Dimanche, Mars 13 2011 15: 09

Exploration

Évaluer cet élément
(0 votes)

L'exploration minière est le précurseur de l'exploitation minière. L'exploration est une activité à haut risque et à coût élevé qui, si elle réussit, aboutit à la découverte d'un gisement minéral qui peut être exploité de manière rentable. En 1992, 1.2 milliard de dollars américains ont été dépensés dans le monde pour l'exploration; ce montant est passé à près de 2.7 milliards de dollars EU en 1995. De nombreux pays encouragent les investissements dans l'exploration et la concurrence est vive pour explorer les zones présentant un bon potentiel de découverte. Presque sans exception, l'exploration minérale est aujourd'hui effectuée par des équipes interdisciplinaires de prospecteurs, géologues, géophysiciens et géochimistes qui recherchent des gisements minéraux sur tous les terrains à travers le monde.

L'exploration minière commence par une reconnaissance or génératif étape et passe par une évaluation cible étape qui, en cas de succès, conduit à exploration avancée. Au fur et à mesure qu'un projet progresse à travers les différentes étapes d'exploration, le type de travail change, tout comme les problèmes de santé et de sécurité.

Les travaux de reconnaissance sur le terrain sont souvent menés par de petits groupes de géoscientifiques avec un soutien limité en terrain inconnu. La reconnaissance peut comprendre la prospection, la cartographie et l'échantillonnage géologiques, l'échantillonnage géochimique à large espacement et préliminaire et les levés géophysiques. Une exploration plus détaillée commence pendant la phase de test des cibles une fois que le terrain est acquis par le biais d'un permis, d'une concession, d'un bail ou de concessions minières. Les travaux de terrain détaillés comprenant la cartographie géologique, l'échantillonnage et les levés géophysiques et géochimiques nécessitent une grille de contrôle des levés. Ces travaux donnent fréquemment des cibles qui justifient des tests par tranchées ou forages, nécessitant l'utilisation d'équipements lourds tels que des rétrocaveuses, des pelles mécaniques, des bulldozers, des perceuses et, occasionnellement, des explosifs. L'équipement de forage au diamant, rotatif ou à percussion peut être monté sur camion ou peut être transporté jusqu'au site de forage sur des patins. Parfois, des hélicoptères sont utilisés pour élinguer les foreuses entre les sites de forage.

Certains résultats d'exploration du projet seront suffisamment encourageants pour justifier une exploration avancée nécessitant la collecte d'échantillons volumineux ou en vrac pour évaluer le potentiel économique d'un gisement minéral. Cela peut être accompli par un forage intensif, bien que pour de nombreux gisements minéraux, une certaine forme de tranchée ou d'échantillonnage souterrain puisse être nécessaire. Un puits d'exploration, une rampe ou une galerie d'accès peuvent être creusés pour obtenir un accès souterrain au gisement. Bien que le travail réel soit effectué par des mineurs, la plupart des sociétés minières veilleront à ce qu'un géologue d'exploration soit responsable du programme d'échantillonnage souterrain.

Santé et sécurité

Dans le passé, les employeurs mettaient rarement en œuvre ou surveillaient les programmes et procédures de sécurité de l'exploration. Même aujourd'hui, les travailleurs de l'exploration ont souvent une attitude cavalière à l'égard de la sécurité. Par conséquent, les questions de santé et de sécurité peuvent être négligées et ne pas être considérées comme faisant partie intégrante du travail de l'explorateur. Heureusement, de nombreuses sociétés d'exploration minière s'efforcent maintenant de changer cet aspect de la culture d'exploration en exigeant que les employés et les entrepreneurs suivent les procédures de sécurité établies.

Les travaux d'exploration sont souvent saisonniers. Par conséquent, il existe des pressions pour terminer le travail dans un délai limité, parfois au détriment de la sécurité. De plus, à mesure que les travaux d'exploration progressent vers des étapes ultérieures, le nombre et la variété des risques et des dangers augmentent. Les premiers travaux de reconnaissance sur le terrain ne nécessitent qu'une petite équipe de terrain et un camp. Une exploration plus détaillée nécessite généralement de plus grands camps sur le terrain pour accueillir un plus grand nombre d'employés et d'entrepreneurs. Les questions de sécurité - en particulier la formation sur les problèmes de santé personnels, les dangers des camps et des chantiers, l'utilisation sûre de l'équipement et la sécurité des traverses - deviennent très importantes pour les géoscientifiques qui n'ont peut-être pas eu d'expérience de travail sur le terrain.

Étant donné que les travaux d'exploration sont souvent effectués dans des régions éloignées, l'évacuation vers un centre de traitement médical peut être difficile et peut dépendre des conditions météorologiques ou de la lumière du jour. Par conséquent, les procédures d'urgence et les communications doivent être soigneusement planifiées et testées avant le début des travaux sur le terrain.

Bien que la sécurité en plein air puisse être considérée comme du bon sens ou du « bon sens », il faut se rappeler que ce qui est considéré comme du bon sens dans une culture peut ne pas l'être dans une autre culture. Les sociétés minières devraient fournir aux employés de l'exploration un manuel de sécurité qui traite des problèmes des régions où ils travaillent. Un manuel de sécurité complet peut constituer la base des réunions d'orientation du camp, des sessions de formation et des réunions de routine sur la sécurité tout au long de la saison sur le terrain.

Prévention des risques pour la santé personnelle

Les travaux d'exploration soumettent les employés à un travail physique intense qui comprend la traversée du terrain, le levage fréquent d'objets lourds, l'utilisation d'équipements potentiellement dangereux et l'exposition à la chaleur, au froid, aux précipitations et peut-être à la haute altitude (voir figure 1). Il est essentiel que les employés soient en bonne condition physique et en bonne santé lorsqu'ils commencent à travailler sur le terrain. Les employés doivent avoir des vaccinations à jour et être exempts de maladies transmissibles (par exemple, l'hépatite et la tuberculose) qui peuvent se propager rapidement dans un campement. Idéalement, tous les travailleurs de l'exploration devraient être formés et certifiés en secourisme de base et en compétences de secourisme en milieu sauvage. Les camps ou chantiers plus importants doivent avoir au moins un employé formé et certifié en compétences avancées ou industrielles en secourisme.

Figure 1. Forage dans les montagnes en Colombie-Britannique, Canada, avec une foreuse Winkie légère

MIN020F2

William S.Mitchell

Les travailleurs à l'extérieur doivent porter des vêtements appropriés qui les protègent de la chaleur extrême, du froid et de la pluie ou de la neige. Dans les régions où les niveaux de lumière ultraviolette sont élevés, les travailleurs doivent porter un chapeau à larges bords et utiliser une lotion solaire avec un facteur de protection solaire (FPS) élevé pour protéger la peau exposée. Lorsqu'un insectifuge est nécessaire, un insectifuge contenant du DEET (N,N-diéthylméta-toluamide) est le plus efficace pour prévenir les piqûres de moustiques. Les vêtements traités à la perméthrine aident à protéger contre les tiques.

Formation. Tous les employés sur le terrain doivent recevoir une formation sur des sujets tels que le levage, l'utilisation correcte des équipements de sécurité approuvés (par exemple, des lunettes de sécurité, des bottes de sécurité, des respirateurs, des gants appropriés) et les précautions sanitaires nécessaires pour prévenir les blessures dues au stress dû à la chaleur, au stress dû au froid, à la déshydratation, exposition aux rayons ultraviolets, protection contre les piqûres d'insectes et exposition à toute maladie endémique. Les travailleurs de l'exploration qui acceptent des affectations dans des pays en développement devraient se renseigner sur les problèmes locaux de santé et de sécurité, y compris la possibilité d'enlèvement, de vol et d'agression.

Mesures préventives pour le camping

Les problèmes potentiels de santé et de sécurité varient selon l'emplacement, la taille et le type de travail effectué dans un camp. Tout terrain de camping doit respecter les réglementations locales en matière d'incendie, de santé, d'assainissement et de sécurité. Un campement propre et ordonné contribuera à réduire les accidents.

Localisation. Un camping doit être établi aussi près que possible du lieu de travail afin de minimiser le temps de déplacement et l'exposition aux dangers associés au transport. Un camping doit être situé à l'écart de tout danger naturel et tenir compte des habitudes et de l'habitat des animaux sauvages qui peuvent envahir un camp (par exemple, insectes, ours et reptiles). Dans la mesure du possible, les camps doivent être situés à proximité d'une source d'eau potable propre (voir figure 2). Lorsque vous travaillez à très haute altitude, le camp doit être situé à une altitude inférieure pour aider à prévenir le mal de l'altitude.

Figure 2. Camp d'été, Territoires du Nord-Ouest, Canada

MIN020F7

William S.Mitchell

Lutte contre les incendies et manutention du combustible. Les camps doivent être installés de manière à ce que les tentes ou les structures soient bien espacées pour prévenir ou réduire la propagation du feu. Le matériel de lutte contre l'incendie doit être conservé dans une cache centrale et les extincteurs appropriés conservés dans les cuisines et les bureaux. Les réglementations anti-tabac aident à prévenir les incendies à la fois dans le camp et sur le terrain. Tous les travailleurs doivent participer aux exercices d'incendie et connaître les plans d'évacuation en cas d'incendie. Les carburants doivent être étiquetés avec précision pour garantir que le bon carburant est utilisé pour les lanternes, les poêles, les générateurs, etc. Les caches de carburant doivent être situées à au moins 100 m du camp et au-dessus de tout niveau potentiel d'inondation ou de marée.

Assainissement. Les camps ont besoin d'un approvisionnement en eau potable. La source doit être testée pour la pureté, si nécessaire. Si nécessaire, l'eau potable doit être stockée dans des récipients propres et étiquetés, séparés de l'eau non potable. Les envois alimentaires doivent être examinés pour la qualité à l'arrivée et immédiatement réfrigérés ou stockés dans des conteneurs pour éviter les invasions d'insectes, de rongeurs ou d'animaux plus gros. Les installations de lavage des mains doivent être situées à proximité des zones de restauration et des latrines. Les latrines doivent être conformes aux normes de santé publique et doivent être situées à au moins 100 m de tout cours d'eau ou rivage.

Équipement de camp, équipement de terrain et machinerie. Tout l'équipement (p. ex. scies à chaîne, haches, marteaux piqueurs, machettes, radios, réchauds, lanternes, équipement géophysique et géochimique) doit être maintenu en bon état. Si des armes à feu sont nécessaires pour la sécurité personnelle des animaux sauvages tels que les ours, leur utilisation doit être strictement contrôlée et surveillée.

Communication. Il est important d'établir des horaires de communication réguliers. Une bonne communication augmente le moral et la sécurité et constitue la base d'un plan d'intervention d'urgence.

Formation. Les employés doivent être formés à l'utilisation sécuritaire de tout l'équipement. Tous les géophysiciens et assistants doivent être formés à l'utilisation d'équipements géophysiques au sol (terre) pouvant fonctionner à courant ou à haute tension. Les sujets de formation supplémentaires devraient inclure la prévention des incendies, les exercices d'incendie, la manipulation du carburant et la manipulation des armes à feu, le cas échéant.

Mesures préventives sur le chantier

Les essais ciblés et les étapes avancées d'exploration nécessitent des campements plus grands et l'utilisation d'équipement lourd sur le chantier. Seuls les travailleurs formés ou les visiteurs autorisés devraient être autorisés sur les chantiers où de l'équipement lourd est en marche.

Matériel lourd. Seul le personnel dûment autorisé et formé peut utiliser de l'équipement lourd. Les travailleurs doivent être constamment vigilants et ne jamais s'approcher d'équipements lourds à moins d'être certains que l'opérateur sait où ils se trouvent, ce qu'ils ont l'intention de faire et où ils ont l'intention d'aller.

Figure 3. Foreuse montée sur camion en Australie

MIN020F4

Williams S. Mitchll

Appareils de forage. Les équipes doivent être entièrement formées pour le travail. Ils doivent porter un équipement de protection individuelle approprié (p. ex., casques de protection, bottes à embout d'acier, protection auditive, gants, lunettes et masques anti-poussière) et éviter de porter des vêtements amples qui pourraient se coincer dans la machinerie. Les appareils de forage doivent être conformes à toutes les exigences de sécurité (par exemple, des protections qui couvrent toutes les pièces mobiles des machines, des tuyaux d'air à haute pression fixés avec des colliers et des chaînes de sécurité) (voir figure 3). Les travailleurs doivent être conscients des conditions glissantes, humides, grasses ou verglacées sous les pieds et la zone de forage doit être aussi ordonnée que possible (voir figure 4).

Figure 4. Forage à circulation inverse sur un lac gelé au Canada

MIN020F6

William S.Mitchell

Fouilles. Les fosses et les tranchées doivent être construites pour répondre aux directives de sécurité avec des systèmes de support ou les côtés coupés à 45º pour empêcher l'effondrement. Les travailleurs ne doivent jamais travailler seuls ou rester seuls dans une fosse ou une tranchée, même pour une courte période, car ces excavations s'effondrent facilement et peuvent ensevelir des travailleurs.

Explosifs. Seul le personnel formé et autorisé doit manipuler les explosifs. Les réglementations relatives à la manipulation, au stockage et au transport des explosifs et des détonateurs doivent être scrupuleusement respectées.

Mesures préventives en terrain traversant

Les travailleurs de l'exploration doivent être prêts à faire face au terrain et au climat de leur zone de terrain. Le terrain peut inclure des déserts, des marécages, des forêts ou un terrain montagneux de jungle ou de glaciers et de champs de neige. Les conditions peuvent être chaudes ou froides et sèches ou humides. Les risques naturels peuvent inclure la foudre, les feux de brousse, les avalanches, les coulées de boue ou les crues soudaines, etc. Les insectes, les reptiles et/ou les grands animaux peuvent présenter des dangers mortels.

Les travailleurs ne doivent pas prendre de risques ni se mettre en danger pour obtenir des échantillons. Les employés doivent recevoir une formation sur les procédures de traversée sécuritaires pour le terrain et les conditions climatiques où ils travaillent. Ils ont besoin d'une formation de survie pour reconnaître et combattre l'hypothermie, l'hyperthermie et la déshydratation. Les employés doivent travailler par paires et transporter suffisamment d'équipement, de nourriture et d'eau (ou avoir accès à une cache d'urgence) pour leur permettre de passer une ou deux nuits inattendues sur le terrain en cas d'urgence. Les agents de terrain doivent maintenir des horaires de communication de routine avec le camp de base. Tous les camps sur le terrain doivent avoir établi et testé des plans d'intervention d'urgence au cas où les travailleurs sur le terrain auraient besoin d'être secourus.

Mesures préventives dans le transport

De nombreux accidents et incidents surviennent lors du transport vers ou depuis un chantier d'exploration. La vitesse excessive et/ou la consommation d'alcool au volant de véhicules ou de bateaux sont des problèmes de sécurité pertinents.

Véhicules. Les causes courantes d'accidents de la route comprennent les conditions routières et/ou météorologiques dangereuses, les véhicules surchargés ou mal chargés, les pratiques de remorquage dangereuses, la fatigue du conducteur, les conducteurs inexpérimentés et les animaux ou les personnes sur la route, surtout la nuit. Les mesures préventives consistent à suivre des techniques de conduite défensive lors de l'utilisation de tout type de véhicule. Les conducteurs et les passagers des voitures et des camions doivent boucler leur ceinture de sécurité et suivre les procédures de chargement et de remorquage en toute sécurité. Seuls les véhicules qui peuvent fonctionner en toute sécurité dans le terrain et les conditions météorologiques de la zone de terrain, par exemple, les véhicules à 4 roues motrices, les motos à 2 roues, les véhicules tout-terrain (VTT) ou les motoneiges doivent être utilisés (voir figure 5). Les véhicules doivent faire l'objet d'un entretien régulier et contenir un équipement adéquat, y compris un équipement de survie. Des vêtements de protection et un casque sont requis lors de la conduite de VTT ou de motos à 2 roues.

Figure 5. Transport hivernal sur le terrain au Canada

MIN20F13

William S.Mitchell

Avion. L'accès aux sites éloignés dépend souvent d'aéronefs à voilure fixe et d'hélicoptères (voir figure 6). Seules les compagnies de charter avec un équipement bien entretenu et un bon dossier de sécurité doivent être engagées. Les avions équipés de moteurs à turbine sont recommandés. Les pilotes ne doivent jamais dépasser le nombre légal d'heures de vol autorisées et ne doivent jamais voler lorsqu'ils sont fatigués ou qu'on leur demande de voler dans des conditions météorologiques inacceptables. Les pilotes doivent surveiller le bon chargement de tous les aéronefs et se conformer aux restrictions de charge utile. Pour prévenir les accidents, les travailleurs de l'exploration doivent être formés pour travailler en toute sécurité autour des aéronefs. Ils doivent suivre les procédures d'embarquement et de chargement en toute sécurité. Personne ne doit marcher en direction des hélices ou des pales du rotor ; ils sont invisibles lors du déplacement. Les sites d'atterrissage des hélicoptères doivent être exempts de débris qui peuvent devenir des projectiles en suspension dans le courant descendant des pales du rotor.

Figure 6. Déchargement des fournitures de terrain de Twin Otter, Territoires du Nord-Ouest, Canada

MIN20F10

William S.Mitchell

Élingage. Les hélicoptères sont souvent utilisés pour transporter des fournitures, du carburant, des exercices et du matériel de campement. Certains risques majeurs incluent la surcharge, l'utilisation incorrecte ou mal entretenue des équipements d'élingage, les chantiers désordonnés avec des débris ou des équipements qui peuvent être emportés par le vent, la végétation en saillie ou tout ce sur quoi les charges peuvent s'accrocher. De plus, la fatigue du pilote, le manque de formation du personnel, une mauvaise communication entre les parties impliquées (en particulier entre le pilote et l'homme au sol) et des conditions météorologiques marginales augmentent les risques d'élingage. Pour un élingage en toute sécurité et pour prévenir les accidents, toutes les parties doivent suivre les procédures d'élingage en toute sécurité et être pleinement vigilantes et bien informées avec des responsabilités mutuelles clairement comprises. Le poids de la cargaison à l'élingue ne doit pas dépasser la capacité de levage de l'hélicoptère. Les charges doivent être disposées de manière à ce qu'elles soient sécurisées et que rien ne glisse hors du filet de chargement. Lorsque vous élinguez avec une très longue ligne (par exemple, jungle, sites montagneux avec de très grands arbres), un tas de bûches ou de gros rochers doit être utilisé pour alourdir l'élingue pour le voyage de retour, car il ne faut jamais voler avec des élingues vides ou des longes pendantes. du crochet de la bretelle. Des accidents mortels se sont produits lorsque des longes non lestées ont heurté la queue ou le rotor principal de l'hélicoptère pendant le vol.

Bateaux. Les travailleurs qui dépendent de bateaux pour le transport sur le terrain sur les eaux côtières, les lacs de montagne, les ruisseaux ou les rivières peuvent faire face à des dangers dus aux vents, au brouillard, aux rapides, aux bas-fonds et aux objets submergés ou semi-submergés. Pour prévenir les accidents de navigation, les opérateurs doivent connaître et ne pas dépasser les limites de leur bateau, de leur moteur et de leurs propres capacités de navigation. Le bateau le plus grand et le plus sûr disponible pour le travail doit être utilisé. Tous les travailleurs doivent porter un vêtement de flottaison individuel (VFI) de bonne qualité lorsqu'ils voyagent et/ou travaillent dans de petites embarcations. De plus, tous les bateaux doivent contenir tout l'équipement légalement requis ainsi que les pièces de rechange, les outils, l'équipement de survie et de premiers secours et toujours transporter et utiliser des cartes et des tables des marées à jour.

 

Noir

Lire 7509 fois Dernière modification le samedi, 30 Juillet 2022 03: 20

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références Mines et Carrières

Agricola, G. 1950. De Re Metallica, traduit par HC Hoover et LH Hoover. New York : Publications de Douvres.

Bickel, KL. 1987. Analyse de l'équipement minier à moteur diesel. Dans Actes du Séminaire de transfert de technologie du Bureau des mines : Diesels dans les mines souterraines. Circulaire d'information 9141. Washington, DC : Bureau des Mines.

Bureau des Mines. 1978. Prévention des incendies et des explosions dans les mines de charbon. Circulaire d'information 8768. Washington, DC : Bureau des mines.

—. 1988. Développements récents dans la protection contre les incendies métalliques et non métalliques. Circulaire d'information 9206. Washington, DC : Bureau des Mines.

Chamberlain, EAC. 1970. L'oxydation à température ambiante du charbon en relation avec la détection précoce de l'échauffement spontané. Ingénieur des Mines (Octobre) 130(121):1-6.

Ellicott, CW. 1981. Évaluation de l'explosibilité des mélanges de gaz et surveillance des tendances de temps d'échantillonnage. Actes du Symposium sur les allumages, les explosions et les incendies. Illawara : Institut australien des mines et de la métallurgie.

Agence de protection de l'environnement (Australie). 1996. Meilleures pratiques de gestion environnementale dans l'exploitation minière. Canberra : Agence de protection de l'environnement.

Funkemeyer, M et FJ Kock. 1989. Prévention des incendies dans les coutures de travail sujettes à la combustion spontanée. Gluckauf 9-12.

Graham, JI. 1921. La production normale de monoxyde de carbone dans les mines de charbon. Transactions de l'Institut des ingénieurs miniers 60:222-234.

Grannes, SG, MA Ackerson et GR Green. 1990. Prévention des défaillances des systèmes d'extinction automatique des incendies sur les convoyeurs à bande des mines souterraines. Circulaire d'information 9264. Washington, DC : Bureau des mines.

Greuer, RE. 1974. Étude de la lutte contre les incendies de mines à l'aide de gaz inertes. Rapport de contrat USBM n° S0231075. Washington, DC : Bureau des Mines.

Griffon, RE. 1979. Évaluation dans la mine des détecteurs de fumée. Circulaire d'information 8808. Washington, DC : Bureau des Mines.

Hartman, HL (éd.). 1992. SME Mining Engineering Handbook, 2e édition. Baltimore, MD : Société pour l'exploitation minière, la métallurgie et l'exploration.

Hertzberg, M. 1982. Inhibition et extinction des explosions de poussière de charbon et de méthane. Rapport d'enquête 8708. Washington, DC : Bureau des mines.

Hoek, E, PK Kaiser et WF Bawden. 1995. Conception de Suppoert pour les mines souterraines de roche dure. Rotterdam : AA Balkema.

Hughes, AJ et WE Raybold. 1960. La détermination rapide de l'explosibilité des gaz d'incendie de mine. Ingénieur des Mines 29:37-53.

Conseil international sur les métaux et l'environnement (ICME). 1996. Études de cas illustrant les pratiques environnementales dans les procédés miniers et métallurgiques. Ottawa : ICME.

Organisation internationale du travail (OIT). 1994. Développements récents dans l'industrie charbonnière. Genève : OIT.

Jones, JE et JC Trickett. 1955. Quelques observations sur l'examen des gaz résultant des explosions dans les houillères. Transactions de l'Institut des ingénieurs des mines 114 : 768-790.

Mackenzie-Wood P et J Strang. 1990. Gaz d'incendie et leur interprétation. Ingénieur minier 149(345):470-478.

Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario. sd Lignes directrices sur la préparation aux situations d'urgence. Rapport du Comité technique permanent. North Bay : Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario.

Mitchell, D et F Burns. 1979. Interprétation de l'état d'un incendie de mine. Washington, DC : Département du travail des États-Unis.

Morris, RM. 1988. Un nouveau rapport d'incendie pour déterminer les conditions dans les zones étanches. Ingénieur minier 147(317):369-375.

Morrow, GS et CD Litton. 1992. Évaluation dans la mine des détecteurs de fumée. Circulaire d'information 9311. Washington, DC : Bureau des mines.

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1992a. Code de prévention des incendies. NFPA 1. Quincy, MA : NFPA.

—. 1992b. Standard sur les systèmes de carburant pulvérisé. NFPA 8503. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994a. Norme de prévention des incendies lors de l'utilisation de procédés de coupage et de soudage. NFPA 51B. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994b. Norme pour les extincteurs portatifs. NFPA 10. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994c. Norme pour les systèmes de mousse à foisonnement moyen et élevé. NFPA 11A. Quncy, MA : NFPA.

—. 1994d. Norme pour les systèmes d'extinction à poudre chimique. NFPA 17. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994e. Norme pour les usines de préparation du charbon. NFPA 120. Quincy, MA : NFPA.

—. 1995a. Norme pour la prévention et le contrôle des incendies dans les mines souterraines métalliques et non métalliques. NFPA 122. Quincy, MA : NFPA.

—. 1995b. Norme pour la prévention et le contrôle des incendies dans les mines souterraines de charbon bitumineux. NFPA 123. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996a. Norme sur la protection contre l'incendie pour l'équipement minier à ciel ouvert automoteur et mobile. NFPA 121. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996b. Code des liquides inflammables et combustibles. NFPA 30. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996c. Code national de l'électricité. NFPA 70. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996d. Code national d'alarme incendie. NFPA 72. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996e. Norme pour l'installation de systèmes de gicleurs. NFPA 13. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996f. Norme pour l'installation de systèmes de pulvérisation d'eau. NFPA 15. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996g. Norme sur les systèmes d'extinction d'incendie à agent propre. NFPA 2001. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996h. Pratique recommandée pour la protection contre les incendies dans les centrales électriques et les stations de conversion CC haute tension. NFPA 850. Quincy, MA : NFPA.

Ng, D et CP Lazzara. 1990. Performance des barrages en blocs de béton et en panneaux d'acier lors d'un incendie de mine simulé. Technologie du feu 26(1):51-76.

Ninterman, DJ. 1978. Oxydation spontanée et combustion des minerais sulfurés dans les mines souterraines. Circulaire d'information 8775. Washington, DC : Bureau des Mines.

Pomroy, WH et TL Muldoon. 1983. Un nouveau système d'avertissement d'incendie de gaz puant. Dans Actes de l'assemblée générale annuelle et des sessions techniques du MAPAO de 1983. North Bay : Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario.

Ramaswatny, A et PS Katiyar. 1988. Expériences avec l'azote liquide dans la lutte contre les feux de charbon souterrains. Journal of Mines Metals and Fuels 36(9):415-424.

Smith, AC et CN Thompson. 1991. Développement et application d'une méthode de prédiction du potentiel de combustion spontanée des charbons bitumineux. Présenté à la 24e Conférence internationale sur la sécurité dans les instituts de recherche minière, Makeevka State Research Institute for Safety in the Coal Industry, Makeevka, Fédération de Russie.

Timmons, ED, RP Vinson et FN Kissel. 1979. Prévision des dangers du méthane dans les mines métalliques et non métalliques. Rapport d'enquête 8392. Washington, DC : Bureau des mines.

Département de la coopération technique pour le développement des Nations Unies (ONU) et Fondation allemande pour le développement international. 1992. Exploitation minière et environnement : les lignes directrices de Berlin. Londres: Livres du journal minier.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1991. Aspects environnementaux de certains métaux non ferreux (Cu, Ni, Pb, Zn, Au) dans l'extraction minière. Paris : PNUE.