimble. 1984. La prévalence des microtraumatismes répétés chez les opérateurs de traitement de données. Dans Actes de la 21e Conférence annuelle de la Société d'ergonomie d'Australie et de Nouvelle-Zélande. Sydney.

Saintfort, PC. 1990. Prédicteurs du stress dans la conception des tâches dans les bureaux automatisés. Behav Inf Technol 9:3-16.

—-. 1991. Stress, contrôle du travail et autres éléments du travail : une étude sur les employés de bureau. Int J Ind Erg 7:11-23.

Salvendy, G. 1992. Manuel de génie industriel. New York : Wiley.

Salzinger, K et S Freimark. 1990. Comportement opérant altéré de rats adultes après exposition périnatale à un champ électromagnétique de 60 Hz. Bioelectromagnetics 11:105-116.

Sauter, SL, CL Cooper et JJ Hurrell. 1989. Contrôle de l'emploi et santé des travailleurs. New York : Wiley.

Sauter, SL, MS Gottlieb, KC Jones, NV Dodson et KM Rohrer. 1983a. Implications pour l'emploi et la santé de l'utilisation des écrans de visualisation : résultats initiaux de l'étude Wisconsin-NIOSH. Commun ACM 26:284-294.

Sauter, SL, MS Gottlieb, KM Rohrer et NV Dodson. 1983b. Le bien-être des utilisateurs de bornes d'affichage vidéo. Une étude exploratoire. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Scapin, DL. 1986. Guide ergonomique de conception des interfaces homme-machine. Rapport de recherche no. 77. Le Chesnay, France : INRIA.

Schnorr, TM, BA Grajewski, RW Hornung, MJ Thun, GM Egeland, WE Murray, DL Conover et WE Halperin. 1991. Terminaux vidéo et risque d'avortement spontané. New Engl J Med 324:727-733.

Shepherd, A. 1989. Analyse et formation aux tâches des technologies de l'information. Dans Task Analysis for Human-Computer Interaction, édité par D Diaper. Chichester : E Horwood.

Shneiderman, B. 1987. Conception de l'interface utilisateur : stratégies pour une interaction homme-ordinateur efficace. Reading, Massachusetts : Addison-Wesley.

Sjödren, S et A Elfstrom. 1990. Inconfort oculaire chez 4000 utilisateurs de VDU. En travail avec l'affichage
Unités 89, édité par L Berlinguet et D Berthelette. Amsterdam: Elsevier Science.

Smith, MJ. 1987. Stress professionnel. Dans Handbook of Ergonomics/Human Factors, édité par G Salvendy. New York : Wiley.

Smith, MJ et BC Amick. 1989. Surveillance électronique sur le lieu de travail : Implications pour le contrôle des employés et le stress au travail. Dans Job Control and Worker Health, édité par S Sauter, J Hurrel et C Cooper. New York : Wiley.

Smith, MJ, P Carayon et K Miezio. 1987. Technologie VDT : Problèmes psychosociaux et de stress. In Work With Display Units, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam: Elsevier Science.

Smith, MJ et P Carayon-Sainfort. 1989. Une théorie de l'équilibre de la conception des tâches pour la réduction du stress. Int J Ind Erg 4:67-79.

Smith, MJ, BFG Cohen, LW Stammerjohn et A Happ. 1981. Une enquête sur les problèmes de santé et le stress au travail dans les opérations d'affichage vidéo. Hum Factors 23:387-400.

Smith, MJ, P Carayon, KH Sanders, SY Lim et D LeGrande. 1992a. Surveillance électronique des performances, conception des tâches et stress des travailleurs. Appl Ergon 23:17-27.

Smith, MJ, G Salvendy, P Carayon-Sainfort et R Eberts. 1992b. Interaction homme machine. Dans Handbook of Industrial Engineering, édité par G Salvendy. New York : Wiley.

Smith, SL et SL Mosier. 1986. Directives pour la conception de logiciels d'interface utilisateur. Rapport ESD-TR-278. Bedford, Mass. : MITRE.

Direction de l'épidémiologie de la Commission de la santé de l'Australie du Sud. 1984. Symptômes de fatigue répétitive et conditions de travail chez les travailleurs du clavier engagés dans la saisie de données ou le traitement de texte dans la fonction publique d'Australie du Sud. Adélaïde : Commission de la santé de l'Australie du Sud.

Stammerjohn, LW, MJ Smith et BFG Cohen. 1981. Évaluation des facteurs de conception des postes de travail dans les opérations de VDT. Hum Factors 23:401-412.

Stellman, JM, S Klitzman, GC Gordon et BR Snow. 1985. Qualité de l'air et ergonomie au bureau : résultats d'enquête et problèmes méthodologiques. Am Ind Hyg Assoc J 46:286-293.

—-. 1987a. Comparaison du bien-être entre les employés de bureau interactifs non-machine et les utilisateurs et dactylos à temps plein et à temps partiel de TEV. In Work With Display Units 86. Articles sélectionnés de la Conférence scientifique internationale sur le travail avec des unités d'affichage, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

—-. 1987b. Environnement de travail et bien-être des employés de bureau et des VDT. J Occup Behav 8:95-114.

Strasman, Pennsylvanie. 1985. Information Payoff: La transformation du travail à l'ère électronique. New York : Presse gratuite.

Stuchly, M, AJ Ruddick, et al. 1988. Évaluation tératologique de l'exposition aux champs magnétiques variant dans le temps. Tératologie 38:461-466.

Sun Microsystems Inc. 1990. Regard ouvert. Lignes directrices relatives au style d'application de l'interface utilisateur graphique. Reading, Massachusetts : Addison-Wesley.

Swanbeck, G et T Bleeker. 1989. Problèmes de peau à partir d'unités de visualisation : Provocation de symptômes cutanés dans des conditions expérimentales. Acta Derm-Venereol 69:46-51.

Taylor, FW. 1911. Les principes de gestion scientifique. New York : Norton & Co.

Thimbleby, H. 1990. Conception d'interface utilisateur. Chichester : ACM.

Tikkanen, J et OP Heinonen. 1991. Exposition maternelle à des facteurs chimiques et physiques pendant la grossesse et malformations cardiovasculaires chez la progéniture. Tératologie 43:591-600.

Tribukait, B et E Cekan. 1987. Effets des champs magnétiques pulsés sur le développement embryonnaire chez la souris. In Work With Display Units 86: Selected Papers from the International Scientific Conference On Work With Display Units, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Wahlberg, JE et C Lidén. 1988. La peau est-elle affectée par le travail sur terminaux visuels ? Dermatol Clin 6:81-85.

Waterworth, JA et MH Chignell. 1989. Un manifeste pour la recherche sur l'utilisabilité des hypermédias. Hypermédia 1:205-234.

Westerholm, P et A Ericson. 1986. Résultat de la grossesse et travail sur écran dans une cohorte d'agents d'assurance. In Work With Display Units 86. Articles sélectionnés de la Conférence scientifique internationale sur le travail avec des unités d'affichage, mai 1986, Stockholm, édité par B Knave et PG Widebäck. Amsterdam : Hollande du Nord.

Westlander, G. 1989. Utilisation et non-utilisation des écrans de visualisation — Organisation du travail terminal. In Work With Computers: Organizational, Management, Stress and Health Aspects, édité par MJ Smith et G Salvendy. Amsterdam: Elsevier Science.

Westlander, G et E Aberg. 1992. Variété dans le travail sur écran de visualisation : un problème d'évaluation dans la recherche sur l'environnement de travail. Int J Hum Comput Interact 4:283-302.

Wickens, C. 1992. Psychologie de l'ingénieur et performance humaine. New York : Harper Collins.

Wiley, MJ et P Corey. 1992. Les effets de l'exposition continue à des champs magnétiques en dents de scie de 20 khz sur les portées de souris CD-1. Tératologie 46:391-398.

Wilson, J et D Rosenberg. 1988. Prototypage rapide pour la conception d'interface utilisateur. Dans Handbook of Human-Computer Interaction, édité par M Helander. Amsterdam : Elsevier.

Windham, GC, L Fenster, SH Swan et RR Neutra. 1990. Utilisation de terminaux d'affichage vidéo pendant la grossesse et risque d'avortement spontané, de faible poids à la naissance ou de retard de croissance intra-utérin. Am J Ind Med 18:675-688.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1987. Terminaux à écran visuel et santé des travailleurs. Genève : OMS.

—-. 1989. Travail avec des terminaux visuels : Aspects psychosociaux et santé. J Occup Med 31:957-968.

Yang, CL et P Carayon. 1993. Effets des exigences professionnelles et du soutien au travail sur le stress des travailleurs : une étude sur les utilisateurs de TEV. Behav Inf Technol .

Jeune, JE. 1993. Réseau mondial. Les ordinateurs dans une société durable. Washington, D.C. : Worldwatch Paper 115.

Jeune, RM. 1981. La machine à l'intérieur de la machine : modèles de calculatrices de poche des utilisateurs. Int J Man Mach Stud 15: 51-85.

Zecca, L, P Ferrario et G Dal Conte. 1985. Études toxicologiques et tératologiques chez le rat après exposition à des champs magnétiques pulsés. Bioelectrochem Bioenerget 14:63-69.

Zuboff, S. 1988. À l'ère de la machine intelligente : l'avenir du travail et de la puissance. New York : Livres de base.