Lundi, Avril 04 2011 20: 38

Mise en place d'un programme de sécurité

Évaluer cet élément
(1 Vote)

La mise en œuvre d'un programme de sécurité doit refléter sa nature en tant que préoccupation quotidienne normale de la direction générale. Le besoin d'informations pour la prise de décision à toutes les étapes et pour la communication entre tous les niveaux de l'entreprise constitue la base d'une mise en œuvre réussie d'un tel programme.

Niveau exécutif

Initialement, l'introduction d'un programme de sécurité nouveau ou modifié nécessitera l'accord de la haute direction, qui peut la considérer comme une décision coût/bénéfice devant être prise à la lumière de la concurrence pour les ressources provenant d'ailleurs dans l'entreprise. Le désir de réduire les dommages, la douleur et la souffrance au travail par la mise en place d'un programme de sécurité sera tempéré par la capacité de l'organisation à soutenir un tel effort. Des décisions de gestion éclairées nécessiteront trois éléments :

  1. une description explicite du programme, qui définit pleinement l'approche proposée
  2. une évaluation de l'impact du programme sur les opérations de l'entreprise
  3. une estimation des coûts de mise en œuvre avec une prévision des avantages susceptibles d'être produits.

 

La seule exception à cette règle sera lorsqu'un programme de sécurité est mandaté par règlement et doit être institué pour rester en activité.

Dans ce dernier effort, il est utile d'ajouter une estimation de la oui coûts du dossier de sécurité actuel de l'entreprise, ainsi que les coûts couverts par l'assurance directe ou les débours directs. Les coûts indirects sont susceptibles d'être importants dans tous les cas ; les estimations des incidents graves au Royaume-Uni suggèrent que les coûts réels (supportés par une entreprise en tant que coûts indirects) vont d'un facteur de deux à trois jusqu'à un facteur de dix fois les coûts d'assurance directs réels. Dans les pays exigeant une assurance obligatoire, le coût, et donc les économies, varieront considérablement en fonction de l'environnement social de chaque nation particulière. Les coûts d'assurance dans les pays où les compagnies d'assurance sont tenues de couvrir l'intégralité des frais médicaux et de réadaptation, comme les États-Unis, sont susceptibles d'être plus élevés que ceux des pays dans lesquels le traitement du travailleur blessé fait partie du contrat social. Une façon idéale de souligner l'importance de ces pertes est d'identifier la production annuelle nécessaire pour générer des revenus. perdu pour payer ces pertes. Cela est tout à fait compatible avec le concept selon lequel, même si une entreprise doit nécessairement assumer le risque de faire des affaires, elle devrait être les gérer ce risque afin de réduire les pertes et d'améliorer sa performance financière.

Niveau de gestion

Suite à l'acceptation au niveau de la haute direction, une équipe de mise en œuvre doit être formée pour développer la stratégie et le plan d'introduction du programme du plan de déploiement. Une telle approche est plus susceptible d'être efficace qu'une approche qui transfère la responsabilité de la sécurité à une personne désignée comme ingénieur de sécurité. La taille et le niveau d'implication de cette équipe de mise en œuvre varieront considérablement en fonction de l'entreprise et de l'environnement social. Néanmoins, la contribution est essentielle au moins de ceux qui sont responsables des opérations, du personnel, de la gestion des risques et de la formation, ainsi que des principaux représentants des groupes d'employés qui seront touchés par le programme. Il est probable qu'une équipe de cette composition détectera les éventuels conflits (par exemple, entre la production et la sécurité) très tôt dans le processus, avant que les attitudes et les positions, ainsi que les procédures, le matériel et l'équipement ne soient figés. C'est à ce stade que la collaboration, plutôt que la confrontation, est susceptible d'offrir une meilleure opportunité de résolution de problèmes. Le résultat de cette équipe devrait être un document qui identifie la vision institutionnelle du programme, les éléments clés du programme, le calendrier de mise en œuvre et les responsabilités des personnes impliquées.

Il faut veiller à ce que l'engagement de la direction soit particulièrement évident pour les responsables au niveau opérationnel auquel le programme de sécurité peut être mis en œuvre. Le moyen le plus efficace d'y parvenir est peut-être d'établir une forme de refacturation ou d'attribution des coûts réels d'un accident directement à ce niveau de gestion. La prise en charge des frais médicaux et d'indemnisation (ou leurs frais d'assurance associés) en tant que frais généraux de l'entreprise doit être évitée par la direction. Le responsable d'unité, soucieux du contrôle financier quotidien de l'organisation, devrait faire figurer sur le même bilan les coûts réels des programmes de sécurité inadéquats que les coûts de production et de développement. Par exemple, un directeur d'unité d'une organisation dans laquelle tous les coûts d'indemnisation des travailleurs sont supportés comme des frais généraux de l'entreprise ne sera pas en mesure de justifier la dépense de ressources pour éliminer un danger très grave affectant un petit nombre de travailleurs. Cette difficulté peut survenir au niveau local, malgré le fait que de telles dépenses pourraient générer des économies importantes au niveau corporatif. Il est essentiel que les gestionnaires qui sont responsables de la conception et des opérations du lieu de travail supportent le poids, ou récoltent les bénéfices, du programme de sécurité dont ils sont responsables.

Niveau Superviseur

Le superviseur est chargé de comprendre, de transmettre et de faire respecter les objectifs managériaux du programme de sécurité. Les programmes de sécurité réussis aborderont la question de l'éducation et de la formation des superviseurs à cette responsabilité. Bien que des formateurs spéciaux en matière de sécurité soient parfois utilisés pour former les travailleurs, le superviseur devrait être responsable à la fois de cette formation et de l'attitude des travailleurs. En particulier, les superviseurs informés considèrent que leur responsabilité inclut la prévention des actes dangereux et montre un niveau élevé d'intolérance aux conditions dangereuses sur le lieu de travail. Le contrôle du processus de fabrication est accepté comme la principale responsabilité des superviseurs ; l'application d'un tel contrôle produira également des avantages dans la réduction des dommages et des blessures non intentionnelles. Que la fonction de sécurité soit composée d'agents de sécurité, de comités mixtes travailleurs-direction ou de consultants, la responsabilité quotidienne d'un fonctionnement sûr et sans erreur du processus doit figurer par écrit dans la description de poste des superviseurs.

Niveau travailleur

Au début du siècle, l'accent principal pour que les travailleurs travaillent en toute sécurité était mis sur le renforcement négatif. Des règles ont été fixées, les travailleurs étaient censés les suivre sans poser de questions et une transgression des règles soumettait le travailleur à des mesures disciplinaires. Avec des lieux de travail de plus en plus compliqués, des systèmes de gestion flexibles et des attentes sociales croissantes de la main-d'œuvre, les insuffisances et les responsabilités d'une telle approche ont été révélées. Il n'y a pas que dans le domaine militaire que la flexibilité et la responsabilité au niveau local apparaissent comme une composante essentielle des unités performantes. Cette approche a conduit à s'appuyer de plus en plus sur le renforcement positif et l'autonomisation de la main-d'œuvre, avec les exigences concomitantes d'éducation et de compréhension. Cette orientation vers la sécurité reflète la tendance mondiale des travailleurs à rechercher des améliorations de la qualité de la vie au travail et le développement de groupes de travail autonomes.

Plan de déploiement

Les éléments clés du programme de sécurité identifieront les exigences de familiarisation avec la base conceptuelle du programme, le développement de compétences spécifiques en matière de sécurité et la mise en œuvre d'outils de mesure. Les responsabilités seront attribuées à des personnes spécifiques dans le cadre d'un programme par étapes au point d'introduction. La fin du processus de déploiement sera la mise en place d'un système de mesure, ou audit du programme de sécurité, afin d'évaluer la performance continue du programme. Une communication appropriée doit être explicitement spécifiée dans le plan. Dans de nombreuses cultures, plusieurs dialectes et langues coexistent sur le lieu de travail ; et dans certaines cultures, un dialecte ou une langue « managériale » peut normalement ne pas être utilisé par la main-d'œuvre. Ce problème comprend l'utilisation du jargon et des acronymes dans la communication entre les groupes. La participation des travailleurs à la conception du déploiement peut éviter de telles lacunes et conduire à des solutions telles que des instructions et des lignes directrices multilingues, une utilisation plus large des symboles et des pictogrammes et le choix d'un langage simple. L'approche plus large de la participation des travailleurs au plan produira des avantages en termes d'adhésion et d'acceptation des objectifs et des approches du plan.

Le processus d'examen, ou audit du programme de sécurité, doit être répété sur une base régulière (annuelle) et constituera la base des plans triennaux glissants (ou cycliques). Ces plans établiront l'orientation future du programme et donneront l'élan à l'amélioration continue, même face à l'évolution des systèmes de production et de traitement.

AMÉLIORATION CONTINUE

Les programmes de sécurité réussis ne restent pas statiques, mais changent pour refléter les changements dans les environnements d'entreprise et sociaux. De même, les programmes réussis évitent des objectifs dramatiques mais irréalisables. Au lieu de cela, une philosophie d'amélioration continue et de normes en constante augmentation est une approche clé. Le plan annuel glissant sur 3 ans est un bon moyen d'y parvenir. Chaque année, le plan identifie des objectifs généraux et des estimations en ce qui concerne les coûts et avantages probables qui se développeront au cours de la prochaine période de 3 ans. Cela permettra automatiquement une adaptation et une amélioration continue. Comme ces plans doivent être revus par la direction chaque année, un avantage supplémentaire sera que les objectifs de la fonction de sécurité seront continuellement alignés sur les objectifs de l'entreprise.

Conclusion

La mise en œuvre du programme de sécurité doit refléter qu'il fait partie intégrante de la gestion de l'entreprise. Le succès dépendrait de l'identification claire des responsabilités des différents niveaux de gestion. La participation des travailleurs au programme de mise en œuvre, et en particulier au plan de déploiement, est susceptible de produire des avantages dans l'adoption généralisée du plan. Le plan de déploiement est un document qui identifie les activités nécessaires, le calendrier de ces activités et la responsabilité de la mise en œuvre de chaque activité. Les composantes de chaque activité, qu'il s'agisse de formation, de développement d'une procédure de travail ou d'éducation, doivent être décrites de manière non ambiguë à tous les niveaux de l'entreprise. La dernière étape du plan de déploiement consiste à s'assurer qu'un cycle d'amélioration continue peut se produire par la mise en place d'un audit du programme de sécurité au moins une fois par an.

 

Retour

Lire 5176 fois Dernière modification le lundi 27 juin 2011 13:51

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des programmes de sécurité

Albert, K. 1978. Comment être votre propre consultant en gestion. New York : McGraw Hill.

Société américaine des ingénieurs en sécurité (ASSE). 1974. Répertoire des consultants en sécurité. Oakton, Illinois, États-Unis : ASSE.

Association des Ingénieurs Conseils en Gestion. 1966. Pratiques professionnelles en conseil en gestion. New York : Association des ingénieurs-conseils en gestion.

Oiseau, FE. 1974. Guide de gestion du contrôle des pertes. Atlanta : Presse de l'Institut.

Brüning, JC. 1989. Les incitations renforcent la sensibilisation à la sécurité. Occup Haz 51:49-52.

Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). 1988. Lignes directrices pour l'évaluation des systèmes de surveillance. MMWR 37 (supplément n° S-5). Atlanta : CDC.

Fox, DK, BL Hopkins et WK Anger. 1987. Les effets à long terme d'une économie symbolique sur les performances de sécurité dans les mines à ciel ouvert. J App Behav Anal 20:215-224.

Geller, ES. 1990. Dans Bruening, JC. Façonner les attitudes des travailleurs envers la sécurité. Occup Haz 52:49-51.

Gibson, JJ. 1961. La contribution de la psychologie expérimentale à la formulation du problème de la sécurité : un mémoire pour la recherche fondamentale. Dans Approches comportementales de la recherche sur les accidents. New York : Association pour l'aide aux enfants handicapés.

Gordon, JE. 1949. L'épidémiologie des accidents. Am J Public Health 39, avril : 504-515.

Gros J. 1989. Programme Das Kraft-Fahr-Sicherheits. Personalführung 3:246-249.

Haddon, W, Jr. 1973. Dommages énergétiques et les dix stratégies de contre-mesure. J Trauma 13:321–331.

Haddon, W, EA Suchman et D Klein. 1964. Recherche sur les accidents : méthodes et approches. New York : Harper et Row.

Harano, RM et DE Hubert. 1974. Une évaluation du programme d'incitation Good Driver de Californie. Rapport n° 6. Sacramento : Division des autoroutes de Californie.

Komaki, J.KD Barwick et LR Scott. 1978. Une approche comportementale de la sécurité au travail : identifier et renforcer les performances de sécurité dans une usine de fabrication de produits alimentaires. J App Psy 63:434-445.

Latham, généraliste et JJ Baldes. 1975. La signification pratique de la théorie de Locke sur l'établissement d'objectifs. J App Psy 60 : 122-124.

Lippit, G. 1969. Renouvellement de l'organisation. New York : Meredith Corp.

McAfee, RB et AR Winn. 1989. L'utilisation d'incitations/rétroaction pour améliorer la sécurité au travail : une critique de la littérature. J Saf Res 20:7-19.

Peters, G. 1978. Pourquoi seul un imbécile se fie aux normes de sécurité. Pr Saf mai 1978.

Peters, RH. 1991. Stratégies pour encourager les comportements d'autoprotection des employés. J Saf Res 22:53-70.

Robertson, LS. 1983. Blessures : causes, stratégies de contrôle et politiques publiques. Lexington, MA, États-Unis : Livres de Lexington.

Starr, C. 1969. Avantages sociaux contre risque technologique. Qu'est-ce que notre société est prête à payer pour la sécurité ? Sciences 165:1232-1238.

Stratton, J. 1988. Une incitation à faible coût augmente la conscience de la sécurité des employés. Occup Health Saf March: 12-15.

Suokas, J. 1988. Le rôle de l'analyse de sécurité dans la prévention des accidents. Accident Anal Préc. 20(1):67–85.

Veazie, MA, DD Landen, TR Bender et HE Amandus. 1994. Recherche épidémiologique sur l'étiologie des lésions au travail. Annu Rev Publ Health 15:203–221.

Wilde, GJS. 1988. Incitations à la conduite prudente et à la gestion des assurances. Dans CA Osborne (ed.), Report of Inquiry into Motor Vehicle Accident Compensation in Ontario. Vol. II. Toronto : Imprimeur de la Reine pour l'Ontario.