Jeudi, Mars 24 2011 17: 30

Évaluation des risques et communication

Évaluer cet élément
(0 votes)

Le gouvernement, l'industrie et la communauté reconnaissent la nécessité d'identifier, d'évaluer et de contrôler les risques industriels (professionnels et publics) pour les personnes et l'environnement. La sensibilisation aux dangers et aux accidents susceptibles d'entraîner des pertes humaines et matérielles importantes a conduit à l'élaboration et à l'application d'approches, de méthodes et d'outils systématiques d'évaluation et de communication des risques.

Le processus d'évaluation des risques comprend : la description du système, l'identification des dangers et l'élaboration de scénarios d'accidents et de résultats pour les événements associés à une opération de traitement ou à une installation de stockage ; l'estimation des effets ou des conséquences de ces événements dangereux sur les personnes, les biens et l'environnement ; l'estimation de la probabilité ou de la probabilité que de tels événements dangereux se produisent dans la pratique et de leurs effets, en tenant compte des différents contrôles et pratiques opérationnels et organisationnels en matière de risques ; la quantification des niveaux de risque qui en résultent à l'extérieur des limites de la centrale, en termes de conséquences et de probabilités ; et l'évaluation de ces niveaux de risque par référence à des critères de risque quantifiés.

Le processus d'évaluation quantifiée des risques est de nature probabiliste. Étant donné que les accidents majeurs peuvent ou non survenir pendant toute la durée de vie d'une centrale ou d'un procédé, il n'est pas approprié de baser le processus d'évaluation sur les conséquences des accidents isolément. La vraisemblance ou la probabilité que de tels accidents se produisent effectivement doit être prise en compte. Ces probabilités et les niveaux de risque qui en résultent doivent refléter le niveau de contrôle de conception, d'exploitation et d'organisation disponible dans la centrale. Il existe un certain nombre d'incertitudes associées à la quantification du risque (par exemple, modèles mathématiques pour l'estimation des conséquences, établissement de probabilités pour différents scénarios d'accident, effets de probabilité de tels accidents). Le processus d'évaluation des risques devrait, dans tous les cas, exposer et reconnaître ces incertitudes.

La valeur principale du processus d'évaluation quantifiée des risques ne doit pas reposer sur la valeur numérique des résultats (isolément). Le processus d'évaluation lui-même offre d'importantes possibilités d'identification systématique des dangers et d'évaluation des risques. Le processus d'évaluation des risques prévoit l'identification et la reconnaissance des dangers et permet l'affectation de ressources pertinentes et appropriées au processus de maîtrise des dangers.

Les objectifs et les utilisations du processus d'identification des dangers (HIP) détermineront tour à tour la portée de l'analyse, les procédures et méthodes appropriées, ainsi que le personnel, l'expertise, le financement et le temps requis pour l'analyse, ainsi que la documentation associée nécessaire. L'identification des dangers est une procédure efficace et nécessaire pour aider les analystes des risques et la prise de décision pour l'évaluation des risques et la gestion de la sécurité et de la santé au travail. Plusieurs objectifs majeurs peuvent être identifiés :

  • pour établir quelles situations dangereuses existent au sein d'une usine ou d'une opération de traitement
  • établir comment ces situations dangereuses peuvent survenir
  • pour aider à l'évaluation de la sécurité d'une installation dangereuse.

 

Le premier objectif général vise à étendre la compréhension générale des questions et situations importantes qui pourraient affecter le processus d'analyse des risques pour les usines et les processus individuels ; la synergie des aléas individuels au niveau de l'étude de la zone a une signification particulière. Les problèmes de conception et de fonctionnement peuvent être identifiés et un schéma de classification des dangers peut être envisagé.

Le deuxième objectif contient des éléments d'évaluation des risques et traite de l'élaboration de scénarios d'accident et de l'interprétation des résultats. L'évaluation des conséquences de divers accidents et de leur propagation dans le temps et dans l'espace revêt une importance particulière dans la phase d'identification des dangers.

Le troisième objectif vise à fournir des informations qui peuvent ultérieurement faciliter les étapes ultérieures de l'évaluation des risques et de la gestion de la sécurité des opérations de la centrale. Cela peut prendre la forme d'une amélioration des spécifications de scénario pour l'analyse des risques ou de l'identification de mesures de sécurité appropriées pour se conformer à des critères de risque donnés (par exemple, individuels ou sociétaux), ou de conseils pour la préparation aux situations d'urgence et la gestion des accidents.

Après la définition des objectifs, la définition du périmètre de l'étude HIP est le deuxième élément le plus pertinent dans la gestion, l'organisation et la mise en œuvre du HIP. La portée du HIP dans une étude complexe d'évaluation des risques peut être décrite principalement en fonction des paramètres suivants : (1) sources potentielles de dangers (par exemple, rejets radioactifs, substances toxiques, incendie, explosions) ; (2) les états de détérioration de l'usine ou du procédé ; (3) événements déclencheurs; (4) les conséquences potentielles ; et (5) hiérarchisation des dangers. Les facteurs pertinents qui déterminent la mesure dans laquelle ces paramètres sont inclus dans le HIP sont : (a) les objectifs et les utilisations prévues du HIP ; (b) la disponibilité d'informations et de données appropriées ; et (c) les ressources et l'expertise disponibles. L'identification des dangers nécessite la prise en compte de toutes les informations pertinentes concernant l'installation (par exemple, usine, processus). Cela peut généralement inclure : l'aménagement du site et de l'usine ; des informations détaillées sur les processus sous forme de schémas techniques et de conditions d'exploitation et de maintenance ; la nature et les quantités de matériaux manipulés ; les sauvegardes opérationnelles, organisationnelles et physiques ; et les normes de conception.

La gestion des conséquences externes d'un accident peut entraîner un certain nombre de conséquences (par exemple, nombre de décès, nombre de personnes hospitalisées, divers types de dommages à l'écosystème, pertes financières, etc.). Les conséquences externes d'un accident causé par la substance i pour une activité identifiée j, peut être calculé à partir de la relation :
Cij = Aafa fm, où : Cij = nombre de décès par accident causé par la substance i pour une activité identifiée j; A = superficie affectée (ha); a = densité de population dans les zones peuplées de la zone affectée (personnes/ha) ; Fa et fm sont des facteurs de correction.

Les conséquences des accidents (majeurs) sur l'environnement sont plus difficiles à estimer en raison de la variété des substances pouvant être impliquées, ainsi que du nombre d'indicateurs d'impact environnemental pertinents dans une situation accidentelle donnée. Habituellement, une échelle d'utilité est associée à diverses conséquences environnementales; l'échelle d'utilité pertinente pourrait inclure des événements liés à des incidents, des accidents ou des résultats catastrophiques.

L'évaluation des conséquences monétaires des accidents (potentiels) nécessite une estimation détaillée des conséquences possibles et des coûts associés. Une valeur monétaire pour des catégories particulières de conséquences (p. ex. perte de vie ou habitats biologiques particuliers) n'est pas toujours acceptée a priori. L'évaluation monétaire des conséquences devrait également inclure les coûts externes, qui sont très souvent difficiles à évaluer.

Les procédures d'identification des situations dangereuses pouvant survenir dans les usines et les équipements de traitement sont généralement considérées comme l'élément le plus développé et le mieux établi dans le processus d'évaluation des installations dangereuses. Il faut reconnaître que (1) les procédures et les techniques varient en termes d'exhaustivité et de niveau de détail, des listes de contrôle comparatives aux schémas logiques structurés détaillés, et (2) les procédures peuvent s'appliquer à différentes étapes de la formulation et de la mise en œuvre du projet (de la processus décisionnel précoce pour déterminer l'emplacement d'une usine, jusqu'à sa conception, sa construction et son exploitation).

Les techniques d'identification des dangers se divisent essentiellement en trois catégories. Ce qui suit indique les techniques les plus couramment utilisées dans chaque catégorie.

  • Catégorie 1 : Méthodes comparatives : liste de contrôle du processus ou du système ; examen d'audit de sécurité ; Classement relatif (indices Dow et Mond Hazard); Analyse préliminaire des dangers
  • Catégorie 2 : Méthodes fondamentales : Études d'exploitabilité des risques (HAZOP) ; Analyse "Et si" ; Analyse des modes de défaillance et de leurs effets (FMEA)
  • Catégorie 3 : Méthodes des diagrammes logiques : analyse de l'arbre de défaillances ; Analyse de l'arbre des événements.

 

analyse des causes et des conséquences ; Analyse de fiabilité humaine

L'adéquation et la pertinence d'une technique particulière d'identification des dangers dépendent largement de l'objectif pour lequel l'évaluation des risques est entreprise. Lorsque d'autres détails techniques sont disponibles, on peut les combiner dans le processus global d'évaluation des risques de divers dangers. Les jugements d'experts et d'ingénieurs peuvent souvent être utilisés pour une évaluation plus approfondie des risques pour les installations ou les processus. Le principe fondamental est d'abord d'examiner l'usine ou les opérations du point de vue le plus large possible et d'identifier systématiquement les dangers possibles. Des techniques élaborées en tant qu'outil principal peuvent causer des problèmes et faire passer à côté certains dangers évidents. Parfois, il peut être nécessaire d'adopter plus d'une technique, selon le niveau de détail requis et selon qu'il s'agit d'une nouvelle installation proposée ou d'une opération existante.

Les critères probabilistes de sûreté (PSC) sont associés à un processus décisionnel rationnel qui nécessite la mise en place d'un cadre cohérent avec des normes pour exprimer le niveau de sûreté souhaité. Les risques sociétaux ou collectifs doivent être pris en compte lors de l'évaluation de l'acceptabilité de toute installation industrielle dangereuse. Un certain nombre de facteurs doivent être pris en compte lors de l'élaboration d'un CSP basé sur le risque sociétal, notamment l'aversion du public pour les accidents à lourdes conséquences (c'est-à-dire que le niveau de risque choisi doit diminuer à mesure que la conséquence augmente). Bien que les niveaux de risque de décès individuels incluent tous les composants du risque (c'est-à-dire les incendies, les explosions et la toxicité), il peut y avoir des incertitudes dans la corrélation des concentrations toxiques avec les niveaux de risque de décès. L'interprétation de « fatal » ne devrait pas reposer sur une relation dose-effet en particulier, mais devrait impliquer un examen des données disponibles. Le concept de risque sociétal implique que le risque de conséquences plus élevées, avec une fréquence plus faible, est perçu comme plus important que celui de conséquences plus petites avec des probabilités plus élevées.

Indépendamment de la valeur numérique de tout niveau de critère de risque à des fins d'évaluation des risques, il est essentiel que certains principes qualitatifs soient adoptés comme critères d'évaluation des risques et de gestion de la sécurité : (1) tous les risques « évitables » doivent être évités ; (2) le risque d'un danger majeur devrait être réduit dans la mesure du possible; (3) les conséquences d'événements dangereux plus probables devraient, dans la mesure du possible, être contenues dans les limites de l'installation ; et (4) lorsqu'il existe un risque élevé existant lié à une installation dangereuse, les développements dangereux supplémentaires ne devraient pas être autorisés s'ils augmentent de manière significative ce risque existant.

Dans les années 1990, une importance croissante a été accordée à la communication sur les risques, qui est devenue une branche distincte de la science des risques.

Les principales tâches de la communication sur les risques sont les suivantes :

  • identifier les aspects controversés des risques perçus
  • présenter et expliquer les informations sur les risques
  • influencer le comportement à risque des individus
  • élaborer des stratégies d'information pour les cas d'urgence
  • l'évolution de la résolution coopérative/participative des conflits.

 

La portée et les objectifs de la communication sur les risques peuvent différer selon les acteurs impliqués dans le processus de communication ainsi que les fonctions et les attentes qu'ils attribuent au processus de communication et à son environnement.

Les acteurs individuels et corporatifs de la communication sur les risques utilisent de multiples moyens et canaux de communication. Les principaux enjeux sont la protection de la santé et de l'environnement, l'amélioration de la sécurité et l'acceptabilité des risques.

Selon la théorie générale de la communication, la communication peut avoir les fonctions suivantes :

  • présentation des informations
  • appel
  • présentation de soi
  • définition d'une relation ou d'un chemin de décision.

 

Pour le processus de communication des risques en particulier, il peut être utile de faire la distinction entre ces fonctions. Selon la fonction, différentes conditions pour un processus de communication réussi doivent être prises en compte.

La communication sur les risques peut parfois jouer le rôle d'une simple présentation de faits. L'information est un besoin général dans une société moderne. En matière d'environnement en particulier, il existe des lois qui, d'une part, donnent aux autorités le devoir d'informer le public et, d'autre part, donnent au public le droit de connaître la situation environnementale et les risques (par exemple, la appelée directive Seveso de la Communauté européenne et législation « Community Right-to-Know » aux États-Unis). Les informations peuvent également être déterminées pour un segment public particulier ; par exemple, les employés d'une usine doivent être informés des risques auxquels ils sont confrontés sur leur lieu de travail. En ce sens, la communication des risques doit être :

  • le plus neutre et objectif possible
  • complet
  • compréhensible pour ceux qui devraient obtenir l'information.

 

Les appels ont tendance à inciter quelqu'un à faire quelque chose. En matière de risques, on distingue les fonctions de recours suivantes :

  • faire appel au grand public ou à une partie particulière du public sur les mesures de prévention des risques qui pourraient ou devraient être prises (par exemple, appeler les employés d'une usine à prendre des mesures de sécurité au travail)
  • faire appel au grand public ou à un segment particulier du public sur les mesures préventives pour les cas d'urgence
  • faire appel au grand public ou à une partie particulière du public sur les mesures à prendre en cas de situation d'urgence (gestion de crise).

 

La communication d'appel doit être :

  • aussi simple et compréhensible que possible, et aussi complet que nécessaire
  • fiable; avoir confiance dans les personnes, autorités ou autres organismes qui font le recours est essentiel pour le succès du recours.

 

L'auto-présentation ne donne pas d'informations neutres, mais fait principalement partie d'une stratégie de persuasion ou de marketing visant à améliorer l'image publique d'un individu ou à faire accepter par le public une certaine activité ou à obtenir le soutien du public pour un type de poste. Le critère de succès de la communication est de savoir si le public croit en la présentation. D'un point de vue normatif, bien que la présentation de soi vise à convaincre quelqu'un, elle doit être honnête et sincère.

Ces formes de communication sont principalement de type unidirectionnel. La communication visant à parvenir à une décision ou à un accord est de type bidirectionnel ou multidirectionnel : il n'y a pas qu'une seule partie qui donne des informations, plusieurs acteurs sont impliqués dans un processus de communication sur les risques et communiquent entre eux. C'est la situation habituelle dans une société démocratique. En particulier dans les domaines liés aux risques et à l'environnement, la communication est considérée comme un instrument réglementaire alternatif dans des situations complexes, où des solutions simples ne sont pas possibles ou accessibles. Par conséquent, les décisions risquées ayant une importance politique pertinente doivent être prises dans une atmosphère communicative. La communication sur les risques, en ce sens, peut inclure, entre autres, la communication sur des sujets de risque hautement politisés, mais elle peut également signifier, par exemple, la communication entre un opérateur, les employés et les services d'urgence afin que l'opérateur soit mieux préparé à cas d'accident. Ainsi, selon la portée et l'objectif de la communication sur les risques, différents acteurs peuvent participer au processus de communication. Les principaux acteurs potentiels dans un environnement de communication des risques sont :

  • l'exploitant d'une installation à risque
  • les victimes potentielles d'un événement indésirable (par exemple, les employés, les voisins)
  • les autorités de régulation et les instances politiques appropriées
  • les services d'urgence et le grand public
  • groupes d'intérêt
  • les média
  • ASSUREURS
  • scientifiques et experts.

 

Dans une approche systémique, toutes ces catégories d'acteurs correspondent à un certain système social et ont donc des codes de communication différents, des valeurs et des intérêts différents à communiquer. Très souvent, il n'est pas facile de trouver une base commune pour un dialogue sur les risques. Il faut trouver des structures pour combiner ces différentes visions et parvenir à un résultat pratique. Les sujets de ces types de communication sur les risques sont, par exemple, une décision consensuelle concernant l'implantation ou non d'une installation dangereuse dans une certaine région.

Dans toutes les sociétés, il existe des procédures juridiques et politiques pour traiter les questions liées aux risques (par exemple, législation parlementaire, décisions gouvernementales ou administratives, procédures judiciaires devant un tribunal, etc.). Dans de nombreux cas, ces procédures existantes n'aboutissent pas à des solutions entièrement satisfaisantes pour le règlement pacifique des litiges à risque. Il a été constaté que les propositions formulées en intégrant des éléments de communication sur les risques dans les procédures existantes améliorent le processus de décision politique.

Deux questions principales doivent être abordées lors de la proposition de procédures de communication sur les risques :

  • l'organisation formelle et la portée juridique du processus et de ses résultats
  • la structure même du processus de communication.

 

Pour l'organisation formelle de la communication sur les risques, il existe plusieurs possibilités :

  • La communication peut avoir lieu à l'intérieur ou entre des organismes existants (par exemple, entre une agence du gouvernement central, une autorité locale et des groupes d'intérêt existants).
  • De nouveaux organes peuvent être créés spécifiquement pour le processus de communication des risques ; différents modèles ont été développés (ex : jurys citoyens, panels citoyens, structures de négociation et de médiation, commissions mixtes composées d'opérateurs, d'autorités et de citoyens). La plupart de ces modèles reposent sur l'idée d'organiser un discours structuré en petits groupes. Des divergences d'opinion importantes existent quant à savoir si ces groupes devraient être composés d'experts, de profanes, de représentants du système politique, etc.

 

Dans tous les cas, la relation entre ces structures de communication et les organes de décision juridiques et politiques existants doit être clarifiée. Habituellement, le résultat d'un processus de communication des risques a pour effet une recommandation non contraignante aux organes décisionnaires.

Concernant la structure du processus de communication, selon les règles générales du discours pratique, tout argument est permis s'il remplit les conditions suivantes :

  • cohérence logique adéquate
  • sincérité (Cela signifie : le discours ne doit pas être influencé par une réflexion stratégique ou tactique.)
  • que celui qui promeut un argument doit être prêt à accepter les conséquences de cet argument également contre lui-même.

 

Dans le processus de communication sur les risques, diverses règles et propositions spéciales ont été élaborées afin de concrétiser ces règles. Parmi celles-ci, les règles suivantes méritent d'être mentionnées :

Dans le processus de communication des risques, une distinction doit être faite entre :

  • revendications communicatives
  • revendications cognitives
  • prétentions normatives
  • revendications expressives.

 

En conséquence, les différences d'opinion peuvent avoir diverses raisons, à savoir :

  • différences d'informations
  • différences dans la compréhension des faits
  • différences de valeurs normatives.

 

Il peut être utile de préciser, dans le cadre du processus de communication des risques, le niveau des différences et leur importance. Diverses propositions structurantes ont été faites pour améliorer les conditions d'un tel discours et, en même temps, aider les décideurs à trouver des solutions justes et compétentes, par exemple :

  • Pour un discours juste, le résultat doit être ouvert ; s'il ne s'agit que de faire accepter une décision déjà prise, il ne serait pas sincère d'ouvrir un discours.
  • Si certaines solutions ne sont tout simplement pas possibles pour des raisons factuelles, politiques ou juridiques, cela doit être clarifié dès le départ.
  • Il peut être utile de commencer par discuter non pas des alternatives, mais des critères qui devraient être appliqués lors de l'évaluation des alternatives.

 

L'efficacité de la communication des risques peut être définie comme le degré auquel une situation initiale (indésirée) est modifiée vers un état prévu, tel que défini par les objectifs initiaux. Les aspects procéduraux doivent être inclus dans l'évaluation des programmes de communication sur les risques. Ces critères comprennent la praticabilité (par exemple, la flexibilité, l'adaptabilité, la possibilité de mise en œuvre) et les coûts (en termes d'argent, de personnel et de temps) du programme.

 

Retour

Lire 7275 fois Dernière modification le lundi 27 juin 2011 11:10

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de politique environnementale

Abécassis et Jarashow. 1985. Pollution par les hydrocarbures des navires. Londres : Sweet & Maxwell.

Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles, Alger. 1968. Recueil des Traités des Nations Unies. Genève : Nations Unies.

ASEAN. 1985. Accord de l'ANASE sur la conservation de la nature et des ressources naturelles. Kuala Lumpur : ASEAN.

Convention de Bamako sur l'interdiction d'importer en Afrique et sur le contrôle des mouvements transfrontaliers et la gestion des déchets dangereux en Afrique. 1991. Int Legal Mater 30:775.

Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination. 1989.

Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe. 1979. Série des traités européens (STE) n° 104.

Birnie, PW. 1985. La réglementation internationale de la chasse à la baleine. 2. New York : Océane.

Birnie, P et A Boyle. 1992. Droit international et environnement. Oxford : OUP.

Accord de Bonn pour la coopération en matière de lutte contre la pollution de la mer du Nord par les hydrocarbures et autres substances nocives : décision modificative. 1989. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, 1979. 1980. Int Legal Mater 19:15.

Boyle, AE. 1993. La convention sur la biodiversité. Dans The Environment After Rio, édité par L Campiglio, L Pineschi et C Siniscalco. Dordrecht : Martinus Nijhoff.

Convention de Bucarest sur la protection de la mer Noire. 1992. Int J Marine Coast Law 9:76-100.

Burhenne, W. 1974a. Convention sur la conservation de la nature dans le Pacifique Sud, Convention d'Apia. En internationale
Droit de l'environnement : traités multilatéraux. Berlin : E. Schmidt.

—. 1974b. Droit international de l'environnement : traités multilatéraux. Berlin : E. Schmidt.

—. 1994c. Sélection de traités multilatéraux dans le domaine de l'environnement. Berlin : E. Schmit.

Association canadienne de normalisation. 1993. Lignes directrices sur l'évaluation du cycle de vie. Rexdale, Ontario : ASC.

Convention de Canberra sur la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique. 1980. Int Legal Mater 19:837.

Churchill, R et D Freestone. 1991. Droit international et changement climatique mondial. Londres : Graham & Trotman.

Code permanent environnement et nuisances. Sd Vol. 1 & 2. Montrouge, France : Éditions législatives et administratives.

Convention de coopération pour la protection et la mise en valeur de l'environnement marin et côtier de l'Ouest et
Région Afrique centrale, 23 mars, Abidjan. 1981. Int Legal Mater 20:746.

Convention pour la protection des oiseaux utiles à l'agriculture. 1902. Documents d'État britanniques et étrangers (BFSP), n° 969.

Convention pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution, Barcelone, 16 février. 1976. Int Legal Mater 15:290.

Convention pour la conservation et la gestion de la vigogne. 1979. Dans International Environmental Law: Multilateral Treaties, édité par W Burhenne. Berlin : E. Schmidt.

Convention pour la protection et le développement du milieu marin de la région des Caraïbes, 24 mars,
Carthagène des Indes. 1983. Int Legal Mater 22:221.

Convention pour la protection, la gestion et le développement de l'environnement marin et côtier de la région de l'Afrique de l'Est, 21 juin, Nairobi. 1985. Dans le sable 1987.

Convention pour la protection du milieu marin et des zones côtières du Pacifique Sud-Est, 12 novembre, Lima. Dans Sable 1987.

Convention pour la protection des ressources naturelles et de l'environnement de la région du Pacifique Sud, 24 novembre 1986, Nouméa. Int Legal Mater 26:38.

Convention sur la diversité biologique. 1992. Int Legal Mater 31:818.

Convention sur la conservation de la nature dans le Pacifique Sud. 1976. Dans International Environmental Law: Multilateral Treaties, édité par W Burhenne. Berlin : E. Schmidt.

Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance. 1979. Int Legal Mater 18:1442.

Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels. 1992. Int Legal Mater 31:1330.

Convention sur la responsabilité civile dans le domaine de l'énergie nucléaire. 1961. Am J Int Law 55:1082.

Ehlers, P. 1993. Convention d'Helsinki sur la protection et l'utilisation de la zone de la mer Baltique. Int J Marine Coast Law 8:191-276.

Convention d'Espoo sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un contexte transfrontière. 1991. Int Legal Mater 30:802.

Convention-cadre sur les changements climatiques. 1992. Int Legal Mater 31:848.

Freestone, D. 1994. La route depuis Rio : le droit international de l'environnement après le Sommet de la Terre. Loi J Environ 6 : 193-218.

Freestone, D. et E Hey (éd.). 1996. Le principe de précaution en droit international : le défi de la mise en œuvre. La Haye : Kluwer Law International.

Freestone, D et T IJlstra. 1991. La mer du Nord : Documents juridiques de base sur la coopération environnementale régionale. Dordrecht : Graham & Trotman.

Protocole de Genève concernant le contrôle des émissions de composés organiques volatils ou de leurs flux transfrontières. 1991. Int Legal Mater 31:568.

Protocole de Genève sur le financement à long terme du programme coopératif de surveillance continue et d'évaluation de la transmission à longue distance de la pollution atmosphérique en Europe. 1984. Int Legal Mater 24:484.

Heijungs, R. 1992. Évaluation environnementale du cycle de vie des produits - Programme national de recherche sur la réutilisation des déchets. Novem & Rivm.

Convention d'Helsinki sur la protection du milieu marin de la région de la mer Baltique. 1974. Int Legal Mater 13:546.

Convention d'Helsinki sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux. 1992. Int Legal Mater 31:1312.

Protocole d'Helsinki sur la réduction des émissions de soufre. 1988. Int Legal Mater 27:64.

Hé, E, T IJlstra et A Nollkaemper. 1993. Int J Marine Coast Law 8:76.

Hildebrandt, E et E Schmidt. 1994. Relations industrielles et protection de l'environnement en Europe. Dublin : Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail.

Hohmann, H. 1992. Documents fondamentaux du droit international de l'environnement. Londres : Graham & Trotman.

Chambres de commerce internationales. 1989. Audit environnemental. Paris : CCI.

Convention internationale pour la prévention de la pollution de la mer par les hydrocarbures. 1954. United Nations Treaties Series (UNTS), n° 327. Genève : Nations Unies.

Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (1973), telle que modifiée en 1978. Int Legal Mater 17:546.

Convention internationale sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures. 1969. Int Legal Mater 16:617.

Convention internationale portant création d'un fonds international d'indemnisation des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, Bruxelles, 1971. Modifiée en 1976, Protocoles en 1984 et 1992. 1972. Int Legal Mater 11:284.

Convention internationale sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures. 1991. Int Legal Mater 30:735.

Convention internationale relative à l'intervention en haute mer en cas de dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, 1969. 1970. Int Legal Mater 9:25.

Organisation internationale du travail (OIT). 1990. Environnement et monde du travail. Rapport du Directeur général à la Conférence internationale du Travail, 77e session. Genève : OIT.

UICN et Gouvernement de la République du Botswana. Sd Environmental Impact Assessment: Manual for In-Service Training. Gland, Suisse : UICN.

Keoleian, GA et D Menerey. 1993. Manuel d'orientation sur la conception du cycle de vie. Washington, DC : Agence de protection de l'environnement.

Bisou, A et D Shelton. 1991. Droit international de l'environnement. New York : transnationale.

Kummer, K. 1992. La Convention de Bâle. Int Comp Law Q 41:530.

Convention régionale du Koweït pour la coopération en matière de protection du milieu marin contre la pollution, 24 avril,
Koweit. 1978. Int Legal Mater 17:511.

Arbitrage du Lac Lanoux. 1957. Dans 24 rapports de droit international, 101.

Lloyd, GER. 1983. Écrits hippocratiques. Londres : Livres sur les pingouins.

Convention de Londres sur la prévention de la pollution marine résultant de l'immersion de déchets et autres matières. 1972. Int Legal Mater 11:1294.

Lyster, S. 1985. Droit international de la faune. Cambridge : Grotius.

Déclaration ministérielle sur la protection de la mer Noire. 1993. Int J Marine Coast Law 9:72-75.

Molitor, MR. 1991. Droit international de l'environnement : matières premières. Deventer : Kluwer Law & Taxation.

Convention de Montego Bay sur le droit de la mer (LOSC). 1982. Int Legal Mater 21:1261.

Convention nordique sur la protection de l'environnement. 1974. Int Legal Mater 13:511.

Déclaration ministérielle d'Odessa sur la protection de la mer Noire, 1993. 1994. Int J Marine Coast Law 9:72-75.

JO L103/1, 24 avril 1979, et JO L206/7, 22 juillet 1992. 1991. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention d'Oslo pour la prévention de la pollution des mers par immersion à partir de navires et d'aéronefs. 1972. Dans Freestone et IJlstra 1991.

Convention de Paris pour la prévention de la pollution marine d'origine tellurique. 1974. Int Legal Mater 13:352.

Convention de Paris pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est. 1993. Int J Marine Coast Law 8:1-76.

Mémorandum d'accord de Paris sur le contrôle par l'État du port dans la mise en œuvre des accords sur la sécurité maritime et la protection du milieu marin. 1982. Int Legal Mater 21:1.

Protocole au Traité sur l'Antarctique sur la protection de l'environnement. 1991. Int Legal Mater 30:1461. 
Convention de Ramsar sur les zones humides d'importance internationale, en particulier en tant qu'habitat de la sauvagine. 1971. Int Legal Mater 11:963.

Convention régionale pour la conservation de l'environnement de la mer Rouge et du golfe d'Aden, 14 février, Djeddah. 1982. Dans le sable 1987.

Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement. 1992. Int Legal Mater 31:814.

Robinson, NA (éd.). 1993. Agenda 21 : Plan d'action pour la Terre. New York : Océane.

Ryding, SO. 1994. Expériences internationales de développement de produits respectueux de l'environnement sur la base d'évaluations du cycle de vie. Stockholm : Conseil suédois de recherche sur les déchets.

—. 1996. Développement de produits durables. Genève : IOS.

Sable, PH (éd.). 1987. Loi sur l'environnement marin dans le Programme des Nations Unies pour l'environnement : Un éco-régime émergent. Londres : Tycooly.

—. 1992. L'efficacité des accords internationaux sur l'environnement : une étude des instruments juridiques existants. Cambridge : Grotius.

Société de toxicologie et de chimie environnementales (SETAC). 1993. Lignes directrices pour l'évaluation du cycle de vie : un « code de pratique ». Boca Raton : Lewis.

Protocole de Sofia concernant le contrôle des émissions d'oxydes d'azote ou de leurs flux transfrontières. 1988. Int Legal Mater 27:698.

Statut de la Cour internationale de Justice. 1945.

Arbitrage de la fonderie de Trail. 1939. Am J Int Law 33:182.

—. 1941. Am J Int Law 35:684.

Traité interdisant les essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace extra-atmosphérique et sous l'eau. 1963. Am J Int Law 57:1026.

Convention de l'UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, 1972. Int Legal Mater 11:1358.

AGNU Résolution 2997, XXVII. 15 décembre 1972.

Les Nations Unies. Sd Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain (Stockholm). Genève : Nations Unies.

Convention de Vienne sur la responsabilité civile pour les dommages nucléaires. 1963. Int Legal Mater 2:727.

Convention de Vienne sur la protection physique des matières nucléaires. 1980. Int Legal Mater 18:1419.

Convention de Vienne sur l'assistance en cas d'accident nucléaire ou de situation d'urgence radiologique. 1986a. Int Legal Mater 25:1377.

Convention de Vienne sur la notification rapide d'un accident nucléaire. 1986b. Int Legal Mater 25:1370.

Vigon, BW et al. 1992. Analyse du cycle de vie : Lignes directrices et principes d'inventaire. Boca Raton : Lewis.

Convention de Washington pour la réglementation de la chasse à la baleine. 1946. Recueil des traités de la Société des Nations (LNTS), n° 155.

Convention de Washington sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES). 1973. Int Legal Mater 12:1085.

Convention de Wellington sur la réglementation des activités liées aux ressources minérales de l'Antarctique, 1988. Int Legal Mater 27:868.