Mercredi, Mars 09 2011 14: 05

Alimentation et l'Agriculture

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Cet article a été préparé par le Dr F. Käferstein, Chef, Sécurité sanitaire des aliments, Organisation mondiale de la Santé. Il est entièrement basé sur le rapport d'un groupe d'experts de l'OMS sur l'alimentation et l'agriculture qui avait aidé la Commission de l'OMS sur la santé et l'environnement à préparer un rapport pour la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), Rio de Janeiro, 1992. Les deux rapports sont disponibles auprès de l'OMS.

Besoins de production face à la pression démographique et autres forces

La croissance démographique rapide se poursuit dans certaines régions du monde. Par rapport à la situation de 1990, d'ici 2010, il y aura 1,900 36 millions de personnes supplémentaires à nourrir, soit une augmentation de 5,300 % de 7,200 XNUMX à XNUMX XNUMX millions de personnes.

Quatre-vingt-dix pour cent de l'ensemble de la croissance projetée au cours des 20 prochaines années devraient avoir lieu dans les pays actuellement classés parmi les pays en développement. Une urbanisation progressive de la société est en cours. La population urbaine mondiale atteindra 3,600 62 millions, soit une augmentation de 2,200 % par rapport aux 1990 92 millions de citadins en 1,400. De plus, la population urbaine des pays en développement augmentera de 2,600 % (de 1990 1970 millions à XNUMX XNUMX millions) dans les vingt ans à partir de XNUMX, une multiplication par quatre depuis XNUMX. Même si la planification familiale reçoit l'attention urgente dont elle a désespérément besoin de la part de toutes les populations en croissance rapide, la croissance démographique et l'urbanisation continueront de dominer la scène au cours des deux prochaines décennies.

Une augmentation de 36% de la nourriture, des autres produits agricoles et de l'eau potable sera nécessaire au cours des vingt prochaines années simplement pour correspondre à l'augmentation de la population ; la nécessité pour un demi-milliard de personnes d'être correctement nourries au lieu de rester sous-alimentées, et la demande accrue des populations dont les revenus augmentent, conduiront toutes à une augmentation considérable de la production alimentaire totale. Une demande excessive d'aliments d'origine animale continuera de caractériser les personnes appartenant aux groupes à revenu élevé, entraînant une augmentation de la production d'aliments pour animaux.

La pression sur l'agriculture et la production alimentaire, à mesure que la population et la demande par habitant augmenteront, entraînera une plus grande charge pour l'environnement. Cette charge sera générée de manière inégale et aura des effets environnementaux inégaux. À l'échelle mondiale, ceux-ci seront défavorables et nécessiteront une action concertée.

Cette demande accrue tombera sur des ressources en terre et en eau qui sont limitées, où les zones les plus productives ont déjà été utilisées et où le coût de la mise en production de terres marginales et de l'utilisation d'une eau moins facilement disponible sera élevé. Une grande partie de ces terres marginales ne peut avoir qu'une fertilité temporaire à moins que des mesures spécifiques ne soient prises pour la maintenir, tandis que la productivité des pêcheries naturelles est également fortement limitée. La superficie des terres arables diminuera en raison de l'érosion des sols due au surpâturage ; latéritisation des zones défrichées ; la salinisation des sols et d'autres types de dégradation des terres ; et l'expansion des développements urbains, industriels et autres.

La disponibilité et la qualité de l'eau, déjà totalement insuffisantes dans une grande partie du monde, resteront des problèmes majeurs pour les zones rurales des pays en développement et aussi pour de nombreuses populations urbaines, qui pourraient être confrontées au problème supplémentaire des charges d'utilisation élevées. Les besoins en eau vont fortement augmenter, et pour plusieurs grandes villes la satisfaction de la demande en eau deviendra de plus en plus coûteuse car l'approvisionnement devra être acheminé de très loin. La réutilisation de l'eau implique des normes de traitement plus strictes. La production croissante d'eaux usées et d'eaux usées nécessitera des installations de traitement plus étendues, ainsi que d'importantes dépenses en capital.

Le besoin continu de développement industriel à long terme pour produire des biens, des services et des emplois conduira à une production alimentaire plus intensive, qui deviendra elle-même plus industrialisée. Par conséquent, et surtout à cause de l'urbanisation, la demande et les ressources employées pour l'emballage, la transformation, le stockage et la distribution des aliments augmenteront en volume et en importance.

Le public est de plus en plus conscient de la nécessité de produire, de protéger et de commercialiser les aliments de manière à minimiser les changements néfastes dans notre environnement, et il est plus exigeant à cet égard. L'émergence d'outils scientifiques révolutionnaires (par exemple, les avancées biotechnologiques) offre la possibilité d'augmenter considérablement la production alimentaire, de réduire les déchets et d'améliorer la sécurité.

Le principal défi consiste à répondre aux demandes croissantes de nourriture, d'autres produits agricoles et d'eau de manière à favoriser des améliorations à long terme de la santé, et qui sont également durables, économiques et compétitives.

Bien qu'il y ait actuellement suffisamment de nourriture pour tous à l'échelle mondiale, de grandes difficultés doivent être surmontées pour assurer la disponibilité et la distribution équitable de denrées alimentaires sûres, nutritives et abordables pour répondre aux besoins de santé dans de nombreuses régions du monde, et notamment dans les zones d'une croissance démographique rapide.

Souvent, les éventuelles conséquences sanitaires ne sont pas pleinement prises en compte dans la conception et la mise en œuvre des politiques et programmes agricoles et de pêche. Un exemple est la production de tabac, qui a des impacts très graves et négatifs sur la santé humaine et sur les rares ressources en terres et en bois de feu. De plus, l'absence d'une approche intégrée du développement des secteurs de l'agriculture et de la foresterie entraîne la non-reconnaissance de la relation importante des deux secteurs avec la protection des habitats fauniques, de la diversité biologique et des ressources génétiques.

Si des mesures opportunes et appropriées ne sont pas prises pour atténuer les impacts environnementaux de l'agriculture, de la pêche, de la production alimentaire et de l'utilisation de l'eau, les situations suivantes prévaudront :

  • A mesure que la population urbaine augmente, la difficulté de maintenir et d'étendre un système de distribution alimentaire efficace deviendra plus grande. Cela peut augmenter la prévalence de l'insécurité alimentaire des ménages, la malnutrition associée et les risques sanitaires parmi les masses croissantes de pauvres en milieu urbain.
  • Les maladies microbiennes, virales et parasitaires causées par des aliments et de l'eau contaminés continueront de poser de graves problèmes de santé. De nouveaux agents importants pour la santé publique continueront d'émerger. Les maladies diarrhéiques liées à l'alimentation et à l'eau, responsables d'une mortalité infantile élevée et d'une morbidité universelle, vont augmenter.
  • Les maladies à transmission vectorielle dues à l'irrigation, à d'autres développements des ressources en eau et aux eaux usées non contrôlées augmenteront considérablement. Le paludisme, la schistosomiase, la filariose et les fièvres à arbovirus continueront d'être des problèmes majeurs.
  • Les problèmes décrits ci-dessus se traduiront par des niveaux statiques ou croissants de malnutrition et de mortalité chez les nourrissons et les jeunes enfants, ainsi que par la morbidité à tous les âges, mais principalement parmi les pauvres, les très jeunes, les personnes âgées et les malades.
  • les maladies liées à des modes de vie, au tabagisme et à une alimentation inappropriés (par exemple, l'obésité, le diabète ou les maladies coronariennes), qui sont caractéristiques des pays les plus riches, font leur apparition et deviennent des problèmes importants également dans les pays en développement. L'urbanisation croissante va accélérer cette tendance.
  • À mesure que l'intensité de la production alimentaire augmente, le risque de maladies professionnelles et d'accidents chez les personnes travaillant dans ce secteur et dans des secteurs connexes augmentera considérablement à moins que des efforts suffisants en matière de sécurité et de prévention ne soient déployés.

 

Conséquences sur la santé de la contamination biologique et des produits chimiques dans les aliments

Malgré les progrès de la science et de la technologie, les aliments et l'eau contaminés restent à ce jour des problèmes majeurs de santé publique. Les maladies d'origine alimentaire sont peut-être les problèmes de santé les plus répandus dans le monde contemporain et des causes importantes de réduction de la productivité économique (WHO/FAO 1984). Elles sont causées par un large éventail d'agents et couvrent tous les degrés de gravité, des indispositions légères aux maladies potentiellement mortelles. Cependant, seule une petite proportion de cas est portée à la connaissance des services de santé et encore moins fait l'objet d'une enquête. En conséquence, on pense que dans les pays industrialisés, seulement 10 % environ des cas sont signalés, tandis que dans les pays en développement, les cas signalés ne représentent probablement pas plus de 1 % du total.

Malgré ces limites, les données disponibles indiquent que les maladies d'origine alimentaire sont en augmentation partout dans le monde, tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés. L'expérience du Venezuela illustre cette tendance (PAHO/WHO 1989) (figure 1).

Figure 1. Maladies d'origine alimentaire au Venezuela

EHH020F1

Bcontamination biologique

Pays en voie de développement

Les informations disponibles indiquent clairement que les contaminants biologiques (bactéries, virus et parasites) sont les principales causes des maladies d'origine alimentaire (tableau 1).

Tableau 1. Quelques agents de maladies d'origine alimentaire importantes et principales caractéristiques épidémiologiques

Agents

Réservoir/porteur important

Transmissiona by

Multiplier
Dans la nourriture

Exemples de certains aliments incriminés

   

Eau

Alimentation

Personne à personne

   

Bactéries

           

bacille Cereus

Terre

-

+

-

+

Riz cuit, charcuterie, légumes,
puddings féculents

Brucella espèce

Bovins, caprins, ovins

-

+

-

+

Lait cru, produits laitiers

Campylobacter jejuni

Poulets, chiens, chats, bovins,
cochons, oiseaux sauvages

+

+

+

-b

Lait cru, volaille

Clostridium botulinum

Sol, mammifères, oiseaux, poissons

-

+

-

+

Poissons, viandes, légumes (conserves maison),
miel

Clostridium perfringens

Sol, animaux, humains

-

+

-

+

Viande et volaille cuites, sauce, haricots

Escherichia coli

           

Entérotoxinogène

Les êtres humains

+

+

+

+

Salade, crudités

Entéropathogène

Les êtres humains

+

+

+

+

Lait

Entéro-invasif

Les êtres humains

+

+

0

+

Fromage

Entérohémorragique

Bovins, volailles, ovins

+

+

+

+

Viande insuffisamment cuite, lait cru, fromage

Listeria monocytogenes

Environnement

+

+

-c

+

Fromage, lait cru, salade de chou

Mycobactérie bovis

Bovins

-

+

-

-

Lait cru

Salmonella typhi et
paratyphe

Les êtres humains

+

+

±

+

Produits laitiers, charcuterie, crustacés,
salades de légumes

des salmonelles (non-typhi)

Humains et animaux

±

+

±

+

Viande, volaille, œufs, produits laitiers,
Chocolat

Shigella spp.

Les êtres humains

+

+

+

+

Salades de pommes de terre/œufs

Staphylococcus aureus
(entérotoxines)

 

-

+

-

+

Salades de jambon, de volaille et d'œufs, fourrées à la crème
produits de boulangerie, glaces, fromages

Vibrio cholerae01

Humains, vie marine

+

+

±

+

Salade, coquillages

Vibrio cholerae, non-01

Humains, vie marine

+

+

±

+

Fruits de mer

Vibrio parahaemolyticus

Eau de mer, vie marine

-

+

-

+

Poissons crus, crabes et autres crustacés

Vibrio vulnificus

Eau de mer, vie marine

+

+

-

+

Fruits de mer

Yersinia enterocolitica

Eau, animaux sauvages, cochons,
chiens, volaille

+

+

-

+

Lait, porc et volaille

Virus

           

Virus de l'hépatite A

Les êtres humains

+

+

+

-

Crustacés, fruits et légumes crus

Agents Norwalk

Les êtres humains

+

+

-

-

Coquillages, salade

Rotavirus

Les êtres humains

+

+

+

-

0

Protozoaires

 

+

+

+

+

 

Cryptosporidium parvum

Humains, animaux

+

+

+

-

Lait cru, saucisse crue (non fermentée)

Entamoeba histolytica

Les êtres humains

+

+

+

-

Légumes et fruits

Giardia lamblia

Humains, animaux

+

±

+

-

Légumes et fruits

Toxoplasma gondii

Chats, cochons

0

+

-

-

Viande pas assez cuite, crudités

Helminthes

           

Ascaris lumbricoides

Les êtres humains

+

+

-

-

Aliments contaminés par le sol

Clonorchis sinensis

Poisson d'eau douce

-

+

-

-

Poisson pas assez cuit/cru

Fasciola hepatica

Bovins, caprins

+

+

-

-

Cresson

Opisthorclis viverrini/felinus

Poisson d'eau douce

-

+

-

-

Poisson pas assez cuit/cru

Paragonimus sp.

Crabes d'eau douce

-

+

-

-

Crabes insuffisamment cuits/crus

Taenia Saginata et T.solium

Bovins, porcs

-

+

-

-

Viande insuffisamment cuite

Trichinelle spirale

Porc, carnivore

-

+

-

-

Viande insuffisamment cuite

Trichuris trichiura

Les êtres humains

0

+

-

-

Aliments contaminés par le sol

a Presque toutes les infections entériques aiguës montrent une transmission accrue pendant l'été et/ou les mois humides, à l'exception des infections dues au Rotavirus et Yersinia enterocolitica, qui montrent une transmission accrue pendant les mois les plus froids.

b Dans certaines circonstances, une certaine multiplication a été observée. La signification épidémiologique de cette observation n'est pas claire.

c La transmission verticale de la femme enceinte au fœtus est fréquente.

+ = Oui ; ± = rare ; - = Non ; 0 = Aucune information.

Adapté de OMS/FAO 1984.

 

Dans les pays en développement, ils sont responsables d'un large éventail de maladies d'origine alimentaire (par exemple, le choléra, la salmonellose, la shigellose, les fièvres typhoïde et paratyphoïde, la brucellose, la poliomyélite et l'amibiase). Les maladies diarrhéiques, en particulier la diarrhée infantile, sont le problème dominant et, en fait, l'un des plus importants. Chaque année, quelque 1,500 70 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent de diarrhée et parmi eux, plus de trois millions en meurent. Auparavant, on pensait que l'approvisionnement en eau contaminée était la principale source directe d'agents pathogènes causant la diarrhée, mais il a maintenant été démontré que jusqu'à 1990 % des épisodes diarrhéiques peuvent être dus à des agents pathogènes d'origine alimentaire (OMS XNUMXc). Cependant, la contamination des aliments peut dans de nombreux cas provenir de l'eau contaminée utilisée pour l'irrigation et à des fins similaires.

Pays industrialisés

Bien que la situation concernant les maladies d'origine alimentaire soit très grave dans les pays en développement, le problème ne se limite pas à ces pays, et ces dernières années, les pays industrialisés ont connu une succession d'épidémies majeures. Aux États-Unis, on estime qu'il y a 6.5 ​​millions de cas par an, avec 9,000 80 décès, mais selon la Food and Drug Administration des États-Unis, ce chiffre est une sous-estimation et peut atteindre 1987 millions de cas (Cohen 1985; Archer et Kvenberg 1987 ; Jeune 1989). L'estimation pour l'ancienne Allemagne de l'Ouest était d'un million de cas en 1990 (Grossklaus 10). Une étude aux Pays-Bas a révélé que jusqu'à 1990 % de la population pourrait être touchée par des maladies d'origine alimentaire ou hydrique (Hoogenboom-Vergedaal et al. XNUMX).

Avec l'amélioration actuelle des normes d'hygiène personnelle, le développement de l'assainissement de base, l'approvisionnement en eau potable, une infrastructure efficace et l'application croissante de technologies telles que la pasteurisation, de nombreuses maladies d'origine alimentaire ont été soit éliminées, soit considérablement réduites dans certains pays industrialisés (par exemple, la salmonellose transmise par le lait) . Néanmoins, la plupart des pays connaissent actuellement une augmentation importante de plusieurs autres maladies d'origine alimentaire. La situation dans l'ex-Allemagne de l'Ouest (1946-1991) illustre ce phénomène (figure 2) (Statistisches Bundesamt 1994).

Figure 2. Entérite infectieuse, fièvre typhoïde et fièvre para-typhoïde (A, B et C), Allemagne

EHH020F3

La salmonellose, en particulier, a considérablement augmenté des deux côtés de l'Atlantique au cours des dernières années (Rodrigue 1990). Dans de nombreux cas, cela est dû à Salmonella enteritidis. La figure 3 montre l'augmentation de ce micro-organisme par rapport aux autres des salmonelles souches en Suisse. Dans de nombreux pays, la viande de volaille, les œufs et les aliments contenant des œufs ont été identifiés comme les principales sources de cet agent pathogène. Dans certains pays, 60 à 100 % de la viande de volaille est contaminée par des salmonelles spp., et la viande, les cuisses de grenouilles, le chocolat et le lait ont également été incriminés (Notermans 1984; Roberts 1990). En 1985, quelque 170,000 200,000 à 1987 XNUMX personnes ont été impliquées dans une épidémie de salmonellose à Chicago causée par du lait pasteurisé contaminé (Ryzan XNUMX).

Figure 3. Sérotypes de Salmonella en Suisse

EHH020F2

Produits chimiques et toxiques dans les aliments

Des efforts considérables ont été entrepris aux niveaux national et international pour assurer la sécurité chimique des approvisionnements alimentaires. Deux comités mixtes FAO/OMS ont, sur une période de trois décennies, évalué un grand nombre de produits chimiques alimentaires. Le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) évalue les additifs alimentaires, les contaminants et les résidus de médicaments vétérinaires, et la Réunion conjointe FAO/OMS sur les résidus de pesticides (JMPR) évalue les résidus de pesticides. Des recommandations sont faites sur la dose journalière admissible (DJA), sur les limites maximales de résidus (LMR) et les limites maximales (LM). Sur la base de ces recommandations, la Commission du Codex Alimentarius et les gouvernements établissent des normes alimentaires et des niveaux de sécurité pour ces substances dans les denrées alimentaires. En outre, le programme conjoint PNUE/FAO/OMS de surveillance de la contamination des aliments (GEMS/Aliments) fournit des informations sur les niveaux de contaminants dans les aliments et sur les tendances temporelles de la contamination, permettant des mesures de prévention et de contrôle.

Alors que les informations provenant de la plupart des pays en développement sont rares, les enquêtes réalisées dans les pays industrialisés suggèrent que l'approvisionnement alimentaire est largement sûr du point de vue chimique en raison de l'infrastructure de sécurité alimentaire étendue (c'est-à-dire la législation, les mécanismes d'application, les systèmes de surveillance et de contrôle) et le niveau général de responsabilité de l'industrie alimentaire. Cependant, une contamination ou une falsification accidentelle se produit, auquel cas les conséquences sur la santé peuvent être graves. Par exemple, en Espagne, en 1981-82, l'huile de cuisine frelatée a tué quelque 600 personnes et en a rendu invalides, temporairement ou définitivement, 20,000 1984 autres (OMS XNUMX). L'agent responsable de cet empoisonnement de masse n'a pas encore été identifié malgré des investigations intensives.

Produits chimiques environnementaux

Un certain nombre de substances chimiques peuvent être présentes dans l'approvisionnement alimentaire en raison de la contamination de l'environnement. Leurs effets sur la santé peuvent être extrêmement graves et ont suscité de vives inquiétudes ces dernières années.

Des conséquences graves ont été signalées lorsque des aliments contaminés par des métaux lourds tels que le plomb, le cadmium ou le mercure ont été ingérés pendant de longues périodes.

L'accident de Tchernobyl a suscité de vives inquiétudes quant aux risques pour la santé des personnes exposées aux émissions accidentelles de radionucléides. Les personnes vivant à proximité de l'accident ont été exposées, et cette exposition comprenait des contaminants radioactifs dans les aliments et l'eau. Dans d'autres parties de l'Europe et ailleurs, à une certaine distance de l'accident, cette préoccupation s'est concentrée sur les aliments contaminés comme source d'exposition. Dans la plupart des pays, la dose moyenne estimée acquise en mangeant des aliments contaminés ne représentait qu'une très petite fraction de la dose normalement reçue du rayonnement de fond (IAEA 1991).

D'autres produits chimiques environnementaux d'intérêt sont les biphényles polychlorés (BPC). Les PCB sont utilisés dans diverses applications industrielles. Les informations sur les effets des PCB sur la santé humaine ont été notées à l'origine à la suite de deux incidents à grande échelle survenus au Japon (1968) et à Taïwan, Chine (1979). L'expérience de ces épidémies a montré qu'en plus de leurs effets aigus, les PCB peuvent également avoir des effets cancérigènes.

Le DDT a été largement utilisé entre 1940 et 1960 comme insecticide à des fins agricoles et pour lutter contre les maladies à transmission vectorielle. Il est maintenant interdit ou restreint dans de nombreux pays en raison de son risque potentiel pour l'environnement. Dans de nombreux pays tropicaux, le DDT est encore un produit chimique important, utilisé pour lutter contre le paludisme. Aucun effet nocif confirmé n'a été signalé en raison des résidus de DDT dans les aliments (UNEP 1988).

Mycotoxines

Les mycotoxines, les métabolites toxiques de certains champignons microscopiques (moisissures), peuvent provoquer des effets indésirables graves chez les humains, ainsi que chez les animaux. Des études animales ont montré qu'en plus de l'intoxication aiguë, les mycotoxines sont capables de provoquer des effets cancérigènes, mutagènes et tératogènes.

Les biotoxines

L'intoxication par la biotoxine marine (également appelée « empoisonnement des poissons ») est un autre problème préoccupant. Des exemples de telles intoxications sont la ciguatera et divers types d'empoisonnement par les coquillages.

Toxiques végétaux

Les substances toxiques présentes dans les plantes comestibles et les plantes vénéneuses qui leur ressemblent (champignons, certaines plantes vertes sauvages) sont des causes importantes de mauvaise santé dans de nombreuses régions du monde et posent un problème gênant pour la sécurité alimentaire (OMS 1990b).

 

Noir

Lire 8740 fois Dernière modification le mercredi 17 août 2011 22:40

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références sur les dangers environnementaux pour la santé

Allan, JS. 1992. Évolution virale et SIDA. J Natl Inst Health Res 4:51-54.

Angier, N. 1991. Une étude révèle une augmentation mystérieuse du taux de cancer infantile. New York Times (26 juin):D22.

Arceivala, SJ. 1989. Qualité de l'eau et lutte contre la pollution : Planification et gestion. Dans Critères et approches pour la gestion de la qualité de l'eau dans les pays en développement. New York : Nations Unies.

Archer, DL et JE Kvenberg. 1985. Incidence et coût des maladies diarrhéiques d'origine alimentaire aux États-Unis. J Food Prod 48(10):887-894.

Balick, MJ. 1990. Ethnobotany et l'identification des agents thérapeutiques de la forêt tropicale. CIBA F Symp 154:22-39.

Bascom, R et al. 1996. Effets sur la santé de la pollution de l'air extérieur. L'état de l'art. Am J Resp Crit Care Med 153:3-50.

Blakeslee, S. 1990. Les scientifiques sont confrontés à un mystère alarmant : la grenouille en voie de disparition. New York Times. 20 février : B7.

Blaustein, AR.1994. Réparation UL et résistance aux UV-B solaires dans les œufs d'amphibiens : un lien avec le déclin des populations. Proc Natl Acad Sci USA 91:1791-1795.

Borja-Arburto, VH, DP Loomis, C Shy et S Bangdiwala. 1995. Pollution de l'air et mortalité quotidienne à Mexico. Épidémiologie S64:231.

Bridigare, RR. 1989. Effets potentiels des UVB sur les organismes marins de l'océan Austral : Distribution du phytoplancton et du krill pendant le printemps austral. Photochem Photobiol 50:469-478.

Brody, JE. 1990. En utilisant la toxine de minuscules grenouilles, les chercheurs cherchent des indices sur la maladie. New York Times. 23 janvier.

Brody, JE. 1991. Loin d'être redoutables, les chauves-souris cèdent du terrain à l'ignorance et à la cupidité. New York Times. 29 octobre :Cl,C10.

Carlsen, E et A Gimmercman. 1992. Preuve de la diminution de la qualité du sperme au cours des 50 dernières années. Br Med J 305:609-613.

Castillejos, M, D Gold, D Dockery, T Tosteson, T Baum et FE Speizer. 1992. Effets de l'ozone ambiant sur les fonctions respiratoires et les symptômes chez les écoliers de Mexico. Am Rev Respir Dis 145:276-282.

Castillejos, M, D Gold, A Damokosh, P Serrano, G Allen, WF McDonnell, D Dockery, S Ruiz-Velasco, M Hernandez et C Hayes. 1995. Effets aigus de l'ozone sur la fonction pulmonaire des écoliers en exercice de Mexico. Am J Resp Crit Care Med 152:1501-1507.

Centres de contrôle des maladies (CDC). 1991. Prévention de l'empoisonnement au plomb chez les jeunes enfants. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux.

Cohen, ML. 1987. Déclaration préparée dans « Audience devant le Comité de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts ». Sénat américain, 100e Congrès, première session. (Imprimerie du gouvernement américain, Washington, DC).

Coleman, député, J Esteve, P Damiecki, A Arslan et H Renard. 1993. Tendances de l'incidence du cancer et de la mortalité. Publications scientifiques du CIRC, n° 121. Lyon : CIRC.

Davis, DL, GE Dinse et DG Hoel. 1994. Diminution des maladies cardiovasculaires et augmentation du cancer chez les Blancs aux États-Unis de 1973 à 1987. JAMA 271(6):431-437.

Davis, DL et D Hoel. 1990a. Tendances internationales de la mortalité par cancer en France, en Allemagne de l'Ouest, en Italie, au Japon, en Angleterre et au Pays de Galles et aux États-Unis. Lancet 336 (25 août):474-481.

—. 1990b. Tendances de la mortalité par cancer dans les pays industrialisés. Annales de l'Académie des sciences de New York, n° 609.

Dockery, DW et CA Pope. 1994. Effets respiratoires aigus de la pollution atmosphérique particulaire. Ann Rev Publ Health 15:107-132.

Dold, C. 1992. Des agents toxiques tuent les baleines. New York Times. 16 juin : C4.

Domingo, M et L Ferrer. 1990. Morbillivirus chez les dauphins. Nature 348:21.

Ehrlich, PR et EO Wilson. 1991. Études sur la biodiversité : science et politique. Sciences 253(5021):758-762.

Epstein, PR. 1995. Maladies émergentes et instabilité des écosystèmes. Am J Public Health 85:168-172.

Farman, JC, H Gardiner et JD Shanklin. 1985. Des pertes importantes d'ozone total en Antarctique révèlent une interaction saisonnière ClOx/NOx. Nature 315:207-211.

Farnsworth, NR. 1990. Le rôle de l'ethnopharmacologie dans le développement de médicaments. CIBA F Symp 154:2-21.

Farnsworth, NR, O Akerele, et al. 1985. Plantes médicinales en thérapie. Bull OMS 63(6):965-981.

Office fédéral de la santé (Suisse). 1990. Bulletin de l'Office fédéral de la santé. 29 octobre.

Floyd, T, RA Nelson et GF Wynne. 1990. Homéostase métabolique du calcium et des os chez les ours noirs actifs et en tanière. Clin Orthop Relat R 255 (juin):301-309.

Focks, DA, E Daniels, DG Haile et JE Keesling. 1995. Un modèle de simulation de l'épidémiologie de la dengue urbaine : analyse de la littérature, développement du modèle, validation préliminaire et échantillons de résultats de simulation. Am J Trop Med Hyg 53:489-506.

Galal-Gorchev, H. 1986. Qualité de l'eau potable et santé. Genève : OMS, non publié.

—. 1994. Directives de l'OMS pour la qualité de l'eau potable. Genève : OMS, non publié.

Gao, F et L Yue. 1992. Infection humaine par le VIH-2 génétiquement divers lié au SIVsm en Afrique de l'Ouest. Nature 358:495.

Gilles, HM et DA Warrell. 1993. Malaniologie essentielle de Bruce-Chwatt. Londres : Edward Arnold Press.

Gleason, JF, PK Bhartia, JR Herman, R McPeters, et al. 1993. Record d'ozone global bas en 1992. Science 260:523-526.

Gottlieb, OR et WB Mors. 1980. Utilisation potentielle des produits d'extraction du bois brésilien. J Agricul Food Chem 28(2): 196-215.

Grossklaus, D. 1990. Gesundheitliche Fragen im EG-Binnemarkt. Arch Lebensmittelhyg 41(5):99-102.

Hamza, A. 1991. Impacts des déchets industriels et de fabrication à petite échelle sur l'environnement urbain dans les pays en développement. Nairobi : Centre des Nations Unies pour les établissements humains.

Hardoy, JE, S Cairncross et D Satterthwaite. 1990. Les pauvres meurent jeunes : logement et santé dans les villes du tiers monde. Londres : Earthscan Publications.

Hardoy, JE et F Satterthwaite. 1989. Squatter Citizen : La vie dans le tiers monde urbain. Londres : Earthscan Publications.

Harpham, T, T Lusty et P Vaugham. 1988. À l'ombre de la ville—La santé communautaire et les pauvres en milieu urbain. Oxford : OUP.

Hirsch, VM et M Olmsted. 1989. Un lentivirus de primate africain (SIVsm) étroitement apparenté au VIH-s. Nature 339:389.

Hoël, DG. 1992. Tendances de la mortalité par cancer dans 15 pays industrialisés, 1969-1986. J Natl Cancer Inst 84(5):313-320.

Hoogenboom-Vergedaal, AMM et al. 1990. Epdemiologisch En Microbiologisch Onderzoek Met Betrekking Tot Gastro-Enteritis Bij De Mens in De Regio's Amsterdam En Helmond in 1987 En 1988. Pays-Bas : National Institute of Public
Protection de la santé et de l'environnement.

Huet, T et A Cheynier. 1990. Organisation génétique d'un lentivirus de chimpanzé apparenté au VIH-1. Nature 345:356.

Huq, A, RR Colwell, R Rahman, A Ali, MA Chowdhury, S Parveen, DA Sack et E Russek-Cohen. 1990. Détection de Vibrio cholerae 01 dans le milieu aquatique par anticorps monoclonaux fluorescents et méthodes de culture. Appl Environ Microbiol 56:2370-2373.

Institut de médecine. 1991. Paludisme : obstacles et opportunités. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

—. 1992. Infections émergentes : Menaces microbiennes pour la santé aux États-Unis. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). 1990. Changement climatique : l'évaluation des impacts du GIEC. Canberra : Service d'édition du gouvernement australien.

—. 1992. Climate Change 1992: The Supplementary Report to the IPCC Impacts Assessment. Canberra : Service d'édition du gouvernement australien.

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). 1992. Rayonnement solaire et ultraviolet. Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérigènes pour l'homme. Lyon : CIRC.

Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 1991. Évaluation des conséquences radiologiques du projet international Tchernobyl et évaluation des mesures de protection. Vienne : AIEA.

Kalkstein, LS et KE Smoyer. 1993. L'impact du changement climatique sur la santé humaine : quelques implications internationales. Experience 49:469-479.

Kennedy, S et JA Smyth. 1988. Confirmation de la cause des décès récents de phoques. Nature 335:404.

Kerr, JB et CT McElroy. 1993. Preuve de grandes tendances à la hausse du rayonnement ultraviolet-B lié à l'appauvrissement de la couche d'ozone. Sciences 262 (novembre):1032-1034.

Kilbourne EM. 1989. Vagues de chaleur. Dans Les conséquences des catastrophes sur la santé publique. 1989, édité par MB Gregg. Atlanta : Centres de contrôle des maladies.

Kingman, S. 1989. Le paludisme sévit sur la frontière sauvage du Brésil. Nouveau Scientifique 123:24-25.

Kjellström, T. 1986. Maladie itai-itai. Dans Cadmium and Health, édité par L Friberg et al. Boca Raton : CRC Press.

Koopman, JS, DR Prevots, MA Vaca-Marin, H Gomez-Dantes, ML Zarate-Aquino, IM Longini Jr et J Sepulveda-Amor. 1991. Déterminants et prédicteurs de l'infection par la dengue au Mexique. Am J Epidemiol 133:1168-1178.

Kripke, ML et WL Morison. 1986. Études sur le mécanisme de suppression systémique de l'hypersensibilité de contact par rayonnement UVB. II : Différences dans la suppression de l'hypersensibilité retardée et de contact chez la souris. J Invest Dermatol 86:543-549.
Kurihara, M, K Aoki et S Tominaga. 1984. Statistiques sur la mortalité par cancer dans le monde. Nagoya, Japon : The University of Nagoya Press.

Lee, A et R Langer. 1983. Le cartilage de requin contient des inhibiteurs de l'angiogenèse tumorale. Science 221:1185-1187.

Loevinsohn, M. 1994. Réchauffement climatique et augmentation de l'incidence du paludisme au Rwanda. Lancet 343:714-718.

Longstreth, J et J Wiseman. 1989. L'impact potentiel du changement climatique sur les modèles de maladies infectieuses aux États-Unis. Dans The Potential Effects of Global Climate Change in the United States, édité par JB Smith et DA
Tirpak. Washington, DC : Agence américaine de protection de l'environnement.

Martens, WM, LW Niessen, J Rotmans, TH Jetten et AJ McMichael. 1995. Impact potentiel du changement climatique mondial sur le risque de paludisme. Environ Health Persp 103:458-464.

Matlai, P et V Beral. 1985. Tendances des malformations congénitales des organes génitaux externes. Lancet 1 (12 janvier):108.

Mc Michael, AJ. 1993. Surcharge planétaire : changement environnemental global et santé de l'espèce humaine. Londres : Cambridge University Press.

Meybeck, M, D Chapman et R Helmer. 1989. Qualité mondiale de l'eau douce : une première évaluation. Genève : Système mondial de surveillance continue de l'environnement (GEMS/-WATER).

Meybeck, M et R Helmer. 1989. La qualité des rivières : du stade vierge à la pollution globale. Paleogeogr Paleoclimatol Paleoecol 75:283-309.

Michaels, D, C Barrera et MG Gacharna. 1985. Développement économique et santé au travail en Amérique latine : Nouvelles orientations pour la santé publique dans les pays moins développés. Am J Public Health 75(5):536-542.

Molina, MJ et FS Rowland. 1974. Puits stratosphérique pour les chloro-fluoro-méthanes : Destruction de l'ozone catalysée par les atomes de chlore. Nature 249:810-814.

Montgomery, S. 1992. Le commerce macabre met en péril les ours du monde. Le BostonGlobe. 2 mars : 23-24.

Nelson, RA. 1973. Sommeil d'hiver chez l'ours noir. Mayo Clin Proc 48:733-737.

Nimmannitya, S. 1996. Dengue et dengue hémorragique. Dans Manson's Tropical Diseases, édité par GC Cook. Londres : WB Saunders.

Nogueira, DP. 1987. Prévention des accidents et des blessures au Brésil. Ergonomie 30(2):387-393.

Notermans, S. 1984. Beurteilung des bakteriologischen Status frischen Geflügels in Läden und auf Märkten. Fleischwirtschaft 61(1):131-134.

Noweir, MH. 1986. La santé au travail dans les pays en développement, avec une référence particulière à l'Egypte. Am J Ind Med 9:125-141.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et Organisation mondiale de la santé (OMS). 1989. Rapport final du Groupe de travail sur la surveillance épidémiologique et les maladies d'origine alimentaire. Document non publié HPV/FOS/89-005.

Patz, JA, PR Epstein, TA Burke et JM Balbus. 1996. Changement climatique mondial et maladies infectieuses émergentes. JAMA 275:217-223.

Pope, CA, DV Bates et ME Razienne. 1995. Effets sur la santé de la pollution atmosphérique par les particules : temps de réévaluation ? Environ Health Persp 103:472-480.

Reeves, WC, JL Hardy, WK Reisen et MM Milky. 1994. L'effet potentiel du réchauffement climatique sur les arbovirus transmis par les moustiques. J Med Entomol 31(3):323-332.

Roberts, D. 1990. Sources d'infection : Nourriture. Lancet 336:859-861.

Roberts, L. 1989. Le trou dans la couche d'ozone menace-t-il la vie antarctique. Sciences 244:288-289.

Rodrigue, DG. 1990. Augmentation internationale de Salmonella enteritidis. Une nouvelle pandémie ? Epidemiol Inf 105:21-21.

Romieu, I, H Weizenfeld et J Finkelman. 1990. Pollution atmosphérique urbaine en Amérique latine et dans les Caraïbes : Perspectives sanitaires. World Health Stat Q 43:153-167.

—. 1991. Pollution atmosphérique urbaine en Amérique latine et dans les Caraïbes. J Air Waste Manage Assoc 41:1166-1170.

Romieu, I, M Cortés, S Ruíz, S Sánchez, F Meneses et M Hernándes-Avila. 1992. Pollution de l'air et absentéisme scolaire chez les enfants de Mexico. Am J Epidemiol 136:1524-1531.

Romieu, I, F Meneses, J Sienra, J Huerta, S Ruiz, M White, R Etzel et M Hernandez-Avila. 1994. Effets de la pollution de l'air ambiant sur la santé respiratoire des enfants mexicains souffrant d'asthme léger. Am J Resp Crit Care Med 129:A659.

Romieu, I, F Meneses, S Ruíz, JJ Sierra, J Huerta, M White, R Etzel et M Hernández. 1995. Effets de la pollution atmosphérique urbaine sur les visites d'urgence pour l'asthme infantile à Mexico. Am J Epidemiol 141(6):546-553.

Romieu, I, F Meneses, S Ruiz, J Sienra, J Huerta, M White et R Etzel. 1996. Effets de la pollution de l'air sur la santé respiratoire des enfants atteints d'asthme léger vivant à Mexico. Am J Resp Crit Care Med 154:300-307.

Rosenthal, E. 1993. Les ours en hibernation émergent avec des indices sur les maux humains. New York Times 21 avril : C1, C9.

Ryzan, Californie. 1987. Épidémie massive de salmonellose résistante aux antimicrobiens attribuée au lait pasteurisé. JAMA 258(22):3269-3274.

Sanford, JP. 1991. Infections à arénavirus. Au Chap. 149 dans Harrison's Principles of Internal Medicine, édité par JD Wilson, E Braunwald, KJ Isselbacher, RG Petersdorf, JB Martin, AS Fauci et RK Root.

Schneider, K. 1991. Appauvrissement de la couche d'ozone nuisant à la vie marine. New York Times 16 novembre : 6.

Schultes, RE 1991. Plantes médicinales forestières en déclin de l'Amazonie. Harvard Med Alum Bull (été): 32-36.

—.1992 : Communication personnelle. 24 janvier 1992.

Sharp, D. (éd.). 1994. Santé et changement climatique. Londres : The Lancet Ltd.

Shope, RE. 1990. Maladies infectieuses et changement atmosphérique. Dans Global Atmospheric Change and Public Health: Proceedings of the Center for Environmental Information, édité par JC White. New York : Elsevier.

Shulka, J, C Nobre et P Sellers. 1990. Déforestation amazonienne et changement climatique. Sciences 247:1325.

Statistiques Bundesamt. 1994. Gesundheitswersen : Meldepflichtige Krankheiten. Wiesbaden : Statistisches Bundesamt.

Stevens, WK. 1992. La terreur des profondeurs fait face à un prédateur plus dur. New York Times. 8 décembre : Cl, C12.

Stolarski, R, R Bojkov, L Bishop, C Zerefos, et al. 1992. Tendances mesurées de l'ozone stratosphérique. Science 256:342-349.

Taylor, RH. 1990. Cataractes et lumière ultraviolette. Dans Global Atmospheric Change and Public Health: Proceedings of the Center for Environmental Information, édité par JC White. New York : Elsevier.

Taylor, HR, SK West, FS Rosenthal, B Munoz, HS Newland, H Abbey, EA Emmett. 1988. Effets du rayonnement ultraviolet sur la formation de la cataracte. N Engl J Med 319:1429-33.

Terborgh, J. 1980. Où sont passés tous les oiseaux ? Princeton, NJ : Presse universitaire de Princeton.

Tucker, JB. 1985. Les drogues venues de la mer suscitent un regain d'intérêt. Bioscience 35(9):541-545.

Nations Unies (ONU). 1993. Agenda 21. New York : ONU.

Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED). 1992. Protection de la qualité et de l'approvisionnement des ressources en eau douce. Au Chap. 18 dans Application d'approches intégrées au développement, à la gestion et à l'utilisation des ressources en eau. Rio de Janeiro : CNUED.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1988. Évaluation des contaminants chimiques dans les aliments. Nairobi : PNUE/FAO/OMS.

—. 1991a. Effets environnementaux de l'appauvrissement de la couche d'ozone : mise à jour de 1991. Nairobi : PNUE.

—. 1991b. Pollution atmosphérique urbaine. Bibliothèque de l'environnement, n° 4. Nairobi : PNUE.
Bord urbain. 1990a. Réduire les accidents : leçons apprises. Bord urbain 14(5):4-6.

—. 1990b. La sécurité routière un problème mortel dans le tiers monde. Bord urbain 14(5):1-3.

Watts, DM, DS Burke, BA Harrison, RE Whitmire, A Nisalak. 1987. Effet de la température sur l'efficacité vectorielle d'Aedes aegypti pour le virus de la dengue 2. Am J Trop Med Hyg 36:143-152.

Wenzel, RP. 1994. Une nouvelle infection à hantavirus en Amérique du Nord. New Engl J Med 330(14):1004-1005.

Wilson, EO. 1988. L'état actuel de la diversité biologique. Dans Biodiversity, édité par EO Wilson. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

—. 1989. Menaces sur la biodiversité. Sci Am 261:108-116.

—. 1992. La diversité de la vie. Cambridge, Mass. : Harvard University Press.

Banque mondiale. 1992. Développement et environnement. Oxford : OUP.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1984. Syndrome de l'huile toxique : intoxication alimentaire de masse en Espagne. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1987. Lignes directrices sur la qualité de l'air pour l'Europe. Série européenne, n° 23. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990a. Effets aigus sur la santé des épisodes de smog. WHO Regional Publications European Series, No. 3. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990b. Alimentation, nutrition et prévention des maladies chroniques. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 797. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990c. Estimations mondiales de la situation sanitaire, évaluation et projections. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 797. Genève : OMS.

—. 1990d. Effets potentiels sur la santé du changement climatique. Genève : OMS.

—. 1990e. Impact sur la santé publique des pesticides utilisés en agriculture. Statistiques sanitaires mondiales trimestrielles 43:118-187.

—. 1992a. Pollution de l'air intérieur par la biomasse. Genève : OMS.

—. 1992b. Notre planète, notre santé. Genève : OMS.

—. 1993. Hebdo Epidemiol Rec 3(69):13-20.

—. 1994. Rayonnement ultraviolet. Critères d'hygiène de l'environnement, n° 160. Genève : OMS.

—. 1995. Mise à jour et révision des lignes directrices sur la qualité de l'air pour l'Europe. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. dans la presse. Effets potentiels sur la santé du changement climatique mondial : mise à jour. Genève : OMS.
Organisation mondiale de la santé (OMS) et ECOTOX. 1992. Pollution atmosphérique des véhicules à moteur. Impact sur la santé publique et mesures de contrôle. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS) et FAO. 1984. Le rôle de la sécurité alimentaire dans la santé et le développement. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 705. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS) et PNUE. 1991. Progrès dans la mise en œuvre du plan d'action de Mar Del Plata et d'une stratégie pour les années 1990. Genève : OMS.

—. 1992. Pollution atmosphérique urbaine dans les mégapoles du monde. Blackwells, Royaume-Uni : OMS.

Commission de la santé et de l'environnement de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 1992a. Rapport du Groupe d'experts sur l'urbanisation. Genève : OMS.

—. 1992b. Rapport du Groupe d'experts sur l'énergie. Genève : OMS.

Organisation météorologique mondiale (OMM). 1992. SMOC : Répondre au besoin d'observations climatiques. Genève : OMM.
Jeune, FE. 1987. Sécurité alimentaire et plan d'action de la FDA phase II. Food Technol 41:116-123.