Lundi, Avril 04 2011 20: 47

Programmes de sécurité réussis

Évaluer cet élément
(2 votes)

L'impératif moral d'une entreprise de chercher activement à réduire les dommages, la douleur et la souffrance au travail sera tempéré par la capacité de l'organisation à soutenir un tel effort. La plupart des activités humaines comportent des risques, et les risques sur le lieu de travail varient considérablement, allant de ceux bien inférieurs à ceux associés aux activités normales non professionnelles à des risques très nettement plus dangereux. Une partie essentielle d'une organisation est sa volonté d'accepter les risques de l'entreprise qui ont le potentiel de produire des pertes financières et sont basés sur la douleur et la souffrance des employés qui résultent d'accidents. Un programme de sécurité réussi vise à contrôler une partie de ces pertes en réduisant les risques, en particulier lorsque ces risques découlent de conditions dangereuses ou d'actes dangereux. Le programme de sécurité n'est donc qu'un autre sous-système de gestion. Comme les autres programmes de gestion, le programme de sécurité se compose de stratégies, de procédures et de normes complémentaires. De même, la mesure d'un programme de sécurité est la performance, c'est-à-dire la mesure dans laquelle il réduit les accidents et les pertes qui en découlent.

Un lieu de travail sûr dépend du contrôle des dangers et des comportements dangereux, et un tel contrôle est la fonction première de la direction. Un programme de sécurité devrait produire des avantages complémentaires : une réduction des dommages et de la douleur et de la souffrance de la main-d'œuvre (à la fois des blessures et des maladies aiguës et chroniques) et une réduction résultante de la charge financière pour l'organisation en raison de ces accidents. Pour obtenir de tels avantages, un programme de sécurité réussi suivra l'approche générale de tous les outils de gestion en établissant des objectifs, en surveillant les performances et en corrigeant les écarts. Cette approche sera appliquée à un éventail assez large d'activités organisationnelles, y compris la conception organisationnelle, les processus de production et le comportement des travailleurs.

Sécurité dans l'entreprise

Un lieu de travail sûr est le produit final d'un processus complexe et interactif, et chaque processus est une caractéristique d'une organisation individuelle. Un processus typique est décrit à la figure 1. Le programme réussi devra aborder les divers aspects d'un tel système.

Figure 1. Le processus de gestion et la sécurité au travail

PRO06FE

La sécurité est souvent considérée comme une question de travailleur/lieu de travail, mais la figure 1 indique le rôle central de la direction en matière de sécurité car elle répond aux objectifs généraux de l'organisation. Cela ressort de la responsabilité claire de la direction dans le choix des processus industriels utilisés, le contrôle de la supervision, les conditions de travail, les attitudes et les procédures du travailleur, qui sont tous des facteurs qui établissent l'étendue d'un risque dans un lieu de travail particulier . Habituellement, il y a une forte probabilité qu'aucun accident ne se produise et une faible probabilité qu'il y ait un accident causant des dommages matériels ou des blessures à un travailleur. Un programme de sécurité vise à réduire ce risque et à minimiser les blessures qui surviennent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comprendre le processus d'accident

Il existe plusieurs théories concurrentes sur la causalité des accidents, mais le modèle proposé pour la première fois par Frank Bird (1974) est particulièrement précieux, car il fournit une analogie facile qui est compatible avec de nombreuses pratiques de gestion. Bird a comparé le processus qui entraîne des blessures ou des dommages à une rangée de dominos, debout sur le bord (voir figure 2). Lorsqu'un domino tombe, il peut perturber les autres et une séquence se déclenche qui aboutit à terme à la chute de la dernière pièce, correspondant à la survenance d'une blessure. Cette analogie implique que si l'un des dominos est retiré de la séquence ou est suffisamment robuste pour résister à l'impact précédent, alors la chaîne d'événements sera rompue et l'événement ultime de blessure ou de dommage ne se produira pas.

Figure 2. La théorie des dominos de Bird telle que modifiée par E.Adams

PRO07FE

Malgré des modèles plus récents, cette approche est toujours valable, car elle identifie clairement le concept de interventions dans le processus d'accident et le rôle du programme de sécurité efficace dans leur introduction pour inhiber le processus et prévenir les blessures.

 

 

 

 

Objectifs organisationnels

Il y a peu de désaccord entre les auteurs sur le fait que l'aspect le plus important de tout programme de sécurité est l'engagement continu et visible de la haute direction. Cet engagement doit être reconnu et reflété par les niveaux de gestion successifs jusqu'aux niveaux de supervision. Bien que la direction générale pense souvent que son souci de la sécurité est évident pour tous dans l'entreprise, cette clarté peut être perdue aux niveaux successifs de gestion et de supervision. Dans les programmes de sécurité réussis, la direction générale doit démontrer un engagement clairement identifié envers le concept selon lequel la sécurité est une responsabilité de tous les employés, de la haute direction à l'intérimaire. Un tel engagement devrait prendre la forme d'un bref document écrit, fourni à tous les membres de l'entreprise et utilisé le plus tôt possible pour intégrer de nouveaux travailleurs dans l'organisation. Certaines organisations l'ont récemment étendu en introduisant le concept selon lequel l'engagement envers un lieu de travail sûr et sain pour tous ses employés et clients est une valeur d'entreprise explicite. Ces sociétés expriment fréquemment ce point de vue dans des documents écrits, ainsi que des valeurs d'entreprise plus traditionnelles, telles que la rentabilité, la fiabilité, le service client et l'engagement communautaire.

La clarté de la communication est particulièrement importante dans les grandes organisations, où le lien direct entre les propriétaires de l'entreprise et le personnel peut facilement être rompu. L'un des moyens les plus clairs d'y parvenir consiste à élaborer une série de politiques et de procédures écrites, en commençant par l'établissement par la haute direction d'objectifs pour le programme de sécurité. Celles-ci doivent être claires, concises, réalisables, justifiables et, surtout, sans ambiguïté. Il ne suffit pas qu'un responsable présume que tous les membres de la chaîne de commandement partagent une expérience, une compréhension et une perception similaires du programme de sécurité. Ces aspects doivent être rendus parfaitement explicites. De même, en précisant les termes de cette procédure écrite, il est essentiel d'avoir des objectifs réalistes.

Contrôle de gestion

L'élaboration de programmes de sécurité efficaces à partir de cet engagement initial exige que la mesure de la performance en matière de sécurité fasse partie intégrante de l'examen annuel des performances de tout le personnel de gestion et de supervision. Conformément à la philosophie selon laquelle la sécurité n'est qu'une mesure, parmi d'autres, du contrôle du gestionnaire sur le processus, la performance en matière de sécurité doit être incluse avec la production, le coût unitaire et la rentabilité du service. Une telle philosophie, dans la mesure où les accidents surviennent à cause d'un manque de contrôle du processus, semble tout à fait compatible avec l'accent mis actuellement sur la gestion de la qualité totale (TQM). Les deux procédures adoptent la position selon laquelle les écarts par rapport à la normale sont minimisés afin de fournir plus de contrôle dans la réalisation des objectifs de l'entreprise. De plus, le concept TQM d'amélioration progressive d'année en année est particulièrement important dans la gestion à long terme des programmes de sécurité.

Formation et éducation

La formation et l'éducation sont des composantes majeures de tout programme de sécurité. Cela commence par la diffusion par la haute direction non seulement des objectifs et des buts du programme, mais également des informations sur les progrès vers ces objectifs, mesurés par la tenue de registres et la comptabilité analytique. L'éducation, c'est-à-dire une compréhension plus générale de la nature d'un danger et des approches de réduction des risques, semble bien fonctionner, en particulier dans des circonstances où il existe encore des doutes sur les facteurs de risque individuels. Un exemple est l'épidémie de troubles cumulatifs des membres supérieurs en Australie, en Europe et en Amérique du Nord. Ces troubles sont devenus plus importants, d'autant plus qu'il n'existe pas d'accord général sur les critères de contrôle de ces troubles. La nature cumulative de ces troubles, cependant, rend le contrôle de ce problème particulièrement accessible à l'éducation. Une sensibilisation accrue aux risques permet aux travailleurs individuels d'éviter de telles conditions en reconnaissant leurs expositions et en les modifiant en modifiant les procédures. De même, une compréhension de la mécanique des contraintes lombaires peut préparer les travailleurs à éviter certaines pratiques de travail potentiellement dangereuses et à substituer des méthodes plus sûres pour accomplir les tâches.

La formation est aussi nécessaire pour la direction et les superviseurs que pour les travailleurs, afin qu'ils développent une compréhension de leurs responsabilités et devoirs et augmentent leur niveau de conscience du potentiel de danger. Les travailleurs individuels doivent disposer de procédures claires et non ambiguës relatives au processus pour un travail en toute sécurité. Ils doivent avoir une compréhension des dangers impliqués dans les opérations particulières et des effets probables des expositions aux agents toxiques et physiques. De plus, les gestionnaires, les superviseurs et les travailleurs doivent connaître les procédures visant à minimiser les pertes une fois qu'un accident s'est produit.

Comportement sécuritaire

D'un point de vue philosophique, le XXe siècle a connu plusieurs oscillations au cours desquelles les programmes de sécurité ont attribué des responsabilités variables quant au comportement des travailleurs à l'individu, à l'employeur et à la société. Cependant, il est clair que le comportement sécuritaire est une partie absolument cruciale du processus de sécurité. Un exemple de l'importance d'un tel comportement est le développement d'une éthique de groupe, ou normes d'équipe, dans lesquelles l'acceptation d'un risque par un individu peut être perçue négativement par les autres membres du groupe. L'inverse est vrai : l'acceptation de pratiques dangereuses peut devenir acceptée comme « normale ». De tels comportements peuvent être modifiés par des procédures spécifiques de formation et de renforcement, comme le montrent les programmes très réussis qui ont combattu la propagation du SIDA due à l'utilisation négligente des aiguilles dans l'industrie des soins de santé. L'accent accru mis par la direction, associé à la formation et au matériel pédagogique, a fondamentalement changé les procédures impliquées et réduit l'incidence de ce danger.

Participation

De plus en plus, les sociétés exigent la participation des travailleurs aux programmes de sécurité. Bien que la validation d'une telle participation ait tendance à être quelque peu variable, l'implication des travailleurs peut être précieuse à plusieurs étapes du processus de sécurité. Sans aucun doute, les personnes exposées aux dangers sont des ressources extrêmement précieuses pour identifier les dangers et sont souvent au courant des solutions potentielles pour les réduire. Lorsque les problèmes ont été identifiés et que des solutions ont été développées, la mise en œuvre sera grandement facilitée si la main-d'œuvre a été un partenaire dans la tenue des dossiers, l'identification, le développement et la validation des interventions proposées. Enfin, en termes de compréhension de l'engagement de la direction et des contraintes de ressources, la participation matérialisée par un programme de sécurité est bénéfique.

Incitations

Des incitations ont été largement promulguées dans certains pays pour accroître les comportements sûrs. La preuve que ces incitations fonctionnent est loin d'être convaincante, bien que, dans le cadre d'un programme de sécurité global, elles puissent être utilisées pour démontrer le souci permanent de la direction pour la sécurité, et elles peuvent constituer un retour d'information significatif sur les performances. Ainsi, les programmes de sécurité dans lesquels une petite récompense financière est envoyée par la poste à un destinataire sont susceptibles d'être inefficaces. La même récompense, rendue publiquement par la haute direction et basée sur des mesures de performance spécifiques - par exemple, 2,500 XNUMX heures de travail sans accident - est susceptible de constituer un renforcement positif. En pratique, dans de nombreuses industries, c'est l'inverse qui est vrai : il existe des incitations considérables qui récompensent les mauvais comportements en matière de sécurité. Par exemple, les systèmes de paiement à la pièce récompensent clairement les travailleurs pour la suppression de tout élément chronophage dans un cycle de travail, y compris tout ce qui peut être lié à des procédures de travail sûres. Les entreprises qui utilisent des incitations sont plus susceptibles d'avoir besoin de contrôles techniques et de techniques de surveillance active si elles s'engagent réellement à protéger la santé et la sécurité de la main-d'œuvre.

Mesure et contrôle

L'information est l'élément vital de la gestion et la tenue de registres est une partie essentielle de l'information de gestion. Sans une bonne source de données, les progrès vers la réduction des accidents ne seront pas fiables et la volonté de la direction de consacrer des ressources à la réduction des risques risque d'être compromise. Dans certains pays, la collecte de ces données est une exigence législative, et il est clair qu'un programme de sécurité réussi doit faciliter la collecte et la collation de ces données. La satisfaction des exigences réglementaires peut être nécessaire, mais n'est souvent pas suffisante pour un programme de sécurité réussi. Des variations locales dans ces exigences en matière de données peuvent se produire - par exemple, entre les juridictions - avec pour résultat que la valeur de ces données est obscurcie ; ce développement est un problème particulier dans les organisations ayant plusieurs sites situés dans différentes juridictions régionales ou nationales. Par conséquent, la normalisation et l'approche de la collecte de données doivent être spécifiquement établies dans le cadre du programme de sécurité. Ainsi, chaque programme doit d'abord identifier les informations nécessaires pour se conformer à la réglementation, mais ensuite déterminer la nécessité d'une collecte et d'une analyse supplémentaires nécessaires à la réduction des accidents.

Coûts des accidents

Un aspect essentiel de la gestion du système de données est l'identification du coût des pertes. L'analyse des sources de pertes, c'est-à-dire la détermination des sources réelles de pertes, inclura la mesure du nombre d'incidents, de la gravité des incidents et des coûts directs des dommages, des blessures et des maladies. Ces informations sont essentielles pour que la direction continue de se concentrer sur les vrais problèmes sur le lieu de travail. Dans de nombreux pays, les coûts d'indemnisation - qu'ils soient supportés directement par l'employeur, par une fédération ou par une organisation étatique - peuvent être supposés proportionnels à la douleur et à la souffrance sur le lieu de travail. Ainsi, en identifiant la source de la perte, la direction s'acquitte de sa responsabilité de fournir des conditions de travail sûres à la main-d'œuvre d'une manière hautement compatible avec l'approche d'analyse coûts/avantages utilisée dans d'autres activités.

Les coûts directs ne sont pas les véritables coûts financiers des accidents et blessures supportés par une entreprise. Dans de nombreux pays du monde, et avec plus ou moins de rigueur, des tentatives ont été faites pour estimer les coûts indirects associés aux accidents. Ces coûts indirects comprennent la perte de temps de supervision, la perte de temps productif pendant l'enquête sur l'accident et le nettoyage, le recyclage des travailleurs de remplacement et le nombre d'heures supplémentaires nécessaires pour respecter les calendriers de production. Il a été constaté que ces coûts indirects excédaient considérablement les coûts directs, souvent par des facteurs estimés être dans une fourchette de trois à dix fois ceux des pertes d'assurance directes.

Détermination des coûts

La mesure des pertes implique normalement passif la surveillance, qui nécessite d'examiner l'historique en termes de fréquence et de gravité des accidents. La surveillance passive n'est pas suffisante pour certaines situations, en particulier celles qui présentent de très faibles probabilités d'erreurs, mais des dommages potentiels importants et incontrôlés dans le cas où elles se produisent. Dans de telles circonstances, en particulier dans les industries de procédés complexes, il est nécessaire d'effectuer une évaluation de défaillances pertes. Il est clairement inacceptable que, simplement parce qu'aucun procédé n'a encore fait de victime, des procédés impliquant de grandes quantités d'énergie ou de matières toxiques ne soient pas analysés avant un tel accident. Ainsi, dans certaines industries, il est judicieux d'instituer infection surveillance, en particulier lorsque des processus similaires ailleurs ont entraîné des pertes. Les informations provenant d'associations professionnelles et d'organisations nationales et internationales du travail et de la sécurité sont une source précieuse qui peut être utilisée pour établir des estimations préalables à l'incident susceptibles d'être valides et utiles. D'autres techniques, y compris l'analyse par arbre de défaillances et l'analyse des modes de défaillance, sont abordées ailleurs dans ce Encyclopédie. Dans des circonstances telles que celles impliquant des expositions chimiques, la surveillance active peut inclure des examens médicaux de routine du travailleur. Une telle approche est particulièrement importante lorsque des valeurs limites bien établies ont été déterminées. Cette approche d'estimation des pertes potentielles et réelles met en évidence une caractéristique qu'un programme de sécurité réussi doit aborder, à savoir la différence entre le risque quotidien et l'effet d'une catastrophe potentielle.

Retour d'information

L'utilisation du retour d'information s'est avérée cruciale dans un large éventail d'activités organisationnelles, y compris les programmes de sécurité. Le calcul des taux d'incidence et des taux de gravité constituera la base d'un déploiement rationnel des ressources par l'entreprise et de la mesure du succès du programme. Ces informations sont aussi précieuses pour la direction pour l'évaluation de la fonction de sécurité que pour les travailleurs dans l'exécution du programme. Cependant, la présentation de ces données doit refléter l'utilisateur final : les données agrégées permettront à la direction de comparer les unités opérationnelles ; des données spécifiques au service et des aides visuelles (telles que des thermomètres indiquant le nombre de jours de travail en toute sécurité au niveau de l'atelier) peuvent améliorer la compréhension et l'adhésion de l'ensemble des employés.

Observation sur le terrain

Le système d'information est un composant hors ligne d'un programme de sécurité réussi, qui doit être complété par une approche pratique de la sécurité sur le lieu de travail. Une telle approche impliquerait la visite guidée, dans lequel un observateur informé et formé identifie subjectivement les dangers sur le lieu de travail. En plus d'identifier les dangers, la visite guidée est particulièrement adaptée pour détecter les problèmes de non-conformité aux exigences de l'entreprise et à la législation. Par exemple, la réduction des risques par la protection des machines est inefficace si les protections de nombreuses machines ont été retirées, ce qui est typique d'une visite virtuelle. Comme la visite guidée est une procédure ouverte et adaptative, c'est aussi le moyen le plus simple de détecter les lacunes dans la formation du travailleur, et éventuellement celles du superviseur.

Des programmes de sécurité efficaces devraient utiliser cette technique de façon régulière mais aléatoire. Cependant, la visite guidée n'est pas le seul moyen d'identifier les dangers. Les travailleurs eux-mêmes peuvent fournir des informations essentielles. Dans de nombreux cas, ils ont fait l'expérience de « quasi-accidents » qui n'ont jamais été signalés et sont donc bien placés pour en discuter avec l'agent de sécurité lors de la visite. Les travailleurs en général devraient être encouragés par la supervision à signaler les défauts de sécurité réels et potentiels.

Investigation d'accident

Tous les accidents doivent faire l'objet d'une enquête par le superviseur responsable. Des accidents tels que ceux de l'industrie de transformation nécessitent souvent une enquête par une équipe de personnes compétentes représentant divers intérêts, y compris éventuellement un expert extérieur. Les programmes couronnés de succès impliquent souvent des travailleurs dans de telles enquêtes sur les accidents. Cette implication apporte des bénéfices en termes de meilleure compréhension de l'incident et de diffusion rapide des recommandations à l'ensemble de l'effectif. D'après la figure 1, il ressort clairement que, dans ce contexte, les accidents ne sont pas seulement les événements qui se terminent par une blessure pour un travailleur, mais plutôt des événements qui englobent des dommages à l'équipement ou au matériel ou même des événements significatifs qui n'entraînent ni l'un ni l'autre (appelés "presque accident"). Le chiffre indique que de tels incidents devraient faire l'objet d'une enquête et d'un contrôle de la direction même si, fortuitement, aucun travailleur n'est blessé. Le fait d'éviter des incidents similaires à l'avenir réduira le risque qu'ils entraînent des blessures. Les enquêtes sur les accidents qui cherchent à blâmer semblent avoir moins de succès que celles qui cherchent des méthodes pour déterminer la cause. Dans une enquête considérée comme une tentative de blâmer un travailleur, la pression des pairs et d'autres comportements psychosociaux peuvent gravement dégrader la qualité des informations recueillies.

Les éléments essentiels d'un rapport d'accident comprendront un processus formalisé, impliquant des descriptions écrites des événements qui se sont produits avant, pendant et après l'accident ainsi qu'une évaluation des facteurs qui ont conduit à l'accident. Le rapport devrait se terminer par une recommandation claire d'action. La recommandation peut aller de la modification immédiate du processus de travail ou, dans le cas de situations complexes, à la nécessité d'une enquête professionnelle plus poussée. Ces rapports devraient être signés par le superviseur responsable ou le chef de l'équipe d'enquête, et transmis au niveau hiérarchique approprié. L'examen et l'acceptation des recommandations par la direction constituent une partie essentielle du processus de déclaration des accidents. La signature du gestionnaire doit indiquer son approbation ou son rejet des modifications proposées pour prévenir de futurs accidents, et les rejets doivent être accompagnés d'une explication. Les enquêtes sur les accidents qui n'aboutissent pas à une responsabilité individuelle d'action pour les recommandations sont susceptibles d'être inefficaces et de devenir rapidement considérées par toutes les parties concernées comme non pertinentes. Un programme de sécurité réussi cherche à s'assurer que les leçons tirées d'un incident particulier sont partagées ailleurs au sein de l'organisation.

Contrôle des dangers

La meilleure intervention en matière de contrôle des dangers sera toujours la suppression du danger par la conception technique, la substitution ou la modification. Si le danger est supprimé (ou, au mieux, protégé ou protégé), alors quelles que soient la variabilité humaine résultant de l'entraînement, les différences individuelles de force, d'attention, de fatigue ou de rythme diurne, l'opérateur sera protégé.

Malheureusement, dans certains cas, les coûts de réalisation de cette conception technique peuvent atteindre ou dépasser les limites de la responsabilité économique. Certains processus sont intrinsèquement beaucoup plus risqués que d'autres, et les conceptions techniques réalisables ne sont que des solutions partielles. Les projets de construction réalisés sur des sites en hauteur, les mines de charbon profondes, la production d'acier et la conduite sur route exigent tous une exposition des employés à des risques plus élevés que la « normale ». Dans de tels cas, un contrôle administratif et des dispositifs de protection individuelle peuvent être nécessaires. Le contrôle administratif peut impliquer une formation et des procédures spécifiques pour réduire les risques : pensez, par exemple, à l'interdiction pour les travailleurs individuels d'entrer dans des espaces confinés, ou à la fourniture de systèmes de verrouillage conçus pour isoler les équipements et processus dangereux de l'opérateur pendant le cycle de travail. Ces procédures peuvent être efficaces, mais nécessitent une maintenance continue. En particulier, les pratiques de travail tendent à s'éloigner du respect des procédures administratives nécessaires. Cette tendance doit être enrayée par la mise en place de procédures de formation, mais aussi de recyclage, pour tous les travailleurs et agents de maîtrise impliqués dans le système.

Le dernier élément du contrôle des risques est l'utilisation d'équipements de protection individuelle, qui comprennent des respirateurs, des gants de protection, des harnais complets et des casques de sécurité, pour n'en citer que quelques-uns. D'une manière générale, on constate que de tels dispositifs sont précieux lorsque les dangers n'ont pas été entièrement éliminés du lieu de travail, ni maîtrisés par des procédures administratives. Ils sont destinés à réduire l'effet de ces risques sur le travailleur et sont généralement sujets à des problèmes d'utilisation inappropriée, de limitations de conception, de surveillance inadéquate du superviseur et de défaillance de l'entretien.

Premiers soins

Malgré les meilleures tentatives pour réduire les risques, le programme de sécurité réussi doit tenir compte du scénario post-accidentel. Le développement des capacités de premiers secours et de traitement médical d'urgence peut apporter des avantages majeurs au programme de sécurité. Un protocole doit être établi pour le traitement médical suite à un accident. Les travailleurs sélectionnés doivent être familiarisés avec les instructions écrites pour appeler une assistance médicale sur le chantier. Une telle assistance doit être organisée à l'avance, car un retard peut gravement affecter l'état d'un travailleur blessé. Pour les accidents entraînant des blessures mineures, les pertes inhérentes peuvent être réduites par la fourniture d'un traitement médical au point d'incident. Le traitement en usine des coupures et contusions mineures, des contusions, etc., peut réduire le temps passé par les opérateurs à s'absenter de leurs tâches.

La capacité de secourisme doit inclure des niveaux acceptables de fournitures, mais plus important encore, une formation médicale/secouriste adéquate. Une telle formation peut affecter directement la probabilité de survie en cas de blessure potentiellement mortelle et peut réduire la gravité réelle d'une série d'accidents moins graves. Les premiers secours tels que la réanimation cardiorespiratoire ou la stabilisation d'une hémorragie peuvent faire la différence entre la vie et la mort pour les patients nécessitant un traitement d'urgence majeur. Fréquemment, la fourniture de premiers soins immédiats sur le site de l'accident offre la possibilité d'interventions chirurgicales majeures ultérieures. Une telle capacité est encore plus importante dans les entreprises non urbaines, où le traitement médical peut être retardé de quelques heures.

Les premiers secours peuvent également faciliter la retour au travail d'un travailleur impliqué dans une blessure légère. Il a été démontré qu'une telle intervention interne réduit le besoin de longues visites médicales à l'extérieur de l'entreprise et évite ainsi une perte de productivité. Peut-être encore plus significatif est le risque réduit de médicalisation de la blessure, qui est considérée comme un problème émergent dans plusieurs pays.

Planification en cas de catastrophe

Régulièrement, au moins une fois par an, un programme de sécurité doit identifier les causes potentielles de catastrophe. Dans certaines circonstances, par exemple, avec le stockage de grandes quantités de matières inflammables ou dangereuses, la concentration de l'attention n'est pas trop difficile. Dans d'autres circonstances, une grande ingéniosité peut être nécessaire pour faire des suggestions significatives afin de planifier de telles catastrophes. Par définition, les catastrophes sont rares et il est peu probable qu'une entreprise particulière ait subi une catastrophe similaire plus tôt. La définition de la gestion médicale, les flux de communication et le contrôle managérial de la situation de catastrophe doivent faire partie du programme de sécurité. Il est clair que dans de nombreuses entreprises, de tels plans annuels seraient plutôt minimes, mais l'exercice même de leur élaboration peut être utile pour accroître la prise de conscience de la direction de certains des risques que l'entreprise assume.

Conclusion

Le programme de sécurité réussi n'est pas un livre ou un classeur de notes, mais un plan conceptuel pour réduire les risques de blessures mesurés sur la base des incidents et de la gravité. Comme tous les autres processus d'une entreprise, le processus de sécurité relève de la responsabilité de la direction plutôt que de celle d'un ingénieur en sécurité ou d'un travailleur individuel. La direction est responsable de fixer les objectifs, de fournir des ressources, d'établir des moyens de mesurer les progrès vers ces objectifs et de prendre des mesures correctives lorsque ces progrès ne sont pas satisfaisants. Pour ce faire, l'information est l'exigence clé, suivie en importance par la communication des objectifs à tous les niveaux de l'entreprise. À chaque niveau, du cadre supérieur au superviseur de la direction en passant par le travailleur individuel, des contributions à des conditions de travail sûres peuvent être apportées. Mais en même temps, des insuffisances organisationnelles, procédurales et comportementales peuvent malheureusement empêcher de telles contributions de se produire. Le programme de sécurité réussi est celui qui reconnaît et utilise ces facteurs dans le développement d'une approche intégrée pour réduire la douleur et la souffrance sur le lieu de travail qui résultent des blessures et des maladies.

 

Retour

Lire 8613 fois Dernière modification le mardi 23 août 2011 23:15

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références des programmes de sécurité

Albert, K. 1978. Comment être votre propre consultant en gestion. New York : McGraw Hill.

Société américaine des ingénieurs en sécurité (ASSE). 1974. Répertoire des consultants en sécurité. Oakton, Illinois, États-Unis : ASSE.

Association des Ingénieurs Conseils en Gestion. 1966. Pratiques professionnelles en conseil en gestion. New York : Association des ingénieurs-conseils en gestion.

Oiseau, FE. 1974. Guide de gestion du contrôle des pertes. Atlanta : Presse de l'Institut.

Brüning, JC. 1989. Les incitations renforcent la sensibilisation à la sécurité. Occup Haz 51:49-52.

Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). 1988. Lignes directrices pour l'évaluation des systèmes de surveillance. MMWR 37 (supplément n° S-5). Atlanta : CDC.

Fox, DK, BL Hopkins et WK Anger. 1987. Les effets à long terme d'une économie symbolique sur les performances de sécurité dans les mines à ciel ouvert. J App Behav Anal 20:215-224.

Geller, ES. 1990. Dans Bruening, JC. Façonner les attitudes des travailleurs envers la sécurité. Occup Haz 52:49-51.

Gibson, JJ. 1961. La contribution de la psychologie expérimentale à la formulation du problème de la sécurité : un mémoire pour la recherche fondamentale. Dans Approches comportementales de la recherche sur les accidents. New York : Association pour l'aide aux enfants handicapés.

Gordon, JE. 1949. L'épidémiologie des accidents. Am J Public Health 39, avril : 504-515.

Gros J. 1989. Programme Das Kraft-Fahr-Sicherheits. Personalführung 3:246-249.

Haddon, W, Jr. 1973. Dommages énergétiques et les dix stratégies de contre-mesure. J Trauma 13:321–331.

Haddon, W, EA Suchman et D Klein. 1964. Recherche sur les accidents : méthodes et approches. New York : Harper et Row.

Harano, RM et DE Hubert. 1974. Une évaluation du programme d'incitation Good Driver de Californie. Rapport n° 6. Sacramento : Division des autoroutes de Californie.

Komaki, J.KD Barwick et LR Scott. 1978. Une approche comportementale de la sécurité au travail : identifier et renforcer les performances de sécurité dans une usine de fabrication de produits alimentaires. J App Psy 63:434-445.

Latham, généraliste et JJ Baldes. 1975. La signification pratique de la théorie de Locke sur l'établissement d'objectifs. J App Psy 60 : 122-124.

Lippit, G. 1969. Renouvellement de l'organisation. New York : Meredith Corp.

McAfee, RB et AR Winn. 1989. L'utilisation d'incitations/rétroaction pour améliorer la sécurité au travail : une critique de la littérature. J Saf Res 20:7-19.

Peters, G. 1978. Pourquoi seul un imbécile se fie aux normes de sécurité. Pr Saf mai 1978.

Peters, RH. 1991. Stratégies pour encourager les comportements d'autoprotection des employés. J Saf Res 22:53-70.

Robertson, LS. 1983. Blessures : causes, stratégies de contrôle et politiques publiques. Lexington, MA, États-Unis : Livres de Lexington.

Starr, C. 1969. Avantages sociaux contre risque technologique. Qu'est-ce que notre société est prête à payer pour la sécurité ? Sciences 165:1232-1238.

Stratton, J. 1988. Une incitation à faible coût augmente la conscience de la sécurité des employés. Occup Health Saf March: 12-15.

Suokas, J. 1988. Le rôle de l'analyse de sécurité dans la prévention des accidents. Accident Anal Préc. 20(1):67–85.

Veazie, MA, DD Landen, TR Bender et HE Amandus. 1994. Recherche épidémiologique sur l'étiologie des lésions au travail. Annu Rev Publ Health 15:203–221.

Wilde, GJS. 1988. Incitations à la conduite prudente et à la gestion des assurances. Dans CA Osborne (ed.), Report of Inquiry into Motor Vehicle Accident Compensation in Ontario. Vol. II. Toronto : Imprimeur de la Reine pour l'Ontario.