Erreur de santé et tâches critiques dans la curiethérapie post-charge à distance : approches pour améliorer les performances du système

La btachythérapie post-charge à distance (RAB) est un procédé médical utilisé dans le traitement du cancer. RAB utilise un dispositif contrôlé par ordinateur pour insérer et retirer à distance des sources radioactives, à proximité d'une cible (ou d'une tumeur) dans le corps. Des problèmes liés à la dose délivrée pendant le RAB ont été rapportés et attribués à une erreur humaine (Swann-D'Emilia, Chu et Daywalt 1990). Callan et al. (1995) ont évalué l'erreur humaine et les tâches critiques associées au RAB dans 23 sites aux États-Unis. L'évaluation comprenait six phases :

Phase 1 : Fonctions et tâches. La préparation au traitement était considérée comme la tâche la plus difficile, car elle était responsable de la plus grande tension cognitive. De plus, les distractions avaient le plus grand effet sur la préparation.

Phase 2 : Interférences homme-système. Le personnel n'était souvent pas familiarisé avec les interfaces qu'il utilisait rarement. Les opérateurs ne pouvaient pas voir les signaux de contrôle ou les informations essentielles de leurs postes de travail. Dans de nombreux cas, les informations sur l'état du système n'ont pas été fournies à l'opérateur.

Phase 3 : Procédures et pratiques. Comme les procédures utilisées pour passer d'une opération à l'autre et celles utilisées pour transmettre l'information et l'équipement entre les tâches n'étaient pas bien définies, des informations essentielles pouvaient être perdues. Les procédures de vérification étaient souvent absentes, mal conçues ou incohérentes.

Phase 4 : Politiques de formation. L'étude a révélé l'absence de programmes formels de formation dans la plupart des sites.

Phase 5 : Structures d'appui organisationnel. La communication pendant le RAB était particulièrement sujette à erreur. Les procédures de contrôle de la qualité étaient inadéquates.

Phase 6 : Identification et classification des circonstances favorisant l'erreur humaine. Au total, 76 facteurs favorisant l'erreur humaine ont été identifiés et catégorisés. Des approches alternatives ont été identifiées et évaluées.

Dix tâches critiques ont fait l'objet d'une erreur :

  • planification, identification et suivi des patients
  • stabilisation du placement de l'applicateur
  • localisation grand volume
  • localisation de la position d'arrêt
  • dosimétrie
  • mise en place de traitement
  • saisie du plan de traitement
  • échange de sources
  • étalonnage des sources
  • tenue de dossiers et assurance qualité de routine

 

Le traitement était la fonction associée au plus grand nombre d'erreurs. Trente erreurs liées au traitement ont été analysées et des erreurs se sont produites au cours de quatre ou cinq sous-tâches de traitement. La majorité des erreurs se sont produites lors de l'administration du traitement. Le deuxième plus grand nombre d'erreurs était associé à la planification du traitement et était lié au calcul de la dose. Des améliorations du matériel et de la documentation sont en cours, en collaboration avec les constructeurs.

 

Noir

Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) a étudié le soulèvement et d'autres blessures connexes dans deux entrepôts d'alimentation (appelés ci-après « entrepôt A » et « entrepôt B ») (NIOSH 1993a; NIOSH 1995). Les deux entrepôts ont des normes d'ingénierie par rapport auxquelles la performance du sélecteur de commande est mesurée ; ceux qui tombent en dessous de leur norme sont passibles de mesures disciplinaires. Les données du tableau 1 sont exprimées en pourcentages de sélectionneurs d'ordres uniquement, déclarant soit toutes les blessures, soit les blessures au dos seulement chaque année.

Tableau 1. Dos et toutes les blessures et maladies professionnelles déclarées impliquant des sélecteurs de commandes dans deux entrepôts d'alimentation étudiés par le NIOSH, 1987-1992.

Année

Entrepôt A : toutes les blessures (%)

Entrepôt B : toutes les blessures (%)

Entrepôt A : blessures au dos uniquement (%)

Entrepôt B : blessures au dos uniquement (%)

1987

79

N/D

28

N/D

1988

88

N/D

31

N/D

1989

87

62

39

21

1990

81

62

31

31

1991

52

83

28

29

1992

N/D

86

N/D

17

Sources : NIOSH 1993a, 1995.

Au risque de généraliser ces données hors de leur contexte, de toute évidence, l'ampleur de enregistrable les pourcentages de blessures et de maladies dans ces entrepôts sont assez importants et considérablement plus élevés que les données agrégées pour l'ensemble de l'industrie pour toutes les classifications d'emploi. Alors que le nombre total de blessures à l'entrepôt A montre une légère baisse, il augmente en fait à l'entrepôt B. Mais les blessures au dos, à l'exception de 1992 à l'entrepôt B, sont à la fois assez stables et importantes. En termes généraux, ces données suggèrent que les sélecteurs de commande ont pratiquement 3 chances sur 10 de subir une blessure au dos impliquant un traitement médical et/ou une perte de temps au cours d'une année donnée.

La National Association of Grocery Warehouses of America (NAGWA) des États-Unis, un groupe industriel, a signalé que les foulures et les entorses au dos représentaient 30 % de toutes les blessures impliquant des entrepôts d'épicerie et qu'un tiers de tous les employés d'entrepôt (pas seulement les sélecteurs de commandes) subiront une blessure enregistrable par an ; ces données sont cohérentes avec les études du NIOSH. De plus, ils ont estimé le coût du paiement de ces blessures (indemnisation des accidents du travail principalement) à 0.61 $ de l'heure pour la période 1990-1992 (près de 1,270 54 $ US par an et par travailleur). Ils ont également déterminé que le levage manuel était la principale cause de blessures au dos dans XNUMX % de tous les cas étudiés.

En plus d'un examen des statistiques sur les blessures et les maladies, le NIOSH a utilisé un questionnaire qui a été administré à tous les préposés à la sélection des commandes d'épicerie. À l'entrepôt A, sur les 38 sélecteurs à temps plein, 50 % ont signalé au moins une blessure au cours des 12 derniers mois, et 18 % des sélecteurs à temps plein ont signalé au moins une blessure au dos au cours des 12 mois précédents. Pour l'entrepôt B, 63 % des 19 sélectionneurs à temps plein ont signalé au moins une blessure enregistrable au cours des 12 derniers mois, et 47 % ont déclaré avoir eu au moins une blessure au dos au cours de la même période. Soixante-dix pour cent des travailleurs à temps plein de l'entrepôt A ont signalé des maux de dos importants au cours de l'année précédente, tout comme 47 % des sélectionneurs à temps plein de l'entrepôt B. Ces données autodéclarées correspondent étroitement aux données de l'enquête sur les blessures et les maladies.

En plus d'examiner les données sur les blessures concernant les blessures au dos, le NIOSH a appliqué son équation de levage révisée à un échantillon de tâches de levage de sélecteurs d'ordre et a constaté que toutes les tâches de levage échantillonnées dépassaient la limite de poids recommandée par des marges significatives, ce qui indique que les tâches étudiées étaient très stressantes. d'un point de vue ergonomique. De plus, les forces de compression ont été estimées sur le disque vertébral L5/S1 ; tous dépassaient les limites biomécaniques recommandées de 3.4 kN (kilonewtons), qui ont été identifiées comme une limite supérieure pour protéger la plupart des travailleurs contre le risque de blessure au bas du dos.

Enfin, le NIOSH, en utilisant à la fois les méthodologies de dépense énergétique et de consommation d'oxygène, a estimé la demande énergétique des sélecteurs de commandes d'épicerie dans les deux entrepôts. Les demandes énergétiques moyennes du sélecteur de commande dépassaient le critère établi de 5 kcal/minute (4 METS) pour une journée de 8 heures, ce qui est reconnu comme un travail modéré à lourd pour la majorité des travailleurs en bonne santé. À l'entrepôt A, le taux métabolique de travail variait de 5.4 à 8.0 kcal/minute et le rythme cardiaque de travail variait de 104 à 131 battements par minute ; à l'entrepôt B, il était de 2.6 à 6.3 kcal/minute et de 138 à 146 battements par minute, respectivement.

Les demandes d'énergie des sélecteurs de commande provenant d'un levage continu à un taux de 4.1 à 4.9 levages par minute entraîneraient probablement une fatigue musculaire, en particulier lors de quarts de travail de 10 heures ou plus. Ceci illustre bien le coût physiologique du travail dans les deux entrepôts étudiés à ce jour. En résumant ses conclusions, le NIOSH est parvenu à la conclusion suivante concernant les risques auxquels sont confrontés les sélecteurs de commandes des entrepôts d'épicerie :

En résumé, tous les préparateurs de commandes (préparateurs de commandes) présentent un risque élevé de troubles musculo-squelettiques, dont les lombalgies, en raison de la combinaison de facteurs défavorables au travail qui contribuent tous à la fatigue, à une charge métabolique élevée et à l'incapacité des travailleurs à réguler leur rythme de travail. à cause des exigences du travail. Selon des critères reconnus définissant la capacité du travailleur et le risque de blessure au bas du dos qui l'accompagne, le travail d'assembleur de commandes sur ce chantier exposera même une main-d'œuvre hautement sélectionnée à un risque substantiel de développer des blessures au bas du dos. De plus, en général, nous pensons que les normes de performance existantes encouragent et contribuent à ces niveaux d'effort excessifs (NIOSH 1995).

 

Noir

Jeudi, 27 Octobre 2011 20: 59

Étude de cas : Pêcheuses

The Entangling Net : les femmes de la pêche commerciale de l'Alaska racontent leur vie, par Leslie Leyland Fields (Urbana: University of Illinois Press, 1996), est l'histoire, basée sur la propre expérience et des entretiens de l'auteur, de certaines des femmes qui ont travaillé comme pêcheurs commerciaux dans les eaux de l'océan Pacifique et du golfe d'Alaska entourant l'île Kodiak et les îles Aléoutiennes. Les extraits suivants capturent une partie de la saveur de l'expérience de ces femmes, pourquoi elles ont choisi cette ligne de travail et ce que cela impliquait.

Thérèse Peterson

La dernière saison de morue noire a commencé le 15 mai. C'était deux filles et deux gars. Le skipper voulait un équipage capable d'appâter le matériel rapidement ; c'était ce qu'il cherchait. ... Pour commencer, tout ce que nous essayions de faire, c'était de tourner les crochets. C'est un jeu de nombres. Idéalement, vous lancez 18,000 20,000 à 2 00 hameçons par jour. Et donc nous aurions quatre personnes appâtant en permanence et une personne tirant le matériel. Les personnes qui appâtaient tournaient en enroulant l'engin. Nous sommes retournés à la pêche traditionnelle. La plupart des bateaux Kodiak laisseront l'équipement tomber dans une cuve, en quelque sorte tout seul, puis vous ramenez cette cuve et l'appâtez. Sur les vieilles goélettes à flétan, ils enroulent tout à la main afin de pouvoir dévisser chaque hameçon. Ils essaient de faire une très belle bobine, donc quand vous la reprenez, vous pouvez l'appâter deux fois plus vite. Les deux premiers jours, nous avons regardé le temps qu'il fallait pour appâter les patins en désordre (les longues lignes sur lesquelles les hameçons sont attachés). Je refuse d'appâter un autre patin comme ça, alors nous avons tous commencé à enrouler le nôtre à la main. Lorsque vous faites cela, vous pouvez vous déplacer de votre station d'appâtage. Nous avons vraiment travaillé de longues heures, souvent vingt-quatre heures, puis nous passons au lendemain et travaillons toute la nuit jusqu'à environ XNUMX heures du matin et le lendemain encore vingt heures. Ensuite, nous nous couchions pendant environ trois heures. Ensuite, nous nous relèverions et continuerions encore vingt-quatre heures et quelques heures de moins. La première semaine, nous avons dormi en moyenne dix heures en tout, nous avons compris. Alors on a plaisanté, vingt-quatre heures, une fois.

Je n'avais jamais pêché aussi fort auparavant. Quand il a ouvert, nous avons pêché le samedi, tout le samedi, tout le dimanche et la moitié du lundi. Donc bien plus de cinquante-six heures sans dormir, travaillant aussi dur, aussi vite et aussi vite que possible. Ensuite, nous nous sommes allongés pendant environ trois heures. Vous vous levez. Tu es tellement raide ! Ensuite, nous avons apporté un voyage, un peu plus de 40,000 31 livres en quatre jours, donc nous avions pratiquement été en place pendant ces quatre jours entiers. C'était une bonne charge. C'était vraiment motivant. Je gagne mille dollars par jour. ... Ce sont les saisons plus courtes, les saisons de palangre plus courtes, qui ramènent les bateaux à ces horaires. ... avec une saison de trois semaines, vous êtes presque obligé de le faire à moins que vous ne puissiez tourner une personne vers le bas (laissez-la dormir) (pp. 33-XNUMX).

Leslie Smith

Mais la raison pour laquelle je me sens chanceuse, c'est parce que nous étions là-bas, une femme qui dirigeait un bateau avec un équipage entièrement féminin, et nous le faisions. Et nous le faisions aussi bien que n'importe qui d'autre dans la flotte, donc je ne me suis jamais senti intimidé en pensant, "Oh, une femme ne peut pas faire ça, ne peut pas comprendre, ou n'en est pas capable" parce que le premier travail que j'ai jamais eu était avec des femmes et nous nous en sortions bien. J'ai donc eu ce facteur de confiance dès le début de ma carrière de matelot de pont... (p. 35).

Quand tu es sur un bateau, tu n'as pas de vie, tu n'as pas d'espace physique, tu n'as pas de temps pour toi. C'est tout le bateau, la pêche, pendant quatre mois d'affilée... (p. 36).

J'ai un peu de protection contre certains vents, mais je vais presque tout avoir. ... Il y a aussi beaucoup de marée ici. Vous jetez ces ancres; vous avez quinze ou vingt ancres, dont certaines de trois cents livres, pour essayer de maintenir un filet en place. Et chaque fois que vous sortez, le filet prend une forme différente et vous devez traîner ces ancres. Et le temps n'est pas très beau la plupart du temps. Vous combattez toujours le vent. C'est un défi, un défi physique au lieu d'un défi mental... (p. 37).

Battre les quais (aller de bateau en bateau à la recherche d'un emploi) était la pire des choses. Après l'avoir fait pendant un certain temps, j'ai réalisé qu'il n'y a probablement que 15% des bateaux sur lesquels vous avez même la possibilité d'être embauché parce que le reste d'entre eux n'embauchera pas de femmes. Principalement parce que leurs femmes ne les laissent pas faire ou qu'il y a déjà une autre femme sur le bateau ou qu'ils sont carrément sexistes – ils ne veulent pas de femmes. Mais entre ces trois facteurs, le nombre de bateaux sur lesquels vous pouviez être embauché était si mince que c'était décourageant. Mais il fallait savoir de quels bateaux il s'agissait. Cela signifie marcher sur les quais... (p. 81).

Martha Sutro

Je pensais à la question que vous avez posée plus tôt. Pourquoi les femmes sont de plus en plus attirées par cela. Je ne sais pas. Vous vous demandez s'il y a de plus en plus de femmes dans les mines de charbon ou dans le camionnage. Je ne sais pas si cela a quelque chose à voir avec l'Alaska et tout l'attrait de pouvoir participer à quelque chose qui vous était autrefois refusé, ou peut-être que c'est une race de femmes qui ont été élevées ou ont grandi pour comprendre que certaines barrières supposées exister ne sont pas légitimes. Malgré tous les dangers, c'est une expérience importante et c'est très viable, très — je déteste utiliser le mot « épanouissant », mais c'est très épanouissant. J'ai adoré, j'ai adoré obtenir une série de pots parfaitement et ne pas avoir à demander à quelqu'un de m'aider avec l'une des portes une fois et à obtenir toutes les énormes liasses d'appâts que vous glissez sous le pot au milieu. ... Il y a des éléments que vous ne pouvez trouver dans aucun autre type d'expérience. C'est presque comme l'agriculture. C'est tellement élémentaire. Il fait appel à un tel processus élémentaire. Depuis les temps bibliques, nous parlons de ce genre de personnes. Il y a cette philosophie qui l'entoure qui est très ancienne. Et pouvoir aller jusque là et puiser dessus. Il entre dans tout ce domaine mystique (p.44).

Lisa Jakubowski

C'est très solitaire d'être la seule femme sur un bateau. Je me fais un devoir de ne jamais m'impliquer avec des gars à un niveau romantique ou quoi que ce soit. Amis. Je suis toujours ouvert aux amis, mais il faut toujours faire attention à ce qu'ils ne pensent pas que c'est plus. Vous voyez, il y a tellement de niveaux différents de gars. Je ne veux pas être ami avec les ivrognes et les cocaïnomanes. Mais certainement les personnes les plus respectables avec lesquelles je suis devenu ami. Et j'ai entretenu des amitiés masculines et des amitiés féminines. Il y a quand même beaucoup de solitude. J'ai découvert que la thérapie par le rire aide. Je sors sur le pont arrière, je ris tout seul et je me sens mieux (p. 61).

Champs Leslie Leyland

Chaque (femme) ne demandait que l'égalité de traitement et l'égalité des chances. Cela ne vient pas automatiquement dans un travail où vous avez besoin de la force pour faire atterrir un casier à crabes de 130 livres, de l'endurance pour supporter trente-six heures de travail d'affilée sans sommeil, de la moxie pour faire fonctionner un esquif de senne de 150 chevaux à pleine puissance. la vitesse près des récifs et des compétences pratiques spéciales telles que la réparation et l'entretien des moteurs diesel, la réparation des filets, le fonctionnement de l'hydraulique. Ce sont les puissances qui gagnent la journée et le poisson ; ce sont les pouvoirs que les femmes pêcheuses doivent prouver aux hommes mécréants. Et surtout, il y a une résistance active d'un côté inattendu – d'autres femmes, les épouses des hommes qui pêchent (p. 53).

Cela fait partie de ce que je sais du métier de skipper. ... Toi seul tiens entre tes mains la vie de deux, trois ou quatre personnes. Les paiements de votre bateau et les frais d'assurance vous coûtent des dizaines de milliers de dollars chaque année - vous devez attraper du poisson. Vous gérez un mélange potentiellement volatil de personnalités et d'habitudes de travail. Vous devez avoir une connaissance approfondie de la navigation, des conditions météorologiques, des règlements de pêche ; vous devez être capable de faire fonctionner et de réparer dans une certaine mesure l'ensemble des composants électroniques de haute technologie qui constituent le cerveau du bateau. ... La liste continue.

Pourquoi quelqu'un hisse-t-il et porte-t-il volontairement une telle charge ? Il y a un autre côté, bien sûr. Pour le dire positivement, il y a une indépendance dans le skipper, un degré d'autonomie que l'on trouve rarement dans d'autres professions. Vous seul contrôlez la vie dans votre arche. Vous pouvez décider où vous allez pêcher, quand le bateau va, à quelle vitesse il va, combien de temps et combien de temps l'équipage travaillera, combien de temps tout le monde dort, les conditions météorologiques dans lesquelles vous travaillerez, les degrés de risque que vous prendrez, le genre de nourriture que vous mangez... (p. 75).

En 1992, quarante-quatre navires en Alaska ont coulé, quatre-vingt-sept personnes ont été sauvées du naufrage, trente-cinq sont mortes. Au printemps 1988, quarante-quatre personnes sont mortes après que le brouillard glacé s'est installé et a consumé les bateaux et l'équipage. Pour mettre ces chiffres en perspective, l'Institut national pour la sécurité et la santé au travail rapporte que le taux de mortalité annuel pour toutes les professions américaines est de 7 pour 100,000 200 travailleurs. Pour la pêche commerciale en Alaska, le taux grimpe à 100,000 pour 660 100,000, ce qui en fait le travail le plus meurtrier du pays. Pour les crabiers, dont la saison s'étend sur l'hiver, le taux grimpe à 100 pour 98 XNUMX, soit près de XNUMX fois la moyenne nationale (p. XNUMX).

Debra Nielsen

Je ne mesure qu'un mètre soixante-dix et je pèse cent livres. Les hommes ont donc un instinct protecteur envers moi. J'ai dû surmonter ça toute ma vie pour entrer et faire n'importe quoi. La seule façon dont j'ai pu passer est d'être plus rapide et de savoir ce que je fais. C'est une question d'effet de levier. ... Vous devez ralentir. Vous devez utiliser votre tête d'une manière différente et votre corps d'une manière différente. Je pense qu'il est important que les gens sachent à quel point je suis petit parce que si je peux le faire, cela signifie que n'importe quelle femme peut le faire... (p. 86).

Christine Holmes

Je crois vraiment en la North Pacific Vessel Owner's Association, ils offrent de très bons cours, dont l'un est Medical Emergencies at Sea. Je pense que chaque fois que vous suivez un cours de technologie marine, vous vous rendez service (p. 106).

Rebecca Raigoza

Développé un tel sentiment d'indépendance et de force. Des choses que je pensais ne jamais pouvoir faire, j'ai appris que je ferais ici. Cela vient de m'ouvrir un tout nouveau monde en tant que jeune femme. devenir une femme, je ne sais pas. Il y a tellement de possibilités maintenant parce que je sais que je peux faire « un travail d'homme », vous savez ? Il y a beaucoup de puissance qui vient avec ça (p. 129).

Copyright 1997 par le conseil d'administration de l'Université de l'Illinois. Utilisé avec la permission de University of Illinois Press.

 

Noir

Jeudi, 27 Octobre 2011 20: 34

Systèmes de classification

3.1. Général

3.1.1. L'autorité compétente, ou un organisme agréé ou reconnu par l'autorité compétente, devrait établir des systèmes et des critères spécifiques pour classer un produit chimique comme dangereux et devrait progressivement étendre ces systèmes et leur application. Les critères de classification existants établis par d'autres autorités compétentes ou par un accord international peuvent être suivis, s'ils sont compatibles avec les critères et méthodes décrits dans le présent code, et cela est encouragé lorsque cela peut contribuer à l'uniformité de l'approche. Les résultats des travaux du groupe de coordination du Programme international PNUE/OIT/OMS sur la sécurité chimique (IPCS) pour l'harmonisation de la classification des produits chimiques devraient être pris en considération, le cas échéant. Les responsabilités et le rôle des autorités compétentes concernant les systèmes de classification sont définis aux paragraphes 2.1.8 (critères et exigences), 2.1.9 (liste récapitulative) et 2.1.10 (évaluation des nouveaux produits chimiques).

3.1.2. Les fournisseurs doivent s'assurer que les produits chimiques qu'ils ont fournis ont été classés ou qu'ils ont été identifiés et leurs propriétés évaluées (voir paragraphes 2.4.3 (évaluation) et 2.4.4 (classification)).

3.1.3. Les fabricants ou les importateurs, à moins d'en être exemptés, devraient fournir à l'autorité compétente des informations sur les éléments et composés chimiques qui ne figurent pas encore dans la liste de classification consolidée établie par l'autorité compétente, avant leur utilisation au travail (voir paragraphe 2.1.10 (évaluation des nouveaux produits chimiques )).

3.1.4. Les quantités limitées d'un nouveau produit chimique nécessaires à des fins de recherche et de développement peuvent être produites, manipulées et transportées entre les laboratoires et l'usine pilote avant que tous les dangers de ce produit chimique ne soient connus conformément aux lois et réglementations nationales. Toutes les informations disponibles trouvées dans la littérature ou connues de l'employeur du fait de son expérience avec des produits chimiques et des applications similaires doivent être pleinement prises en compte, et des mesures de protection adéquates doivent être appliquées, comme si le produit chimique était dangereux. Les travailleurs concernés doivent être informés des informations sur les dangers réels au fur et à mesure qu'elles sont connues.

3.2. Critères de classement

3.2.1. Les critères de classification des produits chimiques devraient être fondés sur leurs dangers physiques et sanitaires intrinsèques, notamment :

  1. les propriétés toxiques, y compris les effets aigus et chroniques sur la santé dans toutes les parties du corps ;
  2. les caractéristiques chimiques ou physiques, y compris les propriétés inflammables, explosives, oxydantes et dangereusement réactives ;
  3. propriétés corrosives et irritantes;
  4. effets allergènes et sensibilisants;
  5. effets cancérigènes;
  6. effets tératogènes et mutagènes;
  7. effets sur le système reproducteur.

 

3.3. Méthode de classement

3.3.1. La classification des produits chimiques doit être basée sur les sources d'information disponibles, par exemple :

  1. données de test;
  2. les informations fournies par le fabricant ou l'importateur, y compris les informations sur les travaux de recherche effectués ;
  3. informations disponibles en raison des règles de transport internationales, par exemple, les Recommandations des Nations Unies sur le transport des marchandises dangereuses, qui doivent être prises en compte pour la classification des produits chimiques en cas de transport, et la Convention de Bâle du PNUE sur le contrôle des transports transfrontaliers. Mouvements de déchets dangereux et leur élimination (1989), dont il faut tenir compte en ce qui concerne les déchets dangereux ;
  4. livres ou littérature de référence;
  5. expérience pratique;
  6. dans le cas de mélanges, soit sur l'épreuve du mélange, soit sur les dangers connus de leurs composants ;
  7. informations fournies à la suite des travaux d'évaluation des risques effectués par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le Programme international PNUE/OIT/OMS sur la sécurité chimique (IPCS), les Communautés européennes et diverses institutions nationales et internationales, ainsi que que les informations disponibles via des systèmes tels que le Registre international des produits chimiques potentiellement toxiques (IRPTC) du PNUE.

 

3.3.2. Certains systèmes de classification en usage peuvent être limités à des classes particulières de produits chimiques uniquement. Un exemple est la classification recommandée par l'OMS des pesticides par danger et directives de classification, qui classe les pesticides uniquement par degré de toxicité et principalement par risques aigus pour la santé. Les employeurs et les travailleurs doivent comprendre les limites d'un tel système. De tels systèmes peuvent être utiles pour compléter un système plus généralement applicable.

3.3.3. Les mélanges de produits chimiques doivent être classés en fonction des dangers présentés par les mélanges eux-mêmes. Ce n'est que si les mélanges n'ont pas été testés dans leur ensemble qu'ils doivent être classés sur la base des dangers intrinsèques de leurs composants chimiques.

Source : OIT 1993, chapitre 3.

 

Noir

Une approche systématique de la sécurité nécessite un flux efficace d'informations des fournisseurs aux utilisateurs de produits chimiques sur les dangers potentiels et les mesures de sécurité correctes. En répondant à la nécessité d'un programme écrit de communication des dangers, le Code de pratique de l'OIT pour la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail (OIT 1993) stipule : « Le fournisseur doit fournir à l'employeur les informations essentielles sur les produits chimiques dangereux sous la forme d'un Fiche technique." Cette fiche de données de sécurité chimique ou fiche de données de sécurité (MSDS) décrit les dangers d'un matériau et fournit des instructions sur la façon dont le matériau peut être manipulé, utilisé et stocké en toute sécurité. Les fiches signalétiques sont produites par le fabricant ou l'importateur de produits dangereux. Le fabricant doit fournir aux distributeurs et aux autres clients des fiches signalétiques lors du premier achat d'un produit dangereux et si la fiche signalétique change. Les distributeurs de produits chimiques dangereux doivent automatiquement fournir des fiches signalétiques aux clients commerciaux. En vertu du Recueil de directives pratiques de l'OIT, les travailleurs et leurs représentants devraient avoir le droit d'obtenir une fiche signalétique et de recevoir les informations écrites sous des formes ou dans des langues qu'ils comprennent facilement. Étant donné que certaines des informations requises peuvent être destinées à des spécialistes, des éclaircissements supplémentaires peuvent être nécessaires de la part de l'employeur. La fiche signalétique n'est qu'une source d'information sur un matériau et, par conséquent, il est préférable de l'utiliser avec les bulletins techniques, les étiquettes, la formation et d'autres communications.

Les exigences d'un programme écrit de communication des dangers sont décrites dans au moins trois grandes directives internationales : la norme de communication des risques de l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) des États-Unis, le système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) du Canada et la directive 91/155 de la Commission de la Communauté européenne. /CEE. Dans les trois directives, les exigences relatives à la préparation d'une fiche signalétique complète sont établies. Les critères pour les fiches de données comprennent des informations sur l'identité du produit chimique, son fournisseur, sa classification, les dangers, les précautions de sécurité et les procédures d'urgence pertinentes. La discussion suivante détaille le type d'informations requises incluses dans le Recueil de directives pratiques de l'OIT sur la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail de 1992. Bien que le Code ne soit pas destiné à remplacer les lois, réglementations ou normes nationales acceptées, ses recommandations pratiques sont destinées à tous ceux qui ont la responsabilité d'assurer une utilisation sûre des produits chimiques sur le lieu de travail.

La description suivante du contenu des fiches de données de sécurité correspond à la section 5.3 du Code :

Les fiches de données de sécurité des produits chimiques dangereux doivent donner des informations sur l'identité du produit chimique, son fournisseur, sa classification, les dangers, les précautions de sécurité et les procédures d'urgence pertinentes.

Les informations à inclure devraient être celles établies par l'autorité compétente pour la zone dans laquelle se trouvent les locaux de l'employeur, ou par un organisme agréé ou reconnu par cette autorité compétente. Les détails du type d'information qui devrait être exigé sont donnés ci-dessous.

(a) Identification du produit chimique et de l'entreprise

Le nom doit être le même que celui utilisé sur l'étiquette du produit chimique dangereux, qui peut être le nom chimique conventionnel ou un nom commercial couramment utilisé. Des noms supplémentaires peuvent être utilisés s'ils aident à l'identification. Le nom complet, l'adresse et le numéro de téléphone du fournisseur doivent être inclus. Un numéro de téléphone d'urgence doit également être indiqué pour être contacté en cas d'urgence. Ce numéro peut être celui de l'entreprise elle-même ou d'un organisme consultatif reconnu, à condition que l'un ou l'autre soit joignable à tout moment.

(b) Informations sur les ingrédients (composition)

Les informations doivent permettre aux employeurs d'identifier clairement les risques associés à un produit chimique particulier afin qu'ils puissent procéder à une évaluation des risques, comme indiqué à la section 6.2 (Procédures d'évaluation) du présent code. Des détails complets sur la composition doivent normalement être donnés mais peuvent ne pas être nécessaires si les risques peuvent être correctement évalués. Les informations suivantes doivent être fournies, sauf lorsque le nom ou la concentration d'un ingrédient dans un mélange sont des informations confidentielles qui peuvent être omises conformément à la section 2.6 :

  1. une description des principaux composants, y compris leur nature chimique ;
  2. l'identité et les concentrations des composants dangereux pour la sécurité et la santé
  3. l'identité et la concentration maximale à trouver des composants qui sont à la concentration ou dépassent la concentration à laquelle ils sont classés comme dangereux pour la sécurité et la santé dans les listes approuvées ou reconnues par l'autorité compétente, ou qui sont interdits à des concentrations plus élevées par l'autorité compétente autorité.

 

(c) Identification des dangers

Les dangers les plus importants, y compris les dangers sanitaires, physiques et environnementaux les plus importants, doivent être énoncés clairement et brièvement, sous forme d'aperçu d'urgence. Les informations doivent être compatibles avec celles figurant sur l'étiquette.

d) Premiers secours

Les mesures de premiers secours et d'auto-assistance doivent être soigneusement expliquées. Les situations nécessitant des soins médicaux immédiats doivent être décrites et les mesures nécessaires indiquées. Le cas échéant, il convient de souligner la nécessité de dispositions spéciales pour un traitement spécifique et immédiat.

(e) Mesures de lutte contre l'incendie

Les exigences relatives à la lutte contre un incendie impliquant un produit chimique doivent être incluses ; par exemple:

  1. agents extincteurs appropriés;
  2. les agents extincteurs qui ne doivent pas être utilisés pour des raisons de sécurité ;
  3. équipement de protection spécial pour les pompiers.

Des informations doivent également être données sur les propriétés du produit chimique en cas d'incendie et sur les risques particuliers d'exposition résultant des produits de combustion, ainsi que sur les précautions à prendre.

(f) Mesures en cas de rejet accidentel

Des informations doivent être fournies sur les mesures à prendre en cas de rejet accidentel du produit chimique. Les informations doivent inclure :

  1. précautions d'hygiène et de sécurité : élimination des sources d'inflammation, mise en place d'une ventilation suffisante, mise à disposition d'équipements de protection individuelle adaptés ;
  2. précautions environnementales : éloignement des égouts, nécessité d'alerter les services de secours, nécessité éventuelle d'alerter le voisinage immédiat en cas de risque imminent ;
  3. méthodes de sécurisation et de nettoyage : utilisation de matériaux absorbants appropriés, évitement de la production de gaz/fumées par l'eau ou un autre diluant, utilisation d'agents neutralisants appropriés ;
  4. avertissements : déconseillent les actions dangereuses raisonnablement prévisibles.

 

(g) Manipulation et stockage

Des informations doivent être fournies sur les conditions recommandées par le fournisseur pour un stockage et une manipulation en toute sécurité, notamment :

  1. conception et emplacement des salles ou récipients de stockage ;
  2. séparation des lieux de travail et des bâtiments occupés ;
  3. matériaux incompatibles ;
  4. conditions d'entreposage (p. ex. température et humidité, évitement de la lumière du soleil);
  5. éviter les sources d'inflammation, y compris des dispositions particulières pour éviter l'accumulation d'électricité statique ;
  6. fourniture d'une ventilation locale et générale ;
  7. méthodes de travail recommandées et celles à éviter.

 

(h) Contrôles de l'exposition et protection individuelle

Des informations doivent être données sur la nécessité d'un équipement de protection individuelle lors de l'utilisation d'un produit chimique et sur le type d'équipement qui offre une protection adéquate et appropriée. Le cas échéant, il convient de rappeler que les contrôles primaires doivent être fournis par la conception et l'installation de tout équipement utilisé et par d'autres mesures techniques, et des informations fournies sur les pratiques utiles pour minimiser l'exposition des travailleurs. Des paramètres de contrôle spécifiques tels que les limites d'exposition ou les normes biologiques doivent être indiqués, ainsi que les procédures de surveillance recommandées.

(i) Propriétés physiques et chimiques

Une brève description doit être donnée de l'apparence du produit chimique, qu'il s'agisse d'un solide, d'un liquide ou d'un gaz, ainsi que de sa couleur et de son odeur. Certaines caractéristiques et propriétés, si elles sont connues, doivent être données, en précisant la nature de l'essai pour les déterminer dans chaque cas. Les tests utilisés doivent être conformes aux lois et critères nationaux applicables sur le lieu de travail de l'employeur et, en l'absence de lois ou de critères nationaux, les critères de test du pays exportateur doivent être utilisés à titre indicatif. L'étendue des informations fournies doit être appropriée à l'utilisation du produit chimique. Voici des exemples d'autres données utiles :

  • viscosité
  • point de congélation/intervalle de congélation
  • point d'ébullition/intervalle d'ébullition
  • point de fusion/intervalle de fusion
  • point de rupture
  • La température d'auto-inflammation
  • propriétés explosives
  • propriétés oxydantes
  • pression de vapeur
  • masse moléculaire
  • gravité spécifique ou densité
  • pH
  • solubilité
  • coefficient de partage (eau/n-octane)
  • paramètres tels que la densité de vapeur
  • miscibilité
  • taux d'évaporation et conductivité.

 

(j) Stabilité et réactivité

La possibilité de réactions dangereuses dans certaines conditions doit être indiquée. Les conditions à éviter doivent être indiquées, telles que :

  1. conditions physiques (p. ex. température, pression, lumière, choc, contact avec l'humidité ou l'air);
  2. proximité d'autres produits chimiques (par exemple, acides, bases, agents oxydants ou toute autre substance spécifique pouvant provoquer une réaction dangereuse).

Lorsque des produits de décomposition dangereux sont dégagés, ceux-ci doivent être spécifiés avec les précautions nécessaires.

(k) Informations toxicologiques

Cette rubrique doit fournir des informations sur les effets sur l'organisme et sur les voies de pénétration potentielles dans l'organisme. Il convient de faire référence aux effets aigus, tant immédiats que différés, et aux effets chroniques d'une exposition à court et à long terme. Il convient également de mentionner les risques pour la santé résultant d'une éventuelle réaction avec d'autres produits chimiques, y compris toute interaction connue, par exemple, résultant de l'utilisation de médicaments, de tabac et d'alcool.

(l) Informations écologiques

Les caractéristiques les plus importantes susceptibles d'avoir un effet sur l'environnement doivent être décrites. Les informations détaillées requises dépendront des lois et pratiques nationales applicables sur le lieu de travail de l'employeur. Les informations typiques qui doivent être fournies, le cas échéant, comprennent les voies potentielles de rejet du produit chimique qui sont préoccupantes, sa persistance et sa dégradabilité, son potentiel de bioaccumulation et sa toxicité aquatique, ainsi que d'autres données relatives à l'écotoxicité (par exemple, les effets sur les ouvrages de traitement de l'eau) .

(m) Considérations relatives à l'élimination

Des méthodes sûres d'élimination du produit chimique et des emballages contaminés, qui peuvent contenir des résidus de produits chimiques dangereux, doivent être indiquées. Il convient de rappeler aux employeurs qu'il peut exister des législations et pratiques nationales en la matière.

(n) Informations sur les transports

Des informations doivent être données sur les précautions particulières que les employeurs doivent connaître ou prendre lors du transport du produit chimique à l'intérieur ou à l'extérieur de leurs locaux. Les informations pertinentes données dans les Recommandations des Nations Unies relatives au transport des marchandises dangereuses et dans d'autres accords internationaux peuvent également être incluses.

(o) Informations réglementaires

Les informations requises pour le marquage et l'étiquetage du produit chimique doivent être données ici. Les réglementations ou pratiques nationales spécifiques s'appliquant à l'utilisateur doivent être consultées. Il convient de rappeler aux employeurs de se référer aux exigences des législations et pratiques nationales.

(p) Autres informations

D'autres informations qui peuvent être importantes pour la santé et la sécurité des travailleurs doivent être incluses. Des exemples sont les conseils de formation, les utilisations recommandées et les restrictions, les références et les sources de données clés pour la compilation de la fiche de données de sécurité chimique, le point de contact technique et la date d'émission de la fiche.

 

Noir

Dans une étude cas-témoins examinant les facteurs environnementaux et professionnels des malformations congénitales (Kurppa et al. 1986), 1,475 1976 cas ont été identifiés à partir du registre finlandais des malformations congénitales au cours de la période comprise entre 1982 et 1 (voir tableau 0.9). Une mère dont l'accouchement a immédiatement précédé un cas et qui se trouvait dans le même district a servi de témoin pour ce cas. L'exposition aux écrans de visualisation (EVD) au cours du premier trimestre de la grossesse a été évaluée à l'aide d'entretiens en face à face menés soit à la clinique lors d'une visite postnatale, soit à domicile. La classification de l'utilisation probable ou évidente de l'écran de visualisation a été déterminée par des hygiénistes du travail, aveugles aux résultats de la grossesse, à l'aide des intitulés de poste et des réponses aux questions ouvertes demandant de décrire la journée de travail ordinaire. Il n'y avait aucune preuve d'un risque accru ni chez les femmes qui ont déclaré une exposition aux écrans de visualisation (OR 95 ; IC à 0.6 % 1.2 - 235), ni chez les femmes dont les titres de poste indiquaient une exposition possible aux écrans de visualisation (255 cas/XNUMX témoins).

Une cohorte de femmes suédoises de trois groupes professionnels a été identifiée grâce à un couplage du recensement professionnel et du registre médical des naissances en 1980-1981 (Ericson et Källén 1986). Une étude de cas a été menée au sein de cette cohorte : les cas étaient 412 femmes hospitalisées pour un avortement spontané et 110 autres avec d'autres résultats (tels que décès périnatal, malformations congénitales et poids de naissance inférieur à 1500 1,032 g). Les témoins étaient XNUMX XNUMX femmes d'âge similaire qui avaient des enfants sans aucune de ces caractéristiques, choisis dans le même registre. En utilisant des rapports de cotes bruts, il y avait une relation exposition-réponse entre l'exposition à l'écran de visualisation en heures estimées par semaine (divisées en catégories de cinq heures) et les résultats de la grossesse (à l'exclusion de l'avortement spontané). Après contrôle du tabagisme et du stress, l'effet de l'utilisation de l'écran de visualisation sur toutes les issues défavorables de la grossesse n'était pas significatif.

Se concentrant sur l'un des trois groupes professionnels identifiés à partir d'une étude précédente d'Ericson, une étude de cohorte a été menée à l'aide de 4,117 1986 grossesses parmi les employés de la sécurité sociale en Suède (Westerholm et Ericson XNUMX). Les taux d'avortement spontané hospitalisé, de faible poids à la naissance, de mortalité périnatale et de malformations congénitales dans cette cohorte ont été comparés aux taux dans la population générale. La cohorte a été divisée en cinq groupes d'exposition définis par les représentants des syndicats et des employeurs. Aucun excès n'a été trouvé pour aucun des résultats étudiés. Le risque relatif global d'avortement spontané, standardisé selon l'âge de la mère, était de 1.1 (IC à 95 % 0.8 – 1.4).

Une étude de cohorte portant sur 1,820 1967 naissances a été menée auprès de femmes ayant déjà travaillé au centre postal norvégien entre 1984 et 1986 (Bjerkedal et Egenaes XNUMX). Les taux de mortinaissance, de décès au cours de la première semaine, de décès périnatal, de faible et de très faible poids à la naissance, d'accouchement prématuré, de naissances multiples et de malformations congénitales ont été estimés pour les grossesses survenues pendant l'emploi au centre (990 grossesses) et les grossesses survenues avant ou après l'emploi au centre. le centre (830 grossesses). Les taux d'issues défavorables de la grossesse ont également été estimés pour trois périodes de six ans (1967-1972), (1973-1978) et (1979-1984). L'introduction des écrans de visualisation a commencé en 1972 et a été largement utilisée en 1980. L'étude a conclu qu'il n'y avait aucune indication que l'introduction des écrans de visualisation dans le centre avait entraîné une augmentation du taux d'issues défavorables de la grossesse.

Une cohorte de 9,564 1981 grossesses a été identifiée grâce à des journaux de tests de grossesse urinaires de trois cliniques californiennes en 1982-1988 (Goldhaber, Polen et Hiatt. XNUMX). La couverture par un plan médical du nord de la Californie était une condition requise pour être éligible à l'étude. Des résultats de grossesse ont été trouvés pour toutes les grossesses identifiées sauf 391. De cette cohorte, 460 des 556 cas d'avortement spontané (<28 semaines), 137 des 156 cas d'anomalies congénitales et 986 des 1,123 20 témoins (correspondant à une naissance normale sur cinq dans la cohorte d'origine), ont répondu à un questionnaire postal rétrospectif sur les expositions chimiques environnementales y compris les pesticides et l'utilisation d'écrans de visualisation pendant la grossesse. Les rapports de cotes pour les femmes ayant utilisé un écran d'affichage au cours du premier trimestre plus de 1.8 heures par semaine, ajustés sur onze variables, y compris l'âge, les antécédents de fausse couche ou d'anomalie congénitale, le tabagisme et l'alcool, étaient de 95 (IC à 1.2 % 2.8 - 1.4) pour l'avortement spontané et de 95 (IC à 0.7 % IC 2.9 - XNUMX) pour les malformations congénitales, par rapport aux femmes actives qui n'ont pas déclaré utiliser d'écrans de visualisation.

Dans une étude menée dans 11 maternités hospitalières de la région de Montréal sur une période de deux ans (1982-1984), 56,012 51,855 femmes ont été interrogées sur les facteurs professionnels, personnels et sociaux après l'accouchement (4,127 1988) ou le traitement d'un avortement spontané (XNUMX XNUMX) ( McDonald et al. XNUMX).Ces femmes ont également fourni des informations sur 48,637 XNUMX grossesses antérieures. Les résultats défavorables de la grossesse (avortement spontané, mortinaissance, malformations congénitales et faible poids à la naissance) ont été enregistrés pour les grossesses actuelles et précédentes. Les ratios des taux observés aux taux attendus ont été calculés par groupe d'emploi pour les grossesses en cours et les grossesses précédentes. Les taux attendus pour chaque groupe d'emploi étaient basés sur les résultats de l'ensemble de l'échantillon et ajustés en fonction de huit variables, dont l'âge, le tabagisme et l'alcool. Aucune augmentation du risque n'a été constatée chez les femmes exposées aux écrans de visualisation.

Une étude de cohorte comparant les taux de menace d'avortement, la durée de la gestation, le poids à la naissance, le poids du placenta et l'hypertension induite par la grossesse entre les femmes qui utilisaient des écrans de visualisation et les femmes qui n'en utilisaient pas a été réalisée auprès de 1,475 1988 femmes (Nurminen et Kurppa XNUMX).La cohorte a été définie comme tous les non-cas d'une précédente étude cas-témoins de malformations congénitales. Les informations sur les facteurs de risque ont été recueillies à l'aide d'entretiens en face à face. Les rapports de taux bruts et ajustés pour les résultats étudiés n'ont pas montré d'effets statistiquement significatifs pour le travail avec des écrans de visualisation.

Une étude cas-témoins portant sur 344 cas d'avortement spontané hospitalisé survenus dans trois hôpitaux de Calgary, au Canada, a été menée en 1984-1985 (Bryant et Love 1989). Jusqu'à deux témoins (314 prénatals et 333 post-partum) ont été choisis parmi les femmes ayant accouché ou susceptibles d'accoucher dans les hôpitaux de l'étude. Les témoins ont été appariés à chaque cas sur la base de l'âge à la dernière période menstruelle, de la parité et de l'hôpital d'accouchement prévu. L'utilisation de l'écran à la maison et au travail, avant et pendant la grossesse, a été déterminée par des entretiens dans les hôpitaux pour les contrôles postnatals et l'avortement spontané, et à la maison, au travail ou au bureau de l'étude pour les contrôles prénatals. L'étude a contrôlé les variables socioéconomiques et obstétriques. L'utilisation de l'écran était similaire entre les cas et les témoins prénataux (OR = 1.14 ; p = 0.47) et les témoins postnataux (OR = 0.80 ; p = 0.2).

Une étude cas-témoin de 628 femmes ayant subi un avortement spontané, identifiées grâce à la soumission d'échantillons pathologiques, dont la dernière période menstruelle s'est produite en 1986, et 1,308 1990 témoins qui ont eu des naissances vivantes, a été réalisée dans un comté de Californie (Windham et al. XNUMX). Les témoins ont été sélectionnés au hasard, dans un rapport de deux pour un, parmi les femmes appariées pour la date de la dernière période menstruelle et l'hôpital. Les activités au cours des 20 premières semaines de grossesse ont été identifiées par des entretiens téléphoniques. Les participants ont également été interrogés sur l'utilisation de l'écran au travail pendant cette période. Les rapports de cotes bruts pour l'avortement spontané et l'utilisation d'écrans de visualisation moins de 20 heures par semaine (1.2 ; IC à 95 % 0.88 - 1.6) et au moins 20 heures par semaine (1.3 ; IC à 95 % 0.87 - 1.5) ont montré peu de changement lorsqu'ils ont été ajustés pour variables, y compris le groupe d'emploi, l'âge de la mère, la perte fœtale antérieure, la consommation d'alcool et le tabagisme. Dans une analyse plus poussée parmi les femmes du groupe témoin, les risques de faible poids à la naissance et de retard de croissance intra-utérin n'étaient pas significativement élevés.

Une étude cas-témoins a été menée sur une base d'étude de 24,352 1982 grossesses survenues entre 1985 et 214,108 parmi 1990 XNUMX employés commerciaux et de bureau au Danemark (Brandt et Nielsen XNUMX). Les cas, 421 répondantes parmi les 661 femmes qui ont donné naissance à des enfants atteints d'anomalies congénitales et qui travaillaient au moment de la grossesse, ont été comparés à 1,365 2,252 répondantes parmi les XNUMX XNUMX grossesses sélectionnées au hasard parmi les femmes actives. Les grossesses et leurs résultats, ainsi que l'emploi ont été déterminés grâce à un couplage de trois bases de données. Les informations sur l'utilisation de l'écran (oui/non/heures par semaine) et les facteurs professionnels et personnels tels que le stress, l'exposition aux solvants, le style de vie et les facteurs ergonomiques ont été déterminés par un questionnaire postal. Dans cette étude, l'utilisation d'écrans de visualisation pendant la grossesse n'était pas associée à un risque accru d'anomalies congénitales.

En utilisant la même base d'étude que dans l'étude précédente sur les anomalies congénitales (Brandt et Nielsen 1990), 1,371 2,248 des 1,699 1990 femmes dont la grossesse s'est terminée par un avortement spontané hospitalisé ont été comparées à XNUMX XNUMX grossesses sélectionnées au hasard (Nielsen et Brandt XNUMX). Bien que l'étude ait été menée auprès d'employées de commerce et de bureau, toutes les grossesses ne correspondaient pas à des moments où les femmes exerçaient un emploi rémunéré en tant qu'employées de commerce ou de bureau. La mesure d'association utilisée dans l'étude était le rapport du taux d'utilisation de l'écran chez les femmes ayant eu un avortement spontané au taux d'utilisation de l'écran parmi l'échantillon de population (représentant toutes les grossesses, y compris celles se terminant par un avortement spontané). Le rapport de taux ajusté pour toute exposition à l'écran de visualisation et à l'avortement spontané était de 0.94 (IC à 95 % 0.77 - 1.14).

Une étude cas-témoins a été menée auprès de 573 femmes ayant donné naissance à des enfants atteints de malformations cardiovasculaires entre 1982 et 1984 (Tikkanen et Heinonen 1991). Les cas ont été identifiés grâce au registre finlandais des malformations congénitales. Le groupe témoin était composé de 1,055 3 femmes, sélectionnées au hasard parmi tous les accouchements à l'hôpital au cours de la même période. L'utilisation de l'écran, enregistrée comme jamais, régulière ou occasionnelle, a été évaluée à travers un entretien réalisé XNUMX mois après l'accouchement. Aucune association statistiquement significative n'a été trouvée entre l'utilisation d'écrans de visualisation, au travail ou à la maison, et les malformations cardiovasculaires.

Une étude de cohorte a été menée auprès de 730 femmes mariées ayant déclaré des grossesses entre 1983 et 1986 (Schnorr et al. 1991). Ces femmes étaient employées soit comme préposées à l'assistance-annuaire, soit comme téléphonistes générales dans deux compagnies de téléphone de huit États du sud-est des États-Unis. Seuls les opérateurs de l'assistance-annuaire utilisaient des écrans de visualisation au travail. L'utilisation des écrans de visualisation a été déterminée par les registres de l'entreprise. Les cas d'avortement spontané (perte fœtale à 28 semaines de gestation ou avant) ont été identifiés au moyen d'un entretien téléphonique ; les certificats de naissance ont ensuite été utilisés pour comparer les rapports des femmes avec les résultats de la grossesse et, dans la mesure du possible, les médecins ont été consultés. Les intensités des champs électriques et magnétiques ont été mesurées à des fréquences très basses et extrêmement basses pour un échantillon de postes de travail. Les postes de travail VDU ont montré des intensités de champ plus élevées que ceux qui n'utilisaient pas de VDU. Aucun excès de risque n'a été trouvé pour les femmes qui utilisaient des écrans de visualisation pendant le premier trimestre de la grossesse (OR 0.93 ; IC à 95 % 0.63 - 1.38), et il n'y avait pas de relation exposition-réponse apparente lorsque l'on examinait le temps d'utilisation de l'écran de visualisation par semaine.

Une cohorte de 1,365 1990 travailleuses commerciales et de bureau danoises qui occupaient un emploi rémunéré au moment de la grossesse et identifiées par une étude précédente (Brandt et Nielsen 1990; Nielsen et Brandt 1992) a été utilisée pour étudier les taux de fécondabilité, en relation avec l'utilisation d'écrans ( Brandt et Nielsen XNUMX). La fécondabilité a été mesurée comme le temps écoulé entre l'arrêt de l'utilisation du contraceptif et le moment de la conception, et a été déterminée au moyen d'un questionnaire postal. Cette étude a montré un risque relatif accru d'attente prolongée de grossesse pour le sous-groupe avec au moins 21 heures hebdomadaires d'utilisation de l'écran. (RR 1.61 ; IC à 95 % 1.09 - 2.38).

Une cohorte de 1,699 434 travailleurs commerciaux et de bureau danois, composée de femmes employées et sans emploi au moment de la grossesse, identifiée par l'étude rapportée dans le paragraphe précédent, a été utilisée pour étudier le faible poids à la naissance (443 cas), la naissance prématurée (749 cas) , petit pour l'âge gestationnel (160 cas) et la mortalité infantile (1992 cas), en relation avec les habitudes d'utilisation des écrans de visualisation (Nielsen et Brandt XNUMX). L'étude n'a pas réussi à montrer un risque accru pour ces résultats de grossesse indésirables chez les femmes utilisant des écrans de visualisation.

Dans une étude cas-témoin, 150 femmes nullipares avec un avortement spontané cliniquement diagnostiqué et 297 travailleuses nullipares fréquentant un hôpital de Reading, en Angleterre, pour des soins prénatals entre 1987 et 1989 ont été interrogées (Roman et al. 1992). Les entretiens ont été menés en face à face lors de leur première visite prénatale pour les témoins, et trois semaines après l'IVG pour les femmes ayant avorté spontanément. Pour les femmes qui ont mentionné l'utilisation d'écrans de visualisation, les estimations du temps d'exposition en heures par semaine et l'heure calendaire de la première exposition ont été évaluées. D'autres facteurs tels que les heures supplémentaires, l'activité physique au travail, le stress et le confort physique au travail, l'âge, la consommation d'alcool et les antécédents de fausse couche ont également été évalués. Les femmes qui travaillaient avec des écrans de visualisation avaient un rapport de cotes pour l'avortement spontané de 0.9 (IC à 95 % 0.6 - 1.4), et il n'y avait aucune relation avec le temps passé à utiliser les écrans de visualisation. L'ajustement pour d'autres facteurs tels que l'âge de la mère, le tabagisme, l'alcool et les avortements spontanés antérieurs n'a pas modifié les résultats.

À partir d'une base d'étude d'employés de banque et d'employés de bureau dans trois entreprises en Finlande, 191 cas d'avortement spontané hospitalisé et 394 témoins (naissances vivantes) ont été identifiés à partir des registres médicaux finlandais pour 1975 à 1985 (Lindbohm et al. 1992). L'utilisation des écrans de visualisation a été définie à l'aide des rapports des travailleurs et des informations sur l'entreprise. Les intensités des champs magnétiques ont été évaluées rétrospectivement dans un environnement de laboratoire à l'aide d'un échantillon des écrans de visualisation qui avaient été utilisés dans les entreprises. L'odds ratio pour l'avortement spontané et le travail avec des écrans de visualisation était de 1.1 (IC à 95 % 0.7 – 1.6). Lorsque les utilisateurs de VDU ont été séparés en groupes en fonction des intensités de champ de leurs modèles de VDU, le rapport de cotes était de 3.4 (IC à 95 % 1.4 - 8.6) pour les travailleurs qui avaient utilisé des VDU avec une intensité de champ magnétique élevée dans la bande passante de fréquence extrêmement basse (0.9 μT), par rapport à ceux qui travaillent avec des écrans de visualisation avec des niveaux d'intensité de champ inférieurs aux limites de détection (0.4 μT). Ce rapport de cotes n'a changé que légèrement lorsqu'il a été ajusté en fonction des facteurs de charge de travail ergonomique et mental. Lorsque l'on compare des travailleurs exposés à des champs magnétiques élevés à des travailleurs non exposés à des écrans de visualisation, l'odds ratio n'est plus significatif.

Une étude portant sur les résultats défavorables de la grossesse et la fécondité a été menée auprès de femmes fonctionnaires travaillant pour les bureaux des impôts du gouvernement britannique (Bramwell et Davidson 1994). Sur les 7,819 3,711 questionnaires postés au cours de la première étape de l'étude, 2,022 XNUMX ont été retournés. L'utilisation de l'écran de visualisation a été déterminée grâce à ce premier questionnaire. L'exposition a été évaluée en heures par semaine d'utilisation de l'écran de visualisation pendant la grossesse. Un an plus tard, un deuxième questionnaire a été envoyé pour évaluer l'incidence des issues défavorables de la grossesse chez ces femmes ; XNUMX XNUMX des participants originaux ont répondu. Les facteurs de confusion possibles comprenaient les antécédents de grossesse, les facteurs ergonomiques, les facteurs de stress au travail, la consommation de caféine, d'alcool, de cigarettes et de tranquillisants. Il n'y avait pas de relation entre l'exposition telle qu'évaluée un an auparavant et l'incidence des issues défavorables de la grossesse.

 

Noir

Jeudi, 27 Octobre 2011 19: 57

Formules et définitions

En général, il existe une relation racine carrée entre l'épaisseur d d'une couche d'air statique et de la vitesse de l'air v. La fonction exacte dépend de la taille et de la forme de la surface, mais pour le corps humain, une approximation utile est :

L'air immobile agit comme une couche isolante avec une conductivité (une constante de matériau, quelle que soit la forme du matériau) de 026 W/mK, qui a un coefficient de transfert de chaleur h (unités de ) (la propriété conductrice d'une dalle de matériau) de :

(Kerslake 1972).

Flux de chaleur rayonnante () entre deux surfaces est approximativement proportionnelle à leur différence de température :

De T est la température absolue moyenne (en Kelvin) des deux surfaces, est le coefficient d'absorption et est la constante de Stefan-Boltzmann ( ). La quantité d'échange de rayonnement est inversement proportionnelle au nombre de couches d'interception (n):

Isolation des vêtements () est défini par les équations suivantes :

De est l'isolation intrinsèque, est une isolation par l'air (adjacente), est une isolation totale, est la température moyenne de la peau, est la température moyenne de la surface extérieure du vêtement, est la température de l'air, est le flux de chaleur sèche (chaleur convective et radiante) par unité de surface cutanée et est le facteur de surface vestimentaire. Ce coefficient a été sous-estimé dans les études plus anciennes, mais les études plus récentes convergent vers l'expression

Souvent I s'exprime dans l'unité clo; un clo est égal .

McCullough et al. (1985) ont déduit une équation de régression à partir de données sur un mélange d'ensembles vestimentaires, en utilisant l'épaisseur du textile (, en mm) et pourcentage de surface corporelle couverte () comme déterminants. Leur formule pour l'isolation des vêtements simples () est:

La résistance évaporative R (unités de s/m) peut être défini comme :

(ou parfois en )

Pour les couches de tissu, l'équivalent air () est l'épaisseur d'air qui offre la même résistance à la diffusion que le tissu. La vapeur associée et chaleur latente () les flux sont :

De D est le coefficient de diffusion (), C la concentration de vapeur () et la chaleur d'évaporation (2430 J/g).

(de Lotens 1993). est liée à R par:

où:

D est le coefficient de diffusion de la vapeur d'eau dans l'air, .

 

Noir

I. Indice de contrainte thermique (ITS)

L'amélioration équation du bilan thermique est:

où est l'évaporation nécessaire pour maintenir l'équilibre thermique,  est la charge solaire et la production de chaleur métabolique H est utilisé à la place du taux métabolique pour tenir compte du travail externe. Une amélioration importante est la reconnaissance que toute la sueur ne s'évapore pas (par exemple, certaines gouttes), par conséquent, le taux de sudation requis est lié au taux d'évaporation requis par :

De nsc est l'efficacité de la transpiration.

Utilisé à l'intérieur, le transfert de chaleur sensible est calculé à partir de :

Pour les conditions extérieures avec charge solaire,  est remplacé par une prise en compte de la charge solaire (RS ) par:

Les équations utilisées sont adaptées aux données expérimentales et ne sont pas strictement rationnelles.

Perte de chaleur par évaporation maximale est:

et l'efficacité de la transpiration est donnée par :

mais

nsc = 1, voir

et

nsc = 0.29, voir

L'indice de contrainte thermique (IST) en g/h est donnée par :

De  est le taux d'évaporation requis, 0.37 se convertit en g/h etnsc est l'efficacité de la transpiration (McIntyre 1980).

II. Taux de sudation requis

Semblable aux autres indices rationnels, est dérivé des six paramètres de base (température de l'air (), température radiante ( ), vitesse de l'humidité relative de l'air (v), isolation des vêtements ( ), taux métabolique (M) et travaux extérieurs (W)). Les valeurs de la zone de rayonnement efficace pour la posture (assis = 0.72, debout = 0.77) sont également requises. À partir de là, l'évaporation requise est calculée à partir de :

Des équations sont fournies pour chaque composant (voir tableau 8 et tableau 9). La température cutanée moyenne est calculée à partir d'une équation de régression linéaire multiple ou une valeur de 36°C est supposée.

De l'évaporation requise (Ereg) et l'évaporation maximale (Emax) et l'efficacité de la transpiration (r), sont calculés :

Humidité de la peau requise 

Taux de sudation requis 

III. Taux de sudation prévu sur 4 heures (P4SR)

Les démarches entreprises pour obtenir le P4SR la valeur de l'indice sont résumées par McIntyre (1980) comme suit :

If , augmenter la température du bulbe humide de .

Si le taux métabolique M > 63 , augmentez la température du bulbe humide de la quantité indiquée dans le tableau (voir figure 6).

Si les hommes sont habillés, augmentez la température du bulbe humide de .

Les modifications sont additives.

Le (P4SR) est déterminé à partir de la figure 6. Le P4SR est alors:

IV. Rythme cardiaque

De M est le taux métabolique, est la température de l'air en °C et Pa est la pression de vapeur en Mb.

Givoni et Goldman (1973) fournissent des équations pour prédire la fréquence cardiaque des personnes (soldats) dans des environnements chauds. Ils définissent un indice de fréquence cardiaque (RSI) d'une modification de la température rectale d'équilibre prédite,

VOTRE est alors:

De M = taux métabolique (watts), = travail mécanique (watts), clo = isolation thermique des vêtements,  = température de l'air = charge thermique métabolique et environnementale totale (watts), = capacité de refroidissement par évaporation pour les vêtements et l'environnement (watts).

La fréquence cardiaque d'équilibre (en battements par minute) est alors donnée par :

pour le RSI 225

c'est-à-dire une relation linéaire (entre la température rectale et la fréquence cardiaque) pour des fréquences cardiaques jusqu'à environ 150 battements par minute. Pour VOTRE >225 :

c'est-à-dire une relation exponentielle lorsque la fréquence cardiaque approche du maximum, où :

= fréquence cardiaque d'équilibre (bpm),

65 = fréquence cardiaque au repos supposée dans des conditions confortables (bpm), et t = durée en heures.

V. Indice de température du bulbe humide (WBGT)

La température du globe humide est donnée par :

pour les conditions avec rayonnement solaire, et :

pour des conditions intérieures sans rayonnement solaire, où Tnwb= température d'un thermomètre à bulbe humide à ventilation naturelle, Ta = température de l'air, et Tg = température d'un thermomètre à globe noir de 150 mm de diamètre.

 

Noir

Jeudi, 27 Octobre 2011 19: 36

Étude de cas : Que signifie dose ?

Il existe plusieurs façons de définir une dose de rayonnement ionisant, chacune appropriée à des fins différentes.

Dose absorbée

La dose absorbée ressemble le plus à la dose pharmacologique. Alors que la dose pharmacologique est la quantité de substance administrée à un sujet par unité de poids ou de surface, la dose radiologique absorbée est la quantité d'énergie transmise par les rayonnements ionisants par unité de masse. La dose absorbée est mesurée en Grays (1 Gray = 1 joule/kg).

Lorsque les individus sont exposés de manière homogène, par exemple par irradiation externe par des rayons cosmiques et terrestres ou par irradiation interne par le potassium 40 présent dans l'organisme, tous les organes et tissus reçoivent la même dose. Dans ces circonstances, il convient de parler de tout le corps dose. Il est cependant possible que l'exposition ne soit pas homogène, auquel cas certains organes et tissus recevront des doses significativement plus élevées que d'autres. Dans ce cas, il est plus pertinent de penser en termes de dose d'organe. Par exemple, l'inhalation de produits de filiation du radon n'expose essentiellement que les poumons, et l'incorporation d'iode radioactif entraîne une irradiation de la glande thyroïde. Dans ces cas, on peut parler de dose pulmonaire et de dose thyroïdienne.

Cependant, d'autres unités de dose qui tiennent compte des différences dans les effets des différents types de rayonnement et des différentes sensibilités aux rayonnements des tissus et des organes ont également été développées.

Dose équivalente

Le développement d'effets biologiques (par exemple, inhibition de la croissance cellulaire, mort cellulaire, azoospermie) dépend non seulement de la dose absorbée, mais également du type spécifique de rayonnement. Le rayonnement alpha a un plus grand potentiel ionisant que le rayonnement bêta ou gamma. La dose équivalente tient compte de cette différence en appliquant des facteurs de pondération spécifiques au rayonnement. Le facteur de pondération des rayonnements gamma et bêta (faible potentiel ionisant) est égal à 1, tandis que celui des particules alpha (haut potentiel ionisant) est de 20 (ICRP 60). La dose équivalente est mesurée en Sieverts (Sv).

Dose efficace

Dans les cas impliquant une irradiation non homogène (par exemple, l'exposition de divers organes à différents radionucléides), il peut être utile de calculer une dose globale qui intègre les doses reçues par tous les organes et tissus. Cela nécessite de prendre en compte la radiosensibilité de chaque tissu et organe, calculée à partir des résultats des études épidémiologiques des cancers radio-induits. La dose efficace est mesurée en Sieverts (Sv) (ICRP 1991). La dose efficace a été élaborée à des fins de radioprotection (c'est-à-dire de gestion des risques) et ne convient donc pas aux études épidémiologiques sur les effets des rayonnements ionisants.

Dose collective

La dose collective reflète l'exposition d'un groupe ou d'une population et non d'un individu, et est utile pour évaluer les conséquences de l'exposition aux rayonnements ionisants au niveau de la population ou du groupe. Elle est calculée en additionnant les doses individuelles reçues, ou en multipliant la dose individuelle moyenne par le nombre d'individus exposés dans les groupes ou populations considérés. La dose collective est mesurée en hommes-Sieverts (homme Sv).

 

Noir

OIT 80e session, 2 juin 1993

OIT 80e session, 2 juin 1993

PARTIE I. CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

Article 1

1. La présente Convention a pour objet la prévention des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses et la limitation des conséquences de ces accidents.…

Article 3

Aux fins de la présente Convention :

a) l'expression "substance dangereuse" désigne une substance ou un mélange de substances qui, en raison de propriétés chimiques, physiques ou toxicologiques, seules ou combinées, constitue un danger ;

b) l'expression «quantité seuil» désigne, pour une substance ou une catégorie de substances dangereuses donnée, la quantité, prescrite dans les lois et réglementations nationales par référence à des conditions spécifiques, qui, si elle est dépassée, identifie une installation à risque majeur;

c) l'expression "installation à risques majeurs" désigne une installation qui produit, transforme, manipule, utilise, élimine ou stocke, de manière permanente ou temporaire, une ou plusieurs substances ou catégories de substances dangereuses en quantités supérieures à la quantité seuil ;

d) le terme "accident majeur" désigne un événement soudain, tel qu'une émission, un incendie ou une explosion majeurs, au cours d'une activité au sein d'une installation à risques majeurs, impliquant une ou plusieurs substances dangereuses et entraînant un danger grave pour les travailleurs , le public ou l'environnement, qu'ils soient immédiats ou différés ;

e) le terme «rapport de sûreté» désigne une présentation écrite des informations techniques, de gestion et d'exploitation couvrant les dangers et les risques d'une installation à risques majeurs et leur maîtrise et justifiant les mesures prises pour la sûreté de l'installation;

(f) le terme « quasi-accident » désigne tout événement soudain impliquant une ou plusieurs substances dangereuses qui, sans les effets, actions ou systèmes d'atténuation, auraient pu dégénérer en un accident majeur.

PARTIE II. PRINCIPES GÉNÉRAUX

Article 4

1. A la lumière des lois et réglementations, conditions et pratiques nationales, et en consultation avec les organisations d'employeurs et de travailleurs les plus représentatives et avec les autres parties intéressées susceptibles d'être affectées, chaque Membre devra formuler, mettre en œuvre et réviser périodiquement une politique nationale cohérente. concernant la protection des travailleurs, du public et de l'environnement contre les risques d'accidents majeurs.

2. La présente politique est mise en œuvre par des mesures de prévention et de protection des installations à risques majeurs et, dans la mesure du possible, encourage l'utilisation des meilleures technologies de sécurité disponibles.

Article 5

1. L'autorité compétente, ou un organisme agréé ou reconnu par l'autorité compétente, établit, après consultation des organisations les plus représentatives d'employeurs et de travailleurs et des autres parties intéressées susceptibles d'être concernées, un système d'identification des installations à risques majeurs telles que définies à l'article 3, point c), sur la base d'une liste de substances dangereuses ou de catégories de substances dangereuses ou des deux, ainsi que de leurs quantités seuils respectives, conformément aux lois et réglementations nationales ou aux normes internationales.

2. Le système mentionné au paragraphe 1 ci-dessus est régulièrement révisé et mis à jour.

Article 6

L'autorité compétente, après consultation des organisations représentatives d'employeurs et de travailleurs concernées, prend des dispositions particulières pour protéger les informations confidentielles qui lui sont transmises ou mises à sa disposition conformément aux articles 8, 12, 13 ou 14 et dont la divulgation serait susceptible de porter préjudice à l'entreprise d'un employeur, tant que cette disposition n'entraîne pas de risque grave pour les travailleurs, le public ou l'environnement.

PARTIE III. RESPONSABILITÉS DES EMPLOYEURS IDENTIFICATION

Article 7

Les employeurs identifient toute installation à risques majeurs sous leur contrôle sur la base du système visé à l'article 5.

NOTIFICATION

Article 8

1. Les employeurs notifient à l'autorité compétente toute installation à risques majeurs qu'ils ont identifiée :

a) dans un délai déterminé pour une installation existante ;

b) avant sa mise en service dans le cas d'une nouvelle installation.

2. Les employeurs informent également l'autorité compétente avant toute fermeture définitive d'une installation à risques majeurs.

Article 9

En ce qui concerne chaque installation à risques majeurs, les employeurs doivent établir et maintenir un système documenté de contrôle des risques majeurs qui comprend des dispositions pour :

a) l'identification et l'analyse des dangers et l'évaluation des risques, y compris la prise en compte des interactions possibles entre les substances;

b) les mesures techniques, y compris la conception, les systèmes de sécurité, la construction, le choix des produits chimiques, l'exploitation, l'entretien et l'inspection systématique de l'installation ;

c) des mesures organisationnelles, y compris la formation et l'instruction du personnel, la fourniture d'équipements pour assurer leur sécurité, les effectifs, les horaires de travail, la définition des responsabilités et les contrôles des sous-traitants extérieurs et des travailleurs temporaires sur le site de l'installation ;

(d) les plans et procédures d'urgence, y compris :

(i) la préparation de plans et de procédures d'urgence efficaces sur le site, y compris
procédures médicales d'urgence, à appliquer en cas d'accident majeur ou de menace
de ceux-ci, avec des tests périodiques et une évaluation de leur efficacité et une révision en tant que
nécessaire;

(ii) la fourniture d'informations sur les accidents potentiels et les plans d'urgence du site pour
autorités et organismes chargés de l'élaboration des plans d'urgence et
procédures de protection du public et de l'environnement en dehors du site de
l'installation;

(iii) toute consultation nécessaire avec ces autorités et organismes ;

e) les mesures visant à limiter les conséquences d'un accident majeur ;

f) consultation des travailleurs et de leurs représentants;

g) amélioration du système, y compris des mesures de collecte d'informations et d'analyse des accidents et des quasi-accidents. Les enseignements ainsi tirés doivent être discutés avec les travailleurs et leurs représentants et consignés conformément à la législation et à la pratique nationales.…

* * *

PARTIE IV. RESPONSABILITÉS DES AUTORITÉS COMPÉTENTES

PRÉPARATION AUX URGENCES HORS SITE

Article 15

Compte tenu des informations fournies par l'employeur, l'autorité compétente veille à ce que des plans et procédures d'urgence contenant des dispositions relatives à la protection du public et de l'environnement en dehors du site de chaque installation à risques majeurs soient établis, mis à jour à des intervalles appropriés et coordonnés avec le autorités et organismes compétents.

Article 16

L'autorité compétente veille à ce que:

a) que des informations sur les mesures de sécurité et les bons comportements à adopter en cas d'accident majeur soient diffusées aux personnes susceptibles d'être affectées par un accident majeur sans qu'elles aient à en faire la demande et que ces informations soient mises à jour et rediffusées sur intervalles appropriés;

(b) un avertissement est donné dès que possible en cas d'accident majeur;

(c) lorsqu'un accident majeur est susceptible d'avoir des effets transfrontières, les informations requises aux points (a) et (b) ci-dessus sont fournies aux États concernés, pour faciliter les accords de coopération et de coordination.

Article 17

L'autorité compétente doit établir une politique globale d'implantation prévoyant la séparation appropriée des installations à risques majeurs proposées des zones de travail et d'habitation et des installations publiques, ainsi que des mesures appropriées pour les installations existantes. Cette politique doit refléter les principes généraux énoncés dans la partie II de la convention.

INSPECTION

Article 18

1. L'autorité compétente doit disposer d'un personnel dûment qualifié et formé, doté des compétences appropriées et d'un soutien technique et professionnel suffisant, pour inspecter, enquêter, évaluer et donner des conseils sur les questions traitées dans la présente convention et pour assurer le respect des lois et réglementations nationales. .

2. Des représentants de l'employeur et des représentants des travailleurs d'une installation à risques majeurs doivent avoir la possibilité d'accompagner les inspecteurs chargés de contrôler l'application des mesures prescrites en application de la présente convention, à moins que les inspecteurs n'estiment, au vu des instructions générales de la l'autorité compétente, que cela peut être préjudiciable à l'exercice de leurs fonctions.

Article 19

L'autorité compétente a le droit de suspendre toute opération présentant une menace imminente d'accident majeur.

PARTIE V. DROITS ET DEVOIRS DES TRAVAILLEURS ET DE LEURS REPRÉSENTANTS

Article 20

Les travailleurs et leurs représentants dans une installation à risques majeurs doivent être consultés par le biais de mécanismes de coopération appropriés afin d'assurer un système de travail sûr. En particulier, les travailleurs et leurs représentants doivent :

a) être informé de manière adéquate et appropriée des dangers associés à l'installation à risques majeurs et de leurs conséquences probables;

(b) être informé de tous ordres, instructions ou recommandations émis par l'autorité compétente;

(c) être consultés lors de la préparation des documents suivants et y avoir accès :

(i) le rapport de sécurité;

(ii) les plans et procédures d'urgence ;

(iii) rapports d'accidents;

d) être régulièrement instruit et formé aux pratiques et procédures de prévention des accidents majeurs et de maîtrise des évolutions susceptibles de conduire à un accident majeur ainsi qu'aux procédures d'urgence à suivre en cas d'accident majeur;

e) dans le cadre de leur travail, et sans être pénalisés, prendre des mesures correctives et, si nécessaire, interrompre l'activité lorsque, compte tenu de leur formation et de leur expérience, ils ont des motifs raisonnables de croire qu'il existe un danger imminent d'un accident majeur et aviser son superviseur ou donner l'alerte, selon le cas, avant ou dès que possible après avoir pris une telle mesure ;

f) discuter avec l'employeur de tout danger potentiel qu'il considère comme susceptible de générer un accident majeur et avoir le droit d'informer l'autorité compétente de ces dangers.

Article 21

Les travailleurs employés sur le site d'une installation à risques majeurs doivent :

a) respecter toutes les pratiques et procédures relatives à la prévention des accidents majeurs et à la maîtrise des aménagements susceptibles de conduire à un accident majeur au sein de l'installation à risques majeurs ;

(b) se conformer à toutes les procédures d'urgence en cas d'accident majeur.

PARTIE VI. RESPONSABILITÉ DES ÉTATS EXPORTATEURS

Article 22

Lorsque, dans un État membre exportateur, l'utilisation de substances, de technologies ou de procédés dangereux est interdite en tant que source potentielle d'accident majeur, l'information sur cette interdiction et les motifs de celle-ci doit être mise à la disposition par l'État membre exportateur de tout importateur de campagne.

Source : Extraits, Convention n° 174 (OIT 1993).

 

Noir

Page 1 de 122

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références du divertissement et des arts

Académie américaine des chirurgiens orthopédistes. 1991. Équipement de protection. Dans Entraînement sportif et médecine sportive. Park Ridge, Illinois : APOS.

Arheim, DD. 1986. Blessures en danse : leur prévention et leur prise en charge. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Armstrong, RA, P Neill et R Mossop. 1988. Asthme induit par la poussière d'ivoire : Une nouvelle cause professionnelle. Thorax 43 (9): 737-738.

Axelsson, A et F Lindgren. 1981. Audition de musiciens classiques. Acta Oto-Larynogologica 92 Supplément. 377 : 3-74.

Babin, A 1996. Mesures du niveau sonore des fosses d'orchestre dans les spectacles de Broadway. Présenté à la 26e réunion annuelle de l'American Public Health Association. New York, 20 novembre.

Baker, EL, WA Peterson, JL Holtz, C Coleman et PJ Landrigan. 1979. Intoxication subaiguë au cadmium chez les bijoutiers : une évaluation des procédures de diagnostic. Arch Environ Santé 34: 173-177.

Balafrej, A, J Bellakhdar, M El Haitem et H Khadri. 1984. Paralysie due à la colle chez de jeunes apprentis cordonniers de la médina de Fès. Rév Pédiatrie 20 (1): 43-47.

Ballesteros, M, CMA Zuniga et OA Cardenas. 1983. Concentrations de plomb dans le sang d'enfants de familles de potiers exposés à des sels de plomb dans un village mexicain. B Organe de santé panaméricain 17 (1): 35-41.

Bastien, RW. 1993. Troubles muqueux et sacculaires bénins ; tumeurs bénignes du larynx. Dans Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, édité par CW Cumming. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

—. 1996. Microchirurgie des cordes vocales chez les chanteurs. Journal de la voix 10 (4): 389-404

Bastian, R, A Keidar et K Verdolini-Marston. 1990. Tâches vocales simples pour détecter le gonflement des cordes vocales. Journal de la voix 4 (2): 172-183.

Bowling, A. 1989. Blessures aux danseurs : Prévalence, traitement et perception des causes. British Medical Journal 6675: 731-734.

Bruno, PJ, WN Scott et G Huie. 1995. Basket-ball. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. Philadelphie, Pennsylvanie : Annuaire Mosby.

Burr, GA, TJ Van Gilder, DB Trout, TG Wilcox et R Friscoll. 1994. Rapport d'évaluation des risques pour la santé : Actors' Equity Association/The League of American Theatres and Producers, Inc. Doc. HETA 90-355-2449. Cincinnati, OH : Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail.

Calabrese, LH, DT Kirkendal et M Floyd. 1983. Anomalies menstruelles, schémas nutritionnels et composition corporelle chez les danseuses de ballet classique. Physique, Sport, Médecine 11: 86-98.

Cardullo, AC, AM Ruszkowski et VA DeLeo. 1989. Dermatite de contact allergique résultant d'une sensibilité à l'écorce d'agrumes, au gériniol et au citral. J Am Acad Dermatol 21 (2): 395-397.

Carlson, T. 1989. Lumières ! Caméra! La tragédie. TV Guide (26 août):8-11.

Chasin, M et JP Chong. 1992. Un programme de protection auditive cliniquement efficace pour les musiciens. Artistes du spectacle Med Prob 7 (2): 40-43.

—. 1995. Quatre techniques environnementales pour réduire l'effet de l'exposition à la musique sur l'audition. Artistes du spectacle Med Prob 10 (2): 66-69.

Chaterjee, M. 1990. Travailleurs du prêt-à-porter à Ahmedabad. B Santé au travail Sécurité 19: 2-5.

Claire, RP. 1990. Football. Dans Le manuel du médecin d'équipe, édité par MB Mellion, WM Walsh et GL Shelton. St. Louis, Missouri : CV Mosby Co.

Cornell, C. 1988. Potiers, plomb et santé—Sécurité au travail dans un village mexicain (résumé de réunion). Résumé Pap Am Chem S 196: 14.

Conseil des affaires scientifiques de l'American Medical Association. 1983. Lésion cérébrale en boxe. JAMA 249: 254-257.

Das, PK, KP Shukla et FG Ory. 1992. Un programme de santé au travail pour adultes et enfants dans l'industrie du tissage de tapis, Mirzapur, Inde : Une étude de cas dans le secteur informel. Soc Sci Med 35 (10): 1293-1302.

Delacoste, F et P Alexandre. 1987. Travail du sexe : Écrits de femmes dans l'industrie du sexe. San Francisco, Californie : Cleis Press.

Depue, RH et BT Kagey. 1985. Une étude de mortalité proportionnelle de la profession d'acteur. Suis J Ind Med 8: 57-66.

Dominguez, R, JR DeJuanes Paardo, M Garcia Padros et F Rodriguez Artalejo. 1987. Vaccination antitétanique dans une population à haut risque. Med Ségur Trab 34: 50-56.

Driscoll, RJ, WJ Mulligan, D Schultz et A Candelaria. 1988. Mésothéliome malin : un cluster dans une population amérindienne. New Engl J Med 318: 1437-1438.

Estébanez, P, K Fitch et Nájera 1993. Le VIH et les professionnelles du sexe. Taureau QUI 71(3/4):397-412.

Evans, RW, RI Evans, S Carjaval et S Perry. 1996. Une enquête sur les blessures parmi les artistes de Broadway. Am J Santé publique 86: 77-80.

Feder, RJ. 1984. La voix professionnelle et le vol aérien. Chirurgie oto-rhino-laryngologique de la tête et du cou, 92 (3): 251-254.

Feldman, R et T Sedman. 1975. Amateurs travaillant avec du plomb. New Engl J Med 292: 929.

Fishbein, M. 1988. Problèmes médicaux chez les musiciens de l'ICSOM. Artistes du spectacle Med Prob 3: 1-14.

Fisher, AA. 1976. "Maladie du Blackjack" et autres puzzles de chromate. Cutis 18 (1): 21-22.

Frye, HJH. 1986. Incidence du syndrome de surutilisation dans l'orchestre symphonique. Artistes du spectacle Med Prob 1: 51-55.

Garrick, JM. 1977. La fréquence des blessures, le mécanisme des blessures et l'épidémiologie des entorses de la cheville. Am J Sports Med 5: 241-242.

Griffin, R, KD Peterson, J Halseth et B Reynolds. 1989. Étude radiographique des blessures au coude chez les cow-boys de rodéo professionnels. Physique, Sport, Médecine 17: 85-96.

Hamilton, LH et WG Hamilton. 1991. Ballet classique : Équilibrer les coûts de l'art et de l'athlétisme. Artistes du spectacle Med Prob 6: 39-44.

Hamilton, WG. 1988. Blessures au pied et à la cheville chez les danseurs. Dans Cliniques sportives d'Amérique du Nord, édité par L Yokum. Philadelphie, Pennsylvanie : Williams et Wilkins.

Hardaker, WTJ. 1987. Considérations médicales dans la formation en danse pour les enfants. Suis Fam Phys 35 (5): 93-99.

Henao, S. 1994. Conditions de santé des travailleurs latino-américains. Washington, DC : Association américaine de santé publique.

Huie, G et EB Hershman. 1994. Le sac du clinicien de l'équipe. Am Acad Phys Asst 7: 403-405.

Huie, G et WN Scott. 1995. Évaluation des entorses de la cheville chez les athlètes. Assistance Physique J 19 (10): 23-24.

Kipen, HM et Y Lerman. 1986. Anomalies respiratoires chez les révélateurs photographiques : un rapport de 3 cas. Suis J Ind Med 9: 341-347.

Knishkowy, B et EL Baker. 1986. Transmission des maladies professionnelles aux contacts familiaux. Suis J Ind Med 9: 543-550.

Koplan, JP, AV Wells, HJP Diggory, EL Baker et J Liddle. 1977. Absorption du plomb dans une communauté de potiers à la Barbade. Int J Epidemiol 6: 225-229.

Malhotra, HL. 1984. Sécurité incendie dans les bâtiments de montage. Sécurité incendie J 7 (3): 285-291.

Maloy, E. 1978. Sécurité des cabines de projection : nouvelles découvertes et nouveaux dangers. Int Assoc Electr Inspect Nouvelles 50 (4): 20-21.

McCann, M. 1989. 5 morts dans un accident d'hélicoptère de film. Art Hazards Actualités 12: 1.

—. 1991. Lumières! Caméra! Sécurité! Un manuel de santé et de sécurité pour la production cinématographique et télévisuelle. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1992a. Attention artiste. New York : Lyon et Burford.

—. 1992b. Procédures de sécurité artistique : un manuel de santé et de sécurité pour les écoles d'art et les départements d'art. New York : Centre pour la sécurité dans les arts.

—. 1996. Dangers dans les industries artisanales des pays en développement. Suis J Ind Med 30: 125-129.

McCann, M, N Hall, R Klarnet et PA Peltz. 1986. Risques reproductifs dans les arts et l'artisanat. Présenté à la conférence annuelle de la Society for Occupational and Environmental Health Conference on Reproductive Hazards in the Environment and Workplace, Bethesda, MD, 26 avril.

Miller, AB, DT Silverman et A Blair. 1986. Risque de cancer chez les artistes peintres. Suis J Ind Med 9: 281-287.

MMWR. 1982. Sensibilisation au chrome dans un atelier d'artiste. Représentant hebdomadaire de Morb Mort 31: 111.

—. 1996. Blessures au cerveau et à la moelle épinière liées à la conduite de taureaux - Louisiane, 1994-1995. Représentant hebdomadaire de Morb et Mort 45: 3-5.

Monk, TH. 1994. Rythmes circadiens dans l'activation subjective, l'humeur et l'efficacité de la performance. Dans Principes et pratique de la médecine du sommeil, 2e édition, éditée par M. Kryger et WC. Roth. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1991. Fumée de tabac environnementale sur le lieu de travail : NIOSH Current Intelligence Bulletin 54. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Norris, inf. 1990. Troubles physiques des artistes visuels. Art Hazards Actualités 13 (2): 1.

Nube, J. 1995. Bêta-bloquants et musiciens interprètes. Thèse de doctorat. Amsterdam : Université d'Amsterdam.

O'Donoghue, DH. 1950. Traitement chirurgical des blessures fraîches des ligaments majeurs du genou. J Bone Joint Surg 32: 721-738.

Olkinuora, M. 1984. Alcoolisme et profession. Scand J Work Environ Santé 10 (6): 511-515.

—. 1976. Blessures au genou. Dans Traitement des blessures des athlètes, édité par DH O'Donoghue. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Organisation panaméricaine de la santé (OPS). 1994. Conditions de santé dans les Amériques. Vol. 1. Washington, DC : OPS.

Pheterson, G. 1989. La revendication des droits des putains. Seattle, Washington : Seal Press.

Prockup, L. 1978. Neuropathie chez un artiste. Pratique de l'hôpital (Novembre):89.

Qualley, Californie. 1986. Sécurité dans l'Artroom. Worcester, Massachusetts : Publications Davis.

Ramakrishna, RS, P Muthuthamby, RR Brooks et DE Ryan. 1982. Niveaux de plomb dans le sang des familles sri lankaises récupérant l'or et l'argent des déchets des bijoutiers. Arch Environ Santé 37 (2): 118-120.

Ramazzini, B. 1713. De morbis artificum (maladies des travailleurs). Chicago, IL: Presses de l'Université de Chicago.

Rastogi, SK, BN Gupta, H Chandra, N Mathur, PN Mahendra et T Husain. 1991. Une étude de la prévalence de la morbidité respiratoire chez les travailleurs de l'agate. Int Arch Occup Environ Santé 63 (1): 21-26.

Rossol, M. 1994. Le guide complet de santé et de sécurité de l'artiste. New York : Allworth Press.

Sachare, A. (éd.). 1994a. Règle #2. Section IIC. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

—. 1994b. Principe de base P : Lignes directrices pour le contrôle des infections. Dans L'encyclopédie officielle du basketball de la NBA. New York : Livres Villard.

Sammarco, GJ. 1982. Le pied et la cheville dans le ballet classique et la danse moderne. Dans Troubles du pied, édité par MH Jahss. Philadelphie, Pennsylvanie : WB Saunders.

Sataloff, RT. 1991. Voix professionnelle : la science et l'art des soins cliniques. New York : Raven Press.

—. 1995. Médicaments et leurs effets sur la voix. Journal du chant 52 (1): 47-52.

—. 1996. Pollution : Conséquences pour les chanteurs. Journal du chant 52 (3): 59-64.

Schall, EL, CH Powell, GA Gellin et MM Key. 1969. Dangers pour les danseurs go-go exposés à la lumière « noire » des ampoules fluorescentes. Am Ind Hyg Assoc J 30: 413-416.

Schnitt, JM et D Schnitt. 1987. Aspects psychologiques de la danse. Dans La science de la formation en danse, édité par P Clarkson et M Skrinar. Champaign, Illinois : Human Kinetics Press.

Seals, J. 1987. Surfaces de danse. Dans Médecine de la danse : un guide complet, édité par A Ryan et RE Stephens. Chicago, Illinois : Pluribus Press.

Sofue, I, Y Yamamura, K Ando, ​​M Iida et T Takayanagi. 1968. Polyneuropathie N-hexane. Clinique Neurol 8: 393-403.

Stewart, R et C Merlu. 1976. Danger du décapant pour peinture. JAMA 235: 398.

Tan, TC, HC Tsang et LL Wong. 1990. Enquêtes sur le bruit dans les discothèques à Hong Kong. Santé Ind 28 (1): 37-40.

Teitz, C, RM Harrington et H Wiley. 1985. Pression sur le pied dans les chaussures pointues. Cheville de pied 5: 216-221.

VanderGriend, RA, FH Savoie et JL Hughes. 1991. Fracture de la cheville. Dans Fractures de Rockwood et Green chez l'adulte, édité par CA Rockwood, DP Green et RW Bucholz. Philadelphie, Pennsylvanie : JB Lippincott Co.

Warren, M, J Brooks-Gunn et L Hamilton. 1986. Scoliose et fracture chez les jeunes danseurs de ballet : Relation avec l'âge de la ménarche retardée et l'aménorrhée. New Engl J Med 314: 1338-1353.

Organisation mondiale de la santé (OMS). 1976. Réunion sur l'organisation des soins de santé dans les petites industries. Genève : OMS.

Zeitels, S. 1995. Épithélium précancéreux et cancer microinvasif de la corde vocale : l'évolution de la prise en charge phonomicrochirurgicale. laryngoscope 105 (3): 1-51.