Lundi, Mars 14 2011 17: 34

Équipement de protection individuelle (EPI) et produits de sécurité au travail

Évaluer cet élément
(8 votes)

Le travail forestier est l'une de ces professions où l'équipement de protection individuelle (EPI) est toujours nécessaire. La mécanisation a réduit le nombre de travailleurs utilisant des scies à chaîne portatives, mais les tâches restantes se font souvent dans des endroits difficiles où les grosses machines ne peuvent pas atteindre.

L'efficacité et la vitesse de la chaîne des tronçonneuses portatives ont augmenté, tandis que la protection offerte par les vêtements et les chaussures de protection a diminué. L'exigence plus élevée en matière de protection a rendu l'équipement lourd. Surtout en été dans les pays nordiques, et tout au long de l'année dans d'autres pays, les dispositifs de protection ajoutent une charge supplémentaire au travail pénible des travailleurs forestiers. Cet article se concentre sur les opérateurs de scie à chaîne, mais la protection est nécessaire dans la plupart des travaux forestiers. Le tableau 1 donne un aperçu de ce qui devrait normalement être exigé.


Tableau 1. Équipement de protection individuelle adapté aux opérations forestières.

 

Opérations EPI1
Plantation Manuelle Mécanisée
Bottes ou chaussures de sécurité Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, cache-oreilles2
Désherber/nettoyer Outils à bords lisses Scie à main Scie à chaîne
Bottes ou chaussures de sécurité, gants, lunettes Bottes ou chaussures de sécurité, gants Bottes ou chaussures de sécurité,pantalons de sécurité, vêtements près du corps, gants,4 casque de sécurité, lunettes, visière (maille), cache-oreilles
Scie à brosse: avec lame en métal avec filament en nylon
Bottes ou chaussures de sécurité,3 pantalons de sécurité, vêtements près du corps, gants,4 casque de sécurité, lunettes, visière (maille), protège-oreilles Bottes ou chaussures de sécurité, pantalons de sécurité, gants, lunettes, protège-oreilles
Couteau/fléau rotatif Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants, protège-oreilles2
Application de pesticides Pour se conformer aux spécifications de la substance particulière et de la technique d'application
Élagage5 Outillage à main
Bottes ou chaussures de sécurité, gants, casque de sécurité, 6 lunettes, cache-oreilles
Abattage7 Outils à main Scie à chaîne
Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants,8 casque de sécurité Bottes ou chaussures de sécurité, pantalons de sécurité, vêtements ajustés, gants,4 casque de sécurité, visière (maille), coquilles anti-bruit
Mécanisé Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements ajustés, casque de sécurité, cache-oreilles
Écorcage Manuel Mécanisé
Bottes ou chaussures de sécurité, gants Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants, lunettes, protège-oreilles2
Fendage Manuel Mécanisé
Bottes ou chaussures de sécurité, gants, lunettes Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants, lunettes, protège-oreilles
Extraction Manuelle, goulotte et animal Mécanisée -débusqueur -forewarder -grue à câble -hélicoptère
Bottes ou chaussures de sécurité, gants, casque de sécurité9
Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants,10 casque de sécurité, cache-oreilles2 Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements ajustés, casque de sécurité, cache-oreilles2 Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps, gants,10 casque de sécurité, cache-oreilles2 Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements près du corps,11 gants,10 casque de sécurité, lunettes, cache-oreilles
Empilage/chargement Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements ajustés, gants, casque de sécurité, cache-oreilles2
Ébrèchement Bottes ou chaussures de sécurité, vêtements ajustés, gants, casque de sécurité, visière (maille), protège-oreilles2
Accrobranche : utiliser une tronçonneuse sans utiliser de tronçonneuse
Bottes ou chaussures de sécurité,3 pantalons de sécurité, vêtements près du corps, gants,4 casque de sécurité,13 lunettes de protection, protège-oreilles Bottes ou chaussures de sécurité, casque de sécurité

1 Sles bottes ou chaussures de sécurité doivent comprendre des embouts en acier intégrés pour les charges moyennes ou lourdes. Les pantalons de sécurité doivent incorporer un matériau colmatant ; dans les climats/temps chauds, des leggings ou des jambières pour scie à chaîne peuvent être utilisés. Les pantalons de sécurité et les jambières contiennent des fibres qui sont inflammables et peuvent fondre ; ils ne doivent pas être portés pendant la lutte contre l'incendie. Les bouchons d'oreille et les valves auriculaires ne conviennent généralement pas à la foresterie en raison du risque d'infection.

2 Lorsque le niveau de bruit au poste de travail dépasse 85 dBA.

3 Les bottes pour scie à chaîne doivent être munies d'une protection à l'avant et au cou-de-pied.

4 Un matériau résistant aux coupures doit être incorporé.

5 Si l'élagage implique de grimper aux arbres au-dessus de 3 m, un dispositif de limitation de chute doit être utilisé. L'EPI doit être utilisé lorsque des chutes de branches sont susceptibles de causer des blessures.

6 Lors de la taille à une hauteur supérieure à 2.5 m.

7 L'abattage comprend l'ébranchage et le tronçonnage.

8 Lors de l'utilisation d'une scie à main.

9 Lors de l'extraction à proximité d'arbres instables ou de branchwood.

10 Uniquement en cas de manipulation de journaux ; des gants avec une paume renforcée si vous manipulez une corde d'étranglement métallique ou une ligne d'attache.

11 Des couleurs très visibles doivent être utilisées.

12 Le casque doit avoir une mentonnière.

13 Les casques d'escalade sont préférables; s'ils ne sont pas disponibles, des casques de sécurité avec mentonnière peuvent être utilisés.

Source : OIT 1997.

 


 

Mécanisme de protection et efficacité des dispositifs de protection individuelle

Vêtements de protection

Les vêtements de protection contre les coupures protègent par trois mécanismes principaux différents. Dans la plupart des cas, les pantalons et les gants contiennent un rembourrage de sécurité en tissu multicouche ayant des fibres à haute résistance à la traction. Lorsque la chaîne en mouvement touche les fibres, elles sont arrachées et résistent au mouvement de la chaîne. Deuxièmement, ces matériaux de rembourrage peuvent contourner le pignon d'entraînement et la rainure de la lame et augmenter le frottement de la chaîne contre la lame à tel point que la chaîne s'arrêtera. Troisièmement, le matériau peut également être réalisé de telle sorte que la chaîne glisse sur la surface et ne puisse pas facilement la pénétrer.

Différentes tâches de travail nécessitent une couverture de protection différente. Pour les travaux forestiers normaux, le rembourrage de protection ne couvre que la partie avant du pantalon et le dos des gants de sécurité. Les tâches spéciales (par exemple, le jardinage ou la chirurgie des arbres) nécessitent souvent une plus grande zone de protection. Les rembourrages de protection recouvrent totalement les jambes, y compris le dos. Si la scie est tenue au-dessus de la tête, une protection du haut du corps peut être nécessaire.

Il faut toujours se rappeler que tous les EPI n'offrent qu'une protection limitée et que des méthodes de travail correctes et prudentes doivent être utilisées. Les nouvelles scies à chaîne portatives sont si efficaces que la chaîne peut facilement traverser le meilleur matériau de protection lorsque la vitesse de la chaîne est élevée ou que la force de la chaîne contre le matériau de protection est grande. Les rembourrages de protection anti-coupure faits des meilleurs matériaux connus à l'heure actuelle seraient si épais qu'ils ne pourraient pas être utilisés dans les travaux forestiers lourds. Le compromis entre efficacité de protection et confort est basé sur des expériences de terrain. Il était inévitable que le niveau de protection ait été réduit pour pouvoir augmenter le confort des vêtements.

Chaussures de protection

Les chaussures de protection en caoutchouc résistent assez bien aux coupures de la tronçonneuse. Le type de coupure le plus fréquent provient du contact de la chaîne avec la zone des orteils de la chaussure. Les chaussures de sécurité doivent avoir une doublure anti-coupure sur le devant et des coques métalliques pour les orteils ; cela protège très bien contre ces coupures. À des températures plus élevées, l'utilisation de bottes en caoutchouc est inconfortable et des bottes en cuir ou des chaussures à hauteur de cheville doivent être utilisées. Ces chaussures doivent également être équipées de coques métalliques. La protection est normalement considérablement inférieure à celle des bottes en caoutchouc, et des précautions supplémentaires doivent être prises lors de l'utilisation de bottes ou de chaussures en cuir. Les méthodes de travail doivent être planifiées de manière à minimiser la possibilité de contact de la chaîne avec les pieds.

Un bon ajustement et une bonne construction de la semelle extérieure sont essentiels pour éviter les accidents de glissade et de chute, qui sont très fréquents. Dans les zones où le sol peut être recouvert de glace et de neige ou où les travailleurs marchent sur des rondins glissants, les bottes qui peuvent être munies de pointes sont préférées.

Casque de protection

Les casques de protection offrent une protection contre les chutes de branches et d'arbres. Ils offrent également une protection contre la tronçonneuse en cas de rebond. Le casque doit être aussi léger que possible pour minimiser la fatigue du cou. Le bandeau doit être correctement ajusté pour que le casque repose fermement sur la tête. Les bandeaux de la plupart des casques sont conçus de telle sorte qu'un réglage vertical est également possible. Il est important que le casque soit placé bas sur le front afin que son poids ne cause pas trop d'inconfort lorsque vous travaillez en position face vers le bas. Par temps froid, il est nécessaire d'utiliser un bonnet en textile ou en fourrure sous le casque. Des casquettes spéciales conçues pour être utilisées avec le casque doivent être utilisées. La casquette peut diminuer l'efficacité de protection du casque par un mauvais positionnement du casque. L'efficacité de protection des protecteurs auditifs peut être proche de zéro lorsque les coques des protecteurs auditifs sont placées à l'extérieur du capuchon. Les casques forestiers ont des dispositifs intégrés pour fixer une visière et des cache-oreilles pour la protection auditive. Les coques des protecteurs auditifs doivent être placées directement contre la tête en insérant les coques à travers les fentes du capuchon.

Par temps chaud, les casques doivent avoir des trous de ventilation. Les trous doivent faire partie de la conception du casque. En aucun cas, des trous ne doivent être percés dans le casque, car cela pourrait réduire considérablement sa résistance.

Protection du visage et des yeux

Le protecteur facial ou l'écran est normalement fixé au casque et est le plus souvent constitué d'un matériau maillé. Les feuilles de plastique se salissent facilement après un temps de travail relativement court. Le nettoyage est également difficile car les plastiques résistent mal aux solvants. Le maillage réduit la lumière parvenant aux yeux du travailleur et les reflets à la surface des fils peuvent rendre la vision difficile. Les lunettes scellées portées sous les protecteurs faciaux s'embuent facilement et la distorsion de la vision est souvent trop élevée. Les masques métalliques avec un revêtement noir et des ouvertures rectangulaires plutôt que rondes sont préférables.

Protections auditives

Les protections auditives ne sont efficaces que si les coques sont placées fermement et fermement contre la tête. Par conséquent, les protecteurs auditifs doivent être utilisés avec précaution. Tout espace entre la tête et les bagues d'étanchéité des coupelles diminuera considérablement l'efficacité. Par exemple, les branches latérales des lunettes peuvent en être la cause. La bague d'étanchéité doit être inspectée souvent et doit être changée lorsqu'elle est endommagée.

Sélection d'équipements de protection individuelle

Avant de commencer à travailler dans une nouvelle zone, les risques éventuels doivent être évalués. Les outils de travail, les méthodes, l'environnement, les compétences des travailleurs, etc. doivent être évalués et toutes les mesures techniques et organisationnelles doivent être planifiées. Si les risques ne peuvent pas être éliminés par ces méthodes, les EPI peuvent être utilisés pour améliorer la protection. L'EPI ne peut jamais être utilisé comme seule méthode préventive. Elle doit être considérée uniquement comme un moyen complémentaire. La scie doit avoir un frein de chaîne, le travailleur doit être formé et ainsi de suite.

Sur la base de cette analyse des risques, les exigences relatives aux dispositifs de protection individuelle doivent être définies. Les facteurs environnementaux doivent être pris en compte afin de minimiser la charge supportée par l'équipement. Le danger causé par la scie doit être évalué et la zone de protection et l'efficacité des vêtements doivent être définies. Si les travailleurs ne sont pas des professionnels, la zone et le niveau de protection doivent être plus élevés, mais cette charge supplémentaire doit être prise en compte lors de la planification des périodes de travail. Après avoir défini les exigences en matière d'EPI en fonction des risques et des tâches, l'équipement adéquat est sélectionné parmi les appareils qui ont été approuvés. Les travailleurs devraient avoir le privilège d'essayer différents modèles et tailles pour choisir celui qui leur convient le mieux. Des vêtements mal choisis peuvent provoquer des postures et des mouvements anormaux, et ainsi augmenter les risques d'accident et de danger pour la santé. La figure 1 illustre la sélection de l'équipement.

Figure 1. Localisation corporelle des blessures et équipements de protection individuelle recommandés pour les travaux forestiers, Pays-Bas, 1989.

POUR180F1

Détermination des conditions d'utilisation

Tous les travailleurs doivent être efficacement informés et formés à l'utilisation des EPI. Le mécanisme de protection doit être décrit afin que les travailleurs eux-mêmes puissent inspecter et évaluer quotidiennement l'état de l'équipement. Les conséquences de la non-utilisation doivent être claires. Des instructions de nettoyage et de réparation appropriées doivent être données.

L'équipement de protection utilisé dans les travaux forestiers peut constituer une charge supplémentaire relativement importante pour le travailleur. Ceci doit être pris en compte lors de la planification des temps de travail et des périodes de repos.

Souvent, l'utilisation d'EPI donne un faux sentiment de sécurité. Les superviseurs doivent s'assurer que la prise de risque n'augmente pas et que les travailleurs connaissent bien les limites de l'efficacité de la protection.

Soins et entretien

Des méthodes inappropriées d'entretien et de réparation peuvent détruire l'efficacité de protection de l'équipement.

La coque du casque doit être nettoyée avec des solutions détergentes faibles. Les résines ne peuvent pas être éliminées efficacement sans l'utilisation de solvants, mais l'utilisation de solvants doit être évitée car la coque peut être endommagée. Les instructions du fabricant doivent être suivies et le casque jeté s'il ne peut pas être nettoyé. Certains matériaux sont plus résistants aux effets des solvants, et ceux-ci doivent être sélectionnés pour une utilisation en travaux forestiers.

D'autres facteurs environnementaux affectent également les matériaux utilisés dans un casque. Les matières plastiques sont sensibles aux rayons ultraviolets (UV) du soleil, ce qui rend la coque plus rigide, surtout à basse température ; ce vieillissement fragilise le casque, et il ne protégera pas des impacts comme prévu. Le vieillissement est difficile à voir, mais de petites fissures capillaires et la perte de brillance peuvent être des signes de vieillissement. De plus, lorsqu'elle est légèrement tordue, la coque peut faire des bruits de craquement. Les casques doivent être soigneusement inspectés visuellement au moins tous les six mois.

Si la chaîne a été en contact avec le pantalon, l'efficacité de la protection peut être très réduite ou disparaître totalement. Si les fibres du rembourrage de sécurité sont étirées, le pantalon doit être jeté et un nouveau doit être utilisé. Si seul le matériau extérieur est endommagé, il peut être réparé avec soin sans faire de points à travers le rembourrage de sécurité. L'efficacité de protection des pantalons de sécurité est généralement basée sur les fibres solides, et si celles-ci sont bien fixées pendant la réparation, elles ne fourniront pas la protection prévue.

Le lavage doit être effectué selon les instructions données par le fabricant. Il a été démontré que de mauvaises méthodes de lavage peuvent détruire l'efficacité de la protection. Les vêtements du travailleur forestier sont difficiles à nettoyer et il convient de choisir des produits qui résistent aux dures méthodes de lavage nécessaires.

Comment l'équipement de protection approuvé est marqué

La conception et la qualité de fabrication des EPI doivent répondre à des normes élevées. Dans l'Espace économique européen, les dispositifs de protection individuelle doivent être testés avant d'être mis sur le marché. Les exigences de base en matière de santé et de sécurité pour les EPI sont décrites dans une directive. Pour clarifier ces exigences, des normes harmonisées européennes ont été élaborées. Les normes sont volontaires, mais les appareils conçus pour répondre aux exigences des normes appropriées sont réputés satisfaire aux exigences de la directive. L'Organisation internationale de normalisation (ISO) et le Comité européen de normalisation (CEN) travaillent ensemble sur ces normes conformément à l'Accord de Vienne. Il y aura donc des normes EN et ISO techniquement identiques.

Des stations de test accréditées testent les appareils et délivrent un certificat s'ils répondent aux exigences. Après cela, le fabricant peut marquer le produit avec le marquage CE, qui montre que l'évaluation de la conformité a été effectuée. Dans d'autres pays, la procédure est similaire et les produits sont marqués de la marque d'homologation nationale.

Une partie essentielle du produit est la notice donnant à l'utilisateur des informations sur son bon usage, le degré de protection qu'il peut fournir et des instructions pour son nettoyage, son lavage et sa réparation.

 

Retour

Lire 20009 fois Dernière mise à jour le mercredi, Septembre 07 2011 18: 41

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références forestières

Apud, E, L Bostrand, I Mobbs et B Strehlke. 1989. Directives sur l'étude ergonomique en foresterie. Genève : OIT.

Apud, E et S Valdés. 1995. Ergonomie en foresterie—Le cas chilien. Genève : OIT.

Rampe, E, D Robinson et D Trites. 1990. Ergonomie de la plantation d'arbres. Entente Canada–Colombie-Britannique sur le développement des ressources forestières, FRDA Report 127. Victoria, C.-B. : FRDA.

Brun, GW. 1985. Foresterie et qualité de l'eau. Corvallis, OR : Oregon State University (OSU) Book Stores Inc.

Chen, KT. 1990. Accidents d'exploitation forestière - Un problème émergent. Sarawak, Malaisie : Unité de santé au travail, Département médical.

Dummel, K et H Branz. 1986. "Holzernteverfahren," Schriften Reihefdes Bundesministers für Ernätrung, Handwirtschaft und Forsten. Reihe A : Landwirtschafts verlag Münster-Hiltrup.

Durnin, JVGA et R Passmore. 1967. Énergie, Travail, Loisirs. Londres : Heinemann.

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). 1992. Introduction à l'ergonomie en foresterie dans les pays en développement. Document forestier 100. Rome:FAO.

—. 1995. Foresterie—Statistiques d'aujourd'hui pour demain. Rome : FAO.

—. 1996. Code modèle FAO des pratiques d'exploitation forestière. Rome : FAO.

FAO/CEE/OIT. 1989. Impact de la mécanisation des opérations forestières sur le sol. Actes d'un séminaire, Louvain-la-neuve, Belgique, 11–15 septembre. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

—. 1991. L'utilisation des pesticides en foresterie. Actes d'un séminaire, Sparsholt, Royaume-Uni, 10-14 septembre 1990.

—. 1994. Interactions Sol, Arbre, Machine, FORSITRISK. Actes d'un atelier et d'un séminaire interactifs, Feldafiraf, Allemagne, 4–8 juillet. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

—. 1996a. Manuel sur les dommages aigus aux forêts. Documents de travail CEE/ONU/FAO ECE/TIM/DP/7, New York et Genève : Comité mixte FAO/CEE/OIT des technologies, de la gestion et de la formation forestières.

—. 1996b. Compétences et formation en foresterie—Résultats d'une enquête auprès des pays membres de la CEE. Genève: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur la technologie, la gestion et la formation forestières.

FAO/OIT. 1980. Tronçonneuses dans les forêts tropicales. Forest Training Series No. 2. Rome: FAO.

Gellerstedt, S. 1993. Travail et santé dans le travail forestier. Göteborg : Université de technologie Chalmers.

Giguère, D, R Bélanger, JM Gauthier et C Larue. 1991. Étude préliminaire du travail de reboisement. Rapport IRSST B-026. Montréal : IRSST.

—. 1993. Aspects ergonomiques de la plantation d'arbres à l'aide de la technologie multi-pots. Ergonomie 36(8):963-972.

Golsse, JM. 1994. Liste de contrôle ergonomique révisée de FERIC pour la machinerie forestière canadienne. Pointe Claire : Institut canadien de recherches en génie forestier.

Haile, F. 1991. Femmes porteuses de bois de feu à Addis-Abeba et dans la forêt périurbaine. Recherche sur les femmes dans le transport du bois de feu à Addis-Abeba, Éthiopie ETH/88/MO1/IRDC et ETH/89/MO5/NOR. Rapport de projet. Genève : OIT.

Harstela, P. 1990. Postures de travail et fatigue des travailleurs dans les travaux forestiers nordiques : Une revue sélective. Int J Ind Erg 5:219–226.

Organisation internationale du travail (OIT). 1969. Sécurité et santé dans les travaux forestiers. Un recueil de directives pratiques du BIT. Genève : OIT.

—. 1988. Poids maximum pour le levage et le transport de charges. Service de sécurité et de santé au travail, n° 59. Genève : BIT.

—. 1991. Sécurité et santé au travail en foresterie. Rapport II, Commission des forêts et des industries du bois, deuxième session. Genève : OIT.

—. 1997. Code de pratique sur la sécurité et la santé dans les travaux forestiers. MEFW/1997/3. Genève : OIT.

—. 1998. Code de pratique sur la sécurité et la santé dans les travaux forestiers. Genève : OIT.

Organisation internationale de normalisation (ISO). 1986. Équipement pour le travail du sol : ROPS—Laboratory Testing and Performance Specifications. ISO 3471-1. Genève : ISO.

Jokulioma, H et H Tapola. 1993. Sécurité et santé des travailleurs forestiers en Finlande. Unasylva 4(175):57–63.

Juntunen, ML. 1993. Formation des opérateurs de récolte en Finlande. Présenté lors d'un séminaire sur l'utilisation de machines et d'équipements multifonctionnels dans les opérations forestières. Olenino Logging Enterprise, Région de Tvor, Fédération de Russie 22–28 août.

—. 1995. Opérateur professionnel d'abatteuse : Connaissances et compétences de base issues de la formation — Compétences d'exploitation issues de la vie professionnelle ? Présenté au XXe Congrès mondial de l'IUFRO, Tampre, Finlande, du 6 au 12 août.

Kanninen, K. 1986. La survenue d'accidents du travail dans les opérations forestières et les objectifs des mesures de prévention. Dans les actes d'un séminaire sur la santé au travail et la réadaptation des travailleurs forestiers, Kuopio, Finlande, 3-7 juin 1985. Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail en forêt et la formation des travailleurs forestiers.

Kastenholz, E. 1996. Sicheres Handeln bei der Holzernteuntersuchung von Einflüssen auf das Unfallgeschehen bei der Waldarbeit unter besonderer Berücksichtigung der Lohnform. Dissertation doctorale. Fribourg, Allemagne : Université de Fribourg.

Kantola, M et P Harstela. 1988. Handbook on Appropriate Technology for Forestry Operations in Developing Counts, Part 2. Forestry Training Programme Publication 19. Helsinki: National Board of Vocational Education.

Kimmins, H. 1992. Balancing Act—Environmental Issues in Forestry. Vancouver, C.-B. : University of British Columbia Press.

Lejhancova, M. 1968. Dommages cutanés causés par les huiles minérales. Procovni Lekarstvi 20(4):164–168.

Lidén, E. 1995. Entrepreneurs en machines forestières dans la foresterie industrielle suédoise : importance et conditions de 1986 à 1993. Department of Operational Efficiency Report No. 195. Université suédoise des sciences agricoles.

Ministère du Développement des compétences. 1989. Opérateur de débardeur-débardeur : Normes de formation basées sur les compétences. Ontario : ministère du Développement des compétences.

Moos, H et B Kvitzau. 1988. Recyclage des travailleurs forestiers adultes entrant dans la foresterie à partir d'une autre profession. In Actes du Séminaire sur l'emploi des entrepreneurs en foresterie, Loubières, France 26-30 septembre 1988. Loubiéres: Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail forestier et la formation des ouvriers forestiers.

National Proficiency Test Council (NPTC) et Scottish Skill Testing Service (SSTS). 1992. Liste des normes de tronçonneuse. Warwickshire, Royaume-Uni : NPTC et SSTS.

—. 1993. Certificats de compétence en opération de tronçonneuse. Warwickshire, Royaume-Uni : National Proficiency Tests Council et Scottish Skills Testing Service.

Patosaari, P. 1987. Produits chimiques en foresterie : risques pour la santé et protection. Rapport au Comité mixte FAO/CEE/OIT sur les techniques de travail forestier et la formation des travailleurs forestiers, Helsinki (document ronéotypé).

Pastille. 1995. Rapport d'étude : L'analyse de l'accident par la méthode de l'arbre des causes. Lucerne : Schweizerische Unfallversicherungsanstalt (SUVA) (mimeo).

Powers, RF, DH Alban, RE Miller, AE Tiarks, CG Wells, PE Avers, RG Cline, RO Fitzgerald et JNS Loftus. 1990.
Soutenir la productivité des sites dans les forêts nord-américaines : problèmes et perspectives. Dans Sustained Productivity of Forest Soils, édité par SP Gessed, DS Lacate, GF Weetman et RF Powers. Vancouver, C.-B. : Publication de la Faculté de foresterie.

Robinson, DG, DG Trites et EW Banister. 1993. Effets physiologiques du stress au travail et de l'exposition aux pesticides lors de la plantation d'arbres par les travailleurs sylvicoles de la Colombie-Britannique. Ergonomie 36(8):951–961.

Rodero, F. 1987. Nota sobre siniestralidad en incendios forestales. Madrid, Espagne : Instituto Nacional para la Conservación de la Naturaleza.

Saarilahti, M et A Asghar. 1994. Étude sur la plantation d'hiver du pin chir. Document de recherche 12, projet de l'OIT, Pakistan.
Skoupy, A et R Ulrich. 1994. Dispersion d'huile de lubrification de chaîne dans des tronçonneuses individuelles. Forsttechnische Information 11:121–123.

Skyberg, K, A Ronneberg, CC Christensen, CR Naess-Andersen, HE Refsum et A Borgelsen. 1992. Fonction pulmonaire et signes radiographiques de fibrose pulmonaire chez les travailleurs exposés à l'huile dans une entreprise de fabrication de câbles : une étude de suivi. Brit J Ind Med 49(5):309–315.

Slappendel, C, I Laird, I Kawachi, S Marshal et C Cryer. 1993. Facteurs influant sur les blessures liées au travail chez les travailleurs forestiers : un examen. J Saf Res 24:19–32.

Smith, TJ. 1987. Caractéristiques professionnelles des travaux de plantation d'arbres. Sylviculture Magazine II(1):12–17.

Sozialversicherung der Bauern. 1990. Extraits de statistiques officielles autrichiennes soumises au BIT (non publiées).

Staudt, F. 1990. Ergonomics 1990. Actes P3.03 Ergonomics XIX World Congress IUFRO, Montréal, Canada, août 1990. Pays-Bas : Département de foresterie, Section Technique forestière et sciences du bois, Université agricole de Wageningen.

Stjernberg, EI. 1988. Étude des opérations manuelles de plantation d'arbres dans le centre et l'est du Canada. Rapport technique FERIC TR-79. Montréal : Institut canadien de recherches en génie forestier.

Stolk, T. 1989. Gebruiker mee laten kiezen uit persoonlijke beschermingsmiddelen. Tuin & Landschap 18.

Strehlke, B. 1989. L'étude des accidents forestiers. Dans Guidelines on Ergonomic Study in Forestry, édité par E Apud. Genève : OIT.

Trites, DG, DG Robinson et EW Banister. 1993. Effort cardiovasculaire et musculaire pendant une saison de plantation d'arbres chez les travailleurs sylvicoles de la Colombie-Britannique. Ergonomie 36(8):935–949.

Udo, ES. 1987. Conditions de travail et accidents dans les industries forestières et de sciage du Nigeria. Rapport pour le BIT (non publié).

Wettman, O. 1992. Sécurité au travail dans l'exploitation forestière en Suisse. Dans FAO/ECE/ILO Actes of Seminar on the Future of the Forestry Workforce, édité par FAO/ECE/ILO. Corvallis, OR : Presse universitaire de l'État de l'Oregon.