Jeudi, Mars 24 2011 17: 15

Conventions internationales sur l'environnement

Évaluer cet élément
(45 votes)

La publicité entourant la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), qui a eu lieu à Rio de Janeiro en juin 1992, a confirmé la place centrale que les préoccupations environnementales mondiales sur des questions telles que le réchauffement climatique et la perte de diversité biologique ont sur l'agenda politique mondial. . En fait, au cours des vingt années qui se sont écoulées entre la Conférence de Stockholm de 1972 sur l'environnement humain et la CNUED de 1992, il y a eu non seulement une augmentation importante de la prise de conscience des menaces que les activités humaines font peser sur l'environnement à l'échelle locale et mondiale, mais aussi une augmentation massive du nombre d'instruments juridiques internationaux régissant les questions environnementales. (Il existe un grand nombre de recueils de traités environnementaux : voir, par exemple, Burhenne 1974a, 1974b, 1974c ; Hohmann 1992 ; Molitor 1991. Pour une évaluation qualitative contemporaine, voir Sand 1992.)

On rappellera que les deux principales sources du droit international (tel que défini par le Statut de la Cour internationale de Justice de 1945) sont les conventions internationales et le droit international coutumier (article 38(1) du Statut). Le droit coutumier international découle de pratiques étatiques répétées au fil du temps dans la conviction qu'il représente une obligation légale. Bien qu'il soit possible que de nouvelles règles coutumières émergent relativement rapidement, la rapidité avec laquelle la prise de conscience des problèmes environnementaux mondiaux a atteint l'agenda politique international signifie que le droit coutumier a eu tendance à prendre le pas sur le droit des traités ou le droit conventionnel dans l'évolution du droit. normes. Bien que certains principes de base, tels que l'utilisation équitable des ressources partagées (Arbitrage Lac Lanoux 1957) ou l'obligation de ne pas permettre des activités qui nuisent à l'environnement des États voisins (Arbitrage Trail Smelter 1939, 1941) puissent être attribués à des décisions judiciaires issues de droit international, les traités ont sans aucun doute été le principal moyen par lequel la communauté internationale a répondu au besoin de réglementer les activités qui menacent l'environnement. Un autre aspect important de la régulation internationale de l'environnement est le développement de « soft law » : des instruments non contraignants qui énoncent des orientations ou des desiderata pour une action future, ou par lesquels les États s'engagent politiquement à atteindre certains objectifs. Ces instruments juridiques non contraignants se transforment parfois en instruments juridiques formels ou se lient à des instruments contraignants comme, par exemple, par le biais de décisions des parties à une convention. (Sur l'importance de la soft law par rapport au droit international de l'environnement, voir Freestone 1994.) De nombreux recueils de documents de droit international de l'environnement cités ci-dessus comprennent des instruments de soft law.

Cet article donnera un bref aperçu des principales conventions internationales sur l'environnement. Bien qu'un tel examen se concentre inévitablement sur les principales conventions mondiales, il convient également de garder à l'esprit le réseau important et croissant d'accords régionaux et bilatéraux. (Pour un exposé systématique de l'ensemble du droit international de l'environnement, voir Kiss et Shelton 1991 ; Birnie et Boyle 1992. Voir aussi Churchill et Freestone 1991.)

Pré-Stockholm

Avant la Conférence de Stockholm de 1972, la majorité des conventions environnementales concernaient la conservation de la faune. Seules les toutes premières conventions sur la protection des oiseaux présentent un intérêt historique (par exemple, la Convention de 1902 pour la protection des oiseaux utiles à l'agriculture ; voir plus loin Lyster 1985). Les conventions générales de conservation de la nature sont plus importantes à plus long terme, bien que la Convention de Washington de 1946 pour la réglementation de la chasse à la baleine (et son protocole de 1956) soit particulièrement remarquable à cette époque - au fil du temps, elle a bien sûr changé son orientation de l'exploitation à la conservation. Une convention pionnière en matière de conservation a été la Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles d'Alger de 1968 qui, malgré son approche globale et innovante de la conservation, a fait l'erreur de nombreuses autres conventions en ne mettant pas en place une structure administrative pour superviser sa supervision. La Convention de Ramsar de 1971 sur les zones humides d'importance internationale, en particulier en tant qu'habitat de la sauvagine, qui établit un réseau de zones humides protégées sur les territoires des États membres, est également remarquable et considérablement plus réussie.

D'autres développements notables de cette période sont les premières conventions mondiales sur la pollution par les hydrocarbures. La Convention internationale de 1954 pour la prévention de la pollution de la mer par les hydrocarbures (OILPOL) (amendée en 1962 et 1969) a innové en élaborant un cadre réglementaire pour le transport d'hydrocarbures par mer, mais les premières conventions prévoyant des mesures d'urgence et de l'indemnisation des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures ont été développés directement en réponse au premier grand accident pétrolier au monde - l'épave du pétrolier libérien Canyon du Torrey au large des côtes du sud-ouest de l'Angleterre en 1967. La Convention internationale de 1969 relative à l'intervention en haute mer en cas de dommages dus à la pollution par les hydrocarbures autorisait l'action d'urgence des États côtiers en dehors des eaux territoriales, et ses confrères, la Convention internationale de 1969 sur la responsabilité civile en matière de pollution par les hydrocarbures Dommages et la Convention internationale de 1971 sur la création d'un fonds international d'indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures de Bruxelles, a fourni une base pour les demandes d'indemnisation contre les propriétaires et les exploitants de pétroliers complétée par un fonds international d'indemnisation. (Notez également les importants régimes de compensation volontaire de l'industrie tels que TOVALOP et CRISTAL ; voir plus loin Abecassis et Jarashow 1985.)

De Stockholm à Rio

Les années 1972 à 1992 ont vu une augmentation étonnante du nombre et de la variété des instruments de droit international de l'environnement. Une grande partie de cette activité est directement attribuable à la Conférence de Stockholm. Non seulement la fameuse Déclaration de la Conférence (Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain 1972) a énoncé certains principes, dont la plupart étaient par lege ferenda (c'est-à-dire qu'ils ont énoncé ce que la loi devrait être plutôt que ce qu'elle était), mais il a également élaboré un plan d'action environnemental en 109 points et une résolution recommandant la mise en œuvre institutionnelle et financière par l'ONU. Le résultat de ces recommandations a été la création du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), créé par la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies (UNGA 1972) et basé finalement à Nairobi. Le PNUE a été directement responsable du parrainage d'un certain nombre de traités mondiaux clés sur l'environnement et de l'élaboration de l'important Programme des mers régionales, qui a abouti à un réseau de quelque huit conventions-cadres régionales protégeant le milieu marin, chacune avec des protocoles élaborés pour répondre aux exigences particulières de la région. Un certain nombre de nouveaux programmes régionaux sont encore en préparation.

Afin de donner un aperçu du grand nombre de conventions environnementales élaborées au cours de cette période, elles sont divisées en plusieurs groupes : conservation de la nature ; protection du milieu marin; et la réglementation des impacts environnementaux transfrontaliers.

Conservation de la nature et des ressources naturelles

Cette période a vu la conclusion d'un certain nombre de traités de conservation de la nature tant au niveau mondial que régional. Au niveau mondial, il convient de noter en particulier la Convention de l'UNESCO de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, la Convention de Washington de 1973 sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES) et la Convention de Bonn de 1979 sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage. . Au niveau régional, le grand nombre de traités comprend la Convention nordique de 1974 sur la protection de l'environnement, la Convention de 1976 sur la conservation de la nature dans le Pacifique Sud (Convention d'Apia, in Burhenne 1974a) et la Convention de Berne de 1979 sur la conservation des espèces européennes. Vie sauvage et habitats naturels (Série des traités européens). A noter également la directive 1979/79 CE de 409 sur la conservation des oiseaux sauvages (JO 1979), désormais modifiée et complétée par la directive 92/43 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages (JO 1992), la convention de 1979 pour la conservation et la gestion de la vigogne et l'accord de l'ANASE de 1985 sur la conservation de la nature et des ressources naturelles (reproduit dans Kiss et Shelton 1991). (Il convient également de noter les traités relatifs à l'Antarctique, une zone d'indivis mondial qui ne relève de la juridiction d'aucun État : la Convention de Canberra de 1980 sur la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique, la Convention de Wellington de 1988 sur la réglementation des activités liées aux ressources minérales de l'Antarctique et le Protocole de 1991 au Traité sur l'Antarctique sur la protection de l'environnement, signé à Madrid.)

Protection du milieu marin

En 1973 débutent les négociations de la Troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS III). Les neuf années de négociations de la CNUDM ont abouti à la Convention de Montego Bay sur le droit de la mer (LOSC) de 1982, qui comprenait dans sa partie XII un cadre général pour la réglementation des questions environnementales marines, y compris les sources de pollution et de déversement basées sur les navires et à terre. , ainsi que certaines obligations générales concernant la protection du milieu marin.

À un niveau plus détaillé, l'Organisation maritime internationale (OMI) a été responsable de l'élaboration de deux grandes conventions mondiales : la Convention de Londres de 1972 sur la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets et autres matières et la Convention internationale de 1973 pour la prévention des la pollution par les navires, telle que modifiée en 1978 (MARPOL 1973/78), et une troisième relative aux marées noires intitulée la Convention internationale sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures en 1990, établit un cadre juridique mondial pour la collaboration et l'assistance en réponse aux les déversements de pétrole. (D'autres conventions maritimes qui ne sont pas principalement environnementales mais qui sont pertinentes comprennent la Convention de 1972 sur le règlement international pour prévenir les abordages en mer (COLREG) ; la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) ; la Convention de 1976 sur la marine marchande de l'OIT (normes minimales) (n° 147) et la convention de 1978 sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de veille).

La Convention de Londres de 1972 a adopté ce qui est maintenant devenu une approche commune en inscrivant les substances (Annexe I) qui ne pouvaient pas être déversées dans l'océan ; L'annexe II énumère les substances qui ne peuvent être déversées qu'avec un permis. La structure réglementaire, qui oblige les États signataires à faire respecter ces obligations contre tout navire chargeant dans leurs ports ou leurs navires battant pavillon n'importe où dans le monde, a progressivement resserré son régime dans la mesure où les parties ont désormais effectivement mis fin au déversement en mer de déchets industriels. La Convention MARPOL de 1973/78 remplace la Convention OILPOL de 1954 (ci-dessus) et fournit le principal régime réglementaire pour la pollution par les navires de toutes sortes, y compris les pétroliers. MARPOL exige que les États du pavillon imposent des contrôles sur les « rejets opérationnels » de toutes les substances contrôlées. Le régime MARPOL a été modifié en 1978 afin d'étendre progressivement son régime aux différentes formes de pollution par les navires contenues dans les cinq annexes. Toutes les annexes sont désormais en vigueur couvrant les hydrocarbures (annexe I), les substances liquides nocives (annexe II), les déchets emballés (annexe III), les eaux usées (annexe IV) et les ordures (annexe V). Des normes plus strictes sont appliquées dans les zones spéciales convenues par les parties.

Au niveau régional, le Programme des mers régionales du PNUE fournit un vaste réseau, bien que non exhaustif, de traités de protection marine couvrant : la Méditerranée (Convention pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution, Barcelone, 16 février 1976 ; protocoles en 1976 ( 2), 1980 et 1982); Golfe (Convention régionale du Koweït pour la coopération en matière de protection du milieu marin contre la pollution, Koweït, 24 avril 1978; protocoles en 1978, 1989 et 1990); Afrique de l'Ouest (Convention de coopération pour la protection et la mise en valeur de l'environnement marin et côtier de la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (Abidjan, 23 mars 1981), avec un protocole de 1981) ; Pacifique du Sud-Est (Convention pour la protection du milieu marin et des zones côtières du Pacifique du Sud-Est (Lima, 12 novembre 1981); protocoles en 1981, 1983 (2) et 1989); Mer Rouge (Convention régionale pour la conservation de l'environnement de la mer Rouge et du golfe d'Aden (Djeddah, 14 février 1982); protocole en 1982); Caraïbes (Convention pour la protection et le développement de l'environnement marin de la région des Caraïbes, (Cartagena des Indias, 24 mars 1983); protocoles en 1983 et 1990); Afrique de l'Est (Convention pour la protection, la gestion et le développement de l'environnement marin et côtier de la région de l'Afrique de l'Est (Nairobi, 21 juin 1985) ; 2 protocoles en 1985) ; et le Pacifique Sud (Convention pour la protection des ressources naturelles et de l'environnement de la région du Pacifique Sud, (Nouméa, 24 novembre 1986) ; 2 protocoles en 1986) — avec environ six autres à divers stades de planification. (Pour les textes de toutes les conventions ci-dessus et leurs protocoles, ainsi que des détails sur les programmes en développement, voir Sand 1987.) Ces traités sont complétés par des protocoles couvrant un large éventail de questions, y compris la réglementation des sources terrestres de pollution, les déversements dans les océans, la pollution par (et le démantèlement) des plates-formes pétrolières off-shore, les zones spécialement protégées et la protection de la faune.

D'autres régimes régionaux ont été élaborés en dehors du cadre du PNUE, notamment dans l'Atlantique du Nord-Est, où un réseau très complet d'instruments régionaux couvre la réglementation de l'immersion en mer (Convention d'Oslo de 1972 pour la prévention de la pollution marine par l'immersion par les navires et les aéronefs ; protocoles en 1983 et 1989), les sources de pollution d'origine tellurique (Convention de Paris de 1974 pour la prévention de la pollution marine d'origine tellurique ; protocole de 1986), la surveillance et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures (Accord de Bonn de 1983 pour la coopération dans le traitement de la pollution du North Sea by Oil and other Harmful Substances: Amending Decision 1989), inspection des navires pour la sécurité et la protection de l'environnement marin (1982 Paris Memorandum of Understanding on Port State Control in Implementing Agreements on Maritime Safety and Protection of the Marine Environment, ainsi que que la conservation de la nature et la pêche (Voir généralement Freestone et IJlstra 1991. Notez également le nouveau Couvent de Paris de 1992 ion pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est, qui remplacera les conventions d'Oslo et de Paris; texte et analyse dans Hey, IJlstra et Nollkaemper 1993). une nouvelle convention élaborée pour la région de la mer Noire (Convention de Bucarest de 1974 sur la protection de la mer Noire ; voir également la Déclaration ministérielle d'Odessa de 1992 sur la protection de la mer Noire.)

Impacts transfrontaliers

Le principe 21 de la Déclaration de Stockholm stipulait que les États avaient « la responsabilité de veiller à ce que les activités relevant de leur juridiction et de leur contrôle ne causent pas de dommages à l'environnement d'autres États ou de zones situées au-delà de la juridiction nationale ». Bien que ce principe soit désormais largement considéré comme faisant désormais partie du droit international coutumier, le principe grossièrement nécessite des ajustements considérables pour servir de base à la réglementation de ces activités. Face à ces problèmes, et en grande partie en réponse à des crises largement médiatisées, des conventions internationales ont été élaborées pour résoudre des problèmes tels que la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance, la protection de la couche d'ozone, la notification et la coopération en cas d'accident nucléaire, les mouvements transfrontières de déchets dangereux et le changement climatique mondial.

Pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance

La pollution atmosphérique à longue distance en Europe a été abordée pour la première fois par la Convention de Genève de 1979 (Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance). Il s'agissait cependant d'une convention-cadre dont les objectifs modestement exprimés étaient « de limiter et, dans la mesure du possible, de réduire et de prévenir progressivement la pollution de l'air, y compris la pollution transfrontière à longue distance ». Des progrès substantiels dans la réglementation des émissions de substances spécifiques n'ont été réalisés qu'avec l'élaboration des protocoles, qui sont aujourd'hui au nombre de quatre : le Protocole de Genève de 1984 (Protocole de Genève sur le financement à long terme du programme coopératif de surveillance et d'évaluation du -Gamme de transmission de la pollution de l'air en Europe) a mis en place un réseau de stations de surveillance de la qualité de l'air ; le Protocole d'Helsinki de 1985 (sur la réduction des émissions de soufre) visait à réduire les émissions de soufre de 30 % d'ici 1993 ; le Protocole de Sofia de 1988 (concernant le contrôle des émissions d'oxydes d'azote ou de leurs flux transfrontières), désormais remplacé par le deuxième Protocole sur le soufre, Oslo, 1994, prévoyait un gel des émissions nationales d'oxydes d'azote aux niveaux de 1987 d'ici 1994 ; et le Protocole de Genève de 1991 (concernant le contrôle des émissions de composés organiques volatils ou de leurs flux transfrontières) offrait une gamme d'options pour la réduction des émissions de composés organiques volatils et de flux.

Implications transfrontalières des accidents nucléaires

L'attention mondiale a été attirée sur les implications transfrontières des accidents nucléaires après l'accident de Tchernobyl en 1986, mais même avant cela, les conventions précédentes avaient abordé un certain nombre de questions liées aux risques liés aux engins nucléaires, y compris la Convention de 1961 sur la responsabilité civile en cas de le domaine de l'énergie nucléaire (1960) et la Convention de Vienne sur la responsabilité civile pour les dommages nucléaires (1963). Notez également le Traité de 1963 interdisant les essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace extra-atmosphérique et sous l'eau. La Convention de Vienne de 1980 sur la protection physique des matières nucléaires a tenté d'établir des normes pour la protection des matières nucléaires contre un certain nombre de menaces, y compris le terrorisme. Dans le sillage de Tchernobyl, deux autres conventions ont été conclues en 1986, sur la notification rapide des accidents (Convention de Vienne sur la notification rapide d'un accident nucléaire) et sur la coopération internationale en cas de tels accidents (Convention de Vienne sur l'assistance en cas d'accident accident nucléaire ou urgence radiologique).

Protection de la couche d'ozone

La Convention de Vienne de 1985 pour la protection de la couche d'ozone impose des obligations générales à chaque partie « en fonction des moyens dont elle dispose et de ses capacités » pour :

a) coopérer au moyen d'observations systématiques, de recherches et d'échanges d'informations afin de mieux comprendre et évaluer les effets des activités humaines sur la couche d'ozone et les effets sur la santé humaine et l'environnement de la modification de la couche d'ozone ; b) adoptent des mesures législatives ou administratives appropriées et coopèrent à l'harmonisation des politiques appropriées pour contrôler, limiter, réduire ou empêcher les activités humaines sous leur juridiction ou leur contrôle s'il s'avérait que ces activités ont ou sont susceptibles d'avoir des effets néfastes résultant de la modification ou de modification de la couche d'ozone; (c) coopérer à la formulation de mesures, de procédures et de normes convenues pour la mise en œuvre de la Convention, en vue de l'adoption de protocoles et d'annexes ; d) coopérer avec les organismes internationaux compétents pour mettre en œuvre efficacement la convention et les protocoles auxquels ils sont parties.

La Convention de Vienne a été complétée par le Protocole de Montréal de 1987 relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, lui-même ajusté et amendé par la réunion de Londres de 1990 et, plus récemment, par la réunion de Copenhague de novembre 1992. L'article 2 du Protocole exige des parties qu'elles imposent des contrôles sur produits chimiques appauvrissant la couche d'ozone, nommément CFC, halons, autres CFC entièrement halogénés, tétrachlorure de carbone et 1,1,1-trichloroéthane (méthylchloroforme).

L'article 5 prévoit une exemption des restrictions d'émissions pour certains pays en développement, « pour répondre à (leurs) besoins intérieurs fondamentaux » pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans, sous réserve de certaines conditions énoncées à l'article 5(2) (3). Le Protocole prévoit également une coopération technique et financière pour les pays en développement parties demandant une exemption en vertu de l'article 5. Un Fonds multilatéral a été convenu pour aider ces parties à rechercher et à remplir leurs obligations (article 10). À Copenhague en novembre 1992, à la lumière de l'évaluation scientifique de l'appauvrissement de la couche d'ozone de 1991, qui a révélé qu'il y avait de nouvelles preuves de diminution de l'ozone dans les deux hémisphères aux latitudes moyennes et élevées, un certain nombre de nouvelles mesures ont été convenues, sous réserve bien sûr de le régime général décrit ci-dessus ; des retards en vertu de l'article 5 sont toujours possibles pour les États en développement. Toutes les parties devaient cesser d'utiliser les halons d'ici 1994, et les CFC, les HBFC, le tétrachlorure de carbone et le méthylchloroforme d'ici 1996. L'utilisation des HCFC devrait être gelée d'ici 1996, réduite de 90 % d'ici 2015 et éliminée d'ici 2030. Le bromure de méthyle, toujours utilisé comme un conservateur de fruits et de céréales, a fait l'objet de contrôles volontaires. Les parties contractantes ont convenu de "faire tout leur possible" pour geler son utilisation d'ici 1995 aux niveaux de 1991. L'objectif général était de stabiliser la charge de chlore atmosphérique d'ici l'an 2000, puis de la ramener en dessous des niveaux critiques d'ici 2060 environ.

Mouvement transfrontière de déchets dangereux

Suite à une série d'incidents notoires au cours desquels des cargaisons de déchets dangereux en provenance de pays développés se sont retrouvées dans des conditions incontrôlées et dangereuses dans des pays en développement, les mouvements transfrontières de déchets dangereux ont fait l'objet d'une réglementation internationale par la Convention de Bâle de 1989 sur le contrôle des mouvements transfrontières des déchets dangereux et leur élimination (voir aussi Kummer 1992). Cette convention est fondée sur le principe du consentement préalable donné en connaissance de cause d'un État à l'autre avant que le mouvement de ces déchets puisse avoir lieu. L'Organisation de l'unité africaine est cependant allée plus loin que cela avec sa Convention de Bamako de 1991 sur l'interdiction d'importer en Afrique et le contrôle des mouvements transfrontaliers et de la gestion des déchets dangereux en Afrique, qui vise à interdire totalement l'importation de déchets dangereux en Afrique. .

Etude d'impact environnemental (EIE) dans un contexte transfrontalier

La Convention d'Espoo de 1991 sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un contexte transfrontière définit un cadre pour les relations de bon voisinage. Elle étend le concept d'EIE, développé jusqu'à présent exclusivement dans le cadre des lois et procédures nationales de planification, aux impacts transfrontaliers des projets de développement et des procédures et décisions connexes.

Conventions de 1992 et post-Rio

La CNUED de Rio a suscité, ou coïncidé avec, un grand nombre de nouvelles conventions mondiales et régionales sur l'environnement, ainsi qu'une importante déclaration de principes pour l'avenir dans la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement. Outre les deux conventions conclues à Rio, la Convention-cadre sur les changements climatiques et la Convention sur la diversité biologique, de nouvelles conventions environnementales signées en 1992 comprenaient celles réglementant l'utilisation des cours d'eau internationaux ainsi que les effets transfrontaliers des accidents industriels. Au niveau régional, 1992 a vu la Convention d'Helsinki sur la protection et l'utilisation de la zone de la mer Baltique (texte et analyse dans Ehlers 1993) et la Convention de Bucarest sur la protection de la mer Noire contre la pollution. A noter également la Déclaration ministérielle de 1993 sur la protection de la mer Noire, qui prône une approche de précaution et holistique, et la Convention de Paris pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est (texte et analyse dans Hey, IJlstra et Nollkaemper 1993) .

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)

La CCNUCC, signée à Rio de Janeiro en juin 1992 par quelque 155 États, s'inspire vaguement de la Convention de Vienne de 1985. Comme son nom l'indique, il fournit un cadre dans lequel des obligations plus détaillées seront négociées au moyen de protocoles détaillés. L'objectif fondamental de la Convention est d'atteindre

stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêchera une interférence anthropique dangereuse avec le système climatique ... dans un délai suffisant pour permettre aux écosystèmes de s'adapter naturellement au changement climatique, pour garantir que la production alimentaire n'est pas menacée et pour permettre développement économique de manière durable. (article 2)

Deux devoirs principaux sont imposés à toutes les Parties par l'article 4 : (a) élaborer, mettre à jour périodiquement, publier et mettre à disposition un inventaire national des émissions anthropiques par les sources et des absorptions par les puits de tous les gaz à effet de serre en utilisant des ) méthodologies ; et (b) formuler, mettre en œuvre, publier et mettre à jour régulièrement des programmes nationaux et régionaux de mesures visant à atténuer les changements climatiques en traitant les émissions anthropiques par les sources et les absorptions par les puits de tous les gaz à effet de serre et les mesures visant à faciliter une adaptation adéquate aux changements climatiques. En outre, les pays développés parties conviennent d'un certain nombre d'obligations générales qui seront précisées par des protocoles plus détaillés.

Par exemple, s'engager à promouvoir et à coopérer au développement de technologies ; contrôler, prévenir ou réduire les émissions anthropiques de gaz à effet de serre ; promouvoir le développement durable et la conservation et l'amélioration des puits et des réservoirs, y compris la biomasse, les forêts, les océans et les autres écosystèmes terrestres, côtiers et marins ; coopérer à l'adaptation aux impacts du changement climatique, en élaborant des plans de gestion intégrée des zones côtières, des ressources en eau et de l'agriculture et pour la protection et la réhabilitation des zones affectées, entre autres, par les inondations ; promouvoir et coopérer à l'échange d'informations scientifiques, technologiques, socio-économiques et juridiques relatives au climat, au changement climatique et aux stratégies de réponse ; et promouvoir et coopérer dans le domaine de l'éducation, de la formation et de la sensibilisation du public.

La Convention sur la diversité biologique

Les objectifs de la Convention sur la diversité biologique, également approuvée lors de la CNUED de 1992 à Rio de Janeiro, sont la conservation de la diversité biologique, l'utilisation durable de ses éléments et le partage juste et équitable des avantages découlant de l'utilisation des ressources génétiques ( Article 1) (pour une critique utile, voir Boyle 1993). Comme la CCNUCC, cette convention sera également complétée par des protocoles, mais elle établit des obligations générales en matière de conservation et d'utilisation durable des ressources naturelles, d'identification et de surveillance de la diversité biologique, de sur place et ex situ la conservation, la recherche et la formation ainsi que l'éducation et la sensibilisation du public et l'EIE des activités susceptibles d'affecter la biodiversité. Il existe également des dispositions générales relatives à l'accès aux ressources génétiques et à l'accès à la technologie pertinente, y compris la biotechnologie, et au transfert de celle-ci, ainsi qu'à l'échange international d'informations et à la coopération.

Réglementation de l'utilisation des cours d'eau internationaux

La Convention d'Helsinki de 1992 sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontaliers et des lacs internationaux vise à établir des cadres de coopération pour la surveillance et l'évaluation conjointes, la recherche et le développement communs et l'échange d'informations entre les États riverains. Il impose des devoirs de base à ces États pour empêcher le contrôle et réduire les impacts transfrontaliers sur ces ressources partagées, en particulier en ce qui concerne la pollution de l'eau, grâce à des techniques de gestion appropriées, y compris l'EIE et la planification d'urgence ainsi que par l'adoption de technologies à faible ou sans déchets et la réduction de la pollution provenant de sources ponctuelles et diffuses.

Les effets transfrontaliers des accidents industriels

La Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels, également signée à Helsinki en mars 1992, couvre la prévention, la préparation et la réaction aux accidents industriels susceptibles d'avoir un effet transfrontière. Les principales obligations sont de coopérer et d'échanger des informations avec d'autres parties. Le système détaillé de treize annexes établit des systèmes pour identifier les activités dangereuses ayant des implications transfrontalières, pour le développement de l'EIE avec une dimension transfrontalière (conformément à la Convention d'Espoo de 1991, ci-dessus) pour les décisions sur l'implantation d'activités potentiellement dangereuses. Il prévoit également la préparation aux situations d'urgence et l'accès à l'information pour le public ainsi que pour les autres parties.

Conclusion

Comme ce bref examen aurait dû le démontrer, au cours des deux dernières décennies, il y a eu un changement majeur dans l'attitude de la communauté mondiale à l'égard de la conservation et de la gestion de l'environnement. Une partie de ce changement a été une augmentation substantielle du nombre et de la portée des instruments internationaux traitant des préoccupations environnementales. Le grand nombre d'instruments s'est accompagné de nouveaux principes et institutions. Le principe du pollueur-payeur, le principe de précaution (Churchill et Freestone 1991 ; Freestone et Hey 1996) et le souci des droits des générations futures (Kiss, dans Freestone et Hey 1996) sont tous reflétés dans les conventions internationales examinées ci-dessus. Le rôle du Programme des Nations Unies pour l'environnement et des secrétariats des traités créés pour servir et surveiller le nombre croissant de régimes de traités conduit les commentateurs à suggérer que le droit international de l'environnement, comme, par exemple, le droit international des droits de l'homme, a émergé comme une nouvelle branche distincte du droit international (Freestone 1994). La CNUED a joué un rôle important à cet égard, elle a établi un programme majeur, dont une grande partie reste inachevée. Des protocoles détaillés sont encore nécessaires pour ajouter de la substance au cadre de la Convention sur les changements climatiques et, sans doute, également à la Convention sur la diversité biologique. L'inquiétude suscitée par l'impact environnemental de la pêche en haute mer a conduit à la conclusion de l'Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons chevauchants et les stocks de poissons grands migrateurs en 1995. Une autre conférence des Nations Unies sur les sources terrestres de pollution marine s'est également tenue en 1995. être la cause de plus de 70% de toute la pollution des océans. Les dimensions environnementales du commerce mondial ainsi que la déforestation et la désertification sont également des questions à aborder pour l'avenir au niveau mondial tandis que les progrès continuent à améliorer notre prise de conscience des impacts des activités humaines sur les écosystèmes mondiaux. Le défi pour ce droit international de l'environnement émergent n'est pas simplement de répondre par une augmentation du nombre d'instruments environnementaux, mais aussi d'accroître leur impact et leur efficacité.

 

Retour

Lire 41813 fois Dernière modification le Mardi, Juillet 26 2022 21: 56

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de politique environnementale

Abécassis et Jarashow. 1985. Pollution par les hydrocarbures des navires. Londres : Sweet & Maxwell.

Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles, Alger. 1968. Recueil des Traités des Nations Unies. Genève : Nations Unies.

ASEAN. 1985. Accord de l'ANASE sur la conservation de la nature et des ressources naturelles. Kuala Lumpur : ASEAN.

Convention de Bamako sur l'interdiction d'importer en Afrique et sur le contrôle des mouvements transfrontaliers et la gestion des déchets dangereux en Afrique. 1991. Int Legal Mater 30:775.

Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination. 1989.

Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe. 1979. Série des traités européens (STE) n° 104.

Birnie, PW. 1985. La réglementation internationale de la chasse à la baleine. 2. New York : Océane.

Birnie, P et A Boyle. 1992. Droit international et environnement. Oxford : OUP.

Accord de Bonn pour la coopération en matière de lutte contre la pollution de la mer du Nord par les hydrocarbures et autres substances nocives : décision modificative. 1989. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, 1979. 1980. Int Legal Mater 19:15.

Boyle, AE. 1993. La convention sur la biodiversité. Dans The Environment After Rio, édité par L Campiglio, L Pineschi et C Siniscalco. Dordrecht : Martinus Nijhoff.

Convention de Bucarest sur la protection de la mer Noire. 1992. Int J Marine Coast Law 9:76-100.

Burhenne, W. 1974a. Convention sur la conservation de la nature dans le Pacifique Sud, Convention d'Apia. En internationale
Droit de l'environnement : traités multilatéraux. Berlin : E. Schmidt.

—. 1974b. Droit international de l'environnement : traités multilatéraux. Berlin : E. Schmidt.

—. 1994c. Sélection de traités multilatéraux dans le domaine de l'environnement. Berlin : E. Schmit.

Association canadienne de normalisation. 1993. Lignes directrices sur l'évaluation du cycle de vie. Rexdale, Ontario : ASC.

Convention de Canberra sur la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique. 1980. Int Legal Mater 19:837.

Churchill, R et D Freestone. 1991. Droit international et changement climatique mondial. Londres : Graham & Trotman.

Code permanent environnement et nuisances. Sd Vol. 1 & 2. Montrouge, France : Éditions législatives et administratives.

Convention de coopération pour la protection et la mise en valeur de l'environnement marin et côtier de l'Ouest et
Région Afrique centrale, 23 mars, Abidjan. 1981. Int Legal Mater 20:746.

Convention pour la protection des oiseaux utiles à l'agriculture. 1902. Documents d'État britanniques et étrangers (BFSP), n° 969.

Convention pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution, Barcelone, 16 février. 1976. Int Legal Mater 15:290.

Convention pour la conservation et la gestion de la vigogne. 1979. Dans International Environmental Law: Multilateral Treaties, édité par W Burhenne. Berlin : E. Schmidt.

Convention pour la protection et le développement du milieu marin de la région des Caraïbes, 24 mars,
Carthagène des Indes. 1983. Int Legal Mater 22:221.

Convention pour la protection, la gestion et le développement de l'environnement marin et côtier de la région de l'Afrique de l'Est, 21 juin, Nairobi. 1985. Dans le sable 1987.

Convention pour la protection du milieu marin et des zones côtières du Pacifique Sud-Est, 12 novembre, Lima. Dans Sable 1987.

Convention pour la protection des ressources naturelles et de l'environnement de la région du Pacifique Sud, 24 novembre 1986, Nouméa. Int Legal Mater 26:38.

Convention sur la diversité biologique. 1992. Int Legal Mater 31:818.

Convention sur la conservation de la nature dans le Pacifique Sud. 1976. Dans International Environmental Law: Multilateral Treaties, édité par W Burhenne. Berlin : E. Schmidt.

Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance. 1979. Int Legal Mater 18:1442.

Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels. 1992. Int Legal Mater 31:1330.

Convention sur la responsabilité civile dans le domaine de l'énergie nucléaire. 1961. Am J Int Law 55:1082.

Ehlers, P. 1993. Convention d'Helsinki sur la protection et l'utilisation de la zone de la mer Baltique. Int J Marine Coast Law 8:191-276.

Convention d'Espoo sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un contexte transfrontière. 1991. Int Legal Mater 30:802.

Convention-cadre sur les changements climatiques. 1992. Int Legal Mater 31:848.

Freestone, D. 1994. La route depuis Rio : le droit international de l'environnement après le Sommet de la Terre. Loi J Environ 6 : 193-218.

Freestone, D. et E Hey (éd.). 1996. Le principe de précaution en droit international : le défi de la mise en œuvre. La Haye : Kluwer Law International.

Freestone, D et T IJlstra. 1991. La mer du Nord : Documents juridiques de base sur la coopération environnementale régionale. Dordrecht : Graham & Trotman.

Protocole de Genève concernant le contrôle des émissions de composés organiques volatils ou de leurs flux transfrontières. 1991. Int Legal Mater 31:568.

Protocole de Genève sur le financement à long terme du programme coopératif de surveillance continue et d'évaluation de la transmission à longue distance de la pollution atmosphérique en Europe. 1984. Int Legal Mater 24:484.

Heijungs, R. 1992. Évaluation environnementale du cycle de vie des produits - Programme national de recherche sur la réutilisation des déchets. Novem & Rivm.

Convention d'Helsinki sur la protection du milieu marin de la région de la mer Baltique. 1974. Int Legal Mater 13:546.

Convention d'Helsinki sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux. 1992. Int Legal Mater 31:1312.

Protocole d'Helsinki sur la réduction des émissions de soufre. 1988. Int Legal Mater 27:64.

Hé, E, T IJlstra et A Nollkaemper. 1993. Int J Marine Coast Law 8:76.

Hildebrandt, E et E Schmidt. 1994. Relations industrielles et protection de l'environnement en Europe. Dublin : Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail.

Hohmann, H. 1992. Documents fondamentaux du droit international de l'environnement. Londres : Graham & Trotman.

Chambres de commerce internationales. 1989. Audit environnemental. Paris : CCI.

Convention internationale pour la prévention de la pollution de la mer par les hydrocarbures. 1954. United Nations Treaties Series (UNTS), n° 327. Genève : Nations Unies.

Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (1973), telle que modifiée en 1978. Int Legal Mater 17:546.

Convention internationale sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures. 1969. Int Legal Mater 16:617.

Convention internationale portant création d'un fonds international d'indemnisation des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, Bruxelles, 1971. Modifiée en 1976, Protocoles en 1984 et 1992. 1972. Int Legal Mater 11:284.

Convention internationale sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures. 1991. Int Legal Mater 30:735.

Convention internationale relative à l'intervention en haute mer en cas de dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, 1969. 1970. Int Legal Mater 9:25.

Organisation internationale du travail (OIT). 1990. Environnement et monde du travail. Rapport du Directeur général à la Conférence internationale du Travail, 77e session. Genève : OIT.

UICN et Gouvernement de la République du Botswana. Sd Environmental Impact Assessment: Manual for In-Service Training. Gland, Suisse : UICN.

Keoleian, GA et D Menerey. 1993. Manuel d'orientation sur la conception du cycle de vie. Washington, DC : Agence de protection de l'environnement.

Bisou, A et D Shelton. 1991. Droit international de l'environnement. New York : transnationale.

Kummer, K. 1992. La Convention de Bâle. Int Comp Law Q 41:530.

Convention régionale du Koweït pour la coopération en matière de protection du milieu marin contre la pollution, 24 avril,
Koweit. 1978. Int Legal Mater 17:511.

Arbitrage du Lac Lanoux. 1957. Dans 24 rapports de droit international, 101.

Lloyd, GER. 1983. Écrits hippocratiques. Londres : Livres sur les pingouins.

Convention de Londres sur la prévention de la pollution marine résultant de l'immersion de déchets et autres matières. 1972. Int Legal Mater 11:1294.

Lyster, S. 1985. Droit international de la faune. Cambridge : Grotius.

Déclaration ministérielle sur la protection de la mer Noire. 1993. Int J Marine Coast Law 9:72-75.

Molitor, MR. 1991. Droit international de l'environnement : matières premières. Deventer : Kluwer Law & Taxation.

Convention de Montego Bay sur le droit de la mer (LOSC). 1982. Int Legal Mater 21:1261.

Convention nordique sur la protection de l'environnement. 1974. Int Legal Mater 13:511.

Déclaration ministérielle d'Odessa sur la protection de la mer Noire, 1993. 1994. Int J Marine Coast Law 9:72-75.

JO L103/1, 24 avril 1979, et JO L206/7, 22 juillet 1992. 1991. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention d'Oslo pour la prévention de la pollution des mers par immersion à partir de navires et d'aéronefs. 1972. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention de Paris pour la prévention de la pollution marine d'origine tellurique. 1974. Int Legal Mater 13:352.

Convention de Paris pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est. 1993. Int J Marine Coast Law 8:1-76.

Mémorandum d'accord de Paris sur le contrôle par l'État du port dans la mise en œuvre des accords sur la sécurité maritime et la protection du milieu marin. 1982. Int Legal Mater 21:1.

Protocole au Traité sur l'Antarctique sur la protection de l'environnement. 1991. Int Legal Mater 30:1461. 
Convention de Ramsar sur les zones humides d'importance internationale, en particulier en tant qu'habitat de la sauvagine. 1971. Int Legal Mater 11:963.

Convention régionale pour la conservation de l'environnement de la mer Rouge et du golfe d'Aden, 14 février, Djeddah. 1982. Dans le sable 1987.

Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement. 1992. Int Legal Mater 31:814.

Robinson, NA (éd.). 1993. Agenda 21 : Plan d'action pour la Terre. New York : Océane.

Ryding, SO. 1994. Expériences internationales de développement de produits respectueux de l'environnement sur la base d'évaluations du cycle de vie. Stockholm : Conseil suédois de recherche sur les déchets.

—. 1996. Développement de produits durables. Genève : IOS.

Sable, PH (éd.). 1987. Loi sur l'environnement marin dans le Programme des Nations Unies pour l'environnement : Un éco-régime émergent. Londres : Tycooly.

—. 1992. L'efficacité des accords internationaux sur l'environnement : une étude des instruments juridiques existants. Cambridge : Grotius.

Société de toxicologie et de chimie environnementales (SETAC). 1993. Lignes directrices pour l'évaluation du cycle de vie : un « code de pratique ». Boca Raton : Lewis.

Protocole de Sofia concernant le contrôle des émissions d'oxydes d'azote ou de leurs flux transfrontières. 1988. Int Legal Mater 27:698.

Statut de la Cour internationale de Justice. 1945.

Arbitrage de la fonderie de Trail. 1939. Am J Int Law 33:182.

—. 1941. Am J Int Law 35:684.

Traité interdisant les essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace extra-atmosphérique et sous l'eau. 1963. Am J Int Law 57:1026.

Convention de l'UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, 1972. Int Legal Mater 11:1358.

AGNU Résolution 2997, XXVII. 15 décembre 1972.

Les Nations Unies. Sd Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain (Stockholm). Genève : Nations Unies.

Convention de Vienne sur la responsabilité civile pour les dommages nucléaires. 1963. Int Legal Mater 2:727.

Convention de Vienne sur la protection physique des matières nucléaires. 1980. Int Legal Mater 18:1419.

Convention de Vienne sur l'assistance en cas d'accident nucléaire ou de situation d'urgence radiologique. 1986a. Int Legal Mater 25:1377.

Convention de Vienne sur la notification rapide d'un accident nucléaire. 1986b. Int Legal Mater 25:1370.

Vigon, BW et al. 1992. Analyse du cycle de vie : Lignes directrices et principes d'inventaire. Boca Raton : Lewis.

Convention de Washington pour la réglementation de la chasse à la baleine. 1946. Recueil des traités de la Société des Nations (LNTS), n° 155.

Convention de Washington sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES). 1973. Int Legal Mater 12:1085.

Convention de Wellington sur la réglementation des activités liées aux ressources minérales de l'Antarctique, 1988. Int Legal Mater 27:868.