Mercredi, Mars 30 2011 02: 43

Tapis tissés et tuftés à la main

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Adapté de la 3e édition, Encyclopaedia of Occupational Health and Safety.

Tous les tapis « orientaux » sont tissés à la main. Beaucoup sont fabriqués dans des lieux de travail familiaux, avec tous les membres du ménage, y compris souvent de très jeunes enfants, travaillant de longues journées et souvent jusque tard dans la nuit sur le métier à tisser. Dans certains cas, il ne s'agit que d'une occupation familiale à temps partiel et, dans certaines régions, le tissage de tapis a été déplacé de la maison vers des usines généralement petites.

Le processus

Les processus impliqués dans la fabrication d'un tapis sont : la préparation du fil, consistant en le tri, le lavage, le filage et la teinture de la laine ; conception; et le tissage proprement dit.

Préparation du fil

Dans certains cas, le fil est reçu au lieu de tissage déjà filé et teint. Dans d'autres, la fibre brute, généralement de la laine, est préparée, filée et teinte sur le lieu de tissage. Après le tri de la fibre de laine en grades, généralement effectué par des femmes assises par terre, elle est lavée et essorée à la main. La teinture est effectuée dans des récipients ouverts en utilisant principalement des colorants à base d'aniline ou d'alizarine ; les colorants naturels ne sont plus utilisés.

Conception et tissage

Dans le tissage artisanal (ou tissage tribal, comme on l'appelle parfois), les motifs sont traditionnels et aucun nouveau motif n'a besoin d'être créé. Dans les établissements industriels employant un certain nombre de travailleurs, cependant, il peut y avoir un dessinateur qui dessine d'abord le dessin d'un nouveau tapis sur une feuille de papier, puis le transfère en couleurs sur du papier quadrillé à partir duquel le tisserand peut déterminer le nombre et la disposition des tapis. les différents nœuds à tisser dans le tapis.

Dans la plupart des cas, le métier à tisser se compose de deux rouleaux horizontaux en bois soutenus par des montants, l'un à environ 10 à 30 cm au-dessus du niveau du sol et l'autre à environ 3 m au-dessus. Le fil de chaîne passe du rouleau supérieur au rouleau inférieur dans un plan vertical. Il y a généralement un tisserand travaillant sur le métier à tisser, mais pour les tapis larges, il peut y avoir jusqu'à six tisserands travaillant côte à côte. Dans environ 50% des cas, les tisserands s'accroupissent sur le sol devant le rouleau inférieur. Dans d'autres cas, ils peuvent avoir une planche horizontale étroite sur laquelle s'asseoir, qui est élevée jusqu'à 4 m au-dessus du sol au fur et à mesure du tissage. Le tisserand doit nouer de courts morceaux de fil de laine ou de soie autour de paires de fils de chaîne, puis déplacer le fil à la main sur toute la longueur du tapis. Des duites de trame sont battues dans la fibre du tapis au moyen d'un batteur ou d'un peigne à main. Les touffes de fil dépassant de la fibre sont coupées ou coupées aux ciseaux.

Au fur et à mesure que le tapis est tissé, il est généralement enroulé sur le rouleau inférieur, ce qui augmente son diamètre. Lorsque les travailleurs s'accroupissent sur le sol, la position du rouleau inférieur les empêche d'étirer leurs jambes, et à mesure que le diamètre du tapis enroulé augmente, ils doivent s'asseoir plus en arrière mais doivent toujours se pencher en avant pour atteindre la position dans laquelle ils nouent les nœuds de fil (voir figure 1). Ceci est évité lorsque les tisserands s'assoient ou s'accroupissent sur la planche, qui peut être élevée jusqu'à 4 m au-dessus du sol, mais il peut toujours ne pas y avoir assez de place pour leurs jambes et ils sont souvent contraints à des positions inconfortables. Dans certains cas, cependant, le tisserand dispose d'un dossier et d'un oreiller (en fait, une chaise sans jambes), qui peuvent être déplacés horizontalement le long de la planche au fur et à mesure que le travail progresse. Récemment, des types améliorés de métiers à tisser surélevés ont été développés qui permettent au tisserand de s'asseoir sur une chaise, avec suffisamment d'espace pour ses jambes.

Figure 1. Métier trapu

TEX076F1

Dans certaines parties de la République islamique d'Iran, la chaîne du métier à tapis est horizontale au lieu d'être verticale, et le travailleur s'assoit sur le tapis lui-même pendant qu'il travaille; cela rend la tâche encore plus difficile.

Dangers du tissage de tapis

En tant qu'industrie en grande partie artisanale, le tissage de tapis est confronté aux dangers imposés par les maisons pauvres avec de petites pièces surpeuplées, mal éclairées et mal ventilées. L'équipement et les processus sont transmis de génération en génération avec peu ou pas de possibilités d'éducation et de formation qui pourraient déclencher une rupture avec les méthodes traditionnelles. Les tisseurs de tapis sont sujets à des déformations squelettiques, des troubles de la vue et des risques mécaniques et toxiques.

Déformation du squelette

La position accroupie que les tisserands doivent occuper sur l'ancien type de métier à tisser et la nécessité pour eux de se pencher en avant pour atteindre l'endroit où ils nouent le fil peuvent, avec le temps, entraîner de très graves problèmes squelettiques. Celles-ci sont souvent aggravées par les carences nutritionnelles associées à la pauvreté. Surtout chez ceux qui commencent en bas âge, les jambes peuvent se déformer (genu valgum), ou une arthrite invalidante du genou peut se développer. La constriction du bassin qui se produit parfois chez les femmes peut les obliger à avoir une césarienne lors de l'accouchement. La courbure latérale de la colonne vertébrale (scoliose) et la lordose sont également des maladies courantes.

Troubles de la vision

La concentration constante sur le point de tissage ou de nouage peut provoquer une fatigue oculaire considérable, en particulier lorsque l'éclairage est insuffisant. Il convient de noter que l'éclairage électrique n'est pas disponible dans de nombreux lieux de travail à domicile et que le travail, qui se poursuit souvent la nuit, doit être effectué à la lumière de lampes à huile. Il y a eu des cas de cécité presque totale après seulement 12 ans d'emploi à ce travail.

Troubles de la main et des doigts

Le nouage constant de petits nœuds et l'enfilage du fil de trame à travers les fils de chaîne peuvent entraîner un gonflement des articulations des doigts, de l'arthrite et des névralgies entraînant des incapacités permanentes des doigts.

Stress

Le haut degré de compétence et l'attention constante portée aux détails pendant de longues heures sont de puissants facteurs de stress psychosociaux, qui peuvent être aggravés par l'exploitation et une discipline sévère. Les enfants sont souvent « dépouillés de leur enfance », tandis que les adultes, qui manquent souvent des contacts sociaux indispensables à l'équilibre émotionnel, peuvent développer une maladie nerveuse se manifestant par des tremblements des mains (qui peuvent entraver leur performance au travail) et parfois des troubles mentaux.

Risques mécaniques

Comme aucune machinerie électrique n'est utilisée, il n'y a pratiquement aucun risque mécanique. Si les métiers ne sont pas correctement entretenus, le levier en bois tendant la chaîne peut se briser et heurter le tisserand en tombant. Ce danger peut être évité en utilisant des engrenages spéciaux de tension de fil.

Risques chimiques

Les colorants utilisés, en particulier s'ils contiennent du bichromate de potassium ou de sodium, peuvent provoquer des infections cutanées ou des dermatites. Il existe également un risque lié à l'utilisation d'ammoniac, d'acides forts et d'alcalis. Les pigments de plomb sont parfois utilisés par les designers, et il y a eu des cas d'empoisonnement au plomb en raison de leur pratique consistant à lisser la pointe du pinceau en la plaçant entre les lèvres ; les pigments au plomb doivent être remplacés par des couleurs non toxiques.

Dangers biologiques

Il existe un danger d'infection par l'anthrax à partir de laine brute contaminée provenant de régions où le bacille est endémique. L'autorité gouvernementale compétente doit s'assurer que cette laine est correctement stérilisée avant d'être livrée à des ateliers ou des usines.

Mesures préventives

Le tri des matières premières - laine, poils de chameau, poils de chèvre, etc.

Les locaux dans lesquels se déroulent les opérations de lavage et de teinture de la laine devraient être convenablement aérés et les ouvriers munis de gants de caoutchouc et de tabliers imperméables. Toutes les liqueurs résiduelles doivent être neutralisées avant d'être rejetées dans les cours d'eau ou les égouts.

Un bon éclairage est nécessaire pour la salle de conception et pour le travail de tissage. Comme indiqué ci-dessus, une lumière insuffisante est un problème sérieux lorsqu'il n'y a pas d'électricité et lorsque le travail se poursuit après le coucher du soleil.

L'amélioration mécanique la plus importante serait peut-être les mécanismes qui soulèvent le rouleau inférieur du métier à tisser. Cela éviterait aux tisserands d'avoir à s'accroupir sur le sol d'une manière malsaine et inconfortable et leur permettrait de s'asseoir dans une chaise confortable. Une telle amélioration ergonomique améliorera non seulement la santé des travailleurs mais, une fois adoptée, augmentera leur efficacité et leur productivité.

Les salles de travail doivent être maintenues propres et bien aérées, et des planchers convenablement recouverts de planches ou recouverts doivent être remplacés par des planchers en terre. Un chauffage adéquat est nécessaire par temps froid. La manipulation manuelle de la chaîne exerce une grande pression sur les doigts et peut provoquer de l'arthrite; dans la mesure du possible, des couteaux crochus doivent être utilisés pour les opérations de maintien et de tissage. Les examens médicaux préalables à l'embauche et annuels de tous les travailleurs sont hautement souhaitables.

Tapis tuftés à la main

La fabrication de tapis en nouant des nœuds de fil à la main est un processus très lent. Le nombre de nœuds varie de 2 à 360 par centimètre carré selon la qualité du tapis. Un très grand tapis avec un design complexe peut prendre plus d'un an à fabriquer et impliquer la réalisation de centaines de milliers de nœuds.

Le tuftage à la main est une méthode alternative de fabrication de tapis. Il utilise un type spécial d'outil à main équipé d'une aiguille à travers laquelle le fil est enfilé. Une feuille de tissu de coton grossier sur laquelle le motif du tapis a été tracé est suspendue verticalement, et lorsque le tisserand place l'outil contre le tissu et appuie sur un bouton, l'aiguille est forcée à travers le tissu et se rétracte, laissant une boucle de fil environ 10 mm de profondeur au verso. L'outil est déplacé horizontalement d'environ 2 ou 3 mm, laissant une boucle sur la face du tissu, et le bouton de déclenchement est à nouveau enfoncé pour former une autre boucle sur l'envers. Avec une dextérité acquise, jusqu'à 30 boucles de chaque côté peuvent être réalisées en 1 minute. Selon le motif, le tisserand doit s'arrêter de temps en temps pour changer la couleur du fil comme demandé dans différentes parties du motif. Lorsque l'opération de bouclage est terminée, le tapis est décroché et posé à l'envers sur le sol. Une solution de caoutchouc est appliquée sur le dos et un revêtement ou un support en toile de jute solide est placé dessus. Le tapis est ensuite placé face vers le haut et les boucles de fil en saillie sont coupées par des tondeuses électriques portables. Dans certains cas, la conception du tapis est réalisée en coupant ou en ajustant les boucles à des profondeurs variables.

Les risques dans ce type de fabrication de tapis sont considérablement moindres que dans la fabrication de tapis noués à la main. L'opérateur est généralement assis sur une planche devant la toile et dispose de beaucoup d'espace pour les jambes. La planche est relevée au fur et à mesure du travail. Le tisserand serait rendu plus confortable par la fourniture d'un dossier et d'un siège rembourré qui pourraient être déplacés horizontalement le long de la planche au fur et à mesure du travail. Il y a moins de fatigue visuelle et aucun mouvement de la main ou des doigts susceptible de causer des problèmes.

La solution de caoutchouc utilisée pour ce tapis contient généralement un solvant à la fois toxique et hautement inflammable. Le processus de renforcement doit être effectué dans une salle de travail séparée avec une bonne ventilation d'échappement, au moins deux sorties de secours et sans flammes nues ni lumières. Toutes les connexions électriques et tous les équipements de cette pièce doivent être certifiés conformes aux normes anti-étincelles / antidéflagrantes. Pas plus qu'une quantité minimale de solution inflammable ne doit être conservée dans cette pièce et des extincteurs appropriés doivent être fournis. Une installation de stockage résistant au feu pour les solutions inflammables ne doit pas être située à l'intérieur d'un bâtiment occupé, mais de préférence dans une cour ouverte.

Législation

Dans la plupart des pays, les dispositions générales de la législation du travail couvrent les normes nécessaires à la sécurité et à la santé des travailleurs de cette industrie. Toutefois, elles peuvent ne pas s'appliquer aux entreprises familiales et/ou au travail à domicile, et elles sont difficiles à appliquer dans les petites entreprises dispersées qui, dans l'ensemble, emploient de nombreux travailleurs. L'industrie est connue pour l'exploitation de ses travailleurs et pour son recours au travail des enfants, souvent au mépris des réglementations en vigueur. Une tendance mondiale naissante (milieu des années 1990) parmi les acheteurs de tapis tissés et tuftés à la main à s'abstenir d'acheter des produits fabriqués par des travailleurs illégaux ou surexploités éliminera, espère-t-on, cette servitude.

 

Noir

Lire 6822 fois Dernière modification le samedi, 30 Juillet 2022 21: 50

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de l'industrie des produits textiles

Journaliste textile américain. 1969. (10 juillet).

Anthony, SM et GM Thomas. 1970. Tumeurs de la vessie urinaire. J Natl Cancer Inst 45:879–95.

Arlidge, JT. 1892. L'Hygiène, les Maladies et la Mortalité des Professions. Londres : Percival and Co.

Beck, GJ, CA Doyle et EN Schachter. 1981. Tabagisme et fonction pulmonaire. Am Rev Resp Dis 123:149–155.

—. 1982. Une étude longitudinale de la santé respiratoire dans une communauté rurale. Am Rev Resp Dis 125:375–381.

Beck, GJ, LR Maunder et EN Schachter. 1984. Effets de la poussière de coton et du tabagisme sur la fonction pulmonaire chez les travailleurs du textile en coton. Am J Epidemiol 119: 33–43.

Beck, GJ, EN Schachter, L Maunder et A Bouhuys. 1981. La relation entre la fonction pulmonaire et l'emploi ultérieur et la mortalité chez les travailleurs du textile en coton. Supplément thoracique 79:26S–29S.

Bouhuys, A. 1974. Respiration. New York : Grune & Stratton.

Bouhuys, A, GJ Beck et J Schoenberg. 1979. Épidémiologie des maladies pulmonaires environnementales. Yale J. Biol Med 52 : 191–210.

Bouhuys, A, CA Mitchell, RSF Schilling et E Zuskin. 1973. Une étude physiologique de la byssinose dans l'Amérique coloniale. Trans New York Acad Sciences 35: 537–546.

Bouhuys, A, JB Schoenberg, GJ Beck et RSF Schilling. 1977. Épidémiologie des maladies pulmonaires chroniques dans une communauté de filature de coton. Poumon 154 : 167–186.

Britten, RH, JJ Bloomfield et JC Goddard. 1933. Santé des travailleurs dans les usines textiles. Bulletin n° 207. Washington, DC : Service de santé publique des États-Unis.

Buiatti, E, A Barchielli, M Geddes, L Natasi, D Kriebel, M Franchini et G Scarselli. 1984. Facteurs de risque de l'infertilité masculine. Arch Environ Health 39:266–270.

Doig, AT. 1949. Autres maladies pulmonaires dues à la poussière. Postgrad Med J 25: 639–649.

Département du travail (DOL). 1945. Bulletin spécial n° 18. Washington, DC : DOL, Division des normes du travail.

Dubrow, R et DM Gute. 1988. Mortalité par cause chez les travailleurs masculins du textile dans le Rhode Island. Am J Ind Med 13 : 439–454.

Edwards, C, J Macartney, G Rooke et F Ward. 1975. La pathologie du poumon chez les byssinotiques. Thorax 30:612–623.

Estlander, T. 1988. Dermatoses allergiques et maladies respiratoires dues aux colorants réactifs. Contactez Dermat 18:290–297.

Eyeland, GM, GA Burkhart, TM Schnorr, FW Hornung, JM Fajen et ST Lee. 1992. Effets de l'exposition au disulfure de carbone sur la concentration de cholestérol à lipoprotéines de basse densité et la pression artérielle diastolique. Brit J Ind Med 49:287–293.

Fishwick, D, AM Fletcher, AC Pickering, R McNiven et EB Faragher. 1996. Fonction pulmonaire chez les ouvriers de la filature de coton et de fibres synthétiques du Lancashire. Occup Environ Med 53:46–50.

Forst, L et D Hryhorczuk. 1988. Syndrome du tunnel tarsien professionnel. Brit J Ind Med 45:277–278.

Fox, AJ, JBL Tombleson, A Watt et AG Wilkie. 1973a. Une enquête sur les maladies respiratoires chez les ouvriers du coton: Partie I. Symptômes et résultats des tests de ventilation. Brit J Ind Med 30:42-47.

—. 1973b. Une enquête sur les maladies respiratoires chez les ouvriers du coton: Partie II. Symptômes, estimation de la poussière et effet de l'habitude de fumer. Brit J Ind Med 30:48-53.

Glindmeyer, HW, JJ Lefante, RN Jones, RJ Rando, HMA Kader et H Weill. 1991. Baisse liée à l'exposition de la fonction pulmonaire des travailleurs du textile en coton. Am Rev Respir Dis 144:675–683.

Glindmeyer, HW, JJ Lefante, RN Jones, RJ Rando et H Weill. 1994. Poussière de coton et changement d'un quart de travail à l'autre du FEV1 Am J Respir Crit Care Med 149 : 584–590.

Goldberg, MS et G Thériault. 1994a. Étude de cohorte rétrospective de travailleurs d'une usine de textiles synthétiques au Québec II. Am J Ind Med 25:909–922.

—. 1994b. Étude de cohorte rétrospective de travailleurs d'une usine de textiles synthétiques au Québec I. Am J Ind Med 25:889–907.

Grund, N. 1995. Considérations environnementales pour les produits d'impression textile. Journal de la Société des teinturiers et coloristes 111 (1/2): 7–10.

Harris, TR, JA Merchant, KH Kilburn et JD Hamilton. 1972. Byssinose et maladies respiratoires chez les travailleurs des filatures de coton. J Occup Med 14 : 199–206.

Henderson, V et PE Enterline. 1973. Une expérience de mortalité inhabituelle chez les travailleurs du textile de coton. J Occup Med 15 : 717–719.

Hernberg, S, T Partanen et CH Nordman. 1970. Maladie coronarienne chez les travailleurs exposés au sulfure de carbone. Brit J Ind Med 27:313–325.

McKerrow, CB et RSF Schilling. 1961. Une enquête pilote sur la byssinose dans deux filatures de coton aux États-Unis. JAMA 177:850–853.

McKerrow, CB, SA Roach, JC Gilson et RSF Schilling. 1962. La taille des particules de poussière de coton causant la byssinose : une étude environnementale et physiologique. Brit J Ind Med 19: 1–8.

Marchand, JA et C Ortmeyer. 1981. Mortalité des employés de deux filatures de coton en Caroline du Nord. Supplément thoracique 79 : 6S–11S.

Merchant, JA, JC Lumsdun, KH Kilburn, WM O'Fallon, JR Ujda, VH Germino et JD Hamilton. 1973. Études dose-réponse chez les travailleurs du textile coton. J Occup Med 15:222–230.

Ministère du commerce international et de l'industrie (Japon). 1996. Asia-Pacific Textile and Clothing Industry Form, 3-4 juin 1996. Tokyo : Ministère du commerce international et de l'industrie.

Molyneux, MKB et JBL Tombleson. 1970. Une étude épidémiologique des symptômes respiratoires dans les usines du Lancashire, 1963–1966. Brit J Ind Med 27:225–234.

Morane, TJ. 1983. Emphysème et autres maladies pulmonaires chroniques chez les travailleurs du textile : une étude d'autopsie de 18 ans. Arch Environ Health 38:267–276.

Murray, R, J Dingwall-Fordyce et RE Lane. 1957. Une épidémie de toux du tisserand associée à la poudre de graines de tamarin. Brit J Ind Med 14:105–110.

Mustafa, KY, W Bos et AS Lakha. 1979. Byssinose chez les travailleurs du textile tanzaniens. Poumon 157:39–44.

Myles, SM et AH Roberts. 1985. Blessures aux mains dans l'industrie textile. J Hand Surg 10:293–296.

Neal, PA, R Schneiter et BH Caminita. 1942. Rapport sur les maladies aiguës chez les fabricants de matelas ruraux utilisant du coton taché de qualité inférieure. JAMA 119:1074–1082.

Administration de la sécurité et de la santé au travail (OSHA). 1985. Règle finale pour l'exposition professionnelle à la poussière de coton. Federal Register 50, 51120-51179 (13 décembre 1985). 29 CFR 1910.1043. Washington, DC : OSHA.

Parikh, JR. 1992. Byssinose dans les pays en développement. Brit J Ind Med 49:217–219.
Rahootin, P et J Olsen. 1983. Le risque d'infertilité et de retard de conception associé aux expositions sur le lieu de travail danois. J Occup Med 25:394–402.

Ramazzini, B. 1964. Maladies des travailleurs [De morbis artificum, 1713], traduit par WC Wright. New York : Hafner Publishing Co.

Redlich, CA, WS Beckett, J Sparer, KW Barwick, CA Riely, H Miller, SL Sigal, SL Shalat et MR Cullen. 1988. Maladie hépatique associée à une exposition professionnelle au solvant diméthylformamide. Ann Int Med 108:680–686.

Riihimaki, V, H Kivisto, K Peltonen, E Helpio et A Aitio. 1992. Évaluation des expositions au disulfure de carbone chez les travailleurs de la production de viscose à partir des déterminations urinaires de l'acide 2-thiothiazolidine-4-carboxylique. Am J Ind Med 22:85–97.

Roach, SA et RSF Schilling. 1960. Une étude clinique et environnementale de la byssinose dans l'industrie cotonnière du Lancashire. Brit J Ind Med 17: 1–9.

Rooke, GB. 1981a. La pathologie de la byssinose. Supplément thoracique 79:67S–71S.

—. 1981b. Indemnisation de la byssinose en Grande-Bretagne. Supplément thoracique 79:124S–127S.

Sadhro, S, P Duhra et IS Foulds. 1989. Dermatite professionnelle due au liquide Synocril Red 3b (CI Basic Red 22). Contactez Dermat 21:316–320.

Schachter, EN, MC Kapp, GJ Beck, LR Maunder et TJ Witek. 1989. Effets du tabagisme et de la poussière de coton chez les travailleurs du textile en coton. Coffre 95 : 997-1003.

Schilling, RSF. 1956. Byssinose chez les travailleurs du coton et d'autres textiles. Lancet 1:261–267, 319–324.

—. 1981. Problèmes mondiaux de byssinose. Supplément thoracique 79:3S–5S.

Schilling, RSF et N. Goodman. 1951. Maladie cardiovasculaire chez les travailleurs du coton. Brit J Ind Med 8:77–87.

Seidenari, S, BM Mauzini et P Danese. 1991. Sensibilisation par contact aux colorants textiles : Description de 100 sujets. Contactez Dermat 24:253–258.

Siemiatycki, J, R Dewar, L Nadon et M Gerin. 1994. Facteurs de risque professionnels du cancer de la vessie. Am J Epidémiol 140: 1061–1080.

Silverman, DJ, LI Levin, RN Hoover et P Hartge. 1989. Risques professionnels de cancer de la vessie aux États-Unis. I. Hommes blancs. J Natl Cancer Inst 81:1472–1480.

Steenland, K, C Burnett et AM Osorio. 1987. Une étude cas-témoins du cancer de la vessie utilisant des annuaires municipaux comme source de données professionnelles. Am J Epidemiol 126: 247–257.

Sweetnam, PM, SWS Taylor et PC Elwood. 1986. Exposition au sulfure de carbone et aux cardiopathies ischémiques dans une usine de rayonne viscose. Brit J Ind Med 44:220–227.

Thomas, RE. 1991. Rapport d'une conférence multidisciplinaire sur le contrôle et la prévention des troubles traumatiques cumulatifs (CDT) ou des traumatismes liés aux mouvements répétitifs (RMT) dans les industries du textile, de l'habillement et des fibres. Am Ind Hyg Assoc J 52:A562.

Uragode, CG. 1977. Enquête sur la santé des travailleurs du kapokier. Brit J Ind Med 34:181–185.
Vigliani, EC, L Parmeggiani et C Sassi. 1954. Studio de un epidemio di bronchite asmatica fra gli operi di una tessiture di cotone. Méd Lau 45:349–378.

Vobecky, J, G Devroede et J Caro. 1984. Risque de cancer du gros intestin dans la fabrication de fibres synthétiques. Cancer 54:2537–2542.

Vobecky, J, G Devroede, J La Caille et A Waiter. 1979. Un groupe professionnel à haut risque de cancer du gros intestin. Gastroentérologie 76:657.

Bois, CH et SA Gardon. 1964. Poussière dans les salles de jeux : Un problème persistant dans l'industrie de la filature de coton. Brit J Ind Med 21:180–186.

Zuskin, E, D Ivankovic, EN Schachter et TJ Witek. 1991. Une étude de suivi sur dix ans des travailleurs du textile coton. Am Rev Respir Dis 143:301–305.