Jeudi, Mars 10 2011 16: 42

Étude de cas : plongeurs autochtones

Évaluer cet élément
(0 votes)

Les peuples autochtones vivant dans les zones côtières dépendent depuis des siècles de la mer pour leur survie. Dans les eaux plus tropicales, ils ont non seulement pêché à partir de bateaux traditionnels, mais se sont également livrés à des activités de pêche au harpon et de ramassage de coquillages, plongeant soit depuis le rivage, soit depuis des bateaux. Les eaux dans le passé étaient abondantes et il n'était pas nécessaire de plonger profondément pendant de longues périodes. Plus récemment, la situation a changé. La surpêche et la destruction des zones de reproduction ont rendu impossible pour les peuples autochtones de subvenir à leurs besoins. Beaucoup se sont tournés vers la plongée plus profonde pendant de plus longues périodes afin de ramener à la maison une prise suffisante. Comme la capacité des humains à rester sous l'eau sans une certaine forme de soutien est assez limitée, les plongeurs indigènes dans plusieurs parties du monde ont commencé à utiliser des compresseurs pour fournir de l'air depuis la surface ou à utiliser des appareils respiratoires sous-marins autonomes (SCUBA) pour prolonger la durée de vie. le temps pendant lequel ils sont capables de rester sous l'eau (temps de fond).

Dans le monde en développement, les plongeurs autochtones se trouvent en Amérique centrale et du Sud, en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. L'initiative Ocean Conservation and Environmental Action Network (OCEAN) du Département de géographie de l'Université de Californie à Berkeley a estimé qu'il pourrait y avoir jusqu'à 30,000 450 plongeurs autochtones actifs en Amérique centrale, en Amérique du Sud et dans les Caraïbes. (On estime que les Indiens Moskito d'Amérique centrale peuvent avoir une population de plongeurs pouvant atteindre 15,000 plongeurs.) Des chercheurs du Divers Diseases Research Center du Royaume-Uni estiment qu'aux Philippines, il pourrait y avoir entre 20,000 10,000 et XNUMX XNUMX plongeurs indigènes; en Indonésie, le nombre n'a pas encore été déterminé, mais il pourrait atteindre XNUMX XNUMX.

En Asie du Sud-Est, certains plongeurs indigènes utilisent des compresseurs sur des bateaux avec des conduites d'air ou des tuyaux attachés aux plongeurs. Les compresseurs sont normalement des compresseurs de type commercial utilisés dans les stations-service ou sont des compresseurs récupérés de gros camions et entraînés par des moteurs à essence ou diesel. Les profondeurs peuvent aller jusqu'à plus de 90 m et les plongées peuvent dépasser des durées de 2 heures. Les plongeurs indigènes s'emploient à cueillir des poissons et des crustacés pour la consommation humaine, des poissons d'aquarium, des coquillages pour l'industrie touristique, des huîtres perlières et, à certaines périodes de l'année, des concombres de mer. Leurs techniques de pêche comprennent l'utilisation de pièges à poissons sous-marins, la pêche au harpon et le martèlement de deux pierres ensemble pour entraîner les poissons dans un filet en aval du courant. Les homards, crabes et coquillages sont ramassés à la main (voir figure 1).

Figure 1. Un plongeur autochtone récoltant du poisson.

FIS110F1

David Gold

Les indigènes Sea Gypsy Divers de Thaïlande

En Thaïlande, environ 400 plongeurs utilisent des compresseurs et vivent sur la côte ouest. Ils sont connus sous le nom de Sea Gypsies et étaient autrefois un peuple nomade qui s'est installé dans 12 villages plutôt permanents dans trois provinces. Ils sont alphabétisés et presque tous ont terminé leur scolarité obligatoire. Pratiquement tous les plongeurs parlent thaï et la plupart parlent leur propre langue, Pasa Chaaw Lee, qui est une langue malaise non écrite.

Seuls les mâles plongent, dès l'âge de 12 ans et s'arrêtant, s'ils survivent, vers l'âge de 50 ans. Ils plongent à partir d'embarcations non pontées, allant de 3 à 11 m de long. Les compresseurs utilisés sont alimentés soit par un moteur à essence soit par un moteur diesel et sont primitifs, cyclant de l'air non filtré dans un réservoir sous pression et descendant 100 m de tuyau jusqu'à un plongeur. Cette pratique consistant à utiliser des compresseurs d'air ordinaires sans filtration peut entraîner une contamination de l'air respirable par le monoxyde de carbone, le dioxyde d'azote des moteurs diesel, le plomb de l'essence au plomb et les particules de combustion. Le tuyau est attaché à un masque de plongée normal qui couvre les yeux et le nez. L'inspiration et l'expiration se font par le nez, l'air expiré s'échappant de la jupe du masque. La seule protection contre la vie marine et la température de l'eau est un col roulé, une chemise à manches longues, une paire de chaussures en plastique et un pantalon de style athlétique. Une paire de gants en maille de coton offre aux mains un certain degré de protection (voir figure 2).

Figure 2. Un plongeur au large de Phuket, en Thaïlande, se préparant à plonger depuis un bateau non ponté.

FIS110F2

David Gold

Un projet de recherche a été développé en collaboration avec le ministère thaïlandais de la santé publique pour étudier les pratiques de plongée des gitans de la mer et développer des interventions éducatives et informatives pour sensibiliser les plongeurs aux risques auxquels ils sont confrontés et aux mesures qui peuvent être prises pour réduire ces risques. . Dans le cadre de ce projet, 334 plongeurs ont été interrogés par des agents de santé publique formés en 1996 et 1997. Le taux de réponse aux questionnaires a été supérieur à 90 %. Bien que les données de l'enquête soient encore en cours d'analyse, plusieurs points ont été extraits pour cette étude de cas.

Concernant les pratiques de plongée, 54% des plongeurs ont été interrogés sur le nombre de plongées qu'ils ont effectuées lors de leur dernier jour de plongée. Sur les 310 plongeurs ayant répondu à la question, 54% ont indiqué avoir effectué moins de 4 plongées ; 35 % ont indiqué 4 à 6 plongées et 11 % ont indiqué 7 plongées ou plus.

Interrogés sur la profondeur de leur première plongée de leur dernier jour de plongée, sur les 307 plongeurs qui ont répondu à cette question, 51% ont indiqué 18 m ou moins ; 38% ont indiqué entre 18 et 30 m ; 8 % ont indiqué entre 30 et 40 m ; 2 % ont indiqué plus de 40 m, un plongeur signalant une plongée à 80 m de profondeur. Un plongeur de 16 ans dans un village a déclaré avoir effectué 20 plongées lors de son dernier jour de plongée à des profondeurs inférieures à 10 m. Depuis qu'il plonge, il a été frappé 3 fois par un mal de décompression.

Une fréquence élevée de plongées, de grandes profondeurs, de longs séjours au fond et de courts intervalles de surface sont des facteurs qui peuvent augmenter le risque d'accident de décompression.

Risques

Un échantillonnage aléatoire précoce de l'enquête a révélé que les 3 risques les plus importants comprenaient une interruption de l'alimentation en air entraînant une ascension d'urgence, des blessures causées par la vie marine et un accident de décompression.

Contrairement aux plongeurs sportifs ou professionnels, le plongeur autochtone n'a pas d'autre alimentation en air. Un tuyau d'air coupé, serti ou séparé ne laisse que deux options. La première consiste à trouver un compagnon de plongée et à partager l'air d'un masque, une compétence pratiquement inconnue des Gitans de la mer ; la seconde est une nage d'urgence vers la surface, qui peut entraîner et entraîne souvent un barotraumatisme (blessure liée à une réduction rapide de la pression) et un accident de décompression (causé par l'expansion des bulles d'azote gazeux dans le sang et les tissus lorsque le plongeur fait surface). Interrogés sur la séparation des partenaires de plongée pendant les plongées de travail, sur les 331 plongeurs qui ont répondu à la question, 113 (34 %) ont indiqué qu'ils travaillaient à 10 m ou plus de leurs partenaires et 24 autres ont indiqué qu'ils n'étaient pas préoccupés par la les allées et venues des partenaires pendant les plongées. Le projet de recherche enseigne actuellement aux plongeurs comment partager l'air d'un masque tout en les encourageant à plonger plus près les uns des autres.

Étant donné que les plongeurs indigènes travaillent fréquemment avec des animaux marins morts ou blessés, il est toujours possible qu'un prédateur affamé puisse également attaquer le plongeur indigène. Le plongeur peut également manipuler des animaux marins venimeux, augmentant ainsi le risque de maladie ou de blessure.

En ce qui concerne l'accident de décompression, 83 % des plongeurs ont déclaré qu'ils considéraient la douleur comme faisant partie du travail ; 34% ont indiqué qu'ils s'étaient remis d'un accident de décompression et 44% d'entre eux avaient eu un accident de décompression 3 fois ou plus.

Une intervention en santé au travail

Du côté de la mise en œuvre de ce projet, 16 agents de santé au niveau du village ainsi que 3 gitans de la mer ont été formés pour devenir des formateurs. Leur mission est d'accompagner les plongeurs bateau par bateau par des interventions courtes (15 minutes) pour sensibiliser les plongeurs aux risques auxquels ils sont confrontés ; donner aux plongeurs les connaissances et les compétences nécessaires pour réduire ces risques ; et élaborer des procédures d'urgence pour aider les plongeurs malades ou blessés. L'atelier de formation des formateurs a élaboré 9 règles, un court plan de leçon pour chaque règle et une fiche d'information à utiliser comme document.

Les règles sont les suivantes:

    1. La plongée la plus profonde doit être la première, chaque plongée suivante étant moins profonde.
    2. La partie la plus profonde de toute plongée doit venir en premier, suivie du travail en eau moins profonde.
    3. Un palier de sécurité en remontée à 5 m après chaque plongée profonde est obligatoire.
    4. Remontez lentement après chaque plongée.
    5. Prévoyez au moins une heure en surface entre les plongées profondes.
    6. Buvez de grandes quantités d'eau avant et après chaque plongée.
    7. Restez à portée de vue d'un autre plongeur.
    8. Ne retenez jamais votre souffle.
    9. Affichez toujours le drapeau de plongée international chaque fois qu'il y a des plongeurs sous l'eau.

                     

                    Les Sea Gypsies sont nés et ont grandi près ou sur la mer. Ils dépendent de la mer pour leur existence. Bien qu'ils soient malades ou blessés à la suite de leurs pratiques de plongée, ils continuent de plonger. Les interventions énumérées ci-dessus n'empêcheront probablement pas les Gitans de la mer de plonger, mais elles les sensibiliseront au risque auquel ils sont confrontés et leur donneront les moyens de réduire ce risque.

                     

                    Retour

                    Lire 7105 fois Dernière modification le samedi, 30 Juillet 2022 02: 40

                    " AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

                    Table des matières

                    Références de pêche

                    Alverson, DL, MH Freeberg, SA Murawski et JG Pope. 1994. Une évaluation mondiale des prises accessoires et des rejets des pêches. Rome : FAO.

                    Anderson, D.M. 1994. Marées rouges. Sci Am 271: 62–68.

                    Chiang, HC, YC Ko, SS Chen, HS Yu, TN Wu et PY Chang. 1993. Prévalence des troubles de l'épaule et des membres supérieurs chez les travailleurs de l'industrie de la transformation du poisson. Scand J Work Environment and Health 19:126–131.

                    Cura, NM. 1995. Marcher sur des eaux dangereuses. Samudra 13:19–23.

                    Dayton, PK, SF Thrush, MT Agardy et RF Hofman. 1995. Effets environnementaux de la pêche maritime. Conservation aquatique : Écosystèmes marins et d'eau douce 5 : 205–232.

                    Dyer, CL. 1988. L'organisation sociale en fonction du travail. Organisation à bord d'un chalutier surimi japonais. Journal de la Société d'Anthropologie Appliquée 47: 76–81.

                    Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). 1992. Examen de l'état des ressources halieutiques mondiales. Partie 1 : Ressources marines. Rome : FAO.

                    —. 1993. Pêcheries maritimes et droit de la mer : une décennie de changements. Rome : FAO.

                    —. 1995. La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture. Rome : FAO.

                    Conseil de l'alimentation et de la nutrition. 1991. Salubrité des produits de la mer. Washington, DC : Presse de l'Académie nationale.

                    Gales, R. 1993. Mécanismes coopératifs pour la conservation de l'albatros. Australie : Agence australienne pour la conservation de la nature.

                    Hagmar, L, K Lindén, A Nilsson, B Norrving, B Åkesson, A Schütz et T Möller. 1992. Incidence du cancer et mortalité chez les pêcheurs suédois de la mer Baltique. Scand J Work Environ Health 18:217–224.

                    Husmo, M. 1993. Drømmen om å bli fiskekjøper. Om rekruttering til ledelse og kvinners lederstil i norsk fiskeindustri, Rap. N° 8. Tromsø, Norvège : Fiskeriforskning/Norges fiskerihøgskole, Universitetet i Tromsø.

                    —. 1995. Institusjonell endring eller ferniss? Kvalitetsstyringsprosessen i noen norske fiskeindustribedrifter, Rap. N° 1. Tromsø, Norvège : Norges fiskerihøgskole/Seksjon pour fiskeriorganisasjon.

                    Husmo, M et E Munk-Madsen. 1994. Kjønn som kvalifikasjon i fiskeindustrien. A Leve Kysten ? Strandhogg i fiskeri-Norge, édité par O Otterstad et S Jentoft. Norvège : Ad Notam Glydenal.

                    Husmo, M et G Søvik. 1995. Ledelsesstrukturen i norsk fiskeforedlingsindustri. Rap. N° 2. Tromsø, Norvège : Norges fiskerihøgskole/Seksjon pour fiskeriorganisasjon.

                    Kolare, S. 1993. Stratégies de prévention des troubles musculo-squelettiques liés au travail (document de consensus). Int J de Ind Ergonomics 11:77–81.

                    Moore, SRW. 1969. La mortalité et la morbidité des pêcheurs en haute mer naviguant de Grimsby en un an. Br J Ind Med 26:25–46.

                    Munk-Madsen, E. 1990. Skibet er ladet med køn. En analyser af kønrelationer og kvinders vilkår i fabriksskibsflåden. Tromsø, Norvège : Collège norvégien des sciences halieutiques, Université de Tromsø.

                    Ohlsson, K, GÅ Hansson, I Balogh, U Strömberg, B Pålsson, C Nordander, L Rylander et S Skerfving. 1994. Troubles du cou et des membres supérieurs chez les femmes de l'industrie de la transformation du poisson. Occup et Envir Med 51:826–32.

                    Ólafsdóttir, H et V Rafnsson. 1997. Augmentation des symptômes musculo-squelettiques des membres supérieurs chez les femmes après l'introduction de la ligne d'écoulement dans les usines de filets de poisson. Int J Ind Erg, sous presse.

                    Rafnsson, V et H Gunnarsdottir. 1992. Accidents mortels parmi les marins islandais : 1966–1986. Br J Ind Med 49:694–699.

                    —. 1993. Risque d'accidents mortels survenant ailleurs qu'en mer parmi les marins islandais. Br Med J 306:1379-1381.

                    —. 1994. Mortalité chez les marins islandais. Int J Epidemiol 23 : 730–736.

                    —. 1995. Incidence du cancer chez les marins en Islande. Am J Ind Med 27:187–193.

                    Reilley, MSJ. 1985. Mortalité due aux accidents du travail chez les pêcheurs du Royaume-Uni 1961–1980. Br J Ind Med 42:806–814.

                    Skaptadottir, UD. 1995. Femmes de pêcheurs et transformateurs de poisson : continuité et évolution de la position des femmes dans les villages de pêcheurs islandais, 1870–1990. doctorat thèse. New York : Université de New York.

                    Stroud, C. 1996. L'éthique et la politique de la chasse à la baleine. Dans The Conservation of Whales and Dolphins: Science and Practice, édité par MP Simmons et JD Hutchinson. Chichester, Royaume-Uni : John Wiley & Sons.

                    Svenson, BG, Z Mikoczy, U Strömberg et L Hagmar. 1995. Mortalité et incidence du cancer chez les pêcheurs suédois ayant un apport alimentaire élevé en composés organochlorés persistants. Scand J Work Environ Health 21:106–115.

                    Törner, M, G Blide, H Eriksson, R Kadefors, R Karlsson et I Petersen. 1988. Symptômes musculo-squelettiques liés aux conditions de travail chez les pêcheurs professionnels suédois. Ergonomie appliquée 19 : 191–201.

                    Vacher, J. 1994. Être fort en étant ensemble. Samudra 10 et 11 (supplément spécial).

                    Organisation mondiale de la santé (OMS). 1985. Identification et contrôle des maladies liées au travail. Série de rapports techniques n° 714. Genève : OMS.