Lundi, Avril 04 2011 18: 46

Systèmes de commande électriques, électroniques et électroniques programmables liés à la sécurité

Évaluer cet élément
(3 votes)

Cet article traite de la conception et de la mise en œuvre de systèmes de commande liés à la sécurité qui traitent de tous les types de systèmes électriques, électroniques et électroniques programmables (y compris les systèmes informatisés). L'approche globale est conforme à la norme 1508 proposée par la Commission électrotechnique internationale (CEI) (Sécurité fonctionnelle : relative à la sécurité 

Système) (CEI 1993).

Contexte

Au cours des années 1980, les systèmes informatisés - généralement appelés systèmes électroniques programmables (PES) - ont été de plus en plus utilisés pour exécuter des fonctions de sécurité. Les principales forces motrices de cette tendance étaient (1) l'amélioration des fonctionnalités et des avantages économiques (en particulier compte tenu du cycle de vie total de l'appareil ou du système) et (2) l'avantage particulier de certaines conceptions, qui ne pouvaient être réalisées que lorsque la technologie informatique était utilisée. . Au cours de l'introduction précoce des systèmes informatisés, un certain nombre de constatations ont été faites :

    • L'introduction du contrôle par ordinateur a été mal pensée et mal planifiée.
    • Des exigences de sécurité inadéquates ont été spécifiées.
    • Des procédures inadéquates ont été élaborées en ce qui a trait à la validation des logiciels.
    • Des preuves de mauvaise qualité d'exécution ont été divulguées en ce qui concerne la norme d'installation de l'usine.
    • Une documentation inadéquate a été générée et n'a pas été validée de manière adéquate en ce qui concerne ce qui se trouvait réellement dans l'usine (par opposition à ce que l'on croyait être dans l'usine).
    • Des procédures d'exploitation et d'entretien moins que pleinement efficaces avaient été établies.
    • Il y avait manifestement des inquiétudes justifiées quant à la compétence des personnes pour s'acquitter des fonctions qui leur incombent.

                 

                Afin de résoudre ces problèmes, plusieurs organismes ont publié ou commencé à élaborer des lignes directrices pour permettre l'exploitation en toute sécurité de la technologie PES. Au Royaume-Uni, le Health and Safety Executive (HSE) a élaboré des directives pour les systèmes électroniques programmables utilisés pour les applications liées à la sécurité, et en Allemagne, un projet de norme (DIN 1990) a été publié. Au sein de la Communauté européenne, un élément important des travaux sur les normes européennes harmonisées concernant les systèmes de commande relatifs à la sécurité (y compris ceux utilisant des SPE) a été lancé en relation avec les exigences de la directive Machines. Aux États-Unis, l'Instrument Society of America (ISA) a produit une norme sur les PES à utiliser dans les industries de transformation, et le Center for Chemical Process Safety (CCPS), une direction de l'American Institute of Chemical Engineers, a produit des lignes directrices pour le secteur des procédés chimiques.

                Une importante initiative de normalisation est actuellement en cours au sein de la CEI pour développer une norme internationale générique pour les systèmes électriques, électroniques et électroniques programmables (E/E/PES) relatifs à la sécurité qui pourrait être utilisée par les nombreux secteurs d'application, y compris les processus, secteurs médical, des transports et des machines. La norme internationale CEI proposée comprend sept parties sous le titre général CEI 1508. Sécurité fonctionnelle des systèmes électriques/électroniques/électroniques programmables relatifs à la sécurité. Les différentes parties sont les suivantes :

                  • Partie 1.Exigences générales
                  • Partie 2. Exigences pour les systèmes électriques, électroniques et électroniques programmables
                  • Partie 3. Configuration logicielle requise
                  • Partie 4.Définitions
                  • Partie 5. Exemples de méthodes de détermination des niveaux d'intégrité de sécurité
                  • Partie 6. Lignes directrices sur l'application des parties 2 et 3
                  • Partie 7.Aperçu des techniques et des mesures.

                             

                            Une fois finalisée, cette Norme internationale à base générique constituera une publication CEI de sécurité fondamentale couvrant la sécurité fonctionnelle des systèmes électriques, électroniques et électroniques programmables relatifs à la sécurité et aura des implications pour toutes les normes CEI, couvrant tous les secteurs d'application en ce qui concerne la conception et l'utilisation futures des systèmes électriques/électroniques/électroniques programmables liés à la sécurité. L'un des principaux objectifs de la norme proposée est de faciliter l'élaboration de normes pour les différents secteurs (voir figure 1).

                            Figure 1. Normes génériques et sectorielles d'application

                            SAF059F1

                            Avantages et problèmes du PSE

                            L'adoption des PES à des fins de sécurité présentait de nombreux avantages potentiels, mais il a été reconnu que ceux-ci ne seraient atteints que si des méthodologies de conception et d'évaluation appropriées étaient utilisées, car : (1) de nombreuses caractéristiques des PES ne permettent pas l'intégrité de la sécurité (c'est-à-dire c'est-à-dire que les performances de sécurité des systèmes exécutant les fonctions de sécurité requises) doivent être prédites avec le même degré de confiance que celui qui est traditionnellement disponible pour les systèmes matériels moins complexes ("câblés") ; (2) il a été reconnu que si les tests étaient nécessaires pour les systèmes complexes, ils n'étaient pas suffisants en eux-mêmes. Cela signifiait que même si le SPE mettait en œuvre des fonctions de sécurité relativement simples, le niveau de complexité de l'électronique programmable était nettement supérieur à celui des systèmes câblés qu'ils remplaçaient ; et (3) cette montée en complexité signifiait que les méthodologies de conception et d'évaluation devaient être beaucoup plus prises en compte qu'auparavant, et que le niveau de compétence personnelle requis pour atteindre des niveaux de performance adéquats des systèmes relatifs à la sécurité était par la suite plus élevé.

                            Les avantages des SPE informatisés sont les suivants :

                              • la possibilité d'effectuer des vérifications de diagnostic en ligne sur des composants critiques à une fréquence nettement supérieure à ce qui serait autrement le cas
                              • le potentiel de fournir des verrouillages de sécurité sophistiqués
                              • la capacité de fournir des fonctions de diagnostic et de surveillance de l'état qui peuvent être utilisées pour analyser et rendre compte des performances des installations et des machines en temps réel
                              • la capacité de comparer les conditions réelles de la centrale avec les conditions modèles « idéales »
                              • le potentiel de fournir de meilleures informations aux opérateurs et donc d'améliorer la prise de décision affectant la sécurité
                              • l'utilisation de stratégies de contrôle avancées pour permettre aux opérateurs humains d'être localisés à distance des environnements dangereux ou hostiles
                              • la possibilité de diagnostiquer le système de contrôle à distance.

                                           

                                          L'utilisation de systèmes informatisés dans des applications liées à la sécurité crée un certain nombre de problèmes qui doivent être résolus de manière adéquate, tels que les suivants :

                                            • Les modes de défaillance sont complexes et pas toujours prévisibles.
                                            • Le test du calculateur est nécessaire mais ne suffit pas à lui seul pour établir que les fonctions de sécurité seront exécutées avec le degré de certitude requis pour l'application.
                                            • Les microprocesseurs peuvent présenter des variations subtiles entre différents lots et, par conséquent, différents lots peuvent afficher un comportement différent.
                                            • Les systèmes informatisés non protégés sont particulièrement sensibles aux interférences électriques (interférences rayonnées ; « pics » électriques dans les réseaux, décharges électrostatiques, etc.).
                                            • Il est difficile et souvent impossible de quantifier la probabilité de défaillance de systèmes complexes liés à la sécurité incorporant des logiciels. Parce qu'aucune méthode de quantification n'a été largement acceptée, l'assurance logicielle a été basée sur des procédures et des normes qui décrivent les méthodes à utiliser dans la conception, la mise en œuvre et la maintenance du logiciel.

                                                   

                                                  Systèmes de sécurité à l'étude

                                                  Les types de systèmes relatifs à la sécurité considérés sont les systèmes électriques, électroniques et électroniques programmables (E/E/PES). Le système comprend tous les éléments, en particulier les signaux provenant de capteurs ou d'autres dispositifs d'entrée sur l'équipement sous contrôle, et transmis via des autoroutes de données ou d'autres voies de communication aux actionneurs ou à d'autres dispositifs de sortie (voir figure 2).

                                                  Figure 2. Système électrique, électronique et électronique programmable (E/E/PES)

                                                  SAF059F2

                                                  Le terme appareil électrique, électronique et électronique programmable a été utilisé pour englober une grande variété de dispositifs et couvre les trois classes principales suivantes :

                                                    1. appareils électriques tels que relais électromécaniques
                                                    2. appareils électroniques tels que les instruments électroniques à semi-conducteurs et les systèmes logiques
                                                    3. appareils électroniques programmables, qui comprend une grande variété de systèmes informatisés tels que les suivants :
                                                          • microprocesseurs
                                                          • microcontrôleurs
                                                          • automates programmables (PC)
                                                          • circuits intégrés spécifiques à l'application (ASIC)
                                                          • contrôleurs logiques programmables (PLC)
                                                          • autres dispositifs informatiques (par exemple, capteurs, transmetteurs et actionneurs « intelligents »).

                                                                     

                                                                    Par définition, un système relatif à la sécurité a deux objectifs :

                                                                      1. Il met en œuvre les fonctions de sécurité requises nécessaires pour atteindre un état sûr pour l'équipement sous contrôle ou maintenir un état sûr pour l'équipement sous contrôle. Le système relatif à la sécurité doit exécuter les fonctions de sécurité qui sont spécifiées dans la spécification des exigences des fonctions de sécurité pour le système. Par exemple, la spécification des exigences des fonctions de sécurité peut stipuler que lorsque la température atteint une certaine valeur x, soupape y doit s'ouvrir pour permettre à l'eau d'entrer dans le récipient.
                                                                      2. Il atteint, seul ou avec d'autres systèmes relatifs à la sécurité, le niveau d'intégrité de sécurité nécessaire pour la mise en œuvre des fonctions de sécurité requises. Les fonctions de sécurité doivent être exécutées par les systèmes relatifs à la sécurité avec le degré de confiance approprié à l'application afin d'atteindre le niveau de sécurité requis pour l'équipement sous contrôle.

                                                                         

                                                                        Ce concept est illustré à la figure 3.

                                                                        Figure 3. Principales caractéristiques des systèmes liés à la sécurité

                                                                        SAF059F3

                                                                        Pannes du système

                                                                        Afin d'assurer un fonctionnement sûr des systèmes E/E/PES relatifs à la sécurité, il est nécessaire de reconnaître les diverses causes possibles de défaillance du système relatif à la sécurité et de s'assurer que des précautions adéquates sont prises contre chacune. Les défaillances sont classées en deux catégories, comme illustré à la figure 4.

                                                                        Figure 4. Catégories de défaillance

                                                                        SAF059F4

                                                                          1. Les pannes matérielles aléatoires sont les pannes qui résultent d'une variété de mécanismes normaux de dégradation du matériel. De nombreux mécanismes de ce type se produisent à des rythmes différents dans différents composants, et comme les tolérances de fabrication entraînent la défaillance des composants en raison de ces mécanismes après différents temps de fonctionnement, les défaillances d'un équipement total comprenant de nombreux composants se produisent à des moments imprévisibles (aléatoires). Les mesures de la fiabilité du système, telles que le temps moyen entre les pannes (MTBF), sont utiles mais ne concernent généralement que les pannes matérielles aléatoires et n'incluent pas les pannes systématiques.
                                                                          2. Les défaillances systématiques résultent d'erreurs dans la conception, la construction ou l'utilisation d'un système qui provoquent sa défaillance sous une combinaison particulière d'entrées ou dans certaines conditions environnementales particulières. Si une défaillance du système se produit lorsqu'un ensemble particulier de circonstances survient, alors chaque fois que ces circonstances se présenteront à l'avenir, il y aura toujours une défaillance du système. Toute défaillance d'un système relatif à la sécurité qui ne résulte pas d'une défaillance matérielle aléatoire est, par définition, une défaillance systématique. Les défaillances systématiques, dans le contexte des systèmes E/E/PES liés à la sécurité, comprennent :
                                                                              • défaillances systématiques dues à des erreurs ou omissions dans la spécification des exigences des fonctions de sécurité
                                                                              • défaillances systématiques dues à des erreurs dans la conception, la fabrication, l'installation ou le fonctionnement du matériel. Celles-ci incluraient les défaillances résultant de causes environnementales et d'erreurs humaines (par exemple, l'opérateur)
                                                                              • défaillances systématiques dues à des défauts dans le logiciel
                                                                              • défaillances systématiques dues à des erreurs de maintenance et de modification.

                                                                                     

                                                                                    Protection des systèmes liés à la sécurité

                                                                                    Les termes utilisés pour indiquer les mesures de précaution requises par un système relatif à la sécurité pour se protéger contre les pannes matérielles aléatoires et les pannes systématiques sont mesures d'intégrité de la sécurité du matériel et mesures systématiques d'intégrité de la sécurité respectivement. Les mesures de précaution qu'un système lié à la sécurité peut appliquer contre les pannes matérielles aléatoires et les pannes systématiques sont appelées intégrité de la sécurité. Ces concepts sont illustrés dans la figure 5.

                                                                                    Figure 5. Termes de performance de sécurité

                                                                                    SAF059F5

                                                                                    Dans la norme internationale CEI 1508 proposée, il existe quatre niveaux d'intégrité de sécurité, appelés niveaux d'intégrité de sécurité 1, 2, 3 et 4. Le niveau d'intégrité de sécurité 1 est le niveau d'intégrité de sécurité le plus bas et le niveau d'intégrité de sécurité 4 est le plus élevé. Le niveau d'intégrité de la sécurité (qu'il soit 1, 2, 3 ou 4) pour le système relatif à la sécurité dépendra de l'importance du rôle joué par le système relatif à la sécurité pour atteindre le niveau de sécurité requis pour l'équipement sous contrôle. Plusieurs systèmes liés à la sécurité peuvent être nécessaires, dont certains peuvent être basés sur la technologie pneumatique ou hydraulique.

                                                                                    Conception de systèmes liés à la sécurité

                                                                                    Une analyse récente de 34 incidents impliquant des systèmes de contrôle (HSE) a révélé que 60 % de tous les cas de défaillance avaient été « intégrés » avant que le système de contrôle lié à la sécurité n'ait été mis en service (figure 7). La prise en compte de toutes les phases du cycle de vie de la sécurité est nécessaire si l'on veut produire des systèmes adéquats relatifs à la sécurité.

                                                                                    Figure 7. Cause principale (par phase) de la défaillance du système de contrôle

                                                                                    SAF059F6

                                                                                    La sécurité fonctionnelle des systèmes relatifs à la sécurité dépend non seulement de la garantie que les exigences techniques sont correctement spécifiées, mais également de la garantie que les exigences techniques sont effectivement mises en œuvre et que l'intégrité de la conception initiale est maintenue tout au long de la vie de l'équipement. Cela ne peut être réalisé que si un système de gestion de la sécurité efficace est en place et que les personnes impliquées dans toute activité sont compétentes en ce qui concerne les tâches qu'elles doivent accomplir. En particulier lorsque des systèmes complexes liés à la sécurité sont impliqués, il est essentiel qu'un système de gestion de la sécurité adéquat soit en place. Cela conduit à une stratégie qui garantit ce qui suit :

                                                                                      • Un système efficace de gestion de la sécurité est en place.
                                                                                      • Les exigences techniques spécifiées pour les systèmes E/E/PES relatifs à la sécurité sont suffisantes pour traiter à la fois les causes matérielles aléatoires et les causes de défaillance systématiques.
                                                                                      • La compétence des personnes impliquées est suffisante pour les tâches qu'elles doivent accomplir.

                                                                                           

                                                                                          Afin de répondre de manière systématique à toutes les exigences techniques pertinentes de la sécurité fonctionnelle, le concept de cycle de vie de la sécurité a été développé. Une version simplifiée du cycle de vie de la sécurité dans la norme internationale émergente CEI 1508 est illustrée à la figure 8. Les phases clés du cycle de vie de la sécurité sont :

                                                                                          Figure 8. Rôle du cycle de vie de sécurité dans la réalisation de la sécurité fonctionnelle

                                                                                          SAF059F8

                                                                                            • spécification
                                                                                            • conception et réalisation
                                                                                            • installation et mise en service
                                                                                            • opération et maintenance
                                                                                            • modifications après la mise en service.

                                                                                                     

                                                                                                    Niveau de sécurité

                                                                                                    La stratégie de conception pour l'obtention de niveaux adéquats d'intégrité de sécurité pour les systèmes relatifs à la sécurité est illustrée dans la figure 9 et la figure 10. Un niveau d'intégrité de sécurité est basé sur le rôle que le système relatif à la sécurité joue dans la réalisation du niveau global de sécurité pour les équipements sous contrôle. Le niveau d'intégrité de sécurité spécifie les précautions qui doivent être prises en compte dans la conception contre les pannes matérielles aléatoires et systématiques.

                                                                                                    Figure 9. Rôle des niveaux d'intégrité de sécurité dans le processus de conception

                                                                                                    SAF059F9

                                                                                                     

                                                                                                    Figure 10. Rôle du cycle de vie de sécurité dans le processus de spécification et de conception

                                                                                                    SA059F10

                                                                                                    Le concept de sécurité et de niveau de sécurité s'applique à l'équipement sous contrôle. Le concept de sécurité fonctionnelle s'applique aux systèmes relatifs à la sécurité. La sécurité fonctionnelle des systèmes relatifs à la sécurité doit être atteinte si l'on veut atteindre un niveau de sécurité adéquat pour l'équipement à l'origine du danger. Le niveau de sécurité spécifié pour une situation spécifique est un facteur clé dans la spécification des exigences d'intégrité de sécurité pour les systèmes relatifs à la sécurité.

                                                                                                    Le niveau de sécurité requis dépendra de nombreux facteurs, par exemple, la gravité des blessures, le nombre de personnes exposées au danger, la fréquence à laquelle les personnes sont exposées au danger et la durée de l'exposition. Les facteurs importants seront la perception et les opinions des personnes exposées à l'événement dangereux. Pour déterminer ce qui constitue un niveau de sécurité approprié pour une application spécifique, un certain nombre d'entrées sont prises en compte, notamment :

                                                                                                      • exigences légales applicables à l'application spécifique
                                                                                                      • directives de l'autorité de réglementation de la sécurité appropriée
                                                                                                      • discussions et accords avec les différentes parties impliquées dans la demande
                                                                                                      • normes de l'industrie
                                                                                                      • normes nationales et internationales
                                                                                                      • les meilleurs conseils industriels, experts et scientifiques indépendants.

                                                                                                                 

                                                                                                                Résumé

                                                                                                                Lors de la conception et de l'utilisation de systèmes liés à la sécurité, il ne faut pas oublier que c'est l'équipement sous contrôle qui crée le danger potentiel. Les systèmes relatifs à la sécurité sont conçus pour réduire la fréquence (ou la probabilité) de l'événement dangereux et/ou les conséquences de l'événement dangereux. Une fois que le niveau de sécurité a été défini pour l'équipement, le niveau d'intégrité de sécurité pour le système lié à la sécurité peut être déterminé, et c'est le niveau d'intégrité de sécurité qui permet au concepteur de spécifier les précautions qui doivent être intégrées dans la conception pour être déployé contre les pannes matérielles aléatoires et systématiques.

                                                                                                                 

                                                                                                                Retour

                                                                                                                Lire 11010 fois Dernière modification le samedi, 30 Juillet 2022 01: 46

                                                                                                                " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                                                                                                                Table des matières

                                                                                                                Références des applications de sécurité

                                                                                                                Arteau, J, A Lan et JF Corveil. 1994. Utilisation des lignes de vie horizontales dans l'érection de structures en acier. Actes du symposium international sur la protection contre les chutes, San Diego, Californie (27-28 octobre 1994). Toronto : Société internationale de protection contre les chutes.

                                                                                                                Backström, T. 1996. Risque d'accident et protection de la sécurité dans la production automatisée. Thèse de doctorat. Arbete och Hälsa 1996:7. Solna : Institut national de la vie active.

                                                                                                                Backström, T et L Harms-Ringdahl. 1984. Une étude statistique des systèmes de contrôle et des accidents du travail. J Occup Acc. 6:201–210.

                                                                                                                Backström, T et M Döös. 1994. Défauts techniques à l'origine des accidents dans la production automatisée. Dans Advances in Agile Manufacturing, édité par PT Kidd et W Karwowski. Amsterdam : Presse IOS.

                                                                                                                —. 1995. Une comparaison des accidents du travail dans les industries à technologie manufacturière de pointe. Int J Hum Factors Manufac. 5(3). 267–282.

                                                                                                                —. Dans la presse. La genèse technique des pannes de machines conduisant à des accidents du travail. Int J Ind Ergonomie.

                                                                                                                —. Accepté pour publication. Fréquences absolues et relatives des accidents d'automatisation sur différents types d'équipements et pour différents groupes professionnels. J Saf Rés.

                                                                                                                Bainbridge, L. 1983. Ironies de l'automatisation. Automatica 19: 775–779.

                                                                                                                Bell, R et D Reinert. 1992. Concepts de risque et d'intégrité du système pour les systèmes de contrôle liés à la sécurité. Saf Sei 15:283–308.

                                                                                                                Bouchard, P. 1991. Échafaudages. Guide série 4. Montréal : CSST.

                                                                                                                Bureau des affaires nationales. 1975. Normes de sécurité et de santé au travail. Structures de protection en cas de retournement pour matériel de manutention et tracteurs, sections 1926, 1928. Washington, DC : Bureau des affaires nationales.

                                                                                                                Corbett, JM. 1988. L'ergonomie dans le développement de l'AMT centré sur l'humain. Ergonomie appliquée 19: 35–39.

                                                                                                                Culver, C et C Connolly. 1994. Empêcher les chutes mortelles dans la construction. Saf Health septembre 1994 : 72–75.

                                                                                                                Deutsche Industrie Normen (DIN). 1990. Grundsätze für Rechner in Systemen mit Sicherheitsauffgaben. DIN V VDE 0801. Berlin : Beuth Verlag.

                                                                                                                —. 1994. Grundsätze für Rechner in Systemen mit Sicherheitsauffgaben Änderung A 1. DIN V VDE 0801/A1. Berlin : Beth Verlag.

                                                                                                                —. 1995a. Sicherheit von Maschinen—Druckempfindliche Schutzeinrichtungen [Sécurité des machines — Équipement de protection sensible à la pression]. DIN prEN 1760. Berlin : Beuth Verlag.

                                                                                                                —. 1995b. Rangier-Warneinrichtungen—Anforderungen und Prüfung [Véhicules utilitaires — détection d'obstacles en marche arrière — exigences et essais]. Norme DIN 75031. Février 1995.

                                                                                                                Döös, M et T Backström. 1993. Description des accidents dans la manutention automatisée des matériaux. Dans Ergonomics of Materials Handling and Information Processing at Work, édité par WS Marras, W Karwowski, JL Smith et L Pacholski. Varsovie : Taylor et Francis.

                                                                                                                —. 1994. Les perturbations de la production comme risque d'accident. Dans Advances in Agile Manufacturing, édité par PT Kidd et W Karwowski. Amsterdam : Presse IOS.

                                                                                                                Communauté économique européenne (CEE). 1974, 1977, 1979, 1982, 1987. Directives du Conseil sur les structures de protection contre le renversement des tracteurs agricoles et forestiers à roues. Bruxelles : CEE.

                                                                                                                —. 1991. Directive du Conseil sur le rapprochement des législations des États membres relatives aux machines. (91/368/CEE) Luxembourg : CEE.

                                                                                                                Etherton, JR et ML Myers. 1990. Recherche sur la sécurité des machines au NIOSH et orientations futures. Int J Ind Erg 6: 163–174.

                                                                                                                Freund, E, F Dierks et J Roßmann. 1993. Unterschungen zum Arbeitsschutz bei Mobilen Rototern und Mehrrobotersystemen [Tests de sécurité au travail des robots mobiles et des systèmes de robots multiples]. Dortmund : Schriftenreihe der Bundesanstalt für Arbeitsschutz.

                                                                                                                Goble, W. 1992. Évaluation de la fiabilité du système de contrôle. New York : Société d'instruments d'Amérique.

                                                                                                                Goodstein, LP, HB Anderson et SE Olsen (eds.). 1988. Tâches, erreurs et modèles mentaux. Londres : Taylor et Francis.

                                                                                                                Gryfe, CI. 1988. Causes et prévention des chutes. Dans Symposium international sur la protection contre les chutes. Orlando : Société internationale de protection contre les chutes.

                                                                                                                Directeur de la santé et de la sécurité. 1989. Statistiques sur la santé et la sécurité 1986–87. Employez Gaz 97(2).

                                                                                                                Heinrich, HW, D Peterson et N Roos. 1980. Prévention des accidents industriels. 5e éd. New York : McGraw Hill.

                                                                                                                Hollnagel, E, et D Woods. 1983. Ingénierie des systèmes cognitifs : Nouveau vin dans de nouvelles bouteilles. Int J Man Machine Stud 18: 583–600.

                                                                                                                Hölscher, H et J Rader. 1984. Microcomputer in der Sicherheitstechnik. Rheinland : Verlag TgV-Reinland.

                                                                                                                Hörte, S-Å et P Lindberg. 1989. Diffusion et mise en œuvre des technologies de fabrication avancées en Suède. Document de travail n° 198:16. Institut d'innovation et de technologie.

                                                                                                                Commission électrotechnique internationale (CEI). 1992. 122 Projet de norme : Logiciels pour ordinateurs dans l'application de systèmes liés à la sécurité industrielle. CEI 65 (Sec). Genève : CEI.

                                                                                                                —. 1993. 123 Projet de norme : Sécurité fonctionnelle des systèmes électriques/électroniques/électroniques programmables ; Aspects génériques. Partie 1, Exigences générales Genève : CEI.

                                                                                                                Organisation internationale du travail (OIT). 1965. Sécurité et santé dans le travail agricole. Genève : OIT.

                                                                                                                —. 1969. Sécurité et santé dans les travaux forestiers. Genève : OIT.

                                                                                                                —. 1976. Construction et utilisation sécuritaires des tracteurs. Un recueil de directives pratiques du BIT. Genève : OIT.

                                                                                                                Organisation internationale de normalisation (ISO). 1981. Tracteurs agricoles et forestiers à roues. Ouvrages de protection. Méthode d'essai statique et conditions d'acceptation. ISO 5700. Genève : ISO.

                                                                                                                —. 1990. Normes de gestion de la qualité et d'assurance qualité : Lignes directrices pour l'application de la norme ISO 9001 au développement, à la fourniture et à la maintenance de logiciels. ISO 9000-3. Genève : ISO.

                                                                                                                —. 1991. Systèmes d'automatisation industrielle—Sécurité des systèmes de fabrication intégrés—Exigences de base (CD 11161). TC 184/WG 4. Genève : ISO.

                                                                                                                —. 1994. Véhicules utilitaires—Dispositif de détection d'obstacles en marche arrière—Exigences et essais. Rapport technique TR 12155. Genève : ISO.

                                                                                                                Johnson, B. 1989. Conception et analyse de systèmes numériques tolérants aux pannes. New York : Addison Wesley.

                                                                                                                Kidd, P. 1994. Fabrication automatisée basée sur les compétences. Dans Organisation and Management of Advanced Manufacturing Systems, édité par W Karwowski et G Salvendy. New York : Wiley.

                                                                                                                Knowlton, RE. 1986. Une introduction aux études sur les risques et l'exploitabilité : l'approche du mot guide. Vancouver, C.-B. : Chimie.

                                                                                                                Kuivanen, R. 1990. L'impact sur la sécurité des perturbations dans les systèmes de fabrication flexibles. Dans Ergonomics of Hybrid Automated Systems II, édité par W Karwowski et M Rahimi. Amsterdam : Elsevier.

                                                                                                                Laeser, RP, WI McLaughlin et DM Wolff. 1987. Fernsteurerung und Fehlerkontrolle von Voyager 2. Spektrum der Wissenshaft (1):S. 60–70.

                                                                                                                Lan, A, J Arteau et JF Corbeil. 1994. Protection contre les chutes des panneaux d'affichage hors sol. International Fall Protection Symposium, San Diego, Californie, 27-28 octobre 1994. Actes International Society for Fall Protection.

                                                                                                                Langer, HJ et W Kurfürst. 1985. Einsatz von Sensoren zur Absicherung des Rückraumes von Großfahrzeugen [Utilisation de capteurs pour sécuriser la zone derrière les gros véhicules]. FB 605. Dortmund : Schriftenreihe der bundesanstalt für Arbeitsschutz.

                                                                                                                Levenson, NG. 1986. Sécurité des logiciels : pourquoi, quoi et comment. Enquêtes informatiques ACM (2):S. 129–163.

                                                                                                                McManus, TN. Sd Espaces confinés. Manuscrit.

                                                                                                                Microsonic GmbH. 1996. Communication d'entreprise. Dortmund, Allemagne : Microsonic.

                                                                                                                Mester, U, T Herwig, G Dönges, B Brodbeck, HD Bredow, M Behrens et U Ahrens. 1980. Gefahrenschutz durch passive Infrarot-Sensoren (II) [Protection contre les dangers par les capteurs infrarouges]. FB 243. Dortmund : Schriftenreihe der bundesanstalt für Arbeitsschutz.

                                                                                                                Mohan, D et R Patel. 1992. Conception d'équipements agricoles plus sûrs : Application de l'ergonomie et de l'épidémiologie. Int J Ind Erg 10:301–310.

                                                                                                                Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1993. NFPA 306 : Contrôle des risques de gaz sur les navires. Quincy, MA : NFPA.

                                                                                                                Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1994. Décès de travailleurs dans des espaces confinés. Cincinnati, OH, États-Unis : DHHS/PHS/CDCP/NIOSH Pub. N° 94-103. NIOSH.

                                                                                                                Neumann, PG. 1987. Les N meilleurs (ou pires) cas de risques liés à l'informatique. IEEE T Syst Man Cyb. New York : S.11–13.

                                                                                                                —. 1994. Risques illustratifs pour le public dans l'utilisation des systèmes informatiques et des technologies connexes. Notes du moteur logiciel SIGSOFT 19, No. 1:16–29.

                                                                                                                Administration de la sécurité et de la santé au travail (OSHA). 1988. Décès professionnels sélectionnés liés au soudage et au coupage, tels que trouvés dans les rapports d'enquêtes sur les décès/catastrophes de l'OSHA. Washington, DC : OSHA.

                                                                                                                Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 1987. Codes standard pour les essais officiels des tracteurs agricoles. Paris : OCDE.

                                                                                                                Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). 1984. Les équipements individuels de protection contre les chutes de hauteur. Boulogne-Bilancourt, France : OPPBTP.

                                                                                                                Rasmussen, J. 1983. Compétences, règles et connaissances : ordre du jour, signes et symboles, et autres distinctions dans les modèles de performance humaine. Transactions IEEE sur les systèmes, l'homme et la cybernétique. SMC13(3) : 257–266.

                                                                                                                Reason, J. 1990. Erreur humaine. New York : Cambridge University Press.

                                                                                                                Reese, CD et GR Mills. 1986. L'épidémiologie traumatique des décès en espace confiné et son application à l'intervention/prévention maintenant. Dans L'évolution de la nature du travail et de la main-d'œuvre. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

                                                                                                                Reinert, D et G Reuss. 1991. Sicherheitstechnische Beurteilung und Prüfung mikroprozessorgesteuerter
                                                                                                                Sicherheitseinrichtungen. Dans BIA-Handbuch. Sicherheitstechnisches Informations-und Arbeitsblatt 310222. Bielefeld : Erich Schmidt Verlag.

                                                                                                                Société des ingénieurs automobiles (SAE). 1974. Protection des opérateurs pour les équipements industriels. Norme SAE j1042. Warrendale, États-Unis : SAE.

                                                                                                                —. 1975. Critères de performance pour la protection contre le retournement. Pratique recommandée par la SAE. Norme SAE j1040a. Warrendale, États-Unis : SAE.

                                                                                                                Schreiber, P. 1990. Entwicklungsstand bei Rückraumwarneinrichtungen [État de l'évolution des dispositifs d'avertissement de zone arrière]. Technische Überwachung, Nr. 4, avril, S. 161.

                                                                                                                Schreiber, P et K Kuhn. 1995. Informationstechnologie in der Fertigungstechnik [Technologie de l'information dans la technique de production, série de l'Institut fédéral pour la sécurité et la santé au travail]. FB 717. Dortmund : Schriftenreihe der bundesanstalt für Arbeitsschutz.

                                                                                                                Sheridan, T. 1987. Contrôle de surveillance. In Handbook of Human Factors, édité par G. Salvendy. New York : Wiley.

                                                                                                                Springfeldt, B. 1993. Effets des règles et mesures de sécurité au travail avec une attention particulière aux blessures. Avantages des solutions fonctionnant automatiquement. Stockholm : Institut royal de technologie, Département des sciences du travail.

                                                                                                                Sugimoto, N. 1987. Sujets et problèmes de la technologie de sécurité des robots. Dans Occupational Safety and Health in Automation and Robotics, édité par K Noto. Londres : Taylor & Francis. 175.

                                                                                                                Sulowski, AC (éd.). 1991. Principes fondamentaux de la protection contre les chutes. Toronto, Canada : Société internationale de protection contre les chutes.

                                                                                                                Wehner, T. 1992. Sicherheit als Fehlerfreundlichkeit. Opladen : Westdeutscher Verlag.

                                                                                                                Zimolong, B et L Duda. 1992. Stratégies de réduction des erreurs humaines dans les systèmes de fabrication avancés. Dans Human-robot Interaction, édité par M Rahimi et W Karwowski. Londres : Taylor & Francis.