Lundi, Avril 04 2011 15: 31

Métro

Évaluer cet élément
(0 votes)

Alors que la sécurité ferroviaire relève de la compétence des gouvernements nationaux, qui édictent des règles et des politiques de gouvernance et d'application de la sécurité, les métros sont généralement régis par les autorités publiques locales, qui se gouvernent essentiellement elles-mêmes.

Les tarifs du métro ne couvrent généralement pas les coûts d'exploitation et, grâce à des subventions, sont maintenus à certains niveaux pour maintenir un service de transport public abordable. Le métro et d'autres systèmes de transport en commun urbains rendent les routes urbaines plus accessibles et réduisent la pollution associée à la circulation automobile urbaine.

Les coupes budgétaires qui sont devenues si courantes dans de nombreux pays ces dernières années affectent également les systèmes de transport en commun. Le personnel d'entretien préventif et la mise à niveau des voies, des signaux et du matériel roulant sont les premiers touchés. Les autorités de contrôle sont souvent réticentes ou incapables d'appliquer leurs propres procédures réglementaires sur un système de transport en commun rapide abandonné par les subventions gouvernementales. Inévitablement, dans de telles circonstances, un accident de transport entraînant des pertes de vie catastrophiques lors des compressions budgétaires entraîne un tollé public exigeant des améliorations en matière de sécurité.

Bien qu'il soit reconnu qu'il existe une grande variation dans la conception, la construction et l'âge des installations physiques des propriétés de transport en commun rapide au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays, certaines fonctions d'entretien standard doivent être effectuées pour maintenir en service les voies, aériennes et souterraines. les structures, les gares de voyageurs et les installations connexes dans les conditions les plus sûres possibles.

Exploitation et entretien du métro

Les métros diffèrent des chemins de fer de plusieurs manières fondamentales :

  • la plupart des métros passent sous terre dans des tunnels
  • les métros fonctionnent à l'électricité plutôt qu'au diesel ou à la vapeur (bien qu'il existe également des trains électriques)
  • les métros circulent beaucoup plus fréquemment que les trains
  • l'élimination des graffitis est un problème majeur.

 

Ces facteurs influencent le degré de risque pour les opérateurs de métro et les équipes d'entretien.

Les collisions entre les rames de métro sur la même voie et avec les équipes de maintenance sur la voie sont un problème sérieux. Ces collisions sont contrôlées par une planification appropriée, des systèmes de communication centraux pour alerter les conducteurs de métro des problèmes et des systèmes de feux de signalisation indiquant quand les conducteurs peuvent continuer en toute sécurité. Des pannes dans ces procédures de contrôle entraînant des collisions peuvent survenir en raison de problèmes de communication radio, de feux de signalisation cassés ou mal placés qui ne donnent pas aux opérateurs suffisamment de temps pour s'arrêter et de problèmes de fatigue dus au travail posté et aux heures supplémentaires excessives, entraînant une inattention.

Les équipes d'entretien patrouillent les voies du métro en réparant les voies, les feux de signalisation et d'autres équipements, en ramassant les ordures et en effectuant d'autres tâches. Ils sont confrontés à des risques électriques du troisième rail transportant l'électricité pour faire fonctionner les métros, à des risques d'incendie et de fumée dus à la combustion de déchets et à d'éventuels incendies électriques, à des risques d'inhalation de poussière d'acier et d'autres particules dans l'air provenant des roues et des rails du métro et au risque d'être percuté par des voitures de métro. Les inondations dans les métros peuvent également créer des chocs électriques et des risques d'incendie. En raison de la nature des tunnels de métro, bon nombre de ces situations dangereuses sont des dangers en espace confiné.

Une ventilation adéquate pour éliminer les contaminants de l'air, des procédures appropriées d'espace confiné et d'autres procédures d'urgence (par exemple, des procédures d'évacuation) pour les incendies et les inondations et des procédures de communication adéquates, y compris des radios et des feux de signalisation pour informer les opérateurs de métro de la présence d'équipes d'entretien sur les voies sont essentielles pour protéger ces équipages. Il devrait y avoir des espaces d'urgence fréquents le long des parois du métro ou un espace suffisant entre les voies pour permettre aux membres de l'équipe d'entretien d'éviter de dépasser les wagons de métro.

L'enlèvement des graffitis à l'intérieur et à l'extérieur des voitures de métro est un danger en plus de la peinture et du nettoyage réguliers des voitures. Les décapants pour graffitis contiennent souvent des alcalis puissants et des solvants dangereux et peuvent constituer un danger à la fois par contact avec la peau et par inhalation. L'élimination des graffitis extérieurs se fait en conduisant les voitures dans un lave-auto où les produits chimiques sont pulvérisés sur l'extérieur de la voiture. Les produits chimiques sont également appliqués par brossage et pulvérisation à l'intérieur des voitures de métro. L'application de décapants de graffitis dangereux à l'intérieur des voitures pourrait constituer un danger dans les espaces confinés.

Les précautions comprennent l'utilisation des produits chimiques les moins toxiques possible, une protection respiratoire appropriée et d'autres équipements de protection individuelle et des procédures appropriées pour s'assurer que les conducteurs de voiture savent quels produits chimiques sont utilisés.

 

Retour

Lire 7567 fois Dernière modification le samedi, 30 Juillet 2022 22: 51
Plus dans cette catégorie: « Opérations ferroviaires

" AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L'OIT n'assume aucune responsabilité pour le contenu présenté sur ce portail Web qui est présenté dans une langue autre que l'anglais, qui est la langue utilisée pour la production initiale et l'examen par les pairs du contenu original. Certaines statistiques n'ont pas été mises à jour depuis la production de la 4ème édition de l'Encyclopédie (1998)."

Table des matières

Références de l'industrie du transport et de l'entreposage

Institut national américain de normalisation (ANSI). 1967. Illumination. ANSI A11.1-1967. New York : ANSI.

Anton, DJ. 1988. Dynamique des collisions et systèmes de retenue. In Aviation Medicine, 2e édition, édité par J Ernsting et PF King. Londres : Butterworth.

Beiler, H et U Tränkle. 1993. Fahrerarbeit als Lebensarbeitsperpektive. In Europäische Forschungsansätze zur Gestaltung der Fahrtätigkeit im ÖPNV (S. 94-98) Bundesanstat für Arbeitsschutz. Bremerhaven : Wirtschaftsverlag NW.

Bureau des statistiques du travail (BLS). 1996. Statistiques sur la sécurité et la santé. Washington, DC : BLS.

Association canadienne du transport urbain. 1992. Étude ergonomique du poste de conduite dans les autobus urbains. Toronto : Association canadienne du transport urbain.

Decker, JA. 1994. Évaluation des risques pour la santé : Southwest Airlines, Houston Hobby Airport, Houston, Texas. HETA-93-0816-2371. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

De Hart RL. 1992. Médecine aérospatiale. In Public Health and Preventive Medicine, 13e édition, édité par ML Last et RB Wallace. Norwalk, Connecticut : Appleton et Lange.

DeHart, RL et KN Beers. 1985. Accidents d'aéronefs, survie et sauvetage. Dans Fundamentals of Aerospace Medicine, édité par RL DeHart. Philadelphie, Pennsylvanie : Lea et Febiger.

Eisenhardt, D et E Olmsted. 1996. Enquête sur l'infiltration des gaz d'échappement dans un bâtiment situé sur la voie de circulation de l'aéroport John F. Kennedy (JFK). New York : Département américain de la santé et des services sociaux, Service de santé publique, Division de la santé fédérale au travail, Bureau extérieur de New York.

Firth, R. 1995. Étapes pour installer avec succès un système de gestion d'entrepôt. Génie industriel 27(2):34–36.

Friedberg, W, L Snyder, DN Faulkner, EB Darden, Jr. et K O'Brien. 1992. Exposition aux radiations des membres d'équipage des transporteurs aériens II. DOT/FAA/AM-92-2.19. Oklahoma City, OK : Institut aéromédical civil ; Washington, DC : Administration fédérale de l'aviation.

Gentry, JJ, J Semeijn et DB Vellenga. 1995. L'avenir du transport routier dans la nouvelle Union européenne — 1995 et au-delà. Examen de la logistique et des transports 31(2):149.

Giesser-Weigt, M et G Schmidt. 1989. Verbesserung des Arbeitssituation von Fahrern im öffentlichen Personennahverkehr. Bremerhaven : Wirtschaftsverlag NW.

Glaister, DH. 1988a. Les effets d'une accélération de longue durée. In Aviation Medicine, 2e édition, édité par J Ernsting et PF King. Londres : Butterworth.

—. 1988b. Protection contre les accélérations de longue durée. In Aviation Medicine, 2e édition, édité par J Ernsting et PF King. Londres : Butterworth.

Haas, J, H Petry et W Schühlein. 1989. Untersuchung zurVerringerung berufsbedingter Gesundheitsrisien im Fahrdienst des öffentlichen Personennahverkehr. Bremerhaven; Wirtschaftsverlag NW.

Chambre internationale de la marine marchande. 1978. Guide international de sécurité pour les pétroliers et les terminaux. Londres : Witherby.

Organisation internationale du travail (OIT). 1992. Développements récents dans le transport intérieur. Rapport I, Programme des activités sectorielles, douzième session. Genève : OIT.

—. 1996. Prévention des accidents à bord des navires en mer et au port. Un recueil de directives pratiques du BIT. 2e édition. Genève : OIT.

Joyner, KH et MJ Bangay. 1986. Enquête sur l'exposition des travailleurs civils des radars d'aéroport en Australie. Journal of Microwave Power and Electromagnetic Energy 21(4):209–219.

Landsbergis, PA, D Stein, D Iacopelli et J Fruscella. 1994. Enquête sur le milieu de travail des contrôleurs aériens et élaboration d'un programme de formation en santé et sécurité au travail. Présenté à l'American Public Health Association, 1er novembre, Washington, DC.

Leverett, SD et JE Whinnery. 1985. Biodynamie : Accélération soutenue. Dans Fundamentals of Aerospace Medicine, édité par RL DeHart. Philadelphie, Pennsylvanie : Lea et Febiger.

Magnier, M. 1996. Experts : Le Japon a la structure mais pas la volonté de l'intermodalité. Journal du commerce et commercial 407:15.

Martin, R.L. 1987. AS/RS : De l'entrepôt à l'usine. Ingénierie de fabrication 99: 49–56.

Meifort, J, H Reiners et J Schuh. 1983. Arbeitshedingungen von Linienbus- und Strassenbahnfahrern des Dortmunder Staatwerke Aktiengesellschaft. Bremenhavre : Wirtschaftsverlag.

Miyamoto, Y. 1986. Irritants oculaires et respiratoires dans les gaz d'échappement des moteurs à réaction. Aviation, espace et médecine environnementale 57(11):1104–1108.

Association nationale de protection contre les incendies (NFPA). 1976. Manuel de protection contre les incendies, 14e édition. Quincy, MA : NFPA.

Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH). 1976. Expositions documentées du personnel des systèmes d'inspection des bagages de l'aéroport. Publication 77-105 du DHHS (NIOSH). Cincinnati, Ohio : NIOSH.

—. 1993a. Évaluation des risques pour la santé : Big Bear Grocery Warehouse. HETA 91-405-2340. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

—. 1993b. Alerte : Prévention des homicides en milieu de travail. Publication DHHS (NIOSH) 93-108. Cincinatti, Ohio : NIOSH.

—. 1995. Évaluation des risques pour la santé : Entrepôt d'épicerie Kroger. HETA 93-0920-2548. Cincinnati, Ohio : NIOSH.

Conseil national de sécurité. 1988. Manuel de sécurité des opérations au sol de l'aviation, 4e édition. Chicago, Illinois : Conseil national de sécurité.

Nicogossian, AE, CL Huntoon et SL Pool (eds.). 1994. Physiologie et médecine spatiales, 3e édition. Philadelphie, Pennsylvanie : Lea et Febiger.

Peters, Gustavsson, Morén, Nilsson et Wenäll. 1992. Forarplats I Buss, Etapp 3; Spécification Krav. Linköping, Suède : Väg och Trafikinstitutet.

Poitrast, BJ et de Treville. 1994. Considérations médicales professionnelles dans l'industrie aéronautique. In Occupational Medicine, 3e édition, édité par C Zenz, OB Dickerson et EP Hovarth. Saint-Louis, Missouri : Mosby.

Register, O. 1994. Faites fonctionner l'identification automatique dans votre monde. Transport et distribution 35(10):102–112.

Reimann, J. 1981. Beanspruchung von Linienbusfahrern. Untersuchungen zur Beanspruchung von Linienbusfahrern im innerstädtischen Verkehr. Bremerhaven : Wirtschafts-verlag NW.

Rogers, JW. 1980. Résultats du programme de surveillance de l'ozone en cabine de la FAA dans les aéronefs commerciaux en 1978 et 1979. FAA-EE-80-10. Washington, DC : Administration fédérale de l'aviation, Bureau de l'environnement et de l'énergie.

Rose, RM, CD Jenkins et MW Hurst. 1978. Étude sur l'évolution de la santé des contrôleurs de la circulation aérienne. Boston, MA : École de médecine de l'Université de Boston.

Sampson, RJ, MT Farris et DL Shrock. 1990. Transport intérieur : pratique, théorie et politique, 6e édition. Boston, Massachusetts : Houghton Mifflin Company.

Streekvervoer Nederland. 1991. Chaufferscabine [Cabine du conducteur]. Amsterdam, Pays-Bas : Streekvervoer Nederland.

Sénat américain. 1970. Contrôleurs de la circulation aérienne (Rapport Corson). Rapport du Sénat 91-1012. 91e Congrès, 2e session, 9 juillet. Washington, DC : GPO.

Département américain des transports (DOT). 1995. Rapport du Sénat 103–310, juin 1995. Washington, DC : GPO.

Verband Deutscher Verkehrsunternehmen. 1996. Fahrerarbeitsplatz im Linienbus [Poste de travail du chauffeur dans les bus]. VDV Schrift 234 (Entwurf). Cologne, Allemagne : Verband Deutscher Verkehrsunternehmen.

Violland, M. 1996. Où vont les chemins de fer ? L'Observateur de l'OCDE n° 198, 33.

Wallentowitz H, M Marx, F Luczak, J Scherff. 1996. Forschungsprojekt. Fahrerarbeitsplatz im Linienbus— Abschlußbericht [Projet de recherche. Poste de conduite dans les autobus—Rapport final]. Aix-la-Chapelle, Allemagne : RWTH.

Wu, YX, XL Liu, BG Wang et XY Wang. 1989. Décalage temporaire du seuil induit par le bruit des aéronefs. Espace aéronautique et médecine 60(3):268–270.