Lundi, Avril 04 2011 20: 13

Perception du risque

Évaluer cet élément
(7 votes)

Dans la perception du risque, deux processus psychologiques peuvent être distingués : la perception du danger et l'évaluation du risque. Saari (1976) définit les informations traitées lors de l'accomplissement d'une tâche en fonction des deux composantes suivantes : (1) les informations nécessaires à l'exécution d'une tâche (perception des dangers) et (2) les informations nécessaires pour maîtriser les risques existants ( l'évaluation des risques). Par exemple, lorsque les travailleurs de la construction au sommet d'échelles qui perforent des trous dans un mur doivent simultanément garder leur équilibre et coordonner automatiquement leurs mouvements corps-main, la perception du danger est cruciale pour coordonner les mouvements du corps afin de garder les dangers sous contrôle, alors que le risque conscient l'évaluation ne joue qu'un rôle mineur, voire aucun. Les activités humaines semblent généralement être guidées par la reconnaissance automatique de signaux qui déclenchent une hiérarchie flexible, mais stockée, de schémas d'action. (Le processus plus délibéré menant à l'acceptation ou au rejet du risque est discuté dans un autre article.)

Perception du risque

D'un point de vue technique, un danger représente une source d'énergie avec défaillances de causer des blessures immédiates au personnel et des dommages à l'équipement, à l'environnement ou à la structure. Les travailleurs peuvent également être exposés à diverses substances toxiques, comme les produits chimiques, les gaz ou la radioactivité, dont certaines causent des problèmes de santé. Contrairement aux énergies dangereuses, qui ont un effet immédiat sur l'organisme, les substances toxiques ont des caractéristiques temporelles assez différentes, allant d'effets immédiats à des retards sur des mois et des années. Il y a souvent un effet cumulatif de petites doses de substances toxiques qui sont imperceptibles pour les travailleurs exposés.

Inversement, il ne peut y avoir de danger pour les personnes provenant d'énergies dangereuses ou de substances toxiques à condition qu'aucun danger n'existe. danger exprime l'exposition relative au danger. En fait, il peut y avoir peu de danger en présence de certains dangers grâce à la mise en place de précautions adéquates. Il existe une littérature abondante concernant les facteurs que les gens utilisent dans l'évaluation finale pour déterminer si une situation est jugée dangereuse et, le cas échéant, à quel point. Ceci est devenu connu sous le nom de perception du risque. (Le mot risque est utilisé dans le même sens que danger est utilisé dans la documentation sur la sécurité au travail; voir Hoyos et Zimolong 1988.)

La perception du risque traite de la compréhension des réalités perceptives et des indicateurs de dangers et de substances toxiques, c'est-à-dire la perception des objets, des sons, des sensations odorantes ou tactiles. Le feu, les hauteurs, les objets en mouvement, le bruit fort et les odeurs d'acide sont quelques exemples des dangers les plus évidents qui n'ont pas besoin d'être interprétés. Dans certains cas, les gens réagissent de la même manière à la présence soudaine d'un danger imminent. L'apparition soudaine d'un bruit fort, d'une perte d'équilibre et d'objets dont la taille augmente rapidement (et qui semblent donc sur le point de frapper son corps) sont des stimuli de peur, provoquant des réponses automatiques telles que sauter, esquiver, cligner des yeux et s'agripper. D'autres réactions réflexes comprennent le retrait rapide d'une main qui a touché une surface chaude. Rachman (1974) conclut que les stimuli de peur prédominants sont ceux qui ont les attributs de la nouveauté, de la brusquerie et de la haute intensité.

La plupart des dangers et des substances toxiques ne sont probablement pas directement perceptibles par les sens humains, mais sont déduits d'indicateurs. Les exemples sont l'électricité; des gaz incolores et inodores tels que le méthane et le monoxyde de carbone ; rayons X et substances radioactives ; et les atmosphères pauvres en oxygène. Leur présence doit être signalée par des dispositifs traduisant la présence du danger en quelque chose de reconnaissable. Les courants électriques peuvent être perçus à l'aide d'un dispositif de contrôle de courant, tel qu'il peut être utilisé pour les signaux sur les jauges et les compteurs dans un registre de salle de contrôle qui indiquent des niveaux normaux et anormaux de température et de pression à un état particulier d'un processus chimique . Il existe également des situations où existent des dangers qui ne sont pas du tout perceptibles ou ne peuvent pas être rendus perceptibles à un moment donné. Un exemple est le danger d'infection lorsqu'on ouvre des sondes de sang pour des tests médicaux. La connaissance de l'existence des aléas doit être déduite de la connaissance des principes communs de causalité ou acquise par l'expérience.

Évaluation des risques

La prochaine étape du traitement de l'information est évaluation des risques, qui fait référence au processus de décision tel qu'il est appliqué à des questions telles que la question de savoir si et dans quelle mesure une personne sera exposée à un danger. Considérons, par exemple, la conduite d'une voiture à grande vitesse. Du point de vue de l'individu, de telles décisions ne doivent être prises que dans des circonstances inattendues telles que des urgences. La plupart des comportements de conduite requis sont automatiques et se déroulent sans heurts sans contrôle attentionnel continu ni évaluation consciente des risques.

Hacker (1987) et Rasmussen (1983) ont distingué trois niveaux de comportement : (1) le comportement basé sur les compétences, qui est presque entièrement automatique ; (2) un comportement basé sur des règles, qui fonctionne par l'application de règles consciemment choisies mais entièrement préprogrammées ; et (3) un comportement basé sur les connaissances, sous lequel toutes sortes de planification consciente et de résolution de problèmes sont regroupées. Au niveau des compétences, une information entrante est directement connectée à une réponse stockée qui est exécutée automatiquement et effectuée sans délibération ou contrôle conscient. S'il n'y a pas de réponse automatique disponible ou si un événement extraordinaire se produit, le processus d'évaluation des risques passe au niveau basé sur des règles, où l'action appropriée est sélectionnée à partir d'un échantillon de procédures retirées du stockage puis exécutées. Chacune des étapes implique un programme perceptivo-moteur finement réglé, et généralement, aucune étape de cette hiérarchie organisationnelle n'implique de décisions basées sur des considérations de risque. Ce n'est qu'aux transitions qu'un contrôle conditionnel est appliqué, juste pour vérifier si la progression est conforme au plan. Si ce n'est pas le cas, le contrôle automatique est arrêté et le problème qui en résulte est résolu à un niveau supérieur.

Le modèle GEMS de Reason (1990) décrit comment la transition du contrôle automatique à la résolution consciente de problèmes se produit lorsque des circonstances exceptionnelles surviennent ou que de nouvelles situations sont rencontrées. L'évaluation des risques est absente au niveau inférieur, mais peut être entièrement présente au niveau supérieur. Au niveau intermédiaire, on peut supposer une sorte d'évaluation des risques «rapide et sale», tandis que Rasmussen exclut tout type d'évaluation qui n'est pas incorporé dans des règles fixes. La plupart du temps, il n'y aura pas de perception consciente ou de considération des dangers en tant que tels. "Le manque de conscience de la sécurité est à la fois normal et sain, malgré ce qui a été dit dans d'innombrables livres, articles et discours. Être constamment conscient du danger est une définition raisonnable de la paranoïa » (Hale et Glendon 1987). Les gens qui font leur travail de façon routinière considèrent rarement ces risques ou accidents à l'avance : ils courir risques, mais ils ne le font pas prendre Eux.

Perception des dangers

La perception des dangers et des substances toxiques, dans le sens de la perception directe de la forme et de la couleur, du volume et de la tonalité, des odeurs et des vibrations, est limitée par les capacités limitées des sens perceptifs, qui peuvent être temporairement altérés en raison de la fatigue, de la maladie, de l'alcool ou de drogues. Des facteurs tels que l'éblouissement, la luminosité ou le brouillard peuvent exercer une forte pression sur la perception, et les dangers peuvent ne pas être détectés en raison de distractions ou d'une vigilance insuffisante.

Comme cela a déjà été mentionné, tous les dangers ne sont pas directement perceptibles par les sens humains. La plupart des substances toxiques ne sont même pas visibles. Ruppert (1987) a trouvé dans son enquête sur une usine sidérurgique, sur une collecte d'ordures municipales et sur des laboratoires médicaux, que sur 2,230 138 indicateurs de danger nommés par 42 travailleurs, seuls 23 % étaient perceptibles par les sens humains. Vingt-deux pour cent des indicateurs doivent être déduits de comparaisons avec des normes (par exemple, les niveaux de bruit). La perception du danger repose dans XNUMX % des cas sur des événements clairement perceptibles qui doivent être interprétés en fonction de la connaissance du danger (par exemple, une surface brillante d'un sol mouillé indique glissant). Dans 13 % des rapports, les indicateurs de danger ne peuvent être récupérés qu'à partir de la mémoire des mesures appropriées à prendre (par exemple, le courant dans une prise murale ne peut être rendu perceptible que par le dispositif de contrôle approprié). Ces résultats démontrent que les exigences de la perception des dangers vont de la détection et de la perception pures à des processus d'inférence cognitive élaborés d'anticipation et d'évaluation. Les relations de cause à effet sont parfois peu claires, à peine détectables ou mal interprétées, et les effets différés ou cumulatifs des dangers et des substances toxiques sont susceptibles d'imposer des charges supplémentaires aux individus.

Hoyos et al. (1991) ont dressé une liste complète des indicateurs de danger, des exigences comportementales et des conditions relatives à la sécurité dans l'industrie et les services publics. Un questionnaire de diagnostic de sécurité (SDQ) a été développé pour fournir un instrument pratique pour analyser les dangers et les dangers par l'observation (Hoyos et Ruppert 1993). Plus de 390 lieux de travail, ainsi que les conditions de travail et d'environnement dans 69 entreprises concernées par l'agriculture, l'industrie, le travail manuel et les services, ont été évalués. Parce que les entreprises avaient des taux d'accidents supérieurs à 30 accidents pour 1,000 3 employés avec un minimum de 2,373 jours de travail perdus par accident, il semble y avoir un biais dans ces études vers les chantiers dangereux. Au total, 6.1 7 dangers ont été signalés par les observateurs utilisant le SDQ, ce qui indique un taux de détection de 18 dangers par lieu de travail et entre 40 et 6.1 dangers ont été détectés dans environ 20 % de tous les lieux de travail étudiés. Le taux moyen étonnamment bas de XNUMX risques par lieu de travail doit être interprété en tenant compte des mesures de sécurité largement introduites dans l'industrie et l'agriculture au cours des XNUMX dernières années. Les dangers signalés n'incluent pas ceux attribuables aux substances toxiques, ni les dangers maîtrisés par des dispositifs et mesures techniques de sécurité, et reflètent ainsi la répartition des « dangers résiduels ».

La figure 1 présente une vue d'ensemble des exigences relatives aux processus perceptifs de détection et de perception des dangers. Les observateurs devaient évaluer tous les dangers sur un lieu de travail particulier par rapport à 13 exigences, comme indiqué dans la figure. En moyenne, 5 exigences par danger ont été identifiées, dont la reconnaissance visuelle, l'attention sélective, la reconnaissance auditive et la vigilance. Comme attendu, la reconnaissance visuelle domine par rapport à la reconnaissance auditive (77.3 % des dangers ont été détectés visuellement et seulement 21.2 % par détection auditive). Dans 57 % de tous les dangers observés, les travailleurs devaient diviser leur attention entre les tâches et le contrôle des dangers, et l'attention divisée est une réalisation mentale très intense susceptible de contribuer aux erreurs. Les accidents ont souvent été attribués à des défaillances de l'attention lors de l'exécution de tâches doubles. Encore plus alarmant est le constat que dans 56 % de tous les dangers, les travailleurs ont dû faire face à des activités et une réactivité rapides pour éviter d'être heurtés et blessés. Seuls 15.9 % et 7.3 % de tous les dangers ont été indiqués par des avertissements acoustiques ou optiques, respectivement : par conséquent, la détection et la perception des dangers ont été auto-initiées.

Figure 1. Détection et perception des indicateurs de danger dans l'industrie

SAF080T1

Dans certains cas (16.1 %), la perception des dangers est étayée par des panneaux et des avertissements, mais généralement, les travailleurs comptent sur leurs connaissances, leur formation et leur expérience de travail. La figure 2 montre les exigences d'anticipation et d'évaluation requises pour maîtriser les risques sur le chantier. La caractéristique principale de toutes les activités résumées dans cette figure est le besoin de connaissances et d'expérience acquises dans le processus de travail, y compris : des connaissances techniques sur le poids, les forces et les énergies ; formation pour identifier les défauts et les insuffisances des outils de travail et des machines; et expérience pour prévoir les faiblesses structurelles de l'équipement, des bâtiments et du matériel. Comme Hoyos et al. (1991) l'ont démontré, les travailleurs ont peu de connaissances concernant les risques, les règles de sécurité et les bons comportements personnels de prévention. Seuls 60 % des travailleurs de la construction et 61 % des mécaniciens d'automobiles interrogés connaissaient les bonnes solutions aux problèmes de sécurité généralement rencontrés sur leur lieu de travail.

Figure 2. Anticipation et évaluation des indicateurs de danger

SAF080T2

L'analyse de la perception des dangers indique que différents processus cognitifs sont impliqués, tels que la reconnaissance visuelle ; attention sélective et divisée; identification rapide et réactivité ; estimations des paramètres techniques ; et les prédictions de dangers et de dangers non observables. En fait, les risques et les dangers sont souvent inconnus des titulaires de poste : ils imposent une lourde charge aux personnes qui doivent faire face séquentiellement à des dizaines d'exigences visuelles et auditives et sont une source de propension à l'erreur lors de la maîtrise du travail et des risques. simultanément. Cela nécessite de mettre beaucoup plus l'accent sur l'analyse et l'identification régulières des risques et des dangers sur le lieu de travail. Dans plusieurs pays, des évaluations formelles des risques sur les lieux de travail sont obligatoires : par exemple, les directives sur la santé et la sécurité de la CEE exigent une évaluation des risques des postes de travail informatiques avant de commencer à y travailler ou lorsque des modifications majeures du travail ont été introduites ; et l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA) des États-Unis exige des analyses régulières des risques et des dangers des unités de traitement.

Coordination des travaux et contrôle des risques

Comme le soulignent Hoyos et Ruppert (1993), (1) le travail et le contrôle des risques peuvent nécessiter une attention simultanée ; (2) elles peuvent être gérées alternativement par étapes séquentielles ; ou (3) avant le début des travaux, des mesures de précaution peuvent être prises (par exemple, mettre un casque de sécurité).

Dans le cas d'exigences simultanées, la maîtrise des dangers est basée sur la reconnaissance visuelle, auditive et tactile. En effet, il est difficile de dissocier travail et maîtrise des risques dans les tâches routinières. Par exemple, une source de danger constant est présente lors de l'exécution de la tâche de couper les fils des fils dans une usine de filature de coton - une tâche nécessitant un couteau bien aiguisé. Les deux seuls types de protection contre les coupures sont l'habileté à manier le couteau et l'utilisation d'équipements de protection. Pour que l'un ou l'autre ou les deux réussissent, ils doivent être totalement intégrés aux séquences d'action du travailleur. Des habitudes telles que couper dans une direction opposée à la main qui tient le fil doivent être ancrées dans les compétences du travailleur dès le départ. Dans cet exemple, le contrôle des dangers est entièrement intégré au contrôle des tâches ; aucun processus distinct de détection des dangers n'est requis. Il existe probablement un continuum d'intégration au travail, le degré dépendant de la compétence du travailleur et des exigences de la tâche. D'une part, la perception et le contrôle des risques sont intrinsèquement intégrés aux compétences professionnelles ; d'autre part, l'exécution des tâches et le contrôle des risques sont des activités distinctes. Le contrôle des travaux et des risques peut être effectué alternativement, par étapes séquentielles, lorsque pendant la tâche, le potentiel de danger augmente régulièrement ou il y a un signal de danger soudain et alertant. En conséquence, les travailleurs interrompent la tâche ou le processus et prennent des mesures préventives. Par exemple, la vérification d'une jauge est un exemple typique d'un test de diagnostic simple. Un opérateur de salle de contrôle détecte un écart par rapport au niveau standard sur une jauge qui à première vue ne constitue pas un signe dramatique de danger, mais qui incite l'opérateur à chercher plus loin sur d'autres jauges et compteurs. S'il existe d'autres écarts, une série rapide d'activités d'analyse sera effectuée au niveau des règles. Si les écarts sur d'autres compteurs ne correspondent pas à un modèle familier, le processus de diagnostic passe au niveau basé sur les connaissances. Dans la plupart des cas, guidés par certaines stratégies, des signaux et des symptômes sont activement recherchés pour localiser les causes des déviations (Konradt 1994). L'allocation des ressources du système de contrôle attentionnel est fixée à la surveillance générale. Un signal soudain, tel qu'une tonalité d'avertissement ou, comme dans le cas ci-dessus, divers écarts d'indicateurs par rapport à une norme, déplace le système de contrôle attentionnel sur le sujet spécifique du contrôle des dangers. Il initie une activité qui cherche à identifier les causes des déviations au niveau des règles, ou en cas de malheur, au niveau des connaissances (Reason 1990).

Le comportement préventif est le troisième type de coordination. Cela se produit avant le travail, et l'exemple le plus frappant est l'utilisation d'équipements de protection individuelle (EPI).

La signification du risque

Les définitions des risques et les méthodes d'évaluation des risques dans l'industrie et la société ont été élaborées en économie, en ingénierie, en chimie, en sciences de la sécurité et en ergonomie (Hoyos et Zimolong 1988). Il existe une grande variété d'interprétations du terme risque. D'une part, il est interprété comme signifiant « probabilité d'un événement indésirable ». C'est une expression de la probabilité que quelque chose de désagréable se produise. Une définition plus neutre du risque est utilisée par Yates (1992a), qui soutient que le risque doit être perçu comme un concept multidimensionnel qui, dans son ensemble, fait référence à la perspective d'une perte. Des contributions importantes à notre compréhension actuelle de l'évaluation des risques dans la société sont venues de la géographie, de la sociologie, des sciences politiques, de l'anthropologie et de la psychologie. La recherche s'est concentrée à l'origine sur la compréhension du comportement humain face aux risques naturels, mais elle s'est depuis élargie pour intégrer également les risques technologiques. Les recherches sociologiques et les études anthropologiques ont montré que l'évaluation et l'acceptation des risques trouvent leurs racines dans des facteurs sociaux et culturels. Short (1984) soutient que les réponses aux dangers sont médiatisées par les influences sociales transmises par les amis, la famille, les collègues et les fonctionnaires respectés. La recherche psychologique sur l'évaluation des risques trouve son origine dans des études empiriques sur l'évaluation des probabilités, l'évaluation de l'utilité et les processus décisionnels (Edwards 1961).

L'évaluation des risques techniques se concentre généralement sur le potentiel de perte, qui comprend la probabilité de survenance de la perte et l'ampleur de la perte donnée en termes de décès, de blessures ou de dommages. Le risque est la probabilité qu'un dommage d'un type spécifié se produise dans un système donné sur une période de temps définie. Différentes techniques d'évaluation sont appliquées pour répondre aux diverses exigences de l'industrie et de la société. Les méthodes d'analyse formelles pour estimer les degrés de risque sont dérivées de différents types d'analyses d'arbres de défaillances ; par l'utilisation de banques de données comportant des probabilités d'erreur telles que THERP (Swain et Guttmann 1983) ; ou sur des méthodes de décomposition basées sur des évaluations subjectives telles que SLIM-Maud (Embrey et al. 1984). Ces techniques diffèrent considérablement dans leur capacité à prédire des événements futurs tels que des mésaventures, des erreurs ou des accidents. En termes de prédiction d'erreurs dans les systèmes industriels, les experts ont obtenu les meilleurs résultats avec THERP. Dans une étude de simulation, Zimolong (1992) a trouvé une correspondance étroite entre les probabilités d'erreur dérivées objectivement et leurs estimations dérivées avec THERP. Zimolong et Trimpop (1994) ont fait valoir que de telles analyses formelles ont la plus grande «objectivité» si elles sont menées correctement, car elles séparent les faits des croyances et tiennent compte de nombreux biais de jugement.

Le sens du risque du public ne dépend pas seulement de la probabilité et de l'ampleur des pertes. Cela peut dépendre de facteurs tels que le degré potentiel de dommages, la méconnaissance des conséquences possibles, la nature involontaire de l'exposition au risque, l'incontrôlabilité des dommages et une éventuelle couverture médiatique biaisée. Le sentiment de contrôle dans une situation peut être un facteur particulièrement important. Pour beaucoup, voler semble très dangereux car on n'a aucun contrôle sur son destin une fois dans les airs. Rumar (1988) a constaté que le risque perçu dans la conduite d'une voiture est généralement faible, car dans la plupart des situations, les conducteurs croient en leur propre capacité à maîtriser leur conduite et sont habitués au risque. D'autres recherches ont porté sur les réactions émotionnelles aux situations à risque. Le potentiel de perte grave génère une variété de réactions émotionnelles, qui ne sont pas toutes nécessairement désagréables. Il y a une ligne fine entre la peur et l'excitation. Encore une fois, un déterminant majeur du risque perçu et des réactions affectives aux situations à risque semble être le sentiment de contrôle ou l'absence de contrôle d'une personne. Par conséquent, pour de nombreuses personnes, le risque peut n'être rien de plus qu'un sentiment.

Prise de décision sous risque

La prise de risque peut être le résultat d'un processus de décision délibérée impliquant plusieurs activités : identification des pistes d'action possibles ; identification des conséquences; évaluation de l'attractivité et des chances des conséquences; ou décider en fonction d'une combinaison de toutes les évaluations précédentes. Les preuves accablantes que les gens font souvent de mauvais choix dans des situations à risque impliquent la possibilité de prendre de meilleures décisions. En 1738, Bernoulli définit la notion de « meilleur pari » comme celle qui maximise l'utilité espérée (UE) de la décision. Le concept de rationalité de l'UE affirme que les gens doivent prendre des décisions en évaluant les incertitudes et en tenant compte de leurs choix, des conséquences possibles et de leurs préférences (von Neumann et Morgenstern 1947). Savage (1954) a ensuite généralisé la théorie pour permettre aux valeurs de probabilité de représenter des probabilités subjectives ou personnelles.

L'utilité subjective attendue (SEU) est une théorie normative qui décrit comment les gens doivent procéder lorsqu'ils prennent des décisions. Slovic, Kunreuther et White (1974) ont déclaré : "La maximisation de l'utilité attendue commande le respect en tant que ligne directrice d'un comportement avisé, car elle est déduite de principes axiomatiques qui seraient vraisemblablement acceptés par tout homme rationnel". De nombreux débats et recherches empiriques se sont concentrés sur la question de savoir si cette théorie pouvait également décrire à la fois les objectifs qui motivent les décideurs réels et les processus qu'ils emploient pour prendre leurs décisions. Simon (1959) l'a critiquée comme une théorie d'une personne choisissant parmi des alternatives fixes et connues, à chacune desquelles des conséquences connues sont attachées. Certains chercheurs se sont même demandé si les gens devaient obéir aux principes de la théorie de l'utilité attendue, et après des décennies de recherche, les applications SEU restent controversées. La recherche a révélé que les facteurs psychologiques jouent un rôle important dans la prise de décision et que bon nombre de ces facteurs ne sont pas correctement pris en compte par les modèles SEU.

En particulier, la recherche sur le jugement et le choix a montré que les gens ont des lacunes méthodologiques telles que la compréhension des probabilités, la négligence de l'effet de la taille des échantillons, la confiance dans des expériences personnelles trompeuses, la tenue de jugements de fait avec une confiance injustifiée et la mauvaise évaluation des risques. Les gens sont plus susceptibles de sous-estimer les risques s'ils ont été volontairement exposés à des risques sur une longue période, par exemple en vivant dans des zones sujettes à des inondations ou à des tremblements de terre. Des résultats similaires ont été rapportés par l'industrie (Zimolong 1985). Les manœuvres, les mineurs et les travailleurs forestiers et de la construction sous-estiment tous considérablement le risque de leurs activités professionnelles les plus courantes par rapport aux statistiques objectives sur les accidents ; cependant, ils ont tendance à surestimer les activités dangereuses évidentes de leurs collègues lorsqu'ils doivent les évaluer.

Malheureusement, les jugements des experts semblent être sujets à bon nombre des mêmes biais que ceux du public, en particulier lorsque les experts sont obligés d'aller au-delà des limites des données disponibles et de se fier à leurs intuitions (Kahneman, Slovic et Tversky 1982). La recherche indique en outre que les désaccords sur le risque ne devraient pas disparaître complètement, même lorsque des preuves suffisantes sont disponibles. Les points de vue initiaux forts résistent au changement car ils influencent la manière dont les informations ultérieures sont interprétées. Une nouvelle preuve apparaît fiable et informative si elle est cohérente avec ses croyances initiales ; les preuves contraires ont tendance à être rejetées comme non fiables, erronées ou non représentatives (Nisbett et Ross 1980). Lorsque les gens manquent d'opinions préalables fortes, la situation inverse prévaut : ils sont à la merci de la formulation du problème. Présenter les mêmes informations sur le risque de différentes manières (par exemple, les taux de mortalité par opposition aux taux de survie) modifie leurs perspectives et leurs actions (Tversky et Kahneman 1981). La découverte de cet ensemble de stratégies mentales, ou heuristiques, que les gens mettent en œuvre pour structurer leur monde et prédire leurs actions futures, a conduit à une compréhension plus profonde de la prise de décision dans des situations à risque. Bien que ces règles soient valables dans de nombreuses circonstances, dans d'autres, elles conduisent à des biais importants et persistants avec de graves implications pour l'évaluation des risques.

Évaluation des risques personnels

L'approche la plus courante pour étudier comment les gens évaluent les risques utilise des techniques d'échelle psychophysique et d'analyse multivariée pour produire des représentations quantitatives des attitudes et de l'évaluation des risques (Slovic, Fischhoff et Lichtenstein 1980). De nombreuses études ont montré que l'évaluation des risques basée sur des jugements subjectifs est quantifiable et prévisible. Ils ont également montré que le concept de risque signifie différentes choses pour différentes personnes. Lorsque les experts évaluent le risque et s'appuient sur leur expérience personnelle, leurs réponses sont fortement corrélées aux estimations techniques des décès annuels. Les jugements de risque des profanes sont davantage liés à d'autres caractéristiques, telles que le potentiel catastrophique ou la menace pour les générations futures; par conséquent, leurs estimations des probabilités de perte ont tendance à différer de celles des experts.

Les évaluations des risques par les profanes peuvent être regroupées en deux facteurs (Slovic 1987). L'un des facteurs reflète la mesure dans laquelle un risque est compris par les gens. La compréhension d'un risque concerne le degré auquel il est observable, connu des personnes exposées et détectable immédiatement. L'autre facteur reflète la mesure dans laquelle le risque évoque un sentiment de terreur. La peur est liée au degré d'incontrôlabilité, de conséquences graves, d'exposition à des risques élevés pour les générations futures et d'augmentation involontaire du risque. Plus le score d'un danger sur ce dernier facteur est élevé, plus son risque évalué est élevé, plus les gens veulent voir ses risques actuels réduits et plus ils veulent voir une réglementation stricte utilisée pour atteindre la réduction souhaitée du risque. Par conséquent, de nombreux conflits sur le risque peuvent résulter de points de vue d'experts et de profanes issus de différentes définitions du concept. Dans de tels cas, les citations d'experts des statistiques des risques ou des résultats des évaluations techniques des risques ne feront pas grand-chose pour changer les attitudes et les évaluations des gens (Slovic 1993).

La caractérisation des dangers en termes de « connaissance » et de « menace » renvoie à la discussion précédente sur les dangers et les signaux de danger dans l'industrie dans cette section, qui ont été discutés en termes de « perceptibilité ». 45 % des indicateurs de danger dans l'industrie sont directement perceptibles par les sens humains, 3 % des cas doivent être déduits de comparaisons avec des normes et XNUMX % de mémoire. La perception, la connaissance, les menaces et les sensations fortes des dangers sont des dimensions qui sont étroitement liées à l'expérience des dangers et au contrôle perçu par les personnes ; cependant, pour comprendre et prédire le comportement individuel face au danger, nous devons acquérir une compréhension plus approfondie de leurs relations avec la personnalité, les exigences des tâches et les variables sociétales.

Les techniques psychométriques semblent bien adaptées pour identifier les similitudes et les différences entre les groupes en ce qui concerne à la fois les habitudes personnelles d'évaluation des risques et les attitudes. Cependant, d'autres méthodes psychométriques telles que l'analyse multidimensionnelle des jugements de similarité des dangers, appliquées à des ensembles de dangers assez différents, produisent des représentations différentes. L'approche factorielle analytique, bien qu'informative, ne fournit en aucun cas une représentation universelle des dangers. Une autre faiblesse des études psychométriques est que les gens ne font face au risque que dans des déclarations écrites et séparent l'évaluation du risque du comportement dans des situations à risque réelles. Les facteurs qui affectent l'évaluation réfléchie du risque d'une personne dans une expérience psychométrique peuvent être insignifiants lorsqu'ils sont confrontés à un risque réel. Howarth (1988) suggère qu'une telle connaissance verbale consciente reflète généralement des stéréotypes sociaux. En revanche, les réactions de prise de risque dans les situations de circulation ou de travail sont contrôlées par les connaissances tacites qui sous-tendent les comportements qualifiés ou routiniers.

La plupart des décisions personnelles en matière de risques dans la vie quotidienne ne sont pas du tout des décisions conscientes. Dans l'ensemble, les gens ne sont même pas conscients du risque. En revanche, la notion sous-jacente d'expériences psychométriques est présentée comme une théorie du choix délibéré. Les évaluations des risques habituellement réalisées au moyen d'un questionnaire sont délibérément conduites de manière « fauteuil ». À bien des égards, cependant, les réactions d'une personne à des situations à risque sont plus susceptibles de résulter d'habitudes apprises qui sont automatiques et qui sont inférieures au niveau général de conscience. Normalement, les gens n'évaluent pas les risques, et on ne peut donc pas prétendre que leur façon d'évaluer les risques est inexacte et doit être améliorée. La plupart des activités liées aux risques sont nécessairement exécutées au niveau inférieur du comportement automatisé, où il n'y a tout simplement pas de place pour la prise en compte des risques. L'idée que les risques, identifiés après la survenance d'accidents, sont acceptés après une analyse consciente, peut être née d'une confusion entre SEU normatif et modèles descriptifs (Wagenaar 1992). Moins d'attention a été accordée aux conditions dans lesquelles les gens agiront automatiquement, suivront leur intuition ou accepteront le premier choix qui leur est proposé. Cependant, il est largement admis dans la société et parmi les professionnels de la santé et de la sécurité que la prise de risque est un facteur primordial dans les accidents et les erreurs. Dans un échantillon représentatif de Suédois âgés de 18 à 70 ans, 90 % conviennent que la prise de risque est la principale source d'accidents (Hovden et Larsson 1987).

Comportement préventif

Les individus peuvent délibérément prendre des mesures préventives pour exclure les dangers, pour atténuer l'énergie des dangers ou pour se protéger par des mesures de précaution (par exemple, en portant des lunettes de sécurité et un casque). Souvent, les personnes sont tenues par les directives d'une entreprise ou même par la loi de se conformer aux mesures de protection. Par exemple, un couvreur construit un échafaudage avant de travailler sur un toit pour éviter l'éventualité d'une chute. Ce choix peut être le résultat d'un processus conscient d'évaluation des risques et de ses propres capacités d'adaptation, ou, plus simplement, il peut être le résultat d'un processus d'accoutumance, ou il peut être une exigence imposée par la loi. Souvent, des avertissements sont utilisés pour indiquer des actions préventives obligatoires.

Plusieurs formes d'activités de prévention dans l'industrie ont été analysées par Hoyos et Ruppert (1993). Certains d'entre eux sont présentés dans la figure 3, ainsi que leur fréquence d'utilisation. Comme indiqué, le comportement préventif est en partie autocontrôlé et en partie imposé par les normes et exigences légales de l'entreprise. Les activités préventives comprennent certaines des mesures suivantes : planifier les procédures de travail et les étapes à suivre ; utilisation d'EPI ; application de techniques de travail sécuritaires; sélection de procédures de travail sécuritaires au moyen de matériel et d'outils appropriés; établir un rythme de travail approprié; et l'inspection des installations, de l'équipement, des machines et des outils.

Figure 3. Exemples typiques de comportements préventifs personnels dans l'industrie et fréquence des mesures préventives

SAF080T3

Équipement de protection individuelle (EPI) et produits de sécurité au travail

La mesure préventive la plus fréquemment requise est l'utilisation d'EPI. Avec une manipulation et un entretien corrects, c'est de loin l'exigence la plus courante dans l'industrie. Il existe des différences majeures dans l'utilisation des EPI entre les entreprises. Dans certaines des meilleures entreprises, principalement dans les usines chimiques et les raffineries de pétrole, l'utilisation des EPI approche les 100 %. En revanche, dans l'industrie de la construction, les responsables de la sécurité ont des problèmes même lorsqu'ils tentent d'introduire régulièrement des EPI particuliers. Il est douteux que la perception du risque soit le principal facteur qui fasse la différence. Certaines des entreprises ont réussi à imposer l'utilisation d'EPI qui devient alors habituelle (par exemple, le port de casques de sécurité) en établissant la « bonne culture de sécurité » et en modifiant par la suite l'évaluation personnelle des risques. Slovic (1987) dans sa courte discussion sur l'usage des ceintures de sécurité montre qu'environ 20 % des usagers de la route portent volontairement la ceinture de sécurité, 50 % ne l'utiliseraient que si elle était rendue obligatoire par la loi, et au-delà de ce nombre, seul le contrôle et la punition servira à améliorer l'utilisation automatique.

Ainsi, il est important de comprendre quels facteurs régissent la perception du risque. Cependant, il est tout aussi important de savoir comment modifier les comportements et, par la suite, comment modifier la perception du risque. Il semble que de nombreuses autres mesures de précaution doivent être prises au niveau de l'organisation, parmi les planificateurs, les concepteurs, les gestionnaires et les autorités qui prennent des décisions qui ont des implications pour plusieurs milliers de personnes. Jusqu'à présent, on comprend mal à ces niveaux les facteurs dont dépendent la perception et l'évaluation des risques. Si les entreprises sont considérées comme des systèmes ouverts, où différents niveaux d'organisation s'influencent mutuellement et sont en échange constant avec la société, une approche systémique peut révéler les facteurs qui constituent et influencent la perception et l'évaluation des risques.

Étiquettes d'avertissement

L'utilisation d'étiquettes et d'avertissements pour lutter contre les dangers potentiels est une procédure controversée de gestion des risques. Trop souvent, ils sont perçus comme un moyen pour les fabricants d'éviter la responsabilité de produits présentant des risques déraisonnables. De toute évidence, les étiquettes ne réussiront que si les informations qu'elles contiennent sont lues et comprises par les membres du public visé. Frantz et Rhoades (1993) ont constaté que 40 % du personnel de bureau remplissant un classeur a remarqué une étiquette d'avertissement placée sur le tiroir supérieur du meuble, 33 % en ont lu une partie et personne n'a lu l'étiquette en entier. Contrairement aux attentes, 20 % se sont entièrement conformés en ne plaçant aucun matériel dans le tiroir du haut en premier. Évidemment, il est insuffisant de balayer les éléments les plus importants de l'avis. Lehto et Papastavrou (1993) ont fourni une analyse approfondie des résultats relatifs aux panneaux d'avertissement et aux étiquettes en examinant les facteurs liés au récepteur, à la tâche, au produit et au message. En outre, ils ont apporté une contribution significative à la compréhension de l'efficacité des avertissements en considérant différents niveaux de comportement.

La discussion sur le comportement qualifié suggère qu'un avertissement aura peu d'impact sur la façon dont les gens exécutent une tâche familière, car il ne sera tout simplement pas lu. Lehto et Papastavrou (1993) ont conclu à partir des résultats de la recherche que l'interruption de l'exécution de tâches familières peut effectivement augmenter le fait que les travailleurs remarquent des signes ou des étiquettes d'avertissement. Dans l'expérience de Frantz et Rhoades (1993), le fait de remarquer les étiquettes d'avertissement sur les classeurs augmentait à 93 % lorsque le tiroir du haut était fermé hermétiquement avec un avertissement indiquant qu'une étiquette pouvait être trouvée dans le tiroir. Les auteurs ont cependant conclu que les moyens d'interrompre le comportement basé sur les compétences ne sont pas toujours disponibles et que leur efficacité après une première utilisation peut diminuer considérablement.

À un niveau de performance basé sur des règles, les informations d'avertissement doivent être intégrées dans la tâche (Lehto 1992) afin qu'elles puissent être facilement associées à des actions pertinentes immédiates. En d'autres termes, les utilisateurs doivent essayer d'exécuter la tâche en suivant les instructions de l'étiquette d'avertissement. Frantz (1992) a constaté que 85 % des sujets exprimaient le besoin d'une exigence sur le mode d'emploi d'un produit de préservation du bois ou d'un déboucheur. Du côté négatif, des études de compréhension ont révélé que les gens peuvent mal comprendre les symboles et le texte utilisés dans les panneaux d'avertissement et les étiquettes. En particulier, Koslowski et Zimolong (1992) ont constaté que les travailleurs de la chimie ne comprenaient la signification que d'environ 60 % des panneaux d'avertissement les plus importants utilisés dans l'industrie chimique.

À un niveau de comportement basé sur la connaissance, les gens semblent susceptibles de remarquer les avertissements lorsqu'ils les recherchent activement. Ils s'attendent à trouver des avertissements à proximité du produit. Frantz (1992) a constaté que les sujets dans des contextes non familiers se conformaient aux instructions 73 % du temps s'ils les lisaient, comparativement à seulement 9 % lorsqu'ils ne les lisaient pas. Une fois lue, l'étiquette doit être comprise et rappelée. Plusieurs études sur la compréhension et la mémoire impliquent également que les gens peuvent avoir du mal à se souvenir des informations qu'ils lisent sur les étiquettes d'instructions ou d'avertissement. Aux États-Unis, le National Research Council (1989) fournit une certaine assistance dans la conception des avertissements. Ils soulignent l'importance de la communication bidirectionnelle pour améliorer la compréhension. Le communicateur doit faciliter le retour d'information et les questions de la part du destinataire. Les conclusions du rapport sont résumées dans deux listes de contrôle, l'une à l'usage des gestionnaires, l'autre servant de guide au destinataire de l'information.

 

Noir

Lire 13169 fois Dernière modification le lundi 22 août 2011 14:01

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Politique de sécurité et références de leadership

Abbey, A et JW Dickson. 1983. Climat de travail R&D et innovation dans les semi-conducteurs. Acad Manage J 26:362–368.

Andriessen, JHTH. 1978. Comportement sécuritaire et motivation à la sécurité. J Occup Acc 1:363–376.

Bailey, C. 1993. Améliorer l'efficacité des programmes de sécurité grâce à des enquêtes de perception. Prof Saf Octobre: ​​28–32.

Bluen, SD et C Donald. 1991. La nature et la mesure du climat des relations industrielles en entreprise. S Afr J Psychol 21(1):12–20.

Brown, RL et H Holmes. 1986. Utilisation d'une procédure d'analyse factorielle pour évaluer la validité d'un modèle de climat de sécurité des employés. Accident Anal Préc 18(6):445–470.

CCPS (Centre pour la sécurité des procédés chimiques). Sd Directives pour une automatisation sûre des procédés chimiques. New York : Centre pour la sécurité des procédés chimiques de l'American Institution of Chemical Engineers.

Mâcher, DCE. 1988. Quelles sont les mesures qui assurent le mieux la sécurité du travail ? Etude menée dans trois pays en développement d'Asie. Rev Int Travail 127:129–145.

Poulet, JC et M. Haynes. 1989. La méthode de classement des risques dans la prise de décision. Oxford : Pergame.

Cohen, A. 1977. Facteurs de réussite des programmes de sécurité au travail. J Saf Res 9:168–178.

Cooper, MD, RA Phillips, VF Sutherland et PJ Makin. 1994. Réduire les accidents grâce à l'établissement d'objectifs et à la rétroaction : une étude sur le terrain. J Occup Organ Psychol 67:219–240.

Cru, D et Dejours C. 1983. Les savoir-faire de prudence dans les métiers du bâtiment. Cahiers médico-sociaux 3:239–247.

Dake, K. 1991. Orienter les dispositions dans la perception du risque : une analyse des visions du monde contemporaines et des préjugés culturels. J Cross Cult Psychol 22: 61–82.

—. 1992. Mythes de la nature : culture et construction sociale du risque. J Soc Issues 48: 21–37.

Dedobbeleer, N et F Béland. 1989. L'interrelation entre les attributs du milieu de travail et les perceptions du climat de sécurité des travailleurs dans l'industrie de la construction. Dans Actes de la 22e Conférence annuelle de l'Association canadienne des facteurs humains. Toronto.

—. 1991. Une mesure climat de sécurité pour les chantiers. J Saf Res 22:97–103.

Dedobbeleer, N, F Béland et P German. 1990. Existe-t-il une relation entre les attributs des chantiers de construction et les pratiques de sécurité des travailleurs et les perceptions du climat ? Dans Advances in Industrial Ergonomics and Safety II, édité par D Biman. Londres : Taylor & Francis.

Dejours, C. 1992. Intelligence ouvrière et organisation du travail. Paris : Harmattan.

De Joy, DM. 1987. Attributions et réponses des superviseurs pour les accidents du travail multicausaux. J Occup Acc 9:213–223.

—. 1994. Gestion de la sécurité sur le lieu de travail : analyse et modèle de la théorie de l'attribution. J Saf Res 25:3–17.

Denison, DR. 1990. Culture d'entreprise et efficacité organisationnelle. New York : Wiley.

Dieterly, D et B Schneider. 1974. L'effet de l'environnement organisationnel sur le pouvoir et le climat perçus : une étude en laboratoire. Organ Behav Hum Perform 11: 316–337.

Dodier, N. 1985. La construction pratique des conditions de travail : Préservation de la santé et vie quotidienne des ouvriers dans les ateliers. Sci Soc Santé 3:5–39.

Dunette, MD. 1976. Manuel de psychologie industrielle et organisationnelle. Chicago : Rand McNally.

Dwyer, T. 1992. Vie et mort au travail. Les accidents industriels comme cas d'erreur socialement produite. New York : presse plénière.

Eakin, JM. 1992. Laisser le soin aux travailleurs : perspective sociologique sur la gestion de la santé et de la sécurité dans les petites entreprises. Int J Health Serv 22:689–704.

Edwards, W. 1961. Théorie de la décision comportementale. Annu Rev Psychol 12:473–498.

Embrey, DE, P Humphreys, EA Rosa, B Kirwan et K Rea. 1984. Une approche pour évaluer les probabilités d'erreur humaine à l'aide d'un jugement d'expert structuré. Dans Commission de réglementation nucléaire NUREG/CR-3518, Washington, DC : NUREG.

Eyssen, G, J Eakin-Hoffman et R Spengler. 1980. Attitudes du manager et survenue d'accidents dans une compagnie de téléphone. J Occup Acc 2:291–304.

Field, GRH et MA Abelson. 1982. Climat : une reconceptualisation et un modèle proposé. Hum Relat 35:181–201.

Fischhoff, B et D MacGregor. 1991. Létalité jugée : ce que les gens semblent savoir dépend de la façon dont on leur demande. Risque Anal 3 : 229–236.

Fischhoff, B, L Furby et R Gregory. 1987. Évaluation des risques volontaires de blessure. Accident Anal Préc 19:51–62.

Fischhoff, B, S Lichtenstein, P Slovic, S Derby et RL Keeney. 1981. Risque acceptable. Cambridge : COUPE.

Flanagan, O. 1991. La science de l'esprit. Cambridge : Presse du MIT.

Frantz, JP. 1992. Effet de l'emplacement, de l'explicitation de la procédure et du format de présentation sur le traitement par l'utilisateur et le respect des avertissements et des instructions du produit. doctorat Thèse, Université du Michigan, Ann Arbor.

Frantz, JP et TP Rhoades.1993. Les facteurs humains. Une approche analytique des tâches pour le placement temporel et spatial des avertissements de produits. Facteurs humains 35:713–730.

Frederiksen, M, O Jensen et AE Beaton. 1972. Prédiction du comportement organisationnel. Elmsford, NY : Pergame.
Freire, P. 1988. Pédagogie des opprimés. New York : Continuum.

Glick, WH. 1985. Conceptualiser et mesurer le climat organisationnel et psychologique : les écueils de la recherche à plusieurs niveaux. Acad Manage Rev 10(3):601–616.

Gouvernement du Québec. 1978. Santé et sécurité au travail : Politique québécoise de la santé et de la sécurité des travailleurs. Québec : Éditeur officiel du Québec.

Haas, J. 1977. Apprendre les vrais sentiments : Une étude des réactions des ferronniers de l'acier à la peur et au danger. Social Work Occup 4:147–170.

Hacker, W. 1987. Arbeitpsychologie. Stuttgart : Hans Huber.

Haight, FA. 1986. Risque, en particulier risque d'accident de la circulation. Accident Anal Préc 18:359–366.

Hale, AR et AI Glendon. 1987. Comportement individuel dans le contrôle du danger. Vol. 2. Série sur la sécurité industrielle. Amsterdam : Elsevier.

Hale, AR, B Hemning, J Carthey et B Kirwan. 1994. Extension du modèle de comportement dans le contrôle du danger. Volume 3—Description détaillée du modèle. Delft University of Technology, Safety Science Group (rapport pour HSE). Birmingham, Royaume-Uni : Université de Birmingham, Groupe d'ergonomie industrielle.
Hansen, L. 1993a. Au-delà de l'engagement. Occup Hazards 55(9):250.

—. 1993b. Gestion de la sécurité : un appel à la révolution. Pr Saf 38(30):16–21.

Harrison, EF. 1987. Le processus de prise de décision managériale. Boston : Houghton Mifflin.

Heinrich, H, D Petersen et N Roos. 1980. Prévention des accidents industriels. New York : McGraw Hill.

Hovden, J et TJ Larsson. 1987. Risque : culture et concepts. Dans Risk and Decisions, édité par WT Singleton et J Hovden. New York : Wiley.

Howarth, CI. 1988. La relation entre risque objectif, risque subjectif, comportement. Ergonomie 31 : 657–661.

Hox, JJ et IGG Kreft. 1994. Méthodes d'analyse multiniveaux. Méthodes sociales Res 22(3):283–300.

Hoyos, CG et B Zimolong. 1988. Sécurité au travail et prévention des accidents. Stratégies et méthodes comportementales. Amsterdam : Elsevier.

Hoyos, CG et E Ruppert. 1993. Der Fragebogen zur Sicherheitsdiagnose (FSD). Berne : Huber.

Hoyos, CT, U Bernhardt, G Hirsch et T Arnhold. 1991. Vorhandenes und erwünschtes sicherheits-relevantes Wissen in Industriebetrieben. Zeitschrift für Arbeits-und Organisationpsychologie 35: 68–76.

Huber, O. 1989. Opérateurs de traitement de l'information dans la prise de décision. Dans Process and Structure of Human Decision Making, édité par H Montgomery et O Svenson. Chichester : Wiley.

Hunt, HA et RV Habeck. 1993. L'étude sur la prévention des incapacités du Michigan : Faits saillants de la recherche. Rapport inédit. Kalamazoo, MI : Institut EE Upjohn pour la recherche sur l'emploi.

Commission électrotechnique internationale (CEI). Sd Projet de norme CEI 1508 ; Sécurité fonctionnelle : systèmes liés à la sécurité. Genève : CEI.

Société d'instruments d'Amérique (ISA). Sd Projet de norme : Application des systèmes instrumentés de sécurité pour les industries de transformation. Caroline du Nord, États-Unis : ISA.

Organisation internationale de normalisation (ISO). 1990. ISO 9000-3 : Normes de gestion de la qualité et d'assurance qualité : Lignes directrices pour l'application de la norme ISO 9001 au développement, à la fourniture et à la maintenance de logiciels. Genève : ISO.

James, LR. 1982. Biais d'agrégation dans les estimations de l'accord perceptuel. J Appl Psychol 67:219–229.

James, LR et AP Jones. 1974. Climat organisationnel : Un examen de la théorie et de la recherche. Psychol Bull 81(12):1096–1112.
Janis, IL et L Mann. 1977. Prise de décision : une analyse psychologique du conflit, du choix et de l'engagement. New York : Presse gratuite.

Johnson, BB. 1991. Recherche sur le risque et la culture : quelques précautions. J Cross Cult Psychol 22: 141–149.

Johnson, EJ et A Tversky. 1983. Affect, généralisation et perception du risque. J Personal Soc Psychol 45:20–31.

Jones, AP et LR James. 1979. Climat psychologique : dimensions et relations des perceptions individuelles et agrégées de l'environnement de travail. Organ Behav Hum Perform 23: 201–250.

Joyce, WF et JWJ Slocum. 1984. Climat collectif : Accord comme base pour définir les climats agrégés dans les organisations. Acad Manage J 27:721–742.

Jungermann, H et P Slovic. 1987. Die Psychologie der Kognition und Evaluation von Risiko. Manuscrit inédit. Technische Universität Berlin.

Kahneman, D et A Tversky. 1979. Théorie des perspectives : une analyse de la décision sous risque. Econometrica 47:263–291.

—. 1984. Choix, valeurs et cadres. Am Psychol 39:341–350.

Kahnemann, D, P Slovic et A Tversky. 1982. Jugement sous incertitude : heuristique et biais. New York : Cambridge University Press.

Kasperson, RE. 1986. Six propositions sur la participation du public et leur pertinence pour la communication des risques. Risque Anal 6: 275–281.

Kleinhesselink, RR et EA Rosa. 1991. Représentation cognitive de la perception du risque. J Cross Cult Psychol 22: 11–28.

Komaki, J, KD Barwick et LR Scott. 1978. Une approche comportementale de la sécurité au travail : identifier et renforcer les performances de sécurité dans une usine de fabrication de produits alimentaires. J Appl Psychol 4:434–445.

Komaki, JL. 1986. Promotion de la sécurité au travail et de la prévention des accidents. Dans Health and Industry: A Behavioral Medicine Perspective, édité par MF Cataldo et TJ Coats. New York : Wiley.

Konradt, U. 1994. Handlungsstrategien bei der Störungsdiagnostic an flexiblen Fertigungs-einrichtungen. Zeitschrift für Arbeits-und Organisations-pychologie 38 : 54-61.

Koopman, P et J Pool. 1991. Prise de décision organisationnelle : Modèles, contingences et stratégies. Dans la prise de décision distribuée. Cognitive Models for Cooperative Work, édité par J Rasmussen, B Brehmer et J Leplat. Chichester : Wiley.

Koslowski, M et B Zimolong. 1992. Gefahrstoffe am Arbeitsplatz : Organisatorische Einflüsse auf Gefahrenbewußstein und Risikokompetenz. Dans Workshop Psychologie der Arbeitssicherheit, édité par B Zimolong et R Trimpop. Heidelberg : Asanger.

Koys, DJ et TA DeCotiis. 1991. Mesures inductives du climat psychologique. Hum Relat 44(3):265–285.

Krause, TH, JH Hidley et SJ Hodson. 1990. Le processus de sécurité basé sur le comportement. New York : Van Norstrand Reinhold.
Lanier, EB. 1992. Réduire les blessures et les coûts grâce à la sécurité des équipes. ASSE J juillet : 21–25.

Lark, J. 1991. Leadership en matière de sécurité. Pr Saf 36(3):33–35.

Lawler, EE. 1986. Gestion à haute implication. San Fransisco : Jossey Bass.

Lehto, MR. 1992. Concevoir des panneaux d'avertissement et des étiquettes d'avertissement : Base scientifique pour la ligne directrice initiale. Int J Ind Erg 10:115–119.

Lehto, MR et JD Papastavrou. 1993. Modèles du processus d'alerte : Implications importantes vers l'efficacité. Sciences de la sécurité 16 : 569–595.

Lewin, K. 1951. Théorie des champs en sciences sociales. New York : Harper et Row.

Likert, R. 1967. L'organisation humaine. New York : McGraw Hill.

Lopes, LL et P-HS Ekberg. 1980. Test d'une hypothèse d'ordre dans la prise de décision risquée. Acta Physiol 45 : 161–167.

Machlis, GE et EA Rosa. 1990. Risque souhaité : Élargir le cadre d'amplification sociale du risque. Risque Anal 10: 161-168.

Mars, J et H Simon. 1993. Organisations. Cambridge : Blackwell.

March, JG et Z Shapira. 1992. Préférences de risque variables et centre d'attention. Psychol Rev 99: 172–183.

Manson, WM, GY Wong et B Entwisle. 1983. Analyse contextuelle à travers le modèle linéaire multiniveaux. Dans Méthodologie sociologique, 1983–1984. San Francisco : Jossey-Bass.

Mattila, M, M Hyttinen et E Rantanen. 1994. Comportement de surveillance efficace et sécurité sur le chantier. Int J Ind Erg 13:85–93.

Mattila, M, E Rantanen et M Hyttinen. 1994. La qualité du milieu de travail, l'encadrement et la sécurité dans le bâtiment. Saf Sei 17:257–268.

McAfee, RB et AR Winn. 1989. L'utilisation d'incitations/rétroaction pour améliorer la sécurité au travail : Une critique de la littérature. J Saf Res 20(1):7–19.

Mc Sween, TE. 1995. Le processus de sécurité basé sur les valeurs. New York : Van Norstrand Reinhold.

Melia, JL, JM Tomas et A Oliver. 1992. Concepciones del clima organizacional hacia la seguridad laboral: Replication del modelo confirmatorio de Dedobbeleer y Béland. Revista de Psicologia del Trabajo y de las Organizaciones 9(22).

Minter, SG. 1991. Création de la culture sécurité. Occup Hazards du 17 au 21 août.

Montgomery, H et O Svenson. 1989. Processus et structure de la prise de décision humaine. Chichester : Wiley.

Moravec, M. 1994. Le partenariat employeur-employé du XXIe siècle. HR Mag Janvier : 21–125.

Morgan, G. 1986. Images des organisations. Beverly Hills : Sauge.

Nadler, D et ML Tushman. 1990. Au-delà du leader charismatique. Leadership et changement organisationnel. Calif Manage Rev 32: 77–97.

Näsänen, M et J Saari. 1987. Les effets de la rétroaction positive sur l'entretien ménager et les accidents dans un chantier naval. J Occup Acc 8:237–250.

Conseil National de Recherche. 1989. Amélioration de la communication des risques. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

Naylor, JD, RD Pritchard et DR Ilgen. 1980. Une théorie du comportement dans les organisations. New York : Presse académique.

Neumann, PJ et PE Politser. 1992. Risque et optimalité. Dans Risk-taking Behaviour, édité par FJ Yates. Chichester : Wiley.

Nisbett, R et L Ross. 1980. Inférence humaine : stratégies et lacunes du jugement social. Falaises d'Englewood : Prentice-Hall.

Nunnally, JC. 1978. Théorie psychométrique. New York : McGraw Hill.

Oliver, A, JM Tomas et JL Melia. 1993. Una segunda validacion cruzada de la escala de clima organizacional de seguridad de Dedobbeleer y Béland. Ajuste confirmatorio de los modelos unofactoriel, bifactoriel et trifactoriel. Psicologique 14:59–73.

Otway, HJ et D von Winterfeldt. 1982. Au-delà du risque acceptable : Sur l'acceptabilité sociale des technologies. Politique Sci 14:247–256.

Perrow, C. 1984. Accidents normaux : Vivre avec des technologies à haut risque. New York : Livres de base.

Petersen, D. 1993. L'établissement d'une bonne « culture de la sécurité » aide à atténuer les dangers sur le lieu de travail. Occup Health Saf 62(7):20–24.

Pigeon, NF. 1991. Culture de sécurité et gestion des risques dans les organisations. J Cross Cult Psychol 22: 129–140.

Rabash, J et G Woodhouse. 1995. Référence de commande MLn. Version 1.0 mars 1995, ESRC.

Rachman, SJ. 1974. La signification de la peur. Harmondsworth : Pingouin.

Rasmussen, J. 1983. Compétences, règles, connaissances, signaux, signes et symboles et autres distinctions. IEEE T Syst Man Cyb 3:266–275.

Raison, JT. 1990. Erreur humaine. Cambridge : COUPE.

Rees, JV. 1988. Autoréglementation : une alternative efficace à la réglementation directe par l'OSHA ? Stud J 16: 603–614.

Renn, O. 1981. L'homme, la technologie et le risque : une étude sur l'évaluation intuitive des risques et les attitudes à l'égard de l'énergie nucléaire. Spezielle Berichte der Kernforschungsanlage Jülich.

Rittel, HWJ et MM Webber. 1973. Dilemmes dans une théorie générale de la planification. Pol Sci 4:155-169.

Robertson, A et M Minkler. 1994. Nouveau mouvement de promotion de la santé : un examen critique. Health Educ Q 21(3):295–312.

Rogers, CR. 1961. Devenir une personne. Boston : Houghton Mifflin.

Rohrmann, B. 1992a. L'évaluation de l'efficacité de la communication des risques. Acta Physiol 81:169–192.

—. 1992b. Risiko Kommunikation, Aufgaben-Konzepte-Evaluation. In Psychologie der Arbeitssicherheit, édité par B Zimolong et R Trimpop. Heidelberg : Asanger.

—. 1995. Recherche sur la perception des risques : examen et documentation. In Arbeiten zur Risikokommunikation. Heft 48. Jülich : Forschungszentrum Jülich.

—. 1996. Perception et évaluation des risques : une comparaison interculturelle. In Arbeiten zur Risikokommunikation Heft 50. Jülich : Forschungszentrum Jülich.

Rosenhead, J. 1989. Analyse rationnelle pour un monde problématique. Chichester : Wiley.

Rumar, K. 1988. Risque collectif mais sécurité individuelle. Ergonomie 31 : 507–518.

Rummel, RJ. 1970. Analyse factorielle appliquée. Evanston, IL : Presse universitaire du nord-ouest.

Ruppert, E. 1987. Gefahrenwahrnehmung—ein Modell zur Anforderungsanalyse für die verhaltensabbhängige Kontrolle von Arbeitsplatzgefahren. Zeitschrift für Arbeitswissenschaft 2 : 84-87.

Saari, J. 1976. Caractéristiques des tâches associées à la survenue d'accidents. J Occup Acc 1:273–279.

Saari, J. 1990. Sur les stratégies et méthodes dans le travail de sécurité en entreprise : des stratégies informationnelles aux stratégies motivationnelles. J Occup Acc 12:107–117.

Saari, J et M Näsänen. 1989. L'effet de la rétroaction positive sur l'entretien ménager industriel et les accidents : une étude à long terme dans un chantier naval. Int J Ind Erg 4:3:201–211.

Sarkis, H. 1990. Ce qui cause vraiment les accidents. Présentation au Wausau Insurance Safety Excellence Seminar. Canandaigua, NY, États-Unis, juin 1990.

Sass, R. 1989. Les implications de l'organisation du travail pour la politique de santé au travail : le cas du Canada. Int J Health Serv 19(1):157–173.

Sauvage, LJ. 1954. Les fondements de la statistique. New York : Wiley.

Schäfer, RE. 1978. De quoi parle-t-on quand on parle de « risque » ? Une étude critique des théories des risques et des préférences de risque. RM-78-69. Laxenberg, Autriche : Institut international d'analyse appliquée des systèmes.

Schein, EH. 1989. Culture organisationnelle et leadership. San Francisco : Jossey-Bass.

Schneider, B. 1975a. Climats organisationnels : un essai. Pers Psychol 28:447–479.

—. 1975b. Climat organisationnel : Préférences individuelles et réalités organisationnelles revisitées. J Appl Psychol 60:459–465.

Schneider, B et AE Reichers. 1983. Sur l'étiologie des climats. Pers Psychol 36:19–39.

Schneider, B, JJ Parkington et VM Buxton. 1980. Perception par les employés et les clients du service dans les banques. Adm Sci Q 25:252–267.

Shannon, HS, V Walters, W Lewchuk, J Richardson, D Verma, T Haines et LA Moran. 1992. Approches en matière de santé et de sécurité au travail. Rapport inédit. Toronto : Université McMaster.

Bref, JF. 1984. Le tissu social à risque : vers la transformation sociale de l'analyse des risques. Amer Social R 49:711–725.

Simard, M. 1988. La prise de risque dans le travail : un phénomène organisationnel. Dans La prise de risque dans le travail, édité par P Goguelin et X Cuny. Marseille : Éditions Octares.

Simard, M et A Marchand. 1994. Le comportement des superviseurs de première ligne dans la prévention des accidents et l'efficacité de la sécurité au travail. Saf Sei 19:169–184.

Simard, M et A Marchand. 1995. L'adaptation des superviseurs à la gestion participative de la prévention des accidents. Relations Industrielles 50 : 567-589.

Simon, HA. 1959. Théories de la prise de décision en économie et sciences du comportement. Am Econ Rev 49: 253–283.

Simon, HA et al. 1992. Prise de décision et résolution de problèmes. Dans Decision Making: Alternatives to Rational Choice Models, édité par M Zev. Londres : Sauge.

Simonds, RH et Y Shafai-Sahrai. 1977. Facteurs affectant apparemment la fréquence des blessures dans onze paires appariées d'entreprises. J Saf Res 9(3):120–127.

Slovic, P. 1987. Perception du risque. Sciences 236 : 280–285.

—. 1993. Perceptions des risques environnementaux : Perspectives psychologiques. In Behavior and Environment, édité par GE Stelmach et PA Vroon. Amsterdam : Hollande du Nord.

Slovic, P, B Fischhoff et S Lichtenstein. 1980. Risque perçu. Dans Societal Risk Assessment: How Safe Is Safe Enough?, édité par RC Schwing et WA Albers Jr. New York: Plenum Press.

—. 1984. Perspectives de la théorie de la décision comportementale sur le risque et la sécurité. Acta Physiol 56 : 183–203.

Slovic, P, H Kunreuther et GF White. 1974. Processus de décision, rationalité et adaptation aux risques naturels. Dans Natural Hazards, Local, National and Global, édité par GF White. New York : presse universitaire d'Oxford.

Smith, MJ, HH Cohen, A Cohen et RJ Cleveland. 1978. Caractéristiques des programmes de sécurité réussis. J Saf Res 10:5–15.

Smith, RB. 1993. Profil de l'industrie de la construction : Aller au fond des taux élevés d'accidents. Occup Health Saf juin : 35–39.

Smith, TA. 1989. Pourquoi vous devriez mettre votre programme de sécurité sous contrôle statistique. Pr Saf 34(4):31–36.

Starr, C. 1969. Bénéfice social contre risque technologique. Sciences 165:1232–1238.

Sulzer-Azaroff, B. 1978. Écologie comportementale et prévention des accidents. J Organ Behav Manage 2: 11–44.

Sulzer-Azaroff, B et D Fellner. 1984. Recherche d'objectifs de performance dans l'analyse comportementale de la santé et de la sécurité au travail : une stratégie d'évaluation. J Organ Behav Manage 6: 2: 53–65.

Sulzer-Azaroff, B, TC Harris et KB McCann. 1994. Au-delà de la formation : Techniques de gestion de la performance organisationnelle. Occup Med: State Art Rev 9: 2: 321–339.

Swain, AD et HE Guttmann. 1983. Manuel d'analyse de la fiabilité humaine avec accent sur les applications des centrales nucléaires. Sandia National Laboratories, NUREG/CR-1278, Washington, DC : US Nuclear Regulatory Commission.

Taylor, DH. 1981. L'herméneutique des accidents et de la sécurité. Ergonomie 24:48–495.

Thompson, JD et A Tuden. 1959. Stratégies, structures et processus de décisions organisationnelles. Dans Comparative Studies in Administration, édité par JD Thompson, PB Hammond, RW Hawkes, BH Junker et A Tuden. Pittsburgh : presse universitaire de Pittsburgh.

Trimpop, RM. 1994. La psychologie du comportement à risque. Amsterdam : Elsevier.

Tuohy, C et M Simard. 1992. L'impact des comités mixtes de santé et de sécurité en Ontario et au Québec. Rapport inédit, Association canadienne des administrateurs de la législation du travail, Ottawa.

Tversky, A et D Kahneman. 1981. Le cadrage des décisions et la psychologie du choix. Sciences 211 : 453–458.

Vlek, C et G Cvetkovitch. 1989. Méthodologie de décision sociale pour les projets technologiques. Dordrecht, Hollande : Kluwer.

Vlek, CAJ et PJ Stallen. 1980. Aspects rationnels et personnels du risque. Acta Physiol 45:273–300.

von Neumann, J et O Morgenstern. 1947. Théorie des jeux et comportement ergonomique. Princeton, NJ : Presse universitaire de Princeton.

von Winterfeldt, D et W Edwards. 1984. Modèles de conflit sur les technologies à risque. Risque Anal 4: 55–68.

von Winterfeldt, D, RS John et K Borcherding. 1981. Composantes cognitives des cotes de risque. Risque Anal 1:277–287.

Wagenaar, W. 1990. Évaluation des risques et causes d'accidents. Ergonomie 33, n° 10/11.

Wagenaar, WA. 1992. Prise de risque et causalité des accidents. Dans Comportement à risque, édité par JF Yates. Chichester : Wiley.

Wagenaar, W, J Groeneweg, PTW Hudson et JT Reason. 1994. Promotion de la sécurité dans l'industrie pétrolière. Ergonomics 37, n° 12 : 1,999 2,013–XNUMX XNUMX.

Walton, RE. 1986. Du contrôle à l'engagement au travail. Harvard Bus Rev 63: 76–84.

Wilde, GJS. 1986. Au-delà du concept d'homéostasie du risque : Suggestions de recherche et d'application à la prévention des accidents et des maladies liées au mode de vie. Accident Anal Préc 18:377–401.

—. 1993. Effets des communications des médias de masse sur les habitudes de santé et de sécurité : un aperçu des enjeux et des preuves. Dépendance 88 : 983–996.

—. 1994. Théorie de l'homéostasie des risques et sa promesse d'amélioration de la sécurité. Dans Challenges to Accident Prevention: The Issue of Risk Compensation Behaviour, édité par R Trimpop et GJS Wilde. Groningen, Pays-Bas : STYX Publications.

Yates, JF. 1992a. Le construit du risque. Dans Risk Taking Behaviour, édité par JF Yates. Chichester : Wiley.

—. 1992b. Comportement à risque. Chichester : Wiley.

Yates, JF et ER Stone. 1992. Le concept de risque. Dans Risk Taking Behaviour, édité par JF Yates. Chichester : Wiley.

Zembroski, EL. 1991. Leçons tirées des catastrophes d'origine humaine. En gestion des risques. New York : Hémisphère.


Zey, M. 1992. Prise de décision : Alternatives aux modèles de choix rationnel. Londres : Sauge.

Zimolong, B. 1985. Perception du danger et estimation du risque dans la causalité des accidents. Dans Trends in Ergonomics/Human Factors II, édité par RB Eberts et CG Eberts. Amsterdam : Elsevier.

Zimolong, B. 1992. Évaluation empirique de THERP, SLIM et classement pour estimer les HEP. Reliab Eng Sys Saf 35:1–11.

Zimolong, B et R Trimpop. 1994. Gestion de la fiabilité humaine dans les systèmes de fabrication avancés. Dans Design of Work and Development of Personnel in Advanced Manufacturing Systems, édité par G Salvendy et W Karwowski. New York : Wiley.

Zohar, D. 1980. Climat de sécurité dans les organisations industrielles : implications théoriques et appliquées. J Appl Psychol 65, No.1:96–102.

Zuckerman, M. 1979. Recherche de sensations : au-delà du niveau optimal d'excitation. Hillsdale : Lawrence Erlbaum.