Mercredi, Mars 30 2011 02: 35

Tissage et tricot

Évaluer cet élément
(3 votes)

Le tissage et le tricotage sont les deux principaux procédés textiles de fabrication des tissus. Dans l'industrie textile moderne, ces processus se déroulent sur des machines automatisées alimentées électriquement, et les tissus qui en résultent se retrouvent dans un large éventail d'utilisations finales, notamment les vêtements, l'ameublement et les applications industrielles.

Tissage

Le processus de tissage consiste à entrelacer des fils droits à angle droit les uns par rapport aux autres. C'est la plus ancienne technologie de fabrication de tissu : les métiers à tisser manuels étaient utilisés à l'époque pré-biblique. Le concept de base de l'entrelacement des fils est toujours suivi aujourd'hui.

Les fils de chaîne sont fournis à partir d'une grande bobine, appelée faisceau de distorsion, monté à l'arrière de la machine à tisser. Chaque extrémité de fil de chaîne est enfilée à travers un harnais de lisses. Le harnais est utilisé pour soulever ou abaisser les fils de chaîne pour permettre le tissage. Le tissage le plus simple nécessite deux harnais, et les tissus tissés plus complexes nécessitent jusqu'à six harnais. L'équipement de tissage Jacquard est utilisé pour fabriquer les tissus les plus décoratifs et possède des caractéristiques permettant de soulever ou d'abaisser chaque fil de chaîne individuel. Chaque extrémité de fil est ensuite enfilée à travers un roseau de fines pièces métalliques parallèles étroitement espacées montées sur la machine allonger, or sley. La configuration est conçue pour se déplacer dans un arc de va-et-vient autour d'un point d'ancrage pivotant. Les extrémités du fil sont attachées au rouleau de réception. Le tissu tissé est enroulé sur ce rouleau.

La technologie la plus ancienne pour alimenter le fil de trame sur toute la largeur des fils de chaîne est la Navette, qui est propulsé en vol libre d'un côté du fil de chaîne à l'autre côté et déroule le fil de trame à partir d'une petite bobine montée dedans. Une technologie nouvelle et plus rapide, illustrée à la figure 1, appelée tissage sans navette, utilise des jets d'air, des jets d'eau, de petits projectiles qui roulent dans une piste de guidage ou de petits dispositifs en forme d'épée appelés rapières pour porter le fil de remplissage.

Figure 1. Machines à tisser à jet d'air

TEX055F2

Tsudakoma Corp

Les employés du tissage sont généralement regroupés dans l'une des quatre fonctions professionnelles suivantes :

  1. opérateurs de machines, communément appelés tisserands, qui patrouillent dans leur zone de production assignée pour vérifier la production de tissu, corriger certains dysfonctionnements de base de la machine tels que les ruptures de fil et redémarrer les machines arrêtées
  2. techniciens de machines, parfois appelés fixateurs, qui règlent et réparent les machines à tisser
  3. les ouvriers des services directs de production, qui transportent et chargent les matières premières (fils de chaîne et de trame) sur les machines à tisser et qui déchargent et transportent les produits finis (rouleaux de tissu)
  4. les travailleurs indirects des services de production, qui effectuent le nettoyage, la lubrification des machines, etc.

 

Risques de sécurité

Le tissage ne présente qu'un risque modéré pour la sécurité des travailleurs. Cependant, il existe un certain nombre de risques typiques pour la sécurité et de mesures de minimisation.

Chutes

Les objets sur le sol qui provoquent des chutes de travailleurs comprennent des pièces de machines et des taches d'huile, de graisse et d'eau. Un bon entretien ménager est particulièrement important dans le tissage, car de nombreux ouvriers passent la majeure partie de leur journée de travail à patrouiller dans la zone avec les yeux dirigés vers le processus de production plutôt que vers les objets sur le sol.

Machinerie

Les dispositifs de transmission de puissance et la plupart des autres points de pincement sont généralement protégés. La configuration de la machine, les harnais et les autres pièces auxquelles les tisserands doivent fréquemment accéder ne sont cependant que partiellement fermés. Un espace de marche et de travail suffisant doit être prévu autour des machines, et de bonnes procédures de travail aident les travailleurs à éviter ces expositions. Dans le tissage de navettes, des protections montées sur la nappe sont nécessaires pour empêcher la navette d'être projetée ou pour la dévier vers le bas. Des verrouillages, des blocages mécaniques, etc. sont également nécessaires pour empêcher l'introduction d'énergie dangereuse dans les zones où des techniciens ou d'autres personnes effectuent des tâches sur des machines à l'arrêt.

La manutention des matériaux

Celles-ci peuvent inclure le levage et le déplacement de rouleaux de tissu lourds, de poutres de chaîne, etc. Des chariots manuels pour aider à décharger ou à enlever et à transporter les petits rouleaux de tissu à partir des enrouleurs sur la machine à tisser réduisent le risque de blessures dues au travail en allégeant la nécessité de soulever tout le poids du rouleau. Des chariots industriels motorisés peuvent être utilisés pour retirer et transporter de grands rouleaux de tissu à partir d'enrouleurs en vrac placés à l'avant de la machine à tisser. Des chariots à roues avec des assistances hydrauliques motorisées ou manuelles peuvent être utilisés pour manipuler les ensouples, qui pèsent généralement plusieurs centaines de kg. Les ouvriers qui manipulent les funes doivent porter des chaussures de sécurité.

Incendies et allumage

Le tissage crée une bonne quantité de peluches, de poussière et de fibres volantes qui peuvent représenter des risques d'incendie si les fibres sont combustibles. Les contrôles comprennent des systèmes de dépoussiérage (situés sous les machines dans les installations modernes), des nettoyages réguliers des machines par les techniciens de maintenance et l'utilisation d'équipements électriques conçus pour empêcher les étincelles (par exemple, Classe III, Division 1, Emplacements dangereux).

Risques pour la santé

Les risques pour la santé dans le tissage moderne se limitent généralement à la perte auditive due au bruit et aux troubles pulmonaires associés à certains types de fibres utilisées dans le fil.

Bruit

La plupart des machines à tisser, fonctionnant dans les nombres trouvés dans une installation de production typique, produisent des niveaux de bruit qui dépassent généralement 90 dBA. Dans certains tissages avec navette et sans navette à grande vitesse, les niveaux peuvent même dépasser 100 dBA. Des protecteurs auditifs appropriés et un programme de protection auditive sont presque toujours nécessaires pour les travailleurs du tissage.

Poussière de fibres

Les troubles pulmonaires (byssinose) ont longtemps été liés aux poussières associées au traitement du coton brut et des fibres de lin, et sont discutés ailleurs dans ce chapitre et ce Encyclopédie. En règle générale, les systèmes de ventilation et de filtration de l'air ambiant avec des points de collecte de poussière sous les machines à tisser et à d'autres points de la zone de tissage maintiennent les poussières aux niveaux maximum requis ou en dessous (par exemple, 750 mg/m3 d'air selon la norme OSHA sur la poussière de coton) dans les installations modernes. De plus, des respirateurs anti-poussière sont nécessaires pour une protection temporaire pendant les activités de nettoyage. Un programme de surveillance médicale des travailleurs devrait être en place pour identifier les travailleurs qui pourraient être particulièrement sensibles aux effets de ces poussières.

Tricot machine

Il existe une importante industrie artisanale pour la production d'articles tricotés à la main. Il n'existe pas de données suffisantes sur le nombre de travailleurs, généralement des femmes, ainsi engagés. Le lecteur est renvoyé au chapitre Divertissement et arts pour un aperçu des dangers probables. Éditeur.

Le processus de tricotage mécanique consiste à interconnecter des boucles de fil sur des machines automatisées motorisées (voir figure 2). Les machines sont équipées de rangées de petites aiguilles à crochets pour tirer les boucles de fil formées à travers les boucles précédemment formées. Les aiguilles à crochet ont une fonction de verrouillage unique qui ferme le crochet pour permettre facilement le dessin de la boucle, puis s'ouvre pour permettre à la boucle de fil de glisser hors de l'aiguille.

Figure 2. Machine à tricoter circulaire

TEX055F3

Sulzer Morat

Les machines à tricoter circulaires ont des aiguilles disposées en cercle et le tissu produit sur celles-ci sort de la machine sous la forme d'un grand tube qui est enroulé sur un rouleau de réception. Les machines à tricoter rectilignes et les machines à tricoter chaîne, d'autre part, ont des aiguilles disposées en une rangée droite, et le tissu sort de la machine dans une feuille plate pour l'enroulement du rouleau. Les machines à tricoter circulaires et rectilignes sont généralement alimentées par des cônes de fil, et les machines à tricoter chaîne sont généralement alimentées par des ensouples plus petites mais similaires à celles utilisées dans le tissage.

Les employés du tricot sont regroupés en fonctions professionnelles avec des tâches similaires à celles du tissage. Les titres de poste correspondent de manière appropriée au nom du processus.

Risques de sécurité

Les risques pour la sécurité dans le tricotage sont similaires à ceux du tissage bien qu'ils soient généralement d'un degré moindre. L'huile sur le sol est souvent un peu plus répandue dans le tricot en raison des besoins élevés de lubrification des aiguilles à tricoter. Les risques de piégeage de la machine sont moindres dans le tricot car il y a moins de points de pincement sur les machines que ceux trouvés dans le tissage, et une grande partie de la machinerie se prête bien à la protection de l'enceinte. Les procédures de cadenassage de la maîtrise de l'énergie restent incontournables.

La manipulation de rouleaux de tissu présente toujours un risque d'accident de travail, mais les risques de manipulation d'ensouples lourdes ne sont pas présents, sauf dans le tricotage chaîne. Les mesures de contrôle des risques sont similaires à celles du tissage. Le tricot ne produit pas les niveaux de peluches, de volants et de poussière que l'on trouve dans le tissage, mais l'huile du processus aide à maintenir la charge de combustible à un niveau qui nécessite une attention particulière. Les contrôles sont similaires à ceux du tissage.

Risques pour la santé

Les risques pour la santé dans le tricot sont également généralement inférieurs à ceux du tissage. Les niveaux de bruit varient entre 80 dBA et 90 dBA. Les troubles respiratoires chez les travailleurs du tricot qui transforment le coton brut et le lin ne semblent pas être particulièrement répandus, et les normes réglementaires pour ces matériaux ne sont souvent pas applicables au tricot.

 

Retour

Lire 15662 fois Dernière modification le Lundi, 05 Septembre 2011 23:52

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de l'industrie des produits textiles

Journaliste textile américain. 1969. (10 juillet).

Anthony, SM et GM Thomas. 1970. Tumeurs de la vessie urinaire. J Natl Cancer Inst 45:879–95.

Arlidge, JT. 1892. L'Hygiène, les Maladies et la Mortalité des Professions. Londres : Percival and Co.

Beck, GJ, CA Doyle et EN Schachter. 1981. Tabagisme et fonction pulmonaire. Am Rev Resp Dis 123:149–155.

—. 1982. Une étude longitudinale de la santé respiratoire dans une communauté rurale. Am Rev Resp Dis 125:375–381.

Beck, GJ, LR Maunder et EN Schachter. 1984. Effets de la poussière de coton et du tabagisme sur la fonction pulmonaire chez les travailleurs du textile en coton. Am J Epidemiol 119: 33–43.

Beck, GJ, EN Schachter, L Maunder et A Bouhuys. 1981. La relation entre la fonction pulmonaire et l'emploi ultérieur et la mortalité chez les travailleurs du textile en coton. Supplément thoracique 79:26S–29S.

Bouhuys, A. 1974. Respiration. New York : Grune & Stratton.

Bouhuys, A, GJ Beck et J Schoenberg. 1979. Épidémiologie des maladies pulmonaires environnementales. Yale J. Biol Med 52 : 191–210.

Bouhuys, A, CA Mitchell, RSF Schilling et E Zuskin. 1973. Une étude physiologique de la byssinose dans l'Amérique coloniale. Trans New York Acad Sciences 35: 537–546.

Bouhuys, A, JB Schoenberg, GJ Beck et RSF Schilling. 1977. Épidémiologie des maladies pulmonaires chroniques dans une communauté de filature de coton. Poumon 154 : 167–186.

Britten, RH, JJ Bloomfield et JC Goddard. 1933. Santé des travailleurs dans les usines textiles. Bulletin n° 207. Washington, DC : Service de santé publique des États-Unis.

Buiatti, E, A Barchielli, M Geddes, L Natasi, D Kriebel, M Franchini et G Scarselli. 1984. Facteurs de risque de l'infertilité masculine. Arch Environ Health 39:266–270.

Doig, AT. 1949. Autres maladies pulmonaires dues à la poussière. Postgrad Med J 25: 639–649.

Département du travail (DOL). 1945. Bulletin spécial n° 18. Washington, DC : DOL, Division des normes du travail.

Dubrow, R et DM Gute. 1988. Mortalité par cause chez les travailleurs masculins du textile dans le Rhode Island. Am J Ind Med 13 : 439–454.

Edwards, C, J Macartney, G Rooke et F Ward. 1975. La pathologie du poumon chez les byssinotiques. Thorax 30:612–623.

Estlander, T. 1988. Dermatoses allergiques et maladies respiratoires dues aux colorants réactifs. Contactez Dermat 18:290–297.

Eyeland, GM, GA Burkhart, TM Schnorr, FW Hornung, JM Fajen et ST Lee. 1992. Effets de l'exposition au disulfure de carbone sur la concentration de cholestérol à lipoprotéines de basse densité et la pression artérielle diastolique. Brit J Ind Med 49:287–293.

Fishwick, D, AM Fletcher, AC Pickering, R McNiven et EB Faragher. 1996. Fonction pulmonaire chez les ouvriers de la filature de coton et de fibres synthétiques du Lancashire. Occup Environ Med 53:46–50.

Forst, L et D Hryhorczuk. 1988. Syndrome du tunnel tarsien professionnel. Brit J Ind Med 45:277–278.

Fox, AJ, JBL Tombleson, A Watt et AG Wilkie. 1973a. Une enquête sur les maladies respiratoires chez les ouvriers du coton: Partie I. Symptômes et résultats des tests de ventilation. Brit J Ind Med 30:42-47.

—. 1973b. Une enquête sur les maladies respiratoires chez les ouvriers du coton: Partie II. Symptômes, estimation de la poussière et effet de l'habitude de fumer. Brit J Ind Med 30:48-53.

Glindmeyer, HW, JJ Lefante, RN Jones, RJ Rando, HMA Kader et H Weill. 1991. Baisse liée à l'exposition de la fonction pulmonaire des travailleurs du textile en coton. Am Rev Respir Dis 144:675–683.

Glindmeyer, HW, JJ Lefante, RN Jones, RJ Rando et H Weill. 1994. Poussière de coton et changement d'un quart de travail à l'autre du FEV1 Am J Respir Crit Care Med 149 : 584–590.

Goldberg, MS et G Thériault. 1994a. Étude de cohorte rétrospective de travailleurs d'une usine de textiles synthétiques au Québec II. Am J Ind Med 25:909–922.

—. 1994b. Étude de cohorte rétrospective de travailleurs d'une usine de textiles synthétiques au Québec I. Am J Ind Med 25:889–907.

Grund, N. 1995. Considérations environnementales pour les produits d'impression textile. Journal de la Société des teinturiers et coloristes 111 (1/2): 7–10.

Harris, TR, JA Merchant, KH Kilburn et JD Hamilton. 1972. Byssinose et maladies respiratoires chez les travailleurs des filatures de coton. J Occup Med 14 : 199–206.

Henderson, V et PE Enterline. 1973. Une expérience de mortalité inhabituelle chez les travailleurs du textile de coton. J Occup Med 15 : 717–719.

Hernberg, S, T Partanen et CH Nordman. 1970. Maladie coronarienne chez les travailleurs exposés au sulfure de carbone. Brit J Ind Med 27:313–325.

McKerrow, CB et RSF Schilling. 1961. Une enquête pilote sur la byssinose dans deux filatures de coton aux États-Unis. JAMA 177:850–853.

McKerrow, CB, SA Roach, JC Gilson et RSF Schilling. 1962. La taille des particules de poussière de coton causant la byssinose : une étude environnementale et physiologique. Brit J Ind Med 19: 1–8.

Marchand, JA et C Ortmeyer. 1981. Mortalité des employés de deux filatures de coton en Caroline du Nord. Supplément thoracique 79 : 6S–11S.

Merchant, JA, JC Lumsdun, KH Kilburn, WM O'Fallon, JR Ujda, VH Germino et JD Hamilton. 1973. Études dose-réponse chez les travailleurs du textile coton. J Occup Med 15:222–230.

Ministère du commerce international et de l'industrie (Japon). 1996. Asia-Pacific Textile and Clothing Industry Form, 3-4 juin 1996. Tokyo : Ministère du commerce international et de l'industrie.

Molyneux, MKB et JBL Tombleson. 1970. Une étude épidémiologique des symptômes respiratoires dans les usines du Lancashire, 1963–1966. Brit J Ind Med 27:225–234.

Morane, TJ. 1983. Emphysème et autres maladies pulmonaires chroniques chez les travailleurs du textile : une étude d'autopsie de 18 ans. Arch Environ Health 38:267–276.

Murray, R, J Dingwall-Fordyce et RE Lane. 1957. Une épidémie de toux du tisserand associée à la poudre de graines de tamarin. Brit J Ind Med 14:105–110.

Mustafa, KY, W Bos et AS Lakha. 1979. Byssinose chez les travailleurs du textile tanzaniens. Poumon 157:39–44.

Myles, SM et AH Roberts. 1985. Blessures aux mains dans l'industrie textile. J Hand Surg 10:293–296.

Neal, PA, R Schneiter et BH Caminita. 1942. Rapport sur les maladies aiguës chez les fabricants de matelas ruraux utilisant du coton taché de qualité inférieure. JAMA 119:1074–1082.

Administration de la sécurité et de la santé au travail (OSHA). 1985. Règle finale pour l'exposition professionnelle à la poussière de coton. Federal Register 50, 51120-51179 (13 décembre 1985). 29 CFR 1910.1043. Washington, DC : OSHA.

Parikh, JR. 1992. Byssinose dans les pays en développement. Brit J Ind Med 49:217–219.
Rahootin, P et J Olsen. 1983. Le risque d'infertilité et de retard de conception associé aux expositions sur le lieu de travail danois. J Occup Med 25:394–402.

Ramazzini, B. 1964. Maladies des travailleurs [De morbis artificum, 1713], traduit par WC Wright. New York : Hafner Publishing Co.

Redlich, CA, WS Beckett, J Sparer, KW Barwick, CA Riely, H Miller, SL Sigal, SL Shalat et MR Cullen. 1988. Maladie hépatique associée à une exposition professionnelle au solvant diméthylformamide. Ann Int Med 108:680–686.

Riihimaki, V, H Kivisto, K Peltonen, E Helpio et A Aitio. 1992. Évaluation des expositions au disulfure de carbone chez les travailleurs de la production de viscose à partir des déterminations urinaires de l'acide 2-thiothiazolidine-4-carboxylique. Am J Ind Med 22:85–97.

Roach, SA et RSF Schilling. 1960. Une étude clinique et environnementale de la byssinose dans l'industrie cotonnière du Lancashire. Brit J Ind Med 17: 1–9.

Rooke, GB. 1981a. La pathologie de la byssinose. Supplément thoracique 79:67S–71S.

—. 1981b. Indemnisation de la byssinose en Grande-Bretagne. Supplément thoracique 79:124S–127S.

Sadhro, S, P Duhra et IS Foulds. 1989. Dermatite professionnelle due au liquide Synocril Red 3b (CI Basic Red 22). Contactez Dermat 21:316–320.

Schachter, EN, MC Kapp, GJ Beck, LR Maunder et TJ Witek. 1989. Effets du tabagisme et de la poussière de coton chez les travailleurs du textile en coton. Coffre 95 : 997-1003.

Schilling, RSF. 1956. Byssinose chez les travailleurs du coton et d'autres textiles. Lancet 1:261–267, 319–324.

—. 1981. Problèmes mondiaux de byssinose. Supplément thoracique 79:3S–5S.

Schilling, RSF et N. Goodman. 1951. Maladie cardiovasculaire chez les travailleurs du coton. Brit J Ind Med 8:77–87.

Seidenari, S, BM Mauzini et P Danese. 1991. Sensibilisation par contact aux colorants textiles : Description de 100 sujets. Contactez Dermat 24:253–258.

Siemiatycki, J, R Dewar, L Nadon et M Gerin. 1994. Facteurs de risque professionnels du cancer de la vessie. Am J Epidémiol 140: 1061–1080.

Silverman, DJ, LI Levin, RN Hoover et P Hartge. 1989. Risques professionnels de cancer de la vessie aux États-Unis. I. Hommes blancs. J Natl Cancer Inst 81:1472–1480.

Steenland, K, C Burnett et AM Osorio. 1987. Une étude cas-témoins du cancer de la vessie utilisant des annuaires municipaux comme source de données professionnelles. Am J Epidemiol 126: 247–257.

Sweetnam, PM, SWS Taylor et PC Elwood. 1986. Exposition au sulfure de carbone et aux cardiopathies ischémiques dans une usine de rayonne viscose. Brit J Ind Med 44:220–227.

Thomas, RE. 1991. Rapport d'une conférence multidisciplinaire sur le contrôle et la prévention des troubles traumatiques cumulatifs (CDT) ou des traumatismes liés aux mouvements répétitifs (RMT) dans les industries du textile, de l'habillement et des fibres. Am Ind Hyg Assoc J 52:A562.

Uragode, CG. 1977. Enquête sur la santé des travailleurs du kapokier. Brit J Ind Med 34:181–185.
Vigliani, EC, L Parmeggiani et C Sassi. 1954. Studio de un epidemio di bronchite asmatica fra gli operi di una tessiture di cotone. Méd Lau 45:349–378.

Vobecky, J, G Devroede et J Caro. 1984. Risque de cancer du gros intestin dans la fabrication de fibres synthétiques. Cancer 54:2537–2542.

Vobecky, J, G Devroede, J La Caille et A Waiter. 1979. Un groupe professionnel à haut risque de cancer du gros intestin. Gastroentérologie 76:657.

Bois, CH et SA Gardon. 1964. Poussière dans les salles de jeux : Un problème persistant dans l'industrie de la filature de coton. Brit J Ind Med 21:180–186.

Zuskin, E, D Ivankovic, EN Schachter et TJ Witek. 1991. Une étude de suivi sur dix ans des travailleurs du textile coton. Am Rev Respir Dis 143:301–305.