10 bannière

 

Systèmes de production

Jeudi, Mars 10 2011 14: 12

Des plantations

Adapté de la 3e édition, « Encyclopaedia of Occupational Health and Safety ».

Le terme plantation est largement utilisé pour décrire des unités à grande échelle où des méthodes industrielles sont appliquées à certaines entreprises agricoles. Ces entreprises se trouvent principalement dans les régions tropicales d'Asie, d'Afrique et d'Amérique centrale et du Sud, mais elles se trouvent également dans certaines zones subtropicales où le climat et le sol sont propices à la croissance des fruits et de la végétation tropicale.

L'agriculture de plantation comprend des cultures à rotation courte, telles que l'ananas et la canne à sucre, ainsi que des cultures arboricoles, telles que les bananes et le caoutchouc. En outre, les cultures tropicales et subtropicales suivantes sont généralement considérées comme des cultures de plantation : thé, café, cacao, noix de coco, mangue, sisal et noix de palme. Cependant, la culture à grande échelle de certaines autres cultures, telles que le riz, le tabac, le coton, le maïs, les agrumes, les graines de ricin, les arachides, le jute, le chanvre et le bambou, est également appelée culture de plantation. Les cultures de plantation ont plusieurs caractéristiques :

  • Ce sont des produits tropicaux ou subtropicaux pour lesquels il existe un marché d'exportation.
  • La plupart nécessitent un traitement initial rapide.
  • La récolte passe par quelques centres locaux de commercialisation ou de transformation avant d'atteindre le consommateur.
  • Ils nécessitent généralement un investissement important en capital fixe, comme des installations de traitement.
  • Ils génèrent une certaine activité pendant la majeure partie de l'année et offrent ainsi un emploi continu.
  • La monoculture est typique, ce qui permet une spécialisation de la technologie et de la gestion.

 

Alors que la culture des diverses cultures de plantation nécessite des conditions géographiques, géologiques et climatiques très différentes, pratiquement toutes prospèrent mieux dans des zones où les conditions climatiques et environnementales sont difficiles. En outre, la nature extensive des entreprises de plantation et, dans la plupart des cas, leur isolement, a donné naissance à de nouveaux établissements qui diffèrent considérablement des établissements autochtones (NRC 1993).

Travaux de plantation

L'activité principale d'une plantation est la culture de l'un des deux types de cultures. Cela implique les types de travaux suivants : préparation du sol, plantation, culture, désherbage, traitement des cultures, récolte, transport et stockage des produits. Ces opérations impliquent l'utilisation d'une variété d'outils, de machines et de produits chimiques agricoles. Là où des terres vierges doivent être cultivées, il peut être nécessaire de défricher des terres forestières en abattant des arbres, en arrachant des souches et en brûlant des sous-bois, puis en creusant des fossés et des canaux d'irrigation. En plus des travaux de culture de base, d'autres activités peuvent également être menées sur une plantation : élevage de bétail, transformation des récoltes et entretien et réparation des bâtiments, des usines, des machines, des outils, des routes et des voies ferrées. Il peut être nécessaire de produire de l'électricité, de creuser des puits, d'entretenir des tranchées d'irrigation, d'exploiter des ateliers d'ingénierie ou de menuiserie et de transporter des produits vers le marché.

Le travail des enfants est employé dans les plantations du monde entier. Les enfants travaillent avec leurs parents dans le cadre d'une équipe pour une rémunération basée sur la tâche, ou ils sont employés directement pour des travaux spéciaux dans les plantations. Ils ont généralement des heures de travail longues et ardues, peu de protection en matière de sécurité et de santé et une alimentation, un repos et une éducation inadéquats. Plutôt que d'être employés directement, de nombreux enfants sont recrutés comme main-d'œuvre par l'intermédiaire d'entrepreneurs, ce qui est courant pour les tâches occasionnelles et saisonnières. L'emploi de main-d'œuvre par l'intermédiaire d'intermédiaires sous contrat est une pratique de longue date dans les plantations. La direction de la plantation n'a donc pas de relation employeur-employé avec les travailleurs de la plantation. Au contraire, ils concluent un contrat avec l'intermédiaire pour fournir la main-d'œuvre. En règle générale, les conditions de travail de la main-d'œuvre en sous-traitance sont inférieures à celles des travailleurs directement employés.

De nombreux travailleurs des plantations sont payés en fonction des tâches effectuées plutôt que des heures travaillées. Par exemple, ces tâches peuvent inclure des lignes de canne à sucre coupées et chargées, le nombre d'hévéas saignés, des rangées désherbées, des boisseaux de sisal coupés, des kilogrammes de thé cueillis ou des hectares d'engrais appliqués. Des conditions telles que le climat et le terrain peuvent affecter le temps nécessaire pour accomplir ces tâches, et des familles entières peuvent travailler de l'aube au crépuscule sans prendre de pause. La majorité des pays où les produits de base des plantations sont cultivés rapportent que les employés des plantations travaillent plus de 40 heures par semaine. De plus, la plupart des travailleurs des plantations se rendent à pied à leur lieu de travail et, comme les plantations sont vastes, beaucoup de temps et d'efforts sont consacrés aux déplacements aller-retour. Ce voyage peut prendre des heures dans chaque sens (OIT 1994).

Les dangers et leur prévention

Le travail dans les plantations comporte de nombreux risques liés à l'environnement de travail, aux outils et équipements utilisés et à la nature même du travail. L'une des premières étapes vers l'amélioration de la sécurité et de la santé dans les plantations consiste à nommer un responsable de la sécurité et à former un comité mixte de sécurité et de santé. Les agents de sécurité doivent s'assurer que les bâtiments et l'équipement sont maintenus en sécurité et que le travail est effectué en toute sécurité. Les comités de sécurité rassemblent la direction et les travailleurs dans une entreprise commune et permettent aux travailleurs de participer directement à l'amélioration de la sécurité. Les fonctions du comité de sécurité comprennent l'élaboration de règles de travail pour la sécurité, la participation aux enquêtes sur les blessures et les maladies et l'identification des endroits qui mettent les travailleurs et leurs familles en danger.

Des services médicaux et du matériel de premiers secours avec une instruction adéquate doivent être fournis. Les médecins devraient être formés à la reconnaissance des maladies professionnelles liées au travail dans les plantations, y compris l'empoisonnement aux pesticides et le stress dû à la chaleur. Une étude des risques doit être mise en place sur la plantation. Le but de l'enquête est de comprendre les circonstances de risque afin de pouvoir prendre des mesures préventives. Le comité de sécurité et de santé peut participer à l'enquête avec des experts, notamment le responsable de la sécurité, le superviseur médical et les inspecteurs. Tableau 1  montre les étapes d'une enquête. L'enquête devrait déboucher sur des mesures, y compris le contrôle des dangers potentiels ainsi que des dangers qui ont entraîné une blessure ou une maladie (Partanen 1996). Une description de certains dangers potentiels et de leur contrôle suit.

 


Tableau 1. Dix étapes pour une enquête sur les risques liés au travail dans les plantations

 

  1. Définir le problème et sa priorité.
  2. Trouver des données existantes.
  3. Justifier le besoin de plus de données.
  4. Définir les objectifs, la conception, la population, la durée et les méthodes de l'enquête.
  5. Définissez les tâches et les coûts, ainsi que leur calendrier.
  6. Préparer le protocole.
  7. Collecter des données.
  8. Analyser les données et évaluer les risques.
  9. Publier les résultats.
  10. Suivre.

Source : Partanen 1996.


 

Fatigue et aléas climatiques

Les longues heures et le travail exigeant font de la fatigue une préoccupation majeure. Les travailleurs fatigués peuvent être incapables de porter des jugements sûrs; cela peut entraîner des incidents pouvant entraîner des blessures ou d'autres expositions accidentelles. Des périodes de repos et des journées de travail plus courtes peuvent réduire la fatigue.

Le stress physique est augmenté par la chaleur et l'humidité relative. La consommation d'eau fréquente et les pauses permettent d'éviter les problèmes de stress thermique.

Blessures liées aux outils et à l'équipement

Des outils mal conçus entraîneront souvent une mauvaise posture de travail, et des outils mal affûtés nécessiteront un effort physique plus important pour accomplir les tâches. Travailler en position courbée ou voûtée et soulever de lourdes charges sollicitent le dos. Travailler avec les bras au-dessus de l'épaule peut entraîner des troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs (figure 1). Des outils appropriés doivent être sélectionnés pour éliminer les mauvaises postures, et ils doivent être bien entretenus. Le levage de charges lourdes peut être réduit en diminuant le poids de la charge ou en engageant plus de travailleurs pour soulever la charge.

Figure 1. Coupeurs de bananes au travail sur la plantation "La Julia" en Equateur

AGR030F2

Des blessures peuvent résulter de l'utilisation inappropriée d'outils à main tels que machettes, faux, haches et autres outils tranchants ou pointus, ou d'outils électriques portatifs tels que des scies à chaîne ; mauvais positionnement et mauvais état des échelles ; ou des remplacements inappropriés pour les cordes et les chaînes cassées. Les travailleurs doivent être formés à l'utilisation et à l'entretien appropriés de l'équipement et des outils. Des remplacements appropriés doivent être fournis pour les outils et l'équipement cassés ou endommagés.

Des machines non protégées peuvent emmêler les vêtements ou les cheveux et peuvent écraser les travailleurs et entraîner des blessures graves ou la mort. Toutes les machines doivent avoir une sécurité intégrée et la possibilité d'un contact dangereux avec des pièces mobiles doit être éliminée. Un programme de verrouillage/étiquetage doit être en vigueur pour tous les travaux d'entretien et de réparation.

Les machines et les équipements sont également des sources de bruit excessif, entraînant une perte auditive chez les travailleurs des plantations. Une protection auditive doit être utilisée avec des machines à haut niveau de bruit. Les faibles niveaux de bruit devraient être un facteur dans le choix de l'équipement.

 

Blessures liées aux véhicules

Les chaussées et les chemins de plantation peuvent être étroits, présentant ainsi le risque de collisions frontales entre véhicules ou de renversements sur le côté de la route. L'embarquement en toute sécurité des véhicules de transport, y compris les camions, les remorques tirées par des tracteurs ou des animaux et les chemins de fer, doit être assuré. Lorsque des routes à double sens sont utilisées, des passages plus larges doivent être prévus à des intervalles appropriés pour permettre le passage des véhicules. Des garde-corps adéquats doivent être installés sur les ponts et le long des précipices et des ravins.

Les tracteurs et autres véhicules présentent deux principaux dangers pour les travailleurs. L'un est le renversement du tracteur, qui entraîne généralement l'écrasement mortel de l'opérateur. Les employeurs devraient s'assurer que des structures de protection contre le renversement sont montées sur les tracteurs. Les ceintures de sécurité doivent également être portées pendant l'utilisation du tracteur. L'autre problème majeur est celui des écrasements de véhicules; les travailleurs doivent rester à l'écart des voies de circulation des véhicules et les conducteurs supplémentaires ne doivent pas être autorisés sur les tracteurs à moins que des sièges sûrs ne soient disponibles.

Électricité

L'électricité est utilisée dans les plantations dans les magasins et pour le traitement des récoltes et l'éclairage des bâtiments et des terrains. Une mauvaise utilisation des installations ou des équipements électriques peut exposer les travailleurs à de graves chocs, brûlures ou électrocutions. Le danger est plus aigu dans les endroits humides ou lorsque vous travaillez avec des mains ou des vêtements mouillés. Partout où il y a de l'eau, ou pour les prises électriques à l'extérieur, des circuits d'interrupteur de fuite à la terre doivent être installés. Partout où les orages sont fréquents ou violents, une protection contre la foudre doit être prévue pour tous les bâtiments de la plantation, et les travailleurs doivent être formés de manière à minimiser leur risque d'être frappés et à trouver des refuges sûrs.

Incendies

L'électricité ainsi que les flammes nues ou les cigarettes qui couvent peuvent constituer une source d'inflammation pour les explosions de carburant ou de poussières organiques. Les carburants (kérosène, essence ou carburant diesel) peuvent provoquer des incendies ou des explosions s'ils sont mal manipulés ou mal entreposés. Les déchets gras et combustibles présentent un risque d'incendie dans les commerces. Les carburants doivent être tenus à l'écart de toute source d'inflammation. Les appareils et appareils électriques antidéflagrants doivent être utilisés partout où des produits inflammables ou explosifs sont présents. Des fusibles ou des disjoncteurs électriques doivent également être utilisés dans les circuits électriques.

Pesticides

L'utilisation de produits agrochimiques toxiques est une préoccupation majeure, en particulier lors de l'utilisation intensive de pesticides, notamment d'herbicides, de fongicides et d'insecticides. Les expositions peuvent avoir lieu pendant la production agricole, l'emballage, le stockage, le transport, la vente au détail, l'application (souvent à la main ou par pulvérisation aérienne), le recyclage ou l'élimination. Le risque d'exposition aux pesticides peut être aggravé par l'analphabétisme, un étiquetage médiocre ou défectueux, des récipients qui fuient, un équipement de protection médiocre ou inexistant, des reformulations dangereuses, l'ignorance du danger, le non-respect des règles et un manque de supervision ou de formation technique. Les travailleurs qui appliquent des pesticides doivent être formés à l'utilisation des pesticides et doivent porter des vêtements et une protection respiratoire appropriés, un comportement particulièrement difficile à faire respecter dans les zones tropicales où les équipements de protection peuvent ajouter au stress thermique du porteur (figure 2 ). Les alternatives à l'utilisation des pesticides devraient être une priorité, ou des pesticides moins toxiques devraient être utilisés.

Figure 2. Vêtements de protection portés lors de l'application de pesticides

AGR030F3

Blessures et maladies causées par les animaux

Dans certaines plantations, des animaux de trait sont utilisés pour traîner ou porter des charges. Ces animaux comprennent les chevaux, les ânes, les mulets et les bœufs. Ces types d'animaux ont blessé des travailleurs en leur donnant des coups de pied ou en les mordant. Ils exposent également potentiellement les travailleurs à des maladies zoonotiques telles que l'anthrax, la brucellose, la rage, la fièvre Q ou la tularémie. Les animaux doivent être bien entraînés et ceux qui présentent un comportement dangereux ne doivent pas être utilisés pour le travail. Les brides, harnais, selles, etc. doivent être utilisés et maintenus en bon état et correctement ajustés. Les animaux malades doivent être identifiés et traités ou éliminés.

Des serpents venimeux peuvent être présents sur le sol ou certaines espèces peuvent tomber des arbres sur les ouvriers. Des kits de morsure de serpent doivent être fournis aux travailleurs et des procédures d'urgence doivent être en place pour obtenir une assistance médicale et les médicaments anti-venins appropriés doivent être disponibles. Des chapeaux spéciaux faits de matériaux durs capables de dévier les serpents doivent être fournis et portés dans les endroits où les serpents tombent sur leurs victimes depuis les arbres.

Imaladies infectieuses

Les maladies infectieuses peuvent être transmises aux travailleurs des plantations par les rats qui infestent les bâtiments, ou par l'eau potable ou la nourriture. L'eau insalubre conduit à la dysenterie, un problème courant chez les travailleurs des plantations. Des installations sanitaires et de lavage devraient être installées et entretenues conformément à la législation nationale, et de l'eau potable conforme aux exigences nationales devrait être fournie aux travailleurs et à leurs familles.

Espaces confinés

Les espaces confinés, tels que les silos, peuvent poser des problèmes de gaz toxiques ou de manque d'oxygène. Une bonne ventilation des espaces confinés doit être assurée avant l'entrée, ou un équipement de protection respiratoire approprié doit être porté.

 

Retour

Les travailleurs agricoles migrants et saisonniers représentent une population mondiale importante avec le double risque de risques sanitaires professionnels de l'agriculture superposés à une base de pauvreté et de migration, avec les problèmes de santé et de sécurité qui y sont associés. Aux États-Unis, par exemple, il y a jusqu'à 5 millions de travailleurs agricoles migrants et saisonniers, bien que les chiffres précis ne soient pas connus. Alors que la population agricole totale a diminué aux États-Unis, la proportion de travailleurs agricoles embauchés a augmenté. À l'échelle mondiale, les travailleurs migrent dans toutes les régions du monde pour travailler, avec un mouvement généralement des pays les plus pauvres vers les pays les plus riches. En général, les migrants se voient confier des emplois plus dangereux et difficiles et ont des taux accrus de maladies et de blessures. La pauvreté et l'absence de protection juridique adéquate aggravent les risques de maladies professionnelles et non professionnelles.

Les études sur les expositions dangereuses et les problèmes de santé dans cette population ont été limitées en raison de la rareté générale des études sur la santé au travail dans l'agriculture et des difficultés spécifiques à étudier les travailleurs agricoles, en raison de leurs schémas de résidence migratoire, des barrières linguistiques et culturelles et des ressources économiques et politiques limitées. .

Les travailleurs agricoles migrants et saisonniers aux États-Unis sont principalement de jeunes hommes hispaniques, bien que les travailleurs agricoles comprennent également des Blancs, des Noirs, des Asiatiques du Sud-Est et d'autres groupes ethniques. Près des deux tiers sont nés à l'étranger ; la plupart ont un faible niveau d'instruction et ne parlent ni ne lisent l'anglais. La pauvreté est une caractéristique des travailleurs agricoles, plus de la moitié d'entre eux ayant des revenus familiaux inférieurs au seuil de pauvreté. Les conditions de travail sont médiocres, les salaires sont bas et il y a peu d'avantages sociaux. Par exemple, moins d'un quart ont une assurance maladie. Les travailleurs agricoles saisonniers et migrants aux États-Unis travaillent environ la moitié de l'année à la ferme. La plupart des travaux concernent des cultures à forte intensité de main-d'œuvre telles que la récolte de fruits, de noix ou de légumes.

L'état de santé général des travailleurs agricoles découle directement de leurs conditions de travail et de leurs faibles revenus. Des carences existent en matière de nutrition, de logement, d'assainissement, d'éducation et d'accès aux soins médicaux. Des conditions de vie surpeuplées et une alimentation inadéquate peuvent également contribuer aux risques accrus de maladies infectieuses aiguës. Les travailleurs agricoles consultent moins souvent un médecin que les populations non agricoles, et leurs visites sont majoritairement destinées au traitement de maladies et de blessures aiguës. Les soins préventifs sont déficients dans les populations de travailleurs agricoles, et les enquêtes auprès des communautés de travailleurs agricoles révèlent une forte prévalence de personnes ayant des problèmes médicaux nécessitant une attention. Les services préventifs tels que les soins de la vue et les soins dentaires sont gravement déficients, et d'autres services préventifs tels que les vaccinations sont inférieurs aux moyennes de la population. L'anémie est fréquente, reflétant probablement un mauvais état nutritionnel.

La pauvreté et les autres obstacles auxquels sont confrontés les travailleurs agricoles migrants et saisonniers se traduisent généralement par des conditions de vie et de travail inférieures aux normes. De nombreux travailleurs n'ont toujours pas accès aux installations sanitaires de base sur le chantier. Les conditions de vie varient d'un logement adéquat entretenu par le gouvernement à des cabanes et des camps inférieurs aux normes utilisés pendant qu'il y a du travail dans une zone particulière. Un mauvais assainissement et le surpeuplement peuvent être des problèmes particuliers, augmentant les risques de maladies infectieuses dans la population. Ces problèmes sont exacerbés chez les travailleurs qui migrent pour suivre les travaux agricoles, réduisant les ressources communautaires et les interactions sur chaque lieu de vie.

Diverses études ont montré un plus grand fardeau des maladies infectieuses sur la morbidité et la mortalité dans cette population. Les maladies parasitaires sont considérablement augmentées parmi les travailleurs migrants. Une augmentation des décès a été constatée pour la tuberculose, ainsi que pour de nombreuses autres maladies chroniques telles que celles des voies cardiovasculaires, respiratoires et urinaires. La plus forte augmentation des taux de mortalité concerne les blessures traumatiques, similaire à l'augmentation observée pour cette cause chez les agriculteurs.

L'état de santé des enfants d'ouvriers agricoles est particulièrement préoccupant. Outre les contraintes liées à la pauvreté, à la mauvaise alimentation et aux mauvaises conditions de vie, la relative carence des services de santé préventifs a un impact particulièrement grave sur les enfants. Ils sont également exposés aux aléas de l'agriculture dès leur plus jeune âge, à la fois en vivant en milieu agricole et en effectuant des travaux agricoles. Les enfants de moins de 5 ans sont les plus exposés aux blessures non intentionnelles causées par les risques agricoles tels que les machines et les animaux de ferme. Au-delà de 10 ans, de nombreux enfants commencent à travailler, en particulier en période de besoin aigu de main-d'œuvre, comme pendant la récolte. Les enfants qui travaillent peuvent ne pas avoir la force physique et la coordination nécessaires pour le travail agricole, et ils n'ont pas non plus le jugement adéquat pour de nombreuses situations. L'exposition aux produits agrochimiques est un problème particulier, car les enfants peuvent ne pas être au courant de l'application récente sur le terrain ou être capables de lire les avertissements sur les conteneurs de produits chimiques.

Les travailleurs agricoles courent un risque accru de contracter des maladies liées aux pesticides lorsqu'ils travaillent dans les champs. Les expositions surviennent le plus souvent par contact direct avec la pulvérisation de l'équipement d'application, par contact prolongé avec le feuillage récemment pulvérisé ou par dérive de pesticide appliqué par avion ou autre équipement de pulvérisation. Des intervalles de rentrée existent dans certains pays pour empêcher le contact foliaire alors que le pesticide sur le feuillage est encore toxique, mais de nombreux endroits n'ont pas d'intervalles de rentrée, ou ils peuvent ne pas être respectés pour accélérer la récolte. Des empoisonnements massifs dus à l'exposition aux pesticides continuent de se produire parmi les travailleurs agricoles.

Les entorses, les foulures et les blessures traumatiques représentent le plus grand danger sur le lieu de travail pour les travailleurs agricoles. Le risque de ces résultats est accru par la nature répétitive de nombreux travaux agricoles à forte intensité de main-d'œuvre, qui impliquent souvent que les travailleurs se penchent ou se baissent pour atteindre les cultures. Certaines tâches de récolte peuvent exiger que le travailleur porte des sacs lourds remplis de produits récoltés, souvent en équilibre sur une échelle. Il existe un risque substantiel de blessures traumatiques et de tensions musculo-squelettiques dans cette situation.

Aux États-Unis, l'une des causes les plus graves de blessures mortelles chez les travailleurs agricoles est les accidents de la route. Ceux-ci se produisent souvent lorsque les ouvriers agricoles conduisent ou sont conduits vers ou depuis les champs très tôt ou tard dans la journée sur des routes rurales dangereuses. Des collisions peuvent également se produire avec du matériel agricole lent.

Les expositions à la poussière et aux produits chimiques entraînent un risque accru de symptômes respiratoires et de maladies chez les travailleurs agricoles. Le danger spécifique variera en fonction des conditions locales et des produits. Par exemple, dans l'agriculture en climat sec, l'exposition à la poussière inorganique peut entraîner une bronchite chronique et des maladies pulmonaires transmises par la poussière.

Les maladies de la peau sont le problème de santé lié au travail le plus courant chez les travailleurs agricoles. Il existe de nombreuses causes de maladies de la peau dans cette population, y compris les traumatismes liés à l'utilisation d'équipements manuels tels que les tondeuses, les irritants et les allergènes dans les produits agrochimiques, les matières végétales et animales allergènes (y compris l'herbe à puce et le sumac vénéneux), les orties et autres plantes irritantes, les infections cutanées causées ou exacerbée par la chaleur ou un contact prolongé avec l'eau et l'exposition au soleil (qui peut causer un cancer de la peau).

De nombreuses autres maladies chroniques peuvent être plus courantes chez les travailleurs agricoles migrants et saisonniers, mais les données sur les risques réels sont limitées. Ceux-ci incluent le cancer; les résultats défavorables en matière de reproduction, y compris les fausses couches, l'infertilité et les malformations congénitales ; et les troubles neurologiques chroniques. Tous ces résultats ont été observés dans d'autres populations agricoles, ou chez celles qui sont fortement exposées à diverses toxines agricoles, mais on sait peu de choses sur le risque réel chez les travailleurs agricoles.

 

Retour

Jeudi, Mars 10 2011 14: 23

Agriculture urbaine

L'agriculture menée dans les zones urbaines est un contributeur majeur à la production d'aliments, de carburant et de fibres dans le monde, et elle existe en grande partie pour les besoins quotidiens des consommateurs dans les villes et les villages. L'agriculture urbaine utilise et réutilise les ressources naturelles et les déchets urbains pour produire des cultures et du bétail. Le tableau 1 résume la variété des systèmes agricoles en milieu urbain. L'agriculture urbaine est une source de revenus pour environ 100 millions de personnes et une source de nourriture pour 500 millions. Il est orienté vers les marchés urbains plutôt que vers les marchés nationaux ou mondiaux, et il se compose de nombreuses petites exploitations et de quelques grandes entreprises agroalimentaires. Les agriculteurs urbains vont d'un jardin familial à 20 m2 ou moins, à un petit agriculteur vivant sur 200 m2, à un opérateur à grande échelle qui peut louer 10 hectares dans une zone industrielle (UNDP 1996).

Tableau 1. Systèmes agricoles en milieu urbain

Systèmes agricoles

Produit

Localisation ou technique

Aquaculture

Poissons et fruits de mer, grenouilles, légumes, algues et fourrages

Étangs, ruisseaux, cages, estuaires, eaux usées, lagunes, zones humides

Horticulture

Légumes, fruits, herbes, boissons, compost

Sites résidentiels, parcs, emprises, conteneurs, toits, culture hydroponique, zones humides, serres, techniques de lits peu profonds, horticulture en couches

Floriculture

Fleurs, insecticides, plantes d'intérieur

Horticulture ornementale, toitures, conteneurs, serres, emprises

Agriculture

Lait, œufs, viande, fumier, peaux et fourrure

Zéro pâturage, emprises, coteaux, coopératives, enclos, espaces verts

Agroforesterie

Carburant, fruits et noix, compost, matériaux de construction

Arbres de rue, terrains résidentiels, pentes abruptes, vignobles, ceintures vertes, zones humides, vergers, parcs forestiers, haies

Mycoculture

Champignons, compost

Remises, caves

Vermaculture

Compost, vers pour l'alimentation des animaux et des poissons

Hangars, plateaux

Sériculture

Soie

Sites d'accueil, plateaux

Apiculture

Miel, pollinisation, cire

Ruches, emprises

Paysagisme, arboriculture

Aménagement et entretien de terrains, ornementation, pelouses, jardins

Cours, parcs, terrains de jeux, façades commerciales, bords de route, équipement de pelouse et de jardin

Culture de plantes à boissons

Raisins (vin), hibiscus, thé de palme, café, canne à sucre, qat (succédané de thé), matte (tisane), banane (bière)

Pentes abruptes, traitement des boissons

Sources : PNUD 1996 ; Rowntree 1987.

L'aménagement paysager, une ramification de l'architecture, est devenu une autre entreprise d'agriculture urbaine. Le jardinage paysager est l'entretien des plantes pour leur apparence ornementale dans les parcs et jardins publics, les cours et jardins privés et les plantations de bâtiments industriels et commerciaux. Le jardinage paysager comprend l'entretien des pelouses, la plantation de plantes annuelles (plantes à massif) et la plantation et l'entretien des vivaces, des arbustes et des arbres. Lié au jardinage paysager est l'entretien des terrains, dans lequel les terrains de jeux, les terrains de golf, les parcs municipaux, etc. sont entretenus (Franck et Brownstone 1987).

Présentation du processus

L'agriculture urbaine est considérée comme une méthode pour établir la durabilité écologique des villes et des agglomérations à l'avenir. L'agriculture urbaine fait généralement appel à des cultures marchandes à cycle court et à plus forte valeur ajoutée et utilise des techniques agricoles multi-cultures et intégrées situées là où l'espace et l'eau sont rares. Il utilise à la fois l'espace vertical et horizontal à son meilleur avantage. La principale caractéristique de l'agriculture urbaine est la réutilisation des déchets. Les processus sont typiques de l'agriculture avec des intrants et des étapes similaires, mais la conception consiste à utiliser les déchets humains et animaux comme engrais et sources d'eau pour la croissance de la végétation. Dans ce modèle quasi idéalisé, des intrants externes existent toujours, comme les pesticides (PNUD 1996).

Dans le cas particulier de l'aménagement paysager, l'apparence est le produit. L'entretien des pelouses et des arbres d'ornement, des arbustes et des fleurs est au centre de l'opération paysagère. En général, le paysagiste achète du matériel de plantation dans une pépinière ou une ferme à gazon, plante le matériel et en prend soin régulièrement et fréquemment. Cela demande généralement beaucoup de main-d'œuvre et de produits chimiques, et l'utilisation d'outils manuels et électriques et d'équipements de pelouse et de jardin est également courante. La tonte de l'herbe est une corvée de routine dans l'aménagement paysager.

Les dangers et leur maîtrise

L'agriculture urbaine est généralement à petite échelle, à proximité des habitations, exposée aux polluants urbains, engagée dans la réutilisation des déchets et exposée au vol potentiel de produits et à la violence qui y est associée. Les dangers liés aux divers types d'agriculture, aux pesticides et au compostage discutés ailleurs dans ce volume sont similaires (PNUD 1996).

Dans les pays développés, les fermes de banlieue et les entreprises d'aménagement paysager utilisent des équipements de pelouse et de jardin. Cet équipement comprend les petits tracteurs (accessoires de tracteur comme les tondeuses, les chargeuses frontales et les lames) et les transporteurs utilitaires (semblables aux véhicules tout-terrain). Les autres accessoires de tracteur comprennent les motoculteurs, les chariots, les souffleuses à neige et les taille-bordures. Ces tracteurs sont tous équipés de moteurs, consomment du carburant, ont des pièces mobiles, transportent un opérateur et sont souvent utilisés avec de l'équipement remorqué ou porté. Ils sont nettement plus petits que les tracteurs agricoles typiques, mais ils peuvent se renverser et causer des blessures graves. Le carburant utilisé sur ces tracteurs présente un risque d'incendie (Deere & Co. 1994).

De nombreux accessoires de tracteur ont leurs propres risques particuliers. Des enfants accompagnés d'adultes sont tombés du tracteur et ont été écrasés sous les roues ou hachés par les lames de tondeuse. Les tondeuses présentent deux types de dangers : l'un est le contact potentiel avec les lames en rotation et l'autre est le fait d'être heurté par des objets projetés par les lames. Les chargeurs frontaux et les lames sont actionnés hydrauliquement, et s'ils sont laissés sans surveillance et surélevés, ils présentent un risque de tomber sur toute personne qui met une partie du corps sous l'accessoire. Les transporteurs utilitaires sont peu coûteux par rapport au coût d'un petit camion. Ils peuvent se retourner sur des terrains escarpés, notamment en tournant. Ils sont dangereux lorsqu'ils sont utilisés sur la voie publique en raison de la possibilité de collision. (Voir le tableau 2 pour plusieurs conseils de sécurité pour l'utilisation de certains types d'équipement de pelouse et de jardin.)


Tableau 2. Conseils de sécurité pour l'utilisation d'équipements mécaniques pour pelouses et jardins

Tracteurs (plus petit que l'équipement agricole ordinaire)

Empêcher les retournements :

  • Ne conduisez pas là où le tracteur peut basculer ou glisser ; éviter les pentes raides; attention aux rochers, aux trous
    et dangers similaires.
  • Monter et descendre des pentes ou des coteaux ; éviter de traverser des pentes abruptes.
  • Ralentissez et soyez prudent dans les virages pour éviter de basculer ou de perdre le contrôle de la direction et du freinage.
  • Respectez les limites de charge du tracteur ; utiliser du ballast pour la stabilité ; reportez-vous au manuel d'utilisation.

 

N'autorisez jamais de passagers supplémentaires.

Maintenir les verrouillages de sécurité ; ils s'assurent que l'équipement motorisé est débrayé
lorsque l'opérateur n'est pas assis ou lors du démarrage du tracteur.

Tondeuses à gazon rotatives (type monté sur tracteur ou à conducteur marchant)

Maintenir les verrouillages de sécurité.

Utilisez des lames et des protections appropriées.

Gardez toutes les lames de sécurité et les protections en place et en bon état.

Portez des chaussures solides à bout fermé pour éviter de glisser et de vous protéger contre les blessures.

Ne laissez personne mettre les mains ou les pieds près du plateau de coupe ou de la goulotte d'éjection
pendant que la machine est en marche ; arrêtez la tondeuse si des enfants se trouvent à proximité.

Lorsque vous quittez la machine, éteignez-la.

Pour éviter les blessures par objets projetés :

  • Dégagez la zone à tondre.
  • Maintenez les protections du plateau de coupe, la goulotte d'éjection ou le sac en place.
  • Arrêtez la tondeuse dès que quelqu'un s'approche.

 

Lorsque vous travaillez sur la tondeuse (sur les tondeuses à pousser ou à conducteur marchant), débranchez la bougie d'allumage
pour empêcher le démarrage du moteur.

Évitez les incendies en ne renversant pas de carburant sur des surfaces chaudes et en ne manipulant pas de carburant à proximité d'étincelles ou de flammes ;
éviter l'accumulation de carburant, d'huile et de déchets autour des surfaces chaudes.

Chargeurs frontaux (attaché aux tracteurs de pelouse et de jardin)

Évitez de surcharger.

Descendez les rampes et les pentes raides avec le godet de la chargeuse abaissé.

Regardez l'itinéraire de conduite plutôt que de regarder le seau.

Actionnez les commandes hydrauliques du chargeur uniquement depuis le siège du tracteur.

Utilisez le chargeur uniquement pour les matériaux pour lesquels il a été conçu.

Abaissez le godet au sol lorsque vous quittez la machine.

Transporteurs utilitaires (similaire aux véhicules tout-terrain mais conçu pour les travaux hors route)

Évitez les renversements :

  • Entraînez-vous à conduire sur un terrain lisse avant de conduire sur un terrain accidenté.
  • Ne pas accélérer ; ralentir avant de tourner (surtout en pente).
  • Réduisez la vitesse sur les pentes et les terrains accidentés.
  • Surveillez les trous, les rochers et autres dangers cachés.

 

N'autorisez jamais de passagers supplémentaires.

Évitez de basculer en répartissant la charge de la caisse de chargement de manière à ce qu'elle ne soit ni trop haute ni trop éloignée vers l'arrière.

Évitez les désagréments lors du levage de la caisse de chargement en restant à l'écart du bord des quais de chargement
ou remblais.

Lors du remorquage de charges, placez un poids dans la caisse de chargement pour assurer la traction.

Évitez de conduire sur la voie publique.

Les enfants ne doivent pas utiliser ces machines.

Un casque est recommandé pour la protection de la tête.

Source : Adapté de Deere & Co. 1994.


 

 

Retour

Jeudi, Mars 10 2011 14: 26

Opérations de serre et de pépinière

L'industrie des pépinières produit des plants pour le marché de la replantation (voir figure 1). Les plantes rustiques sont cultivées à l'extérieur, et les plantes moins rustiques sont propagées et élevées à l'intérieur, généralement dans des serres, pour les protéger des températures froides ou d'un excès de rayonnement solaire ou de vent. De nombreuses plantes cultivées à l'intérieur dans des conditions de croissance difficiles sont cultivées à l'extérieur dans des conditions météorologiques favorables. Les cultures de pépinière typiques sont les arbres et les arbustes, et les cultures de serre typiques comprennent les fleurs, les légumes et les herbes. L'industrie des pépinières fait pousser des plantes pour le marché de la replantation, mais les serres sont également utilisées pour faire pousser des cultures pour les marchés saisonniers, comme les tomates pendant les mois glaciaux de l'hiver.

Figure 1. Mise en place des plants de café dans une pépinière en Côte d'Ivoire

AGR280F1

L'industrie des pépinières constitue un secteur important et en croissance de l'agriculture. En Californie, où il y a plus de 3,000 1986 pépinières commerciales, les cultures de pépinière sont un produit de grande valeur par acre, se classant au cinquième rang des revenus des fermes d'État. Comme dans une grande partie de l'agriculture de l'ouest des États-Unis, la population des employés est dominée par des travailleurs du Mexique ou d'autres pays d'Amérique centrale. La majorité de ces travailleurs ne sont pas des migrants, mais sont installés dans des communautés locales avec leurs familles (Mines et Martin XNUMX). La plupart ne parlent que l'espagnol ou comme langue principale et ont peu ou pas d'éducation formelle. Les salaires sont bas pour la plupart des emplois et il y a un excédent de main-d'œuvre. Des situations similaires existent dans le monde entier.

Le travail de pépinière est considéré comme un travail relativement bon par la plupart des travailleurs agricoles, car il s'exerce toute l'année, est relativement bien rémunéré et comprend souvent une assurance contre les accidents du travail et des prestations de santé pour les employés. Peu de travailleurs appartiennent à des organisations syndicales dans cette industrie, et la plupart des travailleurs sont employés directement par l'entreprise plutôt que par des entrepreneurs de main-d'œuvre agricole.

Les serres fournissent un environnement contrôlé pour les plantes et sont utilisées à diverses fins, notamment la culture de plantes rares et exotiques, la protection des plantes productrices (telles que les fleurs, les tomates et les poivrons) contre les intempéries hivernales et le démarrage des semis. L'environnement contrôlé dans une serre est avantageux pour ceux qui souhaitent faire pousser des cultures toute l'année, quelles que soient les conditions saisonnières à l'extérieur. Les opérations de serre se sont développées dans les climats tempérés. Par exemple, en Ukraine, la superficie totale des serres est passée de 3,070 1985 hectares (ha) en 3,200 à 1990 3,400 ha en 1995 et à environ 1994 XNUMX ha en XNUMX (Viten, Krashyyuh et Ilyna XNUMX).

La serre à pignon (toit à pente égale) est typique. Il offre une bonne exposition au soleil hivernal, un drainage et une protection contre le vent. Les matériaux de charpente pour les serres comprennent le bois, l'aluminium ou une combinaison de tuyaux en acier et de bois. Les parois latérales ou le revêtement peuvent être fabriqués à partir de divers matériaux, notamment le contreplaqué, l'aluminium, le bois ou le vinyle. En Ukraine, 60 % des serres ont des murs en blocs de maçonnerie. Les couvertures comprennent du verre ou du plastique, et dans certaines parties du monde, la maison couverte de verre s'appelle une serre. Le plastique peut être un film rigide ou flexible. Les plastiques rigides utilisés comme couvercles comprennent la fibre de verre, l'acrylique et le polycarbonate. Les couvertures en plastique souple comprennent le polyéthylène, le chlorure de polyvinyle et le polyester. Le polycarbonate, qui résiste à la casse des objets lancés, et les plastiques flexibles nécessitent un remplacement fréquent. Les couvertures peuvent varier de transparentes à opaques, et elles servent à trois fins. La première consiste à laisser entrer la lumière du soleil pour les plantes. Un autre est pour le chauffage dans une enceinte. Le dernier est de protéger les plantes du stress environnemental, y compris la neige, la pluie, la grêle, les vents violents, les oiseaux, les petits animaux et les insectes.

Le fonctionnement de la serre nécessite le contrôle de la température, de l'humidité et de la ventilation, en utilisant des sources de chaleur artificielles, des ventilateurs d'extraction et d'admission, de l'ombrage (comme avec des lattes mobiles ou des filets), un équipement de refroidissement (comme un tampon humide ou un refroidissement par évaporation), l'humidification et le climat. -équipement de contrôle (Jones 1978).

Les travailleurs des pépinières et des serres sont exposés à divers risques, notamment les irritants cutanés, la poussière, le bruit, le stress thermique, les troubles musculo-squelettiques (entorses et foulures), les pesticides et les blessures liées aux véhicules, aux machines, aux glissades et aux chutes et à l'électricité. Les risques discutés ci-dessous sont limités aux risques ergonomiques dans le travail en pépinière et aux risques liés aux pesticides dans le travail en serre. Bon nombre de ces dangers sont communs aux deux opérations.

Opérations de pépinière

Les opérations typiques d'une grande pépinière en gros spécialisée dans les plantes à massifs et ornementales d'extérieur cultivées en conteneurs consistent en quatre étapes :

    1. Étape de propagation. Les nouvelles plantes sont démarrées dans un milieu spécialisé en utilisant l'une des quatre méthodes standard : boutures de plantes matures, culture de tissus, graines et greffage.
    2. Stade de replantation. Au fur et à mesure que les plantes poussent, elles sont replantées dans des récipients individuels en plastique appelés « canettes » (généralement 2 ou 3 fois au cours du premier cycle de croissance). Un convoyeur motorisé transporte les nouvelles boîtes plus grandes devant une trémie où elles sont remplies de terre. Au fur et à mesure que les boîtes continuent sur le convoyeur, les plantes y sont transplantées manuellement, et enfin elles sont transférées manuellement sur une remorque pour être transportées sur le terrain.
    3. Stade de croissance or opérations sur le terrain. Les plantes sont maintenues en groupes à l'extérieur jusqu'à leur pleine maturité. Pendant cette période, les tâches comprennent l'arrosage, la taille, la fertilisation et le désherbage, le palissage, le tuteurage, la mise en forme et l'espacement au fur et à mesure que les plantes poussent.
    4. Livraison. Les plantes matures sont transportées vers la zone d'expédition, étiquetées, organisées par ordre de charge et chargées dans des camions. Cette opération peut également inclure le déchargement des camions sur les sites de vente au détail.

           

          Risques ergonomiques

          Le travail dans les pépinières, comme dans le cas d'autres produits agricoles, est caractérisé par des taux élevés d'entorses et de foulures. Les données d'AgSafe (1992) suggèrent que 38.9 % de toutes les blessures signalées dans les spécialités horticoles (y compris les pépinières) étaient des entorses et des foulures, une proportion légèrement supérieure à la proportion pour l'agriculture dans son ensemble. Le surmenage comme cause de blessure dans ce domaine a été cité pour 30.2 % des blessures signalées, également au-dessus de la proportion pour l'industrie dans son ensemble.

          Les facteurs de risque les plus courants pour le développement de problèmes musculo-squelettiques liés au travail ont été identifiés comme se produisant dans les tâches professionnelles suivantes :

          Pendant la propagation, le travailleur se tient debout ou s'assoit à une table de travail, vide un panier de boutures de plantes et utilise des cisailles à main pour les couper en petits morceaux. Les cisailles sont tenues dans la main dominante ; le matériel végétal est saisi avec l'autre main. Après la coupe de chaque morceau de matériel végétal, les cisailles doivent être désinfectées en les trempant dans une solution dans un petit récipient sur la paillasse.

          Lors de la coupe, une main est engagée dans une préhension très répétitive, avec une moyenne de 50 à 60 coupes par minute. Une flexion légère à modérée du poignet et une déviation ulnaire se produisent tout au long du cycle de coupe. L'autre main est utilisée pour tenir les boutures, les orienter pour la coupe et jeter les restes dans une poubelle. Une extension modérée du poignet et une déviation ulnaire se produisent également tout au long de ce cycle.

          Les travailleurs de cet emploi spécialisé sont hautement qualifiés et travaillent pratiquement à temps plein toute l'année sans rotation vers d'autres emplois. Les travailleurs signalent des douleurs et des engourdissements à la main, au poignet et au bras. Après une période d'années sur ce travail, ils démontrent une incidence élevée du syndrome du canal carpien.

          Lors du transport de plantes d'un tapis roulant à une remorque, le travailleur saisit 3 ou 4 contenants de 3.8 litres dans chaque main et les place sur une remorque située soit à côté de lui, soit derrière lui. Ce cycle de travail est répété 13 à 20 fois par minute. Les facteurs de risque comprennent une préhension très répétitive, des forces de pincement élevées et des postures inconfortables, notamment la flexion du tronc, des lombaires et des épaules.

          Lors du transport de plants d'une remorque à un lit de plantation, l'ouvrier saisit 3 ou 4 contenants de 3.8 l dans chaque main, les porte jusqu'à 17 m et les dépose sur le sol selon une rangée prédéterminée. Ce cycle de travail est répété 3 à 5 fois par minute. La manipulation des canettes est un travail presque à temps plein toute l'année pour de nombreux travailleurs. Elle est associée à des douleurs dans les doigts et les mains, les membres supérieurs et le bas du dos. Étant donné que les travailleurs sur le terrain ont tendance à être plus jeunes, le taux élevé prévu de blessures chroniques au dos n'est pas documenté pour le moment.

          Le sécateur fonctionne avec divers cisailles pour couper les parties indésirables ou mortes du dessus et des côtés des plantes. Le travailleur est généralement debout ou penché pour atteindre les plantes. La main dominante tient la cisaille et se livre à des préhensions très répétitives, avec une moyenne de 40 à 50 coupes par minute. Les doigts de la même main sont également utilisés pour pincer de petites brindilles ou d'autres parties de plantes. La main non dominante saisit la boîte pour un prélèvement et un placement rapides, et tient également les boutures dans une prise statique avec une flexion modérée du poignet et une déviation ulnaire présentes tout au long du cycle de coupe. Étant donné que l'élagage est une tâche à temps partiel pour la plupart des travailleurs sur le terrain, un certain soulagement et une certaine récupération sont obtenus en raison de la variation des tâches. Cependant, il est associé à des douleurs dans les doigts et la main, le poignet, les membres supérieurs et le bas du dos.

          Pour permettre aux plantes d'avoir suffisamment d'espace pour se développer et se développer, l'espacement doit être fait périodiquement. Cela implique de saisir et de soulever 3 à 4 plantes dans chaque main, de les porter sur une courte distance et de les placer sur le sol en rangées. Ce cycle est répété 3 à 5 fois par minute. Comme l'élagage, l'espacement est une tâche à temps partiel pour la plupart des travailleurs sur le terrain, offrant des possibilités de soulagement et de récupération. Il est également associé à des douleurs dans les doigts et les mains, les poignets, les membres supérieurs et le bas du dos.

          La plupart des travaux de pépinière sont à forte intensité d'énergie humaine, ce qui, associé à la nature répétitive de nombreuses tâches, entraîne un risque substantiel de blessures par mouvements répétitifs. Des outils pour aider les travailleurs en améliorant la posture corporelle et en réduisant les besoins énergétiques de tâches particulières commencent tout juste à être développés.

          Opérations de serre

          Les opérations typiques dans une serre varient selon que le but est de cultiver des plantes rares et exotiques, des plantes de production ou des semis. La culture de plantes rares ou exotiques est une entreprise qui dure toute l'année. Les plantes de production sont généralement cultivées dans la serre pour les protéger des intempéries; ainsi, les serres peuvent être utilisées de façon saisonnière. La croissance des semis est similaire à celle des pépinières, mais le marché est celui des plants à replanter au printemps après le dernier gel. Les tâches liées à la culture en serre comprennent la mise du sol dans de petits contenants, la plantation des graines dans chacun des contenants, l'arrosage et la fertilisation des plantes, la taille ou l'éclaircissage des plantes au besoin (voir figure 2), l'application de fumigants ou de pesticides et le transport des plantes. ou produit de la serre. Le remplissage du sol et la plantation sont devenus une opération mécanisée dans la serre de production. La composition du terreau peut être un mélange de tourbe, de perlite et de vermiculite. La coupe peut être mécanisée, selon la culture. L'arrosage peut se faire directement avec un tuyau ou par un système d'arrosage automatique ou de tuyauterie. Des nutriments sont ajoutés à l'eau pour fertiliser les plantes. L'application de pesticides à l'aide d'un pulvérisateur à main est typique. La stérilisation des sols se fait soit à la vapeur, soit par des produits chimiques, dont le dibromochloropropane (DBCP). Le transport de plantes ou de produits est généralement un exercice manuel.

          Figure 2. Couper (tondre) des plants de tabac repiqués dans une serre en Caroline du Nord

          AGR280F2

          Pesticides utilisés dans les serres

          Les maladies et les insectes qui attaquent les plantes peuvent entraîner des problèmes majeurs pour les exploitants de serres. Il est souvent plus facile de prévenir de tels dégâts que d'essayer d'éradiquer les ravageurs par la suite. Certains ravageurs courants qui infligent le plus de dégâts aux cultures en serre sont les insectes, les champignons, les virus, les bactéries et les nématodes. Pour lutter contre ces organismes indésirables, des produits chimiques spéciaux (pesticides) sont appliqués sur les plantes pour tuer les ravageurs.

          Il existe de nombreuses façons d'appliquer les pesticides pour qu'ils soient efficaces. Les méthodes d'application les plus courantes sont : les pulvérisations liquides, les brouillards, les poussières, les brouillards, les fumées, les bombes aérosols et les granulés. Les pulvérisations de pesticides impliquent l'utilisation d'un mélange eau/pesticide contenu dans un réservoir muni d'un tuyau auquel est fixée une buse de pulvérisation. Sous pression, le mélange est dirigé sur les plantes sous forme de gouttelettes liquides. Les brouillards sont générés par une technique similaire à la technique de pulvérisation, mais les gouttelettes résultantes sont plus petites. Les poussières de pesticides sont souvent libérées dans l'air et laissées se déposer sur la surface de la plante. Les nébulisateurs utilisent des dispositifs de chauffage pour générer de très petites gouttelettes dirigées vers les plantes. Les fumées de pesticides sont générées en allumant un cierge magique et en le plaçant dans une cartouche contenant le produit chimique.

          Les bombes aérosols sont des contenants métalliques sous pression qui libèrent le pesticide dans l'air lorsqu'une valve est ouverte. Enfin, des pesticides granulaires sont placés sur le sol puis arrosés. L'arrosage dissout les granules et transporte le produit chimique vers les racines de la plante, où il peut soit tuer les organismes dans le sol, soit être absorbé par la plante et tuer les organismes qui s'en nourrissent.

          Avec chaque méthode différente d'application d'un pesticide vient le risque d'être exposé au produit chimique. Les deux voies d'exposition les plus courantes sont la peau (cutanée) et les poumons (respiratoire). Une autre voie d'exposition, mais moins courante, est l'ingestion d'aliments ou de boissons contaminés par des pesticides. Les travailleurs des serres qui manipulent les produits chimiques ou les plantes traitées peuvent être empoisonnés si les précautions de sécurité appropriées ne sont pas suivies.

          Les moyens d'éviter l'empoisonnement comprennent l'utilisation appropriée des systèmes de ventilation de la serre, l'utilisation et l'entretien de l'EPI approprié (combinaisons, gants, respirateurs, bottes - voir figure 3), le respect des délais de rentrée recommandés et les instructions sur l'étiquette du pesticide. Voici quelques précautions de sécurité supplémentaires : stockage de tous les pesticides à l'intérieur d'une zone verrouillée et bien ventilée ; afficher des panneaux dans les zones où les plantes ont été traitées; et une formation complète sur les pesticides qui comprend les bonnes techniques d'application et de manipulation. Enfin, tous les applicateurs de pesticides doivent être formés aux techniques d'élimination appropriées des anciens pesticides et des contenants de pesticides vides.

          Figure 3. Un travailleur portant un équipement de protection complet applique des pesticides dans une serre.

          AGR290F3

           

          Retour

          Jeudi, Mars 10 2011 14: 37

          Floriculture

          Depuis le début des années 1990, dans de nombreux pays et sur plusieurs continents, la floriculture en tant qu'activité économique s'est rapidement développée. Son importance croissante sur les marchés d'exportation a entraîné un développement intégré de plusieurs aspects de ce champ d'activité, dont la production, la technologie, la recherche scientifique, le transport et la conservation.

          Production

          La production de fleurs coupées comporte deux composantes essentielles :

          1. le processus de production, qui implique toutes les activités directement liées à la génération et au développement du produit jusqu'au moment de l'emballage
          2. les diverses activités qui contribuent à la production et favorisent la commercialisation et la distribution des fleurs coupées.

           

          Le processus de production lui-même peut être divisé en trois parties de base : la germination, la culture et les procédures post-récolte.

          Germination est réalisée en plantant des plantes mères à partir desquelles des boutures sont obtenues pour la culture.

          Les boutures de différentes fleurs sont plantées sur des lits d'un milieu d'enracinement. Les massifs sont constitués de scories traitées à la vapeur et traitées avec des produits chimiques pour désinfecter le milieu de culture et faciliter le développement racinaire.

          Cultivation se fait dans des serres qui abritent les plates-bandes de milieu d'enracinement où les fleurs sont plantées et cultivées comme indiqué dans l'article "Opérations de serre et de pépinière" dans ce chapitre et comme illustré à la figure 1. La culture comprend la préparation du sol, la plantation des boutures (figure 2) et la récolte des fleurs.

          Figure 1. Entretien des fleurs dans une serre

          AGR290F1

          Figure 2. Plantation de boutures dans une serre

          AGR290F4

          La plantation comprend le cycle qui commence par le placement des boutures dans le milieu d'enracinement et se termine par la plante en fleurs. Il comprend les activités suivantes : plantation, irrigation normale, irrigation goutte à goutte avec engrais, culture et désherbage du sol, pincement de la pointe des plantes pour forcer la ramification et obtenir plus de fleurs, préparation des supports qui maintiennent les plantes debout et la croissance, ramification et floraison de la plante.

          La production se termine par la cueillette des fleurs et leur séparation par classement.

          Au stade post-récolte— en plus de la sélection et de la classification — les fleurs sont recouvertes de capuchons en plastique, un traitement sanitaire est appliqué et elles sont emballées pour l'expédition.

          Les activités secondaires comprennent la surveillance de la santé des plantes pour détecter les ravageurs et diagnostiquer précocement les maladies des plantes, l'obtention des matières premières de l'entrepôt et l'entretien des fours.

          Facteurs de risque pour la santé

          Les facteurs de risque les plus importants dans chacun des différents domaines de travail sont :

          • substances chimiques
          • températures extrêmes—chaleur
          • rayonnement non ionisant
          • maladie infectieuse
          • facteurs ergonomiques
          • facteurs mécaniques
          • facteurs psychosociaux.

           

          Substances chimiques

          Intoxication et maladies chroniques dues aux pesticides

          Les niveaux de morbidité/mortalité constatés chez les travailleurs dus à l'exposition aux pesticides ne sont pas la conséquence d'une simple relation entre l'agent chimique et la personne qui y a été exposée, mais reflètent également l'interaction de nombreux autres facteurs. Parmi ceux-ci figurent la durée d'exposition, la susceptibilité individuelle, l'état nutritionnel de la personne exposée, les variables éducatives et culturelles et les conditions socio-économiques dans lesquelles vivent les travailleurs.

          En plus des ingrédients actifs des pesticides, les substances qui véhiculent les ingrédients actifs et les additifs doivent également être prises en considération, car parfois ces substances peuvent avoir des effets indésirables plus nocifs que ceux des ingrédients actifs.

          La toxicité des pesticides à base d'organophosphates est due à leur effet sur le système nerveux central, car ils inhibent l'activité de l'enzyme acétylcholinestérase. Les effets sont cumulatifs et des effets différés ont également été notés sur les systèmes nerveux central et périphérique. Selon des études menées dans plusieurs pays, la prévalence de l'inhibition de cette enzyme chez les travailleurs qui manipulent ces pesticides oscille entre 3 et 18 %.

          Les effets à long terme sont des processus pathologiques qui se développent après une période de latence et sont dus à des expositions répétées. Parmi les effets à long terme connus pour être dus à l'exposition aux pesticides figurent les lésions cutanées, les lésions nerveuses et les effets mutagènes.

          Problèmes respiratoires

          Les plantes décoratives peuvent irriter le système respiratoire et provoquer la toux et les éternuements. De plus, les parfums ou les odeurs de plantes peuvent exacerber les symptômes de l'asthme ou de la rhinite allergique, bien qu'il n'ait pas été démontré qu'ils provoquent des allergies. Le pollen du chrysanthème et du tournesol peut provoquer de l'asthme. La poussière des plantes séchées provoque parfois des allergies.

          Dermatite

          Les cas de dermatites professionnelles rencontrés en floriculture sont à environ 90 % dus principalement à des dermatites de contact. Parmi ceux-ci, environ 60 % sont causés par des irritants primaires et 40 % sont dus à des réactions allergiques. La forme aiguë se caractérise par une rougeur (érythème), un gonflement (œdème), des boutons (papules), des vésicules ou des cloques. Elle est surtout localisée sur les mains, les poignets et les avant-bras. La forme chronique peut avoir des fissures profondes, une lichénification (épaississement et durcissement) de la peau et une xérose sévère (sécheresse). Elle peut être invalidante et même irréversible.

          La floriculture est l'une de ces activités où le contact avec les irritants primaires ou les substances allergènes est élevé, et pour cette raison, il est important de promouvoir et d'utiliser des mesures préventives, telles que des gants.

          Températures extrêmes—chaleur

          Lorsque le travail doit être effectué dans un environnement chaud, comme dans le cas des serres chaudes, la charge thermique du travailleur est la somme de la chaleur de l'environnement de travail plus l'énergie dépensée pour la tâche elle-même.

          Les effets physiques d'une exposition excessive à la chaleur comprennent les boutons de chaleur, les crampes et les spasmes musculaires, l'épuisement et les évanouissements. Les boutons de chaleur, en plus d'être inconfortables, diminuent la tolérance du travailleur à la chaleur. Si la transpiration est abondante et que les liquides et les électrolytes ne sont pas reconstitués de manière adéquate, des crampes et des spasmes musculaires peuvent s'installer. L'épuisement par la chaleur survient lorsque le contrôle vasomoteur et le débit cardiaque sont insuffisants pour compenser les demandes supplémentaires imposées à ces systèmes par le stress thermique. Les évanouissements représentent une situation clinique très grave pouvant entraîner confusion, délire et coma.

          Les précautions comprennent des pauses fréquentes dans des zones fraîches, la disponibilité de boissons à boire, la rotation des tâches nécessitant un effort intense et le port de vêtements de couleur claire.

          Rayonnement non ionisant

          Les types de rayonnement non ionisant les plus importants auxquels les travailleurs de la floriculture sont exposés sont le rayonnement ultraviolet (UV), la lumière visible et le rayonnement infrarouge. Les effets les plus graves du rayonnement UV sont l'érythème solaire, la dermatite actinique, la conjonctivite irritative et la photokératite.

          Le rayonnement du spectre visible de la lumière peut provoquer une dégénérescence rétinienne et maculaire. Un symptôme de l'exposition au rayonnement infrarouge est une brûlure superficielle de la cornée, et une exposition prolongée peut entraîner l'apparition prématurée de cataractes.

          Les précautions comprennent le fait de garder la peau couverte, le port de lunettes teintées et la surveillance médicale.

          Facteurs ergonomiques

          Les travailleurs qui maintiennent une posture corporelle statique pendant de longues périodes (voir figure 3) peuvent souffrir des contractions musculaires statiques qui en résultent et d'altérations des systèmes périphérique, vasculaire et nerveux. Les mouvements répétitifs sont plus fréquents dans les tâches nécessitant une dextérité manuelle. Par exemple, les cisailles à clipper peuvent nécessiter beaucoup de force et impliquer des mouvements répétitifs. Les effets les plus fréquemment observés sont des troubles musculo-squelettiques, notamment des tendinites du coude et du poignet, le syndrome du canal carpien et une altération des mouvements au niveau de l'épaule.

          Figure 3. Se pencher pendant de longues périodes est une cause fréquente de problèmes ergonomiques

          AGR290F2

          La rotation des tâches et la bonne conception ergonomique des équipements tels que les cisailles à découper sont des précautions nécessaires. Reconcevoir le lieu de travail pour nécessiter moins de flexion est une autre solution.

          Maladies infectieuses

          La floriculture peut exposer les travailleurs à une variété d'agents biologiques. Les premiers signes d'une infection sont rarement spécifiques, bien qu'ils soient généralement suffisamment bien définis pour faire suspecter une maladie. Les signes, la symptomatologie et les précautions dépendent de l'agent, qui comprend le tétanos, la rage, l'hépatite, etc. Les mesures préventives comprennent une source d'eau potable, de bonnes installations sanitaires, les premiers secours et des soins médicaux pour les coupures et écorchures.

          D'autres facteurs

          Les risques les plus courants pour la santé et la sécurité associés aux facteurs mécaniques sont les coupures, les abrasions et les traumatismes simples et multiples, qui blessent le plus souvent les mains et le visage. De telles blessures doivent être soignées immédiatement. Les travailleurs doivent avoir des vaccins antitétaniques à jour et des installations de premiers secours adéquates doivent être disponibles.

          L'environnement psychosocial peut également mettre en danger la santé des travailleurs. Les résultats de l'exposition à ces facteurs peuvent avoir les conséquences suivantes : modifications physiologiques (indigestion, constipation, palpitations, difficultés respiratoires, hyperventilation, insomnie et anxiété) ; troubles psychologiques (tension et dépression); et les troubles du comportement (absentéisme, instabilité, insatisfaction).

           

          Retour

          À la ferme de San Antonio, plusieurs travailleurs se sont empoisonnés lors de l'application du pesticide Lannate. Une enquête sur le cas a révélé que les travailleurs utilisaient des pulvérisateurs à dos pour l'application sans porter de vêtements, gants ou bottes de protection. Leur employeur n'avait jamais fourni l'équipement nécessaire, et le savon et les douches n'étaient pas non plus disponibles. À la suite des empoisonnements, l'employeur a reçu l'ordre de prendre les mesures correctives appropriées.

          Lorsque le ministère de la Santé a effectué une inspection de suivi, ils ont découvert que de nombreux agriculteurs n'utilisaient toujours aucun vêtement ou équipement de protection. Lorsqu'on leur a demandé pourquoi, certains ont dit que l'équipement était trop chaud et inconfortable. D'autres ont expliqué qu'ils travaillaient ainsi depuis des années et qu'ils n'avaient jamais eu de problèmes. Plusieurs ont mentionné qu'ils n'avaient pas besoin de l'équipement parce qu'ils avaient bu un grand verre de lait après avoir appliqué des pesticides.

          Cette expérience, qui s'est déroulée au Nicaragua, est commune à de nombreuses régions du monde et illustre le défi d'une formation efficace des ouvriers agricoles. La formation doit s'accompagner de la mise à disposition d'un environnement de travail sûr et de l'application de la législation, mais doit également tenir compte des obstacles à la mise en œuvre de pratiques de travail sûres et les intégrer dans les programmes de formation. Ces obstacles, tels que les environnements de travail dangereux, l'absence d'équipement de protection et les attitudes et croyances qui ne favorisent pas la santé, doivent être directement discutés lors des sessions de formation, et des stratégies pour les surmonter doivent être développées.

          Cet article décrit une approche de formation orientée vers l'action appliquée dans deux projets multidisciplinaires sur les pesticides qui ont été conçus pour résoudre le problème de l'empoisonnement des travailleurs agricoles par les pesticides. Ils ont été mis en œuvre au Nicaragua par CARE, Nicaragua et l'American Friends Service Committee (1985 à 1989) et dans la région de l'Amérique centrale par l'Organisation internationale du travail (OIT, 1993 à aujourd'hui). En plus d'une forte approche éducative, le projet nicaraguayen a développé des méthodes améliorées pour mélanger et charger les pesticides, un plan de surveillance médicale pour dépister les travailleurs en cas de surexposition aux pesticides et un système de collecte de données pour une enquête épidémiologique (Weinger et Lyons 1992). Dans le cadre de son projet à multiples facettes, l'OIT a mis l'accent sur les améliorations législatives, la formation et la création d'un réseau régional d'éducateurs en matière de pesticides.

          Les éléments clés des deux projets étaient la mise en œuvre d'une évaluation des besoins de formation afin d'adapter le contenu de l'enseignement au public cible, l'utilisation d'une variété d'approches pédagogiques participatives (Weinger et Wallerstein 1990) et la production d'un guide de l'enseignant et de matériel pédagogique pour faciliter le processus d'apprentissage. Les sujets de formation comprenaient les effets des pesticides sur la santé, les symptômes d'empoisonnement aux pesticides, les droits, les ressources et une composante de résolution de problèmes qui analysait les obstacles au travail en toute sécurité et comment les résoudre.

          Bien qu'il y ait de nombreuses similitudes entre les deux projets, le projet nicaraguayen a mis l'accent sur l'éducation des travailleurs tandis que le projet régional s'est concentré sur la formation des enseignants. Cet article fournit des lignes directrices sélectionnées pour la formation des travailleurs et des enseignants.

          Éducation des travailleurs

          Évaluation des besoins

          La première étape de l'élaboration du programme de formation a été l'évaluation des besoins ou «phase d'écoute», qui a identifié les problèmes et les obstacles à un changement efficace, reconnu les facteurs propices au changement, défini les valeurs et les croyances des travailleurs agricoles et identifié les expositions et expériences dangereuses spécifiques. qu'il fallait intégrer à la formation. L'équipe de projet nicaraguayenne a eu recours à des inspections pas à pas pour observer les pratiques de travail et les sources d'exposition des travailleurs aux pesticides. Des photographies ont été prises de l'environnement de travail et des pratiques de travail à des fins de documentation, d'analyse et de discussion pendant la formation. L'équipe a également écouté les problèmes émotionnels qui pourraient constituer des obstacles à l'action : la frustration des travailleurs face à une protection personnelle inadéquate, le manque d'eau et de savon ou le manque d'alternatives sûres aux pesticides actuellement utilisés.

          Méthodes et objectifs de la formation

          L'étape suivante du processus de formation consistait à identifier les domaines de contenu à couvrir en utilisant les informations obtenues en écoutant les travailleurs, puis à sélectionner les méthodes de formation appropriées en fonction des objectifs d'apprentissage. La formation avait quatre objectifs : fournir des informations ; identifier et changer les attitudes/émotions ; promouvoir des comportements sains; et développer des compétences d'action/de résolution de problèmes. Ce qui suit sont des exemples de méthodes regroupées sous l'objectif qu'elles permettent le mieux d'atteindre. Les méthodes suivantes ont été incorporées dans une session de formation de 2 jours (Wallerstein et Weinger 1992).

          Méthodes d'objectifs d'information

          Tableau à feuilles. Au Nicaragua, le personnel du projet avait besoin d'outils pédagogiques visuels facilement portables et indépendants de l'électricité pour une utilisation lors de la formation sur le terrain ou lors d'un dépistage médical dans les fermes. Le tableau à feuilles mobiles comprenait 18 dessins basés sur des situations réelles, qui ont été conçus pour être utilisés comme déclencheurs de discussion. Chaque image avait des objectifs spécifiques et des questions clés qui étaient décrites dans un guide d'accompagnement pour les instructeurs.

          Le tableau de conférence pourrait être utilisé à la fois pour fournir des informations et pour promouvoir l'analyse des problèmes conduisant à la planification d'actions. Par exemple, un dessin a été utilisé pour fournir des informations sur les voies d'entrée en demandant « Comment les pesticides pénètrent-ils dans le corps ? » Pour générer une analyse du problème de l'empoisonnement par les pesticides, l'instructeur demandait aux participants : « Que se passe-t-il ici ? Cette scène vous est-elle familière ? Pourquoi cela se produit-il ? Que pouvez-vous (il) faire à ce sujet ? » L'introduction de deux personnes ou plus dans un dessin (de deux personnes entrant dans un champ récemment pulvérisé) encourage la discussion sur les motivations et les sentiments présumés. « Pourquoi lit-elle le panneau ? Pourquoi est-il entré directement ? Avec des images visuelles efficaces, la même image peut déclencher diverses discussions, selon le groupe.

          Des diapositives. Les diapositives illustrant des images ou des problèmes familiers ont été utilisées de la même manière que le tableau à feuilles mobiles. À l'aide de photos prises lors de la phase d'évaluation des besoins, un diaporama a été créé pour suivre le cheminement de l'utilisation des pesticides, de la sélection et de l'achat à l'élimination et au nettoyage à la fin de la journée de travail.

          Méthodes pour les objectifs attitude-émotion

          Les attitudes et les émotions peuvent effectivement bloquer l'apprentissage et influencer la mise en œuvre des pratiques de santé et de sécurité au travail.

          Jeu de rôle scénarisé. Un jeu de rôle scénarisé était souvent utilisé pour explorer les attitudes et déclencher une discussion sur les problèmes d'exposition aux pesticides. Le script suivant a été donné à trois travailleurs, qui ont lu leurs rôles à l'ensemble du groupe.

          José: Quel est le problème?

          Rafael: Je suis sur le point d'abandonner. Deux travailleurs ont été empoisonnés aujourd'hui, une semaine seulement après cette grosse séance d'entraînement. Rien ne change jamais ici.

          José: Qu'est-ce que vous attendiez? Les managers n'ont même pas assisté à la formation.

          Sara : Mais au moins ils ont prévu une formation pour les ouvriers. C'est plus que ce que font les autres fermes.

          José: Mettre en place une formation est une chose, mais quid du suivi ? Les responsables mettent-ils à disposition des douches et des équipements de protection adéquats ?

          Sara : Avez-vous déjà pensé que les travailleurs pourraient avoir quelque chose à voir avec ces empoisonnements ? Comment savez-vous qu'ils travaillent en toute sécurité ?

          Rafael: Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que deux gars sont à l'hôpital aujourd'hui et que je dois retourner au travail.

          Le jeu de rôle a été développé pour explorer le problème complexe de la santé et de la sécurité des pesticides et les multiples éléments impliqués dans sa résolution, y compris la formation. Dans la discussion qui a suivi, l'animateur a demandé au groupe s'il partageait certaines des attitudes exprimées par les ouvriers agricoles dans le jeu de rôle, a exploré les obstacles à la résolution des problèmes décrits et a sollicité des stratégies pour les surmonter.

          Questionnaire de feuille de travail. En plus d'être un excellent moyen d'amorcer la discussion et de fournir des informations factuelles, un questionnaire peut également être un moyen de susciter des attitudes. Exemples de questions pour un groupe de travailleurs agricoles au Nicaragua :

          1. Boire du lait avant le travail est efficace pour prévenir l'empoisonnement aux pesticides.

            D 'accord en désaccord

            2. Tous les pesticides ont le même effet sur votre santé.

              D 'accord en désaccord

               

              Une discussion sur les attitudes a été encouragée en invitant les participants ayant des points de vue divergents à présenter et à justifier leurs opinions. Plutôt que d'affirmer la « bonne » réponse, l'instructeur a reconnu des éléments utiles dans la variété des attitudes exprimées.

              Méthodes pour les objectifs de compétences comportementales

              Les compétences comportementales sont les compétences souhaitées que les travailleurs acquerront à la suite de la formation. Le moyen le plus efficace d'atteindre les objectifs de développement des compétences comportementales est de fournir aux participants des occasions de pratiquer en classe, de voir une activité et de l'exécuter.

              Démonstration des équipements de protection individuelle. Une exposition d'équipements et de vêtements de protection a été disposée sur une table devant la classe, y compris un éventail d'options appropriées et inappropriées. Le formateur a demandé à un volontaire du public de s'habiller pour le travail d'application de pesticides. L'ouvrier agricole a choisi des vêtements sur l'étalage et les a enfilés; le public a été invité à commenter. Une discussion a suivi concernant les vêtements de protection appropriés et les alternatives aux vêtements inconfortables.

              Pratique pratique. Les formateurs et les ouvriers agricoles du Nicaragua ont appris à interpréter les étiquettes des pesticides en les lisant en petits groupes pendant le cours. Dans cette activité, la classe a été divisée en groupes et chargée de lire différentes étiquettes en groupe. Pour les groupes peu alphabétisés, des participants volontaires ont été recrutés pour lire l'étiquette à haute voix et diriger leur groupe à travers un questionnaire de feuille de travail sur l'étiquette, qui mettait l'accent sur les repères visuels pour déterminer le niveau de toxicité. De retour dans le grand groupe, des porte-parole bénévoles ont présenté leur pesticide au groupe avec des instructions pour les utilisateurs potentiels.

              Méthodes d'action/objectifs de résolution de problèmes

              L'un des principaux objectifs de la session de formation est de fournir aux travailleurs agricoles les informations et les compétences nécessaires pour apporter des changements au travail.

              Démarreurs de discussion. Une amorce de discussion peut être utilisée pour poser des problèmes ou des obstacles potentiels au changement, pour analyse par le groupe. Une amorce de discussion peut prendre diverses formes : un jeu de rôle, une image sur un tableau à feuilles mobiles ou une diapositive, une étude de cas. Pour animer un dialogue sur l'amorce de discussion, un questionnement en 5 étapes invite les participants à identifier le problème, à se projeter dans la situation présentée, à partager leurs réactions personnelles, à analyser les causes du problème et à proposer des stratégies d'action (Weinger et Wallerstein 1990).

              Études de cas. Les cas ont été tirés de situations réelles et familières qui se sont produites au Nicaragua et qui ont été identifiées dans le processus de planification. Ils ont le plus souvent illustré des problèmes tels que la non-conformité des employeurs, la non-conformité des travailleurs aux mesures de sécurité sous leur contrôle et le dilemme d'un travailleur présentant des symptômes pouvant être liés à l'exposition aux pesticides. Un exemple d'étude de cas a été utilisé pour introduire cet article.

              Les participants ont lu le cas en petits groupes et ont répondu à une série de questions telles que : Quelles sont certaines des causes de l'empoisonnement aux pesticides dans cet incident ? Qui en profite ? Qui est blessé ? Quelles mesures prendriez-vous pour éviter un problème similaire à l'avenir ?

              Plan d'action. Avant la fin de la séance de formation, les participants ont travaillé seuls ou en groupes pour élaborer un plan d'action visant à accroître la santé et la sécurité au travail lorsque des pesticides sont utilisés. À l'aide d'une feuille de travail, les participants ont identifié au moins une mesure qu'ils pourraient prendre pour promouvoir des conditions et des pratiques de travail sécuritaires.

              Évaluation et formation des enseignants

              Déterminer dans quelle mesure les sessions ont atteint leurs objectifs est un élément crucial des projets de formation. Les outils d'évaluation comprenaient un questionnaire post-atelier écrit et des visites de suivi dans les fermes ainsi que des enquêtes et des entretiens avec les participants 6 mois après la session de formation.

              La formation d'enseignants qui utiliseraient l'approche décrite ci-dessus pour fournir des informations et une formation aux travailleurs agricoles était une composante essentielle des programmes centraméricains parrainés par l'OIT. Les objectifs du programme de formation des enseignants étaient d'accroître les connaissances sur la santé et la sécurité des pesticides et les compétences pédagogiques des formateurs ; accroître le nombre et la qualité des sessions de formation destinées aux travailleurs agricoles, aux employeurs, aux vulgarisateurs et aux agronomes dans les pays du projet ; et de lancer un réseau d'éducateurs en santé et sécurité des pesticides dans la région.

              Les sujets de formation de la session d'une semaine comprenaient : un aperçu des effets des pesticides sur la santé, des pratiques de travail sécuritaires et de l'équipement; les principes de l'éducation des adultes ; les étapes de la planification d'un programme éducatif et comment les mettre en œuvre ; démonstration de méthodes d'enseignement choisies; aperçu des compétences de présentation; pratiquer l'enseignement par les participants en utilisant des méthodes participatives, avec critique; et l'élaboration de plans d'action pour l'enseignement futur sur les pesticides et les alternatives à leur utilisation. Une session de 1 semaines permet d'effectuer une visite sur le terrain et une évaluation des besoins de formation pendant l'atelier, de développer du matériel pédagogique en classe et de mener des sessions de formation des travailleurs sur le terrain.

              Un guide du formateur et des exemples de programmes ont été fournis pendant l'atelier pour faciliter l'enseignement pratique en classe et après l'atelier. Le réseau des éducateurs offre une autre source de soutien et un véhicule pour partager des approches et des matériels pédagogiques innovants.

              Conclusion

              Le succès de cette approche pédagogique auprès des travailleurs des champs de coton du Nicaragua, des syndicalistes du Panama et des formateurs du ministère de la Santé du Costa Rica, entre autres, démontre son adaptabilité à une variété de contextes de travail et de groupes cibles. Ses objectifs ne sont pas seulement d'augmenter les connaissances et les compétences, mais aussi de fournir les outils de résolution de problèmes sur le terrain après la fin des sessions d'enseignement. Il faut cependant être clair sur le fait que l'éducation seule ne peut pas résoudre les problèmes d'utilisation et d'abus des pesticides. Une approche multidisciplinaire qui comprend l'organisation des travailleurs agricoles, des stratégies d'application législative, des contrôles techniques, une surveillance médicale et une enquête sur les alternatives aux pesticides est essentielle pour effectuer des changements complets dans les pratiques en matière de pesticides.

               

              Retour

              L'agriculture moderne repose sur des équipements très performants, en particulier des tracteurs et des machines agricoles puissants et rapides. Les tracteurs à outils portés et traînés permettent la mécanisation de nombreuses opérations agricoles.

              L'utilisation de tracteurs permet aux agriculteurs d'accomplir le travail principal du sol et l'entretien des plantes dans un délai optimal sans travail manuel important. L'agrandissement permanent des exploitations, l'extension des terres cultivées et l'intensification de la rotation des cultures favorisent également une agriculture plus efficace. L'utilisation généralisée des assemblages à grande vitesse est entravée par deux facteurs : les méthodes agricoles existantes basées principalement sur des machines et des outils avec des outils passifs ; et les difficultés à garantir des conditions de travail sûres pour l'opérateur de montage de tracteurs à grande vitesse.

              La mécanisation peut accomplir environ 70 % des opérations de plantation et de culture. Il est également utilisé à toutes les étapes de la culture et de la récolte. Néanmoins, chaque étape de la plantation et de la culture a son propre ensemble de machines, d'outils et de conditions environnementales, et cette variabilité de la production et des facteurs environnementaux a une influence sur le conducteur du tracteur.

              Culture de la terre

              La culture de la terre (labour, hersage, éraflure, hersage à disques, culture entière, roulage) est importante et constitue l'étape préliminaire la plus exigeante en main-d'œuvre de la production agricole. Ces opérations représentent 30 % des opérations de plantation et de culture.

              En règle générale, le relâchement du sol entraîne la formation de poussière. La nature de la poussière dans l'air est variable et dépend des conditions météorologiques, de la saison, du type de travail, du type de sol, etc. La concentration de poussière dans les cabines des tracteurs peut varier de quelques mg/m3 à des centaines de mg/m3, dépendant essentiellement de l'enveloppe de la cabine. Environ 60 à 65 % des cas dépassent le niveau de concentration de poussière totale admissible ; les niveaux admissibles de poussières respirables (inférieures ou égales à 5 microns) sont dépassés 60 à 80 % du temps (voir figure 1). La teneur en silice de la poussière varie de 0.5 à 20 % (Kundiev 1983).

              Figure 1. Exposition des chauffeurs de tracteur à la poussière pendant la culture des terres

              AGR070F1

              La culture consiste en des opérations consommatrices d'énergie, notamment lors des labours, et elle demande une mobilisation importante des ressources énergétiques des machines, générant des niveaux sonores considérables là où les conducteurs de tracteurs sont assis. Ces niveaux de bruit s'élèvent à 86 à 90 dBA et plus, créant un risque considérable de troubles auditifs pour ces travailleurs.

              En règle générale, les niveaux de vibrations globales du corps lorsque le conducteur du tracteur est assis peuvent être très élevés, dépassant les niveaux établis par l'Organisation internationale de normalisation (ISO 1985) pour la limite de compétence réduite par la fatigue et fréquemment pour la limite d'exposition.

              La préparation du sol est effectuée principalement au début du printemps et à l'automne, de sorte que le microclimat des cabines dans les zones tempérées pour les machines sans climatiseurs n'est pas un problème de santé, sauf lors de journées chaudes occasionnelles.

              Semer et faire pousser

              Veiller à ce que les accessoires de semis ou les outils de labour se déplacent en ligne droite et que les tracteurs suivent les traces de marquage ou le milieu du rang sont des caractéristiques du semis et de l'entretien des cultures.

              En général, ces activités obligent le conducteur à travailler dans des positions inconfortables et impliquent une tension nerveuse et émotionnelle considérable en raison de la visibilité restreinte de la zone de travail, ce qui entraîne un développement rapide de la fatigue de l'opérateur.

              L'agencement des semoirs et leur préparation à l'utilisation, ainsi que la nécessité de travaux auxiliaires manuels, en particulier la manutention des matériaux, peuvent impliquer des charges physiques considérables.

              Une large répartition géographique des variétés de céréales se traduit par une diversité des conditions météorologiques lors des semis. Le semis des cultures d'hiver pour différentes zones climatiques peut être effectué, par exemple, lorsque la température extérieure varie de 3–10 °C à 30–35 °C. Les semis des cultures de printemps sont effectués lorsque la température extérieure varie de 0 °C à 15–20 °C. Les températures dans les cabines de tracteur sans climatiseur peuvent être très élevées dans les régions où le climat est doux et chaud.

              Les conditions microclimatiques dans les cabines des tracteurs sont généralement favorables lors des semis de cultures labourées (betterave, maïs, tournesol) en zone tempérée. La culture des cultures est effectuée lorsque la température extérieure est élevée et que le rayonnement solaire est intense. La température de l'air dans les cabines sans microclimatisation peut atteindre 40 °C et plus. Les conducteurs de tracteurs peuvent travailler dans des conditions inconfortables environ 40 à 70 % du temps total consacré à l'entretien des cultures.

              Les opérations de travail pour la culture des cultures labourées impliquent un déplacement considérable de la terre, provoquant la formation de poussière. Les concentrations maximales de poussière au sol dans l'air de la zone respiratoire ne dépassent pas 10 à 20 mg/m3. La poussière est à 90% inorganique, contenant une grande quantité de silice libre. Les niveaux de bruit et de vibrations à l'endroit où le conducteur est assis sont un peu inférieurs à ceux existant pendant la culture.

              Lors des semis et de la culture, les travailleurs peuvent être exposés aux engrais, aux engrais chimiques et aux pesticides. Lorsque les règles de sécurité pour la manipulation de ces matériaux ne sont pas respectées et si les machines ne fonctionnent pas correctement, la concentration de matières dangereuses dans la zone respiratoire peut dépasser les valeurs autorisées.

              Récoltes

              En règle générale, la récolte dure de 25 à 40 jours. La poussière, les conditions microclimatiques et le bruit peuvent constituer des dangers lors de la récolte.

              Les concentrations de poussières dans la zone respiratoire dépendent principalement de la concentration extérieure et de l'étanchéité de la cabine de la machine de récolte. Les machines plus anciennes sans cabine laissent les conducteurs exposés à la poussière. La formation de poussière est la plus intense lors de la récolte du maïs sec, lorsque la concentration de poussière dans les cabines des moissonneuses-batteuses non fermées peut atteindre 60 à 90 mg/m3. La poussière se compose principalement de restes de plantes, de pollen et de spores de champignons, principalement en grosses particules non respirables (plus de 10 microns). La teneur en silice libre est inférieure à 5.5 %.

              La formation de poussière lors de la récolte des betteraves sucrières est moindre. La concentration maximale de poussière dans la cabine ne dépasse pas 30 mg/m3.

              La récolte des céréales est généralement effectuée pendant la saison la plus chaude. La température dans la cabine peut monter jusqu'à 36 à 40 °C. Le niveau de flux du rayonnement solaire direct est de 500 W/m2 et plus encore lorsque du verre ordinaire est utilisé pour les fenêtres de la cabine. Les vitres teintées abaissent la température de l'air dans la cabine de 1 à 1.6 °C. Un système de ventilation forcée mécanique avec un débit de 350 m3/h peut créer une différence de température entre l'air intérieur et l'air extérieur de 5 à 7 °C. Si la moissonneuse-batteuse est équipée de volets réglables, cette différence tombe à 4 à 6 °C.

              Les cultures labourées sont récoltées pendant les mois d'automne. En règle générale, les conditions du microclimat dans les taxis à cette époque ne sont pas un grand problème de santé.

              L'expérience des pays développés montre que l'agriculture dans les petites exploitations peut être rentable avec l'utilisation de la mécanisation à petite échelle (minitracteurs - unités motorisées d'une capacité allant jusqu'à 18 chevaux, avec différents types d'équipements auxiliaires).

              L'utilisation de tels équipements pose un certain nombre de problèmes de santé spécifiques. Ces problèmes comprennent : l'intensification de la charge de travail à certaines saisons, le recours au travail des enfants et au travail des personnes âgées, l'absence de moyens de protection contre le bruit intense, les vibrations globales et locales, les conditions météorologiques néfastes, la poussière, les pesticides et les gaz d'échappement. des gaz. L'effort nécessaire pour déplacer les leviers de commande des ensembles motorisés peut s'élever à 60 à 80 N (newtons).

              Certains types de travaux sont effectués à l'aide d'animaux de trait ou manuels en raison d'un équipement insuffisant ou de l'impossibilité d'utiliser des machines pour une raison quelconque. Le travail manuel exige en règle générale un effort physique considérable. Les besoins en énergie pendant le labour, le semis hippomobile et la tonte manuelle peuvent atteindre 5,000 6,000 à XNUMX XNUMX cal/jour et plus.

              Les blessures sont fréquentes pendant le travail manuel, en particulier chez les travailleurs inexpérimentés, et les cas de brûlures de plantes, de piqûres d'insectes et de reptiles et de dermatites dues à la sève de certaines plantes sont fréquents.

              Prévention

              L'une des principales tendances dans la construction de tracteurs est l'amélioration des conditions de travail des conducteurs de tracteurs. Parallèlement à la perfection de la conception des cabines de protection, on recherche les moyens de coordonner les paramètres techniques des différents tracteurs avec les capacités fonctionnelles des opérateurs. L'objectif de cette recherche consiste à s'assurer de l'efficacité des fonctions de contrôle et de conduite ainsi que des paramètres ergonomiques nécessaires de l'environnement de travail.

              L'efficacité du contrôle et de la conduite des ensembles du tracteur est assurée par une bonne visibilité de la zone de travail, par l'optimisation de la conception des ensembles et des panneaux de commande et par une bonne conception ergonomique des sièges du tracteur.

              Les moyens courants d'augmenter la visibilité sont l'augmentation de la zone de visualisation de la cabine à l'aide de vitres panoramiques, l'amélioration de la disposition des équipements auxiliaires (par exemple, le réservoir de carburant), la rationalisation de l'emplacement des sièges, l'utilisation de rétroviseurs, etc.

              L'optimisation des éléments de commande de construction est liée à la construction de l'entraînement du mécanisme de commande. En plus des entraînements hydrauliques et électriques, une nouvelle amélioration est les pédales de commande suspendues. Cela permet un meilleur accès et un confort de conduite accru. Le codage fonctionnel (au moyen de la forme, de la couleur et/ou des signes symboliques) joue un rôle important dans la reconnaissance des éléments de contrôle.

              La disposition rationnelle de l'instrumentation (qui comprend 15 à 20 unités dans les tracteurs modernes) nécessite de prendre en compte de nouvelles augmentations d'indicateurs dues au contrôle à distance des conditions du processus technologique, à l'automatisation de la conduite et du fonctionnement de l'équipement technologique.

              Le siège de l'opérateur est conçu pour garantir une position confortable et une conduite efficace de l'ensemble machine et tracteur. La conception des sièges de tracteurs modernes tient compte des données anthropométriques du corps humain. Les sièges ont un dossier et des accoudoirs réglables et peuvent être ajustés en fonction de la taille de l'opérateur, dans les dimensions horizontales et verticales (figure 2).

              Figure 2. Paramètres d'angle de la posture de travail optimale d'un conducteur de tracteur

              AGR070F4

              Les précautions contre les conditions de travail néfastes pour les conducteurs de tracteurs comprennent des moyens de protection contre le bruit et les vibrations, la normalisation du microclimat et l'étanchéité à l'air des cabines.

              Outre l'ingénierie spéciale du moteur pour réduire le bruit à sa source, un effet considérable est obtenu en montant le moteur sur des amortisseurs de vibrations, en isolant la cabine du corps du tracteur à l'aide d'amortisseurs et un certain nombre de mesures conçues pour l'absorption du bruit dans le taxi. Un revêtement floconneux insonorisant avec une surface décorative est appliqué à cet effet sur les panneaux muraux de la cabine et des tapis en caoutchouc et en porolon sont posés sur le plancher de la cabine. Des panneaux perforés durs avec un espace d'air de 30 à 50 mm sont appliqués au plafond. Ces mesures ont réduit les niveaux de bruit dans les cabines à 80–83 dBA.

              Le principal moyen d'amortir les vibrations à basse fréquence dans la cabine est l'utilisation d'une suspension de siège efficace. Néanmoins, l'effet d'amortissement des vibrations globales du corps ainsi obtenu ne dépasse pas 20 à 30 %.

              Le nivellement du sol agricole offre des possibilités considérables de diminution des vibrations.

              L'amélioration des conditions de microclimat dans les cabines de tracteur est obtenue à l'aide d'équipements standard (par exemple, ventilateurs avec éléments filtrants, verre teinté thermo-isolant, visières anti-soleil, volets réglables) et de dispositifs spéciaux (par exemple, climatiseurs). Les systèmes de chauffage des tracteurs modernes sont conçus comme un ensemble autonome attaché au système de refroidissement du moteur et utilisant de l'eau chauffée pour chauffer l'air. Des climatiseurs et des aérothermes combinés sont également disponibles.

              Des solutions complexes au problème du bruit, des vibrations et de l'isolation thermique et de l'étanchéité des cabines peuvent être atteintes à l'aide de capsules de cabine scellées conçues avec des pédales de commande suspendues et des systèmes d'entraînement à câble métallique.

              La facilité d'accès aux moteurs et aux ensembles de tracteurs pour leur entretien et leurs réparations, ainsi que l'obtention d'informations opportunes sur l'état technique de certaines unités de l'ensemble, sont des indices importants du niveau des conditions de travail des conducteurs de tracteurs. Suppression du capot de la cabine, inclinaison vers l'avant de la cabine, panneaux amovibles du capot du moteur, etc. sont disponibles sur certains types de tracteurs.

              A l'avenir, les cabines des tracteurs seront probablement équipées d'unités de commande automatique, d'écrans de télévision pour l'observation des outils hors du champ de vision de l'opérateur et d'unités de conditionnement du microclimat. Les cabines seront montées sur des tiges rotatives extérieures afin qu'elles puissent être déplacées vers une position requise.

              L'organisation rationnelle du travail et du repos est d'une grande importance pour la prévention de la fatigue et des maladies des travailleurs agricoles. Pendant la saison chaude, la routine quotidienne devrait prévoir de travailler principalement le matin et le soir, en réservant le temps le plus chaud au repos. Lors de travaux épuisants (déménagement, binage), de courtes pauses régulières sont nécessaires. Une attention particulière doit être accordée à l'alimentation rationnelle et équilibrée des travailleurs en tenant dûment compte des besoins énergétiques des tâches. Boire régulièrement pendant la chaleur est d'une grande importance. En règle générale, les travailleurs boivent des boissons traditionnelles (thé, café, jus de fruits, infusions, bouillons, etc.) en plus de l'eau. La disponibilité de quantités suffisantes de liquides sains de haute qualité est très importante.

              La disponibilité de combinaisons confortables et d'équipements de protection individuelle (EPI) (respirateurs, protecteurs auditifs), en particulier en cas de contact avec la poussière et les produits chimiques, est également très importante.

              Le contrôle médical de la santé des travailleurs agricoles doit être orienté vers la prévention des maladies professionnelles courantes, telles que les maladies infectieuses, les expositions chimiques, les blessures, les problèmes ergonomiques, etc. L'enseignement de méthodes de travail sûres, l'information sur les questions d'hygiène et d'assainissement sont d'une grande importance.

               

              Retour

              Jeudi, Mars 10 2011 14: 48

              Opérations de récolte

              Le rassemblement des cultures agricoles à maturité, ou la pratique de la récolte, signale la fin du cycle de production avant le stockage et la transformation. La taille et la qualité de la récolte retirée du champ, du verger ou du vignoble représentent la mesure la plus importante de la productivité et du succès d'un agriculteur. La valeur qui a été accordée au résultat de la récolte se reflète dans les termes utilisés presque universellement pour mesurer et comparer la productivité agricole, tels que kilogrammes par hectare (kg/ha), balles par hectare, boisseaux par acre (bu/a) et tonnes par acre ou hectare. D'un point de vue agronomique, ce sont en fait les intrants qui déterminent le rendement ; cependant, c'est la récolte qui devient le principal déterminant pour savoir s'il y aura ou non suffisamment de semences et de ressources pour assurer la durabilité de la ferme et de ceux qu'elle soutient. En raison de l'importance de la récolte et de toutes ses activités connexes, cette partie du cycle agricole a pris un rôle presque spirituel dans la vie des agriculteurs du monde entier.

              Peu de pratiques agricoles illustrent plus clairement l'étendue et la diversité des risques liés à la technologie et au travail rencontrés dans la production agricole que la récolte. La récolte des cultures est effectuée dans une grande variété de conditions, sur différents types de terrain, en utilisant des machines simples à complexes qui doivent gérer une diversité de cultures ; elle implique un effort physique considérable de la part de l'agriculteur (Snyder et Bobick 1995). Pour ces raisons, toute tentative de généraliser brièvement les caractéristiques ou la nature des pratiques de récolte et des risques liés à la récolte est extrêmement difficile. Les petites céréales (riz, blé, orge, avoine, etc.), par exemple, qui dominent une grande partie des terres cultivées plantées dans le monde, représentent non seulement certaines des cultures les plus mécanisées, mais dans de vastes régions d'Afrique et d'Asie sont récoltées d'une manière qui serait familière aux agriculteurs il y a 2,500 XNUMX ans. L'utilisation de faucilles à main pour récolter quelques tiges à la fois, des aires de battage en terre battue et de simples dispositifs de battage restent les principaux outils de récolte pour beaucoup trop de producteurs.

              Les principaux dangers associés aux pratiques de récolte à plus forte intensité de main-d'œuvre ont peu changé avec le temps et sont souvent éclipsés par les risques accrus perçus associés à une plus grande mécanisation. De longues heures d'exposition aux éléments, les exigences physiques résultant du levage de charges lourdes, des mouvements répétitifs et d'une posture maladroite ou voûtée, ainsi que des risques naturels tels que les insectes venimeux et les serpents, ont historiquement causé et continuent de faire des ravages (voir Figure 1). Récolter des céréales ou de la canne à sucre avec une faucille ou une machette, cueillir des fruits ou des légumes à la main et retirer manuellement les cacahuètes de la vigne sont des tâches sales, inconfortables et épuisantes qui, dans de nombreuses communautés, sont fréquemment accomplies par un grand nombre d'enfants et de femmes. L'une des forces de motivation les plus fortes qui a façonné les pratiques de récolte modernes a été le désir de supprimer la corvée physique associée à la récolte manuelle.

              Figure 1. Millet récolté à la main

              AGR070F6

              Même si les ressources étaient disponibles pour mécaniser la récolte et réduire ses risques (et pour de nombreux petits agriculteurs dans de nombreuses régions du monde, elles ne le sont pas), les investissements visant à améliorer les aspects de sécurité et de santé de la récolte auraient probablement des rendements inférieurs à ceux d'investissements comparables. pour améliorer le logement, la qualité de l'eau ou les soins de santé. Cela est particulièrement vrai si les agriculteurs ont accès à un grand nombre de travailleurs sans emploi ou sous-employés. Des taux de chômage élevés et des opportunités d'emploi limitées, par exemple, exposent un grand nombre de jeunes travailleurs à un risque de blessure pendant la récolte car ils sont moins chers à utiliser que les machines. Même dans de nombreux pays où les pratiques agricoles sont hautement mécanisées, les lois sur le travail des enfants exemptent fréquemment les enfants impliqués dans des activités agricoles. Par exemple, des dispositions spéciales des lois sur le travail des enfants du Département du travail des États-Unis continuent d'exempter les enfants de moins de 16 ans pendant la récolte et leur permettent d'utiliser du matériel agricole sous certaines conditions (DOL 1968).

              Contrairement à une perception générale selon laquelle une plus grande mécanisation de l'agriculture a augmenté les risques associés à la production agricole, en ce qui concerne la récolte, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Grâce à l'introduction de la mécanisation intensive dans les principales régions productrices de céréales et de fourrages, le temps nécessaire pour produire un boisseau de céréales, par exemple, est passé de plus d'une heure à moins d'une minute (Griffin 1973). Cette réalisation, bien que fortement dépendante des combustibles fossiles, a libéré des dizaines de millions de personnes de la pénibilité et des conditions de travail dangereuses associées à la récolte manuelle. La mécanisation a entraîné non seulement d'énormes augmentations de la productivité et des rendements, mais aussi la quasi-élimination des blessures les plus importantes liées à la récolte, telles que celles impliquant le bétail.

              La mécanisation intensive du processus de récolte a toutefois introduit de nouveaux risques, qui ont nécessité des périodes d'adaptation et, dans certains cas, le remplacement des machines par des pratiques et des conceptions améliorées qui étaient soit plus productives, soit moins dangereuses. Un exemple de cette évolution technologique a été vécu avec la transition qui a eu lieu dans la récolte du maïs en Amérique du Nord entre les années 1930 et les années 1970. Jusque dans les années 1930, la récolte de maïs était presque entièrement récoltée à la main et transportée vers des sites de stockage à la ferme par des chariots tirés par des chevaux. La principale cause de blessures liées à la récolte était liée au travail avec des chevaux (NSC 1942). Avec l'introduction et l'utilisation généralisée du cueilleur de maïs mécanique tiré par un tracteur dans les années 1940, les décès et les blessures liés aux chevaux et au bétail ont rapidement diminué pendant la période de récolte, et il y a eu une croissance correspondante du nombre de blessures liées au cueilleur de maïs. . Ce n'était pas parce que les cueilleurs de maïs étaient intrinsèquement plus dangereux, mais parce que les blessures reflétaient une transition rapide vers une nouvelle pratique qui n'avait pas été complètement raffinée et avec laquelle les agriculteurs n'étaient pas familiers. Au fur et à mesure que les agriculteurs s'adaptaient à la technologie et que les fabricants amélioraient les performances du cueilleur de maïs, et que des variétés de maïs plus uniformes étaient plantées et mieux adaptées à la récolte mécanique, le nombre de décès et de blessures a rapidement diminué. En d'autres termes, l'introduction du cueilleur de maïs a finalement entraîné une diminution des blessures liées à la récolte dues à l'exposition aux dangers traditionnels.

              Avec l'introduction dans les années 1960 de la moissonneuse-batteuse automotrice, qui pouvait récolter des variétés de maïs à rendement plus élevé à des taux dix fois plus rapides ou plus que le cueilleur de maïs, les blessures des cueilleurs de maïs ont presque disparu. Mais, encore une fois, comme pour le cueilleur de maïs, la moissonneuse-batteuse a introduit un nouvel ensemble de dangers qui ont nécessité une période d'adaptation. Par exemple, la capacité de rassembler, couper, séparer et nettoyer le grain dans le champ à l'aide d'une seule machine a changé la manipulation du grain d'un processus d'écoulement grumeleux sous la forme d'épis de maïs à du maïs décortiqué, qui était presque fluide. Par conséquent, dans les années 1970, il y a eu une augmentation spectaculaire du nombre de blessures liées aux vis sans fin, ainsi que d'engloutissements et de suffocations dans le flux de grain qui ont eu lieu dans les structures de stockage et les véhicules de transport du grain (Kelley 1996). De plus, de nouvelles catégories de blessures liées à la taille et au poids de la moissonneuse-batteuse ont été signalées, telles que les chutes depuis la plate-forme de l'opérateur et les échelles, qui peuvent placer l'opérateur jusqu'à 4 m du sol, et les opérateurs être écrasé sous l'unité de ramassage à plusieurs rangs.

              La mécanisation de la récolte du maïs a directement contribué à l'un des changements les plus spectaculaires de la population rurale jamais connus en Amérique du Nord. La population agricole, en moins de 75 ans après l'introduction des variétés hybrides de maïs et du cueilleur de maïs mécanique, est passée de plus de 50 % à moins de 5 % de la population totale. Au cours de cette période de productivité accrue et de demandes de main-d'œuvre considérablement réduites, l'exposition globale aux risques sur le lieu de travail agricole a été considérablement réduite, ce qui a contribué à une baisse des décès liés à l'agriculture signalés de plus de 14,000 1942 en 900 à moins de 1995 en 1995 (NSC XNUMX).

              Les blessures associées aux opérations de récolte modernes concernent généralement les tracteurs, les machines, le matériel de manutention du grain et les structures de stockage du grain. Depuis les années 1950, les tracteurs ont contribué à environ la moitié de tous les décès liés à l'agriculture, les renversements étant le facteur contributif le plus important. L'utilisation de structures de protection contre le renversement (ROPS) s'est avérée être la stratégie d'intervention la plus importante pour réduire le nombre de décès liés aux tracteurs (Deere & Co. 1994). Parmi les autres caractéristiques de conception qui ont amélioré la sécurité et la santé des conducteurs de tracteurs, citons des empattements plus larges et des conceptions qui abaissent le centre de gravité pour améliorer la stabilité, des enceintes de conducteur toutes saisons pour réduire l'exposition aux éléments et à la poussière, des sièges et des commandes de conception ergonomique et une réduction du bruit. niveaux.

              Le problème des blessures liées aux tracteurs reste cependant important et est une préoccupation croissante dans les régions qui se mécanisent rapidement, comme la Chine et l'Inde. Dans de nombreuses régions du monde, il est plus probable que le tracteur soit utilisé comme véhicule de transport routier ou comme source d'énergie stationnaire plutôt que d'être utilisé dans les champs pour produire des cultures, comme il a été conçu pour le faire. Dans ces zones, les tracteurs sont généralement introduits avec une formation minimale de l'opérateur et sont largement utilisés comme moyen de transport de plusieurs passagers, une autre utilisation pour laquelle le tracteur n'a pas été conçu. Le résultat a été que les écrasements de conducteurs supplémentaires qui sont tombés des tracteurs pendant le fonctionnement sont devenus la deuxième cause de décès liés aux tracteurs. Si la tendance à une plus grande utilisation du ROPS se poursuit, les écrasements pourraient éventuellement devenir la principale cause de décès liés aux tracteurs dans le monde.

              Bien qu'ils soient utilisés moins d'heures au cours de l'année que les tracteurs, les équipements de récolte tels que les moissonneuses-batteuses sont impliqués dans environ deux fois plus de blessures par 1,000 1991 machines (Etherton et al. 1986). Ces blessures surviennent souvent lors de l'entretien, de la réparation ou du réglage de la machine alors que l'alimentation des composants de la machine est toujours active (NSC XNUMX). Des modifications de conception récentes ont été apportées pour incorporer des avertissements et des verrouillages de l'opérateur plus passifs et actifs, tels que des interrupteurs de sécurité dans le siège de l'opérateur pour empêcher le fonctionnement de la machine lorsque personne n'est assis sur le siège, et pour réduire le nombre de points d'entretien afin de réduire l'exposition de l'opérateur à machines d'exploitation. Cependant, bon nombre de ces concepts de conception restent volontaires, sont fréquemment contournés par l'opérateur et ne se retrouvent pas universellement sur toutes les machines de récolte.

              L'équipement de récolte de foin et de fourrage expose les travailleurs à des risques similaires à ceux rencontrés sur les moissonneuses-batteuses. Cet équipement contient des composants qui coupent, broient, broient, hachent et soufflent les récoltes à grande vitesse, laissant peu de place à l'erreur humaine. Comme pour la récolte des céréales, la récolte du foin et du fourrage doit avoir lieu en temps opportun afin d'éviter que la récolte ne soit endommagée par les éléments. Ce stress supplémentaire pour accomplir les tâches rapidement, en conjonction avec les dangers de la machine, entraîne fréquemment des blessures (Murphy et Williams 1983).

              Traditionnellement, la presse à foin a été identifiée comme une source fréquente de blessures graves. Ces machines sont utilisées dans certaines des conditions les plus difficiles rencontrées dans tout type de récolte. Les températures élevées, les terrains accidentés, les conditions poussiéreuses et la nécessité d'ajustements fréquents contribuent à un taux élevé de blessures. La conversion aux gros paquets ou balles de foin et aux systèmes de manutention mécanique a amélioré la sécurité à quelques exceptions près, comme ce fut le cas avec l'introduction des premières conceptions de la presse à balles rondes. Les rouleaux de compression agressifs à l'avant de ces machines ont entraîné un grand nombre d'amputations des mains et des bras. Cette conception a ensuite été remplacée par une unité de collecte moins agressive, ce qui a presque éliminé le problème.

              Le feu est un problème potentiel pour de nombreux types d'opérations de récolte. Les cultures qui doivent être séchées à moins de 15% d'humidité pour un stockage approprié constituent un excellent combustible si elles sont enflammées. Les moissonneuses-batteuses et les moissonneuses de coton sont particulièrement vulnérables aux incendies pendant les opérations sur le terrain. Il a été démontré que les caractéristiques de conception telles que l'utilisation de moteurs diesel et de systèmes électriques protégés, l'entretien adéquat de l'équipement et l'accès de l'opérateur aux extincteurs réduisent le risque de dommages ou de blessures liés à un incendie (Shutske et al. 1991).

              Le bruit et la poussière sont deux autres dangers qui sont généralement intrinsèques aux opérations de récolte. Les deux présentent de graves risques à long terme pour la santé de l'opérateur de l'équipement de récolte. L'inclusion d'enceintes d'opérateur à environnement contrôlé dans la conception des équipements de récolte modernes a beaucoup contribué à réduire l'exposition de l'opérateur à des pressions sonores et à des niveaux de poussière excessifs. Cependant, la plupart des agriculteurs n'ont pas encore bénéficié de ce dispositif de sécurité. L'utilisation d'EPI tels que des bouchons d'oreille et des masques anti-poussière jetables constitue un moyen de protection alternatif, mais moins efficace, contre ces risques.

              Alors que les opérations de récolte dans le monde deviennent de plus en plus mécanisées, il y aura une transition continue des blessures liées à l'environnement, aux animaux et aux outils à main vers celles causées par les machines. S'appuyer sur l'expérience des agriculteurs et des fabricants d'équipements de récolte qui ont achevé cette transition devrait s'avérer utile pour réduire la période d'adaptation et prévenir les blessures causées par un manque de familiarité et une mauvaise conception. L'expérience des agriculteurs, même avec les opérations de récolte les plus mécanisées, suggère cependant que le problème des blessures ne sera pas totalement éliminé. Les contributions de l'erreur de l'opérateur et de la conception de la machine continueront de jouer un rôle important dans la causalité des blessures. Mais il ne fait aucun doute qu'en plus d'une plus grande productivité, le processus de mécanisation a considérablement réduit les risques associés à la récolte.

               

              Retour

              Stockage

              La culture et la cueillette des cultures et la production de bétail sont depuis longtemps reconnues comme l'une des occupations les plus anciennes et les plus importantes au monde. L'agriculture et l'élevage d'aujourd'hui sont aussi diversifiés que les nombreuses cultures, fibres et animaux d'élevage qui y sont produits. À un extrême, l'unité agricole peut être constituée d'une seule famille qui cultive le sol et plante et récolte la récolte, le tout à la main sur une superficie limitée. L'extrême opposé comprend les grandes exploitations agricoles s'étendant sur de vastes zones hautement mécanisées, utilisant des machines, des équipements et des installations sophistiqués. Il en va de même pour le stockage des aliments et des fibres. Le stockage des produits agricoles peut être aussi rudimentaire que de simples huttes et des fosses creusées à la main, et aussi complexe que des silos imposants, des bunkers, des bacs et des unités réfrigérées.

              Les dangers et leur prévention

              Les produits agricoles tels que les céréales, le foin, les fruits, les noix, les légumes et les fibres végétales sont souvent stockés pour la consommation humaine et animale ultérieure ou pour la vente à la population en général ou aux fabricants. Le stockage des produits agricoles avant leur expédition vers le marché peut se produire dans une variété de structures - fosses, bunkers, bacs, silos, unités réfrigérées, chariots, wagons, granges et wagons de chemin de fer, pour n'en citer que quelques-uns. Malgré la diversité des produits stockés et des installations de stockage, il existe des dangers communs au processus de stockage :

              Chutes et chutes d'objets

              Les chutes peuvent survenir en hauteur ou au même niveau. Dans le cas des bacs, silos, granges et autres structures de stockage, les chutes de hauteur se produisent le plus souvent depuis et dans les structures de stockage. Le plus souvent, la cause en est des toits non protégés, des ouvertures de plancher, des escaliers, des greniers et des puits, et des échelles d'escalade ou debout sur des zones de travail surélevées telles qu'une plate-forme non protégée. Les chutes de hauteur peuvent également résulter de la montée ou de la descente de l'unité de transport (par exemple, wagons, charrettes et tracteurs). Les chutes du même niveau se produisent sur des surfaces glissantes, en trébuchant sur des objets ou en étant poussées par un objet en mouvement. La protection contre les chutes comprend des mesures telles que :

              • fourniture de ceintures de sécurité, harnais, lignes de vie et bottes de sécurité
              • installation de garde-corps, de plinthes, d'échelles à chat ou de rampes sur les toits en pente
              • ouvertures d'étage, greniers et gaines gardés
              • utilisation de la hauteur et de la course standard des escaliers, fourniture de mains courantes des deux côtés et application de bandes antidérapantes si nécessaire
              • maintenir les sols en bon état, exempts de surfaces inégales, de trous et d'accumulations de déchets ou de substances glissantes
              • mise à disposition de poignées sur les échelles permanentes, les plates-formes de garde et les paliers
              • maintenir en bon état les échelles à coulisse ou les escabeaux et former les employés à leur utilisation.

               

              Les produits agricoles peuvent être entreposés en vrac dans une installation ou regroupés, ensachés, en caisses ou mis en balles. Le stockage en vrac est souvent associé à des céréales telles que le blé, le maïs ou le soja. Les produits groupés, ensachés, en caisses ou en balles comprennent le foin, la paille, les légumes, les céréales et les aliments pour animaux. Des chutes de matériaux se produisent dans tous les types de stockage. L'effondrement de denrées alimentaires empilées non sécurisées, de matériaux aériens et de piles de marchandises est souvent la cause de blessures. Les employés doivent être formés à l'empilage correct des marchandises pour éviter qu'elles ne s'effondrent. Les employeurs et les gestionnaires doivent surveiller la conformité du lieu de travail.

              Espaces confinés

              Les produits agricoles peuvent être stockés dans deux types d'installations : celles qui contiennent suffisamment d'oxygène pour maintenir la vie, comme les granges, les charrettes ouvertes et les wagons, et celles qui n'en contiennent pas, comme certains silos, réservoirs et unités de réfrigération. Ces derniers sont des espaces confinés et doivent être traités avec les précautions appropriées. Le niveau d'oxygène doit être surveillé avant l'entrée et une unité respiratoire autonome ou à adduction d'air doit être utilisée si nécessaire ; quelqu'un d'autre devrait être à portée de main. La suffocation peut également se produire dans l'un ou l'autre type d'installation si les marchandises qu'elle contient ont les caractéristiques d'un fluide. Ceci est généralement associé aux céréales et aux denrées alimentaires similaires. Le travailleur décède des suites d'une noyade. Dans les silos à grains, il est courant pour un travailleur agricole d'entrer dans le silo en raison de difficultés de chargement ou de déchargement, souvent causées par un état du grain entraînant un pontage. Les travailleurs qui tentent d'atténuer la situation en débridant le grain peuvent volontairement marcher sur le grain ponté. Ils peuvent tomber et être recouverts de grain ou être aspirés si l'équipement de chargement ou de déchargement est opérationnel. Des ponts peuvent également se produire sur les côtés de ces structures, auquel cas un travailleur peut entrer pour renverser le matériau collé aux côtés et s'y engouffrer lorsque le matériau se rompt. Un système de verrouillage/étiquetage et une protection contre les chutes comme une ceinture de sécurité et une corde sont essentiels si les travailleurs doivent entrer dans ce type de structure. La sécurité des enfants est une préoccupation particulière. Souvent curieux, joueurs et voulant accomplir des tâches d'adultes, ils sont attirés par de telles structures, et les résultats sont bien trop souvent fatals.

              Les fruits et légumes sont souvent conservés en chambre froide avant d'être expédiés au marché. Comme indiqué dans le paragraphe ci-dessus, selon le type d'unité, la chambre froide peut être considérée comme un espace confiné et doit être surveillée pour la teneur en oxygène. D'autres dangers comprennent les engelures et les blessures causées par le froid ou la mort par perte de température corporelle à la suite d'une exposition prolongée au froid. Les vêtements de protection individuelle doivent être portés en fonction de la température à l'intérieur de l'unité de stockage frigorifique.

              Gaz et poisons

              Selon la teneur en humidité du produit lorsqu'il est entreposé et les conditions atmosphériques et autres, les aliments pour animaux, les céréales et les fibres peuvent produire des gaz dangereux. Ces gaz comprennent le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2) et des oxydes d'azote (NOx), dont certaines peuvent entraîner la mort en quelques minutes. Ceci est également particulièrement important si les marchandises sont stockées dans une installation dans laquelle des gaz non létaux peuvent s'accumuler à des niveaux dangereux, déplaçant l'oxygène. Si le potentiel de production de gaz existe, une surveillance des gaz doit être effectuée. De plus, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux peuvent avoir été pulvérisés ou traités avec un pesticide pendant la période de croissance pour tuer les mauvaises herbes, les insectes ou les maladies, ou pendant le processus de stockage pour réduire la détérioration ou les dommages causés par les moisissures, les spores ou les insectes. Cela peut augmenter les risques de production de gaz, d'inhalation de poussières et de manipulation du produit. Les travailleurs doivent faire particulièrement attention à porter l'EPI en fonction de la nature et de la durée du traitement, du produit utilisé et des instructions sur l'étiquette.

              Risques liés aux machines

              Les installations de stockage peuvent contenir une variété de machines pour transporter le produit. Celles-ci vont des convoyeurs à courroie et à rouleaux aux soufflantes, tarières, glissières et autres dispositifs de manutention de produits, chacun avec sa propre source d'alimentation. Les dangers et les précautions appropriées comprennent :

              • Points de pincement formés par des courroies, des poulies et des engrenages. Les travailleurs agricoles doivent être protégés des points de pincement et de cisaillement par une protection appropriée autour du point de contact potentiel.
              • Attaches de ceinture, vis de réglage, clavettes, boulons et rainures en saillie. Les vis de réglage, les clavettes ou les boulons en saillie sur les arbres tournants doivent être fraisés, encastrés ou protégés. Les attaches de ceinture doivent être inspectées et réparées.
              • Points de cisaillement causés par les bras du volant, les tarières et leur logement, les rayons de la poulie, les mécanismes à manivelle et à levier. Ceux-ci doivent être gardés ou fermés.
              • Contact avec une transmission en mouvement ou des éléments électriques. Ceux-ci doivent être gardés ou fermés.
              • Démarrage intempestif de machines ou d'équipements. Un système de verrouillage ou d'étiquetage de l'équipement avant l'entretien ou la réparation doit être mis en place et appliqué.
              • Vêtements amples ou cheveux enroulés ou pris par des tiges. Les vêtements amples, effilochés ou qui ont des fils pendants ne doivent jamais être portés. D'autres vêtements et chaussures de protection individuelle adaptés à la tâche doivent être portés.
              • Bruit excessif. L'exposition au bruit doit être surveillée et des mesures administratives, techniques et/ou de protection individuelle doivent être prises si nécessaire.

               

              Les employés doivent être formés et conscients des dangers, des règles de sécurité de base et des méthodes de travail sûres.

              Résultats de santé

              Les travailleurs agricoles qui sont impliqués dans la manipulation de produits agricoles pour le stockage sont à risque de troubles respiratoires. L'exposition à une variété de poussières, de gaz, de produits chimiques, de silice, de spores fongiques et d'endotoxines peut endommager les poumons. Des études récentes établissent un lien entre les troubles pulmonaires causés par ces substances et les travailleurs qui manipulent les céréales, le coton, le lin, le chanvre, le foin et le tabac. Les populations à risque sont donc mondiales. Les troubles pulmonaires agricoles ont de nombreux noms communs, dont certains incluent : l'asthme professionnel, le poumon du fermier, la maladie du tabac vert, le poumon brun, le syndrome toxique des poussières organiques, la maladie du remplisseur ou du déchargeur de silo, la bronchite et l'obstruction des voies respiratoires. Les symptômes peuvent d'abord se manifester comme étant caractéristiques de la grippe (frissons, fièvre, toux, maux de tête, myalgies et difficultés respiratoires). Cela est particulièrement vrai pour les poussières organiques. La prévention du dysfonctionnement pulmonaire devrait inclure une évaluation de l'environnement du travailleur, des programmes de promotion de la santé ciblés sur la prévention primaire et l'utilisation de respirateurs de protection individuelle et d'autres dispositifs de protection basés sur l'évaluation environnementale.

              Opérations de transport

              Bien que cela puisse sembler simple, le transport des marchandises vers le marché est souvent aussi complexe et dangereux que la culture et le stockage de la récolte. Le transport des produits vers les marchés est aussi diversifié que les types d'exploitations agricoles. Le transport peut aller des marchandises transportées par les humains et le bétail, au transport par de simples dispositifs mécaniques tels que des bicyclettes et des charrettes tirées par des animaux, transportés par des équipements mécaniques complexes tels que de grandes charrettes et des wagons tirés par des tracteurs, à l'utilisation du transport commercial systèmes, qui comprennent les gros camions, les autobus, les trains et les avions. À mesure que la population mondiale augmente et que les zones urbaines se développent, les déplacements routiers du matériel agricole et des outils d'élevage ont augmenté. Aux États-Unis, selon le National Safety Council (NSC), 8,000 1992 tracteurs agricoles et autres véhicules agricoles ont été impliqués dans des accidents de la route en 1993 (NSC 1991). De nombreuses exploitations agricoles se consolident et se développent en acquérant ou en louant un certain nombre de petites fermes qui sont généralement dispersées et non contiguës. Une étude réalisée en 79 dans l'Ohio a montré que 1992 % des fermes interrogées opéraient à plusieurs endroits (Bean et Lawrence XNUMX).

              Les dangers et leur prévention

              Bien que chacun des modes de transport mentionnés ci-dessus ait ses propres dangers, c'est le mélange du trafic civil avec les machines et équipements de transport agricole qui est une préoccupation majeure. L'augmentation des déplacements routiers du matériel agricole a entraîné un plus grand nombre de collisions entre les véhicules à moteur et le matériel agricole plus lent. Le matériel agricole et les outils d'élevage peuvent être plus larges que la largeur de la route. En raison de la pression de la plantation au bon moment pour assurer une récolte ou une récolte et acheminer la récolte vers un marché ou un lieu de stockage le plus rapidement possible, les machines agricoles doivent souvent circuler sur les routes pendant les périodes d'obscurité, tôt le matin ou le soir.

              Une étude approfondie des codes des 50 États des États-Unis a révélé que les exigences en matière d'éclairage et de marquage varient considérablement d'un État à l'autre. Cette diversité d'exigences ne transmet pas un message cohérent aux conducteurs de véhicules à moteur (Eicher 1993). Des vitesses plus rapides d'autres véhicules combinées à un éclairage ou à un marquage inadéquat de l'équipement agricole sont souvent une combinaison mortelle. Une étude récente aux États-Unis a révélé que les types d'accidents courants sont l'arrière, la rencontre par balayage latéral, le passage par balayage latéral, l'angle, la tête, le recul et autres. Dans 20 % des 803 collisions à deux véhicules étudiées, le véhicule agricole a été heurté de biais. Dans 28 % des collisions, le véhicule agricole a été balayé latéralement (15 % de rencontre et 13 % de dépassement). Vingt-deux pour cent des accidents étaient des collisions par l'arrière (15 %), frontales (4 %) et en marche arrière (3 %). Les 25 % restants étaient des collisions causées par autre chose qu'un véhicule en mouvement (c.-à-d. un véhicule stationné, un piéton, un animal, etc.) (Glascock et al. 1993).

              Le bétail est utilisé dans de nombreuses régions du monde comme la « puissance » pour transporter les produits agricoles. Bien que les bêtes de somme soient généralement fiables, la plupart sont daltoniennes, ont des instincts territoriaux et maternels, réagissent de manière indépendante et inattendue et sont d'une grande force. Ces animaux ont causé des accidents de véhicules. Les chutes de machines agricoles et d'outils d'élevage sont fréquentes.

              Les principes généraux de sécurité suivants s'appliquent aux opérations de transport :

              • Les règles de circulation locales, les réglementations ou les lois doivent être apprises et respectées.
              • Aucun conducteur ou passager autre que ceux qui sont nécessaires pour accomplir les tâches de transport et de déchargement ne devrait être autorisé.
              • Les véhicules doivent rester aussi près de l'accotement que les conditions routières le permettent.
              • Le dépassement d'autres véhicules (en mouvement ou en stationnement) et de piétons doit être fait avec prudence.
              • Les véhicules en panne doivent être retirés de la route si possible.
              • Tous les marquages ​​et éclairages sur les machines et équipements doivent être entretenus et propres.
              • La conduite ne doit jamais être effectuée sous l'influence de l'alcool ou de drogues.

               

              Les lois et réglementations peuvent dicter l'état acceptable de l'éclairage et du balisage. Cependant, bon nombre de ces réglementations ne décrivent que les normes minimales acceptables. À moins que ces réglementations n'interdisent spécifiquement la modernisation et l'ajout d'éclairage et de marquage supplémentaires, les agriculteurs devraient envisager d'ajouter de tels dispositifs. Il est important que de tels dispositifs d'éclairage et de balisage soient installés non seulement sur des engins automoteurs mais également sur des équipements qu'ils peuvent tirer ou traîner.

              Les lumières sont particulièrement critiques pour le mouvement du matériel agricole au crépuscule, à l'aube et la nuit. Si le véhicule agricole est équipé d'une source d'alimentation, il faut envisager d'avoir au minimum : deux phares, deux feux arrière, deux clignotants et deux feux stop.

              Les feux arrière, les clignotants et les feux stop peuvent être incorporés dans des unités individuelles ou peuvent être attachés en tant qu'entités séparées. Des normes pour de tels dispositifs peuvent être trouvées par des organismes de normalisation tels que l'American Society of Agricultural Engineers (ASAE), l'American National Standards Institute (ANSI), le Comité européen de normalisation (CEN) et l'Organisation internationale de normalisation (ISO) .

              Si le véhicule agricole n'a pas de source d'alimentation, des feux à piles, bien que moins efficaces, peuvent être utilisés. De nombreuses lampes de ce type sont disponibles dans le commerce dans une variété de types (inondation, clignotant, rotatif et stroboscopique) et de tailles. S'il est impossible d'obtenir ces dispositifs, des réflecteurs, des drapeaux et d'autres matériaux alternatifs décrits ci-dessous peuvent être utilisés.

              De nombreux nouveaux matériaux fluorescents rétroréfléchissants sont disponibles aujourd'hui pour aider à marquer les véhicules agricoles pour une meilleure visibilité. Ils sont fabriqués en patchs ou en bandes dans une variété de couleurs. Les réglementations locales doivent être consultées pour connaître les couleurs ou les combinaisons de couleurs acceptables.

              Les matériaux fluorescents offrent une excellente visibilité diurne en s'appuyant sur le rayonnement solaire pour leurs propriétés électroluminescentes. Une réaction photochimique complexe se produit lorsque les pigments fluorescents absorbent le rayonnement solaire non visible et réémettent l'énergie sous la forme d'une longueur d'onde de lumière plus longue. Dans un sens, les matériaux fluorescents semblent «briller» pendant la journée et apparaissent plus brillants que les couleurs conventionnelles dans les mêmes conditions d'éclairage. Le principal inconvénient des matériaux fluorescents est leur détérioration lors d'une exposition prolongée au rayonnement solaire.

              La réflexion est un élément de la vue. Les longueurs d'onde de la lumière frappent un objet et sont soit absorbées, soit renvoyées dans toutes les directions (réflexion diffuse) ou à un angle exactement opposé à l'angle auquel la lumière a frappé l'objet (réflexion spéculaire). La rétroréflectivité est très similaire à la réflexion spéculaire ; cependant, la lumière est réfléchie directement vers la source lumineuse. Il existe trois formes principales de matériaux rétroréfléchissants, chacun ayant un degré différent de rétroréflectivité en fonction de la façon dont ils ont été fabriqués. Ils sont présentés ici par ordre croissant de rétroréflectivité : lentille fermée (souvent appelée de qualité technique ou Type ID), lentille encapsulée (haute intensité) et coin de cube (qualité diamant, prismatique, DOT C2 ou Type IIIB). Ces matériaux rétroréfléchissants sont excellents pour l'identification visuelle nocturne. Ces matériaux sont également d'une grande aide pour définir les extrémités des outils agricoles. Dans cette application, des bandes de matériau rétroréfléchissant et fluorescent sur toute la largeur de la machinerie, à l'avant et à l'arrière, communiquent au mieux aux conducteurs d'autres véhicules non agricoles la largeur réelle de l'équipement.

              Le triangle rouge distinctif avec un centre jaune-orange est utilisé aux États-Unis, au Canada et dans de nombreuses autres régions du monde pour désigner une catégorie de véhicules comme « lents ». Cela signifie que le véhicule parcourt moins de 40 km/h sur la chaussée. En règle générale, les autres véhicules roulent beaucoup plus vite et la différence de vitesse peut entraîner une erreur de jugement de la part du conducteur du véhicule le plus rapide, affectant la capacité du conducteur à s'arrêter à temps pour éviter un accident. Cet emblème ou un substitut acceptable doit toujours être utilisé.

              Résultats de santé

              Les travailleurs agricoles qui sont impliqués dans le transport de produits agricoles peuvent être à risque de troubles respiratoires. L'exposition à une variété de poussières, de produits chimiques, de silice, de spores fongiques et d'endotoxines peut endommager les poumons. Cela dépend quelque peu du fait que le véhicule de transport a une cabine fermée et si l'opérateur s'engage dans le processus de chargement et de déchargement. Si le véhicule de transport a été utilisé dans le processus d'application de pesticides, des pesticides pourraient être présents et emprisonnés à l'intérieur de la cabine à moins qu'il ne dispose d'un système de filtration d'air. Néanmoins, les symptômes peuvent d'abord se manifester comme étant caractéristiques de la grippe. Cela est particulièrement vrai pour les poussières organiques. La prévention du dysfonctionnement pulmonaire devrait inclure une évaluation de l'environnement du travailleur, des programmes de promotion de la santé ciblés sur la prévention primaire et l'utilisation de masques de protection individuelle, de respirateurs et d'autres dispositifs de protection.

               

              Retour

              Les méthodes et pratiques agricoles varient d'un pays à l'autre :

              • industriel agriculture - pays industrialisés de l'Ouest (climat tempéré) et secteurs spécialisés des pays tropicaux
              • révolution verte agriculture - zones bien dotées des tropiques, principalement des plaines irriguées et des deltas d'Asie, d'Amérique latine et d'Afrique du Nord
              • pauvre en ressources agriculture - arrière-pays, terres arides, forêts, montagnes et collines, près des déserts et des marécages. Environ 1 milliard de personnes en Asie, 300 millions en Afrique subsaharienne et 100 millions en Amérique latine dépendent de cette forme d'agriculture. Les femmes représentent une grande partie des agriculteurs de subsistance - près de 80 % de la nourriture de l'Afrique subsaharienne, 50 à 60 % de la nourriture de l'Asie, 46 % de la nourriture des Caraïbes, 31 % de la nourriture de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient et 30 % de la La nourriture de l'Amérique latine est produite par les femmes (Dankelman et Davidson 1988).

               

              Avec des caractéristiques agro-climatiques distinctes, les cultures agricoles sont regroupées comme suit :

              • Champ les cultures (céréales, oléagineux, à fibres, sucrières et fourragères) sont pluviales ou en irrigation contrôlée.
              • Upland et semi-montagne les cultures (blé, arachide, coton, etc.) sont pratiquées là où l'eau d'irrigation ou de pluie n'est pas abondamment disponible.
              • Terre humide la culture (riziculture) est pratiquée là où la terre est labourée et arrosée de 5 à 6 cm d'eau stagnante et les semis sont repiqués.
              • Horticulture les cultures sont les cultures fruitières, maraîchères et florales.
              • Plantation ou vivace les cultures comprennent la noix de coco, le caoutchouc, le café, le thé, etc.
              • Les pâturages sont tout ce que la nature pousse sans intervention humaine.

               

              Opérations agricoles, outils à main et machinerie

              L'agriculture dans les pays tropicaux est à forte intensité de main-d'œuvre. Le rapport entre la population rurale et les terres arables en Asie est deux fois plus élevé qu'en Afrique et trois fois supérieur à celui de l'Amérique latine. On estime que l'effort humain fournit plus de 70% de l'énergie nécessaire aux tâches de production agricole (FAO 1987). L'amélioration des outils, de l'équipement et des méthodes de travail existants a des effets significatifs sur la réduction des contraintes et de la fatigue humaines et sur l'augmentation de la productivité agricole. Pour les grandes cultures, les activités agricoles peuvent être catégorisées en fonction de la demande physiologique de travail en référence à la capacité de travail maximale d'un individu (voir tableau 1).

              Tableau 1. Catégorisation des activités agricoles

              Sévérité du travail

              Opérations agricoles

               

              Préparation du lit de semence

              Semis

              Désherbage et interculture

              Récoltes

              Travaux légers

              Échellement (deux ouvriers)

              Épandage de graines/engrais, effarouchement des oiseaux, billonnage

              Diffusion d'engrais

              Nettoyage du grain, calibrage, épandage des légumes (accroupi), piler le grain (aide), vanner (assis)

              Travail moyennement lourd

              Marcher derrière un outil à traction animale, niveler la surface du sol avec un râteau en bois, échelonner (un travailleur), creuser le sol avec une bêche, tailler des buissons

              Arrachage manuel des semis (posture accroupie et courbée), repiquage des semis (posture courbée), marche sur un champ marécageux

              Désherbage manuel à la faucille et à la houe (posture accroupie et courbée), irrigation en canal, pulvérisation de pesticides à dos, opération de désherbage en sol humide et sec

              Couper les cultures, récolter paddy, blé (position accroupie et courbée), cueillir les légumes, vanner manuellement (assis et debout), couper la canne à sucre, aide-batteuse à pédales, porter des charges (20-35 kg)

              Travail lourd

              Labour, relevage de l'eau (busket pivotant), binage sol sec, taille de diguette sol humide, travail à la bêche, hersage à disques

               

              Fonctionnement du sarcloir en sol sec

              Battage du grain en battant, en battant le grain

              Travail extrêmement lourd

              Diguette taillant le sol sec

              Fonctionnement du semoir en germination dans un champ en flaque

               

              Battage à pédale, port de charge sur tête ou joug (60-80 kg)

              Source : D'après les données de Nag, Sebastian et Marlankar 1980 ; Nag et Chatterjee 1981.

              Préparation du lit de semence

              Un lit de semence convenable est un lit qui est moelleux mais compact et exempt de végétation qui interférerait avec l'ensemencement. La préparation du lit de semence implique l'utilisation de différents types d'outils manuels, des ciseaux peu profonds ou une charrue à versoir tirée par des animaux de trait (figure 1) ou des outils de tracteur pour labourer, herser, etc. Environ 0.4 hectare (ha) de terre peut être labouré par une charrue tirée par des bœufs en une journée, et une paire de bœufs peut fournir une puissance allant jusqu'à 1 cheval-vapeur (ch).

              Figure 1. Charrue desi peu profonde tirée par Bullock

              AGR100F1

              Lorsqu'il utilise de l'équipement à traction animale, le travailleur agit comme contrôleur des animaux et guide l'outil à l'aide d'une poignée. Dans la plupart des cas, l'opérateur marche derrière l'outil ou s'assoit sur l'équipement (par exemple, les herses à disques et les puddlers). L'utilisation d'outils à traction animale implique une dépense énergétique humaine considérable. Pour une charrue de 15 cm, une personne peut marcher environ 67 km pour couvrir une surface de 1 hectare. À une vitesse de marche de 1.5 km/h, la dépense énergétique humaine s'élève à 21 kJ/min (environ 5.6 × 104 kJ par ha). Une poignée d'outils trop longue ou trop courte entraîne une gêne physique. Gite (1991) et Gite et Yadav (1990) ont suggéré que la hauteur optimale du manche d'un outil peut être ajustée entre 64 et 84 cm (1.0 à 1.2 fois la hauteur métacarpienne III de l'opérateur).

              Des outils à main (bêche, pelle, houe, etc.) sont utilisés pour creuser et ameublir le sol. Pour minimiser la pénibilité du travail de pelletage, Freivalds (1984) en a déduit le rythme optimal de travail (c. pour 18 à 21 boules/minute), distance de projection (5 m) et hauteur de projection (7 à 15 m). Les recommandations incluent également un angle de levage de la pelle d'environ 20°, une longue poignée d'outil, une grande lame à pointe carrée pour pelleter, une lame à pointe ronde pour creuser et une construction à dos creux pour réduire le poids de la pelle.

              Nag et Pradhan (1992) ont suggéré des tâches de binage à faible et à grande hauteur (voir figure 2), basées sur des études physiologiques et biomécaniques. En règle générale, la méthode de travail et la conception de la houe sont les facteurs déterminants de l'efficacité de l'exécution des tâches de binage (Pradhan et al. 1986). Le mode de frappe de la lame au sol détermine l'angle sous lequel elle pénètre dans le sol. Pour les travaux à faible portance, le rendement de travail a été optimisé à 53 coups/minute, avec une surface de terre creusée de 1.34 m2/minute, et un rapport travail-repos de 10:7. Pour les travaux en hauteur, les conditions optimales étaient de 21 coups par minute et 0.33 m2/minute de terre creusée. La forme de la lame - rectangulaire, trapézoïdale, triangulaire ou circulaire - dépend de l'objectif et de la préférence des utilisateurs locaux. Pour différents modes de binage, les dimensions de conception recommandées sont : poids 2 kg, angle entre lame et manche 65 à 70°, longueur manche 70 à 75 cm, longueur lame 25 à 30 cm, largeur lame 22 à 24 cm et diamètre manche 3 à 4cm.

              Figure 2. Tâches de binage dans la taille des diguettes dans la rizière

              AGR100F2

              Pranab Kumar Nag

              Semis/plantation et application d'engrais

              Le semis des graines et la plantation des plants impliquent l'utilisation de semoirs, de semoirs, de semoirs et l'épandage manuel des graines. Environ 8% du total des heures-personnes sont nécessaires pour l'épandage des semences et l'arrachage et le repiquage des jeunes plants.

              • Dans le radiodiffusion de semences/engrais à la main, les diffuseurs à commande manuelle permettent une distribution uniforme avec un minimum de pénibilité.
              • Semer derrière une charrue consiste à semer des graines dans un sillon ouvert par une charrue en bois.
              • In forage, les graines sont placées dans le sol par un semoir ou un semoir à engrais. La force de poussée/traction requise pour qu'un travailleur fasse fonctionner la perceuse (unités manuelles ou à traction animale montées sur roues) est une considération de conception importante.
              • Dibbler est le placement des graines à la main ou avec un petit outil (un planteur), à un espacement moyen de 15 x 15 cm ou 25 x 25 cm. L'abrasion des doigts et l'inconfort corporel dus aux postures pliées et accroupies sont des plaintes courantes.
              • In plantation, les plants de canne à sucre sont plantés à 30 cm de long dans un sillon ; les tubercules de semences de pommes de terre sont plantés à plat et des buttes sont formées.
              • Environ 1/3 du riz mondial est cultivé par les repiquage système. Ceci est également fait pour le tabac et certaines cultures maraîchères. Habituellement, les graines en germination sont diffusées de manière dense sur un champ de flaques. Les semis sont déracinés et transplantés dans un champ marécageux à la main ou avec des repiqueuses manuelles ou électriques. L'opérateur d'un repiqueur à commande manuelle marche derrière l'unité pour actionner le mécanisme de la poignée afin de cueillir et de repiquer les semis.

              Pour le repiquage manuel, les travailleurs doivent être immergés jusqu'aux genoux dans la boue. La posture accroupie utilisée pour la plantation en terre sèche, avec une ou deux jambes fléchies au niveau du genou, ne peut être adoptée dans un champ arrosé. Environ 85 heures-personnes sont nécessaires pour repiquer les semis pour chaque hectare de terre. La posture inconfortable et la charge statique exercent une pression sur le système cardiovasculaire et provoquent des douleurs lombaires (Nag et Dutt 1980). Les semoirs à commande manuelle produisent un rendement de travail plus élevé (c'est-à-dire qu'un semoir est environ huit fois plus efficace que le repiquage à la main). Cependant, le maintien de l'équilibre de la machine (voir figure 3) dans un champ marécageux nécessite environ 2.5 fois plus d'énergie qu'un repiquage manuel.

              Figure 3. Utilisation d'un semoir germé amélioré

              AGR100F3

              Paranab Kumar Nag

              Protection de la plante

              Les engrais, pesticides, herbicides et autres applicateurs chimiques sont actionnés par pression à travers des buses ou par force centrifuge. La pulvérisation à grande échelle est basée sur l'atomiseur de pulvérisation à buse hydraulique, soit à commande manuelle, soit à l'aide d'un équipement monté sur tracteur. Les pulvérisateurs à dos sont des modèles réduits de pulvérisateurs montés sur véhicule (Bull 1982).

              • A pulvérisateur à dos à compression se compose d'un réservoir, d'une pompe et d'une tige avec buse et tuyau.
              • A pulvérisateur à dos à levier (10 à 20 l) dispose d'un levier de commande.
              • A pulvérisateur électrique à dos se compose d'un réservoir de produits chimiques d'une capacité d'environ 10 litres et d'un moteur refroidi par air de 1 à 3 ch. L'ensemble pulvérisateur et moteur est monté sur un châssis et porté sur le dos de l'opérateur.
              • A pulvérisateur à godet à main et pulvérisateur à pédale nécessite deux personnes pour faire fonctionner la pompe et pulvériser. UNE pulvérisateur à bascule est actionné par le mouvement de bascule (vers l'avant et vers l'arrière) du levier de la poignée.

               

              Lorsqu'ils sont portés sur l'épaule pendant des périodes prolongées, les vibrations des pulvérisateurs à dos/applicateurs de produits chimiques ont des effets néfastes sur le corps humain. La pulvérisation à l'aide d'un pulvérisateur à dos entraîne une exposition cutanée potentielle (les jambes subissent 61 % de la contamination totale, les mains 33 %, le torse 3 %, la tête 2 % et les bras 1 %) (Bonsall 1985). Les vêtements de protection individuelle (y compris les gants et les bottes) peuvent réduire la contamination cutanée des pesticides (Forget 1991, 1992). Le travail est assez pénible, du fait du portage de la charge sur le dos ainsi que du fonctionnement continu de la poignée du pulvérisateur (20 à 30 coups/minute) ; à cela s'ajoute la charge thermorégulatrice due aux vêtements de protection. Le poids et la hauteur du pulvérisateur, la forme du réservoir du pulvérisateur, le système de montage et la force nécessaire pour faire fonctionner la pompe sont des aspects ergonomiques importants.

              Irrigation

              L'irrigation est une condition préalable à la culture intensive dans les régions arides et semi-arides. Depuis des temps immémoriaux, divers dispositifs indigènes ont été utilisés pour soulever l'eau. Le levage de l'eau par différentes méthodes manuelles est physiquement ardu. Malgré la disponibilité d'ensembles de pompes à eau (électriques ou à moteur), les dispositifs à commande manuelle sont largement utilisés (par exemple, paniers oscillants, ascenseurs à eau à contrepoids, roues hydrauliques, pompes à chaîne et à lave-glace, pompes à piston).

              • A panier balançoire sert à prélever l'eau d'un canal d'irrigation (voir figure 4). La capacité du panier est d'environ 4 à 6 l et la fréquence de fonctionnement est d'environ 15 à 20 oscillations/minute. Deux opérateurs travaillent perpendiculairement à la direction du mouvement du panier. Le travail exige une activité physique intense, avec l'adoption de mouvements corporels et de postures inconfortables.
              • A ascenseur à eau à contrepoids se compose d'un conteneur fixé à l'extrémité d'un levier horizontal qui s'appuie sur un poteau vertical. Le travailleur exerce une force sur le contrepoids pour faire fonctionner l'appareil.
              • Pompes alternatives (pompes à main de type piston-cylindre) sont actionnées soit à la main en mode alternatif, soit en pédalant en mode rotatif.

               

              Figure 4. Relevage de l'eau du canal d'irrigation à l'aide d'un panier pivotant

              AGR100F4

              Pranab Kumar Nag

              Désherbage et interculture

              Les plantes et les mauvaises herbes indésirables causent des pertes en altérant les rendements et la qualité des cultures, en abritant des phytoravageurs et en augmentant les coûts d'irrigation. La réduction du rendement varie de 10 à 60% selon l'épaisseur de la croissance et le type de mauvaises herbes. Environ 15% du travail humain est consacré à l'enlèvement des mauvaises herbes pendant la saison de culture. Les femmes représentent généralement une grande partie de la main-d'œuvre engagée dans le désherbage. Dans une situation typique, un travailleur passe environ 190 à 220 heures à désherber un hectare de terre à la main ou à la houe. Les bêches sont également utilisées pour le désherbage et l'interculture.

              De plusieurs méthodes (par exemple, mécaniques, chimiques, biologiques, culturales), le désherbage mécanique, soit en arrachant les mauvaises herbes à la main ou avec des outils à main comme la houe à main et les désherbeurs simples, est utile à la fois dans les terres sèches et humides (Nag et Dutt 1979 ; Gite et Yadav 1990). En terre sèche, les ouvriers s'accroupissent sur le sol avec une ou deux jambes fléchies au niveau du genou et enlèvent les mauvaises herbes à l'aide d'une faucille ou d'une houe à main. En terrain arrosé, les ouvriers adoptent une posture courbée en avant pour désherber manuellement ou à l'aide de sarcleuses.

              La demande physiologique liée à l'utilisation de désherbeurs (par exemple, lame et râteau, doigt de projection, désherbeurs à double balayage) est relativement plus élevée que dans le cas du désherbage manuel. Cependant, l'efficacité du travail en termes de surface couverte est nettement meilleure avec les désherbeurs qu'avec le désherbage manuel. La demande d'énergie dans les travaux de désherbage manuel n'est que d'environ 27% de la capacité de travail, alors que pour différents désherbeurs, la demande d'énergie monte à 56%. Cependant, la contrainte est relativement moindre dans le cas des désherbeuses de type houe à roues, avec lesquelles il faut environ 110 à 140 heures-personnes pour couvrir un hectare. Un désherbeur de type roue houe (pousser/tirer) se compose d'une ou deux roues, d'une lame, d'un châssis et d'un manche. Une force (poussée ou traction) d'environ 5 à 20 kilogrammes de force (1 kgf = 9.81 Newtons) est nécessaire, avec une fréquence d'environ 20 à 40 coups par minute. Les caractéristiques techniques des désherbeurs de type houe à roues doivent cependant être standardisées pour un meilleur fonctionnement.

              Récoltes

              Dans les cultures de riz et de blé, la récolte nécessite 8 à 10 % du nombre total d'heures-personnes utilisées dans la production agricole. Malgré la mécanisation rapide de la récolte, la dépendance à grande échelle vis-à-vis des méthodes manuelles (voir figure 5) se poursuivra dans les années à venir. Les outils à main (faucille, faux, etc.) sont utilisés dans la récolte manuelle. La faux est couramment utilisée dans certaines parties du monde, en raison de sa vaste zone de couverture. Cependant, cela demande plus d'énergie que la récolte à la faucille.

              Figure 5. Récolte du blé à l'aide d'une faucille

              AGR100F5

              Pranab Kumar Nag

              La popularité de la faucille est due à sa simplicité de construction et de fonctionnement. Une faucille est une lame courbe, à bord lisse ou dentelé, attachée à un manche en bois. La conception de la faucille varie d'une région à l'autre et il existe une différence de charge cardiorespiratoire avec différents types de faucilles. La sortie varie de 110 à 165 m2/heure, valeurs correspondant à 90 et 60 heures-personnes par hectare de terre. Des postures de travail contraignantes peuvent entraîner des complications cliniques à long terme concernant le dos et les articulations des membres. La récolte en position courbée présente l'avantage de la mobilité sur les terres sèches et humides, et elle est environ 16 % plus rapide que l'accroupissement ; cependant, une posture courbée demande 18 % plus d'énergie que l'accroupissement (Nag et al. 1988).

              Les accidents de récolte, les lacérations et les plaies incisées sont fréquents dans les champs de riz, de blé et de canne à sucre. Les outils à main sont principalement conçus pour les droitiers, mais sont souvent utilisés par des utilisateurs gauchers, qui ne sont pas conscients des implications possibles en matière de sécurité. Les facteurs importants dans la conception d'une faucille sont la géométrie de la lame, la denture de la lame, la forme et la taille du manche. Sur la base d'une étude ergonomique, les dimensions de conception suggérées pour une faucille sont les suivantes : poids, 200 g ; longueur totale, 33 cm ; longueur du manche, 11 cm; diamètre du manche, 3 cm; rayon de courbure de la lame, 15 cm ; concavité de la lame, 5 cm. Pour une faucille dentelée : pas des dents, 0.2 cm ; angle de dent, 60° ; et rapport de la longueur de la surface de coupe à la longueur de la corde, 1.2. Étant donné que les travailleurs exercent des activités dans des conditions climatiques extrêmes, les questions de santé et de sécurité sont d'une importance cruciale dans l'agriculture tropicale. La fatigue cardiorespiratoire s'accumule au fil des longues heures de travail. Les conditions climatiques extrêmes et les troubles liés à la chaleur imposent un stress supplémentaire au travailleur et diminuent sa capacité de travail.

              Les machines de récolte comprennent les faucheuses, les broyeurs, les presses à balles, etc. Les moissonneuses à moteur ou à traction animale sont également utilisées pour la récolte des grandes cultures. Les moissonneuses-batteuses (automotrices ou entraînées par un tracteur) sont utiles là où la culture intensive est pratiquée et la pénurie de main-d'œuvre est aiguë.

              La récolte du sorgho se fait en coupant la tête de l'épi puis en coupant la plante, ou vice versa. La récolte de coton est ramassée en 3 à 5 cueillettes à la main au fur et à mesure que la balle mûrit. La récolte des pommes de terre et des betteraves à sucre se fait manuellement (voir figure 6) ou à l'aide d'une herse à lame ou d'une excavatrice, qui peut être à traction animale ou par tracteur. Dans le cas des arachides, les vignes sont soit arrachées manuellement, soit enlevées à l'aide de pelleteuses, et les gousses séparées.

              Figure 6. Récolte manuelle des pommes de terre avec une houe à main

              AGR100F6

              Battage

              Le battage comprend la séparation des grains des épis. Les méthodes manuelles séculaires de battage du grain du pinacle de paddy sont: frotter les épis avec ses pieds, battre la récolte récoltée sur une planche, piétiner les animaux, etc. Le battage est classé comme une tâche modérément lourde (Nag et Dutt 1980). Dans le battage manuel par battage, (voir figure 7) on sépare environ 1.6 à 1.8 kg de grain et 1.8 à 2.1 kg de paille par minute à partir de plants de paddy/blé de taille moyenne.

              Figure 7. Pinacle de battage du paddy par battage

              AGR100F7

              Pranab Kumar Nag

              Les batteuses mécaniques effectuent simultanément les opérations de battage et de vannage. La batteuse à pédale (mode oscillant ou rotatif) augmente le rendement à 2.3 à 2.6 kg de grains (paddy/blé) et 3.1 à 3.6 kg de paille par min. Le battage à pédale (voir figure 8) est une activité plus pénible que le battage manuel au battage. Le pédalage et la tenue des plants de riz sur le tambour roulant entraînent des efforts musculaires élevés. Les améliorations ergonomiques apportées à la batteuse à pédales peuvent permettre un schéma rythmique de travail des jambes dans des postures assises et debout alternées et minimiser les contraintes posturales. Le moment optimal de la batteuse peut être atteint à environ 8 kg de poids du tambour roulant.

              Figure 8. Une batteuse à pédales en fonctionnement

              AGR100F8

              Pranab Krumar Nag

              Les batteuses électriques sont progressivement introduites dans les zones de révolution verte. Ils se composent essentiellement d'un moteur principal, d'une unité de battage, d'une unité de vannage, d'une unité d'alimentation et d'une sortie pour le grain propre. Les moissonneuses-batteuses automotrices sont une combinaison d'une moissonneuse et d'une unité de battage pour les cultures céréalières.

              Des accidents mortels ont été signalés lors du battage du grain à l'aide de batteuses mécaniques et de coupe-fourrage. L'incidence des blessures modérées à graves chez les renards était de 13.1 pour 1992 XNUMX renards (Mohan et Patel, XNUMX). Les mains et les pieds peuvent être blessés par le rotor. La position de la goulotte d'alimentation peut entraîner des postures inconfortables lors de l'alimentation de la récolte dans la batteuse. La courroie qui alimente la batteuse est également une cause fréquente de blessures. Avec les coupe-fourrage, les opérateurs peuvent se blesser en faisant passer le fourrage dans les lames mobiles. Les enfants se blessent lorsqu'ils jouent avec les machines.

              Les travailleurs se tiennent souvent sur des plates-formes instables. En cas de secousse ou de perte d'équilibre, le poids du torse pousse les mains dans le tambour de battage/coupe-fourrage. La batteuse doit être conçue de manière à ce que la goulotte d'alimentation soit au niveau du coude et que les opérateurs se tiennent sur une plate-forme stable. La conception du coupe-fourrage peut être améliorée pour des raisons de sécurité comme suit (Mohan et Patel 1992) :

              • un rouleau avertisseur placé sur la goulotte avant les rouleaux d'alimentation
              • une goupille de verrouillage pour fixer le volant lorsque la fraise n'est pas utilisée
              • couvre-engrenages et protège-lames pour repousser les membres et empêcher les vêtements de s'emmêler.

               

              Pour le battage des arachides, la pratique traditionnelle consiste à tenir les plants d'une main et à les frapper contre une tige ou une grille. Pour le battage du maïs, des décortiqueuses tubulaires de maïs sont utilisées. Le travailleur tient l'équipement dans sa paume et insère et fait tourner les épis dans l'équipement pour séparer les grains de maïs des épis. Le rendement avec cet équipement est d'environ 25 kg/heure. Les égreneuses à maïs manuelles de type rotatif ont un rendement de travail plus élevé, environ 50 à 120 kg/heure. La longueur de la poignée, la force nécessaire pour la faire fonctionner et la vitesse de fonctionnement sont des considérations importantes dans les décortiqueuses de maïs rotatives manuelles.

              Vanner

              Le vannage est un processus pour séparer les grains de la paille en soufflant de l'air, à l'aide d'un ventilateur à main ou d'un ventilateur à pédale ou à moteur. Dans les méthodes manuelles (voir figure 9), tout le contenu est projeté en l'air, et le grain et la paille sont séparés par un élan différentiel. Un vanneur mécanique peut, avec un effort humain considérable, être actionné à la main ou à pédale.

              Figure 9. Vannage manuel

              AGR100F9

              Pranab Kumar Nag

              Les autres opérations post-récolte comprennent le nettoyage et le classement des grains, le décorticage, la décortication, le décorticage, l'épluchage, le tranchage, l'extraction des fibres, etc. Différents types d'équipements manuels sont utilisés dans les opérations post-récolte (par exemple, éplucheuses et trancheuses de pommes de terre, décortiqueuses de noix de coco). Décortication implique de casser les coques et d'enlever les graines (par exemple, les arachides, les graines de ricin). Une décortiqueuse d'arachide sépare les grains des gousses. Le décorticage manuel a un rendement très faible (environ 2 kg de décorticage de gousses par personne-heure). Les travailleurs se plaignent d'inconfort corporel dû à la position assise ou accroupie continue. Les décortiqueuses oscillantes ou rotatives ont un débit d'environ 40 à 60 kg de gousses par heure. Bombardement et décorticage fait référence à la séparation du tégument ou de l'enveloppe de la partie interne du grain (par exemple, paddy, soja). Les décortiqueuses de riz traditionnelles sont actionnées manuellement (à la main ou au pied) et sont largement utilisées en Asie rurale. La force maximale qui peut être exercée à la main ou au pied détermine la taille et d'autres caractéristiques de l'appareil. De nos jours, des moulins à riz motorisés sont utilisés pour le décorticage. Dans certaines céréales, comme le pois cajan, le tégument ou l'enveloppe est étroitement attaché. L'enlèvement de l'enveloppe dans de tels cas s'appelle décorticage.

              Pour différents outils à main et instruments à commande manuelle, la taille de la poignée et la force exercée sur les poignées sont des considérations importantes. Dans le cas des cisailles, la force qui peut être appliquée à deux mains est importante. Bien que la plupart des blessures liées aux outils à main soient classées comme mineures, leurs conséquences sont souvent douloureuses et invalidantes en raison d'un traitement tardif. Les changements de conception des outils à main doivent être limités à ceux qui peuvent être facilement fabriqués par les artisans du village. Les aspects de sécurité doivent être dûment pris en compte dans les équipements motorisés. Les chaussures et gants de sécurité disponibles actuellement sont beaucoup trop chers et ne conviennent pas aux agriculteurs des tropiques.

              Tâches manuelles de manutention

              La plupart des activités agricoles impliquent des tâches manuelles de manutention (par exemple, soulever, abaisser, tirer, pousser et porter des charges lourdes), entraînant des tensions musculo-squelettiques, des chutes, des lésions de la colonne vertébrale, etc. Le taux de blessures par chute augmente considérablement lorsque la hauteur de chute est supérieure à 2 m ; les forces d'impact sont considérablement réduites si la victime tombe sur de la terre molle, du foin ou du sable.

              Dans les zones rurales, des charges pesant de 50 à 100 kg peuvent être transportées quotidiennement sur plusieurs kilomètres (Sen et Nag 1975). Dans certains pays, les femmes et les enfants doivent aller chercher de l'eau en grande quantité à distance. Ces tâches ardues doivent être réduites au minimum dans la mesure du possible. Différentes méthodes de transport de l'eau consistent à porter sur la tête, sur la hanche, sur le dos et sur l'épaule. Ceux-ci ont été associés à une variété d'effets biomécaniques et de troubles de la colonne vertébrale (Dufaut 1988). Des tentatives ont été faites pour améliorer les techniques de transport de charge sur l'épaule, les conceptions de brouettes, etc. Le transport de charge à l'aide d'un joug transversal et d'une charge en tête est plus efficace que le joug frontal. L'optimisation de la charge pouvant être portée par les hommes peut être obtenue à partir du nomogramme présenté (figure 10). Le nomogramme est basé sur une régression multiple tracée entre la demande en oxygène (la variable indépendante) et la charge portée et la vitesse de marche (les variables dépendantes). On peut mettre une échelle sur le graphique à travers les variables pour identifier le résultat. Deux variables doivent être connues pour trouver la troisième. Par exemple, avec une demande en oxygène de 1.4 l/min (équivalent approximatif de 50 % de sa capacité de travail maximale) et une vitesse de marche de 30 m/min, la charge optimale serait d'environ 65 kg.

              Figure 10. Un nomogramme pour optimiser la charge à porter sur la tête/le joug, en référence à la vitesse de marche et à la demande en oxygène du travail.

              AG100F10

              Compte tenu de la diversité des activités agricoles, certaines mesures organisationnelles visant à repenser les outils et les machines, les méthodes de travail, l'installation de protections sur les machines, l'optimisation de l'exposition humaine à un environnement de travail défavorable, etc., peuvent améliorer considérablement les conditions de travail des populations agricoles. (Christiani 1990). Des recherches ergonomiques approfondies sur les méthodes et pratiques agricoles, les outils et l'équipement peuvent générer une grande quantité de connaissances pour l'amélioration de la santé, de la sécurité et de la productivité de milliards de travailleurs agricoles. S'agissant de la plus grande industrie du monde, l'image primitive du secteur, en particulier l'agriculture tropicale pauvre en ressources, pourrait être transformée en une agriculture axée sur les tâches. Ainsi, les travailleurs ruraux peuvent suivre une formation systématique sur les risques du travail et des procédures opérationnelles sûres peuvent être développées.

               

              Retour

              " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

              Table des matières