7 bannière

 

55. Lutte contre la pollution de l'environnement

Éditeurs de chapitre : Jerry Spiegel et Lucien Y. Maystre


 

Table des matières

Tableaux et figures

Contrôle et prévention de la pollution de l'environnement
Jerry Spiegel et Lucien Y. Maystre

Gestion de la pollution atmosphérique
Dietrich Schwela et Bérénice Goelzer

Pollution atmosphérique : modélisation de la dispersion des polluants atmosphériques
Marion Wichmann-Fiebig

Surveillance de la qualité de l'air
Hans-Ulrich Pfeffer et Peter Bruckmann

Contrôle de la pollution atmosphérique
Jean Élias

Contrôle de la pollution de l'eau
Herbert C.Preul

Projet de récupération des eaux usées de la région de Dan : une étude de cas
Alexandre Donagi

Principes de gestion des déchets
Lucien Y. Maystre

Gestion et recyclage des déchets solides
Niels Jorn Hahn et Poul S. Lauridsen

Étude de cas : Contrôle et prévention de la pollution multimédia canadienne sur les Grands Lacs
Thomas Tseng, Victor Shantora et Ian R. Smith

Technologies de production plus propres
David Bennett

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Polluants atmosphériques courants et leurs sources
2. Paramètres de planification des mesures
3. Procédures de mesure manuelle pour les gaz inorganiques
4. Procédures de mesure automatisées pour les gaz inorganiques
5. Procédures de mesure des particules en suspension
6. Procédures de mesure longue distance
7. Procédures de mesure chromatographique de la qualité de l'air
8. Surveillance systématique de la qualité de l'air en Allemagne
9. Étapes de sélection des contrôles de la pollution
10. Normes de qualité de l'air pour le dioxyde de soufre
11. Normes de qualité de l'air pour le benzène
12. Exemples de la meilleure technologie de contrôle disponible
13. Gaz industriels : méthodes de nettoyage
14. Exemples de taux d'émission pour les procédés industriels
15.  Opérations et processus de traitement des eaux usées
16. Liste des paramètres étudiés
17. Paramètres étudiés aux puits de récupération
18. Sources de déchets
19. Critères de sélection des substances
20. Réductions des rejets de dioxine et de furanne au Canada

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

EPC020F1EPC30F1AEPC30F1BEPC30F1CEPC050F2EPC050F1EPC060F1EPC060F2EPC060F3EPC060F4EPC060F6EPC060F7EPC060F8EPC060F9EPC60F10EPC60F11EPC60F12EPC60F13EPC60F14EPC065F1EPC065F2

EPC070F1EPC070F2EPC100F1EPC100F2EPC100F3EPC100F4EPC100F5EPC100F6


Cliquez pour revenir en haut de la page

Au cours du XXe siècle, la reconnaissance croissante des impacts sur l'environnement et la santé publique associés aux activités anthropiques (discutées dans le chapitre Dangers environnementaux pour la santé) a incité au développement et à l'application de méthodes et de technologies pour réduire les effets de la pollution. Dans ce contexte, les gouvernements ont adopté des mesures réglementaires et autres politiques (abordées dans le chapitre Politique environnementale) afin de minimiser les effets négatifs et de garantir le respect des normes de qualité environnementale.

L'objectif de ce chapitre est de fournir une orientation aux méthodes qui sont appliquées pour contrôler et prévenir la pollution de l'environnement. Les principes de base suivis pour éliminer les impacts négatifs sur la qualité de l'eau, de l'air ou du sol seront introduits ; le déplacement de l'accent du contrôle vers la prévention sera pris en considération; et les limites des solutions de construction pour les milieux environnementaux individuels seront examinées. Il ne suffit pas, par exemple, de protéger l'air en éliminant les traces de métaux d'un gaz de combustion uniquement pour transférer ces contaminants vers le sol par le biais de pratiques inappropriées de gestion des déchets solides. Des solutions multimédias intégrées sont nécessaires.

L'approche de contrôle de la pollution

Les conséquences environnementales de l'industrialisation rapide ont entraîné d'innombrables incidents de contamination des sites de ressources terrestres, atmosphériques et aquatiques par des matériaux toxiques et d'autres polluants, menaçant les humains et les écosystèmes de graves risques pour la santé. Une utilisation plus étendue et plus intensive des matériaux et de l'énergie a créé des pressions cumulatives sur la qualité des écosystèmes locaux, régionaux et mondiaux.

Avant qu'il y ait un effort concerté pour limiter l'impact de la pollution, la gestion de l'environnement s'étendait peu au-delà de la tolérance du laissez-faire, tempérée par l'élimination des déchets pour éviter les nuisances locales perturbatrices conçues dans une perspective à court terme. Le besoin de réparation a été reconnu, par exception, dans les cas où les dommages ont été jugés inacceptables. À mesure que le rythme de l'activité industrielle s'intensifiait et que la compréhension des effets cumulatifs s'améliorait, une contrôle de la pollution paradigme est devenu l'approche dominante de la gestion de l'environnement.

Deux concepts spécifiques ont servi de base à l'approche de contrôle :

  • le capacité d'assimilation concept qui affirme l'existence d'un niveau spécifié d'émissions dans l'environnement qui n'entraîne pas d'effets inacceptables sur l'environnement ou la santé humaine
  • le principe de contrôle concept, qui suppose que les dommages environnementaux peuvent être évités en contrôlant la manière, le moment et la vitesse à laquelle les polluants pénètrent dans l'environnement

 

Dans le cadre de l'approche de lutte contre la pollution, les tentatives de protection de l'environnement se sont surtout appuyées sur l'isolement des contaminants de l'environnement et sur l'utilisation de filtres et d'épurateurs en bout de canalisation. Ces solutions ont eu tendance à se concentrer sur des objectifs de qualité environnementale ou des limites d'émission spécifiques aux milieux, et ont été principalement dirigées vers des sources ponctuelles de rejets dans des milieux environnementaux spécifiques (air, eau, sol).

Application des technologies de contrôle de la pollution

L'application de méthodes de lutte contre la pollution s'est révélée d'une efficacité considérable dans la lutte contre les problèmes de pollution - en particulier ceux de caractère local. L'application de technologies appropriées est basée sur une analyse systématique de la source et de la nature de l'émission ou du rejet en question, de son interaction avec l'écosystème et le problème de pollution ambiante à résoudre, et sur le développement de technologies appropriées pour atténuer et surveiller les impacts de la pollution .

Dans leur article sur le contrôle de la pollution de l'air, Dietrich Schwela et Berenice Goelzer expliquent l'importance et les implications d'une approche globale de l'évaluation et du contrôle des sources ponctuelles et diffuses de la pollution atmosphérique. Ils mettent également en évidence les défis - et les opportunités - auxquels sont confrontés les pays qui connaissent une industrialisation rapide sans avoir eu une forte composante de contrôle de la pollution accompagnant le développement antérieur.

Marion Wichman-Fiebig explique les méthodes appliquées pour modéliser la dispersion des polluants atmosphériques afin de déterminer et de caractériser la nature des problèmes de pollution. Cela constitue la base pour comprendre les contrôles à mettre en œuvre et pour évaluer leur efficacité. Au fur et à mesure que la compréhension des impacts potentiels s'est approfondie, l'appréciation des effets s'est étendue de l'échelle locale à l'échelle régionale à l'échelle mondiale.

Hans-Ulrich Pfeffer et Peter Bruckmann présentent l'équipement et les méthodes utilisés pour surveiller la qualité de l'air afin d'évaluer les problèmes de pollution potentiels et d'évaluer l'efficacité des interventions de contrôle et de prévention.

John Elias donne un aperçu des types de contrôles de la pollution de l'air qui peuvent être appliqués et des problèmes qui doivent être résolus lors de la sélection d'options appropriées de gestion du contrôle de la pollution.

Le défi du contrôle de la pollution de l'eau est abordé par Herbert Preul dans un article qui explique la base selon laquelle les eaux naturelles de la terre peuvent devenir polluées à partir de sources ponctuelles, non ponctuelles et intermittentes ; la base de la réglementation de la pollution de l'eau; et les différents critères qui peuvent être appliqués pour déterminer les programmes de contrôle. Preul explique la manière dont les rejets sont reçus dans les plans d'eau et peuvent être analysés et évalués pour évaluer et gérer les risques. Enfin, un aperçu est fourni des techniques qui sont appliquées pour le traitement des eaux usées à grande échelle et le contrôle de la pollution de l'eau.

Une étude de cas fournit un exemple frappant de la manière dont les eaux usées peuvent être réutilisées - un sujet d'une importance considérable dans la recherche de moyens d'utiliser efficacement les ressources environnementales, en particulier dans des circonstances de pénurie. Alexander Donagi fournit un résumé de l'approche qui a été suivie pour le traitement et la recharge des eaux souterraines des eaux usées municipales pour une population de 1.5 million d'habitants en Israël.

Gestion complète des déchets

Du point de vue de la lutte contre la pollution, les déchets sont considérés comme un sous-produit indésirable du processus de production qui doit être contenu de manière à garantir que les ressources du sol, de l'eau et de l'air ne sont pas contaminées au-delà des niveaux jugés acceptables. Lucien Maystre donne un aperçu des enjeux qui doivent être abordés dans la gestion des déchets, offrant un lien conceptuel avec les rôles de plus en plus importants du recyclage et de la prévention de la pollution.

En réponse à de nombreuses preuves de la grave contamination associée à la gestion sans restriction des déchets, les gouvernements ont établi des normes de pratiques acceptables pour la collecte, la manipulation et l'élimination afin d'assurer la protection de l'environnement. Une attention particulière a été accordée aux critères d'élimination sans danger pour l'environnement par le biais de décharges sanitaires, d'incinération et de traitement des déchets dangereux.

Pour éviter le fardeau environnemental potentiel et les coûts associés à l'élimination des déchets et promouvoir une gestion plus approfondie des ressources rares, la minimisation et le recyclage des déchets ont reçu une attention croissante. Niels Hahn et Poul Lauridsen fournissent un résumé des problèmes qui sont abordés dans la poursuite du recyclage en tant que stratégie privilégiée de gestion des déchets, et examinent les implications potentielles de l'exposition des travailleurs.

Mettre l'accent sur la prévention de la pollution

La réduction en bout de chaîne risque de transférer la pollution d'un milieu à un autre, où elle peut soit causer des problèmes environnementaux tout aussi graves, soit même devenir une source indirecte de pollution pour le même milieu. Bien qu'elle ne soit pas aussi coûteuse que la remédiation, la réduction en bout de chaîne peut contribuer de manière significative aux coûts des processus de production sans apporter de valeur. Elle est également généralement associée à des régimes réglementaires qui ajoutent d'autres ensembles de coûts associés à l'application de la conformité.

Bien que l'approche de contrôle de la pollution ait obtenu un succès considérable dans la production d'améliorations à court terme pour les problèmes de pollution locaux, elle a été moins efficace pour résoudre les problèmes cumulatifs qui sont de plus en plus reconnus aux niveaux régional (par exemple, les pluies acides) ou mondial (par exemple, l'appauvrissement de la couche d'ozone). .

L'objectif d'un programme de lutte contre la pollution de l'environnement axé sur la santé est de promouvoir une meilleure qualité de vie en réduisant la pollution au niveau le plus bas possible. Les programmes et politiques de lutte contre la pollution de l'environnement, dont les implications et les priorités varient d'un pays à l'autre, couvrent tous les aspects de la pollution (air, eau, sol, etc.) et impliquent une coordination entre des domaines tels que le développement industriel, l'urbanisme, le développement des ressources en eau et les transports Stratégies.

Thomas Tseng, Victor Shantora et Ian Smith fournissent un exemple d'étude de cas de l'impact multimédia que la pollution a eu sur un écosystème vulnérable soumis à de nombreux stress - les Grands Lacs nord-américains. L'efficacité limitée du modèle de contrôle de la pollution face aux toxines persistantes qui se dissipent dans l'environnement est particulièrement examinée. En se concentrant sur l'approche suivie dans un pays et les implications que cela a pour l'action internationale, les implications pour les actions qui traitent de la prévention ainsi que du contrôle sont illustrées.

Alors que les technologies de contrôle de la pollution environnementale sont devenues plus sophistiquées et plus coûteuses, il y a eu un intérêt croissant pour les moyens d'intégrer la prévention dans la conception des procédés industriels - dans le but d'éliminer les effets nocifs sur l'environnement tout en favorisant la compétitivité des industries. Parmi les avantages des approches de prévention de la pollution, des technologies propres et de la réduction de l'utilisation de substances toxiques figure la possibilité d'éliminer l'exposition des travailleurs aux risques pour la santé.

David Bennett donne un aperçu des raisons pour lesquelles la prévention de la pollution est en train de devenir une stratégie privilégiée et comment elle se rapporte à d'autres méthodes de gestion de l'environnement. Cette approche est essentielle à la mise en œuvre de la transition vers le développement durable qui a été largement approuvée depuis la publication de la Commission des Nations Unies sur le commerce et le développement en 1987 et réitérée lors de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED) de Rio en 1992.

L'approche de prévention de la pollution se concentre directement sur l'utilisation de processus, de pratiques, de matériaux et d'énergie qui évitent ou minimisent la création de polluants et de déchets à la source, et non sur des mesures de réduction « complémentaires ». Bien que l'engagement des entreprises joue un rôle essentiel dans la décision de poursuivre la prévention de la pollution (voir Bringer et Zoesel dans politique environnementale), Bennett attire l'attention sur les avantages sociétaux de la réduction des risques pour l'écosystème et la santé humaine, et la santé des travailleurs en particulier. Il identifie les principes qui peuvent être appliqués utilement pour évaluer les opportunités de poursuivre cette approche.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 15: 30

Gestion de la pollution atmosphérique

La gestion de la pollution atmosphérique vise à éliminer ou à réduire à des niveaux acceptables les polluants gazeux en suspension dans l'air, les particules en suspension et les agents physiques et, dans une certaine mesure, biologiques dont la présence dans l'atmosphère peut avoir des effets nocifs sur la santé humaine (p. augmentation de l'incidence ou de la prévalence des maladies respiratoires, de la morbidité, du cancer, de la surmortalité) ou du bien-être (par exemple, effets sensoriels, réduction de la visibilité), effets délétères sur la vie animale ou végétale, dommages aux matériaux ayant une valeur économique pour la société et dommages à l'environnement (par exemple, modifications climatiques). Les risques graves associés aux polluants radioactifs, ainsi que les procédures spéciales requises pour leur contrôle et leur élimination, méritent également une attention particulière.

On ne saurait trop insister sur l'importance d'une gestion efficace de la pollution de l'air extérieur et intérieur. Sans un contrôle adéquat, la multiplication des sources de pollution dans le monde moderne peut entraîner des dommages irréparables à l'environnement et à l'humanité.

L'objectif de cet article est de donner un aperçu général des approches possibles de la gestion de la pollution de l'air ambiant d'origine automobile et industrielle. Cependant, il convient de souligner dès le départ que la pollution de l'air intérieur (en particulier dans les pays en développement) pourrait jouer un rôle encore plus important que la pollution de l'air extérieur en raison de l'observation que les concentrations de polluants dans l'air intérieur sont souvent nettement plus élevées que les concentrations extérieures.

Au-delà des considérations d'émissions provenant de sources fixes ou mobiles, la gestion de la pollution atmosphérique implique la prise en compte de facteurs supplémentaires (tels que la topographie et la météorologie, et la participation de la communauté et du gouvernement, entre autres) qui doivent tous être intégrés dans un programme global. Par exemple, les conditions météorologiques peuvent grandement affecter les concentrations au sol résultant d'une même émission de polluants. Les sources de pollution atmosphérique peuvent être dispersées dans une communauté ou une région et leurs effets peuvent être ressentis par, ou leur contrôle peut impliquer, plus d'une administration. De plus, la pollution de l'air ne respecte aucune frontière et les émissions d'une région peuvent induire des effets dans une autre région par le transport à longue distance.

La gestion de la pollution atmosphérique nécessite donc une approche multidisciplinaire ainsi qu'un effort conjoint des entités privées et gouvernementales.

Sources de pollution atmosphérique

Les sources de pollution atmosphérique d'origine humaine (ou sources d'émission) sont essentiellement de deux types :

  • Stationnaire, qui peuvent être subdivisées en sources de surface telles que la production agricole, les mines et les carrières, les sources industrielles, ponctuelles et de surface telles que la fabrication de produits chimiques, de produits minéraux non métalliques, les industries métallurgiques de base, la production d'électricité et les sources communautaires (par exemple, le chauffage des maisons et des bâtiments, incinérateurs de déchets municipaux et de boues d'épuration, cheminées, installations de cuisine, services de blanchisserie et installations de nettoyage)
  • mobile, comprenant toute forme de véhicules à moteur à combustion (par exemple, les voitures légères à essence, les véhicules légers et lourds à moteur diesel, les motocyclettes, les aéronefs, y compris les sources linéaires émettant des gaz et des particules provenant de la circulation des véhicules).

 

A cela s'ajoutent les sources naturelles de pollution (par exemple, les zones érodées, les volcans, certaines plantes qui libèrent de grandes quantités de pollen, sources de bactéries, de spores et de virus). Les sources naturelles ne sont pas abordées dans cet article.

Types de polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques sont généralement classés en particules en suspension (poussières, émanations, brouillards, fumées), polluants gazeux (gaz et vapeurs) et odeurs. Quelques exemples de polluants usuels sont présentés ci-dessous :

Matières particulaires en suspension (SPM, PM-10) comprend les gaz d'échappement diesel, les cendres volantes de charbon, les poussières minérales (par exemple, charbon, amiante, calcaire, ciment), les poussières et fumées métalliques (par exemple, zinc, cuivre, fer, plomb) et les brouillards acides (par exemple , acide sulfurique), fluorures, pigments de peinture, brouillards de pesticides, noir de carbone et fumée d'huile. Les polluants particulaires en suspension, outre leurs effets de provoquer des maladies respiratoires, des cancers, de la corrosion, la destruction de la vie végétale, etc., peuvent également constituer une nuisance (par exemple, accumulation de saleté), interférer avec la lumière du soleil (par exemple, formation de smog et de brume due à diffusion de la lumière) et agissent comme des surfaces catalytiques pour la réaction des produits chimiques adsorbés.

Polluants gazeux comprennent des composés soufrés (par exemple, le dioxyde de soufre (SO2) et le trioxyde de soufre (SO3)), monoxyde de carbone, composés azotés (p. ex. monoxyde d'azote (NO), dioxyde d'azote (NO2), ammoniac), composés organiques (par exemple, hydrocarbures (HC), composés organiques volatils (COV), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), aldéhydes), composés halogénés et dérivés halogénés (par exemple, HF et HCl), sulfure d'hydrogène, disulfure de carbone et mercaptans (odeurs).

Les polluants secondaires peuvent être formés par des réactions thermiques, chimiques ou photochimiques. Par exemple, par action thermique, le dioxyde de soufre peut s'oxyder en trioxyde de soufre qui, dissous dans l'eau, donne lieu à la formation d'un brouillard d'acide sulfurique (catalysé par les oxydes de manganèse et de fer). Les réactions photochimiques entre les oxydes d'azote et les hydrocarbures réactifs peuvent produire de l'ozone (O3), formaldéhyde et nitrate de peroxyacétyle (PAN); les réactions entre le HCl et le formaldéhyde peuvent former de l'éther bis-chlorométhylique.

alors que certains les odeurs sont connus pour être causés par des agents chimiques spécifiques tels que le sulfure d'hydrogène (H2S), sulfure de carbone (CS2) et les mercaptans (R-SH ou R1-S-R2) d'autres sont difficiles à définir chimiquement.

Des exemples des principaux polluants associés à certaines sources industrielles de pollution atmosphérique sont présentés dans le tableau 1 (Economopoulos 1993).

Tableau 1. Polluants atmosphériques courants et leurs sources

Catégories

Identifier

Polluants émis

L’agriculture

Gravure à ciel ouvert

MPS, CO, COV

Exploitation minière et
carrière

Mine de charbon

Pétrole brut
et la production de gaz naturel

Extraction de minerais non ferreux

Extraction de pierre

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, COV

SO2

MPS, Pb

SPM

Fabrication

Nourriture, boissons et tabac

Industries du textile et du cuir

Produits en bois

Produits en papier, impression

SPM, CO, COV, H2S

SPM, COV

SPM, COV

SPM, AINSI2, CO, COV, H2S, R-SH

Fabrication
de produits chimiques

Anhydride phtalique

Chlore-alcali

Acide chlorhydrique

Acide hydrofluorique

acide sulfurique

Acide nitrique

Acide phosphorique

Oxyde de plomb et pigments

Ammoniac

Le carbonate de sodium

Carbure de calcium

Acide adipique

Plomb alkylique

L'anhydride maléique et
acide téréphtalique

Engrais et
fabrication de pesticides

Nitrate d'ammonium

Sulfate d'ammonium

Résines synthétiques, plastique
matériaux, fibres

Peintures, vernis, laques

Savon

Noir de carbone et encre d'imprimerie

Trinitrotoluène

SPM, AINSI2, CO, COV

Cl2

HCl

HF, SiF4

SO2, SO3

NONx

SPM, F2

MPS, Pb

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, NH3

SPM, NH3

SPM

SPM, NONx, CO, COV

Pb

CO, COV

SPM, NH3

SPM, NH3, H.N.O.3

COV

SPM, COV, H2S, CS2

SPM, COV

SPM

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, H2S

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, SO3, H.N.O.3

Raffineries de pétrole

produits divers
de pétrole et de charbon

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV

Minéral non métallique
fabrication de produits

Produits en verre

Produits structuraux en argile

Ciment, chaux et plâtre

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, F

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, F2

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO

Industries métallurgiques de base

Fer et acier

Industries non ferreuses

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, Pb

SPM, AINSI2, F, Pb

Production d'électricité

Électricité, gaz et vapeur

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, SO3, Pb

Vente en gros et
commerce de détail

Stockage de carburant, opérations de remplissage

COV

Transport

 

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, Pb

Services communautaires

Incinérateurs municipaux

SPM, AINSI2, Je n'ai pasx, CO, COV, Pb

Source : Economopoulos 1993

Plans de mise en œuvre de la qualité de l'air

La gestion de la qualité de l'air vise à préserver la qualité de l'environnement en prescrivant le degré de pollution toléré, laissant aux collectivités locales et aux pollueurs le soin d'imaginer et de mettre en œuvre des actions pour s'assurer que ce degré de pollution ne sera pas dépassé. Un exemple de législation s'inscrivant dans cette approche est l'adoption de normes de qualité de l'air ambiant basées, très souvent, sur des recommandations de qualité de l'air (OMS 1987) pour différents polluants ; il s'agit des niveaux maximum acceptés de polluants (ou d'indicateurs) dans la zone cible (par exemple, au niveau du sol à un point spécifié dans une communauté) et il peut s'agir de normes primaires ou secondaires. Les normes primaires (OMS 1980) sont les niveaux maximum compatibles avec une marge de sécurité adéquate et avec la préservation de la santé publique, et doivent être respectées dans un délai déterminé ; les normes secondaires sont celles jugées nécessaires pour la protection contre les effets nocifs connus ou anticipés autres que les risques pour la santé (principalement sur la végétation) et doivent être respectées « dans un délai raisonnable ». Les normes de qualité de l'air sont des valeurs à court, moyen ou long terme valables 24 heures sur 7, 8 jours sur 5, et pour une exposition mensuelle, saisonnière ou annuelle de tous les sujets vivants (y compris les sous-groupes sensibles tels que les enfants, les personnes âgées et les malades) ainsi que des objets non vivants ; cela contraste avec les niveaux maximaux admissibles pour l'exposition professionnelle, qui sont pour une exposition hebdomadaire partielle (par exemple, XNUMX heures par jour, XNUMX jours par semaine) de travailleurs adultes et supposés en bonne santé.

Les mesures typiques de gestion de la qualité de l'air sont des mesures de contrôle à la source, par exemple, l'application de l'utilisation de convertisseurs catalytiques dans les véhicules ou de normes d'émission dans les incinérateurs, l'aménagement du territoire et la fermeture d'usines ou la réduction du trafic en cas de conditions météorologiques défavorables. . La meilleure gestion de la qualité de l'air insiste sur le fait que les émissions de polluants atmosphériques doivent être réduites au minimum ; ceci est essentiellement défini par des normes d'émission pour les sources uniques de pollution de l'air et pourrait être réalisé pour les sources industrielles, par exemple, par des systèmes fermés et des collecteurs à haut rendement. Une norme d'émission est une limite sur la quantité ou la concentration d'un polluant émis par une source. Ce type de législation nécessite une décision, pour chaque industrie, sur le meilleur moyen de contrôler ses émissions (c'est-à-dire la fixation de normes d'émission).

L'objectif fondamental de la gestion de la pollution atmosphérique est d'élaborer un plan de mise en œuvre de la qualité de l'air (ou plan de réduction de la pollution atmosphérique) (Schwela et Köth-Jahr 1994) qui se compose des éléments suivants :

  • description de la zone en ce qui concerne la topographie, la météorologie et la socioéconomie
  • inventaire des émissions
  • comparaison avec les normes d'émission
  • inventaire des concentrations de polluants atmosphériques
  • concentrations simulées de polluants atmosphériques
  • comparaison avec les normes de qualité de l'air
  • inventaire des effets sur la santé publique et l'environnement
  • analyse causale
  • des mesures de contrôle
  • coût des mesures de contrôle
  • coût de la santé publique et des effets sur l'environnement
  • analyse coûts-avantages (coûts du contrôle vs. coûts des efforts)
  • transports et aménagement du territoire
  • plan d'exécution; engagement de ressources
  • projections pour l'avenir sur la population, le trafic, les industries et la consommation de carburant
  • stratégies de suivi.

 

Certains de ces problèmes seront décrits ci-dessous.

Inventaire des émissions ; Comparaison avec les normes d'émission

L'inventaire des émissions est une liste la plus complète des sources dans une zone donnée et de leurs émissions individuelles, estimées aussi précisément que possible à partir de toutes les sources ponctuelles, linéaires et étendues (diffuses). Lorsque ces émissions sont comparées aux normes d'émission fixées pour une source particulière, des premières indications sur les mesures de contrôle possibles sont données si les normes d'émission ne sont pas respectées. L'inventaire des émissions sert également à évaluer une liste prioritaire de sources importantes en fonction de la quantité de polluants émis et indique l'influence relative des différentes sources, par exemple, le trafic par rapport aux sources industrielles ou résidentielles. L'inventaire des émissions permet également une estimation des concentrations de polluants atmosphériques pour les polluants pour lesquels les mesures de concentration ambiante sont difficiles ou trop coûteuses à effectuer.

Inventaire des concentrations de polluants atmosphériques ; Comparaison avec les normes de qualité de l'air

L'inventaire des concentrations de polluants atmosphériques résume les résultats de la surveillance des polluants de l'air ambiant en termes de moyennes annuelles, de centiles et de tendances de ces quantités. Les composés mesurés pour un tel inventaire comprennent les éléments suivants :

  • le dioxyde de soufre
  • Oxydes d'azote
  • particules en suspension
  • le monoxyde de carbone
  • ozone
  • métaux lourds (Pb, Cd, Ni, Cu, Fe, As, Be)
  • hydrocarbures aromatiques polycycliques : benzo(a)pyrène, benzo(e)pyrène, benzo(a)anthracène, dibenzo(un, h)anthracène, benzoprendre note)pérylène, coronan
  • les composés organiques volatils: n-hexane, benzène, 3-méthyl-hexane, n-heptane, toluène, octane, éthyl-benzène xylène (o-,m-,p-), n-nonane, isopropylbenzène, propylbenzène, n-2-/3-/4-éthyltoluène, 1,2,4-/1,3,5-triméthylbenzène, trichlorométhane, 1,1,1 trichloroéthane, tétrachlorométhane, tri-/tétrachloroéthène.

 

La comparaison des concentrations de polluants atmosphériques avec les normes ou lignes directrices sur la qualité de l'air, si elles existent, indique les domaines problématiques pour lesquels une analyse causale doit être effectuée afin de déterminer les sources responsables de la non-conformité. La modélisation de la dispersion doit être utilisée pour effectuer cette analyse causale (voir « Pollution de l'air : Modélisation de la dispersion des polluants atmosphériques »). Les dispositifs et procédures utilisés aujourd'hui dans la surveillance de la pollution de l'air ambiant sont décrits dans la section « Surveillance de la qualité de l'air ».

Concentrations simulées de polluants atmosphériques ; Comparaison avec les normes de qualité de l'air

A partir de l'inventaire des émissions, avec ses milliers de composés qui ne peuvent pas tous être suivis dans l'air ambiant pour des raisons d'économie, l'utilisation de la modélisation de la dispersion peut aider à estimer les concentrations de composés plus « exotiques ». En utilisant des paramètres météorologiques appropriés dans un modèle de dispersion approprié, les moyennes annuelles et les centiles peuvent être estimés et comparés aux normes ou lignes directrices sur la qualité de l'air, si elles existent.

Inventaire des effets sur la santé publique et l'environnement ; Analyse causale

Une autre source importante d'informations est l'inventaire des effets (Ministerium für Umwelt 1993), qui se compose des résultats d'études épidémiologiques dans la zone donnée et des effets de la pollution de l'air observés sur les récepteurs biologiques et matériels tels que, par exemple, les plantes, les animaux et la construction. métaux et pierres de construction. Les effets observés attribués à la pollution de l'air doivent faire l'objet d'une analyse causale par rapport à la composante responsable d'un effet particulier, par exemple, une prévalence accrue de bronchite chronique dans une zone polluée. Si le ou les composés ont été fixés dans une analyse causale (analyse composé-causal), une deuxième analyse doit être effectuée pour découvrir les sources responsables (analyse source-causale).

Des mesures de contrôle; Coût des mesures de contrôle

Les mesures de contrôle pour les installations industrielles comprennent des dispositifs d'épuration de l'air adéquats, bien conçus, bien installés, exploités et entretenus efficacement, également appelés séparateurs ou collecteurs. Un séparateur ou un collecteur peut être défini comme un « appareil pour séparer un ou plusieurs des éléments suivants d'un milieu gazeux dans lequel ils sont en suspension ou mélangés : particules solides (filtre et séparateurs de poussière), particules liquides (filtre et séparateur de gouttelettes) et gaz (épurateur de gaz) ». Les types de base d'équipements de contrôle de la pollution de l'air (discutés plus en détail dans la section "Contrôle de la pollution de l'air") sont les suivants :

  • pour les particules : séparateurs inertiels (ex. cyclones) ; filtres en tissu (filtres à manches); précipitateurs électrostatiques; collecteurs humides (épurateurs)
  • pour les polluants gazeux : collecteurs humides (épurateurs) ; unités d'adsorption (par exemple, lits d'adsorption); postcombustion, qui peut être à combustion directe (incinération thermique) ou catalytique (combustion catalytique).

 

Les collecteurs humides (épurateurs) peuvent être utilisés pour collecter, en même temps, les polluants gazeux et les particules. De plus, certains types d'appareils à combustion peuvent brûler des gaz et des vapeurs combustibles ainsi que certains aérosols combustibles. Selon le type d'effluent, un collecteur ou une combinaison de plusieurs collecteurs peut être utilisé.

Le contrôle des odeurs chimiquement identifiables repose sur le contrôle du ou des agents chimiques dont elles émanent (par exemple, par absorption, par incinération). Cependant, lorsqu'une odeur n'est pas définie chimiquement ou que l'agent producteur se trouve à des niveaux extrêmement bas, d'autres techniques peuvent être utilisées, telles que le masquage (par un agent plus fort, plus agréable et inoffensif) ou la neutralisation (par un additif qui neutralise ou partiellement neutralise l'odeur désagréable).

Il faut garder à l'esprit qu'une exploitation et une maintenance adéquates sont indispensables pour assurer l'efficacité attendue d'un collecteur. Cela devrait être assuré au stade de la planification, tant du point de vue du savoir-faire que du point de vue financier. Les besoins énergétiques ne doivent pas être négligés. Lors de la sélection d'un appareil de purification de l'air, non seulement le coût initial, mais également les coûts de fonctionnement et d'entretien doivent être pris en compte. Chaque fois qu'il s'agit de polluants à haute toxicité, une efficacité élevée doit être assurée, ainsi que des procédures spéciales pour l'entretien et l'élimination des déchets.

Les mesures de contrôle fondamentales dans les installations industrielles sont les suivantes :

Substitution de matériaux. Exemples : substitution de solvants moins toxiques à des solvants hautement toxiques utilisés dans certains procédés industriels ; l'utilisation de combustibles à faible teneur en soufre (par exemple, le charbon lavé), produisant ainsi moins de composés soufrés, etc.

Modification ou changement du procédé ou de l'équipement industriel. Exemples : dans la sidérurgie, passage du minerai brut au minerai fritté bouleté (pour réduire les poussières dégagées lors de la manutention du minerai) ; utilisation de systèmes fermés au lieu de systèmes ouverts ; remplacement des systèmes de chauffage au combustible par des systèmes à vapeur, à eau chaude ou électriques ; utilisation de catalyseurs aux sorties d'air d'échappement (procédés de combustion) etc.

Des modifications des procédés, ainsi que de l'agencement de l'usine, peuvent également faciliter et/ou améliorer les conditions de dispersion et de collecte des polluants. Par exemple, une disposition différente de l'usine peut faciliter l'installation d'un système d'évacuation local ; la performance d'un processus à un débit inférieur peut permettre l'utilisation d'un certain collecteur (avec des limitations de volume mais autrement adéquat). Les modifications de procédés qui concentrent différentes sources d'effluents sont étroitement liées au volume d'effluents traité, et l'efficacité de certains équipements d'épuration de l'air augmente avec la concentration de polluants dans les effluents. La substitution de matériaux et la modification de processus peuvent avoir des limitations techniques et/ou économiques, et celles-ci doivent être prises en compte.

Entretien ménager et stockage adéquats. Exemples : assainissement strict dans la transformation des aliments et des produits animaux ; éviter le stockage à l'air libre de produits chimiques (par exemple, des tas de soufre) ou de matériaux poussiéreux (par exemple, du sable), ou, à défaut, la pulvérisation d'eau sur les tas de particules en vrac (si possible) ou l'application de revêtements de surface (par exemple, des agents mouillants, plastique) aux amas de matériaux susceptibles de dégager des polluants.

Élimination adéquate des déchets. Exemples : éviter de simplement entasser les déchets chimiques (tels que les déchets des réacteurs de polymérisation), ainsi que de déverser des matières polluantes (solides ou liquides) dans les cours d'eau. Cette dernière pratique entraîne non seulement une pollution de l'eau, mais peut également créer une source secondaire de pollution de l'air, comme dans le cas des déchets liquides des usines de pâte à papier au bisulfite, qui libèrent des polluants gazeux odorants nauséabonds.

Entretien. Exemple : des moteurs à combustion interne bien entretenus et bien réglés produisent moins de monoxyde de carbone et d'hydrocarbures.

Pratiques de travail. Exemple : prise en compte des conditions météorologiques, notamment des vents, lors de la pulvérisation de pesticides.

Par analogie avec les pratiques adéquates sur le lieu de travail, les bonnes pratiques au niveau communautaire peuvent contribuer à la lutte contre la pollution de l'air - par exemple, les changements dans l'utilisation des véhicules à moteur (plus de transports collectifs, de petites voitures, etc.) et le contrôle des installations de chauffage (meilleur isolation des bâtiments pour nécessiter moins de chauffage, de meilleurs combustibles, etc.).

Les mesures de contrôle des émissions des véhicules sont des programmes d'inspection et d'entretien obligatoires adéquats et efficaces qui sont appliqués pour le parc automobile existant, des programmes d'application de l'utilisation de convertisseurs catalytiques dans les voitures neuves, le remplacement agressif des voitures solaires/à piles par des voitures à carburant , régulation de la circulation routière et concepts de transport et d'aménagement du territoire.

Les émissions des véhicules à moteur sont contrôlées en contrôlant les émissions par véhicule mille parcouru (VMT) et en contrôlant le VMT lui-même (Walsh 1992). Les émissions par VMT peuvent être réduites en contrôlant les performances des véhicules - matériel, maintenance - pour les voitures neuves et en cours d'utilisation. La composition du carburant de l'essence au plomb peut être contrôlée en réduisant la teneur en plomb ou en soufre, ce qui a également un effet bénéfique sur la diminution des émissions de HC des véhicules. L'abaissement des niveaux de soufre dans le carburant diesel comme moyen de réduire les émissions de particules diesel a l'effet bénéfique supplémentaire d'augmenter le potentiel de contrôle catalytique des émissions de particules diesel et de HC organiques.

Un autre outil de gestion important pour réduire les émissions d'évaporation et de ravitaillement des véhicules est le contrôle de la volatilité de l'essence. Le contrôle de la volatilité du carburant peut réduire considérablement les émissions de HC par évaporation des véhicules. L'utilisation d'additifs oxygénés dans l'essence réduit les émissions de HC et de CO tant que la volatilité du carburant n'augmente pas.

La réduction du VMT est un moyen supplémentaire de contrôler les émissions des véhicules par des stratégies de contrôle telles que

  • utilisation de modes de transport plus efficaces
  • augmenter le nombre moyen de passagers par voiture
  • répartir les pics de trafic congestionnés
  • réduire la demande de déplacements.

 

Bien que de telles approches favorisent la conservation du carburant, elles ne sont pas encore acceptées par la population générale et les gouvernements n'ont pas sérieusement essayé de les mettre en œuvre.

Toutes ces solutions technologiques et politiques au problème des véhicules à moteur, à l'exception de la substitution des voitures électriques, sont de plus en plus compensées par la croissance du parc automobile. Le problème du véhicule ne peut être résolu que si le problème de la croissance est traité de manière appropriée.

coût de la santé publique et effets environnementaux ; L'analyse coûts-avantages

L'estimation des coûts des effets sur la santé publique et l'environnement est la partie la plus difficile d'un plan de mise en œuvre d'un air pur, car il est très difficile d'estimer la valeur de la réduction à vie des maladies invalidantes, des taux d'hospitalisation et des heures de travail perdues. Cependant, cette estimation et une comparaison avec le coût des mesures de contrôle sont absolument nécessaires pour équilibrer les coûts des mesures de contrôle par rapport aux coûts de l'absence de mesures de ce type, en termes de santé publique et d'effets environnementaux.

Transport et aménagement du territoire

Le problème de la pollution est intimement lié à l'utilisation des terres et au transport, y compris des questions telles que la planification communautaire, la conception des routes, le contrôle de la circulation et les transports en commun ; aux préoccupations de démographie, de topographie et d'économie ; et aux préoccupations sociales (Venzia 1977). En général, les agglomérations urbaines à croissance rapide ont de graves problèmes de pollution dus à de mauvaises pratiques d'utilisation des terres et de transport. La planification des transports pour le contrôle de la pollution atmosphérique comprend les contrôles des transports, les politiques de transport, les transports en commun et les coûts de congestion routière. Les contrôles des transports ont un impact important sur le grand public en termes d'équité, de répression et de perturbation sociale et économique - en particulier, les contrôles directs des transports tels que les contraintes des véhicules à moteur, les limitations d'essence et les réductions des émissions des véhicules à moteur. Les réductions d'émissions dues aux contrôles directs peuvent être estimées et vérifiées de manière fiable. Les contrôles indirects des transports, tels que la réduction des véhicules-kilomètres parcourus par l'amélioration des systèmes de transport en commun, les réglementations sur l'amélioration de la circulation, les réglementations sur les parkings, les taxes routières et sur l'essence, les autorisations d'utilisation de la voiture et les incitations aux approches volontaires sont principalement basés sur des expériences antérieures. l'expérience d'erreurs et comprennent de nombreuses incertitudes lors de la tentative d'élaboration d'un plan de transport viable.

Les plans d'action nationaux impliquant des contrôles indirects des transports peuvent affecter les transports et l'aménagement du territoire en ce qui concerne les autoroutes, les parkings et les centres commerciaux. La planification à long terme du système de transport et de la zone influencée par celui-ci empêchera une détérioration importante de la qualité de l'air et assurera le respect des normes de qualité de l'air. Le transport en commun est constamment considéré comme une solution potentielle aux problèmes de pollution de l'air en milieu urbain. Le choix d'un système de transport en commun pour desservir une zone et les différentes répartitions modales entre l'utilisation de l'autoroute et le service d'autobus ou de train modifieront en fin de compte les schémas d'utilisation du sol. Il existe une répartition optimale qui minimisera la pollution de l'air; cependant, cela peut ne pas être acceptable lorsque des facteurs non environnementaux sont pris en compte.

L'automobile a été qualifiée de plus grand générateur d'externalités économiques jamais connu. Certains d'entre eux, tels que les emplois et la mobilité, sont positifs, mais les négatifs, tels que la pollution de l'air, les accidents entraînant des décès et des blessures, les dommages matériels, le bruit, la perte de temps et l'aggravation, conduisent à la conclusion que le transport n'est pas une industrie à coûts décroissants dans les zones urbanisées. Les coûts de congestion des autoroutes sont une autre externalité ; Le temps perdu et les coûts de congestion sont cependant difficiles à déterminer. Une véritable évaluation des modes de transport concurrents, tels que les transports en commun, ne peut être obtenue si les coûts de déplacement pour les déplacements professionnels n'incluent pas les coûts de congestion.

La planification de l'utilisation des terres pour le contrôle de la pollution atmosphérique comprend les codes de zonage et les normes de performance, les contrôles de l'utilisation des terres, le logement et l'aménagement du territoire, et les politiques d'aménagement du territoire. Le zonage de l'utilisation des terres a été la première tentative de protection des personnes, de leurs biens et de leurs opportunités économiques. Cependant, la nature omniprésente des polluants atmosphériques nécessitait plus qu'une séparation physique des industries et des zones résidentielles pour protéger l'individu. Pour cette raison, des normes de performance basées initialement sur des décisions esthétiques ou qualitatives ont été introduites dans certains codes de zonage dans le but de quantifier les critères d'identification des problèmes potentiels.

Les limites de la capacité d'assimilation de l'environnement doivent être identifiées pour l'aménagement du territoire à long terme. Ensuite, des contrôles de l'utilisation des terres peuvent être développés pour répartir équitablement la capacité entre les activités locales souhaitées. Les contrôles de l'utilisation des terres comprennent des systèmes de permis pour l'examen de nouvelles sources fixes, la réglementation de zonage entre les zones industrielles et résidentielles, la restriction par servitude ou achat de terrain, le contrôle de l'emplacement des récepteurs, le zonage de la densité d'émission et les réglementations sur l'allocation des émissions.

Les politiques de logement visant à rendre l'accession à la propriété accessible à de nombreuses personnes qui ne pourraient pas se le permettre autrement (telles que les incitations fiscales et les politiques hypothécaires) stimulent l'étalement urbain et découragent indirectement le développement résidentiel à plus forte densité. Ces politiques se sont maintenant avérées désastreuses pour l'environnement, car aucune considération n'a été accordée au développement simultané de systèmes de transport efficaces pour répondre aux besoins de la multitude de nouvelles communautés en cours de développement. La leçon tirée de cette évolution est que les programmes ayant un impact sur l'environnement doivent être coordonnés et une planification globale entreprise au niveau où le problème survient et à une échelle suffisamment grande pour inclure l'ensemble du système.

La planification de l'utilisation des terres doit être examinée aux niveaux national, provincial ou étatique, régional et local pour assurer de manière adéquate la protection à long terme de l'environnement. Les programmes gouvernementaux commencent généralement par l'implantation de centrales électriques, les sites d'extraction minière, le zonage côtier et le désert, la montagne ou d'autres aménagements récréatifs. Étant donné que la multiplicité des gouvernements locaux dans une région donnée ne peut pas traiter de manière adéquate les problèmes environnementaux régionaux, les gouvernements ou agences régionaux devraient coordonner l'aménagement du territoire et les schémas de densité en supervisant l'aménagement spatial et l'emplacement des nouvelles constructions et utilisations, ainsi que les installations de transport. L'aménagement du territoire et la planification des transports doivent être liés à l'application des règlements pour maintenir la qualité de l'air souhaitée. Idéalement, la lutte contre la pollution de l'air devrait être planifiée par la même agence régionale qui s'occupe de l'aménagement du territoire en raison des externalités qui se chevauchent associées aux deux problèmes.

Plan d'application, engagement de ressources

Le plan de mise en œuvre de la qualité de l'air doit toujours contenir un plan d'application qui indique comment les mesures de contrôle peuvent être appliquées. Cela implique également un engagement de ressources qui, selon un principe de pollueur-payeur, indiquera ce que le pollueur doit mettre en œuvre et comment le gouvernement aidera le pollueur à remplir l'engagement.

Projections pour l'avenir

Dans le sens d'un plan de précaution, le plan de mise en œuvre de l'air pur devrait également inclure des estimations des tendances de la population, du trafic, des industries et de la consommation de carburant afin d'évaluer les réponses aux problèmes futurs. Cela évitera les tensions futures en appliquant des mesures bien avant les problèmes imaginaires.

Stratégies de suivi

Une stratégie de suivi de la gestion de la qualité de l'air consiste en des plans et des politiques sur la façon de mettre en œuvre les futurs plans de mise en œuvre de la qualité de l'air.

Rôle de l'évaluation de l'impact environnemental

L'évaluation de l'impact environnemental (EIE) est le processus consistant à fournir une déclaration détaillée par l'agence responsable sur l'impact environnemental d'une action proposée affectant de manière significative la qualité de l'environnement humain (Lee 1993). L'EIE est un instrument de prévention visant à prendre en compte l'environnement humain à un stade précoce du développement d'un programme ou d'un projet.

L'EIE est particulièrement importante pour les pays qui développent des projets dans le cadre de la réorientation et de la restructuration économiques. L'EIE est devenue une législation dans de nombreux pays développés et est maintenant de plus en plus appliquée dans les pays en développement et les économies en transition.

L'EIE est intégrative dans le sens d'une planification et d'une gestion globales de l'environnement prenant en compte les interactions entre les différents milieux environnementaux. D'autre part, l'EIE intègre l'estimation des conséquences environnementales dans le processus de planification et devient ainsi un instrument de développement durable. L'EIA combine également des propriétés techniques et participatives car elle collecte, analyse et applique des données scientifiques et techniques en tenant compte du contrôle de la qualité et de l'assurance qualité, et souligne l'importance des consultations préalables aux procédures d'autorisation entre les agences environnementales et le public qui pourrait être affecté par des projets particuliers. . Un plan de mise en œuvre de l'air pur peut être considéré comme faisant partie de la procédure d'EIE en référence à l'air.

 

Noir

L'objectif de la modélisation de la pollution de l'air est l'estimation des concentrations de polluants extérieurs causées, par exemple, par les processus de production industrielle, les rejets accidentels ou le trafic. La modélisation de la pollution atmosphérique est utilisée pour déterminer la concentration totale d'un polluant, ainsi que pour trouver la cause de niveaux extraordinairement élevés. Pour les projets en phase de planification, la contribution supplémentaire à la charge existante peut être estimée à l'avance et les conditions d'émission peuvent être optimisées.

Figure 1. Système mondial de surveillance de l'environnement/Gestion de la pollution atmosphérique

EPC020F1

Selon les normes de qualité de l'air définies pour le polluant considéré, des valeurs moyennes annuelles ou des pics de concentration de courte durée sont intéressants. Habituellement, les concentrations doivent être déterminées là où les gens sont actifs, c'est-à-dire près de la surface à une hauteur d'environ deux mètres au-dessus du sol.

Paramètres influençant la dispersion des polluants

Deux types de paramètres influencent la dispersion des polluants : les paramètres sources et les paramètres météorologiques. Pour les paramètres sources, les concentrations sont proportionnelles à la quantité de polluant qui est émise. S'il s'agit de poussière, le diamètre des particules doit être connu pour déterminer la sédimentation et le dépôt du matériau (VDI 1992). Comme les concentrations en surface sont plus faibles avec une plus grande hauteur de cheminée, ce paramètre doit également être connu. De plus, les concentrations dépendent de la quantité totale de gaz d'échappement, ainsi que de sa température et de sa vitesse. Si la température des gaz d'échappement dépasse la température de l'air ambiant, le gaz sera soumis à une flottabilité thermique. Sa vitesse d'échappement, qui peut être calculée à partir du diamètre intérieur de la cheminée et du volume des gaz d'échappement, provoquera une flottabilité dynamique. Des formules empiriques peuvent être utilisées pour décrire ces caractéristiques (VDI 1985; Venkatram et Wyngaard 1988). Il faut souligner que ce n'est pas la masse du polluant en question mais celle du gaz total qui est responsable de la flottabilité thermique et dynamique.

Les paramètres météorologiques qui influencent la dispersion des polluants sont la vitesse et la direction du vent, ainsi que la stratification thermique verticale. La concentration de polluant est proportionnelle à l'inverse de la vitesse du vent. Ceci est principalement dû au transport accéléré. De plus, le mélange turbulent augmente avec la vitesse du vent. Comme les soi-disant inversions (c'est-à-dire les situations où la température augmente avec la hauteur) entravent le mélange turbulent, des concentrations de surface maximales sont observées lors d'une stratification très stable. Au contraire, les situations convectives intensifient le mélange vertical et présentent donc les valeurs de concentration les plus faibles.

Les normes de qualité de l'air - par exemple, les valeurs moyennes annuelles ou les 98 centiles - sont généralement basées sur des statistiques. Par conséquent, des données de séries chronologiques pour les paramètres météorologiques pertinents sont nécessaires. Idéalement, les statistiques devraient être fondées sur dix années d'observation. Si seules des séries chronologiques plus courtes sont disponibles, il convient de s'assurer qu'elles sont représentatives pour une période plus longue. Cela peut être fait, par exemple, par l'analyse de séries chronologiques plus longues provenant d'autres sites d'observation.

La série chronologique météorologique utilisée doit également être représentative du site considéré, c'est-à-dire qu'elle doit refléter les caractéristiques locales. Ceci est particulièrement important en ce qui concerne les normes de qualité de l'air basées sur les fractions maximales de la distribution, comme les 98 centiles. Si aucune série chronologique de ce type n'est disponible, un modèle de flux météorologique peut être utilisé pour en calculer une à partir d'autres données, comme cela sera décrit ci-dessous.

 


 

Programmes internationaux de surveillance

Des agences internationales telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) ont mis en place des projets de surveillance et de recherche afin de clarifier les problèmes liés à la pollution de l'air et de promouvoir des mesures de prévention détérioration de la santé publique et des conditions environnementales et climatiques.

Le Système mondial de surveillance de l'environnement GEMS/Air (OMS/PNUE 1993) est organisé et parrainé par l'OMS et le PNUE et a développé un programme complet pour fournir les instruments de gestion rationnelle de la pollution atmosphérique (voir figure 55.1.[EPC01FE] Le noyau de ce programme est une base de données mondiale sur les concentrations de polluants atmosphériques urbains de dioxyde de soufre, de particules en suspension, de plomb, d'oxydes d'azote, de monoxyde de carbone et d'ozone. Cependant, cette base de données est aussi importante que la fourniture d'outils de gestion tels que des guides pour les inventaires rapides des émissions, des programmes pour la modélisation de la dispersion, les estimations de l'exposition de la population, les mesures de contrôle et l'analyse coûts-avantages À cet égard, GEMS/Air fournit des manuels d'examen méthodologique (OMS/PNUE 1994, 1995), effectue des évaluations mondiales de la qualité de l'air, facilite l'examen et la validation des évaluations , agit en tant que courtier en données/informations, produit des documents techniques à l'appui de tous les aspects de la gestion de la qualité de l'air, facilite l'établissement chargé du suivi, réalise et distribue largement les revues annuelles, et établit ou identifie des centres régionaux de collaboration et/ou des experts pour coordonner et soutenir les activités en fonction des besoins des régions. (OMS/PNUE 1992, 1993, 1995)

Le programme Global Atmospheric Watch (GAW) (Miller et Soudine 1994) fournit des données et d'autres informations sur la composition chimique et les caractéristiques physiques connexes de l'atmosphère, ainsi que leurs tendances, dans le but de comprendre la relation entre l'évolution de la composition atmosphérique et les changements de la et le climat régional, le transport atmosphérique à longue distance et le dépôt de substances potentiellement nocives sur les écosystèmes terrestres, d'eau douce et marins, et le cycle naturel des éléments chimiques dans le système global atmosphère/océan/biosphère, et les impacts anthropiques sur ceux-ci. Le programme GAW comprend quatre domaines d'activité : le système mondial d'observation de l'ozone (GO3OS), la surveillance mondiale de la composition atmosphérique de fond, y compris le réseau de surveillance de la pollution atmosphérique de fond (BAPMoN) ; la dispersion, le transport, la transformation chimique et le dépôt de polluants atmosphériques sur terre et sur mer à différentes échelles de temps et d'espace ; échange de polluants entre l'atmosphère et les autres compartiments de l'environnement ; et surveillance intégrée. L'un des aspects les plus importants du GAW est la création de centres d'activités scientifiques d'assurance qualité pour superviser la qualité des données produites dans le cadre du GAW.


 

 

Concepts de modélisation de la pollution atmosphérique

Comme mentionné ci-dessus, la dispersion des polluants dépend des conditions d'émission, du transport et du mélange turbulent. L'utilisation de l'équation complète qui décrit ces caractéristiques est appelée modélisation de la dispersion eulérienne (Pielke 1984). Par cette approche, les gains et les pertes du polluant en question doivent être déterminés en tout point d'une grille spatiale imaginaire et à des pas de temps distincts. Comme cette méthode est très complexe et demande beaucoup de temps informatique, elle ne peut généralement pas être utilisée de manière routinière. Cependant, pour de nombreuses applications, il peut être simplifié en utilisant les hypothèses suivantes :

  • aucun changement des conditions d'émission avec le temps
  • aucun changement des conditions météorologiques pendant le transport
  • vitesse du vent supérieure à 1 m/s.

 

Dans ce cas, l'équation mentionnée ci-dessus peut être résolue analytiquement. La formule résultante décrit un panache avec une distribution de concentration gaussienne, le soi-disant modèle de panache gaussien (VDI 1992). Les paramètres de distribution dépendent des conditions météorologiques et de la distance sous le vent ainsi que de la hauteur de la cheminée. Ils doivent être déterminés empiriquement (Venkatram et Wyngaard 1988). Les situations où les émissions et/ou les paramètres météorologiques varient considérablement dans le temps et/ou dans l'espace peuvent être décrites par le modèle bouffé gaussien (VDI 1994). Selon cette approche, des bouffées distinctes sont émises à des pas de temps fixes, chacune suivant sa propre trajectoire en fonction des conditions météorologiques actuelles. Sur son chemin, chaque bouffée grossit selon un brassage turbulent. Là encore, les paramètres décrivant cette croissance doivent être déterminés à partir de données empiriques (Venkatram et Wyngaard 1988). Il faut toutefois souligner que pour atteindre cet objectif, les paramètres d'entrée doivent être disponibles avec la résolution nécessaire dans le temps et/ou dans l'espace.

Concernant les rejets accidentels ou les études de cas uniques, un modèle lagrangien ou particulaire (Directive VDI 3945, partie 3) est recommandée. Le concept consiste donc à calculer les trajectoires de nombreuses particules, chacune représentant une quantité fixe du polluant en question. Les trajets individuels sont composés de transport par le vent moyen et de perturbations stochastiques. En raison de la partie stochastique, les chemins ne concordent pas entièrement, mais décrivent le mélange par turbulence. En principe, les modèles lagrangiens sont capables de considérer des conditions météorologiques complexes - en particulier, le vent et la turbulence ; les champs calculés par les modèles de flux décrits ci-dessous peuvent être utilisés pour la modélisation de la dispersion lagrangienne.

Modélisation de la dispersion en terrain complexe

Si les concentrations de polluants doivent être déterminées dans un terrain structuré, il peut être nécessaire d'inclure les effets topographiques sur la dispersion des polluants dans la modélisation. Ces effets sont, par exemple, le transport suivant la structure topographique, ou les systèmes de vent thermique comme les brises de mer ou les vents de montagne, qui changent la direction du vent au cours de la journée.

Si de tels effets se produisent à une échelle beaucoup plus grande que la zone du modèle, l'influence peut être considérée en utilisant des données météorologiques qui reflètent les caractéristiques locales. Si de telles données ne sont pas disponibles, la structure tridimensionnelle imprimée sur l'écoulement par la topographie peut être obtenue en utilisant un modèle d'écoulement correspondant. Sur la base de ces données, la modélisation de la dispersion elle-même peut être effectuée en supposant une homogénéité horizontale comme décrit ci-dessus dans le cas du modèle de panache gaussien. Cependant, dans les situations où les conditions de vent changent de manière significative à l'intérieur de la zone du modèle, la modélisation de la dispersion elle-même doit tenir compte de l'écoulement tridimensionnel affecté par la structure topographique. Comme mentionné ci-dessus, cela peut être fait en utilisant une bouffée gaussienne ou un modèle lagrangien. Une autre façon consiste à effectuer la modélisation eulérienne plus complexe.

Pour déterminer la direction du vent en accord avec le terrain topographiquement structuré, une modélisation de masse cohérente ou diagnostique peut être utilisée (Pielke 1984). Avec cette approche, l'écoulement est adapté à la topographie en variant le moins possible les valeurs initiales et en gardant sa masse constante. Comme il s'agit d'une approche qui conduit à des résultats rapides, elle peut également être utilisée pour calculer des statistiques de vent pour un certain site si aucune observation n'est disponible. Pour ce faire, les statistiques de vent géostrophique (c'est-à-dire les données d'altitude des radiosondes) sont utilisées.

Si, toutefois, les systèmes éoliens thermiques doivent être examinés plus en détail, des modèles dits pronostiques doivent être utilisés. En fonction de l'échelle et de la pente de la zone du modèle, une approche hydrostatique, ou encore plus complexe non hydrostatique, est appropriée (VDI 1981). Les modèles de ce type nécessitent beaucoup de puissance informatique, ainsi que beaucoup d'expérience dans l'application. La détermination des concentrations sur la base des moyennes annuelles n'est généralement pas possible avec ces modèles. Au lieu de cela, les études des pires cas peuvent être réalisées en considérant une seule direction du vent et les paramètres de vitesse du vent et de stratification qui entraînent les valeurs de concentration en surface les plus élevées. Si ces valeurs les plus défavorables ne dépassent pas les normes de qualité de l'air, des études plus détaillées ne sont pas nécessaires.

Figure 2. Structure topographique d'une région modèle

EPC30F1A

Les figures 2, 3 et 4 montrent comment le transport et la distribution des polluants peuvent être présentés en relation avec l'influence des climatologies du terrain et du vent dérivées de la prise en compte des fréquences des vents de surface et géostrophiques.

Figure 3. Distributions de fréquence de surface déterminées à partir de la distribution de fréquence géostrophique

EPC30F1B

Figure 4. Concentrations moyennes annuelles de polluants pour une région hypothétique calculées à partir de la distribution des fréquences géostrophiques pour des champs de vent hétérogènes

EPC30F1C

Modélisation de la dispersion en cas de sources faibles

Compte tenu de la pollution de l'air causée par des sources basses (c'est-à-dire des hauteurs de cheminée de l'ordre de la hauteur des bâtiments ou des émissions du trafic routier), l'influence des bâtiments environnants doit être prise en compte. Les émissions du trafic routier seront piégées dans une certaine mesure dans les canyons de la rue. Des formulations empiriques ont été trouvées pour décrire cela (Yamartino et Wiegand 1986).

Les polluants émis par une cheminée basse située sur un bâtiment seront captés dans la circulation sous le vent du bâtiment. L'étendue de cette circulation sous le vent dépend de la hauteur et de la largeur du bâtiment, ainsi que de la vitesse du vent. Par conséquent, les approches simplifiées pour décrire la dispersion des polluants dans un tel cas, basées uniquement sur la hauteur d'un bâtiment, ne sont généralement pas valables. L'étendue verticale et horizontale de la circulation sous le vent a été obtenue à partir d'études en soufflerie (Hosker 1985) et peut être mise en œuvre dans des modèles de diagnostic cohérents en masse. Dès que le champ d'écoulement est déterminé, il permet de calculer le transport et le mélange turbulent du polluant émis. Cela peut être fait par modélisation de dispersion lagrangienne ou eulérienne.

Des études plus détaillées - concernant les rejets accidentels, par exemple - ne peuvent être réalisées qu'en utilisant des modèles d'écoulement et de dispersion non hydrostatiques au lieu d'une approche diagnostique. Comme ceci, en général, exige une puissance informatique élevée, une approche du pire des cas telle que décrite ci-dessus est recommandée avant une modélisation statistique complète.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 15: 40

Surveillance de la qualité de l'air

La surveillance de la qualité de l'air désigne la mesure systématique des polluants de l'air ambiant afin de pouvoir évaluer l'exposition des récepteurs vulnérables (par exemple, les personnes, les animaux, les plantes et les œuvres d'art) sur la base de normes et de lignes directrices dérivées des effets observés, et/ou établir la source de la pollution de l'air (analyse causale).

Les concentrations de polluants dans l'air ambiant sont influencées par la variance spatiale ou temporelle des émissions de substances dangereuses et la dynamique de leur dispersion dans l'air. En conséquence, des variations quotidiennes et annuelles marquées des concentrations se produisent. Il est pratiquement impossible de déterminer de manière unifiée toutes ces différentes variations de la qualité de l'air (en langage statistique, la population des états de qualité de l'air). Ainsi, les mesures de concentrations de polluants dans l'air ambiant ont toujours le caractère d'échantillons spatiaux ou temporels aléatoires.

Planification des mesures

La première étape de la planification de la mesure consiste à formuler le but de la mesure aussi précisément que possible. Les questions importantes et les domaines d'opération pour la surveillance de la qualité de l'air comprennent :

Mesure de surface :

  • détermination représentative de l'exposition dans une zone (surveillance générale de l'air)
  • mesure représentative de la pollution préexistante dans la zone d'une installation projetée (permis, TA Luft (Instruction technique, air))
  • avertissement de smog (smog hivernal, fortes concentrations d'ozone)
  • mesures dans les points chauds de la pollution de l'air pour estimer l'exposition maximale des récepteurs (EU-NO2 directive, mesures dans les canyons de rue, conformément à la loi fédérale allemande sur le contrôle des immissions)
  • vérifier les résultats des mesures de réduction de la pollution et les tendances dans le temps
  • mesures de dépistage
  • investigations scientifiques - par exemple, le transport de la pollution atmosphérique, les conversions chimiques, l'étalonnage des calculs de dispersion.

 

Mesure de l'installation :

  • mesures en réponse à des réclamations
  • détermination des sources d'émissions, analyse causale
  • mesures en cas d'incendies et de rejets accidentels
  • vérifier le succès des mesures de réduction
  • surveiller les émissions fugitives des usines.

 

L'objectif de la planification de la mesure est d'utiliser des procédures de mesure et d'évaluation adéquates pour répondre à des questions spécifiques avec une certitude suffisante et au moindre coût possible.

Un exemple des paramètres à utiliser pour la planification des mesures est présenté dans le tableau 1, en relation avec une évaluation de la pollution de l'air dans la zone d'une installation industrielle projetée. Reconnaissant que les exigences formelles varient selon la juridiction, il convient de noter qu'une référence spécifique est faite ici aux procédures d'autorisation allemandes pour les installations industrielles.

Tableau 1. Paramètres pour la planification des mesures lors de la mesure des concentrations de pollution de l'air ambiant (avec exemple d'application)

Paramètre

Exemple d'application : Procédure d'autorisation pour
installations industrielles en Allemagne

Énoncé de la question

Mesure de la pollution antérieure dans la procédure d'autorisation ; mesure de sonde aléatoire représentative

Zone de mesure

Cercle autour de l'emplacement avec un rayon de 30 fois la hauteur réelle de la cheminée (simplifié)

Normes d'évaluation (en fonction du lieu et du temps) : valeurs caractéristiques à
obtenu à partir des données de mesure

Seuils limites IW1 (moyenne arithmétique) et IW2 (98e centile) de TA Luft (instruction technique, air); calcul de I1 (moyenne arithmétique) et I2 (98e centile) à partir de mesures effectuées sur 1 km2 (surface d'évaluation) à comparer avec IW1 et IW2

Commande, choix et densité
des sites de mesure

Balayage régulier de 1km2, entraînant un choix « aléatoire » des sites de mesure

Période de mesure

1 an, au moins 6 mois

Hauteur de mesure

1.5 à 4 mètres au-dessus du sol

Fréquence de mesure

52 (104) mesures par zone d'évaluation pour les polluants gazeux, selon la hauteur de la pollution

Durée de chaque mesure

1/2 heure pour les polluants gazeux, 24 heures pour les poussières en suspension, 1 mois pour les précipitations de poussières

Temps de mesure

Choix aléatoire

Objet mesuré

Pollution de l'air émise par l'installation prévue

Procédure de mesure

Procédure de mesure standard nationale (directives VDI)

Certitude nécessaire des résultats de mesure

Haute

Exigences qualité, contrôle qualité, étalonnage, maintenance

Directives VDI

Enregistrement des données de mesure, validation, archivage, évaluation

Calcul de la quantité de données I1V et I2V pour chaque domaine d'évaluation

Costs

Dépend de la zone de mesure et des objectifs

 

L'exemple du tableau 1 montre le cas d'un réseau de mesure qui est censé surveiller la qualité de l'air dans une zone spécifique de la manière la plus représentative possible, pour comparer avec des limites de qualité de l'air désignées. L'idée sous-jacente à cette approche est qu'un choix aléatoire de sites de mesure est effectué afin de couvrir également des emplacements dans une zone avec une qualité de l'air variable (par exemple, des zones de vie, des rues, des zones industrielles, des parcs, des centres-villes, des banlieues). Cette approche peut s'avérer très coûteuse sur de grandes surfaces en raison du nombre de sites de mesure nécessaires.

Une autre conception d'un réseau de mesure part donc de sites de mesure sélectionnés de manière représentative. Si des mesures de différentes qualités de l'air sont effectuées dans les endroits les plus importants et que la durée pendant laquelle les objets protégés restent dans ces «microenvironnements» est connue, l'exposition peut alors être déterminée. Cette approche peut être étendue à d'autres microenvironnements (par exemple, pièces intérieures, voitures) afin d'estimer l'exposition totale. La modélisation de la diffusion ou les mesures de criblage peuvent aider à choisir les bons sites de mesure.

Une troisième approche consiste à mesurer aux points d'exposition présumée la plus élevée (par exemple, pour le NO2 et benzène dans les canyons de rue). Si les normes d'évaluation sont respectées sur ce site, il est suffisamment probable que ce sera également le cas pour tous les autres sites. Cette approche, en se concentrant sur les points critiques, nécessite relativement peu de sites de mesure, mais ceux-ci doivent être choisis avec un soin particulier. Cette méthode particulière risque de surestimer l'exposition réelle.

Les paramètres de durée de mesure, d'évaluation des données de mesure et de fréquence de mesure sont essentiellement donnés dans la définition des normes d'évaluation (limites) et du niveau de certitude souhaité des résultats. Les limites de seuil et les conditions périphériques à prendre en compte dans la planification des mesures sont liées. En utilisant des procédures de mesure en continu, une résolution temporellement presque transparente peut être obtenue. Mais cela n'est nécessaire que pour surveiller les valeurs maximales et/ou pour les avertissements de smog ; pour le suivi des valeurs moyennes annuelles, par exemple, des mesures discontinues suffisent.

La section suivante est consacrée à la description des capacités des procédures de mesure et du contrôle qualité en tant que paramètre supplémentaire important pour la planification des mesures.

Assurance qualité

Les mesures des concentrations de polluants dans l'air ambiant peuvent être coûteuses à réaliser et les résultats peuvent affecter des décisions importantes avec de graves implications économiques ou écologiques. Par conséquent, les mesures d'assurance qualité font partie intégrante du processus de mesure. Deux domaines doivent ici être distingués.

Mesures axées sur la procédure

Chaque procédure de mesure complète se compose de plusieurs étapes : échantillonnage, préparation de l'échantillon et nettoyage ; séparation, détection (étape analytique finale); et la collecte et l'évaluation des données. Dans certains cas, en particulier avec la mesure continue de gaz inorganiques, certaines étapes de la procédure peuvent être omises (par exemple, la séparation). Il convient de s'efforcer de respecter intégralement les procédures lors de la réalisation des mesures. Des procédures normalisées et donc documentées de manière exhaustive doivent être suivies, sous la forme de normes DIN/ISO, de normes CEN ou de directives VDI.

Mesures axées sur l'utilisateur

L'utilisation d'équipements et de procédures normalisés et éprouvés pour la mesure de la concentration de polluants dans l'air ambiant ne peut à elle seule garantir une qualité acceptable si l'utilisateur n'emploie pas de méthodes adéquates de contrôle de la qualité. Les séries de normes DIN/EN/ISO 9000 (Normes de gestion de la qualité et d'assurance qualité), EN 45000 (qui définit les exigences pour les laboratoires d'essais) et le Guide ISO 25 (Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnage et d'essais) sont importantes pour les utilisateurs. mesures ciblées pour assurer la qualité.

Les aspects importants des mesures de contrôle de la qualité des utilisateurs comprennent :

  • acceptation et mise en pratique du contenu des mesures au sens des bonnes pratiques de laboratoire (BPL)
  • entretien correct des équipements de mesure, mesures qualifiées pour éliminer les perturbations et assurer les réparations
  • effectuer des étalonnages et des vérifications régulières pour s'assurer du bon fonctionnement
  • réalisation d'essais interlaboratoires.

 

Procédures de mesure

Procédures de mesure pour les gaz inorganiques

Il existe une multitude de procédures de mesure pour la large gamme de gaz inorganiques. Nous différencierons les méthodes manuelles des méthodes automatiques.

Procédures manuelles

Dans le cas des procédures de mesure manuelles pour les gaz inorganiques, la substance à mesurer est normalement adsorbée lors de l'échantillonnage dans une solution ou un matériau solide. Dans la plupart des cas, une détermination photométrique est effectuée après une réaction colorée appropriée. Plusieurs procédures de mesure manuelles ont une importance particulière en tant que procédures de référence. En raison du coût relativement élevé du personnel, ces procédures manuelles ne sont que rarement utilisées pour les mesures sur le terrain aujourd'hui, lorsque des procédures automatiques alternatives sont disponibles. Les procédures les plus importantes sont brièvement décrites dans le tableau 2.

Tableau 2. Procédures de mesure manuelle des gaz inorganiques

Matières

Procédure

Internationaux

Commentaires

SO2

Procédure TCM

Absorption en solution de tétrachloromercurate (pissette) ; réaction avec le formaldéhyde et la pararosaniline en acide sulfonique rouge-violet; détermination photométrique

Procédure de mesure de référence UE ;
DL = 0.2 µg SO2;
s = 0.03 mg/m3 à 0.5 mg/m3

SO2

Procédure de gel de silice

Élimination des substances interférentes par H concentré3PO4; adsorption sur gel de silice ; désorption thermique en H2-flux et réduction en H2S; réaction au bleu de molybdène ; détermination photométrique

DL = 0.3 µg SO2;
s = 0.03 mg/m3 à 0.5 mg/m3

NON2

Procédure de Saltzman

Absorption dans la solution réactionnelle avec formation d'un colorant azoïque rouge (flacon laveur) ; détermination photométrique

Étalonnage avec du nitrite de sodium ;
DL = 3 µg/m3

O3

L'iodure de potassium
procédure

Formation d'iode à partir d'une solution aqueuse d'iodure de potassium (flacon laveur); détermination photométrique

DL = 20 µg/m3;
rél. s = ± 3.5 % à 390 µg/m3

F-

Procédure de perle d'argent;
variante 1

Échantillonnage avec pré-séparateur de poussière ; enrichissement de F- sur billes d'argent recouvertes de carbonate de sodium ; élution et mesure avec une chaîne d'électrodes au fluorure de lanthane sensible aux ions

Inclusion d'une partie indéterminée des immissions de fluorure particulaire

F-

Procédure de perle d'argent;
variante 2

Échantillonnage avec filtre à membrane chauffée ; enrichissement de F- sur billes d'argent recouvertes de carbonate de sodium ; dosage par procédure électrochimique (variante 1) ou photométrique (alizarine-complexone)

Risque de résultats inférieurs en raison de la sorption partielle des immissions de fluorure gazeux sur le filtre à membrane ;
DL = 0.5 µg/m3

Cl-

Rhodanure de mercure
procédure

Absorption dans une solution d'hydroxyde de sodium 0.1 N (flacon laveur); réaction avec le rhodanure de mercure et les ions Fe(III) pour former un complexe de thiocyanato de fer ; détermination photométrique

DL = 9 µg/m3

Cl2

Procédure méthyl-orange

Réaction de blanchiment avec une solution de méthyl-orange (pissette); détermination photométrique

LD = 0.015 mg/m3

NH3

Procédure à l'indophénol

Absorption en H dilué2SO4 (Empancheur/flacon laveur) ; conversion avec du phénol et de l'hypochlorite en colorant indophénol ; détermination photométrique

DL = 3 µg/m3 (impacteur); partiel
inclusion de composés et d'amines

NH3

Procédure de Nessler

Absorption en H dilué2SO4 (Empancheur/flacon laveur) ; distillation et réaction avec le réactif de Nessler, détermination photométrique

DL = 2.5 µg/m3 (impacteur); partiel
inclusion de composés et d'amines

H2S

Bleu de molybdène
procédure

Absorption sous forme de sulfure d'argent sur des billes de verre traitées avec du sulfate d'argent et de l'hydrogénosulfate de potassium (tube de sorption) ; libéré sous forme de sulfure d'hydrogène et conversion en bleu de molybdène; détermination photométrique

DL = 0.4 µg/m3

H2S

Procédure au bleu de méthylène

Absorption dans une suspension d'hydroxyde de cadmium lors de la formation de CdS ; conversion en bleu de méthylène; détermination photométrique

DL = 0.3 µg/m3

DL = limite de détection ; s = écart type ; rél. s = s relatif.

Une variante d'échantillonnage spéciale, utilisée principalement dans le cadre de procédures de mesure manuelles, est le tube de séparation par diffusion (dénudeur). La technique du dénudeur vise à séparer les phases gazeuse et particulaire en utilisant leurs différentes vitesses de diffusion. Ainsi, il est souvent utilisé sur des problèmes de séparation difficiles (par exemple, ammoniac et composés d'ammonium ; oxydes d'azote, acide nitrique et nitrates ; oxydes de soufre, acide sulfurique et sulfates ou halogénures/halogénures d'hydrogène). Dans la technique classique du dénudeur, l'air de test est aspiré à travers un tube en verre avec un revêtement spécial, en fonction du ou des matériaux à collecter. La technique du dénudeur a été développée dans de nombreuses variantes et également partiellement automatisée. Il a considérablement élargi les possibilités d'échantillonnage différencié, mais, selon les variantes, il peut être très laborieux et sa bonne utilisation nécessite une grande expérience.

Procédures automatisées

Il existe de nombreux moniteurs de mesure en continu différents sur le marché pour le dioxyde de soufre, les oxydes d'azote, le monoxyde de carbone et l'ozone. Ils sont pour la plupart utilisés notamment dans les réseaux de mesure. Les caractéristiques les plus importantes des méthodes individuelles sont rassemblées dans le tableau 3.

Tableau 3. Procédures de mesure automatisées pour les gaz inorganiques

Matières

Principe de mesure

Commentaires

SO2

Réaction de conductométrie du SO2 avec H2O2 en H dilué2SO4; mesure de l'augmentation de la conductivité

Exclusion des interférences avec filtre sélectif (KHSO4/AgNO3)

SO2

fluorescence UV; excitation de SO2 molécules avec rayonnement UV (190–230 nm); mesure du rayonnement de fluorescence

Interférences, par exemple par des hydrocarbures,
doivent être éliminés avec des systèmes de filtrage appropriés

NON NON2

Chimiluminescence ; réaction de NO avec O3 à NON2; détection de rayonnement de chimioluminescence avec photomultiplicateur

NON2 seulement indirectement mesurable ; utilisation de convertisseurs pour la réduction de NO2 à NON ; mesure de NO et NOx
(=NON+NON2) dans des canaux séparés

CO

Absorption infrarouge non dispersive ;
mesure de l'absorption IR avec
détecteur spécifique contre cellule de référence

Référence : (a) cellule avec N2; (b) air ambiant après élimination du CO ; (c) élimination optique de l'absorption de CO (corrélation du filtre à gaz)

O3

Absorption des UV ; lampe Hg basse pression comme source de rayonnement (253.7 nm); enregistrement de l'absorption UV conformément à la loi de Lambert-Beer ; détecteur : photodiode à vide, valve photosensible

Référence : air ambiant après élimination de l'ozone (par exemple, Cu/MnO2)

O3

Chimiluminescence ; réaction de O3 avec de l'éthène en formaldéhyde; détection de rayonnement de chimiluminescence avec
photomultiplicateur

Bonne sélectivité ; éthylène nécessaire comme gaz réactif

 

Il convient de souligner ici que toutes les procédures de mesure automatiques basées sur des principes physico-chimiques doivent être étalonnées à l'aide de procédures de référence (manuelles). Étant donné que les équipements automatiques des réseaux de mesure fonctionnent souvent pendant de longues périodes (par exemple, plusieurs semaines) sans surveillance humaine directe, il est indispensable que leur bon fonctionnement soit régulièrement et automatiquement vérifié. Cela se fait généralement à l'aide de gaz zéro et d'essai qui peuvent être produits par plusieurs méthodes (préparation de l'air ambiant ; bouteilles de gaz sous pression ; perméation ; diffusion ; dilution statique et dynamique).

Procédures de mesure des polluants atmosphériques poussiéreux et de leur composition

Parmi les polluants atmosphériques particulaires, les retombées de poussière et les particules en suspension (MPS) sont différenciées. Les chutes de poussière sont constituées de particules plus grosses, qui tombent au sol en raison de leur taille et de leur épaisseur. Les SPM comprennent la fraction particulaire qui est dispersée dans l'atmosphère de manière quasi-stable et quasi-homogène et reste donc en suspension pendant un certain temps.

Mesure des particules en suspension et des composés métalliques dans les SPM

Comme c'est le cas pour les mesures des polluants atmosphériques gazeux, les procédures de mesure continues et discontinues des MPS peuvent être différenciées. En règle générale, les SPM sont d'abord séparés sur des filtres en fibre de verre ou à membrane. Il s'ensuit une détermination gravimétrique ou radiométrique. En fonction de l'échantillonnage, une distinction peut être faite entre une procédure pour mesurer la SPM totale sans fractionnement selon la taille des particules et une procédure de fractionnement pour mesurer les poussières fines.

Les avantages et les inconvénients des mesures de poussières en suspension fractionnées sont contestés au niveau international. En Allemagne, par exemple, tous les seuils et normes d'évaluation sont basés sur le total des particules en suspension. Cela signifie que, pour la plupart, seules les mesures SPM totales sont effectuées. Aux États-Unis, au contraire, la procédure dite PM-10 (matière particulaire £ 10μm) est très courante. Dans cette procédure, seules les particules d'un diamètre aérodynamique jusqu'à 10 μm sont incluses (portion d'inclusion de 50 %), qui sont inhalables et peuvent pénétrer dans les poumons. Il est prévu d'introduire le procédé PM-10 dans l'Union européenne comme procédé de référence. Le coût des mesures SPM fractionnées est considérablement plus élevé que celui de la mesure de la poussière totale en suspension, car les appareils de mesure doivent être équipés de têtes d'échantillonnage spéciales, de construction coûteuse, qui nécessitent une maintenance coûteuse. Le tableau 4 contient des détails sur les procédures de mesure SPM les plus importantes.

Tableau 4. Procédures de mesure des particules en suspension (MPS)

Procédure

Principe de mesure

Commentaires

Petit appareil de filtrage

Échantillonnage non fractionné ; débit d'air 2.7–2.8 m3/h ; diamètre du filtre 50 mm; analyse gravimétrique

Manipulation facile; horloge de contrôle ;
appareil utilisable avec PM-10
préséparateur

Dispositif LIB

Échantillonnage non fractionné ; débit d'air 15-16 m3/h ; diamètre du filtre 120 mm; analyse gravimétrique

Séparation des grosses poussières
quantités; avantageux pour
analyse des composants de la poussière ;
horloge de contrôle

Échantillonneur à haut volume

Inclusion de particules jusqu'à env. 30 µm de diamètre ; débit d'air env. 100 mètres3/h ; diamètre du filtre 257 mm; analyse gravimétrique

Séparation des grosses poussières
quantités, avantageux pour
analyse des composants de la poussière ;
niveau de bruit relativement élevé

FH 62 I

Appareil de mesure radiométrique continu des poussières ; échantillonnage sans fractionnement ; débit d'air 1 ou 3 m3/h ; enregistrement de la masse de poussière séparée sur une bande de filtre en mesurant l'atténuation du rayonnement β (krypton 85) lors du passage à travers un filtre exposé (chambre d'ionisation)

Étalonnage gravimétrique par dépoussiérage de filtres simples ; appareil également utilisable avec le préséparateur PM-10

Dépoussiéreur BETA F 703

Appareil de mesure radiométrique continu des poussières ; échantillonnage non fractionné ; débit d'air 3 m3/h ; enregistrement de la masse de poussière séparée sur une bande de filtre en mesurant l'atténuation du rayonnement β (carbone 14) lors du passage à travers un filtre exposé (tube compteur Geiger Müller)

Étalonnage gravimétrique par dépoussiérage de filtres simples ; appareil également utilisable avec le préséparateur PM-10

TÉOM 1400

Appareil de mesure continue de la poussière ; échantillonnage non fractionné ; débit d'air 1 m3/h ; poussière recueillie sur un filtre, qui fait partie d'un système vibrant auto-résonant, en flux latéral (3 l/min) ; enregistrement de l'abaissement de fréquence par augmentation de la charge de poussière sur le filtre

Relation entre la fréquence
l'abaissement et la masse de poussière doivent être
établi par étalonnage

 

 

 

Récemment, des changeurs de filtres automatiques ont également été développés qui contiennent un plus grand nombre de filtres et les fournissent à l'échantillonneur, l'un après l'autre, à des intervalles de temps. Les filtres exposés sont stockés dans un magasin. Les limites de détection pour les procédures de filtrage se situent entre 5 et 10 μg/m3 de poussière, en règle générale.

Enfin, la procédure de fumée noire pour les mesures SPM doit être mentionnée. Venant de Grande-Bretagne, il a été intégré dans les directives de l'UE pour le SO2 et la poussière en suspension. Dans cette procédure, le noircissement du filtre revêtu est mesuré avec un photomètre reflex après l'échantillonnage. Les valeurs de fumée noire ainsi obtenues par photométrie sont converties en unités gravimétriques (μg/m3) à l'aide d'une courbe d'étalonnage. Cette fonction d'étalonnage dépendant fortement de la composition de la poussière, notamment de sa teneur en suie, la conversion en unités gravimétriques est problématique.

Aujourd'hui, les composés métalliques sont souvent déterminés en routine dans les échantillons d'immission de poussières en suspension. En général, la collecte des poussières en suspension sur les filtres est suivie d'une dissolution chimique des poussières séparées, car les étapes analytiques finales les plus courantes supposent la conversion des composés métalliques et métalloïdes en solution aqueuse. En pratique, les méthodes les plus importantes sont de loin la spectroscopie d'absorption atomique (AAS) et la spectroscopie avec excitation plasma (ICP-OES). D'autres procédures pour déterminer les composés métalliques dans la poussière en suspension sont l'analyse par fluorescence X, la polarographie et l'analyse par activation neutronique. Bien que les composés métalliques soient mesurés depuis plus d'une décennie maintenant en tant que composant des MPS dans l'air extérieur sur certains sites de mesure, d'importantes questions restent sans réponse. Ainsi le prélèvement classique par séparation des poussières en suspension sur des filtres suppose que la séparation des composés de métaux lourds sur le filtre est complète. Cependant, des indications antérieures ont été trouvées dans la littérature remettant cela en question. Les résultats sont très hétérogènes.

Un autre problème réside dans le fait que différentes formes de composés, ou des composés uniques des éléments respectifs, ne peuvent pas être distingués dans l'analyse des composés métalliques dans la poussière en suspension en utilisant les procédures de mesure conventionnelles. Alors que dans de nombreux cas des déterminations totales adéquates peuvent être faites, une différenciation plus approfondie serait souhaitable avec certains métaux particulièrement cancérigènes (As, Cd, Cr, Ni, Co, Be). Il existe souvent de grandes différences dans les effets cancérigènes des éléments et de leurs composés individuels (par exemple, les composés du chrome aux niveaux d'oxydation III et VI - seuls ceux du niveau VI sont cancérigènes). Dans de tels cas, une mesure spécifique des composés individuels (analyse des espèces) serait souhaitable. Malgré l'importance de ce problème, seules les premières tentatives d'analyse des espèces sont faites dans la technique de mesure.

Mesure des chutes de poussière et des composés métalliques dans les chutes de poussière

Deux méthodes fondamentalement différentes sont utilisées pour collecter les chutes de poussière :

  • échantillonnage dans des récipients collecteurs
  • échantillonnage sur des surfaces adhésives.

 

Une procédure populaire pour mesurer les chutes de poussière (poussière déposée) est la procédure dite de Bergerhoff. Dans cette procédure, la totalité des précipitations atmosphériques (dépôts secs et humides) est collectée pendant 30 ± 2 jours dans des récipients à environ 1.5 à 2.0 mètres au-dessus du sol (dépôts en vrac). Ensuite, les récipients collecteurs sont amenés au laboratoire et préparés (filtrés, eau évaporée, séchés, pesés). Le résultat est calculé sur la base de la surface du récipient collecteur et du temps d'exposition en grammes par mètre carré et par jour (g/m2ré). La limite de détection relative est de 0.035 g/m2d.

Des procédures supplémentaires pour collecter les chutes de poussière comprennent le dispositif Liesegang-Löbner et des méthodes qui collectent la poussière déposée sur des feuilles adhésives.

Tous les résultats de mesure des chutes de poussière sont des valeurs relatives qui dépendent de l'appareil utilisé, car la séparation de la poussière est influencée par les conditions d'écoulement au niveau de l'appareil et d'autres paramètres. Les différences dans les valeurs de mesure obtenues avec les différentes procédures peuvent atteindre 50 %.

La composition de la poussière déposée, telle que la teneur en plomb, cadmium et autres composés métalliques, est également importante. Les procédures analytiques utilisées pour cela sont fondamentalement les mêmes que celles utilisées pour les poussières en suspension.

Mesure de matériaux spéciaux sous forme de poussière

Les matériaux spéciaux sous forme de poussière comprennent l'amiante et la suie. La collecte des fibres en tant que polluants de l'air est importante puisque l'amiante a été classé comme matériau cancérigène confirmé. Les fibres d'un diamètre D ≤ 3 μm et d'une longueur L ≥ 5 μm, où L:D ≥ 3, sont considérées comme cancérigènes. Les procédés de mesure des matériaux fibreux consistent à compter au microscope les fibres qui ont été séparées sur des filtres. Seules les procédures de microscopie électronique peuvent être envisagées pour les mesures de l'air extérieur. Les fibres sont séparées sur des filtres poreux recouverts d'or. Avant l'évaluation au microscope électronique à balayage, l'échantillon est débarrassé des substances organiques par incinération au plasma directement sur le filtre. Les fibres sont comptées sur une partie de la surface du filtre, choisies au hasard et classées par géométrie et type de fibre. À l'aide de l'analyse par rayons X à dispersion d'énergie (EDXA), les fibres d'amiante, les fibres de sulfate de calcium et d'autres fibres inorganiques peuvent être différenciées sur la base de la composition élémentaire. L'ensemble de la procédure est extrêmement coûteux et nécessite le plus grand soin pour obtenir des résultats fiables.

La suie sous forme de particules émises par les moteurs diesel est devenue pertinente puisque la suie diesel a également été classée cancérigène. En raison de sa composition changeante et complexe et du fait que divers constituants sont également émis par d'autres sources, il n'existe pas de procédure de mesure spécifique aux suies diesel. Néanmoins, pour dire quelque chose de concret sur les concentrations dans l'air ambiant, la suie est classiquement définie comme du carbone élémentaire, faisant partie du carbone total. Elle est mesurée après prélèvement et une étape d'extraction et/ou désorption thermique. La détermination de la teneur en carbone s'ensuit par combustion dans un courant d'oxygène et titrage coulométrique ou détection IR non dispersive du dioxyde de carbone formé au cours du processus.

Le soi-disant éthalomètre et le capteur d'aérosol photoélectrique sont également utilisés pour mesurer la suie, en principe.

Mesurer les dépôts humides

Avec les dépôts secs, les dépôts humides sous la pluie, la neige, le brouillard et la rosée constituent le moyen le plus important par lequel des matières nocives pénètrent dans le sol, l'eau ou les surfaces végétales depuis l'air.

Afin de bien distinguer le dépôt humide sous la pluie et la neige (le brouillard et la rosée posent des problèmes particuliers) de la mesure du dépôt total (dépôt massif, voir section « Mesure des retombées de poussières et de composés métalliques » ci-dessus) et du dépôt sec, des capteurs de pluie, dont l'ouverture de collecte est couverte lorsqu'il n'y a pas de pluie (échantillonneur humide uniquement), sont utilisés pour l'échantillonnage. Avec les capteurs de pluie, qui fonctionnent principalement sur le principe des changements de conductivité, le couvercle s'ouvre lorsqu'il commence à pleuvoir et se referme lorsque la pluie s'arrête.

Les échantillons sont transférés à travers un entonnoir (zone ouverte d'environ 500 cm2 et plus) dans un récipient de collecte obscurci et si possible isolé (en verre ou en polyéthylène pour les composants inorganiques uniquement).

En général, l'analyse de l'eau collectée pour les composants inorganiques peut être effectuée sans préparation d'échantillon. L'eau doit être centrifugée ou filtrée si elle est visiblement trouble. La conductivité, le pH et les anions importants (NO3 - , SO4 2- , Cl-) et des cations (Ca2+K+, Mg2+, N / A+, NH4 + et ainsi de suite) sont systématiquement mesurés. Composés traces instables et états intermédiaires comme H2O2 ou ASS3 - sont également mesurés à des fins de recherche.

Pour l'analyse, on utilise des procédures généralement disponibles pour les solutions aqueuses telles que la conductométrie pour la conductivité, les électrodes pour les valeurs de pH, la spectroscopie d'adsorption atomique pour les cations (voir la section "Mesure de matériaux spéciaux sous forme de poussière", ci-dessus) et, de plus en plus, la chromatographie par échange d'ions. avec détection de conductivité pour les anions.

Les composés organiques sont extraits de l'eau de pluie avec, par exemple, du dichlorométhane, ou soufflés avec de l'argon et adsorbés avec des tubes Tenax (uniquement des matériaux très volatils). Les matériaux sont ensuite soumis à une analyse par chromatographie en phase gazeuse (voir « Procédures de mesure des polluants organiques de l'air », ci-dessous).

Les dépôts secs sont directement corrélés aux concentrations dans l'air ambiant. Les différences de concentration des matières nocives en suspension dans l'air dans la pluie sont cependant relativement faibles, de sorte que pour mesurer les dépôts humides, des réseaux de mesure à larges mailles sont adéquats. Citons par exemple le réseau de mesure européen EMEP, dans lequel l'entrée d'ions sulfate et nitrate, certains cations et les valeurs de pH des précipitations sont recueillies dans environ 90 stations. Il existe également de vastes réseaux de mesure en Amérique du Nord.

Procédures de mesure optique longue distance

Alors que les procédures décrites jusqu'à présent capturent la pollution de l'air en un point, les procédures de mesure optique à longue distance mesurent de manière intégrée sur des trajets lumineux de plusieurs kilomètres ou déterminent la distribution spatiale. Ils utilisent les caractéristiques d'absorption des gaz de l'atmosphère dans le domaine spectral UV, visible ou IR et sont basés sur la loi de Lambert-Beer, selon laquelle le produit du trajet lumineux et de la concentration est proportionnel à l'extinction mesurée. Si l'émetteur et le récepteur de l'installation de mesure modifient la longueur d'onde, plusieurs composants peuvent être mesurés en parallèle ou séquentiellement avec un seul appareil.

En pratique, les systèmes de mesure identifiés dans le tableau 5 jouent le rôle le plus important.

Tableau 5. Procédures de mesure longue distance

Procédure

Application

Avantages désavantages

Fourier
transform
infrarouge
spectroscopie (FTIR)

Portée IR (env. 700–3,000 XNUMX cm-1), chemin lumineux de plusieurs centaines de mètres.
Surveille les sources de surface diffuses (clôture optique), mesure les composés organiques individuels

+ Système multi-composants
+ dl quelques ppb
- Coûteux

Différentielle
optique
absorption
spectrométrie (DOAS)

Sentier lumineux à plusieurs km; mesures SO2, Je n'ai pas2, benzène, HNO3; surveille les sources linéaires et surfaciques, utilisées dans les réseaux de mesure

+ Facile à manipuler 
+ Test de performance réussi
+ Système multi-composants
– Dl élevé dans des conditions de mauvaise visibilité (egbrouillard)

Longue distance
absorption laser
spectroscopie (TDLAS)

Zone de recherche, en cuves basse pression pour OH-

+ Haute sensibilité (à ppt)
+ Mesure les composés traces instables
- Coût élevé
- Difficile à gérer

Différentielle
Absorption
LIDAR (cadran)

Surveille les sources de surface, les mesures d'immission de grande surface

+ Mesures de l'espace
distribution
+ Mesures inaccessibles
endroits (p. ex., traînées de gaz de fumée)
- Coûteux
– Spectre de composants limité (SO2, L'3, Je n'ai pas2)

LIDAR = détection et télémétrie de la lumière ; DIAL = LIDAR à absorption différentielle.

 

Procédures de mesure des polluants atmosphériques organiques

La mesure de la pollution de l'air contenant des composants organiques est compliquée principalement par la gamme de matériaux dans cette classe de composés. Plusieurs centaines de composants individuels aux caractéristiques toxicologiques, chimiques et physiques très différentes sont couverts sous le titre général «polluants organiques de l'air» dans les registres d'émissions et les plans de qualité de l'air des zones congestionnées.

En raison notamment des grandes différences d'impact potentiel, la collecte de composants individuels pertinents a de plus en plus remplacé les procédures de sommation précédemment utilisées (par exemple, détecteur à ionisation de flamme, procédure de carbone total), dont les résultats ne peuvent pas être évalués toxicologiquement. La méthode FID a cependant gardé une certaine importance dans le cadre d'une courte colonne de séparation pour séparer le méthane, peu réactif photochimiquement, et pour collecter les composés organiques volatils précurseurs (COV) pour la formation de photo-oxydants.

La nécessité fréquente de séparer les mélanges complexes des composés organiques en composants individuels pertinents fait de leur mesure pratiquement un exercice de chromatographie appliquée. Les procédures chromatographiques sont les méthodes de choix lorsque les composés organiques sont suffisamment stables, thermiquement et chimiquement. Pour les matériaux organiques avec des groupes fonctionnels réactifs, des procédures distinctes qui utilisent les caractéristiques physiques ou les réactions chimiques des groupes fonctionnels pour la détection continuent de tenir leur terrain.

Les exemples incluent l'utilisation d'amines pour convertir les aldéhydes en hydrazones, avec une mesure photométrique ultérieure; dérivation avec la 2,4-dinitrophénylhydrazine et séparation de la 2,4-hydrazone qui est formée ; ou former des colorants azoïques avec p-nitroaniline pour la détection des phénols et des crésols.

Parmi les procédures chromatographiques, la chromatographie en phase gazeuse (GC) et la chromatographie liquide à haute pression (HPLC) sont les plus fréquemment utilisées pour séparer les mélanges souvent complexes. Pour la chromatographie en phase gazeuse, des colonnes de séparation de diamètres très étroits (environ 0.2 à 0.3 mm et environ 30 à 100 m de long), appelées colonnes capillaires à haute résolution (HRGC), sont presque exclusivement utilisées aujourd'hui. Une série de détecteurs sont disponibles pour trouver les composants individuels après la colonne de séparation, tels que le FID mentionné ci-dessus, l'ECD (détecteur de capture d'électrons, spécifiquement pour les substituts électrophiles tels que l'halogène), le PID (détecteur de photo-ionisation, qui est particulièrement sensible aux hydrocarbures aromatiques et autres systèmes d'électrons p), et le NPD (détecteur thermoionique spécifique aux composés azotés et phosphorés). La HPLC utilise des détecteurs à flux spéciaux qui, par exemple, sont conçus comme la cuvette à flux d'un spectromètre UV.

L'utilisation d'un spectromètre de masse comme détecteur est particulièrement efficace, mais aussi particulièrement coûteuse. Une identification vraiment certaine, en particulier avec des mélanges inconnus de composés, n'est souvent possible que par le spectre de masse du composé organique. L'information qualitative du soi-disant temps de rétention (temps pendant lequel le matériau reste dans la colonne) contenue dans le chromatogramme avec des détecteurs conventionnels est complétée par la détection spécifique des composants individuels par des fragmentogrammes de masse à haute sensibilité de détection.

L'échantillonnage doit être considéré avant l'analyse proprement dite. Le choix de la méthode d'échantillonnage est déterminé principalement par la volatilité, mais aussi par la plage de concentration attendue, la polarité et la stabilité chimique. De plus, avec les composés non volatils, il faut choisir entre les mesures de concentration et de dépôt.

Le tableau 6 donne un aperçu des procédures courantes de surveillance de l'air pour l'enrichissement actif et l'analyse chromatographique des composés organiques, avec des exemples d'applications.

Tableau 6. Aperçu des procédures courantes de mesure chromatographique de la qualité de l'air des composés organiques (avec exemples d'applications)

Groupe de matériaux

Concentration
gamme

Échantillonnage, préparation

Dernière étape analytique

Hydrocarbures C1-C9

µg/m3

Souris à gaz (prélèvement rapide), seringue étanche aux gaz, piégeage à froid devant colonne capillaire (focalisation), désorption thermique

CPG/DIF

Hydrocarbures à bas point d'ébullition, fortement
hydrocarbures halogénés volatils

ng/m3–μg/m3

Cylindre en acier inoxydable sous vide et passivé (également pour les mesures d'air pur)
Envoi d'échantillons par boucles de gaz, piégeage à froid, désorption thermique

CPG/FID/ECD/PID

Composés organiques au point d'ébullition
gamme C6-C30 (60-350 ºC)

µg/m3

Adsorption sur charbon actif, (a) désorption avec CS2 (b) désorption avec des solvants (c) analyse de l'espace de tête

Capillaire
CPG/DIF

Composés organiques au point d'ébullition
plage 20–300 ºC

ng/m3–μg/m3

Adsorption sur polymères organiques (ex. Tenax) ou tamis moléculaire de carbone (carbopack), désorption thermique avec piégeage à froid devant colonne capillaire (focalisation) ou extraction par solvant

Capillaire
GC/FID/ECD/SM

Modification pour faible ébullition
composés (à partir de –120 ºC)

ng/m3–μg/m3

Adsorption sur polymères refroidis (ex tube thermogradient), refroidi à –120 ºC, utilisation de carbopack

Capillaire
GC/FID/ECD/SM

Composés organiques à haut point d'ébullition
partiellement attaché aux particules
(en particulier HAP, PCB, PCDD/PCDF),
volume d'échantillonnage élevé

fg/m3–ng/m3

Échantillonnage sur filtres (par exemple, petit dispositif de filtrage ou échantillonneur à grand volume) avec des cartouches de polyuréthane ultérieures pour la partie gazeuse, désorption de solvant du filtre et du polyuréthane, diverses étapes de purification et de préparation, également sublimation pour les HAP

Capillaire
GC-GCMS
(PCDD/PCDF),
capillaire GC-FID ou
SM (HAP), CLHP
fluorescence
détecteur (PAH)

Composés organiques à haut point d'ébullition,
en particulier. PCDD, PCDF, PBDD, PBDF,
faible volume d'échantillonnage

fg/m3–ng/m3

Adsorption sur des polymères organiques (par exemple, cylindre de mousse de polyuréthane) avec des filtres préalables (par exemple, fibre de verre) ou inorg. adsorber. (par exemple, gel de silice), extraction avec des solvants, diverses étapes de purification et de préparation (y compris la chromatographie multicolonne), dérivation pour les chlorophénols

HRGC/DPE

Composés organiques à haut point d'ébullition
lié à des particules, par exemple des composants
d'aérosols organiques, dépôt
échantillons

ng/m3
ng–μg/g
aérosol
pg–ng/m2 journée

Séparation des aérosols sur des filtres en fibre de verre (par exemple, échantillonneur à volume élevé ou faible) ou dépoussiérage sur des surfaces standardisées, extraction avec des solvants (pour le dépôt également de l'eau filtrée restante), diverses étapes de purification et de préparation

HRGC/MS
HPLC (pour les HAP)

GC = chromatographie en phase gazeuse ; GCMS = GC/spectroscopie de masse ; FID = détecteur à ionisation de flamme ; HRGC/ECD = GC/ECD haute résolution ; ECD = détecteur à capture d'électrons ; HPLC = chromatographie liquide à haute performance. PID = détecteur à photo-ionisation.

 

Les mesures de dépôt de composés organiques à faible volatilité (par exemple, dibenzodioxines et dibenzofuranes (PCDD/PCDF), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)) gagnent en importance du point de vue de l'impact environnemental. Étant donné que la nourriture est la principale source d'absorption humaine, les matières en suspension dans l'air transférées sur les plantes alimentaires sont d'une grande importance. Il existe cependant des preuves que le transfert de matière par dépôt de particules est moins important que le dépôt sec de composés quasi gazeux.

Pour mesurer le dépôt total, des dispositifs normalisés de précipitation de poussière sont utilisés (par exemple, la procédure de Bergerhoff), qui ont été légèrement modifiés par assombrissement comme protection contre l'entrée d'une forte lumière. Des problèmes techniques importants de mesure, tels que la remise en suspension de particules déjà séparées, l'évaporation ou une éventuelle décomposition photolytique, sont désormais systématiquement étudiés afin d'améliorer les procédures d'échantillonnage moins qu'optimales pour les composés organiques.

Enquêtes olfactométriques

Les enquêtes d'immission olfactométriques sont utilisées dans la surveillance pour quantifier les plaintes d'odeurs et pour déterminer la pollution de base dans les procédures d'autorisation. Ils servent principalement à évaluer si les odeurs existantes ou anticipées doivent être classées comme significatives.

En principe, trois approches méthodologiques peuvent être différenciées :

  • mesure de la concentration d'émission (nombre d'unités d'odeur) avec un olfactomètre et modélisation ultérieure de la dispersion
  • mesure de composants individuels (par exemple, NH3) ou des mélanges de composés (par exemple, chromatographie en phase gazeuse des gaz des décharges), s'ils caractérisent adéquatement l'odeur
  • déterminations des odeurs au moyen d'inspections.

 

La première possibilité combine la mesure des émissions avec la modélisation et, à proprement parler, ne peut être classée sous le terme de surveillance de la qualité de l'air. Dans la troisième méthode, le nez humain est utilisé comme détecteur avec une précision considérablement réduite par rapport aux méthodes physico-chimiques.

Les détails des inspections, des plans de mesure et de l'évaluation des résultats figurent, par exemple, dans les réglementations de protection de l'environnement de certains États allemands.

Procédures de mesure de dépistage

Des procédures de mesures simplifiées sont parfois utilisées pour les études préparatoires (screening). Les exemples incluent les échantillonneurs passifs, les tubes à essai et les procédures biologiques. Avec les échantillonneurs passifs (diffusifs), le matériau à tester est collecté par des processus fluides tels que la diffusion, la perméation ou l'adsorption dans des formes simples de collecteurs (tubes, plaques) et enrichi de filtres imprégnés, de mailles ou d'autres supports d'adsorption. L'échantillonnage dit actif (aspiration de l'air de l'échantillon à travers une pompe) ne se produit donc pas. La quantité de matière enrichie, déterminée analytiquement selon un temps d'exposition défini, est convertie en unités de concentration sur la base de lois physiques (par exemple de diffusion) à l'aide du temps de collecte et des paramètres géométriques du collecteur. La méthodologie est issue du domaine de la santé au travail (prélèvement individuel) et de la mesure de l'air intérieur, mais elle est de plus en plus utilisée pour les mesures de concentration de polluants dans l'air ambiant. Un aperçu peut être trouvé dans Brown 1993.

Les tubes détecteurs sont souvent utilisés pour l'échantillonnage et l'analyse préparatoire rapide des gaz. Un certain volume d'air de test est aspiré à travers un tube en verre rempli d'un réactif adsorbant correspondant à l'objectif du test. Le contenu du tube change de couleur en fonction de la concentration du matériau à déterminer présent dans l'air d'essai. Les petits tubes à essai sont souvent utilisés dans le domaine de la surveillance du lieu de travail ou comme procédure rapide en cas d'accidents, tels que les incendies. Ils ne sont pas utilisés pour les mesures courantes de concentration de polluants dans l'air ambiant en raison de limites de détection généralement trop élevées et d'une sélectivité trop limitée. Des tubes de test de détecteur sont disponibles pour de nombreux matériaux dans différentes plages de concentration.

Parmi les procédures biologiques, deux méthodes sont devenues acceptées dans la surveillance de routine. Avec la procédure standardisée d'exposition au lichen, le taux de mortalité du lichen est déterminé sur une durée d'exposition de 300 jours. Dans une autre procédure, l'herbe des pâturages français est exposée pendant 14 ± 1 jours. Ensuite, la quantité de croissance est déterminée. Les deux procédures servent de déterminations sommaires des effets de la concentration des polluants atmosphériques.

Réseaux de surveillance de la qualité de l'air

Partout dans le monde, les types les plus variés de réseaux de qualité de l'air sont utilisés. Il convient de distinguer les réseaux de mesure, constitués de stations de mesure automatiques pilotées par ordinateur (conteneurs de mesure), et les réseaux de mesure virtuels, qui définissent uniquement les emplacements de mesure pour différents types de mesures de concentration de polluants atmosphériques sous la forme d'une grille prédéfinie. Les tâches et les conceptions des réseaux de mesure ont été discutées ci-dessus.

Réseaux de surveillance continue

Les réseaux de mesure fonctionnant en continu sont basés sur des stations de mesure automatiques et servent principalement à la surveillance de la qualité de l'air dans les zones urbaines. Les polluants atmosphériques tels que le dioxyde de soufre (SO2), poussière, monoxyde d'azote (NO), dioxyde d'azote (NO2), monoxyde de carbone (CO), ozone (O3), et dans une certaine mesure également la somme des hydrocarbures (méthane libre, CnHm) ou des composants organiques individuels (par exemple, benzène, toluène, xylènes). De plus, selon les besoins, des paramètres météorologiques tels que la direction du vent, la vitesse du vent, la température de l'air, l'humidité relative, les précipitations, le rayonnement global ou le bilan radiatif sont inclus.

L'équipement de mesure utilisé dans les stations de mesure se compose généralement d'un analyseur, d'une unité d'étalonnage et d'une électronique de commande et de pilotage, qui surveille l'ensemble de l'équipement de mesure et contient une interface normalisée pour la collecte des données. En plus des valeurs de mesure, l'équipement de mesure fournit des signaux dits d'état sur les erreurs et l'état de fonctionnement. Le calibrage des appareils est vérifié automatiquement par ordinateur à intervalles réguliers.

En règle générale, les stations de mesure sont reliées par des lignes de données fixes, des connexions commutées ou d'autres systèmes de transfert de données à un ordinateur (ordinateur de processus, poste de travail ou PC, selon l'étendue du système) dans lequel les résultats de mesure sont saisis, traités et affiché. Les ordinateurs du réseau de mesure et, si nécessaire, du personnel spécialement formé surveillent en permanence si les différents seuils sont dépassés. De cette manière, les situations critiques de qualité de l'air peuvent être reconnues à tout moment. Ceci est très important, en particulier pour surveiller les situations critiques de smog en hiver et en été (photo-oxydants) et pour l'information publique actuelle.

Réseaux de mesure pour mesures d'échantillons aléatoires

Au-delà du réseau de mesure télémétrique, d'autres systèmes de mesure pour la surveillance de la qualité de l'air sont utilisés à des degrés divers. Les exemples incluent des réseaux de mesure (parfois partiellement automatisés) pour déterminer :

  • dépôt de poussière et ses composants
  • poussières en suspension (SPM) et ses composants
  • hydrocarbures et hydrocarbures chlorés
  • matières organiques peu volatiles (dioxines, furanes, biphényles polychlorés).

 

Une série de substances ainsi mesurées ont été classées cancérigènes, comme les composés du cadmium, les HAP ou le benzène. Leur suivi est donc particulièrement important.

Pour donner un exemple de programme complet, le tableau 7 résume la surveillance de la qualité de l'air qui est systématiquement menée en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qui, avec 18 millions d'habitants, est le Land le plus peuplé d'Allemagne.

Tableau 7. Surveillance systématique de la qualité de l'air en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne)

Mesure continue
combustion propre

Partiellement automatisé
Système de mesure

Mesure discontinue
système/Multi-composant
des mesures

le dioxyde de soufre
Monoxyde d'azote
Dioxyde d'azote
Monoxyde de carbone
Particules en suspension
matière (SPM)
Ozone
Hydrocarbures
Direction du vent
Vitesse du vent
Température de l'air
Pression de l'air
Humidité relative
Bilan radiatif
Précipitation

Composition du MPS :
Plomb
Cadmium
Nickel
Cuivre
Fer
Arsenic
Béryllium
Benzo [a]pyrène
Benzo [e]pyrène
Benzo [a]anthracène
Dibenzo[un, h]anthracène
Benzo [ghi)pérylène
Coronène

Benzène et autres
les hydrocarbures
Hydrocarbures halogénés
Dépôt de poussière et
composition du matériau
Suie
Biphényles polychlorés
Polyhalogéné
dibenzodioxines et
dibenzofuranes
(PCDD/PCDF)

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 15: 48

Contrôle de la pollution atmosphérique

Gestion de la pollution atmosphérique

L'objectif d'un gestionnaire d'un système de contrôle de la pollution atmosphérique est de s'assurer que des concentrations excessives de polluants atmosphériques n'atteignent pas une cible sensible. Les cibles pourraient inclure des personnes, des plantes, des animaux et des matériaux. Dans tous les cas, nous devrions nous préoccuper du plus sensible de chacun de ces groupes. Les polluants atmosphériques peuvent comprendre des gaz, des vapeurs, des aérosols et, dans certains cas, des matières présentant un danger biologique. Un système bien conçu empêchera une cible de recevoir une concentration nocive d'un polluant.

La plupart des systèmes de contrôle de la pollution atmosphérique impliquent une combinaison de plusieurs techniques de contrôle, généralement une combinaison de contrôles technologiques et de contrôles administratifs, et dans les sources plus importantes ou plus complexes, il peut y avoir plus d'un type de contrôle technologique.

Idéalement, la sélection des contrôles appropriés sera faite dans le contexte du problème à résoudre.

  • Qu'est-ce qui est émis, à quelle concentration ?
  • Quelles sont les cibles ? Quelle est la cible la plus sensible ?
  • Quels sont les niveaux d'exposition à court terme acceptables ?
  • Quels sont les niveaux d'exposition à long terme acceptables ?
  • Quelle combinaison de contrôles doit être sélectionnée pour s'assurer que les niveaux d'exposition à court terme et à long terme ne sont pas dépassés ?

 

Le tableau 1 décrit les étapes de ce processus.

 


Tableau 1. Étapes de sélection des contrôles de la pollution

 

 

Étape 1:
Définir
.

La première partie consiste à déterminer ce qui sera libéré de la pile.
Toutes les émissions potentiellement nocives doivent être répertoriées. La deuxième partie consiste à
estimer la quantité de chaque matériau qui sera libérée. Sans cela
informations, le gestionnaire ne peut pas commencer à concevoir un programme de contrôle.

Étape 2:
Définir
groupes cibles.

Toutes les cibles sensibles doivent être identifiées. Cela inclut les personnes, les animaux, les plantes et les matériaux. Dans chaque cas, le membre le plus susceptible de chaque groupe doit être identifié. Par exemple, des asthmatiques à proximité d'une usine émettant des isocyanates.

Étape 3:
Déterminer
acceptable
niveaux d'exposition.*

Un niveau d'exposition acceptable pour le groupe cible le plus sensible doit
Soyez établis. Si le polluant est une matière qui a des effets cumulatifs,
tel qu'un agent cancérigène, des niveaux d'exposition à long terme (annuels) doivent être fixés. Si le polluant a des effets à court terme, comme un irritant ou un sensibilisant, un niveau d'exposition à court terme ou peut-être maximal doit être fixé.**

Étape 4:
Sélectionnez
les contrôles.

L'étape 1 identifie les émissions et l'étape 3 détermine le niveau acceptable
niveaux d'exposition. Dans cette étape, chaque polluant est vérifié pour s'assurer qu'il
ne dépasse pas le niveau acceptable. S'il dépasse le niveau acceptable,
des contrôles supplémentaires doivent être ajoutés et les niveaux d'exposition revérifiés. Ce processus se poursuit jusqu'à ce que toutes les expositions soient égales ou inférieures au niveau acceptable. La modélisation de la dispersion peut être utilisée pour estimer les expositions pour les nouvelles usines ou pour tester des solutions alternatives pour les installations existantes.

* Lors de la définition des niveaux d'exposition à l'étape 3, il faut se rappeler que ces expositions sont des expositions totales, pas seulement celles de la plante. Une fois le niveau acceptable établi, les niveaux de fond et les contributions d'autres plantes sont simplement soustraits pour déterminer la quantité maximale que la plante peut émettre sans dépasser le niveau d'exposition acceptable. Si cela n'est pas fait et que trois usines sont autorisées à émettre au maximum, les groupes cibles seront exposés à trois fois le niveau acceptable.

** Certaines matières telles que les substances cancérigènes n'ont pas de seuil en dessous duquel aucun effet nocif ne se produira. Par conséquent, tant qu'une partie de la matière est autorisée à s'échapper dans l'environnement, il y aura un certain risque pour les populations cibles. Dans ce cas, un niveau sans effet ne peut pas être défini (autre que zéro). Au lieu de cela, un niveau de risque acceptable doit être établi. Habituellement, cela se situe dans la fourchette de 1 résultat indésirable pour 100,000 1,000,000 à XNUMX XNUMX XNUMX de personnes exposées.


 

Certaines juridictions ont fait une partie du travail en établissant des normes basées sur la concentration maximale d'un contaminant qu'une cible sensible peut recevoir. Avec ce type de norme, le gestionnaire n'a pas à effectuer les étapes 2 et 3 puisque l'organisme de réglementation l'a déjà fait. Dans le cadre de ce système, le gestionnaire doit établir uniquement les normes d'émissions non contrôlées pour chaque polluant (étape 1), puis déterminer les contrôles nécessaires pour respecter la norme (étape 4).

En ayant des normes de qualité de l'air, les régulateurs peuvent mesurer les expositions individuelles et ainsi déterminer si quelqu'un est exposé à des niveaux potentiellement nocifs. On suppose que les normes fixées dans ces conditions sont suffisamment basses pour protéger le groupe cible le plus sensible. Ce n'est pas toujours une hypothèse sûre. Comme le montre le tableau 2, il peut y avoir une grande variation dans les normes communes de qualité de l'air. Les normes de qualité de l'air pour le dioxyde de soufre vont de 30 à 140 μg/m3. Pour les matériaux moins couramment réglementés, cette variation peut être encore plus importante (1.2 à 1,718 XNUMX μg/m3), comme indiqué dans le tableau 3 pour le benzène. Cela n'est pas surprenant étant donné que l'économie peut jouer un rôle aussi important dans l'établissement des normes que la toxicologie. Si une norme n'est pas suffisamment basse pour protéger les populations sensibles, personne n'est bien servi. Les populations exposées ont un sentiment de fausse confiance et peuvent être mises en danger sans le savoir. L'émetteur peut d'abord avoir l'impression d'avoir bénéficié d'une norme indulgente, mais si les effets dans la communauté obligent l'entreprise à reconcevoir ses contrôles ou à installer de nouveaux contrôles, les coûts pourraient être plus élevés que de le faire correctement la première fois.

Tableau 2. Gamme de normes de qualité de l'air pour un contaminant atmosphérique couramment contrôlé (dioxyde de soufre)

Pays et territoires

Anhydride sulfureux à long terme
normes de qualité de l'air (µg/m
3)

Australie

50

Canada

30

Finlande

40

Allemagne

140

Hongrie

70

Taïwan

133

 

Tableau 3. Gamme de normes de qualité de l'air pour un contaminant atmosphérique moins couramment contrôlé (benzène)

Ville / État

Norme de qualité de l'air sur 24 heures pour
benzène (μg/m
3)

Connecticut

53.4

Massachusetts

1.2

Michigan

2.4

Caroline du Nord

2.1

Nevada

254

New York

1,718

Philadelphie

1,327

Virginie

300

Les niveaux ont été standardisés sur une durée moyenne de 24 heures pour faciliter les comparaisons.

(Adapté de Calabrese et Kenyon 1991.)

 

Parfois, cette approche par étapes de la sélection des contrôles de la pollution de l'air est court-circuitée, et les régulateurs et les concepteurs optent directement pour une « solution universelle ». L'une de ces méthodes est la meilleure technologie de contrôle disponible (BACT). On suppose qu'en utilisant la meilleure combinaison d'épurateurs, de filtres et de bonnes pratiques de travail sur une source d'émission, un niveau d'émissions suffisamment bas pour protéger le groupe cible le plus sensible serait atteint. Souvent, le niveau d'émission résultant sera inférieur au minimum requis pour protéger les cibles les plus sensibles. De cette façon, toutes les expositions inutiles devraient être éliminées. Des exemples de BACT sont présentés dans le tableau 4.

Tableau 4. Exemples sélectionnés de la meilleure technologie de contrôle disponible (BACT) montrant la méthode de contrôle utilisée et l'efficacité estimée

Processus

De polluants

Methode de CONTROLE

Efficacité estimée

Assainissement des sols

Hydrocarbures

Oxydant thermique

99

Usine de pâte kraft
chaudière de récupération

Particules

Électrostatique
dépoussiéreur

99.68

Production de fumée
silice

Monoxyde de carbone

Bonnes pratiques

50

Peinture automobile

Hydrocarbures

Post-combustion du four

90

Four à arc électrique

Particules

Filtre à manches

100

Raffinerie de pétrole,
craquage catalytique

Particules respirables

Cyclone + Venturi
scrubber

93

Incinérateur médical

Chlorure d'hydrogène

Laveur humide + sec
scrubber

97.5

Chaudière à charbon

le dioxyde de soufre

Séchoir par pulvérisation +
absorber

90

Élimination des déchets par
déshydratation et
incinération

Particules

Cyclone + condenseur
+ Épurateur Venturi +
laveur humide

95

Usine d'asphalte

Hydrocarbures

Oxydant thermique

99

 

Le BACT à lui seul ne garantit pas des niveaux de contrôle adéquats. Bien qu'il s'agisse du meilleur système de contrôle basé sur les contrôles d'épuration des gaz et les bonnes pratiques d'exploitation, le BACT peut ne pas être suffisant si la source est une grande usine ou si elle est située à côté d'une cible sensible. La meilleure technologie de contrôle disponible doit être testée pour s'assurer qu'elle est effectivement suffisamment bonne. Les normes d'émission qui en résultent doivent être vérifiées pour déterminer si oui ou non elles peuvent encore être nocives même avec les meilleurs contrôles d'épuration des gaz. Si les normes d'émission sont toujours nocives, d'autres contrôles de base, tels que la sélection de processus ou de matériaux plus sûrs, ou la relocalisation dans une zone moins sensible, peuvent devoir être envisagés.

Une autre « solution universelle » qui contourne certaines des étapes est les normes de performance des sources. De nombreuses juridictions établissent des normes d'émission qui ne peuvent être dépassées. Les normes d'émission sont basées sur les émissions à la source. Habituellement, cela fonctionne bien, mais comme BACT, ils peuvent ne pas être fiables. Les niveaux doivent être suffisamment bas pour maintenir les émissions maximales suffisamment basses pour protéger les populations cibles sensibles des émissions typiques. Cependant, comme avec la meilleure technologie de contrôle disponible, cela peut ne pas être suffisant pour protéger tout le monde là où il y a de grandes sources d'émissions ou des populations sensibles à proximité. Si tel est le cas, d'autres procédures doivent être utilisées pour assurer la sécurité de tous les groupes cibles.

Le BACT et les normes d'émission ont un défaut fondamental. Ils supposent que si certains critères sont remplis à l'usine, les groupes cibles seront automatiquement protégés. Ce n'est pas nécessairement le cas, mais une fois qu'un tel système est promulgué, les effets sur la cible deviennent secondaires par rapport au respect de la loi.

Les normes BACT et d'émission de source ou les critères de conception doivent être utilisés comme critères minimaux pour les contrôles. Si le BACT ou les critères d'émission protègent les cibles sensibles, ils peuvent être utilisés comme prévu, sinon d'autres contrôles administratifs doivent être utilisés.

Des mesures de contrôle

Les contrôles peuvent être divisés en deux types de contrôles de base - technologiques et administratifs. Les contrôles technologiques sont définis ici comme le matériel mis sur une source d'émission pour réduire les contaminants dans le flux de gaz à un niveau acceptable pour la communauté et qui protégera la cible la plus sensible. Les contrôles administratifs sont définis ici comme d'autres mesures de contrôle.

Contrôles technologiques

Les systèmes d'épuration des gaz sont placés à la source, avant la cheminée, pour éliminer les contaminants du flux de gaz avant de le rejeter dans l'environnement. Le tableau 5 présente un bref résumé des différentes classes de système d'épuration des gaz.

Tableau 5. Méthodes d'épuration des gaz pour éliminer les gaz nocifs, les vapeurs et les particules des émissions des procédés industriels

Methode de CONTROLE

Exemples

Description

Efficacité

Gaz/Vapeurs

     

Condensation

Contacter les condenseurs
Condenseurs superficiels

La vapeur est refroidie et condensée en un liquide. Ceci est inefficace et est utilisé comme condition préalable à d'autres méthodes

80+ % lorsque la concentration > 2,000 XNUMX ppm

Absorption

Épurateurs humides (emballés
ou absorbeurs à plaques)

Le gaz ou la vapeur est collecté dans un liquide.

82 à 95 % lorsque la concentration <100 ppm
95 à 99 % lorsque la concentration > 100 ppm

Adsorption

Carbone
Alumine
Le gel de silice
Tamis moléculaire

Le gaz ou la vapeur est collecté sur un solide.

90+ % lorsque la concentration < 1,000 XNUMX ppm
95+ % lorsque la concentration > 1,000 XNUMX ppm

Incinération

Fusées
Incinérateur
Incinérateur catalytique

Un gaz ou une vapeur organique est oxydé en le chauffant à une température élevée et en le maintenant à cette température pendant une
période de temps suffisante.

Non recommandé lorsque
concentration <2,000 XNUMX ppm
80+ % lorsque la concentration > 2,000 XNUMX ppm

Particules

     

inertiel
séparateurs

Cyclones

Les gaz chargés de particules sont obligés de changer de direction. L'inertie de la particule les amène à se séparer du flux gazeux. Ceci est inefficace et est utilisé comme un
conditionneur à d'autres méthodes.

70-90%

Laveurs humides

Venturi
Filtre mouillé
Épurateur de plateaux ou de tamis

Les gouttelettes de liquide (eau) collectent les particules par impact, interception et diffusion. Les gouttelettes et leurs particules sont ensuite séparées du flux gazeux.

Pour les particules de 5 μm, 98.5 % à 6.8 wg ;
99.99+ % à 50 wg
Pour les particules de 1 μm, 45 % à 6.8 wg ; 99.95
à 50 wg

Électrostatique
dépoussiéreurs

Plaque-fil
Assiette plate
Tubulaire
Humide

Les forces électriques sont utilisées pour déplacer les particules hors du flux de gaz vers des plaques de collecte

95–99.5 % pour les particules de 0.2 μm
99.25–99.9+ % pour les particules de 10 μm

Filtre(s)

Filtre à manches

Un tissu poreux élimine les particules du flux de gaz. Le gâteau de poussière poreux qui se forme alors sur le tissu
fait la filtration.

99.9 % pour les particules de 0.2 μm
99.5 % pour les particules de 10 μm

 

L'épurateur de gaz fait partie d'un système complexe composé de hottes, de conduits, de ventilateurs, d'épurateurs et de cheminées. La conception, les performances et l'entretien de chaque pièce affectent les performances de toutes les autres pièces et du système dans son ensemble.

Il convient de noter que l'efficacité du système varie considérablement pour chaque type de nettoyeur, en fonction de sa conception, de l'apport d'énergie et des caractéristiques du flux de gaz et du contaminant. Par conséquent, les rendements des échantillons du tableau 5 ne sont que des approximations. La variation d'efficacité est démontrée avec les épurateurs par voie humide dans le tableau 5. L'efficacité de collecte des épurateurs par voie humide passe de 98.5 % pour les particules de 5 μm à 45 % pour les particules de 1 μm à la même chute de pression dans l'épurateur (6.8 po de jauge d'eau (wg )). Pour la même taille de particule, 1 μm, l'efficacité passe de 45 % d'efficacité à 6.8 wg à 99.95 à 50 wg. Par conséquent, les épurateurs de gaz doivent être adaptés au flux de gaz spécifique en question. L'utilisation d'appareils génériques n'est pas recommandée.

Élimination des déchets

Lors de la sélection et de la conception des systèmes d'épuration des gaz, une attention particulière doit être accordée à l'élimination en toute sécurité des matériaux collectés. Comme le montre le tableau 6, certains procédés produisent de grandes quantités de contaminants. Si la plupart des contaminants sont collectés par l'équipement d'épuration des gaz, il peut y avoir un problème d'élimination des déchets dangereux.

Tableau 6. Exemples de taux d'émissions non contrôlées pour certains procédés industriels

Origine industrielle

Taux d'émission

Four électrique de 100 tonnes

257 tonnes/an de particules

Turbine à pétrole/gaz de 1,500 XNUMX MM BTU/h

444 lb/h SO2

Incinérateur de 41.7 tonnes/h

208 lb/h NONx

100 camions/jour couche transparente

3,795 XNUMX lb/semaine de matières organiques

 

Dans certains cas, les déchets peuvent contenir des produits de valeur qui peuvent être recyclés, tels que des métaux lourds provenant d'une fonderie ou des solvants provenant d'une ligne de peinture. Les déchets peuvent être utilisés comme matière première pour un autre processus industriel - par exemple, le dioxyde de soufre collecté sous forme d'acide sulfurique peut être utilisé dans la fabrication d'engrais.

Lorsque les déchets ne peuvent pas être recyclés ou réutilisés, l'élimination peut ne pas être simple. Non seulement le volume peut être un problème, mais ils peuvent eux-mêmes être dangereux. Par exemple, si l'acide sulfurique récupéré d'une chaudière ou d'une fonderie ne peut pas être réutilisé, il devra être traité davantage pour le neutraliser avant son élimination.

Dispersion

La dispersion peut réduire la concentration d'un polluant sur une cible. Cependant, il faut se rappeler que la dispersion ne réduit pas la quantité totale de matière quittant une plante. Une grande cheminée permet uniquement au panache de s'étaler et de se diluer avant qu'il n'atteigne le niveau du sol, où des cibles sensibles sont susceptibles d'exister. Si le polluant est principalement une nuisance, telle qu'une odeur, la dispersion peut être acceptable. Cependant, si le matériau est persistant ou cumulatif, comme les métaux lourds, la dilution peut ne pas être une réponse à un problème de pollution de l'air.

La dispersion doit être utilisée avec prudence. Les conditions météorologiques locales et de surface du sol doivent être prises en considération. Par exemple, dans les climats plus froids, en particulier avec une couverture de neige, il peut y avoir de fréquentes inversions de température qui peuvent piéger les polluants près du sol, entraînant des expositions étonnamment élevées. De même, si une usine est située dans une vallée, les panaches peuvent monter et descendre dans la vallée, ou être bloqués par les collines environnantes, de sorte qu'ils ne s'étendent pas et ne se dispersent pas comme prévu.

Contrôles administratifs

En plus des systèmes technologiques, il existe un autre groupe de contrôles qui doivent être pris en compte dans la conception globale d'un système de contrôle de la pollution de l'air. Pour la plupart, ils sont issus des outils de base de l'hygiène industrielle.

Substitution

L'une des méthodes d'hygiène professionnelle préférées pour contrôler les risques environnementaux sur le lieu de travail consiste à substituer un matériau ou un procédé plus sûr. Si un processus ou un matériau plus sûr peut être utilisé et les émissions nocives évitées, le type ou l'efficacité des contrôles devient théorique. Il vaut mieux éviter le problème que d'essayer de corriger une mauvaise première décision. Des exemples de substitution comprennent l'utilisation de combustibles plus propres, des couvertures pour le stockage en vrac et des températures réduites dans les séchoirs.

Cela s'applique aux achats mineurs ainsi qu'aux principaux critères de conception de l'usine. Si seuls des produits ou des processus respectueux de l'environnement sont achetés, il n'y aura aucun risque pour l'environnement, à l'intérieur ou à l'extérieur. Si le mauvais achat est fait, le reste du programme consiste à essayer de compenser cette première décision. Si un produit ou un processus peu coûteux mais dangereux est acheté, il peut nécessiter des procédures et un équipement de manutention spéciaux, ainsi que des méthodes d'élimination spéciales. En conséquence, l'article à faible coût peut n'avoir qu'un faible prix d'achat, mais un prix élevé pour son utilisation et son élimination. Peut-être qu'un matériau ou un procédé plus sûr mais plus coûteux aurait été moins coûteux à long terme.

Ventilation locale

Des contrôles sont nécessaires pour tous les problèmes identifiés qui ne peuvent être évités en remplaçant des matériaux ou des méthodes plus sûrs. Les émissions commencent au chantier individuel, pas à la cheminée. Un système de ventilation qui capture et contrôle les émissions à la source aidera à protéger la communauté s'il est correctement conçu. Les hottes et conduits du système de ventilation font partie du système total de dépollution de l'air.

Un système de ventilation locale est préférable. Il ne dilue pas les contaminants et fournit un flux de gaz concentré plus facile à nettoyer avant rejet dans l'environnement. L'équipement de nettoyage des gaz est plus efficace lors du nettoyage de l'air avec des concentrations plus élevées de contaminants. Par exemple, une hotte de capture au-dessus du bec verseur d'un four à métaux empêchera les contaminants de pénétrer dans l'environnement et acheminera les fumées vers le système d'épuration des gaz. Dans le tableau 5, on peut voir que les efficacités de nettoyage pour les nettoyants à absorption et à adsorption augmentent avec la concentration du contaminant, et les nettoyants à condensation ne sont pas recommandés pour les faibles niveaux (<2,000 XNUMX ppm) de contaminants.

Si les polluants ne sont pas captés à la source et qu'on les laisse s'échapper par les fenêtres et les ouvertures de ventilation, ils deviennent des émissions fugitives incontrôlées. Dans certains cas, ces émissions fugitives non contrôlées peuvent avoir un impact important sur le voisinage immédiat.

Isolement

L'isolement - la localisation de l'usine loin des cibles sensibles - peut être une méthode de contrôle majeure lorsque les contrôles techniques sont inadéquats en eux-mêmes. Cela peut être le seul moyen d'atteindre un niveau de contrôle acceptable lorsqu'il faut s'appuyer sur la meilleure technologie de contrôle disponible (BACT). Si, après avoir appliqué les meilleurs contrôles disponibles, un groupe cible est toujours à risque, il faut envisager de trouver un autre site où les populations sensibles ne sont pas présentes.

L'isolement, tel que présenté ci-dessus, est un moyen de séparer une plante individuelle des cibles sensibles. Un autre système d'isolement est celui où les autorités locales utilisent le zonage pour séparer les classes d'industries des cibles sensibles. Une fois que les industries ont été séparées des populations cibles, la population ne devrait pas être autorisée à se déplacer à côté de l'installation. Bien que cela semble être du bon sens, il n'est pas utilisé aussi souvent qu'il le devrait.

Procédures de travail

Des procédures de travail doivent être élaborées pour s'assurer que l'équipement est utilisé correctement et en toute sécurité, sans risque pour les travailleurs ou l'environnement. Les systèmes complexes de pollution de l'air doivent être correctement entretenus et exploités s'ils doivent faire leur travail comme prévu. Un facteur important à cet égard est la formation du personnel. Le personnel doit être formé à l'utilisation et à l'entretien de l'équipement afin de réduire ou d'éliminer la quantité de matières dangereuses émises sur le lieu de travail ou dans la communauté. Dans certains cas, BACT s'appuie sur les bonnes pratiques pour garantir des résultats acceptables.

Surveillance en temps réel

Un système basé sur la surveillance en temps réel n'est pas populaire et n'est pas couramment utilisé. Dans ce cas, la surveillance continue des émissions et de la météorologie peut être combinée à la modélisation de la dispersion pour prédire les expositions sous le vent. Lorsque les expositions prévues approchent des niveaux acceptables, les informations sont utilisées pour réduire les taux de production et les émissions. Il s'agit d'une méthode inefficace, mais qui peut constituer une méthode de contrôle provisoire acceptable pour une installation existante.

L'inverse de ceci pour annoncer des avertissements au public lorsque les conditions sont telles que des concentrations excessives de contaminants peuvent exister, afin que le public puisse prendre les mesures appropriées. Par exemple, si un avertissement est envoyé indiquant que les conditions atmosphériques sont telles que les niveaux de dioxyde de soufre sous le vent d'une fonderie sont excessifs, les populations sensibles telles que les asthmatiques sauront qu'il ne faut pas sortir. Encore une fois, cela peut être un contrôle provisoire acceptable jusqu'à ce que des contrôles permanents soient installés.

La surveillance atmosphérique et météorologique en temps réel est parfois utilisée pour éviter ou réduire les événements majeurs de pollution atmosphérique lorsque plusieurs sources peuvent exister. Lorsqu'il devient évident que des niveaux excessifs de pollution de l'air sont probables, l'utilisation personnelle des voitures peut être restreinte et les principales industries émettrices fermées.

Entretien/ménage

Dans tous les cas, l'efficacité des contrôles dépend d'un entretien adéquat ; l'équipement doit fonctionner comme prévu. Non seulement les contrôles de la pollution de l'air doivent être maintenus et utilisés comme prévu, mais les processus générant des émissions potentielles doivent être maintenus et exploités correctement. Un exemple de processus industriel est un séchoir à copeaux de bois avec un contrôleur de température défaillant ; si le séchoir fonctionne à une température trop élevée, il émettra plus de matériaux, et peut-être un type de matériau différent, du bois en train de sécher. Un exemple d'entretien d'épurateur de gaz affectant les émissions serait un filtre à manches mal entretenu avec des sacs cassés, ce qui permettrait aux particules de passer à travers le filtre.

L'entretien ménager joue également un rôle important dans le contrôle des émissions totales. Les poussières qui ne sont pas rapidement nettoyées à l'intérieur de l'usine peuvent se réentraîner et présenter un danger pour le personnel. Si les poussières sont transportées à l'extérieur de l'usine, elles constituent un danger pour la communauté. Un mauvais entretien dans la cour de l'usine pourrait présenter un risque important pour la communauté. Les matériaux en vrac non recouverts, les déchets végétaux ou les poussières soulevées par les véhicules peuvent entraîner le transport de polluants par les vents dans la communauté. Garder la cour propre, en utilisant des conteneurs ou des sites de stockage appropriés, est important pour réduire les émissions totales. Un système doit non seulement être conçu correctement, mais aussi être utilisé correctement si la communauté doit être protégée.

Le pire exemple de mauvais entretien et de mauvaise gestion serait l'usine de récupération du plomb avec un convoyeur de poussière de plomb cassé. La poussière a pu s'échapper du convoyeur jusqu'à ce que le tas soit si haut que la poussière puisse glisser le long du tas et sortir par une fenêtre cassée. Les vents locaux ont ensuite transporté la poussière dans le quartier.

Équipement pour l'échantillonnage des émissions

L'échantillonnage à la source peut être effectué pour plusieurs raisons :

  • Caractériser les émissions. Pour concevoir un système de contrôle de la pollution de l'air, il faut savoir ce qui est émis. Non seulement le volume de gaz, mais aussi la quantité, l'identité et, dans le cas des particules, la répartition granulométrique du matériau émis doivent être connus. Les mêmes informations sont nécessaires pour répertorier les émissions totales d'un quartier.
  • Pour tester l'efficacité des équipements. Une fois qu'un système de contrôle de la pollution de l'air a été acheté, il doit être testé pour s'assurer qu'il fait le travail prévu.
  • Dans le cadre d'un système de contrôle. Lorsque les émissions sont surveillées en permanence, les données peuvent être utilisées pour affiner le système de contrôle de la pollution de l'air ou le fonctionnement de l'usine elle-même.
  • Pour déterminer la conformité. Lorsque les normes réglementaires incluent des limites d'émission, l'échantillonnage des émissions peut être utilisé pour déterminer la conformité ou la non-conformité aux normes.

 

Le type de système d'échantillonnage utilisé dépendra de la raison du prélèvement des échantillons, des coûts, de la disponibilité de la technologie et de la formation du personnel.

Émissions visibles

Lorsque l'on souhaite réduire le pouvoir salissant de l'air, améliorer la visibilité ou empêcher l'introduction d'aérosols dans l'atmosphère, les normes peuvent être basées sur les émissions visibles.

Les émissions visibles sont composées de petites particules ou de gaz colorés. Plus un panache est opaque, plus il émet de matière. Cette caractéristique est évidente à vue et des observateurs entraînés peuvent être utilisés pour évaluer les niveaux d'émission. L'utilisation de cette méthode d'évaluation des normes d'émission présente plusieurs avantages :

  • Aucun équipement coûteux n'est nécessaire.
  • Une personne peut faire plusieurs observations en une journée.
  • Les opérateurs d'usine peuvent évaluer rapidement les effets des changements de processus à faible coût.
  • Les contrevenants peuvent être cités sans tests de source fastidieux.
  • Les émissions douteuses peuvent être localisées et les émissions réelles ensuite déterminées par des tests à la source comme décrit dans les sections suivantes.

 

Échantillonnage extractif

Une méthode d'échantillonnage beaucoup plus rigoureuse nécessite qu'un échantillon du flux de gaz soit retiré de la cheminée et analysé. Bien que cela semble simple, cela ne se traduit pas par une simple méthode d'échantillonnage.

L'échantillon doit être prélevé de manière isocinétique, en particulier lorsque des particules sont prélevées. L'échantillonnage isocinétique est défini comme un échantillonnage en aspirant l'échantillon dans la sonde d'échantillonnage à la même vitesse que le matériau se déplace dans la cheminée ou le conduit. Cela se fait en mesurant la vitesse du flux de gaz avec un tube de Pitot, puis en ajustant le taux d'échantillonnage de sorte que l'échantillon pénètre dans la sonde à la même vitesse. Ceci est essentiel lors de l'échantillonnage des particules, car les particules plus grosses et plus lourdes ne suivront pas un changement de direction ou de vitesse. En conséquence, la concentration de particules plus grosses dans l'échantillon ne sera pas représentative du flux de gaz et l'échantillon sera imprécis.

Un train d'échantillons pour le dioxyde de soufre est illustré à la figure 1. Ce n'est pas simple et un opérateur formé est nécessaire pour s'assurer qu'un échantillon est correctement prélevé. Si autre chose que du dioxyde de soufre doit être échantillonné, les impacteurs et le bain de glace peuvent être retirés et le dispositif de collecte approprié inséré.

Figure 1. Schéma d'un train d'échantillonnage isocinétique pour le dioxyde de soufre

EPC050F2

L'échantillonnage extractif, en particulier l'échantillonnage isocinétique, peut être très précis et polyvalent, et a plusieurs utilisations :

  • Il s'agit d'une méthode d'échantillonnage reconnue avec des contrôles de qualité adéquats, et peut donc être utilisée pour déterminer la conformité aux normes.
  • La précision potentielle de la méthode la rend appropriée pour les tests de performance de nouveaux équipements de contrôle.
  • Étant donné que les échantillons peuvent être collectés et analysés dans des conditions de laboratoire contrôlées pour de nombreux composants, il est utile de caractériser le flux de gaz.

 

Un système d'échantillonnage simplifié et automatisé peut être connecté à un analyseur continu de gaz (capteurs électrochimiques, photométriques ultraviolets ou à ionisation de flamme) ou de particules (néphélomètre) pour surveiller en permanence les émissions. Cela peut fournir une documentation sur les émissions et l'état de fonctionnement instantané du système de contrôle de la pollution de l'air.

Échantillonnage in situ

Les émissions peuvent également être échantillonnées dans la cheminée. La figure 2 est une représentation d'un transmissomètre simple utilisé pour mesurer les matériaux dans le flux de gaz. Dans cet exemple, un faisceau de lumière est projeté à travers la pile vers une cellule photoélectrique. Les particules ou le gaz coloré absorberont ou bloqueront une partie de la lumière. Plus il y a de matière, moins la cellule photoélectrique recevra de lumière. (Voir figure 2.)

Figure 2. Un transmissomètre simple pour mesurer les particules dans une cheminée

EPC050F1

En utilisant différentes sources lumineuses et détecteurs tels que la lumière ultraviolette (UV), les gaz transparents à la lumière visible peuvent être détectés. Ces dispositifs peuvent être réglés sur des gaz spécifiques et peuvent ainsi mesurer la concentration de gaz dans le flux de déchets.

An sur place Le système de surveillance présente un avantage par rapport à un système extractif en ce qu'il peut mesurer la concentration dans l'ensemble de la cheminée ou du conduit, tandis que la méthode extractive ne mesure les concentrations qu'au point d'où l'échantillon a été extrait. Cela peut entraîner une erreur importante si le flux de gaz échantillon n'est pas bien mélangé. Cependant, la méthode extractive offre plus de méthodes d'analyse et peut donc peut-être être utilisée dans plus d'applications.

Depuis l' sur place Le système fournit une lecture continue, il peut être utilisé pour documenter les émissions ou pour affiner le système d'exploitation.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 16: 00

Contrôle de la pollution de l'eau

Cet article est destiné à fournir au lecteur une compréhension de la technologie actuellement disponible pour aborder le contrôle de la pollution de l'eau, en s'appuyant sur la discussion des tendances et de l'occurrence fournie par Hespanhol et Helmer dans le chapitre Dangers environnementaux pour la santé. Les sections suivantes traitent de la lutte contre les problèmes de pollution de l'eau, d'abord sous le titre « Lutte contre la pollution des eaux de surface », puis sous la rubrique « Lutte contre la pollution des eaux souterraines ».

Contrôle de la pollution des eaux de surface

Définition de la pollution de l'eau

La pollution de l'eau fait référence à l'état qualitatif d'impureté ou de malpropreté dans les eaux hydrologiques d'une certaine région, comme un bassin versant. Il résulte d'un événement ou d'un processus qui entraîne une réduction de l'utilité des eaux de la terre, en particulier en ce qui concerne la santé humaine et les effets environnementaux. Le processus de pollution met l'accent sur la perte de pureté par contamination, ce qui implique en outre l'intrusion ou le contact avec une source extérieure comme cause. Le terme contaminé s'applique à des niveaux extrêmement faibles de pollution de l'eau, comme dans leur corruption et leur décomposition initiales. La souillure est le résultat de la pollution et suggère une violation ou une profanation.

Eaux hydrologiques

Les eaux naturelles de la Terre peuvent être considérées comme un système en circulation continue, comme le montre la figure 1, qui fournit une illustration graphique des eaux dans le cycle hydrologique, y compris les eaux de surface et souterraines.

Figure 1. Le cycle hydrologique

EPC060F1

Comme référence pour la qualité de l'eau, les eaux distillées (H2O) représentent l'état de pureté le plus élevé. Les eaux du cycle hydrologique peuvent être considérées comme naturelles, mais elles ne sont pas pures. Ils sont pollués par les activités naturelles et humaines. Les effets de la dégradation naturelle peuvent résulter d'une myriade de sources - de la faune, de la flore, des éruptions volcaniques, des coups de foudre provoquant des incendies, etc., qui, à long terme, sont considérés comme les niveaux de fond dominants à des fins scientifiques.

La pollution d'origine humaine perturbe l'équilibre naturel en superposant des déchets provenant de diverses sources. Des polluants peuvent être introduits dans les eaux du cycle hydrologique à tout moment. Par exemple : les précipitations atmosphériques (pluies) peuvent être contaminées par des polluants atmosphériques ; les eaux de surface peuvent être polluées par le processus de ruissellement des bassins versants; les eaux usées peuvent être déversées dans les ruisseaux et les rivières ; et les eaux souterraines peuvent être polluées par infiltration et contamination souterraine.

 

 

La figure 2 montre une distribution des eaux hydrologiques. La pollution se superpose alors à ces eaux et peut donc être considérée comme une condition environnementale non naturelle ou déséquilibrée. Le processus de pollution peut se produire dans les eaux de n'importe quelle partie du cycle hydrologique et est plus évident à la surface de la terre sous la forme de ruissellement des bassins versants vers les ruisseaux et les rivières. Cependant, la pollution des eaux souterraines a également un impact environnemental majeur et est discutée après la section sur la pollution des eaux de surface.

Figure 2. Répartition des précipitations

EPC060F2

Sources de pollution de l'eau dans les bassins versants

Les bassins versants sont le domaine d'origine de la pollution des eaux de surface. Un bassin versant est défini comme une zone de la surface de la terre sur laquelle les eaux hydrologiques tombent, s'accumulent, sont utilisées, évacuées et éventuellement déversées dans des ruisseaux, des rivières ou d'autres plans d'eau. Il est composé d'un système de drainage avec ruissellement ultime ou collecte dans un ruisseau ou une rivière. Les grands bassins versants des rivières sont généralement appelés bassins versants. La figure 3 est une représentation du cycle hydrologique sur un bassin versant régional. Pour une région, la disposition des différentes eaux peut être écrite comme une équation simple, qui est l'équation de base de l'hydrologie telle qu'écrite par Viessman, Lewis et Knapp (1989) ; les unités typiques sont mm/an :

P-R-G-E-T = ±S

où:

P = précipitations (c'est-à-dire précipitations, chutes de neige, grêle)

R = ruissellement ou écoulement de surface du bassin versant

G = eau souterraine

E = évaporation

T = transpiration

S = stockage en surface

Figure 3. Cycle hydrologique régional

EPC060F3

Les précipitations sont considérées comme la forme initiale dans le bilan hydrologique ci-dessus. Le terme ruissellement est synonyme de débit fluvial. Le stockage fait référence aux réservoirs ou aux systèmes de rétention qui collectent les eaux ; par exemple, un barrage construit par l'homme (barrage) sur une rivière crée un réservoir à des fins de stockage de l'eau. L'eau souterraine s'accumule en tant que système de stockage et peut s'écouler d'un endroit à un autre; il peut s'agir d'influents ou d'effluents par rapport aux cours d'eau de surface. L'évaporation est un phénomène de surface de l'eau et la transpiration est associée à la transmission par le biote.

 

 

 

 

 

 

 

Bien que les bassins versants puissent varier considérablement en taille, certains systèmes de drainage pour la désignation de la pollution de l'eau sont classés comme urbains ou non urbains (agricoles, ruraux, non développés). La pollution qui se produit dans ces systèmes de drainage provient des sources suivantes :

Sources ponctuelles : les déchets se déversent dans un plan d'eau récepteur à un endroit spécifique, à un point tel qu'un tuyau d'égout ou un type de sortie de système concentré.

Sources non ponctuelles (dispersées) : pollution pénétrant dans un plan d'eau récepteur à partir de sources dispersées dans le bassin versant; le drainage des eaux de ruissellement des précipitations non collectées dans un ruisseau est typique. Les sources non ponctuelles sont aussi parfois appelées eaux « diffuses » ; cependant, le terme dispersé est considéré comme plus descriptif.

Sources intermittentes : d'un point ou d'une source qui se décharge dans certaines circonstances, comme dans des conditions de surcharge ; les débordements d'égouts unitaires pendant les périodes de ruissellement de fortes pluies sont typiques.

Polluants de l'eau dans les ruisseaux et les rivières

Lorsque des déchets nocifs provenant des sources ci-dessus sont déversés dans des cours d'eau ou d'autres plans d'eau, ils deviennent des polluants qui ont été classés et décrits dans une section précédente. Les polluants ou contaminants qui pénètrent dans un plan d'eau peuvent être divisés en :

  • polluants dégradables (non conservateurs): impuretés qui finissent par se décomposer en substances inoffensives ou qui peuvent être éliminées par des méthodes de traitement ; c'est-à-dire certaines matières organiques et produits chimiques, les eaux usées domestiques, la chaleur, les éléments nutritifs des plantes, la plupart des bactéries et des virus, certains sédiments
  • polluants non dégradables (conservateurs): impuretés qui persistent dans l'environnement aquatique et dont la concentration ne diminue pas à moins d'être diluées ou éliminées par traitement ; c'est-à-dire certains produits chimiques organiques et inorganiques, sels, suspensions colloïdales
  • polluants dangereux d'origine hydrique: formes complexes de déchets nocifs, y compris les métaux traces toxiques, certains composés inorganiques et organiques
  • polluants radionucléides: matériaux qui ont été soumis à une source radioactive.

 

Réglementation de la lutte contre la pollution de l'eau

Les réglementations de lutte contre la pollution de l'eau largement applicables sont généralement promulguées par les agences gouvernementales nationales, avec des réglementations plus détaillées par les États, les provinces, les municipalités, les districts des eaux, les districts de conservation, les commissions d'assainissement et autres. Aux niveaux national et étatique (ou provincial), les agences de protection de l'environnement (EPA) et les ministères de la santé sont généralement chargés de cette responsabilité. Dans la discussion des réglementations ci-dessous, le format et certaines parties suivent l'exemple des normes de qualité de l'eau actuellement applicables pour l'État américain de l'Ohio.

Désignations d'utilisation de la qualité de l'eau

L'objectif ultime du contrôle de la pollution de l'eau serait l'absence de rejet de polluants dans les masses d'eau ; cependant, la réalisation complète de cet objectif n'est généralement pas rentable. L'approche privilégiée consiste à fixer des limites aux rejets d'élimination des déchets pour une protection raisonnable de la santé humaine et de l'environnement. Bien que ces normes puissent varier considérablement d'une juridiction à l'autre, les désignations d'utilisation pour des plans d'eau spécifiques constituent généralement la base, comme nous le verrons brièvement ci-dessous.

L'approvisionnement en eau comprend :

  • approvisionnement public en eau: eaux qui, avec un traitement conventionnel, seront propres à la consommation humaine
  • approvisionnement agricole: eaux propres à l'irrigation et à l'abreuvement du bétail sans traitement
  • fourniture industrielle/commerciale: eaux propres aux usages industriels et commerciaux avec ou sans traitement.

 

Les activités récréatives comprennent :

  • eaux de baignade: eaux qui, à certaines saisons, sont propices à la baignade selon la qualité de l'eau approuvée ainsi que les conditions et les installations de protection
  • premier contact: eaux qui, pendant certaines saisons, sont propices aux activités récréatives de contact corporel intégral comme la natation, le canoë-kayak et la plongée sous-marine avec une menace minimale pour la santé publique en raison de la qualité de l'eau
  • contact secondaire: eaux qui, pendant certaines saisons, sont propices aux activités récréatives par contact corporel partiel telles que, mais sans s'y limiter, le pataugeoire, avec une menace minimale pour la santé publique en raison de la qualité de l'eau.

 

Les ressources en eau publiques sont classées comme des masses d'eau qui se trouvent dans les systèmes de parcs, les zones humides, les zones fauniques, les rivières sauvages, pittoresques et récréatives et les lacs publics, et les eaux d'importance récréative ou écologique exceptionnelle.

Habitats de la vie aquatique

Les désignations typiques varient selon les climats, mais se rapportent aux conditions dans les plans d'eau pour soutenir et maintenir certains organismes aquatiques, en particulier diverses espèces de poissons. Par exemple, les désignations d'utilisation dans un climat tempéré telles que subdivisées dans les réglementations de l'Agence de protection de l'environnement de l'État de l'Ohio (EPA) sont répertoriées ci-dessous sans descriptions détaillées :

  • eau chaude
  • eau chaude limitée
  • eau chaude exceptionnelle
  • eau chaude modifiée
  • salmonidé saisonnier
  • eau froide
  • ressource en eau limitée.

 

Critères de contrôle de la pollution de l'eau

Les eaux naturelles et les eaux usées sont caractérisées en fonction de leur composition physique, chimique et biologique. Les principales propriétés physiques et les constituants chimiques et biologiques des eaux usées et leurs sources sont une longue liste, rapportée dans un manuel de Metcalf et Eddy (1991). Les méthodes analytiques pour ces déterminations sont données dans un manuel largement utilisé intitulé Méthodes standard pour l'examen de l'eau et des eaux usées par l'Association américaine de santé publique (1995).

Chaque masse d'eau désignée doit être contrôlée conformément à des réglementations qui peuvent comprendre à la fois des critères numériques de base et des critères numériques plus détaillés, comme nous le verrons brièvement ci-dessous.

Absence fondamentale de pollution. Dans la mesure du possible et du possible, toutes les masses d'eau doivent respecter les critères de base des « cinq libertés contre la pollution » :

  1. exempt de solides en suspension ou d'autres substances qui pénètrent dans les eaux à la suite d'activités humaines et qui se déposeront pour former des dépôts de boues putrides ou autrement inadmissibles, ou qui nuiront à la vie aquatique
  2. exempt de débris flottants, d'huile, d'écume et d'autres matériaux flottants pénétrant dans les eaux à la suite d'activités humaines en quantités suffisantes pour être inesthétiques ou causer une dégradation
  3. exempt de matériaux pénétrant dans les eaux à la suite d'une activité humaine, produisant une couleur, une odeur ou d'autres conditions au point de créer une nuisance
  4. exempt de substances pénétrant dans les eaux à la suite d'activités humaines, à des concentrations toxiques ou nocives pour la vie humaine, animale ou aquatique et/ou rapidement létales dans la zone de mélange
  5. exempt de nutriments pénétrant dans les eaux à la suite de l'activité humaine, à des concentrations qui créent des croissances nuisibles de plantes aquatiques et d'algues.

 

Les critères de qualité de l'eau sont des limites numériques et des lignes directrices pour le contrôle des constituants chimiques, biologiques et toxiques dans les masses d'eau.

Avec plus de 70,000 XNUMX composés chimiques utilisés aujourd'hui, il est impossible de spécifier le contrôle de chacun. Cependant, des critères pour les produits chimiques peuvent être établis sur la base de limitations car ils portent tout d'abord sur trois grandes classes de consommation et d'exposition :

Classe 1: Les critères chimiques pour la protection de la santé humaine sont la première préoccupation majeure et doivent être établis conformément aux recommandations des agences gouvernementales de santé, de l'OMS et des organismes de recherche en santé reconnus.

Classe 2: Les critères chimiques pour le contrôle de l'approvisionnement en eau agricole doivent être basés sur des études scientifiques reconnues et des recommandations qui protégeront contre les effets néfastes sur les cultures et le bétail résultant de l'irrigation des cultures et de l'abreuvement du bétail.

Classe 3: Les critères chimiques pour la protection de la vie aquatique doivent être basés sur des études scientifiques reconnues concernant la sensibilité de ces espèces à des produits chimiques spécifiques et également en relation avec la consommation humaine de poisson et de fruits de mer.

Les critères relatifs aux effluents d'eaux usées se rapportent aux limitations des constituants polluants présents dans les effluents d'eaux usées et constituent une autre méthode de contrôle. Ils peuvent être définis en fonction des désignations d'utilisation de l'eau des masses d'eau et en fonction des classes ci-dessus pour les critères chimiques.

Les critères biologiques sont basés sur les conditions de l'habitat du plan d'eau qui sont nécessaires pour soutenir la vie aquatique.

Contenu organique des eaux usées et des eaux naturelles

La teneur brute en matière organique est la plus importante pour caractériser la force polluante des eaux usées et des eaux naturelles. Trois tests de laboratoire sont couramment utilisés à cette fin :

Demande biochimique en oxygène (DBO): la DBO à cinq jours (DBO5) est le paramètre le plus utilisé ; ce test mesure l'oxygène dissous utilisé par les micro-organismes dans l'oxydation biochimique de la matière organique pendant cette période.

Demande chimique en oxygène (DCO): ce test consiste à mesurer la matière organique dans les déchets municipaux et industriels qui contiennent des composés toxiques pour la vie biologique ; c'est une mesure de l'équivalent en oxygène de la matière organique qui peut être oxydée.

Carbone organique total (COT): cet essai est particulièrement applicable aux faibles concentrations de matière organique dans l'eau ; c'est une mesure de la matière organique qui est oxydée en dioxyde de carbone.

Réglementation de la politique anti-dégradation

Les réglementations de la politique anti-dégradation sont une autre approche pour empêcher la propagation de la pollution de l'eau au-delà de certaines conditions existantes. Par exemple, la politique anti-dégradation des normes de qualité de l'eau de l'Ohio Environmental Protection Agency comprend trois niveaux de protection :

Niveau 1: Les usages existants doivent être maintenus et protégés. Aucune autre dégradation de la qualité de l'eau n'est autorisée qui interférerait avec les utilisations désignées existantes.

Niveau 2: Ensuite, une qualité d'eau supérieure à celle nécessaire à la protection des usages doit être maintenue sauf s'il est démontré qu'une qualité d'eau inférieure est nécessaire à un développement économique ou social important, tel que déterminé par le Directeur de l'EPA.

Niveau 3: Enfin, la qualité des eaux de la ressource en eau doit être maintenue et protégée. La qualité de l'eau ambiante existante ne doit pas être dégradée par des substances jugées toxiques ou interférant avec toute utilisation désignée. Des charges polluantes accrues sont autorisées à être rejetées dans les plans d'eau si elles n'entraînent pas une baisse de la qualité de l'eau existante.

Modélisation des zones de mélange des rejets de pollution de l'eau et de la répartition des charges de déchets

Les zones de mélange sont des zones dans une masse d'eau qui permettent aux rejets d'eaux usées traitées ou non traitées d'atteindre des conditions stabilisées, comme illustré à la figure 4 pour un cours d'eau. Le rejet est initialement dans un état transitoire qui se dilue progressivement depuis la concentration de la source jusqu'aux conditions de l'eau réceptrice. Il ne doit pas être considéré comme une entité de traitement et peut être délimité par des restrictions spécifiques.

Figure 4. Zones de mélange

EPC060F4

En règle générale, les zones de mélange ne doivent pas :

  • entraver la migration, la survie, la reproduction ou la croissance des espèces aquatiques
  • inclure les zones de frai ou d'alevinage
  • inclure les prises d'eau publiques
  • inclure des zones de baignade
  • constituent plus de la moitié de la largeur d'un cours d'eau
  • constituent plus de la moitié de la section transversale d'une embouchure de cours d'eau
  • s'étendent en aval sur une distance supérieure à cinq fois la largeur du cours d'eau.

 

Les études de répartition de la charge de déchets sont devenues importantes en raison du coût élevé du contrôle des éléments nutritifs des rejets d'eaux usées pour éviter l'eutrophisation dans le cours d'eau (définie ci-dessous). Ces études utilisent généralement des modèles informatiques pour simuler les conditions de qualité de l'eau dans un cours d'eau, notamment en ce qui concerne les nutriments tels que les formes d'azote et de phosphore, qui affectent la dynamique de l'oxygène dissous. Les modèles traditionnels de qualité de l'eau de ce type sont représentés par le modèle américain EPA QUAL2E, qui a été décrit par Brown et Barnwell (1987). Un modèle plus récent proposé par Taylor (1995) est le modèle omnidiurne (ODM), qui comprend une simulation de l'impact de la végétation enracinée sur la dynamique des nutriments et de l'oxygène dissous dans le cours d'eau.

Dispositions relatives aux écarts

Tous les règlements de contrôle de la pollution de l'eau sont limités à la perfection et devraient donc inclure des dispositions qui permettent une variation de jugement basée sur certaines conditions qui peuvent empêcher une conformité immédiate ou complète.

Évaluation et gestion des risques liés à la pollution de l'eau

Les réglementations de contrôle de la pollution de l'eau ci-dessus sont typiques des approches gouvernementales mondiales pour assurer la conformité aux normes de qualité de l'eau et aux limites de rejet des effluents d'eaux usées. Généralement, ces réglementations ont été établies sur la base de facteurs sanitaires et de recherches scientifiques ; lorsqu'il existe une certaine incertitude quant aux effets possibles, des facteurs de sécurité sont souvent appliqués. La mise en œuvre de certaines de ces réglementations peut être déraisonnable et excessivement coûteuse pour le grand public ainsi que pour les entreprises privées. Par conséquent, on se préoccupe de plus en plus d'une allocation plus efficace des ressources pour atteindre les objectifs d'amélioration de la qualité de l'eau. Comme indiqué précédemment dans la discussion sur les eaux hydrologiques, la pureté originelle n'existe pas même dans les eaux naturelles.

Une approche technologique croissante encourage l'évaluation et la gestion des risques écologiques dans le cadre de la réglementation des pollutions de l'eau. Le concept est basé sur une analyse des avantages et des coûts écologiques liés au respect des normes ou des limites. Parkhurst (1995) a proposé l'application de l'évaluation des risques écologiques aquatiques comme aide à l'établissement des limites de contrôle de la pollution de l'eau, en particulier en ce qui concerne la protection de la vie aquatique. Ces méthodes d'évaluation des risques peuvent être appliquées pour estimer les effets écologiques des concentrations chimiques pour un large éventail de conditions de pollution des eaux de surface, notamment :

  • pollution ponctuelle
  • pollution diffuse
  • sédiments contaminés existants dans les canaux des cours d'eau
  • sites de déchets dangereux liés aux plans d'eau
  • analyse des critères existants de lutte contre la pollution des eaux.

 

La méthode proposée se compose de trois niveaux ; comme le montre la figure 5 qui illustre l'approche.

Figure 5. Méthodes d'évaluation des risques pour les niveaux successifs d'analyse. Niveau 1 : niveau de dépistage ; Niveau 2 : Quantification des risques potentiellement significatifs ; Niveau 3 : Quantification des risques spécifiques au site

EPC060F6

Pollution de l'eau dans les lacs et réservoirs

Les lacs et les réservoirs assurent le stockage volumétrique de l'afflux du bassin versant et peuvent avoir de longues périodes de rinçage par rapport à l'afflux et à l'écoulement rapides d'un tronçon dans un cours d'eau qui coule. Ils sont donc particulièrement préoccupants en ce qui concerne la rétention de certains constituants, en particulier les nutriments, y compris les formes d'azote et de phosphore qui favorisent l'eutrophisation. L'eutrophisation est un processus de vieillissement naturel dans lequel la teneur en eau s'enrichit organiquement, conduisant à la domination de la croissance aquatique indésirable, comme les algues, la jacinthe d'eau, etc. Le processus eutrophique a tendance à réduire la vie aquatique et a des effets néfastes sur l'oxygène dissous. Les sources naturelles et culturelles de nutriments peuvent favoriser le processus, comme l'illustre Preul (1974) dans la figure 6, montrant une liste schématique des sources et des puits de nutriments pour le lac Sunapee, dans l'État américain du New Hampshire.

Figure 6. Liste schématique des sources et des puits de nutriments (azote et phosphore) pour le lac Sunapee, New Hampshire (États-Unis)

EPC060F7

Les lacs et les réservoirs, bien sûr, peuvent être échantillonnés et analysés pour déterminer leur état trophique. Les études analytiques commencent généralement par un bilan nutritif de base tel que le suivant :

(éléments nutritifs de l'influent du lac) = (éléments nutritifs de l'effluent du lac) + (rétention d'éléments nutritifs dans le lac)

Ce bilan de base peut être encore élargi pour inclure les diverses sources présentées dans la figure 6.

Le temps de rinçage est une indication des aspects de rétention relative d'un système lacustre. Les lacs peu profonds, comme le lac Érié, ont des temps de rinçage relativement courts et sont associés à une eutrophisation avancée parce que les lacs peu profonds sont souvent plus propices à la croissance des plantes aquatiques. Les lacs profonds tels que le lac Tahoe et le lac Supérieur ont de très longues périodes de rinçage, qui sont généralement associées à des lacs avec une eutrophisation minimale car jusqu'à présent, ils n'ont pas été surchargés et aussi parce que leurs profondeurs extrêmes ne sont pas propices à une croissance extensive des plantes aquatiques. sauf dans l'épilimnion (zone supérieure). Les lacs de cette catégorie sont généralement classés comme oligotrophes, sur la base qu'ils sont relativement pauvres en nutriments et supportent une croissance aquatique minimale telle que les algues.

Il est intéressant de comparer les temps de rinçage de certains grands lacs américains tels que rapportés par Pecor (1973) en utilisant la base de calcul suivante :

temps de rinçage du lac (LFT) = (volume de stockage du lac)/(débit sortant du lac)

Quelques exemples : lac Wabesa (Michigan), LFT=0.30 ans ; Houghton Lake (Michigan), 1.4 ans; lac Érié, 2.6 ans; Lac Supérieur, 191 ans; Lac Tahoe, 700 ans.

Bien que la relation entre le processus d'eutrophisation et la teneur en nutriments soit complexe, le phosphore est généralement reconnu comme le nutriment limitant. Sur la base de conditions entièrement mixtes, Sawyer (1947) a signalé que les efflorescences algales ont tendance à se produire si les valeurs d'azote dépassent 0.3 mg/l et le phosphore dépasse 0.01 mg/l. Dans les lacs et réservoirs stratifiés, de faibles niveaux d'oxygène dissous dans l'hypoliminion sont les premiers signes d'eutrophisation. Vollenweider (1968, 1969) a établi des niveaux critiques de charge de phosphore total et d'azote total pour un certain nombre de lacs en fonction des charges de nutriments, des profondeurs moyennes et des états trophiques. Pour une comparaison des travaux sur ce sujet, Dillon (1974) a publié une revue critique du modèle de bilan nutritif de Vollenweider et d'autres modèles apparentés. Des modèles informatiques plus récents sont également disponibles pour simuler les cycles azote/phosphore avec des variations de température.

Pollution de l'eau dans les estuaires

Un estuaire est un passage d'eau intermédiaire entre l'embouchure d'un fleuve et une côte maritime. Ce passage est composé d'un canal d'embouchure de rivière avec un afflux de rivière (eau douce) depuis l'amont et un écoulement sortant du côté aval dans un niveau d'eau de mer en aval en constante évolution (eau salée). Les estuaires sont continuellement affectés par les fluctuations des marées et sont parmi les masses d'eau les plus complexes rencontrées dans le contrôle de la pollution de l'eau. Les caractéristiques dominantes d'un estuaire sont une salinité variable, un coin de sel ou une interface entre l'eau salée et l'eau douce, et souvent de vastes zones d'eau peu profonde et turbide recouvrant des vasières et des marais salés. Les nutriments sont en grande partie fournis à un estuaire à partir de la rivière entrante et se combinent avec l'habitat de l'eau de mer pour fournir une production prolifique de biote et de vie marine. Les fruits de mer récoltés dans les estuaires sont particulièrement recherchés.

Du point de vue de la pollution de l'eau, les estuaires sont individuellement complexes et nécessitent généralement des enquêtes spéciales utilisant des études de terrain approfondies et une modélisation informatique. Pour une meilleure compréhension de base, le lecteur est renvoyé à Reish 1979, sur la pollution marine et estuarienne ; et à Reid et Wood 1976, sur l'écologie des eaux intérieures et des estuaires.

Pollution de l'eau en milieu marin

Les océans peuvent être considérés comme l'eau réceptrice ultime ou le puits, puisque les déchets transportés par les rivières finissent par se déverser dans cet environnement marin. Bien que les océans soient de vastes étendues d'eau salée avec une capacité d'assimilation apparemment illimitée, la pollution a tendance à altérer les côtes et à affecter davantage la vie marine.

Les sources de polluants marins comprennent bon nombre de ceux rencontrés dans les environnements d'eaux usées terrestres, ainsi que d'autres liés aux opérations maritimes. Une liste restreinte est donnée ci-dessous :

  • eaux usées et boues domestiques, déchets industriels, déchets solides, déchets de bord
  • déchets de pêche, sédiments et nutriments provenant des rivières et des eaux de ruissellement
  • marées noires, exploration pétrolière offshore et déchets de production, opérations de dragage
  • chaleur, déchets radioactifs, déchets chimiques, pesticides et herbicides.

 

Chacun de ces éléments nécessite une manipulation et des méthodes de contrôle spéciales. Le rejet d'eaux usées domestiques et de boues d'épuration par les exutoires océaniques est peut-être la principale source de pollution marine.

Pour la technologie actuelle sur ce sujet, le lecteur est renvoyé au livre sur la pollution marine et son contrôle par Bishop (1983).

Techniques de réduction de la pollution dans les rejets d'eaux usées

Le traitement des eaux usées à grande échelle est généralement effectué par les municipalités, les districts sanitaires, les industries, les entreprises commerciales et diverses commissions de contrôle de la pollution. Le but ici est de décrire les méthodes contemporaines de traitement des eaux usées municipales, puis de fournir quelques informations concernant le traitement des déchets industriels et des méthodes plus avancées.

En général, tous les processus de traitement des eaux usées peuvent être regroupés en types physiques, chimiques ou biologiques, et un ou plusieurs de ceux-ci peuvent être utilisés pour obtenir un produit effluent souhaité. Ce groupement de classification est le plus approprié pour comprendre les approches de traitement des eaux usées et est présenté dans le tableau 1.

Tableau 1. Classification générale des opérations et procédés de traitement des eaux usées

Opérations physiques

Procédés chimiques

Processus biologiques

Mesure de flux
Criblage/dessablage
Mixage audio
Floculation
Sédimentation
flottage
Filtration
Séchage
Distillation
Centrifugation
Congélation
Osmose inverse

Précipitation
Neutralisation
Adsorption
Désinfection
Oxydation chimique
Réduction chimique
Incinération
Échange d'ion
Électrodialyse

Action aérobie
Action anaérobie
Combinaisons aérobie-anaérobie

 

Méthodes contemporaines de traitement des eaux usées

La couverture ici est limitée et vise à fournir un aperçu conceptuel des pratiques actuelles de traitement des eaux usées dans le monde plutôt que des données de conception détaillées. Pour ce dernier, le lecteur est renvoyé à Metcalf et Eddy 1991.

Les eaux usées municipales ainsi que certains mélanges de déchets industriels/commerciaux sont traités dans des systèmes employant couramment un traitement primaire, secondaire et tertiaire comme suit :

Système de traitement primaire: Prétraitement ® Décantation primaire ® Désinfection (chloration) ® Effluent

Système de traitement secondaire: Prétraitement ® Décantation primaire ® Unité biologique ® Deuxième décantation ® Désinfection (chloration) ® Effluent vers flux

Système de traitement tertiaire: Prétraitement ® Décantation primaire ® Unité biologique ® Seconde décantation ® Unité tertiaire ® Désinfection (chloration) ® Effluent vers flux

La figure 7 montre en outre un diagramme schématique d'un système de traitement des eaux usées classique. Des descriptions générales des processus ci-dessus suivent.

Figure 7. Schéma de principe du traitement conventionnel des eaux usées

EPC060F8

Traitement primaire

L'objectif fondamental du traitement primaire des eaux usées municipales, y compris les eaux usées domestiques mêlées à certains déchets industriels/commerciaux, est d'éliminer les solides en suspension et de clarifier les eaux usées, afin de les rendre aptes au traitement biologique. Après quelques manipulations de prétraitement telles que le criblage, le dessablage et le broyage, le processus principal de sédimentation primaire est la décantation des eaux usées brutes dans de grands bassins de décantation pendant des périodes allant jusqu'à plusieurs heures. Ce procédé élimine de 50 à 75 % du total des solides en suspension, qui sont soutirés en tant que boues de sousverse collectées pour un traitement séparé. L'effluent de trop-plein du procédé est ensuite dirigé vers un traitement secondaire. Dans certains cas, des produits chimiques peuvent être utilisés pour améliorer le degré de traitement primaire.

Traitement secondaire

La partie du contenu organique des eaux usées qui est finement en suspension ou dissoute et non éliminée dans le processus primaire est traitée par un traitement secondaire. Les formes généralement acceptées de traitement secondaire couramment utilisées comprennent les filtres bactériens, les contacteurs biologiques tels que les disques rotatifs, les boues activées, les bassins de stabilisation des déchets, les systèmes de bassins aérés et les méthodes d'épandage, y compris les systèmes de zones humides. Tous ces systèmes seront reconnus comme employant des processus biologiques d'une forme ou d'une autre. Les plus courants de ces processus sont brièvement décrits ci-dessous.

Systèmes de contacteurs biologiques. Les filtres percolateurs sont l'une des premières formes de cette méthode pour le traitement secondaire et sont encore largement utilisés avec certaines méthodes d'application améliorées. Dans ce traitement, l'effluent des réservoirs primaires est appliqué uniformément sur un lit de média, tel que de la roche ou un média plastique synthétique. Une distribution uniforme est accomplie typiquement en faisant ruisseler le liquide à partir d'une tuyauterie perforée en rotation sur le lit de manière intermittente ou continue selon le processus souhaité. Selon le taux de charges organiques et hydrauliques, les filtres bactériens peuvent éliminer jusqu'à 95 % de la teneur organique, généralement analysée en tant que demande biochimique en oxygène (DBO). Il existe de nombreux autres systèmes de contacteurs biologiques plus récents en cours d'utilisation qui peuvent fournir des suppressions de traitement dans la même gamme; certaines de ces méthodes offrent des avantages particuliers, notamment applicables dans certaines conditions limites telles que l'espace, le climat, etc. Il convient de noter qu'un décanteur secondaire suivant est considéré comme une partie nécessaire de l'achèvement du processus. Dans la décantation secondaire, une partie des boues dites d'humus est soutirée en sousverse et la surverse est évacuée en effluent secondaire.

Boues activées. Dans la forme la plus courante de ce procédé biologique, l'effluent traité primaire s'écoule dans un réservoir unitaire à boues activées contenant une suspension biologique préexistante appelée boues activées. Ce mélange est appelé solides en suspension de liqueur mixte (MLSS) et est fourni une période de contact allant généralement de plusieurs heures jusqu'à 24 heures ou plus, selon les résultats souhaités. Pendant cette période, le mélange est fortement aéré et agité pour favoriser l'activité biologique aérobie. Au fur et à mesure que le processus se termine, une partie du mélange (MLSS) est prélevée et renvoyée dans l'influent pour la poursuite du processus d'activation biologique. Une décantation secondaire est prévue après l'unité de boues activées dans le but de décanter la suspension de boues activées et d'évacuer un trop-plein clarifié sous forme d'effluent. Le procédé est capable d'éliminer jusqu'à environ 95 % de la DBO entrante.

Traitement tertiaire

Un troisième niveau de traitement peut être fourni lorsqu'un degré plus élevé d'élimination des polluants est requis. Cette forme de traitement peut généralement inclure une filtration sur sable, des bassins de stabilisation, des méthodes d'élimination des terres, des zones humides et d'autres systèmes qui stabilisent davantage l'effluent secondaire.

Désinfection des effluents

La désinfection est généralement nécessaire pour réduire les bactéries et les agents pathogènes à des niveaux acceptables. La chloration, le dioxyde de chlore, l'ozone et la lumière ultraviolette sont les procédés les plus couramment utilisés.

Efficacité globale de la station d'épuration

Les eaux usées comprennent une large gamme de constituants qui sont généralement classés comme solides en suspension et dissous, constituants inorganiques et constituants organiques.

L'efficacité d'un système de traitement peut être mesurée en termes de pourcentage d'élimination de ces constituants. Les paramètres communs de mesure sont :

  • DBO: demande biochimique en oxygène, mesurée en mg/l
  • LA MORUE: demande chimique en oxygène, mesurée en mg/l
  • TSS: matières en suspension totales, mesurées en mg/l
  • TDS: solides dissous totaux, mesurés en mg/l
  • formes d'azote: y compris le nitrate et l'ammoniac, mesurés en mg/l (le nitrate est particulièrement préoccupant en tant que nutriment dans l'eutrophisation)
  • phosphate: mesuré en mg/l (également particulièrement préoccupant en tant que nutriment dans l'eutrophisation)
  • pH: degré d'acidité, mesuré par un nombre de 1 (le plus acide) à 14 (le plus alcalin)
  • nombre de bactéries coliformes: mesuré comme le nombre le plus probable pour 100 ml (Escherichia et les bactéries coliformes fécales sont les indicateurs les plus courants).

 

Traitement des eaux usées industrielles

Types de déchets industriels

Les déchets industriels (non domestiques) sont nombreux et varient considérablement en composition ; ils peuvent être très acides ou alcalins et nécessitent souvent une analyse détaillée en laboratoire. Un traitement spécialisé peut être nécessaire pour les rendre inoffensifs avant la sortie. La toxicité est une grande préoccupation dans l'élimination des eaux usées industrielles.

Les déchets industriels représentatifs comprennent : les pâtes et papiers, l'abattoir, la brasserie, la tannerie, la transformation des aliments, la conserverie, les produits chimiques, le pétrole, le textile, le sucre, la blanchisserie, la viande et la volaille, l'alimentation des porcs, l'équarrissage et bien d'autres. L'étape initiale de l'élaboration de la conception du traitement est une enquête sur les déchets industriels, qui fournit des données sur les variations de débit et les caractéristiques des déchets. Les caractéristiques indésirables des déchets telles qu'énumérées par Eckenfelder (1989) peuvent être résumées comme suit :

  • matières organiques solubles provoquant l'épuisement de l'oxygène dissous
  • matières solides en suspension
  • traces organiques
  • métaux lourds, cyanure et matières organiques toxiques
  • couleur et turbidité
  • azote et phosphore
  • substances réfractaires résistantes à la biodégradation
  • pétrole et matériaux flottants
  • matières volatiles.

 

L'US EPA a en outre défini une liste de produits chimiques organiques et inorganiques toxiques avec des limitations spécifiques dans l'octroi de permis de rejet. La liste comprend plus de 100 composés et est trop longue pour être réimprimée ici, mais peut être demandée à l'EPA.

Méthodes de traitement

La manutention des déchets industriels est plus spécialisée que le traitement des déchets domestiques ; cependant, lorsqu'elles se prêtent à une réduction biologique, elles sont généralement traitées à l'aide de méthodes similaires à celles décrites précédemment (approches de traitement biologique secondaire/tertiaire) pour les systèmes municipaux.

Les bassins de stabilisation des déchets sont une méthode courante de traitement des eaux usées organiques lorsqu'une superficie suffisante est disponible. Les bassins à circulation sont généralement classés en fonction de leur activité bactérienne comme aérobie, facultatif ou anaérobie. Les bassins aérés sont alimentés en oxygène par des systèmes d'aération diffuse ou mécanique.

Les figures 8 et 9 montrent des croquis de bassins de stabilisation des déchets.

Figure 8. Bassin de stabilisation à deux cellules : schéma en coupe

EPC060F9

Figure 9. Types de lagunes aérées : schéma de principe

EPC60F10

Prévention de la pollution et minimisation des déchets

Lorsque les opérations et les procédés des déchets industriels en usine sont analysés à leur source, ils peuvent souvent être contrôlés afin d'éviter des rejets polluants importants.

Les techniques de recirculation sont des approches importantes dans les programmes de prévention de la pollution. Un exemple d'étude de cas est un plan de recyclage pour les effluents d'eaux usées d'une tannerie de cuir publié par Preul (1981), qui comprenait la récupération/réutilisation du chrome ainsi que la recirculation complète de toutes les eaux usées de tannerie sans effluent dans aucun cours d'eau, sauf en cas d'urgence. L'organigramme de ce système est illustré à la figure 10.

Figure 10. Organigramme du système de recyclage des effluents des eaux usées de la tannerie

EPC60F11

Pour des innovations plus récentes dans cette technologie, le lecteur est renvoyé à une publication sur la prévention de la pollution et la minimisation des déchets par la Fédération de l'environnement de l'eau (1995).

Méthodes avancées de traitement des eaux usées

Un certain nombre de méthodes avancées sont disponibles pour des degrés plus élevés d'élimination des constituants de la pollution, selon les besoins. Une liste générale comprend :

filtration (sable et multimédia)

précipitation chimique

adsorption de carbone

électrodialyse

distillation

nitrification

récolte d'algues

valorisation des effluents

micro-forçage

décapage à l'ammoniac

osmose inverse

échange d'ion

épandage

dénitrification

marécages.

Le procédé le plus approprié pour chaque situation doit être déterminé en fonction de la qualité et de la quantité des eaux usées brutes, des besoins en eau réceptrice et, bien sûr, des coûts. Pour plus de détails, voir Metcalf et Eddy 1991, qui comprend un chapitre sur le traitement avancé des eaux usées.

Étude de cas sur le traitement avancé des eaux usées

L'étude de cas du projet de récupération des eaux usées de la région de Dan discutée ailleurs dans ce chapitre fournit un excellent exemple de méthodes novatrices de traitement et de récupération des eaux usées.

Pollution thermique

La pollution thermique est une forme de déchets industriels, définie comme des augmentations ou des réductions délétères des températures normales de l'eau des eaux réceptrices causées par l'évacuation de la chaleur des installations artificielles. Les principales industries produisant de la chaleur résiduelle sont les combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) et les centrales nucléaires, les aciéries, les raffineries de pétrole, les usines chimiques, les usines de pâtes et papiers, les distilleries et les blanchisseries. L'industrie de la production d'électricité, qui fournit de l'énergie à de nombreux pays (par exemple, environ 80 % aux États-Unis), est particulièrement préoccupante.

Impact de la chaleur résiduelle sur les eaux réceptrices

Influence sur la capacité d'assimilation des déchets

  • La chaleur augmente l'oxydation biologique.
  • La chaleur diminue la teneur en oxygène de l'eau et diminue le taux de réoxygénation naturelle.
  • L'effet net de la chaleur est généralement préjudiciable pendant les mois chauds de l'année.
  • L'effet hivernal peut être bénéfique dans les climats plus froids, où les conditions de glace sont rompues et l'aération de surface est assurée pour les poissons et la vie aquatique.

 

Influence sur la vie aquatique

De nombreuses espèces ont des limites de tolérance à la température et ont besoin de protection, en particulier dans les tronçons d'un cours d'eau ou d'un plan d'eau affectés par la chaleur. Par exemple, les cours d'eau froides ont généralement le type le plus élevé de poissons de sport tels que la truite et le saumon, tandis que les eaux chaudes abritent généralement des populations de poissons communs, avec certaines espèces telles que le brochet et l'achigan dans les eaux à température intermédiaire.

Figure 11. Échange de chaleur aux limites d'une section transversale d'eau réceptrice

EPC60F12

Analyse thermique dans les eaux réceptrices

La figure 11 illustre les différentes formes d'échange naturel de chaleur aux limites d'un plan d'eau récepteur. Lorsque la chaleur est rejetée dans une eau réceptrice telle qu'une rivière, il est important d'analyser la capacité de la rivière pour les apports thermiques. Le profil de température d'une rivière peut être calculé en résolvant un bilan thermique similaire à celui utilisé dans le calcul des courbes d'affaissement de l'oxygène dissous. Les principaux facteurs du bilan thermique sont illustrés à la figure 12 pour un tronçon de rivière entre les points A et B. Chaque facteur nécessite un calcul individuel dépendant de certaines variables de chaleur. Comme pour un bilan d'oxygène dissous, le bilan de température est simplement une somme des actifs et des passifs de température pour une section donnée. D'autres approches analytiques plus sophistiquées sont disponibles dans la littérature sur ce sujet. Les résultats des calculs de bilan thermique peuvent être utilisés pour établir des limites de rejet de chaleur et éventuellement certaines contraintes d'utilisation d'une masse d'eau.

Figure 12. Capacité fluviale pour les ajouts thermiques

EPC60F13

Dépollution thermique

Les principales approches pour le contrôle de la pollution thermique sont :

  • amélioration de l'efficacité de l'exploitation des centrales électriques
  • tours de refroidissement
  • bassins de refroidissement isolés
  • l'examen d'autres méthodes de production d'électricité telles que l'hydroélectricité.

 

Lorsque les conditions physiques sont favorables dans certaines limites environnementales, l'énergie hydroélectrique devrait être considérée comme une alternative à la production d'énergie fossile ou nucléaire. Dans la production d'énergie hydroélectrique, il n'y a pas d'évacuation de la chaleur et il n'y a pas de rejet d'eaux usées causant une pollution de l'eau.

Contrôle de la pollution des eaux souterraines

Importance des eaux souterraines

Étant donné que les approvisionnements en eau du monde sont largement extraits des aquifères, il est très important que ces sources d'approvisionnement soient protégées. On estime que plus de 95 % de l'approvisionnement en eau douce disponible sur la terre est souterrain ; Aux États-Unis, environ 50 % de l'eau potable provient de puits, selon l'US Geological Survey de 1984. Parce que la pollution et le mouvement des eaux souterraines sont de nature subtile et invisible, moins d'attention est parfois accordée à l'analyse et au contrôle de cette forme de dégradation de l'eau qu'à la pollution des eaux de surface, qui est beaucoup plus évidente.

Figure 13. Cycle hydrologique et sources de contamination des eaux souterraines

EPC60F14

Sources de pollution souterraine

La figure 13 montre le cycle hydrologique avec des sources superposées de contamination des eaux souterraines. Une liste complète des sources potentielles de pollution souterraine est longue ; cependant, à titre d'illustration, les sources les plus évidentes incluent :

  • rejets de déchets industriels
  • cours d'eau pollués en contact avec des aquifères
  • l’exploitation minière aux produits chimiques
  • élimination des déchets solides et dangereux
  • réservoirs de stockage souterrains tels que pour le pétrole
  • système d'irrigation
  • recharge artificielle
  • empiètement de l'eau de mer
  • déversements
  • étangs pollués à fonds perméables
  • puits d'élimination
  • champs de tuiles de fosses septiques et fosses de lixiviation
  • forage de puits inapproprié
  • exploitations agricoles
  • sels de déglaçage routier.

 

Les polluants spécifiques dans la contamination souterraine sont en outre classés comme :

  • constituants chimiques indésirables (liste typique, non exhaustive) - organiques et inorganiques (par exemple, chlorure, sulfate, fer, manganèse, sodium, potassium)
  • dureté totale et solides dissous totaux
  • constituants toxiques (liste typique, non exhaustive) - nitrate, arsenic, chrome, plomb, cyanure, cuivre, phénols, mercure dissous
  • caractéristiques physiques indésirables - goût, couleur et odeur
  • pesticides et herbicides - hydrocarbures chlorés et autres
  • matières radioactives - diverses formes de radioactivité
  • biologique - bactéries, virus, parasites, etc.
  • acide (pH bas) ou caustique (pH élevé).

 

Parmi les éléments ci-dessus, les nitrates sont particulièrement préoccupants dans les eaux souterraines et les eaux de surface. Dans les eaux souterraines, les nitrates peuvent provoquer la maladie méthémoglobinémie (cyanose infantile). Ils provoquent en outre des effets d'eutrophisation néfastes dans les eaux de surface et se produisent dans un large éventail de ressources en eau, comme l'a rapporté Preul (1991). Preul (1964, 1967, 1972) et Preul et Schroepfer (1968) ont également signalé le mouvement souterrain de l'azote et d'autres polluants.

Déplacement de la pollution dans le domaine souterrain

Le mouvement des eaux souterraines est extrêmement lent et subtil par rapport au mouvement des eaux de surface dans le cycle hydrologique. Pour une compréhension simple du déplacement des eaux souterraines ordinaires dans des conditions idéales d'écoulement stable, la loi de Darcy est l'approche de base pour l'évaluation du mouvement des eaux souterraines à de faibles nombres de Reynolds. (R):

V = K(dh/dl)

où:

V = vitesse de l'eau souterraine dans l'aquifère, m/jour

K = coefficient de perméabilité de l'aquifère

(dh/dl) = gradient hydraulique qui représente la force motrice du mouvement.

Dans les voyages souterrains des polluants, les eaux souterraines ordinaires (H2O) est généralement le fluide porteur et peut être calculé pour se déplacer à une vitesse en fonction des paramètres de la loi de Darcy. Cependant, le taux de déplacement ou la vitesse d'un polluant, tel qu'un produit chimique organique ou inorganique, peut être différent en raison des processus d'advection et de dispersion hydrodynamique. Certains ions se déplacent plus lentement ou plus rapidement que le taux général d'écoulement des eaux souterraines à la suite de réactions au sein des milieux aquifères, de sorte qu'ils peuvent être classés comme « réactifs » ou « non réactifs ». Les réactions sont généralement des formes suivantes :

  • réactions physiques entre le polluant et l'aquifère et/ou le liquide de transport
  • réactions chimiques entre le polluant et l'aquifère et/ou le liquide de transport
  • actions biologiques sur le polluant.

 

Les éléments suivants sont typiques des polluants souterrains réactifs et non réactifs :

  • polluants réactifs - chrome, ion ammonium, calcium, sodium, fer, etc.; cations en général; constituants biologiques; constituants radioactifs
  • polluants non réactifs - chlorure, nitrate, sulfate, etc.; certains anions; certains produits chimiques pesticides et herbicides.

 

Au début, il peut sembler que les polluants réactifs sont le pire type, mais ce n'est peut-être pas toujours le cas car les réactions retiennent ou retardent les concentrations de déplacement des polluants alors que le déplacement des polluants non réactifs peut être largement non inhibé. Certains produits domestiques et agricoles « mous » sont maintenant disponibles qui se dégradent biologiquement après un certain temps et évitent ainsi la possibilité de contamination des eaux souterraines.

Assainissement des aquifères

La prévention de la pollution souterraine est évidemment la meilleure approche ; cependant, l'existence incontrôlée de conditions d'eaux souterraines polluées est généralement révélée après son apparition, par exemple par des plaintes d'utilisateurs de puits d'eau dans la région. Malheureusement, au moment où le problème est reconnu, de graves dommages peuvent s'être produits et des mesures correctives sont nécessaires. L'assainissement peut nécessiter des enquêtes hydrogéologiques approfondies sur le terrain avec des analyses en laboratoire d'échantillons d'eau afin d'établir l'étendue des concentrations de polluants et des panaches de déplacement. Souvent, les puits existants peuvent être utilisés pour l'échantillonnage initial, mais les cas graves peuvent nécessiter des sondages et des échantillonnages d'eau approfondis. Ces données peuvent ensuite être analysées pour établir les conditions actuelles et faire des prédictions sur les conditions futures. L'analyse des déplacements de la contamination des eaux souterraines est un domaine spécialisé nécessitant souvent l'utilisation de modèles informatiques pour mieux comprendre la dynamique des eaux souterraines et faire des prédictions sous diverses contraintes. Un certain nombre de modèles informatiques bidimensionnels et tridimensionnels sont disponibles dans la littérature à cet effet. Pour des approches analytiques plus détaillées, le lecteur est renvoyé au livre de Freeze et Cherry (1987).

Prévention de la pollution

L'approche privilégiée pour la protection des ressources en eaux souterraines est la prévention de la pollution. Bien que les normes d'eau potable s'appliquent généralement à l'utilisation des approvisionnements en eau souterraine, les approvisionnements en eau brute doivent être protégés contre la contamination. Les entités gouvernementales telles que les ministères de la santé, les agences des ressources naturelles et les agences de protection de l'environnement sont généralement responsables de ces activités. Les efforts de lutte contre la pollution des eaux souterraines sont largement axés sur la protection des aquifères et la prévention de la pollution.

La prévention de la pollution nécessite des contrôles de l'utilisation des terres sous la forme d'un zonage et de certaines réglementations. Les lois peuvent s'appliquer à la prévention de fonctions spécifiques, particulièrement applicables aux sources ponctuelles ou aux actions susceptibles de causer une pollution. Le contrôle par le zonage de l'utilisation des terres est un outil de protection des eaux souterraines qui est le plus efficace au niveau du gouvernement municipal ou du comté. Les programmes de protection des aquifères et des têtes de puits, dont il est question ci-dessous, sont des exemples phares de prévention de la pollution.

Un programme de protection d'un aquifère nécessite d'établir les limites de l'aquifère et de ses zones de recharge. Les aquifères peuvent être de type non confiné ou confiné, et doivent donc être analysés par un hydrologue pour faire cette détermination. La plupart des grands aquifères sont généralement bien connus dans les pays développés, mais d'autres zones peuvent nécessiter des enquêtes sur le terrain et des analyses hydrogéologiques. L'élément clé du programme dans la protection de l'aquifère contre la dégradation de la qualité de l'eau est le contrôle de l'utilisation des terres sur l'aquifère et ses zones de recharge.

La protection des têtes de puits est une approche plus définitive et limitée qui s'applique à la zone de recharge contribuant à un puits particulier. Le gouvernement fédéral américain, par des amendements adoptés en 1986 à la loi sur la sécurité de l'eau potable (SDWA) (1984), exige désormais que des zones de protection spécifiques des têtes de puits soient établies pour les puits d'approvisionnement publics. La zone de protection des têtes de puits (WHPA) est définie dans la SDWA comme « la surface et la sous-surface entourant un puits d'eau ou un champ de captage, alimentant un système public d'approvisionnement en eau, à travers lequel les contaminants sont raisonnablement susceptibles de se déplacer vers et d'atteindre ce puits d'eau ou ce puits. domaine." L'objectif principal du programme WHPA, tel que défini par l'US EPA (1987), est la délimitation des zones de protection des puits en fonction de critères sélectionnés, de l'exploitation des puits et de considérations hydrogéologiques.

 

Noir

Conception et design

Le projet de récupération des eaux usées municipales de la région de Dan est le plus grand projet de ce type au monde. Il se compose d'installations de traitement et de recharge des eaux souterraines des eaux usées municipales de la zone métropolitaine de la région de Dan - un conglomérat de huit villes centré autour de Tel Aviv, en Israël, avec une population combinée d'environ 1.5 million d'habitants. Le projet a été créé dans le but de collecter, traiter et éliminer les eaux usées municipales. L'effluent récupéré, après une période de détention relativement longue dans l'aquifère souterrain, est pompé pour une utilisation agricole sans restriction, irriguant le Néguev aride (la partie sud d'Israël). Un schéma général du projet est donné à la figure 1. Le projet a été créé dans les années 1960 et n'a cessé de croître. Actuellement, le système collecte et traite environ 110 x 106 m3 par an. D'ici quelques années, à son stade final, le système traitera de 150 à 170 x 106 m3 par an.

Figure 1. Usine de récupération des eaux usées de la région de Dan : disposition

EPC065F1

Les stations d'épuration sont connues pour créer une multitude de problèmes de santé environnementaux et professionnels. Le projet de la région de Dan est un système unique d'importance nationale qui combine un avantage national avec une économie considérable des ressources en eau, une efficacité de traitement élevée et une production d'eau peu coûteuse, sans créer de risques professionnels excessifs.

Tout au long de la conception, de l'installation et de l'exploitation courante du système, une attention particulière a été accordée aux problèmes d'assainissement de l'eau et d'hygiène au travail. Toutes les précautions nécessaires ont été prises pour s'assurer que les eaux usées récupérées seront pratiquement aussi sûres que l'eau potable ordinaire, au cas où des personnes la boiraient ou l'avaleraient accidentellement. De même, une attention appropriée a été accordée à la question de la réduction au minimum de toute exposition potentielle à des accidents ou à d'autres risques biologiques, chimiques ou physiques susceptibles d'affecter soit les travailleurs de la station d'épuration proprement dite, soit d'autres travailleurs engagés dans l'élimination et l'utilisation agricole. de l'eau récupérée.

Lors de la première phase du projet, les eaux usées ont été traitées biologiquement par un système de bassins d'oxydation facultative avec recirculation et traitement chimique supplémentaire par un procédé chaux-magnésium, suivi d'une rétention des effluents à pH élevé dans des « bassins de polissage ». L'effluent partiellement traité a été rechargé dans l'aquifère souterrain régional au moyen des bassins d'épandage du Soreq.

Au stade 1, les eaux usées acheminées vers la station d'épuration subissent un traitement mécano-biologique par un procédé à boues activées avec nitrification-dénitrification. L'effluent secondaire est rechargé dans la nappe phréatique au moyen des bassins d'épandage Yavneh 2 et Yavneh XNUMX.

Le système complet se compose d'un certain nombre d'éléments différents qui se complètent :

  • un système de station d'épuration, composé d'une station de boues activées (la station biomécanique), qui traite la plupart des déchets, et d'un système de bassins d'oxydation et de polissage utilisé principalement pour le traitement des excédents d'eaux usées
  • un système de recharge des eaux souterraines des effluents traités, qui consiste en des bassins d'épandage, sur deux sites différents (Yavneh et Soreq), inondés par intermittence ; l'effluent absorbé traverse la zone non saturée du sol et une partie de l'aquifère, et crée une zone spéciale dédiée au traitement complémentaire des effluents et au stockage saisonnier, appelée SAT (sol-aquifère-traitement)
  • des réseaux de puits d'observation (53 puits au total) qui entourent les bassins de recharge et permettent le suivi de l'efficacité du processus de traitement
  • réseaux de puits de récupération (au total 74 puits actifs en 1993) qui entourent les sites de recharge
  • une conduite d'adduction d'eau récupérée spéciale et séparée pour l'irrigation sans restriction des zones agricoles du Néguev ; cette conduite s'appelle "la troisième ligne du Néguev", et elle complète le système d'approvisionnement en eau du Néguev, qui comprend deux autres grandes conduites principales d'approvisionnement en eau douce
  • une installation de chloration des effluents, constituée à ce jour de trois sites de chloration (deux autres à rajouter ultérieurement)
  • six réservoirs opérationnels le long du système de transport, qui régulent les quantités d'eau pompées et consommées le long du système
  • un système de distribution des effluents, composé de 13 grandes zones de pression, le long du collecteur principal, qui fournissent l'eau traitée aux consommateurs
  • un système de suivi complet qui supervise et contrôle l'ensemble du fonctionnement du projet.

 

Description du système de récupération

Le schéma général du système de récupération est présenté à la figure 1 et l'organigramme à la figure 2. Le système se compose des segments suivants : station d'épuration, champs de recharge d'eau, puits de récupération, système de transport et de distribution, installation de chloration et un système de surveillance complet. système.

Figure 2. Organigramme du projet de la région de Dan

EPC065F2

La station d'épuration

La station d'épuration de la zone métropolitaine de la région de Dan reçoit les déchets domestiques des huit villes de la région et traite également une partie de leurs déchets industriels. L'usine est située dans les dunes de sable de Rishon-Lézion et repose principalement sur le traitement secondaire des déchets par la méthode des boues activées. Certains des déchets, principalement lors des décharges de pointe, sont traités dans un autre système plus ancien de bassins d'oxydation occupant une superficie de 300 acres. Les deux systèmes peuvent gérer ensemble, à l'heure actuelle, environ 110 x 106 m3 par an.

Les champs de recharge

Les effluents de la station d'épuration sont pompés dans trois sites différents situés dans les dunes de sable régionales, où ils sont épandus sur le sable et s'infiltrent dans l'aquifère souterrain pour un stockage temporaire et un traitement supplémentaire dépendant du temps. Deux des bassins d'épandage servent à la recharge des effluents de la station d'épuration mécano-biologique. Il s'agit de Yavneh 1 (60 acres, situé à 7 km au sud de l'usine) et Yavneh 2 (45 acres, à 10 km au sud de l'usine) ; le troisième bassin est utilisé pour la recharge d'un mélange de l'effluent des bassins d'oxydation et d'une certaine fraction de la station d'épuration biomécanique nécessaire pour améliorer la qualité de l'effluent au niveau nécessaire. Il s'agit du site Soreq, qui a une superficie d'environ 60 acres et est situé à l'est des étangs.

Les puits de récupération

Autour des sites de recharge, il existe des réseaux de puits d'observation à travers lesquels l'eau rechargée est pompée à nouveau. Les 74 puits en exploitation en 1993 n'ont pas tous été actifs pendant toute la durée du projet. En 1993, un total d'environ 95 millions de mètres cubes d'eau ont été récupérés des puits du système et pompés dans la troisième ligne du Néguev.

Les systèmes de transport et de distribution

L'eau pompée des différents puits de récupération est collectée dans le système d'adduction et de distribution de la troisième ligne. Le système de transport est composé de trois sections, ayant une longueur combinée de 87 km et un diamètre allant de 48 à 70 pouces. Le long du système de transport, six réservoirs opérationnels différents, "flottants" sur la ligne principale, ont été construits, afin de réguler le débit d'eau du système. Le volume opérationnel de ces réservoirs varie de 10,000 XNUMX m3 à 100,000 m3.

L'eau circulant dans le système de troisième ligne a été fournie aux clients en 1993 par un système de 13 zones de pression principales. De nombreux consommateurs d'eau, principalement des exploitations agricoles, sont connectés à ces zones de pression.

Le système de chloration

Le but de la chloration qui est effectuée dans la Troisième Ligne est la « rupture de la connexion humaine », ce qui signifie l'élimination de toute possibilité d'existence de micro-organismes d'origine humaine dans l'eau de Troisième Ligne. Tout au long du suivi, il a été constaté qu'il y a une augmentation considérable des micro-organismes fécaux pendant le séjour de l'eau récupérée dans les réservoirs d'eau. Par conséquent, il a été décidé d'ajouter plus de points de chloration le long de la ligne et, en 1993, trois points de chloration distincts fonctionnaient régulièrement. Deux autres points de chloration doivent être ajoutés au système dans un futur proche. Le chlore résiduel est compris entre 0.4 et 1.0 mg/l de chlore libre. Cette méthode, par laquelle de faibles concentrations de chlore libre sont maintenues en divers points du système plutôt qu'une seule dose massive au début de la ligne, sécurise la rupture de la connexion humaine, et en même temps permet aux poissons de vivre dans les réservoirs . De plus, cette méthode de chloration désinfectera l'eau des sections aval du système d'adduction et de distribution, dans le cas où des polluants seraient entrés dans le système en un point situé en aval du point de chloration initial.

Le système de surveillance

Le fonctionnement du système de récupération de la troisième ligne du Néguev dépend du fonctionnement de routine d'une installation de surveillance qui est supervisée et contrôlée par une entité scientifique professionnelle et indépendante. Cet organisme est l'Institut de recherche et de développement du Technion - Institut israélien de technologie, à Haïfa, en Israël.

La mise en place d'un système de surveillance indépendant est une exigence obligatoire du ministère israélien de la Santé, l'autorité légale locale conformément à l'ordonnance israélienne sur la santé publique. La nécessité d'établir cette configuration de surveillance découle des faits suivants :

  1. Ce projet de récupération des eaux usées est le plus grand au monde.
  2. Il comprend certains éléments non routiniers qui n'ont pas encore été expérimentés.
  3. L'eau récupérée doit être utilisée pour l'irrigation illimitée des cultures agricoles.

 

Le rôle majeur du système de surveillance est donc de sécuriser la qualité chimique et sanitaire de l'eau fournie par le système et d'alerter sur toute modification de la qualité de l'eau. De plus, le dispositif de surveillance effectue un suivi du projet complet de remise en état de la région de Dan, en étudiant également certains aspects, tels que le fonctionnement courant de l'usine et la qualité chimico-biologique de son eau. Ceci est nécessaire pour déterminer l'adaptabilité de l'eau de la troisième ligne pour une irrigation illimitée, non seulement du point de vue sanitaire mais aussi du point de vue agricole.

Le schéma de surveillance préliminaire a été conçu et préparé par Mekoroth Water Co., le principal fournisseur d'eau israélien et l'opérateur du projet de la région de Dan. Un comité directeur spécialement nommé a examiné périodiquement le programme de surveillance et l'a modifié en fonction de l'expérience accumulée grâce à l'opération de routine. Le programme de surveillance portait sur les différents points d'échantillonnage le long du système de la troisième ligne, les différents paramètres étudiés et la fréquence d'échantillonnage. Le programme préliminaire faisait référence à différents segments du réseau, soit les puits de récupération, la conduite d'adduction, les réservoirs, un nombre limité de branchements consommateurs ainsi que la présence de puits d'eau potable à proximité de l'usine. La liste des paramètres inclus dans le programme de surveillance de la troisième ligne est donnée dans le tableau 1.

Tableau 1. Liste des paramètres étudiés

Ag

Argent

μg / l

Al

Aluminium

μg / l

ALG

Algues

Nbre/100 ml

ALKM

Alcalinité en CaCO3

mg / l

As

Arsenic

μg / l

B

Bore

mg / l

Ba

Baryum

μg / l

DBO

Demande biochimique d'oxygène

mg / l

Br

Bromure

mg / l

Ca

Calcium

mg / l

Cd

Cadmium

μg / l

Cl

Chlorure

mg / l

CLDE

Demande de chlore

mg / l

CLRL

Chlorophile

μg / l

CN

Cyanures

μg / l

Co

Cobalt

μg / l

COULEUR

Couleur (cobalt platine)

 

LA MORUE

La demande chimique en oxygène

mg / l

Cr

Chrome

μg / l

Cu

Cuivre

μg / l

DO

Oxygène dissous sous forme d'O2

mg / l

DOC

Carbone organique dissous

mg / l

DS10

Solides dissous à 105 ºC

mg / l

DS55

Solides dissous à 550 ºC

mg / l

EC

Conductivité électrique

µmhos/cm

ENTR

Entérocoque

Nbre/100 ml

F-

Fluorure

mg / l

FCOL

Coliformes fécaux

Nbre/100 ml

Fe

Fer

μg / l

DIFFICILE

Dureté en CaCO3

mg / l

HCO3 -

Bicarbonate sous forme de HCO3 -

mg / l

Hg

Mercury

μg / l

K

Potassium

mg / l

Li

Lithium

μg / l

MBAS

Détergents

μg / l

Mg

Magnésium

mg / l

Mn

Manganèse

μg / l

Mo

Molybdène

μg / l

Na

Sodium

mg / l

NH4 +

Ammoniac sous forme de NH4 +

mg / l

Ni

Nickel

μg / l

NKJT

Azote total Kjeldahl

mg / l

NON2

Nitrite comme NON2 -

mg / l

NON3

Nitrate comme NO3 -

mg / l

ODEUR

Numéro d'odeur du seuil olfactif

 

OG

Huile et graisse

μg / l

Pb

Plomb

μg / l

PHÉN

Phénols

μg / l

PHFD

pH mesuré sur le terrain

 

PO4

Phosphate comme PO4 -2

mg / l

PTOT

Phosphore total en P

mg / l

RSCL

Chlore libre résiduel

mg / l

SAR

Taux d'adsorption de sodium

 

Se

Sélénium

μg / l

Si

Silice sous forme de H2SiO3

mg / l

Sn

Étain

μg / l

SO4

Sulfate

mg / l

Sr

Strontium

μg / l

SS10

Matières en suspension à 100 ºC

mg / l

SS55

Matières en suspension à 550 ºC

mg / l

GEST

Streptocoque

Nbre/100 ml

T

Température

° C

TCOL

Coliformes totaux

Nbre/100 ml

TOTB

Bactéries totales

Nbre/100 ml

TS10

Solides totaux à 105 ºC

mg / l

TS55

Solides totaux à 550 ºC

mg / l

TURB

Turbidité

NTU

UV

UV (absorb. à 254 nm)(/cm x 10)

 

Zn

Zinc

μg / l

 

Surveillance des puits de récupération

Le programme d'échantillonnage des puits de récupération repose sur une mesure bimensuelle ou trimestrielle de quelques « paramètres-indicateurs » (tableau 2). Lorsque la concentration en chlorures au puits échantillonné dépasse de plus de 15 % la teneur initiale en chlorures du puits, cela est interprété comme une augmentation « significative » de la part de l'effluent récupéré dans l'eau de l'aquifère souterrain, et le puits est transféré dans la prochaine catégorie d'échantillonnage. Ici, 23 « paramètres-caractéristiques » sont déterminés, une fois tous les trois mois. Dans certains des puits, une fois par an, une analyse complète de l'eau, comprenant 54 paramètres divers, est effectuée.

Tableau 2. Les différents paramètres investigués aux puits de récupération

Groupe A

Groupe B

Groupe C

Paramètres de l'indicateur

Paramètres caractéristiques

Paramètres de test complet

1. Chlorures
2. Conductivité électrique
3. Détergents
4. Absorption des UV
5. Oxygène dissous

Groupe A et :
6. Températures
7.pH
8. Turbidité
9. Solides dissous
10. Carbone organique dissous
11. Alcalinité
Dureté
13. Calcium
14. Magnésium
15. Sodium
16. Potassium
17. Nitrates
18. Nitrites
19. Ammoniac
20. Azote total Kjeldahl
21. Phosphore total
22. Sulfate
23. Bore

Groupes A+B et :
24. Matières en suspension
25. Virus entériques
26. Numération bactérienne totale
27. Coliformes
28. Coli fécal
29. Streptocoque fécal
30. Zinc
31. Aluminium
32. L'arsenic
33. Fer à repasser
34. Baryum
35. Argent
36. Mercure
37. Chrome
38. Lithium
39. Molybdène
40. Manganèse
41. Cuivre
42. Nickel
43. Sélénium
44. Strontium
45. Diriger
46. Fluorure
47. Cyanures
48. Le cadmium
49. Cobalt
50. Phénols
51. Huile minérale
52. COT
53. Odeur
54. Couleur

 

Surveillance du système de convoyage

Le système d'adduction, d'une longueur de 87 km, est surveillé en sept points centraux le long de la conduite d'eaux usées. À ces points, 16 paramètres différents sont échantillonnés une fois par mois. Ce sont : PHFD, DO, T, EC, SS10, SS55, UV, TURB, NON3 +, PTOT, ALKM, DOC, TOTB, TCOL, FCOL et ENTR. Les paramètres qui ne devraient pas changer le long du système sont mesurés à deux points d'échantillonnage seulement - au début et à la fin de la ligne de transport. Ce sont : Cl, K, Na, Ca, Mg, HARD, B, DS, SO4 -2, NH4 +, Je n'ai pas2 - et MBAS. A ces deux points de prélèvement, une fois par an, différents métaux lourds sont prélevés (Zn, Sr, Sn, Se, Pb, Ni, Mo, Mn, Li, Hg, Fe, Cu, Cr, Co, Cd, Ba, As, Al, Ag).

Surveillance des réservoirs

Le dispositif de surveillance des réservoirs de la troisième ligne repose principalement sur l'examen d'un nombre limité de paramètres qui servent d'indicateurs du développement biologique dans les réservoirs et de localisation de l'entrée de polluants externes. Cinq réservoirs sont échantillonnés, une fois par mois, pour : PHFD, T, DO, Total SS, Volatile SS, DOC, CLRL, RSCL, TCOL, FCOL, STRP et ALG. Au niveau de ces cinq réservoirs, Si est également échantillonné, une fois tous les deux mois. Tous ces paramètres sont également échantillonnés sur un autre réservoir, Zohar B, à une fréquence de six fois par an.

Résumé

Le projet de récupération de la région de Dan fournit de l'eau récupérée de haute qualité pour l'irrigation sans restriction du Néguev israélien.

La première étape de ce projet est partiellement opérationnelle depuis 1970 et pleinement opérationnelle depuis 1977. De 1970 à 1993, une quantité totale d'eaux usées brutes de 373 millions de mètres cubes (MCM) a été acheminée vers les bassins d'oxydation facultative, et une quantité totale d'eau de 243 MCM ont été pompés de l'aquifère entre 1974 et 1993 et ​​fournis au sud du pays. Une partie de l'eau a été perdue, principalement en raison de l'évaporation et de l'infiltration des étangs. En 1993, ces pertes s'élevaient à environ 6.9 % des eaux usées brutes acheminées vers l'usine Stage One (Kanarek, 1994).

L'usine de traitement mécano-biologique, phase deux du projet, est en service depuis 1987. Au cours de la période d'exploitation 1987-1993, une quantité totale d'eaux usées brutes de 478 MCM a été acheminée vers l'usine de traitement mécano-biologique. En 1993, environ 103 MCM d'eau (95 MCM d'eau récupérée plus 8 MCM d'eau potable) ont été transportés à travers le système et utilisés pour l'irrigation illimitée du Néguev.

L'eau des puits de récupération représente la qualité de l'eau de l'aquifère souterrain. La qualité de l'eau de l'aquifère change constamment en raison de la percolation des effluents dans celle-ci. La qualité de l'eau de l'aquifère se rapproche de celle de l'effluent pour les paramètres qui ne sont pas influencés par les processus de traitement sol-aquifère (SAT), tandis que les paramètres qui sont affectés par le passage à travers les couches de sol (par exemple, la turbidité, les solides en suspension, l'ammoniac, les carbone organique, etc.) affichent des valeurs nettement inférieures. Il convient de noter la teneur en chlorure de l'eau de l'aquifère, qui a augmenté au cours d'une période récente de quatre ans de 15 à 26 %, comme en témoigne l'évolution de la qualité de l'eau dans les puits de récupération. Ce changement indique le remplacement continu de l'eau de l'aquifère par des effluents ayant une teneur en chlorure considérablement plus élevée.

La qualité de l'eau dans les six réservoirs du système Third Line est influencée par les changements biologiques et chimiques qui se produisent dans les réservoirs ouverts. La teneur en oxygène est augmentée, en raison de la photosynthèse des algues et en raison de la dissolution de l'oxygène atmosphérique. Les concentrations de divers types de bactéries sont également augmentées en raison de la pollution aléatoire par diverses faunes aquatiques résidant à proximité des réservoirs.

La qualité de l'eau fournie aux clients le long du système dépend de la qualité de l'eau des puits de récupération et des réservoirs. La chloration obligatoire de l'eau du système constitue une protection supplémentaire contre l'utilisation erronée de l'eau comme eau potable. La comparaison des données sur l'eau de troisième ligne avec les exigences du ministère israélien de la Santé concernant la qualité des eaux usées à utiliser pour un usage agricole illimité montre que la plupart du temps, la qualité de l'eau satisfait pleinement aux exigences.

En conclusion, on peut dire que le système de récupération et d'utilisation des eaux usées de la troisième ligne a été un projet environnemental et national réussi en Israël. Il a résolu le problème de l'évacuation sanitaire des eaux usées de la région de Dan et, en même temps, il a augmenté le bilan hydrique national d'un facteur d'environ 5 %. Dans un pays aride comme Israël, où l'approvisionnement en eau, notamment à usage agricole, est assez limité, c'est un réel apport.

Les coûts de l'opération de recharge et de l'entretien de l'eau récupérée, en 1993, étaient d'environ 3 cents US par m3 (0.093 NIS/m3).

Le système fonctionne depuis la fin des années 1960 sous la stricte surveillance du ministère israélien de la Santé et du département de la sécurité et de l'hygiène au travail de Mekoroth. Aucune maladie professionnelle résultant du fonctionnement de ce système complexe et complet n'a été signalée.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 17: 00

Principes de gestion des déchets

La prise de conscience environnementale conduit à une transformation rapide des pratiques de gestion des déchets. L'interprétation de ce changement est nécessaire avant d'examiner plus en détail les méthodes appliquées à la gestion des déchets et à la manipulation des résidus.

Les principes modernes de la gestion des déchets sont basés sur le paradigme d'une connexion adaptée entre la biosphère et l'anthroposphère. Un modèle global (figure 1) reliant ces deux sphères repose sur l'hypothèse que toutes les matières extraites de l'environnement finissent en déchets soit directement (du secteur de la production) soit indirectement (du secteur du recyclage), sachant que toutes les déchets de consommation retournent vers ce secteur de recyclage soit pour être recyclés et/ou pour être éliminés.

Figure 1. Un modèle global des principes de gestion des déchets

EPC070F1

De ce point de vue, le recyclage doit être défini au sens large : du recyclage d'objets entiers (consignés), au recyclage d'objets pour certaines de leurs pièces de rechange (par exemple, voitures, ordinateurs), jusqu'à la production de nouveaux matériaux (par exemple, papier et carton, boîtes de conserve) ou la production d'objets similaires (recyclage, downcycling…). Sur le long terme, ce modèle peut être visualisé comme un système en régime permanent dans lequel les biens finissent comme des déchets après quelques jours ou souvent quelques années.

 

 

 

 

 

Déductions du modèle

Certaines déductions importantes peuvent être faites à partir de ce modèle, à condition que les différents flux soient clairement définis. Aux fins de ce modèle :

  • Po=l'apport annuel de matériaux puisés dans le milieu (bio-, hydro- ou lithosphères). En régime permanent, cet apport est égal à l'élimination finale annuelle des déchets.
  • P=la production annuelle de biens de Po.
  • C=le flux annuel de marchandises dans l'anthroposphère.
  • R=le flux annuel de déchets transformés en biens grâce au recyclage. (En régime permanent : C=R+ P)
  • p=l'efficacité de la production, mesurée comme le rapport P/Po.
  • Si r=l'efficacité du recyclage, mesurée par le rapport R/C, alors la relation est : C/Po=p(1-r).
  • Si C/Po=C* ; alors C* est le rapport des biens aux matériaux tirés de la nature.

 

En d'autres termes, C* est une mesure du maillage du lien entre environnement et anthroposphère. Elle est liée à l'efficacité des filières de production et de recyclage. La relation entre C*, p et de r, qui est une fonction d'utilité, peut être représentée graphiquement comme dans la figure 2, qui montre le compromis explicite entre p et de r, pour une valeur sélectionnée de C*.

Figure 2. Une fonction d'utilité illustrant les compromis production-recyclage

EPC070F2

Dans le passé, l'industrie s'est développée dans le sens d'une augmentation de l'efficacité de la production, p. Actuellement, à la fin des années 1990, le prix de l'élimination des déchets par dispersion dans l'atmosphère, dans les plans d'eau ou dans les sols (déversement incontrôlé), ou l'enfouissement des déchets dans des décharges confinées, a augmenté très rapidement, du fait de réglementations de plus en plus strictes. normes de protection de l'environnement. Dans ces conditions, il est devenu économiquement intéressant d'augmenter l'efficacité du recyclage (c'est-à-dire d'augmenter r). Cette tendance se poursuivra au cours des prochaines décennies.

Une condition importante doit être remplie pour améliorer l'efficacité du recyclage : les déchets à recycler (c'est-à-dire les matières premières de deuxième génération) doivent être les plus « purs » possibles (c'est-à-dire exempts d'éléments indésirables qui exclure le recyclage). Cet objectif ne sera atteint que par la mise en œuvre d'une politique généralisée de « non-mélange » des déchets ménagers, commerciaux et industriels à la source. C'est ce qu'on appelle souvent à tort le tri à la source. Trier, c'est séparer ; mais l'idée est justement de ne pas avoir à séparer en stockant les différentes catégories de déchets dans des conteneurs ou lieux séparés jusqu'à leur collecte. Le paradigme de la gestion moderne des déchets est le non-mélange des déchets à la source afin de permettre une augmentation de l'efficacité du recyclage et ainsi d'atteindre un meilleur ratio de biens par matière extraite de l'environnement.

Pratiques de gestion des déchets

Les déchets peuvent être regroupés en trois grandes catégories, selon leur production :

  1. du secteur primaire de production (mines, forêts, agriculture, élevage, pêche)
  2. de l'industrie de la production et de la transformation (aliments, équipements, produits de tous types)
  3. du secteur de la consommation (ménages, entreprises, transport, commerce, construction, services, etc.).

 

Les déchets peuvent également être classés par décret législatif :

  • les déchets municipaux et les déchets mixtes d'entreprises qui peuvent être agrégés en tant que déchets municipaux, puisqu'ils appartiennent tous deux aux mêmes catégories de déchets et sont de petite taille (légumes, papier, métaux, verre, plastiques, etc.), quoique dans des proportions différentes.
  • déchets urbains encombrants (mobilier, matériel, véhicules, déchets de construction et de démolition autres que les matériaux inertes)
  • déchets soumis à une législation spéciale (par exemple, dangereux, infectieux, radioactifs).

 

Gestion des déchets municipaux et banals tertiaires :

Collectés par camions, ces déchets peuvent être transportés (directement ou par des stations de transfert route-route, route-rail ou route-voie navigable et des moyens de transport longue distance) vers une décharge, ou vers une usine de traitement des matériaux valorisation (tri mécanique, compostage, biométhanisation), ou pour la valorisation énergétique (grille ou four incinérateur, pyrolyse).

Les stations d'épuration produisent des quantités proportionnellement faibles de résidus qui peuvent être plus dangereux pour l'environnement que les déchets d'origine. Par exemple, les incinérateurs produisent des cendres volantes à très forte teneur en métaux lourds et en produits chimiques complexes. Ces résidus sont souvent classés par la législation comme déchets dangereux et nécessitent une gestion appropriée. Les stations d'épuration se distinguent des décharges par le fait qu'elles sont des « systèmes ouverts » avec des entrées et des sorties, alors que les décharges sont essentiellement des « puits » (si l'on néglige la faible quantité de lixiviat qui mérite un traitement ultérieur et la production de biogaz, qui peut être une source exploitée de énergie sur les très grandes décharges).

Equipements industriels et domestiques :

La tendance actuelle, qui a également des contributions commerciales, est que les producteurs des secteurs des déchets (par exemple, les voitures, les ordinateurs, les machines) sont responsables du recyclage. Les résidus sont alors soit des déchets dangereux, soit assimilés à des déchets banals d'entreprises.

Déchets de construction et de démolition :

La hausse des prix des décharges est une incitation à un meilleur tri de ces déchets. La séparation des déchets dangereux et inflammables de la grande quantité de matériaux inertes permet à ces derniers d'être éliminés à un rythme bien inférieur à celui des déchets mixtes.

Déchets spéciaux :

Les déchets chimiquement dangereux doivent être traités par neutralisation, minéralisation, insolubilisation ou être rendus inertes avant de pouvoir être déposés dans des décharges spécifiques. Les déchets infectieux sont mieux brûlés dans des incinérateurs spéciaux. Les déchets radioactifs sont soumis à une législation très stricte.

Gestion des résidus

Les déchets de production et de consommation qui ne peuvent être recyclés, décyclés, réutilisés ou incinérés pour produire de l'énergie doivent à terme être éliminés. La toxicité pour l'environnement de ces résidus doit être réduite selon le principe de « la meilleure technologie disponible à un prix acceptable ». Après ce traitement, les résidus doivent être déposés dans des sites où ils ne contamineront pas l'eau et l'écosystème et ne se répandront pas dans l'atmosphère, dans la mer ou dans les lacs et cours d'eau.

Les dépôts de déchets sont généralement datés par la combinaison d'une isolation multicouche (utilisant de l'argile, des géotextiles, des feuilles de plastique, etc.), le détournement de toutes les eaux exogènes et des couches de couverture imperméables. Les dépôts permanents doivent être surveillés pendant des décennies. Les restrictions à l'utilisation des terres d'un site de dépôt doivent également être contrôlées pendant de longues périodes. Des systèmes de drainage contrôlé des lixiviats ou des gaz sont nécessaires dans la plupart des cas.

Les résidus plus stables biochimiquement et chimiquement inertes du traitement des déchets nécessitent des conditions moins strictes pour leur élimination finale, ce qui rend moins difficile leur recherche d'un site de dépôt dans la région de production des déchets. L'exportation des déchets ou de leurs résidus, qui suscite toujours des réactions NIMBY (Not In My Back Yard), pourrait ainsi être évitée.

 

Noir

Mercredi, Mars 09 2011 17: 04

Gestion et recyclage des déchets solides

Les déchets solides sont traditionnellement qualifiés de produits résiduels, qui représentent un coût lorsqu'il faut recourir à l'élimination.

La gestion des déchets englobe un ensemble complexe d'impacts potentiels sur la santé et la sécurité humaines et sur l'environnement. Les impacts, bien que la nature des aléas puissent être similaires, doivent être distingués pour trois types d'exploitation distincts :

  • manutention et stockage chez le producteur de déchets
  • collecte et transport
  • tri, traitement et élimination.

 

Il convient de garder à l'esprit que les risques pour la santé et la sécurité surviendront là où les déchets sont produits en premier lieu - à l'usine ou chez le consommateur. Ainsi, le stockage des déchets au niveau du générateur de déchets - et en particulier lorsque les déchets sont triés à la source - peut avoir des effets néfastes sur l'environnement proche. Cet article se concentrera sur un cadre pour comprendre les pratiques de gestion des déchets solides et situer les risques pour la santé et la sécurité au travail associés aux industries de la collecte, du transport, du traitement et de l'élimination des déchets.

Pourquoi la gestion des déchets solides ?

La gestion des déchets solides devient nécessaire et pertinente lorsque la structure de la société passe d'une population agricole à faible densité et étendue à une population urbaine à forte densité. De plus, l'industrialisation a introduit un grand nombre de produits que la nature ne peut pas, ou ne peut que très lentement, décomposer ou digérer. Ainsi, certains produits industriels contiennent des substances qui, en raison de leur faible dégradabilité ou même de leurs caractéristiques toxiques, peuvent s'accumuler dans la nature à des niveaux représentant une menace pour l'utilisation future des ressources naturelles par l'humanité - c'est-à-dire l'eau potable, les sols agricoles, l'air, etc. .

L'objectif de la gestion des déchets solides est de prévenir la pollution du milieu naturel.

Un système de gestion des déchets solides doit être basé sur des études techniques et des procédures de planification globale comprenant :

  • études et estimations sur la composition et les quantités de déchets
  • études sur les techniques de collecte
  • études sur les installations de traitement et de stockage
  • études sur la prévention de la pollution du milieu naturel
  • études sur les normes de santé et de sécurité au travail
  • études de faisabilité.

 

Les études doivent inclure la protection de l'environnement naturel et les aspects de santé et de sécurité au travail, en tenant compte des possibilités de développement durable. Comme il est rarement possible de résoudre tous les problèmes en même temps, il est important, au stade de la planification, de noter qu'il est utile d'établir une liste de priorités. La première étape dans la résolution des risques environnementaux et professionnels consiste à reconnaître l'existence des risques.

Principes de gestion des déchets

La gestion des déchets implique un ensemble complexe et large de relations entre la santé et la sécurité au travail. La gestion des déchets représente un processus de production « inversé » ; le « produit » est l'enlèvement des matériaux excédentaires. L'objectif initial était simplement de collecter les matériaux, de réutiliser la partie précieuse des matériaux et d'éliminer ce qui restait sur les sites les plus proches non utilisés à des fins agricoles, de construction, etc. C'est encore le cas dans de nombreux pays.

Les sources de déchets peuvent être décrites par les différentes fonctions dans une société moderne (voir tableau 1).

Tableau 1. Sources de déchets

Activités

Descriptif des déchets

Industrie

Résidus de produit
Produits par défaut

Vente en gros

Produits par défaut

Au detail

Emballage de transport
Produits par défaut
Organiques (provenant de la transformation des aliments)
Les déchets alimentaires

Consommateur

Emballage de transport
Emballages de vente au détail (papier, verre, métal, plastique, etc.)
Déchets de cuisine (organiques)
Déchets dangereux (produits chimiques, pétrole)
Déchets encombrants (meubles usagés) etc.
Déchets de jardin

Construction et démolition

Béton, briques, fer, terre, etc.

Activités d'infrastructures

Déchets du parc
Déchets de nettoyage des rues
Clinkers, cendres et fumées de production d'énergie
Les boues d'épuration
Déchets hospitaliers

Traitement des déchets

Les rebuts des centres de tri
Clinkers, cendres et produits d'épuration des fumées
incinération

 

Chaque type de déchet est caractérisé par son origine ou par le type de produit qu'il était avant de devenir un déchet. Par conséquent, fondamentalement, ses risques pour la santé et la sécurité devraient être définis sur la restriction de la manipulation du produit par le producteur de déchets. Dans tous les cas, le stockage des déchets peut créer des éléments de danger nouveaux et plus forts (activité chimique et/ou biologique pendant la période de stockage).

La gestion des déchets solides se distingue par les étapes suivantes :

  • séparation à la source en fraction de déchets spécifique en fonction des caractéristiques des matériaux
  • stockage temporaire chez le producteur de déchets en bacs, sacs, conteneurs ou en vrac
  • collecte et transport par véhicule :
    • manuel, équipe de chevaux, motorisé et ainsi de suite
    • plate-forme ouverte, caisse de camion fermée, unité de compactage, etc.
  • station de transfert : compactage et rechargement vers des unités de transport plus grandes
  • installations de recyclage et/ou de traitement des déchets
  • traitement des déchets :
    • tri manuel ou mécanique en différentes fractions de matériaux pour le recyclage
    • transformation de fractions de déchets pré-triées en matières premières secondaires
    • transformation de nouvelles matières (premières)
    • incinération pour réduction de volume et/ou valorisation énergétique
    • digestion anaérobie des matières organiques pour la production d'amendement de sol, d'engrais et d'énergie (biogaz)
    • compostage de matières organiques pour la production d'amendements de sol et d'engrais
  • traitement des déchets:
    • décharge, qui devrait être conçue et localisée de manière à empêcher la migration des eaux polluées (lixiviat de décharge), en particulier dans les ressources en eau potable (ressources souterraines, puits et rivières).

Le recyclage des déchets peut avoir lieu à n'importe quelle étape du système de gestion des déchets, et à chaque étape du système de gestion des déchets, des risques particuliers pour la santé et la sécurité au travail peuvent survenir.

Dans les sociétés à faible revenu et les pays non industrialisés, le recyclage des déchets solides est un revenu de base pour les collecteurs de déchets. En règle générale, aucune question n'est posée sur les risques pour la santé et la sécurité dans ces zones.

Dans les pays intensément industrialisés, il existe une nette tendance à mettre davantage l'accent sur le recyclage des énormes quantités de déchets produits. Les raisons importantes vont au-delà de la valeur marchande directe des déchets et comprennent le manque d'installations d'élimination appropriées et la prise de conscience croissante du public du déséquilibre entre la consommation et la protection de l'environnement naturel. Ainsi, la collecte et le balayage des déchets ont été rebaptisés recyclage pour revaloriser l'activité dans l'esprit du public, entraînant une forte prise de conscience des conditions de travail dans le métier des déchets.

Aujourd'hui, les autorités de santé et de sécurité au travail des pays industrialisés se concentrent sur les conditions de travail qui, il y a quelques années, passaient inaperçues avec une acceptation tacite, telles que :

  • levage de charges lourdes inapproprié et quantité excessive de matériaux manipulés par jour de travail
  • exposition inappropriée à des poussières de composition inconnue
  • impact inaperçu des micro-organismes (bactéries, champignons) et des endotoxines
  • exposition inaperçue à des produits chimiques toxiques.

 

Recyclage

Recyclage ou récupération est le mot recouvrant à la fois la réutilisation (utilisation dans le même but) et la valorisation/récupération de matériaux ou d'énergie.

Les raisons de la mise en œuvre du recyclage peuvent changer en fonction des conditions nationales et locales, et les idées clés des arguments en faveur du recyclage peuvent être :

  • détoxification des déchets dangereux lorsque des normes environnementales élevées sont fixées par les autorités
  • récupération des ressources dans les zones à faible revenu
  • réduction du volume dans les zones où l'enfouissement prédomine
  • valorisation énergétique dans les domaines où la valorisation énergétique des déchets peut remplacer les combustibles fossiles (charbon, gaz naturel, pétrole brut, etc.) pour la production d'énergie.

 

Comme mentionné précédemment, le recyclage peut se produire à n'importe quelle étape du système de gestion des déchets, mais le recyclage peut être conçu pour empêcher les déchets de « naître ». C'est le cas lorsque des produits sont conçus pour être recyclés et un système de rachat après usage final, par exemple en consignant les contenants de boissons (bouteilles en verre, etc.).

Par conséquent, le recyclage peut aller plus loin que la simple mise en œuvre de la récupération ou de la récupération des matériaux du flux de déchets.

Le recyclage des matériaux implique, dans la plupart des situations, la séparation ou le tri des déchets en fractions avec un degré de finesse minimum comme condition préalable à l'utilisation des déchets comme substitut aux matières premières vierges ou primaires.

Le tri peut être effectué par les producteurs de déchets (séparation à la source), ou après collecte, c'est-à-dire tri dans une centrale de tri.

Séparation à la source

Grâce à la technologie d'aujourd'hui, la séparation à la source aboutira à des fractions de déchets « conçues » pour être traitées. Un certain degré de séparation à la source est inévitable, car certains mélanges de fractions de déchets ne peuvent à nouveau être séparés en fractions de matériaux utilisables qu'au prix d'efforts (économiques) considérables. La conception de la séparation à la source doit toujours tenir compte du type final de recyclage.

L'objectif du système de tri à la source devrait être d'éviter un mélange ou une pollution des différentes fractions de déchets, ce qui pourrait constituer un obstacle à un recyclage aisé.

La collecte de fractions de déchets triées à la source entraînera souvent des risques pour la santé et la sécurité au travail plus distincts que la collecte en vrac. Cela est dû à la concentration de fractions de déchets spécifiques - par exemple, les substances toxiques. Le tri des matières organiques facilement dégradables peut entraîner des niveaux élevés d'exposition à des champignons, bactéries, endotoxines dangereux, etc., lorsque les matériaux sont manipulés ou rechargés.

Tri central

Le tri central peut être effectué par des méthodes mécaniques ou manuelles.

Il est de l'avis général que le tri mécanique sans séparation préalable à la source par la technologie connue d'aujourd'hui ne devrait être utilisé que pour la production de combustible dérivé de déchets (RDF). Les conditions préalables à des conditions de travail acceptables sont l'habillage total de l'équipement mécanique et l'utilisation de «combinaisons spatiales» personnelles lorsque l'entretien et la maintenance doivent être effectués.

Le tri central mécanique avec séparation préalable à la source n'a pas réussi, avec la technologie actuelle, en raison des difficultés à atteindre une efficacité de tri appropriée. Lorsque les caractéristiques des fractions de déchets triées seront plus clairement définies, et lorsque ces caractéristiques deviendront valables sur une base nationale ou internationale, on peut s'attendre à ce que de nouvelles techniques appropriées et efficaces soient développées. Le succès de ces nouvelles techniques sera étroitement lié à une réflexion prudente pour obtenir des conditions de travail acceptables.

Le tri centralisé manuel doit impliquer une séparation préalable à la source pour éviter les risques pour la santé et la sécurité au travail (poussières, bactéries, substances toxiques, etc.). Le tri manuel doit être limité à un nombre limité de « qualités » de fractions de déchets afin d'éviter des erreurs de tri prévisibles à la source et de faciliter des contrôles aisés à la réception de l'usine. Au fur et à mesure que les fractions de déchets seront mieux définies, il sera possible de développer de plus en plus de dispositifs de tri automatique pour minimiser l'exposition humaine directe aux substances nocives.

Pourquoi recycler ?

Il est important de noter que le recyclage n'est pas une méthode de traitement des déchets qui doit être considérée indépendamment des autres pratiques de gestion des déchets. Afin de compléter le recyclage, il est nécessaire d'avoir accès à une décharge correctement gérée et peut-être à des installations de traitement des déchets plus traditionnelles telles que des usines d'incinération et des installations de compostage.

Le recyclage doit être évalué en relation avec

  • approvisionnement local en matières premières et en énergie
  • ce qui est remplacé - ressources renouvelables (c.-à-d., papier/arbre) ou ressources non renouvelables (c.-à-d., pétrole).

 

Tant que le pétrole et le charbon seront utilisés comme ressources énergétiques, par exemple, l'incinération des déchets et des combustibles dérivés des déchets avec récupération d'énergie constituera une option viable de gestion des déchets basée sur la récupération d'énergie. La minimisation des quantités de déchets par ce procédé doit cependant aboutir à des dépôts définitifs soumis à des normes environnementales extrêmement strictes, ce qui peut être très coûteux.

 

Noir

Le projet

Les Grands Lacs sont une ressource partagée entre le Canada et les États-Unis (voir figure 1). Les cinq grands lacs contiennent plus de 18 % des eaux de surface mondiales. Le bassin abrite un Canadien sur trois (environ 8.5 millions) et un Américain sur neuf (27.5 millions). Le bassin est le cœur industriel des deux pays - un cinquième de la base industrielle des États-Unis et la moitié de celle du Canada. Les activités économiques autour du bassin des Grands Lacs génèrent environ 1 XNUMX milliards de dollars de richesse chaque année. Au fil du temps, l'augmentation de la population et des activités industrielles a créé une variété de contraintes sur les lacs jusqu'à ce que la nécessité d'une action concertée pour protéger les Grands Lacs par les deux pays soit reconnue au milieu du siècle.

Figure 1. Bassin versant des Grands Lacs : fleuve Saint-Laurent

EPC100F1

La réponse

Depuis les années 1950, les deux pays ont mis en place des programmes nationaux et bilatéraux pour résoudre les problèmes de pollution flagrante et également pour répondre aux préoccupations plus subtiles concernant la qualité de l'eau. Grâce à ces mesures, les eaux des Grands Lacs sont visiblement plus propres qu'elles ne l'étaient au milieu du siècle, les charges de métaux lourds et de produits chimiques organiques ont diminué et les niveaux de contaminants chez les poissons et les oiseaux aquatiques ont considérablement diminué. Les succès des actions entre le Canada et les États-Unis pour restaurer et protéger les Grands Lacs offrent un modèle de coopération bilatérale en matière de gestion des ressources, mais des défis subsistent.

L'étude de cas en perspective

Cependant, les menaces posées par les substances toxiques persistantes sont de nature à long terme et leur gestion nécessite une approche multimédia complète à la source. Pour atteindre un objectif à long terme d'élimination virtuelle des substances toxiques persistantes des Grands Lacs, les autorités environnementales, les industries et les autres parties prenantes du bassin ont été mis au défi de développer de nouvelles approches et de nouveaux programmes. Le but de ce rapport d'étude de cas est de fournir un bref résumé des programmes canadiens de contrôle de la pollution et des progrès réalisés en 1995, et de décrire les initiatives de gestion des substances toxiques persistantes dans les Grands Lacs. Des initiatives et programmes américains similaires ne sont pas abordés ici. Les lecteurs intéressés doivent contacter le Bureau du programme national des Grands Lacs de l'Agence américaine de protection de l'environnement à Chicago pour obtenir des informations sur les programmes fédéraux et étatiques de protection des Grands Lacs.

1970s-1980s

Un problème important reconnu comme affectant le lac Érié dans les années 1960 était l'enrichissement en éléments nutritifs ou l'eutrophisation. Le besoin identifié d'actions bilatérales a incité le Canada et les États-Unis à signer le premier Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs (AQEGL) en 1972. L'Accord définissait des objectifs de réduction pour réduire les charges de phosphore provenant principalement des détergents à lessive et des effluents d'eaux usées municipales. En réponse à cet engagement, le Canada et l'Ontario ont promulgué des lois et des programmes de contrôle des sources ponctuelles. Entre 1972 et 1987, le Canada et l'Ontario ont investi plus de 2 milliards de dollars dans la construction et la modernisation d'usines de traitement des eaux usées dans le bassin des Grands Lacs.

Figure 2. Progrès en matière de réduction industrielle

EPC100F2

L'AQEGL de 1972 a également identifié la nécessité de réduire les rejets de produits chimiques toxiques dans les lacs provenant des industries et d'autres sources telles que les déversements. Au Canada, la promulgation de règlements fédéraux sur les effluents (en bout de chaîne) dans les années 1970 pour les polluants conventionnels des principaux secteurs industriels (pâtes et papiers, mines de métaux, raffinage du pétrole, etc.) a fourni une norme de base nationale, tandis que l'Ontario a établi des lignes directrices similaires sur les effluents. adaptés aux besoins locaux, y compris les Grands Lacs. Les mesures prises par les industries et les municipalités pour répondre à ces exigences fédérales et ontariennes en matière d'effluents ont produit des résultats impressionnants ; par exemple, les charges de phosphore provenant de sources ponctuelles vers le lac Érié ont été réduites de 70 % entre 1975 et 1989, et les rejets de polluants classiques des sept raffineries de pétrole de l'Ontario ont été réduits de 90 % depuis le début des années 1970. La figure 2 montre des tendances similaires de réduction de la charge pour les secteurs des pâtes et papiers et du fer et de l'acier.

Au milieu des années 1970, des preuves de concentrations élevées de produits chimiques toxiques dans les poissons et la faune des Grands Lacs, des anomalies de la reproduction chez certains oiseaux piscivores et le déclin de la population d'un certain nombre d'espèces impliquaient des substances toxiques bioaccumulables persistantes, qui sont devenues le nouveau centre d'intérêt de la protection binationale. effort. Le Canada et les États-Unis ont signé un deuxième Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs en 1978, dans lequel les deux pays se sont engagés à « restaurer et maintenir l'intégrité chimique, physique et biologique des eaux de l'écosystème des Grands Lacs ». L'un des principaux défis était la politique « d'interdiction du rejet de substances toxiques en quantités toxiques et d'élimination virtuelle du rejet de tout ou partie des substances toxiques persistantes ». L'appel à la quasi-élimination était nécessaire, car les produits chimiques toxiques persistants peuvent se concentrer et s'accumuler dans la chaîne alimentaire, causant des dommages graves et irréversibles à l'écosystème, alors que les produits chimiques qui ne sont pas persistants doivent être maintenus en dessous de niveaux qui causent des dommages immédiats.

Outre des contrôles plus stricts sur les sources ponctuelles, le Canada et l'Ontario ont élaboré et/ou renforcé des contrôles sur les pesticides, les produits chimiques commerciaux, les déchets dangereux et les sources diffuses de pollution comme les dépotoirs et les incinérateurs. Les initiatives gouvernementales sont devenues plus orientées vers le multimédia, et le concept de « du berceau à la tombe » ou de « soins responsables » pour les produits chimiques est devenu la nouvelle philosophie de gestion environnementale pour le gouvernement et les industries. Un certain nombre de pesticides toxiques persistants ont été interdits en vertu de la loi fédérale sur les produits antiparasitaires (DDT, aldrine, mirex, toxaphène, chlordane) et la loi sur les contaminants de l'environnement a été utilisée pour (1) interdire les utilisations commerciales, de fabrication et de transformation des toxiques persistants (CFC, PPB, PCB, PPT, Mirex, plomb) et (2) pour limiter les rejets chimiques d'opérations industrielles spécifiques (mercure, chlorure de vinyle, amiante).

Au début des années 1980, les résultats de ces programmes et mesures et d'efforts américains similaires ont commencé à produire des preuves d'un rebond. Les niveaux de contaminants dans les sédiments, les poissons et la faune des Grands Lacs étaient en baisse, et les améliorations environnementales notées comprenaient le retour des pygargues à tête blanche sur la rive canadienne du lac Érié, une multiplication par 200 de la population de cormorans, une résurgence du balbuzard pêcheur dans la baie Georgienne et le rétablissement dans le secteur du port de Toronto des sternes pierregarin - toutes ont été touchées par des niveaux de substances toxiques persistantes dans le passé, et leur rétablissement illustre le succès de cette approche à ce jour.

Figure 3. Mirex dans les œufs de goéland argenté

EPC100F3

La tendance à la réduction des concentrations de certaines des substances toxiques persistantes dans les poissons, la faune et les sédiments s'est stabilisée au milieu des années 1980 (voir le mirex dans les œufs de goéland argenté à la figure 3). Il a été conclu par les scientifiques que:

  1. Bien que les programmes de contrôle de la pollution de l'eau et des contaminants en place aient été utiles, ils n'ont pas suffi à réduire davantage les concentrations de contaminants.
  2. Des mesures supplémentaires étaient nécessaires pour les sources diffuses de substances toxiques persistantes, notamment les sédiments contaminés, les apports atmosphériques à longue distance de polluants, les décharges abandonnées, etc.
  3. Certains polluants peuvent persister dans l'écosystème à des concentrations infimes et peuvent se bioaccumuler dans la chaîne alimentaire pendant une longue période.
  4. L'approche la plus efficiente et la plus efficace pour lutter contre les substances toxiques persistantes consiste à prévenir ou à éliminer leur production à la source plutôt qu'à pratiquement éliminer leur rejet.

 

Il a été généralement convenu que la réalisation de la quasi-élimination dans l'environnement grâce à l'application de la philosophie de rejet zéro aux sources et à l'approche écosystémique de la gestion de la qualité de l'eau des Grands Lacs devait être davantage renforcée et encouragée.

Afin de réaffirmer leur engagement envers l'objectif d'élimination virtuelle des substances toxiques persistantes, le Canada et les États-Unis ont modifié l'Accord de 1978 au moyen d'un protocole en novembre 1987 (États-Unis et Canada, 1987). Le protocole désignait des zones préoccupantes où les utilisations bénéfiques ont été compromises autour des Grands Lacs et exigeait l'élaboration et la mise en œuvre de plans d'action corrective (PAR) pour les sources ponctuelles et non ponctuelles dans les zones désignées. Le protocole stipulait également que les plans de gestion panlacustre (LAMP) devaient être utilisés comme cadre principal pour résoudre la dégradation des utilisations bénéfiques dans l'ensemble du lac et pour coordonner le contrôle des substances toxiques persistantes ayant une incidence sur chacun des Grands Lacs. En outre, le protocole comprenait de nouvelles annexes pour l'établissement de programmes et de mesures pour les sources atmosphériques, les sédiments et les décharges contaminés, les déversements et le contrôle des espèces exotiques.

1990s

À la suite de la signature du protocole de 1987, l'objectif de la quasi-élimination a été fortement encouragé par les groupes d'intérêts environnementaux des deux côtés des Grands Lacs alors que les préoccupations concernant la menace des substances toxiques persistantes augmentaient. La Commission mixte internationale (CMI), l'organisme consultatif binational créé en vertu du Traité des eaux limitrophes de 1909, a également fortement préconisé l'approche de la quasi-élimination. Un groupe de travail binational de la CMI a recommandé une stratégie de quasi-élimination en 1993 (voir figure 4). Au milieu des années 1990, la CMI et les parties tentent de définir un processus de mise en œuvre de cette stratégie, en tenant compte des impacts socioéconomiques.

Figure 4. Processus décisionnel pour la quasi-élimination des substances toxiques persistantes des Grands Lacs

EPC100F4

Les gouvernements du Canada et de l'Ontario ont réagi de plusieurs façons pour contrôler ou réduire le rejet de substances toxiques persistantes. Les programmes et initiatives importants sont brièvement résumés ci-dessous.

Loi canadienne sur la protection de l'environnement (LCPE)

En 1989, Environnement Canada a regroupé et rationalisé ses mandats juridiques en une seule loi. La LCPE confère au gouvernement fédéral des pouvoirs étendus (p. ex., collecte d'information, élaboration de règlements, application) sur tout le cycle de vie des produits chimiques. En vertu de la LCPE, le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles établit des procédures de sélection pour les nouveaux produits chimiques afin que les toxiques persistants qui ne peuvent être contrôlés adéquatement soient interdits d'importation, de fabrication ou d'utilisation au Canada. La première phase du programme d'évaluation de la Liste des substances d'intérêt prioritaire (LSIP I) s'est achevée en 1994; 25 des 44 substances évaluées ont été jugées toxiques selon la définition de la LCPE, et l'élaboration de stratégies de gestion de ces produits chimiques toxiques a été amorcée dans le cadre d'un processus d'options stratégiques (PON); d'ici l'an 56, 2000 substances prioritaires supplémentaires seront désignées et évaluées dans la phase II du programme PSL. dans l'air, l'eau et le sol, et leurs transferts dans les déchets, de 1994 substances spécifiées. L'inventaire, calqué sur le Toxic Release Inventory (TRI) aux États-Unis, fournit une base de données importante pour hiérarchiser les programmes de prévention et de réduction de la pollution.

Accord Canada-Ontario (ACO)

En 1994, le Canada et l'Ontario ont établi un cadre stratégique d'action coordonnée pour restaurer, protéger et conserver l'écosystème des Grands Lacs en mettant l'accent sur la réduction de l'utilisation, de la production ou du rejet de 13 substances toxiques persistantes de niveau I d'ici l'an 2000 (Canada et Ontario 1994). Le COA cible également une liste supplémentaire de 26 substances toxiques prioritaires (Niveau II) pour des réductions importantes. Spécifiquement pour les substances de niveau I, le COA : (1) confirmera l'absence de rejet de cinq pesticides interdits (aldrine, DDT, chlordane, mirex, toxaphène) ; (2) chercher à mettre hors service 90 % des PCB à haut niveau, à détruire 50 % actuellement stockés et à accélérer la destruction des PCB à faible niveau stockés ; et (3) chercher à réduire de 90 % les rejets des sept substances de niveau I restantes (benzo(a)pyrène, hexachlorobenzène, alkyl-plomb, octachlorostyrène, PCDD (dioxines), PCDF (furanes) et mercure).

L'approche de l'ACO consiste à rechercher des réductions quantitatives dans la mesure du possible, et les sources sont mises au défi d'appliquer la prévention de la pollution et d'autres moyens pour atteindre les objectifs de l'ACO. Quatorze projets ont déjà été lancés par le personnel fédéral de l'Ontario pour parvenir à la réduction/élimination des substances des niveaux I et II.

Politique de gestion des substances toxiques

Reconnaissant la nécessité d'une approche préventive et prudente, Environnement Canada a annoncé en juin 1995 une politique nationale de gestion des substances toxiques comme cadre pour une gestion efficace des substances toxiques au Canada (Environnement Canada 1995a). La politique adopte une approche à deux volets (voir figure 5) qui reconnaît que les mesures de gestion doivent être adaptées aux caractéristiques des produits chimiques ; C'est:

  • éliminer virtuellement de l'environnement les substances à prédominance anthropique, persistantes, bioaccumulables et toxiques (Voie I)
  • mettre en œuvre la gestion du cycle de vie complet (du berceau à la tombe) de toutes les autres substances préoccupantes (voie II).

 

Figure 5. Sélection d'objectifs de gestion dans le cadre de la Politique de gestion des substances toxiques

EPC100F5

Un ensemble de critères scientifiquement fondés (Environnement Canada 1995b) (voir tableau 1) sera utilisé pour classer les substances préoccupantes dans les deux catégories. Si une substance identifiée pour l'une ou l'autre voie n'est pas contrôlée de manière adéquate dans le cadre des programmes existants, des mesures supplémentaires seront identifiées dans le cadre du processus d'options stratégiques multipartite. La politique est conforme à l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs et orientera et encadrera un certain nombre de programmes nationaux en définissant leur objectif environnemental ultime, mais les moyens et le rythme d'atteinte de l'objectif ultime varieront selon le produit chimique et la source. De plus, la position du Canada sur les substances toxiques persistantes sera également encadrée par cette politique dans les discussions internationales.

Tableau 1. Critères de sélection des substances pour la politique de gestion des substances toxiques du volet 1

Persistence

 

Bioaccumulation

Phytotoxicité

Principalement anthropique

Moyenne

Demi-vie

     

Transport Aérien
Eau
Sédiment
Sol

≥2 jours
≥182 jours
≥365 jours
≥182 jours

FBA≥5,000 XNUMX
or
PCA≥5,000 XNUMX
or
logKow ≥ 5.0

CEPA-toxique
or
CEPA-toxique
équivalent

Concentration
dans l'environnement en grande partie
résultant de l'activité humaine

 

Plan d'action sur le chlore

Une approche globale de la gestion des substances chlorées dans le contexte de la Politique de gestion des substances toxiques a été annoncée en octobre 1994 par Environnement Canada (Environnement Canada 1994). L'approche consistera à élaguer l'arbre de l'utilisation du chlore avec un plan d'action en cinq parties qui (1) ciblera l'action sur les utilisations et les produits critiques, (2) améliorera la compréhension scientifique du chlore et de son impact sur la santé et l'environnement, (3 ) détailler les implications socio-économiques, (4) améliorer l'accès du public à l'information et (5) promouvoir des actions internationales sur les substances chlorées. L'utilisation du chlore a déjà diminué au Canada au cours des dernières années, par exemple de 45 % dans le secteur des pâtes et papiers depuis 1988. La mise en œuvre du Plan d'action sur le chlore accélérera cette tendance à la réduction.

Initiative de prévention de la pollution des Grands Lacs

Un solide programme de prévention de la pollution a été mis en place pour le bassin des Grands Lacs. Depuis mars 1991, Environnement Canada et le ministère de l'Environnement et de l'Énergie de l'Ontario collaborent avec les industries et d'autres intervenants pour élaborer et mettre en œuvre des projets de prévention de la pollution, contrairement au traitement des déchets ou à la réduction de la pollution après sa production. En 1995-96, plus de 50 projets porteront sur les produits chimiques commerciaux, la gestion des déchets dangereux, les installations fédérales, les industries, les municipalités et le bassin du lac Supérieur. La figure 6 donne un aperçu de ces projets, qui se répartissent en deux grandes catégories : intégration de programmes ou ententes volontaires. La figure montre également les liens du programme avec d'autres programmes mentionnés précédemment (INRP, PAR, LAMP) et un certain nombre d'institutions qui travaillent en étroite collaboration avec Environnement Canada sur les technologies vertes et les procédés propres, ainsi que sur la formation, l'information et les communications. Les projets de prévention de la pollution peuvent produire des résultats impressionnants, comme en témoignent les fabricants d'automobiles, qui ont récemment entrepris 15 projets pilotes, réduisant ou éliminant ainsi 2.24 millions de kilogrammes de substances ciblées de la fabrication d'automobiles dans les usines ontariennes de Chrysler, Ford et General Motors.

Figure 6. Prévention de la pollution des Grands Lacs

EPC100F6

Réduction/élimination accélérée des toxiques (ARET)

ARET est une initiative coopérative multipartite lancée en 1994 qui vise l'élimination éventuelle de 14 substances toxiques prioritaires avec un objectif intermédiaire (d'ici l'an 2000) d'une réduction/élimination de 90 % et d'une réduction des émissions (50 %) de 87 substances toxiques moins nocives. (Secrétariat ARET 1995). Depuis 1995, plus de 200 entreprises et organismes gouvernementaux participent à cette initiative volontaire. Ensemble, ils ont réduit leurs émissions de 10,300 1988 tonnes par rapport à l'année de référence 8,500 et se sont engagés à une réduction supplémentaire de 2000 XNUMX tonnes d'ici l'an XNUMX.

Stratégies binationales et internationales

En plus des initiatives nationales susmentionnées, le Canada et les États-Unis élaborent actuellement une stratégie binationale pour coordonner l'action des organismes et établir des objectifs communs pour les substances toxiques persistantes dans le bassin des Grands Lacs. Des buts et des objectifs similaires à ceux de l'Accord Canada-Ontario pour les substances des niveaux I et II et une liste américaine similaire seront adoptés. Des projets conjoints seront élaborés et mis en œuvre pour faciliter l'échange d'informations et l'action des agences sur les produits chimiques prioritaires tels que les PCB et le mercure. En adoptant une approche dynamique de la quasi-élimination, comme indiqué ci-dessus, le Canada sera en mesure d'assumer un rôle de chef de file dans la promotion d'une action internationale sur les substances toxiques persistantes. Le Canada a accueilli une conférence des Nations Unies en juin 1995 à Vancouver pour concentrer le dialogue mondial sur les polluants organiques persistants (POP) et explorer des approches de prévention de la pollution pour réduire leurs émissions dans le monde. Le Canada copréside également le groupe de travail de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU) chargé d'élaborer un protocole sur les polluants organiques persistants dans le cadre de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance.

Un exemple—Dioxines et furanes

Depuis plus d'une décennie, les dibenzodioxines et furanes polychlorés sont reconnus comme un groupe de substances toxiques persistantes préoccupantes pour l'environnement canadien et les Grands Lacs. Le tableau 2 résume les mesures fédérales et les réductions des rejets réalisées à ce jour, illustrant la combinaison de programmes et d'initiatives qui a entraîné des réductions importantes de ces substances toxiques. Malgré ces résultats impressionnants, les dioxines et les furannes demeureront des priorités dans le cadre de la Politique de gestion des substances toxiques, du Plan d'action sur le chlore, de l'Accord Canada-Ontario et de la stratégie binationale décrite ci-dessus, car la quasi-élimination nécessite des réductions supplémentaires.

Tableau 2. Résumé des réductions des rejets de dioxine et de furane au Canada

Sources d'émissions

Réductions

Période de rapport

Initiatives du gouvernement canadien

Effluents d'usine de pâte kraft blanchie

82%

1989-94

Antimousse CEPA, copeaux de bois et
réglementation sur les dioxines/furanes

2,4,5-T—pesticide

100%

1985

Interdit d'utilisation en vertu de la PCPA

2,4-D—pesticide

100%

1987-90

Teneur en dioxine et utilisation intensive
restreint en vertu de la LPA

Pentachlorophénol
— préservation du bois

— protecteur du bois


6.7%

100%


1987-90

1987-90


Règlements en vertu de la LPA

Interdit d'utilisation en vertu de la PCPA

PCB

23%

1984-93

Plan d'action du CCME sur les BPC

Incinération
- Déchets solides municipaux
— dangereux +
déchets biomédicaux


80%

80%


1989-93

1990-95


CCME en exploitation/
lignes directrices sur les émissions
CCME en exploitation/
lignes directrices sur les émissions

CCME : Conseil canadien des ministres de l'environnement; LCPE : Loi canadienne sur la protection de l'environnement ; LPA : Loi sur les produits antiparasitaires.

Résumé

La qualité de l'eau des Grands Lacs s'est considérablement améliorée grâce aux mesures de lutte contre la pollution prises par les gouvernements et les intervenants au Canada et aux États-Unis depuis le début des années 1970. Ce rapport d'étude de cas présente un résumé des efforts et des réussites du Canada en matière de lutte contre la pollution brute et les polluants conventionnels. Il décrit également l'évolution d'une nouvelle approche (la Politique de gestion des substances toxiques, le Plan d'action sur le chlore, la prévention de la pollution, l'action volontaire, les consultations des intervenants, etc.) pour faire face aux problèmes beaucoup plus difficiles liés aux substances toxiques persistantes dans les Grands Lacs. Les programmes complets (COA, NPRI, SOP, PSL, etc.) qui sont mis en place dans le but d'atteindre l'objectif de quasi-élimination sont brièvement décrits. Les détails de l'approche canadienne sont contenus dans les références énumérées.

 

Noir

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de contrôle de la pollution de l'environnement

Association américaine de santé publique (APHA). 1995. Méthodes standard pour l'examen de l'eau et des eaux usées. Alexandria, Virginie : Fédération de l'environnement aquatique.

Secrétariat de l'ARET. 1995. Leaders environnementaux 1, Engagements volontaires à l'action contre les toxiques par le biais d'ARET. Hull, Québec : Bureau d'enquête publique d'Environnement Canada.

Évêque, PL. 1983. Pollution marine et son contrôle. New York : McGraw Hill.

Brown, LC et TO Barnwell. 1987. Modèles améliorés de qualité de l'eau des cours d'eau QUAL2E et QUAL2E-UNCAS : documentation et manuel d'utilisation. Athens, Géorgie : US EPA, Environmental Research Lab.

Brun, RH. 1993. Pure Appl Chem 65(8):1859-1874.

Calabrese, EJ et EM Kenyon. 1991. Toxicités atmosphériques et évaluation des risques. Chelsea, Mich:Lewis.

Canada et Ontario. 1994. L'Accord Canada-Ontario concernant l'écosystème des Grands Lacs. Hull, Québec : Bureau d'enquête publique d'Environnement Canada.

Dillon, PJ. 1974. Un examen critique du modèle de budget des éléments nutritifs de Vollenweider et d'autres modèles connexes. Ressources en eau Bull 10(5):969-989.

Eckenfelder, WW. 1989. Lutte contre la pollution de l'eau industrielle. New York : McGraw Hill.

Economopoulos, AP. 1993. Évaluation des sources de pollution de l'air, de l'eau et des sols. Guide des techniques d'inventaire rapide des sources et de leur utilisation dans la formulation de stratégies de contrôle de l'environnement. Première partie : Techniques d'inventaire rapide de la pollution de l'environnement. Deuxième partie : Approches à prendre en compte dans la formulation de stratégies de contrôle de l'environnement. (Document non publié WHO/YEP/93.1.) Genève : OMS.

Agence de protection de l'environnement (EPA). 1987. Lignes directrices pour la délimitation des zones de protection des têtes de puits. Falaises d'Englewood, New Jersey : EPA.

Environnement Canada. 1995a. Prévention de la pollution - Une stratégie fédérale d'action. Ottawa : Environnement Canada.

—. 1995b. Prévention de la pollution - Une stratégie fédérale d'action. Ottawa : Environnement Canada.

Freeze, RA et JA Cherry. 1987. Eaux souterraines. Falaises d'Englewood, New Jersey : Prentice Hall.

Système mondial de surveillance de l'environnement (GEMS/Air). 1993. Programme mondial de surveillance et d'évaluation de la qualité de l'air en milieu urbain. Genève : PNUE.

Hosker, RP. 1985. Flux autour des structures isolées et des grappes de bâtiments, une revue. ASHRAE Trans 91.

Commission mixte internationale (CMI). 1993. Une stratégie pour l'élimination virtuelle des substances toxiques persistantes. Vol. 1, 2, Windsor, Ont. : CMI.

Kanarek, A. 1994. Recharge des eaux souterraines avec les effluents municipaux, bassins de recharge Soreq, Yavneh 1 et Yavneh 2. Israël : Mekoroth Water Co.

Lee, N. 1993. Vue d'ensemble de l'EIE en Europe et son application dans les nouveaux Länder. En UVP

Leitfaden, édité par V Kleinschmidt. Dortmund.

Metcalf et Eddy, I. 1991. Traitement, élimination et réutilisation des eaux usées. New York : McGraw Hill.

Miller, JM et A Soudine. 1994. Le système mondial de veille atmosphérique de l'OMM. Hvratski meteorolski casopsis 29:81-84.

Ministère de l'Umwelt. 1993. Raumordnung Und Landwirtschaft Des Landes Nordrhein-Westfalen, Luftreinhalteplan
Ruhrgebiet West [Plan de mise en œuvre de la qualité de l'air dans la région Ouest-Ruhr].

Parkhurst, B. 1995. Méthodes de gestion des risques, environnement et technologie de l'eau. Washington, DC : Fédération de l'environnement de l'eau.

Pecor, CH. 1973. Bilans annuels d'azote et de phosphore de Houghton Lake. Lansing, Michigan : Département des ressources naturelles.

Pielke, RA. 1984. Modélisation météorologique à mésoéchelle. Orlando : Presse académique.

Preul, HC. 1964. Voyage des composés azotés dans les sols. doctorat Thèse, Université du Minnesota, Minneapolis, Minn.

—. 1967. Mouvement souterrain de l'azote. Vol. 1. Londres : Association internationale sur la qualité de l'eau.

—. 1972. Analyse et contrôle de la pollution souterraine. Recherche sur l'eau. J Int Assoc Qualité de l'eau (octobre):1141-1154.

—. 1974. Effets souterrains d'élimination des déchets dans le bassin versant du lac Sunapee. Étude et rapport pour la Lake Sunapee Protective Association, État du New Hampshire, non publié.

—. 1981. Plan de recyclage des effluents des eaux usées de la tannerie du cuir. Association internationale des ressources en eau.

—. 1991. Nitrates dans les ressources en eau aux États-Unis. : Association des ressources en eau.

Preul, HC et GJ Schroepfer. 1968. Voyage des composés azotés dans les sols. J Water Polut Control Fed (avril).

Reid, G et R Wood. 1976. Écologie des eaux intérieures et des estuaires. New York : Van Nostrand.

Reish, D. 1979. Pollution marine et estuarienne. J Water Pollut Control Fed 51(6):1477-1517.

Sawyer, CN. 1947. Fertilisation des lacs par drainage agricole et urbain. J New Engl Waterworks Assoc 51:109-127.

Schwela, DH et I Köth-Jahr. 1994. Leitfaden für die Aufstellung von Luftreinhalteplänen [Lignes directrices pour la mise en œuvre de plans de mise en œuvre d'un air pur]. Landesumweltamt des Landes Nordrhein Westfalen.

État de l'Ohio. 1995. Normes de qualité de l'eau. Au Chap. 3745-1 du Code administratif. Columbus, Ohio : EPA de l'Ohio.

Taylor, ST. 1995. Simulation de l'impact de la végétation enracinée sur la dynamique des éléments nutritifs et de l'oxygène dissous dans le cours d'eau à l'aide du modèle diurne OMNI. Dans Actes de la conférence annuelle du WEF. Alexandria, Virginie : Fédération de l'environnement aquatique.

États-Unis et Canada. 1987. Accord révisé relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs de 1978 tel que modifié par le protocole signé le 18 novembre 1987. Hull, Québec : Bureau d'enquête publique d'Environnement Canada.

Venkatram, A et J Wyngaard. 1988. Conférences sur la modélisation de la pollution atmosphérique. Boston, Masse : Société météorologique américaine.

Venezia, RA. 1977. Aménagement du territoire et planification des transports. Dans Air Pollution, édité par AC Stern. New York : Presse académique.

Verein Deutscher Ingenieure (VDI) 1981. Ligne directrice 3783, partie 6 : Dispersion régionale des polluants sur un train complexe.
Simulation du champ de vent. Düsseldorf : VDI.

—. 1985. Ligne directrice 3781, partie 3 : Détermination de l'élévation du panache. Düsseldorf : VDI.

—. 1992. Ligne directrice 3782, partie 1 : modèle de dispersion gaussien pour la gestion de la qualité de l'air. Düsseldorf : VDI.

—. 1994. Ligne directrice 3945, partie 1 (ébauche) : Modèle de bouffée gaussien. Düsseldorf : VDI.

—. nd Guideline 3945, Part 3 (en préparation) : Modèles particulaires. Düsseldorf : VDI.

Viessman, W, GL Lewis et JW Knapp. 1989. Introduction à l'hydrologie. New York : Harper & Row.

Vollenweider, RA. 1968. Fondamentaux scientifiques de l'eutrophisation des lacs et des eaux courantes, avec en particulier
Référence aux facteurs d'azote et de phosphore dans l'eutrophisation. Paris : OCDE.

—. 1969. Möglichkeiten et Grenzen elementarer Modelle der Stoffbilanz von Seen. Arch Hydrobiol 66:1-36.

Walch, député. 1992. Examen des mesures de contrôle des émissions des véhicules automobiles et de leur efficacité. In Motor Vehicle Air Pollution, Public Health Impact and Control Measures, édité par D Mage et O Zali. République et Canton de Genève : OMS-Service d'écotoxicologie, Direction de la santé publique.

Fédération de l'environnement de l'eau. 1995. Recueil sur la prévention de la pollution et la minimisation des déchets. Alexandria, Virginie : Fédération de l'environnement aquatique.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1980. Glossaire sur la pollution atmosphérique. Série européenne, n° 9. Copenhague : Publications régionales de l'OMS.

—. 1987. Lignes directrices sur la qualité de l'air pour l'Europe. Série européenne, n° 23. Copenhague : Publications régionales de l'OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS) et Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1994. GEMS/AIR Methodology Reviews Handbook Series. Vol. 1-4. Quality Insurance in Urban Air Quality Monitoring, Genève : OMS.

—. 1995a. Tendances de la qualité de l'air de la ville. Vol. 1-3. Genève : OMS.

—. 1995b. GEMS/AIR Methodology Reviews Handbook Series. Vol. 5. Lignes directrices pour les examens collaboratifs GEMS/AIR. Genève : OMS.

Yamartino, RJ et G Wiegand. 1986. Développement et évaluation de modèles simples pour les champs d'écoulement, de turbulence et de concentration de polluants dans un canyon urbain. Atmos Environ 20(11):S2137-S2156.