Samedi, Mars 12 2011 17: 00

Transport de bois

Évaluer cet élément
(36 votes)

Le transport du bois assure le lien entre l'exploitation forestière et l'usine. Cette opération est d'une grande importance économique : dans l'hémisphère nord elle représente 40 à 60 % du coût total d'approvisionnement en bois de l'usine (hors sur pied), et sous les tropiques la proportion est encore plus élevée. Les facteurs de base affectant le transport du bois comprennent : la taille de l'exploitation ; les emplacements géographiques de la forêt et du moulin ainsi que la distance qui les sépare; l'assortiment de bois pour lequel la scierie est conçue ; et les types de transport disponibles et adaptés. Les principaux assortiments de bois sont des arbres entiers avec des branches, des longueurs d'arbres ébranchés, des grumes longues (généralement de 10 à 16 m de longueur), des bois courts (généralement des grumes de 2 à 6 m), des copeaux et du bois de chauffage. De nombreuses scieries peuvent accepter des assortiments variés de bois; certains ne peuvent accepter que des types spécifiques, par exemple, shortwood by road. Le transport peut être routier, ferroviaire, maritime, flottant sur une voie navigable ou, selon la géographie et la distance, diverses combinaisons de ceux-ci. Le transport routier par camion est toutefois devenu le principal mode de transport du bois.

Dans de nombreux cas, le transport du bois, en particulier le transport routier, fait partie intégrante de l'opération de récolte. Ainsi, tout problème dans le transport du bois peut arrêter toute l'opération de récolte. La pression du temps peut entraîner une demande d'heures supplémentaires et une tendance à prendre des raccourcis qui peuvent compromettre la sécurité des travailleurs.

L'exploitation forestière et le transport du bois sont souvent sous-traités. En particulier lorsqu'il y a plusieurs entrepreneurs et sous-traitants, il peut y avoir une question de savoir qui a la responsabilité de protéger la sécurité et la santé de certains travailleurs.

Manutention et chargement du bois

Lorsque les circonstances le permettent, le bois peut être chargé directement sur des camions à la souche, éliminant ainsi la nécessité d'une phase de transport forestier distincte. Lorsque les distances sont courtes, l'équipement de transport forestier (par exemple, un tracteur agricole avec une remorque ou une semi-remorque) peut transporter le bois directement à l'usine. Normalement, cependant, le bois est d'abord acheminé vers le débarcadère forestier pour le transport sur de longues distances.

Le chargement manuel est souvent pratiqué dans les pays en développement et dans les opérations peu capitalisées. Les petites bûches peuvent être soulevées et les grosses roulées à l'aide de rampes (voir figure 1). Des outils à main simples comme des crochets, des leviers, des sappies, des poulies, etc. peuvent être utilisés, et des animaux de trait peuvent être impliqués.

Figure 1. Chargement manuel (avec et sans rampes).

POUR030F6

Dans la plupart des cas, cependant, le chargement est mécanisé, généralement avec des chargeurs à flèche pivotante, à flèche articulée ou frontale. Les chargeuses à flèche pivotante et à flèche articulée peuvent être montées sur des transporteurs à roues ou à chenilles ou sur des camions, et sont généralement équipées de grappins. Les chargeurs frontaux ont généralement des fourches ou des grappins et sont montés sur des tracteurs à chenilles ou des tracteurs articulés à quatre roues motrices. Dans le chargement semi-mécanisé, les grumes peuvent être soulevées ou enroulées sur les patins de chargement par des câbles et différents types de tracteurs et de treuils (voir figure 2) . Le chargement semi-mécanisé nécessite souvent que les travailleurs soient au sol pour attacher et relâcher les câbles, guider la charge, etc., en utilisant souvent des crochets, des leviers et d'autres outils à main. Dans les opérations de déchiquetage, le broyeur souffle généralement les copeaux directement dans le camion, la remorque ou la semi-remorque.

Figure 2. Chargement mécanisé et semi-mécanisé.

POUR030F7

Opérations d'atterrissage

Les atterrissages sont des endroits bruyants où de nombreuses opérations différentes sont menées simultanément. Selon le système de récolte, ces opérations comprennent le chargement et le déchargement, l'ébranchage, l'écorçage, le tronçonnage, le tri, le stockage et le déchiquetage. Une ou plusieurs grosses machines peuvent se déplacer et fonctionner en même temps alors que des scies à chaîne sont utilisées à proximité. Pendant et après la pluie, la neige et le gel, les bûches peuvent être très glissantes et le sol peut être très boueux et glissant. La zone peut être jonchée de débris et, par temps sec, elle peut être très poussiéreuse. Les grumes peuvent être stockées en piles non sécurisées de plusieurs mètres de haut. Tout cela fait du débarcadère l'une des zones de travail les plus dangereuses de l'industrie forestière.

Transport routier

Le transport routier du bois est assuré par des véhicules dont la taille dépend des dimensions du bois, de l'état des routes et des règles de circulation, ainsi que de la disponibilité de capitaux pour acheter ou louer l'équipement. Les camions à deux ou trois essieux d'une capacité de charge de 5 à 6 tonnes sont couramment utilisés dans les pays tropicaux. En Scandinavie, par exemple, le grumier typique est un camion à 4 essieux avec une remorque à 3 essieux ou vice versa, avec une capacité de charge de 20 à 22 tonnes. Sur les routes privées en Amérique du Nord, on peut rencontrer des camions d'un poids total de 100 à 130 tonnes ou plus.

Le transport de l'eau

L'utilisation des voies navigables pour le transport du bois a diminué à mesure que le transport routier a augmenté, mais il reste encore important au Canada, aux États-Unis, en Finlande et en Russie dans l'hémisphère nord, dans les bassins versants des fleuves Amazone, Paraguay et Parana en Amérique latine. Amérique, dans de nombreux fleuves et lacs d'Afrique de l'Ouest et dans la plupart des pays d'Asie du Sud-Est.

Dans les forêts de mangrove et de marée, le transport de l'eau commence généralement directement à partir de la souche ; sinon, les grumes doivent être transportées jusqu'au bord de l'eau, généralement par camion. Les grumes ou les fagots en vrac peuvent être entraînés en aval dans les rivières. Ils peuvent être attachés dans des radeaux qui peuvent être remorqués ou poussés dans les rivières, les lacs et le long des côtes, ou ils peuvent être chargés sur des bateaux et des barges de différentes tailles. Les navires océaniques jouent un rôle important dans le commerce international du bois.

Transport ferroviaire

En Amérique du Nord et sous les tropiques, le transport ferroviaire, comme le transport fluvial, cède la place au transport routier. Cependant, il reste très important dans des pays comme le Canada, la Finlande, la Russie et la Chine, où il existe de bons réseaux ferroviaires avec des aires d'atterrissage intermédiaires appropriées. Dans certaines opérations à grande échelle, des chemins de fer temporaires à voie étroite peuvent être utilisés. Le bois peut être transporté dans des wagons de marchandises standard ou des wagons spécialement construits pour le transport du bois peuvent être utilisés. Dans certains terminaux, de grandes grues fixes peuvent être utilisées pour le chargement et le déchargement, mais, en règle générale, les méthodes de chargement décrites ci-dessus sont utilisées.

Conclusion

Le chargement et le déchargement, qui doivent parfois être effectués plusieurs fois au fur et à mesure que le bois se déplace de la forêt jusqu'à son lieu d'utilisation, sont souvent des opérations particulièrement dangereuses dans l'industrie du bois. Même lorsqu'ils sont entièrement mécanisés, les travailleurs à pied et utilisant des outils à main peuvent être impliqués et être à risque. Certains grands exploitants et sous-traitants le reconnaissent, entretiennent correctement leur équipement et fournissent à leurs travailleurs des équipements de protection individuelle (EPI) tels que des chaussures, des gants, des casques, des lunettes et des protections contre le bruit. Même dans ce cas, des superviseurs formés et diligents sont nécessaires pour s'assurer que les problèmes de sécurité ne sont pas négligés. La sécurité devient souvent problématique dans les petites opérations et en particulier dans les pays en développement. (Pour un exemple, voir la figure 3 , qui montre des travailleurs sans EPI chargeant des grumes au Nigéria.)

Figure 3. Opérations d'exploitation forestière au Nigéria avec des travailleurs non protégés.

POUR030F8

 

Retour

Lire 24740 fois Dernière modification le Samedi, 27 Août 2011 14:28

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références forestières

Apud, E, L Bostrand, I Mobbs et B Strehlke. 1989. Directives sur l'étude ergonomique en foresterie. Genève : OIT.

Apud, E et S Valdés. 1995. Ergonomie en foresterie—Le cas chilien. Genève : OIT.

Rampe, E, D Robinson et D Trites. 1990. Ergonomie de la plantation d'arbres. Entente Canada–Colombie-Britannique sur le développement des ressources forestières, FRDA Report 127. Victoria, C.-B. : FRDA.

Brun, GW. 1985. Foresterie et qualité de l'eau. Corvallis, OR : Oregon State University (OSU) Book Stores Inc.

Chen, KT. 1990. Accidents d'exploitation forestière - Un problème émergent. Sarawak, Malaisie : Unité de santé au travail, Département médical.

Dummel, K et H Branz. 1986. "Holzernteverfahren," Schriften Reihefdes Bundesministers für Ernätrung, Handwirtschaft und Forsten. Reihe A : Landwirtschafts verlag Münster-Hiltrup.

Durnin, JVGA et R Passmore. 1967. Énergie, Travail, Loisirs. Londres : Heinemann.

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). 1992. Introduction à l'ergonomie en foresterie dans les pays en développement. Document forestier 100. Rome:FAO.

—. 1995. Foresterie—Statistiques d'aujourd'hui pour demain. Rome : FAO.

—. 1996. Code modèle FAO des pratiques d'exploitation forestière. Rome : FAO.

FAO/CEE/OIT. 1989. Impact de la mécanisation des opérations forestières sur le sol. Actes d'un séminaire, Louvain-la-neuve, Belgique, 11–15 septembre. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

—. 1991. L'utilisation des pesticides en foresterie. Actes d'un séminaire, Sparsholt, Royaume-Uni, 10-14 septembre 1990.

—. 1994. Interactions Sol, Arbre, Machine, FORSITRISK. Actes d'un atelier et d'un séminaire interactifs, Feldafiraf, Allemagne, 4–8 juillet. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

—. 1996a. Manuel sur les dommages aigus aux forêts. Documents de travail CEE/ONU/FAO ECE/TIM/DP/7, New York et Genève : Comité mixte FAO/CEE/OIT des technologies, de la gestion et de la formation forestières.

—. 1996b. Compétences et formation en foresterie—Résultats d'une enquête auprès des pays membres de la CEE. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

FAO/OIT. 1980. Tronçonneuses dans les forêts tropicales. Forest Training Series No. 2. Rome: FAO.

Gellerstedt, S. 1993. Travail et santé dans le travail forestier. Göteborg : Université de technologie Chalmers.

Giguère, D, R Bélanger, JM Gauthier et C Larue. 1991. Étude préliminaire du travail de reboisement. Rapport IRSST B-026. Montréal : IRSST.

—. 1993. Aspects ergonomiques de la plantation d'arbres à l'aide de la technologie multi-pots. Ergonomie 36(8):963-972.

Golsse, JM. 1994. Liste de contrôle ergonomique révisée de FERIC pour la machinerie forestière canadienne. Pointe Claire : Institut canadien de recherches en génie forestier.

Haile, F. 1991. Femmes porteuses de bois de feu à Addis-Abeba et dans la forêt périurbaine. Recherche sur les femmes dans le transport du bois de feu à Addis-Abeba, Éthiopie ETH/88/MO1/IRDC et ETH/89/MO5/NOR. Rapport de projet. Genève : OIT.

Harstela, P. 1990. Postures de travail et fatigue des travailleurs dans les travaux forestiers nordiques : Une revue sélective. Int J Ind Erg 5:219–226.

Organisation internationale du travail (OIT). 1969. Sécurité et santé dans les travaux forestiers. Un recueil de directives pratiques du BIT. Genève : OIT.

—. 1988. Poids maximum pour le levage et le transport de charges. Service de sécurité et de santé au travail, n° 59. Genève : BIT.

—. 1991. Sécurité et santé au travail en foresterie. Rapport II, Commission des forêts et des industries du bois, deuxième session. Genève : OIT.

—. 1997. Code de pratique sur la sécurité et la santé dans les travaux forestiers. MEFW/1997/3. Genève : OIT.

—. 1998. Code de pratique sur la sécurité et la santé dans les travaux forestiers. Genève : OIT.

Organisation internationale de normalisation (ISO). 1986. Équipement pour le travail du sol : ROPS—Laboratory Testing and Performance Specifications. ISO 3471-1. Genève : ISO.

Jokulioma, H et H Tapola. 1993. Sécurité et santé des travailleurs forestiers en Finlande. Unasylva 4(175):57–63.

Juntunen, ML. 1993. Formation des opérateurs de récolte en Finlande. Présenté lors d'un séminaire sur l'utilisation de machines et d'équipements multifonctionnels dans les opérations forestières. Olenino Logging Enterprise, Région de Tvor, Fédération de Russie 22–28 août.

—. 1995. Opérateur professionnel d'abatteuse : Connaissances et compétences de base issues de la formation — Compétences d'exploitation issues de la vie professionnelle ? Présenté au XXe Congrès mondial de l'IUFRO, Tampre, Finlande, du 6 au 12 août.

Kanninen, K. 1986. La survenue d'accidents du travail dans les opérations forestières et les objectifs des mesures de prévention. Dans les actes d'un séminaire sur la santé au travail et la réadaptation des travailleurs forestiers, Kuopio, Finlande, 3-7 juin 1985. Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail en forêt et la formation des travailleurs forestiers.

Kastenholz, E. 1996. Sicheres Handeln bei der Holzernteuntersuchung von Einflüssen auf das Unfallgeschehen bei der Waldarbeit unter besonderer Berücksichtigung der Lohnform. Dissertation doctorale. Fribourg, Allemagne : Université de Fribourg.

Kantola, M et P Harstela. 1988. Handbook on Appropriate Technology for Forestry Operations in Developing Counts, Part 2. Forestry Training Programme Publication 19. Helsinki: National Board of Vocational Education.

Kimmins, H. 1992. Balancing Act—Environmental Issues in Forestry. Vancouver, C.-B. : University of British Columbia Press.

Lejhancova, M. 1968. Dommages cutanés causés par les huiles minérales. Procovni Lekarstvi 20(4):164–168.

Lidén, E. 1995. Entrepreneurs en machines forestières dans la foresterie industrielle suédoise : importance et conditions de 1986 à 1993. Department of Operational Efficiency Report No. 195. Université suédoise des sciences agricoles.

Ministère du Développement des compétences. 1989. Opérateur de débardeur-débardeur : Normes de formation basées sur les compétences. Ontario : ministère du Développement des compétences.

Moos, H et B Kvitzau. 1988. Recyclage des travailleurs forestiers adultes entrant dans la foresterie à partir d'une autre profession. In Actes du Séminaire sur l'emploi des entrepreneurs en foresterie, Loubières, France 26-30 septembre 1988. Loubiéres: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail forestier et la formation des ouvriers forestiers.

National Proficiency Test Council (NPTC) et Scottish Skill Testing Service (SSTS). 1992. Liste des normes de tronçonneuse. Warwickshire, Royaume-Uni : NPTC et SSTS.

—. 1993. Certificats de compétence en opération de tronçonneuse. Warwickshire, Royaume-Uni : National Proficiency Tests Council et Scottish Skills Testing Service.

Patosaari, P. 1987. Produits chimiques en foresterie : risques pour la santé et protection. Rapport au Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail forestier et la formation des travailleurs forestiers, Helsinki (document ronéotypé).

Pastille. 1995. Rapport d'étude : L'analyse de l'accident par la méthode de l'arbre des causes. Lucerne : Schweizerische Unfallversicherungsanstalt (SUVA) (mimeo).

Powers, RF, DH Alban, RE Miller, AE Tiarks, CG Wells, PE Avers, RG Cline, RO Fitzgerald et JNS Loftus. 1990.
Soutenir la productivité des sites dans les forêts nord-américaines : problèmes et perspectives. Dans Sustained Productivity of Forest Soils, édité par SP Gessed, DS Lacate, GF Weetman et RF Powers. Vancouver, C.-B. : Publication de la Faculté de foresterie.

Robinson, DG, DG Trites et EW Banister. 1993. Effets physiologiques du stress au travail et de l'exposition aux pesticides lors de la plantation d'arbres par les travailleurs sylvicoles de la Colombie-Britannique. Ergonomie 36(8):951–961.

Rodero, F. 1987. Nota sobre siniestralidad en incendios forestales. Madrid, Espagne : Instituto Nacional para la Conservación de la Naturaleza.

Saarilahti, M et A Asghar. 1994. Étude sur la plantation d'hiver du pin chir. Document de recherche 12, projet de l'OIT, Pakistan.
Skoupy, A et R Ulrich. 1994. Dispersion d'huile de lubrification de chaîne dans des tronçonneuses individuelles. Forsttechnische Information 11:121–123.

Skyberg, K, A Ronneberg, CC Christensen, CR Naess-Andersen, HE Refsum et A Borgelsen. 1992. Fonction pulmonaire et signes radiographiques de fibrose pulmonaire chez les travailleurs exposés à l'huile dans une entreprise de fabrication de câbles : une étude de suivi. Brit J Ind Med 49(5):309–315.

Slappendel, C, I Laird, I Kawachi, S Marshal et C Cryer. 1993. Facteurs influant sur les blessures liées au travail chez les travailleurs forestiers : un examen. J Saf Res 24:19–32.

Smith, TJ. 1987. Caractéristiques professionnelles des travaux de plantation d'arbres. Sylviculture Magazine II(1):12–17.

Sozialversicherung der Bauern. 1990. Extraits de statistiques officielles autrichiennes soumises au BIT (non publiées).

Staudt, F. 1990. Ergonomics 1990. Actes P3.03 Ergonomics XIX World Congress IUFRO, Montréal, Canada, août 1990. Pays-Bas : Département de foresterie, Section Technique forestière et sciences du bois, Université agricole de Wageningen.

Stjernberg, EI. 1988. Étude des opérations manuelles de plantation d'arbres dans le centre et l'est du Canada. Rapport technique FERIC TR-79. Montréal : Institut canadien de recherches en génie forestier.

Stolk, T. 1989. Gebruiker mee laten kiezen uit persoonlijke beschermingsmiddelen. Tuin & Landschap 18.

Strehlke, B. 1989. L'étude des accidents forestiers. Dans Guidelines on Ergonomic Study in Forestry, édité par E Apud. Genève : OIT.

Trites, DG, DG Robinson et EW Banister. 1993. Effort cardiovasculaire et musculaire pendant une saison de plantation d'arbres chez les travailleurs sylvicoles de la Colombie-Britannique. Ergonomie 36(8):935–949.

Udo, ES. 1987. Conditions de travail et accidents dans les industries forestières et de sciage du Nigeria. Rapport pour le BIT (non publié).

Wettman, O. 1992. Sécurité au travail dans l'exploitation forestière en Suisse. Dans FAO/ECE/ILO Actes of Seminar on the Future of the Forestry Workforce, édité par FAO/ECE/ILO. Corvallis, OR : Presse universitaire de l'État de l'Oregon.