14 bannière

 

88. Cuir, fourrure et chaussures

Éditeur de chapitre : Michael McCann


Table des matières

Tableaux et figures

Profil général
Debra Osinski

Tannage et finition du cuir
Dean B.Baker

Industrie de la fourrure
Tresse PE

Industrie de la chaussure
FL Conradi et Paulo Portich

Effets sur la santé et schémas de maladies
Frank B.Stern

Protection de l'environnement et questions de santé publique
Jerry Spiegel

Tables

Cliquez sur un lien ci-dessous pour afficher le tableau dans le contexte de l'article.

1. Choix technologiques pour le traitement des effluents de tannerie

Figures

Pointez sur une vignette pour voir la légende de la figure, cliquez pour voir la figure dans le contexte de l'article.

LEA020F2LEA020F1LEA030F5LEA030F1LEA030F2LEA030F3LEA030F4

LEA060F1LEA060F2

Mardi 29 Mars 2011 19: 54

Profil général

Les fourrures d'animaux et le cuir provenant de cuirs et de peaux d'animaux tannés sont utilisés pour fabriquer des vêtements depuis des milliers d'années. La fourrure et le cuir demeurent des industries importantes aujourd'hui. La fourrure est utilisée pour produire une variété de vêtements de dessus, tels que des manteaux, des vestes, des chapeaux, des gants et des bottes, et elle fournit également des garnitures pour d'autres types de vêtements. Le cuir est utilisé pour fabriquer des vêtements et peut être utilisé dans la fabrication d'autres produits, y compris les revêtements en cuir pour automobiles et meubles, et une grande variété d'articles en cuir, tels que des bracelets de montre, des sacs à main et des valises. Les chaussures sont un autre produit en cuir traditionnel.

Les animaux à fourrure comprennent des espèces aquatiques comme le castor, la loutre, le rat musqué et le phoque; les espèces terrestres nordiques comme le renard, le loup, le vison, la belette, l'ours, la martre et le raton laveur; et des espèces tropicales comme le léopard, l'ocelot et le guépard. De plus, les jeunes de certains animaux tels que les bovins, les chevaux, les porcs et les chèvres peuvent être transformés pour produire des fourrures. Bien que la plupart des animaux à fourrure soient piégés, le vison en particulier est produit dans des fermes à fourrure.

Vidéo

Les principales sources de cuir sont les bovins, les porcs, les agneaux et les moutons. En 1990, les États-Unis étaient le plus grand producteur de cuirs et peaux de bovins. Parmi les autres producteurs importants figurent l'Argentine, l'Australie, le Brésil, la Chine, la France, l'Allemagne (ex-République fédérale) et l'Inde. L'Australie, la Chine, l'Inde, la République islamique d'Iran, la Nouvelle-Zélande, la Fédération de Russie, la Turquie et le Royaume-Uni sont les principaux producteurs de peaux de mouton. Les peaux de chèvre sont en grande partie produites en Chine, en Inde et au Pakistan. Les principaux producteurs de peaux de porc sont la Chine, l'Europe de l'Est et l'ex-URSS.

Une analyse préparée par Landell Mills Commodities Studies (LMC) pour l'Organisation internationale du travail (OIT) montre que le marché international des peaux est de plus en plus dominé par quelques grands pays producteurs d'Amérique du Nord, d'Europe occidentale et d'Océanie, qui autorisent la libre exportation des peaux. de n'importe quelle forme. L'industrie de la tannerie aux États-Unis n'a cessé de se contracter depuis 1981, tandis que la plupart des tanneries survivantes d'Europe du Nord se sont diversifiées afin de réduire leur dépendance vis-à-vis du marché de la chaussure et du cuir. La production mondiale de chaussures a continué de se déplacer principalement vers l'Asie du Sud-Est (OIT 1992).

Plusieurs facteurs influencent la demande globale de cuir dans le monde : le niveau, le taux de croissance et la répartition des revenus ; le prix du cuir par rapport aux matériaux alternatifs ; et les changements dans la préférence des consommateurs pour le cuir par rapport aux matériaux alternatifs pour une variété de produits.

Le secteur d'utilisation finale qui connaît la croissance la plus rapide dans l'industrie du cuir est celui du cuir d'ameublement, qui représentait environ un tiers de la production mondiale de cuir bovin de haute qualité en 1990. Plus d'un tiers de tout le cuir d'ameublement est destiné à l'industrie automobile et , selon les prévisions de LMC, les perspectives de ce sous-secteur sont plutôt prometteuses. La proportion de voitures avec revêtement en cuir a considérablement augmenté au cours des années 1990.

La demande de vêtements en cuir est principalement déterminée par le revenu et la mode, tandis que la mode influence particulièrement l'évolution de la demande de types de cuir spécifiques. Par exemple, une forte demande pour le cuir de mouton plus doux et plus souple dans les vêtements de mode a motivé la production du nappa de vêtement à la mode à partir de peaux de mouton et de bovins.

Les principaux producteurs de peaux de vison en 1996 étaient le Canada, la Fédération de Russie, les pays scandinaves et les États-Unis.

Entre 1980 et 1989, l'emploi dans le cuir a augmenté en Chine, en Hongrie, en Inde, en Indonésie, en République de Corée, en Uruguay et au Venezuela et a diminué en Australie, en Colombie, au Kenya, aux Philippines, en Pologne et aux États-Unis. L'emploi dans le cuir a également diminué au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède. Au Botswana, l'emploi du cuir a fortement diminué en 1984, puis a connu une forte augmentation, doublant le niveau de 1980 en 1988.

Plusieurs problèmes affecteront la production et l'emploi futurs dans les industries du cuir, de la chaussure et de la fourrure. Les nouvelles technologies, la délocalisation de la production de chaussures vers les pays en développement et les réglementations environnementales dans l'industrie du tannage continueront d'affecter les compétences ainsi que la santé et la sécurité des travailleurs de ces industries.

 

Noir

Mardi 29 Mars 2011 19: 55

Tannage et finition du cuir

Certains textes ont été révisés à partir de l'article rédigé par VPGupta dans la 3ème édition de cette Encyclopédie.

Le tannage est le processus chimique qui transforme les peaux d'animaux en cuir. Le terme cacher est utilisé pour la peau des gros animaux (par exemple, les vaches ou les chevaux), tandis que peau est utilisé pour celui des petits animaux (par exemple, les moutons). Les cuirs et peaux sont pour la plupart des sous-produits des abattoirs, bien qu'ils puissent également provenir d'animaux morts naturellement ou chassés ou piégés. Les industries de la tannerie sont généralement situées à proximité des régions d'élevage ; cependant, les cuirs et peaux peuvent être conservés et transportés avant le tannage, de sorte que l'industrie est très répandue.

Le processus de tannage consiste à renforcer la structure protéique de la peau en créant une liaison entre les chaînes peptidiques. La peau est composée de trois couches : l'épiderme, le derme et la couche sous-cutanée. Le derme est constitué d'environ 30 à 35 % de protéines, principalement du collagène, le reste étant de l'eau et de la graisse. Le derme est utilisé pour fabriquer du cuir après que les autres couches ont été retirées par des moyens chimiques et mécaniques. Le processus de tannage utilise des acides, des alcalis, des sels, des enzymes et des agents de bronzage pour dissoudre les graisses et les protéines non fibreuses et lier chimiquement les fibres de collagène.

Le tannage est pratiqué depuis la préhistoire. Le système de tannage le plus ancien repose sur l'action chimique d'une matière végétale contenant du tanin (acide tannique). Des extraits sont prélevés sur les parties de plantes riches en tanin et transformés en liqueurs tannantes. Les peaux sont trempées dans des fosses ou des cuves de liqueurs de plus en plus fortes jusqu'à ce qu'elles soient tannées, ce qui peut prendre des semaines ou des mois. Ce procédé est utilisé dans les pays à faible niveau technologique. Ce processus est également utilisé dans les pays développés pour produire un cuir plus ferme et plus épais pour les semelles de chaussures, les sacs, les étuis et les sangles, bien que des changements de processus aient été introduits pour raccourcir le temps nécessaire au tannage. Le tannage chimique utilisant des sels minéraux tels que le sulfate de chrome a été introduit à la fin du XIXe siècle et est devenu le principal procédé de production de cuir plus souple et plus fin pour des produits tels que des sacs à main, des gants, des vêtements, des tissus d'ameublement et des dessus de chaussures. Le tannage peut également être réalisé à l'aide d'huiles de poisson ou de tanins synthétiques.

Il existe une grande variation dans l'échelle et les types d'installations de bronzage. Certaines tanneries sont fortement mécanisées et utilisent des systèmes automatiques fermés et de nombreux produits chimiques, tandis que d'autres utilisent encore un travail largement manuel et des substances tannantes naturelles avec des techniques essentiellement inchangées au cours des siècles (voir figure 1). Le type de produit requis (p. ex. cuir résistant ou cuirs souples fins) influence le choix des agents de tannage et la finition requise.

Figure 1. Méthodes de travail manuelles dans une tannerie afghane

LEA020F2

Description du processus

La production de cuir peut être divisée en trois étapes : la préparation de la peau pour le tannage, qui comprend des processus tels que l'élimination des poils et de la chair adhérente ; le processus de tannage; et le processus de finition. La finition comprend des procédés mécaniques pour façonner et lisser le cuir et des traitements chimiques pour colorer, lubrifier, adoucir et appliquer une finition de surface sur le cuir (voir figure 2). Tous ces processus peuvent avoir lieu dans une seule installation, bien qu'il soit courant que le finissage du cuir soit effectué à des endroits différents du tannage afin de tirer parti des coûts de transport et des marchés locaux. L'implication est qu'elle affecte la probabilité de contamination croisée entre les processus.

Figure 2. Processus typiques de tannage et de finition du cuir

LEA020F1

Durcissement et expédition. Parce que les cuirs et peaux bruts se décomposent rapidement, ils sont conservés et désinfectés avant d'être expédiés à la tannerie. La peau est écorchée de la carcasse puis conservée par saumurage. Le durcissement peut être réalisé par une variété de moyens. Le durcissement par séchage convient aux régions où règnent des conditions climatiques chaudes et sèches. Le séchage consiste à étirer les peaux sur des cadres ou à les étaler au sol au soleil. Le salage à sec, autre méthode de salaison des peaux, consiste à frotter la face charnue de la peau avec du sel. Le saumurage, ou saumurage, consiste à immerger les peaux dans une solution de chlorure de sodium éventuellement additionnée de naphtalène. Le saumurage est la forme de conservation la plus courante dans les pays développés.

Avant l'expédition, les peaux sont généralement traitées avec du DDT, du chlorure de zinc, du chlorure de mercure, des chlorophénols ou d'autres agents de désinfection. Ces substances peuvent présenter des dangers à la fois sur le site de salaison et à la réception à la tannerie.

Préparation. Les cuirs et peaux traités sont préparés pour le tannage par plusieurs opérations, collectivement appelées maison de poutre opérations. Les peaux sont d'abord triées, parées puis lavées dans des cuves ou des fûts. Les désinfectants tels que la poudre de blanchiment, le chlore et le fluorure d'acide de sodium dans l'eau empêchent la putréfaction des peaux. Des produits chimiques tels que la soude caustique, le sulfure de sodium et des tensioactifs sont ajoutés à l'eau pour accélérer le trempage des peaux séchées ou salées à sec.

Les cuirs et peaux trempés sont ensuite chaulés par immersion dans du lait de chaux pour détacher l'épiderme et les racines des poils et éliminer les autres protéines et graisses solubles indésirables. Dans une autre méthode, une pâte dépilatoire à base de chaux, de sulfure et de sel est appliquée sur le côté chair des peaux afin d'économiser les poils et la laine. Les peaux chaulées sont épilées pour enlever les poils dénoués et décharnés. Les débris épidermiques et les racines des poils fins sont éliminés mécaniquement par l'opération de décapage.

Ces opérations sont suivies d'un déchaulage et d'un appâtage avec des sels tampons, tels que le sulfate d'ammonium ou le chlorure d'ammonium, et l'action d'enzymes protéolytiques neutralise l'alcalinité élevée des peaux chaulées. Lors du décapage, les peaux sont placées dans un milieu acide composé de chlorure de sodium et d'acide sulfurique. L'acide est nécessaire car les agents de tannage au chrome ne sont pas solubles dans des conditions alcalines. Les peaux au tannage végétal n'ont pas besoin d'être décapées.

La plupart des opérations de la poutrière sont effectuées en traitant les peaux dans des solutions utilisant de grandes fosses, des cuves ou des tambours. Les solutions sont canalisées ou versées dans les conteneurs et ensuite vidées par des tuyaux ou dans des canaux de drainage ouverts dans la zone de travail. Les produits chimiques peuvent être ajoutés aux conteneurs par des tuyaux ou manuellement par des travailleurs. Une bonne ventilation et un équipement de protection individuelle sont nécessaires pour prévenir l'exposition respiratoire et cutanée.

Tannerie. Diverses substances peuvent être utilisées pour le tannage, mais la principale distinction est entre le tannage végétal et le tannage au chrome. Le tannage végétal peut être réalisé soit dans des fosses, soit dans des tambours rotatifs. Le tannage rapide, dans lequel de fortes concentrations de tanins sont utilisées, est réalisé dans des tambours rotatifs. Le procédé de tannage au chrome le plus souvent utilisé est le un bain méthode, dans laquelle les peaux sont broyées dans une solution colloïdale de sulfate de chrome (III) jusqu'à ce que le tannage soit complet. UNE deux bains Le processus de tannage au chrome était utilisé dans le passé, mais ce processus impliquait une exposition potentielle aux sels de chrome hexavalent et nécessitait davantage de manipulation manuelle des peaux. Le procédé à deux bains est maintenant considéré comme obsolète et est rarement utilisé.

Une fois tannée, la peau est ensuite traitée pour façonner et conditionner le cuir. La peau est retirée de la solution et l'excès d'eau est éliminé par essorage. Le cuir chromé doit être neutralisé après avoir été tanné. Le fendage est la division longitudinale du cuir humide ou sec qui est trop épais, pour des articles tels que les empeignes de chaussures et la maroquinerie. Des machines à rouler avec des lames de coupe sont utilisées pour réduire davantage le cuir à l'épaisseur requise. Une grande quantité de poussière peut être libérée lorsque le cuir est fendu ou rasé lorsqu'il est sec.

Retannage, coloration et dégraissage. Après le tannage, la plupart des cuirs, à l'exception des cuirs à semelles, subissent une coloration (teinture). Généralement, la coloration est effectuée en mode batch ; et les opérations de retannage, de coloration et de bain de graisse sont toutes effectuées en séquence dans le même tambour avec des étapes intermédiaires de lavage et de séchage. Trois grands types de colorants sont utilisés : acides, basiques et directs. Des mélanges de colorants sont utilisés afin d'obtenir la teinte exacte souhaitée, de sorte que la composition n'est pas toujours connue sauf par le fournisseur. Le but de la liqueur de graisse est de lubrifier le cuir pour lui donner force et souplesse. Des huiles, des graisses naturelles, leurs produits de transformation, des huiles minérales et plusieurs graisses synthétiques sont utilisées.

Finition. Après séchage, le cuir au tannage végétal subit des opérations mécaniques (fixage et laminage) et subit un polissage final. Le processus de finition du cuir chromé comprend une série d'opérations mécaniques et, normalement, l'application d'une couche de revêtement sur la surface du cuir. Le tuteurage est une opération de battage mécanique qui permet d'assouplir le cuir. Pour améliorer l'aspect final, la face fleur du cuir est poncée à l'aide d'un tambour de ponçage. Ce processus génère une énorme quantité de poussière.

Une finition de surface finale est appliquée, qui peut contenir des solvants, des plastifiants, des liants et des pigments. Ces solutions sont appliquées par pads, flow-coating ou pulvérisation. Certaines tanneries emploient un travail manuel pour appliquer la finition à l'aide de tampons, mais cela est généralement effectué par des machines. Dans le flow coating, la solution est pompée dans un réservoir au-dessus du convoyeur transportant le cuir et s'écoule sur celui-ci. Dans la plupart des cas, les cuirs peints ou pulvérisés ne sont pas séchés dans des fours, mais sur des plateaux sur des étagères. Cette pratique offre une large surface d'évaporation et contribue à la pollution de l'air.

Les dangers et leur prévention

Risques infectieux. Aux premiers stades de l'exploitation de la serre, il peut y avoir un certain risque d'infection dû aux zoonoses provenant des peaux brutes. L'anthrax était un danger reconnu chez les travailleurs chargés de la manipulation des cuirs et peaux, en particulier des peaux sèches et salées à sec. Ce danger a été pratiquement éliminé dans les tanneries grâce à la désinfection des peaux avant leur expédition vers les installations. Des colonies de champignons peuvent se développer sur les cuirs et à la surface des liqueurs.

blessures. Les sols glissants, humides et graisseux constituent un grave danger dans toutes les parties d'une tannerie. Tous les sols doivent être en matériau imperméable, avoir une surface plane et être bien drainés. Un bon entretien et un bon ménage sont essentiels. Le transfert mécanisé des cuirs et peaux d'une opération à l'autre et le drainage adéquat des liqueurs des cuves et des fûts contribueront à réduire les déversements et les problèmes ergonomiques liés à la manipulation manuelle. Les fosses à ciel ouvert et les cuves doivent être clôturées pour éviter les blessures dues à la noyade et aux brûlures.

Il existe de nombreux risques liés aux pièces de fonctionnement des machines, par exemple, des blessures causées par des tambours en rotation, des rouleaux et des couteaux en marche. Un gardiennage efficace doit être prévu. Toutes les machines de transmission, courroies, poulies et roues dentées doivent être protégées.

Plusieurs opérations impliquent le levage manuel des peaux et cuirs, ce qui représente un risque ergonomique. Le bruit associé à la machinerie est un autre danger potentiel.

Poussière. La poussière est produite dans une variété d'opérations de tannage. Des poussières chimiques peuvent être produites lors du chargement des tambours de traitement des peaux. La poussière de cuir est produite lors des opérations mécaniques. Le polissage est la principale source de poussière. La poussière des tanneries peut être imprégnée de produits chimiques, ainsi que de fragments de cheveux, de moisissures et d'excréments. Une ventilation efficace est nécessaire pour le dépoussiérage.

Risques chimiques. La grande variété d'acides, d'alcalis, de tanins, de solvants, de désinfectants et d'autres produits chimiques peuvent être des irritants respiratoires et cutanés. Les poussières de matériaux de tannage végétal, de chaux et de cuir ainsi que les brouillards et vapeurs chimiques résultant des divers processus peuvent être responsables de la bronchite chronique. Plusieurs produits chimiques peuvent provoquer une dermatite de contact. Une ulcération au chrome peut survenir lors du tannage au chrome, en particulier sur les mains. Les expositions dans les opérations de la serre sont principalement aux composés soufrés tels que les sulfures et les sulfates. Étant donné qu'il s'agit de substances alcalines, il existe un potentiel de génération de sulfure d'hydrogène gazeux si ces substances entrent en contact avec des acides.

Agents cancérigènes potentiels utilisés dans le tannage et le finissage du cuir comprennent les sels de chrome hexavalent (autrefois), les colorants aniline et azoïques, les tanins végétaux, les solvants organiques, le formaldéhyde et les chlorophénols. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a évalué l'industrie du tannage du cuir au début des années 1980 et a conclu qu'il n'y avait aucune preuve suggérant une association entre le tannage du cuir et le cancer du nez (CIRC 1981). Des rapports de cas et des études épidémiologiques depuis l'évaluation du CIRC ont indiqué un risque accru de cancers chez les travailleurs du tannage et de la finition du cuir, y compris le cancer du poumon, le cancer naso-sinusien et le cancer du pancréas associés à la poussière de cuir et au tannage (Mikoczy et al. 1996) et le cancer de la vessie et le cancer des testicules associés aux colorants ou aux solvants dans le processus de finition (Stern et al. 1987). Aucune de ces associations n'est clairement établie à l'heure actuelle.

 

Noir

Mardi 29 Mars 2011 19: 58

Industrie de la fourrure

Adapté de l'article de l'auteur paru dans la 3ème édition de cette Encyclopédie. Remerciements à Gary Meisel et à Tom Cunningham du United Food and Commercial Workers Union pour la révision et l'adaptation de cet article

Des moyens rudimentaires de conservation des fourrures ont été utilisés depuis des temps très anciens et sont encore pratiqués dans de nombreuses régions du monde. Typiquement, après que la peau a été grattée et nettoyée par lavage, la peau est imprégnée d'huile animale, qui sert à la conserver et à la rendre plus souple. La peau peut être battue ou mâchée après le traitement à l'huile afin d'effectuer une meilleure imprégnation par l'huile.

Dans l'industrie moderne de la fourrure, les peaux sont obtenues auprès des éleveurs d'animaux à fourrure, des trappeurs ou des chasseurs. À ce stade, ils ont été dépouillés de la carcasse, la chair et les dépôts de graisse ont été enlevés par raclage et les peaux ont été étirées et séchées à l'air. L'industrie de la fourrure classe les peaux en fonction de facteurs tels que l'état général de la peau, la longueur de la fourrure, la frisure et le motif. Les peaux subissent une série d'étapes de traitement, appelées habillage de la fourrure, pour les conserver (voir figure 1). Les fourrures peuvent aussi être teintes. L'habillage et la teinture des fourrures sont effectués par lots, les peaux étant généralement transférées d'une étape à l'autre à l'aide de charrettes à bras.

Figure 1. Organigramme de l'habillage en fourrure

LEA030F5

Habillage en fourrure

Tout d'abord, les peaux sont triées, marquées d'une marque d'identification et découpées à l'aide de couteaux et de snippers. Ils sont ensuite trempés dans de l'eau salée dans des bacs ou des tonneaux pendant plusieurs heures pour les ramollir (voir figure 2). Des palettes rotatives sont souvent utilisées pour faciliter ce trempage. Parfois, l'acide formique, l'acide lactique ou l'acide sulfurique est utilisé dans l'étape de trempage. L'excès d'eau est ensuite éliminé dans des tambours rotatifs.

Figure 2. Département de trempage dans une usine de transformation de la fourrure

 LEA030F1

Office du film du Québec

Ensuite, le dessous de la peau est tiré sur des machines d'écharnage à couteau rond acérées comme des rasoirs par des ouvriers appelés écharneurs (figure 3). Le retournement à la main (retournement de la peau) et la coupe avec des couteaux sont également effectués. Cette opération enlève le tissu conjonctif lâche de la face inférieure de la peau. Le but est d'enlever, dans la mesure du possible, tout tissu qui n'est pas impliqué dans la fixation de la fourrure, produisant ainsi le degré maximum de légèreté et de souplesse de la peau.

Figure 3. Écharnage mécanique des peaux d'agneau

LEA030F2

Office du film du Québec

Les peaux sont maintenant prêtes pour le tannage et sont trempées dans une solution d'alun dans des fosses ou des bacs. Comme pour le trempage, des palettes sont utilisées. La solution d'alun est généralement quelque peu acidifiée avec de l'acide chlorhydrique ou sulfurique. Le traitement à l'alun peut être effectué dans une solution aqueuse ou huileuse. L'excès de liquide est extrait et les peaux sont séchées dans des salles de séchage spéciales pour fixer le collagène de la peau.

Les peaux tannées sont ensuite traitées avec une solution d'huile dans une machine à frapper ou un type de machine similaire pour forcer l'huile dans la peau. Ils sont ensuite nettoyés dans des tambours rotatifs contenant de la sciure de bois, qui absorbe l'humidité et l'excès d'huile.

Les peaux contiennent des poils de garde ainsi que les fibres de fourrure plus douces. Les poils de garde sont plus raides et plus longs que les fibres de la fourrure et, selon le type de fourrure et le produit final souhaité, ces poils peuvent être partiellement ou totalement éliminés à la machine ou à la main. Certaines peaux doivent également être tondues ou taillées avec des couteaux (voir figure 4).

Figure 4. Opération de tonte des peaux de castors canadiens

LEA030F3

Office du film du Québec

D'autres étapes peuvent inclure le rasage ou le "parage" avec des écharpes à couteau rond, le polissage avec des machines à polir, le séchage et la finition. Ce dernier peut inclure le dégraissage, l'étirage, le nettoyage, le polissage, le brossage et la lustrage avec des laques et des résines.

Teinture

Bien que la teinture des fourrures n'ait pas été considérée favorablement à une certaine époque, elle fait maintenant partie intégrante de la préparation de la fourrure et est largement pratiquée. Cela peut être fait en même temps que le tannage ou dans une étape ultérieure. La procédure habituelle implique le traitement des peaux avec une solution alcaline faible (par exemple, du carbonate de sodium) pour éliminer la saleté et les résidus d'huile. Les peaux sont ensuite trempées dans une solution de mordant (par exemple, du sulfate ferrique), après quoi elles sont trempées dans une solution de teinture jusqu'à l'obtention de la couleur désirée. Ils sont ensuite rincés à plusieurs reprises et séchés au tambour à l'aide de sciure de bois.

De nombreux autres produits chimiques peuvent être utilisés dans la teinture, notamment l'ammoniac, le chlorure d'ammonium, le formaldéhyde, le peroxyde d'hydrogène, l'acétate ou le nitrate de plomb, l'acide oxalique, le perborate de sodium,
p-les colorants phénylènediamine, les colorants benzidine, etc.

Fabrication de vêtements en fourrure

Avant d'être transformées en vêtements, les peaux peuvent être coupées et « libérées ». Cela consiste à faire une série de fentes rapprochées en diagonale ou en forme de V dans la peau, après quoi la peau est tirée afin de l'allonger ou de l'élargir au besoin. La peau est ensuite recousue (voir figure 5). Ce type d'opération demande beaucoup de savoir-faire et d'expérience. Les peaux sont ensuite soigneusement humidifiées, puis disposées et clouées sur une planche selon un modèle tracé à la craie, laissées sécher et cousues ensemble. Enfin, la doublure et les autres étapes de finition complètent le vêtement.

Figure 5. Opérateurs engagés dans la couture à la machine des peaux

LEA030F4

Office du film du Québec

Les dangers et leur prévention

Les accidents

Certaines des machines utilisées dans le traitement de la fourrure présentent des risques graves si des protections suffisantes ne sont pas maintenues : en particulier, tous les fûts doivent être protégés par une porte verrouillée et les centrifugeuses utilisées pour l'extraction de l'humidité doivent être équipées de couvercles verrouillés ; les machines à tondre et à couper les fourrures devraient être totalement fermées, à l'exception des ouvertures d'alimentation et de déchargement.

Les cuves doivent être couvertes ou munies de rails efficaces pour éviter toute immersion accidentelle. Les chutes sur des sols mouillés et glissants peuvent être largement évitées par l'entretien de surfaces saines, imperméables, bien drainées et fréquemment nettoyées. Les cuves de teinture doivent être entourées de canaux de drainage. Les accidents causés par les outils à main peuvent être réduits si les poignées sont bien conçues et les outils bien entretenus. Dans le secteur de la fabrication de la fourrure, les machines à coudre nécessitent une protection similaire à celles utilisées dans le commerce du vêtement (par exemple, protection des mécanismes d'entraînement et des aiguilles).

Risques pour la santé

L'utilisation par l'industrie de la fourrure d'une si grande proportion de peaux d'animaux élevés en captivité a considérablement réduit la probabilité de transmission de maladies animales aux travailleurs de la fourrure. Néanmoins, la maladie du charbon peut survenir chez les travailleurs manipulant des carcasses, des peaux, des cuirs ou des poils d'animaux infectés; un vaccin peut être administré à toutes les personnes susceptibles d'avoir un contact. Toutes les personnes concernées doivent être conscientes du risque et formées pour signaler immédiatement tout symptôme suspect.

Divers produits chimiques utilisés dans l'industrie de la fourrure sont des irritants cutanés potentiels. Ceux-ci comprennent les alcalis, les acides, l'alun, les chromates, les agents de blanchiment, les huiles, le sel et les composés impliqués dans le processus de teinture, qui comprennent divers types de colorants ainsi que des mordants.

Le déballage des balles qui ont été traitées avec de la poudre à saupoudrer dans leur pays d'origine, le tambourinage, le plumage, l'épilage et le cisaillement peuvent tous produire des poussières irritantes. Dans les teintureries et les cuisines de teinture, où les sels de plomb, de cuivre et de chrome (et éventuellement des colorants cancérigènes) sont pesés et cuits, il existe également un risque d'ingestion de poussières toxiques. Des vapeurs nocives peuvent se dégager des solvants de dégraissage et des produits chimiques de fumigation. Il existe également la possibilité de développer une sensibilisation de contact (allergie) à certains de ces produits chimiques ou à la poussière d'un ou plusieurs types de fourrure manipulés.

La principale protection contre les dangers de la poussière et des vapeurs est la fourniture d'une ventilation par aspiration locale ; une bonne ventilation générale est également nécessaire tout au long du processus. Un bon entretien ménager est important pour enlever la poussière. Un équipement de protection respiratoire individuel peut être nécessaire pour les travaux à court terme ou en plus de l'échappement local lors d'opérations particulièrement poussiéreuses. Une attention particulière doit être accordée aux dangers potentiels des espaces confinés dans les fosses et cuves utilisées pour le trempage/lavage, le tannage et la teinture.

Des vêtements de protection appropriés au processus sont nécessaires à la plupart des étapes du traitement de la fourrure. Des protections en caoutchouc pour les mains, les pieds et les jambes et des tabliers sont nécessaires pour les processus humides (par exemple, dans les cuves de teinture et de mordant) et comme protection contre les acides, les alcalis et les produits chimiques corrosifs. De bonnes installations sanitaires et de lavage, y compris des douches, doivent être fournies. Les agents de blanchiment et les savons alcalins forts ne doivent pas être utilisés pour le nettoyage des mains.

Des problèmes ergonomiques peuvent résulter du levage et du déplacement manuels des matériaux, en particulier de la poussée des chariots manuels, et du chargement et du déchargement manuels des peaux (en particulier lorsqu'elles sont mouillées). L'automatisation de ces processus peut aider à résoudre ces problèmes. Les mouvements répétitifs dans la fabrication de vêtements en fourrure sont également une source de problèmes ergonomiques.

Des maladies liées au stress thermique peuvent survenir lors du travail dans la salle de séchage. Les mesures préventives comprennent une évacuation adéquate de l'air chaud et un apport d'air frais, une durée d'exposition limitée, de l'eau potable facilement accessible et une formation à la reconnaissance des symptômes de stress thermique et aux mesures de premiers secours.

Le bruit peut être un problème avec de nombreuses machines utilisées, en particulier dans les tambours et les machines de peignage, de cisaillement et de lustrage.

L'examen médical préalable à l'embauche peut aider à prévenir la dermatite en plaçant correctement les employés ayant des antécédents de sensibilité. Une surveillance médicale est souhaitable; des dispositifs de premiers secours bien entretenus et confiés à un personnel qualifié sont essentiels. Une attention stricte à l'hygiène, à la ventilation et à la température est nécessaire dans les nombreuses petites salles de travail où se fait une grande partie de la confection des vêtements en fourrure.

 

Noir

Mardi 29 Mars 2011 20: 04

Industrie de la chaussure

Adapté par P. Portich de l'article de la 3e édition de cette Encyclopédie de FL Conradi.

Le terme chaussures couvre une vaste gamme de produits fabriqués à partir de nombreux matériaux différents. Les bottes, souliers, sandales, pantoufles, sabots, etc. sont fabriqués entièrement ou partiellement en cuir, caoutchouc, matières synthétiques et plastiques, toile, corde et bois. Cet article traite de l'industrie de la chaussure telle qu'elle est généralement comprise (c'est-à-dire basée sur des méthodes de fabrication traditionnelles). La fabrication de bottes en caoutchouc (ou leurs équivalents synthétiques) est essentiellement une partie de l'industrie du caoutchouc, qui est couverte dans le chapitre Industrie du caoutchouc.

Chaussures, bottes et sandales en cuir, feutre et autres matériaux ont été fabriqués à la main au cours des siècles. Les chaussures fines sont encore fabriquées entièrement ou partiellement à la main, mais dans tous les pays industrialisés, il existe maintenant de grandes usines de production en série. Même dans ce cas, certains travaux peuvent encore être confiés à des travaux à domicile. Le travail des enfants continue d'être l'un des problèmes les plus graves de l'industrie de la chaussure, bien que plusieurs pays aient pris des mesures contre le travail des enfants avec l'aide de divers programmes internationaux dans ce domaine.

Les usines de bottes et de chaussures sont généralement situées à proximité des zones de production de cuir (c'est-à-dire près des pays d'élevage); une certaine fabrication de pantoufles et de chaussures légères s'est développée là où il y avait une offre abondante de feutres provenant du commerce textile, et dans la plupart des pays, l'industrie a tendance à être localisée dans ses centres d'origine. Des cuirs de différents types et qualités, et certaines peaux de reptiles, formaient les matériaux d'origine, avec une peau de qualité plus résistante pour les semelles. Ces dernières années, le cuir a été de plus en plus remplacé par d'autres matériaux, en particulier le caoutchouc et les plastiques. Les doublures peuvent être en tissu de laine ou en polyamide (nylon) ou en peau de mouton; les lacets sont en crin de cheval ou en fibres synthétiques ; le papier, le carton et les thermoplastiques sont utilisés pour le raidissement. La cire naturelle et colorée, les colorants à l'aniline et les colorants sont utilisés dans la finition.

Des facteurs économiques et autres ont transformé l'industrie de la chaussure ces dernières années. La fabrication de chaussures de tennis est l'un des principaux secteurs de croissance de l'industrie et est passée d'une production principalement dans un pays à une production mondiale, en particulier dans les pays en développement d'Asie et d'Amérique du Sud, afin d'augmenter la production et de réduire les coûts. Cette migration de la production vers les pays en développement s'est également produite dans d'autres secteurs de l'industrie de la chaussure.

Processus

Il peut y avoir plus d'une centaine d'opérations dans la fabrication d'une chaussure, et seul un bref résumé est possible ici. La mécanisation a été appliquée à toutes les étapes, mais le modèle du processus manuel a été suivi de près. L'introduction de nouveaux matériaux a modifié le procédé sans en changer les grandes lignes.

Lors de la fabrication des tiges (dessus des chaussures), le cuir ou un autre matériau est trié et préparé, puis les tiges sont découpées sur des presses à coudre (ou à piquer) à l'aide d'outils à couteau en forme. Les pièces, y compris les doublures, sont ensuite « fermées » (c'est-à-dire cousues ou collées ensemble). Des perforations, des œillets et des boutonnières peuvent également être réalisés.

Pour la confection des semelles, semelles, semelles intérieures, talons et trépointes, les pièces sont découpées dans des presses tournantes à l'aide de cutters à lame libre, ou dans des presses à mouler les semelles ; les talons sont réalisés par compression de lanières de cuir ou de bois. Le stock est paré, façonné, décapé et estampé.

Le dessus et le dessous sont assemblés puis cousus, collés, cloués ou vissés ensemble. Ces opérations sont suivies d'un façonnage et d'un planage entre rouleaux. La finition finale de la chaussure comprend le cirage, la coloration, la pulvérisation, le polissage et l'emballage.

Parmi les matières premières utilisées dans le processus de fabrication, les plus importantes du point de vue des risques professionnels sont les adhésifs. Il s'agit notamment des adhésifs solides et liquides naturels et des solutions adhésives à base de solvants organiques.

Les dangers et leur prévention

L'utilisation intensive de liquides inflammables constitue un risque d'incendie considérable, et la généralisation des presses et des machines d'assemblage a introduit un risque accru d'accidents mécaniques dans cette industrie. Les principaux risques pour la santé sont les solvants toxiques, les fortes concentrations de poussières atmosphériques, les risques ergonomiques et le bruit des machines.

Incendie

Les solvants et les aérosols utilisés dans les adhésifs et les matériaux de finition peuvent être hautement inflammables. Les précautions comprennent :

  • en utilisant les solvants à point d'éclair le plus bas possible
  • utiliser une bonne ventilation générale et une ventilation par aspiration locale dans les cabines de pulvérisation et les séchoirs pour réduire la concentration de vapeurs inflammables
  • enlever les résidus combustibles des armoires et des établis et fournir des conteneurs fermés pour les déchets contenant des solvants et huileux
  • maintenir les sorties et les passerelles dégagées
  • minimiser la quantité de liquides inflammables stockés ; conservez-les dans des contenants, des armoires et des salles de stockage approuvés
  • s'assurer que tout l'équipement électrique et le câblage à proximité de solvants inflammables sont conformes aux codes électriques appropriés
  • mettre à la terre de manière adéquate les machines à polir et les autres sources d'électricité statique.

 

Les accidents

De nombreux éléments fonctionnels des machines présentent de graves dangers, en particulier les presses, les poinçonneuses, les rouleaux et les couteaux. Les couteaux à lame libre des presses à piquer et rotatives peuvent causer des blessures graves. Les précautions appropriées incluent au minimum des commandes bimanuelles (un dispositif à cellule photoélectrique pour couper automatiquement la puissance peut être préférable), la réduction de la fréquence de frappe à un niveau sûr par rapport à la taille de la fraise et l'utilisation d'outils bien conçus. , fraises stables de hauteur adéquate, à flasques munis éventuellement de poignées. Les semelles moulées et les presses à talon doivent être protégées pour empêcher l'accès des mains. Les machines d'estampage peuvent provoquer des brûlures ainsi que des blessures par écrasement à moins que l'accès des mains ne soit empêché par une protection. Les pinces des rouleaux et des couteaux des machines de fraisage et de façonnage devraient être équipées d'une protection appropriée pour les machines. Les meules de nuançage et de polissage des machines de finition et les broches sur lesquelles elles sont montées doivent également être protégées. Il devrait y avoir un programme de verrouillage/étiquetage efficace pour les travaux de réparation et d'entretien.

Dangers pour la santé

Les solvants organiques peuvent avoir des effets aigus et chroniques sur le système nerveux central. Le benzène, autrefois utilisé dans les adhésifs et les solvants, a été remplacé par le toluène, le xylène, l'hexane, la méthyléthylcétone (MEK) et la méthylbutylcétone (MBK). Tous les deux n-l'hexane et le MBK peuvent provoquer une neuropathie périphérique et doivent être remplacés par de l'heptane ou d'autres solvants.

Des épidémies d'une maladie connue sous le nom de « paralysie des cordonniers » sont apparues dans plusieurs usines, présentant le tableau clinique d'une forme plus ou moins sévère de paralysie. Cette paralysie est de type flasque, elle est localisée dans les membres (pelvien ou thoracique) et se traduit par une atrophie ostéo-tendineuse avec aréflexie et sans altération de la sensibilité superficielle ou profonde. Cliniquement, il s'agit d'un syndrome résultant d'une inhibition fonctionnelle ou d'une lésion des motoneurones inférieurs du système moteur volontaire (voie pyramidale). Le résultat commun est une régression neurologique avec récupération fonctionnelle proximo-distale étendue.

Une bonne ventilation générale et une ventilation par aspiration au point d'origine des vapeurs doivent être assurées pour maintenir les concentrations bien en deçà des niveaux maximaux admissibles. Si ces niveaux sont respectés, le risque d'incendie sera également diminué. Minimiser la quantité de solvant utilisé, enfermer l'équipement utilisant du solvant et fermer les contenants de solvant sont également des précautions importantes.

Les machines de finition produisent de la poussière, qui doit être éliminée de l'atmosphère par une ventilation aspirante. Certains vernis, teintures, couleurs et colles polychloroprènes peuvent présenter un risque de dermatite. De bonnes installations de lavage et sanitaires doivent être maintenues et l'hygiène personnelle encouragée.

L'utilisation intensive accrue de machines et d'équipements crée un risque sonore important, nécessitant un contrôle à la source du bruit ou d'autres mesures préventives pour prévenir la perte auditive. Il devrait également y avoir un programme de préservation de l'ouïe.

Un travail prolongé sur des machines à clouer qui produisent des niveaux élevés de vibration peut produire une « main morte » (phénomène de Raynaud). Il est conseillé de limiter le temps passé devant ces machines.

Les lombalgies et les microtraumatismes répétés sont deux maladies musculo-squelettiques qui constituent des problèmes majeurs dans l'industrie de la chaussure. Des solutions ergonomiques sont essentielles pour la prévention de ces problèmes. Les visites médicales d'embauche et périodiques liées aux risques professionnels sont un facteur efficace de protection de la santé des salariés.

Dangers pour l'environnement et la santé publique

Le Sommet de la Terre de 1992, tenu à Rio de Janeiro, traitait des préoccupations environnementales et ses propositions d'action future, connues sous le nom d'Agenda 21, pourraient transformer l'industrie de la chaussure en mettant l'accent sur le recyclage. En général, cependant, la plupart des déchets sont éliminés dans des décharges. Sans précautions appropriées, cela peut entraîner une contamination du sol et des eaux souterraines.

Bien que le travail à domicile présente des avantages sociaux dans la réduction du chômage et dans la formation de coopératives, les problèmes pour assurer les précautions et les conditions de travail appropriées à la maison sont énormes. De plus, d'autres membres de la famille peuvent être à risque s'ils ne sont pas déjà impliqués dans le travail. Comme indiqué précédemment, le travail des enfants reste un problème grave.

 

Noir

Cuir de bronzage

Le principal groupe de la Classification industrielle standard internationale (CITI) pour le traitement du cuir et de la fourrure est le 323. Aux États-Unis, le groupe de la Classification industrielle standard (SIC) pour l'industrie du cuir et des produits de fabrication du cuir est le SIC 311 (OMB 1987). Ce groupe comprend les établissements engagés dans le tannage, le curry et le finissage des cuirs et peaux, ainsi que les établissements fabriquant des produits finis en cuir et en cuir artificiel et certains produits similaires faits d'autres matières. La transformation du cuir, les ceintures et la peau de chamois sont également incluses dans la CTI 311. De plus, des parties de la CTI 23 (c'est-à-dire les CTI 2371 et 2386) comprennent les établissements impliqués dans la fabrication de manteaux, vêtements, accessoires et garnitures en fourrure et les établissements impliqués dans la fabrication de manteaux, de vêtements, d'accessoires et de garnitures en fourrure. vêtements doublés de mouton.

Il existe de nombreuses variétés de cuir avec des caractéristiques différentes selon l'espèce animale et la partie spécifique du corps de l'animal à partir de laquelle la peau est obtenue. Les peaux sont fabriquées à partir de peaux de bovins ou de chevaux; cuir fantaisie à base de peau de veau, de porc, de chèvre, de mouton, etc.; et cuir de reptile de crocodile, lézard, caméléon et ainsi de suite.

L'emploi dans l'industrie du cuir et des produits de fabrication du cuir a été associé à diverses maladies causées par des agents biologiques, toxicologiques et cancérigènes. La maladie spécifique associée à l'exposition dans l'industrie du cuir dépend de la mesure dans laquelle le travailleur est exposé à l'agent ou aux agents, qui dépend de la profession et de la zone de travail au sein de l'industrie.

Pour le processus de tannage, l'épiderme de la peau est d'abord retiré et seul le derme est transformé en cuir. Au cours de ce processus, l'infection est un risque constant, car la peau sert de support à de nombreux micro-organismes. Des colonies de champignons peuvent se développer, en particulier aspergillus niger et Pénicillus glaucum (Martignone 1964). Pour éviter le développement de champignons, les phénols chlorés, en particulier le pentachlorophénol, ont été largement utilisés ; malheureusement, ces produits chimiques se sont avérés toxiques pour le travailleur. Levures de trois genres (Rhodotorule, Cladosporium et Torulopsis) ont également été trouvés (Kallenberger 1978). Le tétanos, l'anthrax, la leptospirose, l'aphte épizootique, la fièvre Q et la brucellose sont des exemples de maladies que les travailleurs pourraient contracter pendant le processus de tannage en raison de peaux infectées (Valsecchi et Fiorio 1978).

Des troubles cutanés tels que l'eczéma et la dermatite de contact (allergique) ont également été diagnostiqués chez des tanneurs de cuir exposés à des conservateurs appliqués sur les peaux (Abrams et Warr 1951). Il a été démontré que le processus de tannage et de finition du cuir présente l'incidence la plus élevée de dermatoses de tous les groupes de travail aux États-Unis (Stevens 1979). Des irritations des muqueuses de la gorge et du nez et des perforations de la cloison nasale peuvent également survenir après inhalation de vapeurs d'acide chromique libérées lors du processus de tannage au chrome.

Les travailleurs de la tannerie peuvent être exposés à de nombreux cancérogènes professionnels connus ou suspectés, notamment les sels de chrome hexavalent, les colorants azoïques à base de benzidine, les solvants organiques (par exemple, le benzène et le formaldéhyde), le pentachlorophénol, les composés N-nitroso, l'arsenic, le diméthylformamide et les poussières de cuir en suspension dans l'air. . Ces expositions peuvent entraîner le développement de divers cancers localisés. Un excès de cancer du poumon a été observé dans des études réalisées en Italie (Seniori, Merler et Saracci 1990 ; Bonassi et al. 1990) et dans une étude cas-témoin réalisée aux États-Unis (Garabrant et Wegman 1984), mais cette résultat n'est pas toujours étayé par d'autres études (Mikoczy, Schutz et Hagmar 1994; Stern et al. 1987; Pippard et Acheson 1985). Le chrome et les arsenicaux ont été mentionnés comme contributeurs possibles à l'excès de cancer du poumon. Un risque significativement accru de sarcome des tissus mous a été observé dans au moins deux études distinctes sur les tanneries, l'une en Italie et l'autre au Royaume-Uni ; les enquêteurs des deux études suggèrent que les chlorophénols utilisés dans les tanneries pourraient avoir produit ces tumeurs malignes (Seniori et al. 1989 ; Mikoczy, Schutz et Hagmar 1994).

Un triple excès statistiquement significatif de la mortalité par cancer du pancréas a été noté dans une étude cas-témoin suédoise (Erdling et al. 1986); une augmentation de 50 % du cancer du pancréas a également été notée dans une autre étude examinant trois tanneries suédoises (Mikoczy, Schutz et Hagmar 1994) et dans une étude portant sur une tannerie italienne (Seniori et al. 1989). Malgré le risque excessif de cancer du pancréas, aucun agent environnemental spécifique n'a été identifié et les facteurs alimentaires ont été considérés comme une possibilité. Un excès de risque de cancer des testicules a été observé chez les tanneurs de cuir du département finition d'une tannerie ; les trois travailleurs atteints d'un cancer des testicules avaient travaillé pendant la même période et avaient été exposés au diméthylformamide (Levin et al. 1987; Calvert et al. 1990). Un excès de risque de cancer naso-sinusien chez les travailleurs des tanneries de cuir a été observé dans une étude cas-témoin en Italie ; le chrome, la poussière de cuir et les tanins ont été indiqués comme agents étiologiques possibles (Comba et al. 1992; Battista et al. 1995). Cependant, les recherches du CIRC au début des années 1980 n'ont trouvé aucune preuve d'une association entre le tannage du cuir et le cancer du nez (CIRC 1981). Les résultats d'une étude de l'industrie chinoise du tannage du cuir ont montré une morbidité excessive statistiquement significative due au cancer de la vessie chez les tanneurs jamais exposés à des colorants à base de benzidine, qui augmentait avec la durée de l'exposition (Chen 1990).

Les accidents sont également une des principales causes d'invalidité chez les travailleurs de la tannerie du cuir. Les glissades et les chutes sur les sols humides et gras sont courantes, tout comme les coupures au couteau lors de la coupe des peaux. De plus, les machines utilisées pour traiter les peaux sont capables d'écraser et d'infliger des contusions, des écorchures et des amputations. Par exemple, les données du Bureau of Labor Statistics (BLS) des États-Unis pour 1994 ont montré un taux d'incidence dans la CTI 311 pour les blessures et les maladies combinées de 19.1 pour 100 travailleurs à temps plein et un taux d'incidence pour les blessures seules de 16.4. Ces résultats sont supérieurs de plus de 50 % à l'incidence de toutes les industries manufacturières pour les maladies et les blessures combinées, soit 12.2 pour 100 travailleurs à temps plein, et l'incidence de 10.4 pour les blessures seules (BLS 1995).

Chaussures

La manipulation et le traitement du cuir dans la fabrication de chaussures et de bottes peuvent entraîner des expositions à certains des mêmes produits chimiques utilisés dans les processus de tannage et de finition cités ci-dessus, donnant lieu à des maladies similaires. En outre, les différents produits chimiques utilisés peuvent également produire d'autres maladies. Les expositions aux solvants toxiques utilisés dans les adhésifs et les nettoyants et aux poussières de cuir en suspension dans l'air sont particulièrement préoccupantes. Un solvant particulièrement préoccupant est le benzène, qui peut produire une thrombocytopénie ; diminution du nombre de globules rouges, de plaquettes et de globules blancs ; et pancytopénie. Le benzène a été en grande partie éliminé de l'industrie de la chaussure. Une neuropathie périphérique a également été retrouvée chez les travailleurs des usines de fabrication de chaussures en raison de n-hexane dans les adhésifs. Cela aussi a été largement remplacé par des solvants moins toxiques. Des modifications électroencéphalographiques, des lésions hépatiques et des altérations du comportement ont également été signalées en relation avec l'exposition aux solvants chez les cordonniers.

Le benzène a été jugé cancérogène pour l'homme (IARC 1982) et divers chercheurs ont observé un excès de leucémies chez les travailleurs exposés au benzène dans l'industrie de la chaussure. Une étude comprenait la plus grande usine de fabrication de chaussures à Florence, en Italie, composée de plus de 2,000 1989 employés. Les résultats de l'étude ont révélé un risque quatre fois plus élevé de leucémie, et le benzène a été cité comme l'exposition la plus probable (Paci et al. 1996). Un suivi de cette étude a montré un risque plus que quintuplé pour les travailleurs de la chaussure employés dans des emplois où l'exposition au benzène était importante (Fu et al. 1985). Une étude menée au Royaume-Uni sur la mortalité chez les hommes employés dans la fabrication de chaussures a révélé un risque élevé de leucémie chez les travailleurs manipulant des colles et des solvants contenant du benzène (Pippard et Acheson 1974). Diverses études sur des travailleurs de l'industrie de la chaussure à Istanbul, en Turquie, ont signalé un risque excessif de leucémie dû à l'exposition au benzène. Lorsque le benzène a ensuite été remplacé par l'essence, le nombre absolu de cas et le risque de leucémie ont considérablement diminué (Aksoy, Erdem et DinCol 1976; 1978; Aksoy et Erdem XNUMX).

Divers types de cancer du nez (adénocarcinome, carcinome épidermoïde et carcinome à cellules transitionnelles) ont été associés à l'emploi dans la fabrication et la réparation de chaussures. Des risques relatifs supérieurs à dix fois ont été signalés dans des études en Italie et au Royaume-Uni (Fu et al. 1996 ; Comba et al. 1992 ; Merler et al. 1986 ; Pippard et Acheson 1985 ; Acheson 1972, 1976 ; Cecchi et al. 1980) mais pas aux États-Unis (DeCoufle et Walrath 1987; Walker et al. 1993). Les risques élevés de cancer du nez étaient presque entièrement dus aux employés « fortement » exposés à la poussière de cuir dans les salles de préparation et de finition. Le mécanisme par lequel l'exposition à la poussière de cuir peut augmenter le risque de cancer du nez n'est pas connu.

Excès de cancers digestifs et urinaires, tels que la vessie (Malker et al. 1984; Morrison et al. 1985), le rein (Walker et al. 1993; Malker et al. 1984), l'estomac (Walrath, DeCoufle et Thomas 1987) et cancers du rectum (DeCoufle et Walrath 1983; Walrath, DeCoufle et Thomas 1987), ont été trouvés dans d'autres études sur les travailleurs de la chaussure, mais n'ont pas été signalés de manière cohérente et n'ont pas été liés à des expositions particulières dans l'industrie.

Les risques ergonomiques provoquant des troubles musculo-squelettiques liés au travail (WRMD) sont des problèmes majeurs dans l'industrie de la fabrication de chaussures. Ces dangers sont dus à l'équipement spécialisé utilisé et au travail manuel nécessitant des mouvements répétitifs, des efforts énergiques et des postures corporelles inconfortables. Les données du BLS montrent que les chaussures pour hommes sont l'une des « industries ayant les taux les plus élevés de maladies non mortelles associées à des traumatismes répétés » (BLS 1995). Le taux d'incidence pour l'ensemble de l'industrie de la chaussure pour les maladies et les blessures combinées s'est avéré être de 11.9 pour 100 travailleurs, 8.6 étant le taux d'incidence pour les seules blessures. Ces taux sont légèrement inférieurs aux taux d'incidence pour l'ensemble de la fabrication. Les WRMD dans l'industrie de la fabrication de chaussures comprennent des affections telles que la tendinite, la synovite, la ténosynovite, la bursite, les kystes ganglionnaires, les foulures, le syndrome du canal carpien, la lombalgie et les lésions de la colonne cervicale.

Travailleurs de la fourrure

La transformation des fourrures implique les activités de trois catégories de travailleurs. Habilleurs de fourrure peaux chair et tan; les teinturiers des fourrures colorent ou teintent ensuite les peaux avec des colorants naturels ou synthétiques ; et enfin, les travailleurs du service des fourrures classent, assemblent et mettent en balles les fourrures habillées. Les habilleurs et les teinturiers sont exposés à des agents cancérigènes potentiels, notamment les tanins, les colorants oxydatifs, le chrome et le formaldéhyde, tandis que les travailleurs des services de fourrure sont potentiellement exposés à des matériaux de tannage résiduels lors de la manipulation des fourrures précédemment habillées. Très peu d'études épidémiologiques ont été menées sur les travailleurs de la fourrure. La seule étude complète menée auprès de ces travailleurs a révélé des risques statistiquement élevés de cancer colo-rectal et du foie chez les teinturiers, de cancer du poumon chez les habilleurs et de maladies cardiovasculaires chez les travailleurs des services par rapport aux taux globaux aux États-Unis (Sweeney, Walrath et Waxweiler 1985 ).

 

Noir

Le traitement et la transformation des peaux d'animaux peuvent être une source d'impact environnemental considérable. Les eaux usées rejetées contiennent des polluants provenant des peaux, des produits de leur décomposition et des produits chimiques et diverses solutions usées utilisées pour la préparation des peaux et pendant le processus de tannage. Des déchets solides et certaines émissions atmosphériques peuvent également survenir.

La principale préoccupation du public concernant les tanneries a toujours été les odeurs et la pollution de l'eau provenant des rejets non traités. D'autres problèmes sont apparus plus récemment en raison de l'utilisation croissante de produits chimiques synthétiques tels que les pesticides, les solvants, les colorants, les agents de finition et les nouveaux produits chimiques de traitement qui introduisent des problèmes de toxicité et de persistance.

Des mesures simples destinées à contrôler la pollution peuvent elles-mêmes créer des impacts environnementaux croisés secondaires tels que la pollution des eaux souterraines, la contamination des sols, le déversement de boues et l'empoisonnement chimique.

La technologie de tannage qui est maintenant disponible, basée sur une moindre consommation de produits chimiques et d'eau, a moins d'impact sur l'environnement que les procédés traditionnels. Cependant, de nombreux obstacles subsistent à son application généralisée.

La figure 1 présente les différents déchets et impacts environnementaux associés aux divers procédés utilisés dans l'industrie du tannage.

Figure 1. Impacts environnementaux et opérations de tannerie

 LEA060F1

Lutte contre la pollution

Contrôle de la pollution de l'eau

Les déchets de tannerie non traités dans les eaux de surface peuvent entraîner une détérioration rapide de leurs propriétés physiques, chimiques et biologiques. Des processus simples de traitement des effluents en bout de canalisation peuvent éliminer plus de 50 % des solides en suspension et de la demande biochimique en oxygène (DBO) des effluents. Des mesures plus sophistiquées sont capables de niveaux de traitement plus élevés.

Comme les effluents des tanneries contiennent plusieurs constituants chimiques qui doivent être traités, une séquence de procédés de traitement doit à son tour être utilisée. La séparation des flux est utile pour permettre un traitement séparé des flux de déchets concentrés.

Le tableau 1 résume les choix technologiques disponibles pour le traitement des effluents des tanneries.


Tableau 1. Choix technologiques pour le traitement des effluents des tanneries

Décantation avant traitement

Criblage mécanique pour éliminer les matériaux grossiers

Égalisation de débit (équilibrage)

Traitement primaire

Élimination des sulfures des effluents de la serre

Déchromage des effluents de tannage

Traitement physico-chimique pour l'élimination et la neutralisation de la DBO

Traitement secondaire

Traitement biologique

Boues activées (fosse d'oxydation)

Boues activées (conventionnelles)

Lagunage (aéré, facultatif ou anaérobie)

Traitement tertiaire

Nitrification et dénitrification

Sédimentation et traitement des boues

Différentes formes et dimensions de cuves et bassins


Lutte contre la pollution atmosphérique

Les émissions atmosphériques se répartissent en trois grands groupes : les odeurs, les vapeurs de solvants provenant des opérations de finition et les émissions de gaz provenant de l'incinération des déchets.

La décomposition biologique de la matière organique ainsi que les émissions de sulfure et d'ammoniac provenant des eaux usées sont responsables des odeurs désagréables caractéristiques émanant des tanneries. L'emplacement des installations a été un problème en raison des odeurs qui ont toujours été associées aux tanneries. La réduction de ces odeurs est plus une question de maintenance opérationnelle que de technologie.

Les solvants et autres vapeurs provenant des opérations de finition varient selon le type de produits chimiques utilisés et les méthodes techniques employées pour réduire leur génération et leur libération. Jusqu'à 30 % du solvant utilisé peut être gaspillé par les émissions, tandis que des procédés modernes sont disponibles pour réduire ce taux à environ 3 % dans de nombreux cas.

La pratique par de nombreuses tanneries d'incinérer les déchets solides et les chutes soulève l'importance d'adopter une bonne conception d'incinérateur et de suivre des pratiques d'exploitation prudentes.

La gestion des déchets

Le traitement des boues constitue le problème d'élimination le plus important, en dehors des effluents. Les boues de composition organique, si elles sont exemptes de chrome ou de sulfures, ont une valeur en tant que conditionneur de sol ainsi qu'un léger effet fertilisant des composés azotés qu'elles contiennent. Ces avantages sont mieux réalisés en labourant immédiatement après l'application. L'utilisation agricole des sols contenant du chrome a fait l'objet de controverses dans diverses juridictions, où des lignes directrices ont déterminé les applications acceptables.

Divers marchés existent pour la transformation des parures et des écharnes en sous-produits utilisés à des fins diverses, notamment la production de gélatine, de colle, de carton-cuir, de graisse de suif et de protéines pour l'alimentation animale. Les effluents de procédé, soumis à un traitement et à un contrôle de qualité appropriés, sont parfois utilisés pour l'irrigation là où l'eau est rare et/ou l'élimination des effluents est sévèrement limitée.

Pour éviter les problèmes de génération de lixiviat et d'odeur, seuls les solides et les boues déshydratées doivent être éliminés dans les sites d'enfouissement. Des précautions doivent être prises pour s'assurer que les déchets de la tannerie ne réagissent pas avec d'autres résidus industriels, tels que les déchets acides, qui peuvent réagir pour créer du sulfure d'hydrogène gazeux toxique. L'incinération dans des conditions non contrôlées peut entraîner des émissions inacceptables et n'est pas recommandée.

Prévention de la pollution

Il'amélioration des technologies de production pour accroître la performance environnementale peut permettre d'atteindre un certain nombre d'objectifs, tels que :

  • augmenter l'efficacité de l'utilisation des produits chimiques
  • réduire la consommation d'eau ou d'énergie
  • récupérer ou recycler les matériaux rejetés.

 

La consommation d'eau peut varier considérablement, allant de moins de 25 l/kg de peau brute à plus de 80 l/kg. L'efficacité de l'utilisation de l'eau peut être améliorée grâce à l'application de techniques telles qu'un contrôle accru du volume des eaux de traitement, des lavages «par lots» par rapport à «l'eau courante», la modification à faible flottement de l'équipement existant ; des techniques à faible flotteur utilisant des équipements mis à jour, la réutilisation des eaux usées dans des processus moins critiques et le recyclage des liqueurs de processus individuelles.

Le trempage et l'épilage traditionnels représentent plus de 50 % des charges de DBO et de demande chimique en oxygène (DCO) dans les effluents de tannage typiques. Diverses méthodes peuvent être employées pour remplacer le sulfure, pour recycler les liqueurs de chaux/sulfure et pour incorporer des techniques permettant d'économiser les cheveux.

La réduction de la pollution par le chrome peut être obtenue grâce à des mesures visant à augmenter les niveaux de chrome qui sont fixés dans le bain de tannage et à réduire les quantités qui sont « saignées » dans les processus ultérieurs. D'autres méthodes pour réduire la libération de chrome consistent à recycler directement les liqueurs de chrome usagées (qui réduisent également la salinité des effluents résiduaires) et à traiter les liqueurs contenant du chrome collectées avec un alcali pour précipiter le chrome sous forme d'hydroxyde, qui peut ensuite être recyclé. Une illustration d'une opération communale de récupération du chrome est présentée à la figure 2.

Figure 2. Organigramme d'une installation communale de récupération du chrome

LEA060F2

Lorsque le tannage végétal est utilisé, le préconditionnement des peaux peut améliorer la pénétration et la fixation des peaux et contribuer à réduire les concentrations de tanin dans les effluents. D'autres agents tannants tels que le titane ont été utilisés comme substituts du chrome pour produire des sels de toxicité généralement plus faible et pour générer des boues inertes et plus sûres à manipuler.

 

Noir

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références en cuir, fourrure et chaussures

Abrams, H et P Warr. 1951. Maladies professionnelles transmises par contact avec des animaux et des produits d'origine animale. Ind Med Chirurgie 20:341-351.

Acheson, E. 1972. Adénocarcinome de la cavité nasale et des sinus en Angleterre et au Pays de Galles. Br J Ind Med 29:21-30.

—. 1976. Cancer du nez dans l'industrie du meuble et de la fabrication de bottes et de chaussures. Prevent Med 5:295-315.

Askoy, M et S Erdem. 1978. Etude de suivi sur la mortalité et le développement de la leucémie chez 44 patients pancytopéniques exposés chroniquement au benzène. Sang 52:285-292.

Askoy, M, S Erdem et G DinCol. 1974. Leucémie chez les cordonniers exposés chroniquement au benzène. Sang 44:837-841.

—. 1976. Types de leucémie dans l'intoxication chronique au benzène. Une étude sur trente-quatre patients. Acta Haematol 55:65-72.

Battista, G, P Comba, D Orsi, K Norpoth et A Maier. 1995. Cancer du nez chez les travailleurs du cuir : une maladie professionnelle. J Cancer Res Clin Oncol 121:1-6.

Bonassi, S, F Merlo, R Puntoni, F Ferraris et G Bottura. 1990. Épidémies de tumeurs pulmonaires dans une tannerie de Biella. Epidemiol Rev 12: 25-30.

Bureau des statistiques du travail (BLS). 1995. Enquête sur les blessures et les maladies professionnelles, 1994. Washington, DC : BLS.

Calvert, G, J Fajen, B Hills et W Halperin. 1990. Cancer des testicules, diméthylformamide et tanneries de cuir. Lancet 336:1253-1254.

Cecchi, F, E Buiatti, D Kriebel, L Nastasi et M Santucci. 1980. Adénocarcinome du nez et des sinus paranasaux chez les cordonniers et menuisiers de la province de Florence, Italie. Br J Ind Med 37:222-226.

Chen, J. 1990. Une étude de cohorte sur l'expérience du cancer chez les travailleurs exposés à des colorants dérivés de la benzidine dans l'industrie du tannage du cuir à Shanghai (Chine). Chin J Prev Med 24:328-331.

Comba, P, G Battista, S Bell, B de Capus, E Merler, D Orsi, S Rodella, C Vindieni et O Axelson. 1992. Une étude cas-témoins du cancer du nez et des sinus paranasaux et des expositions professionnelles. Am J Ind Med 22:511-520.

DeCoufle, P et J Walrath. 1983. Mortalité proportionnelle chez les cordonniers américains, 1966-1972. Am J Ind Med 4:523-532.

—. 1987. Le cancer du nez dans l'industrie américaine de la chaussure : existe-t-il ? Am J Ind Med 12:605-613.

Erdling, C, H Kling, U Flodin et O Axelson. 1986. Mortalité par cancer chez les tanneurs de cuir. Br J Ind Med 43:484-496.

Fu, H, P Demers, A Costantini, P Winter, D Colin, M Kogevinas et P Boffetta. 1996. Mortalité par cancer chez les travailleurs de la fabrication de chaussures : analyse de deux cohortes. Occup Environ Med 53:394-398.

Garabrant, D et D Wegman. 1984. Mortalité par cancer chez les travailleurs de la chaussure et du cuir dans le Massachusetts. Am J Ind Med 5:303-314.

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). 1981. Bois, cuir et quelques industries connexes. Vol. 28. Lyon : CIRC.

—. 1982. Certains produits chimiques industriels et colorants. Vol. 29. Lyon : CIRC.

Organisation internationale du travail (OIT). 1992. Emploi et conditions de travail et compétitivité dans l'industrie du cuir et de la chaussure, Rapport II, Quatrième réunion technique tripartite pour l'industrie du cuir et de la chaussure, Programme des activités sectorielles. Genève : OIT.

Kallenberger, W. 1978. Une étude des levures dans le tannage et le traitement au chrome. J Am Leather Chem Assoc 73:6-21.

Levin, S, D Baker, P Landrigan, S Monaghan, E Frumin, M Braithwaite et W Towne. 1987. Cancer des testicules chez les tanneurs de cuir exposés au diméthylformamide. Lancet 2:1153.

Malker, H, B Malker, J McLaughin et W Blot. 1984. Cancer du rein chez les travailleurs du cuir. Lancette 1:50.

Martignone, G. 1964. Traité du tannage pratique. Turin : Levrotto et Bella.

Merler, E, A Baldesseroni, R Laria, P Faravelli, R Agostini, R Pisa et F Berrino. 1986. Sur l'association causale entre l'exposition à la poussière de cuir et le cancer du nez : autres preuves d'une étude cas-témoins. Br J Ind Med 43:91-95.

Mikoczy, Z, A Schutz et L Hagmar. 1994. Incidence du cancer et mortalité chez les tanneurs de cuir suédois. Occup Environ Med 51:530-535.

Mikoczy, Z, A Schutz, U Stromberg et L Hagmar. 1996. Incidence du cancer et expositions professionnelles spécifiques dans l'industrie suédoise du tannage du cuir : une étude cas-témoin basée sur une cohorte. Occup Environ Med 53:463-467.

Morrison, A, A Ahibom, W Verhock, K Aoli, I Leck, Y Ohno et K Obata. 1985. Cancer professionnel et cancer de la vessie à Boston, États-Unis, Manchester, Royaume-Uni et Nagoya, Japon. Journal japonais d'épidémiologie et de santé communautaire 39:294-300.

Bureau de la gestion et du budget (OMB). 1987. Manuel de classification industrielle standard. Washington, DC : US GPO.

Paci, E, E Buiatti, A Costantini, L Miligi, N Puci, A Scarpelli, G Petrioli, L Simonato, R Winkelmann et J Kaldor. 1989. Anémie aplasique, leucémie et autres décès par cancer dans une cohorte de travailleurs de la chaussure exposés au benzène. Scand J Work Environ Health 15:313-318.

Pippard, E et E Acheson. 1985. La mortalité des fabricants de bottes et de chaussures, avec une référence particulière au cancer. Scand J Work Environ Health 11:249-255.

Seniori, C, E Merler et R Saracci. 1990. Etudes épidémiologiques sur le risque de cancer professionnel dans les industries de la tannerie, du cuir et de la chaussure. Medicina del Lavaro 81:184-211.

Seniori, C, E Paci, I Miligi, E Buiatti, C Martelli et S Lenzi. 1989. Mortalité par cancer chez les travailleurs de l'industrie de la tannerie toscane. Br J Ind Med 46:384-388.

Stern, FB, JJ Beaumont, WE Halperin, LI Murphy, BW Hills et JM Fajen. 1987. Mortalité des travailleurs des tanneries de cuir au chrome et expositions chimiques dans les tanneries. Scand J Work Environ Health 13:108-117.

Stevens, C. 1979. Évaluation des problèmes cutanés d'origine professionnelle. Sécurité sanitaire au travail 48(18):39-43.

Sweeney, M, J Walrath et R Waxweiler. 1985. Mortalité chez les retraités de la fourrure : teinturiers, apprêteurs (tanneurs) et travailleurs des services. Scand J Work Environ Health 11:257-264.

Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 1991. Tanneries et l'environnement. Un guide technique pour réduire l'impact environnemental des opérations de tannerie. Bureau de l'industrie et de l'environnement. Série de rapports techniques n° 4. Paris : PNUE.

Valsecchi, M et A Fiorio. 1978. Cycle d'exploitation dans la tannerie et risques associés. Titres 63 :132-144.

Walker, J, T Bloom, F Stern, A Okun, M Fingerhut et W Halperin. 1993. Mortalité des travailleurs employés dans la fabrication de chaussures. Scand J Work Environ Health 19:89-95.

Walrath, J, P DeCoufle et T Thomas. 1987. Mortalité chez les travailleurs d'une entreprise de fabrication de chaussures. Am J Ind Med 12:615-623.