Mercredi, Mars 09 2011 14: 45

Changement climatique mondial et appauvrissement de la couche d'ozone

Évaluer cet élément
(3 votes)

Changement climatique

Les principaux gaz à effet de serre (GES) sont le dioxyde de carbone, le méthane, l'oxyde nitreux, la vapeur d'eau et les chlorofluorocarbures (CFC). Ces gaz permettent à la lumière du soleil de pénétrer à la surface de la terre, tout en empêchant la chaleur rayonnante infrarouge de s'échapper. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a conclu que les émissions, principalement de l'industrie, et la destruction des puits de gaz à effet de serre, via une mauvaise gestion de l'utilisation des terres, en particulier la déforestation, ont considérablement augmenté les concentrations de GES au-delà des processus naturels. Sans changements politiques majeurs, les niveaux de dioxyde de carbone préindustriels devraient augmenter, entraînant une augmentation de 1.0 à 3.5 °C de la température mondiale moyenne d'ici 2100 (GIEC sous presse).

Les deux principales composantes du changement climatique comprennent (1) l'élévation de la température avec une instabilité et des extrêmes météorologiques concomitants et (2) l'élévation du niveau de la mer due à la thermoexpansion. Ces changements peuvent entraîner une augmentation de la fréquence des vagues de chaleur et des épisodes dangereux de pollution atmosphérique, une réduction de l'humidité du sol, une incidence plus élevée d'événements météorologiques perturbateurs et des inondations côtières (GIEC 1992). Les effets ultérieurs sur la santé peuvent inclure une augmentation (1) de la mortalité et de la morbidité liées à la chaleur ; (2) les maladies infectieuses, en particulier celles transmises par les insectes ; (3) la malnutrition due aux pénuries alimentaires ; et (4) les crises des infrastructures de santé publique dues aux catastrophes météorologiques et à l'élévation du niveau de la mer, associées à la migration humaine liée au climat (voir figure 1).

Figure 1. Effets sur la santé publique des principales composantes du changement climatique mondial

 EHH090F2Les humains ont une énorme capacité d'adaptation aux conditions climatiques et environnementales. Cependant, le rythme des changements climatiques et écologiques potentiels prévus est une grande préoccupation pour les scientifiques médicaux et terrestres. Bon nombre des effets sur la santé seront médiés par les réponses écologiques aux conditions climatiques modifiées. Par exemple, la propagation des maladies à transmission vectorielle dépendra des modifications de la végétation et de la disponibilité d'hôtes réservoirs ou intermédiaires, ainsi que des effets directs de la température et de l'humidité sur les parasites et leurs vecteurs (Patz et al. 1996). La compréhension des dangers du changement climatique nécessitera donc une évaluation intégrée des risques écologiques qui exige des approches nouvelles et complexes par rapport à l'analyse conventionnelle des risques de cause à effet à agent unique à partir de données empiriques (McMichael 1993).

Appauvrissement de l'ozone stratosphérique

L'appauvrissement de l'ozone stratosphérique résulte principalement de réactions avec les radicaux libres halogénés des chlorofluorocarbures (CFC), ainsi que d'autres halocarbures et le bromure de méthyle (Molina et Rowland, 1974). L'ozone bloque spécifiquement la pénétration du rayonnement ultraviolet B (UVB), qui contient les longueurs d'onde les plus destructrices biologiquement (290-320 nanomètres). On s'attend à ce que les niveaux d'UVB augmentent de manière disproportionnée dans les zones tempérées et arctiques, car une relation claire a été établie entre les latitudes plus élevées et l'étendue de l'amincissement de la couche d'ozone (Stolarski et al. 1992).

Pour la période 1979-91, la perte moyenne d'ozone a été estimée à 2.7 % par décennie, en corrigeant le cycle solaire et d'autres facteurs (Gleason et al. 1993). En 1993, des chercheurs utilisant un nouveau spectroradiomètre sensible à Toronto, au Canada, ont découvert que l'appauvrissement actuel de la couche d'ozone a provoqué des augmentations locales du rayonnement UVB ambiant de 35 % en hiver et de 7 % en été, par rapport aux niveaux de 1989 (Kerr et McElroy 1993). Des estimations antérieures du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) prédisaient une augmentation de 1.4 % des UVB pour une baisse de 1 % de l'ozone stratosphérique (PNUE 1991a).

Les impacts directs sur la santé de l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique, qui entraîne une augmentation du rayonnement UVB ambiant, comprennent (1) le cancer de la peau (2) les maladies oculaires et (3) l'immunosuppression. Des effets indirects sur la santé peuvent résulter des dommages causés aux cultures par le rayonnement ultraviolet.

Effets sur la santé des changements de température et de précipitations

Morbidité et mortalité liées à la chaleur

Physiologiquement, l'homme possède une grande capacité de thermorégulation jusqu'à un seuil de température. Les conditions météorologiques dépassant les seuils de température et persistant pendant plusieurs jours consécutifs entraînent une augmentation de la mortalité dans la population. Dans les grandes villes, la médiocrité des logements combinée à l'effet « d'îlot de chaleur » urbain exacerbe encore les conditions. À Shanghai, par exemple, cet effet peut atteindre 6.5 °C lors d'une soirée sans vent en hiver (GIEC 1990). La plupart des décès liés à la chaleur surviennent chez les personnes âgées et sont attribués à des troubles cardiovasculaires et respiratoires (Kilbourne 1989). Les principales variables météorologiques contribuent à la mortalité liée à la chaleur, la plus importante étant les relevés nocturnes élevés ; l'effet de serre devrait élever particulièrement ces températures minimales (Kalkstein et Smoyer 1993).

Les régions tempérées et polaires devraient se réchauffer de manière disproportionnée plus que les zones tropicales et subtropicales (IPCC 1990). Selon les prévisions de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis, les températures estivales moyennes à New York et à Saint-Louis, par exemple, augmenteraient de 3.1 et 3.9 °C, respectivement, si le CO ambiant2 double. Même avec un ajustement pour l'acclimatation physiologique, la mortalité estivale annuelle dans les villes tempérées comme celles-ci pourrait plus que quadrupler (Kalkstein et Smoyer 1993).

La chimie atmosphérique est un important facteur contribuant à la formation du smog photochimique urbain, par lequel la photodécomposition du NO2 en présence de composés organiques volatils entraîne la production d'ozone troposphérique (au niveau du sol). L'augmentation du rayonnement UV ambiant et des températures plus chaudes entraîneraient davantage ces réactions. Les effets néfastes sur la santé de la pollution atmosphérique sont bien connus et l'utilisation continue des combustibles fossiles étendra les effets aigus et chroniques sur la santé. (voir « Pollution de l'air » dans ce chapitre).

Maladies infectieuses et changements climatiques/écosystémiques

Les modèles de circulation générale couplés atmosphère-océan prédisent que les hautes latitudes de l'hémisphère nord connaîtront la plus grande élévation de la température de surface selon les scénarios actuels du GIEC (GIEC 1992). Les températures hivernales minimales devraient être disproportionnellement plus affectées, permettant à certains virus et parasites de s'étendre dans des régions où ils ne pouvaient pas vivre auparavant. En plus des effets climatiques directs sur les vecteurs, la transformation des écosystèmes pourrait avoir des implications marquées pour les maladies, l'aire de répartition géographique des espèces hôtes vectrices et/ou réservoirs étant définie par ces écosystèmes.

Les maladies à transmission vectorielle peuvent se propager dans les régions tempérées des deux hémisphères et s'intensifier dans les zones endémiques. La température détermine l'infectivité des vecteurs en affectant la réplication, la maturation et la période d'infectiosité des agents pathogènes (Longstreth et Wiseman 1989). La température et l'humidité élevées intensifient également le comportement de piqûre de plusieurs espèces de moustiques. La chaleur extrême, en revanche, peut raccourcir le temps de survie des insectes.

Les maladies infectieuses qui intègrent une espèce à sang froid (invertébré) dans leur cycle de vie sont les plus sensibles aux variations climatiques subtiles (Sharp 1994). Les maladies dont les agents infectieux, les vecteurs ou les hôtes sont affectés par le changement climatique comprennent le paludisme, la schistosomiase, la filariose, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase (maladie de Chagas et maladie du sommeil africaine), la dengue, la fièvre jaune et l'encéphalite à arbovirus. Les chiffres actuels du nombre de personnes exposées au risque de ces maladies sont répertoriés dans le tableau 1 (OMS 1990d).

Tableau 1. Situation mondiale des principales maladies à transmission vectorielle

No.a

Maladie

Population à risque
(des millions)
b

Prévalence de l'infection
(des millions)

Répartition actuelle

Modification possible de la répartition en raison du changement climatique

1.

Paludisme

2,100

270

Tropiques/subtropicaux

++

2.

Filarioses lymphatiques

900

90.2

Tropiques/subtropicaux

+

3.

Onchocercose

90

17.8

Afrique/L. Amérique

+

4.

Schistosomiase

600

200

Tropiques/subtropicaux

++

5.

Trypanosomiase africaine

50

(25,000 XNUMX nouveaux cas/an)

Afrique tropicale

+

6.

Leishmanioses

350

12 millions de personnes infectées
+ 400,000 XNUMX nouveaux cas/an

Asie/Europe du Sud/Afrique/S. Amérique

?

7.

Dracunculose

63

1

Tropiques (Afrique/Asie)

0

Maladies arbovirales

8.

Dengue

1,500

 

Tropiques/subtropicaux

++

9.

La fièvre jaune

+ + +

 

Afrique/L. Amérique

+

10.

l'encéphalite japonaise

+ + +

 

Asie E/SE

+

11.

Autres maladies arbovirales

+ + +

   

+

a Les numéros renvoient à des explications dans le texte. b Basé sur une population mondiale estimée à 4.8 milliards (1989).
0 = peu probable ; + = probable ; ++ = très probable ; +++ = pas d'estimation disponible ; ? = non connu.

 

Dans le monde, le paludisme est la maladie à transmission vectorielle la plus répandue et cause un à deux millions de décès par an. Selon Martens et al., environ un million de décès annuels supplémentaires pourraient résulter du changement climatique d'ici le milieu du siècle prochain. (1995). Le moustique anophèle porteur du paludisme peut s'étendre jusqu'à l'isotherme hivernal de 16 °C, car le développement du parasite ne se produit pas en dessous de cette température (Gilles et Warrell 1993). Les épidémies qui surviennent à des altitudes plus élevées coïncident généralement avec des températures supérieures à la moyenne (Loevinsohn 1994). La déforestation affecte également le paludisme, car les zones défrichées fournissent une abondance de bassins d'eau douce dans lesquels les larves d'anophèles peuvent se développer (voir « Extinction d'espèces, perte de biodiversité et santé humaine » dans ce chapitre).

Au cours des deux dernières décennies, les efforts de lutte contre le paludisme n'ont apporté que des gains marginaux. Le traitement ne s'est pas amélioré car la résistance aux médicaments est devenue un problème majeur pour la souche la plus virulente, Plasmodium falciparum, et les vaccins antipaludiques n'ont montré qu'une efficacité limitée (Institute of Medicine 1991). La grande capacité de variation antigénique des protozoaires a jusqu'à présent empêché l'acquisition de vaccins efficaces contre le paludisme et la maladie du sommeil, laissant peu d'optimisme pour de nouveaux agents pharmaceutiques facilement disponibles contre ces maladies. Les maladies qui impliquent des hôtes réservoirs intermédiaires (par exemple, les cerfs et les rongeurs dans le cas de la maladie de Lyme) rendent l'immunité collective humaine contre les programmes de vaccination essentiellement inaccessible, ce qui représente un autre obstacle à l'intervention médicale préventive.

Comme le changement climatique modifie l'habitat, entraînant une réduction potentielle de la biodiversité, les insectes vecteurs seront contraints de trouver de nouveaux hôtes (voir « Extinction d'espèces, perte de biodiversité et santé humaine »). Au Honduras, par exemple, des insectes hématophages tels que le scarabée assassin, porteur de la maladie incurable de Chagas (ou trypanosomiase américaine), ont été forcés de rechercher des hôtes humains à mesure que la biodiversité diminue à cause de la déforestation. Sur 10,601 23.5 Honduriens étudiés dans les régions endémiques, 1994 % sont désormais séropositifs pour la maladie de Chagas (Sharp 992). Les maladies zoonotiques sont fréquemment à l'origine d'infections humaines et affectent généralement l'homme après un changement environnemental ou une altération de l'activité humaine (Institute of Medicine lXNUMX). De nombreuses maladies « nouvellement émergentes » chez l'homme sont en fait des zoonoses de longue date d'espèces hôtes animales. Par exemple, hantavirus, récemment découverte comme étant la cause de décès humains dans le sud-ouest des États-Unis, est établie depuis longtemps chez les rongeurs et la récente épidémie a été considérée comme liée aux conditions climatiques/écologiques (Wenzel 1994).

Effets marins

Le changement climatique peut avoir un impact supplémentaire sur la santé publique en raison de ses effets sur les efflorescences nocives de phytoplancton marin (ou d'algues). L'augmentation du phytoplancton à l'échelle mondiale a été la conséquence d'une mauvaise gestion du contrôle de l'érosion, de l'application abondante d'engrais dans l'agriculture et du rejet d'eaux usées côtières, le tout entraînant des effluents riches en nutriments qui favorisent la croissance des algues. Les conditions qui favorisent cette croissance pourraient être renforcées par des températures de surface de la mer plus chaudes attendues avec le réchauffement climatique. La surexploitation des poissons et des crustacés (consommateurs d'algues) associée à l'utilisation généralisée de pesticides toxiques pour les poissons, contribue davantage à la prolifération du plancton (Epstein 1995).

Les marées rouges provoquant des maladies diarrhéiques et paralytiques et l'intoxication amnésique par les mollusques sont d'excellents exemples de maladies résultant de la prolifération d'algues. Vibrio cholera s'est avéré être hébergé par le phytoplancton marin; ainsi, les efflorescences pourraient représenter un réservoir élargi à partir duquel des épidémies de choléra pourraient se déclencher (Huq et al. 1990).

Approvisionnement alimentaire et nutrition humaine

La malnutrition est une cause majeure de mortalité infantile et de morbidité infantile due à l'immunosuppression (voir « Alimentation et agriculture »). Le changement climatique pourrait affecter négativement l'agriculture à la fois par des changements à long terme, tels que la réduction de l'humidité du sol par évapotranspiration, et, plus immédiatement, par des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses, les inondations (et l'érosion) et les tempêtes tropicales. Les plantes peuvent initialement bénéficier du "CO2 fertilisation », ce qui peut améliorer la photosynthèse (GIEC 1990). Même en tenant compte de cela, l'agriculture des pays en développement souffrira le plus, et on estime que dans ces pays, 40 à 300 millions de personnes supplémentaires seront menacées par la faim en raison du changement climatique (Sharp 1994).

Les changements écologiques indirects affectant les cultures devront également être pris en compte, car les ravageurs agricoles peuvent changer de distribution (GIEC 1992) (voir « Alimentation et agriculture »). Compte tenu de la dynamique complexe des écosystèmes, une évaluation complète devra s'étendre au-delà des impacts directs de l'évolution des conditions atmosphériques et/ou du sol.

Effets sur la santé des catastrophes météorologiques et de l'élévation du niveau de la mer

L'expansion thermique des océans peut entraîner une élévation du niveau de la mer à un rythme relativement rapide de deux à quatre centimètres par décennie, et les extrêmes projetés du cycle hydrologique devraient produire des conditions météorologiques et des tempêtes plus violentes. De tels événements perturberaient directement les habitations et les infrastructures de santé publique, telles que les systèmes d'assainissement et le drainage des eaux pluviales (GIEC 1992). Les populations vulnérables des zones côtières basses et des petites îles seraient obligées de migrer vers des endroits plus sûrs. Le surpeuplement et les mauvaises conditions d'hygiène qui en résultent parmi ces réfugiés environnementaux pourraient amplifier la propagation de maladies infectieuses telles que le choléra, et les taux de transmission de maladies à transmission vectorielle augmenteraient en raison du surpeuplement et de l'afflux potentiel d'individus infectés (OMS 1990d). Les systèmes de drainage inondés peuvent encore aggraver la situation, et les impacts psychologiques doivent également être pris en compte en raison du syndrome de stress post-traumatique consécutif aux tempêtes majeures.

L'approvisionnement en eau douce diminuerait en raison de l'intrusion saline des aquifères côtiers et des terres agricoles côtières perdues à cause de la salinisation ou de l'inondation pure et simple. Par exemple, une élévation du niveau de la mer d'un mètre détruirait respectivement 15 % et 20 % de l'agriculture en Égypte et au Bangladesh (IPCC 1990). Comme pour les sécheresses, les méthodes d'irrigation adaptative pourraient affecter les sites de reproduction des arthropodes et des invertébrés des vecteurs (par exemple, similaire à la schistosomiase en Égypte), mais l'évaluation coût/bénéfice de ces impacts sera difficile.

Effets sur la santé de l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique

Effets directs sur la santé des rayonnements ultraviolets B

L'ozone bloque spécifiquement la pénétration du rayonnement ultravioletB, qui contient les longueurs d'onde les plus biologiquement destructrices de 290 à 320 nanomètres. Les UVB induisent la formation de dimères de pyrimidine dans les molécules d'ADN, qui, s'ils ne sont pas réparés, peuvent évoluer en cancer (IARC 1992). Le cancer de la peau non mélanome (carcinome épidermoïde et basocellulaire) et le mélanome à propagation superficielle sont corrélés à l'exposition au soleil. Dans les populations occidentales, l'incidence du mélanome a augmenté de 20 à 50 % tous les cinq ans au cours des deux dernières décennies (Coleman et al. 1993). Bien qu'il n'y ait pas de relation directe entre l'exposition cumulative aux ultraviolets et le mélanome, une exposition excessive aux UV pendant l'enfance est associée à l'incidence. Pour un déclin soutenu de 10 % de la couche d'ozone stratosphérique, les cas de cancer de la peau autre que le mélanome pourraient augmenter de 26 %, soit 300,000 20 dans le monde par an ; le mélanome pourrait augmenter de 4,500 %, soit 1991 XNUMX cas de plus par an (UNEP XNUMXa).

La formation de cataractes oculaires est à l'origine de la moitié des cas de cécité dans le monde (17 millions de cas par an) et est associée au rayonnement UVB dans une relation dose-réponse (Taylor 1990). Les acides aminés et les systèmes de transport membranaire dans le cristallin de l'œil sont particulièrement sujets à la photo-oxydation par les radicaux d'oxygène générés par l'irradiation UVB (IARC 1992). Un doublement de l'exposition aux UVB pourrait entraîner une augmentation de 60 % des cataractes corticales par rapport aux niveaux actuels (Taylor et al. 1988). Le PNUE estime qu'une perte soutenue de 10 % de l'ozone stratosphérique entraînerait près de 1.75 million de cataractes supplémentaires par an (PNUE 1991a). D'autres effets oculaires de l'exposition aux UVB comprennent la photokératite, la photokérato-conjonctivite, la pinguécule et le ptérygion (ou la prolifération de l'épithélium conjonctival) et la kératopathie des gouttelettes climatiques (IARC 1992).

La capacité du système immunitaire à fonctionner efficacement dépend du traitement et de la présentation de l'antigène "local" aux lymphocytes T, ainsi que de l'augmentation de la réponse "systémique" via la production de lymphokine (messager biochimique) et la cellule T-helper/T-suppressor qui en résulte. ratios. Les UVB provoquent une immunosuppression aux deux niveaux. Les UVB dans les études animales peuvent affecter l'évolution des maladies cutanées infectieuses, telles que l'onchocercose, la leishmaniose et la dermatophytose, et altérer l'immunosurveillance des cellules épidermiques précancéreuses transformées. Des études préliminaires montrent en outre une influence sur l'efficacité du vaccin (Kripke et Morison 1986 ; IARC 1992).

Effets indirects des UVB sur la santé publique

Historiquement, les plantes terrestres ne se sont établies qu'après la formation de la couche d'ozone protectrice, puisque les UVB inhibent la photosynthèse (UNEP 1991a). L'affaiblissement des cultures vivrières sensibles aux dommages causés par les UVB pourrait encore étendre les impacts sur l'agriculture en raison des changements climatiques et de l'élévation du niveau de la mer.

Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire marine et sert également de « puits » important de dioxyde de carbone. Les dommages causés par les UV à ces algues dans les régions polaires affecteraient donc négativement la chaîne alimentaire marine et exacerberaient l'effet de serre. Le PNUE estime qu'une perte de 10% de phytoplancton marin limiterait le CO annuel des océans2 absorption de cinq gigatonnes, ce qui équivaut aux émissions anthropiques annuelles provenant de la combustion de combustibles fossiles (UNEP 1991a).

Risques professionnels et stratégies de contrôle

Risques professionnels

En ce qui concerne la réduction des émissions de GES provenant des combustibles fossiles, les sources d'énergie renouvelables alternatives devront être développées. Les risques publics et professionnels de l'énergie nucléaire sont bien connus et la protection des centrales, des travailleurs et du combustible usé sera nécessaire. Le méthanol peut servir à remplacer une grande partie de l'utilisation de l'essence; cependant, l'émission de formaldéhyde à partir de ces sources présentera un nouveau danger pour l'environnement. Les matériaux supraconducteurs pour un transfert d'électricité efficace sur le plan énergétique sont principalement des céramiques composées de calcium, de strontium, de baryum, de bismuth, de thallium et d'yttrium (OMS sous presse).

On en sait moins sur la sécurité au travail dans les unités de fabrication de captage d'énergie solaire. Le silicium, le gallium, l'indium, le thallium, l'arsenic et l'antimoine sont les principaux éléments utilisés pour construire les cellules photovoltaïques (OMS sous presse). Le silicium et l'arsenic affectent négativement les poumons; le gallium est concentré dans les reins, le foie et les os ; et les formes ioniques de l'indium sont néphrotoxiques.

Les effets destructeurs des CFC sur la couche d'ozone stratosphérique ont été reconnus dans les années 1970, et l'US EPA a interdit ces propulseurs inertes dans les aérosols en 1978. En 1985, une inquiétude généralisée a éclaté lorsqu'une équipe britannique basée en Antarctique a découvert le "trou" dans l'ozone. couche (Farman, Gardiner et Shanklin 1985). L'adoption subséquente du Protocole de Montréal en 1987, avec des modifications en 1990 et 1992, a déjà imposé des réductions drastiques de la production de CFC.

Les produits chimiques de remplacement des CFC sont les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) et les hydrofluorocarbures (HFC). La présence de l'atome d'hydrogène peut soumettre plus facilement ces composés à la dégradation par les radicaux hydroxyles (OH-) dans la troposphère, réduisant ainsi l'appauvrissement potentiel de l'ozone stratosphérique. Ces produits chimiques de remplacement des CFC sont cependant plus réactifs sur le plan biologique que les CFC. La nature d'une liaison CH rend ces produits chimiques sujets à l'oxydation via le système du cytochrome P-450 (OMS sous presse).

Atténuation et adaptation

Relever les défis de santé publique posés par le changement climatique mondial nécessitera (1) une approche écologique intégrée ; (2) réduction des gaz à effet de serre grâce au contrôle des émissions industrielles, politiques d'utilisation des terres pour maximiser l'étendue du CO2 les « puits » et les politiques démographiques pour atteindre les deux ; (3) surveillance des indicateurs biologiques à l'échelle régionale et mondiale ; (4) des stratégies de santé publique adaptatives pour minimiser les impacts du changement climatique inévitable ; et (5) la coopération entre pays développés et pays en développement. En bref, une intégration accrue des politiques environnementales et de santé publique doit être encouragée.

Le changement climatique et l'appauvrissement de la couche d'ozone présentent un grand nombre de risques pour la santé à plusieurs niveaux et soulignent la relation importante entre la dynamique des écosystèmes et la santé humaine durable. Les mesures préventives doivent donc être systémiques et anticiper les réponses écologiques significatives au changement climatique ainsi que les risques physiques directs prévus. Certains éléments clés à prendre en compte dans une évaluation des risques écologiques comprendront les variations spatiales et temporelles, les mécanismes de rétroaction et l'utilisation d'organismes de niveau inférieur comme indicateurs biologiques précoces.

La réduction des gaz à effet de serre en détournant les combustibles fossiles vers les ressources énergétiques renouvelables représente la principale prévention du changement climatique. De même, la planification stratégique de l'utilisation des terres et la stabilisation des pressions démographiques sur l'environnement préserveront d'importants puits naturels de gaz à effet de serre.

Parce que certains changements climatiques peuvent être inévitables, la prévention secondaire par la détection précoce par la surveillance des paramètres de santé nécessitera une coordination sans précédent. Pour la première fois dans l'histoire, des tentatives sont faites pour surveiller le système terrestre dans son intégralité. Le Système mondial d'observation du climat intègre la Veille météorologique mondiale et la Veille de l'atmosphère mondiale de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) avec des éléments du Système mondial de surveillance de l'environnement du PNUE. Le Système mondial d'observation de l'océan est une nouvelle initiative conjointe de la Commission océanographique intergouvernementale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l'OMM et le Conseil international des unions scientifiques (ICSU). Des mesures satellitaires et sous-marines seront utilisées pour surveiller les changements dans les systèmes marins. Le Système mondial d'observation terrestre est un nouveau système parrainé par le PNUE, l'UNESCO, l'OMM, l'ICSU et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et fournira la composante terrestre du Système mondial d'observation du climat (OMM 1992).

Les options adaptatives pour réduire les conséquences sanitaires inévitables comprennent les programmes de préparation aux catastrophes ; l'urbanisme pour réduire l'effet « îlot de chaleur » et améliorer l'habitat ; planification de l'utilisation des terres pour minimiser l'érosion, les crues soudaines et la déforestation inutile (par exemple, stopper la création de parcours pour l'exportation de viande) ; comportements adaptatifs personnels, comme éviter l'exposition au soleil; et la lutte antivectorielle et les efforts de vaccination élargis. Les coûts imprévus des mesures de contrôle adaptatif, par exemple l'utilisation accrue de pesticides, devront être pris en compte. Une dépendance excessive aux pesticides conduit non seulement à la résistance des insectes, mais élimine également les organismes naturels, bénéfiques et prédateurs. Les effets néfastes sur la santé publique et l'environnement dus à l'utilisation actuelle des pesticides sont estimés entre 100 et 200 milliards de dollars américains par an (Institute of Medicine, 1991).

Les pays en développement souffriront de manière disproportionnée des conséquences du changement climatique, bien que les pays industrialisés soient actuellement plus responsables des GES dans l'atmosphère. À l'avenir, les pays les plus pauvres influenceront beaucoup plus le cours du réchauffement climatique, à la fois par les technologies qu'ils choisissent d'adopter à mesure que leur développement s'accélère, et par les pratiques d'utilisation des terres. Les pays développés devront adopter des politiques énergétiques plus respectueuses de l'environnement et transférer rapidement de nouvelles technologies (et abordables) aux pays en développement.


Étude de cas : virus transmis par les moustiques

L'encéphalite transmise par les moustiques et la dengue sont d'excellents exemples de maladies à transmission vectorielle dont la distribution est limitée par le climat. Les épidémies d'encéphalite de Saint-Louis (LES), l'encéphalite arbovirale la plus courante aux États-Unis, surviennent généralement au sud de l'isotherme de juin de 22 ° C, mais des épidémies au nord se sont produites pendant des années anormalement chaudes. Les épidémies humaines sont fortement corrélées avec des périodes de plusieurs jours où la température dépasse 27°C (Shope 1990).

Des études de terrain sur le SLE indiquent qu'une augmentation de température de 1°C raccourcit considérablement le temps écoulé entre un repas de sang de moustique et la réplication virale jusqu'au point d'infectiosité dans le vecteur, ou la période d'incubation extrinsèque. En tenant compte de la survie réduite des moustiques adultes à des températures élevées, une augmentation de température de 3 à 5 °C devrait entraîner un déplacement important vers le nord des éclosions de LED (Reeves et al. 1994).

L'aire de répartition du principal moustique vecteur de la dengue (et de la fièvre jaune), Aedes aegypti, s'étend jusqu'à 35° de latitude car les températures glaciales tuent à la fois les larves et les adultes. La dengue est répandue dans les Caraïbes, l'Amérique tropicale, l'Océanie, l'Asie, l'Afrique et l'Australie. Au cours des 15 dernières années, les épidémies de dengue ont augmenté en nombre et en gravité, en particulier dans les centres urbains tropicaux. La dengue hémorragique est aujourd'hui l'une des principales causes d'hospitalisation et de mortalité infantile en Asie du Sud-Est (Institute of Medicine 1992). La même tendance à la hausse observée en Asie il y a 20 ans se produit maintenant dans les Amériques.

Le changement climatique peut potentiellement modifier la transmission de la dengue. Au Mexique en 1986, le prédicteur le plus important de la transmission de la dengue s'est avéré être la température médiane pendant la saison des pluies, avec un risque quadruple ajusté observé entre 17 °C et 30 °C (Koopman et al. 1991). Des études en laboratoire appuient ces données de terrain. In vitro, la période d'incubation extrinsèque du virus de la dengue de type 2 était de 12 jours à 30 °C et de seulement sept jours entre 32 et 35 °C (Watts et al. 1987). Cet effet de la température de raccourcir la période d'incubation de cinq jours se traduit par un taux de transmission de la maladie potentiellement trois fois plus élevé (Koopman et al. 1991). Enfin, des températures plus chaudes entraînent l'éclosion d'adultes plus petits, qui doivent mordre plus fréquemment pour développer un lot d'œufs. En résumé, l'augmentation des températures peut conduire à des moustiques plus infectieux qui piquent plus fréquemment (Focks et al. 1995).


 

Noir

Lire 19869 fois Dernière modification le jeudi 13 octobre 2011 18:32

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références sur les dangers environnementaux pour la santé

Allan, JS. 1992. Évolution virale et SIDA. J Natl Inst Health Res 4:51-54.

Angier, N. 1991. Une étude révèle une augmentation mystérieuse du taux de cancer infantile. New York Times (26 juin):D22.

Arceivala, SJ. 1989. Qualité de l'eau et lutte contre la pollution : Planification et gestion. Dans Critères et approches pour la gestion de la qualité de l'eau dans les pays en développement. New York : Nations Unies.

Archer, DL et JE Kvenberg. 1985. Incidence et coût des maladies diarrhéiques d'origine alimentaire aux États-Unis. J Food Prod 48(10):887-894.

Balick, MJ. 1990. Ethnobotany et l'identification des agents thérapeutiques de la forêt tropicale. CIBA F Symp 154:22-39.

Bascom, R et al. 1996. Effets sur la santé de la pollution de l'air extérieur. L'état de l'art. Am J Resp Crit Care Med 153:3-50.

Blakeslee, S. 1990. Les scientifiques sont confrontés à un mystère alarmant : la grenouille en voie de disparition. New York Times. 20 février : B7.

Blaustein, AR.1994. Réparation UL et résistance aux UV-B solaires dans les œufs d'amphibiens : un lien avec le déclin des populations. Proc Natl Acad Sci USA 91:1791-1795.

Borja-Arburto, VH, DP Loomis, C Shy et S Bangdiwala. 1995. Pollution de l'air et mortalité quotidienne à Mexico. Épidémiologie S64:231.

Bridigare, RR. 1989. Effets potentiels des UVB sur les organismes marins de l'océan Austral : Distribution du phytoplancton et du krill pendant le printemps austral. Photochem Photobiol 50:469-478.

Brody, JE. 1990. En utilisant la toxine de minuscules grenouilles, les chercheurs cherchent des indices sur la maladie. New York Times. 23 janvier.

Brody, JE. 1991. Loin d'être redoutables, les chauves-souris cèdent du terrain à l'ignorance et à la cupidité. New York Times. 29 octobre :Cl,C10.

Carlsen, E et A Gimmercman. 1992. Preuve de la diminution de la qualité du sperme au cours des 50 dernières années. Br Med J 305:609-613.

Castillejos, M, D Gold, D Dockery, T Tosteson, T Baum et FE Speizer. 1992. Effets de l'ozone ambiant sur les fonctions respiratoires et les symptômes chez les écoliers de Mexico. Am Rev Respir Dis 145:276-282.

Castillejos, M, D Gold, A Damokosh, P Serrano, G Allen, WF McDonnell, D Dockery, S Ruiz-Velasco, M Hernandez et C Hayes. 1995. Effets aigus de l'ozone sur la fonction pulmonaire des écoliers en exercice de Mexico. Am J Resp Crit Care Med 152:1501-1507.

Centres de contrôle des maladies (CDC). 1991. Prévention de l'empoisonnement au plomb chez les jeunes enfants. Washington, DC : Département américain de la santé et des services sociaux.

Cohen, ML. 1987. Déclaration préparée dans « Audience devant le Comité de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts ». Sénat américain, 100e Congrès, première session. (Imprimerie du gouvernement américain, Washington, DC).

Coleman, député, J Esteve, P Damiecki, A Arslan et H Renard. 1993. Tendances de l'incidence du cancer et de la mortalité. Publications scientifiques du CIRC, n° 121. Lyon : CIRC.

Davis, DL, GE Dinse et DG Hoel. 1994. Diminution des maladies cardiovasculaires et augmentation du cancer chez les Blancs aux États-Unis de 1973 à 1987. JAMA 271(6):431-437.

Davis, DL et D Hoel. 1990a. Tendances internationales de la mortalité par cancer en France, en Allemagne de l'Ouest, en Italie, au Japon, en Angleterre et au Pays de Galles et aux États-Unis. Lancet 336 (25 août):474-481.

—. 1990b. Tendances de la mortalité par cancer dans les pays industrialisés. Annales de l'Académie des sciences de New York, n° 609.

Dockery, DW et CA Pope. 1994. Effets respiratoires aigus de la pollution atmosphérique particulaire. Ann Rev Publ Health 15:107-132.

Dold, C. 1992. Des agents toxiques tuent les baleines. New York Times. 16 juin : C4.

Domingo, M et L Ferrer. 1990. Morbillivirus chez les dauphins. Nature 348:21.

Ehrlich, PR et EO Wilson. 1991. Études sur la biodiversité : science et politique. Sciences 253(5021):758-762.

Epstein, PR. 1995. Maladies émergentes et instabilité des écosystèmes. Am J Public Health 85:168-172.

Farman, JC, H Gardiner et JD Shanklin. 1985. Des pertes importantes d'ozone total en Antarctique révèlent une interaction saisonnière ClOx/NOx. Nature 315:207-211.

Farnsworth, NR. 1990. Le rôle de l'ethnopharmacologie dans le développement de médicaments. CIBA F Symp 154:2-21.

Farnsworth, NR, O Akerele, et al. 1985. Plantes médicinales en thérapie. Bull OMS 63(6):965-981.

Office fédéral de la santé (Suisse). 1990. Bulletin de l'Office fédéral de la santé. 29 octobre.

Floyd, T, RA Nelson et GF Wynne. 1990. Homéostase métabolique du calcium et des os chez les ours noirs actifs et en tanière. Clin Orthop Relat R 255 (juin):301-309.

Focks, DA, E Daniels, DG Haile et JE Keesling. 1995. Un modèle de simulation de l'épidémiologie de la dengue urbaine : analyse de la littérature, développement du modèle, validation préliminaire et échantillons de résultats de simulation. Am J Trop Med Hyg 53:489-506.

Galal-Gorchev, H. 1986. Qualité de l'eau potable et santé. Genève : OMS, non publié.

—. 1994. Directives de l'OMS pour la qualité de l'eau potable. Genève : OMS, non publié.

Gao, F et L Yue. 1992. Infection humaine par le VIH-2 génétiquement divers lié au SIVsm en Afrique de l'Ouest. Nature 358:495.

Gilles, HM et DA Warrell. 1993. Malaniologie essentielle de Bruce-Chwatt. Londres : Edward Arnold Press.

Gleason, JF, PK Bhartia, JR Herman, R McPeters, et al. 1993. Record d'ozone global bas en 1992. Science 260:523-526.

Gottlieb, OR et WB Mors. 1980. Utilisation potentielle des produits d'extraction du bois brésilien. J Agricul Food Chem 28(2): 196-215.

Grossklaus, D. 1990. Gesundheitliche Fragen im EG-Binnemarkt. Arch Lebensmittelhyg 41(5):99-102.

Hamza, A. 1991. Impacts des déchets industriels et de fabrication à petite échelle sur l'environnement urbain dans les pays en développement. Nairobi : Centre des Nations Unies pour les établissements humains.

Hardoy, JE, S Cairncross et D Satterthwaite. 1990. Les pauvres meurent jeunes : logement et santé dans les villes du tiers monde. Londres : Earthscan Publications.

Hardoy, JE et F Satterthwaite. 1989. Squatter Citizen : La vie dans le tiers monde urbain. Londres : Earthscan Publications.

Harpham, T, T Lusty et P Vaugham. 1988. À l'ombre de la ville—La santé communautaire et les pauvres en milieu urbain. Oxford : OUP.

Hirsch, VM et M Olmsted. 1989. Un lentivirus de primate africain (SIVsm) étroitement apparenté au VIH-s. Nature 339:389.

Hoël, DG. 1992. Tendances de la mortalité par cancer dans 15 pays industrialisés, 1969-1986. J Natl Cancer Inst 84(5):313-320.

Hoogenboom-Vergedaal, AMM et al. 1990. Epdemiologisch En Microbiologisch Onderzoek Met Betrekking Tot Gastro-Enteritis Bij De Mens in De Regio's Amsterdam En Helmond in 1987 En 1988. Pays-Bas : National Institute of Public
Protection de la santé et de l'environnement.

Huet, T et A Cheynier. 1990. Organisation génétique d'un lentivirus de chimpanzé apparenté au VIH-1. Nature 345:356.

Huq, A, RR Colwell, R Rahman, A Ali, MA Chowdhury, S Parveen, DA Sack et E Russek-Cohen. 1990. Détection de Vibrio cholerae 01 dans le milieu aquatique par anticorps monoclonaux fluorescents et méthodes de culture. Appl Environ Microbiol 56:2370-2373.

Institut de médecine. 1991. Paludisme : obstacles et opportunités. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

—. 1992. Infections émergentes : Menaces microbiennes pour la santé aux États-Unis. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). 1990. Changement climatique : l'évaluation des impacts du GIEC. Canberra : Service d'édition du gouvernement australien.

—. 1992. Climate Change 1992: The Supplementary Report to the IPCC Impacts Assessment. Canberra : Service d'édition du gouvernement australien.

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). 1992. Rayonnement solaire et ultraviolet. Monographies du CIRC sur l'évaluation des risques cancérigènes pour l'homme. Lyon : CIRC.

Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 1991. Évaluation des conséquences radiologiques du projet international Tchernobyl et évaluation des mesures de protection. Vienne : AIEA.

Kalkstein, LS et KE Smoyer. 1993. L'impact du changement climatique sur la santé humaine : quelques implications internationales. Experience 49:469-479.

Kennedy, S et JA Smyth. 1988. Confirmation de la cause des décès récents de phoques. Nature 335:404.

Kerr, JB et CT McElroy. 1993. Preuve de grandes tendances à la hausse du rayonnement ultraviolet-B lié à l'appauvrissement de la couche d'ozone. Sciences 262 (novembre):1032-1034.

Kilbourne EM. 1989. Vagues de chaleur. Dans Les conséquences des catastrophes sur la santé publique. 1989, édité par MB Gregg. Atlanta : Centres de contrôle des maladies.

Kingman, S. 1989. Le paludisme sévit sur la frontière sauvage du Brésil. Nouveau Scientifique 123:24-25.

Kjellström, T. 1986. Maladie itai-itai. Dans Cadmium and Health, édité par L Friberg et al. Boca Raton : CRC Press.

Koopman, JS, DR Prevots, MA Vaca-Marin, H Gomez-Dantes, ML Zarate-Aquino, IM Longini Jr et J Sepulveda-Amor. 1991. Déterminants et prédicteurs de l'infection par la dengue au Mexique. Am J Epidemiol 133:1168-1178.

Kripke, ML et WL Morison. 1986. Études sur le mécanisme de suppression systémique de l'hypersensibilité de contact par rayonnement UVB. II : Différences dans la suppression de l'hypersensibilité retardée et de contact chez la souris. J Invest Dermatol 86:543-549.
Kurihara, M, K Aoki et S Tominaga. 1984. Statistiques sur la mortalité par cancer dans le monde. Nagoya, Japon : The University of Nagoya Press.

Lee, A et R Langer. 1983. Le cartilage de requin contient des inhibiteurs de l'angiogenèse tumorale. Science 221:1185-1187.

Loevinsohn, M. 1994. Réchauffement climatique et augmentation de l'incidence du paludisme au Rwanda. Lancet 343:714-718.

Longstreth, J et J Wiseman. 1989. L'impact potentiel du changement climatique sur les modèles de maladies infectieuses aux États-Unis. Dans The Potential Effects of Global Climate Change in the United States, édité par JB Smith et DA
Tirpak. Washington, DC : Agence américaine de protection de l'environnement.

Martens, WM, LW Niessen, J Rotmans, TH Jetten et AJ McMichael. 1995. Impact potentiel du changement climatique mondial sur le risque de paludisme. Environ Health Persp 103:458-464.

Matlai, P et V Beral. 1985. Tendances des malformations congénitales des organes génitaux externes. Lancet 1 (12 janvier):108.

Mc Michael, AJ. 1993. Surcharge planétaire : changement environnemental global et santé de l'espèce humaine. Londres : Cambridge University Press.

Meybeck, M, D Chapman et R Helmer. 1989. Qualité mondiale de l'eau douce : une première évaluation. Genève : Système mondial de surveillance continue de l'environnement (GEMS/-WATER).

Meybeck, M et R Helmer. 1989. La qualité des rivières : du stade vierge à la pollution globale. Paleogeogr Paleoclimatol Paleoecol 75:283-309.

Michaels, D, C Barrera et MG Gacharna. 1985. Développement économique et santé au travail en Amérique latine : Nouvelles orientations pour la santé publique dans les pays moins développés. Am J Public Health 75(5):536-542.

Molina, MJ et FS Rowland. 1974. Puits stratosphérique pour les chloro-fluoro-méthanes : Destruction de l'ozone catalysée par les atomes de chlore. Nature 249:810-814.

Montgomery, S. 1992. Le commerce macabre met en péril les ours du monde. Le BostonGlobe. 2 mars : 23-24.

Nelson, RA. 1973. Sommeil d'hiver chez l'ours noir. Mayo Clin Proc 48:733-737.

Nimmannitya, S. 1996. Dengue et dengue hémorragique. Dans Manson's Tropical Diseases, édité par GC Cook. Londres : WB Saunders.

Nogueira, DP. 1987. Prévention des accidents et des blessures au Brésil. Ergonomie 30(2):387-393.

Notermans, S. 1984. Beurteilung des bakteriologischen Status frischen Geflügels in Läden und auf Märkten. Fleischwirtschaft 61(1):131-134.

Noweir, MH. 1986. La santé au travail dans les pays en développement, avec une référence particulière à l'Egypte. Am J Ind Med 9:125-141.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et Organisation mondiale de la santé (OMS). 1989. Rapport final du Groupe de travail sur la surveillance épidémiologique et les maladies d'origine alimentaire. Document non publié HPV/FOS/89-005.

Patz, JA, PR Epstein, TA Burke et JM Balbus. 1996. Changement climatique mondial et maladies infectieuses émergentes. JAMA 275:217-223.

Pope, CA, DV Bates et ME Razienne. 1995. Effets sur la santé de la pollution atmosphérique par les particules : temps de réévaluation ? Environ Health Persp 103:472-480.

Reeves, WC, JL Hardy, WK Reisen et MM Milky. 1994. L'effet potentiel du réchauffement climatique sur les arbovirus transmis par les moustiques. J Med Entomol 31(3):323-332.

Roberts, D. 1990. Sources d'infection : Nourriture. Lancet 336:859-861.

Roberts, L. 1989. Le trou dans la couche d'ozone menace-t-il la vie antarctique. Sciences 244:288-289.

Rodrigue, DG. 1990. Augmentation internationale de Salmonella enteritidis. Une nouvelle pandémie ? Epidemiol Inf 105:21-21.

Romieu, I, H Weizenfeld et J Finkelman. 1990. Pollution atmosphérique urbaine en Amérique latine et dans les Caraïbes : Perspectives sanitaires. World Health Stat Q 43:153-167.

—. 1991. Pollution atmosphérique urbaine en Amérique latine et dans les Caraïbes. J Air Waste Manage Assoc 41:1166-1170.

Romieu, I, M Cortés, S Ruíz, S Sánchez, F Meneses et M Hernándes-Avila. 1992. Pollution de l'air et absentéisme scolaire chez les enfants de Mexico. Am J Epidemiol 136:1524-1531.

Romieu, I, F Meneses, J Sienra, J Huerta, S Ruiz, M White, R Etzel et M Hernandez-Avila. 1994. Effets de la pollution de l'air ambiant sur la santé respiratoire des enfants mexicains souffrant d'asthme léger. Am J Resp Crit Care Med 129:A659.

Romieu, I, F Meneses, S Ruíz, JJ Sierra, J Huerta, M White, R Etzel et M Hernández. 1995. Effets de la pollution atmosphérique urbaine sur les visites d'urgence pour l'asthme infantile à Mexico. Am J Epidemiol 141(6):546-553.

Romieu, I, F Meneses, S Ruiz, J Sienra, J Huerta, M White et R Etzel. 1996. Effets de la pollution de l'air sur la santé respiratoire des enfants atteints d'asthme léger vivant à Mexico. Am J Resp Crit Care Med 154:300-307.

Rosenthal, E. 1993. Les ours en hibernation émergent avec des indices sur les maux humains. New York Times 21 avril : C1, C9.

Ryzan, Californie. 1987. Épidémie massive de salmonellose résistante aux antimicrobiens attribuée au lait pasteurisé. JAMA 258(22):3269-3274.

Sanford, JP. 1991. Infections à arénavirus. Au Chap. 149 dans Harrison's Principles of Internal Medicine, édité par JD Wilson, E Braunwald, KJ Isselbacher, RG Petersdorf, JB Martin, AS Fauci et RK Root.

Schneider, K. 1991. Appauvrissement de la couche d'ozone nuisant à la vie marine. New York Times 16 novembre : 6.

Schultes, RE 1991. Plantes médicinales forestières en déclin de l'Amazonie. Harvard Med Alum Bull (été): 32-36.

—.1992 : Communication personnelle. 24 janvier 1992.

Sharp, D. (éd.). 1994. Santé et changement climatique. Londres : The Lancet Ltd.

Shope, RE. 1990. Maladies infectieuses et changement atmosphérique. Dans Global Atmospheric Change and Public Health: Proceedings of the Center for Environmental Information, édité par JC White. New York : Elsevier.

Shulka, J, C Nobre et P Sellers. 1990. Déforestation amazonienne et changement climatique. Sciences 247:1325.

Statistiques Bundesamt. 1994. Gesundheitswersen : Meldepflichtige Krankheiten. Wiesbaden : Statistisches Bundesamt.

Stevens, WK. 1992. La terreur des profondeurs fait face à un prédateur plus dur. New York Times. 8 décembre : Cl, C12.

Stolarski, R, R Bojkov, L Bishop, C Zerefos, et al. 1992. Tendances mesurées de l'ozone stratosphérique. Science 256:342-349.

Taylor, RH. 1990. Cataractes et lumière ultraviolette. Dans Global Atmospheric Change and Public Health: Proceedings of the Center for Environmental Information, édité par JC White. New York : Elsevier.

Taylor, HR, SK West, FS Rosenthal, B Munoz, HS Newland, H Abbey, EA Emmett. 1988. Effets du rayonnement ultraviolet sur la formation de la cataracte. N Engl J Med 319:1429-33.

Terborgh, J. 1980. Où sont passés tous les oiseaux ? Princeton, NJ : Presse universitaire de Princeton.

Tucker, JB. 1985. Les drogues venues de la mer suscitent un regain d'intérêt. Bioscience 35(9):541-545.

Nations Unies (ONU). 1993. Agenda 21. New York : ONU.

Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED). 1992. Protection de la qualité et de l'approvisionnement des ressources en eau douce. Au Chap. 18 dans Application d'approches intégrées au développement, à la gestion et à l'utilisation des ressources en eau. Rio de Janeiro : CNUED.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1988. Évaluation des contaminants chimiques dans les aliments. Nairobi : PNUE/FAO/OMS.

—. 1991a. Effets environnementaux de l'appauvrissement de la couche d'ozone : mise à jour de 1991. Nairobi : PNUE.

—. 1991b. Pollution atmosphérique urbaine. Bibliothèque de l'environnement, n° 4. Nairobi : PNUE.
Bord urbain. 1990a. Réduire les accidents : leçons apprises. Bord urbain 14(5):4-6.

—. 1990b. La sécurité routière un problème mortel dans le tiers monde. Bord urbain 14(5):1-3.

Watts, DM, DS Burke, BA Harrison, RE Whitmire, A Nisalak. 1987. Effet de la température sur l'efficacité vectorielle d'Aedes aegypti pour le virus de la dengue 2. Am J Trop Med Hyg 36:143-152.

Wenzel, RP. 1994. Une nouvelle infection à hantavirus en Amérique du Nord. New Engl J Med 330(14):1004-1005.

Wilson, EO. 1988. L'état actuel de la diversité biologique. Dans Biodiversity, édité par EO Wilson. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

—. 1989. Menaces sur la biodiversité. Sci Am 261:108-116.

—. 1992. La diversité de la vie. Cambridge, Mass. : Harvard University Press.

Banque mondiale. 1992. Développement et environnement. Oxford : OUP.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1984. Syndrome de l'huile toxique : intoxication alimentaire de masse en Espagne. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1987. Lignes directrices sur la qualité de l'air pour l'Europe. Série européenne, n° 23. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990a. Effets aigus sur la santé des épisodes de smog. WHO Regional Publications European Series, No. 3. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990b. Alimentation, nutrition et prévention des maladies chroniques. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 797. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. 1990c. Estimations mondiales de la situation sanitaire, évaluation et projections. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 797. Genève : OMS.

—. 1990d. Effets potentiels sur la santé du changement climatique. Genève : OMS.

—. 1990e. Impact sur la santé publique des pesticides utilisés en agriculture. Statistiques sanitaires mondiales trimestrielles 43:118-187.

—. 1992a. Pollution de l'air intérieur par la biomasse. Genève : OMS.

—. 1992b. Notre planète, notre santé. Genève : OMS.

—. 1993. Hebdo Epidemiol Rec 3(69):13-20.

—. 1994. Rayonnement ultraviolet. Critères d'hygiène de l'environnement, n° 160. Genève : OMS.

—. 1995. Mise à jour et révision des lignes directrices sur la qualité de l'air pour l'Europe. Copenhague : Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.

—. dans la presse. Effets potentiels sur la santé du changement climatique mondial : mise à jour. Genève : OMS.
Organisation mondiale de la santé (OMS) et ECOTOX. 1992. Pollution atmosphérique des véhicules à moteur. Impact sur la santé publique et mesures de contrôle. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS) et FAO. 1984. Le rôle de la sécurité alimentaire dans la santé et le développement. Série de rapports techniques de l'OMS, n° 705. Genève : OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS) et PNUE. 1991. Progrès dans la mise en œuvre du plan d'action de Mar Del Plata et d'une stratégie pour les années 1990. Genève : OMS.

—. 1992. Pollution atmosphérique urbaine dans les mégapoles du monde. Blackwells, Royaume-Uni : OMS.

Commission de la santé et de l'environnement de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 1992a. Rapport du Groupe d'experts sur l'urbanisation. Genève : OMS.

—. 1992b. Rapport du Groupe d'experts sur l'énergie. Genève : OMS.

Organisation météorologique mondiale (OMM). 1992. SMOC : Répondre au besoin d'observations climatiques. Genève : OMM.
Jeune, FE. 1987. Sécurité alimentaire et plan d'action de la FDA phase II. Food Technol 41:116-123.