Dimanche, Mars 13 2011 16: 41

Préparation aux urgences

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les urgences minières surviennent souvent en raison d'un manque de systèmes ou de défaillances des systèmes existants pour limiter, contrôler ou prévenir les circonstances qui déclenchent des incidents qui, lorsqu'ils sont mal gérés, conduisent à des catastrophes. Une urgence peut alors être définie comme un événement imprévu qui a un impact sur la sécurité ou le bien-être du personnel, ou la continuité des opérations, qui nécessite une réponse efficace et rapide afin de contenir, contrôler ou atténuer la situation.

Toutes les formes d'exploitation minière comportent des dangers et des risques particuliers qui peuvent conduire à une situation d'urgence. Les dangers dans l'extraction souterraine du charbon comprennent la libération de méthane et la génération de poussière de charbon, les systèmes d'extraction à haute énergie et la propension du charbon à la combustion spontanée. Des situations d'urgence peuvent survenir dans les mines métallifères souterraines en raison de la rupture de strates (coups de terrain, chutes de pierres, ruptures de murs de toit et de piliers), d'une initiation imprévue d'explosifs et de poussières de minerai sulfuré. Les opérations d'exploitation minière à ciel ouvert comportent des risques liés à l'équipement mobile à grande échelle et à grande vitesse, à l'amorçage imprévu d'explosifs et à la stabilité des pentes. Une exposition à des produits chimiques dangereux, un déversement ou une fuite et une rupture de la digue à résidus peuvent se produire dans le traitement des minéraux.

De bonnes pratiques minières et opérationnelles ont évolué et intègrent des mesures pertinentes pour contrôler ou atténuer ces risques. Cependant, des catastrophes minières continuent de se produire régulièrement dans le monde entier, même si des techniques formelles de gestion des risques ont été adoptées dans certains pays en tant que stratégie proactive pour améliorer la sécurité des mines et réduire la probabilité et les conséquences des urgences minières.

Les enquêtes et les enquêtes sur les accidents continuent d'identifier les échecs à appliquer les leçons du passé et les échecs à appliquer des barrières et des mesures de contrôle efficaces aux dangers et risques connus. Ces défaillances sont souvent aggravées par un manque de mesures adéquates pour intervenir, contrôler et gérer la situation d'urgence.

Cet article décrit une approche de la préparation aux situations d'urgence qui peut être utilisée comme cadre pour contrôler et atténuer les dangers et les risques miniers et pour développer des mesures efficaces pour assurer le contrôle de l'urgence et la continuité des opérations minières.

Système de gestion de la préparation aux situations d'urgence

Le système de gestion de la préparation aux situations d'urgence proposé comprend une approche systémique intégrée de la prévention et de la gestion des situations d'urgence. Il comprend:

  • intention et engagement de l'organisation (politique d'entreprise, engagement de la direction et leadership)
  • gestion des risques (identification, évaluation et contrôle des dangers et des risques)
  • définition de mesures pour gérer un événement imprévu, un incident ou une urgence
  • définition de l'organisation d'urgence (stratégies, structure, personnel, compétences, systèmes et procédures)
  • mise à disposition d'installations, d'équipements, de fournitures et de matériaux
  • formation du personnel à l'identification, au confinement et à la notification des incidents et à leurs rôles dans la mobilisation, le déploiement et les activités post-incident
  • évaluation et amélioration de l'ensemble du système par des procédures d'audit et des essais réguliers
  • réévaluation périodique des risques et des capacités
  • critique et évaluation de la réponse en cas d'urgence, couplées à l'amélioration nécessaire du système.

 

L'intégration de la préparation aux situations d'urgence dans le cadre du système de gestion de la qualité ISO 9000 fournit une approche structurée pour contenir et contrôler les situations d'urgence de manière rapide, efficace et sûre.

Intention et engagement organisationnels

Peu de gens seront convaincus de la nécessité d'une préparation aux situations d'urgence à moins qu'un danger potentiel ne soit reconnu et considéré comme directement menaçant, hautement possible sinon probable et susceptible de se produire dans un laps de temps relativement court. Cependant, la nature des urgences est que cette reconnaissance ne se produit généralement pas avant l'événement ou est rationalisée comme non menaçante. L'absence de systèmes adéquats ou les défaillances des systèmes existants entraînent un incident ou une situation d'urgence.

L'engagement et l'investissement dans une planification efficace de la préparation aux situations d'urgence fournissent à une organisation la capacité, l'expertise et les systèmes nécessaires pour fournir un environnement de travail sûr, respecter les obligations morales et légales et améliorer les perspectives de continuité des activités en cas d'urgence. Dans les incendies et les explosions de mines de charbon, y compris les incidents non mortels, les pertes de continuité des activités sont souvent importantes en raison de l'étendue des dommages, du type et de la nature des mesures de contrôle employées ou même de la perte de la mine. Les processus d'enquête ont également un impact considérable. L'absence de mesures efficaces pour gérer et contrôler un incident aggravera encore les pertes globales.

L'élaboration et la mise en œuvre d'un système efficace de préparation aux situations d'urgence nécessitent le leadership, l'engagement et le soutien de la direction. En conséquence il faudra :

  • fournir et assurer un leadership, un engagement et un soutien continus de la part de la direction
  • établir des objectifs et un but à long terme
  • garantir un soutien financier
  • garantir la disponibilité du personnel, son accès et son implication dans la formation
  • fournir les ressources organisationnelles appropriées pour développer, mettre en œuvre et maintenir le système.

 

Le leadership et l'engagement nécessaires peuvent être démontrés par la nomination d'un officier expérimenté, compétent et hautement respecté en tant que coordonnateur de la préparation aux situations d'urgence, avec le pouvoir d'assurer la participation et la coopération à tous les niveaux et au sein de toutes les unités de l'organisation. La formation d'un comité de planification de la préparation aux situations d'urgence, sous la direction du coordonnateur, fournira les ressources nécessaires pour planifier, organiser et mettre en œuvre une capacité de préparation aux situations d'urgence intégrée et efficace dans toute l'organisation.

Évaluation des risques

Le processus de gestion des risques permet d'identifier et d'analyser le type de risques auxquels l'organisation est confrontée afin de déterminer la probabilité et la conséquence de leur survenance. Ce cadre permet ensuite d'évaluer les risques par rapport à des critères établis pour déterminer si les risques sont acceptables ou quelle forme de traitement doit être appliquée pour réduire ces risques (par exemple, réduire la probabilité d'occurrence, réduire les conséquences de l'occurrence, transférer tout ou partie du risques ou éviter les risques). Des plans de mise en œuvre ciblés sont ensuite élaborés, mis en œuvre et gérés pour contrôler les risques identifiés.

Ce cadre peut être appliqué de la même manière pour élaborer des plans d'urgence permettant de mettre en œuvre des contrôles efficaces en cas de situation contingente. L'identification et l'analyse des risques permettent de prévoir des scénarios probables avec un haut degré de précision. Des mesures de contrôle peuvent ensuite être identifiées pour faire face à chacun des scénarios d'urgence reconnus, qui forment alors la base des stratégies de préparation aux situations d'urgence.

Les scénarios qui sont susceptibles d'être identifiés peuvent inclure tout ou partie de ceux énumérés dans le tableau 1. Alternativement, les normes nationales, telles que la norme australienne AS/NZS 4360 : 1995—Gestion des risques, peuvent fournir une liste des sources génériques de risque, d'autres classifications de risque et les domaines d'impact du risque qui fournit une structure complète pour l'analyse des dangers dans la préparation aux situations d'urgence.

Tableau 1. Éléments/sous-éléments critiques de la préparation aux situations d'urgence

Incendies

  • Souterrain
  • Plante et surface
  • Feux de brousse
  • Community
  • Véhicule

 

Déversements/fuites de produits chimiques

  • Les déversements de pétrole
  • Conduite de gaz rompue
  • Confinement du déversement
  • Hors site/sur site
  • Capacités de stockage

 

blessures

  • Sur place
  • Multiple
  • Fatal
  • Critical

 

Catastrophes naturelles

  • Inondations
  • cyclone
  • Tremblement de terre
  • Orage violent
  • Barrage rompu
  • Glissement de boue ou de terrain

 

Évacuation communautaire

  • Planifié
  • Imprévu

Explosions/implosions

  • Poussière
  • Produits chimiques
  • Agents de sautage
  • Pétrole
  • Azote
  • Explosion de conduite de gaz

 

Troubles civils

  • grève
  • Protestation
  • Alerte à la bombe
  • Enlèvement/extorsion
  • Saboter
  • Autres menaces

 

Panne électrique

  • Panne électrique
  • Pénurie de gaz
  • Pénurie d'eau
  • Systèmes de communication
    échec

 

Ruée vers l'eau

  • Forage d'exploration
  • Cloisons
  • Échec du pilier
  • Perçage non planifié d'anciens chantiers
  • Les résidus
  • Barrage rompu
  • Sol fracturé
  • Panne de conduite d'eau

Expositions

  • Chaleur/froid
  • Bruit
  • Vibration
  • Radiation
  • Chemical
  • Dentisterie Biologique

 

Environnement

  • La pollution de l'air
  • Pollution de l'eau
  • La pollution terrestre
  • Déchets (élimination
    problème)

 

S'effondrer

  • Souterrain
  • Affaissement superficiel
  • Échec/glissade de la paroi haute
  • Excavation en surface
    échec
  • Structurel (bâtiment)

 

Transports

  • Accident de voiture
  • Accident ferroviaire
  • Accident de bateau/navire
  • Accident d'avion
  • Matières dangereuses dans
    accident de transport

 

Désincarcération

  • Système/ressources
  • Imprévu

Source : Mines Accident Prevention Association Ontario (non daté).

Mesures et stratégies de contrôle d'urgence

Trois niveaux de mesures d'intervention doivent être identifiés, évalués et développés dans le cadre du système de préparation aux situations d'urgence. Réponse individuelle ou primaire comprend les actions des individus lors de l'identification de situations dangereuses ou d'un incident, y compris :

  • informer les superviseurs, les contrôleurs ou le personnel de gestion appropriés de la situation, des circonstances ou de l'incident
  • confinement (lutte contre l'incendie de base, survie ou désincarcération)
  • évacuation, fuite ou refuge.

 

Réponse secondaire comprend les actions des intervenants formés lors de la notification de l'incident, y compris les équipes de pompiers, les équipes de recherche et de sauvetage et les équipes d'accès aux blessés spéciaux (SCAT), tous utilisant des compétences, des compétences et des équipements avancés.

Réponse tertiaire comprend le déploiement de systèmes, d'équipements et de technologies spécialisés dans des situations où les interventions primaires et secondaires ne peuvent être utilisées de manière sûre ou efficace, notamment :

  • dispositifs de localisation du personnel et détecteurs d'événements sismiques
  • sauvetage en forage de grand diamètre
  • inertisation, scellement à distance ou noyage
  • véhicules et systèmes de surveillance/d'exploration (p. ex., caméras de forage et échantillonnage atmosphérique).

 

Définition de l'organisation d'urgence

Les conditions d'urgence deviennent plus graves plus la situation est autorisée à se poursuivre. Le personnel sur place doit être prêt à répondre de manière appropriée aux urgences. Une multitude d'activités doivent être coordonnées et gérées pour assurer un contrôle rapide et efficace de la situation.

L'organisation d'urgence fournit un cadre structuré qui définit et intègre les stratégies d'urgence, la structure de gestion (ou la chaîne de commandement), les ressources en personnel, les rôles et les responsabilités, l'équipement et les installations, les systèmes et les procédures. Elle englobe toutes les phases d'une situation d'urgence, depuis les activités initiales d'identification et de confinement jusqu'à la notification, la mobilisation, le déploiement et la récupération (rétablissement des opérations normales).

L'organisation d'urgence doit aborder un certain nombre d'éléments clés, notamment :

  • capacité d'intervention primaire et secondaire en cas d'urgence
  • capacité à gérer et contrôler une urgence
  • la coordination et les communications, y compris la collecte, l'évaluation et l'évaluation des données, la prise de décision et la mise en œuvre
  • l'étendue des procédures nécessaires à un contrôle efficace, y compris l'identification et le confinement, la notification et le signalement rapide, la déclaration d'urgence, les procédures opérationnelles spécifiques, la lutte contre l'incendie, l'évacuation, la désincarcération et le maintien en vie, la surveillance et l'examen
  • identification et attribution des principales responsabilités fonctionnelles
  • services de contrôle, de conseil, techniques, administratifs et de soutien
  • dispositions transitoires des opérations normales aux opérations d'urgence en termes de voies de communication, de niveaux d'autorité, de responsabilité, de conformité, de liaison et de politique
  • aptitude et capacité à maintenir les opérations d'urgence pendant une période prolongée et à prévoir des changements d'équipe
  • impact des changements organisationnels dans une situation d'urgence, y compris la supervision et le contrôle du personnel; la réaffectation ou la réaffectation du personnel ; motivation, engagement et discipline; rôle des experts et spécialistes, des agences extérieures et des mandataires sociaux
  • des dispositions d'urgence pour faire face à des situations telles que celles qui surviennent après les heures de travail ou lorsque des membres clés de l'organisation ne sont pas disponibles ou sont touchés par l'urgence
  • l'intégration et le déploiement de systèmes, d'équipements et de technologies d'intervention tertiaires.

 

Installations, équipement et matériel d'urgence

La nature, l'étendue et la portée des installations, des équipements et des matériaux nécessaires pour contrôler et atténuer les urgences seront identifiées par l'application et l'extension du processus de gestion des risques et la détermination des stratégies de contrôle des urgences. Par exemple, un risque d'incendie élevé nécessitera la mise à disposition d'installations et d'équipements adéquats de lutte contre l'incendie. Ceux-ci seraient déployés conformément au profil de risque. De même, les installations, équipements et matériels nécessaires pour assurer efficacement le maintien de la vie et les premiers secours ou l'évacuation, l'évacuation et le sauvetage peuvent être identifiés comme illustré dans le tableau 2.

Tableau 2. Installations, équipements et matériels d'urgence

Urgence Dentaire

Niveau de réponse

   
 

Primaire

Secondaire

Tertiaire

Incendie

Extincteurs, bouches d'incendie et tuyaux installés à côté des zones à haut risque, telles que les convoyeurs, les stations-service, les transformateurs électriques et les sous-stations, et sur l'équipement mobile

Appareils respiratoires et vêtements de protection fournis dans les zones centrales pour permettre une intervention « équipe d'incendie » avec des appareils avancés tels que des générateurs de mousse et plusieurs tuyaux

Possibilité de scellement ou d'inertage à distance.

Aide à la vie et premiers secours

Maintien de la vie, respiration et circulation

Premiers secours, triage, stabilisation et désincarcération

Paramédical, médico-légal, juridique

Evacuation, fuite et sauvetage

Fourniture de systèmes d'avertissement ou de notification, voies d'évacuation sécurisées, autosauveteurs à oxygène, lignes de vie et systèmes de communication, disponibilité de véhicules de transport

Fourniture de chambres de refuge convenablement équipées, d'équipes de sauvetage dans les mines formées et équipées, de dispositifs de localisation du personnel

Systèmes de sauvetage en forage de grand diamètre, inertisation, véhicules de sauvetage spécialement conçus

 

Les autres installations et équipements pouvant être nécessaires en cas d'urgence comprennent les installations de gestion et de contrôle des incidents, les zones de rassemblement des employés et de sauvetage, la sécurité du site et les contrôles d'accès, les installations pour les proches et les médias, les matériaux et consommables, le transport et la logistique. Ces installations et équipements sont prévus avant un incident. Les récentes urgences minières ont renforcé la nécessité de se concentrer sur trois problèmes d'infrastructure spécifiques, les chambres de refuge, les communications et la surveillance atmosphérique.

Chambres de refuge

Les chambres de refuge sont de plus en plus utilisées comme moyen d'améliorer l'évacuation et le sauvetage du personnel souterrain. Certains sont conçus pour permettre aux personnes d'être auto-sauveteurs et de communiquer avec la surface en toute sécurité ; d'autres ont été conçus pour effectuer un refuge pendant une période prolongée afin de permettre un sauvetage assisté.

La décision d'installer des chambres de refuge dépend du système global d'évacuation et de sauvetage de la mine. Les facteurs suivants doivent être évalués lors de l'examen du besoin et de la conception des refuges :

  • la probabilité de piégeage
  • le temps mis par les personnes souterraines pour évacuer par les moyens d'évacuation normaux, ce qui peut être excessif dans les mines avec des chantiers étendus ou des conditions difficiles telles que des hauteurs basses ou des pentes abruptes
  • la capacité des personnes souterraines à s'échapper sans aide (par exemple, des conditions médicales préexistantes ou des niveaux de condition physique et des blessures subies lors de l'incident)
  • la discipline requise pour entretenir et utiliser les chambres de refuge
  • les moyens d'aider le personnel à localiser les chambres de refuge dans des conditions de visibilité et de contrainte extrêmement faibles
  • la résistance requise aux explosions et au feu
  • la taille et la capacité nécessaires
  • les services fournis (par exemple, ventilation/purification de l'air, refroidissement, communications, assainissement et subsistance)
  • l'application potentielle de l'inertisation comme stratégie de contrôle
  • les options de récupération finale du personnel (par exemple, les équipes de sauvetage minier et les forages de grand diamètre).

 

Communications

Une infrastructure de communication est généralement en place dans toutes les mines pour faciliter la gestion et le contrôle des opérations ainsi que pour contribuer à la sécurité de la mine par le biais d'appels à l'assistance. Malheureusement, l'infrastructure n'est généralement pas assez robuste pour survivre à un incendie ou à une explosion important, perturbant la communication au moment où cela serait le plus bénéfique. De plus, les systèmes conventionnels intègrent des combinés qui ne peuvent pas être utilisés en toute sécurité avec la plupart des appareils respiratoires et sont généralement déployés dans les voies d'admission d'air principales adjacentes à l'installation fixe, plutôt que dans les voies d'évacuation.

Le besoin de communications post-incident doit être évalué de près. Bien qu'il soit préférable qu'un système de communication post-incident fasse partie du système pré-incident, pour améliorer la maintenabilité, le coût et la fiabilité, un système de communication d'urgence autonome peut être justifié. Quoi qu'il en soit, le système de communication doit être intégré dans les stratégies globales d'évacuation, de sauvetage et de gestion des urgences.

Surveillance atmosphérique

La connaissance des conditions dans une mine suite à un incident est essentielle pour permettre d'identifier et de mettre en œuvre les mesures les plus appropriées pour contrôler une situation et pour aider les travailleurs à s'échapper et protéger les sauveteurs. La nécessité d'une surveillance atmosphérique post-incident doit être étroitement évaluée et des systèmes doivent être fournis pour répondre aux besoins spécifiques de la mine, intégrant éventuellement :

  • l'emplacement et la conception des points d'échantillonnage de l'atmosphère et de la ventilation des stations fixes pour les conditions atmosphériques normales et potentiellement anormales
  • le maintien des capacités d'analyse, de tendance et d'interprétation de l'atmosphère de la mine, en particulier là où des mélanges explosifs peuvent être présents après l'incident
  • modularisation des systèmes de faisceaux de tubes autour des forages pour minimiser les délais d'échantillonnage et améliorer la robustesse du système
  • mise à disposition de systèmes pour vérifier l'intégrité des systèmes de faisceaux de tubes après l'incident
  • utilisation de la chromatographie en phase gazeuse lorsque des mélanges explosifs sont possibles après l'incident et que les sauveteurs peuvent être tenus d'entrer dans la mine.

 

Aptitudes, compétences et formation en matière de préparation aux situations d'urgence

Les aptitudes et compétences requises pour faire face efficacement à une urgence peuvent être facilement déterminées par l'identification des principaux risques et des mesures de contrôle d'urgence, le développement de l'organisation et des procédures d'urgence et l'identification des installations et équipements nécessaires.

Les aptitudes et compétences en matière de préparation aux situations d'urgence comprennent non seulement la planification et la gestion d'une urgence, mais également un large éventail de compétences de base associées aux initiatives d'intervention primaires et secondaires qui devraient être intégrées dans une stratégie de formation complète, notamment :

  • l'identification et le confinement de l'incident (p. ex., lutte contre l'incendie, survie, évacuation et désincarcération)
  • notification (par exemple, procédures radio et téléphoniques)
  • activités de mobilisation et de déploiement (par exemple, recherche et sauvetage, lutte contre les incendies, gestion des blessés et récupération des corps).

 

Le système de préparation aux situations d'urgence fournit un cadre pour l'élaboration d'une stratégie de formation efficace en identifiant la nécessité, l'étendue et la portée de résultats spécifiques, prévisibles et fiables sur le lieu de travail dans une situation d'urgence et les compétences sous-jacentes. Le système comprend :

  • une déclaration d'intention qui détaille pourquoi l'expertise, les aptitudes et les compétences nécessaires doivent être développées et fournit l'engagement organisationnel et le leadership nécessaires pour réussir
  • la gestion des risques et les mesures de gestion des urgences qui identifient les éléments de contenu clés (par exemple, les incendies, les explosions, les matières dangereuses, les mouvements et rejets imprévus, le sabotage, les alertes à la bombe, les atteintes à la sécurité, etc.)
  • une définition de l'organisation d'urgence (stratégies, structure, personnel, compétences, systèmes et procédures) qui identifie les personnes à former, leur rôle en cas d'urgence et les aptitudes et compétences nécessaires
  • identification des ressources de formation qui déterminent les aides, l'équipement, les installations et le personnel nécessaires
  • formation du personnel à l'identification et au confinement, à la notification, à la mobilisation, au déploiement et aux activités post-incident qui développe les aptitudes et la base de compétences nécessaires
  • des tests, une évaluation et une amélioration de routine de l'ensemble du système, associés à une réévaluation périodique des risques et des capacités, qui complètent le processus d'apprentissage et garantissent l'existence d'un système efficace de préparation aux situations d'urgence.

 

La formation à la préparation aux situations d'urgence peut être structurée en un certain nombre de catégories, comme illustré dans le tableau 3.

Tableau 3. Matrice de formation à la préparation aux situations d'urgence

Niveau de réponse de la formation

 

 

Enseignement primaire

Procédure/secondaire

Fonctionnel/tertiaire

Conçu pour s'assurer que les employés comprennent la nature des urgences minières et comment des aspects spécifiques du plan d'urgence global peuvent impliquer ou affecter l'individu, y compris les mesures d'intervention primaires.

Aptitudes et compétences pour mener à bien les procédures spécifiques définies dans les plans d'intervention d'urgence et les mesures d'intervention secondaires associées à des scénarios d'urgence spécifiques.

Développement des aptitudes et des compétences nécessaires à la gestion et au contrôle des urgences.

Éléments de connaissances et de compétences

  • Connaissance des indicateurs clés des incidents miniers
  • Connaissance des indicateurs clés des incidents miniers
  • Connaissance des indicateurs clés des urgences minières et connaissance détaillée des événements déclencheurs pour déclencher une intervention d'urgence
  • Conditions environnementales après un incident (p. ex. température, visibilité et gaz)
  • Capacité de détecter, de surveiller et d'évaluer les conditions environnementales à la suite d'un incident (p. ex. gaz de mine, ventilation, fumée)
  • Connaissance détaillée de la conception de la mine, de la ventilation de la mine et des systèmes de surveillance
  • Capacité à réagir aux changements défavorables des conditions environnementales (par exemple, fumée, perturbation de la ventilation)
  • Capacité d'évaluer et d'interpréter les changements apportés aux systèmes de ventilation de la mine (p. ex., destruction des barrages, des joints et des traversées d'air, dommages aux ventilateurs principaux)
  • Capacité d'évaluer et d'interpréter les systèmes d'information actuels à la mine (par exemple, les données de ventilation et de surveillance environnementale)
  • Capacité à effectuer la notification et les communications requises après l'incident
  • Connaissance des mesures d'intervention qui peuvent être utilisées pour gérer et atténuer une urgence (p. ex., lutte contre les incendies, recherche et sauvetage, rétablissement de la ventilation, premiers soins, triage et désincarcération)
  • Sensibilisation aux mesures de contrôle qui peuvent être utilisées pour gérer et atténuer une urgence
  • Connaissance des options d'intervention d'urgence appropriées aux conditions environnementales
  • Connaissance des rôles et des responsabilités de tout le personnel de la mine dans le cadre des plans d'intervention d'urgence et capacité à remplir leur rôle désigné
  • Capacité d'exploiter et de gérer des plans et des procédures d'intervention d'urgence, en effectuant des situations d'urgence simulées
  • Sensibilisation à l'utilisation et aux limites des appareils, voies et systèmes d'évacuation
  • Sensibilisation à l'utilisation et aux limites des appareils, voies et systèmes d'évacuation (p. ex., autosauveteurs, chambres de refuge, appareils respiratoires)
  • Capacité à mettre en œuvre des communications et des protocoles d'urgence, tant à l'interne qu'à l'externe
  • Connaissance des rôles et responsabilités de tout le personnel de la mine dans le cadre des plans d'intervention d'urgence, y compris les rôles et responsabilités spécifiques
  • Capacité à mettre en œuvre des communications et des protocoles d'urgence internes
  • Capacité de sauvetage minier et d'autres services d'urgence et accès au soutien de ces services
  • Possession d'aptitudes et de compétences d'intervention primaires associées à des scénarios d'urgence spécifiques (par exemple, lutte contre les incendies de base, survie, évasion et refuge
  • Sensibilisation à l'utilisation et aux limites des appareils et systèmes d'évacuation et de sauvetage (p. ex., autosauveteurs, chambres de refuge, appareils respiratoires)
  • Capacité à établir et à soutenir une équipe d'incidents critiques
  • Connaissance du sauvetage minier et des autres services d'urgence
  • Capacité de sauvetage minier et autres services d'urgence
  • Connaissance de la capacité et du déploiement des systèmes d'intervention tertiaires (par exemple, systèmes de localisation, inertisation, scellement à distance, sauvetage de forage de grand diamètre, laboratoires mobiles)
  • Participation à des situations d'urgence simulées
  • Initiation de dispositifs d'appel et d'assistance mutuelle
  • Capacité à utiliser des ressources spécialisées (p. ex. paramédicales, médico-légales, juridiques, débriefing sur le stress lié à un incident critique, technologues)

 

  • Participer à des simulations d'exercices et d'urgences
  • Gestion de crise et leadership

 

Audit, examen et évaluation

Des processus d'audit et d'examen doivent être adoptés pour évaluer l'efficacité de l'ensemble des systèmes d'urgence, des procédures, des installations, des programmes de maintenance, de l'équipement, de la formation et des compétences individuelles. La conduite d'un audit ou d'une simulation offre, sans exception, des opportunités d'amélioration, de critique constructive et de vérification des niveaux de performance satisfaisants des activités clés.

Chaque organisation devrait tester son plan d'urgence global au moins une fois par an pour chaque quart de travail. Les éléments critiques du plan, tels que l'alimentation de secours ou les systèmes d'alarme à distance, doivent être testés séparément et plus fréquemment.

Deux formes de base d'audit sont disponibles. Audit horizontal implique le test de petits éléments spécifiques du plan d'urgence global pour identifier les lacunes. Des lacunes apparemment mineures pourraient devenir critiques en cas d'urgence réelle. Des exemples de ces éléments et des lacunes connexes sont énumérés dans le tableau 4. Audit vertical teste plusieurs éléments d'un plan simultanément grâce à la simulation d'un événement d'urgence. Les activités telles que l'activation du plan, les procédures de recherche et de sauvetage, le maintien des fonctions vitales, la lutte contre les incendies et la logistique liée à une intervention d'urgence dans une mine ou une installation éloignée peuvent être auditées de cette manière.

Tableau 4. Exemples d'audit horizontal des plans d'urgence

Élément

Carence

Indicateurs d'incident ou d'événement naissant

Défaut de reconnaître, de notifier, d'enregistrer et d'agir

Procédures d'alerte/évacuation

Employés peu familiarisés avec les procédures d'évacuation

Enfilage des respirateurs d'urgence

Employés peu familiarisés avec les respirateurs

Équipement de pompier

Extincteurs déchargés, têtes de gicleurs peintes, bouches d'incendie dissimulées ou enterrées

Alarmes d'urgence

Alarmes ignorées

Instruments de test de gaz

Pas régulièrement entretenu, entretenu ou calibré

 

Les simulations peuvent impliquer du personnel de plusieurs services et peut-être du personnel d'autres entreprises, d'organisations d'entraide ou même de services d'urgence tels que la police et les pompiers. L'implication d'organisations de services d'urgence externes offre à toutes les parties une occasion inestimable d'améliorer et d'intégrer les opérations, les procédures et l'équipement de préparation aux situations d'urgence et d'adapter les capacités de réponse aux risques et dangers majeurs sur des sites spécifiques.

Une critique formelle doit être effectuée dès que possible, de préférence immédiatement après l'audit ou la simulation. La reconnaissance devrait être étendue aux individus ou aux équipes qui ont bien performé. Les faiblesses doivent être décrites aussi précisément que possible et les procédures revues pour intégrer des améliorations systémiques si nécessaire. Les changements nécessaires doivent être mis en œuvre et les performances doivent être surveillées pour des améliorations.

Un programme soutenu mettant l'accent sur la planification, la pratique, la discipline et le travail d'équipe sont des éléments nécessaires de simulations et d'exercices d'entraînement bien équilibrés. L'expérience a prouvé à maintes reprises que chaque exercice est un bon exercice ; chaque exercice est bénéfique et présente des occasions de démontrer ses points forts et d'exposer les domaines qui nécessitent des améliorations.

Réévaluation périodique des risques et des capacités

Peu de risques restent statiques. Par conséquent, les risques et la capacité des mesures de contrôle et de préparation aux situations d'urgence doivent être surveillés et évalués pour s'assurer que les circonstances changeantes (par exemple, les personnes, les systèmes, les processus, les installations ou l'équipement) ne modifient pas les priorités des risques ou ne diminuent pas les capacités du système.

Conclusions

Les urgences sont souvent considérées comme des événements imprévus. Cependant, à notre époque de communication et de technologie avancées, il y a peu d'événements qui peuvent être vraiment qualifiés d'imprévus et peu de malheurs qui n'ont pas déjà été vécus. Les journaux, les alertes aux dangers, les statistiques d'accidents et les rapports techniques fournissent tous des données historiques solides et des images de ce que l'avenir peut réserver aux personnes mal préparées.

Pourtant, la nature des urgences change à mesure que l'industrie évolue. S'appuyer sur des techniques et des mesures d'urgence tirées de l'expérience passée n'offrira pas toujours le même degré de sécurité pour les événements futurs.

La gestion des risques fournit une approche globale et structurée de la compréhension des dangers et des risques des mines et du développement de capacités et de systèmes efficaces d'intervention d'urgence. Le processus de gestion des risques doit être compris et appliqué en permanence, en particulier lors du déploiement de personnel de sauvetage minier dans un environnement potentiellement dangereux ou explosif.

La formation de tout le personnel de la mine à la sensibilisation de base aux dangers, à la détection et à la notification précoces des incidents naissants et des événements déclencheurs et aux compétences primaires d'intervention et d'évacuation sous-tend une préparation aux situations d'urgence compétente. La formation aux attentes dans des conditions de chaleur, d'humidité, de fumée et de faible visibilité est également essentielle. Le fait de ne pas former adéquatement le personnel à ces compétences de base a souvent fait la différence entre un incident et une catastrophe.

La formation fournit le mécanisme d'opérationnalisation de l'organisation et de la planification de la préparation aux situations d'urgence. L'intégration de la préparation aux situations d'urgence dans un cadre de systèmes de qualité associée à des audits et à des simulations de routine fournit le mécanisme permettant d'améliorer et d'améliorer la préparation aux situations d'urgence.

La convention (n° 1955) et la recommandation (n° 176) de l'OIT sur la sécurité et la santé dans les mines, 1995, 183, fournissent un cadre général pour améliorer la sécurité et la santé dans les mines. Le système de préparation aux situations d'urgence proposé fournit une méthodologie pour atteindre les résultats identifiés dans la convention et la recommandation.

Reconnaissance: L'aide de M. Paul MacKenzie-Wood, Manager Coal Mines Technical Services (Mines Rescue Service NSW, Australie) dans la préparation et la critique de cet article est grandement appréciée.

 

Noir

Lire 9310 fois Dernière modification le mercredi 03 août 2011 19:10

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références Mines et Carrières

Agricola, G. 1950. De Re Metallica, traduit par HC Hoover et LH Hoover. New York : Publications de Douvres.

Bickel, KL. 1987. Analyse de l'équipement minier à moteur diesel. Dans Actes du Séminaire de transfert de technologie du Bureau des mines : Diesels dans les mines souterraines. Circulaire d'information 9141. Washington, DC : Bureau des Mines.

Bureau des Mines. 1978. Prévention des incendies et des explosions dans les mines de charbon. Circulaire d'information 8768. Washington, DC : Bureau des mines.

—. 1988. Développements récents dans la protection contre les incendies métalliques et non métalliques. Circulaire d'information 9206. Washington, DC : Bureau des Mines.

Chamberlain, EAC. 1970. L'oxydation à température ambiante du charbon en relation avec la détection précoce de l'échauffement spontané. Ingénieur des Mines (Octobre) 130(121):1-6.

Ellicott, CW. 1981. Évaluation de l'explosibilité des mélanges de gaz et surveillance des tendances de temps d'échantillonnage. Actes du Symposium sur les allumages, les explosions et les incendies. Illawara : Institut australien des mines et de la métallurgie.

Agence de protection de l'environnement (Australie). 1996. Meilleures pratiques de gestion environnementale dans l'exploitation minière. Canberra : Agence de protection de l'environnement.

Funkemeyer, M et FJ Kock. 1989. Prévention des incendies dans les coutures de travail sujettes à la combustion spontanée. Gluckauf 9-12.

Graham, JI. 1921. La production normale de monoxyde de carbone dans les mines de charbon. Transactions de l'Institut des ingénieurs miniers 60:222-234.

Grannes, SG, MA Ackerson et GR Green. 1990. Prévention des défaillances des systèmes d'extinction automatique des incendies sur les convoyeurs à bande des mines souterraines. Circulaire d'information 9264. Washington, DC : Bureau des mines.

Greuer, RE. 1974. Étude de la lutte contre les incendies de mines à l'aide de gaz inertes. Rapport de contrat USBM n° S0231075. Washington, DC : Bureau des Mines.

Griffon, RE. 1979. Évaluation dans la mine des détecteurs de fumée. Circulaire d'information 8808. Washington, DC : Bureau des Mines.

Hartman, HL (éd.). 1992. SME Mining Engineering Handbook, 2e édition. Baltimore, MD : Société pour l'exploitation minière, la métallurgie et l'exploration.

Hertzberg, M. 1982. Inhibition et extinction des explosions de poussière de charbon et de méthane. Rapport d'enquête 8708. Washington, DC : Bureau des mines.

Hoek, E, PK Kaiser et WF Bawden. 1995. Conception de Suppoert pour les mines souterraines de roche dure. Rotterdam : AA Balkema.

Hughes, AJ et WE Raybold. 1960. La détermination rapide de l'explosibilité des gaz d'incendie de mine. Ingénieur des Mines 29:37-53.

Conseil international sur les métaux et l'environnement (ICME). 1996. Études de cas illustrant les pratiques environnementales dans les procédés miniers et métallurgiques. Ottawa : ICME.

Organisation internationale du travail (OIT). 1994. Développements récents dans l'industrie charbonnière. Genève : OIT.

Jones, JE et JC Trickett. 1955. Quelques observations sur l'examen des gaz résultant des explosions dans les houillères. Transactions de l'Institut des ingénieurs des mines 114 : 768-790.

Mackenzie-Wood P et J Strang. 1990. Gaz d'incendie et leur interprétation. Ingénieur minier 149(345):470-478.

Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario. sd Lignes directrices sur la préparation aux situations d'urgence. Rapport du Comité technique permanent. North Bay : Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario.

Mitchell, D et F Burns. 1979. Interprétation de l'état d'un incendie de mine. Washington, DC : Département du travail des États-Unis.

Morris, RM. 1988. Un nouveau rapport d'incendie pour déterminer les conditions dans les zones étanches. Ingénieur minier 147(317):369-375.

Morrow, GS et CD Litton. 1992. Évaluation dans la mine des détecteurs de fumée. Circulaire d'information 9311. Washington, DC : Bureau des mines.

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1992a. Code de prévention des incendies. NFPA 1. Quincy, MA : NFPA.

—. 1992b. Standard sur les systèmes de carburant pulvérisé. NFPA 8503. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994a. Norme de prévention des incendies lors de l'utilisation de procédés de coupage et de soudage. NFPA 51B. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994b. Norme pour les extincteurs portatifs. NFPA 10. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994c. Norme pour les systèmes de mousse à foisonnement moyen et élevé. NFPA 11A. Quncy, MA : NFPA.

—. 1994d. Norme pour les systèmes d'extinction à poudre chimique. NFPA 17. Quincy, MA : NFPA.

—. 1994e. Norme pour les usines de préparation du charbon. NFPA 120. Quincy, MA : NFPA.

—. 1995a. Norme pour la prévention et le contrôle des incendies dans les mines souterraines métalliques et non métalliques. NFPA 122. Quincy, MA : NFPA.

—. 1995b. Norme pour la prévention et le contrôle des incendies dans les mines souterraines de charbon bitumineux. NFPA 123. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996a. Norme sur la protection contre l'incendie pour l'équipement minier à ciel ouvert automoteur et mobile. NFPA 121. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996b. Code des liquides inflammables et combustibles. NFPA 30. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996c. Code national de l'électricité. NFPA 70. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996d. Code national d'alarme incendie. NFPA 72. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996e. Norme pour l'installation de systèmes de gicleurs. NFPA 13. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996f. Norme pour l'installation de systèmes de pulvérisation d'eau. NFPA 15. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996g. Norme sur les systèmes d'extinction d'incendie à agent propre. NFPA 2001. Quincy, MA : NFPA.

—. 1996h. Pratique recommandée pour la protection contre les incendies dans les centrales électriques et les stations de conversion CC haute tension. NFPA 850. Quincy, MA : NFPA.

Ng, D et CP Lazzara. 1990. Performance des barrages en blocs de béton et en panneaux d'acier lors d'un incendie de mine simulé. Technologie du feu 26(1):51-76.

Ninterman, DJ. 1978. Oxydation spontanée et combustion des minerais sulfurés dans les mines souterraines. Circulaire d'information 8775. Washington, DC : Bureau des Mines.

Pomroy, WH et TL Muldoon. 1983. Un nouveau système d'avertissement d'incendie de gaz puant. Dans Actes de l'assemblée générale annuelle et des sessions techniques du MAPAO de 1983. North Bay : Association pour la prévention des accidents dans les mines de l'Ontario.

Ramaswatny, A et PS Katiyar. 1988. Expériences avec l'azote liquide dans la lutte contre les feux de charbon souterrains. Journal of Mines Metals and Fuels 36(9):415-424.

Smith, AC et CN Thompson. 1991. Développement et application d'une méthode de prédiction du potentiel de combustion spontanée des charbons bitumineux. Présenté à la 24e Conférence internationale sur la sécurité dans les instituts de recherche minière, Makeevka State Research Institute for Safety in the Coal Industry, Makeevka, Fédération de Russie.

Timmons, ED, RP Vinson et FN Kissel. 1979. Prévision des dangers du méthane dans les mines métalliques et non métalliques. Rapport d'enquête 8392. Washington, DC : Bureau des mines.

Département de la coopération technique pour le développement des Nations Unies (ONU) et Fondation allemande pour le développement international. 1992. Exploitation minière et environnement : les lignes directrices de Berlin. Londres: Livres du journal minier.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1991. Aspects environnementaux de certains métaux non ferreux (Cu, Ni, Pb, Zn, Au) dans l'extraction minière. Paris : PNUE.